AccueilPortailFAQPublications internesRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Harry Potter 2005 :: ~¤~ Londres ~¤~ :: Rues de Londres :: Le Chaudron Baveur
Page 5 sur 8
Le Comptoir
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8  Suivant
Elly Wildsmith
Poufsouffle
Poufsouffle

Re: Le Comptoir

Message par : Elly Wildsmith, Mer 07 Fév 2018, 23:02


Ambroisie (tu me perturbes à écrire comme Aya :mm: )

Alors que tu es toute à l’observation de la jeune femme, de sa silhouette que tu découpes mentalement, comme pour te rappelait d’où tu l’avais vu, le service fait son apparition en la personne de … la jeune fille qui n’avait d’yeux que pour Evan lors du cours où tu étais intervenue. Décidement, c’était redondant de la croiser. Pour un peu, tu fuirais presque l’établissement que tu affectionnais pourtant. Il y avait irrémédiablement quelque chose qui te dépassait mais tu n’arrivais pas à savoir quoi.

Alors et sans répondre, ton attention se reporta sur la jeune femme qui s’était retournée et que tu avais invariablement reconnue. La surprise sur ton visage à l’apparition de la serveuse fut bien vite remplacée par le contentement de voir un visage connu dans les lieux. « Oh Ambroisie ! ». Un peu choquée de ne pas l’avoir reconnue immédiatement. Et peut-être aussi un peu honteuse de ne pas avoir repris contact avec elle après ton départ de Poudlard ? Le temps, la formation, avait fait que … tu ne t’étais pas lancé dans ce genre d’écrits, et tu t’en voulais sans doute un peu. Ambroisie se retourna alors vers la serveuse et passa commande, te rappelant alors que tu n’avais pas répondu à la jeune fille « La même chose s’il vous plait ».

Et quasi aussitôt tu reportas tes yeux sur la jeune femme, lui proposant de prendre place avec toi. Il était étonnant de voir comment l’on pouvait croiser des gens, les avoir oublier un temps, et comment, subitement, ils faisaient leurs places dans nos esprits.
Revenir en haut Aller en bas
Anna Schomann
avatar
Serdaigle
Serdaigle
Année à Poudlard : Septième année

Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Re: Le Comptoir

Message par : Anna Schomann, Ven 09 Fév 2018, 21:41




Le Chaudon Baveur
Pour • Ambroisie et Elly


Pas des soucis Ambroisie pour ton retard, le client est roi ♥

Mon regard sur la blonde en attendant sa réponse, je remarquais que l'Auror faisait de même. S'en était presque oppressant, mais je trouvais quelque chose de plaisant dans son regard noisette. Les mots ne venaient toujours pas, est-ce qu'elle aurait capté m'avoir déjà rencontré à la CupcakeRoom, à l'animation d'Halloween. Peut-être, justement, qu'elle n'arrivait pas à me resituer dans le temps. Son attention se tournait alors sur mon autre cliente, Ambroisie d'après ses dires.
En tournant la tête vers la brune, j'avais remarqué que nous étions finalement trois muettes à se fixer les unes les autres. Fait amusant mais peu intéressant.

La brune pris sa décision, et s'excusa du vent magistral dont elle avait fait preuve. Sauf qu'ici, le client était roi et je n'étais pas du genre à être vexée pour si peu. Ainsi je lui adressais un charmant sourire signifiant que tout était oublié. L'Auror imita la belle brune dans sa commande, cela serait plus simple pour moi au niveau des préparations.

« Très bien mesdames, je vous prépare cela. » – Dis-je toujours un sourire amical sur les lèvres.

Dos à elles, je ne prêtais pas d'attention à leur conversation. Les vieilles retrouvailles ne m’intéressaient pas vraiment, j'avais des choses bien plus intéressantes à penser. Je voulais penser à lui, les yeux de l'Auror m'y avaient emmené. Depuis ce jour-là, celui dans la cabane, j'avais gravé son regard dans ma mémoire. Les couleurs de la nuit qui se mariaient parfaitement à son éclat, la proximité de sa voix, ses mouvements malhabiles. Je l'avais toujours trouvé particulier, j'avais du mal à le saisir, surtout dernièrement, mais pour une raison incertaine, même quand mes pensées s'évadaient vers un.e autre, souvent un détail me le ramenait. Me serais-je attaché, de là à lui faire confiance, c'était bien la relation la plus ambiguë de ma vie d’adolescente. Était-ce le cas pour lui aussi, pouvais-je le voir comme un ami, pouvais-je placer ma confiance en lui ? En tout cas, il était le plus à même de la recevoir.

Le mélange était prêt, je donnais un dernier coup de shaker à la préparation avant de la verser dans les deux verres que j'avais sortis au préalable. Je les posais naturellement devant chacune avant de souligner d'une voix douce :

« Bonne dégustation, si vous avez besoin d'une douceur avec vos boissons ou si vous souhaitez recommander, n'hésitez pas à faire appel à moi. »

Commande:
 
Revenir en haut Aller en bas
Aya Lennox
avatar
Maitre de JeuSerpentard
Maitre de Jeu
Serpentard
Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Loup-garou
Legilimens



Re: Le Comptoir

Message par : Aya Lennox, Sam 10 Fév 2018, 13:38


Kalén

D'un hochement de tête assez vague, Aya remercia la serveuse, puis un peu plus chaleureusement - autant qu'elle le pût plutôt - la jeune femme qui avait réglé l'ensemble de la note.
Ce n'était pas de sa faute, ses pensées étaient tournées vers d'autres paysages. D'autres portraits dessinés de points d'interrogation. Ledit Craig Miller, un vieillard qui semblait être... Son arrière-grand-père, si tout cela était bien réel. Toute cette belle comédie bien ficelée lui filait le tournis.
Elle n'en revenait pas, oui, c'était ça. Aya n'en revenait pas. En avalant une gorgée de sa boisson, elle masqua son refus d'y croire. Même si les éléments étaient là, bien présents, juste sous son nez. Ils défilaient, et bientôt la page de son portrait s'afficha sous ses yeux. Un éclair douloureux, fulgurant, traversa ses mirettes. C'était elle, une existence gravée dans le papier.

Elle y avait sa place, là, alors qu'elle ignorait tout de cette famille.
On l'y revendiquait, au coeur de ces pages, comme un membre à part entière.

Elle préféra un instant se désintéresser du livre. Se réfugia vers Kalén, en avalant encore une gorgée de son verre.
- Il y a quelques temps, j'ai découvert que la personne qu'on avait fait passer pour ma mère ne l'était pas. Je n'ai pas fait de recherches, pour être franche avec vous. Je ne suis pas en bons termes avec ma famille, et je pense que chercher des explications chez mon père et mes grands-parents n'arrangerait rien, bien au contraire.
Elle soupira. S'appuya un instant sur le dos de ses doigts, réfléchissant pour elle-même.
- Ce qui m'étonne, reprit-elle d'une voix lointaine, c'est de voir mon portrait ici... Comme si on me connaissait, dans votre famille. Comme si on savait qui j'étais, où je vivais, ce que j'étais devenue finalement.

Et alors, peut-être qu'elle la connaissait. Savait où elle était, avec qui elle était, surtout. Ne devait pas être sans savoir que les Lennox étaient pourris jusqu'à la moelle ; pour avoir côtoyé son père et plus si affinités, sa véritable mère devait bien être au courant de quelque chose.
Et elle l'avait laissée avec eux.

Une intense colère lui coupa le souffle. Quelque part, elle savait, avait toujours su qu'Aya existait et l'avait laissée dans la m.rde. N'avait jamais cherché à la contacter. Il avait fallu que quelqu'un le découvre. Que quelqu'un ait un esprit suffisamment aiguisé pour se rendre compte que pareil lien était étrange.
Plus étrange qu'un simple portrait dans un vieux grimoire.

L'oppression, le poids de sa cage thoracique la cloua sur place et Aya grimaça avant de poser son verre. Elle ne le savait pas encore, mais n'avait pour l'heure pas le recul nécessaire pour comprendre.
- Avez-vous déjà entendu parler des Lennox, dans votre famille ? Au moins un peu ? Ou suis-je la première que vous rencontrez ?
Revenir en haut Aller en bas
Ambroisie Palel
avatar
Serdaigle
Serdaigle
Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Re: Le Comptoir

Message par : Ambroisie Palel, Dim 25 Fév 2018, 22:05


Elly et Anna (encore une fois désolée, le retard c'est mon copain)
PS: oupsi pour l'écriture Elly, j'ai adopté une autre couleur ça devrait mieux passé hehe

--------Tu avais posé ton manteau sur le dossier de la chaise, face à Elly. Elle n'avait pas tant changé que ça, les années n'abîmaient pas les gens de la même façon selon ce qu'ils étaient devenus. Tu te souvenais d'une jeune fille espiègle, son regard ne trahissait pas ce trait de caractère.
Une fois assise face à elle, la serveuse était déjà revenu avec les boissons, tu l'avais alors remercié d'un sourire avant de te concentrer sur  la jeune femme qui se tenait face à toi.

A bien y regarder elle avait pris en maturité, normal avec la prise d'année, mais elle dégageait surtout un aura de confiance que tu ne lui connaissais pas auparavant, sûrement dû à son parcours et à sa formation, d'ailleurs qu'est ce que tu deviens ? Je pense que je n'ai plus croisé ta route depuis ta sortie de l'académie.

Tu la regardais de tes yeux perçants, rien d'agressif dans ton regard, non non non. Simplement de la curiosité et un ton amical, tu avais des amis avant de grandir et de plonger indéniablement dans une spirale sans fond de ténèbres. Depuis tu avais noué des liens avec une seule personne, le reste restait accessoire.
C'était perturbant de renouer avec son passé, mais pas avec la partie douloureuse que tu aurais voulu effacé, plutôt avec la joie et la gaieté qui peuvent animer des adolescentes.
Tu avais bu une gorgée tout en observant la blonde, tu trouvais qu'elle n'avait pas l'air en mauvaise position, et même tu as plutôt bonne mine en tout cas ! C'est bizarre de se recroiser après tant d'années...

Quelques années paraissaient une éternité.
Revenir en haut Aller en bas
Elly Wildsmith
avatar
Poufsouffle
Poufsouffle
Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Animagus (Renard de Magellan)
Legilimens


Re: Le Comptoir

Message par : Elly Wildsmith, Jeu 01 Mar 2018, 17:46


La serveuse partie préparée vos commandes et revint tout aussi rapidement avec vos deux verres, ajoutant qu’elle était à notre disposition pour toutes commandes supplémentaires. Tu la remerciais d’un sourire avant de reportais ton attention sur Ambroisie. Une question rapidement posée et la conversation était lancée. Tu lui répondis, d’un ton honnête et sans trahir le dégout de ton métier actuellement « Je suis devenue auror ». Et avant qu’elle ne puisse se faire la moindre idée, tu ajoutais, dans un clin d’œil « Pas pour autant que je me suis calmée par rapport à Poudlard tu sais, et toi, que deviens-tu ? », avant de partir dans un doux rire. Ce genre de rire qui signifie autant la joie que l’amertume, ou la nostalgie. Tu savais pas trop.

Elle, de son côté, était occupée à t’observer, avant d’ajouter que tu avais bonne mine – ce qui te fit sourire – et de dire que c’était étrange de se recroiser après tant d’années. Tu hoches la tête pour toute réponse, étant relativement d’accord avec ses propos. Cela montre que les gens grandissent, vieillissent, et que les amitiés peuvent passer, s’étioler, voire disparaitre si nous ne sommes pas capable de les entretenir. Et puis, dans un sourire narquois, taquinant cette vieille amie perdue de vue, tu lui répondis « Je te rassure, toi aussi tu as bonne mine, même si tu commences à te faire vieille ».
Revenir en haut Aller en bas
Ambroisie Palel
avatar
Serdaigle
Serdaigle
Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Re: Le Comptoir

Message par : Ambroisie Palel, Sam 03 Mar 2018, 10:56


Des mots qui résonnent comme un tambour de guerre sourd. Auror. Elly Wildsmith avait donc choisi la voie des gens bien rangés, c'était pourtant un autre souvenir que tu avais d'elle.
Comme si elle lisait en toi, elle avait rapidement ajouté que cela ne lui avait rien enlevé de son caractère si spécial. Parce que oui, fallait le dire, tu t'étais pas intéressée à elle pour être son amie au départ.
Elle ne le savait pas, mais ton frère aîné Loïc ne l'appréciait pas des masses, alors ça avait été stratégique : lui parler filer des boutons à ton frangin, quoi de mieux pour se venger de la dernière correction que t'avais prise par sa faute.

Puis les gens se laissent découvrir, et Elly était devenue une amie, espiègle, farceuse, les quatre cent coups avaient été réalisés avec un certain brio pour toujours s'en sortir. Que faisait-elle chez les Aurors ? Non pas qu'elle n'en avait pas l'étoffe, plutôt que tu trouvais que ce métier assombrissait l'âme peut-être autant que les ténèbres d'ailleurs.
Son rire trahissait d'ailleurs une certaine amertume on dirait, souvenir d'une époque à Poudlard révolue. Elle ne pouvait plus, ou plutôt ne devait plus faire d'écart, l'insigne obligeait à beaucoup de choses.

Sourire narquois au visage elle te taquinait sur ton âge et pourtant je te rappelle que c'est toi la plus vieille dans l'histoire, du coup c'est quoi ton secret ? Un philtre rajeunissant ? Retour à l'âge ingrat de l'adolescence avec des piques non pas pour blesser mais pour amuser. Tu n'arrivais quand même pas à oublier son poste, alors tu te demandais franchement qu'est ce que tu fous chez les Aurors ? Je te connaissais pas un caractère de justicière, pis entre nous Elly, si tu n'as rien perdu de ton adolescence, on sait toutes les deux que c'est pas dans ce domaine que tu t'épanouis.

T'avais pas choisi la même voie qu'elle, et tu pouvais pas lui dire ehoh, regarde moi j'ai continué à sombrer dans mes enfantillages jusqu'à choisir le noir !
Pourquoi elle n'était pas venue avec toi?
Revenir en haut Aller en bas
Kalén Bloom
avatar
Poufsouffle
Poufsouffle
Spécialité(s) : Permis de Transplanage


Re: Le Comptoir

Message par : Kalén Bloom, Lun 05 Mar 2018, 19:09


Aya


Un sourire pour Aya, empli de compassion, alors que les jeunes femmes levaient leurs verres à leurs lèvres pour en goûter la mixture. Elle sentait la détresse émaner d'elle, la tension palpable, à mesure que ses yeux parcouraient les racines généalogiques, arbre cachant la forêt de ce qui semblait être un grand mensonge.

Les mots qui s'échappèrent alors de ses lèvres firent froncer les sourcils de Kalén. Elle comprenait mieux, à présent, pourquoi Aya semblait ignorer tout de cette famille. Un secret dévoilé en amenait toujours d'autres, et elles étaient tombées sur un nid.

"Je comprends, fit-elle. Peut-être trouverons-nous des réponses du côté des Miller ? Je ne suis pas en très bon terme avec eux non plus, mais je doute qu'ils refusent de me parler..."

Elle laissa son regard s'échapper vers les tables voisines. C'était son moyen à elle se concentrer. Focaliser son attention sur autre chose lui permettait étrangement de se recentrer sur l'objet de sa réflexion. Fixant d'un regard vide une table où quelques sorciers jouaient à la bataille explosive, elle laissa son esprit vagabonder quelques instants.
Pourquoi Aya apparaissait-elle dans ce livre ? La question qu'elle venait de poser intriguait tout autant la jeune Auror.


"Peut-être... finit-elle par dire, peut-être que votre véritable mère n'a pas perdu contact avec sa famille ? Ça m'étonnerait que ce... Craig soit encore en vie, mais votre mère aurait très bien pu mettre à jour l'arbre généalogique du livre. Je ne sais pas comment il fonctionne, peut-être est-il soumis à un enchantement permettant d'actualiser les nouvelles générations, et de créer de nouvelles branches ?"


Une autre gorgée de liquide, pour aider au processus de réflexion. Devinant à peine les sentiments qui devaient traverser son interlocutrice à cet instant, elle se mordit la lèvre. Il fallait faire attention à ses paroles, le sujet était trop délicat pour que Kalén se permette une gaffe. Alors qu'elle s'apprêtait à lui proposer ce à quoi elle avait pensé quelques minutes plus tôt, Aya prit la parole.
Les Lennox... A dire vrai, la jeune femme n'en avait jamais entendu parlé. Consciente que cet aveu pourrait créer un grand trouble chez Aya, Kalén hésita une seconde.

"Je... je ne crois pas. Mais vous savez, je n'ai que très peu de lien avec ma famille maternelle. Ma mère a toujours cherché à nous maintenir loin d'eux mon frère et moi. Elle en parlait rarement, ne laissant aucune occasion d'évoquer votre famille."

Une pause pour laisser à la jeune femme le temps d'entendre la nouvelle. Puis elle se résigna à lui poser la question. C'était, à ses yeux, la seule solution d'en apprendre d'avantage.

"Aya... Que diriez-vous de m'accompagner au Manoir des Miller un jour prochain ? Là-bas, nous trouverions peut-être des réponses à nos questions et... et... je crois que... que ma tante y vit toujours."
Revenir en haut Aller en bas
Elly Wildsmith
avatar
Poufsouffle
Poufsouffle
Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Animagus (Renard de Magellan)
Legilimens


Re: Le Comptoir

Message par : Elly Wildsmith, Jeu 08 Mar 2018, 00:18


Ambroisie

Un sourire partagé sur vos lèvres, comme pour dire ce que les mots ne diraient pas. Pourquoi avoir choisi cette voix, c’était un rêve de gosse, un rêve auquel s’accrocher, qui était tenace malgré les événements. Et puis tu t’étais laissé porter, t’accrochant à ce rêve illusoire, à ses illusions venues de nulle part, comme pour oublier qu’en toi, grondait une plus grande fureur encore. « Tu sais, y’a certains rêves de gosse qui sont tentants ». Rien de plus pour expliciter, et puis, retourner la question, tout simplement « Et toi, tu deviens quoi ? ». Pour ne pas laisser la question s’envenimait dans ton esprit, pour ne pas dire, non plus, que la jeune femme que tu étais n’avait pas disparue.

Attendant sa réponse, tu portes tes lèvres au breuvage, et laisse le liquide s’écoulait doucement dans ta gorge, comme pour oublier cette amertume qui te guettait chaque jour un peu plus, s’insinuant dans tes veines. Se noyant dans le liquide pour ne pas flancher, pour ne rien dévoiler, surtout. Et attendre, comme d’habitude, la réponse de son interlocutrice. Comprendre où elle se situait, dans ce monde en demi-teinte.
Revenir en haut Aller en bas
Ambroisie Palel
avatar
Serdaigle
Serdaigle
Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Re: Le Comptoir

Message par : Ambroisie Palel, Ven 09 Mar 2018, 20:27


Elly

De quoi tu rêvais gamine ? C'est vrai que la phrase de la blonde t'avait heurté dans un sens, petite tu rêvais de voyage, d'étude des créatures magiques ou des potions. Tu te voyais au Ministère en train de diriger un département, sorcière illustre et connue pour sa détermination et sa capacité de réflexion.

Puis tout avait changé, ta vision du monde, des choses, l'abandon. Rien ne tournait plus rond, tout était devenu flou, incertain. Fallait bien l'admettre, ça faisait mal à ta fierté mais t'avais jamais été aussi perdue. Mais grâce à la chance que Ian Benbow t'avait laissé tu avais pu trouver un rôle dans cette fo*tue société magique, que tu n'aimais pas, que tu n'aimais plus.
Les gens du Ministère tu ne les admirais plus, tous des gens qui se planquaient du monde, du vrai, pour essayer de régler les soucis des autres alors qu'ils n'étaient pas capables de régler les leur.
Troupeau de moutons abrutis par la pâture de ce que leur servait les dirigeants.

Toi tu devenais quoi ? C'était une drôle de réflexion, tu ne savais pas encore bien ce que tu faisais à vrai dire, au fond je crois que je suis juste un génie du mal Elly. Une gorgée pour hydrater ta gorge qui s'asséchait, pourquoi provoquer Elly ? Elle était ton amie avant d'être Auror, il fallait que tu puisses voir si c'était toujours dans cet ordre. Les choses changeaient, et toi tu t'ennuyais vite, tu voulais du changement, ta vie c'était ça, des changements, et ton changement de cap était un élément clé de tout ceci.

Une fois le verre reposait tu fixais Elly de tes yeux bleus, en jouant de ta main de manière désinvolte avec le verre, il fallait avouer que tu te devais de détailler un peu plus cette phrase après tout le monde pour moi il est pas blanc, pas noir, ma famille l'a pas compris ça Elly. Tu vois ce genre de moment où t'as besoin de penser par toi même ? On m'a imposé le blanc, j'ai choisi le gris, je suis devenue noire. Pour beaucoup je suis la gérante du Heurtoir, pour moi je suis une boule de ténèbres prête à exploser quand mon corps suffira plus pour les contenir. J'ai voulu me battre, mais faut croire que refouler sa nature c'est mauvais. J'essaye de faire des choix, d'être droite, mais envers moi, plus envers les autres.

Regard braqué sur la blonde, restait à savoir si elle choisirait l'insigne ou le dialogue.
Revenir en haut Aller en bas
Aya Lennox
avatar
Maitre de JeuSerpentard
Maitre de Jeu
Serpentard
Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Loup-garou
Legilimens



Re: Le Comptoir

Message par : Aya Lennox, Ven 09 Mar 2018, 21:04



Kal

Aya doutait fortement que le livre soit lié à un enchantement. Ou alors, il s'agissait là d'un sort bien perturbant. Voir son visage au coeur de ce grimoire, entouré de ce qui semblait être une partie des siens, avait quelque chose de très troublant. La blonde le repoussa devant elle, grignotant ses lèvres. Vilain réflexe qu'elle avait lorsqu'elle était perdue dans ses pensées.

Deux possibilités. Soit, on la connaissait et l'on avait sciemment intégrée à cet arbre généalogique. En ce cas, on avait pas pris contact avec elle pour lui dire la vérité ou au moins se présenter à elle. Et cette idée lui faisait affreusement mal.
Soit l'enchantement reconnaissait les entités d'un même sang. Et cela était encore plus troublant, puisque la vérité résidait bien en ces pages.
Bordel, qu'allait-elle faire ?

Un lourd silence, de son côté du moins, s'installa alors que les voix autour d'elles ressemblaient plus à des vrombissements qu'à de réels accents d'humains. Seule la voix de Kalén résonnait vraiment à ses oreilles. Pourtant peu rassurantes, selon ses nouvelles.
- Je vois, susurra-t-elle sombrement.

Ses lourds yeux noirs, chargés de mélancolie, se posèrent sur son verre et ses doigts sur la table. Plusieurs questions s'enchaînaient dans son esprit, prenant la relève des unes des unes, l'empêchant de se concentrer réellement sur la réalité. A quoi ressemblait-elle vraiment, en dehors de ce faciès sur le bouquin ? Quelles étaient ses manières ? Tenait-elle quelque chose d'elle ? Ou alors étaient-elles foncièrement différentes ?
La proposition de Kalén, soudaine, la fit se crisper.
- La rencontrer ? Je... Je ne sais pas.
Une grimace gênée, un rire incertain. Oui, non, à l'instant ce n'était pas une priorité. Une idée pourtant, quelque part, qui accompagnait une bonne intention. Enfin, on avait souvent un peu de mal à dire : je ne sais pas, j'ai 22 ans, je ne sais pas si je veux rencontrer ma mère. Techniquement, quelque part, la colère résidait. Et avait du mal à ne pas coller à la peau.
- Comment réagir, après tout ? Peut-être n'a-t-elle pas envie de me voir. Enfin, ça n'a pas eu l'air de la déranger depuis vingt-deux ans.
Revenir en haut Aller en bas
Elly Wildsmith
avatar
Poufsouffle
Poufsouffle
Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Animagus (Renard de Magellan)
Legilimens


Re: Le Comptoir

Message par : Elly Wildsmith, Lun 12 Mar 2018, 00:37


Ambroisie

Un génie du mal ? La réponse t’arrache un sourire franc, un rictus narquois. Ambroisie dansait avec les ombres dont elle ignorait tout. Ou peut-être pas après tout ? Tu caches le sourire machiavélique derrière ton verre. Et la jeune femme face à toi fait exactement la même chose. Un partout la balle au centre. Sourire de circonstance.

Elle repose finalement son verre, et te livre alors une version plus fluide de son propos tenu quelques instants plutôt. Elle évoque un monde qui n’est ni blanc, ni noir, et tu hoches doucement la tête face à cette affirmation. Elle te parle de sa famille qui n’a pas compris : mais quelle famille pourrait comprendre l’attrait du mal ? L’attrait aux ténèbres ? Tu hoches toujours la tête.

Et puis, elle évoque sa position professionnelle. Gérante du Heurtoir, intéressant, en soi. Pas idiot le travail, notamment pour repérer d’éventuelles proies pour les ténèbres ? Car après tout, tout n’était qu’affaire de politique. Et puis elle te parle de cette boule de ténèbres ravageuse, détruisant tout sur son passage. Un instant, tu t’égares dans tes propres souvenirs, où tu avais donnés la mort, où tu avais pris plaisir à tuer, à torturer. A sentir l’esprit, puis l’âme qui quitte les corps. Sourire discret sur ton visage. Croyait-elle t’impressionner avec pareil discours ?

Tu te contentes de sourire alors qu’à nouveau tu restes pensive, trempant tes lèvres dans le nectar. Posant ton verre face à toi, braquant tes yeux sur les siens, noisette plongeant dans l’océan, comme avant. « Ambroisie, tes parents ne t’ont-ils jamais dit de te méfier ? Tous les sorciers se revendiquant du bien ne le sont pas forcément. Comme tous ceux qui se revendiquent du côté des Ténèbres d’ailleurs. Il y a ceux qui disent, et ceux qui font ». Provocation contre provocation.
Revenir en haut Aller en bas
Ambroisie Palel
avatar
Serdaigle
Serdaigle
Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Re: Le Comptoir

Message par : Ambroisie Palel, Mer 14 Mar 2018, 10:46


Elly


Le regard de Elly est aussi perçant que le tien, complicité certaine retrouvée, balle au centre et chamaillerie d'adultes déguisées.
Tu t'égares dans tes souvenirs pendant qu'elle semble sourire derrière son verre. Faut dire que ton discours peut paraître présomptueux, tu comptes pas impressionner, c'est ton ressenti, ton être, toi en fait tout simplement.
Un instant tu revois ta baguette dressée face à ton propre père, puis tu fuis ce souvenir, tu avais eu envie de le tuer. Tu l'avais admis il y a peu, tu étais plus noire que ce dont tu rêvais à l'époque, mais qu'importe non ? Plutôt être noire et toi-même que trop nuancée et enchaînée à un père ou un homme, à n'importe qui finalement.

Ton indépendance tu l'aimais, la chérissais, l'entretenait, coeur insensible à moins que ce ne soit que pour de l'amusement pur et simple d'une nuit ou deux. Puis le discours de Elly t'avait fait sourire, sourire sarcastique évidemment, ce n'est pas tes parents qui t'avaient appris à te méfier, mais le monde, le monde entier qui t'entourait, qui te montrait tous les jours à quel point les p*tains d'humains que vous étiez tous étaient décevant tous à leur manière, à un moment.
Rare les personnes capables d'agir, toi tu le voulais, plus que tout, tu étais prête, à agir, à t'engager, dans un combat qui n'était peut-être pas celui qu'on voulait que tu mènes, mais tu sentais que ta place y était.
Et puis il y avait Elly, qui provoquait, comme si elle était plus familière aux ténèbres que ce qu'elle voulait bien dire. La questionner ne servait à rien, tu la connaissais elle détournerait la conversation habilement, après tout vous aviez été amies, et il semble que vous l'étiez toujours au moins un peu, une flamme ne demandait qu'à être ravivée.
Le bien, le mal tout était question de point de vue, et puis tu sais mes parents n'ont jamais fait rien d'autres que tentaient de brimer nos esprits, il n'y qu'à voir mon frère, tu te souviens peut-être de Loïc, doux mouton dressé par Papa Palel... Puis était venu le moment de se déclarer un peu plus encore, quitte ou double alors tout le monde doit se méfier de tout le monde c'est tout ce dont je suis sûre que ça soit du côté blanc ou noir. Et puis tu sais, tu l'as justement dit, il y a ceux qui font, j'aimerai beaucoup rencontrer ceux là. C'est pas un défi pour impressionner la galerie Elly. C'est plus profond que ça. Je veux agir. Au tour de ta main de venir toucher ton sternum, c'est un appel, ça m'appelle c'est ce que je souhaite pour mon futur, pour le monde, agir c'est tellement mieux pour réussir que de se planquer dans les jupes des parents ou du Ministère toute sa vie.

Elly et toi vous êtes pas faites pour suivre, vous êtes faites pour réussir, pour initier, pour marquer le monde.  C'était un appel à ton amie, si elle l'était toujours elle te rejoindrait sinon elle t'aiderait au moins à trouver les personnes te permettant d'agir, au pire des cas elle t'arrêterait.
Revenir en haut Aller en bas
Elly Wildsmith
avatar
Poufsouffle
Poufsouffle
Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Animagus (Renard de Magellan)
Legilimens


Re: Le Comptoir

Message par : Elly Wildsmith, Dim 18 Mar 2018, 14:27


Se noyer dans le verre, oublier la discussion qui te renvoyait à tes propres idéaux que tu bafouais pourtant allégrement pour Evan. Elle évoque son frère Loïc qui te renvoyait à des souvenirs pas spécialement heureux. Tu te rappelles d’un gamin de ton âge – ou peut-être plus âgé, tu ne sais plus trop – qui t’avais pris en grippe pour d’obscures raisons. Tu restais néanmoins silencieuse, te contentant d’hocher la tête en signe de compréhension.

Finalement, la jeune femme face à toi va plus loin encore dans ses propos. Elle pousse plus loin la discussion – ou la provocation, tu ne sais pas – en te disant qu’elle aimerait rencontrer ceux qui font, ceux qui agissent. Tu ne dis rien, et reste impassible face à ce qu’elle t’explique. Tu ne voulais pas lui montrer que tu connaissais beaucoup plus les ténèbres que tu ne voulais l’admettre. Tu avais juré protection à Evan et tu comptais t’y tenir. Cacher donc sa double-vie faisait donc partie de toi, que la jeune femme fut une amie ou non. Néanmoins tu te montrais compréhensive « Oui, je vois ce que tu veux dire ». Tu laissais passer une pause avant de rajouter « Je ressens aussi cet appel dont tu parles ». Mais tu restais évasive, masquant ce besoin de rompre les chaînes du Ministère.

Ton verre vide, tu cherchais du regard la serveuse, demandant à la volée « Serait-il possible d’avoir la même chose s’il vous plait ? ». Tu ne voyais pas où était la jeune serveuse qui assurait le service, mais tu ne doutais pas qu’elle entendrait votre besoin. Reportant ton attention vers Ambroisie, tu lui demande, tranquillement « Pourquoi me dis-tu tout ceci ? Qu’espères-tu de moi ? ». Il y avait forcément une espérance dans ses propos, une recherche de sa part. Tu ne savais pas, alors tu interrogeais, un peu à l’aveugle.
Revenir en haut Aller en bas
Aoi Baskerville
avatar
Serdaigle
Serdaigle
Année à Poudlard : Sixième année

Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Re: Le Comptoir

Message par : Aoi Baskerville, Mar 20 Mar 2018, 18:02




Le Chaudon Baveur
Pour Elly & Ambroisie


Le goût des commencements, les saveurs des premières fois. Cette bile brûlante dans la gorge, les papillons dans l’estomac. Les mains moites et les frissons le long de l’échine. L’appréhension de l’échec, l’anticipation de la déception. Cette sensation grouillante dans l’avant bras, se retenir de déchirer la peau avec les ongles.

Les iris gris parcourent l’étendue du foyer lorsque la voix carillonne tout près. Rencontre de regard d’acier, dialogue visuel, acquiescement. Les mouvements d’Anna sont précis, la danse des liquides enivre d’une senteur aigre douce, mélange d’alcool et de sucre. Les yeux mornes suivent les doigts experts, impriment les gestes, film mental à connaitre sur le bout des doigts. Resserrement de gorge lorsqu’elle verse les nectars dans les verres. Mouvement de tête, c’est le moment.

Les pas sont lents, les doigts trop fins serrée autour des pieds de cristal. Quart de tour vers la droite, faire face aux deux jeunes femmes. Une brune, une blonde. Pas si étrangère, réminiscences d’un regard canin dans ce qui semble être une autre vie. Le regard morne se fixe sur le comptoir usé quand elle pousse les cocktails. La voix ne doit pas se briser.

- Pour vous mesdames, s’il vous faut quoi que ce soit d’autre n’hésitez pas.

Commande:
 
Revenir en haut Aller en bas
En ligne
Ambroisie Palel
avatar
Serdaigle
Serdaigle
Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Re: Le Comptoir

Message par : Ambroisie Palel, Mar 20 Mar 2018, 18:07


La compréhension se lisait sur ses traits, elle n'était pas fermée à la discussion. Et quelle discussion ! Vous voilà en train de parler de tes penchants pour le côté plus ténébreux que lumineux de la magie, de ta personne, face à elle, elle Auror. Pourtant tu n'en démordais pas et elle confirmait ta pensée, elle te comprenait et connaissait cette sensation.
Mais qu'est ce qu'elle faisait au milieu de ses moutons Elly ? Sa place était pas là, tu l'avais su dès votre rencontre à Poudlard. Toujours prête à relever les défis, les plus improbables et intrépides. Elle était devenue quoi cette Elly qui se battait pour ce qu'elle voulait ? Si elle ressentait le même appel que toi, pourquoi le refouler ? Tu te sentais tellement mieux depuis que tu l'assumais.

L'heure n'était plus à la provocation, ni aux courtoisies des retrouvailles, la discussion prenait un sens tout à fait différent : sérieuse, presque solennelle. Promesse de tenir sa langue face aux vérités des autres peut-être ? Elle pourrait bien te faire arrêter après si elle le voulait avec le discours que tu lui tenais depuis un moment. Mais pendant qu'elle commandait de nouveaux verres, toi tu la regardais en buvant la dernière gorgée du tien. Tu te refusais à croire que la vie avait changé ton amie à ce point. Elle était loyale, une de ses grandes qualités, mais pourquoi s'enfermer dans un semblant de justice qui n'était qu'en fait une planque, une cage dorée?
Puis vint la question, celle qui la démangeait apparemment. T'avais rien de plus en tête qu'échanger un peu, puis la manière de comprendre ce dont tu parlais, cet appel, pour un Auror c'était pas anodin alors je pense que tu sais mieux que moi ce que sont les ténèbres c'est tout. Et au cas où tu ais oublié, j'attend rien de mes amis, l'amitié c'est pas une question de deal.

Un sourire vers la serveuse qui apportait les deux verres. Nouvelle gorgée du nouveau breuvage apporté d'un signe de tête tu remerciais Elly. Pourtant tu serais presque vexée qu'elle te pense calculatrice, tu comprenais juste pas ses choix, t'avais du mal à cerner ce qui la motivait vraiment au fond dans son métier, d'ailleurs tu parles d'appel, mais toi, pourquoi tu y résiste ? T'es faite pour briller Elly, et même dans les ténèbres tu brillerais par ta réussite. On est pas faite pour suivre, on est faite pour faire bouger les choses. Puis tu t'étais souvenue de cet amour du risque, du défi aussi donc soit on bouge et on réussit, soit je bouge et je trouverais comment réussir, alors, défi accepté?
Œillade complice, verre reposé, attente d'une réponse qui allait décider de ta soirée.
Revenir en haut Aller en bas
Elly Wildsmith
avatar
Poufsouffle
Poufsouffle
Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Animagus (Renard de Magellan)
Legilimens


Re: Le Comptoir

Message par : Elly Wildsmith, Mer 21 Mar 2018, 00:42


L’amitié n’est pas une question de deal. Tu souris à cette expression, parce qu’elle t’échappe un peu. Déjà car les amitiés étaient fugaces : rares étaient celles qui duraient. Suffisait de vous voir avec Ambroisie pour comprendre. Ta formation d’auror t’avait éloigné de toutes tes connaissances de Poudlard. Et tu n’avais pas cherché à rattraper le temps perdu. Non, tu avais tout laissé filer sous couvert de cette carrière ministérielle qui te tendait les bras. Et te mettait un boulet au pied.

Tu n’as pas le temps de répondre qu’une nouvelle serveuse vous apporte les deux boissons commandées. Tu la souris en la remerciant – te demandant un instant où était passée la première jeune femme à faire le service. Mais tu chasses rapidement cette pensée alors qu’Ambroisie se remet à parler. Résistais-tu à cet appel qui enflammait tes veines ? Tu secoues la tête. Non, tu n’y résistais pas, tu y avais même succombé il y a longtemps déjà. La présence d’Evan dans ta vie indiquait bien à quel degré tu avais choisi de t’impliquer là-dedans.

Tu soupires un instant, comme pour expier toute la douleur que cela t’avais créé jusqu’à présent. Comme pour reprendre ton souffle avant de lui répondre. De lui expliquer. Qu’être auror ne signifiait pas être totalement blanc. Tout comme portait l’insigne n’était pas gage de certaines valeurs. Etre auror, ce n’est pas être sbire du Ministère. C’est faire des choix, comme tout le monde. Ta main se porte à ton épaule abîmée, marquée par le 67 qui n’avait pas été effacé. Tout était encore là, intact. Tu étires le col de ton haut (pas de détail car la narratrice ne sait plus comment elle a habillé son personnage) pour montrer à Ambroisie. La cicatrice. Le matricule gravé dans ton épaule. « Crois-tu, Ambroisie, qu’on m’aurait laissé partir si je n’étais qu’une simple auror ? ».

C’était prétentieux. Tu savais que le Seigneur des Ténèbres t’avait laissé vivante surtout pour sauvegarder son précieux matricule 08. Cela l’aurait rendu fou que de te voir morte, et il était probable qu’il se serait retourné contre son Maitre. Néanmoins, tu avais choisi de ne pas faire disparaitre la cicatrice, comme si cela te rappelait quelque chose. Sans doute l’engagement pris auprès d’Evan. Protection et fidélité. Liés à jamais. « Défi accepté ». Murmure entre tes dents. Juste que cela te ramenait aux questions irrésolues de ta vie, et du fait que tu sois encore là pour y penser, pour en parler. Il te faudrait trouver le masque rouge, discuter avec lui, comprendre. Et peut-être, dès lors, agir. « Je suis joueuse Ambroisie ». Sourire de circonstance. « Mais attention à ne pas te brûler. Les brasiers sont parfois plus ardents qu’ils n’y paraissent ».

Reflet de ta propre vérité. Tu savais l’effet que cela faisait, que de se brûler à sa propre incandescence, que de comprendre le feu vivifiant qui vivait, qui bougeait en toi. C’était une terrible expérience : celle de la remise en question, celle de la compréhension. Car, quand on se destine à une carrière, on a du mal à se rendre à l’évidence, à voir, à comprendre, que celle-ci n’est pas faite pour nous, mais pour toute autre chose. Nouveau verre vidé. Décidément, l’addition allait être salée si vous continuiez comme ça. « Miss ? » Regards alentours pour trouver la jolie serveuse. « Deux nouveaux cocktails s’il vous plait ». Sourire poli en attendant le retour de l’une, ou l’autre.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé

Re: Le Comptoir

Message par : Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas
Page 5 sur 8

 Le Comptoir

Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8  Suivant

Permission de ce forum:Vous pouvez 
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Harry Potter 2005 :: ~¤~ Londres ~¤~ :: Rues de Londres :: Le Chaudron Baveur-

L'univers d'Harry Potter est la propriété de la Warner Bros ainsi que de J.K Rowling.
Tous droits réservés sur ce site ©Copyright HarryPotter2005. Affichage optimisé sous Firefox.