AccueilPortailFAQPublications internesRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Harry Potter 2005 :: ~¤~ Pré-au-Lard ~¤~ :: Rues de Pré-au-Lard
Page 3 sur 3
Péripéties à Pré-Au-Lard
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3
Mered Adand
Modération GSerdaigle
Modération G
Serdaigle

Re: Péripéties à Pré-Au-Lard

Message par : Mered Adand, Dim 13 Mai 2018 - 14:39


La pauvre commerçante avait fait une erreur en me lançant sur la littérature moldue. Je pouvais en parler des heures sans m’en lasser récitant des extraits, des résumés voire des contes entiers, limites au mot près. Rares étaient les sorciers connaissant des ouvrages moldus, la plupart ne semblaient pas s’intéresser aux livres tout court, peu importe leur origine. Ça faisait un point commun entre les individus des deux mondes, seuls les meilleurs lisaient. Et à en voir le boulot de cette femme, elle avait tout pour appartenir à cette élite.

A l’entendre, la brune était cultivée. Elle évoqua plusieurs bouquins et auteurs, des incontournables de la culture moldue au même titre que Les Contes de Beedle le Barde pour les sorciers. Son petit rire me perturba un instant, osait-elle se moquer de ces merveilles ? Non, seulement de l’imaginaire des écrivains. Me replonger en enfance me fit du bien, je me joignis à ses débuts d’éclats mais les miens furent plus bruyants. J’avais le droit, un peu d’autodérision sur mes racines ne faisait pas de mal.

« Je vous le fais pas dire ! Je me demande où ils vous chercher tout ça par moment, à ce rythme-là ils vont pondre des romans sur Poudlard sans le savoir. »

Je pris l’ouvrage des mains de la vendeuse, l’exemplaire était ancien et anglais, rien à voir avec la couverture française de mes souvenirs. Je le feuilletai, à l’intérieur c’était les mêmes images, je l’aurai bien acheté mais il trônait déjà dans ma bibliothèque personnelle. En fait j’avais parlé de contes dans l’excitation, pour donner des billes à la libraire pour attirer le client. Même chez les non-lecteurs, raconter une histoire à sa progéniture avant de s’endormir était une tradition.

« Oui je les connais bien, je crois les avoir tous, ma mère me les a offert quand j’étais petite. J’adore Cendrillon ! Raiponce moins même si ça reste une jolie intrigue. » J’observais la demoiselle tentant de redonner un coup de neuf aux œuvres, j’étais un poil triste face à ce spectacle. « Peu partage mon avis on dirait, je trouve dommage de voir ces chef d’œuvres prendre la poussière ici. Vous n’avez jamais envisagé d’en exposer quelques un dans votre vitrine ? » Puis ma curiosité me poussa à poser une question plus intime, cette femme était un spécimen unique m’intriguant, dans le bon sens du terme. « Désolée d’être indiscrète mais je me demande pourquoi une sorcière apprécie autant ces écrits ? Si vous êtes tant fan, vous devriez venir à la bibliothèque de Londres, on a rayon spécial avec des tas d’ouvrages moldus. Il n’est pas encore très grand mais j’m’occupe de le développer. »

Finir par une invitation. Elle me plaisait à respecter et admirer autant mon monde originel. Peut-être qu'elle cachait des défauts cependant j'avais envie de creuser un peu pour la découvrir.

Revenir en haut Aller en bas
En ligne
Lynn Taylor
avatar
Gryffondor
Gryffondor
Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Re: Péripéties à Pré-Au-Lard

Message par : Lynn Taylor, Ven 18 Mai 2018 - 12:31


Lynn sourit en étendant sa cliente rire franchement lorsqu’elle évoqua l’imaginaire des écrivains moldus. C’était si rare d’être sur la même longueur d’onde d’un autre sorcier, en particulier dans un village comme Pré-au-Lard. Et puis, c’était toujours agréable de discuter si joyeusement avec des clients : c’était bon pour son moral et également pour les recettes commerciales de la librairie. Enfin, peut-être pas tant que ça, étant donné que la jeune femme avait déjà lu tous les contes qu’elle lui avait soumis. Zut !

- Ah, j’étais moins fan de Cendrillon. Les princesses en détresse, ce n’est pas trop mon truc.

Du moins, ce n’était plus trop son truc. Nul doute que si elle avait découvert le conte à un âge plus jeune, elle aurait adoré. Mais c’était avec son ressenti de jeune adulte qu’elle avait lu l’histoire magique de la citrouille et de la pantoufle de verre et elle s’était surprise à soupirer plus d’une fois tant les clichés de certaines scènes l’avaient ennuyée.

- J’ai déjà essayé de suggérer cette idée à ma patronne, mais elle pense que la librairie perdrait en popularité. Je ne peux pas lui donner tort à ce sujet. Les dernières nouveautés sorcières sont bien plus alléchantes en vitrine. Je suis d’accord avec vous, mais on ne peut pas nier le peu d’engouement qu’il y a pour cette littérature.

Lynn se mit à dépoussiérer quelques ouvrages à son tour, puis les rangea à leur place d’un coup de baguette magique. Elle fixa quelques instants l’étagère et réfléchit à la manière dont elle pourrait rendre les lieux plus attractifs. Placer des ouvrages moldus en vitrine n’était pas possible, mais en descendre quelques uns au rez-de-chaussée pourrait attiser la curiosité de certains… Sait-on jamais.

- Oh, j’aime ces écrits parce qu’ils sont… exotiques. C’est une autre culture, c’est intéressant de la découvrir. On partage ce monde avec les moldus, et on ne sait rien d’eux. C’est un peu triste.

Devant l’invitation de la jeune cliente, Lynn sautilla presque de joie. Et qu’avait-elle dit ? Qu’elle s’occupait des rayons moldus de la bibliothèque de Londres ? Mais c’était une collègue qu’elle avait en face des yeux, pas uniquement une passionnée !

- Mais j’y suis déjà allée ! C’est drôle qu’on ne se soit jamais vues avant… Mais quand je suis plongée dans un livre, je repère rarement ce qu’il se passe autour de moi.

Cette fois, elle ne tenta pas de masquer son rire franc, désormais consciente qu’elle pouvait laisser tomber quelque peu les barrières « employé/client » qu’elle était obligée de dresser à chacune de ses rencontres dans le magasin.

- Je repasserai avec plaisir, et vous pourrez me conseille à votre tour. Par contre… Je me demandais… Vous avez dit que votre mère vous avait offert ces livres quand vous étiez petite. Est-ce que… Votre mère était moldue ?

Sur le moment, Lynn n’avait pas du tout pensé à cette possibilité, mais plus elle y réfléchissait, plus cela tombait sous le sens. Elle se maudit intérieurement pour ne pas l’avoir envisagé plus tôt : elle avait toujours cette fâcheuse tendance à considérer que tout le monde avait vécu de la même manière qu’elle.
Revenir en haut Aller en bas
Mered Adand
avatar
Modération GSerdaigle
Modération G
Serdaigle
Spécialité(s) : Permis de Transplanage


Re: Péripéties à Pré-Au-Lard

Message par : Mered Adand, Mar 22 Mai 2018 - 17:51


Raiponce, Cendrillon, ça revenait au même, toujours une histoire de demoiselle en détresse et puis un homme débarquait dans leur vie pour tout arranger comme par enchantement. Avec du recul, ces contes étaient extrêmement réducteurs pour les femmes, les montrant faibles et inaptes à se débrouiller seule. Sur le papier, c’était joli en tant qu’enfant mais en tant qu’adulte, je comprenais les réticences de la libraire à aimer ce genre de scénario, nous, Mesdames, valions mieux que ça ! Elle commençait à me plaire, dans le bon sens du terme. Je pouvais pas en dire autant de sa patronne, le maigre portrait énoncé ne jouait pas en sa faveur. Encore une personne qui n’avait rien compris… Profond soupir, restez calme, ce n’était pas la faute de cette commerçante. Sourire même, prendre la défense de mon monde, de façon un peu virulente, par amour pour lui.

« C’est stupide de ne pas vouloir essayer. Il existe de nombreux sorciers né-moldus ou sang-mêlés connaissant ce genre d’ouvrage, ils pourraient en parler aux autres et montrer que la culture des moldues et loin d’être nulle ! Puis ya bien des sang-purs curieux, non ? Au contraire, cette librairie se démarquerait de ses concurrents et puis si personne ne donne sa chance aux livres moldus, trop de monde rate ces merveilleuses histoires. Vous voulez que j’en parle à la propriétaire des lieux ? »

La fille d’avocate était de sortie, remplie d’arguments prêts à démonter ceux de la partie adversaire. Je préférais de loin un roman moldu qu’un bouquin d’un écrivain sorcier racontant les aventures rocambolesques d’un couple improbable formé d’un Auror et d’un Mangemort, par exemple. Niveau imagination, ils étaient pas très doués, sans doute trop englués par la magie pour inventer des choses improbables. Etaient-ils seulement capables de rêver ? C’était primordial pour faire rêver. En tous cas, la vendeuse semblait être de mon avis, elle montrait un respect pour les moldus attrayant. J’acquiesçais de la tête ses propos, et si j’avais déniché la perle rare ?

« La bibliothèque est grande. Je suis souvent dans l’ombre en train de faire du rangement pour permettre aux gens de trouver ce qu’ils veulent facilement. Puis je suis pareil, hors du travail, j’ai toujours un livre entre les mains. Vous verriez chez-moi, vous pourriez croire à une invasion ! » Je riais de bon cœur, à la fois de ma bêtise mais aussi de par le rire communicatif de mon interlocutrice. « Lors de votre passage, demandez Mered à l’accueil si vous ne me voyez pas. On a pas de contes, on possède surtout des livres sur leur Histoire, leurs guerre, leurs coutumes, la conquête spatiale ! Ça c’est vraiment fou ! J’aimerai trop aller dans l’espace un jour. »

Je m’égarais, j’étais déjà dans les rayons en train de montrer des morceaux de mes origines, de mon enfance, avec mes parents, avec Anna. Mère qu’elle évoqua, sujet plus que sensible néanmoins sa question était légitime puis je me sentais plutôt bien avec cette brune.

« Ma mère est moldue, tout comme mon père et tout comme je l’étais jusqu’à la réception de ma lettre d’admission à Poudlard. Comme vous l’avez si bien dit, on ne sait rien d’eux. Et côtoyant les deux mondes, je vous assure que vous rater des choses. »

Je restai vague avant de me lancer dans un discours durant des heures. Si elle désirait des détails, je les en donnerai. Peut-être pas ici, l’endroit n’était pas adapté, Londres et ses étagères l’était davantage.
 
Revenir en haut Aller en bas
En ligne
Lynn Taylor
avatar
Gryffondor
Gryffondor
Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Re: Péripéties à Pré-Au-Lard

Message par : Lynn Taylor, Dim 27 Mai 2018 - 15:41


- Non, ça ira, je pourrais lui en parler moi-même une nouvelle fois, assura Lynn, quelque peu gênée par la demande de sa cliente.

Sa patronne n’était pas particulièrement têtue, mais elle orientait son entreprise vers le chiffre et le résultat. Personne ne pouvait lui en vouloir au vu de la société actuelle. Néanmoins, la jeune sorcière préférait ne pas attirer trop son attention de cette manière : elle n’était pas certaine que la directrice de l’établissement voit d’un très bon œil les demandes moldues d’une nouvelle cliente dont l’apprentie libraire était censée s’être occupée.

- Et j’ai toujours pensé que les sangs-mêlés avaient toujours été orientés du côté magique. C’est un peu normal, je suppose : lorsque vous savez que votre enfant va intégrer le monde de la sorcellerie, il est important de le bercer dans cette ambiance le plus tôt possible. À côté… Le monde moldu semble bien fade… Non pas que ce soit ce que je pense, hein ! ajouta-t-elle en agitant ses mains devant elle, gênée.

Elle marqua une petite pause et se détendit lorsqu’elle entendit le rire de la dénommée Mered. Elle avait déjà hâte de se rendre dans la bibliothèque de Londres et de se perdre dans les allées étroites des lieux, entourées de livres en tous genres.

- J’aimerais beaucoup en apprendre plus sur l’Histoire des moldus. C’est un sujet qui commence à me fasciner. C’est si difficile à croire que les moldus parviennent à s’en sortir sans la magie... Au fait, moi c’est Lynn, fit-elle en rendant son sourire à Mered.

Autant terminer les présentations ! Lynn avait du mal à croire qu’elle avait enfin rencontré quelqu’un qui partageait la même passion qu’elle et surtout, qui était né-moldu. Bon, c’était logique d’un côté… Mais comme elle l’avait dit, elle avait toujours pensé que le monde magique était placé devant le monde des non-mages parmi les familles qui comptaient des sorciers. Jusqu’à présent, la vie lui avait donné raison : jamais encore elle n’avait déniché de clients qui lui avaient demandé des explications sur la littérature moldue.

- C’est vrai que je n’ai jamais vraiment côtoyé de sorciers comme vous, fit-elle en soupirant.

Malgré le rapprochement évident entre les deux jeunes femmes, Lynn préférait garder ses politesses commerciales, en particulier sur son lieu de travail.

- Alors, comment c’était de découvrir le monde magique ? Ca a dû être un choc, je suppose ?

La jeune femme avait des tonnes de questions à poser, mais s’arrêta là en se mordant la lèvre. Elle s’était laissée emporter et n’avait pas vraiment réfléchi aux conséquences. Et si elle était allée trop loin ? Mered et elle ne se connaissait pas encore et elle pouvait paraître impoliment curieuse aux yeux de sa cliente.
Revenir en haut Aller en bas
Mered Adand
avatar
Modération GSerdaigle
Modération G
Serdaigle
Spécialité(s) : Permis de Transplanage


Re: Péripéties à Pré-Au-Lard

Message par : Mered Adand, Jeu 31 Mai 2018 - 23:02


LA de Lynn

Une nouvelle fois ? Ça voulait dire qu’elle avait déjà essayé, bon point pour la libraire. Sûr qu’une cliente était mal placée pour le faire même si j’aurai pu amener une idée de partenariat potentiel avec la bibliothèque, proposer certains ouvrages en prêt et faire la publicité de la boutique, à creuser plus tard. Ou à oublier, la commerçante venait de critiquer le monde moldu sans fondement. Fade ? Attention de ne pas s’engager sur ce terrain-là au risque de goûter à mon sel. C’était à cause de ce genre de répliques que j’avais en partie mal vécue ma scolarité.

« C’est faux ! C’est différent. J’vois pas pourquoi les sorciers adorent tant comparer les deux, en se disant que le leur est meilleur. Vous êtes naïve si vous croyez que ceci est fait pour intégrer  les enfants, il a y un mépris des moldus et croyez-moi qu’être née-moldue c’est partir avec un handicap à Poudlard. Enfin, ça m’a donné envie de me battre pour prouver ma valeur et j’pense avoir bien réussi. »

Mon sourire voulait tout dire, oui j’étais fière de moi, de mes origines, d’où j’en étais. J’en avais bavé et dû en faire plus que les autres pour gagner leur respect. Au final, né-moldue, sang-mêlé, sang-pur, ce n’était qu’une histoire insignifiante, on était tous sorciers avant tout. La vendeuse avait montré une certaine maladresse, une de celle qui aurait pu me mettre en colère et vous savez comment je suis énervée. Pourtant, une partie de moi ne voulait pas ruiner cet échange, Lynn méritait une deuxième chance.

« Je vous révèlerai leur histoire et vous comprendrez probablement pourquoi je me demande comment les sorciers peuvent vivre uniquement grâce à la magie. » Pouffement de rire, je m’imaginais la tête de la brune à la découverte de l’électricité, ça promettait d’être drôle !

Ma main se posa sur son épaule, je compris qu’elle était embarrassée. Je pouvais pas lui en vouloir d’avoir des idées préconçues, surtout pas après avoir remarqué son désir de connaitre la vérité. Je la guiderai dans son ouverture au monde, elle en avait déjà franchi la porte, il me restait à l’emmener sur les bons chemins. Je lui souriais franchement avec un de mes sourires que seules Aoi ou encore Azénor avait la chance de croiser sur mon visage.

« Peut-être car beaucoup ont rangé leurs origines au vestiaire ou que les autres se fichent royalement des moldus. Moi, je suis pas comme ça et vous semblez pas l’être non plus. » Je saisis un ouvrage, Jack et le haricot magique. « Je vais devoir y aller Lynn, je suis déjà restée plus longtemps que prévu. Je vous prends ce livre. Sachez que découvrir la magie a fait s’écrouler mon petit monde, j’ai pas voulu y croire et j’ai même détesté recevoir ma lettre d’admission. »

Je ne détaillai pas davantage ce sujet, par manque de temps et d’affinité, à elle de se montrer patiente. Nous redescendîmes de l’étage et nous dirigeâmes vers le comptoir. Sa patronne était là, juste à côté, j’en profitai pour faire l’éloge de la libraire en payant mon article, je lui devais bien ça.

« Merci pour vos précieux conseils, ce fut un plaisir de rencontrer une professionnelle telle que vous, je reviendrai. »

Et je m’enfuis de la boutique, un bouquin entre mes doigts, un de plus qui allait trainer à l’appartement. Enfin, j'étais ravie de ma trouvaille du jour, cette échoppe, Lynn. Ma proposition n’était pas vaine, j’espérais qu’elle passerait sur Londres. Bavarder de la sorte m’avait donné soif, cette fois-ci j’avais une raison d’aller embêter mon Livre à la Tête de Sanglier. Je pris la direction de l’auberge.

Fin de rp pour moi, je te laisse conclure de ton côté. Merci et à bientôt Lynn ♥
Revenir en haut Aller en bas
En ligne
Lynn Taylor
avatar
Gryffondor
Gryffondor
Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Re: Péripéties à Pré-Au-Lard

Message par : Lynn Taylor, Mer 13 Juin 2018 - 18:33


Lynn se sentit gênée face à la réaction de Mered et ne préféra rien ajouter. Elle pensait pourtant avoir bien précisé qu’elle n’était pas du même avis que la majorité, mais peut-être n’avait-elle pas été assez claire. Et puis, une partie d’elle-même était toujours persuadée que le monde magique était un peu plus intéressant que le monde moldu. On ne pouvait rivaliser avec la magie, c’était un fait indéniable.

Néanmoins, elle était intriguée de découvrir l’histoire d’une née-moldue : sa cliente semblait passionnée par l’univers qui l’avait vue grandir. Lorsque sa main se déposa sur son épaule, Lynn lui rendit son sourire et fut soulagée de voir qu’elle ne l’avait pas vexée. C’est qu’elle avait cru que Mered allait s’emporter !

- Détester recevoir votre lettre ? Hé bien, c’est peu courant. J’aimerais beaucoup vous écouter, ajouta l’apprentie libraire en menant sa cliente vers le rez-de-chaussée.

Les joues rosies, elle entendit sa cliente la complimenter face à sa patronne qui tenait la caisse. Lorsque cette dernière lui lança un regard fier et impressionné, Lynn ne put que hausser les épaules et secouer la tête, comme si elle n’y était pour rien. Ce qui était vrai, en outre : elle avait simplement eu de la chance de tomber sur une passionnée du monde moldu !

L’apprentie libraire remercia une dernière fois Mered avant de lui adresser un bref signe de la main. Lorsque la porte se referma, Lynn se sentait légère, heureuse d’avoir rencontré cette cliente particulière.

- Une fan de moldus ? fit la directrice de l’établissement, curieuse.

- Oui, une née-moldue. Vous savez, ces sorciers sont plus nombreux que nous le pensons. Beaucoup préfère ne pas le crier sur tous les toits, mais… Un ou deux best-sellers écrits par des non-mages en vitrine pourraient attirer cette clientèle…

Elle laissa sa phrase en suspens, consciente qu’elle avait déjà fait cette proposition lorsqu’elle avait débuté à la librairie.

- Oh ! Très bien, très bien. Ce sera ta récompense pour avoir vendu un de ces bouquins qui prennent la poussière. Mais pas plus de deux. Et pas au centre de la vitrine.

C’était plus que ce que Lynn espérait.


[Fin du rp]
Revenir en haut Aller en bas
Mangemort 22
avatar
Mangemort
Mangemort
Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Re: Péripéties à Pré-Au-Lard

Message par : Mangemort 22, Mer 13 Juin 2018 - 22:22


Elhiya Ellis

Une légère pluie était présente. Des petits crachats qui tombaient ici et là. Au loin, il y avait un orage. On pouvait voir les éclairs illuminer le ciel par moment. 22 ne savait pas si l'orage allait passer au-dessus de leur tête ou non. Il espérait que non, même si la pluie ne le dérangeait pas plus que ça. Par contre, s'il se mettait à pleuvoir des cordes, là, ça risquait d'être hautement plus embêtant. Il pensa rapidement à cette possibilité avant de se dire que finalement, cela serait une bonne chose, un bon test. Le lieu qu'il avait choisi n'était pas très loin de la Cabane Hurlante. Il fallait être discret, quoi de mieux qu'un lieu reculé et isolé ? Il ne fallait pas attirer l'attention des gens normaux, et de ceux qui sont contre nous. Les arbres en amont coupaient la vue des indiscrets.

Il attendait au lieu de rendez-vous, appuyé contre un mur et les bras croisés. Quand Elhiya arrivera, elle sera face à une personne de 1m85, la carrure du Mangemort est carrée et bien musclée ni trop ni moins, juste ce qu'il faut, là où il faut. 22 n'a pas sa capuche, il a seulement son masque. Ce qui laisse deviner ses cheveux noir de jais. Les yeux du Mangemort sont bleus lapis-lazuli. Le Mangemort se tient de façon à montrer qu'il est supérieur, qu'il domine la situation. Une paire de gant vient habiller ses mains, pour cacher des particularités physiques à cet endroit.

La pluie tombe légèrement, ce qui mouille ses cheveux et le décoiffe légèrement. Le Mangemort attend, patiemment, espérant voir la blonde arriver. Le Double Deux était impatient de savoir comment elle allait se pointer, ce qu'elle allait dire ? Faire ? Qu'avait-elle a dire à l'Ordre Noir ? A prouver ? Pourquoi semblait-elle attirée par les ténèbres ? Les pensées de 22 fusaient jusqu'à ce qu'il décide de les faire taire. Il devait se concentrer sur le moment présent, sur le paysage. Peut-être qu'il était observé, peut-être que quelqu'un était embusqué pour attraper le Double Deux, à revers. Le Mangemort se préparait à tout, mais surtout à la venue de la blonde.


Revenir en haut Aller en bas
En ligne
Elhiya Ellis
avatar
Modération RPGSerpentard
Modération RPG
Serpentard
Année à Poudlard : Septième année

Spécialité(s) : Permis de Transplanage


Re: Péripéties à Pré-Au-Lard

Message par : Elhiya Ellis, Sam 16 Juin 2018 - 13:24



Un courrier dans les mains,
Les talons claquants dans les flaques d’eau,
Le regard fixe aux aguets,
La blonde sous parapluie magie déambulait rapidement dans les allées de pré-au-lard. Pas d’emplettes le nez sur les vitrines, pas de flânage agréable dans un salon de thé, un point à trouver et atteindre pour ne pas faire attendre l’auteur de la missive étrange.

Elle l’avait lu et relu plusieurs fois, les entrailles retournées, craignant que son commanditaire s’inquiétait déjà de son manque de retour d’information. Seules quelques nuits s’étaient passées depuis la demande confiée, i.el ne pouvait pas déjà s’impatienter aussi vite… c’était un mois complet qui lui avait été offert, un mois entier pour prendre quelques conseils auprès d’un autrui se construisant une place importante dans son monde terni. Un autrui qui s’inquiétait de la voir prendre des décisions moins légères qu’il ne l’aurait pensé capable.  Alors, il l’aidait, à se diriger vers son objectif, même si ça ne lui plaisait pas…  Ils avaient commencé, avec application à faire mijoter le chaudron, à plonger les premiers ingrédients attendant sagement que la lune diffuse ses bienfaits à la mixture. Ce ne pouvait être la raison de cette convocation précipitée, pas si tôt…  Pourtant, ce nœud dans l’estomac s’amplifiait à chaque pas.

Pourquoi un autre masque voulait-il la voir ? Pourquoi cette référence trop similaire aux paroles trop douce de Chad ? Le hasard n’était pas une chose en quoi la demoiselle croyait. Le destin encore moins, alors, comment l’Ombre pouvait manipuler aussi bien les mots au point de la faire doute à se point sur ses interrogations qu’elle avait cru si simple ? Il y’avait quelque chose, de toute évidence, qu’elle avait occulté. Un détail qu’elle pensait insignifiant qui lui échappait dans cet orage, dans ses blessures ou dans la main tendue par les masques. Un petit quelque chose dont elle n’avait certainement pas conscience.

Elle se voulait utile à celui ou celle qui l’avait relevée cette nuit sur les quais trempés, elle voulait venger Lucy, elle voulait continuer à croire en l’espoir que les interstices avait fait fleurir en elle. En cette promesse du départ de l’inconsistance et de la valeur qu’elle pouvait avoir entre ses doigts... Alors, même si c’était pour un rappel à l’ordre, pour un coup de pression afin qu’elle en vienne à se presser plus, elle ne pouvait rater ce rendez-vous, ni être en retard. Qu’importait cette pointe au cœur la faisant redouter une sanction pour avoir eu besoin d’aide pour fabriquer une potion, le pas se hâtait à la vue de la cabane hurlante découpant l’horizon.

Quelques secondes de marches supplémentaire à écouter le chant des gouttelettes mourant sur la protection magique au-dessus de sa tête et elle l’apercevait au peu plus loin. Un masque blanc, sans capuche, sans cape entrain de l’attendre sous la pluie, collant des cheveux ébènes sur l’arrière du crâne, comme s’iel se moquait royalement du temps qui sévissait. Un haussement de sourcil surpris fanant rapidement en regard circonspect à mesure que la silhouette se faisait visible. Plus grand que la gamine, une carrure étrangement reconnue, connue, trop pour ne pas faire dérailler le palpitant sur un battement. Mais quelque chose ne collait pas, maintenant qu’elle était en face de lui. Quelque chose sonnait faux. Même si les prunelles entre visibles par les interstices s’habillaient de ce bleu si particulier, son bleu à lui, son bleu à elle, il était impossible que cette paire de gant cachant les mains puissent être celle de celui dont elle portait le bracelet. Il lui aurait dit, avant, bien avant maintenant s’il avait rejoint l’ordre, et surtout, cette mise en scène ne lui correspondait pas… Elle le connaissait, par cœur, ils étaient bien trop semblables pour savoir qu’il ne l’aurait pas appelé de la sorte s’il portait ce masque...

Ce n’était pas lui,
Ne pas oublier,
Ne pas se laisser troubler autant
Inspirer doucement,
Abandonner ce froncement de sourcil qui voulait se dessiner
Et juste se ressaisir
Sans rien laisser paraitre.

– Bonsoir, vous vouliez me voir ? Que puis-je pour vous ?

Une fraction de seconde, la main tenant la baguette à la verticale s’était avancée vers cette fausse forme aux courbes trop douces pour supporter de la voir sous la pluie. L’instinct primaire de vouloir le mettre au chaud, le protéger de l’orage s’éveillait directement. Habitude viscérale qui se voyait contrainte à ne pas bouger, à se taire et à fixer les interstices en serrant la mâchoire pour se rappeler que ce n’était pas lui malgré ses opales claires.  Ce n’était qu’un jeu, bien tourné, auquel elle refusait de se faire avoir. Alors elle fixait les mirettes dans les interstices, n’y trouvant pas la lueur pétillante qui éclairait celles de Jace quand il la regardait, se focalisant sur ce simple détail pour laisser le calme reprendre possession de ses pensées et … attendre
Revenir en haut Aller en bas
En ligne
Contenu sponsorisé

Re: Péripéties à Pré-Au-Lard

Message par : Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas
Page 3 sur 3

 Péripéties à Pré-Au-Lard

Aller à la page : Précédent  1, 2, 3

Permission de ce forum:Vous pouvez 
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Harry Potter 2005 :: ~¤~ Pré-au-Lard ~¤~ :: Rues de Pré-au-Lard-

L'univers d'Harry Potter est la propriété de la Warner Bros ainsi que de J.K Rowling.
Tous droits réservés sur ce site ©Copyright HarryPotter2005. Affichage optimisé sous Firefox.