AccueilPortailFAQPublications internesRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Harry Potter 2005 :: ~¤~ Londres ~¤~ :: Rues de Londres :: Le Chaudron Baveur
Page 9 sur 9
Le Foyer
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8, 9
Shae L. Keats
Gryffondor
Gryffondor

Re: Le Foyer

Message par : Shae L. Keats, Mar 15 Jan - 21:52


Attention réponses multiples

@Artemis


J'pensais pas vois-tu, que tu resurgirais si vite. J'suis partie à cause de toi, de cette course folle après cet autre moi et de l'étau qui se resserrait de plus en plus. Je ne sais pas si tu te souviens, cette nuit de printemps. Tu ne pouvais pas savoir que c'était mois, que t'as vidé de son sang sur les pavés humides du chemin de traverse. T'as bien failli m'avoir d'ailleurs, si le disciple ne m'avait pas retrouvée à temps. J'ai quasiment pas vu mes gosses pendant un mois  et j'ai décidé qu'il était temps de partir, loin de toi, loin de tout, s'offrir une nouvelle chance ailleurs.
Mais la boucle s'est bouclée et on est toujours de retour à la maison.
Irrémédiablement.

J'ai tant de fois rêvé que tu venais me chercher, au creux des nuits d'angoisses. Que tu avais compris, que tu m'avais dénoncée, mais ce n'est jamais arrivé. J'ai fini par croire que j'avais été plus discrète que dans mon souvenir. C'est ce qui m'avait permis de revenir, l'illusion d'un passé enfin enterré. Alors imagine ma frayeur, lorsque la porte a grincé, que je t'ai vu passer, comme si de rien était, te traîner vers l'arrière cours, salut que je t'ai rendu du bout des lèvres alors que je luttais pour ne pas blêmir.
Continuer d'agir comme si rien n'était. Te voir sortir me rassure dans l'idée que tu n'es pas là pour moi. J'ai répondu vaguement à ton salut, mais le service semble si loin maintenant, c'est comme si tout s'était effacé.
J'en ai posé le plateau et pris le temps de m'asseoir.
Ne rien laisser paraître ou les autres se douteront des cadavres enfouies sous six tonnes de déni.

Je me reprends alors que te revoilà, j'aurais dû me douter que ce ne serait pas si simple. J'te souris, après tout ta surprise n'a rien d'étonnant, j'veux dire, ça fait plus de deux ans maintenant. J'ai plus tant peur pour moi mais j'garde dans l'idée que le gosse sur le bar est un enfant volé, que sa peau tranche avec la mienne, cherchant une excuse, n'importe laquelle. Au cas où le serpent se glisserait dans la conversation.
Même si je commence à douter de voir l'épée de Damoclès s'abattre un jour.

J'te fais signe de me rejoindre, te tendant une carte en te demandant ce que tu veux boire car après tout, c'est la maison qui offre, maison où plutôt de ma poche parce qu'il n'y a rien qui sort de la réserve sans l'accord du boss, outre ma consommation personnelle plus massive qu'annoncée.
Mais il faut bien tirer quelques avantages à passer ses journées à jongler entre les tables.

Trouver quelque chose à dire, avant que le silence s'installe, que la gêne et les questions n'ait le temps de se poser. Commencer simplement déjà, un Comment vas-tu ? qui tombe comme un cheveu sur la soupe. Sachant qu'il faudra ensuite t'expliciter la fuite et non la dissimuler.
Parce que j'ai envers toi un devoir d’honnêteté. Au nom des cicatrices masquées.


@Ethan et Ashton
tw mention de prostitution, sexe, alcool.


Service habituel et calme, comme toujours, les chiards qui hurlent leur absence alors que les verres s'enfilent les uns après les autres à chaque passage derrière le bar. J'pense pas que le chef m'en tiendrait rigueur après tout. J'veux dire on est dans un bar et l'alcool rend aimable, ça fera toujours plus de pub pour l'établissement si la serveuse a le sourire à la place de la bouche emplie de bile noire.

C'était calme jusque là, puis le verre un peu de trop, celui qui déliera la langue lorsqu'il faudra faire attention. Mais peu importe au fond, Cerbère veille derrière le bar depuis son tabouret, j'le dépasse avec un sourire, celui du non-je-suis-pas-bourrée. Moment de s'activer, servir encore deux verres aux deux femmes qui les enchaînent, s'assurer que les habitués se conforte dans leurs habitudes. Mais tout va bien, tout va toujours bien, c'en est presque lassant. J'suis dans un de ces états d'ébriété où la confiance en soi est absolue. Aucune ombre au tableau, j'm'en sentirai presque gâchée
j’exploitais mieux mon potentiel aux trois balais, sous la forme de quelques pièces d'argents après quelques trois passes dans les toilettes des Trois Balais. J'ai pas osé aborder le sujet ici, demander si c'était envisageable
j'veux dire une petite allonge en fin de mois ne serait pas regrettable. J'sais pas si Ashton s'en formaliserait.

Tout ça pour dire que je l'entends crier après un énième morveux qui a encore joué avec le feu. Où l'alcool, peu importe. Qui s'est encore frotté d'un peu trop près aux mobiliers de l'établissement. J'y prête pas trop attention, c'est pas une bonne idée de l'ouvrir trop dans cet état, j'peste seulement en me disant qu'il faudra nettoyer.
Toujours nettoyer après ceux qui méprisent, position de servitude systématiquement insupportable.
J'aurais pas réagi si la phrase suivante avait pas piqué au vif.

... J'fais rien de mal hein, pas la peine de se sentir... frustré ? J'fais volte face, laissant échapper un rire, j'pense que c'est l'alcool et la surconfiance qui parle plus qu'autre chose, mais on paiera les pots cassés plus tard. C'pas l'heure de se laisser écraser.

Frustré lui ? Oh non j'crois pas.
J'veux dire, regarde moi.
Revenir en haut Aller en bas
Ashton Parker
Ashton Parker
LégendeGryffondor
Légende
Gryffondor
Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Métamorphomage
Occlumens
Manumagie (Niveau 1)


Re: Le Foyer

Message par : Ashton Parker, Mar 15 Jan - 22:09


Réponse à Ethan et Shae

Ashton n'avait pas l'impression de faire régner une énorme dictature sur l'établissement de manière générale. A partir d'une certaine heure, lorsque les clients commençaient à avoir bien bu, les bourdes étaient inévitables mais elles partaient rarement d'une mauvaise intention. La seule chose qu'il ne tolérait pas était les bagarres, parce qu'il y avait un minimum de réputation à tenir étant donné le côté historique du Chaudron Baveur.

Mais là le gamin était clairement en train de foutre de l'eau partout sans se gêner, juste histoire de s'amuser un peu avec sa baguette (sans sous entendus déplacé). Non seulement c'était malpoli mais en plus il devait avoir seulement une quinzaine d'années et il avait probablement bien mieux à faire que de traîner dans les bars pour jeter des sorts.

- J'fais rien de mal hein, pas la peine de se sentir... frustré ?

La bouche d'Ashton s'ouvrit, puis se ferma sans qu'il ait prononcé un mot. Lui ? Frustré ? Non mais il se prenait pour qui le gosse à lui parler comme ça dans son propre établissement ? Le sang-mêlé n'avait lui-même jamais été particulièrement poli mais là c'était une remarque carrément irrespectueuse, surtout que l'adolescent ne semblait pas du tout se remettre en question dans la situation présente. Le propriétaire commença à contourner le comptoir pour se diriger vers le perturbateur lorsque Shae apparu de nulle part pour mettre son petit grain de sel, classe et approprié comme toujours.

- Frustré lui ? Oh non j'crois pas.

Facepalm. La gérante avait une légère tendance à picoler lorsqu'elle était en fonction, mais Parker ne lui avait jamais fait vraiment de remarque étant donné que lui-même avait laissé un verre entamé quelques mètres plus loin. Cela dit elle avait l'air relativement torchée actuellement. De la fumée sortant de ses oreilles (métaphoriquement ou pas, au lecteur de décider), Ashton pointa du doigt l'autre bout de la salle afin que Shae aille voir si il y était puis il se retourna vers le fauteur de troubles.

- Si t'as rien fait de mal, j'imagine que ça ne te pose aucun problème de nettoyer la table et le sol autour de toi du coup ? lui lança-t-il d'un ton particulièrement agacé.
Revenir en haut Aller en bas
Artemis Lhow
Artemis Lhow
Personnel de Poudlard
Personnel de Poudlard
Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Legilimens


Re: Le Foyer

Message par : Artemis Lhow, Jeu 17 Jan - 17:14


Stoïque, presque blafarde, elle s'installe sur un tabouret, non loin du gamin sur le comptoir. D'un signe de la main, elle m'invite à la rejoindre et je m’exécute, presque à pas de loup, comme si m'approcher trop vite allait à nouveau la faire disparaitre. Elle me tends la carte et me souffle quelques mots, me demande comment je vais... je pose la carte sans la quitter des yeux, comme un fantôme revenu d'entre les ombres. Un mort revenu à la vie.

Heu... ça va merci, mais... mais on s'en fou ! Shae, toi, est-ce que tu vas bien ?! Où étais-tu passé ces derniers mois ?! Je n'ai réussi à avoir la moindre information à ton sujet et ton départ était tellement précipité que je m'en suis même demandé si tu n'avais fait une mauvaise rencontre...

C'est que, même si elle avait engagé des soins pour pallier à ses problèmes personnels, il n'est pas facile de perdre ses veilles habitudes. Et les passes qu'elle effectuait ne la plaçaient pas forcement aux côté des plus charmants sorciers de Grande-Bretagne. Certains m'avaient, certes, assuré qu'elle était partie de son plein grès, mais j'ai tendance à ne croire que ce dont je peux vérifier la véracité.

La carte au bout des doigts, je snobe allègrement les lignes de consommations pour attendre ses explications. On verra plus tard pour le verre. Je suis tellement sous le choc que si j'avais la bouche entrouverte ça ne m'étonnerait même pas. Combien de temps est-elle restée absente...?
Revenir en haut Aller en bas
Ethan Espinosa
Ethan Espinosa
Poufsouffle
Poufsouffle
Année à Poudlard : Cinquième année

Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Re: Le Foyer

Message par : Ethan Espinosa, Ven 18 Jan - 12:04


Je ne sais pas pourquoi, mais j'ai maintenant deux discours qu'on m'a tenu en tête. D'un côté, je me souviens que Castielle m'a dit qu'il faut savoir s'amuser et sans forcément respecter le règlement. Je crois qu'elle excelle un peu trop dans ce domaine, mais ça nous a quand même valu une retenue. De l'autre, j'ai celui d'Elly, qui est quand même largement plus réfléchi. Elle m'a conseillé de trouver un exutoire, mais en restant dans le règlement. Ici, je n'ai pas vraiment enfreint les règles. Enfin, techniquement hein. Je pense que certains ne seront pas d'accord avec moi, mais peu importe. Je n'ai pas non plus tué qui que ce soit. Il n'y a donc pas lieu de s'énerver pour l'utilisation d'un p'tit sortilège comme celui-là. Je m'exerce un peu à la magie, donc c'est bien je pense. Après que la personne qui semble propriétaire du bar m'ai parlé, c'est au tour d'une autre personne :

- Frustré lui ? Oh non j'crois pas.

Oh mon Dieu, elle a l'air complètement bourrée celle-là. Je me demande bien ce qu'elle a bu juste avant. A mon humble avis, elle a du boire un nombre incalculable de verres alcoolisés. Mais quelle idée de se mettre dans un tel état ? Plutôt que de m'engueuler moi, il pourrait l'engueuler elle non ? Elle est encore plus irresponsable que moi. Je ne comprendrai jamais les gens qui se mettent minables de cette manière. En plus de ça, elle empeste l'alcool. Son haleine me donne la gerbe... Je pourrai presque lui proposer d'aller voir ailleurs, mais bon, faut être diplomate pour lui dire. Si ça se trouve, l'alcool la rend susceptible. Mon regard se porte sur la bouche de l'autre : elle s'ouvre et se referme aussitôt. Je pense que je l'ai vexé. Le pauvre... C'est rare quand je suis aussi exécrable. Mais je ne saurai pas expliquer pourquoi ça me procure une sensation de bien-être. Peut-être parce que je suis trop carré dans ma vie habituellement. Il se dirige vers moi et me dit

- Si t'as rien fait de mal, j'imagine que ça ne te pose aucun problème de nettoyer la table et le sol autour de toi du coup ?

Bah, il est agacé maintenant. Nettoyer ? Mais et puis quoi encore ? J'suis pas ici pour ça moi. J'viens pour m'amuser et il me sort que je dois nettoyer la table et le sol. Il a qu'à le faire lui-même. C'est pas mon bar de toute façon. Puis, j'ai pas envie de lui donner satisfaction. Il n'avait qu'à être plus gentil avec moi. Comme j'ai dit, j'ai pas commis le crime du siècle. Je lui lance un regard glacial et lui réponds :

- Pfff... C'bon, c'est pas comme si j'avais causé de gros dégâts hein. Faut savoir s'amuser non ? On dirait que t'as jamais fait de conneries dans ta vie. Puis j'ai envie de dire que la personne à gronder, c'est mademoiselle, dis-je en désignant la personne alcoolisée. De toute façon, j'ai pas envie de nettoyer. Je m'amuse avec la magie, pour une fois que je peux en profiter un peu.

Je vise le sol avant de lancer un :

- Glacio !

Le sol commence à geler grâce au liquide qui jonche le sol. Youpi, une patinoire !
Revenir en haut Aller en bas
Shae L. Keats
Shae L. Keats
Gryffondor
Gryffondor
Spécialité(s) : - Métamorphomage
- Permis de Transplanage


Re: Le Foyer

Message par : Shae L. Keats, Lun 21 Jan - 13:13


@ Artemis


Pourquoi.
J'veux dire on s'est vu qu'une fois. J'comprends pas ce qui a pu te donner envie cette nuit là. envie de savoir, de me connaître, d'être là ? Qu'est-ce qui a bien pu se passer dans ton crâne ? J'veux dire, je comprends pas. T'as vu le corps le plus brisé que possible, les main et l'âme en lambeaux, tu les as ramassé et rassemblés toi même sur le trottoir. Qu'est-ce qui peut bien te donner envie de creuser encore si ce n'est une fascination étrange pour les âmes en peine ? C'est pas contre toi, mais j'ai pas confiance en l'homme. Y a cet abus constant des faiblesses, ce besoin sans arrêt de posséder, de donner votre avis et de réprimer un corps qui n'est pas le votre. Quelque chose que je ne saisis pas, alors j'comprends pas pourquoi t'es toujours là, pourquoi tu m'as cherché, pourquoi tu t'en soucies. J'ai pas l'habitude, d'habitude c'est moi qui donne, j'me saigne jusqu'à la moelle, j'écoute, je vois, je parle le vide pour en absorber un plus grand que moi, le faire mien. Je donne tellement mais j'prends jamais.
Pourquoi ce serait différent avec toi ? Pourquoi j'ne serais pas aussi une âme à disputer ?

Heu... ça va merci, mais... mais on s'en fou ! Shae, toi, est-ce que tu vas bien ?! Où étais-tu passé ces derniers mois ?! Je n'ai réussi à avoir la moindre information à ton sujet et ton départ était tellement précipité que je m'en suis même demandé si tu n'avais fait une mauvaise rencontre...

J'souris à demi, c'est que t'as l'air sincère. J'en ai marre d'avoir peur de tout, des gens. Peur de la mort, oui un peu, dire le contraire serait mentir, mais j'crois que j'ai surtout peur de vivre. De ressentir, de me laisser aller. La réalité est trop fade, trop grise. C'est le drame de maintenant, y a plus de saveurs aux aventures. Rien. La routine, se tuer à petit feu pour pouvoir permettre de faire aux gosses de faire pareil plus tard. Mourir à la chaîne et j'ai voulu partir loin de tout ça.

Pas de mauvaise rencontre. Mais j'avais besoin de couper avec tout, me reprendre, pour mes gosses et pour moi. Y avait trop d’opportunité de replonger à chaque coins de rues ici. On est partis en Argentine, sans prévenir personne, j'voulais pas qu'on puisse nous retrouver, repartir de zéro.  J'opte pour l’honnêteté voilée. pardonne moi. Mais j'ai été égoïste. Les gosses ont besoin d'une famille, de leurs grands-parents. Et j'ai besoin des autres.  
Revenir en haut Aller en bas
Kohane W. Underlinden
Kohane W. Underlinden
AdministrationHarryPotter2005
Administration
HarryPotter2005
Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Occlumens


Re: Le Foyer

Message par : Kohane W. Underlinden, Ven 25 Jan - 19:32



   Post unique (ou libre si vous voulez interagir avec Koko)
Episode précédent

L'heure tourne. A ma montre, ça fait un tic tac silencieux. Assise à une table,un peu en retrait, dans un coin de la salle, j'observe les allées et venues. De ma place, je distingue la porte d'entrée et c'est tout bénef puisque Sarah, qui m'a donné rendez-vous ici, n'est pas encore arrivée. Je pourrai donc aisément la repérer dès qu'elle arrivera.
Mon regard vogue, des gens qui passent aux murs de l'établissement ; j'ai entendu dire que Shae, après son retour en Grande-Bretagne, a été embauché-e ici. Je vais peut-être lea croiser, qui sait. C'est étrange, si dire qu'iel est là. Dans un bar qui n'est pas les Trois Balais. Ca fait... incongru.
Je n'ai pas le temps de réfléchir davantage car une forme se matérialise devant moi.
Dire que je m'étais placée là pour la repérer au plus vite, c'est finalement elle qui m'a vue tandis que j'étais perdue dans mes pensées.
Je lève la tête vers Sarah. Ses cheveux blonds tombent sur son visage fatigué. On dirait qu'elle a essuyé quelques nuits blanches dernièrement. Elle s'assoit face à moi -ou plutôt, s'écroule sur la chaise- et me salue d'un souffle.
Arquant un sourcil, je lui fais remarquer qu'elle a une petite mine. D'un geste de la main, elle chasse cette parole : ce n'est pas ça, l'important. En soi, elle a l'habitude des moments de rush, entre le boulot, la famille, les projets et tout ce qu'on aurait aimé faire et qu'on n'a jamais fait. Mais elle n'est pas venue parler de ça. Et pour être directe, on peut dire qu'elle l'est.
Elle se penche un peu vers moi et commence :

-James m'a...
-Tout raconté, je coupe, d'un ton neutre, nullement étonné ni affolé.

Je savais, que James lui parlerait de notre entrevue. Et en fait, je n'en ai pas grand-chose à faire. Je ne lui ai pas interdit d'en parler. C'était peut-être même bénéfique qu'il en cause avec son autre référente sorcière : Sarah, ma cousine, son épouse.
En bon Moldu banal qu'il est, marié à une sorcière, James connaît les bases sans trop en connaître les détails. Il n'est jamais surpris ou effrayé de voir un petit sortilège lancé à droite à gauche. Il connaît un peu les différentes friandises de notre monde, nos créatures magiques les plus répandues et un bout de l'Histoire de notre monde. Il a compris ce qu'était Poudlard, le système des maisons et trouve amusant les confections de potions. Néanmoins, tout ce qui est politique, il ne connaît pas grand-chose. Il faut dire, Sarah est assez peu impliquée dans le sujet, préférant totalement, carrément, complètement le monde Moldu. Alors normal qu'elle n'ait pas voulu s'étendre au sujet de ce qui régit la communauté sorcière et de ses luttes internes.
Malgré tout, je soupçonne que, cette fois, il lui ait demandé des détails. Pour comprendre. Faire le lien entre ce qui est et ce que je lui ai dit.

-Mais tu te rends compte ? reprend Sarah dans un souffle. Tu te rends compte de ce que tu lui as demandé ?
-Je ne vois pas le mal, je réponds en haussant doucement les épaules. Il n'appartient pas au monde Sorcier. Il n'est pas tenu par ses règles. Au pire, on le prendra pour un illuminé chez les Moldus.
-Parce que la loi est le seul danger qu'il peut encourir, tu penses ? Personnellement, j'ai pas tellement envie qu'il se retrouve victime d'un malheureux #oubliettes.

Je regarde ma cousine dans les yeux. Je suis calme, posée. Détendue.
Parce que je sais qu'au fond d'elle, elle me comprend. Elle, comme son mari, aimerait qu'enfin, les cases se brisent et qu'on puisse être qui on est, comme on a envie d'être sans avoir peur, sans devoir se cacher. C'est la base même de toute Liberté.
Mais ses valeurs personnelles semblent se heurter à l'obstacle de la peur. La crainte des répercussions. La crainte d'un Futur loin du tranquille train-train quotidien.

-Tu es venue me dire que j'ai tort ? Que ce que je fais, ce que j'aimerais faire, c'est mal ?
-Non... je... enfin... mais Kohane, c'est dangereux !
-Oui.
-...
-Il n'y aura pas de changement sans danger. Après, ça dépend du risque personnel que tu veux prendre. Sauf que là, ce n'est pas à toi, que j'ai demandé de l'aide. C'est à James. Laisse-le réfléchir, c'est un grand garçon. Il saura m'apporter une réponse de lui-même.

Ton posé.
Sarah me regarde.
Ne répond rien.
Elle n'est pas énervée. Seulement terriblement inquiète. Et je peux la comprendre. Je pourrai lui dire que tout ira bien. Qu'il n'y aura aucune répercussion ni sur elle, ni sur Lisa. Et puis, ce n'est rien de vraiment illégal, dans le monde Moldu. Après tout, combien de sectes et de groupes racontent des histoires complètement folles, entre existence d'un démon ou de créatures extraterrestres bien étranges. En quoi initier à l'existence d'un monde magique parallèle serait-il plus condamnable ?

-Si James ne courra pas forcément de danger, reprend alors ma cousine, toi, en revanche, ce n'est pas la même chose. Fais attention, Kohane. Et surveille tes arrières. Je n'aimerais pas qu'il t'arrive quelque chose de mal.

Elle me fait un sourire doux, emprunt de toute la fatigue du monde. Avant de se lever et repartir. Comme bien souvent, même pas le temps de se poser un peu, manger un morceau, boire un coup.
Par contre, moi, je mangerai bien un truc.



Suite
Revenir en haut Aller en bas
Ellana Lyan
Ellana Lyan
Ministère de la Magie
Ministère de la Magie
Spécialité(s) : Permis de Transplanage


Re: Le Foyer

Message par : Ellana Lyan, Sam 26 Jan - 21:04




~ Elly

On en est arrivées là. Toi, moi, nous.
Je conjugue bien, n'est-ce pas ? Faudrait que je sache composer dans la vie comme avec les lettres mais il manque une grammaire ou des formules correctes. Quelques chose pour marcher à jamais, avancer en posant ci et là les CQFD.
Je reviens de loin mais me voilà sur tapis roulant, j'avance, c'est fou, déplacement à pas de géant. Je sais - étrangement - que j'ai plus droit à l'erreur, j'ai plus le droit de craquer. Foutre en l'air ce qu'il reste encore pour fermer les yeux sur les pleurs enfermés.
J'existe mais pas seulement, je vis maintenant. C'est chaque jour, se lever, respirer et bouger. Pour elle.
Comme s'il n'y avait pas de plus belle motivation, comme si son sourire à lui seul rythmait les saisons. Je veux croire.

Je suis heureuse de savoir que tu es là, heureuse de t'entendre, de te voire de te sentir si proche. À nos cœurs qui battent à l'unisson, ça donnerait envie de lever son verre mais les mains vident s'accordent aussi plus souvent qu'on ne le pense à l'amour remplit, comme un vase qui tangue sans chavirer. Il bouge juste pour prouver qu'il est vivant. Plus de risque d'effondrement, c'est promis.

Je souris suite à la remarque de la brune. Je m'étais jamais demandée quel prénom je pourrais bien donner à mon enfant mais j'aurais opté plus facilement pour quelque chose de fort, de beau, d'ancien peut-être. Un prénom qui fait vibrer, qu'on porte avec fierté, un prénom qui a une histoire. Mise - quasi - devant le fait accomplit je me suis dis que mon bébé allait surtout avoir besoin de légèreté. Lali. Comme Lala et Lilisk. Le prénom qui vole, qui chante - oui - tu le dis si bien. Aérien, épuré comme les anges. Lali, la brise fraiche qui fait du bien.

Elle aura facile à l'écrire, à le dire, c'est pas un prénom qui lui causera des soucis dès le plus petit âge et ça me plaît. C'est gentil ! Le fait, là aussi. Et utile aussi, parce que ça me réchauffe le cœur, que tu es la première à la dire et comme ça j'ai pas l'impression d'avoir fait un mauvais choix. Oui bien sûr ! En fait, c'est bien plus que l'accord, c'est une volonté, celle de te montrer l'enfant comme une marque de confiance. Tu vois, ce que j'ai de plus cher, je peux le poser dans tes bras, je peux te laisser lui sourire. Ca te prouve bien - non ? - que je t'aime si fort - toi.

C'est elle qui me fait tenir debout. Le sourire un peu triste cette fois, c'est bien d'arriver à en parler - je crois. Faut lui dire, faut lui avouer. On pourrait sortir toutes les trois, non ? Une seconde durant laquelle les yeux remontent vers elle. Tu as du temps en ce moment ? Pourquoi retarder l'instant ?

Revenir en haut Aller en bas
Artemis Lhow
Artemis Lhow
Personnel de Poudlard
Personnel de Poudlard
Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Legilimens


Re: Le Foyer

Message par : Artemis Lhow, Mar 29 Jan - 22:59


Elle semble surprise de cet intérêt, surprise que je puisse être surpris de la revoir après plusieurs mois sans avoir donné le moindre signe de vie. Sans être particulièrement proche, c'est une connaissance que j'apprécie. Une connaissance qui a vécut de durs moments et emprunté des chemins disons... tortueux. Mais qui se bat pour se relever et offrir le meilleur à ses enfants. Je ne peux que respecter cela.

Elle esquisse un sourire avant d'expliquer pourquoi elle s'est ainsi coupé du monde, coupé des autres. Je comprends son choix, elle le justifie à demi-mot, mais je ne peux m'empêcher de lui souffler comme un reproche. Tu aurais tout de même pu dire que tu étais parti de ton gré... sans préciser où, mais qu'on sache que tu allais bien... personne n'a su me dire quoi que ce soit, j'avais l'impression de chercher une ombre que personne n'avais jamais qu'entraperçu.

Ce besoin de s’éloigner et les raisons qu'elle laisse entrevoir son justifiées. Je n'insiste pas plus sur ce point, elle est en un seul morceau si elle est revenue c'est qu'elle doit aller mieux. Content de voir que tu vas bien en tous cas... et les enfants ? Pas trop dépaysés ? Changer d'air ne peut que faire du bien, mais changer un mode de vie c'est autre chose...
Revenir en haut Aller en bas
Elly Wildsmith
Elly Wildsmith
Personnel de Poudlard
Personnel de Poudlard
Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Animagus (Renard de Magellan)
Legilimens


Re: Le Foyer

Message par : Elly Wildsmith, Lun 4 Fév - 21:15


Ellana :kiss:

L’enfant devenue mère confirme les pensées de la brune. La petite porte sa mère comme cette dernière couve son enfant. Etrange équilibre, mais oh combien fascinant. C’est exactement le bon mot. Elle est fascinante. Derrière cette fragilité apparente, il y a une force de la nature, un très fort caractère, puissant. Peut-être ne supposait-elle pas cette force que l’ancienne auror ressentait ? Cette solidité impressionnante qu’elle percevait là.

Et puis la proposition tombe. Presque rassurante. Avoir tué ses parents, l’avoir libérée de ce poids. Peut-être n’avait-elle aucune rancune après tout. Qui irait proposer à la tueuse de ses ascendants de rencontrer sa descendance ? Etrange, n’est-ce pas ? Mais la relation qui unissait Ellana à l’ancienne auror était particulière. Comme une mère qu’elle n’était pas. Comme une mère qu’Ellana n’avait pas eue. Des sentiments limpides, transparents. Etrange à y penser, mais les cicatrices qu’elle avait voulu panser chez l’enfant semblaient se refermer.

Elle avait vieilli, mais plus encore, elle semblait désormais maitresse d’elle-même : nul besoin de quiconque pour porter ses pas. La brune sourit à la proposition. Oui, cela lui plairait de sortir avec Ellana et son enfant. Sa fille. Comme une sorte de passation dans ce schéma. Etrange. Paradoxal. « J’ai tout le temps qu’il me faut ». C’était faux, bien entendu. Mais qu’importe le moment où la jolie blonde voulait faire ça, elle dirait oui. Elle arrangerait son planning de sorte à se rendre disponible.

« Tu veux qu’on fasse ça quand ? ». Pas d’insistance, juste une question. Une demande. Un empressement probablement lisible dans les yeux de la brune, dans son visage souriant. Toute en mesure. Pas un mot plus haut que l’autre, mais une voix qui trahit, tout de même, le bonheur qui est le sien à ce moment-là.

Revenir en haut Aller en bas
Ellana Lyan
Ellana Lyan
Ministère de la Magie
Ministère de la Magie
Spécialité(s) : Permis de Transplanage


Re: Le Foyer

Message par : Ellana Lyan, Dim 10 Fév - 14:15




~ Elly

Je maîtrise pas encore bien tous les codes, il y a beaucoup trop de règles dans ce monde d'adultes et j'ai pas le temps de tout apprendre à mon rythme. L'impression d'être forcée, poussée et tiraillée dans des choix que je ne parviens pas à faire. Est-ce que c'est ça grandir ? Est-ce que c'est parce que j'ai passé mon temps bien au chaud dans le déni qu'à présent j'ai du mal à en sortir ? J'ai l'impression qu'il y a comme quelque chose à accomplir avant de vivre, ça nous fera sans doute du bien d'être simplement à trois. Je ne sais pas si j'ai envie que mes géniteurs rencontrent la petite - non en fait, j'en suis persuadée. Mais elle, c'est diffèrent, avec elle, un peu tout a toujours été différent en réalité. Comme une autre dimension, des morceaux de passé dans le présent pour apprendre à se reconstruire - mais chaque chose en son temps.

Elle semble heureuse que je propose la sortie et ça me fait chaud au cœur, il y a malgré tout toujours cette infime panique à l'idée qu'elle se cache derrière un mur que je me prendrais en plein fouet. J'ai pas envie - non, pas du tout - besoin de savoir que je peux te faire confiance, qu'on peut - ensemble, avancer quelque peu. Parce que c'est comme ça que ça fonctionne, non ? Et j'ai pas encore parfaitement réalisé que tu étais humaine comme moi, que tu n'étais pas plus forte, pas invincible. Je crois que je t'idéalise comme une enfant et surtout que j'ai besoin de le faire.

Oh chouette, un dimanche ça serait plus facile pour moi. En fait, je travaillais tous les autres jours, puis n'est-ce pas le jour du repas de famille ? La semaine prochaine, ça irait ? L'impatience qui ressort à chaque fois qu'on veut habilement la camoufler. Maintenant que je t'ai revue, je ne veux plus jamais te quitter. Les yeux le disent en tout cas, comme une prière muette qui demande de ne pas m'abandonner. Même si au fond de moi je sais sans doute que c'est presque impossible - elle ne le ferait pas volontairement, ça j'y crois encore.

S'il fait beau, on peut faire un pique-nique ! ce genre de scène qu'on ne voit que dans les films mais moi aussi j'ai un peu envie de jouer à la famille parfaite parfois. Même si le père n'est pas là et que la mère n'a pas le même sang. Au fond, ce sont les imperfections qui créent l'amour - de belles imperfections. L'Angleterre c'est humide mais avec un peu de chance, le soleil brillera aussi fort que dans nos cœurs. Tu fais quoi toi en ce moment ? Parce qu'il fallait dire que je ne m'étais pas remise à jour en ce qui concernait sa vie à elle.

Revenir en haut Aller en bas
Elly Wildsmith
Elly Wildsmith
Personnel de Poudlard
Personnel de Poudlard
Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Animagus (Renard de Magellan)
Legilimens


Re: Le Foyer

Message par : Elly Wildsmith, Lun 11 Fév - 21:16



Ellana :kiss:

Il y a de l’entrain dans l’air, tant de ton côté que du sien. Et cela te touche autant que ça te plait. L’empressement est palpable, il tient les entrailles, et les neurones, empêche un mode de réflexion logique et cohérent. Mais face à son attitude, la brune emprunte le même chemin du temps « Ce serait parfait ». Parce que cela l’était. Que dire de plus lorsque celle qu’on pouvait considérer comme une fille, enfant illégitime, voulait lui montrer la chaire de sa chair. Son sang, ce qui faisait battre ses tempes et son palpitant sur le battement d’un autre rythme.

« Un pique-nique, ce serait parfait ». Sourire sincère et joyeux, alors que le temps file, que l’horloge interne se rappelle à elle : il est temps de partir. Pour de nouveaux horizons, plus ou moins lointains, mais avec la promesse d’un retour, d’un renouveau. Une question se meurt dans les lèvres de la jeune femme, à laquelle la brune répond sans détour « Oh, je suis propriétaire d’un établissement en plein cœur de Londres – le Heurtoir, je ne sais pas si tu connais ? Et je suis aussi prof d’enchantement … ». Les minutes s’étiolent, elle court après comme s’il s’agissait de la course de sa vie.

Un soupir soulève délicatement sa poitrine, alors qu’un sourire fleurit sur ses lèvres. « D’ailleurs, je vais devoir y aller ». Le sourire s’appauvrit, rendu triste par la perspective du départ qui s’annonce. Elle se lève, posture agile et presque fluide. Retire sa chaise, adresse un dernier regard à Ellana, et du bout des lèvres, elle confie « J’ai hâte d’être à dimanche ». Avant de s’effacer, d’abord en prenant la porte de l’établissement, puis en transplanant loin de celui-ci. Il y avait dans ses retrouvailles quelque chose de troublant. Était-ce l’absence d’Evan lors de leurs retrouvailles qui marquait la brune au fer rouge ? Était-ce le fait de revoir cette enfant, si déchirée, devenue femme et mère ? Elly ne saurait le dire, elle qui refusait en bloc toute interrogation intérieure depuis des mois. Peut-être qu’au fond, elle ne voulait ni voir ni savoir ce que couvait cette blessure qu’elle sentait monter en elle.

Départ d'Elly
Merci pour ce RP :kiss:
Revenir en haut Aller en bas
Shae L. Keats
Shae L. Keats
Gryffondor
Gryffondor
Spécialité(s) : - Métamorphomage
- Permis de Transplanage


Re: Le Foyer

Message par : Shae L. Keats, Lun 11 Fév - 21:18


@Artemis

J'ai fait la grave erreur de me surestimer, de croire que c'était possible. J'ai croqué l'idéale de la femme forte qui n'a besoin de personne.J'ai voulu m'y accrocher sans comprendre que ça me bouffait, que ça les bouffait aussi. J'aurais pu dire, casser, obéir aux mœurs, tenir encoreen apnée le temps de prévenir qu'il me falait partir ou mes poumons allaient exploser. C'est ce que j'ai voulu tu sais. Disparaître, sans raison, qu'on ne me cherche pas, qu'on s'inquiète, peut-être, un peu. Les gens n'ont pas le talent de montrer qu'on compte pour eux. Deux âmes et trois piliers. Courir après l'importance, sentir qu'on existe, pour fuir la solitude toujours grandissante qui avale tout sur son passage. Regarde moi et ose me dire, au fond, que je ne suis pas transparente. Que je suis quelquun, qu'on me voit, qu'one ne m'utilise pas pour finir par me passer au travers une fois que y a plus rien à tirer. Je le sais, j'me suis trop laissée faire. J'me noyée dans le soutien aux autres pour fuir mes propres monstres, mais c'est fini ça. Ils m'ont retrouvée, je les ai affrontés, j'ai perdu mais j'me soigne maintenant. Je fuis plus parce que j'ai fini par comprendre que je pouvais y survivre. C'était il y a si longtemps, et le premier mat du voilier à été emporté dans la tempête. Je ne sais pas où est le second, mais je sais qu'il se tient quelque part. Et j'espère ne jamais le revoir.

La parole comme vaccin contre la mort, j'ai délié les mots, comme un fil qu'on tisse soi-même pour cacher l'inavouable derrière des écrans de fumée. J'ai plus honte non, c'est fini, j'ai grandi. Je ne dis pas, pourquoi je pars, je ne dis plus qu'il n'y a pas d'inquiétudes à avoir, parce que je n'arrive plus à concevoir que l'inquiétude puisse être crée par mon absence. J'aimerais tellement qu'il en soit autrement, ne pas être, ne pas compter. J'supporte plus les attaches, les fers, j'ai trop donné dans les métaux chauffés à blancs autour des poignets, à m'faire drainer la moindre énergie. Mais ils savent maintenant. Ils ont compris. J'veux pas prendre ce risque avec quelqu'un qui n'en vaudra peut-être pas la peine.
Qui est tu pour prétendre à la moindre place.
Pour oser demander le droit de déchirer.

C'est pas facile pour eux, mais ils sont contents de rentrer. Regard pour le petit dernier qui du haut de ses quatre ans domine la salle depuis le bar. Je me demande souvent à quoi il rêve, à quoi il songe sur son perchoir. Quel royaume de chimères son esprit emprisonne-t-il ici. Et le tien ?
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé

Re: Le Foyer

Message par : Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas
Page 9 sur 9

 Le Foyer

Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8, 9

Permission de ce forum:Vous pouvez 
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Harry Potter 2005 :: ~¤~ Londres ~¤~ :: Rues de Londres :: Le Chaudron Baveur-

L'univers d'Harry Potter est la propriété de la Warner Bros ainsi que de J.K Rowling.
Tous droits réservés sur ce site ©Copyright HarryPotter2005. Affichage optimisé sous Firefox.