AccueilPortailFAQPublications internesRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Harry Potter 2005 :: ~¤~ Académie de Poudlard ~¤~ :: Cours :: Métamorphose
Page 6 sur 10
Cours N°8 - Métamorphose le monde
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8, 9, 10  Suivant
Elly Wildsmith
Modération GPoufsouffle
Modération G
Poufsouffle

Re: Cours N°8 - Métamorphose le monde

Message par : Elly Wildsmith, Dim 10 Sep 2017 - 1:35


Le cours de métamorphose reprenait ses droits, les élèves semblaient enfin se rappeler pourquoi ils étaient présents – apprendre et non perturber. L’espace d’un instant, Elly se demandait comment son compagnon pouvait être patient avec les adolescents. Il était si … si … compliqué, à comprendre parfois. Torturé. L’auror secoua la tête pour chasser ses idées, écoutant attentivement les questions qui lui étaient destinées, espérant qu’elle ait les réponses adaptées. Elle était contente de ne pas se charger de la question d’une petite Serdaigle (Aoi) tant ce sujet pouvait lui tenir à cœur. L’auror, un instant, déglutit rapidement, tant la possibilité qu’incluait cette interrogation pouvait lui tordre les entrailles.

Finalement, une jeune Poufsouffle (Amy), lui demanda ce qui était le plus difficile. La jeune femme laissa un sourire naître sur ses lèvres avant de répondre, tout à fait naturellement « Le plus difficile, c’est la transformation en animal. Parce que l’esprit connait parfaitement bien l’enveloppe humaine, vous vivez avec depuis toujours. Alors que vous devez apprendre à apprivoiser votre animal totem ».

Une autre Poufsouffle (Lina) se joignit au rituel des questions, et lança la sienne, faisant un rapprochement pas anodin entre le métier de la jeune femme et sa condition d’animagus. Elly, tout en la regardant, répondit sincèrement «Et bien, je dirais que c’est un avantage, à condition d’être sûre de sa transformation. Cela permet de se fondre dans la nature, de ne pas être visible, ce genre de chose ».

Finalement, ce fut Elhiya qui s’adressa à l’auror, avec une question teintée d’ironie qui fit sourire Elly. La blonde avait déjà eu des questions du même genre lorsqu’elles s’étaient rencontrées au King Cross coffee. Elle répondit, dans un demi-sourire « Elhiya, ta question est très pertinente. Néanmoins le propre d’un animagus est d’être discret et, arrête-moi si je me trompe, il me semble que mon animagus ressemble plus ou moins à un chien. Néanmoins, tu as tout à fait raison. Etre animagus ne me permet pas d’aller et venir dans Londres, en pleine journée, à ma guise. Au-delà de l’animal, c’est surtout l’apparence et les mimiques de ce dernier qui peuvent trahir le sorcier. Par exemple, toute à l’heure, je pense que ma posture et mes regards faisaient dire à certains que je n’étais pas qu’un renard quelconque ».

HRPG : Evan va répondre aux questions manquantes, merci de ne pas répondre avant sa réponse (puisqu’il va vous donner des exercices #TropCool en plus Ange)
Revenir en haut Aller en bas
En ligne
Evan
avatar
Personnel de Poudlard
Personnel de Poudlard
Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Fourchelang
Occlumens


Re: Cours N°8 - Métamorphose le monde

Message par : Evan, Dim 10 Sep 2017 - 13:42








Mes réprimandes auprès d'Azaël avaient eu don de faire réagir pas mal de monde. D'abord l'élève de Gryffondor assise sagement en fond de salle, celle qui avait fait du bruit avec sa bouche. Elle se leva pour implorer Artemis de se rasseoir. Et gagna peu après un geste très amical de la part de ce dernier qu'elle saurait, ou non, apprécier.

Elly s'était approchée de moi après que j'avais passé un savon au garçon, venant me déposer une main rassurante sur mon épaule, me signifiant qu'elle allait s'en occuper. Je lui rendis son sourire, avant de l'observer s'en aller voir Azaël, l'invitant à la suivre en dehors de la salle de classe.

Étonnement personne ne prit la parole le temps qu'ils soient sortis, si bien qu'il ne se passa guère longtemps avant de revoir le jeune garçon. Il partit directement à sa place, après s'être excusé et m'avoir dit que cela ne se reproduirait pas. Ma belle rentra peu après lui et revînt non loin de moi. Je lui murmurais un "Merci auquel je joignais un clin d'œil complice.

Aoi reprit le bal des questions en s'adressant à moi. Certaines, qui avaient le mérite de demander réponse, laisseraient certainement un goût amer à bien des élèves. Je répondis à l'élève après un soupir.

- En effet, pour le premier point, l'animagie n'est absolument pas héréditaire. Pour votre dernière question, le seul bénéfice à pouvoir tirer d'avoir un parent animagus, serait très certainement ses précieux conseils sur la marche à suivre et sa propre expérience. Donc de ce côté-là, ça peut aider en effet. Je me taisais quelques secondes, adressant un regard à Elly, puis un vers Azaël, et reprenais finalement. Pour le reste... Une femme enceinte peut se transformer oui... Mais si une femme enceinte venait à se transformer en animagus, le fœtus étant lui humain, cela entrainerait inévitablement la perte de ce dernier qui ne s'adapterait pas à la métamorphose...

Suite à ma réponse, j'ai la joie de voir une boule de papier qui passa de la gauche de la salle à la droite, le jeune Gryffondor, Ulysse, semblait s'entrainer pour le Quidditch ou pour je ne savais trop quel jeu. Aria avait reçu la fameuse boule qu'elle déplia pour y trouver un message quelconque. Je regardais médusé le garçon, me retenant d'une pique cinglante. Azaël m'avait donné ma dose d'énervement, valait mieux pas que je m'énerve contre lui s'il voulait pas aller goûter la pelouse du parc en se faisant défenestrer...

Jade finit par se manifester de con côté, levant une main timide qui lui était coutumière, demandant des précisions sur le sortilège que j'avais utilisé.

- Tout à fait ! Le sortilège provoquant une transformation non voulue, il est nécessaire que la cible soit parfaitement immobile. Si elle est en mouvement, même qu'elle ne se déplace qu'un minimum, le sort ne marchera tout simplement pas !

D'autres questions s'enchainèrent encore, plus particulièrement adressées à Elly, certains élèves faisant le lien avec sa fonction d'Auror et posaient des questions en parallèle. Je me mettais légèrement en retrait pendant qu'elle répondait, observant mes élèves perturbateurs, et les autres. Ulysse termina les questions sur le sujet, visiblement décidé à suivre plutôt qu'à préparer une nouvelle boulette et je clôturais le passage animagie en lui répondant.

- Un sorcier sous forme animagie garde ses pensées humaines, même si elles sont associées au comportement animal qu'il revêt. Techniquement il est possible de se mêler à la même espèce si on part du principe que l'on a la même apparence, odeur et autre. Mais une part d'humanité restant inévitablement au travers de tout regard d'animagus, j'imagine que les animaux peuvent "sentir" ceci et émettre des réserves. Après, je ne crois pas qu'un animagus quelconque dans l'histoire ait réellement essayer de s'intégrer à une meute de son espèce.

Quand toutes les questions eurent trouvé une réponse, même ambigüe comme celle que je venais de faire, et que plus aucun élève ne semblait avoir des questions sur le sujet, je repris la parole avec l'intention de faire avancer un peu le cours.  

- Bien. Nous allons mettre l'animagie de côté pour nous concentrer maintenant sur des sortilèges de métamorphoses animales où vous allez pouvoir vous exercer librement ! Ce qui évitera je l'espère, le jet de boulettes de papier à travers la salle ou autres jeux enfantins qui pourraient passer par l'esprit de certains. Bref regard en direction d'Ulysse, Azaël, Artemis.

- Nous allons donc voir quelques sortilèges permettant de métamorphoser un objet en animal ! Il en existe plusieurs et ne sont pas compliqués à réaliser. A savoir que pour toute métamorphose d'un objet en animal, le contresort est #Réparifagex ! fis-je en faisant apparaître le sortilège au tableau. Je continuais. Pour le coup je vais vous demander de tester sur la vitre devant vous, le sortilège #Avifors qui est destiné à transformer un objet en oiseau. Ainsi que le #Lapifors, qui permet avec ce dernier de transformer un objet en lapin, légèrement plus complexe que le premier ! Évidemment, l'idée est de vous essayer aux deux sortilèges tout en redonnant la forme originale à votre vitre entre temps !

Les deux derniers sortilèges s'étaient eux aussi inscrits au tableau, j'allais m'asseoir sur le devant du bureau à la droite d'Elly, lui glissant un "Tu as été parfaite", accompagné d'un sourire chaleureux.

HRP : Désolé pour ce "léger" retard. Vous avez jusqu'à dimanche prochain pour poster, soit le 17, pour faire les exercices demandés et poser vos éventuelles questions !
Revenir en haut Aller en bas
Artemis O'Toole
avatar
Préfet(e)/Poufsouffle
Préfet(e)/Poufsouffle
Année à Poudlard : Sixième année

Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Re: Cours N°8 - Métamorphose le monde

Message par : Artemis O'Toole, Dim 10 Sep 2017 - 16:06


Arty, on dirait pas comme ça, mais c’est un gamin vachement sérieux. C’est-à-dire qu’on lui demande de s’asseoir il le fait, sagement, plus ou moins quoi, et on lui dit de cesser des jeux enfantins, il le fait. Enfin, l’intention y est, c’est tout. Mais avec le regard que le professeur posa sur lui, le Blaireau savait que maintenant il fallait se tenir à carreaux. Donc, était venu le temps des … (avouez, vous avez pensé à Garou) exercices. Le gamin avait regardé le tableau, les différents sortilèges, essayé d’assimiler au plus profond de son soi intérieur magicien pour gagner en force et en concentration afin de réussir le mieux possible ce qui leur était demandé. Parce que comme je le disais, c’était un gamin sérieux. En plus, il s’agissait de transformer la vitre qui était sur leur table pour en faire un animal. Si c’était pas trop drôle et trop mignon ça, je ne sais pas. Arty, les animaux, il adorait ça. Les choses qui se transforment aussi, alors là, forcément, c’était le cours du jackpot, des paillettes qui tombent avec beaucoup de joie. Il sortit alors Odette de je ne sais où afin de se mettre au travail.
Le dos bien droit sur sa chaise, il étirait les muscles de son cou, baissait les épaules, tentait d’accumuler le plus de bonnes ondes métamorphiques. Parce que ça n’allait pas être de la tarte ce premier sortilège, il le savait. La métamorphose était une matière compliquée et il était beaucoup trop souvent à l’ouest pour y exceller. Mais il aimait bien, ça pouvait éventuellement compenser. Le truc c’est qu’Arty n’était pas un sorcier brillant, vraiment, mais persévérant avec beaucoup de volonté, en plus il était adorable. Tout cela faisait qu’il était tout de même un bon petit sorcier en fait. Excepté qu'il lui arrivait toujours des choses étranges, bizarres qui le tournaient en ridicule. Vous allez comprendre.

Il caressa alors la vitre qui était devant lui, comme s’il lui demandait pardon pour ce qui allait lui faire subir. Oui, c’est pas tous les jours dans la vie d’une vitre qu’on devient un oiseau ou un lapin, et ça ne devait pas être très agréable. Arty s’excusait donc d’avance. Il leva Odette et s’éclaircit la gorge, essaya un peu d’anticiper la métamorphose de la vitre, des fois que ça pourrait l’aider. D’une voix qu’il pensait claire, il lança alors un #Avifors ! Mais il avait tellement peur que la vitre se transforme immédiatement en oiseau qui aurait pu se jeter à sa figure afin de lui dévorer les yeux avec son petit bec, qu'il avait pincé, serré et fermé les yeux. Quand il les rouvrit, rien ne s’était produit.
Flûte, il faudrait donc recommencer. Avec les yeux ouverts pour ne pas casser la concentration.
#Avifors ! Cette fois, un mince sourire se dessina sur le visage d’Arty, en effet, la vitre venait de remuer, ou plutôt de trembler légèrement. Et même, regardez, si vous vous approchez un peu, vous verrez qu’une petite plume avait fait son apparition sur le coin de la vitre. Miracle. Odette & lui savaient faire de la magie ! Bon alors effectivement, on était très loin du résultat final, on est d’accord. Mais pour le jeune Blaireau c’était juste magnifique, c’était un début, comme si la vitre lui disait : « Vas-y Arty, tu peux le faire ! ».

Or, il ne faut pas décevoir une vitre, il paraît que ça porte malheur. Le Jaune & Noir se mit alors à gesticuler et à reprendre une grande inspiration. Se donner du courage, un peu, essayer de faire mieux. Il ne jetait aucun regard aux autres élèves qui, du moins il le supposait, devaient être en train de s’exercer, tout comme lui. Mais c’était un tête à tête romantique avec une vitre, alors pas question de regarder les autres, la vitre allait se vexer autrement. D’ailleurs, comment s’appelle-t-elle cette vitre ? Parce qu’après tout, elle allait avoir une vie époustouflante. Joséphine. C’était un magnifique prénom pour une vitre à la vie merveilleuse. Alors quant à savoir si ses camarades réussissaient ou pas, il s’en fichait complètement, ses deux yeux étaient braqués sur Joséphine, et il n’en avait pas d’autres, alors bon.
De nouveau Odette levée, Arty fit résonner pour la troisième fois ce fameux sortilège : #Avifors ! Grâce à un peu plus de confiance en lui il vit apparaître une myriade de plumes bleues sur la vitre qui s’éleva alors à quelques centimètres de la table. Elle volait ! Enfin, elle voletait ! Le Poufsouffle laissa alors échapper un fameux « Ooooooh ! ». Il sentait que l’oiseau était là, caché à l’intérieur de Joséphine la vitre et qu’il n’attendait qu’une seule chose sortir, se jeter dans l’air et connaître la liberté. Ainsi, il le voyait arriver le fameux moment, celui de libérer l'oiseau.

Cette fois-ci il plissa un peu les yeux et tenta de faire le vide dans sa tête, juste se représenter un oiseau mignon virevoltant dans la salle de classe. Un coup de baguette, sûr de lui, décidé et téméraire. Odette lança le fameux sortilège, la formule sortit de la bouche d’Arty comme si c’était le mot le plus important qu’il n’ait jamais prononcé de sa vie. Comme si son avenir entier en dépendait. #Avifors !
C’était la bonne, il avait tellement senti la magie le parcourir que ça lui donnait des frissons partout, jusqu’au bout des doigts qui tenaient fermement Odette. Joséphine la vitre s’était donc décollée un petit peu de la table contre laquelle elle se tenait. Les deux coins inférieurs s’étaient approchés afin de se transformer en deux petites pattes d’oiseau tandis que les coins supérieurs s’étaient élancés afin de former deux ailes. L’épaisseur de la vitre s’était alors allongée afin de former une queue d’oiseau (oui, effectivement un oiseau n’a pas de queue mais ce n’est pas grave) à l’arrière, et à l’avant, une petite boule avait pris place ainsi qu’un bec duquel s’échappa un cri aigu : la tête d’une petite hirondelle. Ses ailes battirent une ou deux fois devant les yeux ébahis d’Arty qui, tellement illuminés, auraient pu lancer des étincelles de bonheur. Il avait transformé une vitre en hirondelle ! Si ce n’était pas absolument trop génial ça ! Il se mit alors à taper dans ses mains, signe d’une satisfaction totale.

Maintenant qu’il avait réussi il fallait enchaîner sur les exercices et transformer de nouveau Joséphine l’hirondelle en vitre. Mais le temps qu’il jette un œil sur le tableau et la bonne formule, Joséphine s’était envolée. La bouche d’Arty s’entrouvrit. Son oiseau lui échappait, il s’élevait, encore et encore. Comment faire pour l’attraper. « Joséphine ! Viens ici ! Petit petit petit ! » Le gamin s’était levé de sa chaise et tentait d’attraper l’hirondelle avec ses mains, mais cette dernière ne voulait rien entendre, trop contente de goûter à l’exercice de vol. En même temps, qui voudrait être une vitre alors qu’il était un oiseau ? Ça n’avait aucun sens, autant rester une jolie hirondelle. Pas moyen de rattraper l’oiseau. Ni une ni deux, le Poufsouffle monta alors sur sa chaise en faisant des gestes en l’air qui n’avaient que pour effet d’effrayer le volatil qui ne voulait pas retourner sur la table du Blaireau. On peut le comprendre. Il se rapprochait du plafond avec ses petites ailes qui battaient l’air tranquillement, et Arty était là debout tel un idiot gigotant sur sa chaise. Il n’était pas assez grand, il fallait qu’il monte encore d’un étage. Sans réfléchir il grimpa alors sur sa table, il surplombait la classe et tentait toujours en vain d’appeler Joséphine : « Joséphiiine ! Reviens ici ! Aux pieds ! » Oui, je suis persuadée que vous voyez bien le ridicule de la situation. Mais dorénavant l’oiseau s’éloignait de l’emplacement d’Arty, il ne pourrait pas le rattraper en restant là, excepté qu’il ne pouvait pas sauter de table en table afin d’attraper Joséphine, il avait des limites quand même le petit.

- Joséphine ! Mon oiseau ! Que quelqu’un rattrape mon oiseau !

Il avait crié cette fois, un peu à travers tout. Il voyait Joséphine virevolter gaiement au-dessus de ses camarades et lui, toujours debout sur sa table, la mine effarée. Alors effectivement, peut-être aurait-il pu utiliser Odette afin de ramener l’hirondelle près de lui, mais il n’y avait pas pensé, tout simplement. Et puis, il avait besoin d'une Joséphine entière et non blessée pour le reste de l’exercice quand même.
Revenir en haut Aller en bas
Azaël Peverell
avatar
Serpentard
Serpentard
Année à Poudlard : Septième année

Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Re: Cours N°8 - Métamorphose le monde

Message par : Azaël Peverell, Dim 10 Sep 2017 - 16:24


T'as à peine pris quelques notes. T'as pas envie d'être là, la seule chose qui t'empêche de te barrer, c'est la punition promise par Lival si t'as le malheur de quitter la salle. Le problème, c'est que t'as beau essayer de te concentrer sur ce qui se dit comme il te l'a demandé, u restes bloqué sur ce qu'il t'a dit auparavant. Et ça tourne en boucle dans ta tête, pour te répéter encore et encore que t'as pas ce qu'il faut pour devenir toi-même un Animagus, ni même pour comprendre l'intérêt d'une telle capacité. T'as limite envie de frapper ta tête contre le bureau pour faire sortir cette idée, mais tu sais pertinemment qu'à part une intense douleur et une nouvelle engueulade par le prof, tu vas rien gagner à faire ça. Alors tu restes assis à ta place, mâchoires serrées, regard fixé sur un point imaginaire devant toi, totalement dans tes pensées.

Autant dire que t'as rien suivi de ce qu'il s'est dit depuis ton retour. T'as déjà assez de mal comme ça avec la gestion de ta colère et de ton amour propre, tu n'essaies pas de rajouter un problème supplémentaire à l'équation. Et pendant ce temps, l'exercice pratique a commencé, sans même que tu ne sortes ta baguette ou n'esquisses le moindre mouvement pour participer. En fait, t'as même pas grillé l'exercice. Jusqu'à ce qu'Arty se mette à hurler partout en gesticulant qu'il a perdu son oiseau. Ou Joséphine. Est ce qu'il a vraiment donné un nom à sa vitre ? Ou à son oiseau ? D'ailleurs, du coup, c'est quoi la nature profonde de ce truc ? Elle reste une vitre ou un oiseau au fond d'elle ? Est ce qu'elle se demande comment voler, ou comment faire pour ne pas se briser ? Ouais, la philosophie de comptoir, c'est cool. Sauf qu'il faut arrêter Arty vu qu'il est déjà grimpé sur une table. A ce rythme il va finir par passer par la fenêtre en essayant d'attraper son oiseau, et c'est pas un bon bail.

Tu pousses un soupir en sortant ta baguette. Et tu te concentres un instant, le temps de repérer la bestiole volante et de la viser en lançant dans le même temps un #Accio dessus. Et hop, voilà la boule de plume directement attirée par ta baguette. T'as vite fait de refermer en douceur tes doigts autour de l'hirondelle avant de te lever pour la rendre à Arty, en attendant tranquillement debout devant lui, oiseau dans la main, qu'il daigne descendre de son perchoir.

- Tiens, le v'là ton piaf. T'sais, ta baguette, t'peux t'en servir pour de vrai hein, c'pas juste pour transformer une vitre en oiseau... Pis descend d'là t'vas réussir à tomber et t'faire mal.

Ton totalement blasé. Et puis, tu te rends compte que tu ferais mieux de te mettre au boulot toi aussi si tu ne veux pas t'attirer les foudres de Lival. Sauf que t'as un léger problème.

- D'ailleurs, c'quoi qu'il faut faire exactement ? J'ai rien suivi là...
Revenir en haut Aller en bas
Artemis O'Toole
avatar
Préfet(e)/Poufsouffle
Préfet(e)/Poufsouffle
Année à Poudlard : Sixième année

Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Re: Cours N°8 - Métamorphose le monde

Message par : Artemis O'Toole, Dim 10 Sep 2017 - 20:44


LA de Zaza


Évidemment que ce quelqu’un se trouvait à sa droite et tirait la tronche. C’était comme inévitable. Il était toujours là de toute façon, un véritable ange sur son épaule pour réparer ses bêtises. Il entend le sortilège lancé par Azaël malgré ses jérémiades à lui et ses gigotements terrifiés. Et alors qu’il ne lâchait pas du regard son oiseau profitant de l’air de la classe, il le voit être attiré magiquement jusque dans les mains du Serpentard. Arty le suit des yeux, à la fois surpris et inquiet, en plus, il était persuadé d’avoir vu la peur traverser les yeux vitreux de Joséphine, son hirondelle. La pauvre, elle ne s’y attendait pas, à peine en l’air la voilà déjà emprisonnée dans des doigts humains. Et pas n’importe lesquels. C’est vrai que le Poufsouffle craignait que Zaza ne brise la nuque du volatil, parce qu’après tout, il n’était pas du genre à faire dans la dentelle, mais bon, ce n’était pas un monstre non plus. Il regarde alors son pote s’approcher de lui pour lui rendre son oiseau, son piaf comme il disait d’ailleurs. Aucun respect, elle s’appelait Joséphine, pas Piaf. Quoi que, c’était pas si mal comme nom en fait, Piaf. Ça sonnait comme quelque chose de connu dans son esprit soudainement. Il secoue ses mèches rebelles alors qu’il descend de sa table, complètement rassuré. En plus, le Vert & Argent lui avait demandé gentiment de descendre, alors c’est ce que fit Arty, il ne voulait pas afficher son pote comme celui qui prenait soin de lui. C’est alors que le Poufsouffle manque de tomber, trop de confiance en soi, hop, les bras se lèvent pour tenter de maintenir l’équilibre, non tout va bien, un petit « Wow » s’échappe de ses lèvres et d’un seul mouvement il saute sur sa chaise pour retomber sur le sol. Un vrai cascadeur le petit.
Il regarde alors Joséphine, prisonnière dans la main de son pote puis hausse les épaules.

- Pourquoi me servir de ma baguette quand t’es là, à côté pour te servir de la tienne ? Il offre à son ami son plus beau sourire taquin. Il savait très bien que Zaza ne serait pas là tout le temps pour le sortir d’un éventuel mauvais pas et il fallait qu’il apprenne à se débrouiller tout seul. Mais dans le feu de l’action et de la panique, il ne pensait pas à tout si ce n’est à faire n’importe quoi. En plus, j’espère que ton Accio n’a pas traumatisé Joséphine hein, j’suis sûr, son estomac doit être tout retourné, la pauvre, heureusement, elle y a été mollo sur le p’tit déj’ ce matin. Il rigole à sa blague, un peu. Car oui, souvenez-vous, il y a quelques minutes Joséphine était une vitre, elle n’a donc pas pris de petit-déjeuner. Quoi que, peut-être que le professeur de métamorphose faisait un élevage de vitres et les nourrissait quotidiennement de produit d’entretien, allez savoir. Peut-être même qu’avec le sortilège que venait de lancer Azaël, Joséphine allait régurgiter un peu de ces produits d’entretiens. Oui, vous avez raison, ça va trop loin là.

Arty tend la main pour récupérer son hirondelle, son pote lui rend, tranquillement alors qu’il glisse un petit « Merci ». C’est vrai que sans lui, Joséphine serait peut-être passée dans la ventilation et pouf, des plumes partout, avec d’autres choses évidemment, mais je ne vais pas me lancer dans une description d’un oiseau passé dans la ventilation du château. Il examine alors son oiseau, ça va, elle n’a pas l’air d’aller trop mal, surtout veiller à ne pas l’étouffer, sinon il ne pourrait pas faire la suite des exercices. Tiens, en parlant de la pratique, il regarde de nouveau Zaza, la chance, l’autre allait avoir un cours particulier d’Arty, c’est pas donné à tout le monde. Pour une fois qu’il savait des choses que son pote ne savait pas.

- Alors, ta vitre là, tu la transformes en oiseau avec un Avifors ou en lapin avec un Lapifors. Entre deux t’oublie pas de la remettre en vitre grâce à un Réparifagex. Regarde Odette va te montrer.

Il fait tourner la fameuse Odette dans ses doigts avant de la pointer sur son autre main, celle tenant Joséphine. Il n’est pas sûr de réussir mais il se dit que ça devait être plus simple que la première métamorphose. Il prend une inspiration courageuse et lance son #Réparifagex. Impressionnant. Lui-même n’y croyait pas, comme quoi, la métamorphose venait avec de l’entraînement. Joséphine reprit sa forme originelle et Arty se retrouvait maintenant à tenir une vitre avec une main. Une vitre lourde d’ailleurs qu’il manqua de faire tomber. Mais le drame fut évité, parce que malgré tout, il ne voulait pas aller pleurer dans les jupes du prof lui dire qu’il avait cassé sa vitre, la honte quoi. Bon alors, effectivement, au milieu de sa vitre, se trouvait toujours le bec de l’hirondelle mais il relança bien vite le sortilège et ce bec fut aspiré par la transparence de la glace.

- Easy Peasy Lemon Squeezy !
Revenir en haut Aller en bas
Harmony Lin
avatar
AdministrationHarryPotter2005
Administration
HarryPotter2005
Année à Poudlard : Cinquième année

Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Re: Cours N°8 - Métamorphose le monde

Message par : Harmony Lin, Dim 10 Sep 2017 - 21:06


Alors que je viens de poser ma question, je sens soudain une certaine tension émaner de la pièce. Oups. J'aurais du le sentir... Mais bon, ce qui est fait est fait. J'ai posé ma question. On va me répondre. Et peut être que sans moi, il y aurait eu un plus long silence ? Je ne sais pas. Mais en tout cas, ce qui es sûr c'est que quand j'entends d'abord Evan puis Elly me répondre, je note frénétiquement sur ma feuille tout ce qu'ils me disent. D'ailleurs, la réponse d'Elly est très intéressante puisqu'elle dit qu'elle a deux signes distinctifs dont un qu'il faut voir de près et que je n'ai donc sans doute pas pu voir. Je note dans un coin de ma tête de lui demander ce que c'est plus tard. Ensuite, d'autres continuent de poser des questions dont je note les réponses si elle m'intéressent quand l'élève qui a causé le froid auquel j'ai mis fin se lève et commence à partir.

Je le regarde, interloquée, quand un autre élève, que je connais cette fois-ci, se lève pour l'arrêter. Le professeur réagit, me faisant sursauter lorsqu'il crie le prénom de l'élève perturbateur. Puis l'Animagus fait un signe à Evan et sort après Azaël tandis que Artemis retourne à sa place. Ils reviennent quelques instants après et celui qui a été désigné comme Azaël s'excuse d'une manière pas tout à fait convaincante et retourne à sa place.

Les questions continuent ensuite et comme toujours, je note ce qui m'intéresse. Et à la dernière, une jeune fille pose une question sur l'utilité de tout ça. J'écoute attentivement la réponse et quand Elly dit qu'un renard ressemble à un chien, je hausse un sourcil. Je crois qu'elle et moi on ne croise pas les mêmes chiens ! A la limite, elle pourrait passer pour un fléreur, et encore ! Mais un chien ? Certainement pas ! Un renard, c'est beaucoup plus beau ! Plus élégant ! Enfin bref, je m'égare. Heureusement, le professeur recommence à parler, me sortant de mes pensées.

- Bien. Nous allons mettre l'animagie de côté pour nous concentrer maintenant sur des sortilèges de métamorphoses animales où vous allez pouvoir vous exercer librement ! Ce qui évitera je l'espère, le jet de boulettes de papier à travers la salle ou autres jeux enfantins qui pourraient passer par l'esprit de certains.

Je hausse un sourcil. Certains font ça ? Je soupire légèrement. Quels gamins... Ils feraient mieux d'écouter ce cours ! Moi en tout cas, j'ai hâte de m'essayer aux sortilèges !

- Nous allons donc voir quelques sortilèges permettant de métamorphoser un objet en animal ! Il en existe plusieurs et ne sont pas compliqués à réaliser. A savoir que pour toute métamorphose d'un objet en animal, le contresort est #Réparifagex !

Le premier sortilège s'inscrit au tableau et je m'empresse de le noter sur ma feuille, à côté de son explication.

- Pour le coup je vais vous demander de tester sur la vitre devant vous, le sortilège #Avifors qui est destiné à transformer un objet en oiseau. Ainsi que le #Lapifors, qui permet avec ce dernier de transformer un objet en lapin, légèrement plus complexe que le premier ! Évidemment, l'idée est de vous essayer aux deux sortilèges tout en redonnant la forme originale à votre vitre entre temps !

Je note tout ça et je pose ma plume. Il est temps de pratiquer !

Je sors ma baguette, la pose et murmure mon premier sort quelques fois pour m'entraîner. Une fois cela fait, je prend ma baguette et m'apprête à lancer mon sort quand je vois un oiseau se balader dans la classe et Artemis nous demander de l'attraper. A priori il l'a appelé Joséphine. J'étouffe un rire. Drôle de nom pour une vitre ! Mais je n'ai le temps de rien faire que Joséphine a déjà été rendu à son propriétaire. Je me reconcentre, vise la vitre et lance le sort.

- #Avifors

Pour mon plus grand bonheur, la vitre se transforme tout de suite en un petit oiseau, que je me dépêche d'attraper avant qu'il n'aille trop loin comme celui de mon camarade Poufsouffle. Je me prépare à le retransformer à l'aide du sort #Réparifagex mais quand j'essaye, rien ne se passe. Je fronce les sourcils. Peut être faut-il le déposer ? Après tout, je ne peux pas tenir la vitre aussi facilement que je peux tenir un oiseau ! Je le dépose alors délicatement et relance mon sort rapidement.

- #Réparifagex

Je souris doucement, heureuse de ma réussite et repose ma baguette pour réviser l'autre sort qui est supposé transformer ma vitre en lapin. Une fois que je suis sûre de moi, je la reprend et fixe cette vitre qui quelques minutes plus tôt était un oiseau. Je soupire. J'espère que ça va marcher. Je me suis déjà faite avoir par un trop plein de confiance en moi après une réussite et à me retrouver à ne rien réussir... Je souffle une nouvelle fois et me jette à l'eau.

- #Lapifors

Je regarde attentivement ma vitre. Il ne s'est rien passé. Elle n'a pas bougé d'un pouce. Je grimace. Fallait s'y attendre, je ne peux pas toujours avoir la chance de réussir mes sorts du premier coup ! Alors doucement, je respire et relance le sort. Je veux qu'il marche !

- #Lapifors

Ah ! Une amélioration. Sauf que ma pauvre vitre-lapin a l'air un peu ridicule avec ses oreilles, son museau et sa queue. Je rigole doucement, soupire tout de même légèrement de ne pas avoir réussi totalement le sort et retransforme ce semblant de lapin en une vrai vitre. Je pose ma baguette quelques secondes, le temps de souffler et de me concentrer à nouveau puis je la reprend, bien décidée à réussir mon sort.

- #Lapifors

Je souris grandement quand je vois un beau lapin roux se déplacer légèrement. Je le caresse quelques instants. J'aurais bien aimé le laisser sous cette forme ! C'est tout de même bien plus intéressant qu'une vitre. Mais bon, chaque bonne chose à une fin ! Alors doucement, je lance une dernière fois #Réparifagex et je regarde autour de moi pour voir comment les autres s'en sortent...
Revenir en haut Aller en bas
Azaël Peverell
avatar
Serpentard
Serpentard
Année à Poudlard : Septième année

Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Re: Cours N°8 - Métamorphose le monde

Message par : Azaël Peverell, Dim 10 Sep 2017 - 21:56


Arty obéit en descendant de la table. Si ça c'est pas de l'autorité naturelle. Bon, tu passes sur le fait qu'il a manqué de s'éclater la figure par terre parce qu'en fait, c'était évident. Il est maladroit ce jaune, c'même un exploit qu'il ait fini sur ses pieds au final. Lorsqu'il se met à parler de l'estomac de Joséphine, t'hésites à le rembarrer directement. Sauf qu'en vrai, sa blague t'as amusé. Malgré ton humeur massacrante du jour, un léger sourire se dessine sur tes lèvres. Il est décidément plutôt doué pour te changer les idées ce blaireau, faut que tu penses à le garder pas trop loin, ça peut être utile. Comme un pote quoi. Mais qui parle de filer un p'tit dej à une vitre. Donc un pote un peu perché quand même. A croire que c'est la condition sinequanone pour oser prétendre être ton ami.

Bref, tu lui refiles son piaf avec un léger sourire. Il a soulevé un point important quand même. T'aurais pas dû l'aider, ça l'aurait forcé à se servir de sa propre baguette, chose qui ne semble pas très habituelle chez lui. Faudrait pourtant qu'il s'y fasse, il est sorcier après tout, autant qu'il profite de tous les avantages que ça apporte. Et puis, se comporter sans cesse comme un moldu, c'est fatiguant à la fin. Enfin t'as jamais vraiment essayé en fait. Pas depuis ta première baguette magique. Mais c'est pas un truc fait pour toi. Dans tous les cas, t'attends les explications de ton pote. Il te donne les consignes, et même les sorts à utiliser. Tu te rassois à ta place pour les noter vite fait avant de regarder sa démonstration, curieux de voir comment il se débrouille avec sa fameuse Odette.

Enfin avant ça, faudrait parler des prénoms qu'il donne à tout et n'importe quoi. Parce qu'à chaque fois, c'est pas terrible. Déjà, appeler une vitre Joséphine, c'bof. Mais au moins la vitre il la reverra pas. Sauf s'il décide de la laisser sous forme de piaf et de l'adopter. Mais ce serait bizarre d'adopter une vitre. Surtout si elle s'appelle Joséphine. Mais sérieusement... Odette pour sa baguette ? Ok, ça rime. Mais là il a déconné. Comment est ce qu'il pourrait être pris au sérieux ? Imaginons il s'énerve. On sait pas trop pourquoi, mais ça lui prend comme ça, et le voilà en train de menacer quelqu'un. "Attend un peu pour voir, tu vas tâter Odette !" . Ouais, non, ça le fait pas. C'est même hyper glauque, je pense qu'on peut le dire. Enfin tout dépend de l'Odette visualisée. Mais dans ton esprit, c'est clairement dégueu.

Mais Arty s'en sort plutôt bien. Bon, une vitre avec un bec c'est original, on va pas se le cacher, mais au moins il a vite fait de relancer le sortilège pour récupérer l'objet de départ dans sa globalité. Tu hoches légèrement la tête, avec un sourire.

- Ok, j'crois que j'ai compris l'truc. Merci pour la démo, elle était vraiment indispensable !

Difficile de retenir une moquerie plus longtemps. Mais t'as bien tenu en vrai. Bref, il est temps de montrer ce que tu vaux. Baguette pointée sur la vitre sur ton bureau, tu décides enfin de commencer l'exercice à ton tour. #Avifors. Sauf que t'es pas hyper concentré. Et ça se voit. Parce que tu te retrouves juste face à une vitre avec des yeux, des ailes, et des pattes. Mais clairement, ça reste une vitre. La honte quoi. Tu refuses totalement de laisser ça comme ça. Cette fois-ci, tu te concentres, tu visualises un corbeau. Comme Seth. C'est l'oiseau que tu connais le mieux après tout. Et tu le lances à nouveau. #Avifors. Cette fois, c'est la bonne. Un corbeau d'un noir de jais sautille sur ta table. Tu esquisses un léger sourire, pas peu fier de toi, avant de le laisser grimper sur ton poignet pour lui donner quelques caresses. Mais la bestiole essaie de te pincer. Alors t'as vite fait de le refoutre sur le bureau pour lancer un #Reparifagex.

Mais dans la précipitation, encore une fois, la concentration, c'était pas ça. Enfin déjà, de base, c'est pas trop ton fort. Mais là, avec la colère qui gronde toujours en toi, les conneries d'Arty et l'autre imbécile de piaf qui décide de te donner des coups de bec, t'as une excuse. Mais t'as réglé ton problème principal. La tête du corbeau est devenue une vitre. Ouais, t'as un corps de corbeau devant toi avec une tête de vitre. La beauté de la magie, faut pas chercher. Au moins, il peut toujours essayer de te filer des coups de becs maintenant, il sera déçu. Tu le regardes marcher en zigzagant sur ta table, cherchant visiblement un côté qui lui conviendrait pour partir. Mais sans yeux, c'pas évident. Alors tu te marres légèrement. T'as un corbeau-vitre qui a l'air bourré, autant profiter du spectacle.
Revenir en haut Aller en bas
Ulysse Daiklan
avatar
Gryffondor
Gryffondor
Année à Poudlard : Septième année

Spécialité(s) : Permis de Transplanage


Re: Cours N°8 - Métamorphose le monde

Message par : Ulysse Daiklan, Lun 11 Sep 2017 - 1:25




Oulah ce regard.

Genre le regard qui te donne envie de t’enfouir sous terre et de ne plus jamais continuer. C’est pas juste pourquoi personne avait vu l’autre lancer un mot à la petite rouge, et moi tout le monde m’a grillé ? Pf. Bref du coup le prof répond à ma question et lance l’exercice.

Bon alors, il faut lancer le sort sur la vitre pour qu’elle se transforme en oiseau. Simple non ? Je crois, ça a l’air tellement simple quand je vois la petite Serdaigle (Harmony) le faire du premier coup et enchainer directement.
Du coup je devrais pas avoir de problèmes pas vrai ?

- #Avifors

Je regarde ma baguette avec un grand sourire qui s’affaisse au bout de quelques secondes. Je croise les bras et observe d’un air dubitatif ma plaque de verre entièrement recouverte de plume. Mh, je suis à peu près sûr que c’est pas ce qu’il devait se passer. Je fronce les sourcils et lance un #Réparifagex.

Ah ok, ce sort se fout de moi en fait. Je regarde ma vitre absorber les plumes avant de se réduire à la taille d’un oiseau de verre. Mais what ?!

- Joséphine ! Mon oiseau ! Que quelqu’un rattrape mon oiseau !

Je fronce tout à coup les sourcils avant de me retourner. Mais quoi ? C’est quoi ce cours au juste et… oh mon dieu y’a vraiment le préfet de Pouffsoufle debout sur la table. Bon alors je regarde avec stupéfaction la scène ou le Vert semple calmer son pote et lui donner son oiseau. Je regarde la rouge qui est derrière moi et regarde à nouveau dans leur direction. Ils ont l’air hyper complice quand même. Ils se calment tous les deux et tout. Je me retourne vers mon bureau et griffonne un truc sur un morceau de papier que je passe discrètement à ma collègue de maison (Olivia).

Mot:
 

Simple, efficace. Je regarde à nouveau dans leur direction et vois comment le préfet réussis le sort. Ah mais d’accord il me manquais totalement de visualiser la scène en fait. J’imaginais pas du tout le sort se réaliser comme ça, c’est surement là mon problème. Je me retourne pour me pencher à nouveau sur l'exercice.


- #Réparifagex

Je regarde devant moi la vitre redevenir normale. Bon c’est déjà un très bon point, à tout moment la vitre explosait. Donc passons au #Avifors.

Le sort lancé, je regarde la vitre se transformer en un minuscule oiseau que je capture avant qu’il ne s’envole. Juste question de pas avoir à crier JOSEPHINE au milieu de la classe. D’ailleurs Joséphine, du coup c’est comme ça qu’on appelle les animaux transformés ? Du coup ça implique que les vitres sont toutes des femelles. Mh, toujours bon à savoir. Eh mais du coup si je transforme mon bureau ce sera forcément un mâle ? Oh ce serait cool je l’appellerai.. Gérard tiens. Ca sonne bien Gérard. Ou peut-être qu’ils ont des noms déjà attribués ? Faudra que je demande à la fin du cours. Bon donc.

Je lance un regard autour de la classe question de voir qui avait réussis. Mh en tout cas une chose est sûr, je suis pas le premier.

Je regarde à nouveau mon animal et commence à lui faire des petites caresses sur la tête. Moh j’ai pas du tout envie de le remplacer par une vitre, il est beaucoup trop mignon. Je tourne la tête tout sourire et mon regard tombe sur Elhiya. Non. Elle et les oiseaux égal ma mort. C’est limite si je me précipite pas de retransformer à cette réalisation.

Bon. Le lapin maintenant.
Revenir en haut Aller en bas
En ligne
Elhiya Ellis
avatar
Modération RPGSerpentard
Modération RPG
Serpentard
Année à Poudlard : Septième année

Spécialité(s) : Permis de Transplanage


Re: Cours N°8 - Métamorphose le monde

Message par : Elhiya Ellis, Lun 11 Sep 2017 - 9:26


Melle Wildsmith avait fourni une explication suffisamment convaincante aux yeux de la blondinette pour que cette dernière finisse par acquiescer d'un signe de tête sans rien demander de plus. Elle avait écouté les autres réponses aux diverses questions avec attention et haussé un sourcil dubitatif aux consignes des exercices. Transformer une vitre en oiseau puis en lapin... A quoi bon? Si une vitre gênait autant jeter un sortilège de brise vitre au lieu de s’embêter à en faire un animal de compagnie. mais pourquoi pas après tout, il fallait bien une justification à ces morceaux de verre que M. Lival avait fait installer sur leur bureau...

Sans grande motivation, Elhiya récupéra sa baguette, scruta la paroi transparente, et s’exécuta une première fois:


-#Avifors

Rien.. rien de rien, le rectangle face à elle était resté tel quel, elle voyait toujours le dos de l'élève devant elle, lui arrachant un soupire exaspéré. Forcement, si elle mettait aussi peu de bonne volonté à vouloir faire apparaitre un stupide piaf, elle ne risquait pas d'y arriver... Prenant une longue inspiration, se concentrant sur l'image d'un volatil inutile la blonde racla sa gorge et retenta:

-#Avifors

Ah! C'était mieux, c'était un minuscule moineau au ventre rebondi qui s'était mis à sautiller sur son bureau, la scrutant avec un air idiot. En même temps, cette pauvre bestiole ne devait pas trop comprendre ce qu'elle faisait là, enfin à supposer qu'elle avait eu conscience d'avoir été une plaque de verre juste avant. Bon, c'était mignon comme tout, à la limite ce pouvait même être utile si le même type de formule existait pour faire des écureuils roux, mais sinon l’intérêt s’avérait limité. En plus, ca semblait encore perturber Arty qui en venait à donner un nom saugrenu à volatil.. Après Odette la baguette, Meril la trottinette de luxe.... Josephine le piaf.... Un sourire amusé avait pourtant fleuri sur les lèvres de la verte et argent en le résultat des œuvres d'Azael et son oiseau vitre. Pourtant, elle était persuadée qu'elle ne ferait pas beaucoup mieux que lui, du coup, avant de lui rendre forme, la blonde lui grattouillait le cou, se demandant s'il était possible de lui intimer d'aller voir Ulysse, devant. Non pas qu'il était agaçant avec ses petits mots qu'il glissait partout mais en simple clin d’œil à sa bévue avec le hibou de l'autre jour.

Pas sur que ca fonctionne, le moineau préférait pépier que virevolter, arrachant à la jeune sorcière un nouveau soupire.

*Franchement inutile ce sortilège..*

Elle s’effara donc à essayer de lui rendre sa forme initiale.


- #Réparifagex

Rien, encore une fois rien ne se passait, le moineau en venait à tirer sur le bout de sa baguette, la narguant  en pouillant joyeusement. Roulement d'yeux au ciel, inutile et pénible ce sort... Elle réitéra avec plus de conviction, fallait dire qu'elle ne voyait pas trop quoi faire d'un piaf un peu trop collant

- #Réparifagex

Pouf une vitre dans quelques plumes perdues avait reprit place. Bon, ça fonctionnait, next: un lapin. Utile si on crèvait de faim en pleine foret et qu'on voulait pas s’embêter à transplaner ou a chasser. Non... ca aussi c'était stupide, pourquoi vouloir faire apparaitre un lapinou? pour passer pour un magicien moldu? Franchement, elle ne comprenait pas, mais bon... Allons y pour penser rongeur tout doux et tout mignon...
Revenir en haut Aller en bas
Artemis O'Toole
avatar
Préfet(e)/Poufsouffle
Préfet(e)/Poufsouffle
Année à Poudlard : Sixième année

Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Re: Cours N°8 - Métamorphose le monde

Message par : Artemis O'Toole, Lun 11 Sep 2017 - 17:21


Bien sûr que la démonstration était indispensable, c’était obligé, tellement Arty était un magnifique démonstrateur et pédagogue. Gentiment, il avait tout expliqué et montré à son pote, alors qu’il aurait très pu lui sortir un petit « Débrouille toi, faquin ! ». Mais ce n’était pas du tout son genre, alors forcément. Arty s’était rassis et avait posé sa vitre le plus délicatement sur sa table, mais bien que ses jambes soient maintenant placées bien comme il faut, son torse reste tourné vers Azaël, juste pour l’observer. Voir comment il s’en sortait, lui avec les oiseaux, les vitres, tout le tralala. Le Poufsouffle ne fut pas déçu du spectacle, son pote s’en sortait vraiment plutôt pas mal. Il avait désormais un beau corbeau devant lui. Bon alors effectivement, son corbeau n’était pas le volatil le plus sympa de la terre puisqu’il prenait Zaza pour un ensemble de graines à déguster. Mais tout de même, le résultat était bien là. Mais lorsque le Serpentard voulut redonner la forme originelle à son corbeau, seulement sa tête se transforma en vitre. C’est alors qu’Arty explosa littéralement de rires. Il était là, le petit volatil, clopin-clopant sur la table avec des pattes et un corps d’oiseau mais plus de tête. Le pauvre, il devait être totalement perdu. Le Blaireau riait tellement qu’il aurait pu se cogner la tête contre sa table. Ne vous moquez pas, c’est déjà arrivé à sa narratrice.

- Oh non trop drôle ! Le tien on va l’appeler Dagobert ! Hahaha ! Dagobert !


Et bien oui, Dagobert, selon la légende était un roi absolument tête en l’air accumulant les absurdités. Arty se disait donc qu’un corbeau-vitre essayant de marcher le plus naturellement possible sans succès était suffisamment absurde pour s’appeler Dagobert. Le Poufsouffle essuya une larme au coin de son œil, il fallait qu’il essaie de se reprendre un peu, quand même. Toujours souriant il secoua la tête pour essayer de gagner en concentration. L’exercice n’était pas terminé, et Joséphine était toujours une vitre au lieu d’être une belle lapine. Or Arty en était persuadé, elle aurait tellement préféré être un rongeur qu’un objet transparent n’ayant aucune utilité. Il s’installa alors correctement sur sa chaise et pointa de nouveau Odette sur Joséphine la vitre. D’un coup de baguette sérieux il lança le second sort, #Lapifors. L’air concentré il regardait sa vitre se modifier légèrement. Un museau était apparu en son centre et les coins supérieurs s’étaient transformés en deux longues oreilles. Il vit même le museau renifler légèrement. C’était un de ses museaux qu'on avait envie d'embrasser passionnément, avec des centaines de bisous. Excepté que là, c’était un museau de vitre, donc c’était moins mignon. En plus, Arty commençait à paniquer un peu, c’est-à-dire que si Joséphine restait coincée entre deux états, entre la vitre et le lapin, elle allait être traumatisée à vie, ne connaissant plus les limites de sa conscience et suspendue entre deux dimensions. Joséphine aurait donc l’impression d’être accrochée à un anneau planétaire tournant à des une vitesse phénoménale. Avouez, c’est moyen quand même comme vie.

Il ne fallait donc pas se laisser décourager, au contraire, sauver Joséphine ! Il lança alors une nouvelle fois un #Lapifors ! Mais rien de plus ne se produisit si ce n’est qu’une des deux oreilles frétilla. Arty grogna alors, si ça continuait Joséphine allait souffrir d’une hémorragie cérébrale, ce n’était scientifiquement pas possible de rester autant de temps entre deux états si différents.
Il s’éclaircit alors la gorge pour tenter de ne pas céder à la terreur de voir sa Joséphine coincée à jamais dans une mauvaise métamorphose. Rester calme, respirer doucement. On y retourne. #Lapifors ! C’est la bouche serrée et de travers qu’Arty assista à la transformation de sa vitre en lapin. Il avait eu tellement peur que ça n’aboutisse pas. Mais non, maintenant devant lui se trouvait un lapin nain avec de longues oreilles brunes, une petite boule de poils regorgeant d’amour et d’adorablitude. Le Poufsouffle laissa alors s’échapper un cri de joie, tellement heureux, il lâcha Odette sur sa table et leva ses deux poings en l’air. « Youpi ! » Mais Joséphine la lapine venait de prendre peur devant l’effusion de bonheur de son magicien. Arty s’en rendit vite compte et la prit dans ses petites mains pour lui faire câlin. Il lui fit aussi des bisous esquimaux, la totale. Elle était tellement chou et toute douce. Certes elle tremblait un peu, mais le gamin se dit qu’elle s’habituerait bien vite à la présence de son nouveau maître. Puis, il regarda son professeur et lui lança, Joséphine toujours collée à sa joue :

- Monsieur ? J’peux garder Joséphine la lapine, dîtes ? Oui ? Regardez comment elle est choupinette ! On va pas la retransformer en vitre quand même, ce serait cruel. Regardez, mounoumounoumounou.

De sa main libre qui ne tenait pas l’animal contre son visage, il lui avait fait des papouilles entre les deux oreilles. Non, jamais il ne lui lancerait le sort qui lui rendrait sa forme originelle. Il ne pouvait pas se résoudre à blesser Joséphine, impossible.
Revenir en haut Aller en bas
Elly Wildsmith
avatar
Modération GPoufsouffle
Modération G
Poufsouffle
Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Animagus (Renard de Magellan)
Legilimens


Re: Cours N°8 - Métamorphose le monde

Message par : Elly Wildsmith, Lun 11 Sep 2017 - 23:15


LA d'Artemis, d'Ulysse et d'Elhiya

Un échange de regard rapidement effectué entre l’auror et le professeur. Un sourire discret orne ses lèvres à elle, le genre de sourire qu’il est le seul à recevoir. Puis, son regard passe sur chaque élève, s’attardant forcément sur ceux qui avaient déjà croisé son chemin. Voir ce dont ils étaient capables, ce qu’ils valaient réellement, dès lors que l’on faisait réellement de la magie, et non plus de simples discours, de simples mots échangés au hasard d’une rue. De l’expérience, de la pratique. Devenir un mage puissant passe forcément par l’apprentissage des sortilèges plus faibles, plus petits, plus inutiles.

Certain s’en sortait approximativement bien, prenons Artemis par exemple. Le petit Poufsouffle qui semblait perché sur un autre monde arrivait tant bien que mal à faire apparaitre son oiseau, puis à le regarder voler d’un air ahuris, comme ébahis par la capacité de voler du volatile. Etonnant, rafraichissant comme comportement. Du regard, l’auror suivi ensuite la démonstration qu’il réalisa auprès de son camarade Azaël. Drôle de duo que les deux jeunes hommes formés. Pour l’auror, l’un était l’opposé de l’autre, même si l’on pouvait trouver quelque similitude aux deux têtes brulées. Elle offrit un sourire tout en murmurant un « Bien Artemis » qui aurait dû être plus pensé que dit, mais qui avait finalement franchis ses lèvres vu le sourire que lui donnait le gamin.

Regard sur le premier rang où une Serdaigle (Harmony) semblait éprouver des difficultés avec sa vitre. Difficulté qu’elle s’obstina pourtant à contrecarrer, réessayant malgré les échecs successifs qu’elle essuyait. Elly hocha la tête, à son sens, la persévérance d’un sorcier démontrait de sa qualité. Elle souriait en regardant faire la jeune femme avant que son regard ne soit attiré par les anêrie du deuxième rang.

Le jeune homme (Ulysse) qui s’était fait remarqué plutôt par sa boulette de papier semblait en vouloir encore.  N’avait-il pas suffisamment de temps en dehors des cours pour s’occuper de parlementer avec sa camarade de classe. Voyant le papier posé sur le rebord de la table de la Gryffondor (Olivia), Elly se saisit de sa baguette et, ciblant le papier, énonça calmement « Accio ». Le papier eut tôt fait de venir rejoindre les mains de l’Auror, qui le glissa à son tour dans les mains d’Evan. Après tout, c’était lui le professeur. Elle n’était là qu’en qualité d’intervenante.

Tentant d'oublier cette histoire et avant que les foudres du professeur ne tombent, les yeux de l’auror rencontrèrent ceux, visiblement exaspérés, de la jeune Serpentard du King Cross Coffee (Elhiya). Visiblement, cette dernière semblait désabusée par l’utilisation des sortilèges. Elly se rapprocha d’elle, posant sa main sur son épaule, se penchant vers elle. Elle murmura quelque mots, seulement audibles par la jeune fille « Pour vouloir apprendre des choses plus intenses, des sortilèges plus poussés, il vous faut vous concentrer sur les petits sortilèges, même si vous les considérez inutiles, ils permettent de juger de vos capacités ... ». Nul doute que le message était compris puisque la jeune fille hocha la tête en guise d’acceptation … ou de compréhension en tout cas.

L’auror regagna ensuite sa place aux côtés du professeur tandis que le marmot de Poufsouffle (Artemis) avait repris la parole, demandant s’il pouvait garder … Joséphine la lapine … pour un peu, l’auror se serait esclaffée tant l’innocence du gamin était plaisante à voir. Il semblait vraiment attaché à sa lapine-vitre, qu’Elly se demandait même si Evan allait lui déchirer le cœur ou non.
Revenir en haut Aller en bas
En ligne
Evan
avatar
Personnel de Poudlard
Personnel de Poudlard
Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Fourchelang
Occlumens


Re: Cours N°8 - Métamorphose le monde

Message par : Evan, Lun 11 Sep 2017 - 23:41







Après quelques secondes que je m'étais accordé à contempler la femme de ma vie, je reportais mon attention sur mes élèves. Fini le temps des blabla pour eux, maintenant était arrivé celui des exercices. Et j'espérais bien que certains y mettraient suffisamment de cœur à l'ouvrage pour faire oublier leur comportement bancal.

Artemis, le jeune Poufsouffle, fut le premier à se lancer dans l'entreprise. Son premier essai fut un échec cuisant, très certainement dû à une concentration disparue dans l'espace temps. Peut-être était-il encore perdu au magnifique dessin qu'il avait fait plus tôt... Sa seconde tentative eut le mérite de faire apparaître une plume dans un coin de la vitre. Il y avait du progrès. En même temps, quand l'on part de rien il ne peut qu'y avoir des améliorations.

Enfin, son troisième essai améliora encore sa maitrise. Sa vitre se retrouvant entourée d'une nuée de plumes bleutées, décollant légèrement. L'enfant semblait complètement ébahi par sa propre réussite, comme s'il n'avait jamais vu de vitre ailée auparavant. Il lui fallut un dernier essai pour arriver à métamorphoser sa vitre en une hirondelle, ce qui fit pétiller les yeux de l'enfant comme s'il venait de découvrir qu'il restait encore un schokobon au fond du paquet...

S'en suivit une scène des plus coquasse. Le volatile, qui avait généreusement hérité du prénom de l'arrière arrière grand-mère de l'oncle de la tante du cousin du garçon, très réputé au dix-septième siècle chez les moldus, s'envola dans les hauteurs de la salle. D'abord montant sur sa chaise, puis sur sa table, le garçon semblait avoir oublié qu'il disposait d'une baguette magique, où avait simplement décidé de s'afficher devant toute la salle. Son choix de mot était particulièrement tendancieux en cette situation, ce qui m'arracha un sourire d'amusement.

Azaël, qui s'essaya à un sortilège de son niveau, récupéra l'oiseau d'Artemis et lui rendit fièrement en l'intimant de descendre de son piédestal. S'en suivit une discussion entre les deux que je n'écoutais que d'une oreille, me disant que les deux étaient fait pour s'entendre tant ils étaient tous les deux capable d'absences intellectuelles monumentales...

Passant cette parenthèse amusante, je reportais mon intéressement sur Harmony qui s'employa de son côté. La Bleue réussit du premier coup à transformer sa vitre en oiseau qu'elle récupéra dans ses mains. Si autant faire le premier sortilège s'était avéré un jeu d'enfant pour elle, quand elle essaya de rendre à la vitre sa forme initiale, cela fut plus compliqué. Il lui fallut deux essais et surtout redéposer la vitre sur sa table pour y arriver.

Après un tant qu'elle s'accorda, elle entreprit de s'essayer au second sortilège de transformation un peu plus complexe. Son premier essai fut un échec total. Cherchant davantage de concentration en elle, sa seconde tentative fit apparaître des oreilles, le museau et la queue du lapin. Après un temps où elle chercha à se retrouver après avoir déposé sa baguette, elle entreprit brillamment de terminer la métamorphose en usant une dernière fois du sortilège. Je vis la satisfaction sur son visage de sa réussite, et je la gratifiais d'un sourire avant qu'elle n'entame une dernière fois le processus inverse pour que la vitre retrouve sa forme originelle.

Azaël, qui avait suivi les directives de son acolyte jaune et de son ange gardien (Joséphine haha, ok je sors...), commença aussi de son côté les exercices. Si sa première tentative ne fut qu'une réussite partielle, sa seconde lui permit de voir un corbeau prendre forme face à lui. Son Reparifagex fut en revanche mal maitrisé, donnant à son pauvre oiseau une tête de vitre alors que le reste du coup restait animal, et il sembla s'amuser de cette triste situation.

Ulysse revint (et non Ulysseeeeeeeeeee Revieeeeeeeeeeeent hin hin, hum, je suis re dehors...) avec une nouvelle motivation. Comme beaucoup de ses camarades, sa première tentative ne fut pas concluante. Et il décida de remettre sa vitre à son état premier. Voyant alors un oiseau vitre se créer devant lui, ce qui m'arracha un regard surpris. C'est alors qu'il sembla prit d'un nouvel éclair de lucidité.

Je ne savais trop si c'était son essai à la pétanque plus tôt qui lui avait donné de nouvelles idées, mais je le vis entrain de rédiger un mot... Avait-il l'intention de faire une nouvelle boulette ? Je voyais alors Elly qui, elle aussi, avait capté le petit manège du garçon et à sa grande surprise, intercepta son mot alors qu'il voulait le transmettre à sa comparse derrière lui, et elle me le remit.  Je ne le regardais pas de suite et observais le Rouge reprenant ses exercices, il remit enfin sa vitre en état, avant d'exécuter lui aussi une transformation parfaite en oiseau.

Elhiya de son côté, alterna le bon et le moins bon. Son premier Avifor n'eut pas le moindre résultat, là où le second fit apparaître entièrement un moineau. Très certainement dû à une concentration volage de sa part. Et quand elle voulut faire la transformation dans l'autre sens, là encore elle eut une réussite en demie teinte, voyant d'abord un échec avant d'arriver à retrouver la vitre. Des compétences certaines, il lui manquait juste plus d'application. D'ailleurs, je vis Elly qui alla jusque elle pour lui souffler quelques mots que je n'entendis pas, et je me demandais si elles se connaissaient toutes les deux où si cela avait juste été dans le but de l'encouragée.

Artemis, que je n'avais plus trop entendu depuis quelques minutes, bénis soient les basilics (et non pas le basilic, sinon autant bénir le romarin aussi...), partit en quête du second sortilège. J'espérais d'avance que son lapin ne se ferait pas la malle à travers toute la salle, et que nous n'ayons pas à assister à une deuxième représentation gratifiante pour la maison Poufsouffle...

Comme pour le premier sortilège, il dû recourir à plusieurs essais pour parvenir à faire apparaître Joséphine le lapin devant lui. Le sorcier en herbe s'extasia de sa réussite et lança une attaque câlin sur le pauvre animal qui devait regretter de ne pouvoir se barrer de son emprise. Alors qu'Elly revînt à mes côtés, c'est là que vînt la question, qui m'arracha inévitablement un regard dubitatif de quelques secondes, observant la scène légèrement médusé, me demandant un instant si c'était une blague où s'il était au contraire très sérieux. Après quoi je répondis.

- Je ne sais pas si vous avez un doudou égaré et que vous souhaiter lui trouver un substitut... Mais clairement, non, vous ne pouvez pas garder Joséphine ou Clémentine en tant que lapin. Les exercices suivant se feront eux aussi avec cette vitre, alors je vous conseille de ne pas trop vous attacher à cette peluche magique...

La candeur du garçon était à vomir. Il rappelait ces vieux dessins animés moldus d'une autre époque, et semblait complètement insouciant à la vie, ou dans un parallèle où il était éternellement un gosse de sept ans en manque d'affection. Je lançais un léger sourire à Elly, en profitant pour déplier le mot d'Ulysse, qui m'arracha un nouvel instant de surprise. Je ne me gênais alors pas pour en faire profiter toute la classe.

- Autant poser la question directement, n'est-ce pas Ulysse ? Plutôt que de spéculer ? Alors... commençais-je en tendant le mot devant moi pour qu'Elly le voit également. Ulysse veut donc savoir, si Artemis et Azaël sont ensemble ?! En voilà une bien belle question qui à tout à fait sa place dans un cours de Métamorphose et qui, je n'en doute pas, vous aidera à réaliser vos exercices avec brio ! terminais-je avec un regard insistant sur le Gryffondor. Comme pour m'assurer qu'il comprenne pleinement le fond de ma pensée, j'ajoutais quelques mots. S'il vous reprend l'envie de vous essayer aux boulettes de papier, aux petits mots voir même aux origamis, (pourtant c'est z'oli mais là c'est Evan qui parle Razz) soyez certain que cela ne sera pas sans une perte de points pour votre maison !

Bien sûr, dans l'idée, je ne comptais pas mettre en application ma menace. C'était davantage de la prévention et de la dissuasion que je faisais. En d'autres cours, peut-être qu'il pouvait faire ce qu'il voulait quand il le voulait, mais là ce ne serait certainement pas le cas. Rapidement je fis un clin d'œil à ma belle comme pour être certain qu'elle comprenne ma démarche, avant de reporter mon attention sur mes élèves, en m'efforçant de garder un air bien plus sérieux devant eux.
Revenir en haut Aller en bas
Azaël Peverell
avatar
Serpentard
Serpentard
Année à Poudlard : Septième année

Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Re: Cours N°8 - Métamorphose le monde

Message par : Azaël Peverell, Mar 12 Sep 2017 - 0:30


Ton corbeau à tête de vitre fait marrer Arty aussi. Faut comprendre aussi, c'est vachement cool comme bestiole. Inutile, ça ressemble à rien, mais le voir se bouger comme ça sur la table, faudrait vraiment n'avoir aucun sens de l'humour pour ne pas trouver ça drôle. Bon, par contre, au niveau du nom que veut lui donner ton pote, tu cautionnes pas du tout. D'ailleurs, t'as jamais cautionné les noms qu'il donne. Parce qu'ils datent tous d'une époque révolue, lointaine, et oubliée. Et si c'est oublié, y'a une raison. Bref, tu continues à profiter du spectacle offert par ton oiseau pendant plusieurs minutes.

A côté de toi, ton voisin a même le temps de transformer sa vitre en lapin et de lui faire des papouilles avant que tu ne te décides à te remettre au boulot à ton tour. Un nouveau #Reparifagex, et tout redevient vitre. Suffit de se concentrer en fait. Sauf que c'est plutôt difficile avec Arty à côté qui demande maintenant s'il peut garder Joséphine la lapine. Mais Lival a pas l'air chaud. Dommage pour ton pote. D'un autre côté, il ne peut s'en prendre qu'à lui-même. S'accrocher à une vitre, faut le vouloir déjà. Bref, tu te remets au boulot. A ton tour de faire apparaître un lapin. Même si c'est plus un truc de magicien moldu d'après ce que tu sais. Baguette pointée sur la vitre, la formule s'échappe de tes lèvres. #Lapifors. Et tu te trouves bien devant un lapin. Mais un lapin transparent. Comme la vitre avant. Et il bouge pas des masses. Oups, raté.

Tu t'apprêtes à relancer le sort lorsque la voix de Lival s'élève à nouveau. Et autant dire que ce qu'il dit ne te plaît pas le moins du monde. Il n'y a vraiment qu'un gryffon pour se poser une question aussi stupide. T'as une tronche à être gay peut être ? C'est quoi ces vieilles insinuations ? Ces rumeurs qu'il essaie de faire circuler ? C'est à cause de gens comme lui que tu détestes le genre humain. Tu peux même pas être pote avec quelqu'un sans que des questions se posent. C'est n'importe quoi cette mentalité, à croire que les gens du château n'excèdent pas les huit ans d'âge mental.

Sans même t'en rendre compte, t'as commencé à pointer ta baguette sur Ulysse. Mais en voyant ton geste, t'as vite fait de reposer ta baguette sur la table. Le temps de reprendre tes esprits. Parce que si tu lui balances un sortilèges maintenant, Lival va vraiment t'en vouloir. Et t'as vraiment pas envie que ça arrive. Tu te l'es promis après tout. Plus de punitions venant de lui. C'est fini, t'as déjà trop donné. Et puis tous ces abrutis peuvent bien penser ce qu'ils veulent. Après tout, tu t'en tapes, ils ne sont pas importants.
Revenir en haut Aller en bas
Elhiya Ellis
avatar
Modération RPGSerpentard
Modération RPG
Serpentard
Année à Poudlard : Septième année

Spécialité(s) : Permis de Transplanage


Re: Cours N°8 - Métamorphose le monde

Message par : Elhiya Ellis, Mar 12 Sep 2017 - 8:20


Melle Wildsmith semblait veiller a ce que le cours avance correctement au même titre que leur enseignant. Et si le petit mot d'Ulysse n'était pas passé inappercu malgré les exclamations de voix du préfet de Poufsouffle, il était visiblement impossible que kz tête blonde désabusée d'Elhiya reste discrète également. De quelques mots bien pensés l'auror était venu lui rappeler quelques principes quant à l'entraînement a la magie qui lui arrache forcément un opinement de tête. La blonde avait raison, nul besoin de chercher un but a la métamorphose d'un rectangle de vette en oiseau, l'intérêt était d'y arriver.

Désormais le lapin. Donc, penser lapin, si possible pas le même qu'artemis pour ne pas faire comme lui et se mettre à le caliner. Mais lapin quand même. Esquissant une moue, Elhiya allait se lancer lorsque M.Lival prit la parole pour lire le message du Rouge et Or à haute voix, intimant que ce genre d échange écrit serait puni par la suite. Du contenu du message ou de la menace, la blonde n aurait su dire ce qui l'interloquait réellement. Techniquement rien, hormis la bêtise d'Ulysse qui semblait sans fin, mais ca, elle l avait déjà deviné.

Rapide coup d'oeil au couple Aza-Arty, le vert pas franchement ravi ne repliquait rien, c'etait surprenant.ah si... cette baguette levée direction le Rouge et Or qui atracha un haussement de surprise à la blondinette

*Hey. . Mauvaise idée en plein cours.. Mauvaise idée sur Ulysse aussi*

Comme quoi, même Azael était capable d'un.minimum de réflexion, sa baguette avait retrouvée sa place sur sa table. Elhiya detourna les yeux et soupira doucement. Autant revenir à cette fichu votre destinée à devenir un rongeur.

-#Lapifors


Rien, même pas une paire de moustache, rien de rien. En même elle s était demandée pour quoi ça la gênait que le vert derrière elle puisse jeter un sortilège a Ulysse devant, alors qu'elle ne se gênait pas pour le faire elle même. Ce genre de réflexion personnelle n était pas compatible avec un sortilège de métamorphose de tout évidence. Donc, visualiser un lapin était la seule chose à faire pour réussir a ne pas à agacer devant son incapacité actuelle a le faire apparaître.

-#Lapifors

Bon la, son esprit avait un peu divague sur le lapin des spectacles de magicien moldu et se retrouvait avec un lapereau tout blanc tout douveteux, et surtout tout petit, qui la scrutait en remuant le nez. Pas vraiment à quoi elle s attendait a l origine. Mais au moins c était bien un rongeur qui s attaquait lui aussi au bout de sa baguette.

*nan mais... faire un poisson rouge c était pas possible? Ca bouffe rien ce genre de chose*

Machinalement, Elhiya recupera sa mini boule de poil et lui gratouilla la tête en attendant  
Revenir en haut Aller en bas
Olivia Delaine
avatar
Gryffondor
Gryffondor
Année à Poudlard : Cinquième année

Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Re: Cours N°8 - Métamorphose le monde

Message par : Olivia Delaine, Mar 12 Sep 2017 - 16:46


Le cours continuait tranquillement, les deux adultes répondant aux différentes questions chacun leur tour, complétant la réponse de l’autre lorsque l’un des deux avait quelque chose à ajouter. Olivia continuait de prendre des notes au fur et à mesure. Le sujet l’intéressait vraiment, et certains élèves étaient pertinents dans leur demande. Avoir le ressenti et les impressions d’un vrai animagus était vraiment enrichissant.

Ulysse posa une dernière question, sur l’intégration d’un animagus à une vraie meute. La blonde fut étonnée d’entendre qu’aucun sorcier n’avait jamais fait ce choix. L’exil dans le monde animal semblait pourtant tentant, si on souhaitait vraiment quitter ce monde dans lequel nous vivons. Plus facile que s’il fallait partir seul dans une grotte quoi. Elle ferait des recherches là-dessus plus tard. Elle ajouta sur son parchemin une petite flèche avec les détails qu’elle souhaitait approfondir plus tard.

Le professeur conclut sur cette affirmation, mettant fin à cet aparté, et enchaina sur la partie pratique du cours d’aujourd’hui. Olivia tira un trait sur son parchemin, et écouta attentivement les directives. La vitre devant eux avait donc une utilité -en plus d’être encombrante : Ils allaient devoir la métamorphoser en différents animaux. Tout de suite, la blonde s’arrêta d’écrire pour regarder le tableau avec la bouche ouverte. C’était définitivement intéressant. Le sort Avifors rejoignit ses notes, avec « oiseau » précisé à côté, suivit de Lapifors et d’un « lapin » mal écrit. Pas le temps d’être soignée, elle voulait commencer la pratique au plus vite. Elle finit par gribouiller un Réparifagex et le mot « contre-sort » avant de pousser ses affaires, de s’installer correctement face à son bureau et de sortir sa baguette de la poche de sa robe de sorcier. L’enseignant avait précisé que le deuxième sort était le plus difficile, aussi elle allait commencer par le premier. Elle jeta un coup d’œil à la masse d’élève qui s’agitait autour d’elle pour voir que tout le monde avait choisi de suivre l’ordre dans l’exécution des sortilèges. C’était étonnant d’ailleurs, un cours de pratique était souvent lié par un débordement quelconque.

Débordement qui arriva plus vite que prévu lorsque Arty, le Poufsouffle qui avait rattrapé le Serpentard plus tôt, laissa s’envoler Joséphine … Joséphine ? Ce mec avait commencé depuis quelques minutes et il avait déjà eu le temps de donner un nom à l’animal ? L’oiseau ne sembla pas particulièrement heureux du nom, puisqu’il essayait clairement de fuir. On retrouva le jaune debout sur sa table. Son voisin dû avoir pitié, puisque qu’il rattrapa l’oiseau d’un #Accio bien placé.

Les deux commencèrent à discuter et Olivia tourna son attention vers d’autres élèves qui avaient déjà réussi le premier sortilège. Différents oiseaux prenaient forme, du corbeau au moineau, semblant plus vivant qu’ils ne l’avaient jamais été … Bon, normal, puisque ces oiseaux n’étaient que des vitres la minute d’avant.

Le garçon devant elle (Ulysse) avait aussi réussi son coup – mieux que lorsqu’il avait lancé son petit mot – et décida de remettre ça en envoyant un message à Olivia. La blonde resta figée deux secondes, ce demandant bien ce que ce mec avait à lui raconter, peut-être voulait-il qu’elle taise sa mésaventure de tout à l’heure ? Mais à peine avait elle prit le temps de se poser la question, que le mot disparu, et atterri dans la main de l’animagus, qui avait repéré le papier et avait lancé un #Accio pour s’en emparer. Mince, elle ne saurait jamais ce qu’il voulait lui dire !

Elle afficha une mine boudeuse, qui disparut instantanément lorsque le professeur décida de partager avec l’ensemble de la classe le message normalement secret. Pourvu que ce ne soit pas embarrassant … Et si, ça l’était. Enfin, pas pour Olivia directement, mais elle imaginait très bien les visages des deux concernés : Arty et Azaël ensemble ? C’est vrai qu’ils étaient proches. Mais … Qu’est-ce qu’elle en savait, elle ?

Elle se pencha en avant et souffla un « J’suis désolée ! », puis voulant dédramatiser la situation, elle compléta d’un « t’aime bien envoyer des mots toi non ? » avec un sourire amusée. Elle se réinstalla et décida qu’il était grand temps d’essayer les sorts à son tour.
Elle secoua la tête pour chasser les idées qui distrayaient son esprit, se concentra, et d’une voix distincte, lança un "#Avifors" sûre d’elle.

La vitre tremblota à peine.

- #Avifors !

Elle commença à réduire, changeant de forme quand … Elle reprit sa forme originale, comme si de rien n’était. Elle avait visiblement trouvé que se transformer était trop long, et avait abandonné. Mais Olivia ne l’entendait pas de cette oreille, et s’il fallait se battre contre cette vitre impertinente, elle le ferait !

- #Avifors ! … La vitre refit le même cinéma. Elle allait voir, celle-là !

- #AVIFORS !

Enfin, la transformation commença - vraiment. La vitre réduisit, les angles s’arrondirent, devenant une sorte de boule. Elle diminua encore, puis encore ... Semblant vouloir disparaitre, où se transformer en poussière. Puis d’un coup, elle prit une couleur jaune et … Un poussin apparut.

Euh … Ok. C’était mignon, mais ça en imposait pas, mais alors pas du tout ! Bon, au moins, vu comme l’oisillon peinait à se déplacer, elle n’allait pas avoir à lui courir après dans toute la salle. Elle avança quand même un doigt, et caressa la tête du poussin. À contre cœur – parce qu’il était vraiment mignon finalement, elle lança un Réparifagex et la vitre capricieuse reprit place.

Bien, le lapin maintenant …
Revenir en haut Aller en bas
Artemis O'Toole
avatar
Préfet(e)/Poufsouffle
Préfet(e)/Poufsouffle
Année à Poudlard : Sixième année

Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Re: Cours N°8 - Métamorphose le monde

Message par : Artemis O'Toole, Mar 12 Sep 2017 - 17:03


En plus, maintenant il avait terminé les premiers exercices, comme quoi il pouvait lui arriver des aventures improbables il se montrait toujours aussi sérieux. Il avait même été félicité par l’Auror, et on pouvait dire qu’il n’était pas peu fier. Je l’avais dit, en soi Arty n’est pas un mauvais sorcier, c’est juste qu’il est très souvent déconcentré par l’environnement ou par la peur, tout simplement. Il attendait donc calmement la réponse de son professeur en ce qui concernait l’adoption de Joséphine. Arty était sûr que c’était dans la poche, de toute façon, on ne pouvait rien lui refuser. C’est pourquoi lorsqu’il entendit les paroles de l’adulte il entrouvrit la bouche, légèrement. Il n’y croyait pas. Cet homme était un monstre, ni plus ni moins. Un individu sans pitié ni aucune autre émotion d’aucune sorte. Le Poufsouffle n’en revenait pas, on aurait dit qu’il venait de voir un dragon fantôme dans la pièce. Il avait refusé. Joséphine serait donc de nouveau transformée et on ne savait pas en quoi. Ah non non non. Jamais il ne pourrait accepter ça. Alors il reste là, le regard perdu devant lui, Joséphine toujours proche de son visage.

Pourtant quelque chose le réveille, il plisse les yeux et fronce les sourcils. Un air de « whaaat ? ». Il ne comprenait pas ce que sa relation avec Azaël venait faire là et on pouvait dire qu’il était parfaitement chamboulé. Il ne savait pas comment réagir, c’est-à-dire qu’il était content que ses camarades s’intéressent à sa vie privée, ça flattait un égo qu’il n’avait pas, et d’un autre côté il aurait bien voulu lui dire de se mêler de ses affaires. Mais en même temps, cette blague venait de lui, alors que Zaza n’était pas encore arrivé en classe, pourtant bizarrement, cette rumeur dans la bouche de quelqu’un d’autre, ça le chiffonnait. Ulysse n’avait pas demandé son accord. En plus, alors qu’Arty jette un œil sur le côté il sent son pote se raidir, brusquement. Il est loin d’apprécier qu’on lui prête une relation avec lui. Le Serpentard n’était pas un comédien, avec quelqu’un d’autre il aurait pu jouer le jeu, à faire semblant, juste pour rire comme ça. Mais là clairement, ce n’était pas possible, Aza allait exploser. D’ailleurs il avait même été prêt à lancer un sort au Gryffondor. Le Blaireau pose donc Joséphine devant lui, la tenant d’une main afin qu’elle ne bondisse pas hors de la table et se casse une patte, ce serait malencontreux. Il s’éclairçit la gorge et prend l’air le plus sérieux du monde.

- Non on est pas ensemble ! Quoi que, j’suis flatté qu’Ulysse puisse penser que je mérite quelqu’un comme Aza. Mais non, en vrai j’ai déjà quelqu’un. Sois pas jaloux va Ulysse !

Sur cette dernière phrase, le ton sérieux s’était envolé et l’espièglerie avait retrouvé toute sa place dans les paroles d’Arty. Essayer de détendre l'atmosphère avant que les vaisseaux sanguins de son pote à côté ne flanchent. Non, il n’avait aucun problème en fait, à parler comme ça de sa vie privée. Et puis bon, en même temps, c’était le prof qui avait posé la question, c’est qu’il voulait forcément savoir lui aussi, sinon il se serait contenté de jeter le papier à poubelle. Or non, c’était en fait un stratagème de la part du professeur, faire semblant de réprimander Ulysse et ses mots afin d’avoir une réponse à la rumeur colportée. C’était bien joué, il faut l’avouer. C’est-à-dire que peut-être qu’Evan n’était pas un homme sans sentiments, il devait avoir cette petite étincelle romantique pour prêter attention aux histoires d’amour de ses élèves.

Bon, le truc c’est que maintenant qu’Arty avait remarquablement réussi les exercices, il allait s’ennuyer. Et croyez-moi sur parole, vous ne voulez pas d’un Arty qui s’ennuie. Parce qu’alors là, je ne pourrais plus le retenir, déjà qu’en temps normal ce n’est pas facile. Il reprend donc sa lapine et la met devant ses yeux, il en profite pour tourner la tête vers son pote. Oui, en fait il se cachait le visage avec Joséphine afin que le prof ne le voit pas. Il essaie alors de chuchoter le plus possible afin de ne pas être entendu.

- C’est un homme sans cœur. T’imagines toi, ne pas vouloir garder une lapinou si mignonne ? Oui, il était revenu sur cette fameuse question. En plus, Arty n’avait pas l’habitude qu’on lui dise non, vraiment, c’était un enfant pourri gâté alors forcément, lui refuser quelque chose, pour lui, c’était phénoménal. Et il n’aimait pas ça. T’façon, j’m’en fiche, j’la garde. Quelle tête de mule quand même. Mais il se disait qu’il trouverait bien un stratagème à la fin du cours pour mettre Joséphine dans son sac et partir en courant comme jamais.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé

Re: Cours N°8 - Métamorphose le monde

Message par : Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas
Page 6 sur 10

 Cours N°8 - Métamorphose le monde

Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8, 9, 10  Suivant

Permission de ce forum:Vous pouvez 
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Harry Potter 2005 :: ~¤~ Académie de Poudlard ~¤~ :: Cours :: Métamorphose-

L'univers d'Harry Potter est la propriété de la Warner Bros ainsi que de J.K Rowling.
Tous droits réservés sur ce site ©Copyright HarryPotter2005. Affichage optimisé sous Firefox.