AccueilPortailRechercherS'enregistrerConnexion
Le Deal du moment : -27%
Promo sur APPLE Airpods 2 avec boitier de charge
Voir le deal
130 €

Harry Potter 2005 :: ~¤~ Londres ~¤~ :: Rues de Londres
Page 4 sur 4
Chez l'habitant
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4
Lïnwe Felagünd
Référent Maître de JeuGryffondor
Référent Maître de Jeu
Gryffondor

Chez l'habitant - Page 4 Empty
Re: Chez l'habitant
Lïnwe Felagünd, le  Dim 24 Fév - 18:15

À LA RECHERCHE DU PASSÉ - PARTIE II
— PV. ELLY.


-SUITE-
Comme égarés dans un autre espace-temps, l'inter-cité des sacrements révolutionnés par une nouvelle vie mensongère — deux enfants à qui l'on ne peut plus enrober de gâteries pour mieux faire passer cette pilule empoisonnée par les années. Il y a d'abord cet aveu, fait tout bas. Cet aveu que l'on connaît déjà. C'est le début d'un long chemin vers la rédemption. Les parents ont besoin de se faire pardonner. Ils croient toujours bien faire, et ce n'est qu'après qu'ils se rongent les ongles jusqu'au sang.

Un goût rouge dans la bouche. La cousine perd patience, sort de ses gonds comme un titan. Lïnwe n'avait même pas encore remarqué la présence du père de famille. Il était sur le côté, un peu en retrait - de biais, comme une mauvaise caricature théâtrale. Le jeu d'un comédien obsolète. Les muscles tendus vers le bas, le regard aliéné, le Gryffondor analyse leurs réactions. Elles sont nombreuses, d'habitude compréhensives mais l'heure n'est ni au malaise ni au pardon.

« On a trouvé ça en France. » fit-il en déposant la petite boîte sur la table basse. Ils avaient ouvert la boîte de Pandore. Désormais, seules des explications suffiraient à apaiser leur peine.

Invité
Anonymous
Invité

Chez l'habitant - Page 4 Empty
Re: Chez l'habitant
Invité, le  Lun 11 Mar - 11:19

Le cousin enchaîne, s’enchaîne à elle dans la décadence avérée des parents. Il dépose la petit boite en ferraille, rempli des secrets inavouée d’une famille éparpillée. La mère tourne en rond. Virevolte. Les yeux tantôt sur son mari, tantôt sur sa fille, parfois elle regarde le café. Comme si le liquide opaque pouvait l’aider à y voir plus clair. Doux mensonge. Elle ouvre la bouche, la referme presque aussitôt. Quelques secondes s’étalent lentement, alors que le père pose une main réconfortante sur l’épaule de sa femme. La brune regarde, observe. Le manège amoureux, l’idéale famille qui n’est que mensonge.

Sa mère ouvre la bouche, encore. La brune espère que ce soit pour y laisser les mots empreints de vérité parvenir à leurs oreilles. Lïnwe est toujours digne, n’a pas perdu patience, c’est presque si c’était lui l’adulte ici. D’eux tous, il était le seul à paraître aussi serein, aussi posé. La brune s’inspire, expire. Vrille ses yeux sur ceux de sa mère. « Le temps des mensonges est fini ».

Alors sa mère s’assoit, soupire à son tour, ses yeux restent sur ses mains, qui se mêlent et se démêlent au gré de ses pensées, sans doute. « Ce n’était pas évident. Nous devions partir, se protéger, tout couper, pour pas qu’il nous retrouve ». Mille questions affluent mais aucune ne sort des lèvres scellées de l’ancienne auror. Ce il ainsi défini, était-ce l’homme concerné par les quelques lignes contenue dans la boite en fer ? « Pourquoi mentir ? Pourquoi ne pas dire ? », le regard se tourne vers l’homme « T’étais au courant et t’as rien dit ? ». Et elle comprend dans ses yeux que lui aussi n’a su qu’après les raisons de la fuite. Mais plutôt que sa fille « Et vous auriez continué à mentir combien de temps encore ? ». La colère gronde dans la poitrine alors que sa mère explique, déroule le chemin d’une vie qu’elle n’avait pas imaginé comme ça. Les meurtres, le sang, la peur qui gouverne les tripes. « Vous lui remettez la faute sur le dos, mais vous avez éclaté une famille sans l’ombre d’un remord ». Les paroles sont dures, le ton froid, aucun sentiment ne perfore les mots mais l’on sent bien, dans les mâchoires crispées de l’enseignante qu’elle supporte mal l’aveu de ses parents.
Lïnwe Felagünd
Lïnwe Felagünd
Référent Maître de JeuGryffondor
Référent Maître de Jeu
Gryffondor
Année à Poudlard : Diplômé(e)

Matière optionnelle : Arithmancie

Spécialité(s) : - Demi-Vélane
- Permis de transplanage


Chez l'habitant - Page 4 Empty
Re: Chez l'habitant
Lïnwe Felagünd, le  Jeu 14 Mar - 15:11

À LA RECHERCHE DU PASSÉ - PARTIE II
— PV. ELLY.


-SUITE-
Lïnwe prend délicatement la tasse de thé, non pas pour la boire mais pour se réchauffer les mains. Il faisait si froid ici. Même les couleurs lui paraissaient ternes, sans vie, sans bonheur intact en fait. Les visages de son oncle et de sa tante étaient tendus - quelque part entre la tristesse, la nostalgie et le remord. Si le temps pouvait leur donner des visages d'enfants, ils n'en seront que plus ridés par le choix de leur vie.

C'était comme ses parents. Il avait toujours senti ce sentiment biaisé. De recul, dissimulé. Comme une fin heureuse, qui ne l'est pas vraiment. Il se sentait inutile. Helen avait l'esprit torturé. Le regard abaissé vers ses mains distraites. Elle n'aurait probablement jamais voulu imaginer cet instant, surtout pour sa fille. « Vous savez où on peut trouver vos autres frères et sœurs ? vos cousins ? ils sont tous partis de Norvège, où il y en reste encore ? » Les plus anciens sont sûrement restés. Peut-être les plus traditionalistes.

— Il voulait aller droit au but. D'une part pour éviter de perdre du temps, et d'autre part pour ne pas rendre cette première rencontre plus gênante qu'elle ne l'était déjà.



Invité
Anonymous
Invité

Chez l'habitant - Page 4 Empty
Re: Chez l'habitant
Invité, le  Mer 20 Mar - 10:16

L’avantage d’être deux, c’est que l’un pouvait s’énerver tandis que l’autre gérer les questions plus existentielles. Les questions qui apporteraient sans doute de nouvelles interrogations plus que de réponse. Mais au moins il y avait autre chose que la colère, que la hargne. Et des deux cousins, c’est Lïnwe le plus jeune, qui se fait pourtant le plus sage. Étrange mais cela convient bien à la brune. Trop longtemps qu’on lui a menti pour qu’elle reste de marbre. Elle écoute la question de Lïnwe, hoche la tête. Oui, où sont les autres ? La mère semble ne pas vouloir répondre, demeure interdite, un instant. Et devant les yeux inquisiteurs, elle laisse échapper la vérité. « Certains sont morts ». Devraient-ils être surpris ? Les quelques lignes du document indiquaient bien qu’il y avait eu quelques soucis dans la famille Felagünd. De là à présumer un meurtre ? Peut-être. La brune ne sait pas, ne sait plus. Elle oscille, comme une feuille morte portée par le vent.

« Et les autres ? », la question effleure ses lèvres et sa mère répond d’un même ton « Certains ont fuis vers la France, l’Angleterre, comme nous. Et d’autres … d’autres sont restés sur place ». L’ancienne auror arque ses sourcils « Restés sur place ? ». Il y a trop de zone d’ombre, trop de choses non-dites. Elle le sait, elle le sent. Elle demande, d’une voix sans appel « Raconte-nous ». Parce qu’ils ont besoin de savoir.

HRP : vu que c’est la famille Felagünd j’te laisse faire le récit de la mère Ange

Lïnwe Felagünd
Lïnwe Felagünd
Référent Maître de JeuGryffondor
Référent Maître de Jeu
Gryffondor
Année à Poudlard : Diplômé(e)

Matière optionnelle : Arithmancie

Spécialité(s) : - Demi-Vélane
- Permis de transplanage


Chez l'habitant - Page 4 Empty
Re: Chez l'habitant
Lïnwe Felagünd, le  Mer 20 Mar - 14:14

À LA RECHERCHE DU PASSÉ - PARTIE II
— PV. ELLY.


-SUITE-
Enfin des mots, des mots lâchés dans le salon indifférent. Le tapis paraît plus torturé qu'à leur entrée, comme s'il écoutait la conversation. Focus sur un passé condamné par l'intolérance d'un aîné. Comme ses parents à elle ; à lui ; certains des Felagünd avaient fui la Norvège pour un ailleurs sans doute moins brumeux. Un espoir qui ne finit jamais.


— La France, l'Angleterre, l'Irlande... avaient à offrir ce que la Norvège lui manquait. Elle hésite un instant, avant de tout dévoiler, tout déballer ce qu'elle avait sur la conscience depuis tout ce temps. « Les Felagünd était une très ancienne famille qui se voulait absolument être de sang-purs, la tradition s'est officiellement brisée lorsque mon arrière-grand-père Ciaràn, alors très influent, s'est marié pour la deuxième fois avec une moldue. Les générations qui suivirent semblaient être plus libres dans leur choix marital. J'avais alors deux frères : Taurnil et Beren. J'étais la plus âgée de la fratrie. Taurnil était un peu comme moi et nous décidâmes d'offrir nos cœurs à un moldu, mon mari, et une née-moldue, la femme de Taurnil, ta mère, Lïnwe. Beren quant à lui, était beaucoup plus... sinistre, torturé et fermé d'esprit. Il souhaitait que la famille retrouve sa noblesse d'antan. Certains l'écoutaient attentivement, et d'autres refusaient de céder à cette bassesse. Nous avions déjà pour la plupart commencé à fonder une famille... vous comprenez ? On pouvait difficilement retourner en arrière. Alors Beren commença à menacer certains membres de la famille que nous retrouvâmes sans vie dans leur maison peu de temps après. Il installa progressivement une atmosphère de terreur et assassina deux de nos cousins : Aaron et Aëgnor, leur femme et l'enfant d'Aaron. Et notre oncle Lindor. Avec Taurnil, nous avons pris la décision de fuir rapidement le pays avant même que l'un d'entre eux soit tué. Taurnil choisit l'Irlande tandis que moi je choisi la France. Et nous nous jurâmes de ne plus nous écrire une seule lettre, d'enterrer le passé et de poursuivre une nouvelle voie malgré la douleur de notre séparation. Il le fallait... pour notre survie. Elly était déjà un bébé et la femme de Taurnil portait leur premier enfant. » Elle se frottait les mains plus que jamais, comme si elle attendait une sentence. Il n'y a d'ailleurs rien de pire que d'entendre un reproche de ses propres enfants.

— Et qu'en est-il de Beren ? les yeux de Lïnwe étaient à la fois pétrifiés par la vérité et dotés d'une haine profonde.

— On dit... on dit qu'il a été interné à Nurmengard. C'est une prison semblable à Azkaban. Je ne sais pas ce qu'il est devenu... Il a fait tellement de mal à notre famille... un sanglot sembla s'échapper de la mère avant qu'elle ne se reprenne. Lïnwe comprenait mieux pourquoi ses parents ne parlaient jamais de sa famille, de leur arrivée ici. C'était terrible, comme histoire. Et pourtant, il était comme soulagé. Satisfait. Soulagé de la connaître enfin.

Invité
Anonymous
Invité

Chez l'habitant - Page 4 Empty
Re: Chez l'habitant
Invité, le  Mar 16 Avr - 13:38

La mère délivre une vérité qui fait mal autant au cœur qu’à l’esprit. Mensonge éhonté de l’enfance, traitrise d’avoir cru qu’ils n’étaient pas en mesure d’affronter la réalité. L’ancienne auror n’a plus de mot à dire, à déverser, juste une profonde tristesse. De cette famille en fuite, de ce tueur sanguinaire. Lïnwe pose une question intéressante à laquelle la brune prête attention. La réponse de sa mère la laisse perplexe. Elle sous-entend que le responsable de tout ça, un dénommé Beren, est interné quelque part. Mais dans sa voix la brune pressent bien qu’elle n’en est pas certaine.

La journée se poursuit, échange entre la jeune génération et l’ancienne. Transmission d’une histoire familiale et des douleurs qui vont avec. Des informations intéressantes, oui. Mais aussi une angoisse latente. Il y a donc un fou dans cette famille, tendance psychopathe dans l’arbre généalogique. La brune devrait se sentir menacée, un peu. Mais il n’y a rien qui règle le souci au final, et vivre dans la peur n’aide pas. C’est d’ailleurs ce que la brune laisse entendre à ses parents lorsqu’elle et Lïnwe passent le pas de la porte. Pas d’excuse, pas de faire-valoir, juste une amertume à peine camouflée et des secrets avoués aux oreilles des deux cousins.

- Fin du RP -
:kiss:
Contenu sponsorisé

Chez l'habitant - Page 4 Empty
Re: Chez l'habitant
Contenu sponsorisé, le  

Page 4 sur 4

 Chez l'habitant

Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4

Permission de ce forum:Vous pouvez 
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Harry Potter 2005 :: ~¤~ Londres ~¤~ :: Rues de Londres-

L'univers d'Harry Potter est la propriété de la Warner Bros ainsi que de J.K Rowling.
Tous droits réservés sur ce site ©Copyright Bureau RPG.