AccueilPortailFAQPublications internesRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Harry Potter 2005 :: ~¤~ Londres ~¤~ :: Rues de Londres :: La Bibliothèque
Page 2 sur 4
Devant la bibliothèque
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4  Suivant
Nyx Spero
Serpentard
Serpentard

Re: Devant la bibliothèque

Message par : Nyx Spero, Mar 1 Aoû - 12:20


Désolée pour le retard :c



La demoiselle blonde s'approcha
Ariana se nommait-elle d'après mes souvenirs
Une personne qui avait des démons intérieurs assez présents
Un peu comme tout le monde, me diriez-vous...

La jeune femme prit la parole,
Elle voulait se mêler à ce débat.
Un débat qui était inutile à mes yeux.
Pourquoi ?
Parce que quoi qu'il arrive,
Tant que le Ministère sera à la tête,
Le Secret Magique demeurera présent.
Sorciers, Moldus.
Quoi bon penser ?

C'était au tour de l'autre Monsieur de prendre la parole,
Se contentant de faire des métaphores sur des objets moldus.
Plutôt intéressant,
Plutôt bien trouvé.
A la fin,
Nous ne voyons seulement ce que nous souhaitons voir.
Si nous fermons les yeux,
Nous ne voyons plus rien.
Si nous les ouvrons,
Nous voyons un Monde.
Un Monde ayant ses secrets.

Je ne disais toujours rien,
Et me contentais d'écouter sagement.
Le jeune homme reprit la parole.
Des paroles qui avaient l'air si sage,
Mais, qui à la fin ne l'était pas plus que ça.
Reprenant les propos de chacun,
Il expliquait cela à sa manière et de son point de vue.

Le deuxième point m'arracha un sourire.
Un monde utopique disait-il.
C'était le cas oui.
Ce genre de vision était utopique,
Egalité et Tolérance...
Ces deux choses dans un même monde était beaucoup trop à demander
Il y avait toujours quelque chose pour faire défaut
Un monde ne pourrait jamais être parfait
Même en tuant toutes les personnes faisant défaut...
S'accommoder de ce que l'on a déjà.

- Votre vision du monde est bien utopique. Un monde parfait n'existera jamais, il y aura toujours des gens pour s'opposer à cela. Egalité et Tolérance vous dites ? Vous êtes bien ambitieux. Certes, je suis pessimiste, mais l'utopie n'est pas pour moi. L'Homme est une créature assez bizarre. Toujours à vouloir plus. Pensez-vous que si les sorciers existaient, il y aurait vraiment égalité et tolérance entre les personnes ayant dépourvu de pouvoir et ceux qui en auront ? Certaines communauté ne peuvent pas interagir ensembles, même si elles font leur possible pour.

Je fis une petite pause.
Je ne savais pas vraiment où je voulais aller,
Les paroles se libèrent de nouveau.

- Mais... oui. Si les sorciers existaient vraiment, imaginant que cet échange se passerait bien, ça serait intéressant d'en découvrir plus. Un monde inconnu s'ouvrant. La découverte. C'est un concept intéressant. Mélangeant toutes les connaissances, améliorant le monde. Point de vue utopiste. Mais je reconnais que ça serait l'idéal.

Un monde utopique,
Où tout irait pour le mieux,
Sans Problèmes,
Sans Guerres.
Soupire.
Ce débat n'était pas fait pour moi,
Vision Utopique se mélangeant à Vision Pessimiste.

- Je vous laisse continuer se débat sans ma présence, qui vous manquera sûrement. Bonne journée à vous.

Ton joueur.
Petit sourire.
Je salua tout le monde,
Avant de tourner les talons.
Un Débat qui commençait à devenir intéressant,
Un Débat auxquels que je ne voulais pas réfléchir.
Peur qu'ils aient raison ?
Peut-être oui...
Le Changement était inquiétant,
Ainsi que le Monde dans lequel nous sommes.
Pas après pas,
J'avançais sans voir,
Réfléchissant à tout cela...



Départ de Nyx, merci à vous !
Revenir en haut Aller en bas
Ariana Hastings
avatar
Serdaigle
Serdaigle
Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Re: Devant la bibliothèque

Message par : Ariana Hastings, Mar 1 Aoû - 21:43


L'inconnu, le premier, celui qui avait fait signe à Ariana de les rejoindre, prit la parole juste après elle, et ses paroles touchèrent juste, exactement où la jeune fille aurait voulu aller si elle avait poussé la réflexion un peu plus loin.

« Des choses inexplicables, la technologie n’en fait-elle pas tous les jours ? Simplement, on oublie de les regarder, en regardant un téléphone on voit un écran, on oublie tous les embranchements qui sont dedans, et si on faisait la même chose face à la vie ? S’il y avait une magie que l’on a oublié de voir ? Je crois que l’on s’est habitués à voir beaucoup de choses. La guerre par exemple, ou la mort, on voit les vies humaines comme des statistiques, je ne vois pas pourquoi on prêterait plus d’attention à la magie qu’au reste, je pense qu’un premier pas hors de la cécité, c’est d’admettre les limites de notre connaissance. »

Ariana hocha la tête avec un petit sourire. Elle ne savait pas qui était cette personne, mais elle aimait sa façon de penser. L'organisateur enchaîna, résumant leurs propos de manière assez grossière. Il semblait hésitant, stressé, comme si cette "soirée litté" était son premier oratoire public et qu'il avait été jeté dans la fosse aux lions sans arme pour se défendre.

« Serait-ce vraiment utopique de considérer qu'une société ne peut fonctionner que si chaque personne tient la place qui est réellement la sienne ? Que tous peuvent vivre ensemble ? Et que les ignorants et les intolérants sont ceux qui n'y ont pas leur place ? »

Non, ce ne serait pas vraiment utopique, et Ariana savait, pour avoir vécu avec sa propre mère et maintenant avec Meredith, que certains moldus peuvent accepter les sorciers sans problème, sans jalousie, et sans peur, et un monde dans lequel moldus et sorciers vivraient ensemble dans la paix et l'harmonie semblait idéal, mais elle n'était pas certaine que tout le monde – sorciers et moldus confondus – étaient prêts pour ça. Ces mots ne furent cependant pas ceux qui touchèrent la jeune fille le plus, non, c'était la phrase « Nulle communauté ne devrait avoir à se cacher, avoir peur de montrer sa vraie nature, ce qu'elle est au plus profond d'elle-même. » qui tournait en boucle dans sa tête. Avoir peur de montrer sa vraie nature, ce qu'elle est au plus profond d'elle-même… Elle entendit à peine les dernières paroles de Nyx, elle la vit juste s'éloigner du coin de l’œil, leva la tête pour la suivre du regard, et se retourna vers le reste du groupe.

« Ce débat sur la magie n'est-il cependant pas qu'une excuse ? » s'entendit-elle dire doucement, sans être trop sûre où ça allait la mener. « Vous parlez de ne plus se cacher, de se dévoiler, "de sortir de la cécité", mais, en fin de compte, que l'on soit sorcier ou non, que la magie existe ou pas, l'important n'est-il pas de se découvrir soi-même et de s'accepter soi-même avant d'accepter son voisin ? Nous parlons là, tous ensemble, un groupe d'inconnus, je ne connais pas vos noms, vous ne connaissez pas le mien, et pourtant nous partageons des idées sans juger. Si ça se trouve l'un d'entre vous est un meurtrier ou un fugitif en cavale, ou peut-être que je suis la hors-la-loi du groupe, qui sait ? Que sait-on vraiment sur la personne qui se tient à nos côtés ? Et que sait-on vraiment sur soi-même ? Je parle de meurtre et de crime sans même savoir si je serais capable de commettre de tels actes. Je ne suis même pas sûre de savoir qui je suis vraiment ! Pour reprendre ce qui a été dit "en regardant un téléphone on voit un écran, on oublie tous les embranchements qui sont dedans". Ne fait-on pas la même chose avec soi-même ? Et avec toutes les personnes autour de nous ? »

Elle avait parlé d'une traite, prenant à peine le temps de respirer, elle n'était plus très sûre de ce qu'elle avait dit, de ce qu'elle avait voulu dire, de où elle était arrivée, ni même de ce qu'elle faisait là. Après tout, ne venait-elle pas de dire que ce débat était futile ?
Revenir en haut Aller en bas
Lizzie Bennet
avatar
Personnel de Poudlard
Personnel de Poudlard
Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Manumagie (Niveau 1)
Loup-garou


Re: Devant la bibliothèque

Message par : Lizzie Bennet, Lun 28 Aoû - 20:59


#MM87rpz

— Elle se contenterait d'être, aux yeux de tous, au savoir de tous.


Cette phrase, toute simple, fit naître une panique dans ton esprit. Une interrogation que tu t’étais posée, il y a longtemps, mais que d’autres préoccupations avaient fait refouler. Y avait-il des parts de la magie que les moldus pouvaient maitriser ? Les potions, par exemple ? La majorité des potions ne nécessitaient pas de baguette magique, simplement les bons ingrédients.

Mais au XXIIe, tout s’achète. Finalement, pour eux, il ne s’agirait que de livres de recettes. Avez-vous raison de chercher à vous rapprocher d’eux ? Que se passerait-il si une multinationale décidait de produire les potions en grande quantité et de les disséminer dans des boissons ou plats moldus ?

Non. Ce n’était pas le raisonnement à adopter. Tu cherchais à te rapprocher des moldus. A comprendre comment ils pensaient, à abolir le secret, plus qu’à les tuer. Certaines vies auraient de la valeur. Comme chez les sorciers, ce serait l’âme et les actions qui détermineraient le sort des moldus. Il ne fallait pas leur prêter de mauvaises intentions avant de les connaître.

Non. Tu les connaissais. Tu avais vu ce dont ils étaient capables. Le meurtre de sang froid. Tu avais perdu ta soeur à cause de votre naïveté. Il fallait vous assurer que votre magie reste en vos mains, et vos mains seulement. Et si…

Et si quelqu’un cherchait à utiliser la magie pour alimenter la haine que les moldus avaient pour les practiciens de sorcellerie ? Si l’on vous faisait porter le chapeau de morts et catastrophes dont vous n’étiez responsables ? A chaque crise diplomatique que les experts ne sauraient expliquer, accuser les sorciers. C’était facile. Trop facile. Se regrouper autour d’un ennemi commun…

87, tes peurs n’ont pas de sens. Ils ne seront jamais capables d’instrumentaliser votre magie. Ils ne peuvent utiliser de potions sans pouvoirs magiques. C’est aussi simple que ça. Un livre ne suffira à leur apprendre cela ; l’acquis ne peut exister sans l’inné.

En es-tu sûre ?
100% sûre ?
Miserais-tu ta vie dessus ?

Et si c’était vrai, s’ils ne pouvaient l’utiliser directement… Cela ne les empêche pas de torturer quelques sorciers pour obtenir qu’ils se salissent les mains.

Et alors ? Le Ministère fait pire, à chaque instant. Ce n’est pas une peur des moldus qui t’anime ; c’est une crainte du système, du pouvoir. Des autorités usurpées et des avides de puissance.

87, tu ne sais plus ce que tu penses. Et tu te rétractes dans le silence, perdue dans une boucle infernale. Une autre s’est égarée entre pessimisme et optimisme ; elle disparait du parvis de la bibliothèque, sans que tu ne parviennes à choper son nom. La blonde, elle, partait d’une vision macro à une vision micro, voire même intro. Introspection, spiritualité, bientôt elle chercherait un mentor de l’ésotérisme. Non, non et non. T’étais pas là pour ça. Se reprendre, maintenant.

Hocher la tête.
— Excuse-moi, j’connais pas ton nom ?

Silence, pour lui laisser le temps.
J’suis assez d’accord avec toi. Toute société est hétérogène, comme l’est l’esprit. Faits de facettes nombreuses, souvent méconnues… Mais c’est précisément en les aidant à se rencontrer que l’on avance, non ? C’est pour ça qu’existe la psychothérapie et tout ça ?

Ne pas trop s'avancer. Tu n'es pas là pour ça. Tu es là pour repérer qui pense quoi, et faire bouger les idées. Chaque tsunami a commencé par une vague, et chaque vague par une goutte d'eau. Aujourd'hui est une goutte d'eau. Laissons-la appeler ses copines. Demain, demain, tout pourrait basculer.

les incorrigibles optimistes
Revenir en haut Aller en bas
En ligne
Azaël Peverell
avatar
Serpentard
Serpentard
Spécialité(s) : - Permis de Transplanage
- Animagus : Chien-loup Tchécoslovaque


Re: Devant la bibliothèque

Message par : Azaël Peverell, Mer 20 Sep - 15:11


Nyx parle d'utopie. C'est vrai. C'est sûrement utopique de se dire que les deux mondes parviendront à exister l'un avec l'autre si les moldus ont conscience de l'existence des sorciers. Mais ça vaut le coup d'essayer. Il y aura sans doute une guerre, ou au moins de sacrés conflits. Les sorciers sont moins nombreux, et donc risquent de perdre. Mais c'est sans compter les moldus qui seront à vos côtés, et qui défendront votre monde. Le combat peut être équilibré à tes yeux. Il faut simplement que quelqu'un se décide à le mener. Nyx se barre. Bon débarras. Tu ne t'embarrasses même pas à la saluer.

Et l'autre commence à dévier le sujet en plus. Voilà qu'il n'est même plus question de vivre entre sorciers et modus sans secret magique pour vous séparer, mais bien d'un vivre ensemble général. Vivre avec l'autre, vivre avec soi-même. Sans même tout savoir, sans même tout connaître. Faire confiance. Ouais, c'est bien mignon tout ça, mais t'es pas trop sûr que les mangemorts te demandent de faire de la psychologie. Surtout que c'est pas du tout ton truc. Le vivre ensemble de base, t'as juste envie de lui cracher à la gueule. Et puis tu te rends compte que c'est finalement exactement de quoi il retourne. Vivre ensemble, entre sorciers et moldus, malgré vos différences et tout ce qui pourrait vous faire vous entretuer.

T'es pas trop à l'aise pour rebondir là dessus. Tu ne sais plus trop quoi dire. Et puis, s'ils ont envie de parler entre eux, grand bien leur fasse, tu vas pas non plus t'amuser à jouer au médiateur et au meneur de débat pendant trois plombes. T'es pas doué pour ça. Pour parler en général. Alors tu te contentes de montrer que t'es bien là avec un léger sourire et quelques hochements de tête, en mode mec hyper intéressé, qui suit le débat avec attention, et qui est tellement fier des deux intervenants qu'il préfère les laisser se débrouiller entre eux. T'en profites pour feuilleter quelques bouquins. Il y en a qui parlent du secret magique, d'autres de chasse aux sorcières. En gros, il y a toutes les interactions que les moldus ont pu avoir avec la magie au cours du temps. Tu finis par reprendre la parole.

- Bien évidemment, je suis très heureux de voir que ce sujet vous intéresse à ce point. Plusieurs ouvrages sont à votre disposition si vous souhaitez les consulter. Mais continuer le débat est tout à fait possible, vous choisissez ce qui vous convient le mieux !

T'as failli dire que tu restais à leur disposition si ils avaient des questions. Sauf que t'aurais sans doute jamais eu les réponses, alors t'as préféré éviter. En fait, tu commences à te sentir vraiment très mal à l'aise ici. T'as besoin d'un coup de main, qu'on t'aide à t'en sortir. Ou tout simplement qu'on te dise que tu peux te barrer, que t'as bien fait ton job, et que quelqu'un d'autre va prendre le relais. Regard insistant vers 87. Un coup de main par ici ?
Revenir en haut Aller en bas
Lizzie Bennet
avatar
Personnel de Poudlard
Personnel de Poudlard
Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Manumagie (Niveau 1)
Loup-garou


Re: Devant la bibliothèque

Message par : Lizzie Bennet, Mer 25 Oct - 14:23


(les geeens ? vous êtes là ?)

Azaël a répondu, bref et concis. Franchement, pour quelqu’un qui y connaissait rien, il s’en sortait bien. Très bien. Il faudra le dire à 67, que notre petit progresse. S’améliore. C’est du beau travail, au vu de l’improvisation.

Tu as ignoré son appel à l'aide ; il fallait qu'il continue comme ça, et tu ne voulais pas surinvestir cette discussion. Tu devais rester discrète dans ton intrusion. Et puis, bientôt, le polynectar ne suffirait plus. Tic toc, crient les horloges.

Un silence s’est installé ; sans rien dire, tout le monde s’accordait un peu pour la première option, tu crois. Ou tout du moins était-ce ton cas. Tu feuilletais ces livres que tu avais placé ici quelques heures auparavant, un air de surprise absolu sur le visage.



Parfois feinte, parfois moins. Il faut dire que ça faisait longtemps que t’avais pas fait tes lectures obligatoires pour Poudlard ; respirer les vieux grimoires ne pouvait te faire de mal. Tu aimais bien inspirer la poussière des reliures. C'était une odeur assez apaisante, qui permettait de s'échapper aux rudesses du quotidien. De voguer dans un monde qui était le tien.

Noyée dans les fragrances du temps, tu oubliais.
- On peut en emprunter un ou deux ?

Question des plus innocentes.
Revenir en haut Aller en bas
En ligne
Azaël Peverell
avatar
Serpentard
Serpentard
Spécialité(s) : - Permis de Transplanage
- Animagus : Chien-loup Tchécoslovaque


Re: Devant la bibliothèque

Message par : Azaël Peverell, Jeu 2 Nov - 23:58


Une chance pour toi, plus personne ne semble vouloir continuer le débat. Encore heureux, parce que tu commençais vraiment à sécher. Quelle horreur de parler autant en public, ça ne devrait même pas être autorisé. Ou alors faudrait une formation. Pour des gens volontaires. Et autres que toi. Ouais, voilà, c'est exactement ça. D'ailleurs t'as dans l'idée que c'est un peu comme ça que ça se passe normalement. En tous cas, la présence des bouquins t'arrange grandement. 87 n'a pas franchement l'air de vouloir t'aider, préférant feuilleter les ouvrages. Et tu fais semblant d'en faire de même pendant quelques minutes, jusqu'à la question. Tu hoches la tête.

- Autant que vous voulez, il suffit de noter les emprunts !

D'où elle te vient cette idée encore ? T'as même pas un fichu stylo sur toi. Et encore moins une plume. Mais au pire, tout le monde s'en fout, pas vrai ? Surtout que le polynectar commence à dater un peu là. T'as peur de retrouver ton apparence normale. Et c'est pas franchement le bon moment pour ça. D'ailleurs, tu sens déjà que tu rapetisses un peu. Alors tu esquisses un sourire que tu veux gêné envers le Mangemort.

- Je vais chercher ce qu'il faut pour tout noter, je reviens !

Et te voilà qui disparaît dans la bibliothèque. Direction les toilettes, aussitôt. Et tu fais bien. Parce que t'es à peine rentrer dans une cabine que la transformation s'effectue complètement. Lorsque tu ressors, c'est bien toi que tu peux observer dans le miroir. Plus moyen de te montrer comme ça devant tout le monde. Alors tu vas juste te barrer tranquillement comme si de rien n'était. T'arranges au maximum les fringues pour ne pas que ça se voit trop qu'elles sont trop grandes, et tu retournes dans la rue, sortant de la bibliothèque comme si de rien n'était. Tu lances juste un regard à 87. Pour lui faire comprendre que tu ne fuis pas volontairement. Et tu retournes dans ta ruelle pour récupérer tes propres fringues et ton skate. En espérant avoir fait tout ce qu'il fallait.


Fin du RP pour moi
Revenir en haut Aller en bas
Lizzie Bennet
avatar
Personnel de Poudlard
Personnel de Poudlard
Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Manumagie (Niveau 1)
Loup-garou


Re: Devant la bibliothèque

Message par : Lizzie Bennet, Ven 1 Déc - 23:58


Ma main s’affine et je porte discrètement mes lèvres au goulot. On ne voudrait pas se retrouver en fâcheux démasquage, si ? On est plus malins que ça. Enfin, je crois. En tout cas, on a assez de flasques, et c’est déjà pas mal. Un petit remuage de manteau m’indique pourtant que c’était la dernière. Il ne faudra pas trainer. Après l’heure, c’est plus l’heure, et je veux pas retourner en prison.

Pour ma défense, ça n’avançait pas. Les autres ne faisaient rien. Ne disaient rien. Les moldus de ce siècle manquent clairement d’humour. Toute une panoplie de blagues à faire sur les grimoires et les nez crochus, et ils s’en privent ? Est-ce que les blagues contre les sorcières sont vues comme discriminatoires aujourd’hui ? Merdum, non, cela nécessiterait d’admettre qu’elles existent ! Et comme on est pas là, bah, on s’en fout.

Bref, la bien-pensance n’est pas leur excuse aujourd’hui. Ils sont juste fades et fatigués. Quelle déception. J’feuillette les livres que j’avais préparé, mais que voulez vous. J’aime pas trop lire. Y a bien des folies sur un archipel maritime magique qui me tapent à l’oeil, cependant je n’arrive pas à convaincre mes voisins moldus de bouquiner avec moi. C’était le but pourtant. Enfin, Azaël a bien donné son autorisation, on peut emprunter les copies tant que c’est noté. Tu vois, ça vient, l’improvisation. Oh la la, mon bébé grandit.

Par contre, quand je vois Azaël la jouer « discretos » en sortant avec son apparence de la bibliothèque, je comprends qu’il est clairement temps que je prenne les choses en main. Pourquoi il a pas son permis de transplanage, déjà ? Je m’arrange donc pour « glisser » et me vautrer sur la table, entrainant un paquet de manuscrits à terre. Les âmes les plus volontaires m’aident à me relever tandis que le petit Serpentard disparaît loin des regards.

— J’suis désolé… Je suis terriblement maladroit.


Bien. Il est sauf. Mais je suis seule, et pas forcément saine. Déjà, j’ai failli dire maladroite. Genre c’est passé à ça. Bon, on pose le côté beau brun badass, on enfile le boulet qui fait de l’hypoglycémie, c’est déjà vachement plus facile à jouer, n’est-ce pas.

— J’crois que c’est parce que j’ai pas mangé à midi, j’manque de sucre. Je vais rentrer chez moi, mais… Bonne lecture !

Faudra repasser dans une heure pour tout remettre d’équerre. On voudrait pas avoir de souci avec le personnel de la bibliothèque non plus…

(fin de RP)
Revenir en haut Aller en bas
En ligne
Galway Lynch
avatar
Serpentard
Serpentard
Année à Poudlard : Septième année

Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Re: Devant la bibliothèque

Message par : Galway Lynch, Sam 20 Jan - 20:41


RP avec Evegeni Krasnikov

Galway était appuyé contre le mur extérieur de la bibliothèque de Londres, l’air fatigué. Ce devoir lui donnait bien plus de fil à retordre que prévu. Deux rouleaux de parchemins sur le povrebine. Ce sujet avait rapidement été abordé en cours de défense contre les forces du mal durant le cours qui avait précédé les vacances scolaires, et ce qu’il avait retenu était qu’il s’agissait d’un démon avec une grosse tête ronde et grise, toute lisse, si bien que lorsqu’il s’accroupissait, il pouvait se faire passer pour un cailloux.

Il avait trouvé cette description plutôt marrante et s’était dit que ce devoir serait relativement ludique à faire, mais il avait vite déchanté le matin même lorsqu’il s’était rendu à la bibliothèque de Londres pour le réaliser. En effet, la plupart des livres qui traitaient de ce sujet étaient écrits en russe, une langue dont Galway ne savait rien. Il y avait bien quelques mentions dans des livres en anglais, des encyclopédies sur les créatures magiques notamment, mais pas de quoi écrire deux rouleaux de parchemin.

Si encore les livres étaient écrits dans une langue avec des bases latines, comme le français ou l’espagnol, il aurait pu s’en sortir avec du courage et de la concentration, mais là en parcourant le livre il n’y avait aucune phrase, aucun mot auquel se raccrocher. Cet alphabet, une variante du cyrillique, était comme une barrière infranchissable. Et les images et schémas qui les peuplaient, quand Galway arrivait à peu près à leur donner un sens, ne suffiraient pas et surtout c’était une tactique trop risquée, il y avait beaucoup de chances qu’il puisse mal interpréter un schéma sans lire le texte qui était associé.

Sa seule chance était peut-être un sortilège de traduction. Il n’en connaissait pas et n’était même pas sûr qu’il en existait, mais il pourrait au moins chercher dans les rayons de la bibliothèque. Pour le moment il avait besoin d’une pause. Il était donc sorti de la bibliothèque avec deux livres sur les povrebines sous le bras, et mangeait quelques patacitrouilles en regardant les moldus pressés défiler devant lui.
Revenir en haut Aller en bas
L'auteur de ce message est actuellement banni du forum - Voir le message
Galway Lynch
avatar
Serpentard
Serpentard
Année à Poudlard : Septième année

Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Re: Devant la bibliothèque

Message par : Galway Lynch, Lun 5 Fév - 13:48


Je t'ai mis une couleur, dis-moi si elle ne te convient pas que j'édite

-Бы габарите по русский ?

Galway allait manger une autre patacitrouille lorsqu'il entendit une voix parler dans une langue étrangère dont il ne comprenait rien. Il regarda en direction de la provenance de ce son étrange et vit un homme de petite taille, un peu plus âgé que lui et avec des cheveux longs qui le regardait. Il en déduit donc que la personne s'adressait à lui. C'était sa journée décidément, d'abord un devoir avec des livres écrits en russe uniquement, puis une personne qui s'adressait à lui dans une langue étrangère. Il mit un peu de temps avant de bafouiller:

-Je suis désolé monsieur, je ne comprend pas votre lan...


Il s'interrompit lorsqu'une idée lui vint à l'esprit. Peut-être que cette personne ne s'adressait pas à lui par hasard? Peut-être qu'elle l'avait vu trainer dans les rayons en langue russe de la bibliothèque ou qu'elle avait simplement remarqué le livre sous son bras, et qu'elle en avait déduis qu'il était un compatriote?

-Je... attendez vous parlez russe? C'est du russe que vous venez de prononcer? Est-ce que... Est-ce que vous comprenez l'anglais?
Revenir en haut Aller en bas
Lara Wind
avatar
Gryffondor
Gryffondor
Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Métamorphomage


Re: Devant la bibliothèque

Message par : Lara Wind, Dim 8 Avr - 14:48


La fille adoptive


PV Elly Wildsmith
1 mois sans réponse, je pique le sujet ! Me MP si soucis Smile
LA d'Elly et elle a le mien


Il y a quelques jours, Lara avait reçu une lettre. Une lettre troublante d'Elly Wildsmith, une vieille amie de sa mère adoptive puisque les deux femmes s'étaient côtoyées pendant leur scolarité à Poudlard. De ce que la Gryffondor savait, Alicia appréciait beaucoup Elly mais également qu'elle avait été Chef des Aurors : une personne, en apparence, digne de confiance. Toutefois, même s'il s'agissait d'une connaissance d'Alicia, Lara restait méfiante depuis que sa mère avait décidé de disparaître de la circulation. Seule Lara savait où elle se cachait et les raisons qui l'avait poussée à disparaître. La jeune fille comptait donc bien tenir sa langue.

Ainsi, une grande hésitation avait fait place dans l'esprit de la lionne : devait-elle se rendre à ce rendez-vous ? Ou faire comprendre à la Poufsouffle que tout ceci ne la concernait pas ? Néanmoins, Lara était curieuse de savoir à quoi ressemblait Elly Wildsmith et connaître ses véritables intentions quant à sa recherche d'Alicia. L'ancienne Poufsouffle semblait sincère dans sa lettre mais rien ne prouvait à la Gryffondor qu'elle l'était. La seule manière de le savoir était donc de se rendre au point de rendez-vous donné, c'est-à-dire la bibliothèque de Londres. Si Alicia le permettait...

Quelques jours plus tard...

Tenant fermement sa veste, Lara se dirigeait vers la bibliothèque de Londres. Alicia avait accepté que la Lionne rencontre Elly, n'estimant pas qu'elle représentait un potentiel danger. Il allait maintenant falloir le vérifier et Lara se demandait comment la discussion allait tourner : beaucoup de questions de la part d'Elly allaient peut-être restées sans réponses mais au moins, elle aurait vu qui était l'enfant que son ancienne amie avait adopté. Arrivée sur le perron de l'imposante bâtisse qu'était la bibliothèque Londonienne, Lara aperçue une très belle jeune femme qui semblait attendre quelqu'un et se décida à l'aborder. « Miss Wildsmith ? Je suis Lara Wind. » Petit sourire pour engager la conversation et faire comprendre qu'elle n'était pas hostile à une conversation.
Revenir en haut Aller en bas
Elly Wildsmith
avatar
Personnel de Poudlard
Personnel de Poudlard
Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Animagus (Renard de Magellan)
Legilimens


Re: Devant la bibliothèque

Message par : Elly Wildsmith, Mar 10 Avr - 22:56


Alicia avait une fille. Dans le tombeau des découvertes étonnantes et étranges, celle-ci occupait une très bonne place. Si la jolie blonde au sourire ravageur avait été une amie, elle ne t’avait néanmoins pas confié ce fait, ni les raisons de sa soudaine disparition. C’était la deuxième à disparaitre de la sorte. Cela te rappelait vaguement tes recherches sur Valentina Boccini, qui t’avait mené à la découverte de cette nièce. Et puis, désormais, Alicia, avec cet enfant prénommée Lara. Les choses te semblaient si étranges, si étrangères également. L’amie que tu avais connue ne t’avait pas confié ce secret, qu’avait-elle bien pu cacher également ?

Tu attendais, comme convenu, devant la majestueuse bibliothèque de Londres. Tu ne savais pas si elle viendrait ou non. Peut-être ne voulait-elle pas remuer le passé ? Peut-être avait-elle d’autres choses à faire ? Après tout, à 17 ans on est bien loin de ce genre de secret familiaux – enfin ça, c’était ton idée et tes idées étaient relativement préconçues du fait de tes propres expériences.

Après quelques minutes d’attente, une jeune fille brune s’approcha de toi « Miss Wildsmith ? Je suis Lara Wind ». Quelques secondes de latence où tu observes la jeune fille comme si elle était un fantôme sortie du passé – peut-être était-ce le cas ? Tu n’en savais rien après tout. « Miss Wind, je suis ravie que vous soyez venue ». Sourire sincère car ton propos l’était. T’ignorait tout de la jeune fille, de son passé, du pourquoi sa mère n’avait pas parlé d’elle, et surtout, du pourquoi elle était partie.

« Souhaitez-vous que vous allions dans un café moldu histoire d’être au chaud ? » ce n’est pas qu’il faisait froid, mais il y avait une sorte de léger vent frais. Cela qui vous hérissent le poil des bras ou vous fait frissonner l’échine. Et tu n’aimais pas cela. Qui plus est, vous seriez mieux devant deux chocolats ou deux cafés – selon les gouts de la jeune fille. En tout cas, ça te semblait être plus sympathique pour discuter mais tu te plierais à ses envies.
Revenir en haut Aller en bas
En ligne
Lara Wind
avatar
Gryffondor
Gryffondor
Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Métamorphomage


Re: Devant la bibliothèque

Message par : Lara Wind, Mer 11 Avr - 9:27


La fille adoptive


Bien qu'elle paraissait sereine derrière son sourire, Lara ne l'était pas. Certes, son sourire était sincère mais la jeune fille appréhendait beaucoup la suite des événements et les questions qui allaient lui être posés. La Gryffondor était obsédée par l'idée de trahir sa mère et de révéler à Elly où celle-ci se cachait. Tout du moins, en donner des indices. Ainsi, tant que la jeune fille n'aurait pas une totale confiance en son interlocutrice, il allait falloir la jouer fine. Il allait falloir espérer que l'ancienne Poufsouffle n'était pas Legilimens mais, quand bien même elle ne le serait pas, Elly avait été Auror. Dans la discussion à venir, cela être un atout considérable car Lara était persuadée qu'elle avait gardé ces vieux réflexes d'Auror et qu'elle était tout à fait capable de mener la 7ème année là où elle voulait. Tout ceci n'était que supposition évidemment, il allait falloir analyser maintenant.

La jeune femme lui rendit son sourire et semblait réellement "contente" de voir que Lara était venue. En effet, la jeune fille n'avait jamais répondu à sa lettre, ne voyant pas quoi lui répondre. Et, il fallait l'avouer, cela lui avait plu de laisser le doute sur sa possible venue même si c'est quelque chose la turlupinait : comment avait-elle su pour son adoption ? Certainement en fouillant les dossiers concernant Alicia Wind, surtout que celle-ci avait travaillé quelques années au Ministère de la Magie. Cela avait dû faciliter la tâche à l'ex-Auror, quand bien même elle n'avait pas dû avoir accès à certains rapports, notamment sur ces activités précises au sein du Département des Mystères.

Frissonnant légèrement avec la petite brise qui s'introduisait dans ses vêtements, Lara fut soulagée quand Elly proposa d'aller s'installer à l'intérieur d'un café moldu. La perspective d'un chocolat chaud n'était pas de refus vu le temps qui se couvrait et elles seraient plus à l'aise pour discuter, surtout que Lara connaissait un très bon café à deux pas de la bibliothèque. « Oui bien sûr, vu le temps, nous serons plus à l'aise pour discuter. Le café juste en face est super ! » Ledit café, Lara y allait souvent avec sa mère quand celle-ci n'avait pas choisi de disparaître de la circulation. Plutôt accueillant, le lieu était décoré avec beaucoup de plantes et était lumineux. Ouvrant ainsi la marche jusqu'au café, la jeune fille partit s'installer à une table loin de toutes oreilles indiscrètes, attendant que son interlocutrice arrive. Une fois cela fait, il était temps pour Lara de poser la question qui l'obsédait depuis le début « Avant de vous parler de ma mère, je voudrais savoir comment vous avez découvert notre lien ? »

Revenir en haut Aller en bas
Elly Wildsmith
avatar
Personnel de Poudlard
Personnel de Poudlard
Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Animagus (Renard de Magellan)
Legilimens


Re: Devant la bibliothèque

Message par : Elly Wildsmith, Lun 16 Avr - 22:39


L’endroit choisi était parfait. Un petit café moldu pas trop bondé où tu pourrais discuter en toute tranquillité avec la jeune fille. Vous étiez tout juste installées que la première question fusa. Et tu étais intriguée, car il ne s’agissait pas d’une de tes questions mais bien d’une interrogation de la part de la jeune fille. Elle voulait savoir comment tu avais découvert leurs liens. La réponse fut simple et tu ne mis guère longtemps à lui dire « J’ai fait partie du Ministère. Il était aisé de fouiller dans les différents dossiers. Surtout que Licia y a travaillé un certain temps ». Tu restais évasive, parce que t’avais pas envie qu’on vienne à se poser des questions sur le pourquoi tu fouillais tant d’archives. Tant de dossiers. C’était déjà suffisamment compliqué ainsi.

« Licia a subitement disparue en même temps qu’une autre personne, qui travaillait également au Ministère ». C’était trop suspect pour ne pas être lié, n’est-ce pas ? Enfin, t’en savais rien, t’y avais été au feeling. Et ça avait donné ça, une fille, dans un dossier. Un nom commun et tu avais lancé la machine. C’était impressionnant, cette faculté que tu pouvais avoir à décuplé tes forces dès lors qu’ils s’agissaient d’amis. Et Alicia était une amie chère, tu le savais, tu l’avais toujours su. Sa disparition t’avait laissé un gout amer, étrange. T’étais restée perplexe. Et tu l’étais toujours un peu devant Lara.
Revenir en haut Aller en bas
En ligne
Lara Wind
avatar
Gryffondor
Gryffondor
Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Métamorphomage


Re: Devant la bibliothèque

Message par : Lara Wind, Mer 18 Avr - 13:42




La réponse à sa question n'étonna pas Lara et confirmait ce qu'elle pensait depuis le début. Elly avait été Auror et elle l'était encore quand Alicia avait décidé de disparaître. Néanmoins, cela faisait sourire Lara de voir la persévérance d'Elly face à la disparition de sa mère. Elles devaient être très amies à une certaine époque pour que les choses se produisent ainsi. Toutefois, Lara était déterminée à ne rien dire sur la cachette de sa mère tant que l'ancienne Poufsouffle ne lui aurait pas expliqué précisément ce qu'elle attendait d'elle.

L'information qui suivi intrigua Lara : une autre personne qu'Alicia avait disparue en même temps qu'elle. Elly devait peut-être se demander si les deux disparitions étaient liées mais non. Ou du moins, la 7ème année n'en avait pas connaissance. Peut-être qu'Alicia en saurait plus ? Il faudra qu'elle pense à l'interroger sur cela quand elle la reverra.

Avant de reprendre la parole, la jeune fille commanda deux boissons chaudes et des biscuits pour rendre l'ambiance et la discussion plus agréables. Souriant quand la serveuse revint avec ce qu'elle avait commandé, Lara adressa un sourire à Elly « Je vois... Qu'est-ce vous attendez de moi précisément ? Oh et je paierai l'addition, ne vous préoccupez pas de ça. »
Revenir en haut Aller en bas
Elly Wildsmith
avatar
Personnel de Poudlard
Personnel de Poudlard
Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Animagus (Renard de Magellan)
Legilimens


Re: Devant la bibliothèque

Message par : Elly Wildsmith, Mar 24 Avr - 23:47


Vous étiez installées, l’une face à l’autre dans ce petit café moldu qui n’était absolument pas rempli, ce qui serait parfait pour vous permettre de parler en toute tranquillité. Et si jamais quelques oreilles indiscrètes traînaient il suffirait d’un petit sortilège et ce serait de l’histoire ancienne. Mais personne aux alentours ne semblaient se préoccuper de votre rencontre ou de vos dires, et c’était tant mieux.

Lara passa commande auprès d’une serveuse tout à fait charmante qui revint rapidement avec un plateau chargé des boissons et des victuailles. Peut-être cela faciliterait-il vos échanges, après tout ? Lorsque la jeune fille te dit qu’elle veut régler la commande, tu te contentes d’hocher la tête de gauche à droite, tout en remettant à plus tard la discussion sur l’addition « Nous verrons cela plus tard ».

Puis, te revint la question. De savoir ce que tu attendais précisément d’elle. C’était flou, tu ne savais pas trop. Peut-être, simplement, qu’elle te rassure ? Savoir Licia en vie peut-être ? Savoir que sa vie avait continué, qu’elle menait l’existence dont elle rêvait, rien de plus ? Tu ne savais trop. Mais cette disparition soudaine, accompagnée de celle de Valentina Boccini, c’était beaucoup. « Je n’attends rien de toi Lara – tu permets que je te tutoie ? Tu peux bien entendu en faire autant hein ». Sourire et clin d’œil de circonstance.

« Cela te parait sans doute assez … déplacé, ou incroyable … je ne sais pas ? Mais je me fais du souci pour Alicia. Je veux juste savoir si … elle va bien ? Elle est bien ? Partir comme cela ce n’est pas … habituel ? ». Voilà qui était dit. Peut-être que la jeune fille se fermerait, peut-être que tu n’en apprendrais pas davantage. Ou peut-être que si, justement. Tu saurais que ta vieille amie allait bien, et peut-être que cela tranquilliserait ta conscience.
Revenir en haut Aller en bas
En ligne
Contenu sponsorisé

Re: Devant la bibliothèque

Message par : Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas
Page 2 sur 4

 Devant la bibliothèque

Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4  Suivant

Permission de ce forum:Vous pouvez 
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Harry Potter 2005 :: ~¤~ Londres ~¤~ :: Rues de Londres :: La Bibliothèque-

L'univers d'Harry Potter est la propriété de la Warner Bros ainsi que de J.K Rowling.
Tous droits réservés sur ce site ©Copyright HarryPotter2005. Affichage optimisé sous Firefox.