AccueilPortailFAQPublications internesRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Harry Potter 2005 :: ~¤~ Autres Lieux Magiques ~¤~ :: A l'étranger
Page 1 sur 2
[Habitation] Tearing Souls Apart
Aller à la page : 1, 2  Suivant
Peter McKinnon
avatar
Modération RPGSerpentard
Modération RPG
Serpentard
Spécialité(s) : Permis de Transplanage


[Habitation] Tearing Souls Apart

Message par : Peter McKinnon, Sam 18 Mar 2017 - 12:16


_________________________________


   Voici l'habitation (Chalet) de Alhena Peverell.

   Elle peut poster dès à présent.


   _________________________________
Revenir en haut Aller en bas
Alhena Peverell
avatar
Responsable RPGSerpentard
Responsable RPG
Serpentard
Spécialité(s) : Permis de Transplanage


Re: [Habitation] Tearing Souls Apart

Message par : Alhena Peverell, Sam 18 Mar 2017 - 22:38







Tearing Souls Apart


_______________________

Family is Everything.


Perdu au milieu d'une vallée de la Norvège, le chalet se situe au bord d'un lac.
Il est entouré d'une immense forêt, près de grandes montagnes pour aller skier. Assez isolé, il permet de garder calme et sérénité. Les commerces sont non-loin.
Le chalet est composé de plusieurs chambres, de bureaux, de salles de jeux, de grandes parties communes (salon ect...).

Si vous fermez les yeux, vous entendrez les chants des oiseaux, les bruits de pas dans la neige, les rires des enfants et le glissement des patins sur le lac. Dans un nuage blanc, il y a de cela plusieurs années, les Peverell ont pris possession de ce chalet.
La vie s'est empressée de leur écrire une histoire ensoleillée puis tachée de sang. La neige devenue souvent rouge a rendu cet endroit empli de mauvais souvenirs, que la fratrie s'efforce d'effacer désormais. Les cicatrices sont difficiles à panser et les obstacles à surmonter.
Les esprits sont apaisés dans cet endroit idyllique, mais quand la rancoeur et les vieux conflits reprennent le dessus, l'ambiance générale est à son apogée. Il vaut mieux ne pas s'aventurer dans les sous-sol, ce que vous trouverez ne risque pas de plaire aux âmes sensibles.
Hormis cela, si vous regardez plus attentivement, vous y trouverez aussi la mélancolie semer son souffle au détours de la lune. Un semblant de bonheur au Zénith du soleil et peut-être, même, dans un regard :  
Un grain d'amour
Une famille


©Alhena
©Azaël pour le nom du chalet


Dernière édition par Alhena Peverell le Dim 19 Mar 2017 - 0:14, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Azaël Peverell
avatar
Serpentard
Serpentard
Année à Poudlard : Septième année

Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Re: [Habitation] Tearing Souls Apart

Message par : Azaël Peverell, Sam 18 Mar 2017 - 23:06


Autorisation d’Alhena pour poster
LA d’Alhena, qui a le mien pour la suite du RP


Ta sœur est venue te chercher. Il paraît que vous allez passer des vacances en famille dans un chalet en Norvège. Tu sais pas trop quoi en penser. Faut dire que votre relation est plutôt étrange. Tu sais pas comment réagir avec elle. Tu la testes, sans arrêt. Et elle ne se fait pas prier pour te remettre à ta place. Pourtant, tu ne lui en veux pas. Parce que t’as envie de faire parti de sa vie. T’as envie d’avoir une famille, une vraie. Avec quelqu’un pour veiller sur toi, même si c’est pas tous les jours la joie. T’as besoin de voir qu’elle est là. T’as besoin qu’elle te prouve sans arrêt que t’existes vraiment à ses yeux. Alors ce voyage, t’as pas vraiment hésité. T’as accepté, sans poser de questions. T’as eu vite fait d’entasser tes affaires dans une valise.

T’as embarqué limite autant d’alcool que de fringues. Si ce n'est plus. Tu sais pas trop combien de temps vous allez rester là bas. Mais t'as pas envie d'être à court. Et puis t'as rejoint Alhena qui t'a emmené au chalet en transplanant. Tu regardes l'endroit, avec attention. Il caille. Il neige. Mais cette fois-ci, t'es habillé, donc tu le vis plutôt bien. Quoi que tu serais quand même vachement mieux à l'intérieur. Le chalet est grand. Très grand même. Tu t'attendais pas vraiment à ça. Enfin tu te doutais que ce serait pas une boîte de sardine, mais quand même, là, c'est assez impressionnant. Et en plus, il y a des lumières à l'intérieur.

Et tu te rends compte que "en famille", ça veut dire que vous allez pas être que tous les deux. Ça ne t'était même pas venu à l'esprit. Pourtant, vu la lettre, t'aurais dû te douter que la famille Peverell ne s'arrêtait pas à Alhena. Qu'elle était plus étendue que cela. Mais vu que c'est la seule que tu connais... Bah t'as complètement oublié le reste. Et là, tu stresses. T'as pas l'habitude. Tu sais pas comment réagir. Tu as oublié comment t'es sensé te comporter en société. Et tu vas te retrouver à nouveau plongé dans une famille de Sang Pur. T'espères simplement qu'ils sont moins cinglés que ton père adoptif.

Mais vu l'histoire de base, t'as quand même quelques doutes. Alors plutôt que de suivre Alhena vers l'entrée du chalet, tu recules d'un pas.

- Attend ! J'suis pas sûr que ce soit une bonne idée en fait... J'ferai mieux d'rentrer.

T'es pas prêt pour ça. Pas du tout. Rencontrer toute ta famille... Et puis quoi encore. Elle aurait pu te prévenir, te dire les choses clairement. Là, t'es juste en train de buguer devant l'habitation. Pas moyen que tu mettes les pieds là dedans. Pas maintenant. Pas comme ça.

- Je... Ramène moi. S'il te plaît.

Pour une fois, tu fais l'effort d'être poli. Parce que tu le sens vraiment pas tout ça. Tu sais pas ce que c'est une famille. Alors faut pas t'en coller une dans les bras comme ça.
Revenir en haut Aller en bas
En ligne
Alhena Peverell
avatar
Responsable RPGSerpentard
Responsable RPG
Serpentard
Spécialité(s) : Permis de Transplanage


Re: [Habitation] Tearing Souls Apart

Message par : Alhena Peverell, Dim 19 Mar 2017 - 22:55


RP Enfant 2

Juste une fois au Chalet ©Azaël pour ce nom de RP

You Bring My Darkness


Il fait froid, mais pas autant que dans le coeur de ton frère ainé.
L'amertume se mélange à la colère dans un désordre de mensonge
Qu'allez-vous lui dire ? Lui avouer ?
Les rouages des méninges s'enragent, tu peines à trouver solution au problème.
Les minutes s'écoulent, les moments aussi :
Il atterri dans la neige. Vous pansez vos pensées avec des sourires, mais le gosse ne supporte pas l'idée. La panique s'insuffle dans tout son être et tu allumes une tueuse, avales une penseuse. Le zénith du soleil réchauffe tes angoisses.
Cette fois la vie se moque de lui
Bienvenue dans la Famille

Le nuage de fumée s'étouffe dans le décor. La poudreuse devient écarlate avec les cicatrices et il tente de fuir. Il a raison. Il n'y a rien pour lui, seule une étendue déserte de non-sentiment. Des faux-semblant et des enfants qui n'en seront bientôt plus. L'espérance écorchera les dernières innocence en les abandonnant trop tôt. Alors oui,
Fuis,
après tu n'auras plus l'occasion.
Tu seras perdu au milieu d'un cercle vicieux. Tu ne stopperas jamais l'horloge du temps qui s'écoule, la mort s'approchera à pas lent de ta chambre alors que tu pleures encore pour hier. Et vous danserez une valse jusqu'au dernier souffle

Mais tu sais Gamin, sous ses airs,
Elle voudrait t'aimer, t'aider, devenir ton amie
Elle voudrait devenir ce que personne n’a réussi à être pour elle : une protectrice
sauf que le sang coule encore entre ses doigts
et elle ne se le permet pas
ne se le pardonne pas
Cependant que serait sa vie sans ce but ?
Qu’est-ce que le risque quand le reste nous importe peu ?
Qui nous dicte ses droits ?
Qui nous dicte sa conduite ?
Tu sais, il y a dans la vie des lois, des règles plus importe que la morale
Celles du coeur, celles de la vie
Gamin, dis-moi,
Te contentes-tu d'exister ? C'est pour ça que tu as peur et que tu restes tétanisé ?
Est-ce que chaque jour tu te réveilles en sachant que le jour d’avant ne ressemblera certainement pas au prochain ?
Dis-moi est-ce que t'as déjà essayer de vivre ?

Main posée sur l'épaule
C'est bon Gamin, détends toi. Y a personne ici qui connait vraiment le terme Famille

Et tes lèvres s'étirent dans le désespoir,
Et le silence se brise dans l'espérance
Trois têtes qui s'élancent vers vous, des boules de neiges qui s'éclatent dans la tronche du benjamin,
des rires bruyants
un miroir qui te fait face, des yeux marrons que tu hais à travers l'amour
un frère aussi froid que le paysage, mais un sourire qui réchauffe la mémoire
Azaël
Elladora
James
Adrian
Regina
Eileen
Toi


Juste une famille, de la neige,
un chalet
et des cris
intérieurs

Revenir en haut Aller en bas
Azaël Peverell
avatar
Serpentard
Serpentard
Année à Poudlard : Septième année

Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Re: [Habitation] Tearing Souls Apart

Message par : Azaël Peverell, Jeu 30 Mar 2017 - 6:04


Tu restes figé dans la neige. Tu veux qu'elle te ramène. T'as pas envie de rester ici. Tu ne peux pas rester ici. Tu ne t'en sens pas capable. Une famille, tu sais pas ce que c'est. Tu voulais juste passer du temps avec elle, dans un besoin irrépressible de sentir que tu comptes à ses yeux. Mais tu doutes trop pour pouvoir faire face au reste d'une famille que tu ne connais pas. T'es pas préparé, et t'as peur. Peur de ne pas être à la hauteur. Peur de décevoir. Peur de ne pas être le bienvenu ici. Après tout, ça fait seize ans qu'ils vivent sans toi, ils devraient pouvoir continuer sans trop de peine. Une main se pose sur ton épaule, et tu te raidis légèrement, avant d'essayer de te relaxer un peu.

C'est bon Gamin, détends toi. Y a personne ici qui connait vraiment le terme Famille

Tu sais pas si ça te rassure ou si ça te fait flipper encore plus. Parce que, quitte à être là et à ne pas pouvoir rentrer chez toi, t'aimes autant que ça se passe bien, et que ça serve à quelque chose. Si personne ne sait ce qu'est une famille, il n'y a pas grand intérêt à passer du temps avec des inconnus. Parce que c'est ce qu'ils sont tous. Même elle. Mais elle c'est différent. Parce qu'elle a dit qu'elle serait toujours là pour toi, et que t'es tellement pathétique que t'as envie d'y croire. Peut être même que t'y crois déjà. Alors t'es prêt à lui faire plaisir. A rester.

Deux adultes apparaissent. L'une qui ressemble exactement à Alhena, si bien que tu bugues un instant en la regardant. L'autre est un homme, qui n'a pas l'air des plus enjoué. Et ensuite trois enfants. Qui te balancent des boules de neige que tu te prends en pleine figure. T'es toujours figé, mais plus pour la même raison. Tu les regardes, cette fois-ci réellement apeuré. La dernière fois que tu t'es retrouvé face à un gosse de cet âge tu l'as tué. Son regard te hante. T'as vu la vie qui s'échappait de lui, par ta faute, sous ta main. La gorge tranchée, le sang qui s'écoule. Tu revois tout, parfaitement. Toute la scène. Tu la revis, encore et encore, sans parvenir à t'en débarrasser.

Et ces gosses qui rient... Tu ne parviens pas à rester. Tu ne parviens pas à accepter leur vue. Tu laisses tomber ta valise au sol, laissant la neige étouffer le son qu'elle aurait dû faire. Et tu dégages la main d'Alhena de ton épaule avant de tourner les talons pour partir en courant. Sans un mot. Tu cours aussi vite que tu le peux. Loin, très loin de ces gamins, loin des flash, même s'ils semblent te suivre. T'arrives pas à gérer, t'arrives pas à te pardonner, et t'es incapable d'oublier, encore moins d'accepter ce que tu as fait. Ta course est rythmée par la neige qui crisse sous tes pas tandis que tu t'enfonces dans la forêt.

Tu ne connais pas les lieux, et tu t'en fous. Tu pourrais tout aussi bien te perdre en plein milieu que ça ne te dérangerait pas. Tu le mériterais. Tes poumons s'emplissent d'un air glacé qui te brûle de l'intérieur. Tu commences à fatiguer, à t'essouffler. Mais tu continues. Toujours plus loin, t'as peur de t'arrêter, t'as peur de revoir le cadavre de ce gosse que t'as égorgé uniquement parce que tu en as reçu l'ordre. T'as peur de voir les cadavres des trois gamins que tu viens de voir. Images morbides en tête, dégoût de toi-même, tu te forces à courir, jusqu'à ce que tes jambes se dérobent d'elles-mêmes. Tu tombes dans la neige, au pied d'un arbre, et tu prends ta tête entre tes mains, comme si ça pouvait t'aider à penser à autre chose.

Boire, t'as besoin de boire. Pour supporter ce que t'as fait, pour supporter le fait d'être encore en vie alors même que tu ne le mérites pas. Tu sors ta baguette, lances un #Accio Valise. Et t'attends qu'elle arrive. Une bouteille de rhum, ou de whisky. C'est tout ce dont t'as besoin à cet instant précis. C'est à peine si tu sens le froid, alors que la neige imbibe peu à peu tes vêtements en fondant. Baguette en main, tête baissée, tu fixes un point imaginaire tandis qu'une larme coule sur ta joue. Tout ça, c'est trop pour toi.
Revenir en haut Aller en bas
En ligne
Alhena Peverell
avatar
Responsable RPGSerpentard
Responsable RPG
Serpentard
Spécialité(s) : Permis de Transplanage


Re: [Habitation] Tearing Souls Apart

Message par : Alhena Peverell, Sam 8 Avr 2017 - 17:23


LA accordé

Eh
Gamin,
Regarde-moi
Tu sais, on a tous des plaies. Plus ou moins béantes, plus ou moins coupantes. Chacun à ses peurs.
Chacun ses secrets
Tu as le droit d'avoir des sentiments que tu ne devrais pas. Tu peux te permettre d'être coupable, d'avoir tous les défauts du monde. Tu as certainement tué avec des mots, blessé avec des actes. Mais chacune des erreurs et un nouveau pas.
La seule chose que tu dois faire, c'est avoir un peu de courage.
De relever la tête, d'observer dans cette glace ce que tu ne veux pas dire.
Que tu te confrontes à ces yeux émeraudes, ces cheveux de jais et cette âme trop écorchée par le temps.
Accepte toi
aime toi
Apprend à vivre
Prend ma main, je t'aiderai
Je t'enseignerai
Comment sourire, comment profiter, d'un monde avec de nouvelles couleurs
Il n'y aurait aucune hypocrisie, aucun mensonge, aucune chaine et si tu veux partir, je ne te retiendrai pas
Parce que c'est tes choix, et que je ne te courrai plus après
Je te laisserai sombrer, si c'est ce que tu préfères
Parce que, tu sais, ça fait bien longtemps que j'ai arrêté de sourire. Tu demandes l'impossible, tu demandes un sourire éternel mais qui est déjà fané
Sache que, c'est seulement le temps qui nous guidera
Alors laisse toi une chance, de remonter à la surface, ne fuis pas comme ça
Parce que, même si tu ne le montres pas,
J'ai vu tes peurs se cacher près de notre passé
Ta détresse ne peut pas masquer tes souffrances interdites
Alors laisse nous tomber pour cette fois, laisse la nuit trembler en toi
Ça ira, t'inquiètes pas, juste ne recommence pas
Après on ne sera plus là pour toi
S'effondrer une fois, pas deux pour la même chose,
Comprend tes erreurs pour ne pas les recommencer, affronte le monde pour t'en sauver
Parce qu'un jour, tu verras, le soleil viendra faire fondre cette couche de glace

Gamin,
Laisse moi te relever le menton, laisse moi éloigner ses bouteilles qui te tuent une à une
Laisse toi tomber dans mes bras,
Je suis là
Si tu restes avec moi
Je ne peux pas te retenir plus que nécessaire, je n'exerce pas ce pouvoir sur les gens, tu dois choisir de ton plein grès
Je veux bien faire le maximum, pour te faire sourire. Je veux bien chercher l'impossible et transgresser l'interdit. Mais je ne peux pas tout réussir. On ne peut pas claquer des doigts et changer les teintes du ciel. Les lueurs sont indépendantes de nous. La seule chose qu'on peut faire, c'est montrer la voix.
Je ne peux pas te tenir la main fasse à la vie, je ne peux pas le faire à ta place
Relèves toi
Rentrons à la maison
Rentrons là où les rires doux berceront ton coeur
Là où les souffles chaud te feront du bien
Tu pourras jouer aux cartes, gagner, manger en toute impunité. Les regards ne pourront pas te faire du mal
Tu comprendras qui tu es, ce que tu dois être
Mais avant
Pardonne toi

Sèche ses larmes que je ne peux admettre sur tes joues. Si tu préfères te complaire dans la mélancolie, c'est ton choix, mais ne viens pleurer alors.
Ne me demande pas de l'aide si c'est pour la fuir à nouveau
Alors souris
la vie est jolie
Quand tu la regardes de plus près
Elle vaut la peine qu'on la tourne dans les sens pour pouvoir la vivre
C'est ta faute, mais c'est celle du monde aussi
N'oublie jamais que
Tu n'es pas seul

Personne ne te laissera tomber, qu'importe ce que tu as fais, qu'importe ce dont tu as peur. On doit s'accepter comme on est, avec ses idées et son passé
La chaleur d'un frère, d'un enfant serré contre soi
Pour le rassurer. Ses cauchemars sont finis, le jour s'est levé et plus aucun monstre ne devrait venir l'embêter
Il a crié de toutes ses forces et tu as accouru vers lui
Pour chasser ses peurs et ses erreurs
Pour qu'il s'accepte
Parce que tu seras toujours là pour lui, pour le sauver
du monde
de lui-même
Revenir en haut Aller en bas
Azaël Peverell
avatar
Serpentard
Serpentard
Année à Poudlard : Septième année

Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Re: [Habitation] Tearing Souls Apart

Message par : Azaël Peverell, Lun 1 Mai 2017 - 22:33


La valise est là. Tu perds pas de temps pour fouiller dedans, fébrilement. Et t'en sors une bouteille que tu commences à boire directement. A mesure que les larmes coulent sur ton visage, l'alcool coule dans ta gorge. Comme pour compenser la perte. Sauf que c'est pas franchement ça qui va te garder hydraté. Mais t'as pas envie de l'être. Tu veux juste oublier. Tout oublier, et qu'on te foute la paix. Qu'on cesse d'intervenir dans ta vie à tout bout de champ. Bientôt, Alhena apparaît. Tu l'entends plus que tu ne la vois. Tu restes toujours aussi immobile, dans la neige. T'oses pas lever les yeux vers elle. Tu ne veux pas croiser son regard alors même que tu pleures. Parce que tu te montres faible, encore une fois.

Mais voilà sa main qui entre dans ton champ de vision. Qui te relève la tête. Et tu plonges alors tes yeux dans les siens. Tu ne te préoccupes plus des larmes qui ont tracé des sillons sur tes joues. Tu n'essaies même pas de fuir son contact comme tu fuirais celui de n'importe qui d'autre. Tu te contentes de l'appeler à l'aide silencieusement. Tes lèvres restent scellées, mais tes yeux ne peuvent pas tromper. Ils hurlent, comme tu hurles à l'intérieur. Je t'en supplie, ne me laisse pas. Aide moi, j'ai besoin de toi. Voilà la bouteille qui s'échappe de ta main pour être posée plus loin. Hors de portée. Et des bras qui se referment sur toi, doucement, comme une invitation à te laisser aller. Tu te raidis quelques secondes, incapable de bouger. Tu as oublié ce que c'est, de se faire réconforter.

Mais tu finis par te détendre, et te laisser faire. Ta tête se pose sur elle, tandis que tu t'accroches à elle comme si ta vie en dépendait. Son étreinte apaise ton coeur et ton esprit. Tu deviens plus calme. Les larmes cessent de se former. Et tu te serres toujours plus contre elle, comme pour être bien certain qu'elle ne partira pas. Qu'elle ne t'abandonnera pas à son tour. Parce que tu ne pourrais pas supporter un nouveau coup aussi brutal. Et que t'as envie de pouvoir compter sur quelqu'un. Parce que t'as envie d'avoir une vraie famille, même si elle n'est pas parfaite. T'en peux plus d'être seul. De toujours repousser les gens, de peur qu'ils soient ceux qui finissent par te repousser. Mais t'es pas sûr d'être réellement prêt à lâcher prise. C'est difficile de ne jamais savoir quand les choses vont changer.

Personne ne te laissera tomber, qu'importe ce que tu as fais, qu'importe ce dont tu as peur. On doit s'accepter comme on est, avec ses idées et son passé

Tu ne bouges pas d'un centimètre. Tu t'es comme figé dans ses bras. Ce sont des mots que tu avais besoin d'entendre. Que tu voulais entendre. Mais tu restes méfiant. Tu veux y croire. Qu'elle sera toujours là, peu importe ce qu'il se passe, peu importe ce que tu fais. Mais ça te paraît totalement impossible. Un simple espoir, qui te fera tomber de plus haut encore lorsqu'il sera brisé. Qui te détruira totalement. Et ça te fait peur. Tu sens comme un besoin de t'en protéger, alors que c'est pourtant ce que tu avais toujours voulu. Tu ne sais pas comment réagir. C'est trop nouveau pour toi. Mais tu finis par accepter de te laisser aller un peu. D'attendre de voir. De te permettre d'y croire, et d'en profiter, même si ça na durera sûrement pas.

Tu relâches Alhena peu à peu. Te décollant enfin de ses bras. Honteux qu'elle t'ait vu comme ça. T'essuies rapidement ta figure avec tes manches, histoire de faire disparaître les dernières traces de tes pleurs. Tu ne la regardes pas. Tu prends une profonde inspiration, tentant de te convaincre que tout va bien se passer. Que personne ne te forcera à tuer ces gosses que tu as vu. Que jamais une chose pareille ne se reproduira. Il te suffira d'éviter les miroirs, et peut être qu'alors avec le temps tu finiras par oublier. Que tu parviendras à faire comme si rien ne s'était passé. Comme si tu n'étais pas un tueur d'enfant. Tu te relèves enfin. Jetant un sort sur tes vêtements afin de les sécher de la neige qui les avait trempés. Tu regardes la bouteille un instant, et la remets dans ta valise. Tu la boiras plus tard. Enfin, tu te tournes vers Ahena.

- Désolé pour... ça.

Difficile de mettre des mots. T'as craqué. T'espères simplement qu'elle ne va pas t'en parler. Qu'elle ne va rien demander. Et qu'elle sera toujours là.
Revenir en haut Aller en bas
En ligne
Alhena Peverell
avatar
Responsable RPGSerpentard
Responsable RPG
Serpentard
Spécialité(s) : Permis de Transplanage


Re: [Habitation] Tearing Souls Apart

Message par : Alhena Peverell, Ven 2 Juin 2017 - 16:51


LA d'Azaël

Il y a des choses qu'on ne dit pas,
Qu'on ne peut pas dire autrement qu'avec des gestes,
Un regard et une caresse
Parfois c'est en fermant les yeux qu'on se rend compte de l'importance des choses qui nous entourent

Le monde s'est arrêté, il s'efface et fait place à un étrange moment
De deux êtres qui ne savent pas faire confiance,
Retrouver ce qu'ils ont perdu il y a longtemps,
Un semblant de famille
Tu sens la pression se relâcher, la roue s'est remise à tourner. Tu te demandes comment c'est possible ?
Ce qu'il vient réellement de se produire.
C'était comme si tu venais de signer un papier, comme si tu avais crié à l'univers qu'il était enfin ton frère
Que malgré les futures colères, les futures rancoeurs et les non-dits,
Vous serez là pour l'autre
Parce que c'était plus qu'un lien du sang,
C'était une complicité, une espérance qui venait de renaitre.

Tu te relèves et l'observes,
Il fallait peut-être faire quelque chose pour son problème d'alcool, ce serait bien qu'un jour
Vous stoppiez tous vos foutues addictions
Elles vous rongent, vous bouffent
Elles sont noirceurs cachées au milieu de la lumière.

T'sais Gamin,
T'as pas besoin d'être comme ça,
De faire semblant tout les jours que ça va,
Pour aller te réfugier derrière tes conneries,
Je te connais assez pour reconnaitre tes faux sourires
Tes bons, tes mauvais,
Je suis un peu pareil,
On partage pas que des parents,
Y a peut-être aussi une même marque,
Une même douleur
Qui signifie bien plus dans nos esprits que le reste
Quelque chose qui nous a construit vers un chemin dangereux
Vers une route qui mène vers des falaises
Et plusieurs fois on est tombé, on s'est dit qu'il valait mieux rester là où on était,
Parce qu'on pouvait pas aller plus bas,
Mais ce que tu sais pas, c'est qu'un jour t'auras une idée, un mince espoir,
et tu décideras de remonter.

T'inquiètes pas

Léger sourire en sa direction. Tu commences à t'éloigner, il est temps de retourner au chalet. Tu places une main sur son épaule, pour être certaine qu'il ne va se tirer de nouveau. T'avais assez couru pour l'instant. C'était pas spécialement, une journée où t'avais envie de faire beaucoup de sport.

On y va, les autres vont nous attendre. Je pense que c'est bientôt l'heure de manger. T'aimes bien quoi en règle général ? Hors de Poudlard, tu cuisines ou tu as des elfes qui font ça pour toi ?

Dans le fond, tu connais pas grand chose de sa vie. Tu posais pas de question, lui non plus. Mais t'avais envie d'apprendre un peu, des choses basiques. Tu sais très bien de ce qu'il en est de sa famille adoptive, mais du reste...
Au fond, tu ne sais même pas s'il a des amis, quelle est sa couleur préférée.
Tu connais ses quelques réactions,
Tu connais Azaël Liderick
Tu connais Azaël Peverell
Mais tu ne connais juste pas,
Azaël

Mains glissées dans les poches, tu essaies de ne pas trop glisser dans la neige ou sur la glace. Vous arrivez rapidement à l'entrée du chalet. Poussant la porte en bois, tu inspires un grand bol d'air. Tu sais pas ce qu'il va se passer non plus. Qu'est-ce qu'Il ou Elle vont dire. Tu déposes ton manteau, enlèvent tes chaussures pour enfiler d'autres qui sont sèches. Tu indiques deux trois trucs au Kid, là où mettre sa valise et d'autres banalités.

_______It's time

Il était là, vous étiez face à face. Tu ouvres lentement la porte de la salle à manger. Tu entends des rires d'enfants, quelques engueulades.
Et l'angoisse qui dévore, ne s'estompe pas. Parce que tu les connais tous, parce que tu sais ce qu'il pourrait se passer quand tu as les yeux fermés.
Parce que c'est déjà arrivé
Tu déglutis et fais signe à ton frère de vous rejoindre. Tu t'assois entre ta soeur et ton fils. Ton frère ainé se lève soudainement et pars dans la pièce à côté. Il ne dit aucun mot et une certaine gêne s'installe. Après quelques temps, il revient avec une petite boîte.
Une énième chevalière au symbole des Peverell
Tu souris, même si tu sais bien que devenir membre de la famille
Bienvenue chez toi Petit frère
C'est comme
Un cadeau empoisonné


Revenir en haut Aller en bas
Azaël Peverell
avatar
Serpentard
Serpentard
Année à Poudlard : Septième année

Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Re: [Habitation] Tearing Souls Apart

Message par : Azaël Peverell, Mar 20 Juin 2017 - 19:08


Le chemin du retour est pris. Tu hausses légèrement les épaules à sa question. T'es pas bien difficile en ce qui concerne la nourriture, tu manges n'importe quoi tant que c'est comestible et que ça cale ton estomac. Et ta tante n'a pas d'Elfe. Mais vu que tu ne manges jamais chez elle, et encore moins avec elle, c'est pas comme si ça te posait un réel problème.

- J'mange ce qu'il y a. Mais j'suis plus du genre à manger dehors, j'cuisine pas.

Maintenant que t'as un boulot, c'est beaucoup plus facile. Et quand t'as envie de te faire un bon kebab moldu, t'as juste à voler de l'argent aux passants. C'est pas franchement le truc le plus compliqué du monde. Tu te débrouilles, et ça te convient très bien comme ça. On peut pas dire que tu meurs de faim, donc c'est que ça va. Tu ne sais pas trop pourquoi elle t'a demandé ça. Sûrement juste histoire de faire la conversation. Mais t'as pas franchement l'habitude, alors ça te semble étrange. Ou alors elle essaie simplement de te mettre un peu plus à l'aise. Mais ça te paraît un peu étonnant venant d'elle.

Vous arrivez bientôt à nouveau devant le chalet. Cettoi fois-ci, personne pour vous accueillir. Et tu préfères ça au final. Tu flippes à l'idée de les rencontrer tous. D'autant plus après ta réaction lorsque t'es arrivé. Et t'as pas non plus envie de te retrouver face à des gosses. Ton coeur se tape une nouvelle accélération. T'as pas l'habitude de stresser pour ce genre de chose. Parce qu'au final, t'as toujours vécu sans eux. Donc t'as pas besoin d'eux. T'as pas besoin de faire bonne impression. Mais tu te sens comme obligé, poussé. Et ça aussi, ça te fait peur. Parce que même si tu sais très bien que tu peux vivre sans eux, t'as envie d'avoir une famille. Une vraie famille dans laquelle on se soutient. Sur laquelle on peut compter.

Sauf que t'as pas la moindre idée de comment obtenir ça. Tu ne sais pas comment t'es sensé te comporter. Et ça n'arrange en rien ton stress. Tu poses ta veste et ta valise là où elle te l'indique, sans un mot. Un côté de toi veut entrer dans la salle, l'autre a simplement envie de disparaître pour ne plus jamais se montrer, et oublier absolument toute cette histoire par peur de décevoir encore plus de personnes que prévu. Pourtant, tu suis Alhena, toujours dans le silence le plus complet. T'es bien incapable de dire le moindre mot à cet instant. Tu entres dans la pièce, regarde ta soeur s'installer, et restes planté, debout, non loin de la table.

T'oses pas approcher. Prendre place. D'autant plus que l'homme de tout à l'heure se lève pour disparaître dans une autre pièce. Est ce que t'as fait quelque chose de mal ? Ton regard se pose sur les autres acteurs de la scène. Les enfants. Celle qui ressemble comme deux gouttes d'eau à Alhena. A un tel point que tu ne peux t'empêcher de regarder l'une, puis l'autre, comme pour essayer de les différencier. Enfin plutôt pour avoir une réponse à ton interrogation muette en fait : pourquoi est-il parti ainsi ? T'oses même pas les saluer. Tu ne bouges plus, comme paralysé. Jusqu'à ce qu'il revienne, avec une petite boîte qu'il te tend en te souhaitant la bienvenue.

Tu lèves les yeux vers lui un instant, prenant la boîte dans un geste automatique. Tu ne sais pas trop si t'es sensé l'ouvrir là, ou plus tard. T'as trop peur de faire un pas de travers. Peur d'être le nouvel arrivant, celui qui gâche tout. Parce que tu gâches toujours tout, faut pas se le cacher. Tu essaies tout de même d'étirer un sourire gêné. T'as un grand frère. Deux grandes soeurs. Et... bon, tu sais pas à qui ils sont les gosses. Mais y'a des gosses.

- Merci...

T'es sensé dire quoi là ? Faire quoi ? Te présenter, t'asseoir, dire bonjour ? Ouvrir la boîte ? Dire que t'es content d'être là ? C'est quoi le programme ? Nouveau regard vers Alhena. Pour qu'elle comprenne que t'es complètement paumé et qu'il va te falloir un coup de main parce que tu risques juste de rester planté là indéfiniment sans décrocher un mot. T'es vraiment pas prêt pour tout ça.
Revenir en haut Aller en bas
En ligne
Personnage
avatar
PNJ
Personnage

Re: [Habitation] Tearing Souls Apart

Message par : Personnage, Jeu 29 Juin 2017 - 11:37


On avait promis des chants d'oiseaux, des rires d'enfants, l'agréable bruit de la neige qui craque sous les pas ou qui finit par tomber de la cime d'un arbre. On avait promis un spectacle réjouissant, un spectacle qui réconforte l'âme et fait sourire de ne pas être le perdant, dans toute cette belle histoire.
Finalement quoi ?

Le quotidien passait, simplement, comme du sable entre les doigts et on finissait par se retrouver ici. Histoire de quoi ? Passer un séjour en famille. Puisqu'au milieu de certains autres, on finissait par s'appeler comme ça. Un charmant petit groupe qui s'aime et qui se sourit sans arrières-pensées.
Une famille.

Le terme avait toujours paru obscur à James qui, assit sur une chaise dans la salle à manger, attendait patiemment que sa soeur revienne avec l'imbécile qu'elle avait traîné avec elle.
Le môme paraissait peu intelligent, même assez lâche. Facile à manipuler. De la brutalité, des mots un peu rudes et il se coucherait, pour sûr. Il fallait voir la façon dont il avait détalé, en les voyant. Il ne savait pas si c'était les gosses qui lui avaient fait cet effet ou une quelconque présence humaine, mais il s'était précipité dans les bois et le spectacle était plutôt...
Réjouissant, oui.

Apparemment, ledit Azaël était leur petit frère. En y réfléchissant bien, James se surprit à sourire dans sa barbe. Encore un petit nouveau dans la famille. Un petit oiseau tombé du nid. Une petite chose à couver.
Un jouet.

Ils réapparurent assez vite et tous les regards se tournèrent vers eux. Un sourire lointain, le sourire de ceux qui depuis longtemps étaient brisés par quelque chose ;
la vie, les autres, la face du monde entier,
un sourire éloigné se dessinât sur les lèvres de James qui disparût un moment de la joyeuse assemblée.

C'était trop drôle, décidément trop drôle. Il s'était arrêté d'un coup net devant la table et n'avait plus bougé. Pétrifié. James ignorait quel était le problème du petit, mais sa réserve constante, cette phobie face à tout ce théâtre d'absurdité qui semblait l'habiter lui mettait l'eau à la bouche.
Peut-être, finalement, que sous l'enveloppe du sot se cachait une perspicacité émouvante.

Mais James n'avait de pitié pour personne. Encore moins pour les siens, ou ceux qui s'invitaient dans leurs bras. Ces yeux froids, qui lui faisaient face dans le miroir ne criaient plus. Il n'avait plus peur du reflet. Ne faisait qu'un avec le monstre.
Il fallait souvent apprivoiser pour comprendre.
Sans chercher à comprendre, il s'était laissé aller.

Bienvenue chez toi Petit frère.

Les mots coulaient de sa bouche comme des couperets. Sa main qui tenait bien fermement la boîte s'échappa pour la tendre au bonhomme. Sourire de nouvelle affection glaciale.
Qu'importe, ce qu'ils liraient dans ses neiges éternelles. Rien ne demeure dans la neige. Et, gravé sous le givre, l'avertissement demeure.
Mais ne saute pas à l'oeil du nouveau venu.

Ouvre ton cadeau, je t'en prie, lança-t-il, dans une insistance presque brutale alors qu'il ne bougeait plus.

Puisque tout se profilait comme un nouveau jeu excitant, chatoiement animal qui vint s'échouer jusqu'aux prunelles d'Alhena.
Revenir en haut Aller en bas
Alhena Peverell
avatar
Responsable RPGSerpentard
Responsable RPG
Serpentard
Spécialité(s) : Permis de Transplanage


Re: [Habitation] Tearing Souls Apart

Message par : Alhena Peverell, Sam 22 Juil 2017 - 2:25


Je ne suis pas certaine de ce qui est en train de se produire. Il y a des mondes qui s'entrecroisent, qui s'entrechoquent. Les émotions entre elles, explosent. La logique s'en va au loin.
_Un léger goût d'amertume, arriverez-vous à vous aimer ?

Tu observes la scène, comme un spectacle un peu glauque. L'odeur est si malsaine et pourtant, tu ne peux rien y faire. Parce que c'est toujours comme ça. Qu'au final, on s'habitue jour après jour à la présence de l'autre. Toi-même, tu dégages une immense aura sombre. Une ombre qui tourne autour de vous, que tu tentes de faire partir, sans regret. Peut-être aussi, parce que tu le ne veux tout simplement pas.
Tu avales une gorgée de ton verre de vin. Les elfes apportent le repas pendant qu'il déballe le cadeau. Cela n'a rien d'extraordinaire, cela marque une appartenance. Et puis le symbole, gravé dans la chair, sur cette omoplate. Ce bétail d'enfant qu'était chaque Peverell. Un acide, une fausse marque de naissance. L'avait-il aussi ?

Nous en avons tous une. Maintenant que tu es là, j'ai pensé que tu devais en avoir une à ton tour.

Un grand sourire se dessine sur les lèvres d'une de tes filles, elle se lève un peu histoire de voir un peu mieux. La deuxième te regarde un peu perdue et ton fils te secoue une manche. Il a l'air d'avoir beaucoup de questions. En même temps, tu ne leur as jamais vraiment parlé. Tu sais très bien qu'Azaël n'est pas dangereux. Mais tu sais pertinemment que c'est un lâche, qu'il pourrait fuir là maintenant. Tu n'as aucune envie de faire entrer dans leur vie, quelqu'un qui pourrait partir aussi tôt.
Tu prenais quand même un peu le risque, malgré tout...

Dis Maman, qui c'est ?

Ah... Mon chéri, je te présente ton oncle Azaël. Azaël, voici tes deux nièces Eileen et Regina. Puis ton neveu, Adrian. Ils sont mes enfants.

Et un sourire s'était dessiné sur tes lèvres. Il y avait tant d'innocence. Des êtres que tu protégerais toute ta vie contre n'importe quoi, sauf toi-même...

Alors Azaël, parle nous un peu de toi. Quel âge as-tu désormais ?

Cette voix qui s'élève, qui t'hérisse les voix. Tu croises le regard de ta soeur. Il y a cette haine qui te dévore, il y a cette colère que tu voudrais tant lui cracher au visage. Mais tu ne le montres pas, tu lances un regard à ton frère ainé. Il sait très bien. Toi, tu ne pourras pas lui dire de la fermer, lui le fera peut-être. Après tout, dans ce jeu de pouvoir, chacun sait très bien qui va gagner. Le tableau est déjà dessiné. Il ne prendra pas le risque de te contrarier. Après tout, c'est bien toi qui détiens la clé de ce qu'il recherche.
Cela était tellement plus simple comme ça, pour gérer cette famille.

Tu tournes alors la tête, tu aperçois Eileen en mettre partout. Tu te lèves et la soulèves. Tu la traines doucement dans la cuisine afin de nettoyer un peu ses habits. Un oeil en direction de la table. Tu surveilles le déroulement du repas. Après l'avoir serré légèrement dans tes bras puis déposé un baiser sur le front, tu reviens avec elle. Tu laisses le silence te gouverner. Tu préfères ne rien dire encore. D'un simple regard, tu encourages Azaël à répondre, à être plus à son aise. Mais le malaise est palpable, de plus, tu as l'impression qu'il n'apprécie pas plus que cela la présence des enfants.

Adrian, cesse de jouer avec ta nourriture. Cela suffit. Léger silence. Sois tranquille, nous sommes ta famille Azaël.

Parce que si tu l'es vraiment. Tu n'as pas à tant faire d'être d'une famille de fous,
Puisque toi aussi, tu l'es.
Revenir en haut Aller en bas
Azaël Peverell
avatar
Serpentard
Serpentard
Année à Poudlard : Septième année

Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Re: [Habitation] Tearing Souls Apart

Message par : Azaël Peverell, Sam 29 Juil 2017 - 15:02


Tu finis par ouvrir le cadeau. Et te voilà avec une chevalière aux armoiries des Peverell. T'as jamais mis la première, bien que tu la gardes dans une de tes poches. Mais t'as pas envie d'avoir l'air trop mal élevé. Alors tu l'enfiles avec un nouveau remerciement pour ton frère aîné. Il n'y a pas grand chose à dire de plus. Léger sourire en direction d'Alhena. Elle ne sait probablement pas que tu en as déjà reçu une avec la lettre qui t'apprenait toute la vérité sur tes origines. T'es toujours aussi gêné. Tu ne te sens pas à ta place. Et les gosses semblent te regarder comme si t'étais un genre de bête de foire. Une attraction. Et t'as une nouvelle fois envie de t'enfuir le plus loin possible. Regard vers la porte. Puis à nouveau sur ceux qui représentent à présent ta famille.

Fuir une seconde fois serait probablement très mal vu. Et, étrangement, t'as envie que tout se passe bien. De ne pas être tout de suite catalogué comme le mouton noir de la famille. T'as comme une chance de commencer une nouvelle vie, et ils en feront tous probablement parti. Le gamin demande qui tu es. Super, en fait, ils n'étaient même pas au courant de ton existence. Et tu bugues sévère en entendant la réponse d'Alhena. Tes neveux et nièces. Sérieusement... Si l'un des trois a le malheur de t'appeler tonton, c'est clair que tu te barres. Faut pas trop déconner. T'apprends trop de trucs en peu de temps. Elle aurait pu te prévenir. T'as l'impression d'être tombé dans le plus grand piège de l'histoire là. En plus, jamais tu n'aurais songé qu'elle avait des gosses. Et cette idée ne te plaît pas vraiment. Parce que ça veut dire qu'elle s'occupera plus d'eux que de toi. T'es sans doute un peu jaloux.

T'as à peine vu que les Elfes de Maison ont apporté le repas. Mais tu finis par t'installer à l'unique place libre autour de la table tout en adressant un sourire gêné aux gosses. Déjà, tu ne sais même pas comment t'es sensé reconnaître les deux gamines. Elles ont exactement la même tête, de vraies clones. Comme Alhena et l'autre dont tu ignores le nom. Et qui te pose une question en plus de ça. Leur parler de toi ? Tu ne vois pas grand chose à dire à ce sujet. C'est plutôt à eux de se présenter, tu te retrouves avec une soeur et un frère en plus, et y'en a pas un qui te donne son prénom. Vachement pratique. T'oses même pas demander pour l'instant. Tu te contentes de répondre à la question par un "J'ai seize ans". Et tu commences à manger du bout des lèvres.

T'as l'estomac complètement noué. Tu ne peux pas t'empêcher de regarder la façon dont Alhena s'occupe de ses gosses. Tu te souviens que ta mère te surveillait tout le temps aussi. Pour rattraper toutes les bêtises que tu ne manquais jamais de faire. Et tu sens la boule dans ton ventre qui grossit. Tu lui en veux terriblement. Mais elle te manque plus que tu ne pourrais jamais l'avouer. Les derniers mots de ta soeur résonnent dans ton esprit. Ta famille. T'en avais une autre avant. Et il n'y avait pas franchement de quoi être tranquille avec eux. Alors si elle pense te rassurer comme ça, c'est raté. Mais tu hoches la tête en te forçant à sourire légèrement.

T'as quasiment rien mangé que tout le monde a fini son assiette. Toi, t'as qu'une envie, c'est que ce repas se termine enfin. Pour pouvoir t'en échapper. Pouvoir être seul. Pouvoir essayer de réfléchir un minimum. Parce qu'il y a trop de gens que tu ne connais pas autour de cette table. T'oses pas parler. T'oses pas dire que tu ne veux pas être là. Qu'une famille, à tes yeux, c'est tout aussi flippant que tentant.
Revenir en haut Aller en bas
En ligne
Personnage
avatar
PNJ
Personnage

Re: [Habitation] Tearing Souls Apart

Message par : Personnage, Lun 7 Aoû 2017 - 11:43


L.A. d'Azaël

L'excitation du gosse n'était pas à son comble, et sans vraiment porter une quelconque émotion néfaste à son visage, James réprima une pointe d'agacement face à ce manque de considération. Le gosse était-il au moins heureux d'être un Peverell ? D'avoir atterri ici, au beau milieu d'eux ? Depuis quand était-il de mise de récupérer le premier cabot venu pour l'emmener ici, en lui donnant le doux nom de Petit frère ?

Il respectait Alhena pour bon nombre de ses qualités - du moins considérait-il ces traits de caractères comme telles. Mais sa façon de s'enticher de certains êtres humains lui demeurait incompréhensible. Pour lui, Azaël, qui était désormais installé à table, n'était pas comme eux. Sans vraiment le traiter d'intrus, le terme lui vint naturellement comme une alternative à son prénom. Il n'avait pas vécu ce qu'ils avaient tous vécu. James ignorait ce qu'il avait vécu, il s'en fichait.

Aussi, sa réaction ne fut que trop faible à la question de sa soeur. Les mirettes vrillées sur la chevalière passée au doigt de son nouveau petit frère, il passa une main dans sa barbe et commença à déguster son plat sans vraiment faire attention à ce qu'il se passait autour de lui, à table. Ses pensées étaient orientées vers d'autres rivages.
Mis à part...

- Bien sûr, ne sois jamais gêné face à nous. Nous sommes ta famille, après tout.
James porta à ses lèvres son verre de vin, réprimant un sourire amusé après sa réplique balancée au beau milieu d'un silence. Son autre soeur n'avait pas eu le temps de répliquer d'une autre question, sûrement peu rassasiée de ce simple "J'ai seize ans" jeté dans le vide.
Il ignora volontairement si Alhena avait souligné son sarcasme ou non. Il savait qu'elle n'était pas idiote mais son but principal n'était pas de provoquer sa colère.
Non, son but était tout autre.

Azaël sembla gêné tout le long du repas et le frère aîné s'amusa de notifier chaque sursaut émotif qui agitait le jeune homme, même si celui-ci semblait plutôt mou. Il tenta un instant, dans un élan d'affection narquoise, un léger Tu n'as pas faim, Azaël ? Le repas ne te plaît pas ?. S'ensuivait des instants de silence qu'il ponctuait de sourires amicaux.

- Trêve de plaisanteries, lança-t-il soudainement en jetant sa serviette sur la table et après avoir vidé son troisième verre de grand cru. Et si on allait visiter un peu Azaël ? Ça nous permettra de discuter un peu, de faire connaissance.

La proposition était formulée comme une invitation désintéressée à la déambulation décontractée de fin de repas. Rien de bien officiel, cruel ou d'insoupçonnable. James n'attendit toutefois pas de réponse à sa proposition. A sa manière de se lever, il était pourtant très clair pour lui que son petit frère n'avait pas le choix et il s'étira un instant sans vraiment se soucier des autres convives présents à table.
Sans grande surprise affichée, il l'accueillit à ses côtés alors qu'ils quittaient la salle à manger. Il se doutait intérieurement que le jeune homme était très gêné par ce retournement de situation, ou au moins de se retrouver seul avec lui et sans vraiment ouvrir la gueule pour une explication inutile, il montra d'une main une porte qu'ils rencontrèrent sur leur chemin.

- Je t'en prie. Tu ne connais pas la maison, alors autant te faire visiter. Tu risques de venir passer quelques week-ends dans les environs.
Il passa derrière lui dans les escaliers, fermant la porte dans un bruit feutré. Son sourire adressa à l'obscurité des salutations nauséabondes.
Oui, on allait bien s'amuser.
Revenir en haut Aller en bas
Alhena Peverell
avatar
Responsable RPGSerpentard
Responsable RPG
Serpentard
Spécialité(s) : Permis de Transplanage


Re: [Habitation] Tearing Souls Apart

Message par : Alhena Peverell, Mar 8 Aoû 2017 - 18:48


C'était fait d'or et d'amertume la haine. Un goût pâteux qui colle aux lèvres à vie.
Une rancoeur infinie que le pardon esquive pour mieux observer la guerre. Un conflit délicieux entre frères et soeurs.
C'était comme un cocktail de fruit où les couleurs ne voulaient pas se mélanger pour en créer une nouvelle. Être uni, déni du mot ensemble. Un individualisme bien trop ancré pour qu'ils aient des principes entre eux.

_Haissons-nous jusqu'à la mort, ce sera plaisant

Pointe de sarcasme, regard noir jeté en l'air. Un doigt qui caresse le bord du verre, un cristal qui chante. Le temps passe vite ou trop lentement, selon les protagonistes interrogés.
Puis une proposition, un peu étrange, un peu malsaine sans réel sens. Les dents grincent et l'esprit s'interroge. Les enfants s'agitent et trainent leur mère, puis leur tante dehors. Ils veulent une attention particulière. Ils veulent lancer de la neige. Ils veulent courir sous des flocons et sourire jusqu'à la volupté. Il n'y aura que le ciel pour leur interdire d'être heureux à cet instant précis.

_Maman, Maman, est-ce qu'un jour les humains vivront tous en paix ?
Maman, pars pas
Maman, m'abandonne pas
Maman, on s'aimera tous un jour ? Qu'importe nos différences


Alhena observe son reflet. Elle fait face à son miroir, sa soeur aux yeux si différents. Une flamme éteinte et une qui brûle de sentiment. Une noisette apaisée et un émeraude embrasé. Assises sur des troncs d'arbres à regarder les enfants, le silence règne sur le paysage. Un tableau trop blanc avec des coeurs bien trop noirs.
Il y a des remords, des jeunes femmes qui se taisent et n'osent pas faire le premier pas. Parfois, ça leur arrive de vouloir faire la paix, mais ça n'arrive jamais. Parce que les souvenirs refont surface.

_Je me souviens des pleurs, de cette haine qui me mangeait.
Je me souviens de ce trou béant, de cette lame fine qui s'introduisait dans mon coeur.
Pourrons-nous, pendant quelques secondes, oublier la mort et nous aimer à nouveau ?
L'impossible ne peut pas exister pour nous_


Ma soeur

Le déni s'estompe dans la neige et derrière les rires. Il y a quelque chose de pesant. Des interrogations qui se font. Des inquiétudes sur le monde. Elladora glisse sa main dans celle de soeur.
Elle la sert.
Cela lui fait bizarre. Cela la perturbe. Mais ça lui fait bien, de retrouver un passé sans aucune tâche qui assombrit le dessin.

Je vais voir ce qu'ils font, ils sont bien longs. Je sais que ça peut leur faire du bien de passer du temps entre frères, pour qu'ils se découvrent mutuellement, mais... C'est James.

Elle pousse lentement la porte. Ici aussi, il n'y a aucun bruit. La maison est déserte. Il n'y a que l'écho de l'angoisse qui se fait entendre. Une sorte de vieille radio qui grésille, une guerre mondiale déclenchait entre le doute et le savoir.
La certitude que quelque chose ne va pas.

Ses pas la mènent à fouiller la maison. Elle visite son chalet à la recherche de son sang. Une quête du Graal qui ne devrait même pas exister. Soupire après les chambres, les bureaux. Elle dépasse les mondes et arrive devant la porte du grenier.
_Et le coeur s'arrête, parce qu'il a peur de ce qu'ils sont en train de faire.
Sont-ils tombés ensemble dans le cercle infernal de l'obsession ? Ou croit-il qu'il est un cobaye comme les autres.

Ses doigts lui ouvrent le chemin. La poignet est glacée pour ses mains fines. Elle déglutit.

James ? Azaël ? Vous êtes ici ?

Elle avance, le coeur incertain des faits.

Revenir en haut Aller en bas
Azaël Peverell
avatar
Serpentard
Serpentard
Année à Poudlard : Septième année

Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Re: [Habitation] Tearing Souls Apart

Message par : Azaël Peverell, Mer 30 Aoû 2017 - 3:16


T'as jamais été aussi stressé au cours d'un repas. D'ailleurs, t'as probablement jamais été aussi stressé tout court. T'as pas l'impression d'être à ta place ici. Bien au contraire. Tu te sens... De trop. Pourtant, lorsque James te propose de te faire visiter, et de faire en sorte que vous appreniez à vous connaître un peu davantage, tu n'hésites pas. T'es rapidement debout, prêt à le suivre. De toute façon, à sa façon de proposer, tu t'es douté que t'avais pas trop le choix et qu'il valait mieux pour toi accepter. Mais t'étais heureux de pouvoir échapper à tout ça. Alors tu ne t'es pas vraiment posé de question. Tu n'as pas remis en doute ses intentions. Parce que tu n'avais aucune raison de le faire. T'as même esquissé un léger sourire, comme pour le remercier de te permettre de sortir enfin de cette salle dans laquelle tu avais l'impression d'étouffer.

Tu l'as donc suivi, en t'autorisant à relâcher un peu toute la pression. Tu préfères avoir affaire avec les nouveaux membres de ta famille un par un que tous ensemble. Au moins, t'as pas l'impression d'être le centre de l'attention, d'être la bête de foire qu'on dévisage. D'être l'intrus qui n'est pas vraiment le bienvenu, puisque sa place n'a jamais été là. Il s'est arrêté devant une porte, te faisant signe de l'ouvrir. Apparemment, la visite des lieux commencerait ici. Tu ne te fais pas prier pour actionner la poignée. Et tu t'es retrouvé devant un escalier de pierre, qui semblait s'enfoncer dans les profondeurs de l'habitation. Léger froncement de sourcils de ta part. C'est pas un peu étrange de commencer la visite par le sous sol ?

Mais après tout, ils l'ont peut être aménagé, et une bonne surprise t'attend en bas des escaliers. Tu ne peux pas te douter de ce qui t'attend réellement. Alors tu descends quelques marches en répondant, légèrement gêné.

- Euh... Je sais pas si j'vais venir très souvent... J'ai pas envie de déranger...

Et le bruit de la porte qui se claque te fait légèrement sursauter. Tu passes ta main dans tes cheveux nerveusement, en lançant un regard à James, qui semble vouloir que tu continues la descente. Ce que tu fais, tandis que quelques questions te traversent tout de même l'esprit. La principale concerne sans aucun doute ce qui t'attends en bas des escaliers. Mais tu te rends compte que l'obscurité autour de vous ne fait que grandir. Et lorsque tu tâtonnes tes poches de pantalon pour trouver ta baguette afin d'éclairer un peu tout ça, tu te rends compte qu'elle est restée dans la poche de ta veste, elle même accrochée dans le hall d'entrée du chalet. L'appréhension se fait plus pressante dans le creux de ton ventre. T'as l'impression que tout ça n'est finalement pas une si bonne idée. Tu finis par demander, tout en continuant à avancer, afin de ne pas le bloquer derrière toi, et de ne pas montrer que tu commences légèrement à flipper :

- Y'a quoi en bas ?

Ouais, c'est bizarre tout ça. La visite d'une maison, ça se fait en commençant par les salles de vie, du style le salon, les chambres, les salles de bains... Pas les caves. Parce que vu l'odeur d'humidité qui règne ici, tu doutes de plus en plus de tomber sur une salle magnifiquement bien aménagée en sous sol. Mais t'essaies quand même de te convaincre que tout va bien. Après tout, c'est ton grand frère, tu peux avoir confiance en lui, pas vrai ? Et les escaliers se terminent enfin. Pour te laisser devant une cave qui ressemble étrangement à des cachots. Et pas à des cachots aussi sympas que ceux de Poudlard. Non, plus dans le genre cachots de films d'horreur. Cette fois-ci, la panique prend le dessus. Tu te tournes vers James, prêt à remonter les escaliers.

- Laisse tomber la visite, j'me sens pas hyper bien ici... J'préfère l'air libre, j'vais remonter. Désolé.
Revenir en haut Aller en bas
En ligne
Contenu sponsorisé

Re: [Habitation] Tearing Souls Apart

Message par : Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas
Page 1 sur 2

 [Habitation] Tearing Souls Apart

Aller à la page : 1, 2  Suivant

Permission de ce forum:Vous pouvez 
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Harry Potter 2005 :: ~¤~ Autres Lieux Magiques ~¤~ :: A l'étranger-

L'univers d'Harry Potter est la propriété de la Warner Bros ainsi que de J.K Rowling.
Tous droits réservés sur ce site ©Copyright HarryPotter2005. Affichage optimisé sous Firefox.