AccueilPortailFAQPublications internesRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Harry Potter 2005 :: ~¤~ Pré-au-Lard ~¤~ :: Rues de Pré-au-Lard
Page 3 sur 3
Un coin à l'abri des regards
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3
Elina Peterson
Modération GGryffondor
Modération G
Gryffondor

Re: Un coin à l'abri des regards

Message par : Elina Peterson, Jeu 15 Juin 2017 - 22:16


Je suis à sa merci et je n'ai même pas envi de lutter... j'ai mis ma conscience et mon démon au placard, hors de question que l'un d'eux viennent rompre l'emprise qu'il à sur moi... Cet homme que j'aime bien plus que je ne le devrais, mon ami, mon confident, mon mentor... Mon amant pour cette fois... J'ai confiance en cet homme bien plus qu'en moi-même, dire à quel point je tiens à lui relève de l'impossible... A cette instant la seule chose qui m'effraie est qu'il s'arrête... Ses mains sur moi laisse ma peau en feu, j'ai les jambes en coton, s'il ne me tenait pas je crois que j'aurais déjà flanché... Il me débarrasse rapidement et habillement du peux de vêtement que je porte, Merci la pluie, j'ai une pointe de gêne à me retrouver ainsi à sa vue mais il ne la laisse pas s'installer il me soulève rapidement et instinctivement j'enroule mes jambes autour de son bassin. Il envahit mes sens comme jamais ça ne m'était arrivée et mon coeur est sur le point d'éclater sous l'intensité de cette échange. Il à l'expérience je le sais, ses gestes sont sures à la différence des miens hésitant, j'ai peur de lâcher prise totalement, mais il ne me laisse pas me concentrer sur quoi que ce soit ses lèvres sur les miennes ses mains sur ma peau tout est trop intense pour que mon cerveau suive l'explosion de sensation qu'il provoque en moi... Un son rauque s'échappe de ses lèvres alors qu'il capture mon regard de ses prunelles clairs et je me fige, lueur de lucidité passagère... et je me perds de nouveau sous ses caresses.

Etreintes passionnelles qui lient deux corps et deux âmes pour ne faire qu'un. La découverte de soit et de l'autre. Plus de barrière plus de retenue. Juste le plaisir et l'abandon d'une étreinte unique et intense.

Lorsqu'il bascule sur le dos enfin rassasié je n'ose faire un mouvement, mon coeur tambourine dans ma poitrine et j'ai vraiment du mal à lui faire reprendre un rythme normal, tout mon corps est douloureux. Je ferme les yeux et tente de reprendre mes esprits quand sa voix me sort de ma léthargie. "Je t'ai fais mal ? " j'ouvre les yeux et tourne la tête vers lui pour croiser un regard enfantin "Non parce que je m'en voudrais à vie sinon." J'éclate de rire devant sa mine d'enfant. Il n'arrêtera donc jamais. un coup d'oeil sur mes avant-bras me suffit à dire que je vais garder de jolies souvenirs de ce moment... "Je crois que la question ne se pose pas trop effectivement... C'était très comment dire... intense... Si tu voulais m'aider à dormir je crois que la t'as réussi" Je me tourne face à lui et du bout du doigt j'enlève le sang qui perle sur sa lèvre inférieur et je rougis. Je murmure un "désolé". Dans les bras de mon mentor j'ai découvert beaucoup et comprenait maintenant ce que mes amies voulaient dire. C'était comme un feu d'artifice de sensations. Tous mon corps a vibré sous l'expérience de Daegan. Il a enflammée mon corps et mon âme. Une pensée me traverse l'esprit et je perds mon sourire "J'espère que toi tu n'as pas été trop... déçu ne mon inexpérience". Bah oui évidement je pense pas que se soit son délire de prendre la première fois des filles... Ses conquêtes doivent être carrément plus expérimentée que moi... Pour cacher ma gêne je me redresse et attrape les vêtements sur le sol au passage je remarque les marques rouges sur mon corps... Oui c'était intense... L'empreinte de ses mains marque mon corps et je sais qu'a cause de ma peau ultra fragile ses marques vont resté plusieurs jours... doux rappel de ce moment magique. J'avais peur que mon coeur s'emballe qu'il se mette à battre différemment pour cet homme mais non il bat tranquillement dans ma poitrine. Pas de différence... tant mieux j'aurais vraiment eut du mal à gérer si j'étais tombé amoureuse de lui en sachant que ça n'allait carrément pas être réciproque... la prochaine fois tout sera normal comme si il ne s'était rien passée. "essaye de te convaincre si ça te fait plaisir" et voila mon diable se réveil... Oui... Moi j'y arriverait surement mais lui? j'en sais rien et je me voie mal lui dire bon alors maintenant comme ça ce passe la prochaine fois? on fait comme si de rien était? non mais sérieux phrase a la con comment casser un moment parfait... Allez Eli remets ton cerveau en pause profite de l'apollon a tes côtés c'est le mieux à faire.... Où pas... Une fois les vêtements enfiler je me blotti contre lui pose ma tête contre son torse et j'accueille avec plaisir le marchand de sable. Bercé par le battement de coeur de mon ami, réconforté par sa chaleur encore perdu dans notre étreinte.


Fin du RP pour tout les deux
Revenir en haut Aller en bas
Kohane Werner
avatar
Modération GGryffondor
Modération G
Gryffondor
Spécialité(s) : Permis de Transplanage


Re: Un coin à l'abri des regards

Message par : Kohane Werner, Jeu 22 Juin 2017 - 18:11




Rp avec Sirlan Svarkfor

Oh, tiens,
il pleut.
Une goutte, petite, au début. Puis deux. Trois. Cadence raide. Filets d'eau. Qui tombent au sol. Une grosse saucée arrivée du ciel. Ce ne sont plus les gentilles et mignonettes goutelettes. C'est le torrent qui déferle sur le sol britannique.
Les gens se mettent à courir. A droite, à gauche. Leurs jambes les portent ; ils galopent vers un coin d'abri.
Les enfants trouvent ce déluge amusant. Ils rient, sautent dans les flaques alors que les parents les attrapent par la peau du cou pour les rapatrier au sec. Qu'ils n'attrapent pas froid, les p'tits !
Je regarde la masse s'agiter.
Ils craignent tous la colère du ciel.
Croient qu'un toit les sauvera.

Moi, je reste. Immobile. J'sais pas pourquoi. Je sais jamais pourquoi. Je fais les choses.
Je suis juste bien. Là. Immobile. A regarder le monde tourner.
Je suis invisible. Aux yeux des autres. Invisible. A leurs regards pressés, fuyants. Ils ne regardent pas autour d'eux ; ils regardent devant eux. Vers le coin d'abri. Qu'ils ont repéré plus tôt.
Certains me bousculent dans leur fuite en avant.
Parfois un mot d'excuse. Parfois rien. Et je m'en fous.

Il pleut,
pleut des cordes.
Mes vêtements sont trempés, cheveux plaqués au front et regard perdu dans l'Univers.
Y'a pas d'étoiles, avec ce temps. Que des nuages. Gris, noirs, lourds. Ceux-là doivent être encore plus confortables que ceux avec qui on a volé, mon frère et moi. Parce que ceux-là sont chargés de pluie, rembourrés d'eau.

Les rues se vident.
Et moi, j'avance. Un peu. Regard au ciel. Qui gronde. Un sourire sans raison aux lèvres.
La pluie bat mon corps. Et j'aime ça. Blesser la chair par le froid. Risque de se chopper un rhume, revenir avec de la fièvre. Tomber malade et délirer. Savoir qu'on est encore là, vivant, le corps aussi, vivant puisqu'il peut être blessé.
J'aime.
Alors j'avance.
Sans chercher à fuir.

Dans le gris et la pluie, j'entrevois l'enseigne de la TS.
Je pourrais m'y arrêter pour chercher abri.
Mais non. Pas envie. J'veux continuer. A marcher.
Je marche
marche, marche
Encore un pas
Dans des vêtements trempés.
Bientôt, je dépasse la TS. Et je continue. Tourne à un angle. Où je vais ? J'en sais rien. Je suis loin. De tout. Dans ma p'tite case d'esprit qui me permet de m'évader.
Et mon corps aussi, se retrouve loin. Un coin désert. Angle mort. Où je me retrouve seule face à moi-même. Un coin discret. Avec la pluie qui, inlassablement, continue de tomber. Sous un ciel qui gronde.

Revenir en haut Aller en bas
Sirlan Svarkfor
avatar
Serdaigle
Serdaigle
Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Re: Un coin à l'abri des regards

Message par : Sirlan Svarkfor, Lun 26 Juin 2017 - 17:59


Clapotis
Les petits pas de la pluie sur la vitre
Petites gouttes
Une à une
Bercent le silence dorloté
Le froid a engourdi la rue
La chaleur m'a accueilli à sa table
Pourquoi refuser ?
Un chocolat
Un regard errant
A travers le verre
La brume de la pluie
Qui embrouille tout
La vue
Les idées
La raison

La rue est morte
Personne
La pluie s'en est emparée
Et a tout volé
Les gens
La lumière
La vie est cloîtrée dans des espaces enfermés
C'est triste, la pluie
Quelques gouttes
Et le monde s'oublie

Toute silhouette
Engloutie
Le monde de l'eau
A part
Oh, c'est drôle
Quelqu'un a planté un épouvantail dans la rue
Léger morceau de campagne
Planté dans le bitume
Et
Oh, c'est drôle
L'épouvantail bouge
Oh, c'est drôle
Une
Une...
Fille ?
Seule
Sous la pluie
Avec la folie pour seul parapluie
Et cette vision
Une silhouette, une ombre solitaire
Bougie résistante à la brume
Ça me donnerait presque envie...

Une minute plus tard
Je suis sous la pluie
Et pas englouti
Je cours
Cours
1
2
3 pas
1
2
3 gouttes
Egalité
Homme 3-3 Pluie

Et le froid s'est enfui
Englouti
Il fait beau, n'est-ce pas ?
Revenir en haut Aller en bas
Kohane Werner
avatar
Modération GGryffondor
Modération G
Gryffondor
Spécialité(s) : Permis de Transplanage


Re: Un coin à l'abri des regards

Message par : Kohane Werner, Mer 28 Juin 2017 - 22:54




Une présence, une ombre sous la pluie.
Qui rompt le cercle solitaire
-mais pourquoi y a-t-il encore quelqu'un dehors, alors que tout le monde vient de déserter les rues ?-
et s'approche, sans peur ni hésitation.
Le ploc-ploc-ploc de la pluie au sol
et clap-clap clapotis des pas dans les flaques
je l'entends seulement approcher
avant même de daigner le voir.

Sa silhouette bifurque dans l'angle, me rejoint.
Dans ce petit coin de rien loin de tout.
Ce petit coin qui n'existe pas aux autres regards.
L'angle mort de la rue.
Loin du jugement des autres.
De toutes les façons, les autres, ils sont pas là.
Il y a juste moi. Qui ai voulu rester ainsi. Dehors. Sous la pluie.
Il y a juste moi.

Il y a désormais
l'autre.

Qui pénètre mon cercle de solitude.
Rompt les barrière de pluie érigées autour de moi.
Je tourne la tête vers lui
toujours le clap-clap-clapotis de ses pas
et ne je dis rien.
Une neutralité toute simple. Ne pose pas de question. Qu'ai-je à demander ? Je ne vais pas demander pourquoi il est ici, sous la flotte. Il pourrait me retourner l'interrogation. Et je ne saurais y répondre.

Juste

que j'aime ça.
Je sais pas pourquoi.
D'habitude, j'aime pas l'eau. Parce que ça éteint le feu. Et que le feu, la flamme, c'est devenu mon instrument de survie.
J'aime pas l'eau.
Parce que, lorsqu'elle fond, la neige, ce n'est que de l'eau, finalement.
Et la neige
c'était beau, autrefois,
aujourd'hui, elle est pleine de sang. Mon esprit ne parvient pas à effacer cette image. Rouge sur blanc, blanc sous rouge. Sang sur neige.
Je hais la neige.
Elle est devenue mon cauchemar. Depuis ce soir-là. Le soir où la femme s'est écroulé, face contre terre, la groge tranchée, la plaie crachotant le sang sur l'immaculé blanc.

J'aime pas l'eau

mais aujoud'hui, c'est différent.
Je sais pas pourquoi.
Peut-être parce que la pluie est particulièrement froide.
Parce que je risque de finir par m'écrouler, fièvreuse et tremblante.
Parce que chaque goutte vient blesser ma chair, imbiber les vêtements, emmêler les cheveux. Parce que le corps n'est jamais à l'aise sous la pluie. Et que j'aime l'inconfort. Comme la douleur. C'est par eux que j'Existe.

-Il fait beau, n'est-ce pas ?

Sa voix perce les rideaux de flotte pour me parvenir.
Tels de petits bateaux, ses mots voguent sur la pluie et se percutent au rocher -mes oreilles.
La voix toute simple. La phrase banale.
Je ne sais pas si je dois y sentir ou non une pointe d'ironie.
Et dans le fond, qu'importe.
Je n'ai pas envie de penser à ça.

Mes yeux sombre le regardent quelques secondes avant de se perdre au-delà de son épaule.
La pluie est si violente que c'est flou, à peine un mètre derrière lui.
Le paysage se découpe difficilement entre deux longs fils d'eau. Sorte d'ombres sur le ciel gris.
On pourrait reconnaître la forme de bâtiments communs -échopes, bars, habitations.
On pourrait aussi y voir complètement autre chose.
Constructions architecturales extraterrestres. Ruines d'un temps ancien. Bâtiments futuristes.
On peut s'imaginer ce que l'on veut
-la vision est trop mauvaise pour pouvoir confirmer quoi que ce soit.

J'aime ce sentiment. De perdition.
On ne saurait plus dire si nous sommes ou non à Pré-au-lard.
On est perdu, dans un coin loin de tout, loin des regards, loin des autres.
Perdus à voguer dans un monde incertain.
La seule réalité,
c'est la pluie.
Et lui. Aussi.

Avant, j'étais allée me perdre seule.
Trouver, seule, mon endroit de tranquillité pour m'éloigner du reste.
Et, par je ne sais quel hasard, il est venu me rejoindre.
Alors désormais, nous sommes deux.
Dans cette errance de l'esprit.
Au milieu d'un univers pour pourrait être tout et rien à la fois.

L'eau dégouline de mes cheveux, glisse comme des larmes le long de mes joues.
Et doucement, mes lèvres s'étirent.
Sourire face au gris.
Je ne sens plus mon corps. Il est froid. Trop froid.
Vêtements trempés, figés.
Je ne bouge pas.
Et mes yeux, dans le vague, reviennent se braquer sur lui, l'inconnu, tout aussi trempé que moi.

-Oui, il fait beau, je réponds dans un souffle. Absolument beau.

Aucune ironie dans ma voix.
Un ton léger, qui volette de ses petites ailes de papillon.
Un ton simple.
Qui dit ce qu'il a à dire.
Il fait beau
parce que je me sens bien.

-Finalement, l'eau, ce n'est pas que mauvais, n'est-ce pas ?

Tu ne serais pas là en train de te mouiller, sinon.

Revenir en haut Aller en bas
Sirlan Svarkfor
avatar
Serdaigle
Serdaigle
Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Re: Un coin à l'abri des regards

Message par : Sirlan Svarkfor, Lun 3 Juil 2017 - 12:44


Son regard m'enveloppe
Deux billes sombres
Deux pupilles de nuit curieuses et interrogatrices
Amusées ?
Puis elle semble tenter de percer le brouillard de ses yeux
Chercher sa réponse dans l'horizon au loin
L'horizon invisible qui a disparu
Au milieu des nuages et des trombes d'eau
Des plic-ploc et des splish-splash
Des bottes en caoutchouc et des parapluies
Elle a un regard, une aura égarée
Au milieu de toutes ces gouttes
Mais nous le sommes tous les deux, non ?
Deux âmes égarées
Déposées là, sous la pluie, à grelotter et palabrer
Des mots sans queue ni tête
Qui se fichent du Temps et du temps
Des horloges et de la pluie
Égarés

Deux enfants perdus dans un coin perdu et invisible
Dans un désert de pluie
Sans âmes qui vivent pour les retrouver
Tant pis
Tant mieux
Dans ce cercle solitaire de toute façon
Il n'y a la place que pour elle et moi
Que pour deux âmes égarées
C'est un cercle égaré deux-places
Un point c'est tout

Un coin masqué par des rideaux de pluie
La pluie qui nous protège et nous attaque
De ses trombes d'eau dégoulinantes
Ruisselantes
Qui perlent
Coulent bavent
A nos cheveux et vêtements imbibés et humides
Des larmes brillantes
Comme des billes de lumières
A l'air de miracle
Qui illumine son visage égaré

Elle semble sage
Sereine
A sa place
En fait, pas égarée pour un sou
La bonne pièce de puzzle
Bien là où il faut
C'est sûrement moi qui suis égaré
Elle a un air de prophète
Venue de loin, d'ailleurs, de nulle part, de partout.
Une étrangère d'ici
Paisible et olympienne
Comme une apparition divine

La réflexion du sage
Qui est allé chercher plus loin que la pluie
Semble s'achever
Ses yeux de jais reviennent sur moi
Et me transperce
Et ses paroles sont claires et évidentes
Oui il fait beau. Absolument beau.
Ses mots sonnent, limpides
Je me sens comme un enfant impressionné
Le disciple
J'accepte ses paroles sans un mot
La vérité, criante de réalité, et calmement sortie de sa bouche
Sans orgueil
Sans prétention
Je suis d'accord

Peut-être qu'en fait elle se moque de moi
Peut-être qu'elle me teste
Peut-être que je suis naïf et crédule
Tant pis
Il fait beau.
Et c'est beau.

Sa voix a semblé sincère et véritable
Alors je la crois et la laisse me mener

Finalement, l'eau, ce n'est pas que mauvais, n'est-ce pas ?
Non
Non, l'eau, c'est joli
Et puis l'eau, ça mouille
Et c'est merveilleux.
Je secoue doucement ma tête
C'est vrai
L'eau ce n'est pas que mauvais

C'es transparent
Sans jugement
Limpide et translucide
Comme une aura de sagesse aussi
Ça doit être pour ça


Revenir en haut Aller en bas
Kohane Werner
avatar
Modération GGryffondor
Modération G
Gryffondor
Spécialité(s) : Permis de Transplanage


Re: Un coin à l'abri des regards

Message par : Kohane Werner, Mer 5 Juil 2017 - 22:50




Les soirs d'orage ont quelque chose de magique.
Enfant, je les attendais avec impatience.
Parfois il y avait la pluie. Parfois non. En été, c'était juste le vent, la lourde chaleur avant explosion.
Lorsqu'il pleuvait, j'entendais chaque goutte se répercuter sur la fenêtre. Une douce comptine dans ma tête. Entrecoupée de roulements ou déchirée d'un éclair.
Puis venait la nuit.
Au fond de lit.
Yeux éternellement ouverts dans l'écoute du dehors.
Pluie battante.
Puis tonnerre.
Lueur brève sur les murs de la chambre.
Excitation enfantine au creux des tripes.
La pluie berce au grès de ses tip-tip-tip sur la vitre.
La nature en furie, ça impressionne toujours.

Aujourd'hui, sous des trombes d'eau, j'ai un peu la même impression.
Même si le ciel ne tonne pas.
Voir toute cette pluie se déverser en même temps ravive cette âme de l'enfant impressionné.
La douce poésie des gouttes qui s'écrasent par millier.s
Alors peut-être que c'est aussi pour ça, que je reste.
Non seulement parce que je me sens vivante dans cet incofort.
Mais parce que je sens encore briller en moi une flamme d'autrefois.
Cette flamme qui ne se ravive que très rarement.
Cette flamme dont il faut profiter, lorsqu'elle est là.
Une flamme, douce flamme. Que je veux conserver. Envers et contre tout.

Les enfants sont les seuls capables de se créer des mondes entièrement à part.
De faire du petit détail une planète qui leur appartient.
De se perdre si loin des autres, si loin des Grands.
C'est pour ça que je les admire. Que je les envie.
Que j'aimerais, encore un peu, en rester une. Une enfant. Dans toute sa candeur et son éloignement des choses.
Continuer de vivre dans ce monde idyllique que je me suis créé sans personne pour venir me le reprocher.
Je ne veux pas qu'on puisse me le reprocher sous prétexte que je suis grande.
Je ne veux pas.
Pas encore.
J'aimerais, encore une fois.
Rester, les yeux fermés, dans ces doux rêves d'avant.
Grandir, ça fait si mal, en fait.
Grandir, je ne pensais pas que je le vivrais si négativement.

Mais aujourd'hui, pour une fois
-pour cette fois-
J'oublie qu'on veut que je grandisse.
La pluie, c'est la rêverie d'enfant.
On joue sur les flaques, on court à travers les rideaux d'eau, on rit, on crie, on danse.
On s'invente des mondes, les ombres alentours prennent une toute autre forme.
Et on dérive. Sur son bateau imaginaire. A la conquête de contrée nouvelles.

Aujourd'hui, toi, dont je ne connais pas le nom, toi, qui est venu me rejoindre, tu seras mon compagnon de voyage.
Ou compagnon de jeu ?
Si tu le veux, tu caleras tes pas dans les miens -ou peut-être serait-ce l'inverse ?- et nous partirons ensemble, dans un rêve de pluie, loin de tout, loin des autres. Surtout. Loin des autres.
Il me répond, d'une voix tout aussi simple que la mienne.
Il me dit. Que l'eau. C'est joli.
Je n'aurais jamais pensé qu'un jour, je serais d'accord.
Mais, je dois bien l'avouer.
Aujourd'hui, l'eau, elle est jolie.
Aujourd'hui, l'eau, je l'accepte.

Il secoue la tête -des goutelettes suspendues prennent alors leur vol.
Une vision au ralenti et l'image est tout simplement sublime.
Je ne pensais pas que la pluie pouvait être aussi belle.
Maintenant que je le sais, je trouve ça regrettable, ces gens qui ont courru pour la fuir.
Ces gens qui ont courru soit-disant se mettre au sec.
Pourquoi ?
Alors que c'est si beau.

Je penche légèrement ma tête sur le côté sans lâcher le jeune homme du regard.
Je l'observe. Un peu de travers. Pour avoir un autre angle.
Je le trouve bien, comme ça. Sous la pluie battante.
Les cheveux collés au front, les vêtements gorgés d'eau.
A-t-il froid ?
Je ne sais pas.
Il n'en dit rien en tout cas.
Mais peut-être qu'il tremble sous ses couches de tissu sans que je m'en aperçoive.
Je reste quelques secondes, à le fixer sous cet angle nouveau.
Ca lui donne un autre aspect. Je ne saurais définir précisément quoi.
Comment s'appelle-t-il ?
Quel âge a-t-il ?
Autant de questions concrètes qui ne servent pas à grand chose. Cela ne changera rien au fait qu'il est là, sous la pluie. Prête à s'embarquer sur un bateau invisible de l'enfance perdue. Porté par les flots du ciel.

Un petit sourire amical en coin, je remets ma tête droite et continue de l'observer.
-T'es intéressant, vu de travers, je commente en toute simplicité. Je m'appelle Kohane.
Je fais un petit pas vers lui.
Le voir de plus près.
Quelques couches de rideaux d'eau en moins entre nous.
Mes yeux sombres scrutent son visage. Cherchent à y lire une réaction. Une expression. Un sentiment.
-Tu as froid ?

Revenir en haut Aller en bas
Sirlan Svarkfor
avatar
Serdaigle
Serdaigle
Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Re: Un coin à l'abri des regards

Message par : Sirlan Svarkfor, Mar 25 Juil 2017 - 16:12


La pluie, gouttes discontinues, continuait son spectacle
Sans tonnerre ou éclair
Seule et modeste
Sans prétention
Une pluie battante sans artifice
Juste l'eau et la bulle
Le froid et elle

La flamme brûle, imperméable
Brasier water-proof
Tant pis pour l'équilibre et les lois
La chaleur est là
Brûle, brûle


Dans la bulle
Une âme, deux âmes
Perdues et pas perdues
Retrouvées
Boivent toute l'eau de la pluie

En dérive sur l'océan
Naviguent vers l'inconnu
S'improvisant pirates
Explorant la folie

Compagnons d'eau
Compagnons de feu
De bulle et pluie
Jouons

Briller de mille diamants d'eau
Jamais sécher, jamais
Le cœur humide
Toujours
L'éternité trempée
Toujours
Toujours

Sa tête qui s’incline
Scrutatrice, observatrice
Questions
J'essaie de percer ce regard
Qu'est-ce qu'elle est en train de se demander ?
Qui je suis ?
Qu'est-ce que je fais ?
Si je suis fou ?

Ce regard oblique et assaillant
Qu'est-ce que je peux y répondre ?
Qu'est-ce que j'en sais ?
Qu'est-ce que je m'en fo*s ?
Elle capte, elle sonde
En fait, ce n'est pas gênant
C'est amusant
Le regard se prolonge
En jeu d’œillades et de pupilles
Mes paupières papillonnent
Un, deux, trois battements
Jouons
Sous la pluie, le cheveu trempé et le cœur au chaud
J'ai froid mais j'ai chaud
Grelotte de l'extérieur, transpire de l'intérieur
Partons

Puis le sourire apparaît
Un drôle de sourire
Le premier sourire ?
Un poil gauche
Comme si c'était rare, et précieux qu'elle sourie
Qu'il fallait s'en flatter, s'en délecter
Déguster
Mais le regard ne change pas
Sa tête est droite, mais le regard toujours en coin
Un regard qui m'en arrache un, de sourire
Jouons

Elle lance des paroles toutes simples, toutes pures
-T'es intéressant, vu de travers
Et un autre sourire qu'elle m'arrache
-Je m'appelle Kohane
Elle ressemble à une enfant
Cinq, six ans tout au plus
Et c'est touchant
Kohane
Pas commun
A son image
Kohane
C'est quoi, français, japonais ?
Venu de plus loin, sûrement
Va savoir
Sirlan

Elle avance un peu
Son pas est timide
Mais pas ce regard
Qui cherche quelque chose dans le mien
Alors, qu'est-ce que tu trouves ?
Une nouvelle question
-Tu as froid ?
Et hop, un autre
Un sourire volé
Oui et non
En vérité, oui
Mais...non

C'est tout sauf clair
Mais tant pis
Qu'est-ce qui est clair, là, de toute façon ?
Rien
Et surtout pas elle
Kohane
Revenir en haut Aller en bas
Kohane Werner
avatar
Modération GGryffondor
Modération G
Gryffondor
Spécialité(s) : Permis de Transplanage


Re: Un coin à l'abri des regards

Message par : Kohane Werner, Mer 2 Aoû 2017 - 17:57




Ce sont deux silhouettes sous une pluie battante.
Deux silhouettes qui se regardent.
Curiosité.
Elles ne se connaissent pas.
Mais ne semblent pourtant pas étrangère l'une à l'autre.
Sans doute parce qu'elles glissent sur la même vague de pluie.
Sautent ensemble dans la même flaque.

Image ralentie.
Je vois les gouttes tomber le long des mèches de ses cheveux.
Je crois même les entendre, elles, particulièrement,
Les entendre au milieu du fracas du reste.
Elles tombent
ploc
Jusqu'au sol
plic
Où elles se perdent,
ploc
Rejoignent les autres
plic
Pour former l'immense étendue d'eau qui dévale le macadam.

La nature reprend ses droits.
Sur le village des Hommes.
Elle s'abat de tout son poids.
Ronge les murs et les trottoirs, chute contre les toits d'ardoises ou de tuiles, bat les arbres sagement rangés dans les jardins et les plantes en pot prisonnières d'une terre qui n'est pas la leur.
La nature se déchaîne.
Pour montrer à l'Homme qu'elle est, restera la plus forte.
Tous la fuient. Croyant pouvoir s'en protéger.
Tous.
Sauf nous.

Nous sommes.
Face à face.
Sous la pluie.
Et il donne son nom.
Sirlan
Ca résonne dans mes oreilles.
Je ne le connais pas.
Mais ça sonne beau. Ces sons.
Ca tinte doucement.
Une agréable cloche aux oreilles.

Je regarde son visage.
Ses lèvres étirées.
Les joues où roule la pluie comme des larmes.
Alors qu'il illumine d'une tranquille lueur.
Il n'a pas l'air triste.
Ces larmes naturelles ne sont pas sombres.
Au contraire.
Elles dévalent la pente de l'espoir.
J'aime son sourire sous l'eau.
Le sourire noyé.
Et pourtant pas disparu.

On est des noyés.
Ensemble.
Pourtant, on est toujours là.
Ensemble.
C'est beau.
On accepte l'eau.
Elle ne nous emporte pas.
Nous ne faisons qu'un. Nous. Elle. Tous les trois. Ensemble.

Sa voix répond.
Des oui et des non.
Oui mais non.
Non et oui.
Qu'importe, peut-être.
Il reste.
Il demeure.
Il n'a pas si froid.
Ou alors, il s'en fout. D'avoir froid.
Moi aussi, j'm'en fiche.
Tant que je suis là.
Tant que je le regarde.
C'est ça, le plus important à cet instant-là. Cet instant précis.
C'est ça le plus important.
C'est ce qu'il faut savoir.

J'ai pas froid, en fait.
Je me sens bien.
Sous son regard.
Je me sens bien.
En sa présence. Et le rideau de pluie tout autour.
Nous sommes seuls dans ce coin retiré.
C'est notre domaine.
Personne pour nous embêter ; ils sont tous réfugiés sous leurs tranquilles petits toits.
Nous sommes seuls.
C'est bien mieux.

-Les gens ne savent pas profiter des bonnes choses.

Un pas.
Encore un.
Puis un. Autre.
Une
Deux
Secondes
Je comble le vide entre nous.
Le gouffre d'eau qui s'est creusé.
Je ne te connais pas, Sirlan.
Mais tu acceptes l'eau.
Et j'ai l'impression de te connaître depuis toujours.
Es-tu un enfant de l'eau ?
Moi, j'crois que je suis plutôt une enfant du feu.
Mais peut-être que, chacun dans notre élément, nous sommes jumeaux.
Eau
Et
Feu
Deux êtres qui se regardent et se reconnaissent dans la pupille de l'autre.

Le vide est comblé.
Il n'existe plus.
Je te vois, plus proche que jamais.
Je vois la pluie sur ta peau.
Tes cheveux trempés.
Tu es comme une apparition au milieu de nulle part.

Inconnu.
Mais je me fiche de ces termes.
Pourquoi ne devrions-nous pas aborder les inconnus comme s'ils étaient connus ?
Inconnu.
Mais je referme mes bras autour de toi.
Etreinte sous la pluie.
Une étreinte de l'amitié renouée. Alors que nous ne nous connaissons pas.
Mais j'avais envie de la donner.
De te la donner.
Cette étreinte.
Je ne te connais pas.
Mais aujourd'hui, c'est toi qu'elle a choisi.

-Les gens ne savent pas regarder où sont les bonnes choses.

Revenir en haut Aller en bas
Sirlan Svarkfor
avatar
Serdaigle
Serdaigle
Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Re: Un coin à l'abri des regards

Message par : Sirlan Svarkfor, Sam 5 Aoû 2017 - 21:14


Deux ombres se sont trouvées
C'est la pluie qui les a réunis
Elles ont toutes les deux glissé et sont tombées
Leurs regards se chassent et se croisent, malicieux
Et leurs paroles se percutent et s'entrechoquent
C'est joli

Ses yeux glissent et dégoulinent sur moi
En même temps que les gouttes qui se déversent
Torrents glacés dans la rues
L'eau sur le pavé
Le son en clapotis

L'eau est partout
Elle chute, elle glisse, elle s'insinue
Elle dévore, elle humidifie, elle mouille
Elle inonde, elle immerge, elle tombe
Et on en est tout trempés
Seuls dans la rue
Réchauffés
L'un en face de l'autre
Le silence nous accompagne

Confrontation amicale
Retour à l'enfance
Elle entend mon nom
Elle aime
?
J'espère
Parce que moi, j'aime bien
Sirlan

Ses yeux-billes dévalent toujours la pente de mon visage
Ils roulent, roulent
Comme les froides gouttes sur ma peau
Alors je la regarde aussi
Ses yeux enfantins pétillent encore
Comme s'ils n'avaient rien oublié de l'enfant qu'elle a été
Pourtant ça ce voit qu'elle a enduré et souffert
Mais ça n'a pas noyé la lumière
Dans ses yeux il y a un soleil sous la mer

On fait une belle équipe
Elle. Moi.
L'autre. Celle qui nous a rassemblé.
Accrochés à notre planche de salut sur l'eau apaisée
Ensemble.

Elle écoute mes paroles toutes emmêlées
Elle a l'air de comprendre
Elle s'en fiche
Emmêlées ou non
On a pas froid
On est bien
Nos yeux dégoulinent
La pluie s'écoule
Comme si le ciel était percé
Comme si les nuages fuyaient
Qu'en fait tout ça c'était un accident
Un accident bien tombé

En plus y a personne pour nous embêter
Aucun vilain pour nous secouer
Nous ramener à la méchante réalité
Qui est froide, elle
Qui n'a pas de soleil sous la mer
Pas de pluie
Juste de la glace
De la neige
Du sang
Des larmes
C'est tout
Mais ici on est abrités
La pluie nous couvre
Nous protège aux yeux des autres et de la vérité
Une petite pause
- Les gens ne savent pas profiter des bonnes choses.
Petites paroles modestes
Inattendues
Sorties de nulle part
Véridiques

Sinon ils seraient tous là
A laisser leurs yeux dégouliner
A danser sous la pluie
A se prendre pour des enfants
Tant pis pour eux
Si tout le monde était là
Alors ce ne serait plus exceptionnel
On serait des milliers sur notre planche de salut
On se noierait
Alors finalement tant mieux
Vive ceux qui ne savent pas profiter !
Tant pis pour eux
Tant mieux pour nous

Elle avance encore
Petit à petit on gagne de la proximité
Toute timide
Innocente
Elle avance
Et je la laisse faire
C'est délicieux
Ses petits pas enfantins
Ses yeux pleins de questions silencieuses

Il n'y a plus de vide entre nous
Même plus d'eau
On voit tout
La peau
L'eau
Les veines
L'eau
Les yeux
L'eau
L'eau
L'eau

Ses bras se déploient comme des ailes
Et se replient sur moi
Je laisse la chaleur pénétrer en moi
C'est si bon
Et je l'entoure moi aussi de mes bras
Lui rend son étreinte pleine de tendresse
D'amitié
-Les gens ne savent pas regarder où sont les bonnes choses.
Je ferme les yeux
En fait la vue ce n'est qu'artifice
Je laisse un peu les droits à mes autres sens
- C'est qu'ils sont aveugles. Car elle est juste sous leurs yeux.
Ils veulent tous regarder loin...
Pourquoi ?

Revenir en haut Aller en bas
Kohane Werner
avatar
Modération GGryffondor
Modération G
Gryffondor
Spécialité(s) : Permis de Transplanage


Re: Un coin à l'abri des regards

Message par : Kohane Werner, Mar 15 Aoû 2017 - 15:54




On sous estimera toujours. Le bonheur que peut procurer un peu de chaleur humaine.
La douce étreinte sous la pluie.
Entre deux amis venus de loin.
Qui ne se connaissaient pas, d'ailleurs.
Ils savaient pas qu'ils pouvaient être amis.
Ils savaient pas qu'ils se trouveraient sous la pluie, ensemble.
Ils savaient pas qu'ils se regarderaient comme ça.
Que leurs noms allaient sonner étranger chez l'autre
Et pourtant leur présence si familière.
Ils savaient pas, avant de se voir.
Qu'ils se parleraient en toute simplicité.
Qu'ils s'étreindraient presque sans un mot.
Comme la vieille amitié retrouvée.
Alors qu'elle ne fait que naître, fleurir doucement au-dessus de la surface du monde.

Ses bras se referment aussi autour de moi.
Je sens sa chaleur.
Comme une flamme sous l'eau.
Le feu qui résiste à l'averse.
On est peut-être deux lampadaires dans cette grisaille.
On est peut-être deux lampions encore un peu brillants.
Mais pour combien de temps, dis ? Pour combien de temps ?
Les lampadaires meurent aussi.
Et nous, nous mourons ?
Oui. Bien sûr.
Nous n'éclairerons pas éternellement le monde.
Nous ne traverserons pas à jamais la pluie de nos rayons ardents.
Un jour, nous aussi.
Nous nous éteindrons. Peut-être cela se passera-t-il sous la pluie. Peut-être pas.
Lampadaires sans ampoule. Lampadaires sans feu.
Nous ne guiderons plus personne.
Il fera noir.
Sous l'eau.
Il fera si noir.



Mais pour l'heure, nous n'en sommes pas encore là.
Car je sens son étreinte.
Sa chaleur.
Il est toujours vivant. Moi aussi.
Sous la pluie.
A résister à l'attaque de l'érosion. A supporter le grignotement lent de la pluie sur les fondaisons.
On est solides, n'est-ce pas ?
Solides, tous les deux, sous l'eau.
Dans cette étreinte abandonnée.
A jouer ensemble sur le fil de la cascade.
Tiens, on pourra remonter les flaques.
Monter sur un bateau.
Sortir les rames.
Et ramer, ramer, ramer. Jusqu'à s'épuiser.
Ramer jusqu'à ne plus savoir vers où.
Seulement se laisser flotter sur les flaques d'eau.
Sous la pluie incessante.
On cueillerait une grande, gigantesque feuille, tu sais.
Une feuille assez forte pour supporter nos deux poids.
On la poserait sur un flaque géante qui nous paraîtrait lac voire océan.
On aurait, avec nous, d'énorme roseaux. Pour pagayer.
Et on larguerait les amarres, on partirait.
Sur notre feuille gonflée de pluie.
On se laisserait porter.
On voyagerait.
On découvrirait enfin la beauté des choses que les gens ne savent pas voir. Ou refusent de voir.
On verrait enfin la vie.
Sous une nouvelle forme.
Complètement trempée.
Mais régénératrice.
Et, au milieu des gouttes, des bulles de couleur.
Un peu doré, un peu pastel. Des bulles souriantes, pleines d'énergie.
Elles voleraient à travers les rideaux de pluie.
Et on les attraperait en riant. Elles chaufferaient dans la paume de nos mains. Contrebalançant le froid de l'eau.
Elles nous transmettraient de leur énergie.
Et on continuerait de ramer. Sans arrêt.
A la découverte des belles choses de la vie.
Que les autres ne voient pas.
Ou ne veulent pas voir.

Pourquoi ?

Oui, Sirlan.
Pourquoi ?
Si tu me poses la question, c'est peut-être que t'as pas la réponse.
Pourquoi ?
On sait pas. Ils sont aveugles, les gens. Mais pourquoi ? Savent-ils eux-même y répondre ? Pas sûr.
Ils regardent pas.
C'est tout.
Ils savent pas. Profiter. Des belles choses.
Mais nous, on sait.
C'est pour ça que tu m'as suivie jusqu'ici.
Parce que toi aussi, tu sais.
Tu sais ce qui est beau.
Et tu marches sur les mêmes plate-bandes que les miennes.
Tu flottes sur la même bulle.
Tu comprends les mêmes choses.
Tu comprends. Me comprends. Tu vois les mêmes choses.
Tu vois ce qui est beau.
Et tu ne comprends pas.
Pourquoi les autres...

-J'sais pas.



Je me recule un peu, desserre mon étreinte.
Je me recule et le regarde.
Me recule pour mieux le regarder.
Perdu sous toutes cette eau.
Et je passe une main sur son front, sur ses cheveux mouillés.
Du bout des doigts.
Juste effleurer.

-J'sais pas, je répète. Je comprends pas les autres. Comme ils ne me comprennent pas. Mais toi. Toi, tu n'es pas comme les autres. Sinon, tu ne serais pas là.

Un sourire.
Je fais encore un nouveau pas en arrière.
Lui prends la main dans la mienne.
Une légère traction en avant pour lui faire signe de me suivre.
Puis la lâcher.
Il viendra s'il en a envie.
Il ne me suivra pas s'il ne le veut pas.
Mais je l'invite tout de même :

-Viens !

Et je m'élance.
Sur le macadam mouillé.
Trempé.
Détrempé.
Je m'élance entre les rideaux de pluie.
Et, telle une enfant, je saute dans la première flaque venue.
Splouf,
ça fait.
Des éclats partout. Qui se mêlent à la pluie.
Et mon rire monte dans la gorge. Se mêle à l'eau. Alors que je saute dans la flaque suivante. Pieds joints. Pour plus d'impact.

Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé

Re: Un coin à l'abri des regards

Message par : Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas
Page 3 sur 3

 Un coin à l'abri des regards

Aller à la page : Précédent  1, 2, 3

Permission de ce forum:Vous pouvez 
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Harry Potter 2005 :: ~¤~ Pré-au-Lard ~¤~ :: Rues de Pré-au-Lard-

L'univers d'Harry Potter est la propriété de la Warner Bros ainsi que de J.K Rowling.
Tous droits réservés sur ce site ©Copyright HarryPotter2005. Affichage optimisé sous Firefox.