AccueilPortailRechercherS'enregistrerConnexion

Harry Potter 2005 :: ~¤~ Pré-au-Lard ~¤~ :: Forêt Interdite
Page 3 sur 4
Silence oppressant
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4  Suivant
Galatéa Peverell
Serpentard
Serpentard

Silence oppressant - Page 3 Empty
Re: Silence oppressant
Galatéa Peverell, le  Sam 5 Mai - 14:49

Tara souffla, plus exaspérée qu'amusée. Elle commençait à se demander si ce n'était pas d'un médecin ou d'un psychologue dont Kohane avait besoin. On ne souffrait pas comme elle avait souffert pour ensuite soudainement se mettre à aimer la douleur. A l'évidence, il s'était passé quelque chose lorsqu'elle n'était pas là. A l'évidence, elle n'aurait pas dut s'éloigner. Ni même revenir.

Néanmoins, même avec sa priètre expérience dans le dommaine des interrogatoires, Tara savait que juste discuter ne servirait à rien. Disons simplement qu'elle avait espéré, dans sa grande naïveté, qu'utiliser la magie ou la menace sur Kohane ne serait pas utile. D'ailleurs elle était bien loin du sénario qu'elle s'était imaginée de base. La présense d'Amalya, bien que rassurante, compliquait tout. Il était évident qu'elle n'aurait jamais choisi ce lieu si elle avait su dès le départ qu'elle l'accompagnerait. Tara aurait alors pu prendre son temps et travailler Kohane sur la patience plutôt qu'au corps. Mais finalement, il s'était avéré que c'était d'avantage son mental à elle qui en prenait un coup.

Lorsqu'elle vit la branche chuter et s'écraser sur la tête de Kohane en un bruit effrayant, la sorcière cessa de respirer tant et si bien qu'elle en fut paralisée. Que venait-il de se passer ? Que ? Venait ? Il ? De ? Se ? Passer ?  Heureusement Amalya eu plus de réflexes ce qui permit à Tara de vite se reprendre et de chasser cette petite voix qui lui disait d'effacer sa mémoire et de tout abandonner, recommencer comme si rien n'était jamais arrivé. Il lui fallait des informations ! Il fallait qu'elle sache... quel rôle Kohane joueait-elle vraiment dans tout ceci.

- Attend ne l'a réveille pas... On devrait peut-être l'emmener à la planque ? Elle sait qu'on ne lui fera pas de mal et qu'on est plus vulnérable qu'elle ici.

Si elles décidaient de rester, Kohane n'aurait qu'à se montrer un peu patiente et les deux Phénix seraient obligées de la relâcher sans rien avoir obtenue. Ce qui n'était clairement pas envisageable pour l'ancienne verte. Quitte à perdre sa plus vieille amie, elle voulait que ce ne soit pas pour rien. Cela faisait huit ans qu'elle cotoyait les ombres, elle ne pouvait pas ne rien savoir, c'était impossible. Ou très incohérent. Ou révélateur d'un problème psychologique plus grand que le simple masochisme, car qui suivrait quelqu'un dans une guerre sans rien savoir de lui ?

FIN du RP, la suite ici.
Azaël Peverell
Azaël Peverell
ModérationSerpentard
Modération
Serpentard
Année à Poudlard : Diplômé(e)

Matière optionnelle : Médicomagie

Spécialité(s) : - Permis de Transplanage
- Animagus : Chien-loup Tchécoslovaque


Silence oppressant - Page 3 Empty
Re: Silence oppressant
Azaël Peverell, le  Mar 26 Juin - 23:39

PV Monsieur le Seigneur des Ténèbres
TW dépression, drogue


Assis contre un tronc d'arbre, tu observes les quelques lambeaux de ciel noir que l'épais feuillage de la forêt te permet de voir. Quelques étoiles. Et la lune. Cette foutue lune. Pas pleine. Pas encore. T'es parti de la cabane après qu'Arty se soit endormi. Vous venez tous juste de rentrer de votre week end improvisé en pleine semaine au Texas. T'as voulu lui changer les idées. Tu peux être fier de toi, t'es à peu près certain que ça a marché. Bon, par contre, il est un peu amoché. Disons que c'est les risques quand on s'en prend à la propriété des autres. Mais au moins, cette fois, tu as pu le venger. Tu pousses un profond soupir.

Tu ne sais pas comment tu peux l'aider à gérer tout ça. T'as l'impression de servir à rien, de ne pas pouvoir l'aider réellement. D'être simplement inutile. Pour lui comme pour les autres. T'as bien reçu la lettre du Seigneur des Ténèbres pour les affiches de ces abrutis de Phénix. Mais t'étais pas là. T'as préféré gérer Arty que la Cause. Et même si tu ne regrettes pas ce choix un seul instant, tu t'en veux un peu. Et tu te demandes comment tu vas pouvoir leur faire face après les avoir lâchés ainsi. Tu t'efforces de faire au mieux, tu aimes à croire que ta loyauté est sans faille. Mais pourtant, tu n'as pas pu protéger Arty contre ce Loup-Garou. Et tu n'as pas pu répondre à l'appel de l'Ordre Noir.

Quoi que tu fasses, tu rates toujours quelque chose. Tu fais tout pour gagner en puissance, pour devenir plus fort, pour enfin être celui que tu es sensé être. Celui que tu voudrais être. Mais au final rien ne change. Tu restes toujours le même, qu'importe tes efforts. Tu commences à te dire que tout cela est vain. Que tu ferais mieux d'arrêter avant de réellement décevoir tout le monde. Tous ceux qui comptent pour toi. Et tous ceux qui comptent sur toi. Bien que ce dernier groupe doit sûrement se réduire de jour en jour. Est-ce que réellement certains comptent sur toi ? Est-ce que réellement, tu peux être utile à quelqu'un ?

Tu pousses un soupir en passant ta main dans tes cheveux. T'en as assez d'être ce foutu bon à rien. De te dire chaque jour que les choses vont changer alors même que tout reste pareil. Comme si t'avais pas le droit. Comme si t'étais destiné à toujours laisser tomber les autres. Les décevoir. Encore et encore. Tu sors un joint de ta poche et ne perds pas de temps pour l'allumer. Tu laisses ton regard suivre la fumée tandis qu'une partie t'encrasse les poumons. Tu t'étais promis d'arrêter. Pour être plus en forme. Pour tenir le coup physiquement et gagner en endurance. Mais là, tu tiens plus. Les pilules sont bonnes pour te donner un coup de fouet. Mais là, t'as juste besoin de tout éteindre. De laisser tes pensées se reposer.
Mangemort 67
Mangemort 67
Mangemort à la retraite
Mangemort
à la retraite
Année à Poudlard : Aucune année renseignée

Matière optionnelle : Pas encore disponible

Spécialité(s) : Transplanage
Fourchelang


Silence oppressant - Page 3 Empty
Re: Silence oppressant
Mangemort 67, le  Mer 4 Juil - 16:59

Sous mes bottes, l'herbe courbait l'échine, évitant les branches pouvant aider à localiser ma position, je marchais entre les arbres imposants de la Forêt Interdite. Posant ma main, de temps à autre, sur l'écorce râpeuse d'un de ces géants silencieux.

Cela faisait longtemps que je ne mettais pas rendu en ce lieu qui m'était pourtant si agréable. Si j'avais renoué avec des vieilles habitudes, c'était uniquement dans l'optique de retrouver certains partisans qui avaient manqué à l'appel lors de la contre-attaque menée contre l'Ordre du Phénix et leurs affiches inutiles.

La Forêt n'avait été le dernier endroit où j'avais cherché. Londres et ses toits ne m'avaient livré personne comme tous les autres lieux sur lesquels je m'étais rendu.

L'agacement commençait à monter en moi ainsi que l'impatience, je n'appréciais guère qu'on n'obéisse pas à mes ordres et encore moins qu'on se défile par la suite.

Continuant d'avancer, je me demandais si c'était peine perdu. Qu'il fallait chercher ailleurs. Autant profiter d'être ici pour observer d'éventuelles créatures intéressantes.

Ma robe noire traîne sur le sol, peut-être qu'elle est le seul bruit aux alentours avec le vent qui souffle de temps en temps. Puis mon regard est attiré par une masse sombre.

- Je vois que les âmes sombres sont de sortie en cette nuit éclairée. Je ne pensais pas que tu étais de ceux qui aimaient le calme et le danger potentiel de cette Forêt. Dis-je en m'approchant. Puis, je posais ma baguette sur sa gorge lorsqu'il posa son regard sur moi. Où étais-tu?


Azaël Peverell
Azaël Peverell
ModérationSerpentard
Modération
Serpentard
Année à Poudlard : Diplômé(e)

Matière optionnelle : Médicomagie

Spécialité(s) : - Permis de Transplanage
- Animagus : Chien-loup Tchécoslovaque


Silence oppressant - Page 3 Empty
Re: Silence oppressant
Azaël Peverell, le  Sam 7 Juil - 13:07

Bouffée après bouffée, tu observes le papier se consumer en rougeoyant. Tu commences à planer au même rythme que les envolées de fumée. Ton esprit semble enfin se refermer, accepter de te laisser tranquille. Rester simplement... Vide. De toute pensée, positive ou négative. Ton regard fixe le même point immobile inlassablement. Tu pourrais presque commencer à compter les feuilles des branches qui te surplombent. T'as cette étrange impression que le temps est en suspend, et qu'il ne redémarrera qu'en même temps que toi. Pour la première fois depuis quelques temps maintenant, t'as l'impression d'être en paix. Et tu sais pertinemment que ça ne durera pas, alors t'as bien l'intention d'en profiter au maximum.

Mais ce n'est visiblement pas ainsi que les choses doivent se passer cette nuit. Un froissement de tissu sur le sol, une voix qui s'élève et que tu reconnais aussitôt. Ton coeur se met soudainement à battre la chamade tandis que tu lèves les yeux vers le masque rouge du Seigneur des Ténèbres qui te surplombe de toute sa hauteur. Si ses premiers mots n'ont rien de réellement effrayants, tu te doutes clairement qu'il n'est pas ici pour parler de l'endroit. Tu balbuties un "M... Maître..." à mi-chemin entre la surprise et la salutation respectueuse (quoi que peu rassurée) en t'insultant mentalement d'être resté ici. C'est que tu ne te sens absolument pas prêt à affronter la déception de l'Ordre Noir à ton égard. Ni les remises en question. Si tu pouvais disparaître dans le sol à cet instant précis, tu n'hésiterais pas une seule seconde.

C'est d'ailleurs bien dommage que tu ne puisse pas puisque sa baguette se pose bien vite contre ta gorge tandis que la question tombe, tel un couperet. La pointe du bois contre ta gorge n'a rien de rassurant. D'autant plus que tu doutes qu'il y ait réellement une bonne réponse à cette question. Tu as pourtant une bonne raison de ne pas avoir répondu à l'appel. Arty passera toujours avant la Cause. Mais cette vision des choses n'est sûrement pas partagée par le Masqué qui te fait face. Tu déglutis avant de te résigner. Tu n'as pas l'intention de lui mentir ou de lui cacher quoi que ce soit. Tu verras bien ce qu'il advient par la suite.

- Auprès d'un ami qui avait besoin de moi.

Mâchoires légèrement crispées, la baguette pointée contre ta gorge te force à garder la tête relevée vers le Seigneur des Ténèbres. Pourtant, tu sembles mettre un point d'honneur à regarder partout sauf vers le masque rouge. Quelques mots s'échappent à nouveau, suppliants.

- Pardonnez-moi...
Mangemort 67
Mangemort 67
Mangemort à la retraite
Mangemort
à la retraite
Année à Poudlard : Aucune année renseignée

Matière optionnelle : Pas encore disponible

Spécialité(s) : Transplanage
Fourchelang


Silence oppressant - Page 3 Empty
Re: Silence oppressant
Mangemort 67, le  Ven 20 Juil - 10:42

La gravité de la situation ne semble pas échapper à l'avorton qui me fait face. À ce lâche qui n'avait pas répondu à mes ordres, qui avait failli à son rôle de partisans de l'élite. Pourtant prometteuse et triée sur le volet, voilà que l'un deux n'avait pas agit pour la Cause parce qu'il aidait un ami ?!

- Il devait être sacrément mal en point pour que mes ordres restent sans réaction de ta part. Crois-tu que c'est un comportement tolérable pour une personne qui a ton poste parmi l'armée des Ténèbres ? Question rhétorique.

Ma baguette se baisse.

- Qui avait besoin d'aide ? Que je sache qui te détourne de la voie sombre sur laquelle tu t'es engagé mais dont tu sembles dévier par moment.

Sans lui laisser le temps de répondre à ma première question, je fonce sur lui, ma gauche qui trouve sa gorge et le plaque contre un tronc. Je serre, petit à petit.

- Alors à qui m'as-tu préféré ? Dépêche-toi de sortir un nom, car je compte bien serrer encore et encore et plus aucun son ne pourra sortir si tu attends et plus jamais tu ne pourras me donner de réponse. Murmurai-je proche de son oreille.

J'étais prêt à user de magie s'il se débattait, lui faire comprendre les conséquences que sa désobéissance engendrait.

Sentir le pouls s'accélérer au bout de ses doigts, sentir cette gorge si fragile et vitale. Briser petit à petit ce qui permettait à Azaël d'être encore de ce monde.
Azaël Peverell
Azaël Peverell
ModérationSerpentard
Modération
Serpentard
Année à Poudlard : Diplômé(e)

Matière optionnelle : Médicomagie

Spécialité(s) : - Permis de Transplanage
- Animagus : Chien-loup Tchécoslovaque


Silence oppressant - Page 3 Empty
Re: Silence oppressant
Azaël Peverell, le  Dim 22 Juil - 17:41

Les mots du Seigneur des Ténèbres ne sauraient être plus justes. Tu as failli à l'Ordre, et tu en es pleinement conscient. Et si tu ne regrettes pas d'avoir fait passer Arty avant, tu peux parfaitement comprendre qu'il soit mécontent de ton absence de réaction face aux ordres qui t'ont été directement transmis. Et t'es prêt à assumer pleinement les conséquences tant qu'Arty reste sain et sauf. Tu te doutes pertinemment que sa première question n'en est pas vraiment une. Qu'elle n'attend aucune réponse, puisqu'il est évident que ton comportement ne peut être considéré comme tolérable à ses yeux. Aussi le silence est de mise.

Lorsque sa baguette se baisse, tu pousses un léger soupir de soulagement. C'est que tu réagis vraiment mal à ce genre de menace physique. Mais le répit est de bien courte durée, puisque la question qui t'est ensuite posée est celle que tu redoutais le plus. La seule à laquelle tu refuses de répondre car elle n'implique pas que toi. Sauf que tu te retrouves plaqué contre le tronc de l'arbre, avec une poigne ferme autour de la gorge qui ne fait que se resserrer tandis qu'il répète sa question en te faisant bien comprendre que t'as plutôt intérêt à parler si tu ne veux pas y passer.

Tu sens ses doigts se resserrer encore un peu, serrant le cartilage de ta gorge toujours plus fort, empêchant également l'air d'entrer ou de sortir chaque seconde davantage. Il ne blague pas. Il est capable de te buter sur place. Il se fout ouvertement de ta vie, elle n'a probablement strictement aucune valeur à ses yeux. Tu n'as probablement aucune valeur à ses yeux. Tu es totalement insignifiant. l'air se raréfie toujours davantage. La douleur quant à elle se fait de plus en plus présente. Tu attrapes son poignet, plus par réflexe, en espérant qu'il relâche sa poigne, que par réelle volonté de te soustraire à elle. Parce que tu l'as probablement mérité. Tu as désobéi, tu es puni. C'est un concept simple que tu acceptes, puisqu'il a toujours régi ta vie depuis ton plus jeune âge.

D'autant plus que, même si il te terrifie, qu'il est à moitié en train de te buter, tu veux qu'il te pardonne. Non pas pour échapper à la punition, mais parce que c'est important à tes yeux. Tu veux qu'il sache, qu'il se rende compte que l'Ordre est et restera à jamais l'une des choses les plus importantes à tes yeux. Mais que ceux qui comptent passeront toujours avant. Mais c'est bien la seule et unique chose qui peut te détourner de cette voie sur laquelle tu reviens inlassablement, puisqu'elle est le chemin que tu as décidé d'emprunter. Un de tes rares choix personnels. Tu veux qu'il te fasse confiance. Tu veux conserver ta place dans son armée, puisque tu ne déserteras jamais. Alors tu te doutes bien que tu dois lui donner quelque chose. Pour prouver ta bonne volonté. Tu articules difficilement quelques mots, d'une voix étranglée.

- Loup... Garou... Récent... Peux... Pas...

Tu n'as pas assez d'air pour finir ta phrase. Cette fois-ci, ton regard cherche désespérément le sien à travers le masque. Les yeux rougis, tout autant par la strangulation que par ce que tu as fumé auparavant, tu sens tes forces t'abandonner au fur et à mesure que la pression continue de s'effectuer. Tes mains sont à présent simplement posées sur son avant bras, tu n'as même plus la force d'essayer de le faire lâcher, ou de le repousser. Tu ne peux qu'espérer.
Mangemort 67
Mangemort 67
Mangemort à la retraite
Mangemort
à la retraite
Année à Poudlard : Aucune année renseignée

Matière optionnelle : Pas encore disponible

Spécialité(s) : Transplanage
Fourchelang


Silence oppressant - Page 3 Empty
Re: Silence oppressant
Mangemort 67, le  Mar 14 Aoû - 14:21

Serrer une gorge évoque d'étranges sensations. Ce n'est pas aussi ferme et dur qu'une baguette magique qui peut commettre tant de ravage. Là, c'est plus fort. Plus intense. Il suffit de serrer plus pour que la vie quitte le corps, de relâcher pour que l'air envahisse à nouveau les poumons. La vie dans le creux de ma main, quel pouvoir. Tout dépendait de ma volonté en cet instant précis.

Azaël ne se débattant pas tant que cela, comme s'il acceptait ce châtiment. Et dans un murmure de fin de vie, quelques mots sortirent. Ce qui me fit lâcher prise.

- Un loup-garou ? Qui est-ce ?

Je reste debout, attendant que la réponse fuse. Sans hésitation. Par respect et pour se rattraper. Il n'a pas le choix que de me dire qui s'est fait mordre.

J'attends, silencieux. Ne lui accordant pas un regard. Réfléchissant à ce que je lui infligerai en cas de refus ou même s'il me dit. Il n'a pas assez payé sa désobéissance. Il doit comprendre qu'il m'appartient, tant que je serai à la tête de l'Ordre, je suis les Ténèbres.

Alors ? Qu'as-tu à me dire ?


Azaël Peverell
Azaël Peverell
ModérationSerpentard
Modération
Serpentard
Année à Poudlard : Diplômé(e)

Matière optionnelle : Médicomagie

Spécialité(s) : - Permis de Transplanage
- Animagus : Chien-loup Tchécoslovaque


Silence oppressant - Page 3 Empty
Re: Silence oppressant
Azaël Peverell, le  Mar 14 Aoû - 16:35

Sa poigne se relâche enfin. Tes genoux rencontrent le sol brutalement tandis que tu prends goulûment une première bouffée d'air. Mais cette dernière est si douloureuse dans ta gorge que tu te retrouves plié en deux, à tousser, les larmes aux yeux tandis que l'air refuse toujours obstinément d'entrer dans tes poumons. Enfin, après à peine quelques secondes qui t'ont parues une éternité, tu parviens à respirer. Si l'opération est toujours douloureuse, au moins, tu commences à sentir à nouveau les extrémités de tes membres. Tu masses maladroitement ta gorge tandis que tu tentes tant bien que mal d'avaler assez d'air pour pouvoir aligner de nouveau deux pensées cohérentes.

Le Maître t'a parlé. Il veut le nom. N'ayant pas encore la force suffisante pour te relever, tu restes à genoux, devant lui. Tes yeux fixent le sol. Tu sais que si tu tiens à la vie, tu n'as pas d'autre choix que de lui obéir. Après tout, qu'est ce que ça change qu'il soit au courant de la malédiction d'Arty ? Lival le sait bien lui, si ça se trouve, il est même déjà au courant et se contente de tester ta loyauté. Non, ce qui te fait peur, c'est ce qu'il pourrait faire à Arty pour te prouver qu'il n'est pas si important que cela. Mais même si tu meurs ici, il finira bien par apprendre la vérité un jour ou l'autre. Alors autant qu'elle vienne de toi. Tu pourras au moins prévenir Arty de ce qu'il risque. D'une voix rendue rauque par la strangulation, tu finis par lâcher le nom demandé.

- Arty Wildsmith. Mon colocataire.

Mâchoires serrées, tu n'oses pas bouger. Ton coeur semble sur le point d'exploser tellement il s'acharne à frapper de toutes ses forces contre ta cage thoracique. T'as tout simplement l'impression que ta vie ne tient qu'à un fil. Qu'à la volonté du Seigneur des Ténèbres. Ta main se porte à nouveau à ta gorge douloureuse. Nul doute que des marques y sont déjà apparues. Tu te relèves enfin, bien que ton équilibre soit relativement précaire, pour faire face au masque rouge.

- Maître, j'vous en supplie... Lui faites pas de mal. Il y est pour rien, c'était mon choix...

Toi, tu n'as plus grand chose à perdre. Tu refuses de laisser Arty morfler pour toi. Et si tu dois supplier 67 à genoux pour qu'il l'épargne, tu n'hésiteras pas une seule seconde.
Mangemort 67
Mangemort 67
Mangemort à la retraite
Mangemort
à la retraite
Année à Poudlard : Aucune année renseignée

Matière optionnelle : Pas encore disponible

Spécialité(s) : Transplanage
Fourchelang


Silence oppressant - Page 3 Empty
Re: Silence oppressant
Mangemort 67, le  Ven 31 Aoû - 10:09

Attention violence physique

Je le tenais. Au creux de ma main, dans cette paume puissante. Il suffisait que je la referme pour que son monde s'écroule. Un nom que j'avais déjà entendu, rencontré même. Étonnant qu'il le protège autant et une supplication ridicule. Le lien qui les unissait devait être fort pour qu'il en soit réduit à chouiner de la sorte. Cette fois, j'étais certain que c'était la dernière fois qu'il ne m'obéirait pas.

Je m'accroupis vers lui, la main qui tenait ma baguette se posa sur son épaule gauche tandis que mon autre main saisit sèchement sa clavicule au travers de ses vêtements.

- C'est la dernière fois. La dernière fois que tu ne m'obéis pas. Sinon, tu seras certain que c'est le corps sans vie de ton ami que tu trouveras sur le pas de ta porte. Est-ce clair ?

Numen Arma. Le bois laissa place au métal tranchant d'une petite lame qui n'avait pas été conçu pour percer ou découper mais uniquement pour entailler. Et avec une légère pression, je la fis danser en partant de la base de sa nuque pour venir finir sur son coup, proche de la carotide. Laissant un fin filet de sang s'étendre sur son corps et rencontrer ses vêtements.

D'une main ferme, je le maintenais pour qu'il subisse cette douleur minime annonciatrice de bien des malheurs.

- Peut-être même que la tête de ton amie se retrouvera détachée de son corps ou alors je t'obligerai à combattre son cadavre. Comprends-tu ? Tu es à moi. J'ai besoin de mon élite. Les Ténèbres sont voraces et tu ne peux te défiler. Est-ce clair ?

Je me relève rapidement : - EST-CE CLAIR ?! Hurlai-je à son encontre. Ma voix brisant le silence de la forêt. Même quelques volatiles quittèrent leur branche.



Azaël Peverell
Azaël Peverell
ModérationSerpentard
Modération
Serpentard
Année à Poudlard : Diplômé(e)

Matière optionnelle : Médicomagie

Spécialité(s) : - Permis de Transplanage
- Animagus : Chien-loup Tchécoslovaque


Silence oppressant - Page 3 Empty
Re: Silence oppressant
Azaël Peverell, le  Sam 1 Sep - 18:46

Le Maître t'attrape à nouveau. Tu ne peux qu'être rassuré de constater qu'il laisse ta gorge tranquille cette fois. T'as toujours un mal de chien à respirer. Déglutir, n'en parlons même pas. T'as l'impression d'avoir eu le cou serré dans un étau impitoyable. C'était d'ailleurs le cas. L'ordre fuse quasiment aussitôt, la menace également. Tu hoches légèrement la tête, la gorge trop serrée pour dire le moindre mot supplémentaire. Tout ça te paraît clair. Très clair même. En fait, tu vois mal comment ça pourrait être plus clair que ça. T'es tout simplement terrifié rien qu'à l'idée qu'il puisse arriver quoi que ce soit à Arty. S'il venait à perdre la vie par ta faute, tu ne te le pardonnerais jamais.

Un métal glacé se fait bientôt sentir vers ta nuque. Tu sens la lame effilée pénétrer ta chair et remonter vers ton cou. T'es toujours aussi silencieux. Encore une fois, tu n'as pas la moindre intention de te défendre face au Seigneur des Ténèbres. Tu mérites d'être puni. Et finalement, cette lame qui court le long de ton cou ne t'inflige pas de réelle douleur. Enfin, c'est loin d'être une partie de plaisir, mais t'as connu bien pire. Tu sens que c'est davantage un avertissement qu'une sentence de sa part. Les gouttelettes de sang qui s'échappent de la coupure te chatouillent légèrement avant d'imbiber le haut de tes vêtements en s'y perdant.

Le liquide chaud semble glacé dès lors que le vent se met à souffler, même lors de la plus légère des brises. De nouvelles paroles, pires encore que les précédentes si c'est possible. Tu sais qu'il ne plaisante pas. Tu sais aussi que la colère aurait pris le pas sur la peur si ces paroles venaient de n'importe qui d'autre, mais il faut croire que tu réfléchis de temps en temps puisque tu n'espères pas une seule seconde faire le poids face à lui. La simple vision du cadavre d'Arty transformé en Inferi pour te faire face te rend malade. Tu comprends alors que si tu as fait le choix de rejoindre les Ténèbres, à présent, le choix ne t'est plus offert : tu dois obéir.

Le Maître a raison. Tu es à Lui. Tu lui appartiens totalement, et il vient de s'en assurer de la façon la plus efficace qui soit. Ta loyauté lui est acquise sans même une arrière pensée. Pour protéger Arty. Et aussi pour toi. Alors qu'il te relâche et qu'il hurle une nouvelle fois la même question, tu prends sur toi pour prendre un maximum de recul sur la situation. Il vient de te foutre la trouille au même titre que Lival il y a quelques années. Sauf que ça ne lui a pris que quelques minutes, et non pas des heures et des heures. Tu prends une profonde inspiration malgré la douleur que ça te cause. Tu lèves les yeux vers lui le temps de lui répondre, par respect.

- Oui Maître, parfaitement clair. Je vous assure que ça ne se reproduira plus. Vous pouvez compter sur moi.

Ta voix est toujours un peu rauque. Probablement un peu tremblante aussi, malgré une tentative évidente pour la maîtriser. Mais le ton est ferme, déterminé. Tu as parfaitement compris la leçon, et t'as bien l'intention de te transformer partisan modèle, ne serait-ce que pour protéger Arty, au-delà de tes convictions personnelles. Mais ta phrase finie, tu baisses à nouveau légèrement la tête en signe de soumission. T'as comme l'impression que c'est le genre de code que tu as intérêt à suivre si tu veux que tout se passe pour le mieux par la suite.
Mangemort 67
Mangemort 67
Mangemort à la retraite
Mangemort
à la retraite
Année à Poudlard : Aucune année renseignée

Matière optionnelle : Pas encore disponible

Spécialité(s) : Transplanage
Fourchelang


Silence oppressant - Page 3 Empty
Re: Silence oppressant
Mangemort 67, le  Mar 4 Sep - 9:55

La peur est ce que je dois insuffler à mes ennemis et le respect à mes alliés, sans ça la trahison peut surgir à tout moment. Pourtant, ce n'est que la terreur que je vais pénétrer dans le cœur de ce jeune homme. Jamais au grand jamais, je ne tolère une désobéissance aussi infime soit-elle.

Alors j'écoute ce qu'il tente de me dire... Il a compris. Du moins je l'espère. Ces quelques mots me rassurent mais ces actes devront le prouver. Mais je n'oublie pas qu'il m'a donné rapidement son ami.

Je reste silencieux, debout face à lui. Et je laisse écouler quelques secondes. Lourd et pesant, mettant presque mal à l'aise, le vent secoue quelques feuilles au-dessus de nous.

- Bien. J'avance vers lui, à nouveau. Cette fois-ci, mes doigts se posent délicatement sur son menton que je relève. Tu fais partie de l'élite et tu te dois d'être exemplaire. Cependant, n'oublie pas que tant que tu serviras l'Ordre nous t'aiderons. Si les Aurors s'approchent trop de toi, si l'Ordre du Phénix est sur ta piste. Tu peux compter sur les Mangemorts. Et je me penche vers son oreille. Tant que tu me serviras, tu bénéficieras de cette protection. Éloigne-toi du chemin des Ténèbres et nous nous assurerons de ta chute.

Je me relève et tourne les talons aussi tôt. Ma baguette redevenue bois, je la range et ne me retourne pas avant de transplaner. Les conditions étaient aussi claires qu'une lame immaculée. Maintenant, je pouvais commencer à m'intéresser un petit peu plus à cet Arty. Bien que j'en sache déjà beaucoup, il valait mieux récolter le plus possible d'informations sur ceux entourant notre élite, surtout lorsqu'ils pouvaient leur faire oublier leurs devoirs.

Départ de 67

Azaël Peverell
Azaël Peverell
ModérationSerpentard
Modération
Serpentard
Année à Poudlard : Diplômé(e)

Matière optionnelle : Médicomagie

Spécialité(s) : - Permis de Transplanage
- Animagus : Chien-loup Tchécoslovaque


Silence oppressant - Page 3 Empty
Re: Silence oppressant
Azaël Peverell, le  Mar 4 Sep - 22:42

Dans un premier temps, seul le silence répond à tes mots. Le Maître semble vouloir te laisser le temps de réfléchir, d'intégrer ce qu'il vient de te dire et la promesse que tu viens de faire. Tu comprends à quel point tout ceci est important. Enfin, une réponse se fait entendre de sa part. Il a l'air plus calme. Il se fait même presque doux en reprenant la parole, tandis qu'il te fait relever la tête vers lui. Tu l'écoutes avec la plus grande des attentions, ce n'est clairement pas le moment de laisser ton esprit divaguer. Ses mots te rassurent. Parce qu'il te laisse une seconde chance. Et tu n'as pas l'intention de la gâcher.

La protection offerte est bonne à prendre. Mais ta sécurité ne passera jamais avant celle d'Arty. Jusqu'à présent, tu servais la Cause uniquement pour le message qu'elle véhiculait. Pour atteindre cette liberté qui te hante dans chacun de tes rêves. Pour faire quelque chose, pour agir. Mais maintenant, tu le fais également pour que ton meilleur pote reste en vie. Etre libre sans lui n'aurait aucun sens à tes yeux. Le Seigneur des Ténèbres vient de s'assurer de ta loyauté plus sûrement que n'importe qui. De toute manière, elle lui était déjà acquise.

Tu le regardes se relever et partir. T'es resté totalement silencieux. Te laissant glisser le long du tronc, tu te rassois, laissant ta tête heurter l'écorce de l'arbre relativement violemment. Tu t'en veux d'avoir balancé Arty, même si t'es conscient que tu n'avais pas vraiment d'autre choix. Mais surtout, tu t'en veux d'avoir trahi ainsi l'Ordre Noir en désobéissant délibérément. Mais ça n'arrivera plus. L'arrière de ton crâne tape une nouvelle fois le tronc de l'arbre. Ta gorge se tend douloureusement sous ce nouvel assaut. T'es qu'un imbécile. T'aurais pu tout perdre en agissant ainsi. Mais une chose est sûre.

- Je ne vous décevrai plus.

Un murmure qui s'élève. Comme un pacte entre la pénombre de la nuit, seule témoin de la scène, et toi-même. Le Maître n'est plus là pour l'entendre. Mais la promesse est lancée, et tu as bien l'intention de la tenir.


Fin du RP
Elida Cestero
Elida Cestero
Serdaigle
Serdaigle
Année à Poudlard : Deuxième année

Matière optionnelle : Pas encore disponible

Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Silence oppressant - Page 3 Empty
Re: Silence oppressant
Elida Cestero, le  Lun 25 Fév - 20:42

RP libéré
avec
84

Encore jamais je ne m'étais aventurée jusqu'ici. La Forêt Interdite. Elle n'est certainement pas interdite pour rien, mais moi je ne suis pas curieuse pour rien non plus. J'ai du temps devant moi, nous ne sommes qu'en début de soirée et le couvre-feu de l'école est dans un moment. Au pire, je louperai le repas, ce qui n'est pas en soi une grande perte. Il fait noir déjà, ce qui n'aide pas trop pour me rassurer. Pourquoi ai-je choisis aujourd'hui pour sortir? Le jour où il fait froid, gris depuis le matin, où le soleil se couche trop tôt, où on ne distingue pas très bien ce qui nous entoure? J'ai vraiment cette mauvaise habitude de toujours choisir les mauvais jours. Mais je peux dire que j'ai de la chance : la lune est un peu dévoilée et je peux voir un peu la forêt. J'ai beau avoir un pull, un manteau, des bottes et des gants, un sac sur le dos, je sens le froid me transpercer.

De ce que j'avais lu, entendu, et imaginé, je croyais que la forêt, en plus d'être sombre, était un lieu bruyant. Comme les forêts ou les maisons hantées des livres moldus que je dévore, avec des bruits suspects comme des pas dans le grenier, un sombre ricanement, des bruits de verre brisé... Bien sûr, je m'attendais plutôt ici à entendre des brindilles craquer ou des corbeaux croasser. Mais je crois que les oiseaux suivent le rythme du soleil. Celui-ci étant couché, peut-être que les corbeaux le sont aussi. Il faudra que je me renseigne.

Je m'enfonce en silence dans la forêt sombre, perdue dans mes pensées. Je dérive sur des histoires moldues que j'ai lu, avec un personnage qui se promène dans un endroit qui lui est inconnu. La plupart du temps, le personnage découvre quelque chose ou fait une rencontre importante, puis rentre chez lui. Qui se promènerait dans la Forêt Interdite un jour de mauvais temps, le soir surtout?
Invité
Anonymous
Invité

Silence oppressant - Page 3 Empty
Re: Silence oppressant
Invité, le  Mar 12 Mar - 9:53

Il y a toujours cette envie irrésistible, que de venir voir, constater, prendre conscience des inconscients. Redondance malvenue. Tes pas te portent dans la forêt interdite, là où mille créatures vivent la nuit et dorment le jour. Là où de nombreux élèves s’aventurent, en quête de frissons, d’angoisses. Il est encore tôt dans la soirée, mais tu es certaine qu’ici tu trouveras des âmes à conquérir, à parcourir. A dévorer sinon. Crocs imperceptibles d’une conscience aiguisée qui se renferme sur la jugulaire d’une victime. Sourire carnassier sous le masque de balafres.

Adossée à un arbre, tu regardes les environs. Ou plutôt tu tentes de percevoir le moindre mouvement. La forêt est noire, noire de silence, de ténèbres, d’ombres comme toi. Finalement, ce sont quelques petits pas qui se font entendre, qui perfore l’assourdissant silence. Le sourire carnassier s’agrandit, tu n’avais pas prévu de t’amuser ce soir, mais puisque l’amusement vient à toi, il serait triste de ne pas en profiter.

Un léger lumos se fait entendre et le bout de ta baguette s’illumine doucement, révélant ainsi ta présence à la silhouette qui te rejoint. Révélant aussi ta longue cape qui descend jusqu’au sol. Et surtout, qui révèle aux yeux innocents la présence de ton masque d’acier balafré. Ricanement qui s’enfuit alors que ta voix s’élève doucement :

- Ce n’est pas une heure pour traîner dans la forêt interdite.

Rien à ajouter de plus, tu attends simplement que la silhouette te réponde, qu’elle se dévoile à son tour. Et que tu puisses voir à qui tu t’adresses, quel cœur tu vas tenir entre tes doigts frêles, quelle âme tu t’apprêtes à broyer et surtout, quelle conscience tu t’apprêtes à ouvrir.
Elida Cestero
Elida Cestero
Serdaigle
Serdaigle
Année à Poudlard : Deuxième année

Matière optionnelle : Pas encore disponible

Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Silence oppressant - Page 3 Empty
Re: Silence oppressant
Elida Cestero, le  Mar 12 Mar - 22:35

Il fait sombre. Il fait froid. Je soupire doucement. Mes histoires ne servent à rien en ce moment, la forêt est, pour une fois, beaucoup plus effrayante et attirante. J'avance lentement dans le silence inquiétant de la forêt, le regard perdu dans les ombres des arbres. J'ai l'impression d'être seule, jusqu'à ce qu'une lumière apparaisse doucement. Du bout d'une baguette. Eclairant une silhouette qui porte une cape. Une longue cape et, sur le visage, un masque d'acier. Finalement... je ne suis pas seule. Et cette personne dans la forêt n'est pas n'importe qui. Serait-ce... un Mangemort? C'est la première fois que j'en croise un. Que vais-je pouvoir faire? Dire? Il prend la parole :

"Ce n’est pas une heure pour traîner dans la forêt interdite."

C'est inquiétant. Est-ce qu'il est en train de me gronder là? Depuis quand les Mangemorts se soucient de l'heure? Ça s'est amusant. Enfin, surtout surprenant. Je le regarde, hésitante. Que répondre à cela? Car il a l'air d'attendre une réponse, alors il faudrait que je lui réponde, mais un truc pertinent. Un truc logique et pas... trop enfantin? Souvent je ne dis pas ce qu'il faut. Je cherche dans les arbres une réponse avant de dire simplement :

"Il n'est pas si tard que ça, on m'attend vers 22h seulement. Mais vous me dites ça alors que vous y êtes vous-même."

Que rajouter de plus? Une discussion avec un Mangemort à cette heure-ci n'est pas forcément la meilleure des choses à faire. Mais c'est pas comme si j'avais le choix.
Invité
Anonymous
Invité

Silence oppressant - Page 3 Empty
Re: Silence oppressant
Invité, le  Mer 13 Mar - 10:38

La jeune fille ne tarde pas à te répondre, même si elle accuse une légère latence. La peur, l’appréhension, l’angoisse peut-être ? Que de te faire face, que de savoir que l’on fait face à la Mort incarnée, personnifiée par l’image d’un masque de fer balafré. Elle te renvoie la question. Il y a un cruel problème d’insolence dans la jeune génération Poudlarienne. Il était temps, peut-être, de remettre les horloges à l’heure. Que Poudlard ne soit plus un lieu de débauche et d’insolence mais bien d’ordre régnant parfaitement.  

- Il y a une nette différence entre un adulte et une élève dans la forêt interdite.


Ta voix est blanche, ne trahissant aucun sentiment, d’aucune façon. Difficile d’avoir le fond de ta pensée sur cette phrase qui résonne dans le silence de la forêt. Mais tu ne comptes pas t’arrêter là. Tu ne comptes pas la laisser sans tirer aussi facilement. Pour chaque acte, chaque action, il y a toujours des conséquences et il fallait que la jeune fille en prenne conscience.

- Vous savez, la forêt est interdite surtout aux élèves. Non aux adultes qui savent exactement quoi y trouver.


Tu te rapproches, laissant la lueur de ta baguette éclairait son visage. Naoui. Surprenant. Mais tu te garderais bien de tout commentaire, tu continues cependant ta leçon de morale. Après, tu essayerais d’en savoir plus sur les raisons de sa présence en ses lieux. La plupart des étudiants sont trop froussards pour s’aventurer aussi loin, surtout à la nuit tombée.

- Qu’êtes-vous venue chercher en ces lieux silencieux ?

Contenu sponsorisé

Silence oppressant - Page 3 Empty
Re: Silence oppressant
Contenu sponsorisé, le  

Page 3 sur 4

 Silence oppressant

Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4  Suivant

Permission de ce forum:Vous pouvez 
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Harry Potter 2005 :: ~¤~ Pré-au-Lard ~¤~ :: Forêt Interdite-

L'univers d'Harry Potter est la propriété de la Warner Bros ainsi que de J.K Rowling.
Tous droits réservés sur ce site ©Copyright Bureau RPG.