AccueilPortailFAQPublications internesRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Harry Potter 2005 :: ~¤~ Académie de Poudlard ~¤~ :: Le Parc :: Le Lac
Page 2 sur 3
Un doux week-end
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3  Suivant
Mered Adand
Modération GSerdaigle
Modération G
Serdaigle

Re: Un doux week-end

Message par : Mered Adand, Dim 17 Sep 2017 - 22:49


Elly, Eury, Elly, Eury… Deux noms se ressemblant phonétiquement, deux sœurs, deux attaches dans ma vie. Sa main dans la mienne, unies contre les soucis, réchauffant mon cœur congelé depuis une paire d’années, j’étais si bien. Cependant ce n’était rien par rapport à l’état actuel de son palpitant visiblement. La durée de ma relation avec la blonde la laissa un tantinet rêveuse. La brune était en train de rattraper le temps comme je le faisais avec Violet en fait. Fonce ma reine ! Compte sur mon aide et non pas de crainte à avoir.

« Tu as raison Eury. Alors on va poser les choses dès maintenant. Si l’une de nous dit ou fait quoi que ce soit qui blesse l’autre, il faudra le dire franchement. Comme ça on réglera le truc directement. », lui dis-je franchement, un brin glacial par imitation de son ton.

L’étreinte suivant mes mots me montra son approbation. La chaleur de son corps contre le mien contrebalançait avec la rudesse de nos paroles prononcées. Oui serre-moi fort ma reine ! Ne me lâche plus ! Fusionnons nos êtres ! Abandonne-toi et laisse-nous une chance. De nouveaux baisers, si doux, si sucrés, si… tout… Et dire que j’étais à deux doigts de vouloir l’envoyer à l’infirmerie il y a encore pas très longtemps. Aujourd’hui je m’imaginais bien jouer à l’infirmière avec elle…

La belle avait froid, besoin de chaleur humaine ? Non, elle voulait rentrer, dommage… Princesse ? Et en français ! Que d’honneur ! Ma seule réponse fut un large sourire et de l’aider à se relever. Instinctivement nous nous rhabillions et nous nous boutonnâmes nos chemisiers respectifs. Comment je dus me retenir de pas laisser mes mains se balader sur ses courbes. Tentation grande mais patience, nous aurons cet instant d’intimité plus tard. Le moment venu nous unirons plus que nos simples lèvres.

« Te voilà apprêtée ma Reine. Rentrons avant que tu ne tombes malade. », lui affirmais-je en reprenant sa main.

Sur le chemin du retour, j’étais perdue dans mes pensées. Songeant à des promenades en duo, à visiter son chez soi. Oui là d’où elle venait, la destination de mon prochain voyage, je n’avais pas oublié. J’irai où tu iras Eury. Arrivée proche du château, la séparation devait avoir lieu... Je la serrai contre moi en face à face, seins contre seins et yeux dans les yeux.

« Nos chemins divergent pour aujourd'hui ma Reine. Je te souhaite de passer une bonne journée. Écris-moi ! J'attends avec impatience de tes nouvelles... Ne m'oblige pas à te traquer dans l'école ! Sinon gare à tes fesses ! », lui lâchais-je un poil menaçante accompagné d'un clin d’œil complice et d'un énième baiser furtif.

Aucun risque que je lui fasse du mal. Je ne voulais que son bonheur et la revoir au plus vite. Ici ou ailleurs, où elle le désirerait, tout me convenait, surtout ses bras. Je la laissai partir non sans pincement au cœur. Vivement notre prochaine rencontre !

Fin de rp pour nous deux. A bientôt Eury et merci ♥
Revenir en haut Aller en bas
Élius Askin
avatar
Serpentard
Serpentard
Année à Poudlard : Cinquième année

Spécialité(s) : Métamorphomage


Re: Un doux week-end

Message par : Élius Askin, Sam 23 Sep 2017 - 19:26


M'aimer à travers vous
PV Avec Marjorie Lunas
Au bord du lac, 11 ans.




Autour du grand lac de Poudlard, la rosée suspendue fend la lumière matinale en une vapeur opalescente. Ce jour sans leçon, je me suis assuré une distraction en donnant rendez-vous à la petite née-moldue. Emmitouflé dans ma cape de tweed marron, je flâne en traînant les pieds dans l'herbe humide. La pelouse écrasée par mes bottines ne se relève qu'à moitié derrière mes pas, sillonnant l'empreinte de mon attente. Le soleil pâle diffuse ses lueurs dorées sur les feuilles rougissantes des arbres, révélant leurs fragiles nervures.


D'impatience mes doigts dansent sur les coutures de mon pantalon à carreaux écossais. Face à l'étendue d'eau immobile je demeure pour une fois spectateur. Aujourd'hui j'ai invité la jaune à me surprendre avec les bombaconfettis offertes en cours d'enchantements. Les sang-de-bourbe font preuve d'une imagination débordante lorsqu'on les pousse dans leur retranchement. Devant la peur ils mêlent les réactions primaires héritées de leurs parents à d'autres, plus spectaculaires. Je suis empressé de découvrir - pour la première fois - une performance volontaire.
Revenir en haut Aller en bas
En ligne
Marjorie Lunas
avatar
Préfet(e)/Poufsouffle
Préfet(e)/Poufsouffle
Année à Poudlard : Cinquième année

Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Re: Un doux week-end

Message par : Marjorie Lunas, Dim 1 Oct 2017 - 23:19


Elius m'avait déposé il y a de ça quelques jours 2 bombaconfettis pour que je prenne ma revanche. Un rendez-vous prêt du lac avait été donné à ce matin, 10h. J'avais longuement façonné mon plan. Réfléchissant au meilleur moyen de surprendre le jeune garçon. Il émet le spectacle, la mise en scène. J'étais décidée à lui en mettre plein la vue.

Je m'habille chaudement et revêt une longue cape et une capuche. Je cache mes affaires dans les pans de mon habits et sort du dortoir. Je sillonne les couloirs du château, me remémorant images par image mon plan. La fraicheur du matin me fait rougir les joues quand j'arrive enfin au parc. Je me dirige tranquillement vers le lac et aperçoit enfin le jeune homme. Il me tourne le dos, contemplant les profondeurs du lac. Parfait, il ne m'en fallait pas plus. Je m'arrête à une assez bonne distance du jeune homme et sors la première bombaconfettis de ma cape. Baguette à la main, j'enfonce un peu plus ma tête dans ma capuche, camouflant ma voix. #Wingardium Leviosa. La petite farce décolle, je m'en étais assurée en m'entrainant longuement ces derniers jours. Je dirige la bombe silencieusement juste derrière le vert et argent, légèrement sur son côté droit. Parfait. Le spectacle pouvait commencer. Je relève ma capuche et me dirige d'un pas rapide vers le jeune serpentard.

- T'es qu'un petit morveux Elius ! Ma voix est pleine de colère. J'ai retrouvé mes livres tout déchirés et je sais que c'est toi ! Il n'y a que toi pour faire des atrocités pareil. Je lui hurle dessus, furieuse. Tu te cache derrière tes grands airs d'artistes mais tu n'es doué que pour faire du mal aux gens ! Je sors alors de mon manteau un lance pierre. J'y place un caillou noir et l'arme à son maximum, visant son visage fin. Je vais te faire payer ta méchanceté Elius, tu ne t'en sortira pas comme ça.

A la dernière seconde, je baisse mon bras et vise la petite bombaconfettis cachée derrière le jeune homme. Le caillou part, atterrissant directement dessus, la faisant exploser sous la pression, envoyant les confettis en plein dans la face du jeune homme.

J'explose alors de rire :

- Je t'ai eu Elius !
Revenir en haut Aller en bas
Élius Askin
avatar
Serpentard
Serpentard
Année à Poudlard : Cinquième année

Spécialité(s) : Métamorphomage


Re: Un doux week-end

Message par : Élius Askin, Jeu 5 Oct 2017 - 12:09


M'aimer à travers vous
PV Avec Marjorie Lunas
Au bord du lac, 11 ans.




— T'es qu'un petit morveux Élius ! La stridente plainte heurte mes oreilles et je pivote pour rencontrer le visage rougi de Marjorie. Sourcils froncés, je grimace devant son attitude agressive. La petite sorcière déverse un orage de paroles désobligeantes qui crispent mon buste jusqu'à mes poings serrés. Comprimant la mâchoire, je m'apprête à libérer mon venin sur l'impertinente lorsqu'elle s'arme d'un lance-pierre en continuant de hurler :


— Je vais te faire payer ta méchanceté Élius, tu ne t'en sortira pas comme ça. Une hostile pulsion s'empare de moi ; l'image volatile de son corps de poupée désarticulée gisant au sol imprègne mon regard d'amertume. PAF ! Secoué par l'explosion, je saisis fermement Marjorie par le col pendant qu'elle rigole, faisant tomber sa capuche. Quelques longues secondes s'écoulent, pendant lesquelles s'éparpillent les confettis autour de nous. Doucement, je réalise la farce mais n'efface pas la colère de mon regard planté dans le sien. Quelques centimètres séparent nos fronts lorsque je lui murmure froidement sans desserrer ma poigne :


— Ne. Fais. Plus. Jamais. Ça. Sentir sa fragilité proche de moi libère une agréable excitation et mes lèvres s'étirent en un sourire sadique.
Revenir en haut Aller en bas
En ligne
Marjorie Lunas
avatar
Préfet(e)/Poufsouffle
Préfet(e)/Poufsouffle
Année à Poudlard : Cinquième année

Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Re: Un doux week-end

Message par : Marjorie Lunas, Dim 8 Oct 2017 - 14:20


A la réaction du jeune homme, je comprend que la blague n'est pas passée... Autant Élius est un artiste, un homme de cabaret avec un talent inné que beaucoup de professionnels doivent lui envier. Autant l'humour c'est pas son dada... Je lève les mains, lui montrant que je n'ai aucune intention de l'agresser :

- Élius c'est une blague... C'est pourtant toi qui m'a demandé de te surprendre... Tu peux me lâcher s'il te plaît... Tu me fais mal là...

Je récupère doucement mon souffle et me masse le cou, sûrement rougi par la poigne de Élius sur mon col. J'attrape la 2ème bombaconfettis dans ma cape et la tend au serpent:

- Tiens, je crois qu'il vaut mieux que tu la récupère, je tiens à ma vie quand même.

Je sens encore mon coeur battre la chamade au creux de ma frêle poitrine... Bien que cela puisse paraître étonnant, le jeune vert me fascinait. Habituellement les jeunes de mon âge riaient tous ensemble autour de jeux d'enfants, mais Élius n'était pas comme les autres, une drôle de lueur habitait son regard... Une certaine force se dégageait du garçon, pourtant âgé que de 11 ans, mais je sentais en lui une énergie hypnotisante...

Une fois complètement remise de mes émotions, je tend au jeune homme ma main :

- On fait la paix ?
Revenir en haut Aller en bas
Élius Askin
avatar
Serpentard
Serpentard
Année à Poudlard : Cinquième année

Spécialité(s) : Métamorphomage


Re: Un doux week-end

Message par : Élius Askin, Mar 10 Oct 2017 - 17:08


M'aimer à travers vous
PV Avec Marjorie Lunas
Au bord du lac, 11 ans.




D'abord mes doigts crispés, puis la cape de Marjorie et - parfumant la tiédeur de son cou - l'odeur de la soumission qui m'enivre. Sans surprise, la née-moldue affiche déjà une pitoyable malléabilité qui desserre un peu plus ma bouche en même temps que ma poigne. Elle en profite pour se libérer, fragile poupée vacillant devant l'enfant gâté. Saisir son émoi éclipse ma colère et c'est avec un sourire apaisé que je reprends la petite sphère tendue dans sa paume - endossant mon masque d'humanité. La brune pose son regard troublé sur moi en présentant une main à l’espérance pâle. Mes pupilles caressent ses sourcils fins, glissent le long de l'arête de son nez et se perdent dans la commissure de ses lèvres innocentes. J'attrape doucement sa main avant de lui dire tout bas : 


— À une seule condition Marjorie... M'approchant, je plaque mon autre paume derrière son dos, sa main toujours captive désormais contre mon torse. La proximité entre nos deux visages créée une bulle de chaleur et de la vapeur s'échappe de ma bouche qui s'entrouvre pour murmurer :


— Sois mienne, laisse moi m'occuper de toi. - après quelques secondes de silence appuyé et une moue amusée par la situation - Viens. J'entraîne alors la sorcière sur le chemin qui borde le lac en serrant ses doigts entre les miens. Au dessus de nous, le soleil perce le froid de l'hiver naissant et vient auréoler nos têtes d'enfants. 




Fin du RP pour moi, merci à Marjorie


Dernière édition par Élius Askin le Mar 31 Oct 2017 - 10:08, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
En ligne
Marjorie Lunas
avatar
Préfet(e)/Poufsouffle
Préfet(e)/Poufsouffle
Année à Poudlard : Cinquième année

Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Re: Un doux week-end

Message par : Marjorie Lunas, Mer 25 Oct 2017 - 1:18


Il attrape une de mes mains et plaque la sienne dans mon dos, je sens ses lèvres à quelques centimètres de mon oreille.

- À une seule condition Marjorie... Sois mienne, laisse moi m'occuper de toi. Viens.

Le jeune garçon me tir par la main, mais yeux sont encore écarquillés par ses chuchotements. Sois mienne, laisse moi m'occuper de toi ? Mais... Comment ça ? Je n'ai pas le temps de réfléchir que l'on m'entraîne déjà dans les chemins du parc du château.
Le soleil qui chauffait doucement mes joues contrastait avec l'air frais du matin.
Je le suivais presque à bout de souffle

- Attend... Élius... Où est-ce-que tu m'emmène ?


Un petit nuage d'air chaud sors de ma bouche. Et je repense à ses mots "sois mienne, laisse moi m'occuper de toi", qu'est-ce qu'il voulait dire par là ? Et je le suis encore, emmenant avec moi les mystères de ses mots. Était-ce une déclaration ? une promesse ? Un nouveau jeu ? Je n'y comprenais plus rien du tout... Nous nous arrêtons enfin. Je peux enfin reprendre mon souffle, je n'avais même pas suivi le trajet effectué et avait du mal à me repérer.


[Fin du RP, merci Elius !]
Revenir en haut Aller en bas
Loredana Sparks
avatar
Modération GGryffondor
Modération G
Gryffondor
Année à Poudlard : Septième année

Spécialité(s) : Permis de Transplanage


Re: Un doux week-end

Message par : Loredana Sparks, Ven 26 Jan 2018 - 12:51


RP avec Augustus Rosewood

Les derniers mois qu'elle avait passé chez les Sparks n'avaient pas été de tout repos. Au fur et à mesure que les jours passaient, elle avait remarqué des changements dans le comportement de sa mère et de son père. Mrs Sparks ne lui donnait plus d'ordres, mais la fixait droit dans les yeux lorsqu'ils étaient tous à table ou même lorsqu'ils la croisait dans la maison. Ils ne lui parlaient plus et elle-même était restée muette, ne comprenant pas ce qu'il se passait. Autant ce comportement ne l'étonnait pas venant de sa mère, autant elle n'avait pas l'habitude de voir son père avec une telle attitude. Ce cinéma aura duré quatre ou cinq mois avant que sa famille prenne la décision de la virer de la maison, sans aucunes explications, comme une mal-propre. Sa mère n'avait montré aucun signe de tristesse, elle était bien trop contente de se débarrasser d'elle. Son père lui, n'avait simplement rien dit, il avait baissé les yeux, comme un chien qui avait peur de son maître.

Malgré une légère résistance, Loredana s'était rendue à l'évidence et avait quitté le domicile familial et s'était installée dans une chambre miteuse d'un hôtel moldu en attendant sa rentrée à Poudlard. Sa rentrée en septième année n'avait pas été de tout repos. À peine avait-elle eu le temps de se remettre de ses émotions qu'il avait fallu qu'elle amène les nouveaux Gryffondor dans la Salle Commune et qu'elle leur explique où se trouvait leur dortoir. Ce badge de préfet, elle en avait été fière. Malheureusement, ses débordements et sa constante mauvaise humeur ne lui avait pas permis de conserver sa place. Elle avait dû le rendre et simplement accepté le fait qu'on ne lui faisait plus confiance. Pourtant, elle faisait son maximum pour assister à tous les cours et avoir de bonne note, mais peut-être que Miss De Lanxorre avait été vraiment inquiète de l'état d'extrême fatigue de Loredana à l'un de ses cours et peut-être en avait-elle fait part à la Direction. Qu'est-ce qu'elle en savait après tout ?

En ce samedi après-midi, il ne pleuvait pas. Elle avait donc décidé de passer son temps libre dans le parc de l'école, un endroit agréable où l'on pouvait facilement trouver un coin calme où se poser sans entendre les ricanements des autres élèves. Depuis un certain temps, elle avait pris cette habitude de s'isoler, loin des autres, ce qui inquiétaient certains de ses camarades. Mais Loredana ne voulait pas la pitié des autres, elle voulait simplement être seule, c'était sûrement juste une passe, elle allait finir par redevenir la jeune femme excentrique qu'elle était auparavant.
Elle s'installa sur l'herbe, il ne faisait pas très chaud. Elle ferma les yeux et fredonna une mélodie qu'elle avait attendue auparavant. Une chanson calme agréable, qu'elle prenait plaisir d'écouter. La musique était toujours un bon échappatoire que ce soit pour les moldus ou les sorciers. Si quelqu'un l'entendait, elle s'en fichait, elle ne s'était jamais sentie gênait de s'exprimer de la manière dont elle voulait. Et aujourd'hui, elle voulait fredonner.
Revenir en haut Aller en bas
En ligne
Augustus Rosewood
avatar
Poufsouffle
Poufsouffle
Spécialité(s) : Permis de Transplanage


Re: Un doux week-end

Message par : Augustus Rosewood, Ven 26 Jan 2018 - 16:37


La soirée avait été riche pour ce cher Augustus. Une soirée bien remplie par des révisions intenses, qui s’étaient poursuivies tard dans la nuit. Le jeune homme était resté seul à veiller dans la salle commune de Poufsouffle tandis que tous les autres élèves étaient remontés se coucher. Les cours de sortilège étaient de plus en plus complexes, et il fallait beaucoup de temps à Augustus pour les mémoriser. Celui-ci s’était donc coucher à des heures inconnues et sombres, satisfait cependant de son travail et de la journée libre qui l’attendait le lendemain -aujourd’hui donc-.

L’air ne s’était toujours pas réchauffé, mais emmitouflé comme il l’était -sa mère ne l’aurait jamais laissé sortir sans au moins quatre couches sur le dos de par ce temps- Augustus ne sentait absolument pas cette fraicheur ambiante, satisfait simplement de cette météo plus radieuse qu’au cours des semaines passées. La peau blanche de son visage était la proie du Soleil. Un bonnet enffoncé sur sa tête et son écharppe enroulée autour de son cou, le garçon ne laissait percevoir presque que ses yeux. D’un bleu scintillant ces derniers semblaient jeter des éclairs. Augustus était descendu dans le Parc, prêt du Lac, pour y être au calme. Il y avait, dans ce coin là du Parc du Château, un arbre -un chène semblait-il- au pied duquel le jeune sorcier aimait bien lire ou simplement flanner. Un bouquin de haute-couture sous le bras, il s’était dirigé et installé en cette place agréable pour bouquiner; mais la petite nuit qu’il avait passée la veille ne tarda pas à le rattraper, et le jeune homme finit par piquer du nez, s’endormant pour de bon.

Un oiseau; ou peut-être un insecte. Augustus ne savait pas trop, mais quelque chose sifflait et venait de le tirer de sa sieste -au sommeil bien trop profond pourtant, si vous voulez mon avis-. Le bruit était mélodieux et agréable, il ne s’agissait pas d’un sifflement mais plutôt d’un murmure. Ce n’était absolument pas un oiseau! Quelqu'un fredonnait un air qu’Augustus ne connaissait pas. Il resta un instant assis, encore groguis de sommeil, à écouter ce chant -sur lequel il faillit bien se rendormir-. Se tournant sur le côté, allongé sur les grosses racines de l’arbre, le sorcier chercha du regard le responsable de son éveil. Ses yeux se posèrent sur une jeune fille/femme(?) de Gryffondor, à en juger par son écharppe. Elle paraissait absente. Un sourire se dessina sur les lèvres d’Augustus. C’était Sparks, une élève de Gryffondor, qui avait été préfête fut un temps, et avec qui il avait déjà fait classe commune -sans pour autant qu’il ne la connaisse davantage que de vue-. Le garçon se leva d’un bond, ramassant son livre qui trainait parterre, et rejoingnit la sorcière, sans trop savoir pourquoi il était disposé maintenant à engager une conversation avec elle. Il ne sa posait pas vraiment la question d’ailleurs. Un sourire serain ouvrit son visage, et il abaissa de sa main son écharppe pour pouvoir parler, celle-ci lui couvrant jusqu’alors la bouche.

- Salut Sparks, il eut un mouvement de la main pour elle, C’est donc toi qui chantonnait? Je t’en doit une je crois, je ne me serait pas réveillé avant la tombée de la nuit je crois si je ne t’avais pas entendu.

Il vint s’assoir à côté d’elle, tout naturellement, comme si elle avait toujours été sa bonne amie.
Revenir en haut Aller en bas
Loredana Sparks
avatar
Modération GGryffondor
Modération G
Gryffondor
Année à Poudlard : Septième année

Spécialité(s) : Permis de Transplanage


Re: Un doux week-end

Message par : Loredana Sparks, Sam 27 Jan 2018 - 10:52


Elle n'avait pas rouvert ses yeux. Ses pensées étaient bien plus agréables à cet instant. Elle ne voulait pas vraiment penser à l'avenir, parce qu'à vrai dire, elle ne savait pas vraiment ce qui l'attendait dans le futur. Elle se rappela son cours de Divination avec McKinnon, une matière qu'elle n'appréciait pas spécialement, mais elle se souvenait que les feuilles de thé prévoyaient un avenir peu joyeux avec un confort qui allait être de courte durée. Bon d'accord, elle n'y croyait pas vraiment à ce confort, mais c'était quand même étrange. À l'origine, Loredana était une jeune femme courageuse, avec un fort caractère, mais depuis quelque temps, elle n'avait plus vraiment le contrôle et cette sensation ne lui plaisait guère.

Elle avait senti quelqu'un s'approcher d'elle, mais n'avait pas ouvert les yeux pour autant. Elle avait l'habitude de déranger les gens que ce soit lorsqu'elle parlait toute seule ou lorsqu'elle fredonnait, comme aujourd'hui. C'était un peu pour cette raison qu'elle s'était battue pour la première fois en quatrième année. Ce jour-là, elle chantonnait aussi et avait reçu le sortilège Bloclang qui lui avait fermé le clapet. Évidemment, cela l'avait mis dans une colère noire et elle s'était levée et avait frappé cette fille détestable et arrogante. Ce qui lui avait valu plusieurs week-ends de retenues. Fort heureusement, cela n'arrivait pas souvent, sinon elle n'aurait jamais reçu son badge et elle aurait fini par se faire renvoyer de l'école.

Une voix l'avait sorti de ses rêveries, probablement la personne qui s'était approchée d'elle quelques secondes auparavant. Étrangement, il n'y avait aucun reproche et cette voix ne lui disait rien. Elle se décida enfin à ouvrir les yeux. Elle les avait fermé si longtemps que sa vision était légèrement bleutée à cause de la lumière. Ah oui ! Elle le connaissait de vue, un Poufsouffle de septième année qu'elle voyait de temps à autre, rien de plus. Elle n'avait jamais discuté avec lui, voilà pourquoi elle n'avait pas reconnu le son de sa voix. C'est pourtant tout naturellement qu'il s'installa à ses côté.

- Salut, lui dit-elle mi-amusée, mi-étonnée par cette conversation soudaine.

La fatigue se voyait clairement sur le visage du Poufsouffle, elle ne pu s'empêcher de se poser des questions sur les soirées qu'il pouvait bien passé. Il était peut-être un loup-garou, mais elle chassa rapidement cette pensée, c'était impossible, ce n'était pas pleine lune hier soir. Elle eut envie de rire pour se moquer d'elle-même. Si elle voulait savoir d'où cela venait, autant lui poser la question et arrêter de tourner autour du pot.

- Tu as fait la fête toute la nuit pour t'endormir en pleine journée ?

Elle le regardait innocemment , comme si elle s'attendait à toutes les réponses possibles. C'était ce qui était bien chez elle, rien ne semblait la choquer. Elle avait toujours eu cette ouverture d'esprit tant appréciée par ses amis de l'époque. Oui de l'époque, Loredana n'avait plus vraiment d'amis ou du moins, plus d'amis proches. Elle s'était bien trop renfermée ses derniers mois et beaucoup ne voulait pas vraiment traîner avec elle, de peur d'avoir des ennuis. Quelle idiotie. Comme si elle ne pouvait pas rester seule dans ses ennuis, elle savait faire la part des choses. Les gens pouvaient être d'un ridicule parfois.
Revenir en haut Aller en bas
En ligne
Augustus Rosewood
avatar
Poufsouffle
Poufsouffle
Spécialité(s) : Permis de Transplanage


Re: Un doux week-end

Message par : Augustus Rosewood, Mar 30 Jan 2018 - 18:44


Augustus retira son manteau. Il commençait à avoir beaucoup trop chaud, et il craignait de se mettre à dégouliner de sueur. Il aurait craint que la jeune sorcière, qu’il ne connaissait pour iainsi dire pas plus que cela, ne porte un jugement sur son métabolisme trop performent -de façon inconsciente bien entendu, son cerveau traitant ce genre de réflexion comme un reflexe-. Il ôta également son bonnet et se passa la main dans les cheveux pour les remettre légèrement en place. Il pensa un instant à sa mère, et à l’amour qu’elle pouvait porter à ces cheveux blonds, et cela le fit sourire -aussi étrange que cela puisse paraitre- Eut-il d’autres femmes dans sa vie que celle de sa famille? -je pourrais assurément répondre que non, et que ce n’était pas en projet... Il me semble en tout cas-.

Loredana -quel nom original- s’était trouvée quelque peu étonnée de ce jeune sorcier peu conscient de la réalité des choses et de sa façon légère et -disons le clairement- candide, même naïve, de venir l’aborder ainsi. Augustus n’y avait préer aucune attention, non pas par détachement ou manque de sensibilité, mais tout simplement parce qu’il en était ainsi. Quand aucun maux ne vous a jamais qu’effleuré sans jamais vous heurter de pleins fouet, il y a des choses auxquelles votre esprit, si peu aiguisé, si peu éveillé, ne réagit tout bonnement pas -ou du moins pas encore?- Et cet exemple était des pllus probants chez Augustus. Jamais vraiment écorché, jamais vraiment blessé, sans que ce soit une force de caractère, juste de la candeure. Il ne répondit donc que par un hochement de tête, sourire aux lèvres -ce qui est alor si facile-.

Nouvelle question pour lui, de sa part à elle. Ses beaux yeux sont tournés vers lui, et il n’y lit que de la bienveillance, aucune possibilité qu’elle puisse se moquer de lui, ou juste plaisanter, comme si elle ne pouvait qu’être qu’intéressée par ce qu’il avait fait la veille. Le sourire du sorcier s’agrandit et dévoila ses dants blanches et alignées. L’idée d’une soirée le fit rire. Comme s’il était convenable, et surtout concevable de faire une soirée alors qu’ils n’étaient absolument pas en vacances et qu’ils avaient beaucoup de travail à fournir. Flanner oui, un peu et quand cela se conjugait avec culture et ludicité, mais s’encanailler jusqu’à pas d’heure... Ça... Ce n’était pas pour lui. Augustus lui retourna son regard, et répondit doucement:

- Ha ha; non, je nai pas fait la fête ou quoi que ce soit de ce genre..., nous pourrions croire qu’il y avait une pointe d’amertume dans cette réponse -mais qu’allons-nous imaginer là?-, C’est simplement que j’ai du travailler assez tard sur mes cours de sortilège, alors mon corps a flanché dès qu’il en a eu l’occasion.

Le jeune homme s’allongea sur le dos, croisant les bras sous sa tête, les yeux tournés vers un ciel dont ils n’avaient rien à lui envier.

- Une soirée en pleine période de cours..., il pouffa de nouveau, rien de méchant, juste de -l’amusement?- à cette simple idée, Je suis étonné de te voir seule, toi qui est d’habitude si entourée, enfin c’est ce qu’il me semble, surtout par une journée pareille, il n’y avait rien de méchant dans ces mots, pas de remarque désobligeante, mais c’est peut-être pour cette raison que cela pouvait blessant ou énervant.
Revenir en haut Aller en bas
Loredana Sparks
avatar
Modération GGryffondor
Modération G
Gryffondor
Année à Poudlard : Septième année

Spécialité(s) : Permis de Transplanage


Re: Un doux week-end

Message par : Loredana Sparks, Mer 31 Jan 2018 - 14:30


La question de la jeune femme sembla presque amuser Augustus de son prénom. Elle eut même l'impression qu'il trouvait ça presque absurde. Elle détourna le regard quelques instants. Était-ce réellement absurde de faire le mur et de faire la fête toute la nuit quand on était adolescent. Évidemment, elle ne disait pas que c'était une action intelligente, mais dans ce cas, elle ne l'était pas. Pas du tout même... Elle ne sortait presque pas en semaine, mais ses week-ends étaient vraiment remplis. Entre les bars sorciers et moldus, elle commençait à devenir une habituée malgré elle. Les vacances ? N'en parlons même pas, c'était une véritable catastrophe, elle ne préférait même pas y penser à vrai dire. Pendant un instant, elle pensa au fait que c'était peut-être un truc de Poufsouffle de ne pas sortir et de passer son temps à travailler sans relâche et à aider les autres. Puis elle se dit que chacun était différent, même dans chaque maison. Elle repensa à son ancien collègue préfet jaune, quel catastrophe celui-là. Il ne s'était jamais attaqué directement à elle, alors elle ne l'avait jamais détesté. Mais le peu qu'elle savait de lui, lui suffisait à comprendre qu'il n'était pas forcément loyal.
En tout cas, Augustus n'avait pas fait la fête, il avait simplement travailler toute la nuit. Elle le regardait avec compréhension malgré tout, la dernière année n'était pas la plus évidente et l'examen qui les attendait en fin d'année était probablement le plus important de tous les autres.

Il s'était allongé sur le dos, la Gryffondor se demanda s'il allait de nouveau s'endormir, mais au lieu de cela, il rit. Sa suggestion sur la fête semblait presque le... choquer. Elle rit avec lui, tant la situation lui paraissait bizarre. Le Poufsouffle avait vraiment l'air très sympa, mais alors il était l'exact opposé de la sorcière. Il lui demanda ensuite ce qu'elle faisait ici... tout seule. Il est vrai qu'avant, Loredana était très entourée, mais cette époque lui paraissait déjà tellement lointaine. Voilà maintenant plusieurs mois déjà qu'elle ne traînait plus avec ses amis, mais Augustus ne l'avait peut-être pas vu assez souvent pour s'en rendre compte avant. Elle hésita quelques instants sur ce qu'elle pourrait bien lui dire. Elle n'aimait pas vraiment mentir, mais elle ne se voyait pas lui en dire trop alors qu'il ne s'était encore jamais parlé avant aujourd'hui... Finalement, elle décida de jouer celle-ci ne comprenait. Vous savez ? Ce fameux masque que l'on enfile quand on veut passer à côté des sujets qui fâchent ?

- Ah bon, je suis pourtant toujours seule, ça me plaît la solitude tu sais. Ça me permet de réfléchir, de rester calme. C'est assez apaisant en fait.

Mensonge. Gros mensonge. Il la connaîtrait un minimum il aurait probablement éclaté de rire. Elle ne pu s'empêcher de se demander s'il n'avait pas entendu parlé d'elle de ses exploits. Vous savez ? Ses élèves qui vous voient, qui promettent de ne rien dire aux professeurs, mais qui balancent tout aux autres élèves. Elle savait que ça pouvait parler autour d'elle, mais à quel point ? Elle s'en fichait oui, tant qu'on la laissait tranquille. Mais même si ce Poufsouffle n'avait pas l'air d'être méchant avec elle, s'il était venu à elle pour en tirer ses informations croustillantes à son sujet, il pouvait tout de suite faire demi-tour où il en aurait le retour.
Non, elle n'avait rien contre lui, mais sa confiance envers les autres était proche de zéro, elle ne pouvait s'empêcher de voir le mal partout. Était-ce vraiment une mauvaise chose de se méfier des autres ?    

- D'ailleurs, tu sembles aussi seul que mois aujourd'hui soit dit en passant, ajouta-t-elle avec un clin d'oeil.
Revenir en haut Aller en bas
En ligne
Augustus Rosewood
avatar
Poufsouffle
Poufsouffle
Spécialité(s) : Permis de Transplanage


Re: Un doux week-end

Message par : Augustus Rosewood, Mer 14 Fév 2018 - 14:39


De la perplexité. Voilà ce que nous pouvions lire sur le visage d’Augustus suite à la réponse que la jeune sorcière à qui il faisait face. Son sourire avait disparu dès l’instant où Loredana lui avait assuré qu’elle appréciait la solitude. Apprécier la solitude... Oui, dans une certaine mesure. Mais quand vous connaissez bien cette dernière, de façon personnelle dirons-nous, il est assez difficile de rester de marbre face à de tels propos. D’où la réaction du sorcier. Le garçon n’avait pas particulièrement connu la solitude... Avant d’arriver à Poudlard. Il s’était fait quelques potes bien entendu, et s’entendait bien avec les membres de sa classe et de sa maison. En revanche, nous ne pouvions pas dire qu’il avait des amis. Et le jeune homme avait conscience de cela. Ce n’était pas si alarmant que ça pour lui, juste... C’était plutôt un manque, ou une pointe blessante parfois qui se manifestait. De la jalousie vis-à-vis de relations humaines que certains peuvent connaitre. Et pas. Ce n’était pas énervant, ou injuste. Mais blessant.

Alors que répondre à cette jeune sorcière de rouge et d’or quand cette dernière vous déclare que vous êtes seul vous aussi « En effet chérie, je suis eul, tout seul, et ce n’est pas parce que j’aime le calme, que je n’apprécie plus depuis qu’il est omniprésent dans mon quotidien » Non, bien sur que non. Ce n’est qu’un sentiment, un pique, une blessure. Mais rien de plus. Pas chez Augustus. Il n’y a pas d’expression visible chez le garçon laissant traduire de la colère, de la tristesse. Il ne s’agit pas de cacher ou de reffouler ces sentiments, que le sorcier ne saurait vraiment nommer d’ailleurs chez lui. C’est plutôt autre chose; d’inonmmable. Un sourire assez vide se logea sur ses lèvres. Un haussement de sourcils répondit au clin d’oeil de Loredana.

- En effet. Je suis seul. Et ce n’est pas qu’aujourd’hui. Mais je ne trouve pas que cela soit spécialement apaisant. Le silence peut être particulièrement bruyant... N’est-ce pas?, petit clin d’oeil.

Parce que oui, bien qu’Agustus ne soit pas, mais alors pas du tout, un spécialiste des relations humaines, vous ne la lui ferez pas. Le jeune sorcier avait parfaitement ressenti, derrière le faux air parfaitement réussi qu’avait affiché la jeune femme, dans ses mots, que quelque chose clochait. Et quoi d’autre, a priori, que le sujet dont il était question? Vous sentez-vous seule Mademoiselle?

- Vous sentez-vous seule Mademoiselle?, pleins de compassion, Moi oui en tout cas.
Revenir en haut Aller en bas
Loredana Sparks
avatar
Modération GGryffondor
Modération G
Gryffondor
Année à Poudlard : Septième année

Spécialité(s) : Permis de Transplanage


Re: Un doux week-end

Message par : Loredana Sparks, Ven 16 Fév 2018 - 15:41



Elle ne savait comment réagir à ce que lui disait le Poufsouffle. Malgré toute la bonne volonté qu'elle y avait mise, il avait compris. Compris que la solitude n'était pas toujours un plaisir, même si parfois être seule lui faisait du bien. C'était ainsi, elle n'y pouvait rien et lui non-plus d'ailleurs. Augustus semblait être dans la même situation et à ses mots, elle comprit que cela lui paraissait inconfortable, on ne parlait plus de solitude, on parlait du fait de se sentir seul, là était la différence. Est-ce que Loredana se sentait seule ? Oui et non. Elle regardait son camarade qu'elle ne connaissait que de vue jusqu'à présent. De manière générale, la Gryffondor n'était pas le genre de personne à ignorer les gens, à passer à côté d'eux sans les voir réellement. Mais elle avait l'impression que le jaune et noir était un parfait inconnu pour elle. Un fantôme qui allait et venait dans les salles de cours et qu'elle ne remarquait pas.

- Le silence peut-être bruyant, en effet, mais n'est-ce pas mieux que des bavardages incessants sur des sujets inintéressants ? Écoute.

Elle leva la main comme pour demander le silence total. Ainsi, avec une concentration sur ce qui les entourait, elle pouvait désormais entendre des bouts de conversations des autres élèves les plus proches de l'endroit où ils se trouvaient. On entendait des « il m'a dit ça j'te jure ! », des « faut que je trouve un moyen de sortir ce soir » et enfin des « Le prof de Métamorphose est trop sévère, il m'a encore donné une retenue ». Elle regarda ensuite son camarade, une expression sur le visage qui signifiait « tu vois bien » . Des conversations sans intérêts, rien de concret, rien d'intellectuel. Elle ne jugeait pas, elle-même n'était pas un bel exemple, mais ne valait-il pas mieux être seul qu'en compagnie de personnes qui racontaient des scoops inutiles ?

- Qu'en penses-tu ? Lui avait-elle demander avant d'ajouter. Soyons seuls ensemble Augustus Rosewood. Avait-elle dit tout naturellement.

Après tout, que risquait-elle ? Faire connaissance avec une personne qu'elle aurait dû croiser depuis bien longtemps déjà, était-ce vraiment dangereux ? C'était lui qui était venu la voir, intrigué par son fredonnement semblable à celui d'un oiseau. Ce serait probablement malpolie de lui demander de partir et de continuer à passer son après-midi à chanter pendant qu'il retournerait à sa sieste pour avoir trop travaillé. Ils étaient différents l'un de l'autre, elle le voyait, mais elle ne pouvait s'empêcher de sentir qu'il y avait tout de même quelques similitudes qu'elle découvrirait sûrement plus tard. La solitude en était déjà une.
Revenir en haut Aller en bas
En ligne
Matt Deliers
avatar
Gryffondor
Gryffondor
Année à Poudlard : Deuxième année

Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Re: Un doux week-end

Message par : Matt Deliers, Mar 17 Avr 2018 - 16:08


RP privé avec Archibald Janaster
# Reprise du sujet.
# Pas de messages depuis 2 mois.
# Merci de contacter si besoin.


A droite. Puis à droite encore. Les couloirs se ressemblaient étrangement. A la fois similaires, différents, flous. Un énième sort vint s'écraser sur la pierre froide du château. Pas très loin de lui. Quelques centimètres au-dessus cette fois-ci. Suffisamment pour que sa course endiablée redouble d'effort. Ses poursuivants ne lâcheraient pas l'affaire. Malheureusement. Lui non plus. Heureusement. Il ne leur ferait pas ce plaisir. Sa lampe facétieuse dans une main, sa baguette dans l'autre. Au bout du couloir, il bifurqua à gauche transperçant au passage un des nombreux spectres de Poudlard arrivant en contresens. Passer au travers d'un esprit. Il détestait cette sensation. Comme toujours. Il ne prit pas même le temps de s'excuser. Comme toujours. Balançant sa riposte à l'aveugle sans prendre soin d'ajuster son tir. Il poursuivit sa fuite effrénée au rythme des jurons de plus en plus lointains du fantôme, des bruits de pas résonnants et les impacts de lumière rouge rattrapant peu à peu de la distance.

Trois embranchements plus loin et deux escaliers dans les jambes. Il commençait à s’essouffler priant pour que ce soit également le cas de ses adversaires. Au bas d'un escalier dévalé quatre par quatre malgré ses petites guibolles, il osa une courte pause le temps de reprendre sa respiration haletante. Un vieux sorcier légèrement flou, entièrement grisonnant pointait du doigt derrière le fugitif comme pour souligner le danger. Illustration de ses propos : un sortilège échoua sur la rampe marbrée à quelques mètres du garçon et du tableau de l'ancêtre, qui nullement inquiet ne bougea pas d'un pouce. D'un signe de tête affirmatif en direction du portrait il repartit de plus belle. Il y était presque. Étrangement les sorts ne l'atteignaient jamais. Sentiment partagé entre une immense fierté de se sentir intouchable et une profonde pitié devant un tel manque de précision adverse. Il se concentra néanmoins sur son objectif. Il y était presque. Vraiment.

Il souriait malicieusement. Des idées affluaient. Il savait exactement où aller. Il savait exactement où ne pas aller. D'après ses estimations encore une fois à gauche puis deux fois à droite. Les positions seront alors à son avantage. Il jubilait rien qu'à cette idée, voir la tronche que les autres feraient. Il envoya un autre sort par-dessus son épaule en amorçant son futur virage dans le prochain corridor. Sa précision était également à revoir. Comme maigre consolation il se justifia intérieurement en se disant qu'il était très difficile de viser à l'aveugle sans vraiment pointer de cible. Il courut encore, et encore. Et juste avant de disparaître dans le tournant, un « Expelliarmus » le toucha en pleine tête laissant valser ce qu'il tenait fermement dans les mains. Sous la puissance encaissée il vacilla avant de s'étaler par terre. Au moment du choc [...]

[...] Matt ferma les yeux avant de les ouvrir pour les planter avec surprise dans ceux d'un jeune homme qui le regardait fixement, debout penché au-dessus de lui. Ce dernier regardait fixement le Gryffondor allongé qui, reprenant peu à peu ses esprits, était captivé par une telle intensité. Bien qu'il ne détournait pas le regard en attendant une quelconque prise de parole, le jeune garçon osa jeter un coup d’œil furtif aux alentours pour situer le décor. Le Rouge et Or était allongé dans l'herbe verdoyante du parc. Ni couloirs, ni poursuivants, ni sortilèges fusant de part et d'autres, ni panique ou fantôme transpercé. Un geste machinal dans sa poche et le soulagement s'installa quand sa main établit le contact avec le bois de chêne de sa plus fidèle alliée. Un vilain rêve ou un beau cauchemar sans aucun doute.

Revenir en haut Aller en bas
En ligne
Archibald Janaster
avatar
Gryffondor
Gryffondor
Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Re: Un doux week-end

Message par : Archibald Janaster, Jeu 19 Avr 2018 - 12:30



Une rencontre près de l'eau
Avec Matt Deliers


Un matin comme les autres, un matin ou rien ne se passait, un matin ou rien n'était prévu et encore plus, un matin où rien n'était mauvais. Je me suis levé comme à mon habitude. Je me baladais dans le parc de l'école quand je cherchais un endroit ou me poser. Je me suis rendu à la lisière de la forêt pour admirer l'aube a travers les bois. Le spectacle était absolument magnifique. Une nuance de rouge, orange, jaune et bien évidemment vert. Un mélange de couleur qui m'a hypnotisé, subjugué, j'étais incapable de faire quoi que ce soit en regardant ce sublime spectacle.

Une fois avoir admiré ce spectacle quotidien, j'ai décidé de rentrer à mon dortoir afin de prendre mon livre sur l'histoire moldue des anglais. Je suis revenu près du lac et j'ai vu de l'agitation par terre.
Un élève, probablement endormi qui était allongé dans l'herbe mais qui ne semblait pas être détendu, il avait le sommeil agité. il bougeait dans tous les sens, il se roulait dans l'herbe et l'expression sur son visage n'était pas celle de quelqu'un de calme et J'ai essayé de l'appeler sans réponse. J'ai bougé les mains devant lui, rien n'y a fait. Puis il a eut un sursaut, **. Il m'a donné l'impression de se forcer a encore plus fermer les yeux puis les a ré-ouvert. Il avait l'air perdu mais en forme. Je me suis penché  au-dessus de lui, je lui ai sourit.

"Hey, tu vas bien? Un sommeil difficile? "
Revenir en haut Aller en bas
En ligne
Contenu sponsorisé

Re: Un doux week-end

Message par : Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas
Page 2 sur 3

 Un doux week-end

Aller à la page : Précédent  1, 2, 3  Suivant

Permission de ce forum:Vous pouvez 
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Harry Potter 2005 :: ~¤~ Académie de Poudlard ~¤~ :: Le Parc :: Le Lac-

L'univers d'Harry Potter est la propriété de la Warner Bros ainsi que de J.K Rowling.
Tous droits réservés sur ce site ©Copyright HarryPotter2005. Affichage optimisé sous Firefox.