AccueilPortailFAQPublications internesRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Harry Potter 2005 :: ~¤~ Pré-au-Lard ~¤~ :: Rues de Pré-au-Lard :: La Tête de Sanglier
Page 5 sur 18
La Salle Principale
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6 ... 11 ... 18  Suivant
Rachel Ester Pasca
Serpentard
Serpentard

Re: La Salle Principale

Message par : Rachel Ester Pasca, Sam 22 Avr 2017 - 18:53


L'étudiante releva les yeux de ses mains et observa Jean, un petit sourire au bout des lèvres. Le regard moqueur, joueur. Elle n'était pas certaine de ce qu'elle avait cru déceler dans sa voix. Ce jeu, ni l'un ni l'autre n'y avait jamais joué. Pas même lors de leur rencontre, pas même lors de cette nuit qu'ils avaient passé ensemble.

- Tu te souviens de cette nuit dans la tente ? J'ai l'impression que c'était hier.

La verte se demandait s'il était toujours comme ce jeune homme qu'elle avait rencontré ou si le temps l'avait changé. Pour son bien, avait-il tourné la page ? Était-il allé de l'avant ? S'était-il perdu lui aussi ? A l'époque Ester était encore capable de lâcher prise. Faire la fête et faire confiance. Se perdre dans les montagnes et avoir encore la capacité de croire que l'on était capable de faire 5 heures en balais à 4 heures du matin alors qu'une soirée riche en alcool venait de se finir. Voilà qui elle avait été. Qui ils avaient été.

- On devrait remettre ça, lança-t-elle d'un coup, taquine avant d'ajouter : Tu revois encore les autres ? Lilou, Malicia, JB ?

Nostalgie quand tu nous tiens ! La complicité qu'Ester avait eu avec Malicia lui manquait aujourd'hui. Difficile pourtant de rejeter la faute à l'une ou à l'autre. Du bien elles en avaient fait toutes les deux. Du mal aussi. Et si la complicité était partie, heureusement l'amour leur était resté.
Revenir en haut Aller en bas
Vhagar Meraxès
avatar
Serpentard
Serpentard
Spécialité(s) : Animagus : Once
Permis de Transplanage


Re: La Salle Principale

Message par : Vhagar Meraxès, Dim 23 Avr 2017 - 18:44


La jeune femme se releva en dépoussiérant ses habits de la crasse du sol. Sol foulé mainte reprise dans la journée par les clients. Sol donc sale. Vhagar n'avait même pas vraiment réalisé qu'elle se trouvait quelques secondes plutôt les lèvres contre le parquet. Il la pensait assise en tailleur ou autre, mais dans tous les cas, en se tournant vers elle, il s'était d'autant plus surpris de voir une femme par terre qui jugeait sa manière de lorgner un journal. Pendant un moment l'idée qu'elle soit assez folle pour ne pas lui avoir parlé lui traversa l'esprit. Parce-que oui, si elle ne lui adressait point mot, c'est qu'elle parlait seule. Il vérifia d'un coup d'oeil qu'un autre fou n'ai pu être la cible de ses accusations. Personne.

- Euh, excusez-moi, mais de quoi vous vous mêlez serait plutôt la question! Maintenant, excusez-moi, j'avais une discussion très intéressante, enfin, plus intéressante que celle-ci en tout cas, avec le plancher et le plafond.


Au fur et à mesure qu'elle parlait, un rictus se dessina sur le visage du Nordique. La situation était plus que cocasse, une femme qui parle toute seule, au milieu des tables et des chaises. Ah non! Elle blablatait avec ce sale plancher! Et le plafond! Vhagar riait intérieurement, réussissant l'exploit de ne pas faire de bruit. Elle se tourna vers ses amis de bois, et lui retourna vers son journal. Elle le lui avait effectivement pas adressé la parole, c'était alors évident. Mais la surprise d'une demeurée était encore plus drôle que l'irruption dans sa vie privée n'était blâmable. Il tira une page du journal pour dissimuler son rire qui menaçait d'éclater au grand public.

- Je comprend pourquoi je ne viens plus dans les bars.

La cerise goutteuse sur le vase du gâteau. C'était trop. Vhagar laissa sortir son fou rire. Elle allait surement mal le prendre, mais il n'en pouvait plus. Pendant cinq bonnes secondes, il devenait une scène de spectacle, mais rien à foutre. Il plaqua le journal sur la table, et tint sa tête dans sa main, cachant ses yeux aux bords des larmes de fou-rire. Mais sa détente ultime fût vite interrompu par la jeune serveuse qui proposait les boissons. Bonne info, il venait d'ailleurs d'apprendre le nom de la folle.

- Et vous, vous voulez quelque chose ?

Reprenant son souffle, revenant au sérieux, réaffirmant peu à peu son non-sentimentalisme, quelque peu alors biaisé, il se tourna vers la jeune femme, avec toute sa crédibilité de frigo par terre. Il paraît que c'est comme ça qu'Ebenezer l'appelait. Ou Evelyne, il ne savait plus. Quoiqu'il en soit, il reliait les deux à cet endroit qu'il jugeait autrefois hors de ses intérêt, et truffé, emplie de blaireaux. Des blaireaux et des fous.

- Oui mademoiselle. Il se racla la gorge de rire, le mal pour se calmer. Je vais vous prendre un pur feu, ce sera très bien.

Bah. Finalement, c'était pas si drôle en fait. Disons que le dialogue de sourd entre Vhagar et cette... femme louche avait donné lieu à une drôle de situation. Afin de ne pas faire le malotru jusqu'au bout, il lança un regard moins haineux vers Crystal, le coude sur l'accoudoir. Elle avait la tête vers le haut de la salle principale.

- Intéressants, les dires du plafonds ? Un sourire encore amusé vint s'ajouter à la phrase, mais loin de lui l'idée de se moquer d'elle. Enfin, si, mais non. Voilà quoi.
Revenir en haut Aller en bas
Ariana Hastings
avatar
Serdaigle
Serdaigle
Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Re: La Salle Principale

Message par : Ariana Hastings, Dim 23 Avr 2017 - 18:56


Réponse à Loredana + commande


Ariana avait eu une absence – peut-être un peu trop longue à son goût – ou alors elle s'était endormie –  elle ne savait plus trop. Mais, en tout cas, ce fut une voix, celle de la jeune fille qu'elle était en train de fixer, qui la sortie de sa torpeur.

« Excuse-moi, mais t'aurais-je fait quelque chose pour que ton regard soit aussi fixé sur moi ? » demanda-t-elle doucement.

Ariana secoua la tête et se redressa sur son siège.

« Je… Désolé... » bredouilla-t-elle.

Elle passa une main dans ses cheveux, et jeta un coup d’œil autour d'elle – tout pour éviter le regard de l'inconnue de la table d'à côté. Elle vit le serveur arriver – ou peut-être était-ce le gérant, Ariana n'était pas très sûre – prêt à prendre leur commande.

« Mesdemoiselles, vous désirez ? »

Il avait un accent, un accent très fort qui déconcerta Ariana pendant quelques secondes, mais elle reprit bien vite ses esprits.

« Une salade Cracbadabum et un Soda de Branchiflore s'il vous plaît. » commanda-t-elle avant de se retourner vers la jeune fille qu'elle avait dérangé. « Je suis vraiment désolée, j'étais perdue dans mes pensées, je ne me rendais pas compte que j'étais en train de te fixer. »

Elle sentit ses joues rougir légèrement – ce qui ne lui arrivait que très rarement depuis la puberté – et tenta de se cacher derrière sa chevelure, maintenant devenue trop courte. La voilà à peine revenue dans le monde des sorciers et elle se mettait déjà dans une situation embarrassante. Elle songea pendant quelques instants à partir, à quitter cette table et cette taverne, mais elle avait déjà commandé, et puis fuir ne devait pas devenir la solution à tous ses problèmes.
Revenir en haut Aller en bas
Jean Parker
avatar
Modération GSerpentard
Modération G
Serpentard
Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Occlumens


Re: La Salle Principale

Message par : Jean Parker, Mar 25 Avr 2017 - 17:21


Il faisait bon dans le bar, il avait hâte de boire un peu, histoire de passer une bonne fin d'après midi.
Rachel lança la conversation sur leur nuit passée dans une tante en guise d'after de soirée, et il fallu quelques longues minutes au sorcier pour se remémorer cette nuit là.

Tu te souviens de cette nuit dans la tente ? J'ai l'impression que c'était hier.

Cela date un peu à mes yeux, mais je m'en souvient. Mais c'est vrai que ce fut une bonne soirée ce jour là.

On devrait remettre ça, lança-t-elle d'un coup, taquine avant d'ajouter : Tu revois encore les autres ? Lilou, Malicia, JB ?

Ah... C'est vrai qu'il n'avais reprit aucune nouvelles après la soirée qu'ils avaient passé au bar. Bon c'était il y a un peu moins de cinq ans quand même. Il y avait uniquement Lilou avec qui le sorcier avait eu l'occasion de... tisser à nouveau des liens, et Rachel qu'il avait continué à voir après cette soirée, là, mais c'est tout. les autres personnes le sorcier les avait un peu oubliées, après tout c'était pas bien grave non plus quoi. Le sorcier avait eu l'occasion de rencontrer bien des gens depuis qu'il avait quitté l'école magie, mais bon si seulement toutes ces rencontres avaient eu un bon impact dans la vie du sorcier, ce ne serait peu être pas la même aujourd'hui. Mais bon cela pourrait être bien pire.

heu je t'avoue que à part Lilou et toi, je n'ai pas eu l'occasion de reparler aux autres, hé puis ça date un peu donc je n'ai aps eu l'occasion de revoir les autres. Et toi ?

Bon il avait bien eu l'occasion de reconnaitre Malicia une fois dans la rue et suite à une sorte d'agression il avait été à pousser un sorcier. Cela l'avait profondément marqué pendant une époque, puis avec toutes les péripéties qui ont suivi les jours, hé bien, à force le sorcier n'était plus hanté par se souvenir depuis longtemps et la dernière fois qu'il avait revu Malicia au gala du Heurtoir, cela ne lui avait pas fait grand chose.
Revenir en haut Aller en bas
Rosie Peltz
avatar
Serdaigle
Serdaigle
Spécialité(s) : Permis de Transplanage


Re: La Salle Principale

Message par : Rosie Peltz, Sam 29 Avr 2017 - 0:43


| RPG Unique |

Elle promenait ses regards. Mais elle devint sérieuse, comme étonnée de ne pas trouver quelqu’un là. Au dehors régnait la nuit moite qui aspergeait les convives de pluie avant qu’ils n’atteignent la chaleur étouffante de l’auberge. Les voix bourdonnaient, on parlait bas, en étouffant de légers bâillements.

« Excusez-moi, je prendrai un verre de vin, je vous prie, s’éleva la voix douce au passage du loufiat. » Rosalynn sourit finement, avec un geste d’insouciance. Certes, ce n’était pas elle qui aurait empêchait cette pauvre Nicola d’avoir un succès. Le spectacle qu’avait donné Patrick à toute la table de ses doigts talentueux l’intéressait davantage. On connaissait le pianiste pour ses coups de cœur ; attisant les vapeurs de sa femme et de la Peltz de ses ritournelles enjouées, ce brasseur de musique dont les mains frappaient les accords, devenait imbécile, lorsqu’il charmait une femme ; et il les voulait toutes, sauf sa fille.
Elle n’était occupée que de lui, le soignant, le dorlotant, buvant ce verre pour lui ; ce qui ne l’empêchait pas de ne pas l’apercevoir.

On se réveilla un peu, on acheva le vin. La salle s’endormait dans cette lourde chaleur. Mais c’étaient les garçons du coin qui faisaient le plus de bruit, croyant être dans l’antichambre de leur maîtresse commune, se cognant, engloutissant les verres avec des exclamations gutturales.

Quand la griserie mit du rose à ses joues, Rosie perça et s’échappa de ce cloaque alcoolisé.

Informations :
 
Revenir en haut Aller en bas
Crystal M. Ertz
avatar
Poufsouffle
Poufsouffle
Spécialité(s) : Permis de transplanage


Re: La Salle Principale

Message par : Crystal M. Ertz, Dim 30 Avr 2017 - 22:18



~ Avec Vhagou et Marynette

La connection était aisée avec les planches poncées. Chaque ligne semblait raconter l'histoire d'une famille et chaque œil guettait l'histoire de ceux qu'ils regardaient de haut (Oui messire le plafond, c'est de vous que je parle) ou de bas (Allez, petit plancher, reprend toi). On retrouvait cette volonté de raconter sa vie et d'espionner celle des autres partout. Les humains n'avaient pas le monopole de cela, même s'ils aimaient à le penser. Ayant grandit dans une forêt, la sorcière s'était touchée sentie à l'aise ces photo-synthésiens. Ils étaient plus calmes et plus sages que la majorité des personnes qu'elle avait pu croiser jusque là.

- Bonjour Crystal ! Ça me fait plaisir de te voir ici ! Tu veux quelque chose à boire ou à manger ?

Oh. Voix qui n'est pas inconnue. Aucun regard n'est nécessaire pour reconnaître sa cliente des Halles, fort sympathique jolie demoiselle, qui était déjà venue plusieurs fois, même si la gérante n'avait eu l'occasion de la servir qu'une seule fois. Pourquoi se souvenait-elle? Et bien, précisément parce que celle-ci avait communié avec le plancher des Halles Magiques tout comme Crystal était en train de le faire ici. Etrange situation, délicieusement symétrique.

Un drôle de bruit avait commencé quelques secondes plus tôt. Il n'était pas très surprenant de se rendre compte qu'il venait de la table derrière elle. Il s'étouffait ou quoi ? Ah non, il riait. D'un rire spontané et plutôt incompréhensible pour elle. Il avait vu quelqu'un débarqué en tutu à pois mauves? Peut-être était-ce du à une information dans le journal qui lisait. N'étant pas complètement folle (quand même), la sorcière sentit que l'hypothèse la plus probable restait qu'il se moquait d'elle, d'une façon super discrète. Mais il fut vite refroidit par Mary:

- Et vous, vous voulez quelque chose ?

La brunette sourit à la serveuse. Après ce fou-rire distingué, elle n'avait pas spécialement envie de parler à ce type.

- Mary, Je ne savais pas que tu travaillais! Je suis super contente de te recroiser, les gens agréables ne courent plus les rues ces temps-ci... Petite pause/pose (menton relevé et yeux plissés presque dirigé vers le blondinet) dramatique. Je prendrai un cocktail "La Jambe de Bois" s'il te plait.

Et quelques secondes, très longues, s'écoulèrent. Crystal n'avait vraiment aucune intention de bouger de là. Pourquoi le ferait-elle? Mais elle sentait clairement qu'elle n'était pas au bout de ses peines avec ce Ken. Et bingo, quelques secondes plus tard:

- Intéressants, les dires du plafonds ?

Elle ne tourna pas la tête vers lui, examina encore le plafond, dont un oeil particulièrement bien développé qui semblait lui dire "Allez fifille, défend la communauté".

- Figurez-vous que oui, c'est très intéressant. Il suffit d'y faire un tout petit peu attention pour comprendre ô combien ces planches recèlent de secrets et de mystères qui n'attendent qu'à être compris. Il ne faut pas oublier qu'il y avait des êtres vivants derrières ces bouts de bois, des êtres qui respiraient le même air que nous, des êtres majestueux et gigantesques qui ne bronchent pas face aux difficultés, qui ne se jugent pas les uns les autres. Des arbres forts et diversifiés qui méritent d'être dans les mémoires, peut-être plus que certain sorciers.
Revenir en haut Aller en bas
Mary Drake
avatar
Préfet(e)/Serdaigle
Préfet(e)/Serdaigle
Année à Poudlard : Septième année

Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Re: La Salle Principale

Message par : Mary Drake, Lun 1 Mai 2017 - 21:37


Vhagar & Crys' ♥


Mes mains se tortillent, encore et encore, dans un ballet frénétique. Elles sont moites, signe d'un stress plus que grand qu'il ne le devrait. Mais Mary, réveille toi ! Tu n'as rien à te reprocher, ni même la moindre raison pour paniquer. Cependant, elles continuent leur danse infernale. Je veux en frapper l'une du dos de l'autre, mais elles s'évitent comme si la droite avait la peste. Ou non, la gauche. Sourcils froncés, je me demande laquelle des deux peut bien être victime d'une maladie mortelle. Ce qui m'arrangerait le moins, c'est la droite, parce que j'écris avec cette main là, mais j'ai toujours de la poisse, alors les probabilités de chance pour que se soit la gauche touchée par la maladie sont minimes. Certains me diraient que quoi qu'il arrive, je tomberai sur du cinquante cinquante. Personnellement, je suis plus sur du septante trente. Enfin, c'est ma parole de folle contre celles des autres, je crois que le hasard n'aura qu'à décider. De toute façon, je n'en ai rien à faire. Finalement, je réussi à les stopper en croisant mes bras. Alors, okay, les mains sous les aisselles, ce n'est pas la chose la plus fraîche qui existe, mais je n'ai pas vraiment une autre idée pour qu'elles arrêtent de faire n'importe quoi.

Et heureusement qu'elles terminent cette stupide danse. Parce que je commence à avoir des réponses côté client. Le premier demande un pur feu. Je crois pas que ce soit le plus original qui soit, m'enfin, il fait ce qu'il veut. Même si je n'apprécie pas trop son rire. J'ai l'impression de tomber sur des clients ingrats. Même si je crois que dans son cas, c'était plus destinée à la gérante des Halles magiques qu'à moi. Bien que cela ne me plaise pas non plus, je dois bien avouer que Crystal est assez marrante. En même temps, discuter avec le plafond, c'est toujours assez marrant. Cocasse comme situation. D'ailleurs, elle me dit qu'elle voudrait bien un cocktail jambe de bois. Je ne connais pas encore toute la carte par cœur, alors j'hoche la tête comme si je savais ce que c'était alors qu'en fait, pas du tout. J'essaie ensuite de placer quelques mots, histoire d'échanger des banalités à Crystal, mais elle se lance alors dans un monologue sur le plafond. J'attends donc, ne voulant pas être impolie. Son histoire est intéressante, je suis plutôt heureuse de constater que je ne suis pas la seule à aimer parler avec des choses inertes. Même si elles ne l'étaient pas avant. Quand elle termine, je lance le plus rapidement possible, d'une petite voix gênée :

-Ça ne fait pas longtemps que je travaille ici... Je vous amène vos commandes tout de suite.

Je me dirige rapidement vers la cuisine. Lire la carte, première chose. Trouver ce qu'ils ont demandé, la deuxième. S'arranger pour qu'il n'y ai pas de postillons, la troisième. Et finalement, la dernière étape, c'est d'apporter les deux verres - ce qui n'est pas beaucoup en soit- à leur table/sol sans faire tomber quelque chose. Je panique à l'idée du bruit de verre brisé. J'attends, j'attends, j'attends encore. Je ne veux pas risquer. Un pied devant l'autre, lentement. J'ai l'impression de marcher sur un fil, mais finalement, j'y arrive sans problèmes. Je dépose le shot de Pur feu sur la table, la jambe de bois sur le sol. Donc, si je me souviens bien...

-C'est 4 mornilles pour vous, dis-je en regardant l'homme à la carrure de glace, et 5 mornilles pour toi Crystal !

HRPG:
 

Rosie Peltz


Je nettoyais les table quand elle est arrivée. Lançant sa commande, l'air de rien, comme si tout le monde devait être à sa portée. Et c'est moi qui, d'un haussement d'épaules, m'en était chargée. Un ver de vin, lequel, nul ne le sait, ce n'est pas précisé. Je m'étais rendue dans les cuisines, sans chercher à comprendre plus loin. Mais n'étant pas amatrice d'alcool, je ne savais pas lequel était le meilleur, lequel serait le plus divin. Finalement, j'avais choisis l'ortie, le lui avais apporté, sans chercher à comprendre plus loin, murmurant juste à elle seule une fois le verre apporté le prix qu'elle avait à payer. J'avais récolté l'argent, puis je n'ai pas pu détacher mon oeil de cette femme étrange. On aurait dit qu'elle était dans son monde. Une atmosphère étrange, presque palpable. Je n'ai pas compris, et encore maintenant, alors qu'elle est partie, il y a comme une sensation de sa présence passé à présent. Étrange...

HRPG:
 

Revenir en haut Aller en bas
Asclépius Underlinden
avatar
Serpentard
Serpentard
Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Fourchelang
Legilimens


Re: La Salle Principale

Message par : Asclépius Underlinden, Mar 2 Mai 2017 - 13:45



@Max & Eb'
Toutes mes excuses pour le retard :mm:

Il observait, pensif, son interlocuteur, sans vraiment le voir, réfléchissant lui aussi, à cette généalogie brumeuse. Et, brumeuse, elle l’était. C’était compliqué de lier les gens entre eux et, souvent c’était plutôt artificiel. Mais sa famille était grande, entremêlées, avec des gens qu’il ne connaissait pas, ni de nom ni de visage, et d’autres dont il ne connaissait que le nom, ou que le visage, ou qu’un trait de personnalité tiré au hasard, suite à une observation ennuyée à une fête quelconque.
Ainsi, dans ce fouillis appelé « famille », il ne connaissait pas grand-monde. A peine les proches, ou rapprochés. A savoir : père, mère, frères, cousin. Ce n’étaient que des inconnus, un peu comme Max, qui était déjà plus proche de lui, puisqu’il était à Poudlard, comme lui, et qu’ils discutaient ensemble.

Ainsi, il rêvassait sur les rapports entre les êtres et comme quoi on était souvent plus proche d’inconnus, que de gens de sa propre famille, que l’on ne connaissait jamais vraiment. Preuve en est, il ne savait pas vraiment quoi répondre à la question de Max. Pourtant, malgré son peu d’empathie avec les êtres, il sentait que c’était une question plutôt importante. Il avait semblé un brin… Perturbé ? Peut-être avait-il vu quelque chose, qu’il ne s’attendait pas à voir ?
Il mordilla nerveusement sa lèvre inférieure, avant de faire retourner son regard sur l’arbre généalogie, pavé de blasons où le tilleul dominait. Un Valdrak, un tilleul, un espace laissé vide… Maximilia ? Adelaïde ? Lui-même semblait tout autant perdu. Mais bon, peut-être avait-il plus de réponses à apporter ? Aussi décousues et parcellaires soient-elles…

« - Une cousine de mon père, je crois… »

Le visage ne lui disait pas grand-chose : il ne se rappelait pas même l’avoir vu au Noël dernier.

« - Elle est du côté allemand, en tout cas. Il semblait faire des murmures pensifs, ceux que l’on fait quand on réfléchit à voix haute. Dans l’arbre, c’est pas trop éloigné… Tu la connais ? »

Hop, l’on renvoie la question, façon souaffle, parce que nous-même, on n’a pas la réponse, et qu’on se sent un peu bêta, à être perdu à la moindre interrogation, alors qu’on avait nous-même orchestré ce rendez-vous hasardeux.

Alors, pour éviter de répondre, il déposa les sept mornilles individuelles demandées par le frérot consanguin, ce triste sire agréable, et attendit.
Revenir en haut Aller en bas
Phoebe Monroe
avatar
Gryffondor
Gryffondor
Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Loup-Garou


Re: La Salle Principale

Message par : Phoebe Monroe, Mer 3 Mai 2017 - 17:03


[Loredana & Ariana, désolé du retard]

Mes pieds se balançaient sur le rythme des éclats de verre, des rires gutturaux dont la salive giclait comme une bouffée d’étincelles, sur le ratamtam des fourchettes raclant la surface bancale des assiettes jaunes.

Les jeunes filles m’offraient la pâleur fraîche des vierges enfermées sous leur temple de vertu dont elles se pâmaient de leurs cous blancs d’oies. Et sur leurs fronts lisses s’étendaient l’inconnu de mon expérience auquel je ne parvenais à rattacher la moindre sémantique, déjà perdu dans un tourbillon délicieux d’alpinisme solitaire.

« Très bon choix… » Puis, j’attendis, l’empâtement de mon visage se dessinant. Enfin, mes bras se jetèrent sur la table, face à la muette (Loredana) : « Bon, tu vas te décider, gamine ? » Tonna alors cette voix sèche et irritée.

S’éveilla alors en moi le trouble inhérent au genre humain – que j'abhorre, remuant les rouages organiques de ma chair et attisant les flammes de forges sortant de mes poumons ; le mollet droit se faisait envieux de l'escalade, chatouillé par l'idée d'oublier le savoir une poignée de minutes.

Consommation & loto :
 
Revenir en haut Aller en bas
Rachel Ester Pasca
avatar
Serpentard
Serpentard
Spécialité(s) : Permis de Transplanage


Re: La Salle Principale

Message par : Rachel Ester Pasca, Jeu 4 Mai 2017 - 19:55


Sorry...
Notifications défaillantes...
LA de Jean Parker


Ester se redressa sur sa chaise, croisa les jambes, continua à sourire, séductrice cette fois. Plus ça allait, plus elle se rendait compte que les simple sourire ne lui était plus accessible, alors elle devait un peu jouer avec ses expressions, pour ne pas trahir ce qu'il se passait réellement en elle. On se débrouillait tous un peu comme on le pouvait pour que nos blessures ne se voient pas. Néanmoins, elle était étonnée d'avoir tenu aussi longtemps alors que la conversation se limitait pour le moment à quelques modalités de retrouvaille. Il faisait quoi le serveur ?

- Il n'y a que JB que je ne fréquente plus.


Malice dans le regard. Évitons de parler de nos amours passé, cela pourrait tout gâcher, tout compliquer. D'autant qu'à bien y réfléchir, il était surprenant que Jean et Ester n'aient pas un passé ensemble. Ce n'était pas la première fois que la vie les réunissait et il en avait parfois fallu bien moins pour se lancer. Voila qui lui changerait les idées. Voila qui ferait une belle occupation en ces temps troublé par la guerre et la mort. Faite l'amour pas la guerre.

- J'vous sers quelque chose ?


Ester jeta un ultime coup d’œil à la carte tandis que Jean commandait une bouteille de vin, avant de commander à son tour "un museau". La jeune sorcière attendit par politesse que leur serveur ne s'en aille avant de relancer la conversation. Il était temps de jouer un peu.

- Oh mais j'y pense ! Tu n'as pas ouvert un commerce il y a peu ? Je l'ai vu dans les journaux,
dit-elle sur un ton de flatterie. T'as la situation stable, ne manque plus que la femme. Quelqu'un en vu ?
Revenir en haut Aller en bas
Phoebe Monroe
avatar
Gryffondor
Gryffondor
Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Loup-Garou


Re: La Salle Principale

Message par : Phoebe Monroe, Mer 10 Mai 2017 - 15:14


[Rachel & Jean,
vous avez le droit de dire que Phoebe s'en va après]

Pendant que la fille de cuisine – dont la douce docilité miroitait ma supériorité hiérarchique – servait du café qui, selon la rumeur, n’était que de l’eau chaude, aux vieillards amassés au coin du bar, je me tenais face à ces deux étrangers, la langue frémissante. Il faisait à peine assez claire pour déchiffrer les visages : la lumière peinait à se projeter au-delà des carreaux sales et ternes. Cette obscure chaleur de l’auberge me grisait ; égayait mon attrait obsessionnel pour la bagatelle.

« Une bouteille de vin et un museau ! » Pause. Rires.

Le public ignore où est passé l’homme. Des bruits éclatent quelque part dans la scène. Enfin, il revient, sortant d’une porte noire, un sourire fin sur un visage cireux.

« Je vous ai choisi une bouteille de Bourgogne, j’espère que ça vous ira. » La silhouette sombre de la bouteille s’écrasa avec bruit sur la table. « Et le museau. C’est un museau. » La porte d’entrée s’ouvrit. Un homme entra. Je lui fis un signe de main. « Bienvenue l’ami. » Retour aux clients. « 10 Mornilles pour la bouteille, 5 pour le museau. »

Informations :
 
Revenir en haut Aller en bas
Max Valdrak
avatar
DirectionSerdaigle
Direction
Serdaigle
Spécialité(s) : Animagus : Écureuil roux


Re: La Salle Principale

Message par : Max Valdrak, Dim 14 Mai 2017 - 18:30


Avec Eb' et Asclé'
Excusez moi pour le retard

Si je la connaissais? A cette simple question, j'avais envie de répondre oui. Lui dire que je savais qui elle était. Lui parler d'elle. De celle qui d'après cet arbre était ma mère. Mais je ne fis rien. Je ne pouvais rien dire de cela. Cette femme je ne l'avais jamais vu.

J'avais souvent pensé au jour où je découvrirais l'identité de celle qui m'avait mise au monde. Cependant, je ne pouvais imaginer l'apprendre ainsi. Une simple lettre. Un nom sur un arbre généalogique. Des personne dont les visages m'étaient inconnus sauf un. Celui de mon père aux côtés du portrait de cette femme. Tout semblait indiquer qu'elle était ma génitrice.

Le jeune homme fasse à moi ne semblait pas en savoir plus que moi sur le sujet. D'après ses dires c'était une cousine de son père. Avais je donc trouvé par hasard cette partie de la famille que je cherchais? Je me sentais un peu déboussolée ne croyant toujours pas au fait que mon nom et celui de mon paternel étaient inscrits sur cet arbre. Je fis alors part de mes réflexions sur la question, après avoir donné la monnaie au serveur qui venait d'arriver avec notre commande.

-Je ne connais point cette femme, mais il semblerait d'après votre généalogie qu'elle serait ma mère. Cependant,
mon père ne m'ayant jamais parlé d'elle je ne peux vous le confirmer.


Je pointais mon nom pour lui faire comprendre que j'apparaissais dans l'arbre de sa famille.

-Comme vous pouvez le voir aucun portrait d'accompagne mon nom. Peut-être est ce cela qui vous à empêcher de faire le lien avec ma personne directement, dis je en pensant à haut voix encore ancrée dans mes réflexions
Revenir en haut Aller en bas
Asclépius Underlinden
avatar
Serpentard
Serpentard
Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Fourchelang
Legilimens


Re: La Salle Principale

Message par : Asclépius Underlinden, Mer 24 Mai 2017 - 0:59


@Max

Il n’avait pas attendu grand-chose de cette rencontre. A vrai dire, il avait d’abord pensé à une malformation de l’encre ou du papier, à une erreur de généalogiste, à une étourderie, un oubli… Ou simplement le fait d’avoir mal lu, de s’être précipité.

Et là, il avait devant ses yeux, une partie manquante de l’arbre, comme si le chiffon du hasard était venu enlever la poussière sur son visage. En face de lui, dans le bar tenu par son frère consanguin : Maximilia Benedicte Valdrak. Cousine indirecte.
Il devait probablement avoir l’air bête (m’enfin, plus que d’habitude, dirons-nous), à la fixer ainsi, les yeux rond, le regard perdu… Mais c’était tout de même n peu difficile à pleinement réaliser, comme histoire. Oh, il ne doutait pas un seul instant que la personne en face de lui soit belle et bien Maximilia Benedicte Valdrak. Il ne doutait pas non plus de sa vue (il avait même vérifié avec des lunettes au moment d’écrire cette lettre, il s’en souvenait), mais, les deux ensemble, associés… Voir un nom sur une vieille généalogie brumeuse prendre vie c’était…

« - Incroyable… »

Il prit son Museau et en but quelques gorgées, le regard ailleurs, se demandant que faire par la suite. Sûr que Max avait eu d’autres espoirs, en venant à cette rencontre. Peut-être cherchait-elle quelqu’un ? Ils avaient chacun trouvés autre chose que ce qu’ils étaient venus faire ici : lui voulait étancher sa curiosité pour tromper l’ennui et elle (du coup, c’était définitif, c’était un « elle » et pas un « il » maintenant, vu que c’était « Maximilia » et non « Maximilien » sur l’arbre. Oui c’était binaire comme réflexion. Oui il vivrait très bien avec ce raisonnement), et elle, donc, était probablement venu par curiosité et… Quête familiale ? Apparemment, elle ne connaissait pas sa mère. Ça leur faisait déjà un point commun, même s’il voyait la sienne aux repas de famille…

« - Désolé, je suis juste un peu… Comment dire… Eh bien… Malgré le fait que cette généalogie soit effectivement brumeuse, je ne m’attendais pas à trouver une cousine, ici, à Poudlard… Surtout que tu n’as pas le cœur velu : tous, à la maison, ont le cœur comme ça. En si mauvais état que, même cuit, on n’aurait pas envie de le dévorer… »

Il fit tourner le museau entre ses longs doigts osseux, avant d’observer un peu plus en détail, l’être en face de lui. « - Navré, je tutoies, tu vouvoies… On pourrait s’accorder, si tu préfères ? » Un léger sourire, avant de poursuivre. « - Que penses-tu faire de cette information, du coup ? »

Il avait la voix douce, tranquille, comme s’il avait un peu mis au clair ses pensées, le temps d’avaler les quelques gorgées du cocktail de la Tête de Sanglier. Ça devait être un des effets de cette boisson, après tout. Qui sait ? Faudrait demander au frangin, à l’occasion…
Revenir en haut Aller en bas
Jean Parker
avatar
Modération GSerpentard
Modération G
Serpentard
Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Occlumens


Re: La Salle Principale

Message par : Jean Parker, Jeu 25 Mai 2017 - 17:06


Réponse à Rachel. Autorisation de Phoebe pour le départ.

La revoir faisait remonter à la surface un tas de souvenirs enfouis dans un esprit contrarié s'efforcant de ne pas remettre en cause une condition bien vaine. Il fallait se contenter de vivre, d'encaisser les épreuve de la vie et les ravages du temps, en priant intérieurement pour que au moment de l'instant de vérité les choses aillent vite et le plus doucement possible. La douleur faisait peur, c'était humain après tout. Cependant il ne fallait rien montrer. Rester grand, fort et digne, ne pas briser le masque de l'hésitation et des montagnes de problèmes.

Il n'y a que JB que je ne fréquente plus.


JB ? Jean ne se souvenait pas vraiment de ce sorcier. Dans l'instant présent il revoyait vaguement son visage grâce à Rachel, grâce aux souvenirs de la soirée, mais hélas rien de plus. On pourrait penser que c'est triste en soi mais bon le sorcier avait eu l'occasion de croiser bien des êtres depuis quelques années de débauche, tous avaient une histoire, un passé, des rêves ou espoirs.. Cependant cela ne finissait hélas jamais bien. Mais bon il fallait voir le bon côté des choses.. Ou plutôt commencer par le trouver ce bon côté et ça c'était déjà pas facile en soi.

Je vois. A part toi, je n'ai pas vraiment eu l'occasion de revoir les autres, mais bon j'imagine que c'est dans l'ordre des choses. On évolue, on prend tous des chemins différents en tentant de trouver la voie qui nous correspond, au prix de quelques rencontres.

Le temps de finir sa phrase, un homme que le sorcier ne connaissait pas vint et amena les boissons désirées aux deux jeunes gens. Donnant à l'homme les précieuses pièces correspondant à la bouteille pourpre qu'il allait descendre comme le premier des ivrognes d'un pub Irlandais, heureux d'être enfin dans un état second, afin de pouvoir oublier devant un écran le matraquant d'informations sa vie commune. L'homme tourna ensuite les talons pour s'occuper d'autres clients, laissant ansi les duex amis en tête à tête.

Le temps de se servir un premier verre qui viendrait tourmenter son foie et son esprit, Rachel brisa le silence avant que celui-ci n'ait vraiment le temps de se déposer autour d'eux.

Oh mais j'y pense ! Tu n'as pas ouvert un commerce il y a peu ? Je l'ai vu dans les journaux. T'as la situation stable, ne manque plus que la femme. Quelqu'un en vu ?

Sa réponse était flatteuse mais venait de faire mal au sorcier dans le même temps. Elle venait de lui rappeler un gouffre de solitude laissé depuis peu, gouffre marqué par la disparition de Célya du jour au lendemain, comme si toute sa vie n'avait jamais eu lieu, malgré bien des efforts, le sorcier avait été incapable de la retrouver ou ne serait-ce que comprendre ce départ. Essayent de ne pas montrer ce désespoir en enchainant quelques gorgées, le sorcier se concentra avant de répondre à son amie.

En effet, avec un ami nous avons créé un établissement de défense, et cela paraît prometteur. Pour ce qui est de la femme, non il n'y a personne en vue, mais je ne me vois pas me poser avec une personne en ce moment, j'aurais l'impression d'avoir tout à coup des chaînes entravant ma vie.

Un semi mensonge basé sur un fond de vérité absolue, donc bon c'était à moitié acceptable.

Et toi quoi de neuf ?
Revenir en haut Aller en bas
Max Valdrak
avatar
DirectionSerdaigle
Direction
Serdaigle
Spécialité(s) : Animagus : Écureuil roux


Re: La Salle Principale

Message par : Max Valdrak, Sam 27 Mai 2017 - 1:33


Avec Eb' et Asclé'

Les yeux ronds. Il m'observait. Je ne devais pas être la seule qui doutais de cette coïncidence. Mais, pourtant c'était vrai. Sinon pourquoi donc, mon nom, celui de mon père sur ce papier? J'avais donc découvert une nouvelle partie de ma famille. Une qui m'était jusqu'alors inconnue. Mais que faire de cette information?

Le jeune homme prit un peu de sa boisson puis la parole. Je fis de même. Non sans une petite grimace au passage que je tentais de dissimuler. J'aurais peut-être dû prendre une boisson plus classique. Quelque chose que je connaissais déjà. Mais j'avais opté pour l'inconnu et les surprises ne sont pas toujours à notre goût.

Il était aussi dans ses réflexions et questionnements. Cela me fit sourire. Voilà un point sur lequel on se rapprochait. Sa dernière phrase me fit réfléchir. Je n'y avais pas vraiment pensé. Il fallait dire qu'en venant ici, je n'attendais pas grand chose. Encore moins découvrir une partie manquante de ma généalogie.

- Je pense que je vais garder cette information en tête pour l'instant et ne rien dire à mon paternel. Je ferais sûrement quelques recherches de mon côté pour en savoir plus.

Un peu pensive. Je faillis oublier sa précédente question.

-Oh, excuse moi, c'est une habitude pour moi de vouvoyer tout le monde. Désolée si cela a pu te mettre mal à l'aise. J'essayerais de faire attention. Je dois t'avouer que je n'imaginais pas non plus en découvrir plus sur ma famille en quelques mois à Poudlard qu'en plusieurs années avec mon père. Vous...Enfin tu disais que vous aviez dans la famille tous le cœur velu et en mauvais état. Est ce que tu pourrais expliciter un peu plus ce second point?  

La curiosité avait parlé. Toujours au rendez vous. Un trait qui ne me quittait pas depuis mon enfance.
Revenir en haut Aller en bas
Rachel Ester Pasca
avatar
Serpentard
Serpentard
Spécialité(s) : Permis de Transplanage


Re: La Salle Principale

Message par : Rachel Ester Pasca, Sam 3 Juin 2017 - 21:51


Jean était dans le juste. Il était difficile, voire même impossible de rester en contact avec toutes les personnes qui croisaient un jour notre route. Principalement parce que chacun avait la sienne, de route. Il y avait des destins qui étaient liés. D'autre qui avançaient ensemble un temps avant de s'éloigner brusquement. D'autre encore qui avançait côte à côte sans vraiment se toucher, parfois se frôler, comme c'était le cas avec les deux sorciers. Le tout était encore de l'accepter et pour cela, il n'y avait pas grand chose de mieux qu'un verre.

Quand on parle du loup d'ailleurs. Le serveur revînt vers eux pour leur déposer leurs boissons et, accessoirement, récupérer son dut. Ester fit donc simplement glisser vers lui l'argent qu'elle avait déjà sortie. Première gorgée, ce n'était pas mauvais, mais un brin d'alcool n'aurait pas été de refus. Cela étant dit, se remémorer les raisons de son choix l'aida à ne pas trop regretter. La sorcière préféra alors mille fois sourire à Jean, essayant de relancer la conversation. Essayant presque de le séduire. Oui, c'était dit. C'était le seul moyen qu'avait trouvé la sorcière pour dissimuler ce qu'il y avait à dissimuler.

- En effet, avec un ami nous avons créé un établissement de défense, et cela paraît prometteur. Pour ce qui est de la femme, non il n'y a personne en vue, mais je ne me vois pas me poser avec une personne en ce moment, j'aurais l'impression d'avoir tout à coup des chaînes entravant ma vie.

Ester acquiesça, impressionnée par sa réussite. Se lancer dans un tel projet, celui de créer un commerce, faisait partie de ces choses qu'elle se savait incapable de faire. Alors en toute logique, elle se laissait facilement impressionné par ceux qui en avait le courage. Au-delà de ceci, la verte n'en perdit pas le nord pour autant, profitant de la question de Jean pour avancer un peu plus dans son jeu. Quoi de neuf dans sa vie ou dans ses relations amoureuses ? Dans le doute, elle prit la solution qui l'arrangeait le plus.

- Rien de sérieux non plus niveau relation. Des plans culs surtout, avoua-t-elle en un rire un brin forcé.

Elle n'avait aucune honte à l'avouer. En fait, elle n'avait jamais réellement eu de tabou. Alors elle ajouta, avec un sourire entendu :

- Mais personne pour le moment.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé

Re: La Salle Principale

Message par : Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas
Page 5 sur 18

 La Salle Principale

Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6 ... 11 ... 18  Suivant

Permission de ce forum:Vous pouvez 
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Harry Potter 2005 :: ~¤~ Pré-au-Lard ~¤~ :: Rues de Pré-au-Lard :: La Tête de Sanglier-

L'univers d'Harry Potter est la propriété de la Warner Bros ainsi que de J.K Rowling.
Tous droits réservés sur ce site ©Copyright HarryPotter2005. Affichage optimisé sous Firefox.