AccueilPortailFAQPublications internesRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Harry Potter 2005 :: ~¤~ Londres ~¤~ :: Rues de Londres
Page 1 sur 1
Chez l'habitant
Elhiya Ellis
avatar
Serpentard
Serpentard
Spécialité(s) : Permis de Transplanage


Chez l'habitant

Message par : Elhiya Ellis, Mar 8 Aoû - 9:30



Bienvenue dans un joyeux bordel.
Pv Artychou• LA Mutuel sur tout le texte


Avant de quitter l’Occamy doré en compagnie du jeune Poufsouffle, Elhiya n’avait pu s’empêcher de remarquer que comme prévue sa petite raillerie avait embarrassé le jeune homme. C’était marrant, d’autant plus qu’il avait pris la peine de clarifier la situation entre eux, précisant qu’ils n’étaient rien d’autres que de simples amis. La mine boudeuse, Elhiya avait fini son cupcake au caramel avant de lui adresser un sourire en coin qui contenait très mal son amusement.

« Par Merlin Arty, briser ainsi les rêve de la pauvre adolescente sensible que je suis c’est affreux ! je vais mettre des ours, non des mois à me remettre de ce rejet ! » Un pouffement de rire lui échappa alors qu’elle posait sur le brun un regard espiègle «Excuses, c’est juste que ta tête est épique quand tu rougis pour rien, j’ai pas pu m’en empêcher de te taquiner »

D’un nouveau sourire goguenard, la blonde récupéra sa tasse de thé, souffla doucement dessus pour finir de le boire tout en écoutant Artémis lui assurer que les familles de sorciers étaient belles et bien différentes à ses yeux. C’était étrange cette façon de voir. Il était sorcier à part entière, à partir de là, la blondinette ne voyait pas vraiment ce qui pouvait l’intriguer autant, lui en plus, il avait l’avantage d’être issu d’une famille moldu, et donc d’avoir un champ de vision bien plus large à disposition. C’était plus les sorciers comme lui qu’Elhiya enviait que tous ceux qui se targuaient d’être de sang-pur.

Reposant sa tasse vide, s’essuyant la bouche juste au cas où, la Verte se laissa emportée par l’enthousiasme débordant de son camarade vers les rues du chemin de traverse, il ne manqua pas de la taquiner à son tour sur son manque de culture cinématographique moldu, mais c’était de bonne guerre, elle rit doucement en se mettant à son niveau pour le guider plus facilement. L’avantage du quartier c’était qu’il ne fallait que quelques minutes pour rejoindre Londres, et il n’en fallait pas moins pour rejoindre la petite maison de ville des Ellis. En slalomant entre les badauds qui flânaient au soleil, les deux adolescents sortirent rapidement du coté sorcier pour atterrir dans le Londres moldu ou Artémis pouvait faire rouler « Meryl » comme il la nommait si bien.

D’un simple signe de tête la blonde indiqua la rue à prendre pour arriver chez elle, rue résidentielle comportant que des maisons citadines en hauteur, collées les unes aux autres avec un petit jardin caché derrière. Ça ne payait pas de mine, mais aucun sortilège repousse moldus n’avait été mis en place par ses parents, la bâtisse ressemblant à toutes les autres, elle ne risquait pas d’attirer l’attention. Seules les protections classiques avaient été mises en place (anti-transplannage, anti-écoute aux portes…) bien qu’Elhiya ne voyait pas trop l’intérêt. Si on levait le nez vers le grenier, on pouvait voir que la petite lucarne ronde était toujours ouverte afin de laisser le passage à Crumble ou autres hiboux facteurs.
Poussant la porte d’entrée, la blonde invita Artémis à faire de même sans plus cérémonie. Son père étant à la boutique, il n’y avait que sa mère qui devait profiter de son week-end pour faire quelques cookies maison. Elle déposa des chaussures à l’entrée et s’engouffra dans la pièce à vivre


« J’suis rentrée, y’à un pote de Poudlard avec moi »

Pas vraiment envie d’en dire plus, de toute connaissant sa mère, elle allait arriver rapidement vers eux pour saluer le jeune homme. En attendant, Elhiya jeta un œil à son jeune fléreur qui levait le nez en reniflant en direction d’Artémis, pendant que Myrtille sautillait hystériquement sur le canapé. Devant cette scène, la blondinette en voyait pas vraiment ce que ce mode de vie pouvait avoir de diffèrent d’avec celui des moldus. Bien sur y’avait pas une télévision qui trônait dans le grand salon, mais des bibliothèques immenses comportant pas mal de romans sorcier et de grimoires traitant sur les potions ou les plantes en tout genre. Les meubles étaient lourds, en bois ancien, des antiquités comme disait si bien son amie d’enfance moldue Lucy, comme s’ils avaient oublié qu’ils étaient au 22eme siècle. Mais hormis le bazar de son père posé sur le large buffet en acajous, pas grand chsoe trahissait l’origine de la famille Ellis.

Il fallait dire que Lucy avait tendance à venir régulièrement la chercher pour faire un tour dans Londres pendant les vacances, du coup, tout ce qui pouvait avoir attrait avec la magie était soigneusement rangé ou camouffle dans cette pièce. Le tableau lui-même être discret, au-dessus de la cheminée, il représentait un paysage écossais, le village d’origine de la mère d’Elhiya, et les moutons qui l’occupait prenaient soin de brouter de façon la plus discrète possible quand une tête inconnue se montrait. Par contre, ce n’était pas la même chose pour la cuisine, Elhiya était persuadée que ca plairait au jeune Blaireau. Mais d’abord, d’un signe de main, elle lui demanda de venir voir les fioles abandonnées sur le meuble.


« Tiens c’est les fameux mini échantillon dont je te parlais, ce doit être un nouveau pack prévu pour cet été »

Sourire aux lèvres, la gamines sortait les 4 minis fioles en verres de couleurs différentes de leur toute petit cagette en bois, le packaging de base faisait un peu trop rural à son gout, mais ce n’était pas bien important vu que ce n’était que le packs test. Elle cherchait les étiquettes en vain, rien n’était collé dessus quand sa mère passa la tête par la porte de la cuisine, un large sourire chaleureux aux lèvres.

« Chercher pas ma puce, ton père à pas fini de se décider, c’est le packs vacances pour éloigner les créatures, éviter les coup de soleil, éviter les maladie tropical, et éviter les coup de barre. Il hésite avec du repousse moldu en prime pour être tranquille »

Elle s’essuyait les mains sur un torchon, et glissa ses yeux clairs sur Artémis, le couvrant d’un doux sourire

 « Bonjour jeune homme, je suis la maman d’Elhiya, Ylana, fais comme chez toi surtout, il y’a des biscuits qui cuisent si vous voulez plus tard, vous voulez à boire ?»

Perdue dans son observation des diverses petites potions, Elhiya se contenta d’hocher machinalement la tête. Sa mère avait toujours été très amicale envers les personnes qu’elle avait pu ramener à la maison, un peu trop même, mais au moins elle n’avait pas étouffé Artémis dans un calin trop généreux, surement car elle avait un peu de farine sur sa robe et sur les mèches de cheveux dorées qui s’étaient détachées de sa pince à cheveux.

« On vient de manger maman, Arty est venu visite, apparemment on aurait une maison différente de la sienne.. »

Le ton était peu concerné car la blonde n’arrivait pas différencier ce qui protéger des coup de soleil des maladies exotique, elle ne souligna même pas le ton malicieux de sa mère qui avait fait glisser son regard d’un adolescent à l’autre en s’exclamant, amusée « ho Arty hein ? »
Revenir en haut Aller en bas
En ligne
Artemis O'Toole
avatar
Préfet(e)/Poufsouffle
Préfet(e)/Poufsouffle
Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Re: Chez l'habitant

Message par : Artemis O'Toole, Ven 11 Aoû - 23:06


Le chemin dans Londres ne fut pas très long, mais suffisamment pour faire rouler Meryl tranquillement, tant mieux, elle allait être contente. Arty eut aussi le temps de réfléchir, il fallait qu’il change de tête, éventuellement, parce que si sa bouille était la cause de ces remarques taquines d’ordre amoureux, et bien il n’en voulait plus. Ça le mettait mal à l’aise tout ça, et il le pire c’était qu’il avait du mal à le cacher, or cela provoquait chez Elhiya l’envie encore plus forte de se jouer de lui. Les Serpentard j’vous jure. Toujours est-il qu’ils étaient arrivés à destination. Une rue londonienne, tout ce qu’il y a de plus banal. Des maisons ressemblantes, en hauteur plutôt jolies. Pour l’instant arty Affichait un visage neutre, intrigué, il savait maintenant que les sorciers étaient forts dans la discrétion et c’était peut-être le cas de la famille de Yaya.

Elle entrait chez elle, le Poufsouffle sur ses talons. Arty était à la fois gêné et enthousiaste. Il fallait qu’il se souvienne de tout ce que sa mère lui avait appris, le fait d’être poli, se montrer courtois et avenant. Faire bonne impression, pour ne pas lui foutre la honte à elle, sa maman, parce que lui finalement s’en fichait un peu. Mais bon, la réputation avant tout. La Vert & Argent sembla prévenir ses parents de son arrivée, Arty ouvrit ses oreilles pour écouter une quelconque réponse, pour l’instant rien. Néanmoins, son regard fut attiré par un animal qui vint vers eux.

Oh mon dieu c’que c’est moche !
Arty sursauta légèrement. Encore il était habitué à Newt, son chat, mais ça là, c’était quoi exactement ? Un chat des pyramides ? Du passé ? Non, un chat du futur, c’était pas possible autrement. Puis l’idée lui apparut. Un fléreur, bah oui. Qui dit famille de sorciers dit créatures magiques. Rien que pour ça c’était cool de vivre au cœur de la magie. Le problème c’était que ce chat magique foutait la trouille, c’est le genre d’animal qui te regarde des heures et des heures pendant lesquelles tu t’attends à ce qu’il te dise quelque chose de super important sur ta vie, et en fait rien, parce qu’après tout c’est juste une bête. Passons. Il y avait aussi un petit Boursouflet que le jeune Blaireau aperçut, ça au moins, ça avait l’avantage d’être mignon et beaucoup plus accueillant. Arty sourit. Éventuellement il faudrait qu’il s’en trouve un de Boursouflet, même si c’est vrai, finalement, il se baladait constamment avec un Boursouflet. Enfin, un bout quoi, dans sa baguette, mais ça devait sûrement compter pareil, non ?

Le regard du gamin se mit alors à scruter les recoins de la pièce qui s’offraient à eux, toujours en suivant Elhiya. Un salon, tout ce qu’il y a d’ordinaire, des bibliothèques, pour un peu il se serait cru dans sa propre maison. Il nota l’absence de technologie, mais ce n’était pas si étonnant, non, ce qui attirait l’œil immédiatement c’était cette fameuse bibliothèque. Aucun moldu n’avait des livres pareils, ou alors les moines quoi, et encore, des moines copistes du 16e siècle. Les sorciers n’avaient pas l’imprimante ? C’est une question sérieuse qu’il se posait alors qu’il suivait Yaya près d’un meuble. Il la regarda observer des fioles devant eux. Le Poufsouffle hocha la tête, attentif, concentré. Des échantillons. Comme dans une grande chaîne de magasin de maquillage, si ça existait encore. C’était drôle, finalement elle avait raison, même les techniques commerciales étaient les mêmes, sorciers ou non.
Puis de nouveau, Arty sursauta. Une voix s’éleva non loin d’eux, féminine, réconfortante. Il se retourna pour découvrir la mère d’Elhiya, visiblement en train de cuisiner un petit quelque chose de succulent.

Le Poufsouffle revêtit alors un sourire affectueux et enthousiaste. Elle lui dit son prénom, Arty acquiesça. C’était bizarre son prénom à elle, on aurait dit celui d’Elhiya, mais à l’envers. Même leurs cheveux étaient similaires, ou presque, il n’était pas très doué pour deviner la couleur des cheveux des autres. Oui je sais cette phrase est très bizarre. Pourtant, il ne se serait pas permis de faire une telle remarque sur leurs prénoms, il se demanda alors s’il devait faire la révérence ou quoi que ce soit. Serrer la main aussi, mais Yaya le devança, avec cette histoire de biscuits qu’elle ne voulait pas. Était-elle folle ? Lui voulait bien des biscuits, n’importe quand, des biscuits ça ne se refuse pas, surtout quand ils sont faits maison par une maman aussi gentille. Enfin, gentille, façon de parler. Maintenant elle faisait aussi un sous-entendu avec son prénom, des regards taquins, comme s’il y avait anguille sous roche, excepté qu’il n’y avait pas anguille sous roche, même pas une baleine, c’était absolument impossible.

Il décida alors de s’avancer vers la mère de Yaya en lui tendant la main, se montrant toujours souriant, voire même davantage, puisque son air taquin avait repris le dessus sur son visage.

- Enchanté Madame ! Arty ! Vous inquiétez pas, je préfère les garçons, Elhiya ne m’intéresse pas, enfin pas comme ça, peut-être si vous aviez un fils, pourquoi pas. Enfin, non, même pas, je ne me permettrais pas, jamais.

Son sourire s’élargit. Il blaguait, évidemment, enfin, presque. Il ne faisait juste aucune différence entre les filles et les garçons, mais ici, juste pour cette occasion, les garçons c'était très bien. Simplement il voulait en finir pour de bon avec ces petites piques sur un éventuel rapprochement avec Elhiya. Au moins, ainsi, c’était on ne peut plus clair, ça n’allait jamais revenir sur le tapis. Enterrée, cette idée qu’ils pourraient former un couple. Non mais, en plus ils n’allaient pas du tout ensemble. Tss. Il rajouta alors en jetant un bref regard vers son amie.

- Mais moi je serai absolument ravi de goûter vos biscuits.


Comme j’ai déjà dit, ça ne se refuse pas des biscuits. Jamais.
Revenir en haut Aller en bas
Elhiya Ellis
avatar
Serpentard
Serpentard
Spécialité(s) : Permis de Transplanage


Re: Chez l'habitant

Message par : Elhiya Ellis, Hier à 17:54


Voilà qu’il saluait sa mère d’une poignée de main, c’était assez original, mais le plus surprenant fut que Mme Ellis ne s’était pas confondu en embrassade avec le petit brun. D’un sourcil circonspect, Elhiya regardait la scène quelque peu incongrue qui se déroulait tranquillement devant ses yeux. Et puis, c’était quoi cette précision ? Arty préférait les garçons, et il demandait presque s’il y’avait pas un frère de la blonde qui trainait dans le coin. Elhiya pouffa de rire devant les yeux ronds que faisait sa mère alors qu’elle essuyait ses mains sur son tablier. Bon ok, le brun voulait dissiper tout malentendu, c’était tout à son honneur, sauf que ce n’était pas ça qui l’empêcherait de le taquiner par la suite. Juste car sa bouille quand il rougissait était trop amusante.

« Oui voilà, Arty mène une histoire d’amour fusionnelle avec sa trottinette pour être tout à fait franche. Mais comme il n’ose pas trop l’avouer, il a préféré tabler sur son affection pour la gente masculine. Et puis, il est là en investigation pour vérifier si le domicile des sorciers est aussi valable que celui des moldus. Donc attention à tes biscuits, ils vont être étudié de très très près !»

Elhiya n’avait pas pu s’empêcher de rigoler devant l’air décontenancé de se mère, si cette dernière avait noté que le Poufsouffle n’était pas de sang-pur, elle semblait plus perturbée par cette histoire de trottinette qu’autre chose. Un sourcil interrogateur restait bloqué sur son visage qui esquissait un demi sourire. Mais réalisant que l’étudiant avait accepté de gouter ses biscuits, la mère d’Elhiya fini par lui adresser un regard maternel, le même qu’elle posait sur sa fille le matin au réveil, comme si elle doutait des dires du Jaune

- Ho et bien, venez avec moi, ils viennent de sortir du four.

Cookies tout chaud et tout moelleux, rien qu’à cette idée, Elhiya voulait bien revenir sur son choix et grignoter un peu. Lâchant les mini fioles de potions qui étaient en train de l’agacer car elle ne pouvait toujours les identifier, elle trottina derrière sa mère, invitant Artémis à faire de même. Une fois dedans, les ustensiles de cuisines étaient encore en train de mélanger un appareil à gâteau dans un saladier, pendant que le balai vaquait à la lourde de tache de regrouper la farine qui avait atterri par terre et qu’un éplucheur s’afférait sur des pommes. Future tarte aux pommes en cours de confection. Hormis ça, la pièce ressemblait plus ou moins à une cuisine moldue. Bien sur la gazinière semblait appartenir à un autre siècle, le frigo également, tout comme la lourde table de bois acajou, mais au moins ils avaient l’électricité et de l’électroménager. C’était déjà mieux que chez ses grands-parents qui vivaient encore dans ce qu’ils appelaient la tradition.

D’un coup de baguette aérien, Mme Ellis envoya avec légèreté un cookie atterrir sur une serviette en papier qui était sortie du tiroir, puis un second. La capacité de sa mère à lancer plusieurs sorts quasiment en même temps avait toujours étonnée Elhiya qui, même en dernière année, était toujours obligé de se concentrer sur un objet à la suite pour réussir à les déplacer. C’était limite déprimant de voir autant d’ustensiles s’afférer tranquillement pendant que sa mère les servait. D’un coup d’œil et d’un sourire engageant à Artémis, la blondinette lui fit un signe de tête pour qu’il n’en vienne pas à hésiter à entrer. Bien sur ce ne devait pas vraiment fonctionner de la même façon chez lui et il risquait de se prendre un coup de cuillère en bois s’il passait entre le bol et l’instrument de cuisine, mais Elhiya pariait que ça lui plairait.


« J’ai pas de frère à te présenter, mais j’ai du jus de fruit frais, regarde… ca rattrape un peu à tes yeux ? »

D’un coup de menton en direction du presse agrume qui pressait les fruits et remplissait en même temps le verre, Elhiya lui sourit amusée. Il voulait voir un environnement sorcier, le moins qu’on pouvait dire c’était qu’il était servi. Si le salon était somme toute traditionnel avec sa cheminée, son canapé et ses bibliothèque, la cuisine, dès lorsqu’elle était occupée par Mme Ellis, prenait directement vie.

Prenant place sur une des chaises, Elhiya croqua a pleine dents dans un cookie encore tiède. Comme toujours ils étaient délicieux, et c’était sans parler des petites énorme de chocolat blanc et des morceaux généreux de framboise qui les habitait


« Viens Archty, chest méilleur quand chest pash froid. »

Dur de parler la bouche pleine, en plus ça ne se faisait pas, et le léger coup de torchon sur son épaule le lui rappela directement qu’elle était censé adopter des manières plus polies en compagnie de ses parents. Haussement d’yeux au ciel désabusé alors que sa mère souriait, amusée, leur apportant leurs deux verres de jus de fruit. Elhiya avala sa bouchée et reposa les yeux sur le jeune sorcier.

« Alors ? C’est comme ça chez toi ? »
Revenir en haut Aller en bas
En ligne
Contenu sponsorisé

Re: Chez l'habitant

Message par : Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas
Page 1 sur 1

 Chez l'habitant


Permission de ce forum:Vous pouvez 
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Harry Potter 2005 :: ~¤~ Londres ~¤~ :: Rues de Londres-

L'univers d'Harry Potter est la propriété de la Warner Bros ainsi que de J.K Rowling.
Tous droits réservés sur ce site ©Copyright HarryPotter2005. Affichage optimisé sous Firefox.