AccueilPortailFAQPublications internesRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Harry Potter 2005 :: ~¤~ Londres ~¤~ :: Rues de Londres
Page 1 sur 2
Chez l'habitant
Aller à la page : 1, 2  Suivant
Elhiya Ellis
avatar
Modération RPGSerpentard
Modération RPG
Serpentard
Année à Poudlard : Septième année

Spécialité(s) : Permis de Transplanage


Chez l'habitant

Message par : Elhiya Ellis, Mar 8 Aoû 2017 - 9:30



Bienvenue dans un joyeux bordel.
Pv Artychou• LA Mutuel sur tout le texte


Avant de quitter l’Occamy doré en compagnie du jeune Poufsouffle, Elhiya n’avait pu s’empêcher de remarquer que comme prévue sa petite raillerie avait embarrassé le jeune homme. C’était marrant, d’autant plus qu’il avait pris la peine de clarifier la situation entre eux, précisant qu’ils n’étaient rien d’autres que de simples amis. La mine boudeuse, Elhiya avait fini son cupcake au caramel avant de lui adresser un sourire en coin qui contenait très mal son amusement.

« Par Merlin Arty, briser ainsi les rêve de la pauvre adolescente sensible que je suis c’est affreux ! je vais mettre des ours, non des mois à me remettre de ce rejet ! » Un pouffement de rire lui échappa alors qu’elle posait sur le brun un regard espiègle «Excuses, c’est juste que ta tête est épique quand tu rougis pour rien, j’ai pas pu m’en empêcher de te taquiner »

D’un nouveau sourire goguenard, la blonde récupéra sa tasse de thé, souffla doucement dessus pour finir de le boire tout en écoutant Artémis lui assurer que les familles de sorciers étaient belles et bien différentes à ses yeux. C’était étrange cette façon de voir. Il était sorcier à part entière, à partir de là, la blondinette ne voyait pas vraiment ce qui pouvait l’intriguer autant, lui en plus, il avait l’avantage d’être issu d’une famille moldu, et donc d’avoir un champ de vision bien plus large à disposition. C’était plus les sorciers comme lui qu’Elhiya enviait que tous ceux qui se targuaient d’être de sang-pur.

Reposant sa tasse vide, s’essuyant la bouche juste au cas où, la Verte se laissa emportée par l’enthousiasme débordant de son camarade vers les rues du chemin de traverse, il ne manqua pas de la taquiner à son tour sur son manque de culture cinématographique moldu, mais c’était de bonne guerre, elle rit doucement en se mettant à son niveau pour le guider plus facilement. L’avantage du quartier c’était qu’il ne fallait que quelques minutes pour rejoindre Londres, et il n’en fallait pas moins pour rejoindre la petite maison de ville des Ellis. En slalomant entre les badauds qui flânaient au soleil, les deux adolescents sortirent rapidement du coté sorcier pour atterrir dans le Londres moldu ou Artémis pouvait faire rouler « Meryl » comme il la nommait si bien.

D’un simple signe de tête la blonde indiqua la rue à prendre pour arriver chez elle, rue résidentielle comportant que des maisons citadines en hauteur, collées les unes aux autres avec un petit jardin caché derrière. Ça ne payait pas de mine, mais aucun sortilège repousse moldus n’avait été mis en place par ses parents, la bâtisse ressemblant à toutes les autres, elle ne risquait pas d’attirer l’attention. Seules les protections classiques avaient été mises en place (anti-transplannage, anti-écoute aux portes…) bien qu’Elhiya ne voyait pas trop l’intérêt. Si on levait le nez vers le grenier, on pouvait voir que la petite lucarne ronde était toujours ouverte afin de laisser le passage à Crumble ou autres hiboux facteurs.
Poussant la porte d’entrée, la blonde invita Artémis à faire de même sans plus cérémonie. Son père étant à la boutique, il n’y avait que sa mère qui devait profiter de son week-end pour faire quelques cookies maison. Elle déposa des chaussures à l’entrée et s’engouffra dans la pièce à vivre


« J’suis rentrée, y’à un pote de Poudlard avec moi »

Pas vraiment envie d’en dire plus, de toute connaissant sa mère, elle allait arriver rapidement vers eux pour saluer le jeune homme. En attendant, Elhiya jeta un œil à son jeune fléreur qui levait le nez en reniflant en direction d’Artémis, pendant que Myrtille sautillait hystériquement sur le canapé. Devant cette scène, la blondinette en voyait pas vraiment ce que ce mode de vie pouvait avoir de diffèrent d’avec celui des moldus. Bien sur y’avait pas une télévision qui trônait dans le grand salon, mais des bibliothèques immenses comportant pas mal de romans sorcier et de grimoires traitant sur les potions ou les plantes en tout genre. Les meubles étaient lourds, en bois ancien, des antiquités comme disait si bien son amie d’enfance moldue Lucy, comme s’ils avaient oublié qu’ils étaient au 22eme siècle. Mais hormis le bazar de son père posé sur le large buffet en acajous, pas grand chsoe trahissait l’origine de la famille Ellis.

Il fallait dire que Lucy avait tendance à venir régulièrement la chercher pour faire un tour dans Londres pendant les vacances, du coup, tout ce qui pouvait avoir attrait avec la magie était soigneusement rangé ou camouffle dans cette pièce. Le tableau lui-même être discret, au-dessus de la cheminée, il représentait un paysage écossais, le village d’origine de la mère d’Elhiya, et les moutons qui l’occupait prenaient soin de brouter de façon la plus discrète possible quand une tête inconnue se montrait. Par contre, ce n’était pas la même chose pour la cuisine, Elhiya était persuadée que ca plairait au jeune Blaireau. Mais d’abord, d’un signe de main, elle lui demanda de venir voir les fioles abandonnées sur le meuble.


« Tiens c’est les fameux mini échantillon dont je te parlais, ce doit être un nouveau pack prévu pour cet été »

Sourire aux lèvres, la gamines sortait les 4 minis fioles en verres de couleurs différentes de leur toute petit cagette en bois, le packaging de base faisait un peu trop rural à son gout, mais ce n’était pas bien important vu que ce n’était que le packs test. Elle cherchait les étiquettes en vain, rien n’était collé dessus quand sa mère passa la tête par la porte de la cuisine, un large sourire chaleureux aux lèvres.

« Chercher pas ma puce, ton père à pas fini de se décider, c’est le packs vacances pour éloigner les créatures, éviter les coup de soleil, éviter les maladie tropical, et éviter les coup de barre. Il hésite avec du repousse moldu en prime pour être tranquille »

Elle s’essuyait les mains sur un torchon, et glissa ses yeux clairs sur Artémis, le couvrant d’un doux sourire

 « Bonjour jeune homme, je suis la maman d’Elhiya, Ylana, fais comme chez toi surtout, il y’a des biscuits qui cuisent si vous voulez plus tard, vous voulez à boire ?»

Perdue dans son observation des diverses petites potions, Elhiya se contenta d’hocher machinalement la tête. Sa mère avait toujours été très amicale envers les personnes qu’elle avait pu ramener à la maison, un peu trop même, mais au moins elle n’avait pas étouffé Artémis dans un calin trop généreux, surement car elle avait un peu de farine sur sa robe et sur les mèches de cheveux dorées qui s’étaient détachées de sa pince à cheveux.

« On vient de manger maman, Arty est venu visite, apparemment on aurait une maison différente de la sienne.. »

Le ton était peu concerné car la blonde n’arrivait pas différencier ce qui protéger des coup de soleil des maladies exotique, elle ne souligna même pas le ton malicieux de sa mère qui avait fait glisser son regard d’un adolescent à l’autre en s’exclamant, amusée « ho Arty hein ? »


Dernière édition par Elhiya Ellis le Lun 9 Oct 2017 - 19:49, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Artemis O'Toole
avatar
Préfet(e)/Poufsouffle
Préfet(e)/Poufsouffle
Année à Poudlard : Sixième année

Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Re: Chez l'habitant

Message par : Artemis O'Toole, Ven 11 Aoû 2017 - 23:06


Le chemin dans Londres ne fut pas très long, mais suffisamment pour faire rouler Meryl tranquillement, tant mieux, elle allait être contente. Arty eut aussi le temps de réfléchir, il fallait qu’il change de tête, éventuellement, parce que si sa bouille était la cause de ces remarques taquines d’ordre amoureux, et bien il n’en voulait plus. Ça le mettait mal à l’aise tout ça, et il le pire c’était qu’il avait du mal à le cacher, or cela provoquait chez Elhiya l’envie encore plus forte de se jouer de lui. Les Serpentard j’vous jure. Toujours est-il qu’ils étaient arrivés à destination. Une rue londonienne, tout ce qu’il y a de plus banal. Des maisons ressemblantes, en hauteur plutôt jolies. Pour l’instant arty Affichait un visage neutre, intrigué, il savait maintenant que les sorciers étaient forts dans la discrétion et c’était peut-être le cas de la famille de Yaya.

Elle entrait chez elle, le Poufsouffle sur ses talons. Arty était à la fois gêné et enthousiaste. Il fallait qu’il se souvienne de tout ce que sa mère lui avait appris, le fait d’être poli, se montrer courtois et avenant. Faire bonne impression, pour ne pas lui foutre la honte à elle, sa maman, parce que lui finalement s’en fichait un peu. Mais bon, la réputation avant tout. La Vert & Argent sembla prévenir ses parents de son arrivée, Arty ouvrit ses oreilles pour écouter une quelconque réponse, pour l’instant rien. Néanmoins, son regard fut attiré par un animal qui vint vers eux.

Oh mon dieu c’que c’est moche !
Arty sursauta légèrement. Encore il était habitué à Newt, son chat, mais ça là, c’était quoi exactement ? Un chat des pyramides ? Du passé ? Non, un chat du futur, c’était pas possible autrement. Puis l’idée lui apparut. Un fléreur, bah oui. Qui dit famille de sorciers dit créatures magiques. Rien que pour ça c’était cool de vivre au cœur de la magie. Le problème c’était que ce chat magique foutait la trouille, c’est le genre d’animal qui te regarde des heures et des heures pendant lesquelles tu t’attends à ce qu’il te dise quelque chose de super important sur ta vie, et en fait rien, parce qu’après tout c’est juste une bête. Passons. Il y avait aussi un petit Boursouflet que le jeune Blaireau aperçut, ça au moins, ça avait l’avantage d’être mignon et beaucoup plus accueillant. Arty sourit. Éventuellement il faudrait qu’il s’en trouve un de Boursouflet, même si c’est vrai, finalement, il se baladait constamment avec un Boursouflet. Enfin, un bout quoi, dans sa baguette, mais ça devait sûrement compter pareil, non ?

Le regard du gamin se mit alors à scruter les recoins de la pièce qui s’offraient à eux, toujours en suivant Elhiya. Un salon, tout ce qu’il y a d’ordinaire, des bibliothèques, pour un peu il se serait cru dans sa propre maison. Il nota l’absence de technologie, mais ce n’était pas si étonnant, non, ce qui attirait l’œil immédiatement c’était cette fameuse bibliothèque. Aucun moldu n’avait des livres pareils, ou alors les moines quoi, et encore, des moines copistes du 16e siècle. Les sorciers n’avaient pas l’imprimante ? C’est une question sérieuse qu’il se posait alors qu’il suivait Yaya près d’un meuble. Il la regarda observer des fioles devant eux. Le Poufsouffle hocha la tête, attentif, concentré. Des échantillons. Comme dans une grande chaîne de magasin de maquillage, si ça existait encore. C’était drôle, finalement elle avait raison, même les techniques commerciales étaient les mêmes, sorciers ou non.
Puis de nouveau, Arty sursauta. Une voix s’éleva non loin d’eux, féminine, réconfortante. Il se retourna pour découvrir la mère d’Elhiya, visiblement en train de cuisiner un petit quelque chose de succulent.

Le Poufsouffle revêtit alors un sourire affectueux et enthousiaste. Elle lui dit son prénom, Arty acquiesça. C’était bizarre son prénom à elle, on aurait dit celui d’Elhiya, mais à l’envers. Même leurs cheveux étaient similaires, ou presque, il n’était pas très doué pour deviner la couleur des cheveux des autres. Oui je sais cette phrase est très bizarre. Pourtant, il ne se serait pas permis de faire une telle remarque sur leurs prénoms, il se demanda alors s’il devait faire la révérence ou quoi que ce soit. Serrer la main aussi, mais Yaya le devança, avec cette histoire de biscuits qu’elle ne voulait pas. Était-elle folle ? Lui voulait bien des biscuits, n’importe quand, des biscuits ça ne se refuse pas, surtout quand ils sont faits maison par une maman aussi gentille. Enfin, gentille, façon de parler. Maintenant elle faisait aussi un sous-entendu avec son prénom, des regards taquins, comme s’il y avait anguille sous roche, excepté qu’il n’y avait pas anguille sous roche, même pas une baleine, c’était absolument impossible.

Il décida alors de s’avancer vers la mère de Yaya en lui tendant la main, se montrant toujours souriant, voire même davantage, puisque son air taquin avait repris le dessus sur son visage.

- Enchanté Madame ! Arty ! Vous inquiétez pas, je préfère les garçons, Elhiya ne m’intéresse pas, enfin pas comme ça, peut-être si vous aviez un fils, pourquoi pas. Enfin, non, même pas, je ne me permettrais pas, jamais.

Son sourire s’élargit. Il blaguait, évidemment, enfin, presque. Il ne faisait juste aucune différence entre les filles et les garçons, mais ici, juste pour cette occasion, les garçons c'était très bien. Simplement il voulait en finir pour de bon avec ces petites piques sur un éventuel rapprochement avec Elhiya. Au moins, ainsi, c’était on ne peut plus clair, ça n’allait jamais revenir sur le tapis. Enterrée, cette idée qu’ils pourraient former un couple. Non mais, en plus ils n’allaient pas du tout ensemble. Tss. Il rajouta alors en jetant un bref regard vers son amie.

- Mais moi je serai absolument ravi de goûter vos biscuits.


Comme j’ai déjà dit, ça ne se refuse pas des biscuits. Jamais.
Revenir en haut Aller en bas
Elhiya Ellis
avatar
Modération RPGSerpentard
Modération RPG
Serpentard
Année à Poudlard : Septième année

Spécialité(s) : Permis de Transplanage


Re: Chez l'habitant

Message par : Elhiya Ellis, Jeu 17 Aoû 2017 - 17:54


Voilà qu’il saluait sa mère d’une poignée de main, c’était assez original, mais le plus surprenant fut que Mme Ellis ne s’était pas confondu en embrassade avec le petit brun. D’un sourcil circonspect, Elhiya regardait la scène quelque peu incongrue qui se déroulait tranquillement devant ses yeux. Et puis, c’était quoi cette précision ? Arty préférait les garçons, et il demandait presque s’il y’avait pas un frère de la blonde qui trainait dans le coin. Elhiya pouffa de rire devant les yeux ronds que faisait sa mère alors qu’elle essuyait ses mains sur son tablier. Bon ok, le brun voulait dissiper tout malentendu, c’était tout à son honneur, sauf que ce n’était pas ça qui l’empêcherait de le taquiner par la suite. Juste car sa bouille quand il rougissait était trop amusante.

« Oui voilà, Arty mène une histoire d’amour fusionnelle avec sa trottinette pour être tout à fait franche. Mais comme il n’ose pas trop l’avouer, il a préféré tabler sur son affection pour la gente masculine. Et puis, il est là en investigation pour vérifier si le domicile des sorciers est aussi valable que celui des moldus. Donc attention à tes biscuits, ils vont être étudié de très très près !»

Elhiya n’avait pas pu s’empêcher de rigoler devant l’air décontenancé de se mère, si cette dernière avait noté que le Poufsouffle n’était pas de sang-pur, elle semblait plus perturbée par cette histoire de trottinette qu’autre chose. Un sourcil interrogateur restait bloqué sur son visage qui esquissait un demi sourire. Mais réalisant que l’étudiant avait accepté de gouter ses biscuits, la mère d’Elhiya fini par lui adresser un regard maternel, le même qu’elle posait sur sa fille le matin au réveil, comme si elle doutait des dires du Jaune

- Ho et bien, venez avec moi, ils viennent de sortir du four.

Cookies tout chaud et tout moelleux, rien qu’à cette idée, Elhiya voulait bien revenir sur son choix et grignoter un peu. Lâchant les mini fioles de potions qui étaient en train de l’agacer car elle ne pouvait toujours les identifier, elle trottina derrière sa mère, invitant Artémis à faire de même. Une fois dedans, les ustensiles de cuisines étaient encore en train de mélanger un appareil à gâteau dans un saladier, pendant que le balai vaquait à la lourde de tache de regrouper la farine qui avait atterri par terre et qu’un éplucheur s’afférait sur des pommes. Future tarte aux pommes en cours de confection. Hormis ça, la pièce ressemblait plus ou moins à une cuisine moldue. Bien sur la gazinière semblait appartenir à un autre siècle, le frigo également, tout comme la lourde table de bois acajou, mais au moins ils avaient l’électricité et de l’électroménager. C’était déjà mieux que chez ses grands-parents qui vivaient encore dans ce qu’ils appelaient la tradition.

D’un coup de baguette aérien, Mme Ellis envoya avec légèreté un cookie atterrir sur une serviette en papier qui était sortie du tiroir, puis un second. La capacité de sa mère à lancer plusieurs sorts quasiment en même temps avait toujours étonnée Elhiya qui, même en dernière année, était toujours obligé de se concentrer sur un objet à la suite pour réussir à les déplacer. C’était limite déprimant de voir autant d’ustensiles s’afférer tranquillement pendant que sa mère les servait. D’un coup d’œil et d’un sourire engageant à Artémis, la blondinette lui fit un signe de tête pour qu’il n’en vienne pas à hésiter à entrer. Bien sur ce ne devait pas vraiment fonctionner de la même façon chez lui et il risquait de se prendre un coup de cuillère en bois s’il passait entre le bol et l’instrument de cuisine, mais Elhiya pariait que ça lui plairait.


« J’ai pas de frère à te présenter, mais j’ai du jus de fruit frais, regarde… ca rattrape un peu à tes yeux ? »

D’un coup de menton en direction du presse agrume qui pressait les fruits et remplissait en même temps le verre, Elhiya lui sourit amusée. Il voulait voir un environnement sorcier, le moins qu’on pouvait dire c’était qu’il était servi. Si le salon était somme toute traditionnel avec sa cheminée, son canapé et ses bibliothèque, la cuisine, dès lorsqu’elle était occupée par Mme Ellis, prenait directement vie.

Prenant place sur une des chaises, Elhiya croqua a pleine dents dans un cookie encore tiède. Comme toujours ils étaient délicieux, et c’était sans parler des petites énorme de chocolat blanc et des morceaux généreux de framboise qui les habitait


« Viens Archty, chest méilleur quand chest pash froid. »

Dur de parler la bouche pleine, en plus ça ne se faisait pas, et le léger coup de torchon sur son épaule le lui rappela directement qu’elle était censé adopter des manières plus polies en compagnie de ses parents. Haussement d’yeux au ciel désabusé alors que sa mère souriait, amusée, leur apportant leurs deux verres de jus de fruit. Elhiya avala sa bouchée et reposa les yeux sur le jeune sorcier.

« Alors ? C’est comme ça chez toi ? »
Revenir en haut Aller en bas
Artemis O'Toole
avatar
Préfet(e)/Poufsouffle
Préfet(e)/Poufsouffle
Année à Poudlard : Sixième année

Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Re: Chez l'habitant

Message par : Artemis O'Toole, Sam 19 Aoû 2017 - 17:35


Bon, visiblement la tentative d’éviter toutes remarques taquines venait d’échouer en beauté. En effet, c’est avec les joues rougissantes et un air blasé qu’Arty avait écouté la remarque d’Elhiya à propos de sa trottinette. Elle était très bien sa trottinette, par conséquent il ne comprenait pourquoi cette fixette sur Meryl, elle était belle, performante, utile, gentille, parfaite quoi. Mais de là à imaginer une relation humain-objet, non la Vert & Argent allait décidément beaucoup trop loin. Il devait tout de même se passer des trucs pas très nets dans sa tête, mais bon, passons. Mais elle avait raison sur un point, le fait qu’il voulait observer, analyser leur domicile pour voir comment c’était vraiment chez les sorciers. Il ne dit donc rien du tout, se contentant de rester là et de regarder la mine désabusée de la mère d’Elhiya. Elle avait l’air à la fois déboussolée et inquiète, drôle de mélange. Mais finalement, elle les invita à passer dans la cuisine pour goûter. Gentille madame.

Les choses sérieuses pouvaient donc commencer. Arty suivit de très près sa camarade, toujours aussi curieux. Et puis quand bien même il venait de manger un cupcake, l’idée des biscuits sortant du four ne pouvait être plus appétissante, des biscuits sorciers. Il s’en réjouissait déjà. Bien qu’en soi les biscuits sorciers et moldus étaient exactement les mêmes. Mais ce n’est pas grave. Pourtant il s’arrêta un instant avant de pleinement pénétrer au cœur de la cuisine, un peu abasourdi par tout ce qu’il se passait dans cette cuisine. Tout semblait être en train de voler autour de lui, d’avoir une tâche bien précise, nettoyer, préparer. Les objets prenaient vie devant ses yeux. Il esquissa d’un sourire avant de rejoindre Elhiya, tout en n'oubliant pas d’éviter brillamment les objets qui lévitaient. Comme quoi, les entraînements de Quidditch pouvaient éventuellement servir au quotidien. En passant il s’empara du cookie qui lui était destiné, tout en n’oubliant pas de glisser gentiment un charmant « Merci ». Pourtant, il continua de contempler le balai qui s’affairait tout seul. Si un véritable moldu était entré dans cette pièce, il aurait pensé que cette maison était complètement hantée et que les objets étaient possédés par un esprit maléfique. Ou alors qu’il venait de pénétrer dans le monde de la Belle et la Bête. Tout à fait possible.

Mais en réalité, le jeune Poufsouffle n’était pas si choqué, si déstabilisé que ça. Bon alors, effectivement, la cuisine ressemblait à un musée compte tenu des meubles qui se trouvaient là, ou alors à un magasin d’antiquaire, mais vieil antiquaire tout de même. Mais en soi, après réflexion, les objets qui préparent et bougent tout seuls, ça allait. Effectivement, les moldus avaient les robots maintenant qui faisaient énormément de choses à leur place. Sa mère était spécialiste de ce genre de choses, alors que les objets se mettent en mouvement grâce à la magie ou à la technologie, finalement, c’était à peu près pareil.
Il se tourna alors vers son amie et leva les yeux au ciel. Ça avait été une mauvaise idée de parler de son attirance envers les garçons, très mauvaise. Mais encore une fois il ne dit rien, c’était peut-être mieux d’ignorer. Par contre, le jus de fruit, il prenait avec plaisir, il hocha donc la tête avec un sourire. Ainsi, avec un cookie bien emballé dans une jolie serviette pour éviter de se brûler sans doute, Arty prit place à côté de la Serpentard. Puis il l’imita, et enfourna un bout du cookie fait maison dans sa bouche. Le côté on parle la bouche pleine ne le dérangea pas du tout, au contraire. Mais Madame Ellis avait l’air très à cheval sur les règles de bienséance. Impressionnant. C’est alors que ses yeux s’illuminèrent, c’est vrai que c’était absolument délicieux tout ça, ce mélange chaleureux du chocolat et le côté amer des fruits rouges. Brillante idée !

Il mâcha donc avec attention, tout en savourant le biscuit avant de répondre à son amie.  

- Pas du tout à vrai dire ! Tout est beaucoup plus… high-tech tu vois, moderne ! Mais c’est marrant parce que ce qu’on appelle magie, ben chez nous, c’est juste de la technologie. On a des robots qui préparent à manger, des aspirateurs qui vont tout seul aussi par exemple.
Il montra du menton le balai qui continuait doucement son travail. Donc il n’y a pas tant de différence que ça tu vois. Mais c’est tout de même très drôle et très bon ! Il montra le cookie à la mère d’Elhiya avec un grand sourire. Comme quoi, même sans appareil de cuisine on pouvait faire d’excellentes recette de cuisine. Surprenant. Mais bon, même ma grand-mère n’utilise plus de balai !

Il rit à cette remarque, ce n’était pas méchant, loin de là. Une petite boutade, rien de plus. Il était reconnaissant envers Elhiya de l’avoir invité chez elle, mais il ne pouvait pas passer à côté d’une petite pique devant le côté très has been du monde magique. Il remarqua donc qu’il n’y avait pas tant de différence entre les sorciers et les moldus, quand bien même les uns pouvaient faire de la magie alors que d’autres non. Les moldus avaient ce côté scientifique que les sorciers, entérinés dans leurs maudites traditions de la vieille époque refusaient absolument. Pour une fois depuis longtemps, le Blaireau se sentit bien en tant que né-moldu. Parce que finalement, si ça n’avait pas été le cas, il n’aurait jamais découvert les jeux vidéo. Et ça, c’était juste hyper triste.
Sur ce, il croqua de nouveau dans son cookie avant de prendre une petite gorgée de jus de fruit. Un parfait petit goûter.
Revenir en haut Aller en bas
Elhiya Ellis
avatar
Modération RPGSerpentard
Modération RPG
Serpentard
Année à Poudlard : Septième année

Spécialité(s) : Permis de Transplanage


Re: Chez l'habitant

Message par : Elhiya Ellis, Lun 21 Aoû 2017 - 10:20


Esquiver les ustensiles de cuisines avait été une bonne idée, Elhiya n’avait déjà que trop eu à faire à ces instruments de tortures, quand, pas réveillée elle venait à les décaler un peu en tapant dedans. Les objets avaient tendance à être un peu trop revanchards à son gout, la poursuivant, mécontents d’avoir été décalés. Enfin, là Artémis était arrivé vers la table sans encombre, pouvant grignoter le cookie tout chaud sous le regard attendrit de Mme Ellis qui leur servait deux nouveaux biscuits. Ah oui, léger détail qu’Elhiya avait omis, sa mère était trop affectueuse et trop maternelle à son gout, ne ratant aucune occasion pour apparaitre comme la bonne mère de famille aimante. Etouffant…. Mais autant ne rien dire pour ne pas se retrouver noyé sous un câlin sauvage accompagné de quelques mots doux dérangeants.

Aux mots du brun, ses yeux glissaient sur le balai en acquiesçant d’un signe de tête, la remarque du Jaune était somme toute logique. La technologie moldue était assez avancée pour remplacer la magie familiale, tout du moins dans la cuisine. Ca l’avait surprise chez son amie d’enfance d’ailleurs. Mais essayer donc de faire râler un robot aspirateur pour voir, c’était impossible, alors que le balai lui, pouvait en venir à te chasser de la cuisine pour faire son ménage tranquillement.


« Au moins, ca limite les risque d’agression de mamie par les ustensiles de cuisine ! Elle a bien raison ta grand-mère ! »

Léger pouffement de rire. Rien n’était moderne dans cette maison, hors mis la présence de l’électricité et d’une vraie salle de bain, et encore… Elhiya été sure qu’en faisant visite le reste à Arty par la suite il trouverait encore des antiquités que sa mémé n’utilisait même plus depuis au moins des siècle. Croquant dans son cookie moelleux, la blonde reprit sur le même ton amusé

« je t’avais dit qu’une maison de sorciers n’avait rien de diffèrent avec celle des moldu »

Dans un mouvement rapide, Mme Ellis se tourna pour fixer alternativement les deux gamins, réalisant que l’amour du jeune homme pour sa trottinette venait forcement de ses origines et non d’un soucis de comportement –quoi que….-. Scrutant le garçon de la tête au pied, continuant à couper les pommes déjà pelées par l’économe ensorcelé, elle finit par soupirer en adressant aux deux ado un sourire en coin

-Ca va pas plaire à ton père ca encore, en plus, il ne va pas tarder à rentrer de la boutique. Jeune homme essayez d’éviter de dire que la technologie de chez vous êtes plus utile que notre magie, Elhiya nous rabâche déjà assez les oreilles avec ca. Et mon époux a du mal à le tolérer.

« Ca va maman, il sait… »


Et puis son père n’était pas rentré, du coup, pas besoin de marcher sur des œufs, donc si Artémis voulait faire des remarques sur les différences qu’il remarquait ça ne gênait pas. Haussant les yeux au ciel et embarquant son biscuit chaud dans sa serviette en papier, Elhiya attrapa la manche du t-shirt du jeune homme pour l’inviter à quitter la table comme elle.

« Merci pour le gouter, je continue a faire le guide touristique, si tu nous cherches on sera dans le coin »

Dans le coin mais pas trop proche non plus, la blonde ne voulait pas que sa mère en vienne à étaler au nez du jeune Poufsouffle leurs idées stupides comme quoi la magie devait rester au sien des familles de sorciers et rien d’autre. Le trainant vers la seconde porte vitrée que contenait la cuisine, elle lâcha sa manche en posant la main sur la poignée pour dévoiler le jardin. En soit ca n’avait rien d’exceptionnel, hors mis que le rosier grimpant côtoyait du voltiflor, et que le fraisier était accompagné d’un figuier d’Abyssinie. Par chance, le mini potager ne comportait pas de chou mordeur ou autre plantes magique agressive, seul quelques petit champifleur poussaient avec les tomates.

« Surveille tes pieds, je crois que le Snargalouf que mon père a eu la brillante idée d’installer dans un coin pour est toujours en vie. J’sais même pas pourquoi on en a un dans ce jardin, ce n’est pas comme si quelqu’un aurait l’idée de venir voler quoi que ce soit ici.. »

Au moins ca avait le mérite d’éloigner les hérisson et autres bestioles qui auraient eu l’idée de vouloir grignoter les Tomates. Sentant le courant d’air, ou quelque chose d’autre Muffin le fléreur avait décidé de suivre leur pas, se faufilant entre les jambes du jeune homme, s’y frottant en ronronnant
Revenir en haut Aller en bas
Artemis O'Toole
avatar
Préfet(e)/Poufsouffle
Préfet(e)/Poufsouffle
Année à Poudlard : Sixième année

Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Re: Chez l'habitant

Message par : Artemis O'Toole, Mer 23 Aoû 2017 - 18:36


Arty terminait son premier cookie avec bonheur lorsqu’il s’en vit offrir un nouveau. Avec un sourire il remerciait Mme Ellis. Elle était un peu gentille cette madame tout de même, c’était d’ailleurs étonnant car Elhiya n’avait pas grand-chose de maternel ni de bienveillant, enfin, du moins au premier abord. Le jeune Poufsouffle hocha la tête aux paroles de son amie, effectivement, les robots n’étaient pas aussi susceptibles que les objets magiques, ils n’avaient aucune conscience. Enfin, pour le moment. Il régnait toujours sur le monde moldu cette théorie folle selon laquelle les robots pourraient se révolter et prendre le contrôle de la Terre. D’un autre côté, c’était pas si difficile à croire, plus la science avançait plus on se retrouvait à rencontrer des objets technologiques dotés d’une intelligence artificielle. En vérité, Arty pensait que si les sorciers et les moldus se connaissaient vraiment et travaillaient ensemble ils pourraient créer des clones, des robots de malade. Mais bon, ça pouvait faire excessivement peur aussi, la magie et la technologie ensemble, ça risquait d’être explosif, incontrôlable. Anyway, effectivement, Grand-Ma était à l’abri de tout ça, même si elle aurait été absolument ravie de découvrir avec lui une maison sorcière, avec des objets magiques, elle aurait été toute enthousiaste de se trouver ici.

Son attention fut attirée par un mouvement de la mère de la Vert & Argent, ça y’est, elle venait de comprendre qu’il était un né-moldu. Une petite charge électrique traversa les entrailles du Jaune & Noir, il se demandait si elle allait brusquement lui retirer le cookie qu’il avait dans la bouche. C’est pourquoi il se dépêcha d’avaler le morceau qu’il était en train de mâchouiller, pas question de se le faire piquer. Elle fit référence au père d’Elhiya, oui décidément, celui-là n’avait pas très commode, il faudrait qu’il fuît avant de le rencontrer sinon ça risquait de devenir bizarre. Il ne ferait pas de discours pour répondre sur la tolérance des sorciers nés-moldus, de une parce qu’il s’en fichait à vrai dire de ce que pouvaient penser certaines familles de sang-pur et de deux parce qu’il n’avait pas envie de se faire expulser violemment de cette demeure. Et puis, ça ficherait Elhiya dans une situation délicate aussi. Il se contenta d’afficher alors une petite moue gênée accompagnée d’un sourire un peu tordu. Il ne voulait pas offenser la mère d’Elhiya, après tout, elle faisait de si bons biscuits. De plus, la Serpentard venait de répondre à sa mère, un peu insolemment d’ailleurs, grâce à un magnifique lever d’yeux au ciel. Lui s’il avait répondu de cette façon à sa mère, elle l’aurait privé de dessert pendant deux jours.

D’un coup, elle le prit par la manche pour l’emmener autre part. En passant, Arty attrapa le dernier morceau de cookie qu’il lui restait. Ne pas gâcher surtout, ça ne serait pas très poli. Il glissa un regard vers Mme Ellis avec un charmant « Merci ». Visiblement, ils se dirigeaient maintenant vers le jardin, pourquoi pas. Même si les plantes n’avaient jamais beaucoup intéressé le jeune Blaireau, mais il était un invité exemplaire, il ne râlerait pas. Mais les fleurs, les plantes qui bougent toutes seules, ça ne le mettait vraiment pas très à l’aise, au contraire, ça lui fichait même un peu la trouille. Encore, des objets qui bougent, admettons, des créatures magiques, aussi, c’est mignon, c’est comme des animaux. Mais des plantes magiques qui vous empoisonnent, vous tuent, vous avalent ou vous mangent. Franchement ? Qui aurait envie de côtoyer de tels énergumènes ? Les sorciers bien évidemment. Il prit vraiment très à cœur le conseil de la jeune blonde, regarder ses pieds, faire attention où il marchait. Parce que oui, dans ses souvenirs le snargalouf n’était pas une plante très agréable. Mazette, quelle idée de foutre ça dans son jardin quand même. Il soupira, essayant de cacher un peu son inquiétude. Mais c’est lorsqu’il regardait ses pieds qu’il vit arriver l’animal de compagnie d’Elhiya, le fameux chat aux oreilles bizarres, un chat moche quoi. Mais cette fois-ci il ne sursauta pas, il ne fit même pas de commentaire sur le physique de cette bestiole, enfin, pas immédiatement.

Arty soupira et s’abaissa pour arriver à hauteur du chat qui essayait de se lover contre ses jambes. Il tendit alors la main pour le caresser. Ça va, l’animal ne le prenait pas trop mal, il appréciait même ses caresses. Eh oui, tous les animaux l’aimaient, c’était un véritable don, notamment parce qu’il ne dégageait que de la gentillesse et de la bonté. Il avait juste la classe, comme ça.

- Coucou toi, bon t’es moche mais t’as l’air gentil quand même.


Il sourit à l’animal avant de lancer un regard à la blonde. Il ne savait pas si d’ici sa mère pourrait éventuellement les entendre, il haussa alors les épaules en prenant la parole d’une voix basse :

- C’est quoi l’intérêt de mettre d’horribles plantes dans son jardin ? Puis sans aucune transition, il lança doucement, un peu amusé : Décidément, tes parents ne sont vraiment pas du tout branchés moldus.
Revenir en haut Aller en bas
Elhiya Ellis
avatar
Modération RPGSerpentard
Modération RPG
Serpentard
Année à Poudlard : Septième année

Spécialité(s) : Permis de Transplanage


Re: Chez l'habitant

Message par : Elhiya Ellis, Lun 28 Aoû 2017 - 15:21


Comment ca muffin était moche ? mais non elle était très jolie, avec son grand regard émeraude, sa robe argentée tachetée de noir. Très altière et majestueuses dans ses moments.  Et puis, elle était loin d’être bête, c’était un point non négligeable quand on voyait la lueur d’intelligence éteinte qui brillant dans les yeux de sa chouette Crumble ou encore de son Boursoufflet qui ne pensait qu’à manger. Surveillant du coin de l’œil ce que le fléreur faisait, Elhiya sourit discrètement, l’animal semblait apprécier Artémis, ce qui n’était pas vraiment une surprise en soit, mais elle se garda de lui dire.
Et En fait, pour les plante, Elhiya n’en savait rien, elle trouvait ca moche aussi, mais vu le métier de son père, elle avait estimé qu’en fait elle n’avait pas son mot à dire si l’envie lui prenait de planter un truc encore plus affreux. Aussi, elle pouffa doucement de rire à la question du brun, acquiesçant d’un signe de tête. Il fallait dire qu’elle avait pris l’habitude de jouer chez sa voisine depuis toute petite, du coup, l’état du jardin lui importait peu. Mais elle s’était dit que le jeune Poufsouffle voulait peut-être voir à quoi ca ressemblait.

Par contre, ce que la Verte n’avait pas prévu, c’était que sa mère fasse ressentir à leur invité son dédain, voir mépris pour les moldus. Pourtant, cette dernière avait fait un effort, elle n’avait rien dit de spécial devant le jeune homme, même si Elhiya savait parfaitement qu’elle aurait droit à des remontrances par la suite. Car soit disant elle ne devait pas trainer avec tous les élèves qui peuplait Poudlard. Déjà qu’elle ne trainait pas avec grand monde, la blondinette ne comptait pas en plus demander aux personnes leurs origines de sang. Surtout qu’au final ca éliminerait 100% de son entourage vu les critères stupides de ses parents. D’un soupire, elle adressa un faible sourire à arty


« Mouai, certaines idées débiles ont la vie dures avec mes parents. Je n’ai jamais trop su pourquoi en fait… En tout cas, t’inquiètes pas, ils te diront rien, d’ailleurs regarde derrière toi..  Fournée de mini Muffins livrée directement dans le jardin »

Malgré leur principes stupides, Elhiya pouvait bien concéder à ses parents qu’il avait le sens de l’accueil, c’était déjà pas mal. Sa mère, petit plateau dans les mains, arrivait avec ses derniers gâteaux tout droit sortis du four.

-Si vous voulez, ils sont prés, n’hésite pas Arty.

Elhiya avait souri au brun, puis à sa mère, regardant les petites patisseries qui leur faisaient face. C’était une chance que son métabolisme était sympa avec elle et qu’il lui permettait de profitait des pâtisseries de sa mère, sans quoi elle aurait déjà prit 10kg depuis le début des vacances.

« Merci maman, je fini la visite guidée avant par contre. »

Agrippant Artémis par le bras, Elhiya le traina au premier étage, ou en fait, il n’y avait rien de spécial. La chambre de ses parents, directement à droite des escaliers, une salle de bain classique en face et sa chambre à gauche. Encore une fois le confort de la modernité n’était peut etre pas présente, mais techniquement ça devait ressembler à une maison moldue. Hormis que la chouette de la famille, Crumble entrait et sortait par les fenêtres ouvertes, comme aurait pu le faire un chat domestique. Voyant l’emplumée se poser sur son lit, la blonde la montra d’un signe de tête.

« Bon, mis a part cette bécasse et le style de meuble, je suppose que c’est comme chez toi. Ca manque d’appareils électronique, mais chez d’autres sorciers tu peux les trouver. Quand j’aurai mon propre appartement, après les études, je ne me priverai pas de tout ce qu’il y’a a disposition coté moldu en tout cas ! Là je n’ai pas vraiment le choix. Comme si une chouette pouvait remplacer un téléphone portable…

C’était stupide quand même cette idée, utiliser des animaux alors que le service téléphonique moldu était super développé. Mais bon, elle n’allait pas refaire le monde. Elle allait reprendre la parole quand la porte d’entrée claqua avec douceur, son père était rentré.
Revenir en haut Aller en bas
Artemis O'Toole
avatar
Préfet(e)/Poufsouffle
Préfet(e)/Poufsouffle
Année à Poudlard : Sixième année

Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Re: Chez l'habitant

Message par : Artemis O'Toole, Ven 8 Sep 2017 - 18:28


Arty n’était pas inquiet, bizarrement, il prenait plutôt bien le fait que les parents d’Elhiya est une autre idée de la sorcellerie et leur regard désuet sur les nés-moldus. Ça lui glissait dessus, il trouvait juste ça impressionnant que ce type de ressentiments continuent de perdurer parmis la communauté magique. Mais lui s’en fichait, après tout, la Serpentard avait tout à fait raison, sa mère s’était présentée comme une parfaite et adorable hôte, le Blaireau n’avait absolument rien à lui reprocher. Après tout, elle était libre de penser ce qu’elle voulait, et ce n’était pas de sa faute à lui, Arty, s’il était à la fois sorcier et moldu. Il n’avait rien demandé à personne, mais là dans le jardin de Yaya, il se dit tout de même que oui, il avait une ouverture fabuleuse sur le monde de par sa connaissance de la magie et du monde moldu. C’est pour cela qu’il se contenta de sourire et d’hocher la tête aux paroles de son amie. Après tout, il comprenait, c’était parfois difficile de se sortir de vieilles traditions. Il s’était relevé alors que Mme Ellis leur apportait de nouveaux gâteaux sur un plateau. Elle ne faisait pas de différence, bien au contraire, elle lui en proposait même.

Mais devant ces nouveaux gâteaux, le sourire du jeune Poufsouffle s’évapora. Apparemment ce n’était pas le moment de les manger, il fallait continuer la visite. Adieu petit chat moche et gâteaux délicieux ! En effet, il s’était fait entraîné par Elhiya à l’étage. Il la suivait sagement, tranquillement et jetait des coups d’œil sur les pièces et les murs qui s’offraient à lui. Effectivement, ce n’était qu’une maison banale. Une photographie de la maison de ses arrières grands-parents mais tout de même, absolument banale. Ils arrivèrent alors dans la chambre de la blonde. C’était un lieu un peu intime tout de même, et pourtant, il s’y trouvait, et cela n’avait absolument rien d’étrange. Il regarda Crumble qui se comportait comme un parfait animal de compagnie en s’installant de façon naturelle sur le lit de sa maîtresse. Il sourit. Petit à petit il se faisait à l’usage des chouettes malgré la peur qu’il avait eue quand il était plus jeune. Et en voyant le volatil là, il se dit qu’il serait peut-être temps qu’il achète une chouette lui aussi. Aussi mignonne et affectueuse que Crumble. Mais Elhiya n’était toujours pas agréable avec sa petite chouette, Crumble n’était pas une bécasse, c’était un gentil oiseau qui avait besoin de beaucoup d’affection, c’est tout. Néanmoins, Arty savait qu’à l’intérieur, la Vert & Argent fondait carrément pour sa chouette, c’était obligé, il ne pouvait en être autrement.

Malgré tout, il avait vraiment beaucoup de mal à imaginer une maison de sorciers complètement à la pointe de la technologie comme ça pouvait l’être chez lui. Mais après tout, pourquoi pas, pour les fana du monde moldu, ça pouvait être possible. Elhiya avait l’air vraiment amoureuse de la technologie, ça faisait plaisir à voir. Comme quoi, les enfants de famille sorcières étaient loin d’être des causes perdues ! Les pensées et les traditions pouvaient changer, ça donnait du baume au cœur.
Il allait alors répondre à son amie, lui demandant d’ailleurs ce qu’elle comptait faire après sa dernière année à Poudlard avec tous ses robots moldus dans son futur appartement. Mais il n’eut pas le temps, ses oreilles s’étaient tendues afin d’entendre quelqu’un qui venait de pénétrer dans la maison. Ce ne fut pas long dans sa tête pour faire le lien, c’était forcément le père d’Elhiya.

Sans vraiment comprendre pourquoi, Arty frissonna. Ce n’était pas un grand méchant loup qui venait d’entrer en dessous d’eux, au rez-de-chaussée. Mais c’était tout comme. Pourtant, la figure paternelle il connaissait bien, sauf que son père à lui, il était parfait, souriant, avenant, rigolo, un comédien quoi. Il n’était pas sûr que le père de Yaya réponde aux mêmes critères, d’où les frissons qui lui parcouraient la colonne vertébrale. Il regarda alors son amie d’un air un peu apeuré, un rongeur qui vient de voir les phares d’une voiture sur une route de campagne en pleine nuit.

- On fait quoi ? On se cache ? Sous le lit ? Sous les draps ? Tu veux que j’saute par la fenêtre ?
Revenir en haut Aller en bas
Elhiya Ellis
avatar
Modération RPGSerpentard
Modération RPG
Serpentard
Année à Poudlard : Septième année

Spécialité(s) : Permis de Transplanage


Re: Chez l'habitant

Message par : Elhiya Ellis, Lun 11 Sep 2017 - 14:54


Le claquement de porte semblait avoir figé le jeune Poufsouffle, Elhiya n'y avait pas vraiment porté attention, trop occupée à essayer de pousser Crumble de son lit pour ne pas avoir des plumes dans sa couette, jusqu'à ce qu'il prenne la parole. Si sa question l'avait fait de base rire, le regard qu'il lui avait jeté, lui, semblait somme tout sérieux. C'était qu'il flippait en fait, et pas qu'un peu. Sourcil dubitatif haussé, la blonde tacha de le rassurer en optant pour la plaisanterie

" Se cacher? tous les deux? dans ma chambre? Tu veux qu'on ait l'air super louche? autant se rouler en boule ensemble dans la couette tien, là pour le coup on se ferai passer un savon direct!"

Un léger pouffement lui avait échappé. En tant que né moldu, la présence du brun agacerait très certainement la figure paternelle mais ce n'était rien à l'idée qu'Elhiya puisse être en train de fricoter dans sa chambre de la demeure familiale. Aussi, d'un sourire chaleureux, elle reprit, tentant d'apaiser les craintes du jeune homme

"Ne t'en fais pas, il ne va rien te dire, mais autant aller dire bonjour, ce sera fait"

Posant un leger baiser sur sa joue pour l'encourager à suivre le mouvement, la blonde était repartie dans le couloir quand elle tomba nez à nez avec son père, le regard habituel froid, un léger sourire conventionnel sur les lèvres, elle avait failli lui rentrer dedans. Au moins ça avait eu l'avantage de le faire rire alors qu'il tapotait la tête de sa fille

- "Et bien, tu me sembles fort pressée, quelque chose à me dire?

A oui, forcement, il était déja au courant de la présence du Jaune & Noir, c'était d'ailleurs très certainement la raison de son irruption au premier étage. Les prunelles de son père s'étaient posées sur Artémis, un peu en retrait derrière la blondinette, et d'une main tendu, l'homme lui adressa un sourire très commercial

-Bonjour jeune homme, il parait que vous vouliez vous la demeure d'une famille de sorcier. Cela s’avère-t-il à votre gout au final?

Bon, le ton n'était pas super chaleureux, mais le père d'Elhiya avait finalement du enfin réaliser que sa fille n'en viendrait pas à épouser ses idées ridicules s'il continuait à refuser de but en blanc tout ce qu'elle appréciait. cela faisait plusieurs années que son amie d'enfance moldue trainait dans la maison, alors ce n'était plus un sorcier d'origine moldu qui allait le perturber. d'ailleurs, il avait soupirer en voyant que Muffin était montée avec lui et se frottait aux jambes du jeune homme en ronronnant. Même un animal magique était capable de faire plus d'ouverture d'esprit que lui, il ne pouvait plus dire grand chose de bien valable aux yeux de sa fille désormais. Cependant, il avait repris sur ce même de vendeur de potions en reperant le regard réprobateur de sa progéniture  

-Quoi qu'il en soit, soyez le bienvenu, je m'appelle Edwinn et vous devriez passer à la boutique un de ces jours, vous verrez qu'on a tout ce qu'il faut comparé à vos pharmacies qu'on trouve à les coins de rues.

Elhiya avait soupiré et croisé les bras avant d'hausser les yeux au ciel et d'agripper Artémis par le bras pour l'entrainer vers les escaliers menant au 2eme étage.

"Oui oui on passera, il est sorcier, il sait très bien qu'on a des potions efficaces, pas besoin de le lui rappeler... Si tu veux bien, je vais lui montrer le dernier étage.."

Non pas qu'un grenier aménagé de filles pour les soirées pyjamas ou les journées à glander avec les copines était quelque chose qui intéressait le brun, mais au moins ils pouvaient eviter le discours de M Ellis concernant les meilleurs résultats de la médicomagie et tout ce qui en découlait
Revenir en haut Aller en bas
Artemis O'Toole
avatar
Préfet(e)/Poufsouffle
Préfet(e)/Poufsouffle
Année à Poudlard : Sixième année

Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Re: Chez l'habitant

Message par : Artemis O'Toole, Ven 22 Sep 2017 - 18:03


Elle avait tout à fait raison, et immédiatement il en vint à regretter ses fameuses paroles. Quelle idée ne lui était pas encore passé par la tête, aller se cacher sous le lit, vraiment, on aura tout vu. Heureusement, Elhiya ne se mit pas à angoisser comme lui, bien au contraire, elle plaisanta devant la bêtise incroyable tout juste sortie de la bouche d’Arty. En plus d’être tout de même hyper louche, comme elle le disait, c’était une réaction absolument enfantine, celle d’un enfant de cinq ans, ni plus ni moins, et il était peut-être temps de grandir. Mais bon, il penserait à ça plus tard, dans longtemps, quand il serait suffisamment grand. En même temps, il fallait comprendre la réaction du Jaune & Noir, son amie ne lui avait pas dressé un portrait des plus avantageux de son père alors Arty l’imaginait tout en noir, avec des lunettes de soleil et qui ne parlait que par phrases laconiques et terriblement froides. Puis le bisou sur la joue sonna comme un coup de massue, soudainement. Il fut totalement surpris, c’était quoi ce rapprochement soudain, il ne s’y attendait pas. Pourtant il la suivit sans discuter, sans même ronchonner ou lever les yeux au ciel, totalement abasourdi.

Heureusement qu’il ne demeura pas dans cet état très longtemps. La silhouette du père de la Serpentard le réveilla absolument complètement, tant qu’il sursauta. Devant cette figure paternelle imposante, Arty resta tout de même la bouche entrouverte. C’était en effet un personnage bien différent de son propre père qui était beaucoup plus lumineux et solaire. Alors il l’écoute et se contente d’hocher  la tête de façon exagérée et il répondait dans son esprit, continuait la conversation sans qu'un mot de traverse ses lèvres. Oui monsieur votre maison est très très belle magnifique je veux la même plus tard tellement elle m’inspire. Tout son corps d’ailleurs s’était mis à hocher de la tête c’était pour dire, l’ensemble accompagné maintenant d’un petit sourire gêné. Il se dit alors que si le père de Yaya venait à vouloir le tuer, là, tout de suite, il chopperait immédiatement leur chat moche magique et le prendrait comme bouclier. Oui, c’est pas forcément très sympa, mais c’était en dernier recours, dans la panique quoi.

C’est alors qu’il compare une boutique de potions à une pharmacie. Arty tique et fronce les sourcils. Il ne comprend pas trop le rapport en fait. Dans ce cas, pourquoi Mr. Ellis n’ouvrait-il pas sa boutique aux moldus si c’était largement mieux ? Autant être tolérant et en faire profiter tout le monde ? Pourquoi ne se mettait-il pas à son compte en tant que véritable sorcier ? Les moldus adoraient ça, les voyantes tout ça, il y avait tout à fait moyen de faire croire qu’il était un guérisseur et fournir des potions vraiment efficaces aux non-sorciers. Mais bon, il ne dit absolument rien. Il n’eut pas le temps d’ailleurs, Elhiya l’emporta de nouveau avec lui dans un grand courant d’air.

Tout de même, avant de quitter le premier étage il reprend ses airs de fripon et lance un joyeux « Enchanté de faire votre connaissance Monsieur ! J’suis Arty ! » avec un petit coucou de sa main libre qui n’était pas emprisonnée par la prise de Yaya. Il se demande bien alors ce qui pouvait avoir de très intéressant dans le grenier, peut-être que les Ellis enfermaient des créatures étranges et maléfiques au deuxième étage, allez savoir. Les escaliers prennent alors fin, et les voilà arrivés. Un air interrogateur passe alors sur le visage d’Arty.

- Y’a quoi ici ? Vous abritez des fantômes vous les sorciers ? Mais attends, ce serait suspect de se mettre sous la couette par contre aller se cacher dans le grenier c’pas gênant ?

Il pouffa de rire un peu, même s’il était tout à fait sérieux en ce qui concernait les fantômes. Cette idée lui rendit d'ailleurs une face légèrement sombre. C’était un truc qu’il n’acceptait pas trop à Poudlard, il trouvait ça bien trop étrange qu’un fantôme fasse sa vie comme ça, dans les couloirs, sans aucune gêne. Enfin, pas sa vie, mais bon, vous me comprenez. Il jette alors un coup d’œil aux alentours, le regard suspect, il n’y avait pas l’air d’avoir de revenants, mais peut-être étaient-ils cachés soigneusement quelque part, prêts à bondir sur eux au premier pas de travers. Il déglutit. C’était étrange parce que ce deuxième étage ne faisait pas peur en soi, il n’était pas inquiétant. Mais quand l’imagination du jeune Arty se met en route, pas moyen de l’arrêter, ça part dans les tous les sens et la réalité devient floue avant de disparaître complètement. Heureusement que pour le moment Elhiya le tenait en fermement, c’était son petit pied à terre de l’instant.
Revenir en haut Aller en bas
Elhiya Ellis
avatar
Modération RPGSerpentard
Modération RPG
Serpentard
Année à Poudlard : Septième année

Spécialité(s) : Permis de Transplanage


Re: Chez l'habitant

Message par : Elhiya Ellis, Mer 4 Oct 2017 - 18:24


Avec le LA d’Arty

Alors oui, forcément, vu comme ça, il y’avait forcément une faille dans la logique des parents d’Elhiya. La chambre était surement considérée comme un lieu privé alors que le grenier avait plus attrait au publique, même si de manière générale, c’était surtout les amies de la blonde qui venaient perdre leur temps la dedans. Rigolant doucement, la Verte avait secoué négativement la tête énergiquement. Ce grenier ne cachait pas grand-chose de magique si ce n’était un tableau,  et un stock de friandises magiques.

Pénétrant dans les lieux, Crumble les avait rejoints, passant par la lucarne et pépiait devant le Poufsouffle, surement  dans l’attente d’un biscuit ou d’une caresse. Elhiya lâcha sa prise sur le brun afin de le laisser fouiner s’il le désirait.

Les lieux n’avaient rien d’époustouflant, ce n’était qu’un grenier aménagé avec des airs un peu trop girl. Antre de gamines qui passaient des heures à bavasser affalée sur les canapés ou par terre sur le tapis moelleux avec des oreillers. Le panier de Muffin dans un coin, des piles de bouquins et magazines dans un autre, un peu comme un grenier moldu en fait. Haussant une épaule tout en ramassant une souris pour chat en plastique, la blonde avait esquissé un sourire amusé.  


« Désolée de te décevoir Artychou, mais pas de fantômes ici. C’est déjà assez glauque comme ça à Poudlard. Ca apparait n’importe quand, n’importe où. Par contre on à ce truc »

D’un signe de menton, Elhiya lui avait indiqué le tableau vide aux moulures finement travaillées. Il était vide, comme toujours. Cela faisait 17ans que cette chose était là et que l’habitant s’était fait la malle on ne savait où. Pourtant la blonde ne désespérait pas de voir apparaitre un jour un visage inconnu.

« Jamais vu personne là-dedans. Du coup, c’est moins marrant que ceux qu’on à dans les couloirs de l’école. Après en soit, t’as fait le tour de la maison. Je doute que tu y ai vu beaucoup de différence avec chez toi, à part le coté antiquité. Limite ça pourrai faire un musée des vieilleries que les moldus n’utilisent plus… et encore pas sure que ca puisse avoir un quelconque intérêt »

La souris rose fluo semblait intéresser Crumble qui commencer à virevolter tout autour d’elle. Le pauvre oiseau n’avait toujours pas compris que sa proie était factice et qu’essayer de la voler des mains de sa maitresse n’avait aucune utilité. S’apprêtant à envoyer paitre la bestiole, Elhiya fut interrompu par la voix de sa mère au rez-de-chaussée

–Elhi chérie, il va falloir nous rendre chez ta grand-mère, comme prévu, j’ai préparé un sachet de biscuits tièdes à Arty pour nous excuser de devoir le faire rentrer chez lui, mais tu aurais dû y penser quand même..


Ah ouai, la visite mensuelle à la vielle, c’était complètement sortie de la tête de la blondinette qui ne s’était même pas demandé pourquoi sa mère préparait des fournées de gâteaux de tout genre. Haussant les yeux au ciel et soupirant, Elhiya avait regardé le jeune homme avec un sourire désolée. Mais en soit, il avait vu ce qu’il avait à voir, et vu que M. Ellis ne l’avait pas mordu ou transformé en poulet, cela supposait qu’il était autoriser à passer quand il voulait.

« Bah… désolée, je vais te raccompagner. Mais t’as pas tout perdu dans l’affaire, je suis sure qu’elle t’a mis des brownies aux noix de pécan caramélisées, et des  moelleux citron- framboise. »

Gourmandises obligatoires pour se rendre chez la grand-mère Ellis. Artémis sur ses pas, elle l’avait raccompagné dans le hall d’entrée, ou sa mère –désormais sans trace de farine- attendait avec un petit sachet coloré bien rempli. Cette dernière le fourra dans les mains du garçon, posant une bise sur sa joue et lui adressant un large sourire. Il ne fallait pas chercher plus loin d’où Elhiya tenait son coté Poufsouffle..

-Voici jeune homme, tu me diras plus tard ce que tu en penses. J’aime bien avoir des retours pour savoir ce que je pourrais rajouter ou non. Notamment sur les tuiles chocolat-amandes d’accord ? En tout cas, merci à toi d’être passé »[/color]

Elhiya hésitait, rire ou non devant le trop plein de politesse et chaleur de sa mère.  A croire que c’était le premier ado qui foulait le sol de cette demeure, alors que régulièrement les filles s’attardaient dans la cuisiner pour prendre un bon gouter. Finalement, la blondinette se contenta de dodeliner de la tête pendant qu’Arty disait au revoir et le raccompagna jusqu’à la porte. Visite écourtée, elle s’en voulait un peu  Elle lui adressai un sourire jovial, pendant qu’il mettait un pas sur le pavé de la vielle, lui adressant un signe de la main enthousiaste –oui, autant éviter de donner à Mme Ellis de quoi être trop curieuse en faisant un bisou au brun-.

« A plus tard, merci pour l’occamy c’était sympa »


[RP fini pour nous deux – Merci Arty :kiss:]
Revenir en haut Aller en bas
Jace Becker
avatar
Serpentard
Serpentard
Année à Poudlard : Cinquième année

Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Re: Chez l'habitant

Message par : Jace Becker, Lun 9 Oct 2017 - 20:50


Bonjour l'ancêtre.
pv avec Elhiya.
LA mutuelle tout le rp.

Ma mère voulait que je rentre à Teddington pour le week-end, souvent c'est mon père qui me le demande, une grande surprise donc.
Samedi matin réveiller de bonne heure habitude de l'école, douche, coiffer, petit déjeuner, ma mère me rejoins dans la salle à manger.

-Nous allons chez ta tante ce midi, je voudrais que tu m'accompagne.
-Bien sur mère aucun soucis. Ne t'inquiète pas si tu la vois me sauter dans les bras, Elle aime bien me faire des câlins.

Ma mère haussa un sourcil, avant de continuer de boire son café, peut-être l'une des seuls choses moldus que ma mère apprécie. Décidant qu'il fallait bien s'habiller comme à son habitude, je décide de m'habiller en noir ça fait ressortir mes yeux. Ma mère opta pour la même chose et nous nous mettons en route pour allez chez ma tante.

Une fois arriver, nous frappons trois fois a la porte et ma tante nous ouvrit, me faisant un câlin comme prévu, et nous entrons dans le salon, ou Elhi nous attendiez, simple bise de la part de ma mère, petit câlin de ma part.

-Bonjour cousine comment ça va ?

(Tenue de Jace et sa mère):
 
Revenir en haut Aller en bas
En ligne
Elhiya Ellis
avatar
Modération RPGSerpentard
Modération RPG
Serpentard
Année à Poudlard : Septième année

Spécialité(s) : Permis de Transplanage


Re: Chez l'habitant

Message par : Elhiya Ellis, Lun 9 Oct 2017 - 21:47


Week-end Londonien, promesses d'escapade nocturne, de petit bis hors et de bavardage avec Lucy. Enfin, c'etait ce que j'avais cru de prime abord. Sauf que mon retour de Poudlard avait bien sur était accueilli par les etreintes habituelles de ma mère et le sourire fièr de mon père, mais surtout agrémenté d'une mission ridicule: apporter un panier à  mon arriere grand-mère allitee. Dans un premier temps j'ai cru à un blague, genre mes parents avaient lu l'exemplaire du "petit chaperon rouge" dans mes étages et avaient trouvé ca amusant.

Mais non, il fallait bien que je me coltine un passage chez mémé pour lui ramener des gâteaux faits par ma mere et une toute nouvelle confiture qui avait faillit brûler. C'etait risible. Du coup, quand ma  mère avait ouvert les volets de la chambre me disant que je devais attendre Jace pour amener mon colis, je m'attendais à voir mon père passer la tête par la porte en hurlant "mais non on deconne" avant de se marrer. Mais rien du tout. C'etait bizarre.

J'avais donc enfilé ma robe rouge, et avait fait deux couettes avec les cheveux. Quitte  a jouer au petit chaperon rouge autant essayer de s'habiller pareil. Bon la robe était un trop habillée mais avec ma veste en cuir et mes boots ca passerait. Ma mère avait passé la matinée à cuisiner, et moi a chercher a coiffer un peu rebelle qui me donnait un air endormi. Ca me paraissait étrange qu' on ne confiait pas le panier en osier vu l heure du repas avancante.

Prenant place dans le salon pour coller les étiquettes sur les millions de potions que mon père avait préparé, je sursautais en entendant frapper à la porte, pas le temps de dire quoi que ce soit que ma mere s-etrait précipité pour ouvrir devant mon regard décontenancé. Vu les salutations euphorique, je supposait que ma tante avait opté pour le transplanage ou le portoloin au lieu de la poudre de cheminette. L'un dans l autre ca se valait et je me demaandais si un des deux allait finir par vomir sur le tapis  du salon. Grande déception, la tante me fit  la bise naturellement alors que mon cousin m etreignait sous l oeil amusetde la mère. Bah ouai j aime pas les câlins vous comprenez? Enfin ceux de ma mère quoi, ils s eternisqient toujours...

En tout cas, c'etait l'estomac vide que ma mere nous flanqua  quasiment dehors avec son panier rempli à raz bord. Je n avais eu ni le temps de mettre ma veste ni d adresser la parole à Jace. Franchement elle était pas nette aujourd hui.. sur le pas de porte j adressais a mon cousin un sourire désemparé avant de lui confier le panier


"Salut.. tiens moi ca. Je sais pas ce qu' elle a mais visiblement c'est ultra urgent. Suffisamment pour nous empêcher de manger avec elles.. n importe quoi"

J'ajustais mes manches de veste, positionnais mes couettes ondulées sur l'avant et levait le torchon pour voir ce qu'il cachait. Déception.

" C'est juste des biscuits habituels... tu veux un cookies? Quoi que non. Je vais nous amener chez mémé en transplanant, on grignotera sur place. On y va?"

Ca allait, la vielle habitait sur Londres également, on avait juste à être discret pour disparaître. Scrutant la ruelle d'habitant, j'avais passé mon bras sous celui de Jace et l avait embarqué avec moi dans un leger craquement sonore qui nous deversa au bout d'une allee pavillonnaire. Coup de bol personne. En même temps il n y avait que des personnes agees dans ce quartier ils devaient tous être a table. .

Je verifiais  que le brun était entier et surtout notre précieuse cargaison et le guidait vers la maison de ville ressemblant à la mienne


"Déjà venu?

En même temps cette question était stupide, pourquoi serait il déjà venu?


Dernière édition par Elhiya Ellis le Mer 11 Oct 2017 - 18:50, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Jace Becker
avatar
Serpentard
Serpentard
Année à Poudlard : Cinquième année

Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Re: Chez l'habitant

Message par : Jace Becker, Mar 10 Oct 2017 - 20:17


À peine le temps de finir de dire bonjour à Elhi que ma tante nous flanqua à la porte, je fis un léger signe de main à ma mère qui me le rendit avec un sourire, une fois dehors je repris mon air sérieux, un peut plus... sombre que d'habitude. Petit sourire de ma cousine que je lui rendais volontiers, peut-être l'une des rares personnes en ce bas monde avec qui met sourire sont sincères.
Prenant le panier qu'elle me tend et ricane légèrement ce qu'elle dit.

-Salut, ne tu'en fais pas j'ai découvert ce matin pendant mon petit déj que je venais chez toi. Et allons-y, je vais faire la rencontre mémé Ellis.

M'accrochant au bras d'Elhi nous partons en compagnie du crac sonore habituel, jusque chez mémé. Vu que j'ai du sang d'Ellis également dans les veines est-ce que ça fait d'elle m'a mémé aussi ? Question existentiel bonjour.
Une fois à destination, Elhi regarde autour de nous voir si on ne nous a pas vues et si la cargaison et moi-même somme entier. Elle me demande si je suis déjà venue. Regardant autour de moi, je vois bien quelques façades qui me paraissent familières, façade que j'ai vue il y a peut.

-À dire vrai oui, la semaine dernière. Je suis allé chez Ollivander's j'ai changer ma baguette, et je me suis promené toute l'après-midi dans Londres et j'ai terminé ma soirée au Dock... En compagnie de...

Pas le temps de finir ma phrase, Elhi entra dans la maison de sa mémé. Ça sent aussi le vieux que chez notre mémé Becker, entrant doucement dans le salon en compagnie d'Elhi j'en profitais pour regarder les photos.
Revenir en haut Aller en bas
En ligne
Elhiya Ellis
avatar
Modération RPGSerpentard
Modération RPG
Serpentard
Année à Poudlard : Septième année

Spécialité(s) : Permis de Transplanage


Re: Chez l'habitant

Message par : Elhiya Ellis, Mer 11 Oct 2017 - 12:30


Quelques mots de la part de mon cousin, des explications sur ses disparitions de ces derniers jours. Je voulais lui en parler, savoir où il pouvait passer son temps comme ça la nuit. Non pas que j’avais mon mot à dire, mais que c’était surtout plus une de mes habitudes que les siennes. Et puis, son regard ternis, je n’avais pu m’empêcher de l’apercevoir quand on se croisait furtivement dans les couloirs. Il faisait tristement écho au mien quand je trainais le pas sur les pavés Londoniens. Mais ma grand-mère ne me laissa pas le temps de prendre la parole, nous ayant vu arriver dans son allée, elle avait anticipé le coup de sonnette et ouvrait déjà la porte alors que nous foulions à peine le pas de porte.

Petite et replète, la mère de mon père était tout l’inverse de grand-mère Becker, elle portait toujours un tablier de cuisine et des effluves de légumes mixés avaient tendance à embaumer la maison. Mais cette fois ci, rien ne semblait bouillir dans la marmite et mon arrière-grand-mère faisait signe de la rejoindre dans le salon alors que sa fille récupérait le panier. Quelques plantes séchées sur la grande de table de bois collaient encore aux doigts de la vielle dame qui se frottait les mains avant de venir nous étreindre tous les deux, nous gratifiant d’une bise sonore.


« Ho ‘Lya, on se demandait quand tu passerais et puis toi mon garçon… »

Ma grand-mère et mon arrière-grand-mère avaient toutes deux plantés leurs yeux clairs dans ceux de Jace, affichant chacune un sourire espiègle que je ne leur connaissais pas. Surprise, j’avais haussé un sourcil avant de faire les présentations. Après tour, il n’y avait aucune raison pour qu’elles le connaissaient

« C’est Jace, mon cousin du côté de…. »
« ..de ta mère oui on sait ! Bonjour jeune homme, nous sommes ravies de te voir , tu ressembles beaucoup à un de tes aïeuls on te l’as déjà dit ? »


Bon, c’était merveilleux tout le monde nous connaissait sans qu’on ait jamais a dire à l’autre famille qui on était, et après ça on avait voulu nous faire croire que si on nous avait tenu éloigné l’un de l’autre ‘était pour notre bien, ou une sottise de ce genre. Roulant des yeux exaspérée, j’avais abandonné ma veste sur une des chaises et prenait place machinalement devant les herbes, le conditionnement en petit sachet.

La petite étoile d’argent pendouillait à mon poignet, scintillant doucement grâce aux rayons sur soleil qui baignait la pièce agréablement. Je n’y prêtais guère attention depuis que je l’avais. Je savais qu’elle était là, nouée à la main qui maniait ma baguette, petits rappel inconscients aux propos échangé sur le balcon avec mon cousin. Je n’aurai jamais cru que mes deux grands-mères la remarque aussi rapidement. Attrapant mon bras, de ses doigts rondouillards, mamy Ellis avait scuter le pendentif, les yeux embués d’un trouble soudain.


« Il t’es revenu ? et tu… le portes ? »

La formulation était étonnante, le collier ne pouvait pas m’avoir été retourné vu qu’il ne m’avait jamais appartenu, je m’étais juste contenté d’esquissé un sourire en coin, de toute façon, on ne me laissait pas placer un seul mot. Les regards filaient alternativement de mon cousin à moi, pendant que leurs lèvres s‘étiraient en un large sourire de satisfaction.

« Ca tombe bien que vous soyez venu à deux dans ce cas, jeune homme, nous avons un petit quelque chose qui t’appartient. C’est resté chez nous pendant près de deux siècles, sans jamais ne retrouver son propriétaire légitime »

Après les grimoires, les bijoux, et personne jusqu’à présent n’avait eu la présence d’esprit de nous en parler. Non bien sur, autant nous mettre sur le fait accompli et nous balancer encore des explications radotant sur l’intérêt de la pureté du sang ou une fadaise du même style. Pendant que mon arrière-grand-mère assurait à mon cousin qu’il était celui qui devait obtenir ce qu’elle conservait depuis des lustres, ma grand-mère avait disparu à l’étage.

« Tu me sembles bien jeune pour avoir déjà confier notre lune d’argent à Elhiya... Enfin, de nos jour l’âge ne dispense pas la valeur n’est-ce pas ? »
« Non, mais mémé, ce n’est pas suivant vos traditions stupides qu’il me l’a rendu ! c’est fini ce temps-là hein.. »


Franchement, avec leurs idées archaïque, j’aurai du me douter que mes deux grands mère avaient entre aperçu l’ancienne utilisation du bijou. Je soupirais quand ma grand-mère revient avec un petit écrin de soie vert bouteille qu’elle tendait à Jace, souriante. Inconsciemment je grimaçais, à chaque fois qu’on nous avait fait une surprise du genre, il fallait s’attendre à une énigme stupide incompréhension genre « voit au-delà des nom », comme si on pouvait pas juste nous dire qu’on était pas simplement cousin germain et qu’une de nos cousine directe ne portait ni le nom de Becker ni celui de Ellis.. Ca me déprimait. D’autant plus que j’avais vu juste

« Tiens mon chéri. Une fois les deux réunis, ils vous seront d’une très grande aide. A condition que vous vous laissiez guider »

Mokay…. Genre dans la famille, celle de Jace ou la mienne, il fallait savoir dire des choses pas clairs pouvant signifier tout et n’importe quoi pour avoir le droit de parler aux deux descendant actifs. Mon regard avait glissé son mon cousin, passablement irrité à ces nouveaux non-dit, et attendais qu’il ouvre la boite qu’ on lui avait collé dans les mains.

Et sinon ? Les confitures et les gâteaux qu’on avait ramenés ? Ils ne pouvaient pas être un sujet de discussion moins mystérieux peut être ?

Visiblement, ils étaient partis dans les oubliettes..
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé

Re: Chez l'habitant

Message par : Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas
Page 1 sur 2

 Chez l'habitant

Aller à la page : 1, 2  Suivant

Permission de ce forum:Vous pouvez 
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Harry Potter 2005 :: ~¤~ Londres ~¤~ :: Rues de Londres-

L'univers d'Harry Potter est la propriété de la Warner Bros ainsi que de J.K Rowling.
Tous droits réservés sur ce site ©Copyright HarryPotter2005. Affichage optimisé sous Firefox.