AccueilPortailFAQPublications internesRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Harry Potter 2005 :: ~¤~ Pré-au-Lard ~¤~ :: Rues de Pré-au-Lard :: Les Trois Balais
Page 5 sur 6
En salle principale
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6  Suivant
Max Valdrak
Serdaigle
Serdaigle

Re: En salle principale

Message par : Max Valdrak, Sam 17 Juin 2017 - 1:24


Avec Harmo' et Peter

Alors que le jeune serpent allait me répondre, Harmony adopta une attitude des plus inattendues. Elle lança ses cheveux sur le côté. Je devais bien avouer que sur le coup. J'en perdis aussi mes mots. Il fallait dire que la jeune fille était plutôt mignonne. Et ses yeux assez...hypnotisants. Ce bleu. J'eus un peu de mal à détacher mon regard.

Mais heureusement Peter était là. Sa voix me tira de ma rêverie. Ou plutôt de ma contemplation. Est ce le cocktail choisit qui me faisait cet effet? Je n'en étais pas sûre. Je ne me rappelais même plus de mon choix que j'avais fait quelques minutes plus tôt. Surement la fatigue. Je repris tout de même une gorgée tout en écoutant le jeune homme parlé.

Sa réponse me laissa un peu sur ma fin. Je restais encore dans l'attente. Ma curiosité n'était pas pleinement satisfaite. Mais je ne dis rien. Je n'avais pas grand chose à dire. Peter avait l'air sous le charme de la jeune aux yeux couleur océan. Et je pouvais bien le comprendre.

Il la regardait. Elle le regardait. Allais je tenir la chandelle? Devais je les laisser flirter ensemble? Je ne savais pas. Je me contentais de rester là. A finir mon verre. Quand soudain, une question sortit malgré moi.

-Sinon Harmony et si tu nous parlais un peu de toi?
Revenir en haut Aller en bas
Ian Benbow
avatar
Personnel de Poudlard
Personnel de Poudlard
Spécialité(s) : Legilimens


Re: En salle principale

Message par : Ian Benbow, Sam 17 Juin 2017 - 14:52


- Je viens chercher ma bouteille offerte. Ouvert à tous -

Fin de soirée, je déambule dans les rues de Pré-au-lard, cherchant un bar qui accepterait encore de m'accueillir a une heure si tardive. Malheureusement, le petit village sorcier n'est pas réputé pour le nombre de bar qu'elle abrite. Dommage, j'en aurai bien eu besoin tout au long de cette année. Toujours devoir me taper Londres pour boire mon whisky commençait tout doucement à me saoûler. Les bars sont aux nombres de deux ici, la tête de sanglier et les trois balais. Le premier bar est plutôt reconnu pour la tranquillité, imposée par la présence de personne peu recommandable dans le bar. Le deuxième est un peu plus convivial. Même si, aussi tard, le bar risque d'être assez vide.

Une envie soudaine m'a poussée à sortir du château, alors que je sirotais, ou plutôt buvait à grosse gorgée, une bouteille de whisky de ma collection personnel. L'envie de prendre l'air, mais aussi de prendre un verre accompagnée de charmantes demoiselles. Des envies assez.. animales, en somme. C'est pour cette raison, d'ailleurs, que je me dirige vers les trois balais. Alors que, d'habitude, ma préférence allait à la tête de sanglier. Pour sa tranquillité, comme précisé plus tôt. Mais ce soir, ce n'est pas de tranquillité dont j'ai besoin, c'est de jolies dames prête à passer une nuit dont elles se souviendront longtemps apres mon passage. Mon côté généreux, faut dire.

D'un pas qui se veut assuré, j'entre dans le bar. Un rapide coup d'œil circulaire, et je remarque que très peu de personnes se bousculent à l'intérieur. La fermeture doit approcher à grand pas, les derniers clients étant probablement les habituels ivrognes locales. D'un air hautain, je passe à côté de ce tas de crétins pour finalement poser mes fesses sur une des chaises haute longeant le comptoir. Dur de trouver une dame digne de mon intérêt dans ce lot. Décevant. Attendant le préposé au bar, je tapotais de la main droite le comptoir, laissant mes yeux verts se balader ci et là.
Revenir en haut Aller en bas
Malicia Evans
avatar
Personnel de Poudlard
Personnel de Poudlard
Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Manumagie (Niveau 1)


Re: En salle principale

Message par : Malicia Evans, Sam 17 Juin 2017 - 19:09


Réponse à Daegan

Nos deux verres qui se remplissent à nouveau, je me contente de le regarder. L’alcool commence à monter sévèrement, je dois même avoir les joues un peu rougies. Un blanc qui s’installe, on ne se regarde pas vraiment, nos regards sont plus fixés sur nos verres comme si on attendait un signal nous autorisant à boire. Je décide alors, sur un coup de tête de lui parler de mes parents biologiques.
Cet à ce moment-là que Daegan décide de s’étouffer avec son verre, provoquant un léger sursaut de ma part. Je restais silencieuse et impassible. En temps normal, je serais sûrement pliée de rire et je n’aurais pas pu m’empêcher de faire une remarque bien cynique mais là, rien. D’où le sérieux de mes propos.

« Mais.. Comment ? Quand ? Racontes ! »

Je soupirais doucement avant de relever les yeux pour planter mon regard dans celui du brun. Par où commencer ? J’avais passé plusieurs années à les rechercher. Toute mon enfance, je me suis demandé d’où je venais, pourquoi j’ai atterris dans une famille aussi horrible.

« Ca doit faire 1 an et demi. Après être devenue professeur, j’ai reçu une lettre d’une femme qui se dit être ma mère. Elle m’a expliqué plusieurs choses, le début de mon enfance et mon abandon entre autre. Elle m’a dit qu’elle voulait me connaître mais j’ai pris peur. J’ai fais comme si la lettre n’était jamais arrivée. »

Le verre que je tenais entre les mains termina contre mes lèvres. Je le buvais d’une traite avant de le reposer sur la table. Je passais mes doigts près de mon visage essayant vainement de le rafraîchir.

« Sujet bien trop compliqué pour une soirée comme celle-ci. Faut faire les c*ns. A ton avis, encore combien de verres avant de se mettre à danser sur la table ? »

On dévie le sujet que l’on vient de mettre sur le tapis. Réaction typique.
Revenir en haut Aller en bas
En ligne
Temperence Black
avatar
Maitre de JeuSerpentard
Maitre de Jeu
Serpentard
Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Re: En salle principale

Message par : Temperence Black, Dim 18 Juin 2017 - 11:05


With Ailyne et Ian
LA de Ian Valide
Plic....
    Ploc....
           Plic....
                 Ploc....

L’eau tombait toujours sur la charpente du bâtiment et frappait les fenêtre avec violence. Les gouttes se cognaient avec violence contre les murs pour terminer leur course effrénée en flaque d’eau claire dans les caniveaux où flottaient feuilles et pétales que la violence du flux d’eau chutant du ciel d’amusait à arracher sans vergogne. L’eau coulait entre les pavés du chemin, entraînant avec elle chaque déchet que la société sorcière s’était amusée à balancer au sol. Mégots de cigarettes moldu, emballages de gourmandise, tracts publicitaires... Il y en avait pour tous les goûts, pour toutes les origines. Les fleurs étaient fermées et le ciel qui avait été si clair était maintenant empreint de noirceur et de ténèbres.    

Assise sur un tabouret au niveau du bar, la brunette n’eut pas le temps de contempler l’endroit qu’une fille se jeta sur elle avec couverture et chocolat chaud. Il faisait certes chaud mais Temperence avait presque froid. Elle était trempée dans un lieu où la température était bien plus basse qu’à l’extérieur. La chair de poule parsemait ses bras nus et son t-shirt lui collait à la peau. Elle avait l’impression de sortir d’un lac. L’eau perlait le long de ses cheveux châtains et terminait sa course sur le planché sec, formant des flaques humides autours de la brunette.

La couverture sur les épaules et le chocolats entre les mains, elle souffla sur la boisson pour la refroidir et porta le liquide sucré à ses lèvres. Le lait chaud coula sur sa lèvre inférieure pour aller s’engouffrer dans sa gorge. Le liquide chaud la réchauffa immédiatement et le sucre pétillait sur ses papilles. Un nuage de buée s’évada de sa bouche et elle reposa la tasse sur le comptoir pour enfin river son regard à sa sauveuse d’un soir. Sauveuse d’un soir de pluie.

Une chevelure blonde. Deux grands yeux bleus captivant. Des cils aguicheurs. un visage fin et attirant. Temperence venait de tomber sur une véritable beauté. La brunette n’avait rien à envier avec son teint pâle, ses joues creuses, ses yeux couleurs abysse et ses longs cheveux châtains mais il était d’ordinaire que l’on enviait toujours ce qui se trouvait devant nous. Temperence lui offrit un sourire. Un petit sourire. Le genre de sourire qui faisait naître deux pommettes minuscules et presque imperceptibles sur les joues de la brunette.

- Réchauffe-toi. Alors comme ça, t'es devenue actrice du spectacle de l'univers ?

Temperence ne comprit pas. elle ne savait de quoi le jolie blonde parlait mais peut-être était-elle un peu larguée. Peut-être ne comprenait-elle pas ces paroles car elle venait de se prendre les larmes du ciel sur la tête.

« Euh je.... Merci... Je suis juste devenue bouc émissaire des larmes du ciel... »


Que pouvait-elle dire d’autre ?
Ses pieds valsaient dans le vide tandis que ses mains attrapèrent les pans de la couverture qui s’imbibait lentement de l’eau suintant des vêtements de la brunette. Elle était belle la française à cette instant de la vie. Elle avait plus l’air d’une miséreuse dépressive que d’une enfant gâtée à la joie palpable et à la mélancolie marquée.

Elle observait de son regard bleuté la pluie couler contre les carreaux et écoutait la violence des coups sur les vitres. La pluie avait un son reposant et stressant, comme celui des métronomes battant une mesure trop douce, trop fort, injouable. Puis il arriva. Il rompit la mélodie monotone de la pluie en entrant dans le bar, lui aussi trempé. La brunette le reconnu immédiatement. C’était lui qui l’avait engueulé pour la première fois durant un cours, lui qui l’avait viré sans vergogne pour un combat avec des sortilèges un peu plus poussés.

Etrangement, la brunette ne lui en voulait pas. Elle savait qu’elle l’avait mérité et qu’elle avait foiré sur ce coup là mais il fallait bien avouer que ce combat avec Azaël avait été bien plus distrayant que s’ils avaient utilisé des sortilèges de premier niveau. En plus, elle l’avait suffisamment embêté par écrit pour l’embêter encore de vive voix alors elle le salua d’un simple « Bonjour Professeur Benbow. » avec un petit voix fluette avant de faire monter à ses lèvres pâles, le liquide sucré que lui avait donné l’agréable blonde.
Revenir en haut Aller en bas
Daegan Harltøfsen
avatar
Poufsouffle
Poufsouffle
Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Re: En salle principale

Message par : Daegan Harltøfsen, Lun 19 Juin 2017 - 21:35


L'air concentré que prenait Daegan n'était pas une façon de faire croire qu'il s'intéressait aux dires de son amie, il s'y intéressait réellement. Le sujet était important pour la jeune femme, elle ne l'avait pas souvent abordé mais lorsqu'elle le faisait c'était toujours avec un regard différent. En général elle n'avait pas un regard très expressif, rien ne brillait dedans. Alors imaginez lorsqu'elle parlait de sa famille.. « Ça doit faire 1 an et demi. - Paaaaardon ? - Après être devenue professeur, j’ai reçu une lettre d’une femme qui se dit être ma mère. - Et tu m'as rien dis ..! - Elle m’a expliqué plusieurs choses, le début de mon enfance et mon abandon entre autre. Elle m’a dit qu’elle voulait me connaître mais j’ai pris peur. - Tu m'étonnes.. - J’ai fais comme si la lettre n’était jamais arrivée. » Les lèvres pincées, le norvégien était à la fois vexouillé de ne pas avoir été mis au courant et compréhensif de la réaction de la jeune femme. C'est flippant comme situation. Daegan avait grandit dans une famille aimante et nombreuse, il ne pouvait pas se mettre à la place de son amie.

Comme si le sujet était propice à la boisson, il fit exactement pareil que Malicia : Il ingurgita son shooter sans réfléchir. C'était pas gai comme sujet, mais de temps en temps il fallait aborder ce genre de conversation délicate. Ça faisait du bien à la jeune femme et, lui, avait besoin d'être l'épaule sur laquelle on se repose. C'était comme ça, il avait un besoin d'être là pour les autres. Il le vivrait très mal si tout son entourage se portait à merveille. « Sujet bien trop compliqué pour une soirée comme celle-ci. Faut faire les c*ns. A ton avis, encore combien de verres avant de se mettre à danser sur la table ? » Malgré lui, le norvégien se mit à sourire gentiment. Elle était mignonne quand elle fuyait ses démons. Ce n'était pas le rôle de Daegan de la mettre face à ses peurs, il était là pour la faire sourire. « Je pense qu'on peut reprendre une bouteille. Tu veux rester là ou on bouge prendre l'air ? » Le jeune homme n'aimait pas être enfermé, surtout lorsqu'il prenait des cuites. Il avait besoin d'espace, d'air et de pouvoir faire le con sans que tout un bar ne le fixe.
Revenir en haut Aller en bas
Malicia Evans
avatar
Personnel de Poudlard
Personnel de Poudlard
Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Manumagie (Niveau 1)


Re: En salle principale

Message par : Malicia Evans, Ven 23 Juin 2017 - 2:59


J’évitais soigneusement de croiser le regard de Daegan, je ne savais pas vraiment comment réagir. Nous avions été proches, nous discutions de beaucoup de choses et nous partagions énormément mais le fait de s’être perdu de vue, avait fait que nous ne savions quasiment plus rien l’un de l’autre. Je savais pertinemment, que ça l’attristait autant qu’à moi. Je n’ai pas envie de croiser son regard, plein de déception ou de colère ou quelconque émotions qu’il pouvait éprouver.

Shooter ingurgité, je tente de changer de sujet. On repart sur l’alcoolémie. Il souriait, je le savais. J’acquiesçais vivement lorsqu’il proposa de reprendre une bouteille, j’avais envie de m’amuser ce soir, de boire un peu trop, faire la c*n et profiter avec Daegan. Comme avant ! A la fin de notre scolarité, nous faisions toujours la fête ensemble, c'était comme ça. Il savait s'amuser, de la même façon que moi. Et c'est ce qui était agréable.

« On bouge. J’ai envie d’aller dans un endroit où la musique est forte, pas toi ? »

Je n’avais pas forcément envie de danser mais j’ai besoin de rencontrer d’autres personnes, de me bouger un peu ; de boire, beaucoup. Il connaissait ce milieu, il avait étudié à la fac moldue, les soirées étudiantes, il connaît forcément. Le milieu festif, c’est notre truc. L’alcool, les pastilles, on le faisait ensemble. J’ai envie de recommencer, ce soir. D'un coup d'oeil, je faisais rapidement le tour de la salle principale, il n'y avait pas grand monde ce soir, du moins pas de monde intéressant. Rien qui pourrait égayer notre soirée. Faut aller trouver une occupation, ailleurs.
Revenir en haut Aller en bas
En ligne
Ailyne Lawson
avatar
Poufsouffle
Poufsouffle
Spécialité(s) : Permis de Transplanage


Re: En salle principale

Message par : Ailyne Lawson, Sam 24 Juin 2017 - 13:18


Ian Benbow et Temp' Black
Désolée de ce retard et puis de la réponse pas géniale, overboookée cette semaine.
Btw, Lyne c'est cheveux de flamme, elle est rousse. Wink
_______________________________

En plus de la belle, t'aperçois le beau. T'es étonnée parce que d'habitude. D'habitude il n'y a plus grand monde, en cette période. D'habitude, à cette heure, en ces jours, le bar est vide. Parce qu'il est tard, et que l'orage gronde. D'habitude, c'est tes heures de repos. Tes heures où tu refais le monde, avec les habitués.

Mais dans ton bar, rien ne t'étonne vraiment. Parce que t'as secoué tout ce que c'était auparavant. T'en as pas fait le repère des boutonneux, mais le repère de ce qui cherche. De ce qui cherche un verre, de ceux qui cherchent de la compagnie, de ceux qui cherchent la solitude et ceux qui cherchent l'effervescence. T'en as fait le repère des âmes perdus, et de celles qui rassemblent. Y'en a pour tous les goûts ici. Le repère de la vie. T'as des émotions qui turbinent dans tous les coins. Et ça n'a rien à voir avec quand tu as repris le bar. QUand tu as repris le bar et que c'était triste et morne, un bar parmi tant d'autres. A la sueur de ton front, et aussi à cause de ta personnalité qui en fait moucher plus d'un, t'as réussi à inventer un nouvel univers.

Et t'en es fière.

Tu connais les gens. A force d'observer et d'analyser, t'as fini par comprendre comment ça marchait. Tu sais ce qu'ils veulent quand même eux n'en ont aucune idée. T'ouvres une bouteille, et tu souris de toutes tes dents. Tu la poses devant le monsieur. Pas n'importe quoi, du whisky pur feu. T'as entendu la jolie brune prononcer son nom. Et ça te fait bien marrer parce que t'as bien l'impression que tous les profs sont addicts à la boisson. C'est pas pour te déplaire. T'aimes la sensation de grisement. La tête qui tourne et le coeur qui s'envole.

- A la votre, professeur Benbow.

Une bouteille pour toi, une bouteille pour lui. Tu trinques à la santé de l'alcool, et à la débauche de la vie. Après avoir bu une longue lampée, tu rejettes tes cheveux en arrière, et tu poses la bouteille sur le comptoir d'un geste assuré.

- Alors qu'est-ce qui vous amène ici ?

La question est posée pour les deux et tes regards se tournent tour à tour vers l'un comme vers l'autre. Tu les regardes et tu pourrais les bouffer. Un seul de tes regards et ils sont pris dans tes filets. Ton regard qui tue. Ton regard qui enchante. Ton regard auquel on ne peut échapper.
Revenir en haut Aller en bas
Ian Benbow
avatar
Personnel de Poudlard
Personnel de Poudlard
Spécialité(s) : Legilimens


Re: En salle principale

Message par : Ian Benbow, Dim 25 Juin 2017 - 13:18


Mes yeux rivés sur mes longs doigts tapotant le bar, un spectacle qui, par je ne sais quel hazard, arrive à me passionner. C'est dire si ce qu'il se passe autour de moi est intéressant. Du coin de l'œil, je remarque une personne qui se déplace à ma droite. Je me détourne de l'orchestre composé de mes doigts pour poser un regard surpris sur cette personne. Un visage familier, car il appartient à l'une de mes élèves. Une Serpentard d'autant plus. Temperence Black. Une bonne élève, bien qu'un peu trop dissipée en cours. En même temps, lorsqu'on traîne avec Liderick, c'est qu'on est sur le chemin qui descend. Je la regarde s'approcher tout en me demandant ce qu'elle peut bien faire ici à une heure si tardive. J'ai un doute concernant une quelconque autorisation. M'enfin, c'est une de mes élèves et je ne suis pas sadique au point de retirés des points à ma propre maison.

- Bonjour Professeur Benbow.

L'élève boit un coup d'une boisson que je ne peux reconnaître, certainement de là''alcool, servie à des mineurs, pas cool. Derrière le bar, une dame aux cheveux de flammes et dont le corps, bien que caché par le comptoir, attise ma curiosité. Elle nous rejoins elle-aussi, sûrement était-elle en pleine conversation avec Black lorsque l'élève m'a foncée dessus. Ce qui me faisait deux pour le prix d'une. La soirée commence à s'animer. La jolie rousse ouvre une bouteille de whisky pur-feu et me la pose devant les mains. On ne se connaît pas, mais elle sait ce que j'aime. Je l'apprécie déjà.

- A la votre, professeur Benbow.

Elle se sert également. Le pied de travailler dans un bar, soit tu bois gratos parce que l'employeur est sympa, soit tu bois gratos parce que t'es assez jolie, et les alcoolos assez saoul pour croire qu'ils ont le niveau, et t'offre des verres et des verres. Franchement, le rêve quoi. D'ailleurs, je lui offrirai bien quelques verres. Et à Miss Black aussi d'ailleurs. Alors que la rouquine boit au goulot, je l'imite, prenant une gorgée aussi longue que la sienne.

- Alors qu'est-ce qui vous amène ici ?

J'esquisse un sourire, je ne sais même pas ce qui m'emmène ici. En vrai, pourquoi est-ce que, presque tout les soirs, je me surprends à vouloir foncer dans un bar ?

- L'envie de se détendre. Tu sais.. ils sont plutôt dur à supporter.. D'un geste de la tête, je désigne Miss Black, j'enchaîne avec un sourire puis m'octroi une nouvelle tournée de liquide. Après deux années passées à Poudlard, je n'ai rien trouvé de mieux que ceci.. Je soulève la bouteille de whisky avec ma main droite et la secoue doucement. Pour me détendre.

Un nouveau sourire, puis une nouvelle gorgée. Après tant d'années, le whisky ne me brûle même plus la gorge. Le nombre de bouteilles ingurgitées depuis ma sortie des rues de Londres, il y a presque 3 ans, devait être de plusieurs centaines.

- Si tu as une autre idée, je suis preneur..

Un nouveau sourire suivi d'un regard soutenu.

- Et toi, Black, qu'est-ce qui t'amène ici ? T'as réussi à passer outre la vigilance de M'sieur Dey ?

Un petit rictus s'échappe, puis je me tais, laissant la parole aux autres.
Revenir en haut Aller en bas
Temperence Black
avatar
Maitre de JeuSerpentard
Maitre de Jeu
Serpentard
Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Re: En salle principale

Message par : Temperence Black, Dim 25 Juin 2017 - 15:34


With Ailyne et Ian

Gêne.

Inconfort.

La situation était particulière et Temperence ne savait pas réellement où se cacher. Traîner dans un bar un soir en semaine n’avait rien de glorieux. Assise sur sa chaise, les bars sur le bar, les mains sur la tasse fumante et la couverture posé avec négligence sur ses épaules couvertes par le fin t-shirt toujours trempé. Le regard fixait la tasse avec intensité, elle allait devoir se justifier, justifier cette sortie sachant que son service chez Ollivander’s s’était terminé vers 17h et qu’il était maintenant plus de 22h.

Un bruit. Un « ploc » sonore emplit l’habitacle déserté par beaucoup d’âme. Premier bruit suivit d’un deuxième. L’odeur âcre de l’alcool emplit l’espace réduit entre le trio des plus étrange. Le barman, le professeur et l’élève. Le bon, la brute et le truand. Un jolie groupe réunit dans un bar un soir de pluie et de morosité.

« A la votre, professeur Benbow. »

Deux bouteilles. Une chacun. L’alcool allait couler à flot chez les deux grands et Temperence allait les regarder picoler. Elle rentrerait peut-être à Poudlard avec son professeur, s’il était trop saoul, il pourrait lui servir de laisser-passé sans risque de retenu. Elle espérait que Dey la laisse rentrer sans poser trop de question même si les chances pour que le plan fonctionne étaient assez mince. Rentrer tard en compagnie d’un professeur ivre sans justification ne serait peut-être pas une bonne idée. Elle improviserait sur le coup, inventant une histoire à dormir debout pour ne pas avoir trop de problèmes.

« Alors qu'est-ce qui vous amène ici ? »

« L'envie de se détendre. Tu sais.. ils sont plutôt dur à supporter.. » Il eut un mouvement vers la brunette qui eut une soudaine envie de lui envoyer une belle injure à la trogne. Tous les élèves n’étaient pas durs à supporter. Il y en avait qui étaient insupportables, certes, mais pas tous alors il ne pouvait pas les mettre dans le même sac. « Après deux années passées à Poudlard, je n'ai rien trouvé de mieux que ceci... » La picole. toujours la picole. Il n’y avait que ça. Si lui aussi se mettait à boire plus que de raison pour terminer comme Evans en cours de potion, le corps professoral allait faire joli à voir durant une rencontre avec les parents. Il y en avait pour tous les goûts. Des alcooliques, des drogués, des légèrement nymphomanes... « Pour me détendre. »

Un sourire puis une gorgée. Le liquide de la bouteille se vidait rapidement et une bouteille ne suffirait sûrement pas pour éteindre la soif des deux adultes. Les parents hurlaient lorsque les enfants buvaient un verre mais là, s’ils avaient été mineur avec des parents du genre Papa et Maman poules à cheval sur les règles, ils auraient sûrement eu une caresse douloureuse sur les oreilles.

« Si tu as une autre idée, je suis preneur.. »

Temperence leva les yeux au ciel, terminant sa tasse en avalant le liquide d’un seul coup. Des idées pour se détendre... Il y avait plusieurs choses à faire comme aller faire du sport, prendre des vacances ou encore prendre un bain d’une heure, le corps enveloppé dans une eau chaude et parfumée.

« Et toi, Black, qu'est-ce qui t'amène ici ? T'as réussi à passer outre la vigilance de M'sieur Dey ? »

Un sourire s’esquissa sur le visage de porcelaine de la brunette. Passer outre la vigilance de Dey n’était pas infaisable lorsqu’on avait une raison valable.

« Je me ballade. En théorie je suis chez Ollivander’s, en train de travailler mais en pratique, j’ai débauché à 17h et je me balade dans les rues... J’observe et je tue le temps sachant que même couchée à 23h je ne m’endormirai pas avant 2h du matin... »

La voix était douce et légèrement amusé. Finalement, elle s’en moquait bien de se faire fâcher. Ce qui promettait de se dérouler durant cette soirée pluvieuse serait sûrement bien plus intéressant que la contemplation du plafond de la salle commune des serpents.
Revenir en haut Aller en bas
Leo Keats Gold
avatar
Personnel de Poudlard
Personnel de Poudlard
Spécialité(s) : Métamorphomage


Re: En salle principale

Message par : Leo Keats Gold, Jeu 29 Juin 2017 - 10:16


Réponse à  Elias

La parole comme vaccin contre la mort,
La parole comme rempartconyre la nuit.
Parler.
Parler encore.
Parler pour affronter la nuit.

La gorgée un peu trop longue,
Et le cliquetis des douze attendues.
Qui chatouille les oreilles comme un gazouilli.

Puis voilà le gars qui se met en tête de construire sa propre tour de pose. Un peu bancale, très hideuse. Mais l'initiative est belle. J'ai presque envie de taper dans mes mains pour l'encourager. Parce qu'on s' en moqur que ce soit tout moche. C'est ce que font ses mains qui est beau. C'est l'âme du gamin.

Croire ça veut rien dire et ça veut tout dire à la fois.

Comment on peut tout dire et rien à la fois ? Je sais pas moi. Faudrait m'apprendre. Comme plein de chose. Des écoles de la vie ou des choses comme ça.  Pour comprendre le mondes, et pas perdre des années a se tromper, à tout recommencer. T a phrase aussi elle veut tout et rien dire à la fois je crois. Parce que je sais pas si je comprends ce que tu veux dire. Mais en même temps je sens que pour toi ca veut dire beaucoup.
Comme quelqu'un qui joue du violon assis.

Y a rien de vrai dans le réel. Rien que ton cerveau qui te joue des tours.

Je sais pas si je suis prêt tu sais, à entendre que le vrai n'est pas vrai. Que tout ce qui se passe autour n'existe pas pour de vrai. Je ne sais pas, c'est un peu compliqué. Parce que si rien est vrai,on ne peut plus rien croire. Et dans ce cas on est tout seul. Je crois que c'est un peu dangereux de trop penser. Après c'est lhiver, il fait triste, et les nénuphars du bonheur ont gelé sous la blancheur du ciel.
Et tourne tourne le manège.

Déjà les couleurs. Ce truc est en or, ça en a la couleur. Mais c'est tout sauf ça. Sa vraie couleur tu la verra jamais, parce qu'il l'avale ton Whisky. Tu vois que celle dont il veut pas. L'or c'est le reflet, rien que du vent tu vois ?

Tu acquiesces à la demande muette, faisant cette fois sonner tes pièces, les ajoutant à la pile bancale et futile. Qui est peut-être elle aussi du vent. Tu dis souvent que les mots si t du vent. Mais tu y crois quand même. C'est peut-etre ca au final. Faut peut-être rien croire. Mais dans ce cas, est-ce qu'il faut croire qu'il faut rien croire ? C'est compliqué tout ca.
Alors une réponse simple.

C'est pas faux.


Même les gens n'ont plus de couleur.
Ils sont tous ternes.

Si ça se trouve t'existe pas.


Revenir en haut Aller en bas
En ligne
Galway Lynch
avatar
Préfet(e)/Serpentard
Préfet(e)/Serpentard
Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Re: En salle principale

Message par : Galway Lynch, Dim 2 Juil 2017 - 14:52


RP avec Mary et Peter, vraiment désolé du retard :'(

Galway était atterré, il sentait bien que sa prise de parole n’avait ni queue ni tête, qu’il avait été très difficile à suivre. Pourtant c’était très important qu’il se fasse bien comprendre. La réaction de Mary le conforta dans cette impression. Elle lui demanda ce qui c’était passé avec se grand-mère. Au début il ne comprit pas pourquoi elle lui demandait ça puis il fit le lien avec ce qu’il avait dit sous l’effet de la boisson.

Stupide boisson ! Qu’est-ce qu’il lui avait pris de commander un breuvage dont les propriétés magiques étaient affichées sur la carte ? Il n’avait donc rien appris en cinq ans ? Il fallait toujours aborder tout ce qui était inconnu et lié à la magie avec prudence, au risque de se brûler. Il n’avait pas du tout besoin de ça, se ridiculiser devant deux collègues dont l’un d’entre eux était venu pour l’aider.

Heureusement Peter recentra le sujet. Il lui expliqua que pour se faire respecter par les autres, il fallait prendre des décisions justes, ce que Galway intégrait totalement. Mais ensuite il lui dit qu’il fallait rester ferme et que si Galway avait pris une décision et que par la suite elle lui semblait injuste, ce n’étais pas à lui de revenir dessus mais à quelqu’un d’autre.

Galway n’étais pas vraiment d’accord avec ce que venait de dire Peter. Si on s’aperçoit par la suite que l’on s’est trompé, il vaut mieux reconnaître ses tords plutôt que de laisser l’injustice telle qu’elle. Ou au moins essayer de réparer son erreur d’une manière détournée. Et faire en sorte qu’une autre personne défasse la décision prise était une manière de faire cela. Mais il ne trouvait pas ça très honnête. Et puis cela soulevait un autre problème.

-Tu dis que pour être respecté il fallait faire en sorte de prendre des décisions qui paraissent justes. Mais si une décision est injuste et que c’est quelqu’un d’autre qui défait la décision, on sera toujours perçu comme quelqu’un qui prends des décisions injustes et on ne pourra pas se faire respecter, vous ne trouvez pas ? Pas exemple Mary, si je te disais que j’avais un hibou qui s’appelle Craobhán et que… non, c’est pas ça du tout… si je te punissait parce que quelqu’un t’accuse de lui avoir volé ses affaires et qu’ensuite le vrai voleur se dénonce, tu t’attendrais à ce que ce soit moi qui lève ta punition non ? J’aime beaucoup tes pommettes.
Revenir en haut Aller en bas
En ligne
Harmony Lin
avatar
Admin en FormationHarryPotter2005
Admin en Formation
HarryPotter2005
Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Re: En salle principale

Message par : Harmony Lin, Mar 4 Juil 2017 - 17:50


RP avec Max et Peter


Alors que Peter semble sur le point de répondre à Max et que je me penche pour l'écouter, il a une réaction qui ne me surprend pas. Sa mâchoire se décroche. Il ne parle plus. Il me regarde. Je le comprends. Après tout, qui pourrait ne pas me voir ce soir ?! Je suis plus belle que jamais. Tous mes atouts sont mis en valeur et je cherche à m'amuser. Je suis tout simplement irrésistible.

- Euh ...

Et l'histoire disparait dans le néant tandis qu'il observe mes atouts et que je rigole intérieurement. J'ai aussi vu le regard de Max quelques instants plus tôt et elle ne semblait pas moins intéressé. Je sais que mes yeux sont ravageurs. Je peux remercier ma douce mère pour ça. Je les tient d'elle. Ces deux perles couleur océan qui charment mes deux compagnons du soir.

- Et puis, il y eut deux balais ... Deux superbes balais ...

Il a définitivement perdu le fil de ce qu'il racontait et cela m'amuse beaucoup, si bien qu'un grand sourire finit par atterrir sur mon visage. Une petite part de moi est déçue de ne pas avoir la suite de l'histoire mais être le centre de l'attention ne me déplait nullement. Je bois une nouvelle gorgée.

- Sinon Harmony et si tu nous parlais un peu de toi?

Je me retourne vers Max, lui offrant mon sourire ravageur de la même façon que je l'ai fais avec Peter. Nous sommes passé de l'histoire de ce bar à mon histoire à moi. Et ça ne m'étonne même pas. Je l'avais prédis, non ? Je suis à côté alors difficile de se concentrer sur autre chose que moi. Se plonger dans mes yeux est bien plus intéressant que d'écouter parler quelqu'un de l'origine de ce bar.

Je commence à réfléchir sur ce que je pourrais dire. En cherchant, je ne vois que des compliments pour me définir. Que des qualités. Je suis parfaite après tout. Puis, lorsque j'essaye de chercher plus loin, tout devient flou. Je fronce les sourcils, perd d'un peu de ma superbe. Et tandis que j'essaye un peu plus, j'ai l'impression qu'un burin vient me percer le crâne. Je serre les dents.

Et soudain, je me souviens.
Que j'ai 14 ans.
Que je ne suis pas censée boire de l'alcool.
Que ces atouts ne sont pas aussi proéminents habituellement.


Mais qu'est-ce que je fais là ?

Puis je me rappelle que je suis le centre de l'attention. Cette sensation est toujours là. Celle d'être irrésistible. Bien que maintenant rejointe par un léger sentiment de malaise. Et je souris à chacun de mes compagnons. Je fais bouger ma chevelure pour donner illusion. Pour cacher ma propre gêne.

- Que veux-tu savoir ?


Je me sens belle. Je sais que je suis intelligente. Ça n'a pas changé. Mais je ne suis plus persuadée de devoir faire la fête et de devoir être là.

Après tout, j'ai 14 ans...
Revenir en haut Aller en bas
En ligne
Elias Baxter
avatar
Serpentard
Serpentard
Spécialité(s) : Permis de transplanage
Animagus : Chat Savannah


Re: En salle principale

Message par : Elias Baxter, Mer 5 Juil 2017 - 19:13


Un regard vide qui se plaint, et un verre plein qui se vide. C'est pas faux. Un fin sourire étira ses lèvres une fois encore. Savoir ce qui est faux c'est avérer que l'on sait ce qui est vrai. Or on aura jamais pleine conscience de la réalité, par conséquent tout doit être vrai. Ou tout de moins, rien ne doit être faux. Si ça se trouve t'existe pas. Et il avait envie de dire, c'est pas faux. Il se retint de peu, pour ne pas faire écho. Ou alors si, j'existe, et toi aussi, et en fait on fait partie d'un tout, et du coup on est qu'un seul et même truc.

Posant ses deux paumes sur le bois de la table, Elias ne prit pas même le temps de s'abreuver entre deux pensées. Toi, plus moi, plus eux, plus tout le reste, on n'est ensemble, à la vie à la mort. Ou pas hein, j'balance qu'une théorie parmi d'autres ! Ce coup-ci il lapa son jus avec élégance histoire d'hydrater son gosier. M'enfin ce monde est fait de théories et de trucs bizarres. Comme t'sais quand t'as un déjà-vu ! Et qu'tu revis un moment encore et encore !  Les moldus ils ont tout pleins d'explications pour ça, avec leur science et leurs belles technologies. Mais moi j'dis, y a anguille sous roche. Et même baleine sous caillou. Un truc qu'on dit, un secret pire encore que le secret magique.
Revenir en haut Aller en bas
En ligne
Ailyne Lawson
avatar
Poufsouffle
Poufsouffle
Spécialité(s) : Permis de Transplanage


Re: En salle principale

Message par : Ailyne Lawson, Ven 7 Juil 2017 - 23:23


JE SUIS GENRE PLUS QUE DESOLEE. GENRE VRAAAAAIMENT. L'inspiration était pas là mais elle est revenue. Je voulais juste pas vous faire de la Mer** parce que j'aime vraiment beaucoup le potentiel de ce RP. Des bisous à Temp' et Ian amour
____________________________


L'Homme, il te plait bien. Avec ses manières et avec ses yeux qui regardent partout. Qui pourrait la déshabiller. Juste ici et maintenant. Enfin. Ce qu'il pense. Il pense te déshabiller du regard. Sauf que t'es déjà nue. T'es à nue. Devant tous ses gens. Devant le monde entier. Aucun masque, aucun filtre. Nue, livrée au monde entier. Qui te regarde avec des yeux ronds. Plein de désirs. Plein d'envie. De t'avoir. De te détenir. D'être sûr. Que tu serais là toujours. Avec ta satisfaction de vivre et tes rêves en guise de réalités. Ils te voudraient. Pour eux tout seul.

Mais tu n'es que brume dans leur main.

- L'envie de se détendre. Tu sais.. ils sont plutôt dur à supporter..

Il continue de parler, et toi tu t'accroches à ses lèvres avec comme désir de de déchiffrer derrière ses mots. Avec comme désir de comprendre si les mouvements de sa langue reflète celui de ses pensées. Si le claquement de ses lèvres fait le même écho que ce qui se passe dans son esprit.

Je trouve ça inconcevable. Quoi ? Qu'est-ce que t'as encore à vouloir ramener ta poire toi ? Je trouve ça inconcevable. Qu'ils trouvent ça dur à supporter. Il est en train de former. De leur permettre de s'envoler. Au diable les études, qu'il les fasse danser, crier sur le monde. Qu'il leur apprenne à chier sur l'univers. Juste pour lui montrer que parfois, c'est vraiment la m*rde. Juste pour signifier son mécontentement. Qu'il leur apprenne à courir sous la pluie sans se cacher d'autrui. Qui leur montre que la peur n'empêche les rêves et que les rêves ne sont pas incompatibles avec la réalité.

Mais toi Lyne, t'es étrange. Derrière ton comptoir, t'es à l'autre bout du monde. A des mille et des cent de comment résonne les gens. Ce n'est pas grave. Mais ne t'étonne pas. Tu écoutes leur conversation d'un oeil amusé. Tu ne prends pas vraiment la parole tant  qu'ils n'ont pas fini de parler. Tu te gardes bien de paroles inutiles. Tu aimes juste toucher là où ça fait mouche. T'aimes bien te faire remarquer. Attirer l'attention.

- Je trouve que c'est bien plus que supportable...

Les yeux qui traversent de part en part la demoiselle. Les yeux qui en disent long. Des pensées éclair qui passent, des lèvres qui se touchent et des mains qui ne savent plus où s'arrêter. Pensée éclair qui ne te fait pas rougir, qui te donne des flammes en guise de propulsion. Qui pourrait faire monter en température la pièce et les corps. En une fraction de secondes s'il le faut.

- Et des idées, j'en ai plein en tête. Suffit de demander. Tu veux quoi Benbow, du grandiose, de l'implicite, de l'explicite. Tu veux peut-être des étincelles ou de fines bulles pour te faire aller dans les airs ?

Sourire malicieux, presque enjôleur. Adressé à tes deux compairs. T'as envie de t'amuser. T'es joueuse. T'as envie de rire, de danser, de jouer avec leur coeur, leur corps et leur envie. Et tu connais encore rien de leur envie, mais tu serais prête à en créer des nouvelles. Un battement de cils, des actions qui les font sourciller, et ils ne voudraient qu'eux découvrir ce que tu leur réserves ensuite.

- Mais... Laissez-moi vous surprendre très chers.

Et pour ne pas les faire attendre, tu éclates de rire en rejetant la tête et tes longs cheveux en arrière. Tu lances la musique.

Quand la musique commence, c'est comme si elle entrait en moi. Comme si je devenais le son et qu'il s'imprégnait de moi. Quand les sons ont résonné dans mon crâne, ils ont pris le même rythme que mon coeur. Je suis partie de derrière le comptoir. Ce que je voulais c'était de l'espace, et pourtant leur proximité. Les avoir à côté. N'en faire qu'une bouchée.

La musique glisse et se teinte, elle prend des couleurs et des formes que le monde ne saurait imaginer, ne saurait créer. Mes hanches ne m'appartiennent pas, et mes mains se perdent dans les airs. Et la brunette. Qui me ferait presque louper des battements de coeur. Je lui prends la main, je l'emmène, je l'entraine. Je la fais tourner. Je la retourne. Je danse près d'elle.


- J'espère que tu ne te coucheras pas seulement à deux heures du matin... Ca serait dommage de ne plus avoir ta compagnie.

Pourquoi ce besoin de faire tourner des têtes. Qu'est ce que ça t'apporte Lyne. Très sincèrement. Qu'est ce que ça te fait. Ca me permet de vivre. Sans besoin de rien de plus que ce dont j'ai envie.

Tu es folle.
Oui.

Et tu danses parce que tu t'en fous. Et que c'est toujours comme ça avec toi et que rien ni personne ne te changera. Alors que t'es derrière elle, t'ose poser tes mains sur sa taille. Juste un instant. Un court instant. Mais t'es presque sûr que le contact s'est gravé sur sa peau. Qu'elle a encore la sensation fantôme de ta main sur elle. Tu souris et tu ris.

T'as envie de danser. Et de tout oublier.
Revenir en haut Aller en bas
Ian Benbow
avatar
Personnel de Poudlard
Personnel de Poudlard
Spécialité(s) : Legilimens


Re: En salle principale

Message par : Ian Benbow, Jeu 20 Juil 2017 - 15:40


Le bruit de la pluie qui s'éclate contre une fenêtre. Le bruit d'une conversation. Les mots d'une élève. Les yeux d'une magnifique rousse. Je peux le sentir. On se reconnaît, entre-nous, je crois. Elle est comme moi. Elle profite. De tout. De l'alcool, de la vie, des autres. Elle prend son pied et se détache, s'envole vers de nouveaux plaisirs. J'ai l'impression de me voir en elle. Ce regard. Ce feu dans les yeux. Je n'en ai pas l'habitude. Comment réagir ? Persévérer dans mon jeu, ou lui laisser le plaisir de mener la danse, de me montrer qui elle est vraiment. Puis mon regard se pose sur Black. Parce qu'elle est là, qu'elle répond à ma question. Je me surprend à lui envoyer ce même message, celui de l'envie. Un regard envieux.

- Je me ballade. En théorie je suis chez Ollivander’s, en train de travailler mais en pratique, j’ai débauché à 17h et je me balade dans les rues... J’observe et je tue le temps sachant que même couchée à 23h je ne m’endormirai pas avant 2h du matin... »

Je souris, appréciant les mots de l'étudiante. Elle se promène, profite de sa liberté limitée. Je m'en rappelle encore. Compliqué, de rester enfermé à l'intérieur du château. Avec comme seule autorisation de sortie, le travail ou les quelques visites du village sorcier. Pas de quoi s'emballer. Je comprends l'envie de Black, du profiter du monde extérieur, autant que possible. J'aurai aimé en faire autant à l'époque. Et pourtant, me voilà face à elle. En tant que Professeur, je suis obligé de la réprimander, mais je n'en ai pas envie.

L'œil attentif, je suis attiré par du mouvement. Derrière le bar. Rien d'important, un geste des plus ordinaires. Mais je l'observe, je l'apprécie.

- Et je suis censé ne rien dire, c'est ça ? Je souris. Tu as de la chance d'être tombé sur moi.

Un clin d'œil en direction de l'étudiante, pour lui faire comprendre que mon silence est acquis. Je continue de la regarder, et j'ai l'impression de la voir réellement. Comme si un philtre venait tout juste d'éclater. Je ne vois plus l'étudiante, je vois la femme. Je vois ses courbes, les traits de son visage. J'apprécie ma vision, et ressors de cette expérience légèrement décontenancé. Ce n'est pas la première, à attirer mon attention, loin de là. Pourtant.

Et la jolie voix, celle qui vient de derrière le comptoir, me rappelle à l'ordre. Je me détache de Black pour revenir sur la splendide rousse. Une nouvelle sensation me prend à l'improviste, l'hésitation. Ne plus savoir où donner de la tête. Je décide de chasser ces pensées, apportant plus d'attention encore à la suite de la conversation.

- ..j'en ai plein en tête. Suffit de demander. Tu veux quoi Benbow, du grandiose, de l'implicite, de l'explicite. Tu veux peut-être des étincelles ou de fines bulles pour te faire aller dans les airs ?

Mes yeux se fondent dans les siens, s'en imprègne. Toujours plus, je veux plus que ça. Je suis difficile à contenter, et je vais te le faire savoir. J'ai envie de le lui dire, le lui crier, mais j'ai peur d'être trop direct et j'ai l'impression qu'elle veut prendre son temps, qu'elle veut mener la danse. Alors je me laisse guider, je reste silencieux. Peut-être que je me trompe, mais dans ce cas, je m'en rendrais compte très vite, et corrigerait.

Et sans attendre, elle s'occupe de l'animation. Sa fine baguette entre les doigts, je l'observe actionner de la musique. Le rythme s'empare de la pièce, s'empare de son corps, de son coeur, mais pas du miens. Je suis assez hermétique à ce genre de chose, et pourtant je vais devoir me prêter au jeu. La rouquine commence à bouger, nous rejoint de l'autre côté du bar, puis s'empare de la pièce. S'empare de nos yeux. Elles partagent la scène, l'impression de ne faire qu'une. Je suis spectateur, au même titre que d'autres, mes yeux rivés sur les deux corps ondulant au rythme de la musique. Je me surprends à sourire, à penser. J'observe des lèvres bougées, des mots se glissés, des caresses se perdre. J'en perds le nord, laissant l'hésitation ressentie plus tôt s'affirmer comme une vérité. Et si.

Pour ça, il va me falloir plus d'alcool. À elles aussi. J'attrape ma bouteille de whisky, m'en sépare à l'aide de plusieurs gorgées et me lève. Bizarrement, je ne me sens pas à ma place au milieu de ce bar devenu piste de danse, mais je m'approche des deux femmes. Puis, arrivés à leur niveau, je me rends compte de l'absurdité de ma démarche et décide de m'asseoir à la table la plus proche. Pas encore assez bu, Benbow.

Néanmoins, je me laisse aller à quelques applaudissement, suivit de quelques cris d'encouragement, un sourire gravé sur mes lèvres. Étrangement, ça m'amuse.

- Come-on les filles !

Ma voix se perd au milieu du son, mais je m'en fou un peu. Je continue d'applaudir, ce même sourire étirant les lèvres, et mes pieds tapotant le sol en rythme.
Revenir en haut Aller en bas
Temperence Black
avatar
Maitre de JeuSerpentard
Maitre de Jeu
Serpentard
Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Re: En salle principale

Message par : Temperence Black, Dim 23 Juil 2017 - 0:57


With Lyne & Ian
L.A de Ian

« Et je suis censé ne rien dire, c'est ça ? Tu as de la chance d'être tombé sur moi. »

Temperence sentit un poids se soulever de ses épaules tandis que le professeur lui envoyait un clin d’œil amicale. Il comprenait que la situation était des plus délicates pour la jeune fille et qu’il ne fallait surtout pas qu’elle se révèle au grand jour sans quoi la sanction tomberait sur la jeune élève et que les conséquences seraient sûrement horribles pour elle. Se faire virer d’Ollivander ‘s était une chose mais comparaître devant Dey pour lui expliquer la raison de cette « fugue » serait sûrement bien peu sympathique sachant qu’il y avait de fortes chances que l’académie prévienne ses parents à la minute où elle franchirait les portes de l’école, avec Benbow sur les talons.

Temperence se détendit et son corps s’assouplit en même temps que la peur s’ôtait de son esprit. Elle était sauvée pour ce coup-là mais s’il y avait une prochaine fois, elle ferait nettement plus attention histoire de ne pas abuser de la bonté soudaine du professeur et surtout que la prochaine fois elle ne tomberait peut-être pas sur lui mais sur une personne plus sévère... Monsieur Dey lui-même , La charmante professeure de SACM ? Mieux valait pour elle de ne pas jouer avec le feu sinon la prochaine fois, la brûlure pourrait être des plus douloureuses.

« ..j'en ai plein en tête. Suffit de demander. Tu veux quoi Benbow, du grandiose, de l'implicite, de l'explicite. Tu veux peut-être des étincelles ou de fines bulles pour te faire aller dans les airs ? »

Le pétillement d’une idée dans les prunelles de la rousse.
Un rire cristallin sorti de nulle part.
Un déhanchement aguicheur.
Une tendre caresse féminine.
Une musique qui invite à la danse.
Voila que la jeune femme à la chevelure de flamme se mettait à danser caliente. Elle laissait son corps se balancer au rythme de la musique et s’approchait de plus en plus de la brunette qui se laissa emmener par la douce caresse de la jeune femme. Main dans la main, Temperence se laissait attirer et laissait sa partenaire de dans la faire valser au centre de cette pièce vide. La brunette tournoyait et virevoltait entre les mains de la rouquine experte. A chaque mouvement, le lourd tissu du t-shirt lui collait à la peau, laissant apparaître ses formes de jeune femme tellement le vêtement lui collait à la peau. Ses cheveux mouillés dansaient avec le duo féminin tandis que la rouquine espérait que la soirée ne s’arrêterait pas de si tôt.

« J'espère que tu ne te coucheras pas seulement à deux heures du matin... Ca serait dommage de ne plus avoir ta compagnie. »


« La nuit ne fait que commencer.... »

Le sourire aux lèvres, les deux jeunes femmes continuaient de se mouvoir sous le regard masculin du professeur qui, durant une nuit, serait tout sauf professeur. Temperence n’allait pas partir maintenant ni même à deux heures du matin à l’image de Cendrillon qui fuyait le bal à minuit. Si le carrosse de la brunette redevenait citrouille, elle partirait à pied mais elle resterait ici jusqu’à la fin. Du commencement au terminus de ce voyage en absurdie le temps d’un soir.

Les mains de la rouquine se posèrent avec souplesse sur la taille de la brunette. Le doux contact de ses paumes chaudes contre sa peau froide et humide fit naître un frisson qui parcourut son dos. Piquant sa peau de l’endroit ou la jeune femme posait ses mains jusqu’à sa nuque où naquit la chair de poule. Un contact brûlant qui laissa sa trace sur les hanches de la jeune fille, comme si elle avait été marquée au fer blanc par les mains de cette rouquine qui laissait la musique l’emporter dans sa danse folle.

« Come-on les filles ! »

Ainsi il était toujours là et il n’avait pas fuit. Il observait la scène en applaudissant comme un enfant devant un spectacle qui lui plaisait. Le spectacle que jouait les deux jeunes femmes avait l’air de lui plaire mais, comme si la pudeur lui tenait les entrailles, il n’osait pas. Il restait là, assis sur cette chaise avec sa bouteille à la main. Il battait le rythme de la musique avec son pied et souriait face à ce spectacle féminin. Si un jour on avait dit à Temperence que Benbow, l’homme qui l’avait viré de cours pour un combat de plus haut niveau que celui qui était demandé, allait être là, devant elle, l’ivresse montante et le sourire joyeux face à deux filles dansant sur une piste vide avec langueur elle ne l’aurait jamais cru...

Envie soudaine.
Pudeur envolée.
La malice allumant son regard bleu.
Temperence stoppa sa danse et se laissa glisser jusqu’à l’homme, au point où ils en étaient la pudeur avait disparu et l’amusement pouvait valser librement entre les murs du bar qui n’accueillerait plus personne mis à part le trio bien étrange de ce soir de pluie. Arrivée à la hauteur de professeur, Temperence tendit la main pour attraper la sienne et elle le tira. Elle tirait son bras pour le faire se lever et le faire valser avec elles, pour le laisser entrer dans cette douce folie euphorique qui habitait les deux jeunes femmes qui, le temps d’une soirée, semblaient avoir laissé tomber la moindre barrière les entourant.

La main de la brunette glissant sur celle de l’homme, elle l’entraîna dans la danse. Elle s’amusait avec lui comme deux enfants s’amusaient ensemble lorsqu’ils étaient sur une piste de danse. Elle se déhanchait avec lenteur, laissant la musique guider son corps et prendre possession de tout son être pour se laisser sombrer avec délectation dans une douce nuit d’oublie à la saveur de liberté totale...
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé

Re: En salle principale

Message par : Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas
Page 5 sur 6

 En salle principale

Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6  Suivant

Permission de ce forum:Vous pouvez 
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Harry Potter 2005 :: ~¤~ Pré-au-Lard ~¤~ :: Rues de Pré-au-Lard :: Les Trois Balais-

L'univers d'Harry Potter est la propriété de la Warner Bros ainsi que de J.K Rowling.
Tous droits réservés sur ce site ©Copyright HarryPotter2005. Affichage optimisé sous Firefox.