AccueilPortailPublications internesRechercherS'enregistrerConnexion

Harry Potter 2005 :: ~¤~ Autres Lieux Magiques ~¤~ :: A l'étranger
Page 2 sur 2
[Habitation] La Spina della rosa
Aller à la page : Précédent  1, 2
Kohane W. Underlinden
MDJ-GestionnaireHarryPotter2005
MDJ-Gestionnaire
HarryPotter2005
En ligne

[Habitation] La Spina della rosa - Page 2 Empty
Re: [Habitation] La Spina della rosa
Kohane W. Underlinden, le  Mar 20 Fév 2018 - 12:35



Je n'attends pas bien longtemps derrière la porte. Bientôt, celle-ci s'ouvre. Sans bruit. Un elfe de maison apparaît. Je lui adresse un sourire poli alors que je suis invitée à rentrer.
La première chose qui me parvient, alors qu'une des nombreuses barrières d'Alhena daigne s'ouvrir, c'est les quelques notes glissées sur un clavier noir et blanc. Une mélodie qui cueille le passager, le voyageur, venu d'une autre dimension et qui pénètre dans cette bulle éloignée.
A pas lent, le sac toujours sur le dos, j'avance, me laisse guider à l'oreille.
Là où coulent les notes comme l'eau sur le rocher.
Elles glissent, douces, plumes venues d'ailleurs, volent, dans l'atmosphère calme de la villa, se dépose, grains de poussière en haut des meubles et sur les épaules.
Moi, je suis.
Le fil invisible de leurs ondes.
Je marche, avance, ne demande rien à l'elfe venu m'accueillir. Je sais où je dois aller. Alors même que je ne suis jamais venue.
La musique
Me suffit pour guide.
Rapidement, je découvre les doigts qui se fondent aux touches de piano, les doigts qui glissent, frôlent, effleurent, s'échappent, alors que la mélodie vibre toujours à chaque léger mouvement, maigre appui pour faire cogner le marteau et produire cet enchaînement de sons -musique.
Il y a Alhena, concentrée.
Il y a Alhena, qui, je crois, ne me regarde pas.
Pourtant, pour sûr, elle sait, que je suis là.
Il y a Alhena, qui joue comme pour combler un vide ou donner un sens à la vie. Qui joue comme pour emplir l'air de ses notes. Que la villa devienne quelque chose, absorbée par l'émotion du son.

Sans mot, je me coule dans la pièce et avance.
Doucement.
Peut-être m'ont-ils entendue venir. Tous.
Car, autour de la mère, il y a les enfants. Sages. A l'écoute. Peut-être transportés sur la feuille d'automne, vaguant au loin, le long d'un ruisseau de pensées et d'images.
Qu'est-ce que je vois, moi ?
Je ne saurais trop dire.
Trop de choses tout en en voyant si peu à la fois.
Des bribes de choses évoquées. Des bribes de visages, peut-être. Quelques sourires, des moues, des paroles en flash venues des souvenirs d'autrefois. La musique a cela de magique, je crois : elle fait remonter ce à quoi on ne s'attend pas. Elle ranime, ravive, au plus profond des tripes. Et, parfois, fait prendre conscience de certaines choses. Que l'on ignorait jusque là.
Je me glisse derrière Adrian. Doucement, je pose sur ses épaules une main accueillante, rassurante, avant de me pencher pour embrasser ses cheveux.
Cependant, je ne dis rien. Pas un salut. Pas un ça va. De peur, peut-être, de briser ce fil légèrement teintée de notes-émotions.
Je me contente de garder les mains sur les épaules de mon filleul.
La chaleur de sa chair sous son vêtement. Son corps, encore petit, amené à grandir dans peu de temps. Tout va bien trop vite, je le sais. Pas le temps de dire chocogrenouille et pouf, nous voilà adulte. Nous voilà pris.e dans des tourbillons infinis, emporté.e au loin, les rondeurs candides de l'enfance n'étant plus que de vagues souvenirs, illusions presque disparues.

Je fais du silence une petite fleur à cultiver, seconde après seconde.
Et me contente de plonger, m'immerger, dans ce bain.
Les doigts filent et glissent sur le piano.
Les muets écoutent.
Et le vide se comble. Un peu.

Alhena Peverell
Alhena Peverell
Responsable MDJ-GHarryPotter2005
Responsable MDJ-G
HarryPotter2005
Année à Poudlard : Diplômé(e)

Matière optionnelle : Médicomagie

Spécialité(s) : Permis de Transplanage


[Habitation] La Spina della rosa - Page 2 Empty
Re: [Habitation] La Spina della rosa
Alhena Peverell, le  Lun 26 Mar 2018 - 20:31

Lentement, derrière des masques et des sourires, elle crée un monde.
Un monde dans lequel, elle se noie.
Les nuées de mensonges, d'irréalité, de plaisirs inachevés. Cela a un goût amer, qui s'évapore dans l'air et se soigne avec des mots. Avec un regard et des notes de musiques qui purifient l'atmosphère.
Dehors, il y a tout un tas de gens. Mais aucun d'eux n'est bon pour elle. Ils s'évertuent à être le plus indésirable humain, afin d'être en constant contrôle des choses. Parce que la peur, c'est ce qui ronge l'homme.
La peur et rien d'autre

Être figé, face à une ataraxie inappropriée. C'est ce qu'enseigne la société, c'est ce que prône les plus pervers d'entre tous. Sois mien et je ferai de toi le roi d'un monde inexistant.
Pure réalité qu'elle tente de fuir. Elle se dit que ce n'est pas vrai. Que dans ce monde plein de couleur, rien de tout cela n'existe, ni pour elle, ni pour eux. Alors elle laisse la bête s'avancer, vivre à sa place pour faire face à l'enfer qu'est devenue terre.

Dis-moi Kohane, pourquoi aimes-tu écouter de la musique ?
Pourquoi est-elle spéciale à tes yeux ? Qu'est-ce qui te fait vivre ?

Sans réellement savoir pourquoi, ses yeux se posent sur ses propres mains. Si longues, si fines que la peau dessine uniquement le schéma de ses os. La blancheur de sa chair laisse apercevoir ce côté si frêle, si doux et fragile alors que le sang a parcouru de nombreuses fois ses doigts. Une triste ironie que sont les apparences. L'hypocrisie à elle seule, qu'est la beauté d'un corps.
Elle frissonne lentement à cette idée. Savoir qu'un sourire, un regard sont parfois si vides de sens, comme le sont les mots. Seuls les actes ont de réelles dimensions dans un jugement.
Ne dit rien, ne montre rien, juste prouve-moi que je vaux un minimum pour toi.

Dans le fond, ça la fait grincer des dents. Ces apparences qui dansent, ces manières sans aucun sens. Elle voudrait les éviter, les éloigner de son propre monde. Parce que c'est toxique, parce que les gens sont gouvernés par leur pulsion et le poison qui coule dans leurs veines. Certains en sont l'incarnation parfaite, avec une attitude cancer qui se propage dans l'air. Une fusion de la bêtise et de la possessivité humaine. Il n'y a même plus cruauté et agonie, comme elle l'aime. Non... Ce sont des choses qui n'ont pas de sens, des sortes de gâchis d'oxygène qui n'ont ni leur place au paradis, ni en enfer...

Tu n'existes pas, tu es plongé dans le néant et l'indifférence.
C'est comme ça qu'elle s'en préoccupe, parce que c'est la seule manière qu'elle connaît pour les protéger.
Tous
Kohane W. Underlinden
Kohane W. Underlinden
MDJ-GestionnaireHarryPotter2005
MDJ-Gestionnaire
HarryPotter2005
En ligne
Année à Poudlard : Diplômé(e)

Matière optionnelle : Étude des moldus

Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Occlumens


[Habitation] La Spina della rosa - Page 2 Empty
Re: [Habitation] La Spina della rosa
Kohane W. Underlinden, le  Mer 18 Avr 2018 - 20:10



Deux flux qui se rencontrent et s'alimentent.
Le sang et la vie qui pulse dans les veines de chaque personne présente ici. Alhena. Ses enfants. Moi. Je sais la vitalité d'Adrian sous mes mains, alors que je parais me cramponner à lui, me cramponner à ses épaules.
Les notes qui s'envolent et coulent doucement dans l'atmosphère. Le ruban que l'on lance et qui se déplie gracieusement. Sa mélodie fait danser les particules invisibles de la pièce et les êtres demeurent immobiles, comme suspendus.
En fait, c'est ça.
Le Temps tout entier se suspend en cet instant-là.
Plus rien ne bouge. Pas une voix, pas un cri.
Je suppose que mon arrivée, mon bruit contre la porte a quelque peu froissé ce voile d'immobilité. Mais, bien vite, les choses sont revenues telles qu'elles étaient avant que je n'arrive. Car tous se font statues. Oiseaux posés sur une branche. Qui attendent le bon moment pour prendre de nouveau leur envol.

Je me demande si Alhena a réellement senti ma présence.
Car ses notes filent. Et j'ai l'impression qu'elle s'en va en même temps qu'elles. En même temps que ses doigts glissent sur le piano. Et que la mélodie s'agence pour créer un monde. Son monde.
Je me demande ce qu'elle y voit.
Et ce que les enfants y voient.
C'est ça qui est magique, selon moi. Un monde est créé par l'artiste. Mais chacun le reçoit différemment et y voit diverses choses.
Tout à coup, la voix d'Alhena s'élève. Pour venir s'adresser à moi. M'appeler, tout personnellement, par mon prénom. Une parole lancée alors que les mains reposent sur les touches.
La question reste un instant accueillie par un silence. Je regarde Alhena. Qui regarde ses mains. Des yeux qui ne se croisent pas mais des âmes qui s'écoutent tout doucement.
Se chercher, se fuir, se trouver, nous avons toujours fonctionné ainsi toutes les deux. S'agacer mutuellement et, pourtant, se faire une place dans la bulle de l'une et de l'autre. Alhena a toujours été secrète, muette. Elle pose les questions mais ne répond pas à celles des autres. Elle esquive, elle échappe. Battement d'ailes -la voilà partie.
Savoir dans quel monde elle vit est difficile.
Alors, je me dis que peut-être

-La musique, c'est un peu ce qu'on donne de soi.

Les notes qui battent au grès du mouvements des mains fines et blanches, la mélodie qui s'accorde doucement et enveloppe les êtres dans son doux cocon, le sang qui s'échappe, parfois, des instants les plus forts du morceau
Je pense que tout ça,
C'est un peu toi.

-C'est un moyen d'expression.

Parler du monde qui tourne autour de nous et du monde dans lequel nous-même, on tourne. Ses ruines et ses soleils, ses pleurs et ses rires, ses larmes amères et ses sourires sincères. Parler des douleurs, des joies, des peurs et des tendresses.
La musique, c'est tout à la fois.
Comme une bulle extraordinairement grande qui parvient à tout condenser en un seul être, une bulle qui accorde la diversité et la rend sous son meilleur jour.

-La musique, c'est un message, j'achève dans un murmure.

Mes mains sont toujours posées sur les petites épaules d'Adrian.
Je le sens remuer un peu. Peut-être lève-t-il la tête vers moi. Je n'en sais rien. Je regarde Alhena. C'est elle qui parle. A travers ses notes. C'est elle qui dit. Mais comprendre... là est une autre histoire.
Que veux-tu dire?

Alhena Peverell
Alhena Peverell
Responsable MDJ-GHarryPotter2005
Responsable MDJ-G
HarryPotter2005
Année à Poudlard : Diplômé(e)

Matière optionnelle : Médicomagie

Spécialité(s) : Permis de Transplanage


[Habitation] La Spina della rosa - Page 2 Empty
Re: [Habitation] La Spina della rosa
Alhena Peverell, le  Jeu 17 Mai 2018 - 16:07

Peut-être que, dans un autre contexte, Alhena aurait sourit.
Peut-être même qu'elle aurait serré dans ses bras chaque être présent dans cette pièce. Mais si c'était le cas, ce ne serait pas Alhena. Alors c'était comme ça, et il fallait se résoudre à faire face à ce genre de chose. Un bloc de glace, qui fait semblant que rien ne l'emporte alors qu'il suffit d'un souffle pour la faire vaciller.
C'est juste de la surface, et seules les gouttes de musique lui permettent de s'évader au loin.


Je vois... Et est-ce que tu sais jouer du piano ?

Autrement dit, est-ce que tu sais vivre par toi-même ? Est-ce qu'un jour, tu as su donner autre chose qu'un foutu masque à ton entourage ?
Ou alors, peut-être que c'est l'inverse, que c'est à Kohane d'apprendre à Alhena, à être soi.

Ou voudrais-tu que je t'apprenne un peu ?

Probablement qu'il n'y avait rien d'autre à faire ici. Les enfants se laissaient aller vers les rêves éveillés, vers l'imagination fertile de l'innocence. L'ennuie grimpait vite aux veines et se contempler dans le blanc des yeux, n'était pas la partie préférée des vacances de la brune.
Faisant craquer ses doigts, ses émeraudes continuaient d'observer ses phalanges faire le travail. Les sons étaient comme des perles d'or qui coulaient sur les murs. Une ambiance lourde mais apaisante à la fois. Une beauté qui demandait à s'extraire d'un monde qui ne lui plaisait pas. Autre chose qui tentait de vivre, mais qui ne pouvait pas.
Vivre et laisser vivre, est-ce possible ?

Passant une main dans ses cheveux, elle se tourna lentement vers Kohane. Elle observa les traits de la jeune femme, et se demanda maintes choses. Cette gryffondor avait ce pouvoir, extraordinaire de voir le bien en chacun. Et la brune se questionnait, sur comment elle faisait. Peverell pouvait y voir la beauté, elle trouverait toujours quelque chose de beau en quelqu'un... Mais la bonté, le bien. C'était des notions qui la dépassait. En soi, pour elle, l'humain était l'égal d'un diable perdu.
La terre était donc son enfer.

Et il faut se résoudre à être ça.
Kohane W. Underlinden
Kohane W. Underlinden
MDJ-GestionnaireHarryPotter2005
MDJ-Gestionnaire
HarryPotter2005
En ligne
Année à Poudlard : Diplômé(e)

Matière optionnelle : Étude des moldus

Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Occlumens


[Habitation] La Spina della rosa - Page 2 Empty
Re: [Habitation] La Spina della rosa
Kohane W. Underlinden, le  Dim 24 Juin 2018 - 12:39



Je reste tranquille, silencieuse. Rien ne presse. Je ne suis pas là pour presser les choses, de toutes façons. Je suis venue pour Alhena -parce qu’elle m’a invitée. Pour les enfants. Pour Adrian, surtout. Temps de vacances qui s’étire en longueur : on laisse aller, venir, sans rien chercher à accélérer, profitant de chaque instant, chaque minute, chaque seconde.
Alhena demeure, elle aussi, immobile, comme une statue de marbre. Rien ne vient plisser les traits de son visage. Froideur habituelle en traits coutumiers. Déstabilisant, lorsqu’on la connaît à peine. Banal, une fois un premier cap franchi.
Elle a toujours été ainsi. En tout cas avec moi.
Froideur et distance.
Mais il faut savoir, apprendre à creuse, chaque jour un peu plus, derrière le masque de glace. Pour se rendre compte que la distance n’est qu’apparence et qu’elle peut être bien plus proche de vous que vous ne le pensiez.
Et elle me répond, offrant une ouverture à un partage.

Mes mains quittent doucement les épaules d’Adrian. Les enfants demeurent calmes, comme à mon arrivée. A croire que la musique a, sur eux, une telle emprise qu’elle enfouit leur énergie enfantine qui les pousserait davantage à aller courir ou s’occuper.
Je m’approche d’Alhena, du piano.
Rester debout et regarder la jeune femme en contrebas.
Un léger sourire qui vient fleurir sur les lèvres. Soupir discret dans cette atmosphère de bulle de rêve. Flottement des corps et des âmes. Cocon de vacances.

-Ma tante a essayé de m’initier, quand j’étais petite. Mais je préférais l’écouter jouer que me lancer moi-même.

Pause. Et je rends à la statue de marbre devant moi son regard. Nous nous dévisageons l’une l’autre. J’ai toujours essayé de percer son mystère. Aujourd’hui encore, j’essaie. J’ai ce sentiment qu’en demeurant auprès d’elle, répondant à ses appels muets, elle m’offrira, peu à peu, des parts d’elle, de sa bulle, de son monde.
Après tout, c’est ce qui s’est passé jusque là. Pas à pas. Ensemble. Jusqu’aux enfants.

-Je crois que mes messages, je les fais passer différemment. Mais j’aime écouter ceux des autres.

Surtout quand ils ont pour habitude de se cacher. Et de parler d’une façon telle que les gens ne les entendent pas.
Moi
Moi je veux être là pour eux. Et réceptionner leurs mots qui paraissent ne rien dire. Et qui, pourtant, valent cent phrases banales.
Je pose une main sur le bords du piano.

-Tu m’apprends ?

Retrouver ce lien de mentor à élève.
Il n’y a pas qu’en combat ou armes moldues qu’elle a à m’enseigner. La musique, le piano. C’est un autre moyen d’approche de deux êtres qui se cherchent et, parfois, se trouvent, sur un éphémère moment au détour d’une rue.
Je lui souris.
L’invitation a été lancée. A trouvé son écho. Au bout de quelques notes de musique.

-Et toi, pourquoi tu aimes tant la musique ? je demande soudainement d’une voix douce.

Jeu du rebond de balle. A voir si elle s’en saisira. Ou esquivera. Comme si souvent.

Alhena Peverell
Alhena Peverell
Responsable MDJ-GHarryPotter2005
Responsable MDJ-G
HarryPotter2005
Année à Poudlard : Diplômé(e)

Matière optionnelle : Médicomagie

Spécialité(s) : Permis de Transplanage


[Habitation] La Spina della rosa - Page 2 Empty
Re: [Habitation] La Spina della rosa
Alhena Peverell, le  Sam 4 Aoû 2018 - 22:14

Le vie est si longue, que seule la musique est capable de distraire réellement l'humain de ses pensées.
Pourtant, parfois, c'est elle qui accable l'esprit de messages noirs. C'est elle qui joue sur l'humeur et sur le coeur. Elle fait vivre, vibrer et pleurer. Elle rend vivante toute personne ayant la capacité de ressentir un minimum. Les notes bousculent jusqu'à l'infini de l'être profond.

C'est aussi pour une de ces raisons-là, qu'Alhena s'efforce de jouer d'un instrument, d'écouter un son, chaque jour. Parce que c'est infiniment important de s'accrocher à quelque chose qui vous rend vivant. Quelque chose qui est une infime partie saine de tout un corps éraflé par le temps.

Ses muscles se crispent, elle a ses idées qui s'évaporent. Elle aimerait répondre quelque chose de concret à Kohane, mais en même temps, ce serait bien trop personnel. Elle n'a pas envie de dévoiler une des pensées qui la taraude le plus. Son existence est déjà bien compliquée alors pas besoin de faire graviter d'autres angoisses, d'autres secrets ou même d'autres voix qui vont lui porter moral à chacun de ses pas.

ça donne envie de crier, tu trouves pas ?

Je ne sais pas si on y fait toujours passer des messages, ou alors c'est inconscient.

Probablement que c'est toujours inconscient. On y retrouve des notes tordues par le stress, une mélodie angoissante à cause des problèmes ou alors, des sons de bonheur crées par des sourires. On tremble de révéler un peu de nous à travers cette musique. Et même, quand on joue comme une machine, on transmet un message quoi qu'on fasse. Mais ça n'en est pas pour autant volontaire.

Je peux t'apprendre. Quelques mélodies simplement ou tu souhaites vraiment te mettre au piano ?

L'un était sympathique, l'autre demandait du temps et de la patience. On ne maîtrisait pas quelque chose en claquant des doigts, ce n'était pas magique l'apprentissage. Il fallait parfois se résoudre aux bonnes vieilles méthodes, comme les devoirs et les cours. Ce n'est pas parce qu'ils sont sorciers qu'ils doivent braver toutes les lois de la vie.

Je ne sais pas, je l'aime, c'est tout.

Elle n'avait pas envie de savoir quelles étaient ses propres raisons. Elle en connaissait quelques-unes, mais pas toutes. Et même en les connaissant, elle n'avait aucune envie de les reconnaitre. Alors simplement se dire que c'est parce qu'elle aime quelque chose, sans raison apparente c'était bien. C'était peut-être un mensonge, mais c'était ce qui faisait le plus de bien.
Ne pas compliquer les pensées

Azaël Peverell
Azaël Peverell
Auror
Auror
En ligne
Année à Poudlard : Diplômé(e)

Matière optionnelle : Médicomagie

Spécialité(s) : - Permis de Transplanage
- Animagus : Chien-loup Tchécoslovaque


[Habitation] La Spina della rosa - Page 2 Empty
Re: [Habitation] La Spina della rosa
Azaël Peverell, le  Dim 31 Mar 2019 - 23:10

PV Shela
LA accordés


C'est bizarre, comme t'as posé ta démission sans chercher à comprendre. Tu pensais que t'étais attaché au Heurtoir. Tu pensais que cet établissement était comme un pilier dans ta vie, un de ceux qui te faisaient tenir face à tes bonnes résolutions, face à ton entrée dans le vrai monde adulte. T'y as pris tes responsabilités, mais uniquement parce qu'Elly te faisait confiance. Lorsqu'elle est partie, ta raison de rester au Heurtoir est partie avec elle. T'avais pas envie de porter l'établissement sur tes épaules. T'avais pas envie de devoir gérer les choses officiellement. T'avais pas envie d'être seul.

Alors démissionner sonnait comme une évidence. Tu l'as fait. Il y a deux jours maintenant. Et tu te sens étrangement vide. Pourtant, ça ne change rien, t'as continué à t'entraîner. Mais sans ta salle, c'est différent. T'as l'impression de simplement errer entre la Cabane et la Forêt Interdite comme si les lieux allaient soudainement changer à leur tour. Mais non, ils restent encore et toujours les mêmes. Désespérément les mêmes. T'as besoin de changement. T'as besoin de voir autre chose, de t'éloigner de cette vie qui ne fait que te rappeler un nouvel abandon.

T'étais sensé te reprendre en main après avoir passé tes examens. Faut croire que t'es juste bon à tout foutre en l'air quand les choses commencent à aller mieux. T'as peut être peur de cette stabilité qui s'était installée. Tu aimes les choses immuables. Mais là t'as juste l'impression d'être enfermé dans un quotidien dont l'infime changement était insupportable à vivre. Tu fous des vêtements dans un sac à dos, des affaires de toutes sortes. T'as bien l'intention de te barrer de là. Pour combien de temps, tu ne sais pas encore. Où... T'as une idée, du moins elle fera l'affaire pour commencer.

Baguettes emportées, tu laisses un mot à Arty, histoire qu'il ne s'inquiète pas de ne pas te voir réapparaître les prochains jours. T'as juste un arrêt à faire avant. Quelqu'un à récupérer. Ou du moins, quelqu'un à qui proposer de t'accompagner. Vous en aviez parlé, il y a longtemps. De partir, ensemble. D'aller faire les enfants ailleurs, voir d'autres choses, découvrir un autre monde, pour enfin trouver sa place, la vraie. Elle en a sûrement toujours besoin, t'es pas sûr qu'elle aille super bien. Pas facile de trouver Diggle sans son adresse. Mais t'es pas pressé. Les heures passent, le temps n'a plus franchement d'emprise sur toi. Tu espères juste tomber sur elle et c'est ce qui arrive.

- Hé, attends ! Partir, ça te dit toujours ? Moi j'm'en vais. Tu peux m'accompagner.

Sourire un peu gêné. Faut dire que vous n'en avez jamais reparlé. Peut être même qu'elle a oublié, peu importe. T'aimerais bien que vous teniez cette promesse que vous vous êtes fait. Après tout, elle était belle, pas vrai ?
Shela Diggle
Shela Diggle
Serpentard
Serpentard
Année à Poudlard : Aucune année renseignée

Matière optionnelle : Pas encore disponible

Spécialité(s) : Permis de Transplanage


[Habitation] La Spina della rosa - Page 2 Empty
Re: [Habitation] La Spina della rosa
Shela Diggle, le  Mer 3 Avr 2019 - 16:14

Tout est incompréhensible désormais, un peu comme aux heures d'il y a quelques années mais avec la souvenance en plus - de quoi perdre le sommeil, voilà que l'on pense le vide plutôt que d'essayer de le combler. Les actions sont automatiques : le matin l'on se lève, une ou deux heures après le réveil, parce que cinq heures du matin est trop tôt pour le reste du monde, l'on sort, l'on s'assoit à un café, le premier qui arrive sur le chemin, toujours le même, et l'on achète un journal que l'on lit sans voir, sans réellement arriver à décider si ce dont on parle à l'intérieur est une forme de vrai, ou s'il s'agit de sa tête. On commande un café, amer, comme le goût sur la lange dans les poumons qui ne part pas qui n'est jamais parti et qui ne partira sans doute pas. Le reste est brouillon. Souvent l'on marche au hasard des rues des passants que l'on décide de suivre quelques temps, pour, pour
pour se donner une raison de marcher
comme l'on se donne des raisons d'aller s'allonger dans le lit le soir, dans cette maison qui appartient aux aurors et que l'on occupe sans vraiment être sûre d'y avoir encore droit, sans doute pas, des raisons de boire le café le matin et de manger le midi, de lire sans le voir ce journal, il pourrait être le même chaque jour que l'on ne le verrait pas, des raisons pour embrumer les pensées inexistantes

Tous les jours se ressemblent et c'est comme si le temps avait cessé de se mouvoir, comme si l'on était enfermée dans une pièce de vingt quatre heures, et, probablement, en être la clef et ne souhaiter en changer quoi que ce soit. Parce que rester au même point permet d'imaginer - et l'on y croit, si fort - que l'on ne s'éloigne pas un peu plus chaque jour de ces faits auxquels l'on ne peut plus toucher, ces mots que l'on ne peut retirer, et qu'elle elle ne s'enfuit pas plus bien qu'elle soit déjà loin. Bien sûr, il y a le crabe, qui lui grandit, qui n'a pas su disparaître, seulement l'on ne lui a accordé dans ces vingt quatre heures répétées aucune place, ni à lui, ni à sa guérison. Il est, comme tout, relégué à loin, loin derrière le brouillard blanc qui encombre les lignes de la tête
peut être est-on devenue incapable de penser, comme après un accident, blanc blanc blanc

L'on ne saurait dire combien de temps s'est répétée la journée avant qu'un élément vienne trop la bousculer pour pouvoir encore y rester. Parce qu'Azaël ne peut être considéré de la même façon que tous les autres passants - Azaël ! combien de temps, avant tout cela, depuis la fois dernière, exprimer une réelle surprise, dans une forme silencieuse qui sied si bien désormais.
Partir, et puisque les décisions n'ont pas d'impact, celles qui éveillent, les nécessaires, ne considérer que peu les choses qui auraient pu être réfléchies - après tout, c'était un dessein d'il y a fort longtemps. Après tout, voilà peut être le moment où il allait falloir partir, vraiment. Nos pensées avaient été sincères, et réapprendre, avec une affection portant quelque chose de candide, qu'elles n'avaient jamais cessées de l'être. Oui, l'empressement n'est pas feint, partons, tout de suite ? Tout de suite.

Les matérielles affaires n'encombreront pas nos bras et l'on se précipite sur cette porte offerte avec la vigueur adolescente qui fait grimper au ciel. Sans connaître la destination - partout conviendra, loin surtout -, quelques mots à peine suffisent, et une confiance, à son bras quitter brusquement l'Angleterre sorcière.
La France ? reconnaître, dans les façades, un quelque chose qui s'apparente à leur capitale. S'épousseter les bras pourquoi maintenant seulement, partir ? Tu n'es pas obligé de répondre ou de dire la vérité. Avoir les yeux aux nuages
Azaël Peverell
Azaël Peverell
Auror
Auror
En ligne
Année à Poudlard : Diplômé(e)

Matière optionnelle : Médicomagie

Spécialité(s) : - Permis de Transplanage
- Animagus : Chien-loup Tchécoslovaque


[Habitation] La Spina della rosa - Page 2 Empty
Re: [Habitation] La Spina della rosa
Azaël Peverell, le  Jeu 4 Avr 2019 - 19:37

Elle accepte. Et ça ne t'étonne pas plus que ça. Tu n'étais pas sûr qu'elle viendrait, après tout, elle pouvait avoir des choses pour la retenir ici, et tu ne lui en aurais pas voulu. Tu arrives comme ça, sans prévenir, et tu proposes. Mais t'es bien content qu'elle te dise oui. Partir, c'est bien, mais à deux, c'est mieux. Surtout quand l'autre est quelqu'un d'appréciable. Quelqu'un d'apprécié. Tu ne cherches pas plus loin pour transplaner tandis qu'elle s'accroche à ton bras. Tu sais exactement où tu vas. Loin, dans un endroit lié au changement. Au renouveau. A la renaissance. Tu secoues légèrement la tête.

- Ce n'est pas notre destination finale, juste une escale.


T'es pas franchement capable de transplaner de Londres à Venise en un coup. Il faut croire que tes capacités magiques ne sont pas totalement hors du commun, bien que tu aimes le penser. Vous ne repartez pas tout de suite, t'as bien besoin de quelques minutes de pause entre deux transplanages aussi importants. Tu préfères cependant garder votre destination secrète pour l'instant, pour qu'elle ait la surprise. Après tout, puisqu'elle est prête à te suivre n'importe où, autant ne pas lui gâcher le plaisir de la découverte. Enfin, tu espères qu'elle aime bien l'Italie et qu'elle ne connaît pas très bien.

Elle pose une question. Une bonne question. Tu sais pourquoi, mais c'est étrange. Tu ne devrais pas réagir de la sorte. T'es juste... Nostalgique ? Peut être triste, réellement. Le départ d'Elly du Heurtoir, c'est pour toi un tournant. Tu dois trouver une nouvelle voie, sans elle. Tu ne pouvais pas continuer à travailler dans cet établissement avec son fantôme entre les murs. Le Heurtoir, c'était avec elle, ou pas du tout.

- Un changement s'est imposé à moi. Je me suis dit que c'était maintenant ou jamais. Comme ça le temps d'adaptation n'est pas gâché. Je ne veux plus perdre de temps, je veux pouvoir profiter. Avec toi, du coup.

Tu lui tends à nouveau ton bras. Il est temps de repartir. Un crac sonore, et vous voilà devant la villa. Celle dans laquelle Alhena t'as forcé à devenir clean. Celle dans laquelle tu as souffert, beaucoup. Mais surtout celle où tu as pu être sauvé. Tu n'es pas resté sobre et clean très longtemps après ça. Mais t'as toujours fait attention pour ne pas retomber dans les profondes addictions. Et maintenant, ça te paraît tellement plus simple... Comme une évidence. Tu ne veux plus te détruire toi-même, au contraire. Tu veux continuer de bâtir ce que tu es. Ce que tu veux être.

- Entre, j'te fais visiter.

Vous passez le portail, pour traverser le jardin, avec sa piscine et ses belles pelouses. Mais l'intérieur n'est pas mal non plus. Tu entres, passant de pièce en pièce. Et c'est à ton tour de poser la question.

- Et toi, pourquoi tu as dit oui ?

Tu ne précises pas qu'elle n'est pas obligée de répondre, comme elle l'a fait pour toi. Parce que c'est évident, elle peut bien faire ce qu'elle veut. Tu n'as pas l'intention de la forcer à quoi que ce soit.
Shela Diggle
Shela Diggle
Serpentard
Serpentard
Année à Poudlard : Aucune année renseignée

Matière optionnelle : Pas encore disponible

Spécialité(s) : Permis de Transplanage


[Habitation] La Spina della rosa - Page 2 Empty
Re: [Habitation] La Spina della rosa
Shela Diggle, le  Ven 5 Avr 2019 - 19:47

Une escale, par Paris, peut être allons nous encore sursauter longtemps dans des grandes villes, des sauts de grenouille, des échappées, et dans cette douce innocuité hausser les épaules, délaissant au hasard - à Azaël - son libre-arbitre, sûre que tout conviendrait ; rien ne pouvait être pire que la brume immobile. Au fond, tout au fond, il y a même une curiosité qui, bien qu'elle soit fine, est sincère. Une pause que l'on prend volontiers, soi aussi, grattant du regard les bâtisses incommodes, les fenêtres, espérant ne pas y croiser de reflet humain. Un changement se fût imposé, et lui a choisi de lui prendre la main le bras, de bouger avec. L'action, pour ne pas trop réfléchir. Et l'on se surprend à reconnaître une façon de faire mainte et mainte fois utilisée - l'on avait depuis longtemps remarqué ce mimétisme avec lui, cependant, cela, comme tout le reste, avait été évincé, masqué par le brouillard, la pluie battante qui a effacé la plupart des lignes
Si l'encre coule il n'y a plus à lire aucune sorte de nostalgie méchamment à vif. Une sage idée je crois, donc, de sa part. Loin de chez soi, les choses n'ont plus cet air irrémédiable, presque comme s'il était possible de faire ce que l'on souhaiterait de ses mains, de ses mots, de son futur. C'est une belle illusion. Après tout, l'on pouvait bien remplacer quelques temps le blanc de la cervelle contre un mensonge agréable.
Remarquer la présence de songe dans mensonge

Une immense maison se dessine à présent dans un contexte bien plus ensoleillé - l'on ignorait toujours où l'on se trouvât, mais, ne souhaitant briser l'exquis de l'ignorance, l'on ne posât la question au compagnon de voyage. Il y a quelque chose qui fait penser aux paysages du sud, mais ne trouver suffisamment de détails pour situer plus précisément. Un jardin immense, impeccable, une piscine et le désir soudain de s'y plonger - l'on est aisément influençable -, cette curiosité toujours mince mais bien présente, attentive, embuée. Tandis que l'on observe chaque recoin présenté par son hôte, voilà bien sûr la question qui revient. Et, bizarrement, il n'y a pas la lascive pudeur, pas l'habituel désir de se taire, parce que finalement ça n'a pas d'importance. Parce que j'ai cassé la personne qui faisait le plus sens. Lui jeter un coup d’œil. Pas Keira. Cela devrait suffire à ce qu'il associe ce genre de relation à la personne visée, celle que l'on ne voulait nommer. Et qu'il n'ait pour image la jeune femme d'auparavant. Hausser les épaules comme si cela effaçait toute la gravité de la chose - que cela aurait été plus simple - je prends tout ce que tu as pour remplir la tête.
La piscine, ça compte.
Azaël Peverell
Azaël Peverell
Auror
Auror
En ligne
Année à Poudlard : Diplômé(e)

Matière optionnelle : Médicomagie

Spécialité(s) : - Permis de Transplanage
- Animagus : Chien-loup Tchécoslovaque


[Habitation] La Spina della rosa - Page 2 Empty
Re: [Habitation] La Spina della rosa
Azaël Peverell, le  Mar 9 Avr 2019 - 18:23

LA Shela (bon en vrai c'est en attente de confirmation mais promis j'édite si elle dit non)



Sa réponse est paradoxalement aussi claire qu'évasive. Tu ne savais pas qu'il y avait eu quelqu'un après Sanders. Tu ne sais pas grand chose de Shela à vrai dire, si ce n'est que sa compagnie a le don de tout rendre plus simple, plus innocent, plus enfantin. Elle a l'air pourtant drôlement adulte, en te disant ça. Comme si la dureté de la vie finissait tout de même par la frapper, et qu'elle se la prenait de plein fouet. Tu baisses les yeux un instant, déçu pour elle. Elle ne méritait pas cela, t'en es sûr et certain. Elle aurait dû garder cette innocence, cette pureté à tout jamais. Mais les bonnes personnes finissent toujours par être blessée. T'en as assez.

Ton poing se serre légèrement, sous la colère que fait monter cette profonde sensation d'injustice. Mais tu te détends presque aussitôt lorsqu'elle parle de la piscine. T'es pas venu jusqu'ici pour être en colère. Tu l'as pas amenée avec toi pour qu'elle voie ça. Tout ce que tu peux faire, c'est faire en sorte qu'elle pense à autre chose, qu'elle arrête de se sentir coupable. T'as bien besoin de ça aussi. Elly t'évite comme pas permis depuis qu'elle est partie du Heurtoir. Ou peut être depuis le Dirigeable ? Il faut croire que t'as tout cassé aussi. Tu finis par relever les yeux vers elle en hochant légèrement la tête.

- Va pour la piscine alors !

Tu laisses ton sac tomber au sol. T'as bien un maillot de bain qui traîne dedans, mais t'as pas envie de le chercher. Tu veux simplement que les choses bougent enfin, faire quelque chose. Et si le bonheur semble se refuser à toi, peut être même à vous, et bah tu vas aller le chercher toi-même. En emmenant Diggle avec toi. Parce que t'en as assez d'attendre toujours que les choses se passent sans rien faire. Tu veux vivre. Tu t'en es empêché bien trop longtemps. Ni une ni deux, tu attrapes Shela par la taille et les jambes pour la hisser sur ton épaule, et tu cours vers la piscine sans te soucier le moins du monde du fait que vous soyez tous les deux encore habillés et qu'elle est peut être en train d'essayer de t'empêcher de mettre ton plan à exécution.

De toute manière, tu ne lui en laisses pas l'opportunité puisque le bord de la piscine est à peine atteint que tu sautes directement dedans, lâchant Shela au dernier moment pour qu'elle retombe dans l'eau, un peu plus loin que toi. La douce fraîcheur de l'eau t'enveloppe tout entier tandis que tu remontes à la surface dans un éclat de rire non feint, avant de chercher Shela du regard.

- Aussitôt dit, aussitôt fait ! Considère-moi comme ton chevalier servant pendant tout le temps qu'on passera ici. Peut-être que ça te remplira la tête !
Shela Diggle
Shela Diggle
Serpentard
Serpentard
Année à Poudlard : Aucune année renseignée

Matière optionnelle : Pas encore disponible

Spécialité(s) : Permis de Transplanage


[Habitation] La Spina della rosa - Page 2 Empty
Re: [Habitation] La Spina della rosa
Shela Diggle, le  Ven 12 Avr 2019 - 11:40

Un instant l'on se perd dans le décor, balayant des yeux le paysage dégagé, et au loin, montagneux, sans toujours chercher à savoir la position exacte. N'est-on pas encore plus loin de chez soi lorsque l'on ignore où l'on se trouve ? Insaisissable, dépourvu de racines parce qu'arraché de son terreau - ce dernier était infertile, de toute manière. Juste assez meuble pour s'en déloger. D'ailleurs l'on n'a encore décidé d'un chez soi, d'un endroit que l'on considérerait comme sa maison. Estimer que cette villa n'était pas non plus la maison d'Azaël. Ceci n'est pas une maison. C'est un éden où l'on peut fuir le monde. Voilà qui est estimable, et donne envie : un nid perdu, un quelque chose que l'on a toujours souhaité avoir ; lui l'avait obtenu. Cligner des yeux.
L'exclamation du jeune homme tire des rêveries, et avant d'avoir tout à fait pu réajuster le regard aux plus proches édifices, voilà que l'on est propulsée en l'air sans pouvoir retenir un jappement de surprise. L'on réalise très vite ce qu'il est en train de faire, ainsi que les lourds vêtements dont on aurait dû se débarrasser, et l'on rit en tentant sans conviction de se défaire de son emprise, quelques gentillets poings dans son dos

le fleurissement de milliers de bulles sur ce qu'il reste de peau nue lorsque l'on est plongée dans l'eau, savourer l'absence de bruit du monde, l'absence d'air. Remonter d'un battement de pieds, surprise par le poids qui tire vers le bas. De longues mèches devant les yeux, et un sourire sincère aux lèvres. Je crois je crois qu'il est nécessaire que l'on tente de se débarrasser de ces choses sur les épaules, de recouvrir le tout de cette jolie candeur, de se réessayer à l'insouciance. Comme une sorte de cure, ici, et avec lui. Parce que partir n'est pas anodin, parce qu'il s'agit pour lui aussi de quelque chose de nécessaire. La villa sera baptisée l'Insouciance, et éprouver une forme de reconnaissance qu'il est probablement naïf de ressentir si vite. Très bien, chevalier servant en riant il y a un tas de choses dont j'ai toujours eu envie sans jamais avoir eu l'occasion de les faire. Rouler sur le dos dans une position difficilement tenable, les vêtements trempés alourdissant le corps. Compagnon d'infortune, si tu souhaites aussi être compagnon candeur. Comme changer l'eau d'une piscine en boisson sucrée. Il y a une épicerie quelque part ? S'imaginer tous deux bras chargés de bouteilles d'un sirop couleur trop vive.
En sautillant sur la pointe des pieds - la hauteur de l'eau ne permettant pas un plus stable équilibre - se débarrasser du haut pour ne rester qu'en t-shirt. Jamais l'on n'aurait imaginé d'un pull puisse prendre tant de poids et de volume une fois abandonné dans une mare aqueuse ; le jeter en direction d'Azaël, l'éclaboussant avec force. Lui aussi avait une drôle de tête, avec ses cheveux plaqués contre sa visage et sa nuque.
Azaël Peverell
Azaël Peverell
Auror
Auror
En ligne
Année à Poudlard : Diplômé(e)

Matière optionnelle : Médicomagie

Spécialité(s) : - Permis de Transplanage
- Animagus : Chien-loup Tchécoslovaque


[Habitation] La Spina della rosa - Page 2 Empty
Re: [Habitation] La Spina della rosa
Azaël Peverell, le  Mar 16 Avr 2019 - 10:21

LA Shela (je suppose)

Tu devrais peut être te méfier de Shela. Parce qu'elle a toujours des idées bizarres, comme venues d'ailleurs. T'aimes bien ça chez elle. Mais en te désignant comme chevalier servant, tu t'engages peut être sur une voie plus difficile que prévue. Et effectivement, en entendant son premier souhait, tu commences par hausser un sourcil surpris avant d'éclater de rire. Une piscine de boisson sucrée, sérieusement ? Ton rire s'arrête, stoppé net par un pull trempé qui te fouette le visage en t'éclaboussant violemment. A peine t'en es-tu débarrassé en le balançant sur le bord de l'eau qu'il résonne à nouveau. Tu secoues la tête de gauche à droite.

- Tu sais qu'Alhena va me tuer ?

Nouveau gloussement tandis que tu secoues la tête, t'ébrouant comme un chien, envoyant les gouttelettes d'eau de tes cheveux partout autour de toi tandis que tu regagnes le bord de la piscine pour t'y hisser et t'asseoir, les pieds toujours dans l'eau. L'exercice est bien plus difficile avec un jean trempé, mais tu y parviens sans peine. Tu te relèves alors, pour te sécher d'un coup de baguette, elle aussi détrempée par ailleurs. Tu observes alors Shela dans l'eau avec un immense sourire.

- Bah alors, tu viens ? C'est l'heure des courses ! J'te préviens direct, on met ni menthe ni pamplemousse.

Enfant difficile, visiblement. Chevalier servant, mais pas trop trop. Tu veux quand même pouvoir profiter d'une telle piscine. Quitte à ce qu'Alhena te tombe dessus telle une harpie, autant que ce soit pour quelque chose d'absolument exceptionnel. Par contre, il y a comme un petit souci quand même. C'est que tu ne connais pas très bien le coin. La dernière fois que t'es venu, t'avais pas le droit de sortir, et une épicerie est bien le dernier endroit dans lequel Alhena t'aurais emmené. Faut dire que pour acheter de l'alcool, il n'y a rien de mieux. Faut peut être que tu préviennes Diggle de ce léger contre-temps.

- C'est tellement toi qui décide que tu peux même choisir dans quelle direction on part pour trouver une épicerie. Parce que je sais pas du tout où on peut en trouver une.

Si ça se trouve, il n'y en a même pas dans ce village. Il faut dire qu'il a l'air vraiment calme. Mais s'il n'est pas franchement éloigné de Venise, il reste tout de même assez loin pour avoir ses propres commerces. Du moins, tu l'espères, sinon vous risquez fort de tourner en rond quelques temps avant de parvenir à quoi que ce soit. Dans tous les cas, une balade ne pourra pas vous faire de mal. Le portail de la villa est donc à nouveau passé, vous laissant libre de remplir votre nouvelle mission.
Contenu sponsorisé

[Habitation] La Spina della rosa - Page 2 Empty
Re: [Habitation] La Spina della rosa
Contenu sponsorisé, le  

Page 2 sur 2

 [Habitation] La Spina della rosa

Aller à la page : Précédent  1, 2

Permission de ce forum:Vous pouvez 
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Harry Potter 2005 :: ~¤~ Autres Lieux Magiques ~¤~ :: A l'étranger-

L'univers d'Harry Potter est la propriété de la Warner Bros ainsi que de J.K Rowling.
Tous droits réservés sur ce site ©Copyright HarryPotter2005.