AccueilPortailFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Harry Potter 2005 :: ~¤~ Académie de Poudlard ~¤~ :: Cours :: Etude des Moldus
Page 3 sur 4
Cours n°5-EDM : "Un cheval ! Mon royaume pour un cheval !"
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4  Suivant
Temperence Black
Maitre de JeuSerpentard
Maitre de Jeu
Serpentard

Re: Cours n°5-EDM : "Un cheval ! Mon royaume pour un cheval !"

Message par : Temperence Black, Lun 12 Juin - 14:49:44


Assise convenablement à sa place, Temperence attendait que le cours débute et l’attente fut rapide. Elle n’eut pas à attendre plus de cinq minutes avant que l’homme ne prenne place devant tous les élèves plus ou moins dissipés. Lentement, il commença à donner les premières directives de ce cours qui promettait d’être intéressant.

« Le premier exercice consiste à être l'un de ses personnage de Walt Disney. Vous avez le doit de trouver cela étrange voire très stupide, mais on peut faire ainsi le rapprochement avec le théâtre : exprimer vos sentiments. Cela est une première approche qui peut vous aider pour la suite du cours, car nous allons transformer l'univers de Shakespeare !  L'univers de Walt Disney n'est qu'un moyen de constater que le théâtre est certes régit par certains codes mais qui ne sont pas intangibles. Vous comprenez par la suite. Vous devez tout d'abord piocher un nom dans l'urne puis prendre la fiche correspondante. N'oubliez pas d'inscrire vos rôles et personnages sur le tableau. »

sans s’en rendre compte, le professeur venait de perdre Temperence. La brunette connaissait des compte mais elle ne connaissait pas tous l’univers de Walt Disney. Elle avait lu dans un quelconque livre sur les moldus que Walt Disney était un dessinateur légendaire à l’origine de beaucoup de film d’animation mais si elle avait lu les livres, elle n’avait jamais vu les films d’animation. La brunette choisit alors de se lever et se suivre ses camarades qui piochèrent des bouts de papiers pour connaître qui ils allaient jouer. Temperence se rassura lorsqu’elle vit des fiches posées sur le côté. Il avait pensé à tout le professeur excentrique.

La main tremblante, le regard concentré et les doigts agiles, Temperence plongeât sa main dans l’urne pour en sortir un petit morceau de papier plié. Le papier en main, elle l’ouvrit et découvrit un nom dessus alors, elle se saisit immédiatement de la fiche correspondante et dégageât le passage pour permettre aux autres de tirer tandis qu’elle allait devoir lire la fiche explicative et s’imprégner de son personnage. Avant de déserter totalement, la brunette prit soin d’attraper le crayon et de noter sur le tableau tout ce qu’il y avait à savoir sur elle et son personnage.

Temperence Black, rôle n°1, Abu

Abu.
Génial, elle se retrouvait avec un rôle de singe. « Ce singe agile, espiègle et kleptomane apprécie aussi bien les bijoux et autres objets de valeur que les pommes ou le pain. Vêtu d'une petite veste et d'une toque, Abu est un compagnon fidèle. » La brunette ferait avec et merlin seul savait ce qu’un esprit comme le sien pouvait bien inventer pour faire en sorte que ce petit singe à l’allure adorable se transforme en véritable méchant.

Numéro de rôle : 1
Personnage : Abu


La fiche lue, Temperence ferma les yeux et essaya de se concentrer pour s’immiscer dans son personnage quand Aysha, son adorable collègue stagiaire chez le vendeur de baguette vint s’attaquer à elle avec conviction.

« Dis-moi, je ne te connais pas, mais regarde moi. Regarde autour de toi. Tout ne serait-il pas mieux si chacun faisait la paix ? Tu n'es pas d'accord ? Je sais que tu as un passé difficile, mais la méchanceté n'est pas un refuge. Il faut que tu laisses parler le gentil qui est en toi, tu serais tellement plus heureux. Crois-moi, ce n'est pas une fatalité. Si tu crois en toi, tu peux t'en sortir. »

Mouvement de recul et sourcil froncé. Le regard teinté d’espièglerie, le femme jouant le singe eut un sourire et porta ses mains à sa veste. D’instinct, il tapota ses poches pour être sûre que personne ne lui avait volé ce qu’il venait de dérober dans une échoppe quelques instant auparavant.

« Laisse moi donc tranquille mon petit robot, ne vois-tu pas que j’ai autre chose à faire que de souffrir de tes lamentations ? Va donc jouer tranquillement pendant que je fais mon travail veux-tu. »

La démarche légèrement chaloupée et sautillante, il s’enfuit à la recherche d’une âme à pervertir au mal quand il eut un moment d’illumination. Il se stoppa dans sa course et un sourire fourbe apparut sur son visage. Il fit demi-tour avec prudence et s’approcha lentement du robot infernal en prenant une moue désolée.

A cet instant, le regard du petit singe brillait avec une lueur de pardon. Un véritable acteur maniant ses sentiments avec dextérité. Ce fut la larme à l’œil qu’il s’approcha du robot étrange.

« Monsieur le robot, j’ai bien réfléchi et... aidez moi... aidez moi à devenir un gentil Abu.. . »

Il baissa alors la tête et le sourire carnassier revint sur son visage. Abu allait devoir jouer avec la manipulation pour faire de ce benêt robot une créature barbare qui marcherait dans ses rangs. Abu releva alors le regard vers Buzz et, avec ses yeux de chien battu aussi faux que le nez rouge des clown, il essaya de charmer le robot pour en faire sa marionnette du mal.      
Revenir en haut Aller en bas
En ligne
Aysha Brayd
avatar
Serdaigle
Serdaigle
Spécialité(s) : Permis de Transplanage


Re: Cours n°5-EDM : "Un cheval ! Mon royaume pour un cheval !"

Message par : Aysha Brayd, Lun 12 Juin - 16:38:58


Temperence ne se fit pas prier, et sembla se plonger rapidement dans son personnage. Jetant un coup d'oeil au tableau plus tôt, Aysha avait vu que sa collègue devait jouer le rôle d'Abu dans "Aladin" et que c'était le méchant de l'histoire. Plutôt original comme association, au moins aussi incongru qu'un Buzz l'Éclair naïf, pacifiste et romantique. Aysha se replongea donc dans son rôle et arbora avec amusement un air naïf et béa, plein d'espoir.

Abu avait cette lueur maléfique dans les yeux, mais Buzz lisait au travers de ce regard. Il y voyait les épreuves, mais aussi la gentillesse, profondément cachée, qu'il fallait déterrer. Le singe répondit abruptement :

« Laisse moi donc tranquille mon petit robot, ne vois-tu pas que j’ai autre chose à faire que de souffrir de tes lamentations ? Va donc jouer tranquillement pendant que je fais mon travail veux-tu. »

Buzz secoua la tête avec tendresse, imperturbable. Non, c'était la colère qui parlait à la place de ce jeune singe, qui avait tant à gagner à éloigner cette haine de lui. Il avait tourné les talons, mais fit soudain volte face. Quelque chose dans son regard avait changé. La colère en avait disparu. Buzz afficha un grand sourire.

« Monsieur le robot, j’ai bien réfléchi et... aidez moi... aidez moi à devenir un gentil Abu.. . »

Une larme à l'oeil, plus sincère que jamais, attendrit encore Buzz. Il le savait, tout méchant pouvait devenir gentil. Et Abu était désireux de changer. Il y avait tant de bon en lui, Buzz en eut la gorge serrée. Oui, il était sur le bon chemin.

" Bien sûr, Abu, bien sûr. Cela ne sera peut-être pas facile, mais tu peux y arriver, il suffit de volonté. Tu es quelqu'un de bien, je le sais. Et je vais t'aider."

Buzz posa une grosse main sur l'épaule frêle du petit singe, qui était si touchant.

" Tu sais, si il y a bien une chose qui adoucit un coeur comme le tien, c'est ... l'amour ! Tu verras, l'amour règlera tous tes soucis. Tombe épris d'une belle personne et tu le deviendras toi aussi. Regarde autour de toi, il y a bien un gentil qui pourrait ravir ton petit coeur torturé ?"

Buzz avait un espoir immense, il voyait déjà Abu devenir quelqu'un de bien, et enfin, ils feraient ensemble un pas vers la paix.


Aysha réprima un éclat de rire. La scène qu'elle et sa collègue étaient en train de jouer devenait vraiment amusante. Elle avait bien compris que Temperence voulait que son personnage, Abu, dupe Buzz et ne l'entraîne dans sa méchanceté. Et Aysha mettait un point d'honneur à rendre son propre personnage naïf à souhaits pour rentrer dans le jeu de la Serpentard. L'opposition entre ces deux personnages était flagrante et comique. D'ailleurs, il fallait dire que les deux jeunes filles se débrouillaient plutôt bien en matière de jeu théâtral. Leur professeur avait eu une sacrément bonne idée en leur faisant jouer des personnages de Disney sans aucun cohérence avec leur rôle dans le scénario. C'était un exercice plus qu'amusant qui ravissait Aysha.
Revenir en haut Aller en bas
En ligne
Artemis O'Toole
avatar
Poufsouffle
Poufsouffle
Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Re: Cours n°5-EDM : "Un cheval ! Mon royaume pour un cheval !"

Message par : Artemis O'Toole, Lun 12 Juin - 18:40:58


Allez, c’était parti. La curiosité pouvait se lire sur le visage du jeune blaireau, puis comme l’avait Elihya, il n’avait pas besoin d’avoir peur de jouer, ça devrait le faire. Il avait la comédie dans le sang, obligé.
Le jeune professeur prit la parole pour leur expliquer un petit peu en quoi consistait le théâtre. Très large, mais Arty acquiesça à ses paroles. L’échange, c’était ça qui était super important. Il se releva légèrement de son siège, il avait hâte de commencer. Surtout quand Lefebvre fit une allusion aux Walt Disney. Toute l’enfance du jeune blaireau. La construction même de son caractère, de son éducation, de sa vision de la vie venait de ces fameux dessins animés. Il avait donc un grand sourire sur le visage, cet exercice était fait pour lui.
Il ne compris pas tout du premier coup, c’est pourquoi il décida d’attendre un petit peu, et d’imiter les autres. Ce n’est que lorsqu’il se leva pour se diriger vers la petite table qu’il se vit accoster par Dragomir, déjà bien dans son rôle. Arty écarquilla grand les yeux, ça avait déjà commencé. Le Poufsouffle était loin, très loin, il prenait l’irlandais pour une fille. Mais lui n’avait pas encore choisit de rôle. Il pouffa de rires devant l’épée imaginaire de Dragomir, il n’y avait rien d’autre à faire. Il regarda vers le tableau quel rôle s’était donné son camarade jaune. Gaston. Eh bien, belle interprétation du personnage.

- Héé ! Calme tes ardeurs Gaston ! Va plutôt voir… heu … là-bas, tu trouveras plus chaussure à ton pied !


Il avait à peine terminé que Dragomir/Gaston avait déjà choisi une cible et s’en allait. Ouf. Arty n’aurait donc pas à jouer sa naïve dulcinée, tant mieux. De toute façon, c’était pas son rôle.
C’était donc à son tour de s’approcher de l’urne afin de piocher un fameux personnage de Disney. Le cœur battant, il priait pour en avoir un cool quand même, il plongea la main, les yeux fermés. Le jaune & noir attrapa alors un petit papier et garda sa respiration en le lisant.
Mufasa.

Excellent. C’était un personnage qu’il appréciait beaucoup même s’il avait ce petit truc autoritaire qui ne lui convenait pas trop. Mais il aimait son fils, et ça l’amour, Arty, ça le connaît. Et puis bon, le Roi Lion, c’était quand même le meilleur Disney du monde, il n’y avait même pas débat sur ce sujet là.
Le première année se dirigea alors vers le tableau, où il nota le nom de son personnage et le numéro de son rôle, en tant que pacifiste.

Numéro de rôle : 4
Personnage : Mufasa


Il en profita pour regarder sa mission en tant que Pacifiste, désormais, il ne vivrait plus que pour ça. Un mariage. Il fallait qu’il se transforme en entremetteur entre un gentil et un méchant. Ça n’allait pas être du gâteau, surtout qu’il connaissait à peine, si ce n’est pas du tout les élèves incarnant les méchants et les gentils. Bon. Quand faut y aller, faut y aller.
Arty glissa le petit papier dans une de ses poches et prit une grande inspiration, invoquant le Dieu Disney pour incarner au mieux Mufasa.

Mufasa gonfla alors les épaules, il était grand, puissant, il jeta un regard sombre dans la salle. Tout ces petits animaux, qui ne pensaient qu’à se détruire, à garder leur territoire, à rester entre eux, comme si leur meute leur suffisait entièrement. Non, tout cela devait impérativement changer. Lui, le roi de la savane, il avait pour devoir d’apporter la paix dans son royaume. Et la paix ne pouvait se faire que par les liens bénis d’un mariage. Il n’y avait que cette solution là pour que règne une belle entente entre tout le monde, les familles seraient unies par le sentiment amoureux.
Ça n’allait pas être facile, il le savait, sa mission était même plutôt délicate, et il n’était pas du genre à jouer les entremetteurs. Mais il était le roi.

Il se dirigea alors vers le personnage joué par Ellana Lyan. Mufasa le savait, cette personne faisait partie des gens bons, à qui on pouvait faire confiance, et surtout, des gens qui l’écouteraient, lui, en tant que roi des animaux. Sa démarche inspirait le respect, il avançait d’un pas lent, mais totalement décidé.
Mufasa se posta alors devant le personnage et le regarda d’un air pressant. Il semblait inspirer la grandeur mais aussi la bonté, après tout, il n’était pas là pour réprimander qui que ce soit.


- Bien le bonjour, jeune sujet. Je connais ta valeur et je sais comme tu es bon. Ne penses-tu pas qu’il serait temps que tu diffuses ta bonté aux autres ? Que tu inculques tes belles valeurs aux gens qu’on pourrait penser méchants, ou méprisants ? Il est temps de transformer le monde, de le rendre meilleur. Es-tu avec moi ?


Mufasa garda les épaules droites et hautes, et en profita pour secouer sa belle et touffue crinière. Le roi des animaux, en attendant la réponse de son interlocuteur, regardait aussi autour de lui, il balayait du regard la savane, essayant de trouver quelqu’un qu’il pourrait secourir en le mariant avec le personnage d’Ellana. Cet union serait sacré.

Arty avait un peu laissait de côté la partie aimante du personnage pour se focaliser sur la grandeur sur lion. Mais il aurait tout le temps de pousser à l’amour par la suite, si Ellana ne se montrait pas trop réticente à ce jeu. Il est vrai que le jeune blaireau s’amusait comme un fou, jouer un roi comme ça, c’était trop la classe, mais peut-être qu’il n’en était pas ainsi pour tout le monde. Après tout, la comédie pouvait se montrer parfois capricieuse, et il fallait absolument que le comédien soit parfaitement à l'aise.
Revenir en haut Aller en bas
En ligne
Gabrielle Phoenix
avatar
Serdaigle
Serdaigle
Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Re: Cours n°5-EDM : "Un cheval ! Mon royaume pour un cheval !"

Message par : Gabrielle Phoenix, Lun 12 Juin - 19:43:15


Les consignes étaient enfin données. La serdaigle était tendue d’avance, de savoir qu’elle allait jouer avec autant de monde, et improviser en plus. Elle ne se sentait pas à l’aise dans cet exercice. Elle n’aimait pas de ne pas avoir une idée de ce qui allait se passer, de ne pas avoir un élément prévisible auquel se raccrocher. Le cœur battant, elle tira son rôle et son personnage dans la corbeille que faisait passer le professeur.

Rôle : 5, l’indifférent
Personnage : Simba


L'adolescente attrapa la fiche correspondante, mais n’y jeta qu’un regard en biais car elle connaissait bien le caractère du lionceau effronté. Les Disney avaient eu autant d’importance dans son enfance, que les contes de Beedle le Barde. Une enfance aussi bien sorcière que moldue. Elle n’avait pas eu trop le choix pour s’intégrer au milieu de Non-Majs de son école primaire. Et puis, il fallait avouer que les dessins animés c’était quand vachement chouette. Le personnage du Simba lui ressemblait peut-être il y a quelques années, mais il n’était plus trop dans sa nature d’enfreindre les règles. Elle douta cependant que son rôle nécessite un tel comportement. La brunette alla inscrire ce rôle sur le tableau, que le hasard ou bien la narratrice lui avait assigné, comme demandé. Tiens Mufasa avait déjà été tiré, Lefebvre était décidément très malin, quoi de mieux que de proposer des personnages Disney incarnant subtilement ceux de Hamlet. Prénom éponyme d’une des tragédies de ce cher Shakespeare. A bien y réfléchir, Simba n’incarnait pas seulement Hamlet, mais aussi le père de Kiara/ Juliette. Ce n’étaient pas les seules références au dramaturge dans l’univers Disney, ces évidences lui sautaient aux yeux désormais, car elle était en âge d’établir ses rapprochements, ayant acquis quelques connaissances relatives à l’œuvre de l’auteur anglais. Iago, frère d’Othello était également présent, et puis le dramaturge lui-même apparaissait dans les ruelles londoniennes aux côtés de Pocahontas malgré l’incohérence temporelle. Ces films étaient vraiment fascinants. Alors que les premières répliques s’échangeaient, Gabrielle songea à la façon d’incarner son personnage. On lui demandait d’être indifférente. Neutre. Blasée. Cela lui rappelait quelqu’un en particulier. Elle eut un petit sourire amusée en le visionnant, puis tenta de lisser toutes les expressions de son visage pour revêtir un masque de neutralité.

Nullement intéressé par ceux qui peuplaient l’espace, Simba avança d’une démarche assurée pour s’éloigner de l’agitation qui montait. Quand un homme jaillit dans son champ de vision. Gaston de son prénom. Il essaya d’enjôler le félin, en vain. Gaston tournait autour de Simba comme un prédateur. C'était le monde à l'envers, depuis quand les êtres humains rodaient-ils autour des prédateurs?! L'animal roi de la savane arqua un sourcil d'un air méprisant, nullement touché pour ces paroles. C'était l'humain d'ailleurs, qui aurait dû être honoré que Simba posa son regard sur lui, ne serait-ce qu'un infime instant. Il le contourna sans un mot pour aller s’asseoir sur un strapontin, mais… cela n’était pas assez loin des conflits qui l’indifféraient. Agilement, le fauve se redressa sur ce sur quoi il siégeait, souplement il agrippa sur le rebord de l’une des loges qui bordait le parterre pour s’y hisser. Lentement, il s’étira, faisant rouler la moindre de ses articulations dans ses cavités. Puis il relâcha son tonus, se posa tranquillement sur cette hauteur. Il avait découvert un nouveau point de vue, des plus plaisants. Son regard glissait au dessus des têtes, c’était un sentiment agréable que de dominer ces êtres, de ne pas être mélangé à eux. Soupir de complaisance. L’on se sentait tellement mieux seul, sa propre présence était tellement suffisante à l’entretenir. Il n’avait besoin de rien, ni de personne pour apprécier la quiétude de l’endroit. Le revêtement de rebord était bien moelleux sous coussinets. Simba rabattit ses yeux sur ses pattes, elles étaient superbes, puissantes, son poil brillant, cependant ces griffes auraient bien besoin d'un petit polissage! Ooh, ce qu'il n'aurait pas donné la tout de suite pour une bonne platée de larves. Il avait un petit creux au ventre, qui gargouillait. Il était certain qu'en cet endroit, il ne trouverait pas de quoi se faire un met. Tant pis, il détourna la tête, ferma les yeux et commença à compter les antilopes qui sautaient.

Gabrielle songea à la scène qui venait de se passer, à l’interaction avec le jeune inconnu. Impressionnée de voir que le brun gringalet n'avait pas vraiment le physique de son rôle, mais qu'il y osait y aller. Malheureusement pour lui, la jeune fille avait du le rembarrer, chose à laquelle elle n'était pas habituée. Etant à peine rentrée dans son personnage sur l'instant, elle avait presque cru que ces mots flatteurs étaient pour elle.


Dernière édition par Gabrielle Phoenix le Mar 13 Juin - 23:34:47, édité 1 fois (Raison : Oubli de prendre en compte un post précédent)
Revenir en haut Aller en bas
En ligne
Aoi Baskerville
avatar
Serdaigle
Serdaigle
Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Re: Cours n°5-EDM : "Un cheval ! Mon royaume pour un cheval !"

Message par : Aoi Baskerville, Mar 13 Juin - 0:49:55


La prise de parole du professeur tira Aoi de sa lecture et fit se taire les bavardages épars. Levant les yeux vers Mr Lefebvre, la jeune sorcière ne put empêcher à ses sourcils de se hausser. Elle n’avait pas fait attention lorsqu’elle était entrée dans la salle, mais il avait une drôle de dégaine. Il ressemblait trait pour trait à une illustration de Shakespeare que la brunette avait détaillé un instant plus tôt dans son manuel, à l’exception de sa tignasse d’un rouge flamboyant. Allons bon, un original. Aoi se tendit légèrement, cela ne présageait rien de bon quant à la poursuite du cours.

Le professeur fit une petite introduction au théâtre, plus ou moins identique à celle du manuel d’Etude des Moldus, puis commença à expliquer le déroulé du cours. Lorsqu’elle entendit qu’il y aurait peu de théorie, la japonaise hésita entre froncer les sourcils et blêmir. Inquiète, elle attendit la suite. Et ne fut pas déçue. Tout en découvrant une table recouverte de fiches de papier et d'une urne du drap noir qui la recouvrait, le jeune professeur expliqua en quoi allait consister ce premier exercice. L’estomac de la nippone se contracta douloureusement lorsqu’elle comprit qu’elle allait devoir jouer la comédie. Elle ne s’y était jamais essayée et doutait énormément de ses capacités en la matière. Alors que les autres élèves se précipitaient vers l’estrade, la jeune fille tenta de trouver dans son manuel qui diable pouvait être ce Walt Disney. Elle trouva une occurrence à ce personnage dans le chapitre traitant du cinéma. Au fur et à mesure que ses yeux parcouraient les lignes de la biographie de ce Moldu fantasque, la jeune fille se détendit.

Fermant son livre, elle se dirigea d’un pas décidé vers la table pour piocher son personnage. Elle prit le temps de s’emparer de la feuille correspondante, puis d’inscrire sur le tableau, de son écriture ronde, les informations demandées.
Numéro du rôle : 3
Nom du personnage : Vaiana

Sans perdre de temps, elle retourna à sa place et s’empressa de lire ce qu’elle venait de piocher. Son rôle lui arracha un gémissement de détresse. Elle, qui ne connaissait presque rien à l’amour, allait devoir jouer un Don Juan, c’était une plaisanterie de bien mauvais goût. Tandis qu’elle lisait la fiche personnage de la dénommée Vaiana, elle réfléchissait à comment se glisser dans la peau de ce personnage si différent d’elle. Cette petite aurait eu sa place chez les lions, c’était certain. Passionnée, forte, audacieuse, courageuse… Heureusement, Aoi se retrouvait dans certains traits de caractère, comme l’intelligence ou la curiosité. Prenant une grande inspiration, elle avisa une autre aiglonne, Gabrielle d’après le tableau, qui jouait le rôle d’indifférente. C’était parti.


Avec détermination, la jeune fille s’approcha du lion. Levant vers lui un regard plein d’audace, elle l’interpella. Le lion était en train de se reposer, indifférent au tumulte qui agitait la salle. Un défi à la hauteur de la jeune fille. Repoussant ses boucles brunes derrière son épaule, elle se planta sur ses deux jambes et déclama d’une voix forte.

- Simba ! Rien n’égale ta beauté, elle m’éblouit. Ta lumière est telle qu’elle en éclipserait le soleil et toutes les étoiles de la galaxie. J’aimerai tant pouvoir caresser ta soyeuse fourrure.

Reprenant son souffle, la jeune fille prit son air le plus charmeur. Ses prunelles étaient telles de la soie, ses mots coulaient, doux comme du miel. Dardant ses iris sombres sur sa proie, elle reprit.

- Tes ailes d’ange te maintiennent au dessus du commun des mortels. Pourrais-je un jour t’atteindre ? J’affronterai tout pour ton amour ! La nuit est mort sans toi, et ta voix illumine mon chemin dans l’obscurité de mon existence.

Baissant la tête, les mains posées sur le cœur, la jeune fille se tourna, les larmes au bord des yeux. Sa déclaration avait-elle touché sa cible ? Elle l’espérait car elle n’accepterait pas un échec. Ce serait le premier, et ce lion manquait à son tableau de chasse.
Revenir en haut Aller en bas
Temperence Black
avatar
Maitre de JeuSerpentard
Maitre de Jeu
Serpentard
Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Re: Cours n°5-EDM : "Un cheval ! Mon royaume pour un cheval !"

Message par : Temperence Black, Mar 13 Juin - 18:09:00




Temperence sourit, Aysha semblait la suivre dans son improvisation grotesque. Cette pièce à deux promettait d’être amusante, voir un robot benêt dirigé par un petit singe à l’esprit aiguisé. On tombait parfaitement dans le cliché du grand stupide et du petit chef, comme avec les Dalton. Temperence attrapa ses cheveux et les attacha en une haute queue de cheval, un des premiers principe du théâtre, si sa mémoire était bonne, était de pouvoir lire les émotions sur les visages, dans les yeux alors mieux valait qu’elle dégage son visage afin que sa partenaire puisse improviser avec aisance.

Un sourire pour Aysha et Temperence reprit son rôle de petit singe adorable et empli de méchanceté. Il avait une mission.

Il avançait doucement vers le robot à l’apparence étrange. Peut-être n’était-ce pas un robot mais c’est ce qu’Abu voyait. Pour insisté, le petit singe avait laissé couler une larme le long de sa petite joue. Si Buzz se penchait, il pourrait voir cette lueur de fourberie au fond du regard du petit singe mais ce dernier ne semblait pas s’en apercevoir alors, fière de lui, Abu continua son jeu de petit singe malheureux et désireux de se repentir de tous ses pêchés du passé.

« Bien sûr, Abu, bien sûr. Cela ne sera peut-être pas facile, mais tu peux y arriver, il suffit de volonté. Tu es quelqu'un de bien, je le sais. Et je vais t'aider . »

Buzz abattit alors sa grosse main sur la frêle épaule du petit singe qui chancela à ce contact. Abu eut une moue de dégout qu’il masque rapidement en passant sa veste sur son visage, comme s’il essuyait les larmes imaginaires qui coulaient invisiblement le long de ses petites joues creuses. En faisant cela, une petite pièce tomba au sol mais Abu ne put la ramasser avant que Buzz ne se remette à sortir ce que le singe prenait pour un flot de paroles en l’air.

« Tu sais, si il y a bien une chose qui adoucit un coeur comme le tien, c'est ... l'amour ! Tu verras, l'amour règlera tous tes soucis. Tombe épris d'une belle personne et tu le deviendras toi aussi. Regarde autour de toi, il y a bien un gentil qui pourrait ravir ton petit coeur torturé ? »

L’amour. L’amour. L’amour. Ils n’avaient tous que ce mot à la bouche. Ils pensaient que l’amour étaient le remède de tout les maux du monde mais s’ils ouvraient un peu les yeux, ils verraient que l’amour était plus souvent la cause de la méchanceté et non une cure à cela. Ils se prenaient pour des saints, comme si un beau jour une auréole allait leur pousser au-dessus du crâne.

« Peut-être... Monsieur le Robot, vous pensez qu’Abu peut réussir à aimer ? Abu n’aime pas l’amour non non, l’amour c’est méchant et ça fait mal à Abu.... »

Peut-être qu’il exagérait un peu. L’amour ne lui faisait pas si mal mais s’il voulait réussir à ce servir de ce robot comme d’une marionnette, il allait devoir jouer le jeu pour arriver à ses fins.

« Vous savez monsieur le Robot Abu il veut pas aimer, il aime pas les gens, c’est pas beau l’amour. Les gens ils disent qu’ils aiment Abu puis dès qu’Abu il tourne le dos, les gens ils disent qu’Abu est un méchant.... »

Puis voila qu’il forçait le jeu en faisant naître de nouvelles larmes aux coins de ses yeux.

Revenir en haut Aller en bas
En ligne
Madilyn Nebulo
avatar
Poufsouffle
Poufsouffle
Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Re: Cours n°5-EDM : "Un cheval ! Mon royaume pour un cheval !"

Message par : Madilyn Nebulo, Mer 14 Juin - 13:09:07


Une lune renversée, reine des étoiles toute retournée, s'inscrit, beauté éphémère, sur le visage de la fille stellaire.

Bonjour petit Ange, tu veux partager ce cors avec moi ? Je t'en prie assieds toi, je suis heureuse de te voir ici...

Reflet de la nuit, la même lune flotte sur mon visage en symétrie souriante.

- C'est moi, la plus heureuse des étoiles, aujourd'hui... J'ai vu une étoile filante qui pourrait bien être ma lumière... Oui... Oui, partageons ce cours, et sûrement aussi un peu de clarté nocturne.

La poésie s'écoule de mes lèvres en source de mots incontrôlable et je sens mon âme qui est... Intense, dense, soudainement. Ça emplit le cœur, les étoiles... Mais comment le dire ? Comment exprimer la beauté de la naissance rituelle des perles de lumière chaque soir ? Pureté, beauté...
Et puis les mots qui s'écoulent d'elle se dirigent vers ma soeur de nuit. Elle la connaît. La lune rêveuse devient plus large sur mon visage. Deux sœurs lumineuses, réunies en clarté... C'est beau...

Petite étoile...


Et une fois encore, le jeu de reflet agit et son sourire s'élargit. Astre noir et nocturne, lumière obscure, stellaire, lunaire, solaire...
Puis mes yeux se posèrent sur ma soeur, l'autre, celle des rêves. De ses mains elle déchira la fine peau bleue d'un papier, feuille morte abandonnée. Âme de pantin, doigts de fée, la jeune fille, en belle magicienne, fit d'une page une étoile et déposa quelques mots jetés par sa plume sur ses branches.
Etoile, comme la dorée installée à mes côtés.
Je les observais, l'une et l'autre, blasons verts sur leurs robes.
Chevelure d'or stellaire, âme souillée et obscurcie, brunie par des loups démons.
Chevelure d'obscurité nocturne, âme étincelante tâchée de rêves prisons.
Le soleil et l'étoile, l'étoile et le soleil. Eclipse devant mes yeux. Lueurs de poésie.
L'étoile bleue vola jusque dans ma main, étoile légère, étoile de papier et d'encre.
Minutieusement, je la tournais entre mes mains, découvrant des mots formant un message en pétales de fleur d'encre.
Bonheur. Le mien. A disparu.Mais s'amuse. A revenir. Sous. D'autres. Formes. Emprise. Insatiable.
Mes yeux errèrent vers la scène, mon esprit vagabonda.
Ma soeur, arrête, tu n'es plus un pantin...
Moi, de mes mains, j'arrache une feuille violette d'un carnet arc-en-ciel et en fais un oiseau dans plume, mais avec des mots.
Les. Fils. Ont. Été. Coupés. Le. Marionnettiste. Chassé. Tu. N'es. Plus. Un. Pantin. Sois. Libre. Le. Bonheur. Est. Là. A. Portée. De. Mains.
Veuillez vous installez s'il vous plait ! Le cours va débuter
Ce fut la voix du professeur fou, sortie de nulle part, qui me ramena d'entre les songes.
Ce cours qui est plus une animation sera porté sur le théâtre. Comme certains d'autre vous le savent ou s'en doute, celui-ci est très important pour les Moldus. C'est un moyen d'expression, d’échange et de partage qui n'a cessé d'évoluer.
Le théâtre... Oui, il occupait une grande place dans la vie des Moldus. Mon père m'avait amené une fois au théâtre, c'était un opéra. Casse-Noisette. Les danseurs glissaient encore devant mes yeux, patineurs, plumes célestes qui volaient... Là... C'était magique...
Le premier exercice consiste à être l'un de ses personnage de Walt Disney. Vous avez le doit de trouver cela étrange voire très stupide, mais on peut faire ainsi le rapprochement avec le théâtre : exprimer vos sentiments. Cela est une première approche qui peut vous aider pour la suite du cours, car nous allons transformer l'univers de Shakespeare ! L'univers de Walt Disney n'est qu'un moyen de constater que le théâtre est certes régit par certains codes mais qui ne sont pas intangibles. Vous comprenez par la suite. Vous devez tout d'abord piocher un nom dans l'urne puis prendre la fiche correspondante. N'oubliez pas d'inscrire vos rôles et personnages sur le tableau.
Walt Disney ! Mon sourire s'ouvrit un peu plus encore. Walt Disney... Personnages de mon enfance...
Puis un nouveau lionceau surgit devant moi, à fond dans son rôle.
D'un sourire ironique, je me fis engloutir moi aussi dans mon rôle et...
Numéro de rôle : 1
Personnage : Marraine Fée


Au loin, j'aperçus un petit garçon, léger et... Et... Et... JOYEUX ! Je grinçais ds dents. Joyeux ! Un petit garçon joyeux et guilleret devant mes yeux ! Comment osait-il ?! Furax, je tapais des pieds en m'approchant de lui ( Nelson ).

- Hé ! Toi, là ! Tu es chez MOI ! Et tu es joyeux ! Ici, tout ceux qui sont gentils et joyeux sont bannis ! Accroupis-toi et prosterne-toi devant... Moi. La Marraine Fée. Ou tu devras souffrir et assumer tes actes...

Revenir en haut Aller en bas
Aysha Brayd
avatar
Serdaigle
Serdaigle
Spécialité(s) : Permis de Transplanage


Re: Cours n°5-EDM : "Un cheval ! Mon royaume pour un cheval !"

Message par : Aysha Brayd, Mer 14 Juin - 17:22:33


Ayant échangé un regard amusé avec Temperence, Aysha décida de continuer dans ce jeu. Fidèle à son rôle de personnage pacifiste, elle décida de continuer à jouer l'idiot naïf qui tombait avec plaisir dans le piège tendu par le personnage de sa collègue ...

Abu avait fait tomber une pièce. Songeant que le pauvre petit singe n'avait peut-être que cela pour se nourrir, Buzz la ramassa et la lui rendit avec un sourire attendri. Les yeux de l'animal étaient larmoyants. On eut dit qu'il avait attendu toute sa vie que quelqu'un l'encourage à se dévoiler de la sorte, que son seul espoir avait été que quelqu'un comme Buzz soit disposé à l'aider. Le robot n'en n'était pas peu fier, et cela lui confirma d'autant plus sa volonté d'aider ce pauvre singe en quête de paix intérieure.

« Peut-être... Monsieur le Robot, vous pensez qu’Abu peut réussir à aimer ? Abu n’aime pas l’amour non non, l’amour c’est méchant et ça fait mal à Abu.... »

Buzz sentit les larmes monter aux yeux et couler sur son visage en plastique. Il était un robot mais n'en n'avait pas moins un coeur. Et il était sensible. Ce pauvre Abu, malmené par la vie. Tous ces malheurs n'auraient jamais dû exister, il était tout de même possible que chacun vive en paix, en harmonie avec son prochain, connaissant les délices du bonheur, de l'amour, de l'épanouissement. Abu poursuivit, un larme coulant sa sur petite joue brune :

« Vous savez monsieur le Robot Abu il veut pas aimer, il aime pas les gens, c’est pas beau l’amour. Les gens ils disent qu’ils aiment Abu puis dès qu’Abu il tourne le dos, les gens ils disent qu’Abu est un méchant.... »

Buzz comprenait cela. Il savait qu'une personne meurtrie ne pouvait s'empêcher de meurtri son prochain. Que le monde était cruel ! Mais quel espoir gardait Buzz ! Si chacun apprenait à faire ressortir toute la gentillesse qui était en lui, alors il n'y aurait plus de conflits, et personne n'aurait besoin de faire du mal aux autres, et les autres ne seraient meurtris, et donc resteraient gentils ! C'était un enchaînement de bienveillance qui pourrait s'enclencher si seulement Abu apprenait à aimer. Car oui, la méchanceté n'était qu'un artifice, Buzz n'y croyait pas. Ce n'était qu'une carapace pour recouvrir son mal-être et sa tristesse, mais aucun méchant n'était heureux, ça il le savait. Et Abu en était la preuve même : à le voir si désarmé mais si espérant de bien faire, Buzz n'avait qu'une seule envie. L'aider. Et c'était ce qu'il allait faire. Plein d'espoir, il dit en adressant un regard bienveillant au petit singe malheureux :


" Je comprends Abu, je comprends. Mais ces gens qui t'ont fait du mal, ils sont comme toi. Ils ne sont pas méchants mais ont été amochés par la vie. Eux aussi ont un bon fond et ne demandent qu'à être aidés. Alors tu dois garder espoir Abu, l'amour t'attend comme il attend chacun de nous ! Ne te laisse pas atteindre par le mal-être des gens autour de toi, parce qu'ensemble nous allons y arriver ! Tu seras heureux, amoureux, en paix avec toi même, tu verras."

Buzz regarda autour de lui en cherchant un moyen d'aider Abu à faire ressortir la gentille personne enfouie en lui, pour que, plus tard, il parvienne à trouver l'âme soeur.

" Je sais ce que nous allons faire, Abu. Je vais t'aider à révéler la gentillesse qui est en toi. Tu vas faire une bonne action. Regarde autour de toi, et fais parler ton coeur. Il y a bien une bonne action qui tu pourrais faire ? Je te laisse exprimer son instinct de bienveillance et je t'aiderai à faire de ton mieux, je te le promets. Vas-y, je te fais confiance.

Buzz décida qu'il suivrait Abu dans toute entreprise qu'il décidait de faire, puisqu'elle viendrait d'une bonne intention. Il pouvait se tromper, il en resterait quelqu'un de bien. Il allait l'aider à réaliser une bonne action du mieux qu'il pourrait pour que le petit singe reprenne enfin confiance en lui. Ensuite, il pourrait l'aider à trouver l'amour, et tout serait si ... BEAU !


Aysha adressa un sourire à Temperence. Le personnage qu'elle jouait était si utopiste et naïf qu'il en devenait réellement ridicule, et c'était ce qui rendait ce jeu extrêmement amusant. La jeune fille adorait se plonger dans ce personnage avec ardeur, elle retrouvait cette joie qu'elle éprouvait quand, enfant, elle jouait au théâtre de son école primaire. Cela lui avait manqué. Et tout était mieux encore cette fois, tant elle s'amusait dans cette scène avec Temperence. C'était l'un des meilleurs cours auxquels elle avait pu assister !

Revenir en haut Aller en bas
En ligne
Ellana Lyan
avatar
Serpentard
Serpentard
Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Re: Cours n°5-EDM : "Un cheval ! Mon royaume pour un cheval !"

Message par : Ellana Lyan, Mer 14 Juin - 17:39:17


La jolie brune me répond que tout va bien, j'ai un peu de peine à la croire mais je ne prend pas la peine de relever, après tout, qui suis-je donc pour remettre sa parole en doute ? Elle demande elle aussi des nouvelles de moi cette fois. Je laisse mon regard glisser sur la cascade de cheveux qui lui encadre la visage admirant ceux-ci d'un œil un peu envieux. Tout va... mieux ! Surtout lorsque je me trouve en si bonne compagnie, c'est grâce à vous que je trouve le sourire alors que la vie veut me le voler.... Puis la petite sœur des étoiles retrouve son chant, sa voix. Douce mélodie qui courre se réfugier au creux de mes tympans pour s'y blottir en un sourire. Elle m'offre des mots qui m'enserrent le cœur de douceur et mes yeux se mettent à briller. Pourtant une crainte se repend doucement en moi, elle répond aux paroles que j'ai adressée à mon petit ange comme si elles avaient été prononcées pour elle. Je me mord la lèvre, me sentant bien incapable de lui avouer qu'elle s'est trompée. Et puis qu'elle importance, la seule différence est qu'il n'y a qu'un ange à mes yeux, un ange assis à mes côtés qui m'a sauvé de la douleur qui me rongeait. Une jeune fille ailée qui est en train de se renfermer comme elle s'était ouverte. Je lui attrape une main, lui effleurant les doigts même si je crois qu'elle préfèrerait une absence à une présence. Résignation.

Bientôt notre professeur nous donne les consignes et je constate avec horreur que je ne comprends absolument ce qu'est un personnage de Walt Disney. Soupire. Je décide néanmoins de faire comme tout les autres et de pioché une carte pour incarner quelqu'un d'autre. Princesse Jasmine Je fronce les sourcils, je n'ait absolument jamais entendu parler d'un tel personnage, mes parents ne m'ont jamais lu d'histoire alors des histoires moldues... J'observe la description et les informations qui me sont données, m'imprégnant du mieux que je peux de cette jeune fille indépendante mais totalement naïve des réglés qui dépassent les porte dorée de son palais. Son physique est presque en totale opposition au mien et je ferme un instant les yeux comme pour me visualiser différemment, les long cheveux platines deviennent épaisses mèches brune. J'accroche un léger sourire à mes lèvres et m'oublie par les grand yeux bruns d'une autre, princesse d'un temps différent.


_____________________


Je me redresse, debout contemplant les personnes devant moi, émerveillée de ce qui m'entoure comme si c'était la première fois que je pouvais voir autant de gens, d'attitude, de voix différente. J'avance observant les gens, tentant de graver dans ma mémoire et mon regard la moindre, odeur, moindre saveur de ce monde qui m'est inconnu avec la ferme intention de profiter pleinement de cet instant hors du temps et des règles de ma cage dorée. Je n'adresse la parole à personne, trop occupée à admirer les présences et les voix qui caresse doucement mes tympans en une mélodie apaisante. Plus de couronne, plus de princesse, je vais partie du commun des mortel, des gens, de la plèbe. Je me fond dans la foule avec une facilité presque déconcertante qui me ravis plus à chaque seconde en même temps que règne en moi l'adrénaline produite par la peur de me faire prendre par l'un des garde du palais qui me reverrais dans mon palais au lieu de cette pièce rouge exceptionnelle qui n'attends que moi pour le découvrir. Soudain je vois un grand lion à la prestance imposante s'approcher de moi et m'adresser la parole.

- Bien le bonjour, jeune sujet. Je connais ta valeur et je sais comme tu es bon. Ne penses-tu pas qu’il serait temps que tu diffuses ta bonté aux autres ? Que tu inculques tes belles valeurs aux gens qu’on pourrait penser méchants, ou méprisants ? Il est temps de transformer le monde, de le rendre meilleur. Es-tu avec moi ?

Ses propos me choque quelque peu, comment peut on réellement être méchant ou méprisant ? Quelle sont la signification même de ces notions que je ne connais que théoriquement ? J'ouvre la bouche plaquant une main contre celle-ci, démontrant par la même occasion cet état de choc dans lequel je baigne depuis quelques secondes.

- Oh mais que me dites-vous donc là ? Des personnes méchantes ou méprisantes ? Mais je n'en connait guère... Bien sur que je suis avec vous ! Que dois-je donc faire pour tenter de remettre ses pauvres âmes égarées sur le droit chemin ? Je ferais tout ce qui est en mon pouvoir pour vous aider du mieux que je peux...

Je m'apprête à ajouter quelque chose pour affirmer une nouvelle fois mon totale engagement à la cause du roi de la jungle mais mon regard est soudain attiré par une silhouette qui me laisse sans voix. Là, un peu plus loin, une jeune femme (Vaiana/ Aoi Baskerville) semble adresser la parole a un jeune lion perché. Me yeux ne parviennent plus à se retirer d'elle tendis que je laisse échapper un petit soupire en parfait échos aux battements de mon cœur qui tambourine un peu plus rapidement qu'il ne devrais dans ma poitrine. L'amour me prend à la gorge et je ne parviens que par un incroyablement difficile effort de volonté à retourner mon regard vers le lion devant moi. Il faut que je trouve le moyen d'approcher cette personne au charme incroyable avant de devoir rentrer au palais.

Revenir en haut Aller en bas
En ligne
Gabrielle Phoenix
avatar
Serdaigle
Serdaigle
Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Re: Cours n°5-EDM : "Un cheval ! Mon royaume pour un cheval !"

Message par : Gabrielle Phoenix, Jeu 15 Juin - 1:58:23


Une voix interrompit son songe, alors qu’il avalait goulûment des larves gluantes. Cette mise en appétit se trouvait bien loin de lui désormais. Simba ! A cette interjection, le futur roi n’avait pas daigné bouger d’un poil, seules ses oreilles s’étaient dressées par irrépressible curiosité. Elles  étaient retombées bien vite, car les propos tenus n’avaient aucun intérêt. Il était question d’une beauté éblouissante, alors que la planète entière savait que seul le dieu soleil éblouissait. La voix évoquait d’autre astres, nocturnes cette fois-ci. Bla bla bla, l’amour brille sous les étoiles, tout le monde connaissait la chanson. Il n’entendit qu’à moitié le reste du discours, les bruitages causés par ces cordes vocales humaines. Humaines ? Quelle créature s’adressait donc à lui ? Simba baissa enfin le regard sur l’endroit d’où provenait la voix. C’était une femelle, une femelle humaine. Sans aucun intérêt. Elle n’avait pas de toison soyeuse, de langue râpeuse, elle se tenait sur deux pattes, quelle drôlerie ! Elle essayait visiblement d’obtenir ses bonnes grâces en le brossant dans le sens du poil, avec quelques flatteries bien choisis. Il la rabroua sans la moindre hésitation.

-Je n’ai que faire de tes compliments, ces paroles sont vaines, retourne plutôt parmi les tiens.

Simba faillit ajouter que Vaiana gaspillerait sa salive à continuer, mais il risquait alors de dépenser la sienne. Il se ravisa, décidant qu’un geste clair semblait plus éloquent d’un long discours. Pour montrer sa lassitude quant à la conversation qu’il entretenait, il entreprit de bailler longuement, à s’en décrocher la mâchoire, langue sortie, touts crocs apparents. Il retrouva ensuite son immobilité initiale. Quel comportement absurde avait adopté la brunette, ces quelques flatteries n’allaient pas lui attirer les bonnes grâces de la majesté. Il n’était pas un vulgaire corbeau, touché par quelques hypocrisies. D’ailleurs, qu’avaient donc ces humaines à lui tourner autour aujourd’hui ? Cette race méconnue ne lui semblait pas mériter sa sauvage attention.


Même si le faune semblait à son aise perché ainsi, Gabrielle commençait à être tiraillée par l’inconfort. L’actrice s’amusait d’adopter cette position désintéressée, qu’elle n’avait jamais incarné, mais l’exercice n’était pas aisé. Aoi était vraiment trop mignonne. Elle avait été tentée de sortir de son rôle, pour interagir plus galamment, mais il s’y était tenu. Il lui fallait bien le temps de s’approprier le caractère. Elle attendait plutôt impatiemment qu’une union exécrée vienne la sortir de son état apathique.
Revenir en haut Aller en bas
En ligne
Temperence Black
avatar
Maitre de JeuSerpentard
Maitre de Jeu
Serpentard
Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Re: Cours n°5-EDM : "Un cheval ! Mon royaume pour un cheval !"

Message par : Temperence Black, Lun 19 Juin - 12:19:16


La scène tombait vraiment dans la comédie clownesque. Les deux jeunes femmes essayaient de faire dans la comédie avec une pointe toute féminine de la fantaisie. Drôlerie.

Aysha regarda Temperence, rompant le contact entre Abu et Buzz pour créer le contact entre les deux actrices. En face de la brunette au teint pâle, la stagiaire chez Ollivendeurs qu’était Aysha semblait s’amuser comme une enfant à jouer ainsi la comédie pour amuser la galerie. Faire de Buzz un benêt et d’Abu un génie cleptomane était réellement amusant surtout lorsqu’on observait les deux personnages avec attention.
Nouveau sourire pour sa partenaire d’un jour et Temperence replongeât dans son rôle de petit ouistiti à l’apparence bien trompeuse.

Abu écoutait. Il écoutait le robot niais avec une attention particulière. Il écoutait ses paroles sans les entendre mais étrangement, ces paroles lui faisaient chaud au cœur... Elle réchauffait ce petit cœur de glace qui battait depuis longtemps dans la cage thoracique du petit singe. Un coeur de pierre et de glace depuis des années. Un cœur froid et méchant depuis qu’il a été abandonné. Une histoire bien tragique comme chaque super-méchant en avait une. Si certains étaient devenu méchant à cause d’expérimentations étranges, Abu l’était devenu à cause de Jeanne-Louise.

Jeanne-Louise... Une femelle oiseau à qui il avait fait du charme pendant des années. Une petite hirondelle au plumage soyeux et au chant mélodieux. Un amour d’oiseau qui avait disparu de la vie d’Abu comme la neige fondait au soleil. Elle lui avait promis de revenir mais jamais elle n’était revenue. Jamais. En partant, elle avait emmené le cœur d’Abu et maintenant, il ne lui restait plus rien de chaleureux.

« Je sais ce que nous allons faire, Abu. Je vais t'aider à révéler la gentillesse qui est en toi. Tu vas faire une bonne action. Regarde autour de toi, et fais parler ton cœur. Il y a bien une bonne action qui tu pourrais faire ? Je te laisse exprimer son instinct de bienveillance et je t'aiderai à faire de ton mieux, je te le promets. Vas-y, je te fais confiance . »

Lentement, Abu tombait dans son propre piège. S’il avait trouvé amusant de prendre le robot pour un idiot, c’était lui qui tombait dans le panneau. Les paroles de Buzz l’atteignaient avec une telle hardiesse et une telle pureté que doucement. Tout doucement. Son petit cœur commençait à fondre pour laisser couler dans ses veines l’eau du bonheur refoulé.

Sentant ce sentiment d’amour commencer à naître en lui, Abu se gifla mentalement. S’il commençait à virer mièvre maintenant, il ne réussirait pas à faire de Buzz le méchant benêt qu’il espérait. Abu baissa les yeux vers le sol et réprima un sourire derrière la main qui balayait la larme de crocodile coulant sur sa joue recouverte de duvet brun clair.

« Le robot il veut bien montrer à Abu comment on fait ? Abu il a une idée mais il sait pas comment la réaliser.... »

Pause. Moment de suspense.

Abu n’avait aucune idée, la gentillesse, ce n’était pas son truc alors il ne fallait pas lui demander de se transformer en un gentil petit singe à qui on lançait des cacahuètes ! Il avait autre chose à faire que d’amuser la galerie pour une poignet de billets. En plus, il n’aimait ni les cacahuètes ni les billets. Les bouts de papiers ne brillaient pas alors il ne servait à rien. L’or. Voila ce qui intéressait Abu. L’or.L’or ce métal précieux et lourd comme le plomb. Puis il y avait les diamants. Les jolies pierres précieuses brillants à la lumière des rayons de lune lorsque la grosseur de l’astre stellaire faisait en sorte que ses rayons puissent voler aux quatre coins de l’univers.

« Enfaite Abu, il a plus d’idée car la seule idée qu’il a c’est de demander à une personne de l’argent pour aller acheter de quoi remplir son petit ventre vide... »

Tête de singe malheureux et mensonge fourbe du petit ouistiti aussi riche qu’un roi pour quiconque découvrirait sa cachette secrète... une de ses cachettes secrètes.

Revenir en haut Aller en bas
En ligne
Aysha Brayd
avatar
Serdaigle
Serdaigle
Spécialité(s) : Permis de Transplanage


Re: Cours n°5-EDM : "Un cheval ! Mon royaume pour un cheval !"

Message par : Aysha Brayd, Lun 19 Juin - 16:04:32


Après un regard, les deux partenaires de jeu se replongèrent dans leur rôle respectif avec amusement.

Buzz attendait patiemment la réponse du petit singe, sachant déjà que sa volonté de bien faire parlerait pour lui et montrerait au robot la force de son coeur.

« Le robot il veut bien montrer à Abu comment on fait ? Abu il a une idée mais il sait pas comment la réaliser.... »

Buzz esquissa un sourire. Bien sûr qu'il allait l'aider. Il ferait même tout pour mener à bien cette entreprise bienveillante. Il s’apprêtait d'ailleurs à lui répondre qu'il était là pour lui quand Abu ajouta d'un air penaud à faire fondre le plus pierreux des coeurs.

« Enfaite Abu, il a plus d’idée car la seule idée qu’il a c’est de demander à une personne de l’argent pour aller acheter de quoi remplir son petit ventre vide... »

Oh. Le coeur en plastique ( certes, mais très humain tout de même ) de Buzz se serra. ce pauvre Abu n'était pas gâté par la vie. Non seulement des épreuves avaient fait de lui quelqu'un qui refoulait sa tristesse en agissant méchamment, mais en plus de cela il n'avait même pas de quoi se nourrir. Tout vice était désormais compris et pardonné pour Buzz. Il dit :

" Tu sais, Abu. Pour apprendre à recevoir il faut avant tout apprendre à donner. Toute relation est un échange, et le don en est le principe le plus important. Tu peux faire don de ton temps, de ton amour, de tes biens. Pour apprécier le fait d'être aider il faut également venir en aide à son prochain. Donc, ce que nous allons faire, c'est que je vais t'aider à faire une bonne action. Et comme tout progrès, toute bonne action est récompensée, je te donnerai de quoi régaler ton appétit. "

Le sourire de Buzz était presque paternel. Il regarda autour de lui et repéra quelqu'un qui semblait avoir réellement besoin d'aide. Il sortit quelque chose de sa porche. La pièce d'or brilla dans sa grande main et il sut ce qu'il ferait faire à Abu.


Aysha avait jeté un oeil à leur professeur. Elle avait filé jusqu'à son sac pour en sortir deux Mornilles, et en avait fourré une dans sa poche avant de revenir vers Temperence pour continuer, l'autre Mornille dans la main.

Buzz regarda Abu avec affection et dit :

" Tu vois ce monsieur là-bas, qui est seul et désoeuvré ? Je vais te donner une pièce d'or. Et toi, tu iras la lui donner en te montrant très gentil et en lui disant qu'il pourra s'acheter à manger avec. Tu verras le sentiment de bonheur que tu ressentiras en voyant son sourire ! Et ensuite, tu seras toi-même récompensé.

Buzz déposa la pièce d'or dans la main poilue d'Abu et le poussa légèrement, l’encourageant à aller vers l'homme. Il voulait observer les efforts de son nouveau poulain qui viendrait en aide à ce vagabon.


Aysha avait décidé de prendre Esteban R. Lefebvre comme figurant pour cette scénette. Debout non loin d'elles, il était parfait pour ce rôle très muet et très momentané. Elle avait indiqué son choix à Temperence et elles s'approchèrent de lui pour jouer la suite de leur petit échange.
Revenir en haut Aller en bas
En ligne
Temperence Black
avatar
Maitre de JeuSerpentard
Maitre de Jeu
Serpentard
Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Re: Cours n°5-EDM : "Un cheval ! Mon royaume pour un cheval !"

Message par : Temperence Black, Ven 23 Juin - 11:49:26


« Tu sais, Abu. Pour apprendre à recevoir il faut avant tout apprendre à donner. Toute relation est un échange, et le don en est le principe le plus important. Tu peux faire don de ton temps, de ton amour, de tes biens. Pour apprécier le fait d'être aider il faut également venir en aide à son prochain. Donc, ce que nous allons faire, c'est que je vais t'aider à faire une bonne action. Et comme tout progrès, toute bonne action est récompensée, je te donnerai de quoi régaler ton appétit. »

Le jeu continuait mais Aysha s’évapora dans la nature avec un coup d’œil vers le professeur. Temperence suivit les mouvements de la vendeuse. Un pas, deux pas, trois pas puis elle disparut vers son sac. Elle glissa une pièce de bronze dans sa poche et, un sourire aux lèvres, repris son rôle tandis que Temperence se replongeait dans le sien.

« Tu vois ce monsieur là-bas, qui est seul et désœuvré ? Je vais te donner une pièce d'or. Et toi, tu iras la lui donner en te montrant très gentil et en lui disant qu'il pourra s'acheter à manger avec. Tu verras le sentiment de bonheur que tu ressentiras en voyant son sourire ! Et ensuite, tu seras toi-même récompensé. »

Woaw. Abu n’en croyait pas ses yeux. Lui il volait l’argent des vieilles dames et pillait les poches des gosses braillards, il ne donnait jamais son argent. Jamais. Même pas un banquier n’avait le droit d’y toucher à son or adoré et à ses diamants chéris. Abu avait peut-être une tête de gentil singe mais si quelqu’un touchait à ses pièces brillantes, le petit singe montrait les crocs. Il n’en avait pas l’allure mais si jamais quelqu’un osait s’affranchir de son butin courageusement et maléfiquement volé, Abu ne donnait pas grand sous pour la peau de la personne souhaitant le piller. Il n’attaquerait pas sur le coup, non, Abu attendrait la nuit, lorsque tous les chats étaient gris et que même le plus avare des vendeur dormait à poing fermé sur son matelas renfloué de billets. A ce moment il s’infiltrerait dans la maison et récupèrerait son bien... et bien plus encore. Il ne laisserait sur la table qu’une poigné de pièce pour laisser l’homme dans la misère avec juste de quoi vivre pendant une petite semaine avant qu’une assurance ne lui rembourse se désagrément.

Abu était méchant, cela était un fait mais il ne volait pas les gens pauvres. Il ne leur donnait pas d’argent comme le faisait Robin des Bois ou comme l’avait fait Pablo Escobar, non, lui il gardait l’argent pour lui mais par principe, il ne pillait pas les gens qui avaient besoin de manger.

La pièce en main, Abu se déplaça lentement vers le professeur. Les pas étaient lents à l’extrême, s’il avait pu, Abu aurait reculé et serait parti avec la pièce enfermée dans son poing mais il ne pouvait pas. Le robot le poussait à aller de l’avant, à aller donner cette si belle et si brillante et si parfaite petite pièce à ce professeur qui n’en avait sûrement pas besoin.

« Abu a peur. Abu veut pas. Abus est sûr que le monsieur va lui jeter la pièce dessus... »


C’était horrible pour le petit singe de faire cela. Déposer ses pieds l’un devant l’autre pour aller donner cette... cette merveille à ce professeur... Cela lui arrachait le cœur, lui ruinait le moral, le mettait hors de lui. L’argent qui avait, il le gardait. Il était pas pour les autres mais n’avait-il point vu le robot en mettre une dans sa poche alors peut-être que si le monsieur lui rendait la pièce et que le robot lui en offrait une, il gagnerait deux pièce et qu’il pourrait les rajouter à sa collection de pièces en cuivre cachées dans un coffre fort lui-même caché entre le L’Europe et La Chine...

« Mais Abu il va le faire... »

Sourire désolé et empreint de courage pour le robot puis il fixa ses pieds pour masquer le sourire carnassier taillant les traits de son visage de ouistiti aussi fourbe que le serpent. Le pas lent, le dos voûté et les épaules affaissées, il se dirigeât vers le professeur et lui dépose la pièce dans la main avant de partir se réfugier derrière le robot. Il avait juste eu le temps de balancer un rapide « C’est pour que vous vous achetiez de quoi remplir votre ventre. »

Caché derrière le robot, le petit singe attendait la réaction du professeur qui ne devait sûrement pas s’attendre à recevoir une pièce d’un petit singe aussi cleptomane qu’Abu.


Temperence avait le rouge aux joues, elle ne savait trop que dire ni comment réagir. Elle était tellement dans son personnage que, sans s’en rendre compte, elle venait, avec Aysha, d’enrôler le professeur dans leur jeu un peu grotesque. Maintenant, il fallait attendre. soit il le prendrait bien et jouerait le jeu soit il se mettrait en rage face à un tel manque de respect envers le corps professoral et étrangement, la brunette était certaine que le professeur serait moins sympathique qu’à son arrivée s’il se mettait en rogne contre le duo de jeunes ollivendeuses.
Revenir en haut Aller en bas
En ligne
Elhiya Ellis
avatar
Serpentard
Serpentard
Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Re: Cours n°5-EDM : "Un cheval ! Mon royaume pour un cheval !"

Message par : Elhiya Ellis, Ven 23 Juin - 17:29:50


Assise à une place qui n'était pas la sienne à coté d'un John qui ne semblait pas décidé à aller chercher son petit papier comportant son personnage et son rôle, Elhiya observait les autres faire. Certains avaient déjà pas mal échangé, avançant tranquillement vers leur but. Aysha avait même décidé que le professeur serait le parfait figurant à son scénario. La blonde sourit, c'était judicieux quand même de le faire participer au lieu de le laisser en simple spectateur de ce fouillis sans nom qui se déroulait devant ses yeux.

Toujours son petit papier en main, la blonde le relisait, trouvant toujours un peu stupide de devoir jouer les don-juan, ça ne lui ressemblait absolument pas. Quant à son personnage Esméralda n'en parlons même pas, une bohémienne intrépide ayant une vision utopique du monde... il y'avait bien que les moldus pour croire que ce genre de personnage pouvait faire avancer les choses. Enfin bref... Rapide coup d'oeil vers les élèves avec qui elle devait jouer son rôle.  Il y'avait Elisabeth Grants, la Poufsouffle croisée au bord du lac, mais impossible de voir où elle s'était installée, ne restait plus que Gabrielle Phoenix, déjà en prise avec Aoi qui la flattait.

Sauf que Gabrielle incarnait Simba, un lion, dont l'histoire tragique l'avait poussé à se nourrir de larves gluantes et d'insectes croquants. Seul souvenir que la blonde avait du dessin animé. Quoi qu'il en était, un lion trouverait peut d’intérêt dans les paroles qu'un être humains pouvait lui adresser. Au moins, ce lion semblait il être apte à comprendre le langage humain vu qu'il avait prit la peine de répondre à Aio. Surprenant, quoi que le théâtre devait permettre ce genre de fantaisie pour que le jeu de rôle soit plus facile.

N'aimant pas interrompre une discussion en cours, Elhiya patienta en regardant le trio Ellana/Aoi/Gabrielle interagir. Le lion semblait attirer l'attention, quoi de plus normal? Ce qui l'était moins, c'était ce que la blonde devait faire, le charmer.. Tout comme Aoi visiblement. Ellana, elle semblait devenir un sujet du roi de la savane, étrange.  Soupirant, elle s'approcha des filles, sourire aux lèvres tachant de se mettre dans son personnage.


Elle avançait avec grâce, ses pas dansant au rythme d'un air gipsy qu’elle seule entendait. Elle posa son regard sur Vaiana, et lui adressa un sourire amusé.

-La flatterie pour le roi des animaux c'est un peu simple non?

Un roi avait besoin d'entendre autre chose que le discours classique de tout bon sujet. Il était beau , il était grand, il était fort, oui comme chaque roi, mais ce n'était très certainement pas intéressant à entendre. Ce qu'il lui fallait c'était quelque chose qui attirait son attention, quelque chose qui ne le mettait pas directement sur un piédestal. Quelque chose qui régalerait autre chose que son égo. Des sujet il en avait des tas, il venait même de recruter un d'entre eux décidé à l'aider à remettre les âmes perdues dans le bon chemin.  Très charitable en soit.

Esmeralda s'avanca vers Simba, d'un pas léger et s'assit par terre, non loin de lui, le regardant trôner.  Elle lui sourit, et tenta une approche, la voix doucereuse.

-Les rois n'offrent que rarement audience, accepteriez vous un tête à tête devant un festin de larves gluantes? J'aimerai vous voler à vos sujets ne serait-ce qu'un court instant.

Ne quittant pas son roi des yeux, Esmeralda souriait doucement, minaudant légèrement.


Minauder, voilà bien une chose pour laquelle Elhiya n'avait pas de talent... Et vu cette piètre prestation, le théâtre le lui seyait guère non plus. Pas facile de se faire passer pour ce qu'on était pas, pas facile non plus de devoir attirer l'attention d'un félin. Peut-être qu'une pelote de laine serait plus attirante pour le coup, il faudrait qu'elle essaye par la suite.
Revenir en haut Aller en bas
En ligne
Nelson Holigray
avatar
Gryffondor
Gryffondor
Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Re: Cours n°5-EDM : "Un cheval ! Mon royaume pour un cheval !"

Message par : Nelson Holigray, Ven 23 Juin - 19:01:51


Nelson qui avait piocher dans l'urne le personnage Peter Pan et qui avait donc réfléchit à une scène l'avait joué devant un petit groupe de la salle:

-Peter perché sur une voile de son bateau,longue vue à la main qui explorait les alentours vit un groupe de personne sur une île déserte au milieu de la mer,il décida de s'y rendre.Une fois sur l'île le petit s'approcha d'eux et Peter su immédiatement qu'il s'agissait pas d'un groupe gentil.Soudain Peter eu une pensée pour la fille dont il était secrètement amoureux,une certaine Ellis Elhiya (Dom Juan).Et puis tout à coup une force mystérieuse fais donner à Peter l'envie d'affronter ces méchants.Et c'est ce qui arriva Peter sortie son poignard et eux leurs épées et se rejoignaient petit à petit et au moment venu il cria devant les assaillants,A l'attaque!!!


(Nelson se dirigea vers un petit groupe de personne dans la salle et ou dans ce petit groupe se trouvait Madilyn Nebulo une poufsouffle qui incarnait un personnage méchant)

Et puis, pour une raison obscure, Nelson s'arrêta raide et vit qu'il n'était pas seul. Tout le monde le regardait avec un air étonné, voire bizarre... -Oh la honte!!! Nelson se dirigea dans la salle sur le siège qu'il avait prit au début du cour et attendit qu'un autre élève joue sa scène.

Après avoir attendue un petit moment Nelson vis une élève arriver vers lui. C'était l'élève qu'il avait interpellé pour jouer son rôle,un Poufsouffle du nom de Madilyn Nebulo.L'élève qui c'était dirigé vers Nelson s'arrêta et joua à son tour son rôle:

- Hé ! Toi, là ! Tu es chez MOI ! Et tu es joyeux ! Ici, tout ceux qui sont gentils et joyeux sont bannis ! Accroupis-toi et prosterne-toi devant... Moi. La Marraine Fée. Ou tu devras souffrir et assumer tes actes...

Nelson la regarda en souriant et repris confiance!Il se leva,la regarda et joua son rôle comme il l'avait imaginer.

-Chez toi ?!Je ne pense pas que cette île soit chez toi de plus tout le monde à le droit d'être heureux!Tout le monde à le droit d'être joyeux et gentils en revanche les méchants eux...Je les extirpes tous !Ah oui n'oublie jamais se que je vais te dire,jamais je ne prosternerai devant toi !Allez mes amis,courage nous n'allons pas nous laisser faire!A l'attaque!!

Nelson fit de vif mouvement comme pour imiter un véritable combat.

...

Revenir en haut Aller en bas
Aysha Brayd
avatar
Serdaigle
Serdaigle
Spécialité(s) : Permis de Transplanage


Re: Cours n°5-EDM : "Un cheval ! Mon royaume pour un cheval !"

Message par : Aysha Brayd, Ven 23 Juin - 21:20:23


Aysha se mit soudain à douter : était-ce une bonne idée d'impliquer le professeur dans leur jeu ? Certes, il devait aimer le théâtre, et ce cours était moins scolaire que d'ordinaire. Mais tout de même, il n'avait pas laissé entendre qu'il comptait participer, il était professeur avant tout. En même temps, rien ne l'obligeait à jouer. Temperence déposerait la pièce et si il ne réagissait pas, elles n’auraient qu'à dire qu'il l'avait acceptée en silence, point. Ce ne serait alors qu'un simple figurant, pas de quoi leur en vouloir ... Se disant que, après tout, elles n'auraient qu'à aviser au moment venu, Aysha redirigea son attention vers Temperence ...

Abu regarda un instant la pièce avec des yeux ronds, paraissant en proie à un dilemme. Oui, bien sûr, il voulait aider mais n'en n'avait pas l'habitude. L'hésitation était perceptible dans ses grands yeux emplis de gentillesse et de sincérité. Il dit alors d'une petite voix :

« Abu a peur. Abu veut pas. Abus est sûr que le monsieur va lui jeter la pièce dessus... »

Son anxiété était touchante : il avait tant à coeur de bien faire ! Il voulait de ne faire aucune erreur, que tout se passe bien : c'était honorable ! La gentillesse qui était cachée dans son petit coeur se révélait peu à peu pour le plus grand bonheur de Buzz. Il lui adressa donc un regard rassurant couplé d'un sourire gratifiant. Il en était tout à fat capable, le robot le savait. D'ailleurs, peu importait la réaction de l'homme à qui il donnerait la pièce, ce qui comptait était le geste, l'intention. Abu sembla réfléchir encore un instant, hésitant. Et puis enfin, il sembla se décider, et dit :

« Mais Abu il va le faire... »

Oui, Abu était sur la bonne voie. Il se dirigea vers l'homme, et Buzz vit que sa petite main se serrait contre le pièce, signe de son anxiété. Mais il pourrait y arriver, le robot le savait. Il se planta devant l'homme sous le regard bienveillant de son nouveau tuteur, quelques pas derrière lui. Il déposa la pièce par terre en disant rapidement à l'homme que c'était pour lui permettre de manger. Apeuré par son geste, il se précipita alors derrière Buzz et se cacha derrière sa carrure imposante. Il tremblait en regardant devant lui, attendant la réaction de l'homme.


Aysha remarqua que, tout autant qu'elle était dans son rôle, Temprence semblait réellement préoccupée. Son regard posé sur le professeur, il continuait de jouer mai semblait appréhender la réaction du sorcier. Tout comme Aysha, elle devait se demander si il était bien sage d'impliquer le professeur dans leur petite scène. Elle guetta sa réaction puis se retourna vers sa coéquipière.

Buzz s'éloigna de l'homme en poussant Abu d'une main. Il avait pris la pièce. Quand il se furent éloignés de quelques mètres, Buzz laissa un grand sourire sur son visage.

" Voilà Abu, c'est superbe ! Tu viens de faire une action admirable ! Tu vois, comme toute bonne action est récompensée, c'est à ton tour d'obtenir de l'aide.

Buzz sortit une pièce d'or de sa poche avec un sourire bienveillant. Il la donna à Abu.

" Comme ça, tu as appris que pour recevoir il faut apprendre à donner, et que tu seras toujours récompensé par la vie pour ta générosité."

Buzz tapota l'épaule de son poulain avec une certaine fierté. Il parvenait à faire évoluer Abu dans le bon sens et il s'en félicitait : c'était un pas de plus vers la paix universelle.

" Maintenant, Abu, je pense que tu es prêt pour la suite : l'amour ! Regarde autour de toi, je suis sûre qu'il y a bien une personne qui t'a tapé dans l'oeil ?"

Buzz lui fit un clin d'oeil complice et regardant atour de lui en quête d'une bonne âme avec qui le petit singe pourrait filer le parfait amour ...


Aysha regarda Temperence avec un sourire, cherchant réellement atour d'elle, dans la pièce. Il était temps de faire intervenir une troisième personne dans leur petit scénario ...
HRP:
 


Dernière édition par Aysha Brayd le Sam 24 Juin - 11:19:43, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
En ligne
Contenu sponsorisé

Re: Cours n°5-EDM : "Un cheval ! Mon royaume pour un cheval !"

Message par : Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas
Page 3 sur 4

 Cours n°5-EDM : "Un cheval ! Mon royaume pour un cheval !"

Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4  Suivant

Permission de ce forum:Vous pouvez 
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Harry Potter 2005 :: ~¤~ Académie de Poudlard ~¤~ :: Cours :: Etude des Moldus-

L'univers d'Harry Potter est la propriété de la Warner Bros ainsi que de J.K Rowling.
Tous droits réservés sur ce site ©Copyright HarryPotter2005. Affichage optimisé sous Firefox.