AccueilPortailPublications internesRechercherS'enregistrerConnexion

Harry Potter 2005 :: ~¤~ Pré-au-Lard ~¤~ :: Rues de Pré-au-Lard
Page 10 sur 11
[Habitation] My Home Is Yours
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3 ... , 9, 10, 11  Suivant
Invité
Invité

[Habitation] My Home Is Yours - Page 10 Empty
Re: [Habitation] My Home Is Yours
Invité, le  Mar 1 Mai 2018 - 19:57

Mood


Les mots, tout aussi impactant que les maux, à leur mesure, semblent avoir trouvé un chemin dans l’esprit torturé et potentiellement torturé de l’Enfant. Il entend, il sait. Mais il ne veut pas ouvrir les yeux. Certains se rebellent, en comprenant qu’ils ne font que rêver dans le noir. D’autres, préfèrent y retourner. Peur ? Faiblesse ? Il devait y avoir un mélange des vécus et des émotions chez ce jeune être. Toute l’histoire n’était pas comprise, acquise. Ne pas le forcer en pénétrant dans ses pensées. Action agressive, s’il en est. L’utiliser pour obtenir des informations, confirmer ou infirmer des trahisons, développer des capacités de résistance. Pour ceux étant prêt, quand il s’agit de résister. L’Enfant donne l’impression d’être solide : il y a des barrières. Rappel de Kohane. Différent. Lui, derrière les barrières de métal, qu’y-a-t-il ? Des miettes au vent ? De la cendre froide qui arrose un cendrier de son amertume et colle la langue au palais. Incapacité de réponse, pour l’instant.

Puis, il s’exprime.
Cela semble être un pas important pour lui. Réalisation des mots prononcés. Il sait, pourtant, il est intelligent. Il a déjà dû se faire ces réflexions. Les a-t-il partagées à d’autres ? A quel point est-il seul et renfermé ? Dans ses propres pensées, ses propres tourments.
Mais il comprend.
Ses mots disent le Vrai et rassurent l’être sous l’argile par leur poids de signifiant. Il est lucide et semble disposé à s’améliorer. L’espoir est présent, pour Azaël. N’en avoir pas douté. Mais il est plus simple si les deux partis s’entendent, s’en rendent compte l’un et l’autre.

C’était déjà, en soi, un immense progrès.

Serrer alors doucement – mais non moins fermement – la main adolescente. Sa main gantée ne touche à aucun instant la pulpe de l’Enfant. Il n’aime pas ça. Ne pas aimer ça non plus : le contact des pulpes, la friction des atomes. Mais transmettre, tout de même, dans ce contact, quelque chose comme du soutient. Quelque chose qui peut rassurer, guider. Cette main tendue dans le noir doit être un pilier pour qui décide d’y trouver secours, refuge, qui décide de s’y hisser.
Prendre la position de ce pilier pour lui. Il en a besoin. Et il est dans les préceptes de la Cause que l’on défend d’aider ceux qui en ont besoin. Les aider à advenir ce qu’ils sont, qu’ils se réalisent pleinement et entièrement en tant qu’êtres humains afin de pouvoir exercer leur liberté en tout humanisme et toute humanité.
Mais tout ça, ce n’est pas de l’inné, c’est de l’acquis.
Et cette éducation passe par celle des lieutenants car eux aussi, à leur tour, à leur échelle, devront transmettre. Ruissellement des concepts. Mais pour cela, encore fallait-il que la gouttière soit sensible et ne s’affaisse pas si trop gorgée d’eau.

« - Je vais t’aider. Gouttière, tu seras engorgée mais je t’aiderai à ne pas te noyer. Garder ta tête hors de l’eau. C’est un travail qu’il te faudra également faire. Tu ne peux plus rester dans le liquide amniotique, Enfant ; il te faut percer et naître à la réalité. Relâcher la main, finalement, une fois la promesse faite sur une piqûre de Furor. Sur le champ de bataille, tu seras amené à combattre : parfois en première ligne, avec des alliés, en formation… Fais-moi voir ta forme physique : cours trois fois en faisant le tour de cette pièce. Garde ta baguette avec toi, je pourrais être amené.e à te lancer des sorts : tu devras alors te défendre sans cesser ta course. Des questions ? »

Un test, comme un autre. Mais à la différence, c’est qu’il s’agissait ici d’un entraînement. Pour le renforcer. Mens sana in corpore sano, comme on dit.

Se placer au centre de la pièce, et l’enjoindre d’un geste de la main, à commencer, sous son regard,
Pédagogique.
Azaël Peverell
Azaël Peverell
Auror
Auror
Année à Poudlard : Diplômé(e)

Matière optionnelle : Médicomagie

Spécialité(s) : - Permis de Transplanage
- Animagus : Chien-loup Tchécoslovaque


[Habitation] My Home Is Yours - Page 10 Empty
Re: [Habitation] My Home Is Yours
Azaël Peverell, le  Lun 7 Mai 2018 - 19:24

LA de 40



La poignée de main échangée avec le Pédagogue semble sceller votre accord tacite. Il t'aidera tant que tu fais preuve de bonne volonté. Tu y crois. Tu veux lui faire confiance. T'en as besoin pour avancer. Par contre, tu commences à te dire sérieusement qu'il te faut un traducteur. Parce qu'il commence à te comparer à une gouttière, et c'est clairement le genre de truc qui te fait décrocher psychologiquement. Qu'est ce que t'es sensé comprendre ? Que t'es rempli de feuille mortes et que tu pues quand t'es bouché ? T'es à peu près persuadé que ce n'est pas vraiment là qu'il veut en venir. Mais t'as pas le courage de demander. Parce que dans tous les cas, récolter l'eau de pluie, c'est pas ton délire.

Mais t'es d'accord avec la suite de ses propos. Il faut que tu te défasses de certaines chaînes que tu gardes pour te protéger afin de te permettre de réellement évoluer. Tu n'as pas le choix. Tu te sers de l'agressivité et de la violence pour cacher ta peur. Tu perds le contrôle surtout dans ces situations là. Tu penses te protéger, mais tu ne fais qu'empirer les choses. Il faut absolument que tu parviennes à te libérer de ces réactions primitives. Tu sais qu'elles te font passer pour un enfant capricieux qui ne supporte ni l'autorité, ni le fait de se faire contredire ou refuser quelque chose. C'est pourtant un peu plus complexe que cela.

Et puis un premier exercice t'est proposé. Ou imposé. Mais tu n'as nullement l'intention d'essayer de le contourner. T'es bien décidé à être un élève modèle pour une fois. Parce que tu veux lui prouver que tu es digne de confiance. Digne du rôle de Lieutenant que l'Ordre Noir t'attribue. Tu n'es pas là pour quelques notes ou pour un examen. T'es là par conviction. T'es là parce que t'as envie de croire en quelque chose. Parce que tu refuses de laisser s'éteindre la dernière lueur d'espoir en toi. Celle qui te permet d'imaginer un monde dans lequel tu auras enfin ta place. Où tu ne seras pas une anomalie dans le décor.

Tu secoues négativement la tête lorsque le Pédagogue demande si tu as des questions. T'es bien décidé à faire ce qu'il te demande. D'autant plus que ça n'a pas l'air si difficile. Ton état physique est loin d'être mauvais, bien que ton souffle n'est plus ce qu'il était à cause de tous tes excès. Baguette en main, tu commences par la pointer sur toi pour un #Protego Condicionalis. Le bouclier s'activera dès la première attaque du masqué. Et pour la suite, tu improviseras lorsqu'il y en aura besoin. Tu commences donc à courir, à une vitesse moyenne, sans pour autant le quitter des yeux. Et la première attaque survient. Une explosion, plutôt forte. Ton bouclier t'en protège parfaitement avant de disparaître. Tu accélères alors la cadence. Parce que se défendre en mouvement est plus compliqué, tu préfères en finir rapidement.

Trois flèches se dirigent vers toi à toute vitesse. Elles s'écrasent sur un #Ragnarok de dernière minute. Tu es indemne. Mais tu sens aussi la fatigue t'accabler un peu plus. Ce sort est relativement coûteux en énergie. Malgré toi, tu ralentis légèrement, reprenant ton allure de départ. Mais tu restes toujours attentif au moindre mouvement du masqué. Le tour de la pièce est bien plus grand que ce que tu ne pensais. Tu vas devoir miser sur ton endurance pour t'en sortir correctement.
Invité
Anonymous
Invité

[Habitation] My Home Is Yours - Page 10 Empty
Re: [Habitation] My Home Is Yours
Invité, le  Sam 19 Mai 2018 - 15:54


Trois flèches sont renvoyées par le bouclier, alors que la première attaque a explosé le bouclier. Bien, l’Enfant a des réflexes de défense – au moins primaires – qui permettent un sourire sous l’argile mortuaire. Invoquer soi-même un bouclier afin de se protéger, avant de lancer de nouveau le même sort, puis alterner avec un #Bombarda, parfois invoquer son sort de prédilection, avec un jet d’acide, ce qui surprend l’Enfant. Peut-être perd-il un bout de chaussure au passage : attention à éviter.
Et le premier tour passe.

Au second, improviser sur le décor, mettre des obstacles, des montagnes métaphoriques à gravir par un #Montem Tractus, puis un autre. Avoir le sang et la magie qui bouillonnent à l’intérieur de soi, en observant, avec patience, l’endurance de l’autre qui s’amenuise comme peau de chagrin. Surprenant. Il ne semble pas être en si mauvaise condition physique pourtant. Asthmatique ? Non, quelque chose d’autre, semble-t-il.
Ce fut le deuxième tour.

Au troisième tour, la fatigue se sentait. S’être soi-même échauffé, corpus et spiritus. Avoir la magie au bout des lèvres et au bout des doigts. Les boucliers commencent à gémir, et le dernier #Bombarda invoqué, fait finalement un peu de dégât.
Et ce fut le troisième tour.

Lui laisser le temps de reprendre son souffle, se relever, avant de s’approcher de lui, lui tendant une cannette de potion de Regain. Garder généralement ce genre de concoction sur soi, pendant les entraînements. Le manoir des partisans n’en manquait pas dans ses frigos, tant que la consommation restait raisonnable. Et en tant que Maître des Potions de l’Ordre, être en mesure d’en fournir.

« - Pour récupérer et regagner ta concentration. »

Et ne pas se déshydrater non plus, manquerait plus que ça : une gouttière qui s’assèche. Rien de ragoûtant.

Observer l’Enfant entre les ouvertures de l’argile : « - Tu t’es correctement défendu pour cet exercice, c’était bien. N’être pas avare en compliment quand cela était mérité. Par contre, je te pensais plus endurant. As-tu des problèmes de santé ? »

Autant déterminer cela tout de suite, histoire d’adapter son utilité future au sein de l’Ordre. L’objectif n’étant pas de perdre les lieutenants ou même les simples partisans les uns après les autres : chaque être est crucial, pour lui-même et pour la Cause.

« - Ou est-ce autre chose ? »

Finalement, le ton est spontané. Pas de jugement, simplement une interrogation directe, peut-être un peu abrupte, pour ce moment de pause, afin de poursuivre les efforts physiques. Mais si le mental ne suivait pas derrière…
Savoir que la tâche serait longue et semée d’embûches avec un Enfant comme Azaël. Mais tâcher de savoir au moins à quel point, cela serait difficile, et où aller, afin de l’aider au mieux.
Azaël Peverell
Azaël Peverell
Auror
Auror
Année à Poudlard : Diplômé(e)

Matière optionnelle : Médicomagie

Spécialité(s) : - Permis de Transplanage
- Animagus : Chien-loup Tchécoslovaque


[Habitation] My Home Is Yours - Page 10 Empty
Re: [Habitation] My Home Is Yours
Azaël Peverell, le  Mar 12 Juin 2018 - 19:27

Ton corps tient plutôt bien la route. Tu cours en essayant de ne pas ralentir et de rester concentré sur les sorts qui te sont jetés. Mais si tes jambes semblent solides et tes réflexes corrects, ton souffle ne suit pas franchement la cadence. Tu sens tes poumons qui peinent à se remplir d'air et qui fatiguent plus vite qu'ils ne devraient. Plus vite qu'avant. T'as comme l'impression de ne pas pouvoir inspirer ce que ton corps te demande. Comme si ta capacité pulmonaire diminuait drastiquement, du jour au lendemain. Les variations de terrains imposées par le Pédagogue n'y sont sans doute pas pour rien, mais tu sais pertinemment d'où vient le problème.

Tu essaies de te focaliser sur ta course et non sur ta respiration qui n'en fait qu'à sa tête. Seule ta course compte, et les sorts qu'il t'envoie pour te tester. Mais alors que tu vois la dernière ligne droit devant toi, un Bombarda passe ta protection affaiblie. Le souffle chaud t'emporte légèrement, tu sens de légères brûlures te picoter la peau. Rien de bien méchant comparé à tout ce que tu as déjà enduré. Mais pour toi, l'intensité de la douleur ne compte pas. Seul revient le fait que tu as échoué l'exercice. La course est terminée, t'as une chaussure bonne à jeter, mal partout, et t'as l'impression que tes poumons vont exploser si jamais tu ne parviens pas rapidement à calmer ta respiration.

Tu avales ta salive difficilement entre deux inspirations. Et les mots de 40 te font tout de même relever la tête. Tu as visiblement réussi le test en ce qui le concerne. Mais tu t'en veux de ne pas avoir été meilleur. De ne pas avoir su tout déjoué. Se défendre correctement ne suffit pas. Tu veux être bien plus fort. Tu dois être bien plus fort. Meilleur. Tu dois être enfin celui qui se rapproche de ses rêves et de ses ambitions. Tous tes excès viennent de se faire sentir. Tu pensais jusqu'à maintenant avoir conservé la forme. Ce n'était que sable jeté au visage. Dès que les choses deviennent un peu plus sérieuses, tu ne peux plus tenir la longueur.

Tu sais pertinemment qu'arrêter de nouveau l'alcool ou ta consommation de drogue relève de l'impossible. Mais tu dois diminuer. Et tu te jures intérieurement de ne plus fumer autant qu'avant. Sauf extrême urgence, évidemment. Tu dois te remettre en forme. Ton corps est un outil pour atteindre tes objectifs, et il manque actuellement de performance. Mais tu vas y remédier. Tu te saisis de la potion tendus par le Pédagogue avec un léger remerciement, et avale de longues gorgées en espérant être ainsi de nouveau d'aplomb. Quelques questions sont posées, et tu hausses les épaules.

- Pas de problème de santé. Sans doute autre chose. D'ici quelques temps mon endurance ne sera plus un problème.

T'as la flemme d'expliquer. De parler. Tu préfères te concentrer sur ta respiration qui redevient peu à peu normale. Ce qui te rassure tout de même quelques peu. Mais la lueur de détermination dans ton regard n'a pas faibli.
Invité
Anonymous
Invité

[Habitation] My Home Is Yours - Page 10 Empty
Re: [Habitation] My Home Is Yours
Invité, le  Mar 19 Juin 2018 - 20:40

Mood : Instruction
Probabilité de réussite de la pédagogie : 91%



Tirer sur la corde, encore et toujours. Davantage à chaque inspiration, suivant les aspirations de l’Enfant. Avoir l’œil critique sur sa personne, mais éloigné, car absent de ses désordres intérieurs. La réponse n’a pas vocation à l’évolution vers le terrain de la discussion. Du moins, pas sur ce sujet. Etre plus ou moins sceptique, mais parier la confiance sur l’Enfant. Au moins, il a des réflexes et sait tenir une distance. C’est médiocre, façon juste-milieu. Moyen, pour être moins péjoratif. Mais possibilité d’amélioration, de potentiel.
A noter sur le carnet de correspondance.

Acquiescer à ses mots, tout en le dévisageant : le Verbe s’écoule simplement, à la façon du liquide de regain le long de sa gorge, jusque dans l’organisme post-adolescent : « - Soit. Je te fais confiance, Azaël. Je réévaluerais tes performances et ton endurance, à notre prochaine rencontre. »

Ni promesse, ni menace. Simple constat, état des lieux. Pas de place pour l’improvisation, mais toutes les portes sont ouvertes à l’amélioration. Si effectivement le problème peut être résolu en un laps de temps donné, alors il le sera.

S’éloigner : la baguette n’a pas quitté la main. Bientôt, il sera le temps de la démonstration. Leur entraînement touche à sa fin, il est temps de prodiguer une dernière leçon pour la soirée.

« - Tu connais tes défenses basiques. Qu’en est-il des sorts pouvant faire la différence ? En duel, le vainqueur est celui qui sait utiliser le terrain à son avantage. Tu es sorcier, tu as de la chance, Enfant, de pouvoir modeler le terrain selon ton envie, ou tes nécessités. Ai conscience de cette puissance, et utilise-la à bon escient. »

Lui faire confiance pour cela, alors que l’on s’éloigne, baguette pointée au sol. Constater que la salle d’entraînement a subie quelques ravages et que cela allait se poursuivre.
C’est pour la bonne cause, se dire.
C’est pour l’Enfant qui doit devenir ce qu’il est. Lui donner conscience, pouvoir, éducation.
Confiance.

#Montem Tractus !
Et par la puissance de création et de modulation de la matière, émerge des profondeurs du terrain de pierre un roc, une pierre érigée en bouclier physique, d’une épaisseur et d’une hauteur correcte. Servir de paravent aux attaques. Permettre de bâtir des remparts, des abris, des murailles…

« - Bâtis ta montagne, Azaël, et tu pourras la gravir. Les difficultés érigées ne sont pas seulement métaphoriques. »

Et ne pas dégringoler dessus, comme l’eau dans les gouttières.
Anna Keats
Anna Keats
Serdaigle
Serdaigle
Année à Poudlard : Aucune année renseignée

Matière optionnelle : Pas encore disponible

Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


[Habitation] My Home Is Yours - Page 10 Empty
Re: [Habitation] My Home Is Yours
Anna Keats, le  Ven 22 Juin 2018 - 20:46

Autorisation de 40 pour poster - L.A de 40 ♥

Une entrée discrète dans l'immense demeure, j’osais à peine faire du bruit, marquer ma présence, tousser ? Non il fallait agir et vite. Je venais à peine de recevoir ma lettre de celui nommé “rouge” , j’avais immédiatement foncé chez eux. J’avais besoin de Polynectar. Trouver des cheveux, je l’avais déjà fait. Arracher en bousculant légèrement quelques pilier de bar était une tâche à ma hauteur.

Je vis apparaître devant moi le Pédagogue. Quelque part ravie d’être tombée sur lui, j’adressais une salutation en m'inclinant légèrement, puis sans perdre de temps j’enchainais avec ma demande.

« Bonjour, j’ai besoin de vous. Auriez-vous du polynectar à me prêter, que je puisse en toute sécurité rétablir la vérité ? Je vous assure que je rentrais tout. »
Invité
Anonymous
Invité

[Habitation] My Home Is Yours - Page 10 Empty
Re: [Habitation] My Home Is Yours
Invité, le  Ven 22 Juin 2018 - 20:54

Anna


Des esprits en ébullition, des fondements persécutés dans leur conviction. Des affiches, de la propagande de feu et de flammes, pour ces oripeaux de mensonge que sont les Phénix. Nom si glorieux pour des personnes si petites. Comme celle sur l’affiche. Reyes. Le premier que l’on ait affronté, à Stonehenge. Revoir le jet d’acide sur sa face de prétention, l’ego brûlant autant que la chair, avant la séance de torture en compagnie du Maître et de 9&1. Replacer très précisément sa transformation en loup-garou, suite à l’exposition de ses faiblesses psychologiques concernant un certain Gabriel. Et la fuite, peu glorieuse, mais inévitable, face à ce danger animal : il fallait protéger le Maître.
Et dans les yeux de Reyes, dans cette face en avant-après, reconnaître un faciès connu du Chemin de Traverse. Le propriétaire de l’Occamy Doré jouait donc aux justiciers ? Eh bien il allait payer. A la façon des flammes s’étant déchaînées sur la demeure de l’Ordre du Phénix, en Suisse, ce soir, allait être un soir punitif.

Parcourir les allées du manoir dévolu aux partisans, l’élite de leur Ordre, ceux qui leur sont le plus fidèles, attendant au besoin ceux désirant assistance. Rencontrer ainsi l’Enfant le plus soumis et impressionnable, mais non le moins fiable, loin de là. Lui donner en offrande, comme arme de Salut, les dernières ressources en Polynectar de l’Ordre Noir : il était temps de reprendre la préparation dans les cachots d’Hollow.

« - Va, Enfant, ce sont nos dernières réserves. Par elles, accorde le Pardon à nos ennemis. Ouvre-leur les yeux, afin qu’ils Croient. »

Et qu’elle ait le bon goût de revenir vivante de cette nuit.


Transmission:
 
Azaël Peverell
Azaël Peverell
Auror
Auror
Année à Poudlard : Diplômé(e)

Matière optionnelle : Médicomagie

Spécialité(s) : - Permis de Transplanage
- Animagus : Chien-loup Tchécoslovaque


[Habitation] My Home Is Yours - Page 10 Empty
Re: [Habitation] My Home Is Yours
Azaël Peverell, le  Mar 26 Juin 2018 - 19:22

Léger hochement de tête pour dire que tu as bien compris qu'il te réévaluerait à votre prochaine rencontre. Tu n'as pas prononcé ces paroles en l'air. C'est une promesse que tu as bien l'intention de tenir. Non seulement parce que tu veux pouvoir utiliser ton potentiel physique à son maximum, mais aussi parce qu'il est hors de question pour toi de trahir cette confiance que le Pédagogue dit avoir en toi. Tandis qu'il s'éloigne légèrement, la leçon semble continuer. Petit briefing sur l'utilisation de ton environnement en combat. Il paraît que ça peut faire la différence. Tu le sais depuis quelques années maintenant. C'est l'une des premières leçons que t'a dispensé Benbow.

La démonstration suit bientôt. Une déformation du terrain sous le sort du Masqué. Une petite montagne prend forme dans la salle d'entraînement dans un soulèvement du sol rendu tremblant. Et puis une injonction, celle d'en faire autant. Pour illustrer une nouvelle métaphore bien trop compliquée pour ton esprit fatigué. Ce n'est pas un sort que tu as beaucoup utilisé, et tu sais qu'il est coûteux en énergie. Malgré la potion que t'as donné 40, tu préfères éviter d'en faire trop. Eviter d'aller trop loin. D'autant plus qu'un petit sourire joueur prend place sur tes lèvres. Après tout, tu viens de prouver que tu pouvais être un bon petit soldat lorsque la situation l'exigeait. Il est de nouveau temps d'être un peu plus toi-même.

Tu avances vers la montagne du Pédagogue, gravissant ce soulèvement de terrain en quelques enjambées bien peu pressées. Une fois en haut de ce petit sommet, ton sourire s'élargit peu à peu tandis que ton regard se porte sur l'Ombre Masquée. Quelques mots s'échappent de tes lèvres.

- Autant gravir celle des autres, c'moins fatiguant.

Difficile de cacher le fait que t'es plutôt fier de toi. C'est que tout cet entraînement était beaucoup trop sérieux à ton goût, il fallait absolument trouver quelque chose pour faire redescendre la pression. Et en plus, ça t'empêche de te ridiculiser face au Pédagogue si jamais tu foirais ton sort. Parce que tu l'as tellement lancé peu souvent que ce n'est pas exclu vu ton niveau de fatigue relativement avancé. Faudrait que tu songes à dormir certaines nuits, ton corps commence à réellement sentir les effets de tes excès en tous genres.

Tu notes tout de même dans un coin de ta tête que tu ferais bien de t'entraîner à lancer tous ces sorts pour modifier le terrain du combat. C'est vrai que c'est un avantage non négligeable que de maîtriser le contexte d'un duel. Et à part le sortilège des sables mouvants que tu apprécies tout particulièrement, tu ne t'es jamais vraiment penché dessus. Tu redescends de ton promontoire toujours aussi tranquillement pour venir faire face au mage noir. Ton sourire joueur s'est effacé pour un air quelque peu plus sérieux. Tu inclines légèrement la tête vers lui.

- Merci pour cet entraînement. Il sera plus que bénéfique, je vous le promets.

Tu ne veux pas qu'il ait l'impression de perdre son temps avec toi. Tu veux qu'il sache que tu prends tout cela très à coeur. La cause, la loyauté, le fait de tout donner. Tu deviendras le lieutenant parfait, quel que soit le temps et l'effort que cela te demandera. Parce qu'il est inutile de te mentir à toi-même, il risque fort d'y avoir des hauts et des bas. T'es comme ça.
Invité
Anonymous
Invité

[Habitation] My Home Is Yours - Page 10 Empty
Re: [Habitation] My Home Is Yours
Invité, le  Jeu 28 Juin 2018 - 13:50


Le regard qui observe la montagne magique. Manque plus que le château au sommet, un lac, une forêt. Pittoresque. N’avoir aucune idée de la façon de remettre la salle d’entraînement en bon état, par contre. Du moins, en terrain neutre et non accidenté aléatoirement. Les manipulations physiques ne sont pas le forte de l’Ombre. Mentales, pourquoi pas, mais ça restait encore à définir, entre les différentes couleurs des filaments. Une palette bien trop large et les poils du pinceau qui s’égrènent. Qui se diluent et se distillent au gré des métaphores indolentes.
Va peut-être falloir travailler sa compréhension de ses contemporains. Ou son élocution. Le regard est d’abord sceptique, avant qu’un souffle amusé ne s’échappe des orifices du masque d’argile. N’avoir pas retenu ce marqueur expressif de son amusement. Ça rendait l’entraînement moins impersonnel. N’être pas là, certes, pour être l’ami d’Azaël, mais quelqu’un pour le tirer vers l’avant. A coups de bâtons si nécessaire.

C’est qu’il avait l’air fier de lui, en plus.
Sale gosse.

Les coins des lèvres sous le masque se tordent de façon ironique, mais l’on n’a pas l’humeur punitive, surtout en voyant sa diligence. Son envie de bien faire. Il y a les capacités, le potentiel. Mais il y a aussi les tendances à l’autodestruction qui briment, restreignent, contraignent à une stagnation. C’est cela, plus qu’autre chose, qui allait poser problème.
Alors, consolider les acquis et bâtir la confiance. Ça risquait d’être ardu. Lui faire comprendre qu’il sera probablement seul, un jour, avec lui-même, sans personne pour lui tenir la main.

Mais réservé ces mots pour une prochaine leçon, il était désormais temps de conclure : l’on n’est pas un parangon de forme physique soi-même.

« - Je vois que tu apprends vite à t’adapter à ton environnement, c’est bien. Une légère trace d’ironie indulgente, car il a tout de même eu l’idée d’utiliser le terrain à son avantage. Je compte sur toi pour t’entraîner à lancer ce sort. Je l’évaluerai, de même que ton endurance, à notre prochaine rencontre. Observer l’Enfant, ranger la baguette, lisser les pans de la robe noire : heure du départ pour l’Ombre. Si tu es sage, je t’aiderai à développer ton occlumancie. Sois rigoureux. »

Car c’est un enseignement qui se mérite et qui ne saurait souffrir de distractions ou caprices.

Et après un dernier salut, s’en aller dans les détales de la bâtisse. Songer à demander à un elfe de remettre la salle en état, pour les prochains entraînements.


________________________
HRPG

Fin du RP
Kohane W. Underlinden
Kohane W. Underlinden
MDJ-GestionnaireHarryPotter2005
MDJ-Gestionnaire
HarryPotter2005
Année à Poudlard : Diplômé(e)

Matière optionnelle : Étude des moldus

Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Occlumens


[Habitation] My Home Is Yours - Page 10 Empty
Re: [Habitation] My Home Is Yours
Kohane W. Underlinden, le  Mer 18 Juil 2018 - 11:57



Pv 67
LA de l’elfe de maison


La vie a repris son cours. Depuis le saut de l’ange par la fenêtre. Bon, j’exagère, ce n’était pas si haut, sinon, je ne serais plus en vie. N’empêche, ça a fait un mal de chien en touchant le sol. Mais, finalement, les blessures physiques, bien vites résorbées sous les gentilles attentions de ma cousine Sarah -laquelle ne saura jamais vraiment ce qui s’est passé- ne sont rien en comparaison des blessures de l’âme et du poids de la trahison.
A mesure que j’ai tenté de reprendre ma vie en main après ce coup dur qui a ébranlé tous les piliers, j’ai eu le temps de réfléchir. De réaliser. Encore plus fortement que dans le feu de l’action. La vérité dont on n’a jamais doutée, mais, sans doute, minimisée, qui ressurgit en pleine face. Comme le mur qu’on se prend par faute d’inattention. Et la douleur est d’autant plus grande que la surprise est forte.
Pourtant, j’aurais dû savoir. J’aurais dû comprendre qu’il était impossible à Rachel de voir au-delà d’une dichotomie bien morne : en noir et en blanc. Elle ne réalise pas qu’entre les deux il existe tout un tas d’autres couleurs et que ce sont ces couleurs-là, dans lesquelles je veux vivre. Pour elle, il a fallu me caser d’un côté ou d’un autre. Et, selon elle, ce n’était pas le bon.
Bon ou mauvais, encore une dichotomie triste à en pleurer.
J’ai cru à l’impossible. Et je suis tombée de haut.
Mais au moins, outre la leçon, cela m’a appris plusieurs chose. Premièrement, que les amis ne sont pas ce qu’ils sont et qu’une trahison est si facile. Résurgence d’une peur bleue de se retrouver sans rien ni personne. J’essaie toujours de m’en sortir seule. Pourtant, je sais très bien que, complètement solitaire, je ne tiendrais pas longtemps hors de l’eau. Il y a toujours eu des gens pour m’épauler, me relever, veiller sur moi -même de loin, même malgré la rancoeur et la rancune, Leo a continué d’accompagner mes pas comme j’ai accompagné les siens et, d’un côté, c’était rassurant. Alors, essuyer une trahison et un couteau dans le cœur, c’est sentir de nouveau la peu animale que cela produise des effets en chaîne et de perdre tous ceux qui me sont chers.
Mais, au-delà des simples sentiments personnels, la lettre, puis l’enlèvement, puis l’interrogatoire, puis la vitre cassée, la chaise et la fenêtre -tant d’éléments qui se mêlent dans mes souvenirs sans que je ne parvienne toujours à les défaire- m’ont appris des choses plus objectives et intéressantes. J’ai compris -cru comprendre- jusqu’où est allée Rachel. Peut-être n’y vois-je que la part émergée de l’iceberg ; cela est déjà beaucoup.
Des certitudes dans le cœur et dans la tête, une lettre en preuve matérielle gardée précieusement dans un tiroir de mon bureau (s’agirait pas que mon Moke par temps d’ennui se mette à la mâchouiller, il a un peu tendance à goûter à tout quand il s’ennuie), j’avance. Dans Pré-au-lard. Milieu de soirée, le soleil estival qui disparaît minute après minute.

Je suis seule dans une ruelle que je reconnais peut-être sans trop la reconnaître. Pensive. Mécaniquement, ma main droite joue avec le manche du poignard rendu invisible par des poils de demiguise, glissé dans un fourreau tout aussi invisible. Du grand art, digne de Barjow et Beurk.
Cette arme est la conséquence de la troisième leçon tirée de l’entrevue avec les phénix : je ne peux pas compter que sur ma baguette. Et, désormais, il est hors de question que je ne compte que sur elle. L’arme n’est là qu’en tout dernier recours, avec un peu de chance, je n’aurai jamais à l’utiliser. Personne ne la connaît. Et c’est bien ainsi. J’aime garder mes secrets. Ils me sont surtout très utile à la survie.
Encore quelques pas, sentir le poids de la ceinture autour de la taille. Repenser au moment où je suis allée à Barjow et Beurk pour obtenir un fourreau, avoir toujours mon poignard sur moi. Parce que j’ai juré de ne plus jamais me sentir aussi démunie sans baguette. Parce que j’ai juré d’être encore plus forte pour l’avenir. Et Lizzie, par ce poignard soigneusement retravaillé, m’a offert les clés de ce nouvel avenir.



Après cet événement, j’ai fait la liste des choses à faire pour se remettre à avancer. Il y a eu aussi l’appel à Elly, pour l’occlumancie, pour ne pas relâcher ses efforts et continuer de se blinder derrières ses murs. Parce qu’il n’y avait pas de legilimens cette fois-ci. Mais on n’est jamais trop prudent. Alors, il y a eu les demandes d’aide aux gens de confiance -apprendre à refaire confiance, un minimum, sinon, on n’arrive jamais à rien.
Armure du corps et de l’esprit.
Et sur ma to-do-list, il me reste une dernière chose à faire. Une chose que j’ai retournée, pour ainsi dire, dans tous les sens. Comme les rubik’s cube qu’on tourne dans tous les sens en espérant réussir à aligner les couleurs. Moi, j’essaie d’aligner ce que je dois faire, ce que je ressens, ce que je suis. Faire en restant intègre. Pas toujours évident.
Mais, après avoir compris que je n’ai pas du tout la logique des rubik’s cube et que je n’arriverai jamais à un résultat parfait, j’ai su que, dans tout ça, il me faudrait sacrifier quelque chose. Que je ne pourrai jamais tout avoir en même temps.
Ce sont les sentiments, que j’ai décidé de balayer.
Pour une fois.
Une première fois.

Une rue déserte, une rue sans regards -transplaner parce que flemme de marcher plus longtemps. Heureusement pour moi, je supporte plutôt bien les effets du transplanage. Pas comme Eb’. Il était entre le blanc pâle et le vert malade à chacun de nos transplanages pour chercher son foutu trésor.
Pré-au-lard lard est tranquille et au ralenti en ce moment, j’ai l’impression.
Tant mieux.
Personne pour me suivre.
S’en assurer après une rapide vérification de présence.
Tout est okay.
Je finis par pousser la porte de la baraque un peu connue. Après réflexion, je me suis dit que c’était sans doute là que je pourrai trouver quelqu’un. Ou alors l’Allée des Embrumes. Mais j’ai plus de chance de tomber sur des gens chelous et pot-de-colle avant de tomber sur la bonne personne. Même si, je dois l’avouer, jusque là, les rencontres que j’y ai faites étaient plutôt instructives.

Silence de mort qui semble dire qu’en fait, y’a personne. Tout est plongé dans l’obscurité, comme les vieux manoirs abandonnés. On s’attendrait presque à voir le tout s’illuminer à la nuit tomber, façon Le Bal des vampires.
J’affiche une petite moue déçue quand une silhouette s’approche de moi. Petite, pas humaine. Je reconnais l’elfe de maison que j’ai déjà vu une ou deux fois.

-Ah bah coucou, toi, je prononce, un peu surprise.

Je ne connais même pas son nom, tiens. Pourtant, il doit bien en avoir un. Sinon, ça serait le rabaisser encore plus bas que Moke -on nomme toujours son Moke. Et, déjà que le système des elfes de maison, c’est bof à mon goût, ne pas leur donner de nom est encore pire.
Mais bon, pas le temps de tergiverser à ce propos parce que la créature se lance sur le terrain de quelques questions dont la principale : ce que je cherche.

-Beuh... quelqu’un. A qui parler. Non pas un psy. J’ai des trucs intéressants. Peut-être.

L’elfe me dépasse en répondant qu’il va chercher son Maître puis avant même que je ne puisse rajouter quelque chose, il disparaît. Un rapide, celui-là. Constatant un instant l’endroit d’où il a transplané, je finis par m’avancer d’avantage et prendre assise contre un mur.
Etre plongée dans le noir me fait du bien. Ca permet de réfléchir. Essayer de se retrouver. On devrait toujours méditer dans la pénombre.

Mangemort 67
Mangemort 67
Mangemort
Mangemort
Année à Poudlard : Aucune année renseignée

Matière optionnelle : Pas encore disponible

Spécialité(s) : Transplanage
Fourchelang


[Habitation] My Home Is Yours - Page 10 Empty
Re: [Habitation] My Home Is Yours
Mangemort 67, le  Mer 8 Aoû 2018 - 11:32

À Hollow, jouant avec ma baguette, en bois, quelques étincelles magiques apparaissent puis disparaissent. C'en est presque relaxant. Ce cycle calme, cette répétition hypnotisante, j'en avais presque oublié que les baguettes n'étaient pas faites que pour être utilisées en duel. J'usais de mon flux magique pour varier les couleurs. J'avais évidemment à faire mais parfois, il était agréable d'être dans ce silence rassurant de notre bastion.

CRAC

Venant briser cette danse sans musique, le son du transplanage annonçait la venue de quelqu'un. Sans vraiment savoir si je souhaitais ne plus être seul ou non, j'attendais qu'elle se manifeste d'une manière ou d'une autre. Soit c'était pour me voir, soit une simple venue voulant profiter de la position secrète de cette demeure.

- Maître, maître ! La petite, la perchée, la rêveuse, elle souhaite vous voir. Elle dit qu'elle a des informations pour vous.

Je mets quelques secondes avant de comprendre de qui parle Brutus. Arrivant en courant, les yeux globuleux caractéristiques des elfes de maison, il me sourit. Comme fier d'avoir accompli sa mission.

- Elle vous attend à la demeure des partisans. Une précision qui vient comme s'il avait lu dans mes pensées.

- Très bien. Et sur ces mots, je me lève, range ma baguette et transplane.

Puis l'habitation se dessine autour de moi, les contours devenant de plus en plus précis. Sans attendre, je me dirige là où je devine que Kohane se trouve, car c'est bien elle qui doit m'attendre. De ma baguette, j'allume les torches et les feux de cheminé de cette demeure bien sombre.

- Salutations, on m'a dit que vous souhaitiez me voir ? Dis-je lorsque j'arrivai au niveau de la jeune femme.



Lizzie Bennet
Lizzie Bennet
Référent Maître de JeuPoufsouffle
Référent Maître de Jeu
Poufsouffle
En ligne
Année à Poudlard : Diplômé(e)

Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Manumagie (Niveau 1)
Loup-garou


[Habitation] My Home Is Yours - Page 10 Empty
Re: [Habitation] My Home Is Yours
Lizzie Bennet, le  Mer 15 Aoû 2018 - 23:35

Post unique — LA de Brutus & Autorisation des Mangemorts

Brutus revint, évidemment. Nous avions décidé d’espacer ses venues. Cela me laissait le temps de contacter les partenaires nécessaires, de flouter les comptes, de diviser les commandes. Il ne s’agissait pas d’attirer l’attention. Au fil de nos échanges, nous renouions quelque peu.

Il y avait des choses que nous n’avions eu le temps de nous dire. Des pardon. Des je t’aime. C’était important, de réussir à les sortir. De comprendre le point de vue de l’autre, de gagner en empathie, en respect pour autrui, et sur le long-terme pour soi.

Cela rejoint assez la théorie selon laquelle les altruistes sont fondamentalement égoïstes et cherchent à satisfaire leur propre ego en démontrant leur charité d’êtres à la bonté supérieure. Est-ce que c’était vrai ? Je n’en sais rien. Mais j’avais encore un long chemin à faire avant de devenir altruiste. Et même si je l’avais été, cela eut été un moindre crime que mes meurtres et tortures passées.

Quoiqu’il en soit, quand Brutus parlait, je me sentais mieux et je me surpris à guetter ses venues avec une pointe d’avidité. Je les lui retournais même avec plaisir, transportant les armoires que les Mangemorts m’avaient commandés. Une dans leur demeure, et la seconde dans notre nouveau point de ralliement... L’excitation me tenaillait les entrailles.

Le transport ne fut pas chose aisée ; il fallut multiplier les sortilèges de réduction, d’allègement, de lévitation, etc, et leur contraire à l’arrivée. Mais le petit elfe m’accueillit avec chaleur, et me proposa même un thé. Je refusais avec douceur, songeant qu’il ne fallait pas pousser ma chance et que l’Ordre Noir pouvait mal interpréter ma nouvelle pactisation avec Brutus.
Kohane W. Underlinden
Kohane W. Underlinden
MDJ-GestionnaireHarryPotter2005
MDJ-Gestionnaire
HarryPotter2005
Année à Poudlard : Diplômé(e)

Matière optionnelle : Étude des moldus

Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Occlumens


[Habitation] My Home Is Yours - Page 10 Empty
Re: [Habitation] My Home Is Yours
Kohane W. Underlinden, le  Mar 21 Aoû 2018 - 11:45


   67

   

S’amuser à distinguer les formes dans le noir. Les silhouettes muettes des objets ou du mobilier. Ca fait des courbes qui se découpent dans le paysage bulle de la maison. Souvent des courbes plutôt droites, d’ailleurs. Parce qu’on a rarement des tables qui font des vagues, par exemple. Ce serait trop inconfortable d’utilisation.
Mon pouce passe entre ma taille et ma ceinture, comme si je l’avais trop serrée. Ce n’est qu’une impression ; elle est parfaitement nouée ainsi. Mes doigts rencontrent le poignard dont je ne me sépare plus. Je pense à Lizzie. La seule (outre Alhena) qui connaisse son existence. La seule à savoir qu’il est toujours là, même invisible. J’admire le travail qu’elle a fait sur mon arme, sur son fourreau, sa ceinture. Des poils de demiguise, m’a-t-elle dit. Pour dissimuler le tout aux regardes acérés.
Comme certain.e.s sorcier.ère.s aiment donner un nom à leur baguette, moi, j’en ai donné un à mon poignard. Pour apprendre à l’apprivoiser. Vivre avec.
Erwin
Et, avec lui, je me sens un peu
moins seule.

Bruit
Caractéristique son d’une arrivée par transplanage
Le silence et le calme froissés par le mouvement
Les veines tressaillent -un peu- de surprise mais je ne me relève pas. Ecoute seulement. Sens. La nouvelle présence.
Cette dernière ne tarde pas à entrer dans mon champ de vision. Mes yeux grimpent pour attraper le masque rouge que je distingue à présent nettement. Déjà que debout je suis obligée de lever le regard, alors assise, j’vous raconte pas !
Bientôt, la lumière se fait dans la demeure, au sens propre, hein, pas figuré. L’autre allume les torches et les silhouettes ombre chinoises de tout à l’heure disparaissent pour se révéler au grand jour. Bien qu’il fasse nuit dehors. Mais c’est l’expression, qui veut ça.
Le masque me salue et je finis par quitter le sol pour me redresser. A trop lever la tête, ça donne mal à la nuque. Je décolle du mur auquel j’étais adossée en lançant, en retour un petit Bonsoir poli. Une demie seconde, je me dis que l’elfe est d’une efficacité à toute épreuve. Il a été bien rapide.

-En effet. Je... j’ai peut-être des choses qui pourraient vous intéresser

Phrase laissée en suspend alors que je réfléchis. A comment formuler la suite. Il n’est plus question de faire demi-tour. Et mon arme à ma taille me rappelle que je n’en ai nullement eu l’intention.
Cette arme est une des conséquences de la trahison dont a fait preuve Rachel. Après avoir été lâchement attaquée, désarmée, je me suis rendu compte que je ne pourrais pas éternellement compter que sur ma baguette. Et qu’une botte secrète n’était pas de trop, dans ce monde d’où je suis tombée de haut. Sans, pour autant, me rompre le cou.
Je compte bien réparer chacun de ces tords.
Et pour cela, je compte bien aller jusqu’au bout de ce pour quoi je suis venue ici.

-A propos de Rachel. Pasca. Je crois que vous la connaissez.

Elle était dans la cabane hurlante, après tout, lors de la soirée de Kane, il y a une éternité de cela. Enfin... ça remonte à il y a longtemps. Peut-être qu’il ne se rappelle plus. Mais elle est aussi à la tête de Waddiwasi, tout sorcier qui se respecte connaît au moins de nom cette boutique et sans doute aussi sa propriétaire. Sans parler du Chicaneur, où de nombreux articles sont signés de sa main. Certains assez politiquement engagés, d’ailleurs. Rien que ça, ça met la puce à l’oreille.

-Peut-être que vous vous doutez déjà qu’elle n’est pas une grandes admiratrice de nos idéaux.

Ca me fait étrange de dire nos, moi qui ai toujours volé un peu toute seule. C’est toute ma vie, ça : voguer en solitaire, croiser des gens sur le chemin, les aider, me faire aider, continuer ma route. Il n’a jamais été question de nos. Et aujourd’hui. Pourquoi ?
Peut-être la violence d’une amitié trahie qui me pousse à encore davantage affirmer ce que la fausse amie exècre.

-Je n’ai jamais su jusqu’où allait son inimitié. Mais maintenant. J’ai la preuve qu’au minimum, elle aide et est alliée aux phénix. Bien que je sois convaincue que son engagement va au-delà.

Mangemort 67
Mangemort 67
Mangemort
Mangemort
Année à Poudlard : Aucune année renseignée

Matière optionnelle : Pas encore disponible

Spécialité(s) : Transplanage
Fourchelang


[Habitation] My Home Is Yours - Page 10 Empty
Re: [Habitation] My Home Is Yours
Mangemort 67, le  Ven 31 Aoû 2018 - 10:58

J'attends.

On m'a demandé pour que j'écoute, alors j'attends d'entendre. Ces mots, ces informations. Précieuses, j'espérais qu'elles le soient. Véridiques, Kohane n'avait pas le choix.

Alors j'attendais d'écouter. Et cela vint. Doucement mais sûrement. Un nom, pas inconnu. Loin de là. Sous mon masque je souris, car au final rien de bien surprenant. Mais cela permettait de diriger les regards vers un visage, un vrai.

- Comment le sais-tu ? Une fois qu'elle eut terminé. Car je ne foncerai pas sur cette proie à présent dénichée sans savoir comment cette information a été récoltée.

Alors j'attends, encore. Bien qu'à l'intérieur de moi, l'excitation d'en savoir plus sur cet Ordre du Phénix, enfin, après tant de temps à m'éviter, du moins c'était ce que je croyais. Car je rencontrais plus d'Aurors que des membres de cet Ordre ridicule mais peut-être que les choses allaient changer à présent. Et ce n'était pas pour me déplaire.

Silencieux, j'attendais. Cet élite était jeune mais chacun arrivait à contribuer à sa manière à l'avancée des Ténèbres mais bientôt ils devront être lâchés sur le champ de bataille et pour cela, il leur fallait encore de l'entraînement.



Kohane W. Underlinden
Kohane W. Underlinden
MDJ-GestionnaireHarryPotter2005
MDJ-Gestionnaire
HarryPotter2005
Année à Poudlard : Diplômé(e)

Matière optionnelle : Étude des moldus

Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Occlumens


[Habitation] My Home Is Yours - Page 10 Empty
Re: [Habitation] My Home Is Yours
Kohane W. Underlinden, le  Mar 25 Sep 2018 - 12:59


      Ah bon, y'a du retard ? :mm:

La question tombe. Evidemment, qu’il fallait la poser, celle-là. Un peu d’bon sens !
N’empêche, j’ai toujours pas préparé dans quel sens raconter mon histoire. Hm... peut-être dans le bon, ce serait pas mal ? Genre, commencer par le début, terminer par la fin ? Parce que faire l’inverse serait porteur à confusion. Et entrecouper le récit d’incessants flash-back serait inefficace. On n’est pas dans un film prise de tête où faut être concentré puissance mille pour tout comprendre.
Je prends un court temps pour organiser les premières phrases dans ma tête.
La lettre.
Commencer par la lettre.
Y’avait la pierre, aussi, ce jour-là, que j’ai retrouvée dans mes affaires. Mais rien à voir avec Rachel, étant donné que c’était un cadeau d’Esteban. Donc aucune importance pour l’heure.

-Elle m’a envoyé une lettre, je commence lentement, me remémorant, fil après fil, le déroulement de la journée. Elle voulait me parler. Un truc comme ça. Et puis en fait, elle était pas là. Ou plutôt si, je crois, mais c’était pas vraiment elle. Elles étaient deux. Masquées. Forcément, c’était des phénix, les Aurors se masquent pas. Ou alors un nouveau groupuscule inconnu au bataillon, enfin, j’y crois moyen. Et euh... elles se sont mis en tête de m’enlever pour m’interroger.

Regard dans le vague, air pensif, passer en mode accéléré le film de la journée. Ca a commencé dans la forêt interdite, ça s’est fini dans une baraque sans nom. Et entre les deux, j’crois y’a eu une p*tain de branche qui m’est tombée dessus ! Il s’est vraiment passé des trucs chelous, ce jour-là, à bien y penser. Mais j’suis pas sûre que l’histoire de la branche ni de l’écureuil qui a failli se prendre un stupéfix intéresse grandement le masque rouge.

-Du coup, la lettre de Rachel -signée de sa main, hein- c’était un piège dooooonc -étirer la syllabe- elle aide forcément les phénix. Mais au-delà de ça, je suis persuadée que sur les deux personnes qui me sont tombées dessus, l’une d’elle était Rachel. Elle avait la voix légèrement déformée et les traits cachés. Mais elle a dit des choses... des choses qu’elle seule pouvait me dire, qu’elle m’a déjà dit, par le passé, sous sa véritable identité.

Je me tais encore un instant, cherche en ma mémoire d’autres informations qui lui seraient liées. Et me rappelle subitement ce qui s’est passé après. Lorsqu’un hibou est venu frapper chez moi pour me ramener ma baguette.

-J’ai reçu une autre lettre, je reprends subitement. Après. D’elle, évidemment. Enfin, je veux dire, de celle qui m’a enlevée. Elle m’a rendu ma baguette. Le ton de sa lettre était très familier. Comme si on se connaissait. Comme si elle savait que je savais. Après tout, il n’y a qu’elle pour finir sur un affectueusement. Je suis intimement convaincue qu’elle fait plus que les aider. Et qu’elle ne fait qu’un avec la Tara qui a signé la seconde lettre. Par contre, celle-ci s’est enflammée après lecture donc pas possible de comparer les écritures.

Léger haussement d’épaules.
Je me sens subitement tellement lourde. Du poids de ces derniers jours. Des bleus sur le corps et du contre-coup de la chute.
Un regard furtif vers le masque rouge avant d’ajouter :

-Ah, et si ça vous intéresse de savoir, j’ai rien dit.

A part le dossier assassins de pancakes mais ça, ça ne les concerne pas trop. Puis j’suis même pas certaine que ça ait beaucoup intéressé les autres non plus. Elles ont tort. C’est, au contraire, ultra important comme truc. Bref. C’est un bon mot de fin, ça, bref. En attendant de savoir ce qu’en pense l’autre.

Mangemort 67
Mangemort 67
Mangemort
Mangemort
Année à Poudlard : Aucune année renseignée

Matière optionnelle : Pas encore disponible

Spécialité(s) : Transplanage
Fourchelang


[Habitation] My Home Is Yours - Page 10 Empty
Re: [Habitation] My Home Is Yours
Mangemort 67, le  Ven 19 Oct 2018 - 10:43

Les témoignages étaient toujours délicats. Entre ce qu'il s'était réellement passé, ce que les personnes croyaient se souvenir, ce qu'elles oubliaient par inadvertance et ce qu'elles ne disaient pas par volonté. Il fallait toujours prendre les informations données avec des crochets d'acromentules.

- As-tu la première lettre ? Celle que Rachel t'a envoyée. Il fallait que je la vois. Comment étaient-elles, les deux personnes qui t'ont enlevée ? Et as-tu confronté Pasca à cette lettre signée de son nom ?

Les premières interrogations fusent. Savoir, connaître, apprendre. Voilà ce que je devais faire. M'assurer que ce qui m'était donné sur un plateau carmin était réel.

Il fallait aussi que je protège Kohane. Réfléchir à un moyen d'avoir obtenu ces informations de quelqu'un d'autre, quelqu'un qui n'avait rien à voir avec l'Ordre Noir.

- À qui as-tu parlé de ce qui t'était arrivé ? Les informés, ceux qui pourraient avoir la langue trop pendue. Utiliser ce défaut pour le retourner contre et attirer l'attention de l'Ordre du Phénix sur eux le temps que nous nous préparions à une contre-attaque.

Contenu sponsorisé

[Habitation] My Home Is Yours - Page 10 Empty
Re: [Habitation] My Home Is Yours
Contenu sponsorisé, le  

Page 10 sur 11

 [Habitation] My Home Is Yours

Aller à la page : Précédent  1, 2, 3 ... , 9, 10, 11  Suivant

Permission de ce forum:Vous pouvez 
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Harry Potter 2005 :: ~¤~ Pré-au-Lard ~¤~ :: Rues de Pré-au-Lard-

L'univers d'Harry Potter est la propriété de la Warner Bros ainsi que de J.K Rowling.
Tous droits réservés sur ce site ©Copyright HarryPotter2005.