AccueilPortailFAQPublications internesRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Harry Potter 2005 :: ~¤~ Académie de Poudlard ~¤~ :: Cours :: Métamorphose
Page 2 sur 4
Cours N°7 - ...
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4  Suivant
Merry K. Harper
Gryffondor
Gryffondor

Re: Cours N°7 - ...

Message par : Merry K. Harper, Mar 16 Mai 2017 - 22:57


Il était tôt. Vraiment très tôt. Beaucoup trop tôt même. Le réveil se mit à sonner à tue-tête, donnant l'impression que personne ne pourrait l'arrêter. Mais si. Super Merry était là ! Sa main vint s'écraser brusquement et bruyamment, dans un son sourd, sur l'objet du délit. Refermant les yeux et s'enroulant de nouveau dans sa couette, la rouquine se mit à grommeler. Quelle idée de faire un cours à une heure pareille. Ils devenaient vraiment de plus en plus fous ces profs sérieusement. Ils se croyaient tout permit sur le sommeil des élèves ou quoi ? Ils voulaient les tuer à la tâche ? Bah ils allaient y arriver à force. En plus ils n'avaient pas le choix de se lever. Pauvres martyrs qu'ils étaient. Tant pis, c'était trop tard, il fallait qu'elle se lève. La lionne aurait pu feindre la maladie mais c'était trop compliqué et trop contraignant.

Alors elle se leva, filant directement sous la douche pour tenter de se réveiller. Vite vite, un peu d'eau chaude sur le corps, un peu d'eau froide sur le visage et c'était tout bon. Un coup de brosse, léger maquillage pour camoufler les petites cernes, des vêtements, et c'était tout bon. Elle ne donnait même pas l'impression de s'être réveillée aussi tôt. Pimpante comme jamais, gaie comme un pinçon. Elle était joyeuse la rouquine. Ca allait être une bonne matinée de cours et une bonne journée surtout. Elle le sentait bien. Ca allait très bien se passer.

C'est donc en sautillant presque que Merry se mit à parcourir la distance qui la séparait de son petit déjeuner. Arrivant rapidement à la Grande Salle, elle se mit à engloutir le plus de choses possibles pour tenir la matinée au mieux sans que son ventre ne manifeste son mécontentement. Et c'était parti pour une super journée ! Et une bonne heure de cours de métamorphose, allez motivée la Ryry !

Entrée dans la salle, installation sur une chaise. Merry n'aperçoit pas le professeur. Tiens, il n'est pas là. Lui aussi a eu du mal à se lever du lit apparemment. Il est en retard. Ahah ! Ah bah non. Il y a quelque chose d'écrit au tableau, il n'est pas en retard. A moins qu'il ait préparé son cours en avance. Hmmm mystère. Qu'en était-il vraiment ? Elle ne le savait pas. En revanche, l'énigme au tableau lui plaisait bien. Il parlait de quoi par contre ? D'un mensonge, d'un secret, d'une illusion ? Bonne question. Ah tiens, elle s'était assise à côté d'une fille de sa maison. Bonne nouvelle.

- Salut ! Elina c'est ça ?
Revenir en haut Aller en bas
En ligne
Aria Morrison
avatar
Gryffondor
Gryffondor
Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Re: Cours N°7 - ...

Message par : Aria Morrison, Mer 17 Mai 2017 - 12:02


Elle relève sa tête et me regarde avec des petits yeux. Oh la la… Elle n’est vraiment pas matinale ma Mered. Elle m’adresse tout de même un sourire que je sens un peu forcé mais je ne peux pas lui en vouloir. Nous sommes comme des sœurs elle et moi. Elle me lance un petit "coucou Aria"  lorsqu'une fille débarque en s'asseyant à côté d’elle. Contrairement à nous deux, elle n’a pas opté pour l’uniforme. Comme signe d'appartenance à sa maison, elle ne porte que sa cravate de Serpentard au-dessus de son chemisier blanc. Cette dernière demande à mon amie un petit bout de parchemin après s’être gentiment moquée d’elle sur le fait qu’elle n’avait pas l’air en forme. Je regarde Mered qui, du tac au tac, lui fait comprendre qu’elle non plus. Puis, elle sort une feuille de son sac et la lui donne.

Une fois la fille partie, Mered s’excuse de l’intervention de la Serpentard. Si j’ai bien compris, cette dernière s’appelle Nyx et elles ont l’air de jouer au chat et à la souris toutes les deux. Il faudra que je lui en demande plus sur cette fille mais pas maintenant. Là, il faut réfléchir à cette énigme. D’ailleurs, elle a dû lire dans mes pensées parce qu’elle me propose qu’on y réfléchisse ensemble, et m’invite à m’assoir en me taquinant sur le fait qu’elle n’allait pas manger. Ravie qu'elle me le propose, je lui réponds en prenant place à côté d'elle :  

- Je ne savais pas si tu attendais quelqu’un en fait.

Je pose mon sac sur la table et en sors une feuille et plume. Mered étant déjà en train d’écrire l’énigme, je l’imite. Je m’applique pour recopier ces quelques lignes inscrites sur le tableau et lui fais part de ma réflexion :

- Au début je pensais au silence mais finalement, je ne pense pas que ce soit ça. Tu as une idée toi ?
Revenir en haut Aller en bas
En ligne
Katerina Bennett
avatar
LégendeGryffondor
Légende
Gryffondor
Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Re: Cours N°7 - ...

Message par : Katerina Bennett, Mer 17 Mai 2017 - 12:21


Un léger frisson parcourut l'échine de la jeune lionne tandis qu'elle s'avançait dans les couloirs en cette heure bien matinale. A part elle, il n'y avait pas âme qui circulât, ce qui renforçait quelque peu un sentiment de solitude silencieux. Katerina bâilla et s'enveloppa plus étroitement dans son châle couleur crème, mal réveillée. Quelle idée de faire lever les élèves si tôt un vendredi ! Le cours de Métamorphose auquel la jeune fille allait assister pour la première fois commençait à 7h, raison pour laquelle elle était encore à moitié ensommeillée. Sa nuit n'avait pas été très bonne, à s'agiter sous ses couvertures à cause d'un cauchemar dont elle avait eu du mal à se dépêtrer. La rouge et or s'était levée courbaturée et légèrement en sueur, en n'ayant que quelques minutes pour faire une rapide toilette et s'habiller. Pour une fois, pas d'uniforme en vigueur, le Professeur Evan leur ayant laissé le choix dans la missive envoyée pour prévenir ses élèves des modalités de son cours. Ainsi, elle avait enfilé un jean noir et un t-shirt jaune doré, associant un châle et des baskets couleur crème. Une tenue décontractée qui allait bien avec son humeur. En plus, elle n'avait pas eu le temps de prendre son petit-déjeuner.

Réprimant un nouveau bâillement, Kat se frotta les yeux et regarda autour d'elle. Elle avait encore du mal à se repérer dans le château mais normalement, elle devait être au bon endroit, ou en tout cas pas très loin. La Gryffondor fit encore quelques pas, distraite, et vit tout juste une silhouette devant elle qui avançait dans la même direction. De dos, il lui semblait avoir reconnu Merry, une fille de sa Maison qu'elle ne connaissait pas. En vérité, elle n'avait pas encore eu l'occasion de se faire des amis, impressionnée et intimidée. Ce qui était très étrange étant donné que ce n'était pas dans ses habitudes de se montrer si discrète. Se raclant la gorge, Katerina suivit donc l'autre lionne et arriva à bon port sans retard. Un peu perdue, elle jeta un coup d’œil dans la classe et n'y trouva aucun signe du professeur. En revanche, plusieurs élèves étaient présents et elle reconnut Liskuvo... en pyjama ? Un sourire en coin, la brune entra dans la pièce et parcourut rapidement les bancs du regard. Il n'y avait plus tellement de choix en matière de place seule non occupée. Aussi, prenant son courage à deux mains, elle s'avança vers une élève de Serdaigle d'après l'aspect de sa chemise d'uniforme (Anna), qui semblait fatiguée, la tête posée sur le banc, et s'installa doucement.

« Bonjour. » dit-elle d'une voix amicale avant de bâiller une nouvelle fois et de sortir ses maigres affaires de son sac. Son regard se porta en même temps sur le tableau où était inscrit une sorte de poème, ou plutôt une énigme. Kat fit la moue : elle n'était pas très douée pour les devinettes, en particulier si difficiles. Poussant un petit soupir, elle posa sa tête sur sa main, le coude sur le banc, pensive. Bizarrement, certaines parties de l'écrit lui étaient vaguement familières, comme si elle les avait déjà vues ou entendues quelque part. Malheureusement, son cerveau avait du mal à faire la connexion et à démarrer. On peut ne pas me voir en sachant que je suis là. Peut-être bien le silence, le vide ? Je garde ce qu'aucun garde ne saurait mieux garder que moi. La réponse n'était-elle pas un cadenas ? Je suis là où l'on regarde, mais où jamais les yeux ne se posent. Était-ce possible que ce soit l'horizon ? Si on m'ignore, je vous ignore aussi. Je n'ai rien à voir avec la Métamorphose, mais la Métamorphose est tout ce que je suis ! La lionne fit la moue et n'avait aucune idée d'une possible réponse. Et dans l'ensemble, tout lui semblait incohérent. Rien ne lui venait.

« Quelle idée de donner une énigme si tôt ! » marmonna Katerina, pour elle-même mais aussi pour sa voisine, si celle-ci voulait converser avant l'arrivée du professeur. « Il est toujours comme ça ? » demanda-t-elle. En effet, c'était son premier cours de Métamorphose à Poudlard et elle ne connaissait pas encore tous les cours ni les professeurs qui transmettaient la matière. Dans ce cas, la rouge et or était curieuse de savoir comment il était. Apparemment, amateur de blagues et d'énigmes...
Revenir en haut Aller en bas
Ellana Lyan
avatar
Préfet(e)/Serpentard
Préfet(e)/Serpentard
Spécialité(s) : Permis de Transplanage


Re: Cours N°7 - ...

Message par : Ellana Lyan, Mer 17 Mai 2017 - 13:31


Routine matinale, les cours encore et toujours, comme un cycle sans fin, une spirale hors du temps. Désintéressée de l'énigme un petit moment, je vois le défiler des élève qui démarre remplissant peut à peu la salle de classe dans une oppression vraiment désagréable qui risque vite de me faire tourner la tête. Pourtant je ne trouve rien de mieux à faire que je regarder les yeux endormis, les trais tirés qui entres les un après les autres comme une armée de zombie que l'on tire du sommeil. La valse commence avec un jaune que je ne connais que trop bien, Kalsi qui a décidé de nous rejoindre en pyjama, oui pourquoi pas, je n'aurais peut être pas été jusque là mais au moins il pourra dormir tranquillement, lui. Je le vois qui s’installe loin après un ''c'est facile'' qui me donne des envies de meurtre. Après lui arrive un vert et argent que je remets également suite aux différent cours que nous avons déjà eu en commun. Je ne pense pas lui avoir jamais adresser la parole mais j'en sais assez sur l'attitude qu'il peut avoir en cours pour comprendre que quelque chose ne va pas.

Vêtu de son uniforme à quelque détaille près, j'ai l’impression que le plus grand cliché des serdaigles vient de prendre possession de son corps ce qui me laisse totalement interdite. Je hausse les épaules. Au moins on aura la paix pour une fois… C'est alors qu'entre une jeune femme aux cheveux brun avec qui j'ai partagé un cours de DFCM en lui jetant contre ma volonté le sortilège de la terreur. Les mauvais souvenirs remontent tendis que je la voix se diriger vers moi et prendre place à mes côtés. Un simple sourire qui me rassure de quelque peu avant que son regard ne soit attiré par les lettres dorées que j'avais presque réussit à oublier. Salut… J'ai recopié l'énigme mais je n'ai aucune idée de ce que ça peut être… On réfléchit ensemble ? Je ne suis pas sûre d'avoir demandé ça uniquement dans mon intérêt, étant donné mon cerveaux en compote, mais je sais d'expérience qu'il y a bien plus de chose dans deux tête que dans une, alors quitte à avoir une voisine, autant s'entraider, non ?

Je me coupe du reste de la classe pour entrer dans une bulle de concentration que je n'ouvre qu'à ma camarade verte. Je ne suis pas sûre de pouvoir tenir cet état bien longtemps mais si elle est également motivée à résoudre cette fichue énigme alors ça peut le faire. À ton avis est-ce qu'il faut trouver un mot qui correspond à tout ? Ou peut être suivre le principe d'une charade ? Je ne pense pas qu'il soit impossible non plus que nous devions en trouver 5 et prendre toutes les première lettre à fin de trouver un nouveau mot… Soupire. On peut ne pas me voir en sachant que je suis là. Bon pour le premier je dirais le silence… Tu as une idée de la suite ? Regard désespéré. J'espère qu'elle est plus avancée sinon on va vite sécher toute les deux. Je me concentre sur la phrase suivante.


Dernière édition par Ellana Lyan le Sam 20 Mai 2017 - 7:33, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Mathilde Yawnez
avatar
Serdaigle
Serdaigle
Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Re: Cours N°7 - ...

Message par : Mathilde Yawnez, Mer 17 Mai 2017 - 17:34


C'était un crime. Voici la première pensée qui me vint à l'esprit quand mon réveil sonna et que je me réveilla. Bien sûr, j'aime les cours de métamorphose, mais ce n'est pas une raison pour nous en foutre un à sept heure du matin... Je me réveille non sans grogner et je tâtonne pendant deux trois minutes dans le noir avant de tomber sur mes lunettes.
Je n'ose pas allumer la lumière, de peur de réveiller les autres, eux qui peuvent dormir encore une bonne grosse heure. Ces paresseux.

Une fois les lunettes mises, je cherche ma baguette qui est trouvée au bout d'une dizaine de secondes. Après un vague Lumos inaudible mais réussi, je retrouve la lettre du prof de métamorphose.
Je pouvais m'habiller comme je voulais... Réflexion faite, j'aller mettre un truc léger car il commençait à faire chaud et que j'en ai marre des robes des sorciers.

Finalement après avoir enfilé un tee-shirt noir et un jean bleu, je fourre dans mon sac des affaires en vrac, sans trop savoir si j'en ai besoin ou pas.

Je me sens fatiguée, mais le cours est plus important que le reste.


Je traîne dans les couloirs, la faute à la fatigue, avant de rager intérieurement en lisant la note de ce prof sans gêne.

Note d'Evan:
 

J'ai juste envie de trouver un clairon pour le réveiller, mais non, je ne le ferais pas et je me comporterais en élève exemplaire, comme d'habitude.

Je vais m'assoir au milieu, espérant qu'une personne connue vienne à côté de moi. Ce qui rendra ce cours plus supportable.

Je jette un vague coup d'oeil au tableau, quasiment affalée sur ma table, je vois une énigme, qui a l'air corsée. Je prends mon sac et sors avec difficulté et fatigue une bouteille d'encre, ma plume et du parchemin.

"On peut ne pas me voir en sachant que je suis là
Je garde ce qu'aucun garde ne saurait mieux garder que moi
Je suis là où l'on regarde, mais où jamais les yeux ne se posent
Si on m'ignore, je vous ignore aussi
Je n'ai rien à voir avec la Métamorphose, mais la Métamorphose est tout ce que je suis !
Qui suis-je ?"


Le silence, le secret, une illusion, Evan, le sommeil, une illusion. Je réfléchis, je me tords l'esprit, c'est trop compliqué à une heure pareille. Je sais pas.
Revenir en haut Aller en bas
Mary Drake
avatar
Préfet(e)/Serdaigle
Préfet(e)/Serdaigle
Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Re: Cours N°7 - ...

Message par : Mary Drake, Mer 17 Mai 2017 - 21:35



Voici un n'importe quoi ♥
Musicaaaa

L'heure tourne. Je veux qu'elle se dépêche. Vite. Allez le temps. Passe. Fait en sorte que la nuit ne dure pas. Je n'ai pas la patience d'attendre. Cette longue nuit depuis le couvre-feu est interminable. Puis je ne sors pas. Je limite depuis que je suis préfète. Enfin, pas tant que ça. Mais j'ai pas envie de voir l'horizon en sachant que je ne peux pas m'y échapper pour de bon. Je reste là, assise sur le lit du dortoir. A attendre. Minimum cinq heure tapante. Après je peux avoir des excuses. Là faut toujours patienter. C'est une horreur. Fixer le noir. Fixer un point. Ne plus penser. Mais continuer le tic. Et le tac. Pour l'horloge interne. Pour ne pas perdre le fil. Impossible de penser sans penser. Alors je me démêle, je fais abstraction des créatures qui surgissent ici et là. Je ne vois que ce point, absorbée par lui, par ses secrets. J'imagine une vie, une autre planète. Je crée un personnage de toutes pièces. Je t’appellerai... Stella. Oui voilà. Tu seras Stella. Née  du seul endroit qui m'est encore secret, je ferai de toi une héroïne, un personnage vivant dans un monde incompris.  Stella, tu seras la gardienne de mes secrets. Stella, je crois en toi.

Dringgggg. Fait la tête.
Dongggg font les yeux
Youpieeee pense la fille
Superrrrrrrr soupirent les méninges
Ririp, râle le corps

Parce que enfin, le squelette s'étire, avec ses longues cernes. Ses doigts noueux se déploient. Bong. Aïe. Les murs sont trop proches pour que je m'étire. Alors je sors. De ce lit. Regarde les visages endormis. Je passerai bien ma main sur les joues innocentes, telle une mère en admiration pour ses petits. Je n'en fais rien. Pas glauque à ce point. -pas encore. Sourire triste, comme à l'accoutumé. Il n'est pas l'heure de bavarder. L'horloge me dit qu'il est temps de me laver. De prendre de quoi manger. Regard sur la peau blanche sur les os. Triste idée. Je n'en ferai rien. Juste un petit passage dans la salle de bain. Mettre de l'eau sur le visage, attacher les... Ne rien faire avec les cheveux. C'est bon comme ça. Puis... Je reste comme ça. Avec ma robe de sorcière, porter hier, et pour la nuit. La changerai-je demain ? C'est une question compliqué. Nous verrons. J'ai pris du temps. J'ai fixé Mary. Et Mary m'a fixé. Nous sommes bien arrangées. Poser la main sur le miroir. Les yeux sont secs. Je me suis dis au revoir. Puis j'ai détourné le regard. Il y a trop de regrets, de lamentations sur cette tête. L'horloge sonne les six heures. Je vais me balader. A mon gré. Vent de liberté

Tac tac tac
Poc poc poc
Vouuuuuue voueeeeeeeeee
Houuuuu houuuuuuu
Les bruits du matin
Qui emportent

-Qui me font virevolter. Dans cette élan je me perds, dans cette danse, je divague. Stella et moi nous nous en allons, partons, clignotants dans les couloirs, croisant parfois certains matinaux. Je sourie, parce que je me sens bien. Après cette nuit interminable, infernale, je peux enfin m’enivrer, profiter. Merci, Evan, de faire tes cours si tôt. De ne pas faire attendre jusqu'à tard, jusqu'à minuit moins quart. Merci, vraiment. Je pense pas que le sourire serait présent. Là il y est. Et les couleurs sont belles. Stella trouve qu'il manque quelque chose. Alors je dessine un soleil. Il tourne. Lui aussi aborde un sourire. Il tourne, salue. Les sorciers l'ignorent, sauf elle et moi. J'attrape sa main, nous nous baladons. L'horloge explique qu'il est temps d'aller en cours. Une main en l'air, pour tenir celle de Sun, un autre en bas, pour la petite Stella. Nous sommes bien ensemble.

Le problème c'est qu'en arrivant devant la salle de classe, nous nous rendons vite compte qu'il n'y a pas assez de place pour Sun. Faut dire que sa lumière elle éblouit beaucoup. Mais après les autres seront jaloux. Je déclare tristement, juste avant d'entrer, qu'il ne peut pas poursuivre. Il a l'air triste, mais n'est pas fâché. Il comprend. Je lui fais un bisou volant, attrape fermement la petite main de Stella pour pas que quelqu'un l'enlève, puis rentre en classe. Il y avait un mot. Je l'ai pas lu. Nous entrons. Pas de profs. Juste des élèves. Je fais une drôle de tête en voyant certains qui me font peur. Je mets Stella sur mon épaule. Pour la protéger. Puis je m'assieds. Faut dire que nous sommes en étrange compagnie. Ma pauvre création, après un jour de vie, elle sera traumatisée. Essayez de comprendre :

Une âme que j'ai dû sauver, un souvenir d'une soirée, étrange, lugubre, ou j'avais envie de sauter. Une vipère impitoyable, mais pas trop. Des horreurs à en perdre les mots. Un vendeur incompétent mais pas trop avec une relation qu'on ne sait pas trop décrire. Stella décidera pour nous. Il est en pyjama. Rigolo. J'aurais peut-être dû débarquer en phénix. Une danseuse d'exception. Le meilleur navet de la saison. Il sait se planter celui-là, c'est certain. Une collègue, quelques aigles. Des âmes égarées. Que je ne connais pas tant que ça. Oui, vraiment, je suis désolée Stella. En attendant, réfléchir à l'énigme. Ne penser à rien d'autre. Laisser le chemin se faire. Nous pouvons trouver Stella. Il faut juste réfléchir. Un petit peu.

Qui est-ce ?
Qu'est-ce ?
Dans ce jeu d'énigme
Il faut trouver les indices
En sommes nous capables ?
Revenir en haut Aller en bas
Elina Peterson
avatar
Modération GGryffondor
Modération G
Gryffondor
Spécialité(s) : Permis de Transplanage


Re: Cours N°7 - ...

Message par : Elina Peterson, Mer 17 Mai 2017 - 21:51


Je somnole dans mon coin, je fais abstraction des voix qui m'entoure, l'une d'entre elles retient mon attention, la voix de la vipère... Faut vraiment qu'elle me poursuive celle ci... Déjà que je suis pas d'humeur mais si en plus elle est ici... Va vraiment falloir que je prenne sur moi. J'aurais vraiment dut mieux cacher mes hématomes... Je suis sure qu'à un moment donner elle va ce faire une joie de me faire une remarque. Je ferme les yeux aussitôt pas envi de voir sa tête. Alors que les élèves continue d'entrée une personne s'installe à côté de moi. Pitié faites que ce soit pas l'autre vipère.... Puis une voix engouer, douce me parvient aux oreilles, Je lève la tête et reconnait l'une des filles de ma maison, elle est rousse et elle bosse à la tête de sanglier. Merry, la jolie Merry qui a toujours le sourire. Bizarrement je suis d'un peu meilleure humeur. Ca doit être elle qui fait cette effet la. Je lui rends son sourire.

- Salut, oui c'est ça et toi c'est Merry si je ne me trompe pas. Je ne savais pas que tu avais cours avec moi ce matin c'est cool... Evan et ses énigmes... J'y comprends rien et j'ai pas envi de réfléchir... Sept heures du matin c'est juste sadique.

Je suis sure qu'elle est matinale, sinon comment fait elle pour être aussi joyeuse? Sérieusement donne moi le nom de la drogue que tu prends j'en veux! Celle que je prends n'as pas cet effet la malheureusement, ni l'alcool d'ailleurs. Faut que je change de fournisseur il doit y avoir arnaque sur la marchandise. D'ailleurs avec tout ça j'ai même pas pu aller fumer pour faire taire mon esprit. J'en veux encore plus à ce prof qui nous pourri la journée. J'adorerais qu'il oublie de venir et que l'heure passe comme ça. Même si j'aurais bien les boules de m'être lever pour rien c'est toujours mieux que de devoir affronter théorie et pratique... manquerait plus qu'il me mette en binôme avec la vipère pour que la journée soit définitivement pourri moisie et tout ce que vous voulez... J'attends de voir si Merry me réponds, peut être qu'elle aura une idée sur la signification de tout ce charabia... Je me demande quand même si notre cher prof de métamorphose ne serait pas dissimulé à l'entré de la salle ou même dans la salle... Je me penche vers Merry pour qu'elle seule m'entende.

- Tu crois qu'il serait capable d'avoir usée de métamorphose pour ce cacher dans la salle ou même parmi nous? où à l'entré qui sait peut être qu'il nous surveille?

Ca fait très conspirationiste tout ça mais venant d'un prof de métamorphose faut s'attendre à tout non?
Revenir en haut Aller en bas
Galway Lynch
avatar
Préfet(e)/Serpentard
Préfet(e)/Serpentard
Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Re: Cours N°7 - ...

Message par : Galway Lynch, Jeu 18 Mai 2017 - 10:09


Galway se réveilla plutôt en forme ce matin là. Comme il n’avait pas eu de rondes à faire la veille, il avait pu anticiper le cours matinal en se couchant plus tôt que d’habitude. Longtemps le sommeil avait été un problème pour lui, il avait beau se coucher tôt il parvenait difficilement à trouver le sommeil, pouvant rester plusieurs heures allongé dans le noir sans rien faire.

Mais il avait réglé ce problème grâce à la lecture. C’était quelque chose qui ne parvenait pas à expliquer, dés qu’il s’allongeait et ouvrait un livre, il s’endormait généralement dans le quart d’heure qui suivait. Cela n’avait rien à voir avec la qualité du livre ou même avec son état de fatigue, c’était quelque chose de presque… mécanique.

Depuis les attaques de Poudlard son livre de chevet était un manuel emprunté à la bibliothèque sur des sortilèges avancé de défense magique. C’était presque devenu une obsession, il ne voulait plus jamais ressentir ce sentiment d’inutilité qu’il avait eu ce jour là. Pour le moment ces sortilèges étaient trop difficiles pour lui, mais le fait de lire la théorie l’aidait à y voir plus clair, à déterminer ce qu’il devait faire pour progresser dans ce domaine.

C’était parti pour la routine matinale, quelques étirements, la lecture d’une entrée prise au hasard dans « L’encyclopédie des sorciers célèbres du XXième et du XXIème siècle » qu’il commençait à bien connaître, comme beaucoup de choses qui tournaient autour de cet univers totalement nouveau pour lui quatre ans auparavant, et une douche rapide. L’avantage de se lever très tôt c’est que l’on était sûr d’avoir de l’eau chaude.

Le petit déjeuné fut rapide également, son estomac n’était pas habitué à travailler à une heure aussi matinale. Puis il descendit à nouveau vers les cachots pour prendre ses affaires et achever sa routine avec la pratique de quelques sortilèges. Il en connaissait beaucoup maintenant, si bien qu’il était obligé de faire un roulement, ne pouvant pas tous les pratiquer tous les matins.

Le programme qu’il avait déterminé pour ce matin contenait quatre sortilèges. Il commença par Orchideus, il posa la gerbe de fleurs sur une table, cela égaillerait un peu cette salle commune froide lorsque les autres se lèveraient. Il pointa ensuite sa baguette sur un fauteuil et jeta un Amplifictum. Il laissa fauteuil s’agrandir jusqu’à atteindre trois fois sa taille habituelle.

Il regarda avec envie le siège géant, quelques années plus tôt il aurait grimpé dedans et aurait terminé sa nuit dans l’assise moelleuse, mais il était préfet maintenant, il perdrait toute sa crédibilité déjà pas bien élevée si un élève le surprenait dans cette situation. Il se résigna donc de son insouciance perdue et lança le contre-sortilège, Reducto. Le quatrième sortilège était le sortilège d’attraction. Il se creusa la tête pour déterminer ce qu’il pouvait attirer vers lui quand une idée lui vint.

-Accio journal !

Il s’était dit qu’il tenait peut-être un moyen de lire « La gazette du sorcier » gratuitement. Évidemment ce n’étais pas son genre de voler, ce qui l’intéressait surtout c’était de voir les limites de ce sortilège. Il attendit quelques instants et rien n’arriva. Il était un peu déçu lorsqu’il se dirigea vers le passage de la salle commune pour aller en cours mais lorsqu’il le franchit quelque chose le heurta.

Il ramassa le journal et vit qu’il s’agissait d’un journal moldu car les images étaient fixes. Les textes étaient en langue étrangère, il reconnu du français. Il feuilleta le journal pendant quelques minutes, se demandant d’abord comment il avait pu se retrouver là puis essayant de comprendre ce qui était écrit, mais il n’y parvint pas. Il reconnaissait quelques mots qui ressemblaient à l’anglais mais ça ne suffisait pas. La seule chose qu’il put comprendre était la météo.

Lorsqu’il regarda sa montre il se rendit compte que la distraction qu’avait représenté le journal l’avait mis légèrement en retard. Il se mit à courir vers la salle de classe, et en passant il vit un mini soleil qui faisait sa vie dans un couloir, une journée normale à Poudlard. Il arriva légèrement essoufflé, une bonne partie des élèves était déjà présent, mais pas le prof. Il aperçu une chaise vide à coté de Mathilde et s’y rendit, lui faisant un léger sourire.

-Salut Mathilde ! Pas trop fatiguée ?

Il se concentra ensuite sur le tableau. Evan les avait habitué aux énigmes, mais il était définitivement trop tôt pour réfléchir. Il pensa au silence, les premières phrases collaient mais pas la suite. Mais c’était la meilleur réponse qui lui était venu à l’esprit. Il la griffonna donc sur un bout de parchemin pour la forme et jeta un coup d’œil autours de lui.

La fatigue et l’agacement se faisait sentir dans la salle. Il se promit de garder un œil sur les deux fugueuses nocturnes, Mered et Nyx. Pas très loin se trouvait Azaël, qui semblait plus calme que d’habitude, et deux vertes se trouvaient juste derrière lui. Elles avaient l’air maussades. Galway se souvint que durant sa formation, on lui avait vivement conseillé d’être plus ouvert aux autres. Il chercha donc un moyen de lancer la discussion avec ses deux camarades et se rappela que Temperence était française.

-Salut vous deux ! Hey, j’ai lu ce matin qu’il faisait 17 degrés à Paris, 22 à Marseille et 15 à Bordeaux, et aussi qu’on fêtait les Eric en France. Tu as de la chance de pouvoir revenir dans un pays ensoleillé pour les vacances Temp’, en Irlande il pleut trois cent jours dans l’année.

Il se rendit compte un peu tard que cette intervention venait de créer un nouveau moment de gêne. Il fallait vraiment qu’il règle ce problème de sociabilité, il n’aurait pas s’en tenir au « Salut, pas trop fatigué ? » qu’il avait lancé à Mathilde ?


Dernière édition par Galway Lynch le Jeu 18 Mai 2017 - 19:17, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Nyx Spero
avatar
Serpentard
Serpentard
Spécialité(s) : Permis de Transplanage


Re: Cours N°7 - ...

Message par : Nyx Spero, Jeu 18 Mai 2017 - 11:36


Réplique rendue,
Sourire narquois affiché,
Petit Aigle s’envolant.


Nyx retourna calmement à sa place, en remerciant Mered d’un simple sourire. La parole était une chose assez compliqué le matin. Normalement, elle devrait être dans son lit à cette heure-ci, ou en train de rentrer en douce. Mais, sûrement pas assise sur une chaise, derrière un banc de cours. Le professeur n’était même pas présent. Alors pourquoi devait-elle être présente ? Elle hésita vraiment à sortir de ce cours. Toute façon, ce n’était pas la première fois qu’elle séchais. Un de plus ou de moins…

Nyx était toujours dans ses pensées. Cinq élèves venaient d’arriver. Elle ne les connaissait pas. Enfin, en regardant mieux, elle en reconnu un seul. Un préfet. Galway. En apparence, on dirait vraiment un petit élève modèle. C’était un préfet, normal. Il finit par prendre place à côté d’une fille qu’elle n’avait jamais vu. Derrière eux se trouvait Ellana avec son amie. Nyx observa un petit moment la verte et argent. Même de dos, elle n’avait pas l’air en forme. Mais, personne ne pouvait être en forme à cette heure-ci après tout. Il ne fallait pas être humain, tout simplement.

Quelques minutes passèrent. Nyx commençait vraiment à s’ennuyer. Et ce qu’elle venait de fumer, n’arrangeait rien. Elle voulait juste recopier le préfet des Pouffy. Non pas être venue en pyjama, non. Elle ne se présenterait jamais en pyjama. Elle avait une certaine classe à garder. Mais, elle voulait dormir tranquillement comme lui. Seulement, impossible sur de tels bancs. Nyx soupira. Et regarda ensuite le préfet parler avec la personne qui se trouvait à côté d’Ellana. Sourire au coin.

- Oh oh oh ! Tiens tiens, Hey oh le petit préfet !

Effet de la drogue ou pas, Nyx n’était qu’à quelques bancs du petit groupe. Elle se leva ensuite, et marcha jusqu’à arriver à hauteur de Galway. Elle lança un petit regard à Ellana, accompagné d’un petit sourire au coin, avant de se focaliser sur le préfet de sa maison.

- Ça f’sait longtemps dis-moi !

Elle marqua une petite pose, avant de reprendre :

- Sympa ton uniforme !

Se faire discrète ? Non elle ne connaissait pas vraiment. Surtout pas en cours. Puis il était vrai qu’elle ne l’avait pas revu depuis l’épisode du Lac. Elle prit une chaise à côté, avant de s’assoir en pleins milieu à côté du petit groupe. Ils devaient sûrement la prendre pour une folle, mais ce n’était pas important. Si elle ne faisait rien, elle allait s’endormir, alors t’en cas faire s’amuser un peu. Elle secoua une main devant Galway. Puis elle lui tira sa cravate.

- Est-ce que tu m’entends ? Hey oh ! J'te préferais sans, je dois te l'avouer, dit-elle moqueuse en faisant une petite pause avant de reprendre. J’vous sens moyen là, vous avez pas l’air en forme, dit-elle en s'adressant à toute la table.

Elle marqua une nouvelle pause, avant de gueuler dans la classe :

- Aller, on se réveiller ! Hey oh !

Une classe de zombie. Voilà l’impression qu’elle avait. Fallait bien que quelqu’un fasse quelque chose. Personne n’agissait, alors elle a pris les devants. Le professeur se faisait désirer pour ne pas changer. Alors, au tant s’amuser un peu avant.
Revenir en haut Aller en bas
Merry K. Harper
avatar
Gryffondor
Gryffondor
Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Re: Cours N°7 - ...

Message par : Merry K. Harper, Jeu 18 Mai 2017 - 12:38


Merry s'étonnait elle-même d'être aussi en forme ce matin là. Il était vraiment très tôt et malgré son levé en fanfare par son sublime réveil qu'elle adorait temps, la rouquine se sentait en forme. Elle s'était donnée un coup de pied au c*l afin d'être dans de bonnes dispositions pour assister au premier cours de la journée. Cours de métamorphose, cours important dans lequel elle se sentait à l'aise et grâce auquel elle pouvait rattraper ses mauvaises notes dans les matières où ça n'allait pas du tout. Comme la divination par exemple. Ce cours était une catastrophe pour elle, elle ne parvenait pas à s'en sortir. C'était presque impossible. Elle ne comprenait pas, n'arrivait vraiment pas à assimiler les choses qu'elle étudiait en cours. Contrairement à sa première heure de ce matin où elle savait d'avance qu'il ne lui ferait pas longtemps pour bien tout comprendre. C'était comme ça.

Arrivée dans la salle de cours après s'être préparée pour sa journée et avoir ingurgité assez de choses pour tenir la matinée jusqu'au déjeuner, Merry s'était installée sur une chaise à côté de quelqu'un qu'elle n'avait pas tout de suite remarqué sur le coup, s'intéressant à ce que le prof avait noté au tableau. Une énigme, comme toujours. C'était habituel maintenant, ce n'était même plus une surprise. Ca faisait travailler les méninges avant le début du cours et c'était bien pour se mettre dans le bain. Même si à cette heure-ci, la lionne doutait que tout le monde puisse réfléchir et raisonner de manière censée. Même elle qui était en forme ne se sentait pas d'aller jusqu'au bout de ses réflexions. Du moins, pas toute seule. C'est à ce moment là qu'elle s'était dit qu'elle allait se saluer auprès de sa camarade. Qui n'était autre qu'une fille de sa maison qu'elle connaissait vaguement de vue. Mais elle avait l'air gentille. Alors une conversation démarra bien vite.

- Salut, oui c'est ça et toi c'est Merry si je ne me trompe pas. Je ne savais pas que tu avais cours avec moi ce matin c'est cool... Evan et ses énigmes... J'y comprends rien et j'ai pas envi de réfléchir... Sept heures du matin c'est juste sadique.

- Yep, moi c'est Merry ! Ouais, les énigmes du prof sont un peu tordues parfois... à une heure pareille c'est compliqué de bien raisonner je pense. On verra bien de quoi il en est. Même si j'ai déjà quelques petites hypothèses.

C'est vrai qu'il était quand même pas mal fourbe et sadique - comme le disait si bien Elina - de leur donner un énigme à résoudre à sept heures du matin. Il y avait mieux à faire en arrivant en cours comme ça. Par exemple se réveiller complètement avant de commencer à étudier. Et là ce n'était pas gagné avec cette énigme qui allait peut être les fatiguer plus qu'autre chose. Enfin, ça réveillait leur cerveau après tout. Et Elina avait l'air d'avoir déjà pensé à certaines choses concernant l'absence du professeur pour le moment. Chose pour laquelle la rouquine était d'accord.

- C'est possible oui, il aime bien nous faire des coups auxquels on ne s'attend pas. Hâte de le voir faire son entrée !
Revenir en haut Aller en bas
En ligne
Lïnwe Felagünd
avatar
Responsable GGryffondor
Responsable G
Gryffondor
Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Re: Cours N°7 - ...

Message par : Lïnwe Felagünd, Jeu 18 Mai 2017 - 16:00


L'estomac grognant depuis quelques minutes déjà. C'était quelque chose qui n'était jamais arrivée depuis... depuis bien longtemps. Evidemment, plus de vingt quatre heures sans manger, ça commençait à devenir compliqué. Même pour un garçon en manque d'envie culinaire total. Quoique c'était peut-être le début de la fin. Le début de la faim. Une maladie qui diminue avec le temps et les remords. C'est les bras chargés de petits toasts, on en comptait sept en tout, qu'il rejoignit ses camarades de classe... dans la classe justement. A sept heures du matin, il était plutôt taré le prof. Et c'était ça qu'il aimait bien chez lui.

L'enseignant aurait sûrement pu avoir sa place à Sainte-Mangouste du côté patient. Lïnwe s'assit là où il y avait de la place, les yeux encore bouffis par quelques tourments et une nuit sommairement agitée. Y'avait déjà pas mal d'élèves ici, qui s'disputaient l'énigme. Une vraie place au marché. On était pas chez Merline et Pascal bordel !

Ne se préoccupant nullement des autres, il s'offrit son petit déjeuner sur la table, vêtu de son pyjamas. Ouvrant son sac et le pot de confiture à la figue fraîche des bois. Ce n'est qu'au bout du troisième qu'il eut une hallucination divine. Un éclairement soudain. Une ampoule volcanique dans la tête. Le regard complètement ailleurs, fixé au tableau. La bouche légèrement entrouverte, la main et son toast tanguant dangereusement devant lui ; réflexion intense. Lavab. Lavab -7... oval... méta... lilas... la... garder... chambre... secrets.


Lïnwe se tape donc un fixe sur le tableau.
Revenir en haut Aller en bas
En ligne
Riri Vacuitas
avatar
Préfet(e)/Serdaigle
Préfet(e)/Serdaigle
Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Re: Cours N°7 - ...

Message par : Riri Vacuitas, Jeu 18 Mai 2017 - 19:05


Ce matin était un cours de métamorphose. C'était pour sa que mon narrateur changerait sa prose. Ou plutôt pour être oririginal, c'est ce qu'il se dit. Alors voilà, aujourd'hui tu te lève et tu as dormis comme d'habitude, endormis, réveillé, endormis, réveillé, endormis et réveillé. Ce cycle se poursuit jusqu’à l'infini et prend fin au petit matin. D'ailleurs tu y es au petit matin, réveillé histoire de prendre ton bain. Il n'est pas tard et tu trouve qu'il fait encore un peu noir dans ce dortoirs que tu traverse en oubliant ta paresse pour envoyer tes fesses dans le bain. Une fois rafraîchis et bien lavé ce n'est pas fini puisque ça ne fais que commencer. Tu es vêtus de ta tenus d'étudiant comme avant puisque c'est la tenue indiqué dans le règlement. Puis aujourd'hui tu n'as pas la tête à penser autrement. Alors tu l'as remise bêtement, puis tu l'aime bien ce vêtement, apparemment.

Maintenant tu dois descendre les escalier interminable de ta tour. Tu te demande si un jour ils inventeront un système pour ne pas avoir à parcourir plusieurs fois le tour de cette tour afin de la monter ou de la descendre. Tu arrête de te méprendre dans tes pensés, tu dois être concentré, il serais dommage de louper une marche, ça ferais tâche si tu tombais. Mais il n'y a que toi qui t'en voudrait. Après tout tu es préfet, faut bien être parfait ? En tout cas en apparence, mélangé à ta méfiance sans transparence. Mais tu n'y pense pas trop, puisque ça ne te préoccupe pas réellement, c'est plutôt les autres qui ont un gros ego et veulent à tout prix être beau et haut dans ton estime. Enfin, pour ceux qui cherchent plus loin que le prisme sociale que tu es. Nombreux sont ceux qui ne comprendrons pas la phrase précédente, mais combien d'entre eux te lira vraiment ? Ce n'est pas important, continue de descendre comme un enfant obéissant à la demande de son professeur. Il faut être à l'heure, il faut faire semblant d'être de bonne humeur. Non, semblant d'être présent c'est déjà bien. Les événements passé ne sont pas effacé et toujours vivant dans ton esprit fermé. Mais tes nuits ne sont pas pour autant agité.

Te voilà désormais tout en bas, t'espère que la journée ne sera pas ennuyante à mourir, déjà que c'est la finalité de la vie. T'y pense pas trop et tu continue de traverse le château. Aujourd'hui c'est le cours d'Evan, t'aime bien son cours à cet âne (pour la ririme). Tu repense au premier cours que tu as fais avec lui, c'était pas gagné. Alors tu repense à ton intégration dans cette école, elle s'est mieux passer que dans l'autre destination. Mais au fond t'aime pas trop ce genre de réflexion. Puisque tu es intégré sans pour autant être réellement accepté. Mais ça on y reviendra plus bas dans ce RP pour ne pas trop perturber la ligne narrative.

Tu finis par arriver enfin devant la porte de la salle de classe. Toujours à sa place, c'est vrais, pourquoi aurait-elle bougée ? Elle n'a pas de jambe comme à dit l'autre. Alors tu rentre dedans, la cape volant tout en suivant tes pas. Tu t'arrête juste après être rentré, histoire de trouver une place libre. Tu vois qu'il y a des gens jamais vus. Alors ton narrateur les nommes comme ça il est sur qu'ils liront cette partie de son RP. Il y a Nyx, Elina, Katerina, Aria, Aoi, Lina, Mered … A l'aide, tellement de nouveaux, tu ne sais pas quoi faire avec ce troupeau d'inconnus et potentiellement d'ignorant. Mais ça tu t'en fiche réellement. Il y a des visages plus connut que tu nomme pour les mêmes raisons. Ellana, Liskuvo, Azaël, Alexander, Anna, Galway, Temperence, Merry et Lïnwe. Puis tu vois aussi ta nouvelle collègue, c'est Mary, t'espère qu'elle sera à la hauteur et qu'elle t'abandonnera pas en un quart d'heure. Puis tu as l'habitude de gérer les choses en étant seul. Mais comme tu es selon ce qu'il se dit, dark, trop mystérieux et autre jugement impétueux qui te font relever les yeux. Du coup, tu vas t’asseoir à une table, tout seul, ta pas la tête à parler toute façon, ta pas envie de socialiser. Alors tu vas t’asseoir mais en passant tu patpat amicalement la tête de Lïnwe. Tu l'aime bien sans trop savoir pourquoi. Puis tu fini par arriver à ta place, tu regarde personne, tu pose ton sac qui fait un bruit qui résonne un peu. Les bras croisé sur la table et le regard plongé dans le creux qu'ils laissent. Tu fini par relever le regard a tout hasard. Tu es dans tes pensé, tu es seul comme souvent, tu es mieux tu sais pas, tu es dans les cliché attribué alors t'espère que ça amènera à réfléchir certain. Ta phrase na pas trop de sens, mais ce n'est pas grave, rien n'est grave. Donc t'es pas vraiment d'humeur mais tu ne sais pas pourquoi, t'es là puis c'est tout. Tu vois l'énigme, tu sais pas trop si ça en est une. Mais connaissant le prof ça l'est très certainement, simplement elle n'est pas sur son support habituel.

Tu les aimes bien ses énigmes, tu en as résolut certaines, tu n'as plus besoin de prouver ton intellect. Mais tu y reflechie un peu. Tu te dis que c'est peut-être l'énigme elle même la solution, mais ça peut aussi avoir un lien avec son support habituel qui est vide. Ça peut également être la conscience mais à ce moment là c'est plus poétique et ta pas envie de développer puisque ton humeur est pathétique. Mais c'est hypnotique. Bref, ce matin tu es renfermé sur toi même, tu ne sais pas si quelqu'un avide d'ouvrir les gens viendra se présenter gaiement comme se fut le cas précédemment. Ce n'est pas très important pourtant. Enfin bon, le RP de ton narrateur se fini là, et avec, ce style de narration pas banal puisqu'en réalité, il n'aime pas écrire de cette manière, alors c'était la dernière.
Revenir en haut Aller en bas
En ligne
Rachel Ester Pasca
avatar
Serpentard
Serpentard
Spécialité(s) : Permis de Transplanage


Re: Cours N°7 - ...

Message par : Rachel Ester Pasca, Jeu 18 Mai 2017 - 20:28


Ester traînait des pieds. Dormir peu elle en avait l'habitude, mais depuis quelques jours son esprit avait trouvé une toute nouvelle forme de torture. La verte ne dormait en effet que très peu durant la lui, cauchemars, insomnies, crises de paniques, les raisons étaient nombreuses. Pourtant depuis quelques jours, une semaine tout au plus, Ester trouvait bel et bien le sommeille, à l'heure exacte où sa pierre de réveille s'allumait pour la tirer du lit. Malédiction.

La métamorphose était pourtant l'une de ses matières favorites. Sans doute à cause du professeur d'ailleurs, mais ce matin elle se serait bien abstenue de venir en cours. Allez savoir pourquoi elle n'avait pas sécher. Oui d'ailleurs elle aurait dut. Néanmoins, et à défaut de faire perdre des points à sa maison, l'étudiante avait décider de rester en pyjama. Leggings noir et débardeur bleu clair avec une sorte de tête (les yeux et le bec) d'un oiseau à lunette, elle n'avait au final même pas jugé bon de se brosser les cheveux, se contentant de les aplatir un peu. Ester savait néanmoins que personne ne remarquerait rien, sauf peut-être des gens de sa maison qui l'avait déjà vu ainsi.

En parlant de gens de sa maison, il y en avait une que la verte trouvait particulièrement bruyante ce matin. Ainsi, et alors que la sorcière était accueillit dans la salle par les beuglements de Nyx, Ester ne put s'empêcher de s'exprimer.

- Nyx ferme-là ou je te fais taire de force p*tain !

Ce n'était pas des paroles en l'air, Ester espérait que son amie l'ait compris. Un regard vers elle pourtant et la dernière année su avec certitude qu'elle avait un peu abuser... Si tôt ? Ester secoua simplement la tête en signe de contestation, elle voulait bien être ouverte mais il y avait des limites. En réalité, voir Nyx dans cet état de si bonne heure la mettait presque en colère. En colère parce que désormais elle ne pouvait s'empêcher de s'inquiéter. Elle s'inquiétait, mais ne se sentait pas en mesure de l'aider en ce moment. Donc ça l'énervait.

D'un coup d’œil, elle repéra les affaires de la belle Nyx avant de se diriger vers cette table et de s'y asseoir. En signe de bonne volonté, elle tourna la tête vers elle pour lui sourire avant de faire mine de s'endormir sur sa table et de ronfler. P*tain ce qu'elle pouvait être fatiguée aujourd'hui... Elle espérait juste que le cours ne serait pas trop mouvementé, qu'Evan n'ait rien prévu de trop... physique. Quoi qu'il semblait bien aimer ça, sans mauvais jeu de mot. Ester releva alors la tête en baillant avant de faire une grimace de fatigue. Tien... C'était quoi ce mot au tableau ?

"On peut ne pas me voir en sachant que je suis là
Je garde ce qu'aucun garde ne saurait mieux garder que moi
Je suis là où l'on regarde, mais où jamais les yeux ne se posent
Si on m'ignore, je vous ignore aussi
Je n'ai rien à voir avec la Métamorphose, mais la Métamorphose est tout ce que je suis !
Qui suis-je ?"


Un instant, Ester eu envie de crier que la réponse était "Evan" lui-même, néanmoins elle se rendit vite compte que tout ne collait pas. Déception intense. Cela aurait été tellement drôle. Alors, et sans vraiment cherché à en savoir plus, connaissant néanmoins le goût d'Evan pour les énigmes philosophique sur le vie, la verte décréta intérieurement que la réponse était "le savoir". Et elle retourna à sa nuit.
Revenir en haut Aller en bas
En ligne
Temperence Black
avatar
Maitre de JeuSerpentard
Maitre de Jeu
Serpentard
Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Re: Cours N°7 - ...

Message par : Temperence Black, Jeu 18 Mai 2017 - 23:44


LA de Lïnwe accordé
Les élèves arrivaient avec lenteur et la brunette les ignorait avec aisance, préférant porter son attention à l’énigme du tableau. La seule personne qui réussit à la faire sortir de ses réflexions fut sa voisine. Ellana. La blondinette du cours de DCFM. Temperence n’allait pas l’oublier de si tôt la blonde emplie de mélancolie et de tristesse.

Ainsi la blonde venait lui demander de l’aide. Pourquoi refuser ? après tout, Temperence aussi ramait avec cette énigme loin d’être simple. Elle avait beau être éveillée, son cerveau, lui, ne demandait qu’un peu de repos ou un truc pouvant lui permettre de fonctionner correctement. La poire du petit-déjeuner ne suffisait donc pas à la brunette qui avait loupé le soupé de la veille au soir. Tant pis, elle avalerait un bonbon durant le cours histoire de ne pas déconnecter trop tôt puis elle irait manger le midi.

« Hum... sincèrement, je ne sais pas vraiment quoi penser de cette énigme. Je le trouve bien difficile à faire un matin alors que le soleil pointe tout juste le bout de son nez... »

Temperence écoutait sa camarade avec toute l’attention du monde. Le but était de trouver la solution alors elle tâchait de réfléchir sérieusement sur le travail demandé, qu’importe la difficulté. Temperence espérait que la blonde aurait plus d’idée qu’elle à l’instant précis. Temperence avait l’impression de patauger dans un lac profond, d’avoir la tête sous l’eau et de ne voir que du noir. Du noir partout autours d’elle. Et elle, elle nageait. Elle nageait dans une direction inconnue, ne sachant si elle allait vers les abysses ou vers le ciel.

La blonde cherchait. Elle proposa que la première réponse pouvait être le silence. C’était une idée pertinente et la brunette acquiesça d’un sourire, notant l’idée sur un coin de son parchemin. Tandis qu’Ellana se penchait sur le second vers de ce poème en prose, Temperence, elle, cherchait un élément commun à chaque vers.

« Je pense qu’on devrait faire une liste de solution pour chaque vers et trouver par la suite ce que chaque vers a comme solution commune. On ne peut voir le silence tout en sachant qu’il est là mais il en est de même pour la peur, pour l’amour, pour chaque sentiment ou pour chaque chose imagée comme la justice, la morale,... »

Temperence avait l’impression que les paroles qui sortaient de sa bouche étaient à peine compréhensibles. Elle tourna la tête à l’entrée d’un nouvel arrivant qu’elle reconnut aussitôt à sa frimousse couverte de tâches de rousseur. Galway. Un des charmants préfets de sa maison. Le garçon était de bonne humeur et cela était plaisant à voir.

« Salut vous deux ! Hey, j’ai lu ce matin qu’il faisait 17 degrés à Paris, 22 à Marseille et 15 à Bordeaux, et aussi qu’on fêtait les Eric en France. Tu as de la chance de pouvoir revenir dans un pays ensoleillé pour les vacances Temp’, en Irlande il pleut trois cent jours dans l’année. »

Temperence lui lança un sourire amusé. La petite intention qu’il venait de lui porter faisait chaud au cœur. La température des différentes villes de France ne l’intéressait pas réellement mais elle était contente quand même. Contente qu’une personne ai le courage de rompre la monotonie de ce début de journée.

« Bonjour Galway » Un sourire aux coins des lèvres. « Je vais te dire un secret Gal’, il n’y a pas qu’en Irlande qu’il pleut autant mais si tu veux passer un petit séjour sous le soleil de France, n’hésite pas à me demander, je serais ravie de te servir de guide ou de traductrice. » Nouveau petit sourire et ventre qui émet un petit gargouillement que seul une ouïe fine aurait pu entendre.

Les joues couleur porcelaine de la brunette se teintèrent d’un rosé léger. Finalement, elle irait peut-être faire un passage éclair dans la grande salle en prétextant une envie pressante d’aller aux toilettes quand Evan serait là.

Nouvel arrivant dans la salle. Un sourire se dessine sur le visage de la brunette. Lïnwe. Ainsi lui aussi suivait le cours et lui aussi était si bien éveillé qu’il en avait gardé son pyjama. Cette classe ne rimait à rien. Entre le préfet des jaunes toujours en pyjama, comme Lïn’, Azaël habillé de son uniforme où seul la cravate manquait pour le faire paraître élève modèle et sa voisine de table qui avait choisit de ne pas s’encombrer de chaussures. Le monde à l’envers dans cette classe où rien ne semblait suivre les règles de base.

La faim au ventre, la brunette s’excusa auprès de Gal’ et d’Ellana pour se diriger vers la table du blondinet où étaient disposés quatre petits pains accompagnés d’un pot de confiture au goût inconnu.

« Coucou P’tit Loup » Un sourire dans la direction du blond tandis qu’elle se laissait tomber à ses côtés. Le garçon ne semblait toujours pas sorti de sa phase de tristesse quoiqu’à l’instant, il ressemblait à l’un de ces illuminés qui voyait un miracle devant lui.

« Mmhh... Dit Lïnwe, je peux te piquer un toast avec un bout de confiture histoire de pas mourir de faim avant midi ? » Il acquiesça simplement à la requête de la brunette tout en restant dans sa léthargie contemplative.

Temperence attrapa un des quatre toasts et étala une mince couche de confiture à sa surface, prenant soin de faire en sorte que la matière collante ne s’échappe du petit morceau de pain. Contente de sa tartine faite à son image, Temperence remercia le blond d’un sourire et d’un baiser sur la tempe avant de se relever et de lui ébouriffer les cheveux en retournant à sa place, aux côtés d’Ellana.

Temperence croqua une première fois dans le toast recouvert de confiture à la prune avant de le poser sur la table aux côtés de ses notes.

« Et si c’était l’obscurité la réponse à cette énigme ? Je trouve que ça colle plutôt bien... »
Revenir en haut Aller en bas
Ellana Lyan
avatar
Préfet(e)/Serpentard
Préfet(e)/Serpentard
Spécialité(s) : Permis de Transplanage


Re: Cours N°7 - ...

Message par : Ellana Lyan, Sam 20 Mai 2017 - 9:42


LA de Nyx

Ma camarde verte semble plutôt être d'accord avec moi pour s'entraider au niveau de l’énigme et je lui en suis reconnaissante, si elle avait refuser je ne suis pas sûre que mon cerveaux aurait tenu seul la réflexion qui s'imposait à cette situation mais soit. Puisqu'elle veut bien m'aider alors je vais en profiter. Elle me fait part de son point de vue en me proposant une méthode de recherche qui sans être la plus facile me semble tout de même logique et plausible. Je m’apprête à lui répondre quand soudain un visage que j'ai déjà aperçu plusieurs fois sans jamais lui avoir vraiment parler s'insinue dans la discussion. Notre préfet ainsi que le seul valable à mes yeux étant donner le peu de confiance que je porte encore à Peter, adresse la parole à la jeune fille qui me sert de binôme pour l’énigme en me saluant par la même occasion. Il énonce la météo de divers endroit de français avant de se plaindre de la pluie d'Irlande. Amusée je tourne la tête vers lui tendis que Temperence lui répond qu'elle veut bien lui faire visiter la France ensoleillée. Je te comprend Gal', tu sais en Belgique on a aussi l'habitude de la pluie… D’ailleurs Temp' si tu prépare une expédition à la découverte de la France, n'hésite pas à me prévenir, je parle la langue mais je n'ai jamais eu la chance de visiter ton pays…

Et puis il faut aussi dire que ça m'arrangerait étant donné que je n'ai absolument pas l'intention de rester chez moi ces vacances ci, du moins pas si père ose encore lever la main sur moi. S'en est fini de se faire ainsi torturer pas ceux qui se disent mes parents, s'il recommencent c'est moi qui m’enfuirais, le plus loin possible d'eux. Je m’apprête à ajouter quelque chose mais tendis que Temperence fuit vers Lombrère que je n'avais jusqu'à alors pas encore vu, un visage que je ne connais que trop bien se dirige vers nous. Mon regard reste un instant fixé sur le petit lion avec qui j'ai pu partager une nuit alors que les murs tentais de se refermer sur moi pour m'étouffer puis se redirige, glacés pour la jolie serpentard qui vient de faire son apparition. Elle parle fort, crie aussi, puis tire une chaise pour se retrouver au milieu du petit groupe qui s'est doucement formé et je lève les yeux au ciel.

Exaspérée de son attitude, je l'entends gueuler comme si sa vie en dépendait, mais elle attends vraiment qu'on la démonte ou qu'est-ce qu'elle imagine ? Une voix se fait bientôt entendre par dessus celle de la fouteuse de trouble pour lui intimer l'ordre de se taire ce que j'approuve avec vigueur. Nyx, tu fais clairement ch*er ! Les bancs c'pas fait pour les chiens. Je me lève lui immobilisant la nuque d'une main je chuchote à son oreille. T'fais pas ch*er parce que si tu nous fait perdre des points moi je m'arrange pour que tu ne soit plus en état de quitter l'infirmerie… Puis s'il te faut une raison supplémentaire de fermer ta grande gueule, si t'es gentille t'auras peut-être un bisou. En attendant tu vas être aussi calme que l'autre fayot là. Main qui désigne Azaël. Puisque une autre verte s'est déjà chargée de prendre les affaires de Nyx, je décide de lui remettre le colis à côté d'elle. Doigts toujours serré sur son cou, je l'oblige à se lever et attrape de l'autre main la chaise sur laquelle est s'était assise avant de déposer cette dernière à côté de Rachel. Puis sans la moindre douceur, je l'assied brutalement sur sa chaise et sourit à la vert et argent qui à ramasser ses affaires. Je te confie cet… élément perturbateur… Je crois que tu sais mieux gérer que moi. Petit sourire et je retourne à ma place.

M'asseyant je soupire bruyamment. Qu'elle ch**use celle là… À son tour, ma camarade revient, un déjeuner entre les doigts et me propose une nouvelle solution. Je lis la liste des indices. Ah mais oui ! C'est fort possible ! Je tourne la tête vers notre préfet. Tu as trouvé quelque chose toi ?
Revenir en haut Aller en bas
Nyx Spero
avatar
Serpentard
Serpentard
Spécialité(s) : Permis de Transplanage


Re: Cours N°7 - ...

Message par : Nyx Spero, Sam 20 Mai 2017 - 12:15


Nyx était plutôt déçue. Il n’y avait pas eu beaucoup de réactions. Tout le monde semblait dormir. Personne ne semblait être en forme. Ce qui pouvait se comprendre parfaitement. Cependant, elle s’attendait quand même à quelques mouvements de leur part. Nyx avait un peu les yeux éclatés elle aussi d’ailleurs. Mais, pas pour les mêmes raisons. Elle en était pas fière pour le coup. Elle aurait pu arrêter de fumer directement, et la jeter. Cependant, la tentation était beaucoup trop forte. Fumer de bon matin, ne la gênait pas plus que ça. Ni même avant les cours. Elle avait pris cette vilaine habitude.

Une voix qu’elle connaissait très bien raisonna derrière elle. Son amie. Qui ne paraissait pas en forme elle aussi. Décidément… Nyx lui fit un sourire en guise de réponse face à sa réplique des moins sympathique. Elle avait très bien compris. Elle n’en voulu pas à Ester de lui parler ainsi. Elle savait très bien ce qui se cachait derrière tout ça. Elle observa Ester se diriger à côté de ses affaires avant qu’une autre personne prit la parole. Surprise. Le Petit Ange s’était réveillé de son profond sommeil. Sa main immobilisant la nuque de Nyx. Des murmures à son oreiles. Sourire aux lèvres. Plutôt amusée par la Verte et Argent, décidant de la laisser agir à sa guise. « […] Si t’es gentille t’auras peut-être un bisou. […] ». Nyx eut un rire. Un bisou ? Elle pouvait prendre bien plus que ça si elle le souhaitait à la petite blondinette et celle-ci le savait très bien.

Des menaces. De douces menaces sortant de sa bouche. Disant de rester sage comme le garçon fort sympathique se trouvant derrière Ester. La blondinette ramena Nyx à sa place, la forçant à se lever, doigts serrant toujours son cou. Doux réveil pour elle. Elle s’adressa à Ester. « Faux pas ma jolie » pensa-t-elle. Un sourire narquois passant sur les lèvres de Nyx. La blondinette repartie sagement à sa place, la suivant du regard.

- Drôle de surprise. Je ne pensais pas que tu allais te pointer ce matin. Mais bon… je suis quand même contente que tu sois là, dit-elle en direction de son amie

Nyx avait *enfin* arrêté de gueuler. Elle avait repris son ton habituel avec son amie. Ensuite elle reprit la parole :

- Drôle d’énigme au tableau hein ? Monsieur le professeur écrit-il souvent des devinettes sur lui ? Enfin, comment peux-tu le savoir après tout, ce n’est pas comme si tu avais une relation… spéciale avec lui.

Ton moqueur. Petit rire. Nyx savait que son amie allait la tuer après ça. Surtout de bon matin. Mais, elle était toujours présente pour l’embêter. Une petite manière pour lui montrer son affection. Ensuite, Nyx tourna son regard vers Ellana. Sourire au coin. Regard voulant tout dire. Elle reprit ensuite la parole, regard toujours en direction de la blondinette :

- Dis-moi… un peu d’amusement avant que Monsieur Evan arrive, ça te dit ?

Sourire au coin.
Regard menaçant.
Complicité avec une amie.
Baguette prête…

Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé

Re: Cours N°7 - ...

Message par : Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas
Page 2 sur 4

 Cours N°7 - ...

Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4  Suivant

Permission de ce forum:Vous pouvez 
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Harry Potter 2005 :: ~¤~ Académie de Poudlard ~¤~ :: Cours :: Métamorphose-

L'univers d'Harry Potter est la propriété de la Warner Bros ainsi que de J.K Rowling.
Tous droits réservés sur ce site ©Copyright HarryPotter2005. Affichage optimisé sous Firefox.