AccueilPortailFAQPublications internesRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Harry Potter 2005 :: ~¤~ Autres Lieux Magiques ~¤~ :: Grande-Bretagne
Page 1 sur 1
[Habitation] Clairière aux écailles
Hugh Dey
avatar
LégendeGryffondor
Légende
Gryffondor
Spécialité(s) : Métamorphomage
Permis de transplanage
Manumagie (niveau 2)


[Habitation] Clairière aux écailles

Message par : Hugh Dey, Lun 27 Mar - 21:45


______________________________


Voici l'habitation (Manoir) de Finrod Elensar.

Il peut poster dès à présent.

______________________________
Revenir en haut Aller en bas
Finrod Elensar
avatar
Serpentard
Serpentard
Spécialité(s) : Permis de transplanage
Fourchelang


Re: [Habitation] Clairière aux écailles

Message par : Finrod Elensar, Dim 2 Avr - 23:21


C'est sans réelle surprise que Finrod Elensar avait acquis cette demeure. Après avoir profité d'un appartement dans l'Allée des Emprumes, il était temps pour lui d'agrandir son espace mais surtout celui de ses amis animaux. La petite troupe avait vu ses membres augmenter. Il y avait toujours Ténébris, le hibou grand-duc offert par Eléane Lestrange, Pantofia, la fidèle elfe de maison, Saïca, la terrible dame à écailles mais aussi un grognan, qui s'était vu appelé Auron. Bien que ce fut le dernier à rejoindre la clique, il y avait deux œufs avant lui et pas de n'importe quelle créatures : des acromentules. Cadeaux de Noël original d'un ami qui l'était tout autant. Mais tenter d'élever de telles animaux en plein Londres, de manière illégale, était trop risqué. C'était donc ce qui avait poussé l'ancien serpentard à une dépense aussi élevée.

Un grand domaine avait été obligatoire pour ce qu'il souhaitait en faire.

Un parc avait pris forme. Entouré d'un haut mur de pierres noires, protégé par un sortilège empêchant toute personne non souhaitée à entrer. Une pelouse verte s'étendait jusqu'au manoir. Rien de bien extravagant vu de l'extérieur. Des fenêtres, une grande porte mais pas de statue, de fontaines. Il y avait des marches, rambardes de chaque côté, qui menaient bien jusqu'à l'entrée où des pots d'arbustes avaient été placés de parts et d'autres.

C'était un grand hall, sans surprise, que l'on trouvait après avoir passé la double porte noire haute de deux mètres cinquante. On y voyait deux escaliers qui montaient à l'étage, arrivant sur un long couloir menant aux diverses pièces de la maison. Si l'on bifurquait sur la droite, c'était un grand salon : cheminée, fauteuils, grands rideaux sombres, quelque chose d'agréable et chaleur qui pouvait contraster avec l'apparence du propriétaire. Vient ensuite la salle à manger, jouxtant le salon, à laquelle on accède par une porte de la pièce à vivre mais aussi depuis le Hall. Une longue table en bois massif avec un chandelier. Des chaises de bonne qualité font le tour, elles sont au nombre de seize. Le Fourchelang n'était pas un grand festif mais s'il manquait des chaises, le tout aurait l'air vide. Tout en continuant de marcher, comme si l'on suivait un cercle, c'était les cuisines qui s'offraient à vous. Difficile de ne pas imaginer des professionnels y travailler, mais c'était surtout Pantofia qui s'en donnait à cœur joie pour nourrir son Maître. À cet étage, il existe une salle de bain principalement pour les invités. Depuis les portes, elle se trouve à gauche.

Depuis les pièces cités, à savoir les cuisines, la salle à manger et le salon, il existe un accès à la très grande terrasse de la demeure donnant sur le parc. Là aussi, une grande table, en métal cette fois-ci, s'y trouve. Prête à accueillir plusieurs personnes. Des marches rejoignent la pelouse. Quelques mètres plus loin, il y a un étang, des roseaux et pourquoi pas quelques animaux ?

Au second étage, on y trouve une bibliothèque pas encore remplie, elle le serait petit à petit. Dans une pièce adjacente, il y avait un bureau qui permettait à Finrod de travailler, d'y réfléchir ou même de lire. Un sofa s'y trouvait, moelleux à souhait, mais aussi une chaise en bois ainsi qu'un secrétaire.

Trois chambres, dont une au propriétaire des lieux. Des lits à baldaquins de chacune mais dans des tons de couleurs différents. Il vous suffira d'y être invité pour vous rendre compte de la décoration. Leurs noms vous aideront : l'argent, l'émeraude et la noire. Il y a deux salles de bains contenant toutes deux une baignoire, une douche, deux éviers et une cuvette. Le Fourchelang avait imaginé faire quelques travaux lui-même mais rien n'était encore arrêté.

Le tout était boisé, des tons sombres, verts profonds, noir dévorant. Des bougies flottantes en guise d'éclairage. Les fenêtres étaient grandes pour accueillir la luminosité de la journée et la nuit, les rideaux étaient tirés. Mais on pouvait une chose étrange qui se trouvait dans le parc.

Une serre, très grande. Que contenait-elle ? Il semblait y avoir de grands arbres à l'intérieur. À voir de plus prêt, elle n'est pas encore habitée pour l'instant. Mais Finrod a un projet bien précis pour elle. l'hébergement des jeunes araignées. Afin de les dompter s'il y arrivait. Un lieu dangereux à éviter de toute évidence. Attention aux curieux.

Protection de la demeure :
- Maléfice Antitransplanage sauf pour Finrod
- Charme du Cridurut
- Sortilège Repousse-Moldu
- Sortilège de Repousse-Maléfice
- Sort d’Impassibilité
- Incartable
Revenir en haut Aller en bas
Lizzie Bennet
avatar
AdministrationHarryPotter2005
Administration
HarryPotter2005
Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Manumagie (Niveau 1)


Re: [Habitation] Clairière aux écailles

Message par : Lizzie Bennet, Mer 26 Avr - 7:04


Pv Finrod / Autorisation pour poster

Est-ce que je n’avais aucun sens de l’orientation ? Est-ce que j’étais incapable de lire un plan ? Es-ce que le plan était écrit dans une langue étrangère ? Je ne saurais trop dire, mais j’avais tourné longtemps avant de trouver l’adresse où logeait maintenant mon cousin et sa ferme magique.

xxx

Une mer de vert s’étendait à perte de vue. Rien de bien extravagant : de loin, on aurait même pu croire qu’un moldu vivati ici. Mi-insulant, mi-génie. Le cerveau du cousin était l’un des plus désarçonnants de ce monde. Ce soir, j’allais l’aider à faire le clair dans l’opacité de la buée, brouillard, fumée qui semblait tournoyer sur ses jours.

Finrod is a lost boy

Is he lost in an emotional purgatory?
...or lost in an existential search for himself?


Il méritait toute la lumière du monde. Lui, plus que quiconque. A se battre pour ne pas vivre terré, il avait su plus d’une fois te faire prendre conscience qu’un feu éclatant brûlait en lui. Mieux valait ne pas croiser sa rage, mais pour le reste... Cet homme était une telle inspiration.

Pour dire le vrai, tu te sentais bien jeune à ses côtés. La différence d’âge n’était pas si grande au fond, mais Finrod... Finrod était de ceux qui semblent avoir vécu plusieurs vies. Donc les âmes rutilent. Quand je le voyais, j’avais l’impression d’entendre les horloges chanter,
un canon,
inversé.

No, he's just lost

Where, when, and how?


Alors ce soir, ce soir je me réveillais. J’arrêtais, brièvement, d’être la gamine impossible. Je me faisais responsable. Je vous jure, être maman, ça semble changer des trucs, petit à petit. J’aime pas y penser, j’ai toujours peur qu’un Legilimens croise mes pas, mais quand même. Difficile de nier que j’évoluais. Alors il fallait y croire. Respirer trois fois. J’allais servir à quelque chose.

Les vocalisations océaniques semblent renaître, ce soir. Ça n’a pas de sens : je suis perdue en pleine cambrousse, mais je crois entendre, des baleines. Et je les laisse me guider, jusqu’à l’homme déboussolé.

Do you have experience being lost?

We're experiencing it now


xxx

Est-ce que je n’avais aucun sens de l’orientation ? Est-ce que j’étais incapable de lire un plan ? Es-ce que le plan était écrit dans une langue étrangère ? Je ne saurais trop dire, mais j’avais tourné longtemps avant de trouver l’adresse où logeait maintenant mon cousin et sa ferme magique.

Je m’arrête sur le perron et mon poing se cogne, doux comme un raisin, à l’imposante porte — six fois.
Revenir en haut Aller en bas
En ligne
Finrod Elensar
avatar
Serpentard
Serpentard
Spécialité(s) : Permis de transplanage
Fourchelang


Re: [Habitation] Clairière aux écailles

Message par : Finrod Elensar, Mar 2 Mai - 21:28


Silence


Manoir plein de silence, plein de vide. Creux...

Mort ou vivant ? Habité ou vide ?

La lettre si incisive dans la vie de Finrod avait été comme une longue lame enfoncée dans sa colonne vertébrale. À réveiller des douleurs. Si seulement... Si seulement ce soir-là, il avait su se contenir.

Sans savoir s'il voulait rester ou fuir. Parler ou se taire. Duel interne, contradiction, crainte et peur mains dans la mains. Confusion la plus totale.


Pourquoi ?

On frappe


...


Depuis son réveil, le cœur lourd, des cernes. Pourtant si fort, aujourd'hui si faible. C'est aujourd'hui qu'elle vient.
Qu'il faut la laisser entrer dans sa vie. Pourtant ce secret si triste, si meurtrier, ancré en cet être géant, s'apprêtait à prendre forme, forme orale, encore une fois, semblait-il. Elle venait pour écouter, pour découvrir.


Douche froide, à l'image de la pluie du matin arrosant les brins d'herbe vivants, vifs et d'un vert éclatant. Cela n'aide pas. L'effet vivifiant escompté ne vient pas. Enfuis durant cette courte nuit où les cauchemars ont dévoré l'esprit torturé du Fourchelang. Il ne comprend pas ce qui lui arrive.
Enfin, si. Il sait. Ce soir, elle vient pour savoir. Oh, non ce n'est pas sa faute, c'est la sienne. C'est lui qui a perdu les pédales lors d'une simple soirée mondaine. C'est lui qui a versé les larmes du passé. C'est lui qui a mis des mots sur ce chagrin sans fin. Devant elle. Un appel au secours voilé ?

Humeur mélancolique, sauvage et abattue. Une tornade de sentiments qui lui bouffe de l'intérieur, qui lui dévore les entrailles. Ce matin, il ne mangera pas. Un fantôme du présent au teint livide dont la seule couleur est celles de ses yeux. Émeraude.
Car aujourd'hui, il porte du noir, non pas un noir pour être discret, un noir de deuil. Un crâne nu, une robe tombante, des pieds nus, il est chez lui après tout.


Déambule, presque somnambule, d'une pièce à l'autre. À attendre. Il n'est pas midi. Finrod n'ira pas à la Boutique, pas aujourd'hui. Il ne le veut pas. Il attend... Que les aiguilles avancent, que le temps continue sa course pourtant si effrénée.


Il a mangé. Il a même repris des couleurs. Son elfe de maison a réussi à lui faire manger quelque chose. Elle a sourit lorsque cette bouche sèche s'était fermée sur ces œufs brouillés. On pu même voir ses dents lorsqu'il l'avait remercié. À présent, il lisait. Mais avant de se perdre dans les mots, il avait mis sur la table de la bibliothèque un album qu'il chérissait. Cela devait bien faire des années qu'il ne l'avait ouvert. Mais ce soir, il lui montrerait... Peut-être. Plus la journée avançait, plus il hésitait à annuler cette visite. Non,
il devait y arriver.


Fin d'après-midi, le regard vide sur son parc. La pluie a cessé. Le ciel a été consolé. Le soleil a même décidé de se montrer, un petit peu. La créature magique reste discrète mais garde un œil sur son maître. Elle l'aime, c'est certain. Il la respecte, c'est important pour elle. Une dame écailleuse se montre et va rejoindre les pieds froids de ce grand homme. Ils échangent quelques mots. Elle arrive à sentir sa détresse.

Un feu craque dans la cheminée. L'heure arrive. À grand pas. Le temps continue son oeuvre. Assis dans un fauteuil du salon. L'ombre des flammes dansent sur son visage. Il a apporté l'album. Des cris du passé s'en dégagent. Prêts à le rendre fou. Mais il résistera. Ce poison avait failli l'avoir une fois, pas deux. Il y mettrait fin. C'était décidé. Plus question de fuir.


On frappe

...

Sans attendre, Pantofia ouvre la grande porte.

- Bonsoir Madame, bonsoir. Entrez. Donnez ce dont vous n'avez pas besoin à Pantofia, elle va s'en occuper. Monsieur est dans le salon, il vous attend. Elle est contente, son maître qui ne reçoit que très peu de visite, elle est contente de le voir recevoir une amie, non, non. Sa cousine.

Debout, car il s'est levé pour la recevoir, il attend. Il s'est tourné vers l'encadrement de la porte. Il entend ses pas. Elle se montre... Enfin.

- Bonsoir Lizzie. Merci d'être venue. Tu as trouvé facilement ? Des banalités "Désires-tu boire quelque chose ?" Encore d'autres. "Ta journée s'est bien déroulée ?" Il veut qu'elle parle, il veut entendre sa voix. Il en a besoin. Savoir qu'elle est venue pour lui mais qu'elle vit et qu'elle va le ramener à la vie ce soir.

D'un geste il lui indique le siège en face de lui. La pièce est mieux éclairée qu'avant. Le feu danse toujours mais des bougies sur les murs ainsi que dans les airs permettent de mieux voir, de se voir. Finrod veut y aller doucement. Il a besoin de se rassurer, car ce soir bas les masques. Les blessures de la vie s'ouvrent à nouveau.
Revenir en haut Aller en bas
Lizzie Bennet
avatar
AdministrationHarryPotter2005
Administration
HarryPotter2005
Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Manumagie (Niveau 1)


Re: [Habitation] Clairière aux écailles

Message par : Lizzie Bennet, Lun 29 Mai - 19:27


La plupart des humains ayant une fratrie
Sont frères ou soeurs avant que d'être parents
J'ai l'impression d'avoir grandi à l'envers
Il a fallu que je devienne mère
Pour accoucher de mes sentiments pour ma cadette

Je ne veux plus la laisser seule
Et je ne parle pas qu'en termes financiers
Je veux être disponible pour elle
L'épauler dans son adolescence
Lydia a 16 ans

16 ans était mon âge quand Jane a quitté Poudlard
Que je me suis trouvée seule entre Maël et le Ricard
16 ans est l'âge où elle se trouvera la présence
Qu'elle avait oublié
Je veux lui être utile
Je veux qu'elle n'ait pas honte de m'appeler grande soeur

Il a fallu que je devienne mère
Pour accoucher de mes sentiments pour mon cousin
Accepter que peut-être la vieille folle était raisonnable
Plus que je l’avais jamais été

C’était décidé j’allais devenir une autre
Une version de moi même suffisamment utile
Pour mériter de vivre
Je serais aux objets
Ce que les métamorphomages sont aux hommes
Je prendrais toutes les formes qu’on attendrait de moi


Dis moi Finrod
Derrière ta sanglante droiture
De quoi as-tu vraiment besoin ?
La blessure que tu recèles semble plus profonde
Que celle traitée dans la salle de guérison
Je veux pouvoir t’aider mais je sens
Que cette douleur sera moins visible
Nécessitera plus de tact
De douceur
Que ce que je fais usuellement

Tu as appris à aider les gens
En susurrant à l’oreille des créatures
J’espère que mon début de maternité
Me permettra de t’épauler

Une elfe m’accueille
S’introduisant comme Pantofia
Elle a comme une douceur
Dans son regard
Je ne m’attarde d’habitude pas
Sur les yeux des elfes
Mais elle porte sur elle
Le souci qu’elle se fait pour lui

Je la comprends
Avant d’être mon cousin
Il est mon maître
Et sous ses violences il a un
je ne sais quoi
Qui vous donne envie d’être à ses côtés

Avant s’il m’avait ainsi bombardée
De trivialités j’aurais tout balayé
Pour passer aux choses sérieuses
Au motif de ma venue
Mais j’apprenais à mettre du miel
Pour adoucir la râpe de ma langue

— Bonsoir Finrod. C’est normal. Oui, ça allait, malgré mon non-sens de l’orientation !

(Sourire léger)
— Je peux nous faire du thé, si tu veux ? Enfin, j’sais pas si tu bois du thé, mais j’aime bien ça. C’est chaud, ça sent bon, tout ça.

C'est aussi ainsi que je me suis effacée de Maman
J'aurais voulu remonter plus loin
M'effacer de son ventre
I wish I'd never been born

(Deux pas en direction de ce que je pense être la cuisine

Ses mots m’arrêtent à mi-chemin)
— Oui ! J’aime bien bosser à Barjow et Beurk, c’est frais pour les projets.


Je tourne sept fois la langue dans ma bouche
Pour lui laisser le temps de répondre
Pas le précipiter
Puis douce je reprends
— Ça allait, c’était pas trop chargé de ton côté ?


Je suis de ceux qui courent pour ne pas avoir à s’arrêter
A voir où ils ont mal
Mais je ne sais pas comment tu fonctionnes
Alors j’essaie d’apprendre à te connaître
Pour savoir quels sont les mots qui pansent
Pour toi
Revenir en haut Aller en bas
En ligne
Finrod Elensar
avatar
Serpentard
Serpentard
Spécialité(s) : Permis de transplanage
Fourchelang


Re: [Habitation] Clairière aux écailles

Message par : Finrod Elensar, Jeu 8 Juin - 14:03


Sa silhouette dans ce salon neuf, à peine fini d'être construit. Car, cette demeure était neuve, un cocon géant dans lequel Finrod avait besoin de se retrouver, parfois... Loin de tout et de tous, loin de la vie. Entouré, pourtant, de Nature, d'animaux... Mais tellement seul, son cœur est seul, meurtri.

Elle suit les banalités. Respectueuse, intimidée ou encore craintive ? Les trois ? Il n'en sait rien. Bien trop occupé à se demander s'il a bien fait de lui demander de l'aide... Un lien familial ne peut qu'être plus fort, surtout si le lien s'est fait en premier dans le chaos et le sang. Pourtant, il sait. Il sait que jamais rien ne pourra le remplacer, lui. Cette connexion si forte.

Il sourit tristement...
Une larme... Légère et petite se glisse hors de ses orbites...

Il doit lui répondre, elle attend une réponse.

- Oh non, ne t'embête pas. Pantofia va s'en occuper, n'est-ce pas ? Il s'adresse directement à la créature, lui sourit. "S'il te plaît. Fleur d'oranger pour moi, et toi Lizzie ? J'ai un large choix, c'est une boisson que j'apprécie beaucoup. Comme lui... "Je suis resté ici aujourd'hui, à attendre ton arrivée. Le regard grave, car il sait que les fantômes du passé vont surgir petit à petit. Une fois qu'il aura mis des mots sur cette blessure à vif, décidant de refaire surface après tant d'années.

L'elfe de maison n'attend pas l'approbation de Lizzie, elle fonce directement cuisine pour préparer ce que son maître lui a demandé. Ce dernier fait signe à sa cousine devenir s'asseoir, de prendre place proche du feu, sur le sofa en face de lui. Car il y a pris place, appuyé contre le dossier, son regard s'est posé sur la cheminée où crépite gentiment le feu et le bois sec. Hypnotisé.

- Désolé... Murmures. Il regarde sa cousine. "J'ai dû te faire peur l'autre soir... J'en suis navré. Je... Je me suis laissé submergé." Encore un sourire triste. Il l'a déjà expliqué dans sa lettre. À présent qu'elle est là, il essaie de faire bonne figure mais il sait qu'il va craquer, c'est impossible qu'il en soit autrement.

- Viens, Pantofia aura bientôt tout préparé. Dit-il. Mélange entre ordre et supplication,
il ne sait pas trop.


Sur la petit table, à côté de lui se trouve toujours cet album. Ses souvenirs, leurs souvenirs. Il est mort mais ils sont tous là, encore intacts malheureusement. Et il est temps pour eux de reprendre forme, d'être racontés.
Revenir en haut Aller en bas
Lizzie Bennet
avatar
AdministrationHarryPotter2005
Administration
HarryPotter2005
Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Manumagie (Niveau 1)


Re: [Habitation] Clairière aux écailles

Message par : Lizzie Bennet, Lun 28 Aoû - 22:15


(J’ai honte… :mm:)

J’aurais voulu lui répondre. Un choix de thé. Mais c’est bête, je bloquais. Sur tout, aujourd’hui. A le voir, les yeux humides, je perdais mes moyens. Un thé ? A la menthe ? Trop classique pour l’occasion. Et puis, je doutais qu’il ait des pignons. Moi, j’aimais bien les pignons avec le thé à la menthe. Ou alors… Demander du miel serait bizarre, comme si je préparais ma gorge au calvaire d’une discussion interminable. Non. A chercher à le ménager, j’en perdais toute ma spontanéité. Verveine, peut-être, mais je préférais les infusions. Gingembre, j’aimais beaucoup le thé au gingembre. Ou à la cannelle peut-être ?

J’ai cherché l’elfe du regard, mais elle était partie, déjà. Trop lente, la Lizzie. Trop lente pour un thé, on aura tout vu. J’avais géré un bar pendant combien de temps pour finir dans cet état de légume ? Je me dégoûte parfois p*tain. Enfin. Tant pis, l’elfe, Pantofia pour quiconque écoute au moins une minute Finrod parler, ferait bouillir l’eau, et puis je demanderai le parfum après. Y a pas d’urgence, de toute façon. Je bouge pas, ce soir. Je reste là, pour lui, aussi longtemps qu’il me jugera utile. Enfin, en admettant que ce temps débute à un moment. Parce que là c’était assez pathétique.

Il s’est assis, à peu près aussi à l’aise que moi. Déjà, il m’invitait à m’asseoir en face, c’était un sacré indice de son… hey stop. Lizzie. C’est quoi cette analyse de m*rde. Arrête de projeter des trucs négatifs de partout et écoute à la place.
— Parfois, on a besoin de se laisser submerger. C’est plus facile quand on le contrôle, mais personne n’a jusqu’à présent su être le maître parfait de ses émotions. C’est ce qu’on appelle l’humanité, je crois.


J’ai suivi son invitation et me suis assise à côté du feu. J’aimais le crépitement hivernal et les odeurs boisées qui en émanaient. C’était presque apaisant. Tu sais, parfois, les gens veulent trouver les bons mots et tombent à côté. Comme comparer un trottoir pris en voiture avec une agression. On a beau parler de la vitesse, de la sidération, de notre paralysie, mais c’était maladroit. Comme faire regarder Mr et Mme Adelman à quelqu’un qui a perdu un proche d’une dégénérescence ou d’une aliénation mentale. Il y a des choses qui sont dites et faites avec des bonnes intentions mais qui finissent par blesser. Je voulais pas lui faire ça. Pas à lui.

Il méritait toute la tendresse et l’honnêteté que ce monde arrivait à combiner. Et comme l’univers se décide rarement à se battre pour une personne, ça allait commencer par moi.
Son regard semblait se perdre sur un album, alors j'ai saisi la perche, espérant ne pas me tromper.
— Tu crois que les images pourraient aider les mots ?

Il faut bien commencer quelque part. Regard doux, invitant. Et tu sais, tu n'as pas à faire toute la narration. Peut-être que le passé peut parler pour toi. La voix t'appartient, mais je sais que parfois, on a besoin de passer par un autre support. Je parle souvent au travers de mes sorts ; peut-être que ce précieux album pourra t'aider à t'exprimer. Je suis là, à l'écoute.
Revenir en haut Aller en bas
En ligne
Finrod Elensar
avatar
Serpentard
Serpentard
Spécialité(s) : Permis de transplanage
Fourchelang


Re: [Habitation] Clairière aux écailles

Message par : Finrod Elensar, Mer 11 Oct - 18:54


L'humanité. Oh oui, Finrod était humain. Qu'est-ce qu'il s'en voulait, en ce moment-même, de l'être. De ressentir toutes ces choses... Qu'il croyait perdues et oubliées à jamais. D'une autre époque. Celle où il croyait encore en l'amour, en lui, en eux. Pourtant... Les années passent et pourtant l'esprit du jeune homme vagabonde encore dans les plaines de souvenirs que lui seul connaît. Qu'il garde précieusement. Il ne veut pas oublier mais y penser lui fait mal... Tellement mal. Son coeur se serre, sa respiration se s'accélère. Or, c'est passé. C'est fini. Mais il veut les garder. Pouvoir se souvenir ce bonheur, ces rires et ces caresses... Ces baisés incroyables...

Humain, il l'est, c'est certain.

Lizzie parle de l'album. Finrod décroche un sourire. Ravale les quelques gouttes qui ont parlé sur le coin de ses yeux émeraudes. Il sait déjà qu'il va pleurer. C'est impossible qu'il en soit autrement. Son amour, son seul, va revivre ce soir par ses mots, leur histoire va être à nouveau conté. Ainsi, cela y mettra-t-il fin ?

- Oui... Une voix douce et faible. Comme un murmure. A-t-il peur de réveiller le passé qui le hante pourtant presque chaque jour ? De sa main blanche, il se saisit de l'ouvrage. Elle tremble, sa main, elle trahit sa crainte de revoir ce visage qu'il a évité depuis qu'il est parti.

Isnpiration.

Quelques secondes passent. Il se lance... Et c'est là qu'il le revoit. Ce sourire, ce visage. La première photo est comme une lame lentement, très lentement, plantée dans le torse du sorcier. Froide et meurtrière, elle atteint son coeur comme pour que le sang coule à nouveau.

Un visage mince, des yeux rieurs d'un bleu profond, ce blond clair qui les mettait en valeur. Ce visage si parfait, si angélique et à côté de ce jeune homme... Lui... Plus jeune mais déjà chauve. Un sourire sincère sur le visage. Les deux jeunes garçons bougent, rigolent. Ils sont côte à côté. Pas de capuchon pour le Fourchelang. Pourquoi cela serait-il nécessaire ? Ils s'aimaient. Tous les deux, entièrement.

Une goutte tombe sur le papier jauni après tant d'années, huit ans se sont écoulées depuis cette photo. Cet album contient leur trop courte histoire. Sur quelques pages, s'est écrit une histoire d'amour qui ne pourra pas remplir cet album, malheureusement.

- C'est lui... Silvano. Sa voix tremble lorsqu'il dit ce nom, son cœur tombe en miette. Cela fait des années qu'il est devenu tabou dans sa famille après la tragédie. Il tend l'album à sa cousine. Pour qu'elle découvre un être qu'elle ne rencontrera jamais..."C'était quelques jours après notre rencontre. à Amsterdam..." Ainsi, il débuta son récit. Remettant des mots pour ces instants magiques.


Il y a huit ans



Les célèbres canaux de la capitale hollandaise reflétaient les rayons du soleil sur les façades si atypiques et magnifiques des habitations les longeant. Touristes et habitants s'y mêlaient sans forcément faire attention les uns aux autres, vacant à leurs occupations et aux traquas de la vie quotidienne. S'ils prenaient le temps de faire attention à ce qu'il se passait autour d'eux, ils remarqueraient que des personnes aux accoutrements parfois étranges, que l'on pouvait qualifier de déguisement, avaient envahi petit à petit leur ville. En effet, dans les abords de la ville, se tenait une rencontre de passionnés de créatures magiques.

Un rendez-vous immanquable pour la famille Elensar qui avait prévu d'y rester les trois jours tout en arrivant deux jours avant le début, souhaitant profiter de la ville d'Amsterdam. Un petit hôtel modeste les avait accueillis le matin après un transplanage en bonne et due forme. Finrod avait eu la chance d'avoir sa propre chambre. Loin de ses parents, loin des tensions éventuelles, un endroit où il pouvait se retrouver lui et ses rêves, ses envies et ses livres. Il en avait pris quelques-uns pourtant il savait qu'il allait profiter de visiter ce ville qui lui semblait magnifique. Il allait devoir se mêler aux moldus pour découvrir les plus endroits de cette ville.

Seul ou accompagné de ses parents, Finrod avait pris plaisir à découvrir Amsterdam et ses rues, son doux soleil de mai ainsi que ses toits lors de nuits étoilées ou nuageuses. Mais ce pourquoi il était allait bientôt pouvoir commencer. C'était de bonne heure et humeur que le jeune sorcier avait retrouvé ses parents dans les couloirs de l'hôtel. Petit déjeuner rapidement englouti, les trio Elensar se rendaient sur place grâce à la poudre de cheminette mise à disposition par l'hôtel en cet événement sorcier plutôt important dans le milieu animalier. Les voilà partit à l'aventure, sûrement une des plus belles que Finrod vivrait de toute sa vie... Mais aussi la plus triste.

Toutes les personnes présentes, venues de partout en Europe voire même du monde, se pressaient en direction d'un seul et même endroit : l'amphithéâtre à ciel ouvert. Heureusement qu'il y avait des places attitrées et que les parents de Finrod s'y étaient pris à l'avance. Les trois passionnés de créatures magiques étaient quelques rangs au-dessus des VIP. Ils s'installèrent confortablement se réjouissant d'entendre et de voir des pionniers en la matière. Et c'est là qu'il le vit... Ses yeux émeraudes ne pouvant se détacher de ce jeune homme, au dernier rang des VIP. Il ne fut pas impossible que les parents du Fourchelang remarquèrent leur fils regarder le sorcier en contre-bas. Ils ne dirent rien. La situation de Finrod ne les gênaient pas mais ils savaient qu'il ne croyait pas en l'amour, probablement à cause du cadre familial et violent où Finrod avait grandi.

Le reste de la conférence, l'ancien Serpentard ne faisait que passer de la sorcière ou du sorcier qui présentait une partie du séminaire et ce bel inconnu. Ce dernier ne l'avait pas encore vu. Il était difficile pour le jeune homme de vingt-et-un an de détacher ses yeux. Lors de la pause, il se leva, c'est alors que Finrod pu se rendre compte qu'il était grand, presque autant que lui mais bien plus fin. Jusqu'à la pause de midi, Finrod se demandait bien comment l'inconnu s'appelait, par simple curiosité, car il savait pertinemment qu'il ne lui parlerait jamais. Pourtant, qu'est-ce qu'il en avait envie.

La fin de la première journée arriva. Petit à petit la salle se vida. Les sortilèges de sécurité empêchant tout transplanage pour entrer comme pour sortir de la salle. Cela permis à Finrod de continuer à regarder ce jeune homme qui l'intriguait tant. Il sentait en lui, dans sa poitrine, son cœur battre à la chamade. Puis... Il le perdu de vu. Presque pris de panique, Finrod chercha dans la foule mais ne pouvait rester sur place, obstruant le passage. Il se résigna à suivre le sens de marche pour finalement se retrouver à l'extérieur, se disant que c'était peut-être la première et la dernière fois qu'il le verrait. Mais il se trompait.

- Salut. C'est ainsi que tout commença, aussi simplement. Avec un anodin salut...

- Il s'appelait Silvano, il était italien, il parlait bien anglais avec un léger accent. Sa grande sœur m'avait vu le regarder pendant toute la journée et il avait décidé de venir me parler. Expliqua Finrod, un sourire triste apparent. "Il m'a proposé d'aller boire quelque chose. J'étais étonné qu'il soit aussi direct mais il était comme ça. Il vivait les choses sans retenue. Et j'ai passé une soirée magnifique. On a commencé par un bar puis un restaurant et enfin une promenade qui a fini par notre premier baiser. Tout était si simple et si effrayant en même temps. Je ne comprenais pas ce qu'il se passait. Cette nuit-là, nous l'avons passé dehors, sur un toit. L'un contre, l'autre... Quelques larmes coulaient sur les joues du propriétaire de la BAM.

Pantofia apporta la théière encore un peu fumante ainsi que deux tasses, le sucrier ainsi que des petits biscuits. Son maître  la soupçonnait d'avoir attendu le bon moment pour venir faire son travail pour éviter de l'interrompre.

- Alors, quel parfum pour ton thé ? Demanda-t-il en se penchant pour prendre sa tasse avec quelques herbes y flottant. Il fallait aussi profiter d'un moment tranquille avant de continuer son récit.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé

Re: [Habitation] Clairière aux écailles

Message par : Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas
Page 1 sur 1

 [Habitation] Clairière aux écailles


Permission de ce forum:Vous pouvez 
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Harry Potter 2005 :: ~¤~ Autres Lieux Magiques ~¤~ :: Grande-Bretagne-

L'univers d'Harry Potter est la propriété de la Warner Bros ainsi que de J.K Rowling.
Tous droits réservés sur ce site ©Copyright HarryPotter2005. Affichage optimisé sous Firefox.