AccueilPortailFAQPublications internesRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Harry Potter 2005 :: ~¤~ Pré-au-Lard ~¤~ :: Rues de Pré-au-Lard
Page 2 sur 4
Sur les bancs de Pré-au-Lard
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4  Suivant
Rachel Ester Pasca
Serpentard
Serpentard

Sur les bancs

Message par : Rachel Ester Pasca, Ven 16 Fév 2018 - 23:48


RP avec Jace
Ange

Normalement, lorsqu'on commence une histoire, on inclue le décor en premier. Or, dans ce cas présent, la narratrice s'était vite rendue compte que si elle tenait à minimum à garder une certaine cohérence... ce ne serait pas possible. Voyez, le personnage joué ce soir n'était autre que Tara, une blonde voluptueuse portant un masque de Phénix. Et on ne peut pas -vraiment pas- se balader en plein jour dans Pré-au-Lard avec un masque de ce genre et ne croiser personne, passer inaperçu. Impossible. L'histoire devait donc se dérouler en pleine nuit, mais c'était sans compter sur le deuxième acteur de cette histoire : Jace.

Jace était étudiant et de ce fait, il ne pouvait pas se balader comme bon lui semble une fois la nuit tombé car cela faisait des siècles qu'un couvre-feu interdisait cela à Poudlard -et oui on l'a fait dans un RP il y a un mois et alors ?. A moins que ce soit les vacances et que le petiot réside à Pré-au-Lard... mais, on ne sais pas pourquoi, on doute.

Pour cette histoire, nous dirons donc qu'elle se déroule en pleine nuit, mais aussi en pleine journée. Finalement, tant qu'ils ne sont que eux deux, ça pouvait fonctionner. Car les deux personnages avaient bien des choses à se dire, bien plus de choses à comprendre et cela ne pouvait se faire à côté des allés-venus des passants.

- Je suis heureuse de te revoir Jace Becker. Tu peux m'appeler Tara.
Revenir en haut Aller en bas
Jace Becker
avatar
Préfet(e)/Serpentard
Préfet(e)/Serpentard
Année à Poudlard : Septième année

Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Re: Sur les bancs de Pré-au-Lard

Message par : Jace Becker, Jeu 22 Fév 2018 - 22:07


J'avais reçu une lettre de la part d'un phénix prénommé Tara, et visiblement elle me connaissait déjà et veut me voir pour que nous discutions. Et apparemment je suis une énigme pour elle, je ne vois pas spécialement pourquoi. Mais ce n'est pas grave... Elle m'a donc donné rendez-vous à pré au lard.
Dans un premier temps j'avais préféré mettre un gros blouson avant d'appeler mon elfe mon très  chèr compagnon de fortune Ulule m'emmena jusqu'à la ville. Coucher de soleil au loin c'était un joli spectacle et par je ne sais quel miracle des deux narrateurs il n'y avait pas grand monde voire personne du tout dans les rues mise à part une blonde bien foutu assise sur un banc avec un masque de phénix. Je m'approche d'elle et j'entends sa voix m'appelé... "Je suis heureuse de te revoir Jace Becker." Donc nous nous sommes déjà rencontré, je baisse alors la tête avant de m'installer à côté d'elle et de sortir une cigarette avant de l'allumer.

-Pas la peine que je dise "enchanté" si nous nous sommes déjà vu. En parlant de vu, j'ai vu les actions de votre Ordre à Poudlard. Un phénix de glace de quelques mètres de haut c'est quelque chose qui ne passe pas inaperçu. Et Monsieur Jiménez la bien remarquer lui aussi vu qu'il est interdit de faire de la propagande dans l'enceinte du château. Et à mon humble avis que certains préfets vont se faire un plaisir de détruire toutes les affiches de propagande.

Je tourne alors la tête vers elle en recrachant la fumée par mon nez et regarde ses yeux que je peux voir sous son masque.

-Tu avais des questions pour moi non ?
Revenir en haut Aller en bas
Rachel Ester Pasca
avatar
Serpentard
Serpentard
Spécialité(s) : Permis de Transplanage


Re: Sur les bancs de Pré-au-Lard

Message par : Rachel Ester Pasca, Mar 27 Fév 2018 - 18:47


Tara était étrange dans sa manière de penser. Le jour elle regrettait de devoir porter un masque pour agir : cela n'avait pas autant d'impacte qu'un vrai visage car c'était la lumière qu'elle avait décidé de défendre. Les ombres n'avaient pas besoin d'avoir de visage, ils étaient même plus effrayant sans.

La nuit elle se cachait sous des sorts, un masque et un gadget qu'elle vendait dans sa boutique pour modifier un peu -un peu- sa voix, mais c'étais d'avantage quand elle chantait que l'objet faisait effet. Cela avait néanmoins peu d'importance, car il y avait peu de chance que Jace l'a reconnaisse, ils ne se connaissaient pas assez, malgré le Quidditch. Et si elle avait son masque ce soir, c'était aussi parce qu'elle espérait -non pas faire peur-, mais impressionner le jeune homme. Oui, on a tous le droit de rêver, mais Tara espérait vraiment que -en se sachant observé- choisirait le bon chemin : celui de la lumière. Elle ne se faisait pas à l'idée de "le perdre" alors qu'il avait été si proche d'elle.

Aux paroles du jeune homme, Tara se contenta de rire doucement, d'une manière très légère. Au final pour elle cette conservation n'était qu'une conversation entre ami. Alors elle était bien. Elle n'en voulait pas au directeur d'avoir interdit la propagande ni même à sa seconde, ils pouvaient difficilement l'accepter tout en restant crédible. Mais elle savait aussi que ce n'était pas ce qui arrêterait les Mangemorts. Alors ce n'était pas ce qui arrêteraient les Phénix. Finalement, seul les Aurors semblaient mis à l'écart avec cette mesure.

- Je n'ai pas de question précise, je cherche juste à comprendre ta manière de penser.

Tara fit une petite pause et lança un regard à Jace qui se voulait bienveillant. Non, ce soir elle ne ferait aucune remarque sur ces mauvaises habitudes. D'autant qu'au vu des litres d'alcool qu'elle buvait, elle n'avait pas réellement son mot à dire.

- Tu fins l'ignorance et tu prétends que tu n'as pas ton mot à dire, mais tu t'es plus renseigné que bon nombre de gens de ton âge. Je crois en fait que tu sais parfaitement quoi penser de tout ce qu'il se passe, mais que tu cherches des excuses pour ne pas t'impliquer. Ou ne pas te faire embêter peut-être ?
Revenir en haut Aller en bas
Jace Becker
avatar
Préfet(e)/Serpentard
Préfet(e)/Serpentard
Année à Poudlard : Septième année

Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Re: Sur les bancs de Pré-au-Lard

Message par : Jace Becker, Mer 28 Fév 2018 - 1:10


Cette demoiselle ricana d'une façon très légère, elle semblait vraiment légère et son rire me fit sourire. C'est étrange à quel point une inconnue, inconnue masquée je devrais dire peut avoir cet effet sur un quelqu'un.
Me disant qu'elle n'avait pas de question précise je tourne la tête vers elle toujours entrain de fumer alors qu'elle-même tourne sa tête vers moi après avoir fini sa phrase. Ma manière de penser ? Je ne vois pas ce qu'il y a de mal à ma façon de penser. Petite pause de sa part j'attendais avec impatience la suite, que voulait-elle insinuée ? Puis je croise son regard, un regard bienveillant, un regard que je n'ai trop rarement vu à mon goût sans compter Love... Il doit y avoir Elly, et Luna je crois.

Tara recommence à parler, disant tout un tas de choses comme quoi je faisais semblant de ne pas m'intéresser à ce qui se passe dans ce monde, que je cherche des excuses pour pas m'impliquer ou ne pas me faire embêter. Je pouffe de rire en jetant ma cigarette plus loin avant de sortir ma baguette et de lancer un #Evanesco sur le mégot. Ça ne se fait pas de laisser traîner des déchets au sol... Je ne parle pas forcément que de cigarette...

-Pas mal... peut-être que j'ai mes propres raisons de ne pas m'impliquer. Effectivement je me suis bien renseigné en tout cas sur les Aurors car je voulais les rejoindre quand j'étais gosse, petit rêve de gamin parti en fumer voyant leurs inactions contre vous ou encore les Mangemorts. J'ai effectivement lu l'impardonnable et juste après rencontrer une Ombre que je n'ai pas hésité à pointer de ma baguette alors le "ne pas te faire embêter" vous pouvez vous le gardez. Je n'ai peur de rien ni de personne...

Petit soupir avant de regarder du coin de l'oeil la dénommée Tara avant de passer mes deux mains dans mes cheveux.

-Pardon je me suis un peu emporté... Vous voulez savoir pourquoi je ne m'implique pas ? Car coller des affiches aux murs dans l'enceinte d'une école n'est pas utile, de plus, des disputes graves peuvent éclater pour moins que ça et étaler nos idéaux-politiques à deux noises ce n'est pas super comme idée sauf si vous voulez créer une guerre civile dans l'enceinte d'une école ou un élève sur cinq semble plus vouloir jouer à faire exploser des trucs comme des attardés que d'apprendre à canaliser leurs puissances et utiliser la magie de façon utile.
Revenir en haut Aller en bas
Rachel Ester Pasca
avatar
Serpentard
Serpentard
Spécialité(s) : Permis de Transplanage


Re: Sur les bancs de Pré-au-Lard

Message par : Rachel Ester Pasca, Dim 4 Mar 2018 - 14:05


Se faire embêter et chercher la bagarre était deux choses différentes pour la sorcière, mais elle ne fit aucune remarque là-dessus. Elle ne lisait pas dans les pensés, même si c'était quelque chose qu'elle se verrait bien apprendre un jour. Peut-être. Pour l'heure néanmoins elle se contentait de se qu'elle voyait, de ce qu'elle savait et de ce qu'elle imaginait des autres en fonction de sa propre expérience. Le petit énervement de Jace devait être dut à un genre de stresse, même inconscient.

C'était sans doute de cette manière qu'aurait réagit Rachel si elle avait été à sa place ce soir. Cependant ce que Tara n'aurait sans doute pas fait et que Jace faisait ce soir, c'était de dire l'entière vérité. D'apparence en tout cas, sans doute devait-il garder quelques secrets pour lui et c'était bien normale. A son âge, elle en aurait été incapable.

Comme simple réponse face à ses reproches de "non actions utiles", Tara éclata de rire. Un rire plus harmonieux que la plupart des rires, plus chantant, grâce au collier qu'elle avait emprunté. En une phrase, une accusation, Jace venait de mettre le doigt sur quelque chose de gros. Un mensonge cru de tous.

- Je te pensais mieux renseigner que ça.

Petite pause pour observer les étoiles qui brillent au loin.

- Ce n'est pas parce que tu ne le vois pas que vous ne faisons rien. Poser des affiches peut te sembler bête et inutile, mais nous ne sommes pas les Mangemorts, nous ne convainquons pas les gens de se joindre à nous par la force ou avec des menaces. Or, convaincre par les idées a un impact plus fort que convaincre par la force, mais cela prend plus de temps. Nôtre rôle est de montrer qu'on est là, de donner le l'espoir jusqu'à ce que les gens en oublie leur peur et vienne se battre. Et en attendant nous nous battons seul. Car nous somme bien en guerre.

Revenir en haut Aller en bas
Jace Becker
avatar
Préfet(e)/Serpentard
Préfet(e)/Serpentard
Année à Poudlard : Septième année

Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Re: Sur les bancs de Pré-au-Lard

Message par : Jace Becker, Mer 7 Mar 2018 - 11:56


Alors que je pensais me faire taper sur les doigts comme un gosse de cinq ans qui a fait une bêtise, la jeune femme éclata de rire ce qui me provoqua une irrésistible envie de la regarder totalement surpris en haussant les sourcils. Elle penser alors que j'étais mieux renseigné que ça, petit sourire carnassier avant de lui couper la parole pour lui répondre.

-Je dois bien avouer que l'Ordre du Phénix est le parti que je connais le moins bien, je ne me suis pas attardé sur vos affiches...

Je la laisse reprendre donc ce qu'elle disait, sa première phrase sonne comme un credo dans l'esprit de mon narrateur. "Agir dans l'Ombre pour servir la Lumière" j'ai un sentiment de déjà-vu ou d'entendu... Elle fit une remarque sur les Mangemorts qui convainc par la force et la terreur de les servir, je prends quelques secondes pour réfléchir alors qu'elle continue de parler d'espoir. D'espoir ? C'est sûr qu'en faisant la politique de l'autruche il y a de l'espoir... Je ricane alors à mon tour tout en basculant en arrière et relève la tête pour observer les quelques étoiles qui pointent le bout de leurs nez.

-Aucun Mangemort ne m'a menacé ou attaquer. Avec le masquer que j'ai rencontrer nous n'avons fait que parler, pas de façon aussi familière que j'ai avec vous. Mais nous parlions tranquillement, il m'a même conseiller de rencontrer d'autre "ombre" pour avoir leurs points de vu sur le monde magique actuel et ce qu'ils veulent faire pour le changer. Ne parlons même pas du Ministère, mon père travaille là-bas et j'en ai plein les oreilles...

Que va-t-elle penser de ça maintenant ? Et oui mademoiselle Tara, je n'ai faits que causette avec un Mangemort. J'ai grande hâte de voir ta réaction à tout ceci, tu n'as pas l'air aussi "informer" que ça si tu penser qu'ils sont tous pareil.
Revenir en haut Aller en bas
Rachel Ester Pasca
avatar
Serpentard
Serpentard
Spécialité(s) : Permis de Transplanage


Re: Sur les bancs de Pré-au-Lard

Message par : Rachel Ester Pasca, Jeu 8 Mar 2018 - 19:35


Le regard de Tara s'assombrissait de plus en plus, mais Jace n'en percevrait rien à cause du masque. Tout ce qu'elle entendait pour le moment ne faisait que confirmer des doutes qu'elle avait déjà. Pour tout dire, elle s'en fichait qu'il n'ait pas lu les affiches, les dernières qui avaient été posé et distribué avaient surtout eux comme vocation de toucher les hésitants. Or Jace ne semblait pas hésiter tant que cela. Il s'était renseigné sur sa jeunesse sur les Aurors avant de désenchanter. Puis n'avait fait un pas que vers les ténèbres.

- C'est toujours plus facile de critiquer lorsqu'on ne fait rien.

La voix de était douce, mais l'étudiant ne pourrait sans doute pas passer à côté de la pointe de déception qu'elle n'avait pas été en mesure de dissimuler. Inconscienment elle eu même envie de pleurer. Elle n'était pas assez proche de Jace pour réellement s'inquiéter pour son avenir, mais sa manière de penser faisait écho à ce qu'elle avait déjà eu l'occasion d'entendre. Le monde tournait, tournait, devenait fou... et Tara avait beau se démener, crier, hurler, se battre de toutes ses forces... rien ne changeait. Vous n'avez pas idée du niveau de frustration que l'on pouvait éprouver, lorsque l'on voyait quelqu'un prendre le mauvais chemin sans pouvoir rien y faire.

- Les mangemorts sont bons ? C'est ça que tu essaies de me dire ?

Petite pause pour tenter de dissimuler sa peine. On aurait put croire qu'elle était énervée, mais non, pas du tout. On a juste discuté. N'était-ce pas la preuve que Jace était déjà à moitié des les ténèbres ? Car Kohane avait tenu le même discours, avant... le reste. Et Tara se souvenait comme si c'était hier, du mangemort qui avait surgie de nul part et attaqué sans raison le bar dans lequel elle se trouvait. Elle se souvenait comme si c'était hier d'avoir échappé de justesse à la mort lorsqu'un autre bar s'était écroulé sur elle après une nouvelle attaque de Mangemorts. Elle ressentait parfois encore la douleur à son bras, lorsque d'aventure il lui arrivait de se remémorer la fois où elle avait été prise en otage après avoir été brûlée au lasso. Elle se souvenait aussi avoir été littéralement privée de sa liberté par un sortilège. Tout son être hurlait encore de douleur, huit ans après lui...

- Je t’achetais de le dire à mon collègue et ami, brûlé gravement au visage à l'acide pour quelques informations sans importance. Ou a ma meilleure amie qui a été torturé. Et je suis certaine que ça ne manquera pas de faire plaisir à un jeune homme innocent, que les mangemorts de réduisent pas toujours en bouillit les membres des personnes qu'ils croisent.

Inspirer, expirer. Bon, d'accord, elle tremblait. Tara n'avait cité que trois histoires parmi des milliers, elle n'avait pas parlé d'elle. Il fallait cependant avouer que c'était un sujet qui lui tenait particulièrement à cœur. Elle aussi avait sa part d'ombre. Elle aussi avait eu l'occasion de parler avec eux. N'habitait-elle pas avec l'une de leur partisane les plus ferventes ?

Tara se redressa, déterminée et ravagée en même temps, puis se tourna vers le jeune homme dont elle avait préféré fuir le regard un moment.

- Tous ce sont pas forcément mauvais c'est vrai. Et nous ne remettons pas du tout en cause leurs idéaux. Enfin si, mais pour Rachel c'était plus une histoire de praticité que valeurs. En revanche il y a des choses qui sont fait qui sont inacceptable et inexcusable !
Revenir en haut Aller en bas
Jace Becker
avatar
Préfet(e)/Serpentard
Préfet(e)/Serpentard
Année à Poudlard : Septième année

Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Re: Sur les bancs de Pré-au-Lard

Message par : Jace Becker, Mar 1 Mai 2018 - 22:59


Désolé du retard :'(


La prochaine réplique était vraiment cinglante de la part de Tara, cela m'a en quelque sorte arraché presque un sursaut, je m'attendais vraiment par une phrase pareil. Alors d'un ton des plus... Calme je dirais je lui réponds.

-"Ne rien faire" j'observe et j'analyse pour le moment. Je me suis investie une fois pour un camp, si je dois réitérer cette "expérience" se sera mûrement réfléchi et pas pour un rêve de gosse aveugle.

C'est un peu ce que l'ombre m'avait dit lorsque je l'ai rencontré dans l'entrepôt, comme quoi je n'étais qu'un gosse aveugle qui doit faire ses preuves et mettre ses remords et ses doutes de côté car c'était l'unique ennemi lorsqu'il faut afficher ses convictions. Les doutes et les remords... J'ai arrêté d'en avoir peu de temps après cette entrevue des plus instructifs, cependant un détail me trouble... Les Phénix m'ont en vue ? Aurai-je fait quelque chose qui a attiré leurs attentions ? Quoi donc ? Mes agressions sur deux élèves leur sont-ils parvenus ? Ellana est derrière ça pour me mettre dans l'embarras voir pire ?
Je n'ai pas le temps de me répondre qu'elle me pose une question, les Mangemorts bon ? je m'empresse alors de lui répondre rapidement.

-Je ne dis pas ça mais...

Pas le temps de finir ma phrase elle ré-enchirie, et elle finit par dire que tous ne sont pas mauvais et je ne puis contredire le fait qu'ils ont fait des actes horribles mais eux ils agissent...

-Si eux ne sont pas tous forcément mauvais, les Phénix et les Aurors ne sont pas forcément bons non plus alors ?
Revenir en haut Aller en bas
Rachel Ester Pasca
avatar
Serpentard
Serpentard
Spécialité(s) : Permis de Transplanage


Re: Sur les bancs de Pré-au-Lard

Message par : Rachel Ester Pasca, Jeu 3 Mai 2018 - 21:05


Tara soupira en s'adossant au banc et en posant un regard triste vers les étoiles. Elle avait peur que ce soit déjà trop tard pour Jace, car elle reconnaissait bien là l'attitude d'un partisan des ténèbres. Elle aurait beau prouver par A plus B que ce n'était pas le bon chemin à suivre, il continuerait de trouver des échappatoires en se cachant derrière l'ignorance de la jeunesse. Tout comme elle continuerait de le faire à sa place si les rôles avaient été inversés et qu'il était mangemort et elle étudiante.

-Si eux ne sont pas tous forcément mauvais, les Phénix et les Aurors ne sont pas forcément bons non plus alors ?

- Bien sûr que non. Il faut voir le nom -phénix, mangemorts, aurors- comme un statut social ou un métier si tu veux. Ce n'est pas parce qu'on est professeur, qu'on sait enseigner. Même les Phénix se sont un jour perdu sur le chemin des ombres. Lorsque j'avais ton âge ils ont pendu une femme sur le chemin de Traverse... Une Mangemort d'ailleurs.

D'ordinaire, elle évitait de venter les exploits macabres de ses prédécesseurs, mais là elle sentait que c'était la bonne chose à faire. Ne pas mentir, ne pas prétendre que tout avait toujours été beau et lumineux et qu'il en serait toujours ainsi. Peut-être que demain elle arborerait un autre masque -mais pas de mangemort !- et expliquerait en quoi les Phénix étaient néfastes. Peut-être que non. Elle avait fait déjà tellement chose qui lui aurait semblé impossible peu de temps avant.

- Mais l'important ce n'est pas tant ce que nous avons été, mais qui nous sommes aujourd'hui. Au font, l'Ordre du Phénix ce n'est qu'un groupe de sorciers et sorcières engagés qui pensent qu'il y a d'autres moyens de faire qu'en faisant l'apologie du mal et de la terreur.

Pause.

- Je me bats parce que j'ai peur que ce qui m'est arrivé arrive à d'autres.
Revenir en haut Aller en bas
Jace Becker
avatar
Préfet(e)/Serpentard
Préfet(e)/Serpentard
Année à Poudlard : Septième année

Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Re: Sur les bancs de Pré-au-Lard

Message par : Jace Becker, Sam 12 Mai 2018 - 20:15


Tara soupire ma réponse n'est sans aucun doute celle qu'elle attendait, mais je n'y peux rien, je suis franc je n'aime pas tourner autour du pot. Ensuite elle me donne une sorte d'explication sûre comment voire les différents groupes majeurs de notre société actuel, un statut social ou un métier. J'enregistre tout ce qu'elle me dit dans mon esprit c'est toujours une connaissance supplémentaire, en revanche ce à quoi je ne m'attendais pas c'est qu'un jour les Phénix ont pendu une femme sur le chemin de Traverse une Mangemort.

-C'est barbare. Surtout pour un groupe qui prône la lumière dirons-nous, elle avait beau être une Mangemort ce n'était pas utile de la pendre en pleine rue comme une truie.

Elle m'explique ensuite que l'important ce n'est pas ce que le groupe était par le passé mais ce qu'ils sont aujourd'hui. Tara me donne par ailleurs un peu la définition de ce que font les Phénix pour changer les choses pour "essayer" de me convaincre j'imagine, qu'elle a peur de ce qui lui est arrivé arrive aux autres. Elle pique ma curiosité je dois savoir cependant cela attendra car j'ai d'autres questions en tête que je me presse de lui poser.

-Tiens d'ailleurs j'ai une question Tara, vous -l'ordre du Phénix- vous êtes des défenseurs du peuple alors pourquoi les Aurors se prennent prenne à vous ? Je ne comprends pas ça... Et... Qu'est-ce qui vous est arrivée ?
Revenir en haut Aller en bas
Rachel Ester Pasca
avatar
Serpentard
Serpentard
Spécialité(s) : Permis de Transplanage


Re: Sur les bancs de Pré-au-Lard

Message par : Rachel Ester Pasca, Dim 13 Mai 2018 - 17:35


Elle oscillait entre colère et tristesse, ne sachant plus vraiment comment se positionner face au jeune homme. Ou simplement face à ce monde qu'elle comprenait de moins en moins. Plus rien ne semblait avoir d'impact à par le sang. Jace reprochait-il aussi aux Mangemorts leurs crimes ? Ou le fait de pendre une sorcière -déjà morte au moment des faits- n'était un acte abominable que parce qu'il était à l'origine des Phénix ? C'était une question qu'elle aurait aimé posé, si elle n'avait pas eu si peur de la réponse.

Tara laissa donc glisser sa remarque, parce que dans l'immédiat elle considérait qu'elle ne valait rien. Inutile de s'attarder sur des évidences : c'était mal et ils avaient eu tord à l'époque. Pourtant l'envie de vengeance de la sorcière était parfois si forte, qu'elle ne pouvait que les comprendre. Elle serait capable de faire bien pire si elle ne se maîtrisait pas.

- Nous reconnaître comme des alliés, ce serait comme d'accepter que chacun porte un masque pour faire sa propre justice. C'est quelque chose que la loi ne peut pas tolérer, ce serait la porte ouverte toutes les vengeances personnelles.

Puis il devait très certainement y avoir quelques beaux s*lops chez les Aurors (HRP : ce RP dure depuis longtemps, aujourd'hui ce n'est plus ce que pense Rachel). Tara ne serait surprise de rien. Elle se leva alors, parce qu'elle avait dans l'idée que cette discussion ne pourrait rien lui apporté d'autre ce soir. Elle n'avait pas dans l'idée de confier ses plus noirs secrets. Etait-ce vraiment si difficile d'imaginer ce qui avait pu lui arriver ? A croire qu'elle était un cas unique. La Phénix resta donc vague.

- Rien de plus qu'à beaucoup d'autres... Je suis tombée sur des Mangemorts qui n'avaient pas envie de parler.

Et la sorcière transplana, laissant le jeune homme seul dans la nuit avec cet ultime reproche.

Quand les nazis sont venus chercher les communistes, je n’ai rien dit, je n’étais pas communiste.
Quand ils ont enfermé les sociaux-démocrates, je n’ai rien dit, je n’étais pas social-démocrate.
Quand ils sont venus chercher les syndicalistes, je n’ai rien dit, je n’étais pas syndicaliste.
Quand ils sont venus me chercher, il ne restait plus personne pour protester. (M. Niemöller)

Quand les Mangemorts ont sévis autour de moi, je n'ai rien dit, je n'avais pas eu mal.

FIN du RP pour moi.
Revenir en haut Aller en bas
Lïnwe Felagünd
avatar
AdministrationHarryPotter2005
Administration
HarryPotter2005
Année à Poudlard : Sixième année

Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Re: Sur les bancs de Pré-au-Lard

Message par : Lïnwe Felagünd, Sam 19 Mai 2018 - 17:13


Underwood memories
— PV Matt

/!\ Contenu sensible (?) /!\

_ Heure de fermeture. Raah, laisse. Laisse-moi. Geste mécanique qui s'abat solitairement dans le vide. Le ciel est bleu foncé, teintes de violet. On aurait dit un pot de peinture renversé, les yeux levés - rivés vers ces hauteurs qu'il aimerait tant habiter. Ce n'aurait été que Lïnwe, il y aurait versé une bière ambrée de son balcon de nuage, par-dessus les têtes, de la mousse et des couleurs qui évoquent un souvenir fort. Pas forcément heureux, mais des plus puissants. La nostalgie s'empare de lui, à quelques instants comme celui-ci. Après avoir salué ses collègues qu'attendaient encore de virer les derniers clients des Trois Balais, le stagiaire prit le chemin du retour. Un chemin tortueux, escarpé
mais de ce qu'il y a de plus banal, et ça l'ennuie.
Parfois, il se perd un peu dans les ruelles ou le parc, histoire de méditer un peu tout seul.

Son dernier verre renonçait au whisky
aujourd'hui, jour de vodka
c'est qu'en tant qu'employé il pouvait bien
se servir un ou deux jus dans la journée
sans rien demander.


Je crois qu'il ne se rend même plus compte quand il parle tout seul, à une brique ou une herbe haute. Une fleur. En fait, il trouve ses amis dans la nature, une maison, sur une table. Des objets, des animaux aussi. Tout ce qu'il y a de non-humain. Les feuilles parlent bien plus qu'un homme. Les idées s'emboîtent. S'embarquent dans des tunnels épais, abysses internes. Profondeurs personnelles. Il est sujet à quelques humeurs changeantes. Un cycle, comme une roue de carrosse absurde. De l'art brut. Ce n'est pas de sa faute, on lui a fait faire plein de trucs quand il était plus jeune. Et à force de jouer les cobayes, il s'en est pris un peu trop dans la gueule - des expériences. Il est soudainement pris d'une nostalgie. De cette nostalgie peu commune. Tellement imposante qu'elle en devient suicidaire. C'est qu'on ne pourrait même pas l'expliquer, le justifier. Il essaie de trouver une réponse, des solutions - son verre à la main. Ne te retourne pas.

Il a pris l'habitude de se soûler pour apprécier
la lueur du jour.


- Qu'est-ce qui m'a pris de m'attacher à la lune ?
un soupçon de lucidité qui paraît pourtant insensée.
Et ne me répond pas sur ce ton.

Revenir en haut Aller en bas
En ligne
Matt Austin
avatar
Serdaigle
Serdaigle
Spécialité(s) : Permis de transplanage
Legilimens
Occlumens


Re: Sur les bancs de Pré-au-Lard

Message par : Matt Austin, Mar 22 Mai 2018 - 13:53


Matt s’ennuyait à mourir aujourd’hui. Il venait de passer la journée à tourner en rond chez lui, dans son salon, cherchant une nouvelle information ou une nouvelle piste pour sa chasse aux Mangemorts. Mais il n’avait rien, strictement rien du tout. Ses recherches étaient vaines depuis plusieurs semaines maintenant, il redoublait d’efforts mais cela ne servait à rien. Le sorcier avait l’impression de nager à sens inverse. Trop d’élément lui échappait. Comment les masqués prospectaient-ils ? Comment les jeunes, naïfs, sorciers tout juste sortis de Poudlard, réussissaient-ils à les contacter ?

L’américain grogna de rage. Il devait sortir s’aérer l’esprit sinon il allait devenir fou, enfermer entre ses murs. Alors sans attendre, l’ancien Auror s’était rendu dans un bar qu’il connaissait par cœur, pour y avoir travailler pendant une année comme serveur. L’établissement Les Trois Balais n’avait pas changé depuis son départ et la nostalgie ne tarda pas à le gagner, un cocktail entre ses mains, accoudé à sa table. Son travail de serveur, il l’avait effectué juste après le retour de son tour du monde avec son oncle, voyage durant lequel il apprit la magie noire. Tant d’années déjà. Il avait vécu tellement de chose depuis son départ des Trois Balais. L’amour. Les combats. Le Ministère.

Plongé dans ses pensées, l’ancien Auror ne remarqua pas tout de suite le jeune sorcier qui officiait comme serveur dans l’établissement et qui était des plus étranges. Mais son comportement, et notamment le fait qu’il semblait se parler tout seul à de nombreuses reprises, qui éveilla la curiosité de l’américain. Était-il fou ? Amusé, le sorcier garda un œil sur le garçon. Ce dernier était maigre, très maigre et son visage était cerné, preuve de nombreuses nuits sans sommeil. Il continuait de se parler à lui même tout en faisant son travail. A noter que cela était plutôt impressionnant, réussir à se parler tout en retenant la commande des clients.

Mais lorsque le serveur passa au plus près de Matt pour débarrasser son verre vide, l’américain tendit l’oreille pour entendre ce que marmonnait le jeune garçon. Il lui sembla entendre des paroles bien noires pour un si jeune sorcier, ce qui le laissa un temps stupéfiait. Alors qu’il était venu ici pour se détendre, voilà qu’une piste des plus surprenantes venait de se manifester devant lui. Le serveur semblait avoir des informations très utiles. Par la barbe de Merlin !

Le temps passa, les heures s’écoulèrent tendis que les clients quittaient l’établissement. Pour ne pas paraître suspect, l’américain sorti en même temps que quelques clients, une bonne demie heure avant la fermeture. Il se positionna contre un mur, loin des lumières des lampadaires, caché par la noirceur de la nuit. Une heure plus tard, le jeune serveur sortit des Trois Balais, un verra à la main et à la démarche hésitante. L’alcool ne faisait jamais bon ménage.

Haussant les épaules, Matt commença sa filature dans les ruelles de Pré-au-Lard. Le garçon se parlait toujours tout seul. Ils s’éloignèrent progressivement du centre du village et se retrouvèrent très vite seul. Sans plus attendre, saisissant sa chance, l’ancien Auror accéléra son allure. Arrivé au même niveau que le serveur, il lui donna un coup d’épaule, qui semblait involontaire, mais suffisamment puissant pour lui faire échapper le verre qu’il tenait à la main.

« Oh mer*e ! Excusez-moi petit, je n’ai pas fais attention. Matt passa devant le jeune garçon pour lui faire face et déposa sa main sur son épaule. Je suis vraiment navré. Je peux vous rembourser le verre ? »

Matt fit son sourire le plus sincère au garçon tout en cherchant à capter son regard. Il voulait instaurer une atmosphère calme et amicale avant d’utiliser sa magie pour retirer les informations dont il avait besoin de l’esprit du gamin.
Revenir en haut Aller en bas
Lïnwe Felagünd
avatar
AdministrationHarryPotter2005
Administration
HarryPotter2005
Année à Poudlard : Sixième année

Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Re: Sur les bancs de Pré-au-Lard

Message par : Lïnwe Felagünd, Mar 22 Mai 2018 - 22:58


Une interférence se bouscule à l'intérieur. Comme de véritables tempêtes, les couleurs se déchaînent à la manière de peintre abstrait. De l'art brut, même. Quelque chose de convenablement et d'innocemment violent. Les bénéfices de la peinture, son nuancier est aux abois. Sa poitrine gronde. Sa tête hurle. Le cri. Les éléments de la nature irréelle aspirent à la déchéance neurologique. Le garçon aspire à une forme de folie qui ravagera quelques champs d'amitiés seulement, contre des rivages de ruptures, d'opportunités. L'instabilité émotionnelle est, ce soir, plutôt univoque. Qu'as-tu dit, déjà ?

L'oubli est Enfer
à cet instant où tout semble
se
délier
dans le néant
il y a des jours comme ceux-là
inexplicables et pourtant
saisissants
où il en perd le fil
il perd la tête
la boule
le conflit
confit
de son esprit
le subconscient
qui prend les devants
ferme les carreaux
du réel
tire le rideau
du présent
la mémoire
brûle
dans un feu
de camp.

Déconcerté il s'arrête soudainement. Un homme lui rentre dedans. _ Un coup d'épaule. Un signe de là-haut : retour du banal. Nuages psychotropes au goût de l'ailleurs et à la couleur de la peau. La main fait preuve de couardise, elle lâche face à cet éveil brutal le verre qui lui faisait grâce. Il restait un fond de vodka — à l'arôme délicat, il y avait inséré lui-même une gousse de vanille. Et pourtant, il accepte l'excuse du vieux. Des sourcils étrangement retroussés, il n'était pas convaincu par la démarche mais ça lui plaisait, de se faire rembourser un verre à cette heure-ci. Bénéfique. Le regard ancré dans le sien. C'est qu'il avait de beaux yeux vert clair. Une problématique cependant : « Volontiers. Mais les Trois Balais vont bientôt fermer... je le regrette. » — Enfant misérable.

Revenir en haut Aller en bas
En ligne
Matt Austin
avatar
Serdaigle
Serdaigle
Spécialité(s) : Permis de transplanage
Legilimens
Occlumens


Re: Sur les bancs de Pré-au-Lard

Message par : Matt Austin, Ven 25 Mai 2018 - 13:34


Le gamin face à lui ne semblait pas plus perturber que cela par la bousculade maos surtout, par la perte du précieux liquide habituellement réservé au adulte. Étrange. Le jeune sorcier était vraiment étrange. Était-ce l’alcool ? Il n’était peut être tout bonnement pas habitué à boire de l’alcool et cela lui retournait alors rapidement la tête. Puis le fait de parler tout seul depuis la sortie du bar… Il devait être sacrement dérangé ou bien, on l’avait bercé un peu trop près du mur.

Dans tous les cas, la proposition du franco-américain sembla ravir le sorcier blond. Malheureusement pour lui, Matt avait une toute autre idée derrière la tête. Le regard du blond s’accrocha au sien, restant fixé des ses yeux, un regard sympathique aux lèvres. Oh pauvre de toi. La prise sur l’épaule du jaune sorcier se resserra. Des griffes autour de sa proie. Extérieurement, le  visage du Serdaigle affichait un sourire sympathique, mais intérieurement, le sorcier jubilait. Il le sentait. Il se savait proche de découvrir des renseignements utiles. Par la barbe de Merlin ! Il allait être récompensé.

« Legilimens. » Chuchota le franco-américain.

Une sensation habituelle, froide et légère, tira son esprit de son corps. Volant, comme si il vivait un rêve éveillé, le sorcier se propulsa dans le visage juvénile face à lui. Depuis plusieurs années qu’il maitrisait cet art noir, le sorcier avait visité de nombreux esprits, visionné des souvenirs et ressentit de sentiments qui n’étaient pas les siens. Pourtant. Pourtant il n’avait jamais rien vu d’aussi… étrange. L’esprit du sorcier blond était remplit de tourbillons colorés qui avançaient au gré de leur « volonté ». Certains frôlèrent Matt et l’ancien Auror s’aperçu que les souvenirs étaient entremêlés aux filaments colorés des sentiments. C’était bordélique, agressif. Un esprit comme ça, aussi dérangé, expliquait les comportements étranges du sorcier blond. Pauvre de lui. Matt eu pitié, de la compassion, pour lui. Qu’elle était donc la cause de tout cela ?

Attentif, le légilimens regarda autour de lui à la recherche d’un « tourbillon » suffisamment vieux pour pouvoir remonter dans le passé du garçon.  Mais dans tout ce bordel, il était impossible pour lui de repérer la moindre chose. Il marcha alors entre les tourbillons, en effleura certains, ressentant les émotions de garçon se déverser en lui. Le sorcier fut intrigué par un tourbillon duquel s’échappait des émotions moroses, mélancoliques. Une très grande tristesse.

Le jeune garçon se trouvait proche d’un lit. Un lit métallique aux draps blanc. Le décor de la pièce ne laissait aucun doute à l’endroit où le gamin se trouvait. L’hôpital Sainte-Mangouste. Un lieu lugubre que le franco-américain ne connaissait que trop bien. A son tour, il s’approcha du lit. Le corps de l’enfant était caché par les draps mais son visage ressemblait étrangement à celui du blond. Sa sœur. L’enfant était dans un état végétatif, un corps si fragile, impuissant. Un sortilège puissant l’avait plongé dans cet état. Et des sanglots du garçon qui se trouvait face à lui, des paroles, du charabia qu’il racontait, Matt comprit que c’était encore l’œuvre d’un Mangemort.

Le sorcier s’extirpa du souvenir, un étrange ressenti et un certain malaise c’était emparé de lui. De la tristesse. De la pitié. Mais aussi de la rage. La haine contre les masqués qui ne faisaient que détruire la vie des autres. Alors qu’il reprit sa marche, un tourbillon sembla s’arrêter devant lui, comme si inconsciemment, l’esprit du blond voulait lui montrer de lui même ce souvenir.

Il faisait noir, bien plus noir qu’une nuit habituelle. Un froid glacial soufflait sur le garçon, marchant dans l’obscurité. Et une ombre fit son apparition. Une ombre aussi glaciale que les rafales qui soufflaient. Une ombre que l’ancien Auror n’eu aucun mal à deviner la vrai forme. Un Mangemort. Oh que oui. Même si physiquement il ne semblait pas être présent, l’aura qu’il dégageait était des plus sombres. Une phrase. Un rendez-vous. Puis l’ombre se dissipa dans la nuit.

Sortant du souvenir, Matt jubilait maintenant intérieurement. Il fallait qu’il trouve la suite de ce souvenir. Par la barbe de Merlin. L’ordre noir était bien trop proche, indirectement, de ce garçon. Et le franco-américain ne tarda pas à trouver ce qu’il cherchait.

Le garçon était la, encore dans la nuit, baguette en main. Face à lui, l’ombre était là. Un masque. Des bouts de tissus qui semblaient voler autour  forme humanoïde. Le combat débuta entre eux, sous les yeux de Matt, à la fois sceptique et surpris. Le Mangemort ne semblait pas s’en prendre mortellement au garçon. Non. Il retenait ses coups. Blessait sans tuer. Le duel et les échanges de sortilèges durent de longues minutes puis l’ombre chuchota. Un chuchotement si bas, si inaudible, que l’ancien Auror n’arriva pas à l’entendre.

L’ancien Auror sortit du souvenir, des sentiments controversés s’entremêlant en lui. La haine bien sur. La haine de revoir un masqué. Si proche. Mais aussi la joie. La joie d’être proche de son but. Les trouver. Trouver un moyen de les toucher. Oh oui. Le garçon était ce moyen. Un moyen qu’il allait utiliser pour les espionner. Pour les traquer. Pour les abattre.

Matt regagna son esprit, quittant celui du sorcier blond provoquant en lui une sensation étrange et dérangeante.  Le franco-américain ne laissa aucune seconde s’écouler entre sa sortie et la reprise de conscience du jeune sorcier face à lui. Sa main toujours agrippée à l’épaule du blond, il le poussa en arrière suffisamment fort pour le déséquilibrer. Dans le même temps, sa baguette venait de glisser jusqu’à ses doigts et il la pointa vers le visage de son interlocuteur, son visage n’étant devenu que haine.

« Toi. Toi le perdu. Le moindre geste, le moindre mouvement vers ta baguette, et je te mets dans le même état que ta sœur. Le petit pique. Celui qui exprimait clairement les attentions de l’ancien Auror. Et celui qu’il espérait ramener le garçon à se focaliser sur lui. Il n’était pas ici pour rire. Nom et prénom. Vite. »

Matt n’avait plus rien du gentil sorcier prêt à payer un verre. Non. Il devait même faire peur, la haine l’ayant emporté sur le reste. Lui qui haïssait les Mangemorts, son état actuel était pourtant bien proche d’eux. Cette haine similaire qui le mangeait à petit feu.
Revenir en haut Aller en bas
Lïnwe Felagünd
avatar
AdministrationHarryPotter2005
Administration
HarryPotter2005
Année à Poudlard : Sixième année

Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Re: Sur les bancs de Pré-au-Lard

Message par : Lïnwe Felagünd, Mer 30 Mai 2018 - 0:15


/!\ Contenu sensible /!\

Le type avait l'air assez sympa, comme ça. Une interprétation ambiguë de ses propos, de son sourire. L'impression est parfois traître, dotée d'un gant de velours se cachant la main d'un spectre blanchi par la colère et la peur. L'illusion du bien. L'illusion du réel. Il n'avait jamais cru en la vérité rationnelle, lui, il préférait rêver sur des miles durant. Tracer un bel escalier en colimaçon pour retrouver les nuages du paradis, matelas cotonneux. — Il l'invita d'une main sur l'épaule. Le gars un peu trop tactile d'un premier contact.

Le second était plus agile, plus délicat, plus puissant.
Plus gênant. Étrange. Les pupilles de ses yeux sont dilatées

par l'excitation, - ou le manque de lumière ?


Plus il le fixe et plus l'enfant devient pantin. Ça faisait longtemps qu'il n'avait pas perdu les fils. Il avait pris goût à la liberté du mannequin. Le masque s'était éclaté. Et pourtant, le regard était important. Comme statufié. Dans le vide. La lecture n'y est que plus déroutante, plus enrichissante. Lïnwe semble hagard, un peu mou sur les bords et ce n'est pas l'effet de l'alcool qu'il ingurgite à merveilles. C'est que, depuis le temps, son corps assimilait bien les cocktails. Non, c'est une forme plus inexplicable, inexpliquée aussi — on ne raconte pas beaucoup l'histoire de la Legilimencie à l'école.

Tout semble suspendu un instant dans la nuit
Pré-au-Lard se découvre un miroir
une image immobile le fil du temps
y est élastique, pendu
comme ce linge qui sèche
un peu plus loin
au-dessus de leur tête.

C'est une sensation extraordinaire
quelque chose de contre-productif
comme deux éléments qui s'opposent
se haïssent et se mélangent pourtant.

C'est une sensation diabolique
maudite, un peu comme un produit
addictif qu'on prend et reprend
sans le vouloir.

Un peu comme un virus
dont on a besoin pour se guérir
d'un bien plus grand malheur.

#Error 404 Not Found.
_ Felagünd's program failed...

Oui c'est ça. C'est un virus indétectable la première fois. Et il suffit d'une seule fois pour convaincre le corps ingénieux d'abdiquer. Son esprit est corrompu par un insecte qui lui a proposé un verre. L'indigestion psychique est lente et tortueuse. Tous ces gratte-ciels que forment sa ville, sa capitale cérébrale s'effondrent en un coup de vent incontrôlable. Des tempêtes qu'il croyait colorées s'arrêtent une à une pour détruire chacune de ses bâtisses intérieures. Ses croyances. Ses émotions refoulées. Ses faux et bons espoirs. Ses rêves nostalgiques. Sa mémoire. Tous, lui font défaut en une fraction de seconde. Le temps de l'apocalypse résolu. L'enfant semble perdu. Totalement perdu à travers ce champ de guerre qu'est le sien.

Il n'a pas assez bu pour devenir familier avec cet homme et pourtant, il perd le contrôle de ses jambes. Son corps se détend vers l'arrière comme un saut en élastique. Le choc est brutal. En temps normal, le sang-mêlé aurait souri face à cette violence. Il apprécie le couteau qu'on peut lui passer sous la gorge. Il rie face à l'éventuel danger de mort. Ses pulsions n'en sortent que plus grande. Mais là, c'était différent. Ce n'était pas la baguette de l'inconnu qui lui faisait peur. La haine qui défigure son visage angélique, non. L'angoisse lui monte alors au cerveau — un terrible mal de crâne. Sous la pression, il donne un faux nom : Eddard Blood. Je crois qu'il a fait le con. C'est l'instinct de survie, après tout. Oui c'est ça, c'est la Survie* qui parle en son nom. Mais au fond, il ne pensait pas qu'une telle magie existait. On vient juste de le violer.


* Le nom qu'il donne à l'une de ses voix dans sa tête.
Revenir en haut Aller en bas
En ligne
Contenu sponsorisé

Re: Sur les bancs de Pré-au-Lard

Message par : Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas
Page 2 sur 4

 Sur les bancs de Pré-au-Lard

Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4  Suivant

Permission de ce forum:Vous pouvez 
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Harry Potter 2005 :: ~¤~ Pré-au-Lard ~¤~ :: Rues de Pré-au-Lard-

L'univers d'Harry Potter est la propriété de la Warner Bros ainsi que de J.K Rowling.
Tous droits réservés sur ce site ©Copyright HarryPotter2005. Affichage optimisé sous Firefox.