AccueilPortailFAQPublications internesRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Harry Potter 2005 :: ~¤~ Londres ~¤~ :: Rues de Londres :: Le Chaudron Baveur
Page 1 sur 3
Chambre n°4028
Aller à la page : 1, 2, 3  Suivant
Megan K. Hayajân
avatar
Modération RPGSerpentard
Modération RPG
Serpentard
Année à Poudlard : Sixième année

Spécialité(s) : - Métamorphomage
- Permis de Transplanage


Chambre n°4028

Message par : Megan K. Hayajân, Mar 22 Aoû 2017 - 0:37


Les Chambres
_______________________

Bienvenue dans les Chambres du Chaudron ! Elles sont numérotées aléatoirement, ne cherchez donc pas de suite logique ! Sur demande au propriétaire, vous pouvez avoir accès à la Love Room, afin de profiter d'un dîner aux chandelles et d'une partie de dames. Les chambres sont dotées d'une salle de bain, d'un lit double, d'une commode et d'une fenêtre : la vitre est ensorcelée et ne vous montrera que le paysage que vous désirez voir. C'est de la vieille magie, comme dirait Lord V. Profitez donc du service à l'étage, nos stagiaires sont là pour en baver ! (ahah, Chaudron Baveur. Baver. ahah. )
_______________________
Revenir en haut Aller en bas
Peter McKinnon
avatar
Responsable RPGSerpentard
Responsable RPG
Serpentard
Spécialité(s) : Permis de Transplanage


[Loveroom]

Message par : Peter McKinnon, Ven 25 Aoû 2017 - 9:51


Sujet ouvert avec l'autorisation d'Asclépius Underlinden
RP privé avec Leo Keats Gold
Service assuré par Asclépius Underlinden himself


Une porte ouverte à la volée. Deux pieds qui se trainent jusque dans la chambre. Et, en arrière fond, un bruit de vidange qui roule sur le sol. Telle était la vision désastreuse (quoique cela dépende de votre point de vue) qu'auraient pu s'offrir les éventuels quidam présents dans la loveroom du Chaudron Baveur ce soir-là. Bien entendu, les seuls spectateurs de cette scène particulière (bien que pas tant que cela pour un bistrot) en étaient les protagonistes eux-mêmes, puisque c'était bien le principe de faire tomber deux gallions, c'était d'être au calme et de ne pas s'offrir ainsi à un public adepte du voyeurisme.

C'est ainsi que Peter tituba jusqu'au lit sur lequel il se laissa tomber dans un grand élan imbibé d'il-ne-savait-plus-quelle substance, tant la pré-soirée avait été arrosée. Et, dans les faits, on ne vous racontera pas dans le détails les événements et les raisons qui poussèrent nos deux lascars à finir par entrevoir l'hypothèse d'une nuit à se grimper dessus dans l'une des toutes nouvelles chambres aménagées du Chaudron Baveur, tant cela pourrait paraitre flou, même au lecteur le plus attentif. La scène s'ouvre donc sur ce désastre pour tout qui combat fermement l'ingestion d'alcool, mais de toutes façons, Peter ne comptait pas transplaner ! L'ancien préfet, d'ailleurs, en s'affalant sur le lit tel une baleine échouée ne faisait que respecter la phrase de la célèbre brochure : "Boire ou transplaner, faut pas chercher !".

Couché sur le dos, l'ancien élève des verts avait les yeux tournés vers le plafond qu'il ne pouvait contempler puisqu'il avait conservé ceux-ci clos ! Après un petit instant, et sans changer de position par rapport à celle qu'il venait d'adopter, il se fendit d'un sonore :

- Leoooo ! Qu'est-ce tu fous ?

Son compère, qui risquait bien vite de devenir bien plus que son compère, n'avait toujours pas rejoint Peter qui, les yeux clos et les oreilles prises par un bourdonnement significatif de son état, n'était même pas capable de dire si le concierge de Poudlard était déjà ou non rentré dans la chambre qu'ils avaient louée ! Celle-ci était d'ailleurs superbe et contenait tout le confort auquel on pouvait s'attendre. Il y avait même un jacuzzi et le petit-déjeuner était offert. Autant dire qu'il y avait de quoi leur permettre de se réveiller en douceur le lendemain matin de leur folle nuit d'amour et de reflux gastriques ...
Revenir en haut Aller en bas
Shae L. Keats
avatar
Personnel de Poudlard
Personnel de Poudlard
Spécialité(s) : - Métamorphomage
- Permis de Transplanage


Re: Chambre n°4028

Message par : Shae L. Keats, Sam 26 Aoû 2017 - 15:07


18h18.

Quelqu'un pense à moi... Enfin c'est ce que les gens disent. Pour se rassurer je crois. Pour s'imaginer un instant important aux yeux de quelqu'un. Mais pour moi, c'est différent. Je doute que l'on pense toujours à moi de façon sympathique. Et encore moins à heure fixe.
Alors j'ai décidé d'arrêter. De croire aux liens entre les gens, à la Mosaïque des Sentiments.

-soupir- L'hypocrisie comme un jeu de bille.

Je suis fatigué.e, des souvenirs en goutte-d'eau, des images et des sons qui reviennent de l'été. Je suis fatigué.e des sourires, des bruits et des rires. Des litres de bière renversé par terre, alors je pousse la porte du bar, un peu à contre-temps. Espérant que le cœur s'écoulera rapidement ce soir. Trouver une âme en vie, et s'y accrocher avec désespoir pour la nuit. Jusqu'au matin, et laisser les corps suants reposer sur le lit alors que les envies de liberté et les odeurs de cafés feront battre les pavés au cœur encore étourdie par la nuit.

-Le marché aux âmes-Et recommencer le soir suivant.

Le jeu de corps se fait, et les amants esseulés disparaissent dans les chambres, les portes valsent dans une rythmique insupportable.   Quand les clous le long des murs s'entrechoquent en clamant l'agonie insupportable du respect de l'autre. J'ai bu, encore et toujours. Un peu trop sûrement, mais ce qu'il me fallait pour y arriver. Pour m'y remettre. Arrêter d'être à part. Jouer aux autres dans ce corps insupportablement

-binaire-  masculin.

Et les yeux qui se croisent quand les âmes s'entrechoquent, une tête connue et appréciée, quelques verres accompagnée, et les corps qui s'enfuient vers un monde partagé, quand le nom détesté est prononcé dans son appel. Un temps d'arrêt et un haussement d'épaules. Avant de s'étendre aux côtés et de trouver les lèvres de l'autre dans des embrassades. Le corps changeant s'immiscant dans l'intimité quand les yeux virent à la neutralité.

Je te rejoins Peter.
Mais aide moi à oublier.
 


Dernière édition par Leo Keats Gold le Mar 24 Oct 2017 - 0:51, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
En ligne
Peter McKinnon
avatar
Responsable RPGSerpentard
Responsable RPG
Serpentard
Spécialité(s) : Permis de Transplanage


Re: Chambre n°4028

Message par : Peter McKinnon, Mar 29 Aoû 2017 - 20:00


L'ancien élève de Serpentard fut tiré de sa lente torpeur par l'arrivée du concierge de Poudlard. Toujours les yeux fermés, il remarqua l'arrivée de son amant de ce soir par un mouvement à coté de lui sur le matelas. Lequel mouvement fut suivit pour Peter par la réunions de leurs lèvres sous l'impulsion de Leo. Après ce bon moment de tendresse, Peter se décida à rouvrir ses petit yeux embués pour pouvoir le voir. Car c'était vrai qu'il était beau. Il avait un physique particulier, androgyne, c'était magnifique. Ce gars-là était superbe et Peter ne l'avait que pour lui, pour une soirée.

C'était particulier, de se retrouver là, dans un lit, avec un autre homme pour lui qui aimait tellement les femmes et avait haï pendant une grande partie de sa vie ses congénères masculins. Mais, il avait depuis longtemps appris à apprécier ce qu'il y avait de meilleur chacun et il savait que ce potentiel se découvrait principalement la nuit et principalement sa sa chemise, qu'il venait par ailleurs d'envoyer valdinguer par terre. Et puis, la personne qui était à coté de lui n'était pas n'importe laquelle, elle était magnifique. Pour l'ancien préfet pourtant, le gardien devenu concierge n'avait été que ce membre du personnel discret (bien qu'ils aient déjà pris un bain ensemble pendant sa scolarité). Mais, maintenant qu'il était adulte, il pouvait le voir sous un autre regard.

- Est-ce qu'on te l'a déjà dis, Leo ?

*C'est vrai qu'il est magnifique ...*

Alors, dans un mouvement assez inattendu mais parfaitement contrôlé, dicté par l'inhibition qu'affichait alors le sorcier de vingt ans, celui-ci se plaça à califourchon sur son partenaire nocturne avant de goûter une nouvelle fois à ces lèvres. Quel goût avait-il ? C'était assez indescriptible, notamment compte tenu de ce que le bougre avait du s'envoyer avant de monter. Pourtant, Peter y trouvait des notes de fruits rouges ... Fraise ? Framboise ? Groseille ?

- J'ai envie d'un bain ...

L'ancien préfet n'avait pas l'air d'avoir spécialement envie d'attendre le lendemain matin pour tester le jacuzzi qu'il avait si cher payé ! Et puis ce serait amusant, et il avait envie de s'amuser. Il voyait déjà le superbe sorcier se lever le lendemain matin et le laisser sans cérémonie, ce n'était pas que Peter s'attachait, cela aurait été grand dire mais il le trouvait si beau ... Enfin, un bain aurait le mérite de leur rappeler la première fois qu'ils s'étaient tous deux vu nu. Le visage de Peter n'avait guère changé depuis cette époque et, il n'y avait pas de mal à un peu de nostalgie !
Revenir en haut Aller en bas
Shae L. Keats
avatar
Personnel de Poudlard
Personnel de Poudlard
Spécialité(s) : - Métamorphomage
- Permis de Transplanage


Re: Chambre n°4028

Message par : Shae L. Keats, Mer 6 Sep 2017 - 12:43


"I have sex" they said
but i don't know
what making love
feels like.


J'ai besoin d'apprendre Peter. À faire ça pour soi même, pour son bien. J'ai besoin de comprendre que ça peut aussi porter, et ne pas qu'enfoncer. Qu'on peut le faire pour l'humain, sans enjeux. Juste pour se sentir aimé·e. Vivant·e. Le temps d'une nuit. D'un soupir.
En faisant comme si ça allait durer, en se forçant à oublier que le matin nous trouvera de nouveau seul·es, errant sur le trottoir après une nuit agitée. J'ai pas fait ça depuis des mois tu sais. Je me sentais trop sale, trop blessé·e. J'avais besoin de recul. Je veux pas retomber là-dedans, jamais. La perte de soi dans les endroits sombres, et la torpeur permanente de l'alcool et d'un plaisir éphémère. Et pourtant je sens que je tangue. Dangereusement. Je joue au funambule sur la ligne, en permanente. J'ai peur Peter, de tout ça, de toi. Mais je veux dépasser tout ça.
Ce soir j'ai envie de vivre,
un peu.

Y a une lueur étrange dans tes yeux lorsque ceux-ci m'attrapent. Qui diffèrent un peu de ton utopie alcoolisée. J'ai senti mon corps qui changeait tu sais. Je sais que Shae s'est montré·e. S'il te plait, ne me fais pas regretter de m'être dévoilé·e. J'ai besoin d'être moi-même pour ça. Pour toi, ce soir. J'en ai marre de me cacher. Cette nuit j'implose. Sans artifices. T'es sûrement le premier à qui je me dévoile comme ça. Le premier à comprendre que je ne me cacherai plus. Et pourtant j'arrive pas à détourner mes yeux de ton regard. Il y a quelque chose de magnifique dedans. Une parcelle de ton monde à laquelle j'ai envie de m'accrocher. Que j'ai envie de découvrir. De visiter. J'ai envie de tout comprendre, de tout voir cette nuit. Alors s'il te plait, montre-moi.

Mon haut disparaît en même temps que le tien, et mon bas aussi. J'ai envie d'être entier, alors je n'ai pas gommé les dessins aux traits fins qui parcourent mon abdomen et mes bras, ni ceux de mes cuisses. J'en ai plus honte tu sais, je crois qu'il est tant que je comprenne qu'ils appartiennent au passé. Je te dois d'être moi-même. Sans fausseté. Dans mon intégralité.

Est-ce qu'on te l'a déjà dis, Leo ?

Et la question tombe, comme une goutte d'eau qui s'immisce dans mon crâne. Est-ce qu'on me l'a déjà dit ? Je ne sais pas de quoi tu parles, ou du moins je ne veux pas savoir. Non, on ne me l'a jamais dit, ou plutôt pas à moi. À cette enveloppe vide que je laisse entrevoir, la plupart du temps. Personne n'a jamais eu accès à ce que je te dévoile ce soir. J'osais pas, ou j'avais honte, je ne sais pas vraiment, et pourtant.
C'est comme ça
Et seulement comme ça
Que je peux espérer respirer un peu.

Ton geste me surprend, et pourtant m'arrache un sourire?. J'ai envie d'impulsion. De surprise. J'ai besoin d'être mené·e. Parfois dominé·e. J'ai besoin d'être comme tout le monde. De profiter de l'instant, de me laisser aller. Alors je cueille tes lèvres avec plaisirs. Y a comme un goût de pluie, de sucre. De rouille aussi. Comme une allumette dans une cuve de pétrole, je profite de tes baisers sans retenue. Parce que le cœur s'accélèrent, et que les sensations m'envahissent. Me ramène à la vie.

J'ai envie d'un bain ...

Y a un sourire en coin qui s'immisce. Parce que même si je fais comme-ci, je me souviens de toi. Le préfet peu pudique. Qui a gentiment accueilli le concierge et le gardien alcoolisé dans son bain. Retour au point de départ. Alors je me lève. Enlève le reste de pudeur qu'il me reste. Je te prends par la main et t'entraîne jusqu'au bain. J'ai envie de me lâcher ce soir. Alors j'entre dans le jaccuzzi sans un mot, je t'admire le temps que tu m'y rejoignes. Je capte toujours cette lueur énigmatique dans tes yeux, lueur qui me donne envie de visiter ton monde. Cette nuit. Te céder aussi un bout du mien, et voir ce que le mélange peu donner.
Parce que l'appréhension me quitte.
Et dès que tu es là, c'est à mon tour de me placer à califourchon sur toi. De me laisser guider en cessant de réfléchir pour une fois. Mes lèvres trouvent de nouveau les tiennes alors que mes mains s'étendent en caresse sur ton torse. J'aime le contact de ta peau sur la mienne. Elle me réchauffe. J'ai envie de profiter de cette nuit, pour me sentir bien.

Montre moi ton monde Peter.

dans un murmure.
Revenir en haut Aller en bas
En ligne
Peter McKinnon
avatar
Responsable RPGSerpentard
Responsable RPG
Serpentard
Spécialité(s) : Permis de Transplanage


Re: Chambre n°4028

Message par : Peter McKinnon, Dim 17 Sep 2017 - 13:35


Alors que la nuit régnait en maitre sur Londres, dans une chambre du Chaudron Baveur, toute entière dédiée au coeur, la vie commençait à déborder du grand lit et à éclabousser les mûrs. Le grand poème des âmes et des corps faisait couler son encre colorée entre les deux êtres qui ne demandaient plus qu'à se rejoindre dans un grand mouvement à la fois humain et terriblement animal. Et, alors que tous ses autres sens étaient en éveil, l'ouïe de Peter était en berne. C'était qu'il était terriblement silencieux ce Leo. Silencieux mais pas sourd aux envies du Serpent entortillé autour de sa taille, car déjà le concierge de Poudlard l'emmenait vers le bain à bulles.

Tiré par la main, Peter arriva jusqu'au bassin où il abandonna le reste de ses vêtements. Il plongea alors dans l'eau chaude. Laissant sa main se perdre au bord du jacuzzi, afin d'activer le bain moussant. Pendant que les premiers remous aquatiques se faisaient ressentir, le sorcier rouge et or se plaça sur Peter, qui venait de s'installer confortablement dans l'eau. Et voilà que les deux compères se réunissaient une fois de plus pendant que le concierge laissait ses mains parcourir librement sur le torse de l'ancien préfet. Comme pour réveiller chaque cellule du corps du sorcier.

- Montre moi ton monde Peter.

Comme une bouffée d'air après l'apnée, le vert bascula la tête en arrière. La vie et l'oxygène débordaient soudainement de la baignoire. Sans cesser leurs embrassades, le gérant de l'Occamy attrapa les hanches de son partenaire de soirée. Il était parfait, de plus en plus parfait. Ainsi, il voulait voir son monde ? Quel était cet intérêt soudain pour le jeune voyant ? Peter ne pouvait que se sentir flatté de porter sur lui toute l'attention du sorcier au physique androgyne. Alors, rouvrant les yeux, le vert et argent plongea son regard dans celui de l'homme qui se tenait assis sur lui. Dans les grands yeux de l'ancien élève de Serpentard, un tourbillon de couleurs bleues et vertes dilatées invitait le concierge à pénétrer dans son univers.

- Accroche toi.

C'était fou l'énergie que l'un et l'autre dépensaient pour ne pas être abandonné par l'autre. C'était l'énergie du désespoir. Et cette phrase ridicule du sorcier de vingt-et-un ans qui sommait son partenaire de s'accrocher à lui alors que c'était lui qui voulait conserver ce corps parfait auprès de lui. Tous deux étaient là à s'accrocher l'un à l'autre, formant sans le savoir par leurs corps nus le radeau sur lequel ils s'agrippaient.
Revenir en haut Aller en bas
Shae L. Keats
avatar
Personnel de Poudlard
Personnel de Poudlard
Spécialité(s) : - Métamorphomage
- Permis de Transplanage


Re: Chambre n°4028

Message par : Shae L. Keats, Sam 21 Oct 2017 - 15:16


J'aime les accidents de ton souffle. Ces arrêts un peu brusques, et ces inspirations que tu prends. Ça fait longtemps que j'ai as pris les mêmes. Que j'ai pas pris le temps de me reconnaître.
Alors je t'observe. Pour imiter. Mes mains suivent la moindre de tes courbes. Pour réussir a les reproduire plus tard. Derrière mes paupières. Quand la nuit est trop noire. Je t'apprends Peter.
Sur le bout des ongles.

J'ai pas fait exprès tu sais, mai c'est amusant le dessin de mon ongle sur ta hanche. Il ne sera plus la dans quelques secondes. Et pourtant pour l'instant je ne vois plus que ça. Le rouge qui tranche avec ta peau trop blanche. Le rouge qui imprime l'invisible. Je te laisse m'attraper. Parce que j' ai pas peur ce soir. J'ai pas peur de te laisser voir. Sentir.
J'ai l'envie qui me caresse la joue,
je la croyais partie un peu trop loin.

J’étais pas pret.e. A ton regard. Je pensais pas que tu me prendrai au mot. Que tu me laisserais plonger. C'est un morceau d’âme qui brille dans tes yeux. Un morceau d’âme que j'ai envie d'aller chercher. De mordiller. Comme un enfant. Les pupilles brillantes dans la nuit.
J'ai pas peur Peter.
Pour la premiere fois de l'hiver, j'ai arrête de trembler.
C'est la neige qui tombe sans se faire mal, et toi tu tombes a en surprendre les étoiles.
Tes pas qui s’entremêlent.
Le chant de tes veines.
Qui rassure.
Il n'y a rien ce soir
Qui m'oblige a partir
Aucune peur
Aucun pleur.

Accroche toi.

Me lâche pas Peter. Pas ce soir. Si je m'accroche promets-moi de ne pas disparaître au matin. Alors qu je dors encore. Promets-moi avant que nos souffles n’achèvent de s'accorder. Je ne tiens pas debout seul.e ce soir. Alors je m'accroche a toi. A l’idée de toi. A tout ce que tu dégages. Je m'accroche pour ne pas me laisser distancer. Alors j'ai presque envie de dégainer un polaroid, mais ma mémoire fera l'affaire. Au cœur de la brume je prends ta photo. Pour ne rien oublier du tableau. De la danse des poupées a l’extérieur. Du cri des corbeaux. Et de ton calme. Au milieu de la tempête.
Changeant ma mort en miel.
Je vois ma peine dans les pores de ta peau.
Et pourtant
je m'accroche.
Mes lèvres suivent leur trajectoires,
Suivant la trajectoire de mes mains.
Le long de ton abdomen.
Et même un peu plus bas.
 
Revenir en haut Aller en bas
En ligne
Peter McKinnon
avatar
Responsable RPGSerpentard
Responsable RPG
Serpentard
Spécialité(s) : Permis de Transplanage


Re: Chambre n°4028

Message par : Peter McKinnon, Mar 7 Nov 2017 - 20:34


LA de Leo pour le saut dans le temps


Ce devait très probablement être le plus beau bain de la vie de Peter. Au milieu des bulles chaudes, se mélangeaient l'insouciance et l'affirmation de soi. Et, bien évidemment, la baignoire débordait de gestes d'affection entre les deux jeunes sorcier, qui étaient bien trop heureux de s'apprivoiser et de se découvrir, alors que quelques heures plus tôt cela aurait été impensable. Peter profita encore de son bain pendant de longues minutes. Tantôt sur Leo, tantôt raccroché à lui uniquement par la main, parfois dérivant au rythme de l'eau bouillonnante, il était heureux. Certes, l'ivresse n'était pas étrangère à ce sentiment d'être ailleurs, d'être à part, mais il fallait bien avouer que le partenaire de la soirée n'y était pas pour rien non plus.

Au bout d'un moment, le sorcier de vingt-et-un an exprima le souhait de sortir des profondeurs réconfortantes du jacuzzi et alla se réfugier sous les draps de l'immense lit qu'ils avaient loué à la nuit. L'homme n'avait pas prit la peine de s'essuyer, ni de se rhabiller. Il se blottit là, comme un petit ours dans sa tanière, affichant sur son visage le signe d'une intense satisfaction. Il appela encore le concierge de Poudlard à lui. Et passa de longues minutes à fermer les yeux tout en prenant soin de passer ses mains sur le corps de son partenaire, comme pour imprimer mentalement chaque courbe de ce corps si parfait qui s'était présenté à lui.

Et puis, dans une grande inspiration, Peter se réveilla. Allongé nu dans le lit de la loveroom, il ne s'était pas vu partir. Son premier réflexe fut de se plaquer une main sur le visage. La soirée avait été particulier arrosée et il ne se souvenait plus de tout ce qu'il avait ingéré. Prenant le temps de reprendre une respiration maitrisée. Il ressentait alors une formidable sensation de bien-être et d'accomplissement, mêlée d'une gêne irrationnelle et soudaine, c'était terminé. Son regard se posa alors sur le concierge de Poudlard, le magnifique sorcier qui avait partagé sa nuit. Assis sur le lit, Peter ferma alors les yeux et tenta de se remémorer ces formes qu'il avait tenté tant bien que mal de mémoriser la veille. Une très fine larme descendit alors le long de la joue et roula au bas de la tête endolorie de l'ancien élève de Serpentard. C'était un caprice d'enfant, c'était vrai, mais le soleil s'était levé.
Revenir en haut Aller en bas
Asclépius Underlinden
avatar
Personnel de Poudlard
Personnel de Poudlard
Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Fourchelang
Legilimens


Re: Chambre n°4028

Message par : Asclépius Underlinden, Dim 19 Nov 2017 - 13:24






Le Chaudron Baveur


Loveroom : Peter & Leo/Shae



Le soleil se levait avec une langueur d’automne, dans ce ciel froid. Dans les cuisines du Chaudron Baveur, le jeune gérant observait Schiavo, le cuisinier en chef de l’endroit, préparer le petit-déjeuner pour les deux clients de la Loveroom. Cette salle particulière avait été réservée pour la nuit, et il ne pouvait que s’en réjouir : ça voulait dire que le concept marchait. Le jacuzzi n’avait donc pas été un vain investissement.
Attendant que la commande soit terminé, il dodelinait d’un côté puis d’un autre, un peu hagard, un peu boudeur. C’est qu’on ne le laissait plus trop toucher aux préparations culinaires de la cuisine depuis… Depuis que son goût des expérimentations avait été mis en lumière. Pourtant, il n’y avait rien eu de fâcheux ! Mais bon, apparemment, fallait conserver une image, toussa toussa… Quelle image une vieille auberge poussière, juchée entre deux mondes pouvait-elle avoir de glorieux ?

Mais en prenant le plateau dans ses mains, il ravisa sa pensés subite : ce que le Chaudron Baveur avait de glorieux ? L’image pérenne de Valentina. Qui, certes, s’en était allé… Mais mieux valait ne pas penser à quoi que ce soit de fâcheux dès le matin.

D’un pas leste, il grimpe les marches avant de se retrouver au bout d’un des couloirs de l’auberge. Un peu isolé, un peu intime, parfait pour laisser les gens se retrouver avec eux-mêmes pour jouer au Scrabble. Ou apprendre à se connaître, bibliquement parlant, mais ça ne relevait guère de son expertise.
D’un léger coup de phalanges contre le bois de la porte, il annonce sa présence, avant de, tout aussi doucement, pénétrer les lieux. Son regard ne dérive pas sur les formes plus ou moins alanguies du lit : ce n’est pas son intérêt. Son seul intérêt, est la petite table munie de deux chaises, mise à disposition dans la pièce, sur laquelle il dépose le plateau de petit-déjeuner : deux assiettes contenant chacune des toasts, des œufs brouillés et du bacon. Deux grands verres de jus de fruit, deux bols d’Earl grey, des scones, du beurre, de la marmelade et des pancakes à la myrtille. Un petit-déjeuner britannique débordant de classicisme. Les pancakes ayant été rajoutés sur le plateau – enchanté pour accueillir tout ce qu’on pouvait poser dessus et maintenant les plats dans une douce chaleur –, petit ajout personnel de sa création. Garantie sans gluten ! Oui, il faisait attention à la santé de ses clients : ce serait dommage que l’un deux se mette à étouffer à mort dans les draps immaculé. Assez peu ragoûtant comme tableau.

Déposer le plateau sur la petite table ne lui prit bien longtemps, et il tâcha donc de repartir aussi rapidement, doucement et discrètement qu’il était entré, ne souhaitant perturber le sommeil des invités.
Revenir en haut Aller en bas
En ligne
Invité
avatar
Invité

Re: Chambre n°4028

Message par : Invité, Ven 22 Déc 2017 - 12:01




"Chambre n°4028"

Les chambres sont situées en haut des escaliers faits de bois ancien au vernis effacé. Pour atteindre le palier agrémenté d'un tapis raffiné, enfin il en rêverait, il vous faut escalader les marches présentées qui se dessinent à chaque pas, offrant une belle mélodie craquante, des plus communicantes.

Pour y accéder, rien de bien compliqué, il vous suffit de demander au stagiaire s'en occupant, un numéro et une clef, avant de payer le montant escompté (1Gallion). Vous pouvez aussi bien réserver votre chambre en passant par Hiboux, Patronus, ou par le biais du réseau de Cheminée, sinon simplement en vous présentant directement.

Une fois dans votre chambre, vous pouvez alors profiter d'un lit à baldaquin plutôt ancien. Même s'il semble plutôt endommagé, le matelas est presque entier et le service de nettoyage fait des merveilles entre chaque clients morts ou vivants passés. De grandes fenêtres vous offrent une vue sur le monde des sorciers ou des moldus suivant le côté demandé, à moins qu'elle ne soit ensorcelée, décoré d'un rideau épais dépourvu de qualité.

La Carte du Chaudron Baveur est accessible ici.
Seules les cartes des salles ensorcelées ne le sont pas.
Une mornille vous sera facturée en supplément pour chaque produit demandé.





"Room Service"
Services Proposés :

○ MASSAGES ~ 2 Gallions

• Huiles Essentielles ou Pierres Chaudes
• Dos
• Visage
• Corps Complet

○ LOCATION ~ 3 Mornilles

• Échecs version sorcier  

○ CARTE SPÉCIFIQUE ~ 1 Gallion la Bouteille

• Hydromel aux épices
• Rhum groseilles
• Vin de sureau
• Bièraubeurre

○ VENTES

• Pierréveil ○ 12 Mornilles
• Pilule Paillette ○ 8 Mornilles
En partenariat avec Waddiwasi


Revenir en haut Aller en bas
Shae L. Keats
avatar
Personnel de Poudlard
Personnel de Poudlard
Spécialité(s) : - Métamorphomage
- Permis de Transplanage


Re: Chambre n°4028

Message par : Shae L. Keats, Ven 29 Déc 2017 - 19:19


Ce garcon est une ville
Je me perds dans ses artères, sur son corps que j'aime visiter du bout des doigts.
Il y a quelque chose de magique, des étincelles qui crépitent. Qui me portent toute la nuit. Qui me bercent, qui soigne un peu le corps en feu. J'ai plus si mal, même la douleur est douce.
Elle coule comme de la pâte tiède
sur mes os.

J'suis devenu poussière entre tes bras, j'suis devenue Shae, j'ai perdu ces visses rouillées qui maintenait le dos droit, comme il le devait. J'suis devenu libre, pluis, orage et vent. Et j'pourrais en pleurer tellement ca fait du bien. Tellement ça secoue tout au dedans. J'pourrais vraiment pleurer tu sais, tout laisser aller. J'crois qu'avec toi j'pourrais oublier qui j’étais avant
y a l’énergie du désespoir et la torpeur de l'alcool
mais on y pensera plus tard.
Plus tard.

J'pourrais crier
-de bien être
tu calmes les griffes sur mes cotes.

Alors j'passe la nuit
sans vraiment dormir
a sentir ton corps tout a cote
j'ai peur que tu disparaisses
si je ferme les yeux.

Et pourtant je finis quand même par dormir.
C'est la porte qui me tire du sommeil
L'odeur de la nourriture
qui ne me séduit pas tant.

J'ouvre les yeux.
Et je m'assois, je porte mes yeux sur lui.
Il est encore plus beau au matin
plus beau dans cette torpeur naturelle.
il a quelque chose de magnifique
qui touche.

Mais j'ai besoin de courir tu sais,
qu'on ne me voit pas.
J'ai besoin d’être libre
qu'on puisse pas m'attraper
ça fait peur
de laisser les autres
s'attacher.
Alors je passe ma main
rapidement
sur ta joue.
Doucement
merci. pour tout.
j’ai respire comme jamais.

J't'oublierai pas Peter.
Et je disparais
de la piece
de ta vie.
on se reverra
je le sais.
 



Depart de Shae
Revenir en haut Aller en bas
En ligne
Peter McKinnon
avatar
Responsable RPGSerpentard
Responsable RPG
Serpentard
Spécialité(s) : Permis de Transplanage


Re: Chambre n°4028

Message par : Peter McKinnon, Lun 1 Jan 2018 - 18:43


Le soleil levé, tout s'était accéléré. Le petit-déjeuner était arrivé, apporté par un serveur que Peter, les yeux clos, ne put voir. Tout avait une fin et leur nuit aussi. Alors le sorcier était tout concentré à faire de la place dans sa mémoire, pour en conserver le détail de chaque moindre seconde. L'odeur de la nourriture lui fit ouvrir un oeil. Mais il savait déjà qu'il allait manger seul, malgré les doubles portions. La nuit n'avait pas été celle d'un couple parti en week-end qui se retrouve au matin autour d'une bonne tasse de thé. Son amant avait incarné pour lui la force et la tendresse que l'on retrouvait parfois dans la nature, sauvage, non il n'était pas le genre de personne à rester là.

Et ce qui était annoncé se produisit. Le concierge se réveilla. Encore une caresse et quelques mots avant qu'il ne prenne ses jambes à son cou. Le jeune sorcier, lui, fit bonne figure, se concentrant peut-être une dernière fois sur le corps de cet être d'exception pour se donner du courage. Il avait envie de pleurer, de pleurer comme un gosse à qui l'ont retirerait une joie de l'enfance soudainement, sans crier gare. Mais il tint bon, animé par l'espoir que cette nuit n'était peut-être pas la dernière ...

Son amant parti, Peter prit le petit-déjeuner apporté un peu plus tôt. Il ne prit pas la peine de se rhabiller, souhaitant conserver sur lui les marques et les essences de celui qui l'avait quitté. Il mangea d'un peu de tout mais tout cela avait l'air fade tout d'un coup. C'était un lendemain de veille, certes, mais l'on lui avait retiré quelque chose. Ce n'était pas une question de sentiment pourtant, mais Peter était frustré. Il était là, seul, en proie au manque et au doute. Il n'y avait que deux types de personnes pour regretter ce type de soirée. Les personnes qui n'y avaient pas consenti et celles qui l'avaient souhaité si fort qu'au réveil la vie s'apparentait plus à un cauchemar latent.

- A très vite, Toi.


Fin du RP !
Merci à vous deux !
Revenir en haut Aller en bas
Morgan Delaube
avatar
Poufsouffle
Poufsouffle
Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Loup-Garou


Re: Chambre n°4028

Message par : Morgan Delaube, Sam 6 Jan 2018 - 23:32


Le Blaireau s'étira longuement en sortant de sa douche. Il se sentait tout courbaturé et avait mal au dos. Tandis qu'il se rhabillait il sentit dans sa poche un vieux papier qui n'aurait pas du être là. Il le sortit distraitement et vit le logo du Chaudron Baveur. Quelle ne fut pas surprise quand il y découvrit un service de massage. Se grattant le menton, il se dit que même si ça ne le soulagerait pas, au moins ça le détendrait. Ni une ni deux il abandonna le Rainbow Troublemakers, direction la taverne qui se trouvait à la frontière entre le Londres moldu et le Londres sorcier. Repoussant quelques personnes qui s'amassaient devant la porte sans oser entrée, le Jaune et Noir entra. Cela faisait un moment qu'il n'était pas venu. Il savait qu'il y avait monsieur câlin qui traînait dans le coin mais Morgan ne le vit pas. Il s'approcha alors de quelqu'un qui semblait travailler là, une nouvelle tête qu'il n'avait jamais vu, et lui demanda :

-Bonjour. Excusez-moi de vous déranger, je cherche le service de massage s'il vous plaît ! Fit-il avec un sourire.
Revenir en haut Aller en bas
Anna Schomann
avatar
Serdaigle
Serdaigle
Année à Poudlard : Septième année

Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Re: Chambre n°4028

Message par : Anna Schomann, Mar 9 Jan 2018 - 1:12




Le Chaudon Baveur
Avec • Asclépius


– Gratte plus fort ! –
LA Asclé
il a le mien pour l'ensemble du Rp

Les deux silhouettes étaient parties depuis plus d'une heure, au Chaudron nous conservions l'anonymat de nos clients concernant leur moment intime et c'était en toute logique que seul celui (ou celle) qui s'était occupé d'eux connaissait leurs visages. Dans ce cas-ci, il s'agissait du boss. Sir Underlinden était une personne peu commune, assez original mais dans le fond très sympathique. Nous étions dans une mauvaise passe, nous avions perdu notre proprio, nous avions perdu les autres employés et ne restait qu'un garçon de 20 ans et une jeune élève de 17 ans pour faire tourner l’immense Chaudron Baveur. Nous nous en sortions, même s'il fallait trimer pour quatre, au moins la clientèle nous était restée fidèle. J'avais beaucoup d'estime pour mon supérieur, et par ce début d'après-midi plutôt calme, il avait pris la décision de nettoyer ce que nos chers clients avaient souillé.

Je montais donc les marches en bois une à une. Je galérais, je posais un pied sur la marche supérieure et doucement avec un peu élan, son frère venait le rejoindre. J'avais un seau d'eau rempli au bout des bras, on aurait pu me conseiller mille fois de prendre ma baguette et de simplement le faire léviter, mais dans ma famille, j'avais été éduquée comme cela. Ne pas céder à la facilité, avoir le goût de l'effort, car c'est ainsi que la vie marchait. Les bosses, la douleur, la galère, cela forgeait l'âme et c'était une qualité que mon père n'avait jamais mise de côté. Un petit sourire nostalgique était apparu à la suite de son image dans mon esprit. La dernière marche était souvent la plus dure, mais la sensation de satisfaction d'avoir réussi était la plus belle des récompenses effectivement.

J'entrais dans la Loveroom, je posais le lourd seau là où il y avait de la place puis je déposais à côté les serpillières qui étaient autour de mon coup. Après avoir levé les yeux, je restais inanimée devant le désordre. Je ne savais même pas par où commencer... si ouvrir la fenêtre.
Sir Underlinden m'avait dit de monter et de commencer le ménage, il m'avait dit qu'il arriverait bientôt, juste finir un ou deux trucs, sans doute de la comptabilité ou que sais-je. Enfin, l'air frai envahissait la salle et je me sentais en forme, d'attaque, même après la montée de l'escalier. Je retroussais alors les manches de ma tenue du jour avant de m'approcher du lit pour commencer à retirer les draps avec précaution... je ne savais pas sur quoi je pouvais tomber et même si une petite idée me chatouillait l'esprit, je ne voulais pas trop y penser.
Revenir en haut Aller en bas
Asclépius Underlinden
avatar
Personnel de Poudlard
Personnel de Poudlard
Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Fourchelang
Legilimens


Re: Chambre n°4028

Message par : Asclépius Underlinden, Sam 13 Jan 2018 - 1:01




Le Chaudon Baveur
Pour Morgan Delaube



Sifflements doucereux d’une mélodie inachevée. Temps qui passe, autant que les passants dans l’établissement. Haute fréquentation, on pourrait dire. Faut dire, ils ont du style, à vendre et revendre. Bien pour ça qu’il dirige un commerce, malgré le fait que la négoce n’ait jamais été son truc. L’argent, le Pius, il trouve ça sale. Alors, il évite d’y toucher, sauf quand y a pas d’autres possibilités. Pour ça qu’il fait ses comptes dans son bain. Et Kohane qui lui reproche d’y passer sa vie, dans ledit bain… C’est que c’est long, ces tribulations concrètes et entachées de capitalisme. Alors il se détend dans les herbes infusées et les huiles essentielles pour oublier en même temps.
Mais bref, pas de mains dans le cambouis ce jour-ci. Y avait quelqu’un dans l’escalier, ça grinçait. Un pas, un autre, voici l’autre qui aborde mais déborde du faciès… C’était pas son monsieur câlin ça ?

Léger raclement de gorge, sourire, s’approcher : « - Bonjour ! Navré, restriction de personnel. C’est moi qui vais m’occuper de vous, pour vous aider à soulager votre tension. Des envies ? » Qu’il fait en montrant la carte, tout en l’invitant à pénétrer au sein de la chambre 4028.
Revenir en haut Aller en bas
En ligne
Contenu sponsorisé

Re: Chambre n°4028

Message par : Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas
Page 1 sur 3

 Chambre n°4028

Aller à la page : 1, 2, 3  Suivant

Permission de ce forum:Vous pouvez 
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Harry Potter 2005 :: ~¤~ Londres ~¤~ :: Rues de Londres :: Le Chaudron Baveur-

L'univers d'Harry Potter est la propriété de la Warner Bros ainsi que de J.K Rowling.
Tous droits réservés sur ce site ©Copyright HarryPotter2005. Affichage optimisé sous Firefox.