AccueilPortailFAQPublications internesRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Harry Potter 2005 :: ~¤~ Londres ~¤~ :: Rues de Londres :: La Bibliothèque
Page 2 sur 2
Archives européennes de sorciers
Aller à la page : Précédent  1, 2
Morgan Gallagher
Gryffondor
Gryffondor

Re: Archives européennes de sorciers

Message par : Morgan Gallagher, Dim 17 Déc 2017 - 15:37


J'esquissai un sourire lors de la mention de sa biographie, à l'époque au bureau, on lui avait souvent rit au nez devant tant de pages pour une si petite histoire. Je ne sais pas ce qu'il était devenu d'ailleurs ces dernières années... Il ne faisait pas parti des gens avec qui j'avais gardé contact, sans grand regret ceci-dit. Je fus alors surpris par cette main tendue vers moi, spontanée mais déterminée. Il aurait été bien malvenue de perdre du temps pour la serrer. Je le fis donc en inclinant la tête pour accompagner ces présentations.

Ce que cette jeune femme énonça ensuite sonnait très vrai. Ca faisait très "sorcier" cette curiosité constante. En tout cas, je ne pouvais que l'envier : découvrir le monde magique après sa naissance doit être une expérience vraiment particulière. En étant né dans ce milieu, je continue pourtant d'être surpris, même à mon âge, alors je n'imagine pas ce que c'est lorsque le l'on ne découvre tout ça que quelques mois avant sa première année à Poudlard. Enfin, j'extrapole sûrement, je ne sais pas vraiment quand elle a prit connaissance de cet univers...

Je me demandais si, après tout, je ne pouvais pas rester un peu pour discuter avec cette inconnue qui m'a l'air très sympathique. Je demandais alors si je pouvais m'asseoir un instant. Après avoir attendu une réponse, je contournai la table pour m'installer sur une chaise.

" Mais dites-moi, demandai-je en cherchant mes vieilles lunettes dans toutes mes poches, tout ces livres, si je me souviens bien, ils ont plus une vocation pédagogique que divertissantes. Vous êtes en train de préparer quelque chose? "

Mes vieilles binocles restaient introuvables, je me pliai alors le dos en huit pour regarder sous la table :

" Ma question était peut-être un peu trop indiscrète, je dois vous paraître étrange à m'asseoir comme ça... "

Ma voix devait résonner d'une façon singulière, au vu de l'endroit où je me trouvais : sous la grosse table en bois sur lesquels les vieux livres qu'avait emprunté mon interlocutrice reposaient. Elles étaient là! Aux pieds de la jeune brume. Mes doigts s'en rapprochèrent tant bien que mal, puis glissant d'abord sur les verres, finirent par les attraper. Avant de me redresser, bien évidemment, je me cognais l'arrière de la tête sur le bois, au demeurant très dur. Une fois face à la sorcière, je m'excusais du chahut avant de poser mes lunettes au bout de mon nez. Elles étaient très fine et n'avaient rien de bien spécial. Je pus donc finalement lire tous les titres et autres informations des livres sans plisser mes yeux.
Revenir en haut Aller en bas
Rachel Ester Pasca
avatar
Serpentard
Serpentard
Spécialité(s) : Permis de Transplanage


Re: Archives européennes de sorciers

Message par : Rachel Ester Pasca, Dim 17 Déc 2017 - 17:38


La sorcière referma son livre, un air satisfait flanqué sur le visage. Elle n'avait pas la prétention de tout connaître sur les créatures aquatiques, mais elle reconnaissait volontiers en savoir plus que la moyenne. Cela n'avait rien d'exceptionnel, elle s'était juste renseignée sur le sujet comme d'autres l'avaient fait avant elle sur d'autres sujets. Tout ça, tous ces voyages, toutes ses recherches, ça lui remettait les idées en place. Ça l'aidait à retrouver un sens à la misère. Mais ça ne l'avait jamais aidé à comprendre l'inaction.

- Pas du tout, c'est moi qui vous ait autorisé à vous asseoir.

Nouveau sourire aimable. Il avait un air vraiment sympathique, mais cette fois c'était son côté un peu maladroit qui donnait cette impression. Perdre ses lunettes et se cogner la tête, c'était quelque chose qu'elle aurait put faire dans sa jeunesse. Sans qu'elle ne comprenne pourquoi, perdre sa naïveté l'avait rendu moins maladroite. Plus sérieuse, peu importe ce qu'elle faisait. Le voir s'asseoir en tout cas était une réjouissante perspective, car Ester voulait apprendre de cet homme.

- Je prépare un voyage, mais je suis certaine que vous l'aviez deviné.

"Tout voyage est une agression. Il vous contraint à faire confiance à des inconnus et à perdre de vue le confort familier du foyer et des amis, on est en perpétuel déséquilibre. On ne possède rien en dehors de l'essentiel - l'air, le sommeil, les rêves, la mer, le ciel - toutes choses qui tendent à l'éternité ou du moins à ce que nous en imaginons." Il n'y a pas plus mortelle que la routine. Surtout lorsqu'on sait ce que le monde des sorciers est devenu avec le temps : rongé par les ombres.

Je veux être coupée, taillée, poncée et vernis, comme ces baguettes qu'on nous vent à Ollivander's. C'est ce que font les voyages non ?
Revenir en haut Aller en bas
Morgan Gallagher
avatar
Gryffondor
Gryffondor
Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Re: Archives européennes de sorciers

Message par : Morgan Gallagher, Jeu 28 Déc 2017 - 10:48


Lorsqu'elle m'annonça qu'elle préparait un voyage, j'étais en train de feuilleter l'un des bouquins, celui-ci me semblait très correct. De toute façon, de mon point de vue, cette bibliothèque contient l'un des meilleurs rayons en ce qui concerne les animaux fantastiques. Comme cette jeune femme, j'avais l'habitude de m'y rendre avant mes voyages. Je pense que j'i toujours beaucoup aimé me donner un avant-goût de ce que j'allais voir. D'abord on observe au travers d'un livre, on se dit que ça ne peut pas exister, puis quand on le voit de ses propres yeux, on ne peut qu'être émerveillé, ou au moins amusé, tout dépend de l'animal en question.

" Un voyage sur les créatures marines? Ça promet d'être intéressant, en effet. Vous avez un but précis en dehors de revenir aussi poncée et lisse qu'une baguette ? lui demandai-je en relevant le nez de mon livre, affichant un sourire en coin. Moi vous savez, j'ai fait quelques voyages, et pourtant, je continue d'être plus proche d'une baguette rabotée qu'autre chose "

Sur ces mots, je retournais aux livres un petit instant avant de lui rendre pour poser mes coudes sur la table. Si mes quelques connaissances pouvaient être utiles, après tout pourquoi pas. Je connais quelques animaux marins assez intéressants qui mériteraient des articles plus détaillées dans les livres. Mais je ne sais même pas si mon interlocutrice compte écrire un livre. Je ne connais même pas son nom! Tiens, c'est de plus en plus rare de nos jours, discuter avec un inconnu, parfois très longtemps puis le quitter sans plus jamais le revoir. Ça m'arrivait beaucoup autrefois, ces rencontres deviennent des histoires que l'on raconte ensuite à ses amis, de vieux souvenirs étranges.

" Mais en tant que vieillard raboté, je peux vous dire qu'il n'y pas mieux que les voyages lorsqu'il s'agit des créatures magiques. Bien souvent, les gens pensent connaître les animaux qui les entoure, et ils sont pourtant loin du compte... Toutes ces descriptions sont certes très fidèles à la réalité, mais je vous assure que vos voyages seront bien plus mémorables et instructifs que cette escale à la bibliothèque. "

Je restais silencieux, me demandant tout de même si les livres n'étaient pas tout aussi instructifs que les voyages... Il faudrait que je veille à ne pas m'emporter lorsque je parle tout de même...

" Enfin... Certains livres comme celui de Newt Scamander sont très complets... Je ne voudrais pas dénigrer l'utilité des livres, quand même. "
Revenir en haut Aller en bas
Rachel Ester Pasca
avatar
Serpentard
Serpentard
Spécialité(s) : Permis de Transplanage


Re: Archives européennes de sorciers

Message par : Rachel Ester Pasca, Mar 2 Jan 2018 - 12:37


Ainsi elle était tombée sur un habitué des voyages en tous genres. Cela n'aurait pas put tomber mieux, alors qu'elle était à l'aube de son premier voyage. Rien de bien attrayant, rien de bien excitant, mais la sorcière avait toujours été du genre à marcher plutôt qu'à courir. Tout du long. Elle n'allait jamais assez doucement, jamais elle n'était assez prudente. Cet homme était en tout cas assez intelligent pour se considérer comme cabosser, c'était une preuve de sagesse. Néanmoins Ester assimilait son côté "raboter" à du bon rabotage, de bonne expérience, celle de la vie. On devait tous en avoir un peu, une baguette trop parfaite ce n'était jamais intéressant. Les diamants tout lisse encore moins. Ses bosses à elle ne venaient pas d'une quelque conque expérience et c'était ça qu'elle voulait changer. Se lustrer, pour se faire d'autres blessures, plus vivable. Enfin vous comprenez...

- Ce sont les ouvrages de Scamander qui m'ont donné envie de ce voyage.

C'était de voir ce qu'il avait accomplit en son temps qui avait donné envie à la brune d'essayer à son tour. Elle n'avait pas la prétention d'en savoir autant que lui, elle ne découvrirait certainement aucune créature inconnu. Mais elle voulait les voir et les rassembler dans un ouvrage, puisque personne n'avait voulu le faire avant.

- Tout le monde n'a pas la patience et le talent de ce cher Newt. Si j'avais été à sa place, qu'il aurait fallu que je fouille tous les océans à la recherche de quelques créatures magique... je me serais très certainement arrêté à l'étant qu'il y a dans mon jardin !

Il n'y avait évidemment aucun étant dans son jardin, mais ça n'avait que peut d'importance. En réalité elle aimait la sécurité que lui offrait ses ouvrages, elle aimait savoir dans quoi elle s'engageait, sur quels dangers elle allait tomber. Il fallait d'abord connaître son environnement si l'on voulait faire de belles études. Rare était les chercheur qui n'était pas documenté. Néanmoins oui, voir ces choses en vrai ne serait certainement pas du même niveau.

- Vous avez beaucoup voyager ?
Revenir en haut Aller en bas
Mered Adand
avatar
Modération GSerdaigle
Modération G
Serdaigle
Spécialité(s) : Permis de Transplanage


Re: Archives européennes de sorciers

Message par : Mered Adand, Jeu 10 Mai 2018 - 20:14


pv avec Azé
LA mutuel accordé pour tout le rp

Partir à l'aventure : Partie I


Le hasard existe-t-il ? Doit-on croire en la chance ? Doit-on voir dans tout ce qui nous entoure des signes ? Ou juste des coïncidences ? Avais-je trouvé fortuitement cet ouvrage enfoui dans la réserve ? Ou la vie me l’avait-elle amené devant mes yeux pour une raison ? Dans le silence de la bibliothèque, j’avais entendu son appel. L’appel d’un livre poussiéreux, crasseux, malheureux de ne plus se faire caresser ne serait-ce que la couverture à défaut de se faire feuilleter. Ne me prenez pas pour une sauveuse, je ne souhaitais que le déplacer pour pouvoir y ranger un de ses congénères à la base.  Ma curiosité m’avait poussé à l’essuyer pour en découvrir le titre, ce dernier m’avait motivé à l’ouvrir. La police et les illustrations m’avaient donné envie d’en lire quelques lignes, se transformant rapidement en plusieurs pages. Et désormais je ne désirais qu’une unique chose : décrypter le moindre caractère inscrit dans ce livre.

Le vieux grimoire ne me simplifiait pas la tâche. Ancienne, l’encre s’était effacée par endroit, me compliquant grandement la lecture. De là à abandonner ? C’était très mal me connaître. Au contraire, depuis que mes mains avaient touché la reliure, c’était comme si une âme avait pris possession de mon esprit. Je n’avais qu’une obsession : tout connaitre sur la Kabbale. Je ne connaissais rien de la Kabbale, si ce n’est des brides d’informations survolées à la va-vite dans des œuvres de Poudlard. Je fus de suite passionnée, en oubliant même que j’étais une employée des lieux. Mes collègues me cherchaient régulièrement et me rappelaient que je n’étais pas en vacances. Des excuses lancées, je me remettais au travail immédiatement. Je n’avais jamais autant efficace, j’étais comme portée par une grâce divine pour gagner le maximum de temps possible, pour me libérer, plutôt pour me permettre de retourner au chevet de mon précieux.

Je venais de passer les derniers jours avec ma trouvaille, prenant des notes pour résumer l’ouvrage, tant pour moi que pour Azénor. J’avais prévenu mon amie, ne pouvant garder ma découverte pour moi toute seule. Pourquoi pas Aoi ? Pour la simple raison qu’une étudiante n’avait pas la facilité d’une adulte pour se libérer du château. La brune avait répondu présente à ma requête, je n’en avais jamais douté. Cette femme était prête à beaucoup de choses pour moi, je dirais bien tout même, et c’était réciproque. Grande sœur de cœur, consœur d’arme, j’étais prête à mourir pour elle. Enfin revenons au sujet avant que je ne vous écrive dix mille mots sur cette femme. Mes premières conclusions me dirigèrent à explorer l’histoire britannique traitant de ce peuple, sans réel succès. J’élargis mes recherches aux cultures sorcières européennes, il était trop étrange de ne rien dénicher à ce propos.

J’avais dégoté une petite montagne de potentiels éclaireurs, des dizaines d’ouvrages rédigés par différent.e.s sorcier.e.s reconnu.e.s mondialement. Eux étaient transportables, ils devinrent mon occupation nocturne quotidienne, loin devant mon sommeil. Remplie de cernes, les traits tirés, exténuée, je ne tenais debout qu’à coup de litres de café. Ce liquide avait un pouvoir impressionnant, une invention moldue pour sûre. En ce début d’après-midi, j’étais dans mon QG du moment : les archives européennes. J’étais assise sur une chaise, seule, isolée de quiconque, avec une multitude d’ouvrages ouvert sous mes émeraudes, une plume dans une main, des parchemins griffonnés et vierges à portée : j’étais une parfaite étudiante modèle. J’épiais une perle rare, cet écrit qui évoquait la Kabbale, j’avançais enfin. Il était magnifique, hypnotisant et me dévoila une douceur insoupçonnée, il était très confortable pour un oreiller de fortune.

Bien trop épuisée, Morphée m’avait rattrapé et rappelé à l’ordre. Bercée de ses bras, les miens tombaient le long de mon corps, en toute décontraction. Ma joue droite était déposée sur la page 138 du bouquin, vous pouviez même apercevoir un sourire d’apaisement sur mes lèvres montrant l’appréciation de ce repos. Oh puis il priait la personne me sortant de cet état d'être gentille s’il vous plait. Qui que vous soyez, soyez bienveillant.e, je n’avais rien perdu de ma mauvaise humeur au réveil.

Revenir en haut Aller en bas
Azénor Philaester
avatar
Personnel de Poudlard
Personnel de Poudlard
Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Animagus : Coyote
Legilimens
Manumagie (Niveau 1)


Re: Archives européennes de sorciers

Message par : Azénor Philaester, Ven 11 Mai 2018 - 10:42


voilà elle a tout dit ♡

Attablée avec quelques collègues dans la Grande Salle, je finis mon repas à la hâte, une chose bien précise en tête. J’ai promis à Mered de lui rendre visite cette semaine à la bibliothèque, et je compte bien honorer cette promesse. A peine ma dernière bouchée engloutie, je me sauve en direction de mon bureau, saluant mes collègues d’un joli sourire. Les talons claquent sur le parquet du château, les escaliers sont cléments, me voilà seule. Je me regarde dans le miroir quelques minutes, puis je me re pomponne un peu, même devant Adand, je veux paraître irréprochable. Un trait d’eye-liner liner allonge mes yeux, une touche de mascara recourbe mes cils, une peu de blush et voilà le travail. Je détache mes cheveux pour laisser les quelques ondulations vaquer à leurs occupations au milieu de mon dos. J’enlève ma longue robe de sorcière pour enfiler un jean noir serré, un chemisier blanc cassé, et des escarpins assez hauts; oui maintenant que j’en mets tous les jours, bah je sais marcher avec et ça ne fait même plus mal duh. Des mois et des mois d’entraînements je vous jure. J’attrape mon sac à main, range ma baguette discrètement dans la poche prévue à cette effet, cachée dans mon jean. Une petite caresse sur la tête de Tatouine que je laisse filer dans le château -oui elle est très docile- et me voilà partie.
Je croise quelques regards interloqués de me voir ainsi, je sourie aux élèves gênés; très vite je me retrouve hors de l’enceinte du château, je transplane alors dans une ruelle perdue de la capitale Britannique.
Après avoir vérifié que personne ne m’a vu exercé de la magie, je me faufile dans un boulevard Londonien et jette un coup d’oeil à ma montre. Je ne suis ni en retard, ni en avance, nous n’avons pas vraiment d’horaire, seulement pendant ses heures de travail. Un discret sourire aux lèvres, j’avance tranquillement. Quelques minutes de marche plus tard, me voilà devant la bibliothèque, j’ouvre la porte d’entrée et peux déjà sentir l’atmosphère intellectuelle qui ressort de chacun des livres. Je ne vois pas Mered à l’horizon, alors après avoir salué d’un sourire la secrétaire de la bibliothèque, je m’en vais en direction des Archives, comme indiqué dans sa missive.

Je me fais discrète pour ne pas gêner qui que ce soit, en pleine lecture ou en pleine recherche. Je parviens finalement à l’entrée des Archives, de moins en moins de monde à l’horizon. Je pousse la barrière et je vois une silhouette au loin, rousse. Ah, ça doit être mon amie en pleine lecture de son passionnant bouquin. Je m’approche d’elle et remarque au fur et à mesure que la pauvre est en pleine sieste, je ricane. Je suis prête à parier qu’elle ne dort plus, obnubilée par sa découverte, avide de toujours en savoir davantage sur cette histoire de Kabbale. Moi je n’en sais pas plus, j’ai trouvé cela bien inutile de faire des recherches de mon côté, elle est mon livre elle aussi. Elle sait tout, et c’est parfait.
Donc Mered est là, face collée sur les vieilles pages du gros livre en question. Je laisse quelques secondes se passer, incapable de retenir un petit rire pas bien méchant. Et puis finalement…
-BOUH!
Revenir en haut Aller en bas
Mered Adand
avatar
Modération GSerdaigle
Modération G
Serdaigle
Spécialité(s) : Permis de Transplanage


Re: Archives européennes de sorciers

Message par : Mered Adand, Lun 14 Mai 2018 - 16:12


Où étais-je ? Ce grand couloir illuminé à la bougie, vide de monde, long à ne plus finir ne m’était pas familier. J’avançais sans savoir où j’allais, le décor s’enrichissait à chaque de mes appuis. Le corridor s’élargit un peu, des tableaux apparurent sur les murs munis de silhouettes immobiles au début puis animées par la suite, des fantômes. Au bout de mon chemin, je reconnus facilement les lieux, le heurtoir en forme d’aigle sur la porte m’indiqua être à Poudlard, devant ma salle commune. Ce fut étrange de me retrouver au château en étant plus scolarisée, ma foi, j’étais ravie d’être ici, je comptais bien faire un coucou à certaines élèves. L’accès était bloqué, j’avais oublié la condition pour entrer : résoudre une énigme.

Je suis le mot préféré des spectres farceurs.

Me voilà bien aidé ! Hum, les questions s’étaient corsées depuis mon départ, je ne trouvai pas de suite. J’allumai mes neurones et réfléchis, j’avais passé sept années ici, jetais devenue une experte en résolution de mystères. A croire que la vie adulte m’avait rouillée à ce niveau, je fus incapable de trouver la solution, j’étais muette devais l’obstacle. Je tentai de négocier mon passage, prétextant une urgence mais je n’étais devant chez Serdaigle pour rien, le battant ne crut pas à mes sornettes. Je dus chercher une alternative, je demandai à chaque fantôme de l’aide, ils devaient être au courant, aucun d’eux ne me répondit autrement que par des rires. Maudits esprits ! Je reviens me planter devant l’ouverture, en attendant qu’un.e camarade ne débarque. En espérant que son talent serait supérieur au mien.

Après un temps inestimable, j’entendis des bruits de pas. Le boucan fut réel, les claquements de talons frappaient le sol, choix discutable de chaussures pour le confort, enfin passons. J’observai cette personne, une femme brune aussi grande que moi, sans émotions, du moins impossible de les lire sur son visage qui était tout simplement invisible. Enfin, je m’en fichais totalement tant qu’elle m’ouvrait la porte. Et elle semblait plus inspirée, « BOUH ! » fut prononcé et je fus libérée. C’était si simple que je n’y avais pas pensé. Je franchis le seuil et lançai un dernier coup d’œil à celle qui venait de m’enlever une épine du pied. Sa face avait pris forme et me souriait. Elle me disait quelque chose cette tête, elle avait un air de quelqu’un que j’appréciais…

« Hein ?! Oui, pardon, désolée, il se passe quoi ?! »

Je m’étais mis debout immédiatement, renversant mon encrier, faisant tomber un livre par terre dans des mouvements de bras incontrôlés à mon réveil. Me sortir de ma sieste de la sorte n’était pas agréable même si je n’avais pas à m’endormir au travail je vous l’accorde. Je cherchais du regard la responsable de cet acte, sans doute une collègue pour changer, afin de lui apprendre comment je m’appelais. A prendre avec des pincettes au saut du lit, la blague reçue n’était pas de mon goût. Mes émeraudes trouvèrent la coupable, elle était là, plantée devant moi, le sourire aux lèvres, fière de sa plaisanterie. L’envie de l’enguirlander s’effaça aussitôt, je l’avais attendu bien trop longtemps pour prendre le risque de la faire fuir pour ça.

« Azénor ! Tu m’a fait peur… R’commence jamais ça ! » Je m’approchai de mon amie pour lui faire la bise. « Contente de voir ici, j’ai des millions de choses à te dire et à te montrer. » Je ramassai les affaires au sol, regrouper mon bazar, lançai un #recurvite pour effacer la tâche puis je saisis le bras de mon Livre. « Viens ! » J’entrainai la Phénix dans la réserve, là où se trouvait l’ouvrage.

Je vérifiai qu’aucune œil indiscret ne remarque notre entrée dans ce lieu avant de l’y inviter. Une fois à l’intérieur, je saisis l’échelle et m’attelai à descendre la raison de mes préoccupations. Je le déposai sur une table et l’ouvris au chapitre le plus intéressant, j’y avais glissé un marque-page.  

« J’ai trouvé ça par hasard. Lis cet extrait, tu vas comprendre pourquoi je t’ai écrit. La Kabbale a créé divers objets magiques il y a fort longtemps. Et tous auraient été détruits, bizarre non ? Moi j’pense qu’ils sont juste bien cachés ! T’en penses quoi toi ? »



Revenir en haut Aller en bas
Azénor Philaester
avatar
Personnel de Poudlard
Personnel de Poudlard
Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Animagus : Coyote
Legilimens
Manumagie (Niveau 1)


Re: Archives européennes de sorciers

Message par : Azénor Philaester, Ven 18 Mai 2018 - 11:06



A l'entente de mon cri, Mered sort tout de suite de sa sieste, assez brutalement. Oups? En effet elle fait tomber son encrier, et un de ses livres qu'elle étudiait vient se fracasser contre le sol. Oups? Je ricane légèrement. Elle arrive difficilement à sortir du monde des rêves et zieute autour pour savoir qui est le gros lourdeau qui a bien pu lui faire une chose pareille. Coucou c'est moi. Je me pince les lèvres pour ne pas éclater de rire dans la bibliothèque. Je regarde la bazar que sa table est devenue avec une once de regret. Roh, ce n'était tout de même pas bien méchant non?
« Azénor ! Tu m’a fait peur… R’commence jamais ça ! » Elle me claque une bise; « Contente de voir ici, j’ai des millions de choses à te dire et à te montrer. »
- Eh bien je suis là, comme prévu! Oui, j'ai hâte de voir tout ça.

Un petit sort plus tard, voilà le bordel remit en état, ni vu ni connu. D'une main mon amie me saisie le bras et m'amène non loin dans la réserve de la bibliothèque où elle travaille. Elle connait ce lieu par coeur, sait probablement où se situe la quasi totalité de tous les livres recensés ici. C'est pratique d'avoir un livre sur pattes en guise d'amie. Plus besoin de passer des heures à effectuer telle ou telle recherche, procurez-vous une Mered, elle saura probablement déjà tout.
Mered se hisse en haut d'une échelle afin d'attraper le livre qui attire déjà toute mon attention. Elle le pose sur la table et l'ouvre à l'endroit du marque-page qu'elle a laissé exprès pour ma venue -enfin je crois- et un sourire s'installe déjà sur mes lèvres.
« J’ai trouvé ça par hasard. Lis cet extrait, tu vas comprendre pourquoi je t’ai écrit. La Kabbale a créé divers objets magiques il y a fort longtemps. Et tous auraient été détruits, bizarre non ? Moi j’pense qu’ils sont juste bien cachés ! T’en penses quoi toi ? »

Je tire l'ouvrage vers moi, et les mains posées contre la table, je commence ma lecture, à voix semi-haute. La belle rousse ne peut distinguer grand chose de ce que je dis, mais elle sait déjà presque tout ce qu'il y a à savoir sur ce peuple de Kabbale et ses objets détruits -ou perdus- j'en suis persuadée. Je plisse les yeux. Le Tiphéreth? Ce paragraphe attire toute mon attention, et sans m'en rendre compte, je le lis plus distinctement. Mon index parcoure les lignes abîmées pour m'aider dans ma compréhension du texte. Je trouve cela fascinant. L'extrait terminé, je lève le nez vers la rouquine, les yeux ronds.
- Tu as vu ce passage sur le Ti-phé-reth? -Je dois relire le mot pour m'en souvenir- Un chandelier en argent mmmh... J'ai du mal à croire que ces objets auraient été détruits. Pour quelle raison? Par qui?
Tu sais ce que j'en pense? Qu'il n'y a qu'une seule façon de le savoir!


Je replonge mon regard dans le livre ancien. Je ne sais pas d'où cette idée me vient, mais j'ai une étrange impression.. Comme si j'avais déjà entendu parler d'un objet venant du peuple Kabbale. Une sorte de ... Une sorte d'anneau. Je tourne une page, deux et trois. Puis un mot attire mon attention. La Chokhmah. C'est ça! Je pointe la petite illustration du doigt, redressant mon regard vers Adand.
-Oh et ça, ça j'en ai entendu parlé! Je ne sais vraiment pas d'où, mais ça veut peut-être dire qu'ils n'ont finalement pas tous été détruits!


Revenir en haut Aller en bas
Mered Adand
avatar
Modération GSerdaigle
Modération G
Serdaigle
Spécialité(s) : Permis de Transplanage


Re: Archives européennes de sorciers

Message par : Mered Adand, Sam 19 Mai 2018 - 18:05


Je dus me retenir de lui réciter les passages intéressants, il fallait qu’elle les découvre par elle-même, ainsi elle aurait la vérité sans risque de voir mes propos la déformer. Azénor faisait partie de ce club des lectrices lisant à voix haute, manie peu recommandable dans une bibliothèque, c’était rarement au goût des autres. Enfin, ici elle ne craignait rien, avec tout le respect que j’avais pour les ouvrages de la réserve, aucun ne s’était jamais plaint d’un tel comportement. Je les pensais même ravis d’avoir le privilège d’entre le doux timbre de la brune, ce n’était pas tous les jours que la directrice adjointe de Poudlard venait leur rendre visite. D’accord, me rendre visite, laissez-les y croire.

« J’ai dû lire vingt fois ce passage Azé. Je ne crois pas non plus à la destruction de ses objets, j’vais te donner ma théorie. Lors des différentes guerres sorcières, la Kabbale a eu peur que leurs créations tombent entre de mauvaises mains alors elle les a cachées. Les gardiens de ses secrets sont probablement morts au combat, laissant les œuvres d’art à l’abandon. »

Ma théorie tenait la route, bien appuyée par mes recherches il était vrai, je n’avais pas pondu ce discours de nulle part. Azénor poursuivit sa lecture, je le connaissais pas si studieuse. Je riais toute seule, plus nerveusement que par moquerie, la fatigue n’arrangeant rien. Ma consœur fut interpellée par un dessin, l’objet lui parler et ça n’avait rien d’étonnant. Il était temps de lui montrer la suite, de lui dévoiler d’où je sortais mes paroles, nous devions retourner dans les archives européennes. Avant je lui enlevai l’ouvrage sous les yeux pour le remettre à sa place, évitons qu’une collègue ne tombe dessus par hasard. C’était ma trouvaille.

« Ils n’ont pas été détruits, faut que j’te montre autre chose. »

Je baladais mon amie dans ce lieu, retour à la case départ, là où elle m’avait trouvé assoupie. Je sentis de l’excitation en elle, je lui donnai des explications sur le trajet.

« J’ai de suite pensé à chercher des infos sur la Kabbale via les différentes cultures sorcières. J’ai rien trouvé dans les archives britanniques, françaises, nos rubriques les plus fournies. Je me demandais si je perdais pas mon temps jusqu’à ce que je tombe sur un témoignage d’un sorcier portugais globe-trotter. Il a parcouru de nombreux pays et en a écrit ses mémoires. » Nous arrivâmes sur place, la page sur laquelle se reposait ma joue était devant nos yeux. « Lors de son passage au Brésil, il décrit une rencontre avec un vieux sorcier fou. Un homme qui s’exprimait difficilement, qui vivait dans la rue, livrer à son sort. Ce dernier lui a parlé d’un Chandelier magique qui aurait appartenu à sa famille et il portait un nom précis. Tu ne devineras jamais lequel… »

« Tiphéreth ! » En fait si, elle était forte n’est-ce pas ? Je lui souriais et m’attablai avec elle. « Comment tu as deviné ? Tout est là, regarde. Après j’ignore si cette histoire est vraie mais elle va dans le sens de la réelle existence de ces objets. J’crois pas aux coïncidences, ça commence à faire beaucoup. »

Revenir en haut Aller en bas
Azénor Philaester
avatar
Personnel de Poudlard
Personnel de Poudlard
Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Animagus : Coyote
Legilimens
Manumagie (Niveau 1)


Re: Archives européennes de sorciers

Message par : Azénor Philaester, Mar 22 Mai 2018 - 10:28


LA de Peter


« Comment tu as deviné ? Tout est là, regarde. Après j’ignore si cette histoire est vraie mais elle va dans le sens de la réelle existence de ces objets. J’crois pas aux coïncidences, ça commence à faire beaucoup. »

Alors que nous voilà revenues au point de mon arrivée, Mered me montre la page sur laquelle elle s’est assoupie plus tôt. Je me sens déjà comme dans une aventure, un peu d’adrénaline remplit mes sens et j’écoute Mered avec une attention que je ne me connais point. Ensemble nous formons une fabuleuse équipe, il n’y a pas à dire. Je porte mon pouce à ma bouche, j’ai cette fâcheuse manie de mordiller mes doigts lorsque je réfléchis profondément.
-T’as raison. Et puis je… Ah! Ce truc me dit quelque chose mais j’arrive pas à m’en souvenir! Je veux dire, le Chockmah. Je suis presque sure d’avoir vu cet objet quelque part. Mais je ne sais pas où! Si il existe de nos jours, alors pourquoi le Tiphéreth n’existerait-il plus lui? Tous deux ont soit disant été détruits mais je sais que déjà vu cet anneau.

Je n’arrive pas à enlever son illustration de ma tête. Pourquoi est-ce-que j’ai l’impression d’avoir vu cet objet quelque part. Je ferme les yeux un instant, j’essaye d’aller voir dans mon esprit, de chercher dans ma mémoire comme j’irais me balader dans celle d’autrui. Je vois des flashs, des rires, des personnes, et puis… Je vois Peter.
-Peter??

Je me concentre d’avantage, prends ma tête entre mes mains, accoudée à la table. Je souffle un bon coup et parcours le chemin de mes souvenirs, me focalisant -pour je ne sais quelle raison- sur Peter McKinnon. Je me renvois lui serrer la main en guise de bienvenue au château en temps que nouveau professeur de Divination, je me revois débarquer dans son appartement, lui laissant subtilement penser quelques doutes quant à mon appartenance à l’Ordre du Phénix et puis, je nous revois avant tout cela. Lorsqu’il n’était encore que Préfet de Serpentard et moi simple Directrice de Maison. Roh ce qu’on a changé. Je m’arrête sur nos entraînements d’Occlumancie… Mais bien-sûr!
C’est clair comme de l’eau de roche désormais, je vais chercher le souvenir qui apparaît devant moi comme une feuille morte tomberait d’un arbre; et je m’immisce dedans.
-C’est Peter! Le professeur de Divination! J’ai trouvé! Lance-moi un protego.

Je sors ma baguette en sachant pertinemment que Mered comprend tout à fait ce que je lui demande. Je vais la viser, et lui lancer un sortilège de Legilimancie, un tout petit, tout faible. Elle de son côté lancera un protego et elle sera capable de voir dans ma tête. Effet inversé. Je souris de ma trouvaille, et j’ai hâte de lui montrer.
-T’es prête? #Legilimens!
#Protego!

La supercherie fonctionne, nous sommes dans ma tête au lieu d’être dans celle de Mered. Parfait. Je pense si fort au souvenir de Peter, sans atteindre à son intimité bien-sûr, que la scène se déroule sous nos yeux. Malheureusement à l’époque, je ne m’étais pas attardé sur ce souvenir en particulier, alors avec ma consoeur, nous ne voyons que des bribes d’un Peter, content de sa découverte. Image après image le souvenir se fait plus clair; Peter détient le Chockmah. Exactement le même objet que sur l’illustration du livre!
Quelques minutes passent et nous revenons à la réalité; toutes deux attablées à la bibliothèques où travaille Mered.
-Tu as vu ça? Le Tiphéreth ne doit pas être bien loin!
Revenir en haut Aller en bas
Mered Adand
avatar
Modération GSerdaigle
Modération G
Serdaigle
Spécialité(s) : Permis de Transplanage


Re: Archives européennes de sorciers

Message par : Mered Adand, Jeu 24 Mai 2018 - 17:35


Azénor était préoccupée. Pas tant par mon discours que l’écrit présenté devant ses yeux, non elle était obsédée par cette histoire de Chockmah, certaine d’avoir déjà aperçu cette anneau autre part qu’en dessin. Je désirais l’aider à se remémorer mais ça me semblait futile dans l’instant, l’interroger ne l’aiderait pas, ça revenait à demander à quelqu’un ayant égarée ses clés : tu les as perdu où ? Stupide question n’est-ce pas ? Dans ces moments-là, je préférais me taire et lâcher un sourire de compassion à mon amie. L’information lui reviendrait sûrement lorsqu’elle s’y attendrait le moins et on avait de quoi faire avec l’épluchage des bouquins. Sûr qu’avoir des indictions humaines ne seraient pas de trop pour confirmer ou infirmer mes trouvailles.

L’amitié entre Azénor et moi n’était pas le fruit du hasard, la persévérance était un de nos nombreux points communs. La brune s’enferma dans sa bulle, déterminée à retrouver son souvenir. Sur le coup, je fus tentée de lui proposer un truc complétement fou, d’essayer de rentrer dans sa tête. J’étais son apprentie legilimens à Poudlard, j’étais déjà entrée dans son esprit, guidée par la belle. Sauf que je me rappelai que je ne voyais que ce qu’elle voulut bien me montrer et que dénicher quelque chose dont elle ne savait pas où il était rangé ne servait à rien. Sans parler de mon piètre niveau de novice, j’avais encore énormément de chemin à parcourir pour devenir une legilimens confirmée comme mon Livre. Bref je chassais cette pensée saugrenue.

L’introspection d’Azénor finit par payer. Elle me sortir un prénom, un nom, une profession, l’inconnu était identifié. Peter hein ? Je le voyais bien, je l’avais eu en cours ou encore croisé aux Trois Balais pour mes dix-sept ans. Ma consœur ne se contenta pas de mots, elle avait une idée derrière la tête, un truc aussi loufoque que ce j’avais envisagé, limite pire mais pourquoi pas. Trop excitée, je n’essayais pas de raisonner la Phénix, je la croyais sur parole mais elle voulait me montrer la chose. Comment j’avais deviné ? Des années de complicité aidaient à comprendre l’intention de vos proches sans qu’ils aient besoin de les formuler. Je dégainai Sérénité et lançai un charme du bouclier en parallèle de son sortilège de Legilimancie, place au voyage.

Son plan avait fonctionné, je reconnus les lieux, j’y étais déjà venue. Rien n’avait réellement changé, je vis la route menant au coyote, celle allant en direction d’un rendez-vous avec Benbow, d’autres mystères, construites après mon dernier passage ici. Ce fut d’ailleurs sur un tracé occulte que m’entrainant mon amie, nous revîmes une scène de sa vie, un entretien avec Peter et surtout, sa possession, un bijou ressemblant comme deux gouttes d’eau à l’illustration entrevue. Je ne doutais déjà pas de sa mémoire, avec cette preuve j’étais encore plus convaincue de mes théories. De retour à la réalité, j’affichais un sourire en coin, j’avais trouvé la suite à donner de notre découverte.

« Madame la directrice adjointe, je crois qu’il est temps de convoquer votre personnel pour une mise au point. Je vous propose de commencer par Mister McKinnon. » Je riais de ma bêtise, le manque de sommeil n’arrangeait rien. « Plus sérieusement, Peter doit savoir des trucs sur la Kabbale, ça me semble pas mal d’avoir une discussion avec lui. T’es en quelques sorte sa cheffe, tu peux le voir quand tu veux à l’école. Penses-tu qu’il collaborerait avec nous ? »

Revenir en haut Aller en bas
Azénor Philaester
avatar
Personnel de Poudlard
Personnel de Poudlard
Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Animagus : Coyote
Legilimens
Manumagie (Niveau 1)


Re: Archives européennes de sorciers

Message par : Azénor Philaester, Sam 26 Mai 2018 - 5:13


Nous reprenons toutes deux nos esprits, toutes deux un peu fatiguées du voyage au centre de ma mémoire -et de la lecture de centaines de bouquins pour Mered aussi. Cette dernière justement, semble satisfaite de notre découverte, puisqu'avec un sourire au coin, elle me conseille d'aller voir Peter pour parler avec lui de toute cette histoire. Je la regarde, tout sourire, suite à la touche d'humour qu'elle vient d'ajouter.
-Bien-sûr que j'irai voir Peter. En plus d'être une formidable personne, de confiance qui plus est, c'est un cher ami. Je lui en toucherai deux mots.

Je jette un coup d'oeil à ma montre. Par Merlin c'est fou comme le temps passe vite quand on est bien accompagné. Je devrais déjà être rentrée au château à l'heure qu'il est. Je risque peut-être de me faire taper sur les doigts par Aaron Jiménez. M'enfin quand on y pense, je n'ai pas vraiment peur de lui, et je ne l'affectionne pas tant que ça. J'ai du mal à savoir s'il fait un bon Directeur. Je ne le trouve pas assez présent, pas assez investi. Alors que de mon côté j'ai l'impression de donner ma vie, tous les jours de suer corps et âme pour des élèves qui ne s'en rendent même pas compte; pour la plupart. Mais c'est le job, c'est las part du contrat.

Je rassemble mes affaires posées ici et là, me lève de ma chaise;
-Roh ce que je le temps passe vite, j'aurais du filer il y a quelques minutes déjà. Peu importe, c'était un plaisir Mered, comme toujours. On se tient au courant surtout, je t'envoie un hiboux très vite!

Puis je la serre dans mes bras, étreinte qui se veut tendre et amicale; qui surement signifie "à bientôt". Je me retourne dans ma marche vers la sortie pour lui envoyer un sourire, puis je file en direction du château, des idées, et des rêves plein la tête.


the end, thanks ♡
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé

Re: Archives européennes de sorciers

Message par : Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas
Page 2 sur 2

 Archives européennes de sorciers

Aller à la page : Précédent  1, 2

Permission de ce forum:Vous pouvez 
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Harry Potter 2005 :: ~¤~ Londres ~¤~ :: Rues de Londres :: La Bibliothèque-

L'univers d'Harry Potter est la propriété de la Warner Bros ainsi que de J.K Rowling.
Tous droits réservés sur ce site ©Copyright HarryPotter2005. Affichage optimisé sous Firefox.