AccueilPortailFAQPublications internesRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Harry Potter 2005 :: ~¤~ Autres Lieux Magiques ~¤~ :: Les villages
Page 2 sur 4
[Habitation] Manoir McKinnon
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4  Suivant
Josephine Campbell
Gryffondor
Gryffondor

Re: [Habitation] Manoir McKinnon

Message par : Josephine Campbell, Sam 9 Sep 2017 - 14:02


- Oh ça, ça risque fort d’être plus compliqué…

Evidemment, il ne pouvait pas se contenter d’un sourire poli et d’un acquiescement. Il aimait avoir le dernier mot malheureusement… tout comme elle. Mais là tout de suite, elle n’avait pas envie de gâcher le moment de leurs « retrouvailles » et avait décidé de prendre sur elle ou presque. Elle se contenta de lever les yeux aux ciels un sourire aux lèvres. C’est que son répondant lui avait manqué tout de même. Mais bon, s’il poussait le bouchon, elle lui rappellerait au cas où il l’aurait oublié, qu’elle aussi savait se montrer cynique et qu’elle savait sortir les crocs si besoin.

Lorsqu’il lui lâcha la main, Jo reprit sa tasse de chocolat chaud et en bu une gorgée. Elle allait devoir arrêter d’en boire. Ça avait un effet soporifique sur elle ce genre de chose, surtout par temps de pluie, comme aujourd’hui.

- Et, si tu me racontais un peu votre première rencontre avec Ralf ?

Jo releva la tête et ne pu s’empêcher de froncer les sourcils à ce souvenir.

- C’était chez un antiquaire. Cet abruti de vendeur faisait semblant de ne pas le voir et faisait passer tout le monde avant lui. Lorsque je le lui ai fait remarquer, il m’a dit que ce n’était pas grave, ce n’était qu’un elfe et qu’il pouvait attendre. J’ai pris Ralf avec moi et on est parti. Jamais de la vie je ne remettrai les pieds dans sa boutique à cet idiot !


Rien que d’en parler, Jo sentait la colère l’envahir. Elle n’aimait pas ce type de comportement. Elle détestait la maltraitance infligée aux elfes et ce sentiment de supériorité que pouvaient ressentir certains sorciers à leur égard.

- Et comme il se retrouvait sans rien et qu’il avait l’air tout affolé, je lui ai proposé de l’aider dans ses recherches de tableaux...


Jo venait de finir sa tasse, elle la fit tourner entre ses doigts quelques instant avant de reprendre.

- Il est vraiment adorable, on a pas mal discuté tous les deux pendant nos après midi de recherches. Il t'aime beaucoup et il voulait vraiment que tout soit parfait pour le retour de son maître.

Elle jeta un rapide coup d’œil autour d'eux avant de se pencher vers Peter et continuer à messe basse.

- Et si ça t’intéresse il a un faible pour les fruits rouges. A chaque fois qu'on prenait une glace il choisissait le parfum fruits des bois.

Ce n'était pas vraiment un secret, mais elle savait que Ralf était relativement discret et parlait très peu de lui. A moins qu'il ait une attitude différente avec son maître... Jo se recala dans les coussins du canapé sur lequel ils se trouvaient et en pris un dans ses bras comme s'il s'agissait d'une peluche. Ce n'était pas de sa faute si le tissus était si doux.

- Et toi? Qu'est ce que tu as fait pendant tout ce temps? Ralf m'a dit que tu étais parti en voyage. Tu avais un but précis?
Revenir en haut Aller en bas
Peter McKinnon
avatar
Responsable RPGSerpentard
Responsable RPG
Serpentard
Spécialité(s) : Permis de Transplanage


Re: [Habitation] Manoir McKinnon

Message par : Peter McKinnon, Lun 18 Sep 2017 - 20:39


Dans un froncement de sourcils, Josephine se lança dans une longue explication détaillée de ce qu'elle pensait être sa première rencontre avec Ralf. En réalité, tous deux s'étaient déjà croisés, bien avant le départ de Peter pour la Grèce mais elle ne semblait pas s'en souvenir, d'ailleurs peut-être n'avait-elle pas remarqué l'elfe, il fallait dire qu'il n'était pas bien grand et qu'il y avait eu du monde ce soir-là. En tous cas, ce devait très probablement être la volonté de Peter d'avoir toujours le dernier mot ou raison sur tout qui le poussait à déterrer ce vieux souvenir.

Il écouta donc patiemment la jeune élève de Gryffondor lui raconter leurs tribulations au sujet de la décoration, somme toute réussie, de l'endroit où ils se trouvaient. Il termina même sa tasse de thé alcoolisée alors qu'elle finissait, quant à elle, son récit. Elle termina par une question, qui ne laissa pas à Peter le temps de lui rafraichir la mémoire au sujet de son elfe, mais ce n'était que partie remise.

- Et toi? Qu'est ce que tu as fait pendant tout ce temps? Ralf m'a dit que tu étais parti en voyage. Tu avais un but précis?

L'ancien préfet reposa alors sa tasse vide sur sa soucoupe en porcelaine et s'éclaircit la gorge. La jeune fille était en effet l'une des rares personnes qui avait pu, durant la scolarité de Peter, assisté à l'une des prédiction de celui qui était alors un garçon de dix-sept ans. Aussi, il n'était pas forcément compliqué de se lancer des explications quant à l'endroit de sa retraite post-Poudlard.

- Eh bien, je ne sais pas si tu t'en souviens, mais il m'est arrivé à Poudlard de deviner la survenance de certaines choses. Alors, après ma septième année, je suis parti vivre dans une communauté de devins en Grèce pour essayer de comprendre ce qui m'arrivait.

Il marqua alors un arrêt dans ses explications et en profita d'ailleurs pour ressortir sa flasque de xérès pour s'en envoyer un goulée nature. L'image que pouvait renvoyer un sorcier de vingt-et-un ans assouvissant un penchant pour l'alcool en plein après-midi ne lui faisait ni chaud, ni froid. Il ajouta :

- Quant à ta première rencontre avec Ralf, elle remonte au bal de la St Valentin, lorsque j'étais encore à Poudlard. C'est après ce soir-là qu'il m'a proposé d'entrer à mon service. On s'est fort attachés.
Revenir en haut Aller en bas
Josephine Campbell
avatar
Gryffondor
Gryffondor
Année à Poudlard : Septième année

Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Re: [Habitation] Manoir McKinnon

Message par : Josephine Campbell, Mar 19 Sep 2017 - 17:03


Alors qu’elle le regardait reposer sa tasse, elle se demandait si l’une de ses suppositions allait être la bonne. Pendant tout ce temps où ils ne s’étaient pas vu, il lui était arrivé de repenser à ce très cher Préfet Parfait à de brèves occasions et de s’imaginer ce qu’il été devenu. Oui elle repensait à lui des fois, lorsqu’elle voyait un ivrogne tituber dans la rue, ou encore lorsqu’il lui arrivait de faire le tri dans ses dessins et qu’elle tombait sur le seul inachevé et peut être même encore lorsqu’elle mangeait des demi-dragées surprise parce que maintenant elle ne les mangeait plus que comme ça, par moitié.

Bref, elle l’avait imaginé en gigolo… mais apparemment non ce n’était pas ça, en contrebandier d’alcool, en éleveur d’hippogriffe ou de dragon, avec son caractère on aurait pu presque le prendre pour l’un d’entre eux ou encore en chercheur d’or.

- Eh bien, je ne sais pas si tu t'en souviens, mais il m'est arrivé à Poudlard de deviner la survenance de certaines choses. Alors, après ma septième année, je suis parti vivre dans une communauté de devins en Grèce pour essayer de comprendre ce qui m'arrivait.


*Perdu ! Rien à voir !*

Elle n’eut pas le temps de lui sortir un « euh… » pertinent et intelligent qu’il enchaina presque aussitôt derrière tout en prenant une lampé de… de quoi d’ailleurs ?!!

- Quant à ta première rencontre avec Ralf, elle remonte au bal de la St Valentin, lorsque j'étais encore à Poudlard. C'est après ce soir-là qu'il m'a proposé d'entrer à mon service. On s'est fort attachés.

Non mais il voulait l’achever ou quoi ?

Elle cligna plusieurs fois des yeux, la bouche légèrement entrouverte, incapable de sortir un mot. Par quoi elle était le plus choquée ? Elle n’en avait aucune idée ! Ou alors elle n’avait rien compris à ce qu’il venait de lui dire… Elle se frotta les yeux nerveusement puis, n’y voyant pas plus clair, prit la flasque des mains de Peter, sans lui demander, évidemment, et but une gorgée de ce liquide qui n’avait rien à voir avec du jus de citrouille.

-Attends, attends…!

Pause.

*ça pique la gorge son truc !*

-  Ralf était au bal ? Je ne m’en souviens pas du tout ! Enfin en même temps… j’ai été droguée pendant une bonne partie de la soirée alors.

Drôle de soirée d’ailleurs… On se serait cru dans la maison des fous. Et l’après soirée aussi n’avait pas été banale. Jamais elle n’aurait pensé se faire embrasser ce soir-là, encore moins par une fille et certainement pas par Ellana. Mais dans toute cette folie qu’avait été le bal de St Valentin, elle n’avait pas remarqué le petit elfe de maison. C’était dommage parce qu’elle appréciait sincèrement sa compagnie, et elle n’aurait pas été contre le rencontrer plus tôt. Il était attachant et Peter, pour une fois, semblait penser la même chose qu'elle.

*Ce jour est à marqué d'une pierre blanche! Et puis non, de deux pierres blanches, soyons fou!*


Mais pourquoi lui avait il posé la question, s'il connaissait déjà la réponse? Surement pour la faire passer pour une idiote encore une fois! Tu parles d'un crétin...

*En parlant du loup...*


- Tu as dit que tu pouvais voir des choses qui vont se passer. Moi je pensais que c’était un coup de chance lorsque tu avais prédit le menu ou que t’avais fait une descente dans les cuisines avant pour le savoir et que tu me charriais… C’est sérieux tu peux voir l’avenir ? Ton séjour en Grèce te l’a confirmé ?
Revenir en haut Aller en bas
Peter McKinnon
avatar
Responsable RPGSerpentard
Responsable RPG
Serpentard
Spécialité(s) : Permis de Transplanage


Re: [Habitation] Manoir McKinnon

Message par : Peter McKinnon, Mar 7 Nov 2017 - 8:52


Des questions, encore et toujours ! Décidément, on n'allait pas la changer de sitôt cette sorcière. Pour chaque réponse apportée par Peter, trois nouvelles interrogations tombaient, cela commençait à devenir un rien oppressant. Et puis, il n'avait plus rien à boire. Regardant tristement le fond de sa tasse, il sortit sa flasque pour s'humecter une nouvelle fois le gosier mais la demoiselle la lui prit dans un élan d'une rapidité étonnante. L'ancien préfet resta figé, foudroyant cette petite tout-permis de son regard, même si ce type de comportement dans son chef ne l'étonnait en définitive que très peu.

- Ralf était au bal ? Je ne m’en souviens pas du tout ! Enfin en même temps… j’ai été droguée pendant une bonne partie de la soirée alors.

Peter leva alors les yeux au ciel. Quelle était l'utilité de poser ce type de question, puisqu'elle venait d'en recevoir la réponse. Quant à son allusion à sa vie de dépravée, ce n'était pas l'idée du siècle de la placer devant son nouveau patron. Et quand allait-elle finir par lui rendre sa flasque ? Le maitre des lieux poussa un soupir. Il commençait à devenir irritable, il allait falloir qu'il mette fin à leur entrevue et retourne s'enfermer dans son bureau pour se calmer.

Cela ne s'annonçait pas si simple, puisque l'élève de Gryffondor avait reprit la parole, au sujet de son don de voyance, cette fois, Peter n'allait pas pouvoir en sortir poliment si ça continuait comme cela. Et voilà qu'elle lui avouait avoir cru à un coup de bol. Le voyant se vit alors réduit au niveau de ces bonimenteurs qui courent les marchés et les foires. Ce qui lui permit de balancer un regard des plus impérieux à la demoiselle.

- Oui, ça m'arrive d'avoir des épisodes divinatoires.

Il marqua une courte pause avant de se lever. Et, tout en reprenant sa flasque des mains de la brunes, il déclara :

- Eh bien, Jo, ta visite m'a fait fort plaisir ! J'ai quelques petits travaux qui m'attendent à présent alors je vais m'éclipser et laisser Ralf te raccompagner. Vous pourrez bavarder comme ça. On se voit à l'Occamy ?

Et, coupant court à leur conversation, dans une grossièreté non dissimulée, Peter prit la porte, prenant bien le temps de s'envoyer un coup de xérès au passage. Ralf, quant à lui, tout disposé à exécuter les voeux de son maitre, réapparu assez vite avec le manteau de Josephine en main qu'il lui tendit.
Revenir en haut Aller en bas
Josephine Campbell
avatar
Gryffondor
Gryffondor
Année à Poudlard : Septième année

Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Re: [Habitation] Manoir McKinnon

Message par : Josephine Campbell, Mer 8 Nov 2017 - 13:35


Elle avait surement usé le compteur bon humeur de Peter, surtout qu’il n’avait jamais atteint des sommets faramineux toutes les fois où ils avaient passé du temps ensemble. Et dire qu’elle avait accepté son offre d’emploi. Elle allait devoir se coltiner ses sauts d’humeur tout en étant en plus de cela sous ses ordres. Si cela ça ce n’était pas de l’inconscience…

Plus elle parlait plus elle voyait son attitude changer. Tout d’abord il n’arrêtait pas de jeter des coups d’œil impatients vers sa flasque. Il avait peur qu’elle la finisse ou quoi ? Ou alors peut-être qu’il avait au cours de tout ce temps attrapé un petit penchant pour la boisson.

Ensuite, son regard qui s’assombrissait de plus en plus au fur et à mesure qu’elle parlait. Peut-être qu’elle l’avait vexé. Mais en même temps, avoir des dons de divination ne courrait pas les rues et jamais elle n’aurait imaginé fréquenter une personne possédant cette capacité un jour et encore moins que cette personne soit LUI, le goujat qui lui prit la flasques des mains et qui prétexta une excuse bidon pour mettre les voiles.

*Non mais sans rire, et pendant quelque minutes tu as même cru qu’il avait gagné en maturité ?!*

Jo ne remarqua pas tout de suite Ralf qui s’était matérialisé à ses côtés, bien trop occupée à tirer la langue à la porte qui venait de se refermer derrière Peter.

- On se voit à l’Occamy oui, espèce d’hippogriffe mal léché !

*Il est pas obligé de mentir et de dire que sa visite lui avait fait plaisir…*

Elle sursauta quand Ralf lui demanda de ne pas dire du mal de son Maitre, ce à quoi elle répondit qu’il se montrait toujours désagréable avec elle et qu’il fuyait toujours la conversation lorsqu’on parlait un peu de lui. Il n’aimait pas qu’on fouille en lui et elle ne se contentait pas de ce qu’il pouvait servir aux autres. Dans son monde où tout n’était que paraitre et où son ambition de hisser son nom tout en haut de l’échelle sociale était plus forte que tout, elle, ne s’intéressait qu’à son vrai lui qu’il ne cessait de cacher et enterrer sous son sale caractère.

*Et puis de toute façon, tu n’es pas une belle et grande jeune fille à forte poitrine prête à te jeter dans son lit alors tu n’as aucune chance d’arriver à tes fins*


Jo enfila son manteau et retrouva sa bonne humeur à mesure que Ralf et elle rejoignant l’entrée tout en se donnant des nouvelles des derniers jours qui les avaient séparés. Ils avaient convenus que tous les dimanches, ils prendraient ensemble leur petit déjeuner à l’Occamy, mais que cela resterait entre eux. Juste avant de franchir la porte, Jo donna quelques recommandations quant à l’emplacement des tableaux qu’elle avait ramené plus tôt et profita d'une seconde d'inattention du petit Elfe pour glaner un cheveux du Maitre des lieux accroché à une cape pendue sur un porte manteau puis fila chez elle. Maintenant elle allait devoir annoncer son départ à ses parents…


FIN du RP
Vivement le prochain que je t'embête encore et encore
Revenir en haut Aller en bas
Kohane W. Underlinden
avatar
Responsable GGryffondor
Responsable G
Gryffondor
Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Occlumens


Re: [Habitation] Manoir McKinnon

Message par : Kohane W. Underlinden, Jeu 9 Nov 2017 - 20:12




Peter amour

Même pas de tic
Ou de tac
Juste un silence plombant alors que la nuit tombe -c'est qu'il fait sombre tôt en cette saison. Assise dans un fauteuil près du poêle allumé, je regarde le paysage à la fenêtre disparaître peu à peu dans l'ombre. Jambes repliées contre la poitrine. Les bras entourant les genoux. L'air un peu perdu, un peu rêveur, dans un monde de muets et de solitude.
La chaleur du poêle contrebalance le froid intérieur et l'air glacé que j'imagine au-delà de ce carreau. L'air glacé qui se balade la nuit, fend les arbres et les roches comme une puissante lame.
Je resserre davantage mes jambes contre ma poitrine. Pourtant, je n'ai pas froid. Il fait bon, ici. Ou peut-être que si. J'ai froid. Mais juste dedans.
En fait, je crois que c'est juste que... je m'ennuie.
J'ai pas grand-chose à faire. Pas de service aux 3B. Pas de frère étoilé pour courir vers les astres. Pas l'envie de voir la masse humaine dans les rues, se précipiter dans des magasins aux vitrines éclairées et bariolées de mille et une guirlandes. C'est la la période, voyez. Tous les Moldus courent dans les centres commerciaux -je trouve ça si futile. Ils m'agacent. Avec le stress du rien ne sera prêt à temps! Ils m'agacent à traîner leur misérable existence, trouvant refuge et satisfaction uniquement dans la consommation à outrance. Je ne veux plus les voir. Je ne veux plus voir le monde. Dans ces situations-là, le refuge, c'est le chalet, c'est les Alpes, c'est le loin de tout.
Et pourtant, paradoxalement, cette solitude me pèse.
Je fuis le monde mais je ne veux pas être seule. Parfois -souvent- ça me convient. Mais ce soir... Assise sur mon fauteuil à regarder la nuit imprégner la moindre parcelle de paysage, je me rends compte que je n'en ai pas envie. J'ai envie de... parler. Ou regarder quelqu'un. Ou lui tenir la main. Ou juste sentir cette personne à côté, même dans le plus profond silence. J'ai envie de faire quelque chose -n'importe quoi, même une connerie. Ou d'avoir un câlin. Tout à la fois, sans doute.
J'ai plus envie d'être assise sur mon fauteuil à regarder le dehors mourir dans l'ombre.

Un bond. Je me lève. Bientôt, je sens le sol sous mes pieds nus. Quelques pas, allers-retours devant le poêle. C'est affreusement silencieux. La vie s'est tue. En fait, je sais même pas vraiment si elle a déjà été, ici. Je trouve vide et muet. Mais je n'ai jamais vraiment connu le chalet avec des éclats de voix et l'aspect d'un véritable foyer.
Il n'est même pas fini d'être aménagé. Il y aurait encore des trucs à mettre pour réellement s'approprier l'endroit. Mais bon. Y'a le strict minimum. Et je ne me sens ni l'envie ni le courage de faire autre chose.
Faire le tour du petit salon -comme un ours en cage.
Non, vraiment, j'ai jamais connu ce lieu plein de vie. On n'y a presque jamais habité. Moi, j'y viens que lorsque j'ai besoin de me couper du monde. Je n'y suis donc pas souvent, traînant la plupart du temps à Pré-au-lard. Parce j'y travaille, aussi.
Et Asclépius, lui, s'est fait la malle. Loin.
Y'aura jamais de vie, ici.

Encore un tour du salon et mes yeux accrochent soudainement l'armoire. Mais pas n'importe quelle armoire. N'allez pas chercher du linge à l'intérieur. C'était notre cadeau de mariage. Et quel cadeau ! Peter nous avait dit que c'était une armoire à disparaître nous permettant de venir directement chez lui.
Plantée devant, je l'inspecte un instant.
Je ne l'ai encore jamais utilisée. On l'a mise là, elle n'a jamais bougé depuis. Et moi, j'ai jamais testée.
L'idée de remédier à cela me traverse subitement l'esprit. Après tout, je m'ennuie. Y'a personne pour me tenir compagnie. Et il est hors de question que je me perde sur les trottoir de Londres au milieu de ces foules insignifiantes.
Voir Peter m'apparaît comme une bonne option. Depuis qu'on a quitté Poudlard l'un et l'autre -y'a si longtemps- on n'a pas eu l'occasion de beaucoup se voir. Pourtant, on est toujours restés aussi proches. Alors... oui, pourquoi pas lui rendre une petite visite ?
J'sais même pas s'il es tard. Puis je m'en fiche.
Allez, zou !

Ouvrir la porte, rentrer dedans. J'espère que Peter s'est pas planté, que la jumelle est bien chez lui. Ce serait idiot que j'atterrisse autre part. Chez des inconnus, par exemple. Une famille qui me regarderait avec de grands yeux ronds.
Seconde en suspend.
Puis, silencieusement, j'ouvre la porte.
Coup d'oeil jeté à l'extérieur.
Je suis dans un bureau, apparemment. Une pièce plongée dans le noir. Et aucune présence.
En fait, je ne saurais dire où je suis. Etant donné que je suis jamais venue chez Peter. Mais bon. Je parie -je compte- sur le faire que l'ancien sinople s'est pas planté, a bien préparé le cadeau de mariage qu'il nous a offert et qu'il n'y a pas de raison que je ne sois pas chez lui.
Alors je fais quelques pas, me dirige rapide jusqu'à la porte -passer la tête dans l'encadrement.

-Houhou, y'a quelqu'un ?

Si ça se trouve, Peter n'est même pas chez lui...

Revenir en haut Aller en bas
Peter McKinnon
avatar
Responsable RPGSerpentard
Responsable RPG
Serpentard
Spécialité(s) : Permis de Transplanage


Re: [Habitation] Manoir McKinnon

Message par : Peter McKinnon, Ven 17 Nov 2017 - 9:57


Le regard dans le vague devant les flammes qui crépitaient dans la cheminée de la salle à manger, un verre de vin à la main, Peter était en pleine introspection, un rien aidé par l'ivresse. Le repas était fini depuis un petit temps, la table était débarrassée. Camilia devait être en train de dormir ou de pleurer sur son sort dans sa chambre. Ralf devait être aux cuisines occupé à trimer comme sa nature le laissait supposer. Peter était donc seul, quoique lorsqu'il y avait un bouteille de vin à porté de main il n'était jamais vraiment seul. Le feu ne semblait pas rapetisser, allez savoir ce que son elfe avait bien pu y mettre comme bûches pour qu'il se consume autant ... Vidant son verre d'un trait, il se retourna sur la longue table en chêne sur laquelle étaient simplement posées une grande carafe de vin à moitié vide et Phaesporia.

L'ancien préfet entreprit alors de se resservir un verre. Il empoigna le récipient en cristal se versa une bonne rasade du liquide bordeaux (d'ailleurs c'en était peut-être bien du Bordeaux), en laissant échapper quelques goutes qui se répandirent sur la tables. Il poussa un soupir accompagné d'un juron. Ralf trouverait bien le temps de s'occuper de cela le lendemain. Portant le breuvage ainsi servi à ses lèvres, il nota alors que la pointe de sa baguette clignotait. Quelle idée il avait eu de protéger son manoir avoir ce sortilège idiot ? Ce truc n'arrêtait pas de s'allumer. Mais, quelqu'un venait probablement de faire irruption chez lui. Il lui fallait agir. Il vida d'une traite son verre et attrapa sa baguette magique. Direction son bureau, pour y prendre sa cape d'invisibilité. Il n'était pas très doué en duel, il valait mieux avoir l'avantage de la surprise ! Arrivé à la porte de la salle à manger, il fit demi-tour et, de sa main gauche, attrapa la carafe, il allait avoir besoin d'un peu de courage liquide.

Mais, une fois arrivé à la porte de son bureau, Peter tomba nez à nez avec celle qui avait violé son domicile. Bien qu'il aurait pu se lancer dans une crise de panique de voir son plan de bataille ainsi déjoué, il n'en fit rien, il était en face de l'un des êtres les plus inoffensifs de la Terre :

- Kohane ?!

L'exclamation ne dura qu'un temps. Le regard de Peter se balada sur la pièce, éclairée par une cheminée en activité, pour tomber sur une armoire vide et ouverte. La belle venait sans aucun doute de faire usage de son cadeau de mariage. Un sourire se dessina alors sur le visage un rien aviné du sorcier. La soirée s'annonçait meilleure que prévue !

- Je ne t'attendais pas ! C'est vraiment une bonne surprise ! L'armoire a fonctionné comme il le fallait ?
Revenir en haut Aller en bas
Kohane W. Underlinden
avatar
Responsable GGryffondor
Responsable G
Gryffondor
Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Occlumens


Re: [Habitation] Manoir McKinnon

Message par : Kohane W. Underlinden, Sam 9 Déc 2017 - 16:18




Au début, c'est juste silence. On dirait que c'est mort, là-dedans. J'aurais peut-être dû envoyer un hibou ou un patronus avant. Pour m'assurer que Peter serait chez lui. J'suis en train de me dire qu'en fait, avec cette armoire, on peut venir n'importe quand dans son charmant domicile et ce, même s'il n'est pas présent. Un peu dangereux, comme concept. Bon après, il a pas offert cette armoire à n'importe qui non plus. Il doit bien savoir qu'on n'en fera pas n'importe quoi. Puis qu'on l'aime bien. Alors ça va, c'est entre de bonnes mains.
Constatant qu'il ne semble pas y avoir grand-chose pour l'instant, je prend un court temps pour regarder autour de moi, la pièce bureau. C'est amusant. Plonger ainsi dans l'intimité d'une personne, son espace de travail ou de création.
Les papiers paraissent envahir les pièce. Ils sont un peu partout. Dans tous les sens. Débordant, entassés. Je me demande à quoi ils correspondent, tous. Je pensais pas qu'on pouvait avoir autant de papiers. Quoique... il est vrai qu'une fois j'ai vu le bureau de James, mon cousin par alliance (mari de ma cousine) et c'était aussi un joyeux foutoir. Mais ça s'explique. Il est enseignant en lettres et plus largement en sciences humaines. Il a tout un tas de bouquins, d'articles, de feuilles de note dans tous les sens, je sais même pas comment il s'y retrouve.
Mais Peter, ça m'étonne.
Non pas que j'induis qu'il soit inculte. Mais je ne pensais pas qu'en travaillant dans un bar on pouvait accumuler autant de paperasse. Comme quoi. On en apprend tous les jours ! Ou alors Peter est juste une bête spéciale qui aime le papier.
Oh.
Je sais pas.
C'est pas grave.
Bon, qu'est-ce que je fais ? Un rapide tour des lieux pour voir qui est là ? Et repartir s'il s'avère que sa présence ici est nulle ?

Allez, on n'a qu'à faire ça !
Je vais pour réellement sortir du bureau, cette fois, quand une ombre me tombe dessus et, ô, miracle, voilà le propriétaire des lieux ! Au moment où je ne m'y attendais pas.
Il a l'air tout aussi surpris que moi -normal, pour lui, je l'avais pas averti. Son regard s'en va, se perd, peut-être cherchant l'explication à cette arrivée. Puis il paraît comprendre : l'armoire. Encore heureux qu'il finisse par comprendre ; c'était son cadeau.
Je souris quand il manifeste sa joie de me voir. Moi aussi, j'suis contente. Ca faisait un moment.

-Oh bah, écoute, si t'es là, que je suis là et qu'ici c'est chez toi, oui, tout a bien fonctionné comme il faut !

Je ne me suis pas retrouvée chez des étrangers qui m'auraient foutue dehors, au moins. Remarque, avec une armoire, tant que la jumelle est placée au bon endroit, c'est assez sûr quant à la destination. Pas comme la poudre de cheminette. Petite erreur de prononciation et paf, t'explose ou t'arrives tu sais pas trop où mais t'es là.
Je fais quelques pas, sors du bureau, coup d'oeil à droite et à gauche. Ca a l'air grand, en tout cas. Il vit tout seul ici ? Vraiment ? Dans ce truc gigantesque ? Ou alors il invite toujours tout plein de monde pour remplir tout ça. Ouais, j'pense que c'est plutôt quelque chose dans le genre.
Mon regard se reporte de nouveau sur l'ex-sinople.
Puis ça vire à sa main, à sa carafe.

-Eh, tu te balades toujours avec ton vin en main ou quoi ?

Petit ton amusé.
C'est drôle. J'ai jamais vu en Peter quelqu'un de particulièrement attiré par le vin et l'alcool. Alors le voir se promener H24 avec sa carafe... ça me surprend.

-En tout cas, j'suis contente d'avoir pu tester cette armoire ! Et de te voir.

Nouveau coup d'oeil aux alentours.
C'est bien silencieux.
On ne dirait pas qu'il y a des invités, ce soir. Peut-être une soirée solitaire, alors. Je tombe à pic, on dirait.

-Tu fais quoi, dans ton grand chez-toi ? T'organises tous les jours des soirées dansantes pour la haute société ?

Un ton un peu humoristique.
Mais légèrement acerbe à cette idée.
Non pas contre Peter personnellement.
Mais contre cette société de l'hypocrisie et des apparences en générales. Ces hautes sphères qui se croient au-dessus de tout le monde et ne connaissent aucune valeur morale. Tout se vend, tout s'achète chez eux. Même le bonheur. Même l'amour. Même ses propres enfants.
Cela ferait scandale, si ça venait d'une sphère plus modeste.
Mais avec eux.
Non.
On approuve, on hoche la tête.
Après tout, c'est dans leurs traditions.

Revenir en haut Aller en bas
Peter McKinnon
avatar
Responsable RPGSerpentard
Responsable RPG
Serpentard
Spécialité(s) : Permis de Transplanage


Re: [Habitation] Manoir McKinnon

Message par : Peter McKinnon, Lun 11 Déc 2017 - 19:25


La surprise de découvrir l'ancienne élève de Gryffondor dans son bureau au lieu d'un bandit de grand chemin venu lui voler une tripotée d'objets coûteux avait ravi Peter l'espace d'un instant. Mais, assez vite, Kohane cessa d'être la vieille amie de toujours pour redevenir elle-même. Les joues de l'ancien préfet s'empourprèrent presqu'instantanément alors que la sorcière reprenait la parole pour sortir une réflexion qui lui ressemblait tellement ... La chance de Peter, à cet instant était de se trouver encore relativement dans la pénombre du couloir.

- Eh, tu te balades toujours avec ton vin en main ou quoi ?

L'alcool déjà ingéré aidant, le sorcier prit son courage à deux mains et s'avança vers son bureau. Sur une pile de feuilles manuscrites, se trouvaient encore quelques verres sales. La réflexion de la belle ne pouvait signifier que deux choses, soit la désapprobation de la boisson, ce qui était mal la connaitre, soit qu'il n'avait pas intérêt à boire tout seul. Le sorcier, qui avait prit l'habitude de boire en travaillant, attrapa deux verres et les nettoya fissa à l'aide d'un Recurvit ! Il remplit alors les deux verres du nectar qu'il avait transporté depuis la salle à manger et déposa la carafe avant de tendre un verre à la belle.

- En tout cas, j'suis contente d'avoir pu tester cette armoire ! Et de te voir.

- On trinque à ce plaisir mutuel alors ?

Peter n'y avait pas pensé mais depuis qu'il avait emménagé à Godirc's Hollow, sa vieille amie n'était jamais venu faire l'état des lieux. Il fallait dire qu'il n'avait pas organisé de pendaison de crémaillère non plus ... Alors, il était clair que la jeune femme devait se demander ce qu'il fichait là dans cette immensité, tout seul. Certes, elle n'avait pas vu l'ensemble de la maison, mais le bureau qui communiquait avec la bibliothèque donnait un aperçu assez clair des dimensions.

- Tu fais quoi, dans ton grand chez-toi ? T'organises tous les jours des soirées dansantes pour la haute société ?

Le sorcier sourit, c'était clair qu'à part se morfondre il ne faisait pas grand chose. A vrai dire, il se sentait assez seul. Et il voyait déjà la soirée passer à toute vitesse avant que la demoiselle ne lui annonce qu'elle n'avait pas vu l'heure. Et, tout ce moment pendant lequel il aurait pu avoir la gérante des Trois Balais pour lui s'achèverait alors par un baiser sur la joue, un grand sourire innocent et le claquement de la porte de l'armoire.

- En fait ... Ces gens là sont tristes à mourir. Je te fais visiter ?
Revenir en haut Aller en bas
Kohane W. Underlinden
avatar
Responsable GGryffondor
Responsable G
Gryffondor
Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Occlumens


Re: [Habitation] Manoir McKinnon

Message par : Kohane W. Underlinden, Ven 15 Déc 2017 - 17:51




LA de Peter accordé

Ca respire un peu la vieille noblesse qui continue d'entretenir son statut, ici. Un peu comme les Underlinden, au fond. Ces vieilles familles qui ne peuvent se passer de vastes espaces investis de divers mobiliers à la fois précieux et traditionnels. C'est assez étrange mais je ne voyait pas l'habitation de Peter ainsi. Enfin... je ne sais pas trop ce à quoi je m'attendais. En tout cas, pas à un truc aussi grand. Aussi silencieux. J'ai toujours l'impression que dans les vastes espaces, le silence se fait davantage ressentir que dans les petits. Peut être parce qu'il occupe plus de place.
Mon regard papillonne un peu partout et l'oreille se tend, il y a un sentiment de froideur à vivre seul ici. Je me demande si Peter s'y plaît. S'il était là avec une famille plus ou moins élargie, des gosses qui courent partout et des gens avec qui partager un moment de discussion, ça se comprendrait. Il y aurait de la place pour tout le monde, personne ne serait les uns sur les autres et le lieu deviendrait the place to be. Mais s'il vit seul, je me demande comment il comble ce vide. Les canapés et sofas richement décorés ne suffisent sans doute pas.
Pas de temps de m'interroger plus ; voilà Peter qui lave des verres, les remplit et me propose de trinquer à ce plaisir partagé.
Un sourire et voilà les verres qui s'entrechoquent.
Le pot de l'amitié et des retrouvailles impromptues. Une gorgée jusqu'à ce que Peter m'avoue que ces gens-là de la haute société sont tristes à mourir. Petit hochement de tête : bah ouais, qu'est-ce que tu crois, on dirait qu'ils n'ont jamais ri sincèrement de leur vie. Si c'est pas malheureux...
C'est mon frère étoilé qui me disait que c'était eux les plus tristes dans tout ça. Eux qui ne doivent pas connaître les petits bonheur simples de la vie -un sourire, une étreinte, une main dans la sienne, une parole et quelques mots.
Mais lui, n'a pas l'air trop triste à mourir puisqu'il me propose de me faire visiter son grand chez-lui. Sans hésitation, je rayonne. Azy ! Ca va faire une chouette excursion !

Bientôt, nous voilà partis.
On marche, il parle un peu, il présente les lieux. Moi, je sautille d'une pièce à l'autre, le verre toujours tenu dans la main. Petit oiseau allant de branche en branche, je visite chaque coin et recoin. C'est vraiment vachement grand, hein.
On fait le rée-de-chaussée puis il me conduit vers un escalier pour me présenter la suite, me présenter l'étage.
Je le suis sans rien dire, avide de voir de nouvelles choses.
Même si ce train de vie me dépasse un peu.
Je n'y ai jamais été habituée, mes parents ayant pris la décision de vivre comme tous les londoniens dans leur petit pavillon tranquilles -oui, vous savez, ces baraques qui se ressemblent toutes de l'extérieur. Mais au moins, je n'avais pas l'impression de me perdre à chaque couloir. Ici, je me demande presque comment conserver son sens de l'orientation. Ca doit être amusant d'y faire des parties de cache-cache.
Parfois, je me permets de remarquer un certain tapis ou un certain objet, ici et là. Puis, toujours, je suis Peter à la trace. Sirotant, de temps en temps, la fin du contenu de mon verre. Ca donne soif, de marcher ici, hein !
Le petit tour de visite terminé, nous voilà revenus dans le salon qui paraît, ma foi, fort confortable. Dans une certaine mesure, ça rappellerait presque l'ambiance cocon et agréable que la salle sur demande nous avait recréée. Mais bon, ici, ça respire aussi une certaine forme de luxe voire de noblesse. Rien à voir avec notre petit chalet perdu dans les Alpes. Lequel est, d'ailleurs, très bien pour les moment d'ermitage. Là-bas, tu est sûr.e que personne ne viendra t'embêter, ce qui est un bon point !
Je tourne un peu sur moi-même pour avoir de nouveau une vision globale du salon. Puis mon regard revient sur Peter. Je bois la dernière gorgée de mon verre avant de reprendre la parole :

-Tu t'ennuies pas, ici, tout seul, dans ce grand espace ?

Revenir en haut Aller en bas
Peter McKinnon
avatar
Responsable RPGSerpentard
Responsable RPG
Serpentard
Spécialité(s) : Permis de Transplanage


Re: [Habitation] Manoir McKinnon

Message par : Peter McKinnon, Dim 24 Déc 2017 - 15:55


La soirée commença donc après que la belle eut accepté de faire une petite visite des lieux. "Petite" n'était cependant peut-être pas le mot approprié, notamment compte tenu de la grandeur de la maison et du nombre assez important de pièces. Enfin, toujours est-il que nos deux héros se mirent en branle. D'abord, Peter emmena son amie faire le tour du rez-de-chaussée. Il commença par le hall, histoire de faire comme si son amie était entrée chez lui par la porte prévue à cet effet. Ensuite, ce fut le tour du salon, fort confortable, où ils se seraient bien attardés mais le reste de la maison n'attendait pas ! Et puis, il y eut la salle à manger où Peter avait commencé à boire seul ce soir-là.

Après avoir rapidement montré la serre, qui n'était pas la pièce la plus idéale en soirée, ils montèrent à l'étage par le grand escalier. Il n'y avait pas grand chose à l'étage, si ce n'était la bibliothèque, qui était immense, ainsi que les chambres, dont celle de Peter. Une fois qu'ils y furent arrivés d'ailleurs, le maitre des lieux expédia la visite de son espace privatif, bien trop gêné par le fait d'introduire la demoiselle mariée dans ses appartements. Il évita également, soigneusement, de faire visiter la chambre de Camilia, dans laquelle celle-ci s'était recluse et devait probablement dormir. Le long des murs se trouvaient divers meubles et tableaux que Peter avait récupéré de-ci de-là et à propos desquels il lui arrivait de glisser à Kohane un éventuel commentaire.

Finalement, tous deux revinrent au salon, où Peter se laissa tomber sur un fauteuil avant de les resservir tous deux en vin. En effet, il avait pris la mauvaise habitude de laisser trainer des carafes remplies de tout un tas de cépages différents trainer partout dans la maison au cas où la soif le surprendrait. La salon ne faisait pas exception à cette règle. La demoiselle, qui avait à présent vu dans quel magnifique manoir il résidait se laissa aller à une question :

- Tu t'ennuies pas, ici, tout seul, dans ce grand espace ?

Très bonne question, à laquelle Peter n'avait pas de réponse d'ailleurs ! Il buvait clairement plus depuis qu'il avait emménagé là, c'était vrai. Mais était-ce du à l'ennui ? Il y a une chose qui n'allait pas, c'était la situation du manoir. Peter avait tenu à habiter Godric's Hollow pour s'installer dans ce village légendaire, une certaine façon de côtoyer les étoiles, mais il n'y était pas heureux. Ce n'était pas sa terre l'Angleterre ...

- A vrai dire ... Ce qui me manque surtout, c'est l'Ecosse ! Je n'aime pas cette région. Les gens ont un drôle d'accent et l'air n'est pas aussi pur ici ... Tu ne trouves pas ?
Revenir en haut Aller en bas
Kohane W. Underlinden
avatar
Responsable GGryffondor
Responsable G
Gryffondor
Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Occlumens


Re: [Habitation] Manoir McKinnon

Message par : Kohane W. Underlinden, Sam 13 Jan 2018 - 18:10




On a trotté, de couloir en couloir, de pièce en pièce. Et c’était sympa, à vrai dire. Parfois, Peter raconte aussi une petite histoire à propos de tel objet, telle décoration. On dirait presque une visite de musée ! Mais gratuit. Y’en a, des comme ça. Puis, quand on a moins de 26 ans, souvent aussi, c’est gratuit ou à tarif réduit. La seule différence, ici, c’est que je suis toute seule avec le guide. Du coup, c’est une visite privée. Quel privilège ! Je dois être très chanceuse.
On va, on monte à l’étage, on se balade, on redescend.
Puis pouf, salon. Puis pouf encore, voilà la Peter qui se laisse tomber sur un fauteuil. Il a l’air crevé, le pauvre petit. Je suis peut-être arrivée trop tard ? Quelle heure est-il... ? Aucune idée. Mais il faisait bien nuit quand je suis partie. Quand je suis rentrée dans l’armoire. Alors, il devait pas être tôt. Et c’est pas très poli de débarquer à l’improviste chez les gens comme ça. Peut-être qu’il allait bientôt aller se coucher ?

Mentalement, je hausse les épaules.
Il avait qu’à me foutre dehors si c’était trop tard ! Ce qu’il n’a pas fait. Bon, en vérité, mauvais argument, Peter est trop gentil pour foutre quelqu’un dehors même si cette personne débarquait au pire moment. Puis en plus, l’armoire, c’était son cadeau, c’est fait pour qu’on (que je) vienne.

L’ancien sinople nous resserre un verre. Pas avec la même carafe que tout à l’heure. Non, non. c’est une autre, là. A croire qu’il a des carafes qui traînent partout chez lui. Comme des points d’eau dans le désert, des puits tant attendus au milieu du sable. Les points de survie, en gros. Ici, c’est pareil. On dirait qu’il a, comme ça, quelques pôles de vin ou d’alcool en général, où se ravitailler en cas de sécheresse de gorge. Ou juste en cas d’envie.
Mon regard passe du verre de nouveau plein aux différents fauteuils présents dans la pièce. Puisque Peter est assit, je vais faire de même !
Ni une, ni deux, me voilà en face de lui alors qu’il paraît réfléchir à ma question. Que je trouve, d’ailleurs assez pertinente -mais je pose toujours de très bonnes questions, non, non, je ne prend pas la grosse tête.
Il n’empêche, à sa place, je ne saurais pas trop quoi faire dans ce si grand manoir. A part organiser des fêtes pour remplir le vide, je vois pas comment faire autrement. Sauf que des fêtes ici, souvent c’est le genre de truc mondain ennuyeux à mourir. Lui-même l’a dit tout à l’heure. Alors. Il y fait quoi ? A part boire.
Lorsqu’il prend la parole, c’est pour dire que l’Ecosse lui manque. Apparemment, ici, c’est pas chez lui, c’est pas son territoire, c’est pas son terrain connu. Non. Lui. C’est l’Ecosse. Ses lochs, ses paysages verts, son château ancré dans un décor paradisiaque, tout ça.
Je peux comprendre qu’il ne se sente pas tout à fait à sa place. Mais... un drôle d’accent ? Un air pas aussi pur ?
A dire vrai, j’en sais rien.
Je m’accorde quelques secondes de silence avant de hausser doucement les épaules -gorgée de vin avant de repartir.

-J’sais pas trop... Tu sais, je suis pas Ecossaise, moi. Je suis presque née à Londres. Enfin... pas tout à fait. Mais c’est là que j’ai vécu quasiment toute ma vie. Alors l’Ecosse... je connais pas trop. Mais si tu le dis.

Boire encore un peu.
Ca finit par réchauffer. L’intérieur. Du corps. De l’âme. C’est triste. Ne se réchauffer qu’en buvant.

-En fait, pour moi, Ecosse, Angleterre, Allemagne... c’est du pareil au même. Y’a toujours des gens. Qui passent en vague et me submergent. Mais y’a jamais les gens, tu sais, ceux qui faudrait.

Mon regard se perd. Au-delà de l’épaule de l’ex-sinople.
Jamais les gens qui peuvent offrir un sourire rassurant. Une étreinte réconfortante. Un rêve exaltant. Un idéal enthousiasmant.
Ils sont jamais là, dans la masse, ces gens-là.
Tous ceux auxquels je tiens, qui sont un peu moins ternes que les autres, un peu moins tristes, moins gris, moins pluie.

-L’endroit importe peu, y’a toujours un moment où je me sens seule et je comprends pas pourquoi...

Murmure
Egaré
Dans l’atmosphère nocturne
D’un manoir trop grand.
Tu ne te sens pas seul, toi?
Un mes yeux reviennent sur Peter. La question muette. En travers de la gorge.

Revenir en haut Aller en bas
Peter McKinnon
avatar
Responsable RPGSerpentard
Responsable RPG
Serpentard
Spécialité(s) : Permis de Transplanage


Re: [Habitation] Manoir McKinnon

Message par : Peter McKinnon, Mar 16 Jan 2018 - 15:04


Il y avait eu le temps de l'action, la trépidante visite des lieux, et puis celui des mots. Et là, tous deux l'un en face de l'autre auprès d'un bon feu, les deux anciens élèves de Poudlard profitaient du second temps. Ils reposaient leurs pieds assurément mais aussi leurs petits coeurs. Apparemment, elle comme lui n'avait pas forcément l'occasion de se confier tous les jours. Ce n'était pas au gars du coin que Peter allait commencé à se plaindre d'être loin de sa terre natale. Et elle, elle ne devait pas parler à son cher mari de ce qu'elle avait sur le coeur.

C'était bizarre. Le maitre des lieux ne s'était pas attendu à ça. Cette femme était si joyeuse, si débordante d'affection pour tout ce qui l'entourait que l'on aurait eu du mal à parier sur elle en parlant d'un mariage malheureux. Le sorcier essaya de se remémorer la cérémonie mais ce fut en vain. Il avait du la laisser dans la pensine avec bien autres souvenirs et tracas. Il poussa un soupir avant de prendre une gorgée de vin. La belle avait le regard perdu, même s'il était revenu sur lui. Elle était ailleurs, surement dans un monde brumeux et sans vie, loin très loin de Godric's Hollow.

Finalement, Peter se leva. Il ne savait pas si elle avait conscience qu'il bougeait d'ailleurs. Et puis, il alla s'asseoir à coté d'elle. Il avait abandonné son verre à coté du canapé d'en face. De toutes façons, il avait bien assez bu pour se donner le minimum de courage nécessaire. Il passa un bras protecteur autour des épaules de la sorcière et déposa un bisous sur son front. Le feu dans la cheminée, les meubles, les tableaux, plus rien n'existait. Il ne restait plus que l'odeur de l'ancienne élève des rouge qui embaumait Peter. Elle pouvait bien regarder ailleurs, se perdre au milieu des étoiles, cela n'était pas important. Il l'avait pour lui tout seul, là. Et il savait qu'elle avait besoin de lui.

Ce baiser frontal, unilatéral, ne lui avait pas suffit. Il en voulait encore. C'était viscéral. Mais il devait se contenir. Il n'avait jamais été très fort ou très courageux, mais il était capable de maitriser ses pulsions et ses sentiments pour ne pas briser son secret. Il tenait là, dans le creux de son bras, un petit être qui ne comprenait même pas ce qui pouvait bien se passer dans sa tête, ni dans son coeur. Allait-elle le comprendre un jour ?
Revenir en haut Aller en bas
Kohane W. Underlinden
avatar
Responsable GGryffondor
Responsable G
Gryffondor
Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Occlumens


Re: [Habitation] Manoir McKinnon

Message par : Kohane W. Underlinden, Dim 4 Fév 2018 - 19:08




C’est une drôle de chose, ça, que de se sentir seule alors qu’on a des amis et une famille. Mais. Je ne sais pas pourquoi. J’ai si souvent ce sentiment que tout n’est que superficiel et qu’à l’intérieur, il n’y a rien. Juste. Un vide effrayant dans lequel je me perds et tourne en rond sans rien pouvoir y faire. Le pire, c’est que je ne comprends pas d’où vient cette impression. Si j’étais l’enfant rejetée, moquée, seule dans son coin, cela serait plus compréhensible. Mais là. Je sais que ma famille m’aime même si je les évite. Je sais que j’ai des amis sur lesquels je peux compter, des appuis de confiance. Alors. Pourquoi ce vide et cette tristesse lorsque j’y pense ?
J’ai beau chercher, je ne trouve pas.
Et je me perds davantage. J’oublie le reste, ce qu’il y a autour, le décor, le salon, même Peter. Il n’y a plus grand-chose sinon moi. Et mes pensées.
Soudain, une présence tierce, hors de moi, se fait sentir, tout près. Ma conscience a comme un sursaut pour revenir à la réalité, revenir dans ce vaste salon-cocon et je réalise que Peter s’est levé, qu’il a quitté son siège initial et se trouve désormais à côté de moi. Son bras se passe autour de mes épaules et je sens ses lèvres venir se poser sur mon front.
Je lève les yeux vers lui sans trop savoir quoi dire, quoi répondre. Puis, sans un mot, finis par appuyer ma tête sur son épaule, comme l’enfant en quête de consolation.

Mon regard se perd de nouveau sur le fauteuil d’en face. Vide. Mais qui était précédemment occupé par Peter. La présence qui s’est déplacée et est désormais si proche -rassurante.
Je ne dis rien, me laisse seulement bercer par le silence du lieu, le calme, la chaleur humaine.
Peut-être que ça travaille des souvenirs et sensations d’autrefois.
Les bras paternels ou maternels en cas de chagrin ou coup de blues. Les câlins silencieux pour bercer et panser les âmes, rassurer et tranquilliser.
Est-ce de l’affection, dont je manque ? Pourtant, je sais que je suis entourée. De gens que j’apprécie énormément. Qui peuvent faire de jolis sourires dans le noir, qui peuvent me rattraper quand je trébuche et me dire que tout va bien.
Mais là.
Serrée dans les bras de Peter.
Je me dis qu’en fait. Plus que d’affection. C’est de gestes affectueux dont je manque. Au-delà des sourires et des paroles réconfortantes. Juste une étreinte perdue et muette. Une preuve vivante et physique de ce lien réciproque d’âmes qui se sont un jour rencontrées, se sont appréciées.
Retrouver ces gestes du quotidien qui me paraissaient si normaux lorsque j’étais entre Papa et Maman. Et qui me manquent maintenant que j’ai décidé de ne plus me retourner vers eux.
Peut-être que j’ai trouvé une partie de mon problème.
Peut-être que j’ai trouvé une partie de mon vide intérieur.
La tête toujours posée sur l’épaule de Peter, mes bras viennent à leur tour entourer ses épaules. Un vague sourire dans le vide.

-Merci.

Pour m’avoir aidée à me comprendre davantage.
Et merci.
Pour tout.
Merci.
Pour ta présence.
Juste ça. Merci.

FIN DU RP

Revenir en haut Aller en bas
Peter McKinnon
avatar
Responsable RPGSerpentard
Responsable RPG
Serpentard
Spécialité(s) : Permis de Transplanage


Re: [Habitation] Manoir McKinnon

Message par : Peter McKinnon, Mar 13 Fév 2018 - 18:23


Nouveau RP avec Kohane Werner


Pendant qu'en bas, Ralf faisait tout son possible pour que le Manoir soit impeccable et à son avantage, Peter était dans sa chambre, en train d'essayer plusieurs tenues. Qu'allait-il bien pouvoir mettre ? Il fallait quelque chose qui fasse décontracté mais pas trop. D'un autre coté, il ne fallait pas quelque chose de sérieux. Mais il se voyait mal accueillir son invitée avec un costume à pois uniquement pour essayer de ne pas avoir l'air sérieux. Quoiqu'en réalité, cela lui aurait peut-être plu une tenue un peu sans queue ni tête. En y pensant, Peter sourit devant sa glace avant de se passer un coup de peigne. Il souffla longuement avant de relâcher les épaules, il était prêt !

Il prit ensuite la direction de son immense serre, dans laquelle il n'allait pas souvent et qu'il considérait comme un jardin d'hiver. C'était là qu'il avait fait déplacer l'armoire à disparaitre par laquelle son invitée devait arriver. La serre avait été toute décorée pour l'occasion de cette soirée qu'il espérait sous le signe de la romance. Une armée de petites bougies avait été dispersé dans la pièce et celles-ci diffusaient une lumière apaisante qui semblait faire écho à celle des étoiles. Car il n'y avait pas un nuage dans le ciel ce soir-là. Etait-ce un avant-goût du Paradis ?

Sur le sol avaient été dispersées ce qui ressemblait à des peaux d'animaux morts mais qui, une fois que l'on s'y était attardé plus d'une seconde, n'était autre que des couvertures très douces et dont la confection était totalement éloigné du meurtre d'un quelconque animal. Car les animaux étaient les grands amis de son invitée et Peter ne voulait pas l'effrayer ou la rendre triste. Sur une petite table, l'elfe de maison avait disposé l'hydromel et les dragées offerts à Noël. Peter s'assit sur un fauteuil en hésitant entre une position bien assise ou plutôt couchée, pour accueillir la demoiselle. Finalement, il opta pour une formule plutôt décontractée, tête sur le poing, poing sur l'accoudoir. Il était prêt !
Revenir en haut Aller en bas
Kohane W. Underlinden
avatar
Responsable GGryffondor
Responsable G
Gryffondor
Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Occlumens


Re: [Habitation] Manoir McKinnon

Message par : Kohane W. Underlinden, Mer 14 Fév 2018 - 23:46




C'est rigolo.
Devoir passer par l'Autriche pour se rendre en Angleterre alors que je travaille en Ecosse. C'est la magie de... ben de la magie ! Des sorciers ! Et de leur drôle d'appréhension des distances. Le nombre de kilomètres ne veut rien dire pour eux. Ils les traversent si facilement.
Ainsi, je me retrouve à passer de Pré-au-lard à Thermidor (non, ce n'est pas le nom d'une ville mais d'un chalet paumé dans les Alpes) en un clin d'oeil. Au moins, comme ça, je peux passer voir si
Oreo est toujours en vie. A mon avis, il roupille, comme si souvent.
Bingo.
Suffit d'ouvrir la porte, jeter un coup d'oeil dans le salon pour le voir avachi sur le canapé. Je m'approche à pas de loup.

-T'en fous pas une, toi, hein ?

Pas de réponse. Evidemment.
Je m'occupe rapidement de remplir de nouveau sa gamelle tout en me demandant si Pius est toujours dans les parages. Mais pas le temps de trop m'interroger ; je suis attendue !
Je ne fais généralement pas ou peu attention à l'apparence -chose bien futile.
Mais là, quand même, je me dis que je pourrais faire un effort.
Grimper deux à deux les marches et finir en s'enfermant dans sa chambre. Par la porte-fenêtre, je vois le jour décliner vitesse grand v.
Rapidement, je plonge au fin fond de mon placard pour essayer d'y trouver quelque chose d'autre qu'un pull d'hiver, une écharpe énorme ou un jean délavé. C'est une vraie chasse au trésor ; je n'ai jamais vraiment pris le temps d'ordonner cette garde-robe. J'y ai ramené la plupart des vêtements de chez mes parents qui n'ont pas fini à Yin Yang, je les ai entreposés là et n'ai jamais vraiment ordonné le tout.
Cependant, je finis par dénicher ce qui devrait convenir.
Une robe aux tons violets, ceinturée à la taille, évasée sur le bas. Quant à savoir d'où elle sort, mystère. Je retrouve parfois des vêtements oubliés qui donnent l'impression de tomber du ciel. Un peu comme les oiseaux apportant sa robe de bal à Cendrillon dans le conte des frères Grimm.
Bref, j'enfile ma tenue, passe rapidement un châle que je suppose aller bien avec et, chose exceptionnelle, en profite pour me donner un coup de brosse.
Le temps tourne et file.
Je ressors en trombe de ma chambre, descends quelques marches, me penche au-dessus de la rampe pour vaguement distinguer en bas la silhouette d'Oreo :

-Tu gardes le chalet, hein, grosse bestiole ?

Toujours pas de réponse ; le chat roupille. Ce qu'il sait faire de mieux.
Je vais pour monter au grenier quand je m'interromps, me retourne :

-Ah et surveille Pius, qu'il ne se noie pas dans sa baignoire, ça serait bête.

Ceci dit, je file comme le vent.
Un clac de porte refermée plus tard, y'en a une autre qui s'ouvre. Et plus sur le même décor. D'ailleurs je ne connais pas vraiment ce décor.
Alors que je sors, un « oh » surpris et muet se dessine sur mes lèvres. Ca change du bureau en bazar que j'ai vu la dernière fois.
Mon regard tombe sur le maître des lieux, qui m'a gentiment invitée. Je lui adresse d'un sourire et, sans même m'embarrasser d'un salut, attaque :

-C'est super joli ici. Dis-donc, t'as déplacé l'armoire exprès ?

Je fais quelques pas en direction de Peter, sourire toujours aux lèvres, yeux fouillant le décor.
Puis mon regard revient sur mon ami, assis dans un fauteuil. Je me penche et le colle une bise sur la joue.

-En tout cas, c'est sympa. Peut-être plus encore que ton bureau !

Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé

Re: [Habitation] Manoir McKinnon

Message par : Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas
Page 2 sur 4

 [Habitation] Manoir McKinnon

Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4  Suivant

Permission de ce forum:Vous pouvez 
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Harry Potter 2005 :: ~¤~ Autres Lieux Magiques ~¤~ :: Les villages-

L'univers d'Harry Potter est la propriété de la Warner Bros ainsi que de J.K Rowling.
Tous droits réservés sur ce site ©Copyright HarryPotter2005. Affichage optimisé sous Firefox.