AccueilPortailFAQPublications internesRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Harry Potter 2005 :: ~¤~ Londres ~¤~ :: Rues de Londres :: Le Chaudron Baveur
Page 3 sur 7
Le Foyer
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7  Suivant
L'auteur de ce message est actuellement banni du forum - Voir le message
Azénor Philaester
avatar
Personnel de Poudlard
Personnel de Poudlard
Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Animagus : Coyote
Legilimens
Manumagie (Niveau 1)


Re: Le Foyer

Message par : Azénor Philaester, Lun 22 Jan - 19:03



Aux mots de Mered j'aurais presque pu lâcher une larme. Mais enfin ce n'est qu'un sourire incontrôlable qui déguise mon visage alors que sa voix m'apprend sa totale fidélité, son envie et sa confiance. Je me sens touchée et presque privilégiée. Mais je suis persuadée d'avoir gagner cette place, ne pas l'avoir volée. Être pour elle une personne sur qui elle peut compter est tout à fait agréable, tant elle est le même genre de femme pour moi.
Et c'est ainsi que Mered devient, tout doucement, une alliée chère et importante de l'Ordre du Phénix. Dans les chuchotements et entre deux bouchées de tourte à la mandragore.
- Je suis si heureuse de te voir grandir vers ce chemin. Et j'ai hâte de pouvoir dire à mes compagnons quelle belle alliée j'ai recrutée aujourd'hui, et ô combien nous pouvons compter sur elle.
Mered je suis persuadée que tu vas faire de grandes choses. Et merci pour la confiance que tu me portes, je l’honorerai, toujours.


Je continue mon repas tout en lui souriant. Je vois Mered aller loin, devenir un part prépondérante dans le monde de demain, je la vois se battre pour ses convictions et la vraie justice, marcher sur les pas des plus grands et cracher sur les Ténèbres. Dans mon silence je lui avoue toute la fierté que je lui porte.

Un coup d’œil vers ma montre; un léger sursaut. Oh je suis en retard! Je dois rejoindre Ian à deux pas d'ici, le rendez-vous cependant est dans seulement quelques minutes. Alors je termine vite fait bien fait mon plat, finis mon verre d'une traite, et sourie à Mered. Je récupère mon sac dépose sur le dossier de mon siège, et me lève d'un bond.
Et bien ma chère amie je vais devoir te laisser, merci et bienvenue!
On se revoit vite, au château tout du moins.


Revenir en haut Aller en bas
En ligne
L'auteur de ce message est actuellement banni du forum - Voir le message
Kohane W. Underlinden
avatar
Responsable GGryffondor
Responsable G
Gryffondor
Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Occlumens


Re: Le Foyer

Message par : Kohane W. Underlinden, Mer 7 Fév - 17:36




Rprprprprp avec Mary
LA accordé


Je savais.
Je savais qu’un truc ne tournait pas rond dans ce monde.
En plus, ma narratrice vous dirait : mais je lui avais bien dit, elle n’écoute jamais rien, je lui avais bien dit qu’il y a des complots partout !
Je veux bien accepter que je suis parfois parano, un peu sur-tendue tout ça mais pas au point de voir des complots partout. Néanmoins, je dois bien l’avouer, je viens de découvrir qu’un truc ne tournait vraiment pas rond.
Je vous explique le contexte.
C’était aujourd'hui, donc. Il fait froid, en plus, mais ça, ça n’a rien à voir (quoique... il se pourrait que... bref).
J’étais en train de marcher le long de la Tamise. Et j’ai vu. L’eau. Frémir. Dans son lit. Rien de bien inquiétant, en soi, l’eau, elle bouge et elle coule, oui, oui, je sais. Mais au-dessus de l’eau, dans le ciel, y’avait les nuages. Et je crois bien qu’ils m’ont regardée intensément. Vous savez, j’aime bien les nuages. Ils sont gentils en plus, ils m’emploient comme espionne alors je leur dois beaucoup.
Sentant leur regard sur moi, je me suis arrêtée, à l’écoute. J’ai bien fait.
Ils m’ont révélé des trucs incroyables !
Tout est lié dans ce monde !
La société qui se délite et part en ruine, les clans qui se montent les uns contre les autres, la violence croissante, les mangeurs rageux de légumes, les attaques d’on-ne-sait-plus-qui parce que tout le monde tape sur tout le monde, les injustices envers les centaures et autres êtres marginalisés sans raison, la gale de papilles gustatives, les assassins de pancakes et les Leprechauns voleurs d’enfants. Plus tout un tas d’autres trucs qui font qu’on ne tourne plus rond mais carré et, voyez, tourner carré, bah c’est plus tourner donc ça va pas.

Après cette subite révélation du siècle, j’ai senti mon esprit s’éclairer d’une lumière intérieure. Ainsi, si tout va mal en ce moment, c’est parce qu’on est engagés dans un vaste système sans fin qui s’auto-alimente pour mener jusqu’à notre propre destruction.
La question est : quelle est l’origine de cette boucle ? Qui ou quoi fait ces corrélations ? Si nous trouvons l’origine, le patient zéro et que nous brisons la boucle, sans doute qu’il nous sera possible d’en sortir.
A grands pas, j’ai rebroussé chemin.
Le cœur battant.
Je me devais de partager cette nouvelle. Cette révélation.
Je pourrais en parler à Arty, après tout, c’est lui mon acolyte espion. Mais le problème : je ne sais pas trop où il est. Je suis sûre ça fait partie du complot, ça aussi. M’empêcher de contacter mes alliés pour y mettre un terme.
Heureusement, j’ai plus d’un tour dans mon sac et, malgré un sens de l’orientation assez nul en temps normal, je sais où se trouve le Chaudron Baveur. Pourquoi le CB ? Parce que je me dis qu’avec un peu de chance, je vais tomber sur Asclépius et comme on est censés être amis et alliés, bah c’est tout bénef.
Sans trop me perdre, j’arrive à mettre un pied devant l’autre et atteindre l’entrée du pub.
Je déboule en bourrasque, laissant entrer l’air frais derrière moi. Rien à faire. Je suis bien trop surexcitée par ce qui vient de m’être révélé pour y penser.
Rapide coup d’oeil direction le comptoir ; rien d’intéressant.
J’hésite à traverser le bar en appelant criant le nom du concerné, avec un peu de chance, il rappliquera. Mais non. J’ai un minimum de tenue, quand même. Je vais la jouer à la civilisée. Je pourrais demander aux employé.e.s si leur patron est là et...
Oh !
Trouvée !
Une Carotte !
Que dis-je ! Une super-carotte !
Bon, c’est pas un Pius mais c’est encore mieux. Parce qu’elle est un légume, elle aussi. Qu’elle m’écoutera. Et ne me remballera pas en me traitant d’hippopotame de la rhétorique. Nah mé !
Sans plus attendre, je file vers elle. Je ne prends pas la peine de m’annoncer et me laisse tomber sur la chaise vide en face d’elle.

-Carotte ! J’ai découvert un truc hyper important !

Je me sens essoufflée. Comme si j’avais couru ou parcouru je ne sais combien de bornes.
L’exaltation de la révélation doit faire ça.

Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar
Invité

Re: Le Foyer

Message par : Invité, Jeu 15 Fév - 19:09




Le Chaudon Baveur
Pour Kohane & Mary



Y avait un truc à voir avec la noix de coco. Il en était sûr. Certain même. C’était ce qu’il avait perçu dans son bain prolongé à Thermidor, cette nuit. Quand il s’était assoupi dans les vapeurs d’eau chaude infusée de plantes et d’encens sucrés. Ça devait être ça, forcément. C’est qu’après la publication de son premier et pour l’instant unique traité de potions, le Pius avait poursuivi ses recherches, ce serait bête de s’arrêter en chemin. Mais généralement, quand on cherche, on ne trouve pas forcément, et même parfois qu’on se perd (déjà que parfois, il avait du mal à se repérer dans son propre foyer)… Et là, depuis quelques temps, il cherchait sans trouver l’ingrédient qui lui permettrait de coller entre eux des atomes trop lisses. Et bam ! Solution nocturne : la noix de coco. Ça lui semblait tellement évident maintenant !
Malheureusement, ce n’était pas la meilleure des saisons pour s’en procurer en Angleterre. Certes, y a le capitalisme et la mondialisation qui aide, mais le Pius est plutôt éco-responsable comme personne. Faut dire, avec son salon de thé et sa serre, il doit bien être le sorcier le plus bobo de toute la Grande-Bretagne.

Bref, il avait donc débaroulé sur son héritage, quelque peu délaissé depuis qu’il s’était lancé dans la recherche. C’est changeant, un Pius, ça ne demeure jamais dans un même état, comme la noix de coco. Aujourd’hui, il avait revêtu sa robe couleur d’abeille : du jaune miel avec des bandes noires horizontales. Noué autour de la taille, un tablier de cuir. Les inévitables gants aux mains, et les lunettes aux verres teintés perchées sur le nez crochu, le voici prêt et dispo !
Quelques sourires à Anna, BOULE et Mered (non, pas Mered, elle est rousse), en passant, et le voici, charmant, dandy des ruches, à reprendre du service. Pour le souvenir de Tina. Et pour l’hippopotame qui avait fait son bout de chemin dans son établissement, aussi.

En quelques pas aérien, le voici près de leur table : entre Kohane et sa camarade, qu’il avait entraperçu au marché de Noël, pas trop loin de l’Ebenezer : « - Salutations, aimable concurrence ! Oui, il sentait un peu la noix de coco. Des envies de style ? Entre nous, mettre la forêt en gâteau… Y a-t-il meilleure réjouissance ? »
Revenir en haut Aller en bas
Mary Drake
avatar
Serdaigle
Serdaigle
Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Re: Le Foyer

Message par : Mary Drake, Jeu 15 Fév - 21:53


Koko et Asclépius

Esquisse. D'un dessin. Il n'existe pour les moments que les ambages de la journée. Aucun mécanisme déjà décidé. J'avance et je sais pas où je vais. C'est marrant parfois de se laisser porter. J'ai plus l'habitude de me laisser aller. Parce que quand c'est comme ça j'oublie. Mais j'avais pas envie d'être enterrée en sortant de sous mon lit, alors j'ai d'abord été voir du côté des fours, mais ils étaient tous pris. Ce qui était bien dommage. Donc j'suis arrivée ici. Où ? Là. J'suis jamais venue. L'occasion rêvée. Donc le premier rouage s'installe quand je me  suis bêtement assise quelque part, dans un autre quelque part enfermé dans un autre quelque part lui même aliéné dans un ultime quelque part. J'en ai sans doutes oublié, mais l'idée est limpide. Sur ma route j'ai souhaité trouver un armigère mais j'ai dû me rendre à l'évidence que nous ne sommes pas le soir. Donc je me suis contentée de dessiner à l'encre rouge un papillon sur ma main. De jour cette fois. Vu que le soleil ne s'est pas encore couché malheureusement. Faudrait qu'il arrête de travailler !

Bon de toute façon maintenant que je suis là, quelques traits se sont dessinés. Plus de précisions, on repasse les contours au feutre sombre. J'attends ? Quoi ? Rien, mais j'attends quand même. Le temps peut-être. Sauf que lui c'est débile, il ne se fait jamais attendre. Il passe pour être le premier à la grande course universelle du tout, puis vous allez voir il va même pas finir premier. En tous cas je ne l'encouragerais pas. Je tiens avec flemme mwa.

J'écoute les conversations comme quelqu'un qui regarde l'heure toutes les secondes : oreilles et yeux sourds, j'oublie tout dans la minute. Mais c'est un passe-temps comme un autre. Mais - oui, sans mais l'histoire deviendrait plate - d'un coup, toutes les couleurs reviennent violemment. Je m'y attendais pas, mais elles sont bien là, ce n'est pas l'illusion de teintes, mais de vraies de vraies ! Regard aux alentours, y'a quelqu'un qui vient d'entrer ? Champ de vision réduit, puis compréhension : Kohane ! Un sourire s'échappe tout seul, c'est merveilleux ! Je ne l'ai plus vue depuis qu'elle m'a offert un rêve. C'était génial. Et en plus elle se dirige vers moi. C'est le jackpot comme on dit.

L'annonce est faite, on dirait un peu que c'est une sorte de jeu. Ou une émission de télé-réalité. Arrivée pile quand il le fallait, quand l'ennui commençait sa montée vers le paroxysme. Puis quand même, y'a le mot hyper, et c'est pas quelque chose qu'on emploie à la légère. Il va de paire avec supra. Une belle paire quoi. Owai ? Vas-y dis moi ! parce que j'ai vraiment envie de savoir, puis peut-être que mes connaissances en matière de pancartes, de crumbles empoisonnés et de fours vont aider dans l'affaire, qui sait ? J'aimerais bien être utile, mais je sais toujours pas de quoi il en ressort, alors ça risque d'être compliqué pour l'instant. Avant même qu'elle ne puisse répondre, un serveur vient. Concurrence est un bien grand mot, je ne porte pas de t-shirt sur lequel il est écrit " tête de sanglier " non plus. Mais au moins ça me donne faim. Si il y a de la forêt en gâteau, j'en veux bien !
Revenir en haut Aller en bas
Ellana Lyan
avatar
Serpentard
Serpentard
Spécialité(s) : Permis de Transplanage


Re: Le Foyer

Message par : Ellana Lyan, Dim 18 Fév - 18:21


Je peux avoir Mered siouplé ? Ange

Bim.Bam.Bim.Boum. Et ça claque, tape, racle. Dans la tête de linotte qui s’emmêle de pensées incompréhensibles. Filer à travers les rues, danser dans les avenues. Trottoirs sales, monde immonde en décadence et je vole. Le monde est un ciel ; je déploie mes ailes. Celles qu'elle m'a montré. T'as vu Ellana, t'es un oiseau, un ange, une folle. Et dans ton dos ce déploie milles promesses de liberté. Je veux déchiré le papier noir qui entrave mes yeux. M'évaporer dans les cieux. Tornade d'existence. Il y a un vent d'envie qui passe à travers les pores pour venir secouer la volonté à l'intérieur. Je souris

comme une gosse devant une glace
un psychopathe face à la mort  
une rose rouge sous le soleil

et ça glace, le sang qui bouille, ça prend place, dans l'être qui sonne, cloche de l'alerte. Elle retentit en permanence. Je me bouche mes oreilles. Ferme les yeux. Les rouvre. Peur de me prendre un lampadaire, un mur, qui stopperais ma course infernale. NON. Je ne peux pas m'arrêter, tomber, recommencer. Je cours.

Monde ruine. C'est si beau. les fantôme déambule, bousculé dans mon sillage. Mirage, étouffé de mon aura vivante. Je crie à l'intérieur de ma tête, une nouvelle mélodie. Fusionner avec l’atmosphère pour finir aussi légère que les morts de mon cortège. Il était temps de la retrouver. Mered. Bim.Bam.Bim.Boum. Et ça claque, tape, racle. Sur le sol sorcier. Déambuler. L'endroit apparait. Miteux, j'en ris aux éclats avant de pousser la porte. Mered ? Je viens te chercher ! Regard autour de moi. Tu me fais du chocolat ?
Revenir en haut Aller en bas
Kohane W. Underlinden
avatar
Responsable GGryffondor
Responsable G
Gryffondor
Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Occlumens


Re: Le Foyer

Message par : Kohane W. Underlinden, Lun 19 Fév - 0:13




Mary et Asclé

Comme je m'y attendais, Super-carotte a l'air très intéressée par ce que j'ai à lui apprendre. Elle ne me remballe pas, ne me demande pas de la laisser seule. En même temps, entre légumes, on s'aime bien et on se soutient. Elle comprendra ce que j'ai à dire, j'en suis sûre. Je n'ai jamais douté de cette connexion qui nous lie depuis notre toute première rencontre et la discussion silencieuse. Lien renforcé par le goût de la terre-mère, sentir ses racines prendre forme dans le même coin de jardin.
Je vais pour déballer tout ce qui m'anime depuis cette balade le long de la Tamise quand une ombre s'interpose entre nous, suivie d'une voix on ne peut plus connue.
Mes yeux se détachent de ma super-carotte pour se lever sur la nouvelle présence.
Tiens.
Le hasard fait plutôt bien les choses.
Parce que c'est Pius qui est là.
Et que Pius, bah justement, je le cherchais. Avant de tomber sur Carotte. Reconnaître l'âme légumienne. Et aller vers elle.
Je n'écoute que moyennement ce qu'il dit, ce que répond mon acolyte légume. Trop concentrée sur le fait que les complots ne sont peut-être pas partout, finalement. Ou alors ils ne sont pas si forts que ça. Ils se sont bien plantés quelque part. Puisque j'arrive quand même à voir Asclépius. En plus de Mary-carotte ! Et ça, c'est beau.
J'esquisse un vague sourire en coin, encore bien plongée dans mes pensées. Alors que mes yeux scrutent le visage d'Asclépius.
Ouais. Y'a un truc qui a fait que les complots se sont un peu éloignés. Ont un peu lâché prise. De grès ou de force. Il me reste à savoir quoi.
Enfin.
Pour l'heure, l'important c'est d'avertir avant d'agir.
Il faut que je les mette au courant !

Réveil soudain provoqué par cette idée, ce but retrouvé. A la base, j'étais venue ici pour ça : parler. De cette révélation.
Je me redresse un peu, parais retrouver un peu de vie et de mouvement.
Faut pas se laisser immobiliser par les pensées. Ca empêche de parler et partager. Or, l'union fait la force, dit-on. Et pour s'unir, faut être au courant.

-Tu tombes bien, Pius, je te cherchais, je déclare alors, mon sourire en coin devenant un franc sourire de contentement.

L'exaltation de la révélation qui, tout à l'heure, animait tout mon corps, revient sans crier gare.
Faut absolument qu'ils soient au courant, tous les deux. Pius parce qu'on est alliés. Mary parce que, comme moi, elle est un légume -super-légume.

-Bon, écoutez, j'ai découvert un truc super important ! On vit tous dans une sorte de vaste complot. Tout est lié. Le fait que le monde aille mal, les gens qui se tapent dessus, les histoires d'injustices envers les centaures, la galle des papilles gustatives, les Leprechauns qui cherchent à voler des enfants, les assassins de pancakes... Il y a un lien entre tout !

Je me mets soudainement à décrire de grands gestes des mains pour appuyer mes propos.
Et j'ai l'impression que mon visage n'a jamais été aussi sérieux que maintenant. Sauf peut-être la fois où, avec Arty, on s'est lancés sur la piste de l'assassin de pancakes de Londres et que ça a failli mal finir pour nous.

-C'est une sorte de... de boucle, je crois -l'index décrit un cercle au-dessus de la table- un truc qu'on n'arrête pas, qui s'auto-alimente et nous broie. Même la Machine entre dans ce vaste complot. C'est assez terrible...

Je me laisse retomber contre le dossier de ma chaise.
L'air soucieux. Je mordille ma lèvre inférieure.

-Vraiment terrible... ça donne l'impression qu'on n'arrivera jamais à en sortir.

Silence.
Réflexion.
Alors que mes mains, posées sur la table, jouent nerveusement entre elles. Je pense que super-carotte me comprendra. Entre légumes, hein. Et le Pius ? Est-ce qu'il comprendra ?

-Sinon je vais prendre un chocolat chaud. Et... un truc à manger. Je sais pas quoi. Vous avez quoi ? Choisis pour moi.

Revenir en haut Aller en bas
L'auteur de ce message est actuellement banni du forum - Voir le message
Invité
avatar
Invité

Re: Le Foyer

Message par : Invité, Jeu 22 Fév - 21:07


Luv u Mered
L.A. d'Anna



Le Chaudon Baveur
Pour Mary & Kohane



Le foyer, la chevelure rousse de Mered dans un coin, BOULE dans l’autre, l’amie de Kohane qui ne nie pas la concurrence, et Kohane. Dans l’héritage de Tina. Et lui, sorti de sa tête et non de son flanc. Comme une Athéna-Juste. Simple changement d’épiclèse pour celui qui héritait d’un patronyme homérique de par sa simple naissance. Après tout, le cognomen, ce qu’on met sur son nom, ça vient avec l’expérience de vie. Expérience qui ne peut s’acquérir qu’avec des rencontres. L’une des plus marquantes étant celle de Kohane. Même si ça avait été chaotique. Surtout, parce que ça avait été chaotique. Davantage au début, quand ils cherchaient la ressemblance et la différence chez l’autre, probablement. Maintenant, ils étaient en plein statu-quo amical… Et conjugal. Merlin, que cette pensée était étrange et étrangère… Lui, marié avec Kohane Werner ?
Remarque, c’était toujours mieux que le premier clampin de passage. D’ailleurs, c’était même la meilleure des options vu que, d’un certain côté, ils avaient choisis cette possibilité. Parce qu’en s’alliant, ils doublaient leur chance de terrasser la Machine ! C’était mathématique.
Pis, vu comment l’autre hippopotame se débrouillait avec une poêle entre les pattes, mieux valait être un de ses amis…

D’ailleurs, en parlant de Machine, la voilà qui entrait directement dans le vif du sujet, façon flèche au centre d’une cible. Il cligne les yeux, mais s’accroupit, les coudes sur la table et la tête entre les mains, d’un air pensif. Posture de la grenouille de comptoir : possible uniquement si vous avez le physique d’un Pius. A savoir : très grand, très maigre et pourtant très souple. C’était pas donné à tout le monde, d’imiter l’inimitable.

Mais bref, restons sérieux, restons Machine. D’ailleurs, la posture de la grenouille permettait de développer sa concentration (faudrait qu’il la montre à Œdipe à l’occasion, histoire de lui prouver que sa prise du singe ne peut plus rien contre lui !)… Et, nope, il avait digressé. Maudit Lïnwe.
Pourtant, le sujet lui parlait. D’ailleurs, à la fin de l’exposition, il semblait un peu plus agité, comme un gamin qui a quelque chose de très important à dire, genre, qu’il a très envie d’aller aux toilettes. Ça gesticule ces machins-là, c’est impatient. Et il paraît impatient, il a l’œil qui brille.

Pour ça qu’il se relève d’un coup, et fait un petit geste de la main pour montrer qu’il a bien enregistré les commandes des deux comparses. Avec ces informations en tête, il s’en va en cuisine, où inopinément, Anna se trouvait ! (enfin, pas tant que ça, vu qu’elle est tout de même censée travailler ici, la bougresse). Ça tombe bien qu’elle soit là, dis donc, la stagiaire, avec son gâteau du jour, sa forêt en gâteau : une forêt noire !
Il la salut, parce que, tout de même, sa nourrice lui a appris les règles de politesse, puis il attrape un petit galet dans la poche de sa robe (qu’il garde, au caillou il serait perdu), et le lance vers la fenêtre. Oups. C’est cassé.
Un regard entre les deux, mais, c’est bien, elle est docile la demoiselle. Du coup, elle va gentiment nettoyer sa bêtise. C’est tout de même sympathique d’être un petit patron, pour pouvoir exploiter ses employés !

Profitant de la distraction (quel propriétaire a besoin de distraction pour couper une part de gâteau, sérieusement Pius ?), le malandrin coupe donc deux parts de forêt noire, prépare une tasse de chocolat chaud à sa façon (Kohane reconnaîtra bien au goût de toute façon : ça a les papilles gustatives sensible, cet animal-là, malgré son manque flagrant de délicatesse dans les autres aspects du quotidien), et s’en retourne au foyer avec son petit plateau, l’air très satisfait de lui-même (toujours quand il fait une bêtise), avant de déposer le tout sur la table, devant chacun des participants à la discussion. Voi-là !

Reprise de la posture de la grenouille agitée : « - Tu sais, j’y ai réfléchis. Oulah. Et, voyez, je pense que c’est lié au Grand Dragon Rouge. Celui qui dévorera le Soleil, pour accoucher du Chaos ! C’est probablement le signe que c’est imminent, que ça va bientôt arriver, tout ça… C’est prémonitoire, mais nous ne faisons que rêver dans le noir ! »

Maintenant que des mots étaient posés sur la table, vrai qu’il y avait urgence dans la situation.


Commande:
 
Revenir en haut Aller en bas
Mary Drake
avatar
Serdaigle
Serdaigle
Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Re: Le Foyer

Message par : Mary Drake, Mar 27 Fév - 20:17


Koko et Asclé
J'oscille entre le perdu et le retrouvé ; ici je ne suis jamais venue et pourtant j'ai envie d'y rester. C'est étrange je n'ai pas l'habitude du non-catégorisé ce n'est pas ce avec quoi j'ai eu l'occasion de cohabiter. Je sais qu'il y a madame Radis, demoiselle au sourire des plus beau, à l'âme des plus belles. À ses côtés je me sens aussi rassurée que si j'étais installée au chaud dans un grand four surprotégé. Avec elle il n'y a rien de grave qui puisse m'arriver. J'hoche la tête une nouvelle fois, pour montrer mon accord avec le vide ; il n'y a rien dit de plus pour le moment je sais que j'ai un peu de temps avant que la guilée ne s'abatte sur nos petites têtes écervelées. L'heure a des effluves de gravité ; il est temps de prendre au sérieux ce qu'il va se dire - sans aucun doute. La deuxième personne présente nous a proposé de la forêt en gâteau. Au final je sais que même les limaces ne pourront nous atteindre. Du moins pas dans l’immédiat.

La silencieuse-plus-trop-silencieuse-depuis-longtemps se relève un peu plus tard. Et elle parle. Les mots sortent de sa bouche à une vitesse que le vomi lui-même ne dépasserait pas. Les informations sont difficile à trier ; il faut dire qu'il y en a beaucoup. Un grand nombre d'injustices surtout, du complot. Évidence : ce dernier est partout. Sous ce comptoir ou bien la nuit le soir, il y a des gens aux visages terrifiants qui se veulent amicaux qui n'attendent qu'une chose : nous tomber dessus avec un énorme marteau.

Le monde va mal
Il se frappe
ils se battent

Injustice pour des bestioles

des papilles perdues

des enfants enlevés
par autre chose
que Peter Pan

et le pire de tout
des pancakes
disparus
on ne sait où

Mes mains-racines tremblent à ces évocations ; quelques-unes parmi d'autres et pourtant déjà assez atroces pour me faire perdre la tête. Viens ensuite l'évocation d'une boucle que j'ai du mal à comprendre, c'est vrai quoi, les cercles c'est plutôt sympathique. Tourner en rond c'est quelque chose d'amusant et de plutôt rigolo, difficile de s'en passer peu importe les conditions. Mais là c'est quelqu'un qui s'élance sur quelqu'un qui va s'élancer et au final on est tous la tête dans la boue à toujours s'abattre les uns sur les autres. Mes doigts forment à leur tour des petits ronds sur la table, histoire de voir si il y a autre chose mais non je crois pas qu'il y ai de sens caché. À part cette drôle de machine dont ils parlent, pour moi ce ne sont que des trains qui font tchoutchou alors rien à voir dans cette histoire de complots.

Mains toujours agitées dans leurs tours, j'observe le grand monsieur s'en aller. Pif paf pouf il n'est plus là, c'est fou ça ! Ah mais il devait nous apporter quelque chose je crois. Pas très important. J'fixe Kohane, les yeux devenus clignotants qui ne peuvent s'arrêter. L'air béat ne les quitte pas je crois que nous sommes en quelque sorte fichus, eux et moi. Un monde de fou. Seule chose que je peine à articuler jusqu'à ce que mon gâteau arrive et que je me jette dessus, prête à le dévorer.

Mais euh.... MwA. MwA elle travaillerait pas ici ?
Mwatiée.
J'en ai eu vent un jour
borée borée
MwA.
Pause dans le sujet, regard de nouveau porté vers le grand monsieur.
Il parle mais
MwA....
Il faut donner quelque chose à MwA !
Deux mornilles de plus sur le comptoir.
- Pour ma MwAnnatiée.
C'est important.

Retour dans la réalité complexe ; il est à présent question de dragons. Une terrible bestiole qui a avalé le soleil. Une étoile. Immonde. Atroce. Comment quelque chose d'aussi chouette qu'un cracheur de flamme peut-il faire ça ? À moins que ce soit à partir de ce moment là qu'il a réussi à faire ça et donc il n'a plus aucun mérite, du coup a²+b²=c² ça voudrait dire que il a mangé le soleil pour le cracher ensuite, laissant une partie briller et l'autre détruire mais c'est vachement dégueulasse de faire ça en fait. Bon la suite elle ne me dit rien de concret, mais l'essentiel est compris : nous sommes bientôt fichus. Les rouages de mon cerveau s'assemblent petit à petit sans être certains des conclusions qu'ils tirent. Je crois que la meilleure solution, c'est de tuer les comploteurs ! Puis je me penche un peu, vérifiant que personne d'autre ne nous écoute. Encore il y a pas longtemps, il y avait des coeurs partout ; et maintenant, des cercles, comme ceux que Radis vient de dessiner.... Gris.... Sur le sol.... Partout ! Et quand je dis partout, c'est encore pi que celui des coeurs.... Autant, à ce stade, appeler un lapin ornithorynque.
Revenir en haut Aller en bas
Ellana Lyan
avatar
Serpentard
Serpentard
Spécialité(s) : Permis de Transplanage


Re: Le Foyer

Message par : Ellana Lyan, Jeu 1 Mar - 7:07


Je l'aime. À m'en faire exploser le cœur. Cette ancienne bleue capable de rendre le plus beau des sourires aux plus malheureux des sorciers. Elle m'a sauvé alors elle mérite cette affection offert, elle mérite tout ce que je suis encore incapable de lui donner. Parce que j'ai des ailes quand je viens la chercher. Alors c'est aura de vie qui forme une bulle immense autour de moi. Infinie. Je suis venue pour toi, tu sais ? Parce que je veux te voir, j'en ai assez de t'inventer. Je souris mais je te parle dans ma tête, quand les étoiles brille j'entends ta voix qui me rappelle qu'on va s'envoler, que c'est promis, un peu trop de paradis. Mais. Non. Jamais trop. Et ne jamais dire jamais ? Je suis contradiction !

Le visage de la fille du feu s'illumine quand elle me voit - bonheur prend toute place en moi. C'est qu'elle avait manqué, un peu trop d'ailleurs. On ne pouvais le nier. Comme plein de chose d'autre à vrai dire. Suffisait de citer un exemple : le chocolat chaud c'était bon. J'faisais un peu une tournée des bar, trouvé l'établissement qui fournissait le meilleur du monde sorcier pour graver l'enseigne dans ma mémoire et y retourner jusqu'à ne plus avoir la moindre noise. Pas faute d'essayer d'arrêter ; mais j'étais accros. Comme d'autre on besoin de fumée, j'étais dépendante au chocolat chaud. Quoi donc de plus beau ?

Boisson addictive qui arrive. c'est elle qui offre en plus. Le merci ! sort presque instantanément sans qu'on ne lui ai rien demandé. Y a les jambes croisée sous une table comme une invitée. J'ai milles question à poser quand toute fuient ma tête une par une. Quoi. De. Neuf ? Je compte doucement sur mes doigts et regarde mon annulaire gauche avec attention. Illumination. Les paroles tombent.

Je suis amoureuse, tu me manques, c'est dur la dernière année, je ne suis plus préfète, mon poignard est rangé ! Ça se déballe rapidement comme le papier cadeau d'un paquet pour un gosse trop impatient. Mais tu sais, c'était pour me protéger. La défense presque imparable quand l'esprit d'une jeune fille qui est sûre d'avoir fait le bon choix. ils sont mort maintenant de toute façon ça ne sert à rien.
Revenir en haut Aller en bas
Kohane W. Underlinden
avatar
Responsable GGryffondor
Responsable G
Gryffondor
Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Occlumens


Re: Le Foyer

Message par : Kohane W. Underlinden, Ven 2 Mar - 23:01




Mary et Asclé

Et voilà. Les bases sont posées. Les mots sont dits. Les phrases sont sorties. Et, avec elles, leurs terribles révélations.
Au début, personne ne dit rien. Je me demande même s'ils m'ont entendue. Puis Pius, précédemment à moitié assis -plutôt accroupi- en bord de table se relève, toujours sans mot. Je suppose qu'il a au moins pris en compte notre commande. Il s'éloigne. Je le suis du regard un instant, avant de remarquer que Carotte me fixe. Je la fixe en retour, tandis qu'elle laisse échapper sa première remarque.
Ferme hochement de tête de ma part.
Oui. Monde de fou.
Un monde où tout va mal. Où même les pancakes en pâtissent ! Et si ça, c'est pas le summum de la cruauté... Et encore. Ce n'est qu'une petite goutte au milieu de l'océan. Ce n'est qu'un cas parmi d'autres. Le tout combiné, lié en cette infernale boucle, ça donne une Machine de Machine, quoi, un truc gigantesque et terrifiant.
Tête préoccupée, mon regard se détache un peu de Mary pour venir voguer sur la surface lisse de la table entre nous. L'heure est grave, les amis ! Il est temps de tenir conseil de guerre contre les complots. Et donc, suivant le fil logique de tout ça, contre la Machine aussi, évidemment.
D'ailleurs, Pius ne tarde pas à revenir avec l'air de celui qui a un fait un truc bien. Même si ce truc en question n'est pas évident. A part apporter ce qui a été commandé, je ne vois pas trop... Ou alors il a toujours ce même air satisfait à chaque fois qu'il fait le boulot requis ?

Il dépose devant Carotte et moi une assiette chacune avec une jolie part de gâteau. Et une tasse fumante en plus pour moi. Même que ça sent super bon, faut bien avouer.
Un sourire, un remerciement et je m'attends à ce qu'il reparte comme sur un nuage, vaquant à ses occupations -beaucoup de rêverie.
Mais non.
Il reste et reprend la même posture que tout à l'heure en bord de table. Ouh. Il a quelque chose à annoncer !
En effet, pas besoin d'attendre deux secondes, le voilà qui commence. Et me fait comprendre que ce que j'ai raconté tout à l'heure a trouvé audience. Il a même réfléchi, c'est vous dire ! Et je suppose qu'il va nous faire part de cette réflexion. J'espère juste qu'il aura la bonne idée de vulgariser ses pensées pour les faire partager. Parce que les monologues incompréhensibles avec lui, j'ai donné !
Assez étrangement, il paraît avoir compris comment faire passer des idées d'une personne à l'autre parce que ce qu'il commence à raconter ensuite est assez limpide. Très limpide, même.
Mais, alors qu'il raconte son histoire de dragon, je commence à me perdre dans une autre remarque. Qui n'a strictement rien à voir.
Parce que je le regarde alors qu'il parle, accroupi, coudes posés sur la table.
Je me fais la remarque que, pour une fois, il n'a pas l'air trop grand. Il est à la même taille que nous assises sur nos chaises.
Et cette idée en amène une autre.
C'est qu'à cette taille, on pourrait lui faire un patpat sur le crâne -pas un patpat fracasse de tête, hein, un truc gentil, j'suis pas folle !
Cette idée prend de l'ampleur alors que je continue de le scruter. Et il achève son histoire, et Mary répond, parle de tuer les comploteurs -ouais, ouais, une bonne idée, ça, un peu radical, peut-être mais
_J'ai jamais l'occasion de patpater sa tête, en fait, parce qu'il est trop grand -ou que je suis trop petite et là, c'est rigolo, hein, parce que



-C'est pas bien, des cœurs ? je demande à l'adresse de Mary, lorsqu'elle évoque le jour où il y en avait partout.

Faudrait savoir. Qu'on se mette d'accord. Est-ce que les cœurs, c'est aussi dangereux que le reste ? Est-ce que ça aussi, ça a un lien avec le dragon méchant ?
Et soudain, n'y tenant plus, j'me dis qu'il faut que je teste.
Alors j'avance la main et teste un patpat gentil sur la tête de Pius. Parce que j'ai jamais fait. Et que c'est drôle. En plus, c'est doux.
Et voilà.
J'suis toute satisfaite de moi.
C'était l'exploit de la journée !
Un grand sourire de contentement envers moi-même et les affaires peuvent reprendre avec sérieux. Remarquez, je n'étais pas moins sérieuse tout à l'heure. Il fallait sérieusement que je le fasse. C'était trop tentant comme occasion.
Avec tout ça, j'ai oublié aussi qu'un gâteau et un chocolat chaud étaient en train de m'attendre. Je répare vite mon erreur parce que mon ventre commence à dire qu'il fait faim, quand même, c'est l'heure du goûter !
Une gorgée de chocolat -ça rappelle certains soirs ou certains jours à Thermidor, quand il n'y a rien de mieux à faire que regarder tomber la neige avec une tasse fumante entre les mains. Ou ramer dans une insomnie avec un chocolat piusien en compagnon.
Mais bon.
On n'est pas là pour parler de Thermidor ou se rappeler le confort d'un foyer -parce que, faut bien avouer, notre chalet, il est pas trop mal.

-Bon, admettons, on tue les comploteurs... mais le Dragon ? Comment on fait pour empêcher qu'il ne mange le soleil ? Parce qu'en plus, c'est cruel de faire ça...

Petite moue de réflexion.
Ouais
C'est vraiment pas un gentil, ce dragon.

-Puis d'abord, on sait même pas vraiment qui sont les comploteurs... ni comment trouver le Dragon Rouge... La Machine et les complots vont peut-être nous broyer avant même qu'on puisse faire quoi que ce soit...

Comment ça, je suis pessimiste ?
A-bso-lu-ment pas !
J'ai toujours cru en notre force contre la Machine. Maintenant que super-carotte est là, pourquoi n'en serait-il pas de même contre les complots ?
Comment ça,je commence à totalement délirer ?
A-bso-lu-ment pas encore une fois !
Voyez, Mary et Pius m'écoutent. C'est que je ne délire pas tant que ça. Mauvaises langues !

Revenir en haut Aller en bas
L'auteur de ce message est actuellement banni du forum - Voir le message
Kathleen Gold
avatar
Serpentard
Serpentard
Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Re: Le Foyer

Message par : Kathleen Gold, Sam 10 Mar - 21:49


Ebenzer Lestrange


Alors
Il se pourrait
Peut-être
Eventuellement
Sûrement et même
Très très possiblement probable
Que tu aies abusé des verres et de leur contenu avant de débarquer ici.

Magnifique.
Une façon de fêter les anniversaires de manière très classe, les souvenirs en mélange de Soft touchers et Hard réalité ainsi que d'autres trucs qui ont été plutôt solide cette nuit là. Bizarre pour un enfant dans la tête qui a réussi à un pondre deux autres aux gouttes à gouttes.

Il faut arrêter de penser quand tu es ivre, cela ne te réussis pas.

Tu avais la trouille de ta vie de te retrouver par ici, à quelques pas de ta nouvelle demeure. Genre, tu vas toujours dans la direction opposée. Trop d'images qui reviennent, parce que tu as eu la mauvaise idée de tout vouloir faire sobre cette nuit là.
Tu parles d'un bon plan.

Tu as arrêté de compter les bouteilles disséminées sur les os du Squelette, tu préfères les laisser se métamorphoser en tu ne sais quels sucs dans le ventre, même si c'est pas exactement ce qui se passe. T'es sorcière ou pas à un moment, tu laisses la médicomagie à ceux qui ont les esprits clairs. Le tien est trop embrumé non-stop et surtout aux dates-références, ou les risques sont plus nombreux que les exceptions du calendrier. Cent Sainte Calamité pour une Jane.

Un anniversaire. Du moment avant que tu ne grossisses, que tout ne parte en éclat, blabla, trop d'étoiles devant tes yeux pour les compter, trop de vapeurs pour respirer.

Heureusement que tu ne vois pas où tu vas, tu n'as pas ingurgité le Felix Felicis inversé juste pour te rappeler la chambre et le cocktail rosé. Du courage liquide jusqu'à devenir inconsciente, éveillée par l'envie de se prouver quelque chose. Que tu peux marcher droit déjà
Pas checked
Mais essayer de ne être dans le mal
En revenant à l'endroit même où ça s'est passé
A la même date
A un moment, personne ne peut plus te tirer vers le haut.

Tu entres dans la salle et trouve un endroit où te poser,
Tu as pas envie de te faire virer vu ton état, il faut que tu continues à boire, beaucoup beaucoup
Objectif SoS Fantômes et Souvenirs
Et plus de trouille pour ce soir.

Tu essaies de fixer la carte en plissant les yeux, grillée à des kilomètres à la ronde,
En pensant à comment arrêter de trembler
Dès que tu seras redescendue d'un cran.

Te viens alors une des classiques brillantes idées de bourrées, et tu lèves la tête, avant de beugler mais pas trop fort.

-Y en a qui veulent voir un Epouvantard c'soir ?
Revenir en haut Aller en bas
Ellana Lyan
avatar
Serpentard
Serpentard
Spécialité(s) : Permis de Transplanage


Re: Le Foyer

Message par : Ellana Lyan, Sam 24 Mar - 21:52


Mered ~

Flèche d'envie, je filait à travers les désirs jusqu'à toucher l'extase. Chaque saveur, le moindre son me faisait deux fois plus vibrer en sa présence - je suis heureuse. Un courant électrique et chaud passe doucement dans mes doigts, je souris à m'en déchirer les commissures des lèvres. Qui aurait donc pu croire que cette simple élève auparavant juste bien ennuyeuse à mes yeux aurait ainsi pu devenir aussi importante pour moi. Parce que - non - rien ne présage jamais rien et aujourd'hui je suis de retour, en flamme, enfant vivante, je veux leur dire t'as vu, mi je respire, t'entends ? C'est mon cœur qui bat !

Pas de débat, pas de douleur, remords, regrets, rancœurs
re rejette, jette un tout à la poubelle
fait rentrer les mauvais tout au vestiaire
de plus en plus vite, je tourne dans l'optimise
et j'y arrive parce qu'elle est la brise, le vent de folie
qui parviens à m'indiquer le bon chemin
d'une----flèche qui----tourne

courir, désir ardent de vivre
j'suis plus une ombre, envoler le cadavre
même que tout s'effondre
il suffit - tu m'as montré
de trouver l'interrupteur et c'est gagné
éclairer la pièce comme on traverse le monde
en lueurs colorées__ Il fait jour !

Parler d'amour et d'eau fraiche
j'étais cascade de feu alors tout m'allait
Liskuvo il y avait aussi Kohane
mon aimée étoilée mais elle c'était mon secret
le jaune était bien plus accessible
à la compréhension des plébéiens, du moins.

Mais la langue fourche et ne peut que demander
et toi ?
question d'avenir à présent on continuait
dans la vie de tous les jours
je sais pas trop, j'veux du calme
j'vais sans doute servir encore un moment
à l'Occamy et puis... on verra bien !

encore fallait il réussir son année

doux sourire quand elle parle de mon poste déchu
c'est vrai, aux yeux de ceux qui compte vraiment
ça n'avait rien changé et j'en étais
vraiment heureuse.

Petit rire qui s'échappe devant la formulation
c'est promis je t'appelerais
menteuse mais enfin, je n'aurais ajmais voulu
l'exposer au moindre risque, du moins pour moi.

Les étoiles à présent, il n'y avait sans doute pas
de plus beau sujet - il fallait l'avouer
surtout avec elle qui avait sur me faire renouer
avec les jolies dorées et je ne pouvais que lui avouer
oui ! gentille fatalité mais tu manques
c'était certain tu étudies quoi ?
se rendre compte qu'en réalité je ne savais pas grand chose
Oh, oui ! Emmènes moi !
Je donnerais n'importe quoi.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé

Re: Le Foyer

Message par : Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas
Page 3 sur 7

 Le Foyer

Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7  Suivant

Permission de ce forum:Vous pouvez 
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Harry Potter 2005 :: ~¤~ Londres ~¤~ :: Rues de Londres :: Le Chaudron Baveur-

L'univers d'Harry Potter est la propriété de la Warner Bros ainsi que de J.K Rowling.
Tous droits réservés sur ce site ©Copyright HarryPotter2005. Affichage optimisé sous Firefox.