AccueilPortailPublications internesRechercherS'enregistrerConnexion

Harry Potter 2005 :: ~¤~ Pré-au-Lard ~¤~ :: Rues de Pré-au-Lard
Page 8 sur 11
[Habitation] My Home Is Yours
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3 ... 7, 8, 9, 10, 11  Suivant
Mangemort 67
Mangemort
Mangemort

[Habitation] My Home Is Yours - Page 8 Empty
Re: [Habitation] My Home Is Yours
Mangemort 67, le  Mar 23 Jan 2018 - 9:08

- Est-ce tout ? Tout ce que vous avez à me donner ? Alors que je m'apprête à vous offrir la liberté ?

C'était bien pauvre comme échange. Même si les deux personnes mentionnées étaient connues de l'Ordre des Mangemorts. Cependant, les Ombres sont avides d'informations, toujours affamées.

- Pendant que nous cherchons à détruire le Secret magique, nos ennemis, eux, s'organisent pour nous anéantir. Ne croyez pas que votre statut d'élève vous épargnera. Vous êtes les partisans de l'Ordre Noir et certains de vos camarades ont décidé de rejoindre l'Ordre du Phénix ou les Aurors et ils n'hésiteront pas à vous dénoncer...

La guerre était imminente et ils devaient se rendre compte qu'il ne s'agissait pas uniquement de lancer quelques sortilèges de temps en temps. Non... C'était tout leur être qui devait plonger dans la bataille ou alors ils périraient de manière ridicule et inutile.

- À présent, j'aimerai que vous parliez de vous. Quels sont vos points forts et vos points faibles en matière de combat ? Afin d'évaluer là où chacun sera le plus utile, permettant ainsi aux Ombres de s'étendre chaque fois un petit peu plus... Et aussi pour vous tester...

Pour eux, le temps des duels à l'école avec des sortilèges de premières catégories était révolu. La nuit était encore longue pour notre élite. Mais le conflit dans lequel ils venaient de plonger l'était encore plus.






L'auteur de ce message est actuellement banni du forum - Voir le message
Anna Keats
Anna Keats
Serdaigle
Serdaigle
Année à Poudlard : Aucune année renseignée

Matière optionnelle : Pas encore disponible

Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


[Habitation] My Home Is Yours - Page 8 Empty
Re: [Habitation] My Home Is Yours
Anna Keats, le  Mar 23 Jan 2018 - 22:25

J'avais pas oublié mais désolée pour le retard également

La tension qu'il y aurait pu avoir avait été effacée. J'avais sûrement amorcé la décision mais chacun s'était retrouvé à partager ma pensée. Pas forcément pour les mêmes raisons. Kohane semblait la plus proche de mes idées, Azaël était dans un pacte de non-agression mais il suffisait que quelqu'un déclenche les hostilités et je sentais qu'il n'aurait aucun remords à nous attaquer. Le masqué n'avait émis aucun avis, seulement la possibilité de faire autre chose du temps qui nous était accordé et enfin le camarade nocturne avait suivi le mouvement de l'inconnu.
Personne n'avait fini par user de sa baguette, le temps passait sûrement trop vite où le temps avait été raccourci, en tout cas une troisième voix s'était élevée pour nous saluer.

Le maître en personne, je ne l'avais croisé qu'une fois, une seule, ce soir-là dans la cabane. Cette époque remontait légèrement, la dernière fois que je vis mon directeur de maison... Malena Kane. En voyant devant moi le masque rouge, je m'étais déconnectée de ce monde, entendant les murmures qu'il avait glissés à mon oreille lorsque plus personne n’entendait. Ma relation avec lui m'avait sauvé ce jour-là, je n'avais pas bougé, c'était ces mots... Avais-je changé depuis ce temps ? Je laissais le Maître nous donner sa vision des choses, la même. C'était presque triste de voir que rien n'avait changé. Les actions avaient été menée, certaines mentalités avaient peut-être changé mais les intouchables du gouvernement étaient restées.
Par ces mots, nous apprenions que chacun d'entre nous aurait le droit de venir s’entraîner dans ce lieu. Que nous étions cinq membres officiels des partisans, les meilleurs. Un sourire dans mon cœur mais gardé met sur mes lèvres. Je ne me sentais pas digne pour autant de combattre à leurs côtés, j'avais encore beaucoup trop à apprendre.
Les noms étaient demandés et chacun tendait devant lui une poignée de lettres à donner. Amis, ennemis, je ne savais pas comment considérer les trois personnes qui étaient apparues dans mon esprit.

Pas le temps de réfléchir, Azaël avait donné le nom de Mered, une serdaigle bien connue. Le fait de défendre les moldus n'était pas un problème pour moi. Ils étaient des égaux. Par contre pour le secret j'irais m'informer sur elle personnellement... je voulais en avoir le cœur net. Kohane eut comme un éclair de lucidité, mais le nom cité ne me disait rien.
Le Maître ne laissa pas d'autre temps pour ceux qui hésitait ou qui était bien trop enfoncé dans leurs pensées. Il me faisait prendre conscience de la guerre souterraine qui avait lieu. Il était facile de se croire protégé entre les pierres froides du château, mais l'histoire avait démontré qu'il était loin d'être intouchable, surtout quand l'ennemi était déjà dans les murs. Cela avait pincé mon cœur, comme un avertissement, un rappel. Et puis nous dévoiler avait été la dernière consigne, ce que l'on supportait, ce que l'on craignait.

L'inconnu en premier, après je me verrai devant l'obligation de parler. Il savait observer, il connaissait des gens, des élèves, Je devais en déduire que c'était le cas pour lui aussi ? Et puis dans ses paroles j'avais l'impression d'entendre l’enseignement du professeur, de l'Ombre du banc. Se connaissaient-ils, avait-elle enseigné à lui comme elle l'avait fait pour moi ? Nombreuses questions sans réponses.

À mon tour de parler donc, j'avançais d'un pas et inclinais la tête face au mage noir. Le Maître méritait tout le respect dont j'étais capable, mais à la vue du comportement des autres, je préférais m'abstenir.

« Je n'ai pas beaucoup de noms Maître, je sais qu'une élève de Serdaigle, Aoi était plutôt contre certaines closes du Secret Magique mais était encore pleine de doute sur le danger que représentaient les moldus pour les sorciers. J'ai le nom d'Asclépius Underlinden, qui est une personne très ouverte sur le sujet, il a organisé un débat concernant les journaux. Et.. j'ai rencontré l'une des vôtres, une ancienne, qui a fini à Azkaban, elle m'a semblé être remontée contre le Ministère mais elle m'a clairement dit ne plus rien vouloir de l'Ordre Noir. Le nom de Ciàran vous parle t'il ? »

Je ne savais pas si j'avais été utile, si les noms auraient une quelconque importance.. La deuxième question était là et il me fallait répondre.

« Je suis loin d'être la meilleure duelliste. Je trouve davantage mes marques dans les potions. Je travaille sur le Chemin de Traverse avec Mered Adand, s'il le faut je peux me renseigner davantage sur son point de vue. »
Azaël Peverell
Azaël Peverell
Auror
Auror
Année à Poudlard : Diplômé(e)

Matière optionnelle : Médicomagie

Spécialité(s) : - Permis de Transplanage
- Animagus : Chien-loup Tchécoslovaque


[Habitation] My Home Is Yours - Page 8 Empty
Re: [Habitation] My Home Is Yours
Azaël Peverell, le  Jeu 25 Jan 2018 - 15:07

Ta soeur étoilée prend la parole juste après toi. Le nom donné te dit vaguement quelque chose, mais t'es totalement incapable de remettre un visage ou une situation dessus. Sans doute quelqu'un sans grand intérêt à tes yeux. Qui peut s'avérer être une future alliée si les propos de ta soeur astrale sont confirmés. Le Seigneur des ténèbres reprend ensuite la parole. Parce que ce n'est pas assez pour lui, il en veut plus. Mais t'es bien incapable d'en donner davantage. Question de loyauté envers Arty. Du coup, tu gardes le silence, yeux rivés au sol. Tu détestes l'idée qu'il soit déçu par le manque d'informations. Tu aurais aimé être plus utile. Mais c'est au tour de l'inconnu de prendre la parole, pour donner plusieurs noms. Et y'a la bleue aussi. Ils préfèrent donner des noms d'alliés potentiels plutôt que d'ennemis. A croire que tu es le seul à vouloir dénoncer pour punir.

Cependant, son petit discours sur la guerre en cours te renfrogne légèrement. T'es persuadé qu'Arty ne te dénoncera jamais. Il est sans doute celui en qui tu as le plus confiance, malgré tous ses défauts. Sa loyauté envers toi est totale. Tout comme la tienne envers lui. Votre amitié repose sur cet accord implicite. Et quoi que le Masque Rouge en dise, t'es bien sûr que ça ne changera jamais. Tu refuses de laisser quiconque insuffler un doute à ce sujet. La Serdaigle annonce pouvoir se rensiegner sur les croyances d'Adand. Tu lui lances un regard noir. C'est quoi, son délire, elle ne juge pas ta parole de qualité ? T'es pas digne de confiance, peut être ? Tout cela commence à t'agacer réellement.

Tu réfléchis quelques secondes à tes points forts et tes points faibles. Tu détestes ce genre d'introspection. Etrangement, t'as tendance à te trouver toujours bien plus de faiblesses que de forces. Tu retiens un soupir. Heureusement que la main de ta soeur est toujours dans la tienne. Elle te donne le courage de parler. D'assumer. Même si tu détestes l'idée de mettre tout le monde au courant de tes faiblesses. Le Maître l'a demandé, il doit donc être au courant. Dans tous les cas, t'es bien incapable de lui mentir. Ta voix s'élève donc, dans une neutralité totale, comme si tout cela ne te faisait ni chaud ni froid.

- Je maîtrise plutôt bien les sorts d'attaque en général. Et je bouge bien en combat. Mais j'ai... Tendance à perdre le contrôle quand mes émotions prennent le dessus.

Ce qui arrive relativement souvent. Voire même à chaque fois que tu te bats. T'es toujours gouverné par ta colère, ta peur ou ta haine. Et ça te pousse à commettre des erreurs. Mais à chaque fois ça recommence. Même si tu le sais. Faudrait peut être que tu travailles dessus un jour. Vraiment.
Kohane W. Underlinden
Kohane W. Underlinden
MDJ-GestionnaireHarryPotter2005
MDJ-Gestionnaire
HarryPotter2005
Année à Poudlard : Diplômé(e)

Matière optionnelle : Étude des moldus

Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Occlumens


[Habitation] My Home Is Yours - Page 8 Empty
Re: [Habitation] My Home Is Yours
Kohane W. Underlinden, le  Jeu 25 Jan 2018 - 18:41

L’Ombre ne paraît pas satisfaite des réponses. Alors que, selon elle, elle s’apprête à nous offrir notre liberté.
Je me renfrogne, grimace légèrement dans l’obscurité de la pièce.
Je n’aime pas ses mots. Je n’aime pas cette pensée.
Rien ne nous oblige à parler. Et elle ne nous offre rien du tout en elle-même. Tout ça, c’est un travail de groupe. Elle ne serait rien sans nous, sans les autres ombres, sans les bras et les esprits soutenant son projets.
De plus, je considère que je n’ai de comptes à rendre à personne. Et certainement pas à l’autre dont j’ignore tout jusqu’à l’identité. Ma main dans celle de mon frère étoilé se referme. Doigts entourant les siens peut-être un peu trop fort.
Je n’ai de compte à rendre à personne.
Et certainement pas à cette ombre anonyme avec qui je n’ai conclu aucun pacte, aucun accord. La seule personne, à la limite, qui pourrait prétendre à ce titre est Asclépius. Mais je ne considère pas non plus avoir de comptes à lui rendre pas plus qu’il n’en a envers moi. C’est juste une alliance, une promesse, pour ne pas être seul. Chacun fait sa vie, assurant d’un soutien et d’une présence en cas de besoin. C’est tout.
Je n’appartiens qu’à moi-même. N’était-ce pas ça qu’il recherchait, lui aussi, quand il m’en a parlé, y’a si longtemps, dans la forêt interdite ? N’être le sujet que de lui-même.
Je refuse d’appartenir aux autres, quels qu’ils soient.
Je les aide ou les exècre, je les soutiens ou les combats, mais, peut-être trop égoïste que je suis, je crois vivre avant tout pour moi. C’est en solitaire que je me suis toujours relevée, que j’ai essuyé mes larmes, que j’ai serré les dents, que j’ai tenté de reconstruire mon monde face aux autres, que j’ai continué d’avancer, envers et contre tout.

J’ai perdu un peu le fil du discours. Ca s’est décousu quelque part. Mais bien vite, l’aiguille revient, se remet à coudre et les mots coulent de nouveau dans mes oreilles.
L’ombre demande nos aptitudes en combat.
Ca me laisse perplexe. A dire vrai, j’en sais rien. Je me rappelle subitement mon affrontement avec le petit oiseau fascinant croisé à Londres. C’était... étrange, ce combat. Coups et contre-coups. Les sorts puis les poings échangés. Pierres et verre. Sang et blessure. Violence et fascination, tout mêlé dans une rage sans nom, odeur de mort alors qu’on voulait juste vivre.
Alors qu’elle m’a appris.
A vivre.
Elle m’a appris.
A exister.
Repassant le fil des souvenirs, essayant de capter à nouveau les images qui m’en restent, je me demande de quelle aptitude particulière j’ai pu faire preuve ce jour-là.
Je crois que
Ce qui m’a tenue, ce qui m’a permis de lui faire face et finir en match nul, c’était ma rage. C’était le souvenir tenace de Kane

Fais de ce monde la scène de ton monde intérieur
mets y tout et fous le feu


c’étaient ses paroles et sa présence électrique -pourtant absente au moment du combat.
Je ne suis pas sûre d’avoir des capacités particulières en matière de combat. Disons que je me débrouille puisque je suis toujours vivante.
Mais ce que je sais, c’est que mon cœur bat.
Qu’il battra de vivre jusqu’au dernier moment.
Et, comme face à la jeune femme de Londres,
jusqu’au dernier moment, j’espérerai, je crierai la vie et trouverai la force de rester debout face à l’horizon. Peut-être est-il là, mon réel point fort ?
Perdue dans ma bulle-cocon de pensées et souvenirs, je n’entends que vaguement ce que répondent les autres. Je n’y prête pas grande attention, à dire vrai.
Pendant un court temps, je revis ces sensations extrêmes de la mort à deux pas.
Et la présence incroyablement terrifiante et attirante de l’autre, ennemie et complice.
Finalement, je me contente d’un léger haussement d’épaules :

-Je suppose que je ne me suis pas assez battue dans ma vie pour pouvoir en tirer des conclusions générales. Mais. Je crois que mon point fort, c’est l’esprit et la détermination. Ou ma flamme intérieure, peut-être. Qui me donne toujours plus l’envie de m’accrocher à la vie et de combattre au milieu du chaos.

Cette flamme que Kane me disait d’entretenir, de bousculer, qu’elle embrase tout le reste.
Cette flamme que la jeune femme de Londres -Lizzie- m’a permis de révéler, de faire exploser, elle m’a appris à bousculer les âmes en bousculant mon corps et à emportant les autres en enfer avec moi, derrière moi.
La détermination de faire couler le monde pour le faire renaître.
Elle m’a tenu la main, rassurante et fascinante.
Pour entretenir cette force, ce souffle de vie nichant au creux de mes tripes qui fait que je n’ai pas peur -je n’ai plus peur.
Alors. Oui. Je crois que c’est ça. Ma véritable force.
Mangemort 67
Mangemort 67
Mangemort
Mangemort
Année à Poudlard : Aucune année renseignée

Matière optionnelle : Pas encore disponible

Spécialité(s) : Transplanage
Fourchelang


[Habitation] My Home Is Yours - Page 8 Empty
Re: [Habitation] My Home Is Yours
Mangemort 67, le  Jeu 8 Fév 2018 - 22:05

Notre idéologie ? Oui, nôtre... Quelle douceur d'entendre cette implication. Je souris de plaisir derrière mon masque. Puis les langues se délient... Quelques noms fusent, quelques anecdotes. Un nom qui ne me dit rien Ciàran, une personne qui ne m'intéresse pas si elle ne veut plus avoir à faire à nous. Tant qu'elle ne se met sur mon chemin, je ne la rencontrerai jamais très probablement.

S'ensuit les aptitudes de chacun. Comment servir l'Ordre Noir ? Voilà qui m'importe. Les As à leur place. Il est important de d'assurer une élite forte et soudée... Et si... ? Oui probablement, une dernière petite étape pour qu'ils apprennent à se faire confiance.

- T'intéresse-t-elle ? L'adepte des potions ? Peut-être pourriez-vous mettre au point quelques préparations pour diverses opérations. Dis-je en fourchu à mon camarade masqué. Seul, probable, à me comprendre en cet instant.

- Merci pour ces quelques mots. Avant d'aller vous reposer, il y a une chose encore que j'aimerai voir. Illusionis. Je m'y étais appliqué pour faire apparaître ce double. De quoi rappeler quelques souvenirs à la jeune Kohane, car s'en suivit un Promptus Nebulae pour brouiller leur vue. Il valait mieux éviter d'être trop proches d'eux.

- Alors mes petits ? Un petit duel ? Pendant qu'ils essayaient de comprendre ce qui leur arrivait, j'enchaîne avec un : Radicis Perfidum ! Et le sol craqua pour laisser les mortelles racines balayer ce qui se trouvait autour d'elles. L'elfe de maison réparera ce que je détruirai lors de ce petit échange de sortilèges. Car malgré les protections de la pièce, pas certain que tout soit propre lors de notre départ.

Voyons leur travail d'équipe, autant faire le grand saut rapidement et improviser. Les stratégies viendront plus tard.





L'auteur de ce message est actuellement banni du forum - Voir le message
Anna Keats
Anna Keats
Serdaigle
Serdaigle
Année à Poudlard : Aucune année renseignée

Matière optionnelle : Pas encore disponible

Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


[Habitation] My Home Is Yours - Page 8 Empty
Re: [Habitation] My Home Is Yours
Anna Keats, le  Ven 9 Fév 2018 - 23:39

C’était toujours impressionnant de se retrouver en face du grand “Maitre”. À peine les mots sortis de ma bouche, je n’avais pas pu soutenir mon regard en direction du masque plus longtemps. Le petit couple prit la parole juste après moi, dire ses points forts, ses faiblesses. Apprendre que l’habituel excité se laisse facilement submerger, quelle nouvelle… À côté de ça, la seconde moitié parlait d’envie de survivre, d’instinct, de passion. J’avais été quelque peu rassurée quand cette dernière avait annoncé de ne pas avoir beaucoup combattu, finalement une autre chose que je partageais avec la jeune femme.

Le masque rouge siffla étrangement, langage incompréhensible, musique inconnue dans la bouche humaine, quel dialecte étrange. Mais le temps coulait avec une certaine rapidité et voilà que le mage noir se divisait et nous noyait dans une brume opaque.

Séparés des autres, impossible voir, de savoir. Si des sorts venaient à être jetés, comment connaître le lanceur et comment savoir où répliquer... Le risque de se blesser les uns les autres était plus qu’élevé, il était facile de comprendre mon absence de motivation pour participer à un bain de sang involontaire. La voix du Maître s’élève à nouveau, annonçant un duel, contre lui. Je reste de marbre, sceptique, tout cela ressemble à un test et malgré l'esquive du combat de tout à l'heure, le grand chef ne voulait pas nous laisser partir sans voir ce que nous donnions sur le terrain. Le départ de l'épreuve était donné.

Les racines sortirent du sol, quelques secondes après j’entendais une voix pas très loin jeter un premier sort. De mon côté, la plante s’était déjà saisie de ma jambe et en tirant d’un coup sec, m’avait violemment fait tomber à terre. Je serrais les dents, mon os instable décuplait la douleur, mais je ne devais pas me laisser faire, ma vie en dépendait. Ma baguette en direction de la racine qui m'accrochait, #Incendio. Si la plante avait lâché sans doute plus surprise qu’endolorie, je ne devais pas traîner à terre trop longtemps. Dans un réflexe, je plaquais ma main contre ma cuisse, elle était toujours là, la jumelle de celle donnée à Riri ce soir-là. Ridiculement, j'essayais de me déplacer en courant à quatre pattes, technique peu gracieuse, mais terriblement efficace pour esquiver d'éventuels sorts lancés trop hauts.
Les mètres défilaient, enfin dur de vraiment savoir quand le principal des sens était mis hors circuit. J'entendais vaguement un sort partir, rien de concluant, mais toujours dans la même direction. Je m'asseyais quelques secondes, soufflais. Je n'aimais pas ça du tout, devoir combattre l'invisible, avoir un sort en tête efficace, mais jamais testé. Tant pis si cela dure quelques secondes, je pourrais trouver un allié. Je pointais ma baguette vers le plafond. #Meteorribilis recanto *Je n'étais pas douée en sortilèges, il faudra remédier à cela.*

Le brouillard se dissipait très légèrement sur un tout petit diamètre, une réussite très bancale mais suffisante pour voir mon objectif atteint. Une forme, devant moi, impossible de dire qui. Je me déplaçais toujours accroupi mais cette fois sûre de ma direction. Ma respiration était beaucoup trop forte, je ne pouvais pas la calmer, un sort trop avancé pour mon niveau avait toujours cet effet-là. La forme est maintenant devant moi, l'effet du sort s'était dissipé et la baguette pointée sur lui pendant un instant s'était baissée en le reconnaissant. L'inconnu.

« Tu vas bien ? Et Mer**. »

Il n'avait pas vraiment l'air en bon point. Je détachais rapidement la potion de ma jambe. La fiole n'était pas très grande, mais contenait suffisamment de liquide pour deux. J'arrachais le bouchon avec les dents, aucune chance pour que lâcher ma baguette un instant. Je buvais rapidement un tiers de la mixture avant de coller de reste sous le nez de l'autre.

« Avale ça, vite. »
Invité
Anonymous
Invité

[Habitation] My Home Is Yours - Page 8 Empty
Re: [Habitation] My Home Is Yours
Invité, le  Dim 11 Fév 2018 - 21:02


Passage du temps comme une brise sur les dalles. Pleines de poussières. Eux, pleins d’idées. Des noms, du fouillis. Des tâches d’encre sur du buvard. Tous, ces Enfants, sont comme de l’or : précieux et si malléables. Certains plus déterminants que d’autres. Le Maître le reconnaît. Rire, doucement, à la proposition fourchue. Pourquoi pas. Peut-être. Peut-être, être en mesure de faire quelque chose, autour d’un chaudron.
Les sorts sont lancés, sa position, elle, déterminée : être le bras armé. Protection du Maître avant tout, bien qu’il ne risque pas grand-chose avec les cinq morveux d’en face. Mais sait-on jamais, il peut toujours y avoir des surprises.

Des racines tueuses : craquement des pierres, gémissement de la bâtisse. Va, ma vieille, ce n’est que temporaire. Il y a pire qui puisse sortir d’un corps. Aliénation à l’encontre de la nature, par la nature. Magie qui s’entremêle.
Détester devoir cohabiter dans un combat.

#Ragnarok Continuate sur le Maître : le combat ne devrait pas durer bien longtemps. Un test, un quiz, un de plus. Déterminer ce que vaut la marmaille, derrière les mailles étanches du paraître. Laisser parler les entrailles.
Viser le gros des troupes : trois étaient encore statique. Ça allait changer. #Abyssum Appa et… Moment de saisir l'envol.
Kohane W. Underlinden
Kohane W. Underlinden
MDJ-GestionnaireHarryPotter2005
MDJ-Gestionnaire
HarryPotter2005
Année à Poudlard : Diplômé(e)

Matière optionnelle : Étude des moldus

Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Occlumens


[Habitation] My Home Is Yours - Page 8 Empty
Re: [Habitation] My Home Is Yours
Kohane W. Underlinden, le  Lun 12 Fév 2018 - 1:58

LA d'Aza

Apparemment, il n’est plus l’heure aux mots. D’ailleurs, je dois avoir loupé un épisode quelque part. Parce qu’un étrange sentiment de déjà-vu me submerge et j’aime pas ça. Je comprends pas trop le lien entre A et B puis pas grave, ça m’arrive souvent de louper des trucs dans un fil logique, la faute à qui rêvasse trop, je suppose.
L’important étant que je sens toujours mon frère au creux de ma main alors qu’un épais brouillard nous envahit. Mon cœur se met à cogner fort. Mais. La présence étoilée me rassure. A deux, nous sommes plus forts. Nous défions tout. Même la mort. Instinctivement, je me recule un peu et me rapproche davantage de mon frère (si cela se peut). J’entends sa respiration -et je soupirerais presque de le savoir en vie et toujours là.
Je plisse les yeux dans le brouillard. J’ai déjà vécu ça. Y’avait pas de belle présence étoilée, la fois dernière. J’avais encore plus peur. Mais. Y’avait Eurydice quelque part, au fond de moi ou autour de moi qui me donnait le courage de mettre un pied devant l’autre et de s’accrocher à sa flamme. Ce soir, cette nuit, je l’entends à nouveau se réveiller dans mes entrailles et murmurer quelques doux mots, rythmés par la chaleur de la main de mon frère.
Sa main invisible et cajoleuse est interrompue par les sonorités que je capte au milieu du brouillard -le sort que je connais ; c’est comme ça que l’inconnue de Londres m’a piégée le jour où nous nous sommes affrontées.
M*rde.
Ca sent pas bon.
Quand y’a des trucs qui sortent du sol et qui vous attrapent les jambes en jeu, c’est vraiment mal barré. D’autant qu’avec ce brouillard, on sait pas d’où ça sort, sur qui ça va. C’est un peu la cata, quoi. J’sais même pas où sont les autres. Hormis mon frère, cela va de soi.
J’entends et je sens du mouvement un peu plus loin. Ca parle et ça bouge. Ca s’agite et je comprends rien ; je cherche à distinguer les ombres à travers le brouillard et m*rde j’comprends pas ce qu’il se passe à côté mais bon y’a toujours la main puis en fait j’ai sommeil moi de base ‘fin y’a l’adrénaline, aussi, ça dope, faut dire et
Quelques secondes -un sort que j’entends prononcé par la fille- et j’aperçois à proximité d’elle le brouillard se dissiper quelque peu. Maigrement. Mais ça doit être suffisant pour un instant de vision.

En fait, je n’ai pas le temps de réfléchir plus qu’un sort est lancé dans notre direction. Le sol sous nos pieds se met à trembler, instable et dangereux. Oups. On va finir par tomber à l’intérieur si ça continue. Pis avec ce brouillard, on n’aura même pas le temps de s’en rendre compte.
Premier réflexe
S’extraire de là
Reculer
Et vite -de préférence
Reculer
Retrouver un terrain plus stable
Se cramponner
Alors
J’attrape le bras de mon frère
Ne surtout pas le lâcher, quoi qu’il arrive
Première idée : #ascencio, baguette pointée vers le haut du mur plus loin.
Je me retrouve projetée en l’air et, ne lâchant pas le bras de mon frère, je l’entraîne avec moi ; ne plus sentir le sol terriblement flottant et instable pendant une menue seconde avant que l’attraction terrestre ne nous rappelle et nous voilà retombant, plus de peur que de mal, au pied du mur précédemment visé. Je lâche quelques injures savamment placées en me relevant.
Je me penche sur mon frère :

-Eh, ça va ?

Toujours accroupie près de ma pièce manquante, je me retourne, dos au mur, face plus ou moins à l’emplacement où nous étions tout à l’heure.
Maintenant, s’agit d’y voir plus clair. Et pas au sens figuré. Parce que sinon, on ne va pas s’en sortir. Et tout à coup, de vieux souvenirs réémergent. Pourquoi n’y ai-je pas pensé plus tôt ? Ca ne garantit pas un succès complet, vue la teneur du brouillard, mais ça devrait quand même arranger quelques petites choses. Gardant le contact physique d’une main avec mon frère, je pointe ma baguette vers moi-même et murmure un #Occulo Cati. Au début, pas grand-chose. Mais peu à peu, des formes se détachent du brouillard. C'est pas net et ce n'est pas comme si j'étais en plein jour. Je ne voit pas les détails des choses mais il m'est possible de repérer les positions grosso modo des différentes silhouettes. Je repère l'endroit où nous étions. Et l'ombre de l'autre côté. Je crois -sans en être très sûre- que c'est elle qui nous a attaqués, mon frère et moi. Et Liskuvo, peut-être aussi, d'ailleurs, que fait-il celui-là, j'espère qu'il n'est pas décédé, ça serait bête, il était chou puis en plus, il est amusant, il a plein de jeux sympas chez lui, il a des petites voitures par exemple, je trouve ça drôle bref
-je me perds, encore une fois.

Je me redresse un peu, pas tout à fait accroupie, pas tout à fait debout.
Et, ajustant le tir sur la silhouette que je distingue vaguement, je tente un #Exteo Stattiga. Juste histoire de voir. Comme ça. C'est pas bien méchant. Par contre si mon frère étoilé ne se relève pas en bonne forme, là, ça va risque d'être une autre histoire.
Personne n'a le droit de lui faire de mal !

HRP : je ne suis pas très sûre du occulo cati. Si problème me Mp.
Comme il s'agit de brouillard et pas de brume (donc le même phénomène mais à une intensité un peu plus importante d'après mon ami google) je considère que Kohane n'y voit pas comme en plein jour mais parvient tout de même à distinguer les silhouettes qui se découpent dans le décor.
Azaël Peverell
Azaël Peverell
Auror
Auror
Année à Poudlard : Diplômé(e)

Matière optionnelle : Médicomagie

Spécialité(s) : - Permis de Transplanage
- Animagus : Chien-loup Tchécoslovaque


[Habitation] My Home Is Yours - Page 8 Empty
Re: [Habitation] My Home Is Yours
Azaël Peverell, le  Mar 13 Fév 2018 - 11:49

Le Maître recommence à parler en sifflement. A croire qu'il passe plus de temps à parler aux serpents qu'aux êtres humains. Cette capacité te fait flipper. Te met mal à l'aise du moins. T'aimes pas qu'on parle une autre langue devant toi. T'as l'impression que c'est pour comploter contre toi. Mais tu ne t'y attardes pas. Tu ne t'agaces même pas. Parce que ta soeur étoilée est à tes côtés, alors t'as pas envie de t'énerver. Simplement de profiter du moment. Mais voilà qui commence à être difficile lorsqu'un brouillard vous entoure et que des racines commencent à vous attaquer. Vous allez finalement devoir vous battre. T'as pas envie. Pas aujourd'hui. Ils pourraient respecter ça quand même, forcer les gens, c'est pas cool.

Premier réflexe, simplement reculer. Pour ne pas se prendre dans les racines. Eviter l'attaque, s'y soustraire. Peut être prendre la fuite ? Tu ne vois pas l'intérêt de tout ça. Mais bientôt, le choix n'est vraiment plus laissé. Le sol tremble. Beaucoup trop. Et vu le bruit, il risque même de ne pas rester bien longtemps sous vos pieds. Ta soeur étoilée réagit plus vite que toi. Elle vous emmène loin de tout ça en un seul sort qui vous tire vers le haut avant de vous laisser retomber au sol, près d'un mur, dans un bruit sourd. Tu te frottes légèrement l'arrière de la tête. Histoire de reprendre tes esprits rapidement.

Visiblement, que tu le veuilles ou non, tu vas bien devoir participer au duel en cours. Mais c'est impossible dans l'état actuel des choses. Ce brouillard vous coupe la vue. Et si les Masqués en face de vous peuvent se permettre de lancer des sortilèges dont le large rayon peut vous toucher malgré la cécité, après toutes les épreuves que vous venez de traverser, il faut que vous soyez en capacité de les viser afin de les atteindre avec des sortilèges simples et qui ne demandent pas trop de dépense énergétique. Tu hoches légèrement la tête en répondant en murmurant à la question de ta soeur astrale.

- Oui, ça va. Et toi ? Tu nous as bien sorti de là !

Elle lance un sortilège que tu connais bien et qui te tire un sourire. Faudrait juste pas que ça touche un de vos camarades par erreur, ce serait dommage. Le brouillard s'est légèrement atténué grâce à la Serdaigle. Du moins, c'est sa voix que tu as cru entendre lancer le sortilège. Mais ce n'est toujours pas assez à tes yeux. Baguette pointée droit devant toi, tu laisses s'échapper un #Eolo Procella. Tu veux que toute cette brume dégage pour que le vrai combat puisse commencer. Mais avant toute chose, il va falloir se donner les moyens de gagner. Deux #Revigor partent. Un sur ta soeur étoilée, l'autre sur toi. Il est grand temps de poser les conditions de ce combat plutôt que de se les laisser dicter.
Mangemort 67
Mangemort 67
Mangemort
Mangemort
Année à Poudlard : Aucune année renseignée

Matière optionnelle : Pas encore disponible

Spécialité(s) : Transplanage
Fourchelang


[Habitation] My Home Is Yours - Page 8 Empty
Re: [Habitation] My Home Is Yours
Mangemort 67, le  Ven 2 Mar 2018 - 10:53

Désolé pour le temps de réponse


Il fallait croire que ma petite mise en scène surprise les avait fait réagir. Heureusement, sinon j'aurais été très déçu de notre élite. Il fallait que je garde à l'esprit qu'ils étaient encore de jeunes élèves. Que les rudiments du combat leur étaient presque inconnus. Mais il était primordial qu'ils comprennent que nos ennemis n'étaient pas là pour jouer. De loin pas...

Un sortilège lancé à travers la brume ricocha devant moi. Un en défense, l'autre en attaque. Voilà comment l'on gagnait un duel. Les As à leur place et tout se passerait pour le mieux. Pourtant je sentais le Pédagogue avec une envie de jouer, lorsque le sol trembla, ma première réaction fut de transplaner, sortant ainsi de l'aveuglette que j'avais mis en place. J'avais fait en sorte de me retrouver derrière le petit groupe de sorciers. L'avantage d'être le Maître des lieux était que je n'avais pas de restriction de déplacement.

- La clé se trouve dans le mouvement. Rester statique ne peut pas vous apporter de bonnes choses. Sauf si c'est pour tromper votre adversaire... Puis un coup de vent balaya ce qu'il restait du brouillard. "Pensez au groupe et pas uniquement à vous. Vous gaspillez de l'énergie à vous concentrez sur vous-même, envoyer valser cette marée brumeuse tout entière aurait dû être votre première réaction. Un petit point pour celui qui avait eu cette idée. "Unissez vos forces !" Ils en auraient bien besoin avec ce que je leur préparais.

- Feudeymon ! Hurlai-je. Un magnifique loup de flammes accompagné d'une vipère du Gabon firent leurs apparitions. Augmentant drastiquement le niveau du duel mais aussi la température. L'invocation d'un tel sortilège m'avait demandé beaucoup d'énergie. Ma respiration était forte et quelques gouttes de transpiration perlaient sur mon front. Mais je souriais d'une folie amusée. Il ne fallait pas que je m'emporte trop. J'attendais que leur esprit commence à comprendre ce qu'il se passait à quelques mètres d'eux.

Les animaux de feu restaient immobiles. Attendant que je lance leur charge sur les enfants face à moi. C'est parti !

D'un mouvement de baguette, les créatures de flammes se mirent en marche. D'abord lentement pour qu'une défense puisse être imaginée entre les partisans d'élite puis de plus en plus vite. Afin d'éviter des morts, j'essayai de diminuer le flux magique que je donnais à ce puissant sortilège de Magie noire ce qui eut pour effet de diminuer légèrement la taille des bêtes de feu.



Ne mourrez pas
L'auteur de ce message est actuellement banni du forum - Voir le message
Invité
Anonymous
Invité

[Habitation] My Home Is Yours - Page 8 Empty
Re: [Habitation] My Home Is Yours
Invité, le  Lun 5 Mar 2018 - 18:04

L.A. de 67


Quelque chose d’infernal, de tapi dans la demeure. Alors que non, ce n’était pas dissimulé, mais bien visible, bien présent. Car après tout, la bleusaille est invitée dans la maison des Ombres : elle doit s’attendre à un comité d’accueil. Elle doit comprendre que la peur n’est pas qu’un masque, et que les problèmes soulevés par leur Cause les dépassent, tous. Qu’il serait temps de faire preuve de maturité. Qu’il serait temps de prouver qu’on peut compter sur eux. Pour l’instant, ils avaient du répondant, malgré leur inexpérience. Quoique certains plus que d’autres, mais certains étaient passés par l’étape de la Coupe de Duel. Bien formateur, comme étape. Bénéfique pour la jeunesse. Elle devait se confronter aux combats, leur dureté et leur cruauté. Car le champ de bataille n’est pas une arène de duel. Il n’y a pas de règle : bien souvent que la survie. Il fallait pouvoir compter et sur ses alliés, et sur soi-même. Il fallait être suffisamment confiant pour laisser parler la Cause à travers soi.
Et pour l’instant, ce n’était pas gagné. Les cinq là, faisaient échantillons. Les plus moches de toutes les recrues, probablement. Ils avaient du répondant. Au moins, ils ne sont pas une cause perdue. Mais il fallait s’assurer qu’ils ne se perdent pas non plus, chacun de leur côté : pour ça que l’éducation de cette maison était là. Mais, avoir espéré qu’ils aient un peu plus de jugeote.

Puis, sans que cela ne soit annoncé, la Bête fut relâchée. Celle qui se baigne dans les flammes, dévore les mondes et les cœurs. Celle qui n’a pour horizon que la noirceur du charbon encore fumant. Les bêtes s’élèvent, créer par la seule volonté noire, puissante et entachée du Maître de tous. Manifestation de puissance sans égale dans la pièce, dans le monde magique, en être persuadé.e, tandis que les bêtes s’avancent, implacables et incandescentes, paradent sous une fausse couverture de docilité et de retenue avant le déchaînement. Avant que ne surgisse la tempête qui emporte tout dans ses bras agonisants. Des brûlures atemporelles sur l’âme et le corps. Des brûlures dont on ne réchappe. Courez, fuyez pauvres fous ! Un tombe à terre, une protection vaine se lance. Bien tenté. Mais il est seul, presque accompagné. Dans la circularité, les autres n’ont pas osé s’avancer. L’inaction. Pétrifié devant la grandeur.
Premier de ses réflexes : le recul. Trop élevé, trop important. Mais le costume impose une retenue, impose à ses réflexes de ne pas céder. S’imposer à soi-même une discipline et ne pas fléchir. Etre à côté du Maître, être digne de son côté. Alors, rester soi-même statique, également, tandis que les flammes ravagent les murs et le sol, poussent l’élite pétrifiée dans des claquements de crocs terrifiant. Il n’y a rien qui ne puisse vous sauver : simplement la volonté joueuse et folle du Maître. Et quand les murs sont noirs, et quand la pièce hurle suffisamment de sa douleur, d’avoir été brûlée vive, et quand les jeunes âmes comprennent enfin dans quoi elles se sont précipitées, les flammes se jettent dans les abysses, avant qu’on ne les referme. L’amusement a suffisamment duré. Sentir les souffles de chacun être écartelés. Sentir la pression de la mort : avec son haleine de souffre qui s’est approché bien trop près des Enfants.

Mais il est temps de se remettre, de s’en relever. De se surpasser.
S’avancer dans les cendres, et tirer celui à terre par le col pour le remettre sur ses jambes. Brusque : la définition des sensations.
Intimer aux quatre autres de se regrouper. Souffler. Bien. Ils avaient presque l’air ordonnés comme ça. « - Bien. » Souffle court.

Un regard vers le Maître, comme une demande, qui lui est accordée. Se placer face à eux, avec le Maître, les observer avant de prendre la parole :

« - Ce qu’il vous manque, c’est l’unicité, la coordination entre chacune de vos forces individuelles. Vous vous accrochez comme des moules dans des duos qui vous contraignent plus qu’ils ne vous élèvent. De l’autre côté, vous n’avez pas d’esprit de groupe. Désigner Peverell & Werner. Vous, je ne veux plus vous voir côte à côte : apprenez à vous lâcher la main, ce n’est pas une cour de maternelle ici. Désigner le pseudo-masqué & Schomann. Vous ne créez pas assez de dynamisme et vos mouvements sont indisciplinés. Enfin, désigner Kalsi. Tu sembles bien fatigué par toutes ces épreuves : pourtant, tu ne viens que de les entrevoir. Un silence. Vous devez apprendre à vous faire confiance, tous les cinq. A n’avoir comme volonté, comme objectif, que la Cause que nous défendons : auquel cas, votre place n’est pas ici. Il vous faut désormais prendre vos responsabilités : nous sommes en guerre, et vous êtes des soldats dans notre armée, par votre choix, votre volonté de changer la société pour la rendre plus Juste. Un petit sourire qui se dessine sous l’argile. Mais, comme nous avons reconnus votre valeur au cours de ces épreuves, vous ne serez pas de simples soldats dans notre armée. Non. Vous serez des lieutenants. Soyez en fiers, mais pas orgueilleux. Nous sommes là pour vous aider à développer vos capacités : venez vers nous, en cette demeure, quand vous souhaiterez vous améliorer. En échange, ne prostituez pas votre engagement. Vous êtes Un dans ce combat. Vous êtes alliés, pas ennemis. Travaillez ensemble, et vous réussirez. Est-ce vraiment si compliqué ? »

Belle conclusion pour un beau discours. « - Des questions ? » Plus pour la forme qu’autre chose. De toute façon, le test était terminé. Peut-être y avait-il de l’espoir au sein de la jeunesse, finalement.
Regard vers le Maître. Il était probablement temps de conclure. Les lendemains seront fructueux, si cette soirée a permis la germination des volontés alliées.
Anna Keats
Anna Keats
Serdaigle
Serdaigle
Année à Poudlard : Aucune année renseignée

Matière optionnelle : Pas encore disponible

Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


[Habitation] My Home Is Yours - Page 8 Empty
Re: [Habitation] My Home Is Yours
Anna Keats, le  Lun 5 Mar 2018 - 21:21

Sur mes deux potions, il ne m’en restait aucune pouvant soigner. Je ne savais pas si l’autre blasé en avait fait bon usage et quelque part, je n’espérais pas qu’elle lui ait été nécessaire. Me concentrant sur la situation présente, je voyais le garçon souffrir, se tenant la tête après que nos regards s’étaient tournés vers la même direction. L’autre groupe, celui des trois partisans restants, s’était sûrement fait attaqué, mais dur de trouver où ils étaient placés. Une chance pour moi d’avoir trouvé un allier, car même caché il restait quelqu’un sur qui je devais, en cet instant, me reposer. 
Mes yeux se figent un instant sur lui et sans dire un mot, je transmets mon envie qu’il se soigne, qu’il cesse de se méfier ainsi. J’avais prouvé que j’étais méfiante aussi, mais pas que je ferais du mal à autrui. Finalement, il avait décidé de prendre mon offrande, mais la voix du Maître retentissait à nouveau, mais pas au même endroit qu’avant. Ce n’était pas bon signe. 

Bouger, éloigner la brume, s’entraider… Trois choses que j’avais essayées, mais sans réel succès. Piètre sorcière que j’étais avec une confiance en moi tout aussi marquée. Je n’étais pas habitué aux situations de combat, la dernière n’avait pas très bien fini d’ailleurs. J’espérais que la rouge, qui avait dit être aussi à l’aise que moi s’en sortait elle aussi. 

La lumière était aveuglante et les flammes avaient pris une forme que je n’avais pas vraiment eu le temps de voir. L’inconnu me poussait en me faisant heurter le sol avec violence. Sa voix hurlait un sort qui m’était inconnu et lui aussi se lançait à terre. Je le visais avant que la forme ne plonge sur nous #Aguamenti. Si l’eau pouvait atténuer la douleur du feu… Je fermais les yeux, comme celui mouillé à terre, mais moi en position fœtale.

Le sort du masque, un sort bien effrayant pour attirer la jeunesse dans son camp. Je sentais comme un souffle passer au-dessus de moi, une profonde chaleur venir au niveau de mes vêtements et surtout de mon bras gauche. La douleur ne vint pas immédiatement, j'étais entièrement soumise à l'adrénaline . La peur et l'attente, le temps qui passait si lentement, n'entendre que le feu graviter autour de nous, rester immobile sur le sol en ne sachant ce qu'il était advenu des autres, cette sensation était bien plus insoutenable que la douleur naissante.

Un silence, une ambiance presque macabre, comme après un massacre. Cette même peur qui me prenait aux tripes, ma tête se relevait doucement de l’emplacement trouvé entre mes mains, évaluant prudemment la situation. Puis comme un coup de tonnerre ma brûlure s'était réveillée totalement. Je me mordais violemment la lèvre pour ne pas laisser paraître ma peine, mais m’empêcher de gémir était tout bonnement impossible. Je regardais mon bras avec une certaine panique, voir sa peau aussi rouge que du sang, je pouvais ne même pas poser un millimètre de mes doigts sur la blessure.

La voix de l’Ombre, la seconde présence. Elle était venue à son tour, je ne savais même pas si elle avait participé au combat. Elle ou un autre. Je la regardais avec mes yeux humides, prêts à lâcher des larmes tant l'intensité de la brûlure s'accentuait avec les minutes. Elle nous résumait nos capacités, notre faculté à nous débrouiller avec le coéquipier de dernière minute, notre place au sein de l'Ordre et l'idéologie à avoir entre nous. Discours sensé, mais difficile à écouter pour moi. Le mot "confiance" avait tout de même réussi à arriver à mes pensées et me yeux se posaient sur l'apprenti masqué. Un réflexe plus qu'autre chose, puisqu'il avait sauvé ma vie quelques minutes avant cela.

Je restais silencieuse, plongée dans un combat contre mon bras et ce qui le rongeait. Devions-nous simplement rentrer chez nous maintenant..?

LA de Riri pour le mouillage
Azaël Peverell
Azaël Peverell
Auror
Auror
Année à Poudlard : Diplômé(e)

Matière optionnelle : Médicomagie

Spécialité(s) : - Permis de Transplanage
- Animagus : Chien-loup Tchécoslovaque


[Habitation] My Home Is Yours - Page 8 Empty
Re: [Habitation] My Home Is Yours
Azaël Peverell, le  Jeu 8 Mar 2018 - 12:02

LA de Koko


A peine sortis du tremblement de terre le plus impressionnant que tu aies connu, la voix du Seigneur des Ténèbres s'élève derrière vous. Tu fais aussitôt volte-face, baguette levée, prête à être utilisée. Mais sans pour autant lâcher la main de ta soeur astrale. Parce que ton unique objectif ici est de la protéger, quoi qu'il arrive. Tu te fous de savoir ce que deviennent les autres. Il peut bien parler d'unir vos forces, tu est incapable de combattre avec des personnes que tu connais si peu. Tu ne leur fais pas confiance. Sauf à elle. Et le sort part. Puissant. Trop puissant. Ingérable de ton point de vue. Les animaux de feu viennent sur vous.

Tu te contentes d'attraper ta soeur étoilée pour l'emmener à l'autre bout de la pièce. Mais le feu est là. Le feu avance, rugit. Les animaux flamboyants ne vont pas s'arrêter en si bon chemin. Tu sens ton coeur qui bat bien trop vite. Comme s'il comprenait que c'était la fin. Et pas une fin des plus indolores. Tu finis par tourner le dos aux flammes en prenant ta soeur étoilée dans tes bras. Tu la serres le plus fort que tu peux sans pour autant lui faire mal. Et vous tombez au sol, à genoux. Tu te contentes de puiser une dernière fois dans tout ce qu'elle te renvoie. Tu laisses échapper un #Protego Maxima. Mais tu n'y crois pas une seule seconde. Jamais un tel sort ne sera suffisant.

Le feudeymon vous entoure. Tu sens les langues de flammes te lécher le dos malgré la protection que tu as essayé de mettre  en place. La douleur cuisante, les vêtements qui fondent sur la peau. L'odeur de brûlé. Insupportable. Un cri s'échappe. La douleur est trop vive. Mais bientôt, la fournaise disparaît. Tu ne sais pas comment. Tu rouvres les yeux pour les poser sur ta soeur, toujours dans tes bras. Vivante. Et toi aussi. Même si ton dos est à vif. Même si tu as simplement l'impression qu'on vient d'y arracher absolument toute la peau. T'es vivant. Légèrement tremblant. Tu te relèves tant bien que mal avec l'aide de ta soeur étoilée. Ta respiration est saccadée. Tu restes à moitié plié en deux. T'as mal. Si mal que ta vue se brouille. Tu prends sur toi pour rester debout. Pour faire face quelques minutes encore.

Mais l'épreuve semble terminée. T'as envie de leur demander des comptes. Ils n'avaient pas à faire ça. Ils n'avaient pas à aller si loin. Mais t'es pas en état. Alors tu restes silencieux tandis que le Pédagogue reprend la parole. Et alors la colère prend le pas sur la douleur. Tu lui en veux. Il n'a pas à vous parler comme ça. Pas après ce qu'il vient de se passer. Tu te redresses un peu plus. Plonge ton regard dans les trous de son masque. Tête haute. Douleur perceptible. Mais colère noire. Tu serres un peu plus ta main autour de celle de ta soeur étoilée. Et tu laisses échapper quelques mots avec difficulté. Uniquement pour le provoquer. Pour lui montrer qu'il peut bien dire ce qu'il veut. Que ça ne changera rien. Et Mangemort ou pas, masque ou pas, peur ou pas... Il ne peut rien face à ça. Alors tu te forces pour afficher un sourire en coin, moqueur. Qui ressemble sans doute davantage à une grimace.

- C'est bientôt la récré ?
Contenu sponsorisé

[Habitation] My Home Is Yours - Page 8 Empty
Re: [Habitation] My Home Is Yours
Contenu sponsorisé, le  

Page 8 sur 11

 [Habitation] My Home Is Yours

Aller à la page : Précédent  1, 2, 3 ... 7, 8, 9, 10, 11  Suivant

Permission de ce forum:Vous pouvez 
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Harry Potter 2005 :: ~¤~ Pré-au-Lard ~¤~ :: Rues de Pré-au-Lard-

L'univers d'Harry Potter est la propriété de la Warner Bros ainsi que de J.K Rowling.
Tous droits réservés sur ce site ©Copyright HarryPotter2005.