AccueilPortailPublications internesRechercherS'enregistrerConnexion

Harry Potter 2005 :: ~¤~ Pré-au-Lard ~¤~ :: Rues de Pré-au-Lard
Page 3 sur 6
Jour de pluie
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6  Suivant
Ellana Lyan
Serpentard
Serpentard

Jour de pluie - Page 3 Empty
Re: Jour de pluie
Ellana Lyan, le  Mer 6 Déc 2017 - 12:26

Les choix font mal, certains piègent,
d'autres détruisent aucun au fond ne semble parfait

et cette nuit l'impression d'un autre départ
comme une possibilité de renouveau
alléchante, tranchante... proposition
j'aurais aimé étendre le temps
en faire un cerf-volant puis le laisser
dans le ciel voler sous les jolies dorées

j'aurais espéré un coup de tonner puis plus rien
l'absence après la tourmente
et elle sombre silhouette
semble se mouvoir devant moi
comme composée d'un millier de folies noires

ne sachant que penser, ce qu'il fallait vraiment
dans une attente insupportable du choix
ses mots plaquant contre mon cœur d'enfant
il est encore temps

un pas en avant
et scruté dans un invisible regard
le peur, la peine et la douleur
composée de vide et de chaire

__ j'ai mal
et ce soir il ne fait pas bon d'être faible

poupée devenue marionnette, elle a des fils entre les doigts
et tendus vers le haut, je ne dirige rien
l'admiration pour celle qui tend une main m'aveugle
la raison vacille et comme une bougie dans le noire s'éteint

je vous suivrai une promesse en un souffle
le cœur émerveillé est déjà à sa merci
un regard brillant d'envie et de fièvre me battrai
influençable petite à la volonté pourtant invincible
prête à promettre et aller au bout du monde à pied
pour recevoir les réponses si précieuses à ses questionnements irréguliers
emenez-moi les mots résonnent comme une douce erreur.

Mangemort 33
Mangemort 33
Mangemort
Mangemort
Année à Poudlard : Aucune année renseignée

Matière optionnelle : Pas encore disponible

Spécialité(s) : Permis de Transplanage


Jour de pluie - Page 3 Empty
Re: Jour de pluie
Mangemort 33, le  Mer 13 Déc 2017 - 9:02



Dans le fond, ils ne sont pas si différents. L'amertume et la douleur ont le même goût partout, c'est la même saveur, qu'importe ce que nous sommes. Et 33 le sait mieux que quiconque.
_Dans la noirceur, ça ne sert à rien de se battre les uns contre les autres, on a déjà tous perdu

Alors elle préfère tendre la main, elle secoue les sens des tourbillons, des esprits dérivés. Enfant perdue, relève-toi et prend sa main. Elle est là pour toi, pour que la noirceur soit plus délicieuse. Que les veines qui explosent, ne soient que douleur éphémère. Que l'odeur de sang se répand sur les murs, mais que ça ne soit pas le tien.
Que sais-tu faire ?

Et la mort caresse la chair. Elle s'écrase contre les nuques et empêche le dialogue entre les mondes. Elle annihile les corps. L'air devient vite irrespirable et les nuages assombrissent l'univers. La voie lactée est inexistante puis réapparaît. Le masque ne se fissure pas, il reste caché sous une couche de sourire malsain.

Elle a les lèvres gercées par les critiques. Elle a dans la main, un souffle de poussière de la colère des autres. Et elle s'apprête à écraser les pensées, les cauchemars. Personne ne mérite les châtiments, et pourtant tout le monde les réclame.
_à croire qu'on se mesure avec la douleur désormais

Grandit
et tu verras autre chose

Ellana Lyan
Ellana Lyan
Serpentard
Serpentard
Année à Poudlard : Diplômé(e)

Matière optionnelle : Pas encore disponible

Spécialité(s) : Permis de Transplanage


Jour de pluie - Page 3 Empty
Re: Jour de pluie
Ellana Lyan, le  Sam 16 Déc 2017 - 12:42

À genoux dans la saleté et l'obscurité, elle tente d'allumer une bougie que le vent éteint de son souffle glacé, éternelle répétition c'est cette impression que le rire cruel de la vie ne cesse de résonner dans mes pensées, suis-je donc condamnée ?
fatidique instant alors qu'une main tendue et prise tire vers l'avant, ou peut-être l'arrière je ne m'y retrouve plus trop prisonnière de l'espace temps et cette envie si forte de bousculer les règles et les fausses

je peux franchir la dernière limite,
pousser les barrières les unes après les autres,
embraser les rivières avant de m'y noyer


femme, peu de chose en somme, humaine, prisonnière de ses chaines
je suis, tu es mais nous ne faisons que paraitre et la peur prend à la gorge
je doute sans cesse de première seconde à l'ultime instant
le cœur vibrant, la tête nouée de choix impossibles dans des mots-prisons
toujours, jamais, et les promesses intenables des folies inconvenables

quand la question retenti c'est panique qui reprend le contrôle
un poids m'écrase les épaules et peu à peu je suffoque que sais-tu faire ?

et si je n'avais pas de réponse, que le vide à offrir, si elle décidait de me détruire de son aura si elle découvrait que je ne pouvais pas lui être utile, mon cœur bat bien trop vite, ses mots comme les précédent me piquent et l'acide se répand dans mes veines
les baissés vers le sol, je tente de calmer les tremblements de mes doigts sans grand succès, la crainte aussi de se tromper dans ses attentes, parle t-elle d'aptitudes scolaire ? de talents innés ? ou peut-être de capacités mentales ?

un certains talents pour la magie, une bonne condition physique et une excellente mémoire tout comme la capacité à poignarder un être aimé sans le moindre état d'âme semblaient de bien faible savoir faire devant son regard invisible et pénétrant
l'enfant se perd, reprend, hésite et ouvre les lèvres je... je l'ignore, ce dont vous me jugerez apte...
et un mot qui claque comme une gifle sur mes joues d'enfant grandit
appréhension soudaine comme si cette pensées étaient insupportable non ! j'ai peur...
Mangemort 33
Mangemort 33
Mangemort
Mangemort
Année à Poudlard : Aucune année renseignée

Matière optionnelle : Pas encore disponible

Spécialité(s) : Permis de Transplanage


Jour de pluie - Page 3 Empty
Re: Jour de pluie
Mangemort 33, le  Dim 17 Déc 2017 - 10:58



Ça la ferait presque rire. Ces inepties sans aucun sens. Cette manière de se cacher le regard, pour ne pas voir l'évidence même. Allez-vous fuir jusqu'à la fin ? Êtes-vous si lâche qu'il est impossible pour vous, d'affronter le monde ? Pourquoi, vous vous cachez derrière un masque de bonne figure ?
_Brisez-vous les os si ça vous chante, on va tous au même endroit
Et c'est là qu'on rigolera


Elle recule lentement, observe l'enfant à la recherche d'une faille, d'une découverte intéressante. De quoi était-elle capable ? Qu'est-ce qu'elle pourrait lui apporter à cet ordre ? Mais il était délicat en un simple regard, il ne faut jamais juger sur de simples apparences. Alors il fallait qu'elle voie de ses propres yeux.

Montre-moi ce que tu sais faire. Je ne juge pas sur de l'air.

Une ironique symphonie, dans le fond, la masquée sait exactement ce qu'elle va en faire. Mais les capacités, c'était quand même autre chose. Allait-elle la pousser à bout, ou simplement faire confiance à la gamine ? 33 était trop instable, à tout moment, elle pouvait basculer.
La haine était bien trop grande, la folie bien trop ancrée dans la peau. Elle ne pouvait pas échapper à l'inévitable, même si elle le voulait. Lutter contre les autres ténèbres, les lumières brûlantes.

C'est la peur qui forge les caractères forts.
Alors si tu veux la suivre, devient forte.

Main dans le dos, elle attend qu'une étincelle se fasse. Elle regarde l'espace-temps qui devient un enfer. Les murs qui sont gravés par le temps et le sang. Une étrange métaphore de la vie. Une métaphore, qui n'attend qu'à être prouvée par les plus jeunes.

Ellana Lyan
Ellana Lyan
Serpentard
Serpentard
Année à Poudlard : Diplômé(e)

Matière optionnelle : Pas encore disponible

Spécialité(s) : Permis de Transplanage


Jour de pluie - Page 3 Empty
Re: Jour de pluie
Ellana Lyan, le  Lun 18 Déc 2017 - 5:49

C'est l'angoisse qui comme bloque la gorge alors que je regarde l'Ombre qui pourquoi m'ôter le souffle d'un battement de cils, l'impression d'une sourit prise au piège en attendant d'être dévorée par son redoutable ennemi de toujours, il fallait pourtant se démarquer, faire ses preuves c'est ce que l'autre attendait mais comment ? c'est ce que l'esprit répondait, j'avais peur d'elle de ses mots de son aura, de sa voix qui me transperçait de part en part avec une facilité déconcertante, mes yeux piquaient j'avais envie de laisser mes larmes couler tant je trouvais la situation injuste, je voulais qu'on me prenne par la main, n'était pas capable de tracer mon propre chemin seule, j'avais désespérément besoin d'elle et pourtant

en cet instant j'aurais préféré qu'elle me tue
le souffle froid de l’atmosphère me glace
mais je sais que la pire impression hivernale ne provient que d'elle
elle me tenait par les pieds, la tête en bas
je sentais le sang me monter à la tête__ douleur

instinctivement c'est un réflexe de survie qui pose les doigts enfantin sur le couteau
manche dans la main pâle qui semble demander la permission à un regard de folie
j'hésite, recule, jette un œil autour de moi dans le désert de l'endroit
mon cœur ne bat pas régulièrement inconscience de l'enfant

elle me perce, me berce
me traverse, me blesse
dans ses mots me perds
une vague en moi se soulève
la lame fend l'air
un éclat argenté

c'est un coup parfait
un coup pour tuer
dans la direction de ma sauveuse
et jamais n'atteindra sa cible

provocation enfantine
une main posée sur les lèvres ouvertes.
Mangemort 33
Mangemort 33
Mangemort
Mangemort
Année à Poudlard : Aucune année renseignée

Matière optionnelle : Pas encore disponible

Spécialité(s) : Permis de Transplanage


Jour de pluie - Page 3 Empty
Re: Jour de pluie
Mangemort 33, le  Ven 5 Jan 2018 - 15:11



Les choses, si fragiles. Craquelées d'un regard, en une seconde, par des lambeaux de mots. Du sang qui s'étale sur les parois du mur. Une triste ironie qui fait si rire, qui fait si peur. Le ciel danse derrière son masque, elle se délecte de cette sensation qui fait bouillir sa chair. Son regard, ses cheveux, frissonnent devant le manque cruel de pureté.
_C'est fini, tu as grandi

Lentement, la masquée s'avance vers l'essence même de la scène. Elle y contemple l'incompréhension de ses paroles, la rage d'un monde qui se détruit lui-même. La folie qui coule dans les veines et ne s'évapore jamais.

Qu'est-ce que tu ressens ?
Le néant

Juste un désert de glace, coloré par des roses rouges, dont les gouttes tombent salement sur le sol. Une beauté sans raison, mais si dégoutante. Personne n'ose réellement contempler ce spectacle sans honte, personne hormis ceux qui se délectent de les créer. Dans l'ombre, elle s'avance, elle recule, elle cherche l'immensité de sa pensée. Les failles, les faiblesses de chaque mot qui vont courir jusqu'à elle.
Elle susurre à l'oreille les comptines d'une mort certaine

La lune observe 33, qui se demande encore ce qu'elle fait ici. Contempler un enfant, le faire basculer du bon côté, ce n'est pourtant pas si compliqué. Alors pourquoi cela lui prenait-il autant de temps ?
Peut-être parce que les remords étaient plus compliqués qu'on le croit, à combattre. Et elle tentait de faire avec, d'écorcher ces remords pour mener à bien cette armée de l'ombre.
Il faut tout détruire
à la racine

Ellana Lyan
Ellana Lyan
Serpentard
Serpentard
Année à Poudlard : Diplômé(e)

Matière optionnelle : Pas encore disponible

Spécialité(s) : Permis de Transplanage


Jour de pluie - Page 3 Empty
Re: Jour de pluie
Ellana Lyan, le  Dim 7 Jan 2018 - 13:31

Pour lancer une arme dans le but de détruire, il faut avoir perdu quelque chose. dans le cœur, dans la tête. Qu'importe. On ne peut pas prétendre encore longtemps après être affilié au commun des êtres. Il y a une part déchirée en moi si grande que d'un bord on ne voit pas l'autre. Peut-être est-ce au milieu que je suis née. Je n'ai plus envie d'avoir peur. Nous sommes trois. Elle, la lune et moi. Et j'hésite pour l'astre argenté qui s'apprête à me voir me perdre sans prononcer le moindre moi, comme respectant moi choix de trouver que cela est mieux, que ça ne peut que l'être. Je doute. À cause de son silence. De ses rayons comme un unique projecteur, pour une dernière scène. J'ai l'impression d'avoir perdu quelque chose...

Petite fleur qui prend sa source dans une marre de sang mais éclot tout de même immaculée. J'étais l'innocence enfantée de l'horreur humaine. Je veux pleurer. Son regard qui m'analyse. Je me sens petit à petit vidée de toute énergie comme si elle m'avait petit à petit vidée. Et puis c'est une autre force qui vient peu à peu remplir mes poumons. Vive, souple, collante et désespérément sombre. Je ne sais que penser. Je suis réveillée.

Elle pose une nouvelle question. Cette fois les frisson ont disparu, je les laisse entrer sa voix en moi en cherchant ce qu'elle vient réveiller, qu'elle sera ma réponse. Mais elle repart sans rien trouver et j'ai cette impression peut-être effrayante qu'il n'y a simplement plus de barrage. Alors je réponds. Rien. Cette vérité sonne bien étrange...
Mangemort 33
Mangemort 33
Mangemort
Mangemort
Année à Poudlard : Aucune année renseignée

Matière optionnelle : Pas encore disponible

Spécialité(s) : Permis de Transplanage


Jour de pluie - Page 3 Empty
Re: Jour de pluie
Mangemort 33, le  Lun 22 Jan 2018 - 9:46



Le monde est en train de se transformer. Les plus jeunes prennent exemple, ils suivent les traces d'un passé sans fond. Ils pensent que la vie est faite de douleur et de sang, qu'il faut être le plus fort et le plus grand. Alors que non, il faut simplement apprendre à vivre.

Pour survivre, de quoi serais-tu capable ? La pire des choses que tu pourrais faire.

Il y a la glace qui gèle les murs, la prend à la gorge alors que le sourire s'efface dans l'ombre. Le squelette s'avance, la masquée observe les regards et les silences. Elle cherche la vie à travers la mort, la lumière à travers les ténèbres. Elle pousse à l'addiction d'un monde sans aucune fin heureuse. Parce que ça lui plaît de voir les gens se déchirer entre eux.
Parce que c'est la cruauté qui définit ce qu'elle, et la mangemort en est fière.

33 est lasse, elle soupire. Elle veut plus que des partisans qui ne ressentent rien, elle veut plus que des machines à tuer. Elle veut l'impossible, elle veut cette poupée de porcelaine qui découpe les espoirs. Et dans les yeux de la petite, pour l'instant l'univers est encore trop rose.
Contrairement aux autres, 33 ne va pas être cette statue de pierre. Elle veut ressentir de tout son être, la douleur des autres.
Est-ce que tu veux jouer avec moi ?
Je t'enseignerai alors la vie.

Et c'est comme ça que l'innocence est démantelée.
Par de simples jeux d'enfants.

Ellana Lyan
Ellana Lyan
Serpentard
Serpentard
Année à Poudlard : Diplômé(e)

Matière optionnelle : Pas encore disponible

Spécialité(s) : Permis de Transplanage


Jour de pluie - Page 3 Empty
Re: Jour de pluie
Ellana Lyan, le  Dim 28 Jan 2018 - 13:57

Tourbillon de vie, le radeau tangue. Au milieu des monstres j'existe sans vie. Ils sont nombreux à avoir voulu s'élever pour avoir cette impression de respirer et pourtant je sais que je n'en suis pas capable. Trop faible pour l'instant. Mais le masque devant moi qui me terrifie autant qu'il me plait n'est-il donc pas un de ces piliers du temple de la destruction. j'ai lu dans les journaux comme tous qu'il ne fallait pas les approcher, que leur cœur noir n'aspire qu'à la haine sans reconstruction, que leurs paroles sont menteuse et leurs idéaux chaotique. Qu'enfin le dos tourné c'est eux qui portait les premier un poignard entre vos omoplates sans la moindre trace de remord sur le visage.

J'ai su tout ça sans reculer, par idiotie peut-être
et emportée dans le manège infernal, j'ai du mal à garder la tête haute
ses questions me paralyse, j'ai l'impression de tout ignorer
mais elle lit en moi, je le sens, comme dans un livre ouvert
alors je continue à ignorer pourquoi donc prend elle la peine de m'interroger.

Elle joue avec mon feu, mes braise sur le point de s'éteindre, elle sent ma perdition et s'en moque. je l'imagine rire glaçant de son éclat d’effrois la belle lune qui au dessus guette. Je suis une enfant de la nuit pourtant le noir me fait peur, ce n'est pas ma maison. J'ai été adoptée. Et je le savais un peu trop bien sans que cela ne pose vraiment de problème. Pourtant je n'ose avancer. À tâtons je me repère dans le grand sombre qui doucement m'enfonce. Sable émouvant ; il faut tarir les larmes.

L'impression de pouvoir faire tant de choses pour rester en vie, mais l'envie de penser que je ne pourrais surtout pas les livrer, eux pourtant c'était petite princesse au cœur battant et l'amour si fort était tout de même bien trop las. Je peux toujours aimer un autre, mon cœur prétend être assez grand. Une fausse promesse à laquelle il faut croire mais je m'aimais mieux qu'eux ou la douleur m'aurais déjà ôter la vie. Pas d'attache dans cette famille en plastique. Puis oui ! trop vite exclamer, quand elle propose de jouer. Parce que j'attendais pas grande chose de plus de cette existence. On joue à quoi ? Demande l'innocence.
Mangemort 33
Mangemort 33
Mangemort
Mangemort
Année à Poudlard : Aucune année renseignée

Matière optionnelle : Pas encore disponible

Spécialité(s) : Permis de Transplanage


Jour de pluie - Page 3 Empty
Re: Jour de pluie
Mangemort 33, le  Sam 17 Fév 2018 - 18:47




Il y a ce sourire cruel. Il y a cet air suffisant, qui se dégage du masque quand elle regarde l'horizon. Il y a cette gosse présente pas loin, qu'elle observe de temps en temps. Il y a cet air glacé qui étouffe les mots. Ce rire presque cristallin qui se veut effrayant, mais qui tétanise les veines. Il n'y a plus de folie pure, plus de bête, plus de monstre ce soir. Un simple masque si froid, si gelé, stoïque. Une créature de glace, qui cruellement, vous pétrifie par l'ombre de l'excentricité.
C'était comme faire pleurer un enfant au final.

À détruire et à survivre. Comme sur un plateau d'échec.

Les échecs, un jeu qui se veut ennuyeux sauf si on connaît les véritables règles. Chacun est une pièce, il y a un roi et une reine. Tout le monde veut la tête du roi, alors que le pion le plus dangereux... C'est celui dans l'ombre, celui qu'on n'observe jamais parce qu'il est instable. Qu'il est loin et que lorsqu'on tend la main, il est impossible à attraper, à toucher.
La masquée ne le sait que trop bien, et elle a bien envie de démasquer cet autre pion. Ce fou, cette tour qui barre le passage vers la lumière de ses idéaux.

Prouve-moi que tu en es digne, fais quelque chose de grandiose quelque part et préviens-moi ensuite.
Sème la terreur et je t'expliquerai comment on joue vraiment avec la vie

Et derrière le masque, le sourire se met à rire comme une poupée de porcelaine qui vient de s'échapper du musée.
Celles qui font peur, celles au rire d'enfant.

Elle s'évapore.

Départ de 33
Ellana Lyan
Ellana Lyan
Serpentard
Serpentard
Année à Poudlard : Diplômé(e)

Matière optionnelle : Pas encore disponible

Spécialité(s) : Permis de Transplanage


Jour de pluie - Page 3 Empty
Re: Jour de pluie
Ellana Lyan, le  Jeu 1 Mar 2018 - 1:07

Je sais pas ce qu'il m'a pris : j'ai décidé d'y croire. Croire en ce dangereux idéal et le faire mien. Père auriez-vous donc été fier de moi ? l'idée répugne, dégoûte mais reste pourtant bien là. Et ça fait plus peur qu'on ne voudrait bien le croire. Je suis un peu trop perdue, enfant de la rue. Le ciel est mon toit, pourquoi donc ne m'appartient-il pas ? Qui a énoncé que je devais partagé ? Pas moi. Alors ça ne va pas. Possessivité de l'enfant. Je me retrouve devant une plus grande poupée alors qu'enfançonne, j'ai du mal à tenir sur mes deux pieds. Elle a l'impression de ne pas y croire quand chacune de ses paroles me percutent en réveillant un nouveau sentiment en  moi. Suis-je donc en train de t'apporter quelque chose ou es-tu aussi froide que ton aura me le laisse penser ?

Pas de réponse. Je n'ai plus envie d'avoir peur, de crier, c'est pas pour moi j'en ai déjà assez fait. Le titre du jeu est simple, les règles sont inconsciemment expliqué. Si t'es morte la partie est finie pour toi. C'est le jeu de l'existence et du chaos qui ne s'arrêtera sans doute jamais. Comme une drogue à laquelle on ne peut échapper. Et je rester figée devant cette inconnue masquée. Elle fait trembler en moi quelque chose que je ne connaissais pas. Un air de douleur cruel et mon envie frappe. Je meurs de vouloir lui ressembler. le permettrait elle ? C'est dur d'y croire.

Elle me donne une mission. C'est étrange à entendre. le professeur termine sa leçon et l’élève écope d'un devoir sans trop savoir quoi en faire. Ça pèse sur les mains, il y a cette honte aussi qui grandit de plus en plus intense. Comme tenter d'être à la hauteur ? Je n'en avais pas grande idée. Le monde tanguait. Un rire monte devant moi. Je tourne la tête. Elle a disparu. le vide s'ouvre en moi quand mes genoux viennent épouser le sol. Et je pleure. J'ai honte.

Fin du RP, merci beaucoup ♥
Castielle Colt
Castielle Colt
Préfet(e)/Poufsouffle
Préfet(e)/Poufsouffle
Année à Poudlard : Septième année

Matière optionnelle : Étude des moldus

Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Jour de pluie - Page 3 Empty
Re: Jour de pluie
Castielle Colt, le  Dim 25 Mar 2018 - 12:53

Un temps et une humeur de chien
RP avec Time Alyster



Ce n'est pas la première fois que notre petite sorcière doit se déplacer jusqu'à Pré-au-Lard pour aller chercher un colis à la poste. Ses parents ont beau s'être habitué à énormément de choses étranges depuis que leur fille est scolarisée dans une école de sorcellerie, ils ont encore du mal avec le concept d'envoyer des paquets directement dans sa salle commune. Donc à chaque fois que ça pèse trop lourd ou que c'est trop encombrant, selon eux, ils préfèrent s'en remettre à un bon vieux bureau de poste. Tant pis après tout, Castielle s'est faite une raison depuis le temps !

En plus Pré-au-Lard n'est pas désagréable comme village, elle a connu pire la petite jaune. Comme la fois où ils étaient partis en vacances près de la mer et qu'elle s'était retrouvée embarquée dans une histoire de malédiction... moui enfin ça commence à dater maintenant. Toujours est-il que le village de sorcier est plutôt sympathique.
En règle générale.
C'est-à-dire quand il ne pleut pas des cordes.
Comme c'est le cas maintenant, par exemple.

Castielle fonce à travers les rues, le corps arqué vers l'avant tentant désespérément de maintenir sa capuche en place pour ne pas se prendre de l'eau plein le visage. Tentative couronnée d'un franc non-succès puisque ses verres sont tellement assaillis par la pluie qu'elle peine à voir ce qui se passe plus loin que le bout de son nez. Et encore, c'est pour utiliser l'expression. Parce qu'en vrai elle a aussi du mal à le voir, le bout de son nez, donc bon !

À chaque pas ses chaussures se mouillent encore un peu plus et des "floutsh floutsh" rythme l'avancée de la brune qui commence sérieusement à en avoir plein le dos. Plus que quelques rues avant d'arrivée à la poste, où elle pourra enfin se mettre à l'abri du déluge ! Et elle ne se privera pas de jurer copieusement entre ses dents jusqu'à destination ! Des "saloperies de météo", "cochonnerie de continent de mes deux" et autres "bouffons qui pouvaient pas me prévenir", elle les sème sur son passage comme un paysan avec ses graines au printemps.
Bien sûr ça lui vaut quelques têtes tournées, regards outrés et autres commentaires réprobateurs sur son passage mais l'Américaine s'en fiche comme de sa première chaussette. En fait ça la soulage même un peu, quelque part, qu'on l'entende. Et puis qu'ils aillent se faire voir s'ils ne sont pas d'accord avec elle, c'était leur problème et elle avait le droit de râler autant qu'elle voulait ! Elle était en Europe aux dernières nouvelles, pas en Corée du nord, hein !

Après qu'un des idiots peuplant ce village d'abrutis (ce sont ses mots à elle, la narratrice refuse toutes responsabilités quant aux termes employés) se prend l'idée de transplaner juste à côté d'elle, l'éclaboussant au passage comme l'aurait fait un semi-remorque fonçant sur l'autoroute elle se retrouve dégoulinante de partout. Les paupières à demi closes dans un regard empli de haine elle se tourne vers le transplaneur de malheur en ayant la fervente intention de lui faire regretter d'avoir voulu quitter l'endroit d'où il venait. Malheureusement en voyant son air de furie, le passant eut la bonne idée de partir le plus vite possible sans demander son reste.

Les dents serrées par la frustration, Castielle referme son parapluie (qui, vu son état, ne lui sert plus à rien) et jure que si jamais un autre abruti avait la bonne idée de venir rajouter encore plus de bonheur dans sa journée il allait prendre cher.
Time Alyster
Time Alyster
Serpentard
Serpentard
Année à Poudlard : Aucune année renseignée

Matière optionnelle : Pas encore disponible

Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Jour de pluie - Page 3 Empty
Re: Jour de pluie
Time Alyster, le  Mar 27 Mar 2018 - 7:00

RP avec Castielle Colt (j'ai son LA pour lui rentrer dedans  Ange )



Ce devait être le matin lorsque c'est arrivé. Il était aux environs de 10h, et bien évidement, c'est lorsqu'il sortait qu'il devait se mettre à pleuvoir.
Certes, Time adorait la pluie, mais là, il pleuvait carrément des cordes et c'était insupportable. Ses vêtements étaient trempé et lui collait à la peau, la foule aussi, ce qui faisait que les vêtements trempé des autres passants trempait encore plus les siens !
Évidement, tout le monde le bousculait, et son pantalon était plein de boues. La prochaine fois qu'il sort à Pré-au-Lard, il fera attention au temps....

Time accéléra le pas, quitte à bousculer un peu certains passants, après tout, ce n'est pas comme si ça allait changer quelque chose à sa journée, de toute façon, tout le monde bousculait tout le monde...

Il réussi finalement à se cogner contre une fille de Poufsouffle. Il n'en avait rien à faire, et continua son chemin, après tout, il avait vraiment besoin de se changer !
Castielle Colt
Castielle Colt
Préfet(e)/Poufsouffle
Préfet(e)/Poufsouffle
Année à Poudlard : Septième année

Matière optionnelle : Étude des moldus

Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Jour de pluie - Page 3 Empty
Re: Jour de pluie
Castielle Colt, le  Sam 14 Avr 2018 - 8:57

Désolée pour le retard !  :mm:

Quand on est agacé c'est un peu comme quand on a faim : les petits détails du quotidien sont amplifiés et ne font donc qu'aggraver notre état. Castielle préférerait de loin avoir l'estomac dans les talons. Si ce n'était que ça, elle verrait les gens comme des hamburgers géants et aurait de la salive au coin de la bouche en passant à côté des restaurants et bars du village. Mais non, là elle était énervée, pas affamée. Résultat ? Une seule envie : celle de cogner dans tout ce qui bouge.

Cette petite mamie devant moi qui avance à la vitesse d'un escargot émergeant d'une sieste trop longue.
Grrr.
Les gamins qui hurlent en courant se mettre à l'abri.
GRRR.
Les gouttes d'eau qui ne sont pas assez froides pour contrebalancer son sang en train de bouillir de rage mais qui lui font quand même l'effet de centaines de petites boulettes de papier jetées contre sa peau dans le seul et unique but de la faire péter un câble.
GRRRRRR.
Et puis le pompon à la cerise sur le gâteau : un gars la bouscule à grand coup d'épaule et continue son petit bonhomme de chemin sans même un regard ou un mot d'excuse ! La moindre des choses aurait été de lancer un "désolé" du ton monotone de ceux qui l'ont répété plus d'une fois ces dernières minutes ! Mais non, juste un "bouge toi de là" physique et une indécence sans bornes.

C'en est trop. La sorcière est loin d'être une sainte mais au moins elle est polie, elle ! Enfin c'est ce qu'elle se dit. Et personne n'a encore été assez peu regardant sur sa santé physique pour oser la contredire à ce sujet. Si on avait été dans un film, la musique se serait arrêtée. La caméra aurait fait un gros plan sur le visage de notre héroïne où l'on aurait pu voir dans les moindres détails sa mine qui s'assombrie. Cut ! Maintenant gros plan sur son poing droit, serré si fort que ses phalanges en deviennent blanches. Plan large où la Poufsouffle est de dos, au milieu du cadre, et où une silhouette indéfinie - mais avec un petit sourire narquois sur les lèvres - sort du cadre sur la gauche et pile au moment où il disparaît voilà la caméra qui revient sous le nez de Castielle, le nez froncé par la rage.
Oh et puis il y aurait sans doute eu un ralenti aussi. Quelque part. Parce que c'est classe les ralentis quand on en abuse pas trop.

En une seconde, tout s'emballe. L'Américaine tourne les talons et se rue vers la silhouette au sourire qu'elle imagine narquois. Dans son irrépressible envie d’aplatir le nez de l'impoli qui l'a bousculé sans ménagement elle bouscule sans ménagement toutes personnes se trouvant sur son passage. Et oui, l'ironie de la chose lui échappe complètement. D'ailleurs elle vous répondra sûrement que ce n'est pas du tout pareil et qu'il ne faut pas tout mélanger et que de toute façon vous avez intérêt à la boucler si vous ne voulez pas qu'elle s'énerve contre vous aussi.

C'est trempée comme une éponge, avec de la boue plein les jambes et des lunettes colorées de rouges inquiétants que Castielle rattrape sa victime du jour. Sans la moindre hésitation elle lui empoigne le bras, le tord de toutes ses forces pour l'obliger à se tourner vers elle.
Là normalement il lui faudrait une phrase d'accroche. Quelque chose de super classe et qui donne envie aux autres de se dire "Wahou t'as vu cette punchline ?! Faut trop que je le ressorte un  jour !" sauf que notre Castielle elle n'est pas vraiment du genre à avoir une répartie d'enfer naturellement. Elle n'est même pas du genre à prendre le temps de cogiter pour se trouver des petites piques comme ça qu'elle pourrait ressortir plus tard. Puis elle est même pas du genre à cogiter tout court donc bon.
La partie la plus éloquente d'elle§même ce sont ses yeux et ses poings, pas sa langue.

La sorcière crache tout de même un : "Oh là l'blondinet, t'as vraiment mal choisi ton jour pour me rentrer d'dans".

Voilà, les présentations étant faites, elle peut lui en coller une maintenant ?
La parlote c'est ennuyant de toute manière !
Time Alyster
Time Alyster
Serpentard
Serpentard
Année à Poudlard : Aucune année renseignée

Matière optionnelle : Pas encore disponible

Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Jour de pluie - Page 3 Empty
Re: Jour de pluie
Time Alyster, le  Mer 25 Avr 2018 - 18:35

"Oh là l'blondinet, t'as vraiment mal choisi ton jour pour me rentrer d'dans".

Time fit immédiatement volte-face, voix de fille, ton énervé, menace, aucuns ton ni mots sous-entendant une hypothétique entente...
Les gouttes de pluies décrivirent un magnifique arc de cercle sous le mouvement de Time.
Baguette dégainé, il analysa rapidement son adversaire.
Poing fermé, baguette à la ceinture... elle voulait cogner... Pas de négociation possible apparente au vu de son énervement injustifié...
Elle se prenait pour qui elle ?
Son cœur accéléra, il n'était pas à l'aise avec ce genre de situations...
Il fallait être rapide et précis... Et surtout, rester lucide...
Lucide... un sourire au coin de sa bouche se dessina, il se redressa, et prit un air supérieur, la jeune écervelée était bien mal tombée on dirait...

-Et bien, et bien, du calme, tu veux frapper ? Est-ce là dans les codes civiques et moraux de frapper le premier venu ?
Est-ce là ta seule valeur ? Frapper telle une écervelé ? Et bien soit, dans la vie il de tout, des gens intellectuellement supérieurs  et des abrutis finis.
Comme vous, les gueux de l'esprit.


Bon, il avait frappé fort, clairement dans la provocation, l'abrutie au regard bovin en fasse allait sûrement frapper sans réfléchir et ne même pas prendre la peine de répondre...
Son seul but sera de lui faire mal.
La colère était si facile à provoquer, prévoir, et manipuler.
Seul hic, la contenir.
Castielle Colt
Castielle Colt
Préfet(e)/Poufsouffle
Préfet(e)/Poufsouffle
Année à Poudlard : Septième année

Matière optionnelle : Étude des moldus

Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Jour de pluie - Page 3 Empty
Re: Jour de pluie
Castielle Colt, le  Dim 13 Mai 2018 - 6:44

Le gars devait être l'idiot du village parce qu'il a l'idée de génie de sortir sa baguette. Comme ça, tranquille. Quand on est trouillard au point de sortir sa baguette dans une simple altercation de rue (du point de vue de notre douce héroïne du moins) c'est qu'on est vraiment pas fait pour vivre dans cette jungle qu'est ce monde. D'ailleurs son absence d’œil gauche ne fait que confirmer ce sentiment ; le type est sûrement comme ces chats qui ne savent ni se battre ni s'enfuir correctement et qui du coup reviennent tout le temps à la maison avec des morceaux en moins. Sauf que les chats eux au moins sont assez intelligents pour comprendre qu'au bout d'un moment ils ne sont pas vraiment faits pour sortir du salon et décident donc de rester bien au chaud et à l'abri dans la maison de leurs maîtres. Ici le gros matou peureux fait semblant de savoir se tenir dans la cour des grands malgré le fait que tout dans son attitude transpire l’inaptitude à y poser un seul orteil.
Sortir sa baguette : erreur.
Se pavaner comme un paon : erreur.
Perdre son temps à caqueter comme une poule pour ne rien dire : erreur.
C'en est presque triste.
Mais Castielle n'est pas du genre à s'attrister pour les idiots.

Dans un soupir exaspéré de notre petite sorcière, elle lui subtilise sa baguette d'un geste. Même pas besoin de feinter ou d'aller vite, le mec la lui offrant sur un plateau d'argent tellement il était proche et la tenait mal. C'était si facile qu'elle était persuadée que voler une sucette à un enfant aurait été plus compliqué puisque l'enfant au moins tiendrait à sa sucette et s'y serait accroché en pleurant. Mais là non, c'était juste un abruti qui pétait plus haut que son cul et qui n'avait aucun sens des réalités. Est-ce que lui donner une bonne leçon l'aiderait à revenir sur terre, parmi le commun des mortels dont il est persuadé d'être siii supérieur - !!!
Non mais attendez !
Mais oui !
Mais c'est ça !
Rewynia sort de ce cooooorps !!

Cette pensée heurta Castielle comme un boulet de canon. Était-elle condamnée à ne croiser la route que d'illuminés et de sales gosses ? Est-ce que l’Angleterre ne comportait aucune autre sorte de personne que ces deux-là ? Quand chez elle on lui disait que les Européens étaient des gens étranges et qu'elle allait être dépaysée en arrivant là-bas ce n'est pas du tout ce qu'elle avait imaginé ! Si ça continue comme ça elle va finir par mourir d'un infarctus avant ses trente ans ! Et ce sera à cause de ce pays merdique et de ses gens insupportables ! Où sont les gentlemans dont on nous rabâche tant les oreilles à longueur de journée ? Même ! où sont les gens normaux ?? Ceux qui ne sont pas d’insupportables teignes qui se pensent supérieur à tout le monde constamment ? Castielle commençait sérieusement à en avoir plein le dos de toutes ces conneries ! Et Rewynia 2.0 va clairement en faire les frais. Pas de bol.

Démuni de sa seule arme et incapable de se faire cuire un œuf sans magie, il est facile pour Castielle d'attraper l'épaule de l'idiot du village pour le faire se retourner et l'envoyer valdinguer contre le mur le plus proche. Je vous vois déjà plisser le visage et arrondir la bouche en un "aïouch" compatissant mais vous auriez tort. Déjà parce qu'il l'avait mérité et ensuite parce que, ça va, c'est pas si douloureux que ça il faut arrêter de tout dramatiser comme ça ! Ok il aura peut-être un bleu ou le nez qui saigne (s'il est mal tombé (ce que Castielle espère de tout son petit cœur de beurre) ) mais c'est tout, pas de quoi en faire tout un plat.

Nouveau soupir. Tout c'est passé très vite du coup on pourrait presque croire qu'elle ne respire que comme ça, en soupirant bruyamment, ce qui serait assez drôle mais terriblement handicapant au quotidien non ? Bref, toujours est-il que voilà où on en est et que c'est le meilleur moment pour dire quelque chose. Et il y avait beaucoup à dire, ahlala ! Mais comme Castielle est plus quelqu'un d'impulsive elle s'adresse à l'idiot comme un général à une nouvelle recrue : de l'autorité, un peu de colère aussi hein, mais aussi un peu de pédagogie dans la voix. C'est que dans ses autres confrontations au moins ses adversaires avaient un minimum de jugeote ; là l’ego du bonhomme faisait que tout le reste passait à la trappe et l'endroit de son cerveau où aurait dû se trouver le bon sens ne lui est plus accessible.

"Faut vraiment être écervelé pour sortir sa baguette de la sorte et se la faire prendre aussi facilement. Puis quand on est civilisé et moral on ne pousse pas les gens dans la boue sans s'excuser en premier lieu pour ensuite les prendre de haut. Les idiots du village qui se prennent pour des génies sont vraiment les pires..."

Simple, clair, direct.
Castielle joue avec la baguette de cet énergumène en attendant qu'il se redresse. Est-ce qu'il aura l'intelligence (au combien suprêêême selon ses propres dires) de se rendre compte qu'il n'était pas en position de force ou bien est-ce qu'il s'enfoncera encore un peu plus dans sa bouillie infâme de grands mots vides de sens ?
Contenu sponsorisé

Jour de pluie - Page 3 Empty
Re: Jour de pluie
Contenu sponsorisé, le  

Page 3 sur 6

 Jour de pluie

Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6  Suivant

Permission de ce forum:Vous pouvez 
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Harry Potter 2005 :: ~¤~ Pré-au-Lard ~¤~ :: Rues de Pré-au-Lard-

L'univers d'Harry Potter est la propriété de la Warner Bros ainsi que de J.K Rowling.
Tous droits réservés sur ce site ©Copyright HarryPotter2005.