AccueilPortailFAQPublications internesRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Harry Potter 2005 :: ~¤~ Pré-au-Lard ~¤~ :: Rues de Pré-au-Lard
Page 4 sur 5
Devant chez Derviche et Bang
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5  Suivant
Josephine Campbell
Gryffondor
Gryffondor

Re: Devant chez Derviche et Bang

Message par : Josephine Campbell, Jeu 18 Jan 2018 - 20:48


Jo n’aimait pas le silence. C’était quelque chose qui l’avait toujours gêné. Elle avait besoin de sentir de la vie autour d’elle. Et lorsqu’elle était embarrassée ou stressée, elle se mettait à parler. Ce n’était pas une solitaire. Elle était seule lorsqu’on ne lui laissait pas le choix… Ou bien lorsqu’elle devait travailler ses cours…

Là, totalement perdue et ne sachant pas quoi faire, le naturel l’avait rattrapé et elle n’avait pas pu s’empêcher de l’assaillir de questions. Elle n’avait pas fait cela que pour la forme, elle avait vraiment envie d’en savoir plus sur lui. Cela faisait d’une pierre, deux coups.

Elle l’écouta lui parler de ce pays qu’il avait l’air de regretter. Peut-être que comme elle, il ne sentait pas entièrement à sa place ici. Il ne s’en était sans doute pas rendu compte, mais il avait semblait plus enjoué lorsqu’il lui décrivait ce pays qui avait lui manquait.

- Mais surtout, la nourriture y est bien meilleure qu’en Angleterre. Toi qui a l’air d’apprécier manger, je suis certain que tu aimerais…


Touché ! Comment avait-il deviné ?

Elle se mit à rire, réalisant qu’il l’avait vite cerné. Puis, de sa main libre, elle ajusta l’écharpe qu’elle avait autour du cou pour faire en sorte qu’elle lui recouvre le bout du nez. L’odeur de Louis était maintenant omniprésente.

- Un jour si tu le souhaites je pourrai te montrer…

Heureusement que l’écharpe lui cachait la moitié du visage et qu’il n’était pas face à elle. Est-ce qu’il était en train de lui faire du rentre-dedans-là ou bien se faisait elle des idées ? Ou alors peut-être qu’il ne faisait que s’amuser.

La main qu'elle avait autour de son poignet lâcha doucement sa prise et descendit jusqu'à la sienne. Ses doigts caressèrent brièvement la paume de sa main avant de serrer légèrement son index. Cela dura à peine une seconde. Puis sa main alla sa cacher sous la cape qu'elle portait et que Louis lui avait prêtée. Il fallait l'empêcher de prendre encore des libertés dans ce genre-là. Avec un peu de chance, il penserait que tout cela était arrivé par accident.

*Tu trouves un truc à dire et tu fais comme si de rien n'était...*

Jo reprit contenance, tourna la tête vers le jeune homme et lui lança un sourire aux lèvres :

- C'est une invitation à dîner ça?
Revenir en haut Aller en bas
Louis Varik
avatar
Serpentard
Serpentard
Spécialité(s) : - Permis de Transplanage


Re: Devant chez Derviche et Bang

Message par : Louis Varik, Ven 19 Jan 2018 - 11:26


A peine avait-il évoqué l'attirance de la jeune fille pour la nourriture que celle-ce se mit à rire.

*Touché...!*

Ce n'était pas vraiment compliqué de cerner ce trait chez la belle brune à ses côtés, elle qui imaginait se matérialiser la salle sur demande avec des gâteaux.
Mais ça faisait du bien de l'entendre rire, ça détendait quelque peu l'atmosphère, peut-être Louis s'était-il un peu trop emporté au sujet de sa prise d’initiative, mais en tous cas, son rire était communicatif et contagieux. Il ne pu se retenir de sourire en voyant la jeune fille à ses côtés.
Puis il sentit la main de Jo glisser jusqu'à la sienne, venir se blottir dans la paume de sa main, il pouvait sentir la froideur de sa peau contre la sienne. Elle s'attarda sur son index, Louis ne réagit pas mais trouvait cette prise d'initiative plus qu'agréable, comme il l'avait déjà pensé auparavant, il aurait souhaité à cet instant tenir ce petit bout de fille dans ses bras, la serrer contre lui.
Mais ce fut bien trop fugace à son gout, il aurait souhaité refermer ses doigts sur sa petite main, marcher de la sorte jusqu’au château. Mais peut-être n'était-ce que son imagination, c'était sans doute involontaire de sa part.

*Arrête de te faire des films, elle ne t'a pas touché volontairement.*

Puis la jeune fille se tourna vers lui, un beau sourire illuminait son visage. Elle repris la parole :

- C'est une invitation à dîner ça?

Il n'y avait pas vraiment pensé non. Même si la cuisine était une de ses passions, est-ce qu'elle aimerait?
Il sourit face à ce joli visage le fixant. A nouveau, on aurait dit une petite fille devant le père Noël...

- A la base ça ne l'était pas non, mais maintenant que tu m'y fais penser, si tu acceptes, ça sera avec plaisir!

Inviter Jo à diner? Vraiment? Après tout, il pourrait trouver là une occasion de la revoir, de lui parler, de faire connaissance et d'en apprendre un peu plus sur elle.

- Disons que tu recevras l'endroit et l'heure en temps voulu!

Louis n'avait pas attendu sa réponse, il voulait absolument passer ce temps avec Jo, a peine avait-elle mentionné la proposition qu'il s'était projeté ce repas en tête.
Il se surpris à marcher, l'air un peu bête, un sourire aux lèvres. Son bras s'étais glissé sur les épaules de Jo.

- Hum, Excuse-moi, je ne voulais pas... Enfin si... Mais euh... zut!

Il se repris, lâcha la jeune fille. Elle ne pouvait sans doute pas le voir, mais sous sa barbe, il n'avait rien à envier à la couleur des Souafles...
Revenir en haut Aller en bas
Josephine Campbell
avatar
Gryffondor
Gryffondor
Année à Poudlard : Septième année

Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Re: Devant chez Derviche et Bang

Message par : Josephine Campbell, Ven 19 Jan 2018 - 19:15


- A la base ça ne l’était pas non, mais maintenant que tu m’y fais penser, si tu acceptes, ça sera avec plaisir ! Disons que tu recevras l’endroit et l’heure en temps voulu !

Elle avait dit cela pour le taquiner un peu, mais peut-être qu’au fond d’elle, elle l’avait désirée cette invitation. Elle ne saurait le dire. En revanche, ce dont elle était sure c’était qu’elle n’allait pas rater une occasion de le revoir, qu’importe ce que sa conscience, de plus en plus effrayée, pouvait en penser.

Jo le sentait elle se sentait glisser de plus en plus vers quelque chose qu’elle n’avait jamais connu jusque-là. Elle s’était toujours un peu senti à part quand elle voyait que la majorité de ses camarades se laissaient prendre par le flot des sentiments et pas elle. Plusieurs fois, on lui avait fait la remarque, qu’elle était insensible à l’Amour. Même elle, s’était posé des questions, se demandant si elle était normale ou si elle n’avait été faite que pour l’amitié.

Avec Louis, elle ne savait pas encore définir la nature de ce qu’elle ressentait. Elle n’avait encore jamais connu cela. C’était agréable et en même temps cela lui faisait peur. Elle n’était plus maitresse de ses gestes et paroles à certain moment et elle avait peur qu’une partie d’elle-même parte pour ne plus jamais revenir.

Elle était complètement dans la lune lorsque Louis passa son bras sur ses épaules. Elle pensa naïvement au départ qu’il voulait lui enlever une poussière ou autre chose de sa cape, mais lorsqu’elle leva la tête vers sa main posée qui n’avait pas l’air de vouloir bouger et qui bien au contraire avait l’air d’avoir trouvé sa place, puis vers son visage qui était fendu d’un sourire, elle se rendit bien compte qu’elle avait fait fausse route.

- Hum, excuse-moi, je ne voulais pas… Enfin si… Mais euh… zut !


Ça lui faisait penser à leur rencontre précédente, ou il s’était mis à bafouiller lorsqu’elle l’avait pris au dépourvu en lui demandant ce qu’il souhaitait boire.

C’était drôle de voir que l’image qu’il renvoyait de lui avec sa stature imposante et son visage fermé était en fait bien différente de ce qu’il était vraiment : quelqu’un de réservé et timide. Enfin… rien n’était sure pour le moment. Peut-être qu’il jouait très bien la comédie.

- Tu… fais ça avec toutes les filles ?

Elle l’avait chuchoté et elle ne savait pas vraiment si elle avait envie de savoir la réponse, mais la question était sortie toute seule. Elle voulait qu’il lui réponde non, que lui aussi ne comprenait rien à ce qu’il se passait, mais comment savoir si ce qu’il disait était bien vrai. Et s’il lui avouait que oui, alors elle se sentirait idiote de s’être fait prendre au piège et de ne pas l’avoir vu venir. Au final, elle se sentait un peu bête… elle espérait qu’il n’ait rien entendu.

Ils n’étaient plus très loin du château, on pouvait apercevoir des tours dépassant de la cime des arbres. Ele n’avait pas envie d’arriver à destination. Elle aurait pu encore marcher des heures et des heures à ses côtés. Lui peut être moins… si peu habillé…

Elle leva alors la tête vers le jeune homme et se dégagea la bouche de son écharpe pour qu’il puisse l’entendre distinctement cette fois.

- Je vais attendre ton invitation alors…


Petit silence…

- Et, tu as des frères, des sœurs ?
Revenir en haut Aller en bas
Louis Varik
avatar
Serpentard
Serpentard
Spécialité(s) : - Permis de Transplanage


Re: Devant chez Derviche et Bang

Message par : Louis Varik, Dim 21 Jan 2018 - 20:47


Ils approchèrent des grilles du château, à nouveau, Louis fut gêné de son propre comportement, il avait le sentiment de passer plus de temps à s'excuser de ses frasques que de profiter de Jo à ses côtés.
Pourtant c'est ce qu'il voulait, passer du temps avec elle, ça et uniquement cela. A mesure que les tours de l'école pointaient le bout de leur nez, il avait le sentiment que chacun des pats réalisé avec la jolie brune à ses côtés sonnait comme les aiguilles d'une horloge allant trop vite.
Il ne voulait pas la quitter de suite, d'accord, il était maladroit dans ses propos comme dans ses gestes, mais il aimait ce moment passé en sa présence.
Puis, rompant le silence gêné laissé par sa nouvelle bourde, il entendit, de manière à peine audible, un chuchotement de sa voisine :

- Tu… fais ça avec toutes les filles ?

Il ne savait quoi répondre à cette question, non, bien sur que non il ne se comportait pas de la sorte avec tout le monde, lui qui appréciait le silence et la solitude, il ne se voyait pas agir ainsi avec d'autres filles.

- Je vais attendre ton invitation alors… Et, tu as des frères, des sœurs ?


A nouveau, c'est elle qui brisa le fil de sa pensée avec d'autres questions sans rapport avec la précédente. Peut-être avait elle chuchoté la première en espérant ne pas être entendue?

- Si je fais ça avec toutes les filles? Peut-être, tu en penses quoi? Du peux que tu me connais, tu me vois me comporter de la sorte avec d'autres personnes? Tu me vois jouer la comédie avec toi? Désolé de te répondre par des questions, mais ce que tu penses au fond de toi c'est sans doute la vérité à ce propos.

* Pourquoi ne pas simplement lui avoir répondu "Non"? Trop simple sans doute, il faut toujours que tu en fasses trop...*

- Et pour ta seconde question, oui j'ai une petite soeur, c'est ma petite protégée, c'est pour le moment, la seule pour qui je pourrais tout faire. Elle se débrouille bien toute seule, mais elle sait qu'en cas de souci, son grand frère sera là.
Et toi? parle moi un peu de toi, de tes préférences, tes envies...

Pour dire vrai, Louis n'aimait pas vraiment parler de lui, il avait l'impression de trop monopoliser le temps des autres et de les ennuyer. Ecouter, apprendre, observer, il préférait que de se retrouver au centre de l'attention. Puis Jo, c'était spécial, elle, il souhaitait vraiment en apprendre d'avantage, elle s'était spécial... Il n'avait pas peur de ce qui suivrait, quel que soit le déroulement de leur relation, il était déjà ravi d'avoir pu faire la connaissance de celle qui hantait ses pensées lorsqu'il se retrouvait seul, c'est elle qui l'accompagnait dans ses rêves les soirs, mais ça, il fallait le temps de le lui faire découvrir, qu'elle ne prenne pas peur, qu'il puisse savoir si ce sentiment était réciproque. Bref, il ne devait pas la faire fuir, pas à nouveau...
Il la regarda, elle marchait légèrement devant lui :
*Décidément ce petit bout de fille me perturbe, et ce n'est pas une mince affaire que d'y arriver...*
Revenir en haut Aller en bas
Josephine Campbell
avatar
Gryffondor
Gryffondor
Année à Poudlard : Septième année

Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Re: Devant chez Derviche et Bang

Message par : Josephine Campbell, Lun 22 Jan 2018 - 14:48


Ce n'était pas de chance, il l'avait bien entendu marmonner... Mince ! Pourquoi n'avait, elle pas appris à se taire bon sang ? Pourquoi disait-elle toujours tout haut, ce qu'elle pensait tout bas ? Ou alors c'était peut-être sa bouche qui prenait trop de libertés. Enfin peut importait... De toute façon, le mal était fait et la réponse que Louis lui apporta la laissa un peu pantoise.

Ce n'était pas une réponse à proprement parlé, mais plutôt un flot de questions. De questions qui semait encore plus le trouble. Il lui demandait ce qu'elle en pensait ? Vraiment, elle ne savait pas elle-même. Elle espérait que non, qu'il n'était comme cela qu'avec elle. Qu'elle était l'exception. Mais elle ne le connaissait très peu pour en être certaine et puis cela aurait été prétention de sa part d'espérer être autant pour lui en si peu de temps.

Et puis il y avait aussi tous ces exemples malheureux autour d'elle. Toutes ces histoires qui finissaient mal alors même que rien ne laissait présager la trahison d'un des deux partenaires. Tout cela lui faisait peur. Et les mots d'Ellana, encore, résonnaient dans sa tête. L'amour faisait mal. Ce n'était peut-être plus dans ces termes-là, mais c'était bien ce qu'elle avait voulu dire. Et l'amour était compliqué ! Et c'était une des raisons pour lesquelles Jo avait mis son cœur sur veille lui interdisant de s'éveiller un jour.
Et puis, il y avait Louis qui avait décidé de tout chambouler dans le peu de chose qui était en ordre dans sa vie. Elle était perdue... Elle ne savait plus...

Pourquoi elle avait posé cette question ? Pourquoi ? Et puis en plus... Elle l'avait peut-être blessé en la lui posant. Roh quelle cruche !
Elle allait prendre la parole, pour essayer d'effacer ce qu'elle venait de dire... Ou tout du moins, se rattraper. Mais il était déjà partie sur ce qu'elle lui avait demandé juste à la suite de sa première question.

- Et pour ta seconde question, oui, j'ai une petite sœur, c'est ma petite protégée, c'est pour le moment, la seule pour qui je pourrais tout faire. Elle se débrouille bien toute seule, mais elle sait qu'en cas de souci, son grand frère sera là. Et toi ? Parle-moi un peu de toi, de tes préférences, tes envies...


Peut-être que s'il l'avait mal pris, il n'aurait pas pris la peine de lui raconter cela. C'était même presque certain. Elle ralentit le pas pour être à ses côtés.

- Je suis désolée... Je parle trop... C'est juste que... Pour être honnête, je n'ai jamais connu cela avant.

*Connu quoi ? Non bah, vas-y développe ça m'intéresse !*

Jo se cacha la tête dans ses mains et soupira.

- Oublie ce que je viens de dire... Je suis fatiguée.

*Elle a bon dos la fatigue !*

Puis elle se gratta l'arrière de la tête et émit un rire nerveux tout en regardant le jeune homme en biais. Le regard qui voulait dire "fait comme si je n'avais rien dit s'il te plaît."

Puis elle cacha ses mains sous la cape de Louis à nouveau et essaya de reprendre le fil de la conversation. Il avait une sœur, mais pourquoi si peu de détail. Était-elle à Poudlard ? Ou bien peut être que c'était une moldu?

*Pourquoi tu en dis si peu sur toi ? *


- Te parler un peu de moi. Je ne sais pas quoi te dire vraiment... Je n'aime pas le thé... Ni le café et euh... J'adore la musique, il m'en faut toujours pour peindre. Je déteste l'arithmancie, mais la botanique ça me plaît bien. Le silence en général me rend nerveuse, c'est peut-être parce que chez moi... Il y a toujours du bruit, peut être que quelque part ça me rassure...


Et quant à ses envies... Elle jeta un rapide coup d'œil à la main de Louis, presque instantanément elle sentit de petits picotements dans la sienne. Elle n'en parlerait pas pour le moment...

- Tout à l'heure, tu ne m'as pas dit ce que tu voulais faire après tes ASPICS. Voyager d'accord, mais après. Il y a quelque chose que tu veux faire en particulier ?
Revenir en haut Aller en bas
Louis Varik
avatar
Serpentard
Serpentard
Spécialité(s) : - Permis de Transplanage


Re: Devant chez Derviche et Bang

Message par : Louis Varik, Lun 22 Jan 2018 - 19:57


- Je suis désolée... Je parle trop... C'est juste que... Pour être honnête, je n'ai jamais connu cela avant. Oublie ce que je viens de dire... Je suis fatiguée . Te parler un peu de moi. Je ne sais pas quoi te dire vraiment... Je n'aime pas le thé... Ni le café et euh... J'adore la musique, il m'en faut toujours pour peindre. Je déteste l'arithmancie, mais la botanique ça me plaît bien. Le silence en général me rend nerveuse, c'est peut-être parce que chez moi... Il y a toujours du bruit, peut être que quelque part ça me rassure...
Tout à l'heure, tu ne m'as pas dit ce que tu voulais faire après tes ASPICS. Voyager d'accord, mais après. Il y a quelque chose que tu veux faire en particulier ?


* Ola, Jo qui se livre enfin sur autre chose que des questions de ma part, enfin ce que j'attendais... *

En effet, la jeune fille semblait mal à l'aise suite à sa question. Ce n'était pas la première fois que cela arrivait, elle avait par exemple fuit lors de leur première rencontre pour une raison qui était toujours inconnue à Louis. Mais là, elle balbutiait et évitait la question, ce qui n'était pas vraiment habituel pour elle.
Il regarda la belle brune à ses côtés, elle venait de se cacher le visage dans ses mains avant de tenter tant bien que mal de reprendre ses esprits. Mais il avait clairement vu sa réaction et il ne comptait pas la laisser s'en tirer de la sorte.

- Non non non, on rembobine et on revient sur le premier sujet. Tu m'as posé une question et tu sembles décontenancée par ma réponse. Le reste, on y reviendra après... Ou une autre fois.

Il venait d'ajouter cette condition afin de se donner l’opportunité de la revoir. Même s'il lui devait à présent un dîner, il ne souhaitait pas laisser passer une nouvelle occasion de passer un peu de temps en sa compagnie.

- Tu viens de me dire que tu n'avais pas connu ça jusqu'à présent, c'est à dire? Connu quoi?

Avant d'ajouter, un petit sourire mutin au coin des lèvres :

- Que tu n'aimes pas le café ou le thé... Bon ce n'est pas inintéressant hein, mais bon...

A nouveau, il plongea son regard dans les beaux yeux bleus de son interlocutrice, il souhaitait vraiment connaitre le fond de sa pensée, s'assurer qu'elle n'ait pas d'aprioris, qu'elle ne croie pas qu'il soit un coureur de jupon et qu'il s'amusait à lui jouer la sérénade de la même manière que n’importe qui d'autre.
Non, au fond de lui, il souhaitait qu'elle comprenne d'elle même ce qu'il ressentait pour elle, même si lui, n'en était pas certain. Il voulait lui faire comprendre que cette sensation lorsqu'il se trouvait à ses côtés était particulière, unique et magique.
Car lui avouer tout dans l'immédiat c'était briser l'instant présent, c'était s'abandonner à la facilité.
A nouveau, l'envie de la serrer dans ses bras devint plus forte, lui glisser un petit mot réconfortant à l'oreille et l'enlacer le tentait. Mais il avait déjà gaffé quelques minutes plus tôt, Louis ne souhaitait pas à nouveau briser cet instant.
Malgré tout, il se sentit obliger d'ajouter un petit quelque chose afin de ne pas vexer ou forcer la Gryffondor à se confier...

- Enfin, je dis ça, mais si ça te dérange d'en parler ou si tu te sens trop fatiguée, je ne t'embête pas avec ça, je te raccompagne jusqu'au château et te laisse aller te reposer.


Revenir en haut Aller en bas
Josephine Campbell
avatar
Gryffondor
Gryffondor
Année à Poudlard : Septième année

Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Re: Devant chez Derviche et Bang

Message par : Josephine Campbell, Mar 23 Jan 2018 - 13:31


Non, Louis avait décidé de ne pas laisser couler. Au contraire. Malgré le regard suppliant qu’elle lui avait lancé, il avait envie de creuser. Décontenancée par sa réponse ? Bien sûr ! Parce qu’il n’avait apporté aucune réponse. Mais que des questions. Et ça n’arrangeait rien au bordel qu’il était en train de faire dans sa tête.

- Tu viens de me dire que tu n’avais pas connu ça jusqu’à présent, c’est-à-dire ? Connu quoi ?


Il était hors de question qu’elle lui dise ce qu’il était en train de provoquer, qu’il était en train de balayer sans sans rendre compte tout ce qu’elle avait construit auparavant. Il était en train de détruire le model qu’elle s’était fixé, qui certes n’était pas parfait, mais qui lui évitait de tomber dans quelque chose pour lequel elle n’avait aucun contrôle.

Non elle n’avait jamais connu cela. Personne ne l’avait invité à boire un verre jusqu’à présent et personne ne s’était montré aussi attentif et tactile dans ses souvenirs. Et même si cela avait pu être le cas, cela ne l’avait pas chamboulé à ce point.

Jo s’était arrêtée de marcher, Louis lui faisait un sourire provocateur avant d’ajouter :

- Que tu n’aimes pas le café ou le thé… Bon ce n’est pas inintéressant hein, mais bon…


*Mais bon si tu continues, tu vas te reprendre une boule de neige dans la figure !*

Et ce regard qu’il lui lançait… Impossible de ne pas se perdre dedans.

- Enfin je dis ça, mais si ça te dérange d’en parler ou si tu te sens trop fatiguée, je ne t’embête pas avec ça, je te raccompagne jusqu’au château et te laisse aller te reposer.

*Ok, on fait comme ça alors !*

Il avait vraiment cru à son histoire de fatigue ? Il n’avait pas senti que c’était une excuse pitoyable pour excuser son moment de faiblesse ? Elle n’était pas du tout fatiguée, le froid éloignait l’envie de dormi. Bon après, une fois devant un feu de cheminée, elle ne répondait plus de rien… mais en attendant…

Elle se sentait coincée… Et ne savait pas quoi lui dire. Jusqu’où pouvait-elle se confier ?

Elle soupira et regarda au loin les tours du château. Elle évitait son regard maintenant.

- Ecoute… Tout ça, ça ne m’est jamais arrivé. Personne n’a agi avec moi comme toi tu le fais là. Je n’ai jamais ressenti… Je ne sais pas ce que je dois penser et ce que je dois croire. Je suis complètement perdue moi là…

Puis elle posa ses yeux dans les siens.

- Toi tu peux me dire ce qu’il se passe ? Est-ce que c’est clair pour toi ou tu es aussi paumé que moi ?

Nouveau soupire. Puis l’instinct de préservation qui prend le dessus. La fuite.

Elle reprit sa marche en direction du château.

*Pourquoi c’est si loin ?!! Ils n’auraient pas pu coller Pré Au Lard à Poudlard ?*
Revenir en haut Aller en bas
Louis Varik
avatar
Serpentard
Serpentard
Spécialité(s) : - Permis de Transplanage


Re: Devant chez Derviche et Bang

Message par : Louis Varik, Mar 23 Jan 2018 - 22:07


Jo soupira, elle semblait mal à l'aise à l'idée d'évoquer le sujet, Louis se demandait bien à quoi elle pouvait penser à cet instant, qu'est-ce qui pouvait bien la perturber à ce point? Elle se tourna vers lui :

- Ecoute…

*Ouille, quand on commence comme ça, ce n'est jamais très bon...

- Tout ça, ça ne m’est jamais arrivé. Personne n’a agi avec moi comme toi tu le fais là. Je n’ai jamais ressenti… Je ne sais pas ce que je dois penser et ce que je dois croire. Je suis complètement perdue moi là…


Agi comme ça avec elle? Qu'avait-il fait? Était-ce de ses précédentes frasques qu'elle parlait? Non, sans doute pas, elle ne serait pas devenue subitement si sérieuse pour ça, du moins Louis l'espérait.

Puis elle posa ses yeux dans les siens. Et là ça devenait plus limpide pour Louis, il pouvait lire dans ses yeux à cet instant présent, elle qui masquait ou retenait plus ou moins ses émotions jusqu'à présent se découvrit par un simple regard.
Ses magnifiques yeux bleus pétillaient d'une étrange lumière, à cet instant, le jeune garçon ne peut rien voir d'autre que ce beau visage tourné vers lui.

- Toi tu peux me dire ce qu’il se passe ? Est-ce que c’est clair pour toi ou tu es aussi paumé que moi ?

Elle soupira, comme dépitée, résignée par une certaine évidence. Puis, comme durant leur première rencontre, la jolie brune tourna les talons et repris sa marche en direction du château.
En trois enjambées, Louis rattrapa Jo, il lui posa sa main sur l'épaule et d'un geste plus doux qu'il ne l'imaginait, la retourna vers lui.
Il plongea ses yeux de glace dans les siens,

- Je peux te dire ce qu'il se passe oui, je peux aussi te dire ce que tu veux entendre et ce que tu ne veux pas savoir.

Il savait qu'a nouveau sa réponse ne satisferait pas Jo.

- Mais je peux également te dire que tu sais bien mieux que quiconque ce que tu as en tête et ce qu'il se passe.
Tu es perdue? Je le suis aussi, je vais être franc avec toi...


Il lâcha la jeune fille, bascula sa on visage hirsute en arrière, et se grattant nerveusement la barbe, ajouta :

- Ecoute Jo, je te connais depuis... Non, en fait je ne te connais pas... Oui c'est con ce que je vais te dire, ce n'est peut-être pas réciproque mais.. Pour moi et bien... Tu es spéciale!

* Super entrée en matière Louis, bien joué, tu veux lui faire une confidence et tu commences par lui dire qu'elle est spéciale...*

- T'es juste un petit bout de bonheur, tu as des yeux à tomber et je profite de chacune des secondes en ta présence... Hum... Bon ,
voilà c'est dit!


Comme elle, il tourna les talons, laissant la jeune Gryffondor en plan.

*Quel idiot, pourquoi tu pars?*

Il s’arrêta dans la neige, le soleil vint à nouveau lui réchauffer le visage, il jeta un regard en arrière en direction de Jo.

- Voilà, je suis ridicule maintenant non? Allez, tu rigoles une bonne fois de moi, et on oublie ça?
Revenir en haut Aller en bas
Josephine Campbell
avatar
Gryffondor
Gryffondor
Année à Poudlard : Septième année

Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Re: Devant chez Derviche et Bang

Message par : Josephine Campbell, Mer 24 Jan 2018 - 13:40


Elle ne savait pas vraiment ce qu’elle espérait. Si elle voulait qu’il la rattrape ou qu’il la laisse filer. S’il n’avait pas cherché à la suivre, elle se serait réfugiée dans son dortoir, peut-être même dans son lit, sous sa couverture. Mais il ne comptait pas en rester là. Alors qu’elle marchait dans la neige et qu’elle était en train de se dire qu’elle aurait peut-être dû lui rendre ses affaires, elle sentit sa main se pose sur son épaule et la tourner vers lui.

- Je peux te dire ce qu’il se passe oui, je peux aussi te dire ce que tu veux entendre et ce que tu ne veux pas savoir.

*Ben vas y, t’as l’air d’en savoir plus que moi !*

- Mais je peux également te dire que tu sais bien mieux que quiconque ce que tu as en tête et ce qu’il se passe. Tu es perdue ? Je le suis aussi, je vais être franc avec toi…

*Erreur, je ne sais rien et t’es aussi perdu que moi, alors on est mal barré !*

Elle ne le lâchait pas du regard. Il avait l’air nerveux au moins autant qu’elle.

- Ecoute Jo, je te connais depuis… Non, en fait je ne te connais pas… Oui c’est con ce que je vais te dire, ce n’est peut-être pas réciproque mais… Pour moi et bien… Tu es spéciale ! T’es juste un petit bout de bonheur, tu as des yeux à tomber et je profite de chacune des secondes en ta présence… Hum… Bon, voilà, c’est dit !


Elle avait le cœur qui battait à cent à l’heure. Elle était restée de marbre pendant toute la durée de son petit discourt et là, elle ne savait plus quoi dire… ce qui en soit, il ne le savait pas encore, mais, était un exploit.

Il avait été honnête en lui disant ce qu’il ressentait… Elle était spéciale… Spéciale…

Puis Louis tourna les talons et la laissa accuser le coup de cette révélation.

Alors ils ressentaient la même chose tous les deux ?

*Non non, toi en fait tu ressens rien… hein dit ?! Dit ?! Oh ?!*

Jo se passa une main sur le visage et le regarda s’éloigner. Pourquoi il lui avait dit un truc pareil ? Maintenant, ça allait encore plus mettre le désordre dans sa vie. Et pourquoi il lui balançait un truc pareil pour se faire la male juste après ?!

*Ben il fait sa Josephine…*


-Voilà, je suis ridicule maintenant non ? Allez, tu rigoles une bonne fois de moi, et on oublie ça ?

Elle n’avait même pas écouté ce qu’il avait dit. Elle ne savait pas pourquoi mais elle était en colère. Elle lui en voulait de s’être livré alors qu’elle l’avait poussé à le faire (ndlr : pas simple la fille…). Elle lui en voulait d’affoler son cœur à ce point. Elle était obligée d’inspirer et d’expirer fort, comme si elle venait de faire un effort physique.

La réponse à sa question, il l’eu aussitôt qu’il termina sa phrase. Mais pas sous forme de parole. Il se prit une boule de neige sur l’épaule, puis une autre dans le dos, et une autre et une autre et… plusieurs autres. Certaines n’atteignaient pas leur cible. Jo n’était pas forte lorsqu’il s’agissait de viser et sous l’emprise de la colère ça n’arrangeait rien.

-T’es un vrai crétin tu le sais ça ?


*Ah, enfin quelque chose de censé !*

-Et tu t’en vas comme ça ? Et moi je suis censée faire quoi après ça ? Tu peux me dire ? Te dire que c’est pareil pour moi ?


Oups !! C’était sorti trop vite… Sa conscience n’avait pas eu le temps de filtrer ses paroles…

Se rendant compte de sa bourde, Jo se mit les mains sur la bouche… mais c’était trop tard… tout avait été dit !
Revenir en haut Aller en bas
Louis Varik
avatar
Serpentard
Serpentard
Spécialité(s) : - Permis de Transplanage


Re: Devant chez Derviche et Bang

Message par : Louis Varik, Mer 24 Jan 2018 - 18:34


Louis s'attendait à un éclat de rire de la jolie brune en face de lui, il se sentait ridicule sur le coup, s'être livré de la sorte ne lui ressemblait pas.
Mais l’accueille qu'elle réservait à sa réponse n'était pas celui attendu. Même s'il fallait s'attendre à plus ou moins tout avec Jo tant ses réactions étaient imprévisibles, il ne s'attendait pas à voir venir s'écraser une boule de neige sur son visage.
A peine s'était-il rendu compte de ce qu'il se passait qu'une salve de boules s'écrasèrent sur lui. Lorsque la furie de Jo se calma, il entendit un peu plus loin :

- T’es un vrai crétin tu le sais ça ? Et tu t’en vas comme ça ? Et moi je suis censée faire quoi après ça ? Tu peux me dire ? Te dire que c’est pareil pour moi ?

La Gryffondor semblait furieuse, ses yeux le fusillaient et sans vraiment comprendre pourquoi, Louis sentit immédiatement qu'il avait fait une bourde quelque part. Il n'attendait pas qu'elle se livre de la sorte, qu'elle lui avoue la même chose, non, il lui avait simplement confié le fond de sa pensée le concernant.

- Non... Je ne sais pas! Je...

Il était perdu, ne sachant quoi répondre face au courroux soudain de la belle brune, il préféra battre en retraite.

- Ecoute Jo... Je ne voulais pas, vraiment! C'est... Sorti tout seul, enfin je crois...

*Mais j'ai fait quoi? Est-ce que j'ai eu tort de penser qu'elle pouvait ressentir quelque chose pour moi? Oui, c'est sans doute ça!*

A ce moment, il se redressa, faisant face à la jeune fille, il ne voulait plus être là, il se sentit légèrement honteux mais surtout incompris.

* Et puis zut, j'ai dit quoi de mal? D'accord c'était peut-être maladroit de ma part, mais est-ce que je mérite cette réaction?*

De sa voix forte, toisant Jo de toute sa taille, il respira profondément et ajouta :
- Ok, tu as sans doute raison, je suis un vrai crétin, je ne sais pas ce qui m'est passé par la tête.
Ecoute, je regrette, oublie ce que j'ai dit. J'ai sans doute fais une erreur, mais je ne pense pas que s'énerver de la sorte arrangera les choses. Rentre, tu vas attraper froid. Pour mes affaires, on verra plus tard, je me débrouillerai pour les récupérer.


Puis, faisant volte-face, se dirigea à grandes enjambées vers le château. Là, dans l'immédiat, il allait rentrer, se diriger vers les cachots, s'enfermer dans la salle de bain, se glisser dans un bain chaud et ne plus réfléchir à rien.

D'un dernier regard en arrière, il fixa la jolie brune :

- Pour le dîner... On verra alors...
Revenir en haut Aller en bas
Josephine Campbell
avatar
Gryffondor
Gryffondor
Année à Poudlard : Septième année

Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Re: Devant chez Derviche et Bang

Message par : Josephine Campbell, Mer 24 Jan 2018 - 22:17


Il n'avait pas compris qu'elle venait de dire malgré elle, ce qu'elle ressentait au fond d'elle. Parce que oui, elle ressentait la même chose que lui. Elle l'avait glissé cela sous forme de question, mais au final, c'était bien cela ce qui se tramait au plus profond d'elle. Elle ne voulait pas l'admettre, mais c'était pourtant vrai. Lui aussi était spécial. Elle voulait profiter de chaque moment passé avec lui...

- Non... Je ne sais pas ! Je...


Il avait l'air désorienté et blessé... Oh Merlin qu'est ce qu'elle venait de faire ?

- Ecoute Jo... Je ne voulais pas, vraiment! C'est... Sorti tout seul, enfin je crois...


C'était sorti tout seul parce qu'il n'arrivait plus à garder pour lui ce qu'il ressentait pour elle ? Elle avait de plus en plus de mal à le faire. C'était peut-être pour cela qu'une partie d'elle était en colère, parce qu'elle commençait à ne plus avoir le contrôle sur rien...

Puis un quelque chose... Un changement dans le regard de Louis, quelque chose qu'elle n'avait jamais vu jusque-là et qui lui faisait mal. Mais elle devait reconnaître qu'elle l'avait bien cherché.

- Ok, tu as sans doute raison, je suis un vrai crétin, je ne sais pas ce qui m'est passé par la tête. Écoute, je regrette, oublie ce que j'ai dit. J'ai sans doute fait une erreur, mais je ne pense pas que s'énerver de la sorte arrangera les choses. Rentre, tu vas attraper froid. Pour mes affaires, on verra plus tard, je me débrouillerai pour les récupérer.


Elle avait l'air si petite à ses côtés à cet instant. Elle n'avait pas rétréci soudainement, et peut être que c'était simplement le fait qu'il ait élevé la voix sur elle qui faisait cela, mais elle se sentait ridiculement minuscule là. En temps normal, elle aurait répondu, ne se serait pas laissé faire et aurait été même encore plus provocatrice, mais là étrangement elle ne fit rien de tout cela.

Elle se tut et encaissa tout ce qu'il venait de lui dire. Elle venait de lui montrer qu'elle pouvait être odieuse et elle avait l'impression de voire de la déception dans son regard. Elle baissa les yeux et regarda ses pieds, comme une enfant qu'on venait de gronder. De toute façon maintenant, il ne les trouverait plus aussi beau, c'était certain. Peut-être même que maintenant, il les détesterait.

Puis il tourna les talons et parti en direction du château. Il marchait vite, comme pour fuir le plus rapidement possible le démon qu'il venait de découvrir.

- Pour le dîner... On verra alors...


Elle ne leva pas la tête... et prit ces mots comme la sentence qu'elle méritait.

Il n'en avait plus envie. Ce dîner n'aurait jamais lieu...

Elle resta là figée dans le froid pendant quelques minutes encore. Louis était parti. Il n'avait pas fait demi-tour, et il avait eu raison. Au bout d'une dizaine de minutes, Jo fila en courant en direction de la Tour Gryffondor. Le groupe d'ami qu'elle aurait dû rejoindre plus tôt était là. Ils mangeaient des gâteaux autour du feu de la salle commune. Elle se joignit à eux et finalement reposa le gâteau qu'on venait de lui mettre dans les mains et qu'elle n'avait pas touché pour aller dans son dortoir. Elle s'enfonça sous les couvertures de son lit. Elle ne fit rien d'autre que de penser à comment elle venait de gâcher quelque chose qui aurait pu être important. Elle inspirait et expirait fort pour essayer de faire le vide... Et là, elle la sentit. L'odeur. L'odeur de Louis sur l'écharpe qu'elle portait toujours. Alors son ventre se noua et elle sentie alors une larme couler sur sa joue.



Fin du RP
Merci Loulou amour
Revenir en haut Aller en bas
Murphy Flowers
avatar
Gryffondor
Gryffondor
Année à Poudlard : Septième année

Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Re: Devant chez Derviche et Bang

Message par : Murphy Flowers, Dim 18 Mar 2018 - 9:15


PV :  Arty Wildsmith - Misère d'un samedi matin sous la pluie

Je n'avais jamais cours le samedi matin, et comme je ne dormais jamais beaucoup, et bien j'étais toujours réveillé à sept ou huit heures. Et c'est là que je m'ennuyais, à rien faire dans le dortoir des mecs. Plongé dans l'obscurité à entendre les autres ronfler. J'avais déjà essayé de lire mais la lumière de mon lumos les dérangeaient plus qu'autre chose. Alors souvent, je descendais dans le petit salon de Gryffondor et me mettait au coin du feu. C'était l'avantage d'être en dernière année : les fauteuils confortables et les bonnes places. Ah oui, le respect des plus jeunes aussi.

Ce matin, il n'y avait presque personne. Une fille qui révisait un peu plus loin et deux jeunes qui jouent aux échecs. La version sorcière bien sûr. Et pendant ce temps, je déambulais dans la salle. Parfois, les gens laissaient des affaires traîner ou bien des devoirs. Et puis j'étais toujours curieux de voir ce qui avait été laissé. Et là, sur une des tables : un prospectus. Ou plutôt, une petite feuille publicitaire pour : Derviche et Bang. Réparateurs d'objets magiques en tout genre. Je n'avais jamais vu cet établissement, mais il était installé à Pré-au-Lard. Sans plus attendre, j'attrapais mon manteau et filais hors du château.

C'était toujours [Diantre ! Langage !] de quitter Poudlard pour aller vers Pré-au-Lard. Il fallait des autorisations et des fois on nous fouillait même. Mais heureusement que les septièmes années étaient de ceux qui échappaient à ce genre de contrôle. Du coup, en tant que bon vieux solitaire, je montais dans une petite calèche en direction du village sorcier. Un sacré système ça aussi : des chariots tirés par... rien. Le vide. Mais j'avais arrêté de me questionner sur toutes ces choses. La magie était décidément bien trop complexe pour en comprendre tous les moindres détails.

Il s'était mis à pleuvoir entre-temps. C'était bien ma veine. Je n'avais ni capuche, ni parapluie. Alors je me suis réfugié quelques instants à la gare le temps que ça se calme et puis je suis reparti, d'un pas assez rapide pour ne pas trop prendre le dernières gouttes. Les maladies traînaient ces temps-ci, et je ne voulais certainement pas être cloué au lit. Je suis passé devant les trois balais, et déjà très tôt la bonne odeur enivrait les ruelles d'à côté. La tête du sanglier semblait, elle aussi, ouvrir à la clientèle de bon matin. Je ne me suis pas arrêté et j'ai continué ma route.

J'ai continué.
J'ai continué.
Et j'ai continué.

Mais je tournais désespérément en rond.

- Derviche et Bang hein ? La boutique piège de Pré-au-Lard oui.

Et j'étais encore bon pour chercher. Misère d'un samedi matin sous la pluie.
Revenir en haut Aller en bas
En ligne
Arty Wildsmith
avatar
Modération RPGPoufsouffle
Modération RPG
Poufsouffle
Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Loup-Garou


Re: Devant chez Derviche et Bang

Message par : Arty Wildsmith, Mer 28 Mar 2018 - 23:44


Aza n’avait pas voulu aller à la pêche ce matin. Il prétextait s’être couché tard à cause de son service aux Trois Balais. Mais qui allait s’occuper de lui en cette matinée pluvieuse exactement ? Il ne pouvait même pas regarder les dessins animés dans la cabane, ils ne captaient pas. Voilà tout l’intérêt d’un village sorcier. Mais impossible qu’il tourne en rond toute la journée, il avait donc pris sa canne à pêche – qui n’était rien d’autre qu’un jouet – mais qui lui donnait ce style de clown qu’il affectionnait particulièrement et avait quitté le bateau perché dans les arbres. C’est-à-dire qu’il aurait pu pêcher assis tranquillement sur la terrasse du navire de bois, mais il avait comme peur de ne rien attraper de bien intéressant. Maintenant, y avait-il à Pré-Au-Lard des étangs, lacs avec des poissons appétissants ? Certainement pas, mais dans le doute, toujours avoir une cane à pêche, au pire il volerait dans les aquariums des voisins. Même pas peur. La capuche du poncho jaune marin rivée sur ses boucles sombres parfaitement protégées il compte les pavés qui défilent. Peut-être qu’une flaque d’eau suffirait pour pêcher, non ?

De grands pas assurés pour éviter de glisser, pas le moment de se casser la clavicule s’il voulait avoir des responsabilités chez les Aurors. Peut-être même que la pêche un samedi matin était une couverture et qu’il était en surveillance rapprochée dans le village pittoresque. Il rit à cette idée brinquebalante. Ce serait la classe quand même. Il avise alors les rares sorciers qui se promènent dans les rues désertiquement trop humides. Pourquoi ne faisaient-il pas dodo ? Quand on était pêcheur, il pouvait comprendre ce besoin de se lever aux aurores, mais pour les autres ? Et ne me dites pas que c’est pour ne pas rater les premiers dessins-animés, Arty ne vous croirait pas. L’est pas si naïf le petit. Il essuie alors des gouttes logées sur ses paupières endormies avant de remarquer un petit être perdu. Il cligne des yeux à répétition pour essayer de savoir si l’autre pouvait être une distraction suffisante. C’est qu’il avait comme l’impression de le connaître d’une autre vie – celle de quand il était encore élève à Poudlard.

Il gambade alors jusqu’à l’inconnu-un-peu-connu-autrefois. Est-ce que j’te connais toi ? J’crois que oui hein. Se montrer un peu inaccessible, parce qu'il s'appelait Arty. Il étire ses bras son son poncho gigantesque imperméable. Réveiller les membres somnolant. Dis, tu penses qu’il y a des poissons dans les flaques d’eau ? Des fois qu'ils auraient nagé sur les arc-en-ciel pour barboter entre les pierres dessinant les rues. C’est qu’il devait être tout à fait certain de cette affirmation, qu’il ne parte pas à la pêche pour rien non plus. C’est quoi ton nom déjà ? T’es à Poudlard c’est ça ? Tu cherches quelque chose ? Comme 57,3% de la population frôlant ses pavés gris abîmés. Mais c’était une belle entrée en matière. Avec sa voix joyeuse qui mettait des rayons de soleil sillonnant parmi les gouttes de pluie déterminées, il savait mettre à l’aise ses interlocuteurs. Surtout que son visage de brigand célèbre était à moitié caché derrière sa capuche formidable.
Revenir en haut Aller en bas
Murphy Flowers
avatar
Gryffondor
Gryffondor
Année à Poudlard : Septième année

Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Re: Devant chez Derviche et Bang

Message par : Murphy Flowers, Dim 8 Avr 2018 - 10:02


Ploc. Ploc. Ploc. Vous voyez le look du type naze aux cheveux tous aplatis à cause de la pluie ? C'était à peu près ma situation actuelle. Alors j'avais une grosse capuche, mais le tissu, c'était pas imperméable. Alors la puis s'était infiltrée par la droite, par la gauche, par le milieu. De partout en fait. Bref. J'avais THE DEGAINE de la journée.

Mais alors que je me tâtais sur le choix de la route à prendre, y'a un mec qui a déboulé de nul part. C'est qu'il m'aurait presque fait peur. Poncho imperméable, des grandes enjambés et pas une goutte d'eau sur les cheveux. C'est que lui il était bien, mais alors super bien équipé. Même trop peut-être. C'était un aventurier, il avait l'habitude des tempêtes et des ouragans. Ou bien sa mère l'avait juste forcé à sortir comme ça. Mes yeux divaguais à gauche et à droite pour voir si je ne trouvais pas Derviche et Bang, mais rien. Alors quitte à être venu pour rien, autant faire la causette.

Et il disait me connaître le loustic. Je le zieutais de haut en bas et c'est vrai que les traits de son visage m'étaient pas inconnu. Un type de poudlard, obligé ! Et puis il me demandait si y'avait des poissons dans les flaques d'eau. Bonne remarque. Alors je me mettais accroupis et puis avec ma baguette je remuais l'eau. Un peu comme avec un bout de bois quoi. Et puis résultat concluant. « Nop, pas de poiscaille là dedans. »

Je me relevais en glissant sur la droite. Déjà qu'il pleuvait et qu'on voyait rien à plus de dix mètres, fallait encore que ça glisse. Et puis je le regardais en me grattant l'arrière de la tête.

« Moi c'est Spike et toi ? J'ai bien ton visage en tête mais pas de nom à mettre dessus. Et ouaip je suis à Poud', j'ai dû t'y voir là-haut. Et puis je soupirais. Ouais alors je cherche une boutique qui répare des objets magiques genre Derviche et Bang j'sais pas si tu connais. Introuvable. Et toi qu'est-ce que tu fais de beau ici ? »

Et puis je le retoisais une dernière fois. Rien de méprisant, juste pour avoir un plus grand aperçu de son poncho. Le jaune était incroyable.

« Au fait, sympa le poncho. »
Revenir en haut Aller en bas
En ligne
Shae L. Keats
avatar
Gryffondor
Gryffondor
Spécialité(s) : - Métamorphomage
- Permis de Transplanage


Re: Devant chez Derviche et Bang

Message par : Shae L. Keats, Dim 8 Juil 2018 - 16:00


Aza

La nuit incandescente a recouvert la lande à des extrémités de cela. Les doigts qui pianotent sur le bois du volet de la boutiques tandis que les respirations de la marmaille ont dû se calmer depuis longtemps dans le lit. Il y a ce besoin permanent de les avoir contre moi mais pas ce soir, ce soir c'est dehors comme avant pour goûter aux plaisirs du rien et de l'inactivité constante.

La sortie de l'hôpital qui prend les tripes sous la forme de la balafre qui ne partira jamais. Magie noire de l'aine jusqu'à l'épaule, et un mois à pioncer avant de pouvoir remarcher. L'autre miroir au placard pour encore quelques temps. Le temps d'une respiration, de se reprendre, de se soigner. Étonnamment il semblerait que celui qui a remplacé Lockhart dans ma vie ait compris cette fois.

Le noir, le manteau de rien et d'absence couvre les bruits de pas que l'on ne reconnait pas, faute d'y prêter attention depuis plus longtemps qu'on ne peut s'en souvenir. Et pourtant sourire franc lorsque la silhouette se dessinera suffisamment pour être reconnaissable.    
Revenir en haut Aller en bas
Azaël Peverell
avatar
Serpentard
Serpentard
Spécialité(s) : - Permis de Transplanage
- Animagus : Chien-loup Tchécoslovaque


Re: Devant chez Derviche et Bang

Message par : Azaël Peverell, Dim 8 Juil 2018 - 18:50


La nuit n'a pas cessé d'être ton monde. Celui dans lequel tu te sens le mieux, le plus à ta place. Tu peux t'y afficher pleinement sans pour autant être à la vue de tous. Le changement de travail ne peut changer cela. Les insomnies se font de toute manière un peu trop sentir pour que ça change un jour. La carcasse se traîne sans but sous un drap étoilé tendu au dessus de la tête. Et une image apparaît un peu plus loin. Une vision qui pourrait appartenir au passé à présent puisque tu ne l'as pas vu depuis quelques temps. Professionnel de la disparition.

Aucune hésitation pour te planter devant lui. Il sourit. Enfin elle. Enfin on s'en fout. La lettre du Perché te revient en mémoire.

- Alors, la désintox ?

Ou la fuite. Tu t'es toujours demandé ce qui primait.
Revenir en haut Aller en bas
En ligne
Contenu sponsorisé

Re: Devant chez Derviche et Bang

Message par : Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas
Page 4 sur 5

 Devant chez Derviche et Bang

Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5  Suivant

Permission de ce forum:Vous pouvez 
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Harry Potter 2005 :: ~¤~ Pré-au-Lard ~¤~ :: Rues de Pré-au-Lard-

L'univers d'Harry Potter est la propriété de la Warner Bros ainsi que de J.K Rowling.
Tous droits réservés sur ce site ©Copyright HarryPotter2005. Affichage optimisé sous Firefox.