AccueilPortailFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Harry Potter 2005 :: ~¤~ Londres ~¤~ :: Rues de Londres :: La Bibliothèque
Page 1 sur 1
La Maison des Langues
Maître de jeu
avatar
PNJ
Arbitre neutre
Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


La Maison des Langues

Message par : Maître de jeu, Lun 10 Avr - 22:14:07


Comme dans toute bibliothèque qui se respecte, une section propre aux langues existe dans la Bibliothèque sorcière de Londres. Se nommant "La Maison des Langues", vous la trouverez au troisième étage. Composée de dictionnaires en tous genres, d'ouvrages de référence sur les différentes langues du monde, de monographies variées, de traités, etc., cette partie de la bibliothèque fera très certainement des heureux, et en particulier les élèves de Poudlard pour leurs recherches extra-scolaires ! Vous pourrez étudier en prenant place à une table ou sur un des poufs se trouvant à disposition. Attention cependant à ne pas troubler la tranquillité des autres lecteurs ainsi que des membres du personnel. Silentium est aureum.
Revenir en haut Aller en bas
Lizzie Bennet
avatar
Responsable RPGPoufsouffle
Responsable RPG
Poufsouffle
Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Manumagie (Niveau 1)


Re: La Maison des Langues

Message par : Lizzie Bennet, Dim 11 Juin - 16:57:19


Suite de WEG PV Jean / LA mutuels accordés

La nuit avance et nos pas incertains
Gravissent des pavés où la pisse suinte
Pourtant les rires quittent nos lèvres
Pour un instant — on est libres

On parle de tout et rien mais un truc dans ton regard
Capte mon attention plus qu'il le devrait
Pour une nuit j'oublie
Que tous les gens sont danger
Et qu'un Jean ne peut qu'être pire

Ça m'a prise comme un coup de soleil
J'étais imprudente plongée dans les mauvaises musiques
Et les sentiments m'ont frappée martelée
Marquée

Une ouverture s'est faite
Pour toi
Malgré moi

Ça ne durerait pas j'm'y connais en plomberie
Je ne laisserais près de mon âme approcher les ongles d'autrui

Mais pour l'heure des plaques rouges me cinglent la peau
Elles me rappellent
Que je suis petite
Que je suis impuissante
Que les sentiments ne se commandent pas
C'est un mensonge pourtant

On a transplané bras dessus bras dessous
Dans un coin que d’autres auraient jugé inapproprié
Mais qui ne l’était pas tant si on prête attention
« Maison des Langues » — tout est dans le titre
Au troisième étage, pour le 8 incomplet
J'ai ri, sans vraiment prendre le temps d'expliquer
Mais si j'expliquais ce qu'il se passe en ma tête
En permanence
Je finirais sans doute à l'asile

Je saurais pas vraiment le justifier tu sais...
Tout semblait être voué à ce que
Nos deux silhouettes éméchées se perdent entre les bouquins
Des allées de savoir auxquelles on ne prête pas la moindre attention

Je finis par m'arrêter, m'adosser contre l'une des étagères
Mi-douce mi-sensuelle je m'approche de ton oreille
— ... Tu te sens comment ?

J’voulais pas aller trop vie, te faire peur
Il fallait te laisser le temps, voir ce que tu voulais ou non
C'est presque avec douceur
J’ai attiré ta main en direction mon sein
De blanc et noir zébré

Je suis un être de plumes et de suie
Je suis mort et vie
Can you tame me?
Revenir en haut Aller en bas
En ligne
Jean Parker
avatar
Modération GSerpentard
Modération G
Serpentard
Spécialité(s) : Permis de Transplanage


Re: La Maison des Langues

Message par : Jean Parker, Ven 16 Juin - 1:43:51


Les sensations s'envolent
Laissant place à un doute incertain
Le mélange de démons entremêlés déliant langues et esprit courroucés avaient permis d'être ici avec elle maintenant. Les doigts entremêlés dans les siens pour plus de stabilité et d'assurance au moment de traverser l'espace et le temps pour se rendre à un endroit reculé.

Ses yeux semblaient dénoncer une réalité modifiée par tout et n'importe quoi. Elle semblait sauvage, presque bestiale avec sa peau zébrée. Les choses tournaient de plus en plus vite et de plus en plus fort, la tension et la pressions rendaient les palpitations de son coeur puissantes à en rompre.

Elle était belle.
Elle semblait comme elle même, mi femme mi bête.

À quoi cela rimait tout cela ?
À foncer à corps perdu vers quelque chose non quantifiable, vers un instant intemporel porté par la sérénité de la nuit.
Des etres passent devant eux, les observent, les jugent. Ils semblent présents dans une réalité que Jean semblait avoir atteint apres un mélange nocif de demons plus variés les uns que les autres.

Elle l'emmène jusqu'à un bâtiment, mais ou ?
Perdus.
Loin de tout, loin des hommes, comme si ils fuyaient l'obscurantisme dans cet univers décalé.
Elle semblait sûre d'elle donc autant la suivre, autant suivre cet animal qui semblait moins perdu que lui.

La bibliothèque. Un endroit où personne ne viendrait la déranger, ou seuls leurs plaisirs charnels pourraient etres assouvis en toute quiétude.
Suivant la jeune femme, le sorcier put contempler une réalité différente que celle qu'il avait pu connaître étant élève, comme si tout le savoir, comme si toutes ces connaissances résonnaient dans son crâne au fur et à mesure que les ouvrages passaient devant ses yeux.
D'un coup ils s'arrêtèrent net au milieu de rayons perdus, ce serait ici. Se rapprochant d'elle, le sorcier se laissa aller, acceptant de se laisser emporter.

... Tu te sens comment ?

Bonne question.
Il y avait un mélange de peur, d'incompréhension, essayant de comprendre ce qui pourrait se passer.

Ca va...

Prenant la main du sorcier, la jeune femme le mit en confiance, permettant au sorcier de se détendre peu à peu. C'était agréable. Un contact humain avec cette personne qu'il avait l'impression de connaître jusqu'aux tréfonds de son esprit, et à la fois qui lui semblait si intrigante, presque éphémère. Allant cueillir un baiser sur ses lèvres, le sorcier prit cet être dans ses bras, comme pour essayer de se réconforter, de se dire que tout ira bien.

Laissant ses mains parcourir les formes de la jeune femme, le sorcier souria avant de retourner l'embrasser passionnément. Cela semblait la seule chose logique à faire avec elle, eux qui avaient eu l'occasion de partager des aventures plus que risquées.
Quitte à pour une fois se laisser aller, le sorcier ôta ce costume si étrange, laissant la jeune femme maîtriser la situation.  
Revenir en haut Aller en bas
Lizzie Bennet
avatar
Responsable RPGPoufsouffle
Responsable RPG
Poufsouffle
Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Manumagie (Niveau 1)


Re: La Maison des Langues

Message par : Lizzie Bennet, Ven 16 Juin - 2:28:25


(please t’endors pas entre temps, moi aussi je joue avec le format)

Il est pas parti en courant
C’était toujours ça de pris
Il restait
avec moi
un temps
C’était plus encore que ce
Dont je pensais avoir besoin
Ses mains
Ses lèvres
Son regard
(Perdu pour l’heure)
Sa présence
Pressante

Troquons
Ces livres
Pour nos langues emmêlées ; pour nous souffles enlacés
Pour l’illusion d’être nous — une fois dans l’année
Troquons
Ces vies

Ça fait du bien d’être dans le vrai
Pourtant quand je sens tes doigts
s’affoler
un truc
cloche
Je ne saurais dire si tu vas trop vite
J’ai plutôt l’impression de l’inverse


Mais cela ne sonne pas vrai ; on peut pas inverser les tempos quand ça sonne pas ça sonne pas et toi, toi t’as l’air tellement loin que j’sais pas si tu sais ce que tu fais, si tu sais où t’es, si tu sais qui je suis, si tu sais ce que tu veux. Et j’ai peur. Peur que ton ça va ne soit que sur face.

— Ça en dit pas beaucoup, ça va.


J’en ai connu, des ça va de surface. Les gens qui disent aller sont souvent les plus mourants. Il faut être heureux pour se plaindre quand on demande comment on va. Il faut être heureux pour ne pas s’en apercevoir. Toi, toi le jour où tu as croisé l’autre moi tu lui as dit n’avoir jamais connu ni bonheur, ni allégresse ; tu me demandais comment on restait en vie.

— Ça va comme... tu sais ce que tu veux ? Parce que si ça va moins qu’en braquant une banque, suffit de le dire. 

On peut vouloir changer les plans. On peut en avoir besoin.

J’sais pas pourquoi j’arrive pas à me centrer sur le sujet désir ; je peux pas juste te toucher pour le plaisir de toucher un corps, pour le plaisir de me rappeler que je vis. Y a autre chose. Tes mains s’égarent sur mes hanches, et je ris en en retirant des doigts blancs et noirs. Un petit côté crème solaire. Bataille ? L’animal n’est pas là ; pas encore.

Le zèbre veut s’assurer que tu iras bien, que tu iras mieux. Il dodeline de la tête dans ta nuque, qui sent bon comme le tabac froid. Et se faisant laisse une trainée de maquillage contre ta chair. Échange de couleurs ? Le problème, c’est que le zèbre n’a jamais su comment aider les gens, alors sois indulgent.

Mes lèvres ont roulé dans ton cou, y déposant leurs dizaines de petits cailloux. Tendresse avide de douceur. De te voir sourire.
Revenir en haut Aller en bas
En ligne
Contenu sponsorisé

Re: La Maison des Langues

Message par : Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas
Page 1 sur 1

 La Maison des Langues


Permission de ce forum:Vous pouvez 
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Harry Potter 2005 :: ~¤~ Londres ~¤~ :: Rues de Londres :: La Bibliothèque-

L'univers d'Harry Potter est la propriété de la Warner Bros ainsi que de J.K Rowling.
Tous droits réservés sur ce site ©Copyright HarryPotter2005. Affichage optimisé sous Firefox.