AccueilPortailFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Harry Potter 2005 :: ~¤~ Londres ~¤~ :: Rues de Londres :: La Bibliothèque
Page 1 sur 1
Devant la bibliothèque
Maître de jeu
avatar
PNJ
Arbitre neutre
Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Devant la bibliothèque

Message par : Maître de jeu, Lun 10 Avr 2017 - 22:02


A l'image de l'institution hospitalière qu'est Sainte-Mangouste, la Bibliothèque sorcière de Londres possède une devanture d'apparence délabrée et abandonnée. La façade autrefois ocre est devenue presque grise par endroits, la peinture écaillée donnant un aspect peu engageant. Deux fenêtres, de part et d'autre d'une porte encore solide, faite de bois de chêne usé, sont condamnées par des planches clouées. Si vous voulez entrer dans la bibliothèque, il vous suffit de frapper trois fois très rapidement, puis une fois de façon sèche sur le battant. Il est bien connu que les Moldus ne savent pas voir plus loin que le bout de leur nez. N'ayez crainte en frappant, mais ne vous attroupez pas devant la bibliothèque !
Revenir en haut Aller en bas
Mangemort 87
avatar
Mangemort
Mangemort
Spécialité(s) : Permis de transplanage
Manumagie (Niveau 1)


Re: Devant la bibliothèque

Message par : Mangemort 87, Ven 2 Juin 2017 - 16:18


Préparatifs / en cas de problème de cohérence, me MP.

Un étrange personnage t’a confié un projet
Tu n’aimes pas les ordres mais ce n’était son ton
Elle t’en parlait presque comme si c’était ton idée
Et tu crois bien que ça l’est devenu

Ce soir tu tiens un café littéraire
Avec des moldus
T’as rendez-vous avec une dizaine de moldus
Peut-être une centaine ?
Combien ici rêvent encore ?
Des enfants qui trainent leurs parents ?
Des académiciens aux rêves inavoués ?
Des étudiants en manque de fantaisie ?

Ce soir tu n’en tueras aucun
Ce soir tu leur ouvre une porte sur la magie
Et tu attends de voir ce qu’ils en font

C’était presque facile à mettre en place
La sécurité de la Bibliothèque mériterait d’être renforcée
La tienne était plutôt bonne — trois baguettes, un portoloin
Et une marque sur laquelle appuyer en cas de pépin

Tu te méfiais pourtant des moldus
Tu craignais leurs impulsions destructrices
Aussi avais-tu fais (faire) des copies
Par un assistant de la Bibliothèque sous Impero

Voilà
Tout était prêt
Il ne restait qu’à voir si les gens venaient
Tu avais installé à l’entrée des chaises
Des tables sur lesquelles trois livres dormaient
Des affiches
La rue entière semblait repeinte d’affiches

On pouvait lire d’un côté

« ORIGINES COMMUNES : Soirée littéraire le 4 juin !

Dans un partenariat avec la Mairie de Londres, la Bibliothèque Sorcière s'ouvre aux visiteurs. Ne vous fiez pas à son apparence modeste ; venez découvrir des siècles de civilisation magique. La soirée vous permettra de vous prononcer sur l’importance que vous accordez au multiculturalisme et à la reconnaissance de l'existence de la magie. Entrée gratuite, sans inscription. »


Et de l’autre en plus synthétique




On pouvait avancer

Tu tapas le bon nombre de fois
Mais ne restas pas trop près
Tu étais dans la rue de la devanture
Espérais un petit attroupement
Cependant tu craignais
Que le premier venu soit du Ministère
Aussi pour l’heure tu attendais
Revenir en haut Aller en bas
En ligne
Azaël
avatar
Modération GSerpentard
Modération G
Serpentard
Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Re: Devant la bibliothèque

Message par : Azaël, Ven 2 Juin 2017 - 17:36


Un skate, c'est cool. Surtout pour les trajets en ville quand t'as pas la moindre thune pour te payer un transport bien rapide et bien polluant. Du coup, te voilà en train de rouler tranquillement dans les rues de Londres, bouteille de whisky à la main. Bah oui, faut pas changer les bonnes habitudes. Sauf que boire ou conduire, il faut choisir. Et apparemment, c'est valable aussi pour les planches sans moteur. Parce que t'as à peu près autant d'équilibre qu'un éléphant sur un fil. T'as déjà failli de manger plusieurs passants qui t'ont hurler dessus en levant le poing tout en vociférant tout un tas de mots que ton cerveau n'a pas compris. Ou n'a pas cherché à comprendre. Ce qui revient au même finalement.

Tout cela ne t'a cependant pas empêché de continuer ton périple. Chaque virage gagnant en dangerosité. Tu te bouffes même un mur sans faire exprès. Mais t'as eu la présence d'esprit de placer ta main libre devant toi histoire d'amortir le choc. Ton skate s'est barré dans la rue, et tu t'es mis à courir derrière comme un imbécile en criant aux gens de l'arrêter. Sauf qu'ils préfèrent visiblement te regarder d'un drôle d'air. C'est peut être la bouteille à ta main. Ou le fait que tu les insultes en voyant qu'ils n'esquissent même pas un geste pour te venir en aide. Tu détestes vraiment les gens, y'a rien à en tirer.

Alors te voilà en train de te taper un sprint, totalement bourré, derrière une planche de skate qui semble refuser de s'arrêter. Tu finis tout de même par la rattraper. Tu regardes rapidement autour de toi pour te rendre compte que tu ne sais pas vraiment où t'as atterri avec tout ça. Nouvelle gorgée. Tu te remets sur ta planche. Même pas peur. Et tu avances de plus en plus rapidement en espérant trouver un endroit que tu reconnaîtrais. Te voilà dans une rue couverte d'affiches. Tu les regardes en buguant à moitié dessus tout en continuant à rouler. Impossible de lire quoi que ce soit. tu vas trop vite. Et quand tu regardes à nouveau devant toi, il est trop tard.

Te voilà en train de te prendre de plein fouet tables et chaises qui étaient sorties. Tu t'étales de tout ton long sur la table tandis que ta planche est retenue par quelques pieds de chaises qui se sont renversées en recevant ton corps svelte. Tu te redresses, légèrement sonné, pour rester assis en tailleur sur la table en attendant de reprendre tes esprits. T'es où là ?
Revenir en haut Aller en bas
En ligne
Mangemort 87
avatar
Mangemort
Mangemort
Spécialité(s) : Permis de transplanage
Manumagie (Niveau 1)


Re: Devant la bibliothèque

Message par : Mangemort 87, Ven 2 Juin 2017 - 23:42


Un éclair déchire les chaises
Comme un gros coup de foudre sur le projet
Qui diantre ose interférer ?
Baguette brandie le mâle rapplique
Mèches blondes bien dégagées
Quel est le démon dont le skate débarque
Juste avant le banquet d’idées ?

Tu interromps le sortilège mi-parcours
Car en approchant tu comprends
Tu connais cet empoté
C’est un empoté charmant
Bouteille au poing et pas de mots vains

La rage en ta gorge durcit
Fond et coule
Une fois ravalée les mots déboulent
— Tu te rappelles de moi ?
On s’est vus une fois
En chat


Sourire
S’il ne comprend pas c’est qu’il est abruti
— Tu te souviens de notre discussion
Avec mon pote et son serpent ?
Ton timing est parfait
Aujourd’hui on parle


Ralentir le rythme
Ne pas le bombarder d’informations
Douceur douceur
Pour ce petit qui t’attendrit sous tes airs joueurs

— Du coup c’est parfait, si tu le veux
T’es intervenant
Pas de discours pré-enregistré
Juste si quelqu’un vient
Parle lui de la magie
De ce que tu en penses
De ton opinion sur les rapports entre moldus et sorciers
Ce que tu penses du secret magique
Tout ça
Mais ton opinion pas la mienne
Juste un petit débat
Si tu ne sais par où commencer
Ces bouquins peuvent de guider
Et sinon je guette toujours
A côté
Tu as des questions ?


C’est pas mal que le premier venu soit un partisan
T’aurais pu tomber sur un Auror ou un Phénix
T’as une chance de chacal parfois
Mais ce partisan n’est pas des moindres
Tu attends de voir ce qu’il fera de ces informations

— Ah, et si tu es inquiet de ton identité
J'ai du Polynectar


Tripotant tes mains
Mal à l'aise
Excitée
Tu frémis à l'idée
De mener ce soir un projet
Guidé par l'abandon et l'immaîtrise

(On m'a dit un jour que l'on a jamais
confiance en soi
On a confiance en quelque chose de plus grand
Je ne dis pas que le tableau est beau
Car j'ai confiance en mes goûts
Je dis que le tableau est beau
Car la beauté me transcende
Ainsi est la Magie
Qui me permet de croire
En l'avenir de ce petit)

Fleuris, fleuris, petit Azaël
— on a un secret à partager
Revenir en haut Aller en bas
En ligne
Azaël
avatar
Modération GSerpentard
Modération G
Serpentard
Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Re: Devant la bibliothèque

Message par : Azaël, Sam 3 Juin 2017 - 17:22


Tu restes tranquillement assis sur la table en attendant de reprendre tes esprits, mais voilà qu'un type se dirige vers toi. Type à l'allure... Bien à lui. C'est un style qui te plaît bien. Disons qu'il ne te rebute pas autant qu'il pourrait choqué un dandy qui se balade en costard toute la journée avec son chapeau, son monocle et sa moustache. Il a pas l'air très content en venant vers toi. Mais finalement, il se reprend. Tu fronces légèrement le sourcils lorsqu'il te demande si tu te souviens de lui. Très franchement, t'as juste envie de lui dire non. Parce que sa tête te dit rien du tout, et que si tu ne t'en souviens pas, c'est probablement parce qu'il n'a rien d'intéressant. Mais la suite de ses propos te met sur la voie.

En chat, avec son pote serpent. T'as comme une illumination qui se fait. Ouais, t'es pas mal long à la détente, mais tu viens de te manger une table, alors on va dire que c'est le contre coup du choc. Tu es donc devant la masquée de ce soir là, dans la forêt de Pré-au-Lard. Alors tu hoches légèrement la tête pour confirmer que tu te souviens et que tu sais à qui t'as affaire. Tu restes assis, un peu plus droit, en mode élève modèle qui écoute ce qu'on a à lui dire. Parler avec des gens. Exposer ton point de vue. T'as l'impression d'être face à un test. T'as pas envie de refuser, parce que t'as envie de lui prouver qu'elle (ou il, prenez le comme vous voulez) fait bien de s'intéresser à toi, et que tu vas pas lui faire perdre son temps. Mais de l'autre côté, t'es complètement bourré, et en plus tu détestes les gens. Alors le combo est pas forcément terrible.

Mais t'es prêt à faire un effort. Après tout, c'est une cause qui en vaut la peine à tes yeux. Pis t'as pas grand chose de mieux à faire. Quitte à t'échouer sur la table là, autant que ça serve à quelque chose. Tu vois ta bouteille de whisky éclatée au sol non loin. T'as vraiment merdé sur ce coup-là. Tu passes ta main dans tes cheveux avant d'esquisser un léger sourire, un peu gêné.

- Euh... Nan, pas d'question. J'veux bien essayer.

Tu te décides enfin à descendre de la table. Tu récupères ton skate, et remet les quelques chaises tombées en place histoire que les gens ne fuient pas tout de suite. En l'entendant parler de Polynectar, t'hésites un court instant. T'avais pas songé à ça, mais si des sorciers traînent dans le coin et te reconnaissent, t'as pas forcément envie qu'ils se souviennent de toi par rapport à ces idées là. Parce que si c'est un agent du Ministère qui traîne dans le coin, tu risquerais juste de te faire interroger. Ou pire. Bref, tu préfères amplement être prudent.

- J'veux bien du Polynectar ouais.
Revenir en haut Aller en bas
En ligne
Nyx Spero
avatar
Serpentard
Serpentard
Spécialité(s) : Permis de Transplanage


Re: Devant la bibliothèque

Message par : Nyx Spero, Sam 3 Juin 2017 - 17:31



Plop ~ Je tape l'incruste  Ange



Encore des disputes. Toujours des disputes. C’était tout le temps comme ça chez elle à présent. Oui, elle avait pris une amende et alors ? Cet Auror la lui avait mise seulement par simple vengeance ! Ce n’était pas comme si elle avait tué quelqu’un. Si on ne pouvait même plus s’amuser. Mais où allait le monde. Elle en avait marre de toute cette histoire. En plus, son frère, toujours là pour en rajouter une couche celui-là. Le parfait petit Gryffondor. Soupire. Elle avait besoin de sortir prendre l’air pour se calmer, pour aller fumer.

Après être sortie de son manoir, non pas sans claquer la porte derrière elle, elle était en train de se promener dans les rues de Londres. Cigarette qu’elle venait de rouler elle-même avec des substances illicites. Oui, il n’y avait que ça qui pouvait la calmer en ce moment. C’était peut-être dans la tête, mais ça marchait très bien. La fumée lui faisait du bien. Ça la libérait.

En observant mieux, elle remarqua que cette rue était vraiment bizarre. Pourquoi autant d’affiche ? Une ne suffisait pas ? Après déjà être passé devant une vingtaine d’affiches sans y jeter un regard, elle finit par poser les yeux dessus. « Origines communes : Soirée littéraire, 4 juin 18h, Bibliothèque Sorcière de Londres ». D’accord, ce n’était vraiment pas son truc en fait. Elle, dans une bibliothèque ? La blague.

Mais voilà, qu’un évènement attira son attention. Un mec en skate faisant une drôle de chute. Bah oui, quoi de plus normal… Mais, le pire fut quand Nyx reconnu de qui il s’agissait. Ce mec qu’elle aimait pas. Elle ne put s’empêcher de rire en le voyant dans cet état. Toujours autant paumé celui-là. Elle, de son côté était en train de fumer. Elle décida de s’approcher. Elle voulait s’amuser un peu. Alors quoi de mieux qu’une personne qu’elle n’aimait pas pour se changer les idées ? Nyx remarqua d’ailleurs qu’il avait une personne à ses côtés. Elle ne la connaissait pas. Mais bon, no care.

- Toujours autant paumé d’après ce que je peux voir.  

Ton moqueur. Toute façon, ça ne changera jamais entre eux. Ils ne s’aiment pas, c’était comme ça. Alors, lancer des pics ridicules devenaient habituelles à force. Sourire moqueur au visage. Cigarette dégageant une petite odeur toujours présente. Ensuite, elle leva les yeux vers l’inconnu, pour le saluer d’un simple signe de tête.


Dernière édition par Nyx Spero le Sam 3 Juin 2017 - 17:39, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
En ligne
Ariana Hastings
avatar
Serdaigle
Serdaigle
Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Re: Devant la bibliothèque

Message par : Ariana Hastings, Sam 3 Juin 2017 - 17:37


Je m’incruste aussi, il était temps qu'Ariana ait affaire à un MM !


Travailler avec des moldus était plus épuisant qu'Ariana ne l'aurait parié. Servir des cafés toute la journée aurait pu être pire – certains boulots dans le monde sorcier n'étaient pas beaucoup plus épanouissants – mais le plus gros problème était de ne pas pouvoir utiliser la magie. Certaines fois Ariana n'avait qu'une seule envie : sortir sa baguette et utiliser un sortilège pour préparer les cappuccinos plus rapidement (et pour faire taire certains clients insupportables).

Heureusement que les quartiers magiques de Londres débordaient d'endroits relaxants dans lesquels Ariana pouvait être entièrement elle-même, et la bibliothèque était, sans surprise, son lieu favori. Elle venait d'y passer encore plusieurs heures, le nez plongé dans des bouquins plus poussiéreux les uns que les autres, à rattraper son retard dans ses études sorcières, quand elle remarqua l'heure qui commençait à se faire tardive. Elle avait promis à Meredith qu'elle ferait la cuisine ce soir, elle devait se dépêcher de rentrer ! Elle se précipita en dehors du bâtiment, déjà prête à courir jusqu'au métro moldu, lorsqu'elle entendit un fracas, et se retourna pour voir un jeune homme sur un skate se prendre tout un tas de chaises et de tables sorties sur le parvis du bâtiment. Ariana s’apprêtait à aller l'aider quand elle remarqua une inconnue s'approcher de lui, puis reconnu une jeune Serpentard, Nyx, l'adepte de Magie Noire rencontrée dans la Forêt Interdite. Sans trop savoir pourquoi, un mauvais pressentiment s'empara de l'ancienne Serdaigle. Alors elle resta un instant sur le trottoir, de l'autre côté de la rue, à les observer.
Revenir en haut Aller en bas
Mangemort 87
avatar
Mangemort
Mangemort
Spécialité(s) : Permis de transplanage
Manumagie (Niveau 1)


Re: Devant la bibliothèque

Message par : Mangemort 87, Sam 10 Juin 2017 - 13:05


Il se redresse et passe maladroitement sa main dans ses cheveux. Tu te demandes si elle est aussi moite que la dernière fois. Souris. Tu commences presque à l’apprécier.

Méfie toi, gamin.

Sans trop savoir si c’est à lui ou à toi que tu t’adresses. Il faudrait arrêter les monologues internes, parce qu’après on pense que t’es fou, ou folle, selon tes visages. Mais tu ne peux t’en empêcher.

Sous tes âpretés verbales tu hais le silence, et tu te balades toujours avec tes pensées. Un peu comme une bulle de comics on se coincerait sous le bras. Un ami à accompagner, tout bas, d’un air fredonné, air oublié.

Le gosse skateur veut du polynectar, mais tu n’as le temps de le couvrir qu’une autre surgit. Tu lui dirais bien d’aller se faire voir au ton dont elle parle à ton petit, mais il ne faut pas oublier que tu ne le connais pas.

Que tu n’es qu’un passant intéressé par la réunion juste devant la bibliothèque. Que tu es une ombre lambda.

C’est à Azaël de lancer la discussion. Qu’attend-t-il, lui qui se disait près à diriger la réunion ? Tes oreilles vibrent d’impatience. Que les idées fusent, que les langues s’usent, et si nécessaire que les sorts infusent la tombée du jour.

Est-ce la question du Polynectar qui le retient ? Il est un peu tard pour le lui fournir. Cela signifierait que vous avez un lien, qu’il a une identité à cacher. Et la nouvelle venue semble pas le porter en son coeur.

Toi aussi, tu lui en veux un peu. D’avoir interrompu tes plans. Mais ce n’est pas ainsi que tu devrais la voir. Elle se mêle au plan. Elle vient s’inscrire dans les débats où idéologie et politique se tutoient.

Plus on est de fous, plus on rit. C’est bien qu’elle (Nyx) soit là.
— J’peux t’en taxer une ? On sait jamais. Si elle est d’humeur généreuse, ou juste bonne fumeuse, consciente du besoin que tu ressens rien qu’à la voir faire. Besoin de fumée. D'emplir tes poumons d'esquisses spectrales.

Une ombre blonde paresse au loin. D’une voix-caresse, tu l’interpelles (Ariana) :
— Toi aussi, t’es là pour la soirée litté ? Signe de la main, pour la faire approcher. Et alors que les individus t’ignorent ou regardent la main en mouvement, l’autre fait tomber une fiole de Polynectar dans la poche du skateur. Au cas où.

— Vous savez comment ça se passe, qui est l’orga ?
Regard vers les bouquins impatients d'être parcourus. Ou on improvise ?

cadeau_pour_aza
Revenir en haut Aller en bas
En ligne
Personnage
avatar
PNJ
Personnage

Re: Devant la bibliothèque

Message par : Personnage, Lun 19 Juin 2017 - 15:36


Des recherches, toujours des recherches, encore des recherches. Professeur depuis cinq ans à l'Imperial College London, Stanislas Midtown avait ce mot suspendu aux lèvres à longueur de journée. Son travail et son enseignement était orienté sur les religions et leurs différences et s'étendait, non sans de sinueux chemins et détours, jusqu'aux sciences parallèles, au domaine de l'occulte et mythes urbains. On ne pouvait dire qu'il avait un programme fixe à proprement parler, mais c'est ce qu'il aimait dans son travail, le fait de ne pas avoir de réelles obligations d'enseignement et de pouvoir alterner son programme d'une classe à l'autre.

Stanislas Midtown était né et avait grandi à Londres, de parents bourgeois issus de l'aristocratie anglaise. Il avait reçu une éducation rigide et avait commencé à s'échapper de la fermeté parentale qui l'oppressait dès l'âge de quatorze ans, en s'isolant dans les mythologies propres au monde moldu, de toutes cultures. S'en était suivi une passion pour les religions qui n'avait fait que grandir, pour l'ésotérisme, puis, plus récemment, pour les mythes que certains penseurs ne définissaient que comme de vulgaires blagues : chasses aux sorcières, pouvoirs druidiques, récits de possession... vie après la mort.

L'homme était grand et élancé, avoisinait les deux mètres et, malgré une absence d'activité physique dans sa vie, se tenait droit et possédait une musculature qu'il n'avait jamais eu à entretenir. Des cheveux bruns coupés court, le regard perçant, deux yeux noirs observateurs rehaussés d'une paire de lunettes neuves, juchée sur un long nez pointu ; il se dégageait de lui une forme d'intelligence et de curiosité pour tout ce qui l'entourait. L'étiquette de professeur lui était sans peine collée.

Quand Mr.Midtown fut sorti d'une de ses innombrables rêveries, alors qu'il remontait une rue de Londres pour regagner son domicile,
par des affiches vantant une soirée littéraire commune, son programme de la soirée fut immédiatement chamboulé. Il s'était arrêté pour une contemplation méditative, son corps parcouru d'un frisson. L'affiche parlait de la reconnaissance de la magie et d'échanges à son sujet et le sang ne fit qu'un tour dans les veines de Stanislas en voyant l'animal fantastique qui ornait le fond rouge et le chapeau qu'aurait volontiers qualifié de "sorcier" n'importe quel enfant de trois ans.

L'immense tas de feuillets qui reposait dans son appartement, recoupant toutes les données sur la sorcellerie, des grands procès historiques de sorcières, jusqu'aux évocations d'un monde sorcier parallèle à celui dans lequel il vivait, rumeurs folles, diffamations, affabulations.... accompagnèrent Stanislas jusqu'aux portes de la bibliothèque sorcière de Londres, où étaient disposées sans perfectionnisme aucun des tables et des chaises comme des animaux en pâtures aux premiers venus. Patientaient dans la rue quelques individus que le manque d'organisation n'avait rebuté. Il se manifesta d'un raclement de gorge, un peu surpris de voir là trois jeunes adolescents, un garçon et deux filles, venus assister à la discussion. La quatrième personne était un peu plus âgée, trente ans minimum, peut-être avait-elle le même âge que Stanislas. C'était un homme troublant, de longs cheveux blonds et un regard d'une profondeur abyssale, qui dégageait quelque chose d'extrêmement magnétique.
D'une voix où se mêlaient la curiosité et le scepticisme, il s'adressa à lui :

- Excusez-moi, est-ce que c'est vous qui dirigez cette discussion aujourd'hui ?
Revenir en haut Aller en bas
Azaël
avatar
Modération GSerpentard
Modération G
Serpentard
Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Re: Devant la bibliothèque

Message par : Azaël, Hier à 18:34


Tu demandes la potion. Mais elle n'a pas le temps de de la donner que Spero débarque. Toujours la même qui vient se taper l'incruste. Qui vient tout faire foirer. Parmi tout Londres, il faut que tu tombes sur elle. Sérieux, si c'est pas de la poisse ça, c'est quand même un peu le destin qui se fout de ta gueule. Tu lèves les yeux au ciel en entendant sa réflexion, te contentant de répondre par un "Ferme-la." blasé. Pourtant, sur ce coup, elle a raison, tu t'es paumé en venant ici. Mais tu sais aussi que ce n'est pas franchement ce à quoi elle fait référence. Et vu l'odeur qui te chatouille les narines, t'es pas le seul à être "comme d'habitude" visiblement.

Une autre élève de Poudlard tape l'incruste devant la bibliothèque. Tu lances un regard vers la masquée pas masquée par un masque mais masquée quand même puisqu'elle est passée de elle à il par rapport à la dernière fois. Tu sais pas trop ce que t'es sensé faire du coup. Exposer tes idées devant tes camarades de Poudlard alors que tu n'as pas la moindre idée de ce qu'ils peuvent penser, c'est un peu dangereux. Pour peu que l'une d'elles balance à tout le monde que tu divulgues des idées qui ne vont pas franchement en direction du Ministère et qui se rapproche davantage de l'idéologie mangemort, t'es pas dans la m*rde.

Tu laisses l'autre s'adresser aux autres, et tu sens alors que quelque chose est glissé dans ta poche. C'est sans doute possible la potion demandée. Pour te protéger. Tu réponds donc d'un ton nonchalant :

- J'sais pas qui dirige, mais ce sera sans moi. J'me casse d'ici, y'a des gens que j'préfère pas croiser.

Regard insistant sur Spero pour qu'elle comprenne bien que ça lui est adressé. Un autre homme débarque, grand, brun et binoclard. Et il s'adresse au seul adulte présent, visiblement intéressé par ce qu'il pourrait se passer durant cette discussion. Tu ne lui adresses même pas un salut, tu te contentes de récupérer ton skate pour te tirer. Une fois le coin de la rue passé, tu files te planquer dans une ruelle pour prendre le Polynectar. Le goût est dégueu. La sensation est dégueu. Mais visiblement, ça fonctionne. T'es plus toi. Enfin du moins physiquement. Et tu vas devoir faire en sorte de t'exprimer autrement si tu ne veux pas être trop grillé.

Tu voles des vêtements mis à sécher sur un balcon d'un simple coup de baguette après t'être assuré d'être toujours seul. Chemise blanche, pantalon un peu plus habillé. T'en profites pour te lancer un #Finite Titilus histoire de comprendre un peu mieux ce qu'il se passe autour de toi. Tu planques aussi ton skate derrière une poubelle, et tu retournes vers la bibliothèque d'un pas pressé. Tu vas devoir tenir un rôle, et le tenir bien. En improvisation totale en plus. C'est pas franchement gagné. Une fois arrivé au stand, tu étires un sourire légèrement gêné avant de prendre la parole.

- Désolé pour le retard, j'espère que vous n'êtes pas là depuis trop longtemps ! Tout d'abord, bonjour à tous et à toutes ! Comme vous l'avez sans doute remarqué puisque vous êtes ici, nous allons parler de la magie ! Mais attention, une chose bien importante pour que tout le monde puisse se comprendre ici, nous allons partir du postulat que la magie existe réellement, et donc qu'une communauté de personnes l'utilise. D'ailleurs, le but de cette discussion est justement de recueillir différents points de vue, alors n'hésitez pas à participer pour rendre le tout le plus vivant et le plus intéressant possible ! Tout ajout ou complément est également le bienvenu !

Tu laisses un silence. T'espères que ça peut passer pour le silence du mec qui veut que l'information fasse bien son chemin jusqu'au cerveau des autres. Parce qu'en fait, tu sais juste pas du tout par quoi commencer, et tu te retrouves à réfléchir à toute allure. Tes yeux parcourent les titres des bouquins. T'es sensé être un moldu, sauf que t'as pas la moindre idée de comment t'es sensé lancer un débat sur le secret magique sans même être sensé en connaître l'existence. Tu tentes un truc, au pire, tu passes juste pour un crétin. Tu t'en tapes, c'est même pas ton corps. Mais t'as pas forcément envie de décevoir celle qui t'a demandé d'intervenir.

- La question qui se poserait si la pratique de la magie existait serait "Comment est-ce possible de ne pas être au courant que cette communauté existe ?" et un autre questionnement qui suit naturellement toute chose inconnue pour l'être humain "Faut-il en avoir peur ?". Avez-vous des avis à ce sujet ?

Peut être que la question de base d'un moldu qui entend parler de magie, ce serait plutôt "comment on l'utilise ?", ou "qu'est ce que c'est réellement ?". Mais ça ne servirait pas tellement le débat. Et en plus tu saurais pas quoi répondre. Alors tu vas éviter de te lancer sur un terrain trop glissant. Regard vers l'homme blond, comme pour voir à sa réaction si c'est bien ce qu'elle attend ou non de toi. T'as clairement besoin de son aide, parce que tu risques de vite plus trop savoir quoi dire. En plus, c'est difficile d'orienter un débat comme ça sans la moindre préparation. Et puis t'as rarement autant parlé à la suite. C'est pas vraiment ton truc. Tu dois faire gaffe au vocabulaire que t'emploies en plus, et à moduler un peu le son de ta voix. T'es carrément plus stressé que pour n'importe quel examen.


Apparence d'Aza:
 
Revenir en haut Aller en bas
En ligne
Contenu sponsorisé

Re: Devant la bibliothèque

Message par : Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas
Page 1 sur 1

 Devant la bibliothèque


Permission de ce forum:Vous pouvez 
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Harry Potter 2005 :: ~¤~ Londres ~¤~ :: Rues de Londres :: La Bibliothèque-

L'univers d'Harry Potter est la propriété de la Warner Bros ainsi que de J.K Rowling.
Tous droits réservés sur ce site ©Copyright HarryPotter2005. Affichage optimisé sous Firefox.