AccueilPortailFAQPublications internesRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Harry Potter 2005 :: ~¤~ Pré-au-Lard ~¤~ :: Rues de Pré-au-Lard
Page 2 sur 6
Rendez-vous à Pré-au-Lard
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6  Suivant
Maître de jeu
PNJ
Arbitre neutre

Re: Rendez-vous à Pré-au-Lard

Message par : Maître de jeu, Mar 26 Sep - 19:44


Le membre 'Morgan Delaube' a effectué l'action suivante : Lancer de dés


'Dé 100 faces' : 72
Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar
Invité

Re: Rendez-vous à Pré-au-Lard

Message par : Invité, Mar 26 Sep - 22:57


J'aime te dire "oui"


Discours envolé sur la pointe des pieds. L’expression du cœur tout exalté et dévoué à la Cause. Quelque chose de plus grand, plus beau, qui les dépasse tous. Quelque chose d’Infini, dans lequel ils pourraient tous se fondre. Comme les ingrédients disparates dans un Chaudron universel. Oui, ça devait être ça.
Pourtant, ses explications n’avaient pas permis la compréhension en face. L’autre semblait se chauffer, oui, s’échauffer, peut-être. Mais pas par les idées de révolte. Plutôt par…

Du prévisible.
De l’acharnement à mettre de l’huile dans les chaînes.

Ses dents sous l’argile se mirent à crisser.

Pourquoi personne ne comprenait-il ?

Il faudra expliquer. Encore. Toujours. Son cognomen est Le Pédagogue. Apprendre et enseigner sont ses armes.
Car ol est un disciple de 39.

L’autre s’échauffe, se lève de son trône affligé.

Mais, pourtant… De ce qui avait été perçu par son sens auditif et sa compréhension première, ça lui semblait être une idéologie commune. Pourquoi attaquer, alors ? Pourquoi se montrer en ennemi ? Peut-être était-ce la vision de la Marque. Probablement. Comme en retour, la confirmation de l’Etincelle,
Qui mit le feu aux poudres,
En Soleil
Décadent

Tu te crois Roi-Soleil ? Mais, chéri.e, je suis lea seul.e qui puisse briller.

Et, rassénéré.e en ses capacités, l’Ombre sort le bois.
Pour combattre les flammes avec une partie de sa dichotomie apophisienne.

Début de l’exposé didactique,
Par la Création :

#Acidileus


[Statistique Création : 62 – Pas de Bonus/Malus]

Réussite critique (1-10) : Crachat gastrique virulent. La création destructrice dans toute sa gloire, qui s’en va fondre la couronne du roi. (Oui, 40 a visé la tête)
Réussite (11 - 62) : Un sort, un jet, une puissance droite contre un corps ennemi.
Echec (63 - 95) : Son sort fut une démonstration de l’impuissance, baguette à la main. Besoin d’en dire plus ?
Echec critique (96 - 100) : Viser, c’est bien. Maintenant, faudrait apprendre à viser l’ennemi, pas soi-même… Elle est belle l’Evolution.
Revenir en haut Aller en bas
Maître de jeu
avatar
PNJ
Arbitre neutre
Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Re: Rendez-vous à Pré-au-Lard

Message par : Maître de jeu, Mar 26 Sep - 22:57


Le membre 'Mangemort 40' a effectué l'action suivante : Lancer de dés


'Dé 100 faces' : 6
Revenir en haut Aller en bas
Morgan Delaube
avatar
Poufsouffle
Poufsouffle
Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Loup-Garou


Re: Rendez-vous à Pré-au-Lard

Message par : Morgan Delaube, Mer 27 Sep - 17:39


Tandis qu'un cri déchirait l'air calme de la ruelle, le Blaireau projetait ses mains contre son visage, laissant choir sa baguette au sol. Quelle idée n'eut-il pas, car dès l'instant où ses poignes entrèrent en contact avec sa face, il hurla de nouveau. L'acide s'était aussi répandu sur ses paumes qui se mirent à le brûler d'une intensité tel qu'il ploya le genou comme on s'agenouille devant un roi. Il avait l'impression que des milliards de fourmis venaient lui arracher une partie du visage et des mains pour en dévorer la chair.

-CA BRÛÛÛLE ! Fut tout ce qu'il arriva à articuler dans cette douleur infâme qui le prenait. Et sous l'emprise de la souffrance, il sentit son potentiel magique s'envoler tandis que son visage se déformait. La métamorphose commençait à prendre fin prématurément. Son visage retrouvait ses joues d’écureuil, ses yeux bleus et ses cheveux châtains. A la différence prêt qu'une marque rouge boursouflée se trouvait le long de sa joue droite, du coup de l’œil jusqu'au bas de sa joue. Ainsi donc allait disparaître Morgan Delaube, fils d'Olympe et Aaron Delaube. Comme son frère, il allait se faire tuer par un mage noir. Quelle triste ironie. L'on dit que la vie du défunt défile devant ses yeux juste avant sa mort. Tout ce que le Phénix voyait, lui, n'était que douleur et brûlure. Des cris, rien que des cris. Et pourtant, il avait encore l'espoir de s'en sortir.

Un mince fil d'araignée, une main tendue pour l'attraper. Une prière à un Dieu auquel on ne croit pas. Le déni. C'était tout ce qu'il restait au Delaube qui se voyait déjà entre quatre planches de bois. Et pourtant, en son fort intérieur, il espérait que l'autre allait le soigner. Qu'il allait soulager sa douleur. Mais tout ça n'était que foutaises et tout fut vite balayé.

Mes flammes brûlent et mes larmes guérissent. Si ses flammes n'avaient pas touché leur cible, il n'en reste pas moins que les larmes -de douleur ou de tristesse ?- qui roulaient le long de ses joues apaisaient un peu sa douleur. Ses larmes. Une larme. Une larme de Phénix. Il y avait une larme de Phénix dans sa baguette... Et si cela pouvait marcher ? Il fallait déjà qu'il retrouve Hope. De son oeil gauche, le plus éloigné de la cible de l'acide, il scruta les environs et repéra rapidement l'objet de ses désirs. Alors il rampa à l'aide de ses coudes car ses mains étaient toujours à vif, et lorsqu'il fut à porté, il tendit le bras pour attraper sa baguette. Mais le contact fut douloureux et Morgan lâcha immédiatement son bien, hurlant de nouveau, tandis que Hope s'éloignait plus de lui. Alors il recommença à ramper, s'éloigner un peu plus de son bourreau qui ne manquerait sûrement rien au spectacle. C'était recherche constante de solution. Cet acharnement vain face à une situation dont le sort était déjà déterminé. Cet espoir, fou, de celui qui pense pouvoir réussir à s'en sortir. C'est pitoyable.

Mais avant tout : c'est humain.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar
Invité

Re: Rendez-vous à Pré-au-Lard

Message par : Invité, Mer 27 Sep - 19:12


Accord de Morgan pour la tentative de capture


Le lancer de ce sort fut inespéré. Contrairement à cet échec face à La Dame de Glace, le jet s’envola, impérieux, afin de fondre la couronne du précédent Roi-Soleil, qui avait perdu son astre dans les airs. A force de donner des ballets dans l’espace, on finissait par s’y perdre. A s’asphyxier…
Mais en face, c’était plutôt Icare. Un Icare, car brûlé. Et le cri de douleur figea l’Ombre sur sa place intangible, ses membres tremblant sous le tissu noir de son vêtement uniforme. Mage noir dont la souffrance causée à autrui ravie et en même temps…

Ce cri… Comment qualifier le sentiment qui vint percer ce cœur ?
Pourtant, ce n’était que justice. Ce n’était que combat. On l’avait prévenu. Le Maître, surtout. Soit eux, soit nous. Et il préférait Nous. Toujours. Parce qu’ils sont les Justes et ce qu’ils font s’inscrit dans cette durée. Que si l’adversaire en face, ne comprend pas, il lui faudra alors être brûlé. Etre bercé dans ses bras de feu, afin qu’il puisse trouver, à son tour, la paix et la justice dans un renouveau de son être.

Oui.
Ce n’était que de l’aide apportée à l’humanité. D’une façon tout à fait dialectique. Entre deux penchants : création et destruction. Créer le dialogue et détruire ceux qui s’obstinaient à ne pas vouloir écouter.
Pourtant, les essais sont nombreux, ce n’était pas le premier oiseau de feu.

Probablement pas le dernier.

Etaient-ils tous aussi butés ?
Pourquoi les êtres ne pouvaient-ils jamais se comprendre entre eux ?
N’étaient-ils pas dans le même camp, à vouloir renverser une Machine archaïque ?

Pourquoi ne voulait-il pas comprendre ?!

Mais la Souffrance lui permettrait d’ouvrir les yeux. Oui. En souffrant, il finirait par comprendre. Comme ce fut pour cette Ombre qui souffrit, qui souffre d’une peine singulière, comme toutes les peines. C’était ça, seulement, qui pouvait opérer la révolution interne des êtres. La souffrance permettait la compréhension.
Ainsi, il lui faudrait continuer sur cette voie-là.

Faisant violence contre le frisson glacé de son immobilité, Le Gentil fit plusieurs pas vif et s’empara de la baguette de l’oiseau de feu à l’aile cassée. Entre les interstices de son Masque, que des boursouflures, l’odeur âcre de la chair brûlée. De mauvais souvenirs liés à l’acide.

Il était temps d’en finir.
Si l’oiseau était en cage, alors, il sera davantage prompt à l’écoute de sa leçon qu’en liberté.

Et Le Pédagogue pointa sa baguette contre l’Adversaire.

« - Toi aussi, tu vas comprendre. Que nous sommes les Justes. Que nous sommes l’Evolution. Par cette Souffrance qui t’enlace, tu comprendras. Accepte-la en retour. Donne-toi à elle. »



[Tentative de capture]

(1) Réussite : 40 parvient à capturer Morgan mais son départ ne se fait pas sans difficulté.
(2) Echec critique : Non seulement 40 ne parvient pas à capturer Morgan, mais en plus il n’arrive pas à s’enfuir après. Bah bravo.
(3) Réussite critique : Morgan est capturé et 40 transplane sans difficulté avec son prisonnier.
(4) Echec : Pas de capture, 40 s’enfuit laissant Morgan à terre.
Revenir en haut Aller en bas
Maître de jeu
avatar
PNJ
Arbitre neutre
Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Re: Rendez-vous à Pré-au-Lard

Message par : Maître de jeu, Mer 27 Sep - 19:12


Le membre 'Mangemort 40' a effectué l'action suivante : Lancer de dés


'Dé 4 faces' :
Revenir en haut Aller en bas
Morgan Delaube
avatar
Poufsouffle
Poufsouffle
Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Loup-Garou


Re: Rendez-vous à Pré-au-Lard

Message par : Morgan Delaube, Mer 27 Sep - 22:26


L.A. de Mangemort 40

La douleur avait se doux réconfort que l'instinct de survit lui enviait, à tel point que, lorsque la douleur n'est plus supportable, l'instinct de survie faisait en sorte que la douleur s'estompe, le temps de l'inconscience. Aussi Morgan ne manqua pas de s'écrouler dans ce monde absent où les rêves n'existent pas. Il ne savait plus rien, il ne sentait plus rien. Il n'était rien. Rien qu'une loque, une coquille vide de tout sens et de toutes dimensions. Son seul but était de se réveiller. Mais le temps n'était pas encore venu pour ça. Non, à la place, le Mangemort s'approcha et agrippa le corps sans vie pour transplaner avec dans un lieu qui n'était connu que par les partisans des ténèbres, et dont Morgan apprendrait bientôt l’existence... Lorsqu'il sortira des Limbes qui le retiennent fermement tandis que son esprit n'agit plus.
Suite du RP ici
Revenir en haut Aller en bas
Arty Wildsmith
avatar
Modération RPGPoufsouffle
Modération RPG
Poufsouffle
Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Loup-Garou


Re: Rendez-vous à Pré-au-Lard

Message par : Arty Wildsmith, Ven 29 Sep - 18:21


I gotta feeling that tonight's gonna be a good night
Avec Zaza, Ulysse, Temperence, 40 et 91



- Surpriiiiise !

Il écarte grand les bras et tend un sourire radieux à son pote qui vient tout juste de sortir des Trois Balais. Il avait préparé son effet, son entrée resplendissante à la sortie du pub. C’était pas prévu, mais il avait envie, là, d’être au dehors toute la nuit et de trouver quelque chose à faire. Sinon c’était l’ennui dans le dortoir des Poufsouffles, et tout sauf ça. Il fallait qu’il sorte, qu’il bouge, qu’il fasse quelque chose de ses bras et de ses jambes et ses idées tourbillonnantes. Et puis il s’était souvenu qu’Azaël travaillait aux Trois Balais et qu’il pouvait l’y rejoindre. Alors il était resté dans le village après la journée de sortie à Pré-Au-Lard. En mode rebelle qui refuse d’écouter une quelconque règle, mais ça, on le savait déjà. Il s’imaginait en train de chasser des chauves-souris, pourquoi pas, c’est un projet comme un autre ou de visiter la cabane hurlante, parce qu’il ne l’avait jamais vue. Enfin, s’occuper tout simplement. D’autant plus que maintenant le Serpentard était connu pour être celui qui occupait et s’occupait d’Arty à toutes heures de la journée et de la nuit, alors le Blaireau ne pouvait pas lui enlever ce grand plaisir.

Alors forcément, la réaction de Zaza ne se fit pas attendre. Dès que le Vert & Argent vit son pote jaune en face, qui avait attendu que son service se termine, il ouvrit les bras à son tour, ça se voyait, ça se sentait dans ses yeux que jamais il n’avait été aussi heureux, ça brillait de partout, tout souriant qu’il était. Finalement, il se jeta sur Arty pour lui faire des câlins. Tellement de temps s’était écoulé depuis leur dernière rencontre, ça leur faisait du bien de se revoir, la chaleur de l’un et de l’autre.
Pause.
On rembobine.
Parce qu’évidemment, ça ne se passa pas très exactement comme ça, à un détail près.
Aza resta sûrement stoïque un instant, avant de lever les yeux au ciel. Basique. Tout simplement, ça s’arrête là. Devant la joie incommensurable de son pote qui se mit à sautiller un peu partout. Où est-ce qu’il trouvait toute cette énergie ? Arty lui expliqua, qu’il voulait rester éveiller toute la nuit dans le petit village pittoresque, pour passer le temps, explorer, comme un vrai aventurier. Et pourquoi, pas faire quelques dommages anodins, tout bon brigand et chenapan qu’il était, pour rire, parce qu'il n'en avait jamais assez. Zaza se contenta d’hausser les épaules, il devait se dire, pourquoi pas, mais après tout, qu’est-ce que j’en sais moi.

C’est parti.
Les deux garçons se mirent en route vers partout et nulle part, et puis on ne sait pas pourquoi, Arty se sentait l’âme d’un pirate ce soir, et en excellent pirate, il fallait qu’il monte sur un mât afin d’observer les horizons océaniques et pourquoi pas, trouver une idée lumineuse qui pourrait égayer sa soirée, enfin, sa nuit pour maintenant. Un peu plus loin, il aperçut un petit muret. Parfait, comme mât. Il partit en avant, devançant son pote par la rapidité de l’idée flamboyante qui venait de lui traverser l’esprit. Il escalada le muret et une fois en haut, debout, mima une longue vue. Regarder les alentours, attendre que quelque chose se passe, mais la mer était bien trop calme ce soir.

- Mille sabords mon Capitaine ! Rien à l’horizon !

Grosse déception, et évidemment que c’était Azaël le capitaine, il ne pouvait en être autrement. Le Poufsouffle, la plupart du temps, lui obéissait, plus ou moins, quand il n’était pas emporté par un sentiment surpuissant quelconque. Malgré le silence, le calme et le noir qui les embrasse, Arty reste là, à tanguer sur son mât imaginaire à la recherche d’un peu de piment dans sa vie de mathurin bien trop fade. Il gigote peut-être un peu trop, tellement il se tourne et se retourne, mais il fallait qu'il soit aux aguets.
Revenir en haut Aller en bas
Ulysse Daiklan
avatar
DirectionGryffondor
Direction
Gryffondor
Spécialité(s) : Permis de Transplanage


Re: Rendez-vous à Pré-au-Lard

Message par : Ulysse Daiklan, Ven 29 Sep - 20:19


Artémis, Azaël, Tempérence,
40, 91 et Ulysse




*ploc*

Je prends ma main dans mes cheveux -ou est-ce l’inverse ? – en voyant la petite boule magique passer à travers l’anneau et tomber directement dans la dernière pinte de bière qu’il nous restait. Décidément mon coéquipier est vraiment mauvais ! Sérieux, perdre un bièrepong comme ça… En même temps j’sais pas pourquoi j’ai décidé de jouer avec le seul mec qui buvais pas. J’étais convaincu que j’allais le convaincre de prendre une des bières, par pitié ou je sais pas… mais non ! Ce monsieur avait une volonté de fer ! Je tente au moins de lui faire avaler la dernière.

- Czelle lààà, elleest pour twoiiiiiii !


Je le pointe du doigt, d’un air presque accusateur et joueur.

- Non.

Une volonté de fer vous dis-je ! Cet affrontement risque d’être musclé.

- D’accouuuuuuurd


Ou pas. En même temps j’ai soif, j’ai bu que… dix bièraubeurre ! Et la moitié d’une bouteille de rhum Pour la beauté du geste je récupère la boisson et fait un cul sec. Yep j’suis trop fort ! J’ai bien fait de faire le mur comme ça. C’est cooool. Bon je ne le fais pas mal de fois par mois – semaines ?-, mais c’est un détail. Je dis aux gars que je ne connais pas que c’était la dernière pour moi avant de sortir. Sur la route je récupère la bouteille de rhum entamée, t’façon c’est moi qui ai payé. Nah.

L’air est frais, plus frais que moi en tout cas. Dehors je me mets à entonner « Du rhum des femmes et d’la bière nom de dieu ! » sur un air festif avant de tourner la tête. Mais ? Que vois-je ? Une demoiselle en détresse ? Ok en train de fumer mais c’est pareil. Bon c’est pas pareil mais c’est pareil ok ! Surtout que… Wah elle a une jumelle, trop bien. Elles sont grave synchro en plus c’est trop cool. L’alcool me fais pousser des ailes ce soir ! Je m’avance vers elle et prend sa main pour la tirer avec moi avec un grand sourire.

- Vzien chanzter avec moi ! Cibien de chanter !


Sans attendre sa réponse je prends une chanson au hasard et avance dans les rues de pré-au-lard. C’est la base ce lieu, tu vois, tu fais ce que tu veux et touuut. Au loin j’vois quatre jeunes en train de s’amuser, deux sur des murets en train de faire n’importe quoi et deux autres en train de les surveiller. Eh ils s’entrainent ? Azy moi aussi j’veux m’entrainer ! J’vais faire brûler le village et tout ce sera trop bieeeen. Quoi que si ils s’entrainent aussi tard c’est chelou. Je m’approche de l’a fille. Bon ok je presque tombe sur elle. Mais c’est pas grave, j’vais m’en servir comme béquille pour pas tomber. Héhé malinx le lynx.


-Eh regarde ! Y’a des mecs trop chelou là baaaas ! Y sont au moins… beaucoup c’est ouf. Eh j’espère ils sont pas méchant hein ! Sinon on est dans le caca.

Je hausse les sourcils et recule la tête en la hochant l’air de dire ‘’sisi je t’assure c’est ma maman qui m’a dit !’’  Bon sans rajouter cette partie-là évidemment mais quand même. J’marche pas très droit mais cipasgrave.

- T’imagiiiine ? Si on se fait attaquer y parlerons de nous étout genre : Trois jeunes héros face aux méchants pas beau ! L’histoire d’Ulysse et de… de… t’es qui ? Et ta sœur elle s’appelle comment ?

J’attends quelques secondes et lève ma bouteille quand elle me donne son prénom. Yehaaaaaa, j’ai une nouvelle amie ! J’vais pouvoir boire avec elle et jouer, et boire, et fumer aussi apparemment, c’est trop bien.


Mon LA à Arty, Aza et Tempy


Revenir en haut Aller en bas
En ligne
Azaël Peverell
avatar
Serpentard
Serpentard
Spécialité(s) : - Permis de Transplanage
- Animagus : Chien-loup Tchécoslovaque


Re: Rendez-vous à Pré-au-Lard

Message par : Azaël Peverell, Sam 30 Sep - 14:36


LA de Temp'


Arty t'a attendu à la fin de ton service. T'as fermé la porté et hop, il était là, tout content de te faire une surprise. En même temps, il a réussi son coup. Jamais tu ne l'aurais cru assez discret pour sortir du château à une heure pareille sans se faire choper. Ou alors il est simplement resté dans le village. C'est même ce qui te semble le plus logique venant de lui. Tu lui adresses un léger sourire, tout en levant les yeux au ciel. Tu ne sais pas trop si tu dois t'inquiéter de sa soudaine lubie ou si tu dois t'en amuser. Parce qu'il a bien l'air décidé à passer la nuit ici. Haussement d'épaules pour toute réponse. Toi, c'est loin de te déranger. Passer la nuit dehors, tu l'as fait plus de fois que ce que tu pourrais compter.

Alors mains dans les poches, t'avances aux côtés de ton pote, sans vraiment prendre la peine de savoir exactement où vous allez. De toute façon, vu la taille du village, vous ne risquez pas vraiment de vous y perdre. Enfin, Arty en serait sans doute capable, toi non. Tu le laisses s'amuser, tout en surveillant qu'il ne s'éloigne pas trop. Bah oui, t'es sa nounou, faut pas oublier. Tu devrais vraiment être payé pour un truc pareil. Tu lèves les yeux vers le ciel tandis qu'il grimpe sur un muret. Les étoiles veillent. Et la lune semble te sourire. T'es à ta place ici. Dehors, libre, en pleine nuit. Tu prends une profonde inspiration. Passer quelques heures en compagnie du ciel étoilé, ça t'a manqué. T'as pas mal de temps à rattraper.

Arty observe les alentours en mode pirate dans son nid-de-pie. Des fois, t'en viens vraiment à te demander comment c'est possible qu'il n'aie qu'un an de moins que toi. Il se comporte vraiment comme un gosse... Enfin, c'est pas comme si t'étais un modèle de maturité, mais à côté de lui, un peu quand même. Deux silhouettes se font apercevoir. Sortent de la nuit et de l'horizon. Elles avancent vers vous. Leur pas n'a pas l'air très sûr. Ils ont dû passer une bonne soirée. Tu pousses un léger soupir. C'est que ça te manque vraiment, de boire, de te droguer. T'en as un peu assez de toujours devoir te confronter à la réalité. Mais d'un autre côté, t'as bien vu la galère du sevrage. T'as pas envie de passer à nouveau par là.

- J'crois que ta longue-vue déconne, moussaillon, y'a deux navires qui tanguent vers nous.

Au fur et à mesure qu'ils s'approchent, tu ne peux que les reconnaître. Le gryffon débile, et Black. La fille de ta maison avec qui tu as fait un duel mémorable en plein cours de Benbow. C'était sympa. Elle s'est bien battue. Et elle ne s'est pas plainte. Un bon point pour elle. Tu les salues d'un signe de tête. Enfin surtout elle, lui, tu t'en tapes. Une bouteille dans la main du crétin, et de quoi fumer dans celle de ton ancienne adversaire. Ton regard fait des allers-retours entre les deux. La tentation est grande. Enlever cette clarté d'esprit. Rendre toutes tes pensées floues pour qu'elles cessent de tourner en boucle à t'en filer un mal de crâne. Tu désignes ce qu'elle tient d'un signe de tête.

- Tu fais tourner ?

Elle te le tend. Tu le portes aussitôt à tes lèvres. T'avais l'intention de simplement prendre une petite bouffée. Juste pour te rappeler le goût. Mais t'aspires la fumée, encore et encore. Tu la laisses emplir tes poumons le plus longtemps possible avant de la recracher. Le goût t'a manqué. La sensation aussi. Plusieurs mois que tu n'as touché à rien. Et tu sens déjà tout qui s'embrouille dans ta tête. Léger sourire sur tes lèvres tandis que tu regardes à nouveau le ciel. C'est pas si difficile de se détendre.
Revenir en haut Aller en bas
En ligne
Invité
avatar
Invité

Re: Rendez-vous à Pré-au-Lard

Message par : Invité, Dim 1 Oct - 17:09


L.A. de 9&1


Ce soir était un soir de grandeur. Celui où ce matricule sortait ses mentors. Un soir où Ols pouvaient gambader de même que sa douce écaillée, bien au chaud sous sa cape austère et uniforme de ténèbres voilées. C’était un soir de découverte, de fierté. Un Phénix avait été capturé, temps de faire un peu de logistique. De montrer aux mentors que leur novice pouvait être quelqu’un de confiance. Que sous le masque d’argile, la marque pulse et diffuse une chaleur réconfortante jusque dans les cœurs abolis.
Comme ce roi-Icare, désormais déchu de sa couronne fondue le long de son visage. Une face de plus à appréhender. Un pied venait d’être posé dans un jeu politique. Un jeu où chacun tire la couverture de son côté. C’était violent pour ce matricule idéaliste, qui ne vivait que pour l’Absolu des êtres qu’il côtoyait.

Mais, c’est qu’ils ne devaient pas être suffisamment proches de la Souffrances, tous. Probablement pour cela que leur Vision était altérée.
Pour cela, que ce matricule existait : disciple de 39, par les mots et ses quarante arguments, le monde pourrait opérer sa révolution. Ou tout du moins leur société. Et ce gouvernement, qui tardait trop à être renversé.

Bilboquet dérisoire.

Le Pinocchio marchait à son côté. La lune tranquille reflétait la moire de leurs robes sombres, reflétait la caractérisation de leur masque. En sortie publique, c’était de rigueur. Ce matricule devait apprendre à habiter son masque, et non plus une douleur. Apprendre à être personnage public pour la satiété de tous et, surtout, pouvoir ainsi assumer une identité plus véridique que celle démasquée. Celle où le cœur est le seul à souffler dans les âmes.

Fierté.
Voici le lieu du combat, avec encore des odeurs d’acide, de chair brûlé. Là, l’Etincelle dans la boue.

Et sur le muret…

Sa dame d’écailles opéra un mouvement dans l’air, sentit, siffla. Ça sentait l’humain désabusé. La jeunesse suante dans son alcool et sa fumée d’un bonheur éphémère.

Ils sont quatre.
Trois garçons, une fille.
Un que le matricule reconnaissait, comme faisant partie de leurs alliés. Cette horde étendue au-delà des compréhensions des honnêtes gens. Des Justes en devenir, qui comprenaient la véracité de leur Cause.

Un sifflement.
Et dans l’air du soir, sa voix rauque, impersonnelle, d’une monotonie amusée, entre en résonance avec l’argile, afin d’atteindre le cœur des quatre enfants : « - Humpty Dumpty sat on a wall. Humpty Dumpty had a great fall. All the king's horses and all the king's men couldn't put Humpty together again. ♫ »

#Repulso sur Humpty Dumpty.
Revenir en haut Aller en bas
Temperence Black
avatar
Serpentard
Serpentard
Année à Poudlard : Septième année

Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Re: Rendez-vous à Pré-au-Lard

Message par : Temperence Black, Dim 1 Oct - 20:43



I gotta feeling that tonight's


gonna be a good night

With Azaël, Ulysse, Artemis, 40 et 91




Journée de travail passée.
Nuit à peine commencée.
Les aiguilles ne demandant qu’à tourner.
Temperence sortait à peine d’Ollivander’s quand ses doigts s’activèrent sur les feuilles fines et presque transparente. Le tabac qu’elle roulait à cet instant n’avait rien d’un tabac simple et « sain ». Comme si un tabac pouvait être sain… Mais celui-ci était encore moins sain que celui qu’on trouvait légalement dans les boutiques moldus. La brunette avait définitivement arrêté de fumer mais de temps à autre, lorsque son emploi du temps lui permettait ce genre de chose peu recommandable, elle reprenait un peu de fumée en elle, la laissant tourner dans ses poumons tandis que la drogue se glissait dans son sang.

Tirant sur le cylindre plein de tabac jamaïcain, elle se laissa emporté par la douce sensation d’euphorie et de plénitude. Lentement ce sentiment l’envahissait et la mettait dans un second. Sans savoir par quel mécanisme, ses doigts roulèrent un autre cylindre qui termina sa course entre ses lèvres. Bientôt, le second fut remplacé par un troisième, …

La perte de l’habitude.
Le manque de sommeil.
La décadence.
Temperence planait. Elle était ailleurs. Dans un endroit assez étrange qu’elle n’avait pas visité depuis longtemps… très longtemps. Elle avait perdu cette habitude de fumer comme si sa vie en dépendait. Pour elle, fumer était passé du statut de « Tout le temps » à « Tout au plus cent fois par an ». Cela était encore beaucoup en effet mais bien peu si l’on considérait ce qu’elle avait été capable de fumer par le passé. Elle ne fumait plus que cette douceur jamaïcaine et puis ses réserves commençaient à faiblir sérieusement donc une fois qu’elle n’en aurait plus, elle n’en aurait réellement plus pour un bon bout de temps.

Elle déambulait dans cette allée. Elle laissait le vent fouetter son visage mais l’air frais semblait incapable de la sortir de cette torpeur. Le nuage de brume persistait dans son esprit et elle se demandait si elle allait être capable de rentrer seule, de retrouver son chemin sans rencontrer de problèmes ni même le moindre obstacle.

Le pas pressant, la brunette se dépêchait. Elle était dans le mal et plus le temps passait plus elle s’enfonçait dans cette torpeur insoutenable. Il fallait qu’elle atteigne l’école au plus vite mais la drogue engourdissait déjà ses membres, la détendant tandis que son esprit commençait doucement à se mettre en veille. Pourquoi avait-elle fait ça ? Pour rien. Juste pour retrouver le goût sucré de cette petite merveille dont elle s’était passée depuis bien longtemps. Le but du jeu était bien simple. A partir de maintenant, il fallait retourner dans le dortoir des serpentard, croiser le moins de gens possible et faire en sorte de ne pas tomber dans l’addiction une nouvelle fois.

« Vzien chanzter avec moi ! Cibien de chanter ! »

Chansonnette paillarde.
Ivresse de la soirée.
Bouteille accrochée au bout du bras.
Un garçon sorti de nulle part venait d’apparaître et de la voir alors qu’elle essayait de se fondre dans l’obscurité de la nuit déjà bien présente. Il ne lui fallut faire que deux pas pour la rejoindre et se saisir de son poignet. L’esprit bien trop à la ramasse, elle se laissa entraîner et tirer par ce garçon qu’elle identifia rapidement comme étant un élève de Poudlard qui n’était pas seul dans sa tête mais elle n’avait pas son mot à dire. Si lui n’était pas seul dans sa tête ce soir et que l’alcool courrait dans ses veines aussi vite qu’un lapin de garenne, la brunette à l’allure angélique était habitée par son inconscient peu recommandable tandis que sa conscience était plongée dans un profond sommeil.

La brunette soupira. Déjà que rentrer seule n’allait pas être d’une simplicité extrême, elle allait devoir se trimballer ce mec ivre histoire que lui aussi rentre en un seul morceau. Les chances que cette entrevue dérape étaient déjà bien assez grandes alors mieux valait ne pas perdre de temps. La brunette ne lâcha pas sa main, le tirant légèrement vers l’endroit où ils devaient se diriger en espérant de ne pas se faire prendre par un professeur traînant là à tout hasard.

« Eh Regarde ! Y’a des mecs trop chelou làbaaaas ! Y sont au moins… beaucoup c’est ouf… »

Temperence baissa la tête, elle les avait aperçus mais sa tentative de passer incognito venait de tomber à l’eau à cause de ce crétin saoul comme pas deux. Etrangement, elle ne voyait pas cinquante personnes mais juste deux. Deux personnes au niveau d’un muret qui avaient l’air tout sauf étrange à côté du duo d’inconnu que formait la brunette et son camarade à l’identité encore masquée.

« Euh… Ils ne sont que deux mais là on a pas le temps de perdre notre temps ici… »

« T’imagiiine ? Si on se fait attaquer y parlerons de nous étout genre : Trois jeunes héros face aux méchants pas beaux ! L’histoire d’Ulysse et de… de… t’es qui ? Et ta sœur elle s’appelle comment ? »

Temperence ne savait pas si elle devait rire ou pleurer. Il était tellement ivre qu’il se foutait d’elle comme ce n’était pas permis. Il s’appelait donc Ulysse mais était-ce son vrai prénom ? S’appelait-il vraiment Ulysse ou se prenait-il juste pour un héros, un demi dieux capable de surmonter les colères foudroyantes de son oncle le dieu des abysses ?

« Je suis Temperence et euh… ma sœur enfin la sœur que tu vois elle est pas ici… elle est dans ta tête pleine d’ivresse et d’alcool… »

Incapacité de mieux réagir.
Rire incompréhensible de sa part.
Deux inconnus qui tanguent comme des bateaux ivres.
L’étrange duo totalement fêlé se rapprochait inlassablement du duo dans la rue. Là était le passage obligatoire pour rentrer à l’académie de magie et la brunette sentait que rien n’allait se passer comme prévu. Elle seule aurait sûrement pu faire profil bas et se glisser parmi les ombres pour ne pas se faire repérer mais le joyeux luron qui se tenait avec elle n’allait certainement pas passer à côté d’eux sans faire le moindre bruit. Espoir de paraître normal ? Aucun.

Ils s’approchaient. La rencontre allait être inévitable.

Tandis qu’Ulysse et Temperence avançaient, le contour des deux personnes devenait de moins en moins trouble. La brunette ne lâchait pas son joint et essayait tant bien que mal d’en rouler un autre tout en tenant le joyeux, en s’accrochant à lui pour ne pas le perdre. Même si elle ne le connaissait pas, elle n’allait pas le laisser ici. Elle n’était pas assez méchante et le temps de cette nuit d’automne ne semblait pas vouloir jouer en leur faveur, préférant leur cracher un vent frais et une température basse en plein dans la face plutôt que de leur laisser un temps doux et agréable pour survivre cette nuit.

Les traits devenant plus nets.
Un visage devenant moins trouble.
Une face déjà connue.
Azaël. Sur tous les élèves de Poudlard, il avait fallu qu’elle tombe sur lui. Une part de son être criait que c’était sûrement la meilleure chose qui soit mais d’un autre côté le garçon allait la prendre pour une véritable droguée avec des fréquentations plus que discutables.
La brunette baissa la tête Elle voulait éviter d’être reconnue mais non Azaël avait l’œil et il la vit Il vit la brunette, il la reconnu comme si une pancarte indiquait son identité au-dessus de sa chevelure brune. Ses joues prirent une petite teinte rosée mais étrangement, la gêne ne fut pas aussi fulgurante qu’elle l’aurait cru. Relevant la tête, le courage offert par la drogue coulant dans son sang, elle répondit au salut du serpentard.

« Tu fais tourner ? »

Surprise.
Amusement.
Apaisement.

« Avec joie. »

Un petit sourire s’était affiché sur le visage de porcelaine de Temperence tandis qu’elle tendait la cigarette à peine entamée au jeune homme. Ainsi lui aussi semblait apprécier ce genre de plaisir peu recommandable. Ses yeux bleus accrocher au garçon, elle le vit tirer et tirer sur le petit cylindre. Elle le vit recracher la fumée et la recracher comme un véritable habitué. Un véritable consommateur de ce fruit défendu.

Tout semblait bien se passer. Ils allaient sûrement rentrer tous les quatre et Temperence comptait sur Azaël pour l’aider avec Ulysse. Elle, si elle avait du mal, elle demanderait sûrement à…. à… Elle ne savait pas son nom. Aucune connaissance de son prénom. La dernière personne du quatuor. Elle l’avait déjà croisé dans les couloirs et dans les salles de classe, elle se souvenait de son rôle de préfet mais son identité était un mystère véritable.

Temperence choisit alors de s’approcher de lui pour lui demander de se présenter. Cette rencontre n’avait rien de conventionnel alors pourquoi se priver de ce genre d’information sûrement peu utile pour ce quatuor d’un soir ? La timidité dans la poche et la drogue dans la peau, Temperence s’approcha de lui afin d’en apprendre un peu plus.

« Enchantée, moi c‘est Temperence et toi ? Quel est ton nom mon compagnon de voyage vers l'immensité de Poudlard ? »

Une main tendue.
Un bruit perçant la nuit.
Un sort qui fuse.
Le sort frôla la tête de la brunette qui laissa échapper une injure en sentant la chose lui frôler le corps. La réaction avait été lente mais elle se retourna quand même, scrutant l’obscurité à la recherche de la personne qui avait eu le talent d’échapper un sort dans leur direction.

Scrutant la nuit de son regard falsifié par la dose de drogue consommé, elle ne vit rien à part la nuit. Il lui semblait apercevoir des choses comme des mouvements au loin mais cela ne devait être que le fruit de son imagination boostée par sa consommation. Le sortilège, lui, devait provenir de plus loin ou simplement du ciel. Merlin voulait peut-être faire en sorte qu’ils rentrent au plus vite alors il essayait de les chasser d’ici, de ce muret et de la nuit. Il essayait de les pousser à retrouver la douceur de leur lit dans la chaleur de leur dortoir respectifs dans l’académie de magie.
Revenir en haut Aller en bas
Arty Wildsmith
avatar
Modération RPGPoufsouffle
Modération RPG
Poufsouffle
Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Loup-Garou


Re: Rendez-vous à Pré-au-Lard

Message par : Arty Wildsmith, Dim 1 Oct - 21:36


Une bonne fois pour toute, on a le LA de tout le monde pour toujours durant ce RP. Excepté ceux des MM, évidemment.


Comment ça sa longue vue déconne ? Pas du tout, il la regarde avant d’inspecter les alentours. Elle a l’air en très bon état, il ne comprend pas. La voix d’Azaël avait percé la nuit, faisant référence à des navires non loin d’eux. Finalement, il percute, des gens pas loin, Arty, complètement déphasé et ne regardant pas de ce côté se retourne, vite, vivement, il voulait voir ces fameux bateaux, ça avait l’air important. Mais ce, sans faire attention où il mettait les pieds. Il manque de tomber, ses bras s’élèvent à la perpendiculaire, il reprend l’équilibre, ce n’était pas passé loin. Puis il observe, les yeux plissés, ces deux nouveaux arrivants. Tout de suite, il reconnaît le Gryffondor avec lequel il s’est souvent retrouvé dans une situation délicate en cours, par sa faute, évidemment, pas celle d’Arty. Ça l'amuse un peu, sans qu’il sache vraiment pourquoi. Puis une jeune fille, inconnue au bataillon. Il veut leur sourire, leur souhaiter la bienvenue, mais quelque chose l’en empêche, immédiatement. Il observe Azaël demander quelque chose à la cette fille, le Poufsouffle gigote de droite à gauche, il essaie de voir de quoi il s’agit exactement. Puis il le voit fumer. Oh. Ça s’allume un peu dans son esprit. Il secoue ses mèches folles, il faut qu’il goûte lui aussi, il ne sait pas exactement ce que c’est, mais ça a l’air absolument très drôle.

Elle s’approche doucement, il la trouve un peu aérienne, il l’aime bien, tout de suite. Il lui tend alors son plus beau sourire adorable et charmant. Il n’a pas la poésie dans la voix, lui, il aurait juste dit, Arty.
Mais ses yeux la dépassent, derrière elle, il tique, là dans la nuit, deux silhouettes apparaissent. Le Blaireau ne les distingue pas vraiment mais elles ne sont pas avec les deux autres adolescents, il le sent. Ça résonne contre les étoiles, cette mélodie. Il fronce les sourcils, sans analyse de la situation il sait aussi ce qu’il va se passer. Alors forcément, il n’a pas le temps, de se présenter, de lui répondre, lui qui était là, totalement vulnérable, loin d’être discret, en hauteur. Cible parfaite, peut-être même cible facile. Aucune place pour l’inquiétude, la panique ou la peur. Juste se dire que c’est dommage, ça avait l’air d’une belle soirée et de lever les yeux au ciel. C’était toujours pour sa gueule de toute façon. « F*ck ». Époustouflant épitaphe tout droit sorti des lèvres d’Arty, parce qu'il l'avait vu arriver, le sortilège.
Headshot.
Il s’envole brutalement, tourne sur lui-même, laisse échapper un petit cri pour anticiper la chute douloureuse. Effectivement, il ne tarde pas à heurter de sol. Heureusement, terre molle. Petit « Outch », il se gratte la tête et soupire. Il regarde rapidement autour de lui, sait-on jamais, des fois qu’il tomberait à côté d’une chèvre carnivore n’appréciant pas une visite nocturne et tardive.    

Mais rien de tout ça, d’un bond il se remet sur ses pieds, et s’empare d’Odette. Ça commençait à rentrer, les réflexes de sorcier. Il escalade le muret, rapidement, une fois, il rate, se reprend, la deuxième fois c’est la bonne. Le ridicule lui passe au-dessus. Acrobate dansant il atteint l’autre côté, face aux masqués. Par réflexe de survie, encore, il se met à côté d’Azaël. Il se retrouve alors entre lui et Temperence. Il jette un regard aux ombragés, peut-être qu’il reconnaît l’un d’entre eux, peut-être pas, dans l'obscurité, on a des doutes. Il fait tourner Odette entre les doigts d’une main, il sait très bien qu’il ne va pas l’utiliser, pas maintenant, pas encore d’irruption à l’intérieur. Il crie, un peu, l’air outré.

- Put*in t’aurais pu au moins dire bonsoir avant, j’sais pas. Les manières des gens, ça se perd. Donc je recommence, parce que ça me semble hyper important quand même et que vous avez l’air d’avoir besoin de petites leçons de politesse. Voix plus posée, soudainement, air humble. Bonsoir. Il fait une petite révérence, magnifique. Puis il se tourne vers la jeune fille, lui offre un clin d'oeil, mais dans le noir, c'est peut-être difficile à discerner. Moi c’est Arty, absolument enchanté de faire ta connaissance.

Petite analyse de la situation. Ils étaient là, tous les quatre, une fille aux allures lévitatrices, Azaël en train de fumer, et Ulysse, visiblement bien amoché aussi. Puis Arty, lui n’a pas envie de rire, juste de provoquer, tête brûlée adorable, pour voir, parce qu’il aime bien et que ça l’amuse. C’est alors qu’il se rappelle être passé à côté de quelque chose. Regard vers son pote puis il tend la main.

-  J’peux goûter dis ?

Sourire angélique, parce que les deux individus ne l’importaient pas encore tout à fait. Il ne voyait pas exactement ce qui allait se passer ensuite, alors autant se concentrer sur les choses qu’il savait. Il avait envie de goûter ce que fumait le Serpentard, et puis c’est tout. Comme si ce qu’il avait devant lui n’était pas important, qu’il ne se rendait pas vraiment compte du danger. Oui, il s’était pris un sortilège, une petite boutade, drôle de façon de faire connaissance. Pas de quoi s’inquiéter. Au pire, il pourrait toujours tenter de chopper une bouteille du Gryffondor, lui voudrait bien partager, sans aucun doute. Il avait un bon fond Ulysse, il était rigolo. Puis face à eux, là, les autres, il s’était dit déjà, qu’il n’aurait plus peur. Et parce qu’il veut avoir la classe, de ses doigts il touche la bague qu’il porte au majeur. Symbole de son engagement auprès des oiseaux de feu, et de Dragomir. Il sent la gravure du phénix du bout de ses doigts, ça le rassure, un peu. Comme un doudou lors d’une nuit loin du lit habituel. Et il attend, l’autre main toujours tendue.
Revenir en haut Aller en bas
Ulysse Daiklan
avatar
DirectionGryffondor
Direction
Gryffondor
Spécialité(s) : Permis de Transplanage


Re: Rendez-vous à Pré-au-Lard

Message par : Ulysse Daiklan, Dim 1 Oct - 23:05


Artémis, Azaël, Tempérence,
40, 91 et Ulysse







Comment ça pas de sœur ?

Et comment ça moi alcoolisé ? Naaaaaaaaah jamais. Je vois deux des quatre mecs chelou. Eh mais c’est Azaël ! Je porte ma main à mon menton dans un air d’intense réflexion. Du coup j’avais raison pour les mecs chelou ! Non parce que Azaël il est grave louche quand même. J’suis sûre si on était dans les années 2000, il écouterais du Jena Lee. Ou du Nightwitch. Au choix. Donc du couuuup il est chelou. Il demande à l’autre de fumer et je vois… Oh Arty ! Trop cool Artyyyyy, me laisse pas avec les deux fumeurs ils vont être au ralentiiiiiis. Ah Mer** je l’ai pensé faut que je le dise maintenant.

-Trow kwoul Artiiiii, mze laize pza avec les deux fumzeur ils von être tou mou.


Je lui lance un regard suppliant. Lui. Leur. Pas le temps de fixer que je vois le jet d’un sors passer par-dessus mon épaule et aller vers Arty qui tombe lourdement au sol. Arty ! Il est mort ? Je tombe moi-même à genoux.

- Noooooooooooooooon, pourquoi lui ? Ce héros.


J’entends du mouvement, mes yeux se relèvent vers le muret ou je vois Arty parler. C’est son âme ? Il s’est réincarné ? Il est invincible ? Trop bien ! Enfin pas si c’est une réincarnation. Ou alors il a fait comme Voldemort, des horcruxes ? Ca expliquerais tellement de choses ! Genre si Azaël est méchant et Élius a tout explosé autour de lui, c’est à cause de ça ! Il a créé un horcruxes et du coup il est toujours en vie. Il finit de parler à je sais pas qui et je m’approche de lui. Il faut que je lui dise, y’a que Voldy qui en ai fait. Et c’était le plus gros méchant, faut que je lui dise de pas devenir méchant. Je m’en vais poser une main sur son épaule, plus me raccrocher à lui qu’autre chose mais voilà.

- Ehz mec. Lé méchjant cépas tré gentil.

Bon, je pense que j’ai bien fait passer le message là. Il a du tout comprendre c’est bon parfait. Personne fera mieux que moi j’suis un héro ! N’empêche le mec il est mort et direct deux sec après il faisait la leçon aux gens qui lui ont fait ça, trop la claaaasse. D’ailleurs il parlait à qui ? Je me retourne et vois quatre gens masqués. Enfin ils doivent être que deux vu ce qu’a dit… Tempérence ? Ouai j’crois c’est ça. C’est beaaaaaaaaaaaaucoup trop long. Je vais l’appeler Louise. Voilà Louise c’est court c’est bien. Bref, deux masqués donc.

-Regardez Arty, Louise ! Y’a Dark vadooooooooooooooor !


Je lance un regard de gamin vers les gens avant de m’avancer vers les deux messieurs tout en noir. Je tangue vachement mais ça va, je tombe pas. Trop fier de moi, la vérité j’suis pas encore tombé c’est fou. Peut-être qu’il me manque encore quelques grammes… Eh ça veut dire que j’aurais pu faire une autre partie, dommage ! Je porte ma main dans ma bouche et fait une voix hyper grave.

- Lukzeeeeee ze sui ton paiiiiiiiiir.


Je rigole tout seul à ma blague en balançant ma tête en arrière, puis tout mon corps suit. Assis par terre, je rigole encore une ou deux secondes avant de relever à nouveaux les yeux vers les deux. N’empêche leur déguisement il est trop mal fait. On dirait des vrai vilain mais pas du tout Dark Vador hein. Puis, ils sont ou les Sith ? Peut-être je comprendrais mieux en buvant encore un peu. Allé une gorgée pour la route. Ça peut pas être mal.

Si ?



Mon LA à Arty, Aza et Tempy


Revenir en haut Aller en bas
En ligne
Azaël Peverell
avatar
Serpentard
Serpentard
Spécialité(s) : - Permis de Transplanage
- Animagus : Chien-loup Tchécoslovaque


Re: Rendez-vous à Pré-au-Lard

Message par : Azaël Peverell, Lun 2 Oct - 11:08


Tu vois Temperence qui semble s'intéresser à Arty, elle se présente, tout ça tout ça. Elle a l'air vraiment complètement à l'ouest en fait. Comme Ulysse qui pète les plombs et dont on ne comprend pas un traître mot de ce qu'il raconte. Bon, en vrai, tu comprends plutôt bien. Le langage du bourré, ça te connaît, t'es bien obligé pour servir et resservir les ivrognes des Trois Balais. Le truc, c'est que là t'es plus en service, et comprendre ce que le rouge essaie de baragouiner n'est absolument pas dans les plans de ta soirée. Tu préfères amplement tirer encore et encore sur le petit cône que tu tiens toujours. D'ailleurs, t'as pas l'intention de le lâcher avant de l'avoir fini totalement. C'est beaucoup trop bien cette douce sensation qui t'entoure, comme pour te mettre sur un petit nuage flottant, loin de tout le reste.

Mais un sort fuse, droit sur Arty. T'es plus forcément en état d'avoir de bons réflexes, mais tu sors ta baguette quand même, en prenant soin de garder ce que tu tiens dans ta main gauche. Faudrait pas gâcher quand même. Aux cris d'Arty, tu comprends qu'il n'est pas mort. Même pas blessé, si ce n'est probablement dans son amour propre. Bref, rien de bien grave. Il ne tarde pas à revenir d'ailleurs. T'as pas bougé, t'as juste ta baguette en main, regard braqué sur les deux masqués. Les connexions sont un peu longues à se faire, habituellement, tu leur aurais déjà gueulé dessus comme c'est pas permis, parce qu'on touche pas à Arty. Mais lui décide juste de leur donner une leçon de politesse qui te tire un sourire. Il a vraiment pas l'air perturbé le gosse.

Il veut goûter ce que tu fumes en plus. Non mais il a cru quoi lui ? Il a déjà des idées assez stupides comme ça, tu vas quand même pas lui permettre d'en rajouter une couche. Quoi que... Avec un peu de chance, ça l'endormirait un peu. Juste un peu, histoire qu'il soit calme plus de deux secondes d'affilée. Tu veux y croire. Tu y crois même. Alors tu lui refiles le truc avec un sourire.

- T'en prends pas trop quand même.

Ouais, tu ne voudrais pas qu'il tourne de l'oeil le petit, ce serait dommage. Et puis tu te rappelles de la présence des Mangemorts un peu plus loin. Ceux qui ont attaqué ton pote sans défense alors qu'il jouait au pirate. Pas cool. Ulysse s'approche d'eux en balançant tout un tas de conneries. C'est qui Louise déjà ? Et c'est qui Dark Vadooooooooooooor ? T'as pas les références, tu comprends que dalle, il est sûrement encore plus bourré que prévu. Il change même de voix maintenant. Y'a un Luke, par ici ? Aoutch, trop de réflexion pour ton cerveau embrumé là. Heureusement qu'il se retrouve assis par terre avec sa bouteille. Il en reboit même. Il fait bien, avec un peu de chance ça l'empêchera de dire trop de conneries. Le temps de la gorgée au moins.

Tu secoues légèrement la tête. Ton esprit part trop loin. Et avec tout ça, t'as toujours pas bougé d'un pouce. Fumer, ça rend flemmard, tu le sais. Mais là, pour le coup, t'oublies à chaque fois que t'es sensé aller parler aux masqués, parce qu'on touche pas à Arty ! Ah nan, voilà, c'est revenu. Tu t'avances d'un pas décidé vers eux, baguette tendue. Même pas peur. Déjà parce que t'es défoncé, alors ça aide pas à réfléchir clairement et à te dire que crier sur des Mangemorts, même s'ils te savent de leur côté, c'est pas futé. Ensuite parce que ta main libre s'est refermé un court instant sur le médaillon autour de ton cou. Médaillon qui contient un super selfie, et une mèche de cheveux de ton pote perché. Un truc qui donne du courage. C'est la mèche du courage d'ailleurs. Alors rien ne peut t'arriver.

Oh, en plus, tu reconnais l'un des deux. Tu sais exactement qui c'est, t'as limite envie de lui taper un check. Mais non, tu restes sérieux. Genre, il est sûrement en plein boulot là, faudrait pas que tu détruises son image professionnelle. L'autre, tu le connais pas. Et c'est lui qui a attaqué Arty, le bougre !

- Pourquoi t'as fait ça ? Arty il a rien fait, et on touche pas à Arty, c'est une règle de base !

Ton regard se pose sur un serpent à ses côtés. Tiens, il te dit un truc aussi celui là. Ou celle là. Regard vers 91 avec un froncement de sourcils. C'est sûrement de sa faute, il a pas dû faire gaffe en se préparant. Un serpent caché dans la tenue, ça arrive à tout le monde. Mais quand même, y'a des limites à tout. Alors lui aussi il a le droit à sa petite engueulade. Enfin un peu à voix basse quand même pour pas que les autres entendent trop.

- Pourquoi t'as pris Xenia ? Il y tient le perché, tu le sais très bien ! En plus, tu la prêtes à tes collègues comme ça, tranquille, non mais tu penses un peu à ce qu'il pourrait ressentir si elle venait à se faire blesser par un sort perdu ? C'est vraiment pas cool, mec ! Faut faire gaffe quand tu sors à pas embarquer les animaux des autres !
Revenir en haut Aller en bas
En ligne
Temperence Black
avatar
Serpentard
Serpentard
Année à Poudlard : Septième année

Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Re: Rendez-vous à Pré-au-Lard

Message par : Temperence Black, Lun 2 Oct - 16:33


Là et ici.
Ici et là.
Las d’être ici.
Elle l’avait vu. Elle l’avait vu tomber comme ça vers l’arrière. Il venait de se prendre le sortilège envoyé par merlin en plein dans le corps. Il avait volé en arrière, c’était incroyable. Elle, elle fumait n’importe quoi depuis qu’elle avait débauché de chez Ollivandeur’s et elle planait mais lui qui semblait avoir les corps encore loin de toute cette drogue, il venait de s’envoler comme un oiseau. Impressionnant.

Il volait mais étrangement le jeune homme ne du savoir comment faire puisqu’il se cracha comme un oiseau sans ailes mais il était vrai qu’à la différence d’un oiseau, lui n’avait ni ailes ni plumes c’était peut-être là la raison pour laquelle il n’avait pu aller plus loin. Il devait prendre des cours dans un coin de la ville et il avait sûrement voulu faire croire à Merlin que le sortilège avait été assez puissant pour le faire décoller de cette manière si extravagante. La brunette le trouva impressionnant, elle était certaine qu’il aurait été un très bel atout pour le professeur qui avait imité un dramaturge anglais durant tout un cours. Elle aimait bien ce prof en plus alors elle pourrait lui présenter son ami sachant voler comme un oiseau plumé et désailé.

La brunette ne bougeait pas. Elle était amorphe, aussi vivace qu’une plante verte que l’on avait oublié d’arroser depuis deux semaines. Le regard rêveur et les yeux rougis par le tabac, elle vit à peine le garçon-oiseau revenir. Il se plaça entre elle et Azaël qui semblait tenir à ce joint comme s’il n’en avait pas vu depuis trop longtemps.

Le garçon-oiseau commença à parler, sa phrase débutant par une injure qu’elle mit du temps à comprendre. Il insultait les gens ou il s’insultait lui-même ? Et puis à qui parlait-il ? Il n’y avait personne ici mis à part lui et les deux autres. Finalement, ce garçon n’était peut-être pas si sain d’esprit ou alors, s’il ne fumait pas, il avait goûté à des gâteaux élaborés par le fantôme d’Escobar si fantôme de lui il existait quelque part dans ce monde.

Une courbette de politesse.
Un semblant de salut théâtrale.
Un œil qui se plisse rapidement.
Temperence sourit à Arty. Si lui était enchanté de faire la connaissance de la brunette, le plaisir était partagé. Cependant son nouvel ami lui tourna bien vite le dos pour aller quémander à Azaël une bouffé de ce tabac peu convenable. Il y eut un bug dans le cerveau de la brunette lorsqu’Azaël lâcha l’objet cylindrique pour le remettre dans les paluches de son ami et de son nouvel ami à elle. Un grain de pitié dans le regard, elle sortit de sa poche le dernier rouleau plein. Oups. C’était le dernier. Tant pis pour elle et puis elle était sûrement bien assez à la ramasse comme ça alors autant éviter de s’endormir en pleine nuit sur ce muret à la pierre dure et rugueuse.

Un pas. Deux pas. Trois pas. Elle n’avançait pas très vite mais elle avançait et c’était déjà pas mal. Elle s’approcha d’Azaël et lui posa le joint dans la main. Elle ne savait pas ce qu’elle avait fait du briquet mais au pire il était grand, il pourrait allumer ça tout seul. Les mains au fond de ses poches, elle ne toucha que du vide. Ses doigts passèrent alors à ses poches intérieures où elle découvrit sa baguette, un baume à lèvre, quelques pièces et quelques friandises. Le briquet avait dû disparaître. Il devait en avoir ras-le-bol d’allumer clope sur clope ce soir alors il s’était évaporé dans la nature pour aller dormir un peu. 9a devait être fatiguant de cracher des flammes à longueur de temps aussi…. Et puis c’était un petit objet et peut-être que c’était un bébé dragon dedans et qu’il était en train de dormir entre les écailles de sa maman pour se réchauffer par ce temps si ingrat de septembre.

Un petit saut pour regarder vers la nuit.
La douce voix alcoolisée d’Ulysse.
Des mots qu’elle ne capte pas de suite.
Temperence s’éloigna des deux personnes pour retrouver son premier compagnon de voyage, le bien heureux Ulysse qui, à l’instar du héro mythologique, avait dû entendre la voix des sirènes qui, à défaut de l’envouter, l’avait poussé à picoler comme un taré. Un pied devant l’autre. L’autre devant l’un. Avancer était facile quand on savait comment poser ses pieds sur le sol mais ce serait presque plus simple si elle n’avait pas besoin de réfléchir à la façon dont elle devait poser les pieds.

« Regardez Arty, Louise ! Y’a Dark vadooooooooooooooor ! »

Qui ? Regarder quoi ?
Arty, c’était l’autre gars, celui qui voulait fumer si elle avait bien compris ce qu’il avait dit à moins que ce ne soit Archy… Anchy… Orty… Arnarchy ? C’était un truc du genre mais entre le langage de l’autre zigoto totalement saoul et le brouillard qui avait élu domicile dans son esprit, il ne servait à rien de chercher à comprendre clairement ce qui se disait ici. Et puis au pire, ils avaient qu’à agir et non parler. Le dialogue se ferait demain comme ça elle imprégnerait les mots que les gens lançaient ici.

Mais et Louise ? C’était qui Louise ? Personne ne s’appelait Louise à moins que… A moins que rien. Le deuxième prénom de la brunette n’était pas Louise mais il ne fallait pas lui demander ce que c’était à cet instant ci de sa vie. Il balança une autre phrase, il disait qu’il était père d’un mec mais… quel mec ? Le suivant, Temperence alla s’affaler à côté de lui puis elle les vit.

Deux ombres. Deux hommes. Deux masques. Elle ne voyait pas les détails mais elle voyait les formes et elle comprenait maintenant qu’ils n’étaient pas seuls à faire les idiots durant la nuit. C’était sûrement la réincarnation de Merlin mais comme l’homme était grand, peut-être qu’il s’était coupé en deux pour faire la taille d’une personne normale afin de pouvoir passer avec aisance par la porte du bar. Ou alors c’était l’autre qui avait raison et il s’agissait bien de dark…. De DarkMachinChose.

« Ahhhh ouais…. C’est Dark TrucChose mais euhhh c’est qui lui ? Et puis le deuxième est ton fils ? Il s’appelle Luke ? Je savais pas que tu étais papa…. Tu fais super jeune en tout cas… »

A l’ouest.
A l’est.
Au nord.
Au sud.
Elle était… ailleurs.
Azaël s’y mit à son tour. Il se mit à leur parler comme l’avait fait Arty et Ulysse. Il semblait en connaître un. Peut-être que c’était Luke. Il était peut-être son tonton….Le monde était petit mais de là à faire une réunion de famille ici, c’était assez étrange mais pas impossible.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé

Re: Rendez-vous à Pré-au-Lard

Message par : Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas
Page 2 sur 6

 Rendez-vous à Pré-au-Lard

Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6  Suivant

Permission de ce forum:Vous pouvez 
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Harry Potter 2005 :: ~¤~ Pré-au-Lard ~¤~ :: Rues de Pré-au-Lard-

L'univers d'Harry Potter est la propriété de la Warner Bros ainsi que de J.K Rowling.
Tous droits réservés sur ce site ©Copyright HarryPotter2005. Affichage optimisé sous Firefox.