AccueilPortailFAQPublications internesRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Harry Potter 2005 :: ~¤~ Académie de Poudlard ~¤~ :: Cours :: Vol
Page 8 sur 11
Cours N°6 : C'est un secret...
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3 ... 7, 8, 9, 10, 11  Suivant
Alhena Peverell
AdministrationHarryPotter2005
Administration
HarryPotter2005

Re: Cours N°6 : C'est un secret...

Message par : Alhena Peverell, Lun 25 Sep 2017 - 0:29


Ils se mettent alors plus ou moins au travail. Tu ne fais pas attention à qui bosse ou non, sur le sujet. Tu passeras plus tard dans les rangs pour voir l'avancée. D'abord, tu te contentes de lire le chapitre d'un livre. Ils peuvent quand même, se débrouiller un peu sans toi, ils sont grands après tout. Et puis, faire appel à son imagination, ce n'est pas trop demandé pour des élèves.

Les minutes passent, les secondes s'évaporent. Sentant de l'agitation de leur part, tu relèves les yeux. Puis les choses se succèdent toutes un peu trop vite à ton goût. Tu n'as pas trop le temps de réagir sur le coup. Tu restes perplexe devant ce spectacle.
Et soudainement, une colère qui envahit tes veines. Tu es agacée, tu veux les étrangler un à un. Tu serres les dents et te relèves. La fumée envahit la pièce et te fait tousser. Là, s'en est trop. Tu lèves ta baguette et prononces un #Eolo Procella Minima. Un léger vent se lève, chassant la fumée par les deux grandes portes de la classe. Tu balances ensuite un #Réparifagex sur le lapin.

Tu ne dis rien, le silence se fait chez toi. Tu foudroies du regard les deux emm*rdeurs de première catégorie. Soudainement, paumes ouvertes, tu plaques tes deux mains assez violemment sur le bureau, histoire d'attirer leur attention.

C'est bon ? Vous avez fini de jouer au plus c*n ?  

Il n'y a pas de cri qui s'échappe de ta gorge. Tu as seulement élevé la voix froidement pour qu'ils t'entendent tous. Tu n'aimes pas crier sur des enfants, l'expérience de la maternité peut-être...
Tu lances un regard glacial aux protagonistes de la scène surréaliste.

Ça ne va pas de vous comporter comme ça ? Vous vous croyez où ? Au milieu d'une jungle ? Il me semble que nous ne sommes pas là pour ça !

Tu grinces des dents, tes poings se serrent.

Monsieur O'Toole, Monsieur Daiklan, soixante-dix points en moins pour vos maisons. Un tel comportement est complètement inacceptable et vous venez intérieurement, de me mettre hors de moi. En plus de cela, vous gagnez trois heures de colle chacun et vous êtes exclu immédiatement de mon cours. La décision est irrévocable, vous n'avez pas votre mot à dire et les autres non plus. Dégagez d'ici maintenant.

Tu montres du doigt la porte.
Tu contemples la classe d'un regard noir, le premier qui ouvre la bouche pour contester prendra certainement la porte aussi. Et tant pis s'ils te trouvent injuste, tu en as absolument rien à faire de ce que ces élèves peuvent désormais penser. Ils ont dépassé les bornes et tu n'es pas du genre à faire semblant que tout va bien. Surtout que bon, vu comment on t'a éduqué, tu peux faire bien pire.
Tu as juste réussi à te, contenir ?

Miss Adand, cinq points en moins pour serdaigle et une heure de colle avec moi. On ne crie pas sur ses camarades.

Tu croises les bras, baguette en main. Tu es prête à réagir de nouveau en cas de problème. Mais cette fois, ça risquait d'être très différent de la punition que tu venais de donner.
Cela n'a plus rien de drôle désormais et tu espères que ton frère, l'a bien compris et ne va se risquer à te provoquer. Ton regard brûle d'une colère qui glacerait le sang des plus sensibles.
Tu tentes cependant, de rester le plus calme possible dans tes propos et gestes.
Revenir en haut Aller en bas
Azaël Peverell
avatar
Serpentard
Serpentard
Spécialité(s) : - Permis de Transplanage
- Animagus : Chien-loup Tchécoslovaque


Re: Cours N°6 : C'est un secret...

Message par : Azaël Peverell, Lun 25 Sep 2017 - 0:52


La crétine de Serdaigle se sent obligée de t'adresser une nouvelle fois la parole. Tu lèves les yeux au ciel. Non mais franchement, qu'est ce que tu t'en fous de ce qu'elle peut dire. Tu te contentes de lui balancer un froid "Non j'crois pas non." pour sa proposition d'en parler à la fin du cours. Elle a cru quoi ? Que vous alliez devenir potes et aller boire une bierraubeurre alors qu'elle te gonfle avec ses moldus et qu'en plus elle mate ta soeur ? Non mais faudrait peut être pas trop déconner quand même. Tu veux bien faire des efforts, mais y'a des limites. Déjà, tu ne lui réponds pas pour ne pas envenimer la situation, ça relève de l'exploit.

Et puis la voilà qui commence à embrouiller Arty parce qu'il a décidé de s'amuser un peu. Non mais elle se prend pour qui la Miss Parfaite ? T'as bien envie de la faire fermer son clapet une bonne fois pour toute. Mais visiblement, ton pote aussi. Et il est en colère. Et il semble soudainement saisir tout le délire d'être sorcier, avec la magie et tout, puisqu'il l'arrose en pleine tronche avec sa baguette. Tu observes la scène, surpris. Et tu laisses échapper un rire. Parce que pour le coup, ton pote a grave assuré. Même s'il risque de prendre cher si ta soeur a vu la scène...

Mais il ne s'arrête pas là. Ton pote pète les plombs, littéralement. Il décide de s'en prendre au crétin de rouge en face de lui. Un dragon miniature à la place de l'avion en papier. Et un Atshum Draconis sur lui. Tu écarquilles les yeux. Ok, là, ça va peut être un peu trop loin. Tu poses ta main sur l'épaules d'Arty en lui murmurant de se calmer vite fait. Mais le rouge décide de faire son malin aussi. Enfin il prend feu, comme Arty le voulait sans doute. Ouais, faut pas s'moquer de la mort de Joséphine, ça attire des ennuis... Mais il gère la situation, les flammes ne brûlent plus. Et il vient faire un câlin à ton pote. Tu t'écartes vivement. Faudrait pas qu'il te touche par inadvertance, manquerait plus que ça.

Arty prend feu. La base. Mais ça brûle pas, alors c'est juste classe. Et un nuage de fumée envahit la classe. Non mais on aura tout vu... Alhena va péter les plombs, tu donnes pas cher de leur peau à ces deux là. Ulysse, tu t'en tapes royal. Mais Arty... C'est ton pote. Et il a du mal à gérer ses émotions, alors faudrait pas que tout ça aille trop loin. Le nuage de fumée disparaît. Alhena est intervenue. Ton regard se porte sur elle. Et elle a l'air vraiment, vraiment énervée. Elle te fait un peu flipper en fait. T'écoutes tout le sermon comme si t'étais dans les principaux concernés. Mais quand elle dit que ton pote va se faire exclure du cours, tu tiques un peu.

La perte de points et les heures de colle, ça te paraît normal. Mais si il est exclu avec tout ça, il va paniquer, c'est sûr. Il serait même capable de croire que tout cela n'est qu'un plan pour le tuer plus facilement après parce qu'il sera exclu du groupe. Oui oui, il est capable d'aller jusque là dans ses pensées, c'est un fou le gosse. Il a l'air un peu bugué d'ailleurs. Genre il freeze. Peut être le calme avant la tempête. Ah oui, le voilà qui commence à serrer les poings et à taper du pied en mode il va faire un caprice parce que c'est pas juste, c'est à cause de la mort de Joséphine, c'était très très triste et il s'en est pas remis, et Ulysse s'est moqué de ses sentiments et patati et patata. Personne a envie d'entendre ça. Surtout pas Alhena. Tu lui chuchotes :

- Reste calme, dis rien, j'm'en occupe.

Enfin... Tu peux toujours essayer quoi. T'es sûr que ça va pas marcher. Que tu vas jute t'en prendre plein la figure à ton tour. Mais pour ton pote, tu peux bien essayer, c'est fait pour ça l'amitié non ? Alors tu te tournes vers ta soeur, en essayant de passer outre le regard assassin qu'elle adresse aux élèves. Et tu prends la parole.

- Euh... En fait c'pas très cool de punir Arty là. Parce que c'était mon idée le truc du dragon et du feu et tout. J'lui ai dit d'le faire t'vois... Et euh... Il avait pas le choix quoi.
Revenir en haut Aller en bas
Alhena Peverell
avatar
AdministrationHarryPotter2005
Administration
HarryPotter2005
Spécialité(s) : Permis de Transplanage


Re: Cours N°6 : C'est un secret...

Message par : Alhena Peverell, Lun 25 Sep 2017 - 1:26


C'était vraiment trop demandé qu'Azaël reste un jour à sa place et qu'il la ferme pour de bon. Poings serrés, tu l'observes. On dirait que le gosse transpire le mensonge de tout son corps. Tu le foudroies alors du regard et puis un sourire se dessine sur tes lèvres. Un mauvais sourire, ton rythme cardiaque s'accélère. Le froid règne et tu répliques d'une manière, assez amère.

C'est louable de vouloir défendre ton ami, une heure de colle pour toi aussi alors. Maintenant tu la fermes et tu t'assois Azaël.

Ton frère était idiot de penser que tu allais réellement le croire. Tu le connais, tu connais aussi ce regard et ce qu'il est train de faire. Ce n'est pas comme si tu l'avais pratiqué toute ta jeunesse, de prendre pour les autres. Mais tu as des yeux, tu as vu qui a fait quoi. Tu n'es pas assez stupide pour faire comme si de rien n'était.  
Baguette toujours en main, tu fais le contour de ton bureau et t'assois sur le bord de ton bureau. Tu soupires, sourire toujours mauvais sur les lèvres. Une idée vient de te traverser la tête.

Je vais être plus tolérante. Je vous laisse donc le choix par rapport à votre exclusion immédiate jeunes hommes. Vos points en moins et vos heures de colle sont maintenus, cependant je vous propose une chose. Soit vous partez, soit... vous allez au coin. Si vous ne connaissez pas cette punition, cela signifie que vous allez au fond de la classe, vous vous mettez face à un coin et vous restez face à lui sans bouger jusqu'à la fin du cours. Vos baguettes sur mon bureau et un chapeau d'âne sur la tête évidemment.

De cette manière, tu pourras toujours les surveiller et puis... c'était humiliant quand même, comme truc. En plus, peut-être qu'ils pourraient écouter la suite du cours et apprendre un peu. Faire rentrer quelque chose dans la tête des gamins, ce n'était pas facile de nos jours. N'importe quel moyen était bon pour arriver à ses fins désormais.

Revenir en haut Aller en bas
Elhiya Ellis
avatar
Responsable RPGSerpentard
Responsable RPG
Serpentard
Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Animagus (Furet)


Re: Cours N°6 : C'est un secret...

Message par : Elhiya Ellis, Lun 25 Sep 2017 - 8:15


Bon, la gamine rouge qui boude: pas son souci, elle n'était ps baby sitter.
Scruter ce qu'Ulysse dessiner: plus intéressant. Seul soucis, les deux dessins animés n'avaient aucune interaction entre deux.
Accéder à la requête du blond qui lui prend sa feuille de note pour le laisser composer un Boursouffl géant: bah pas vraiment le choix en fait. Et le pire dans tout ca, c'était que ça fonctionner. Il aurait été dur de savoir qui de la boule de poil ou de l’excité cracheur de feu était en train de prendre le dessus, en tout cas, ca avait pour merite de l'occuper 5minutes.

Un peu comme cet avion en papier qui attéri sur Ulysse. Premier réflexe ce marrer, second vouloir répliquer, sauf que ca ne la concernait pas et que le coupable originel n'était d'autre qu'Arétmis. Sourire amusé, décidément, être flanqué en continue avec Azael était en train d'avoir une sacrée influence sur lui. Ce n'était pas plus mal au final. D'un coup l'autre vert remontait un tant soit peu dans l'estime de la blondinette qui récupérait à toute hâte son parchemin de cours avant que son voisin ne décide de s'en servir comme projectile. Coup de bol -ou de génie, de la part du Rouge c'était compliqué a dire- le blondinet avait utilisé son propre matériel pour envoyer au préfet des Jaunes un..... Lapin? Ok, c'était quoi l'idée là? Un dragon à la limite, mais un lapin? IL voulait lui faire des câlins et osait pas lui dire?

Pas vraiment le temps de lui soumettre l'idée que la fille Jaune tout au bout de leur rangée s'était décidée à parler à son tour, Elhiya avait reprit les notes, surveillant d'une oreille distraite de ne pas être un dommage collatéral des gamineries de deux garçons. Apparition de morve de dragon, pouffement de rire peu discret, puis le blondinet décida de se lever de sa table de partir en face, forçant la blonde à abandonner ses prise de note pour observer ce qu'il allait faire. Bon un nuage de fumé, super, il essayait encore asphyxier tout le monde, a croire que c'était la solution à tout.. Enfin au final c'était efficace: leur enseignante avait finalement réagit. Distribution de colle et points en moins, plus Azael qui arrivait encore et toujours en chevalier protecteur pour Arty qui écopa également d'une punition. Regard amusé de la part d'Elhiya, le coin et le bonnet d’âne ca datait quand même d'il y'avait plusieurs siècle... Et puis niveau source de distraction pour les autres c était pas mal aussi..

Enfin, pourquoi pas après tout, par contre, ce bordel n'avait pas réussi à réveiller encore les 3 filles endormies de sa rangée (Aoi-Lucie-Mathilde) et en plus, maintenant, elle n'avait plus qu'Olivia pour bavasser
Revenir en haut Aller en bas
Arty Wildsmith
avatar
Modération RPGPoufsouffle
Modération RPG
Poufsouffle
Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Loup-Garou


Re: Cours N°6 : C'est un secret...

Message par : Arty Wildsmith, Lun 25 Sep 2017 - 8:38


Malade ? Non, je n’irai pas jusque là, peut-être juste un petit peu fou et décalé par rapport à la réalité, c’est tout, rien de plus, pas besoin de s’inquiéter. Par contre sans cœur, là non, je ne suis pas d’accord, Arty a un cœur plein de bonté quand on ne l’assomme pas de ténèbres, comme ici, lorsqu’Ulysse lui a montré un lapin pour, bien évidemment, raviver le souvenir monstrueux de Joséphine en flammes. Le Blaireau réprime un éclat de rire alors que le Lion prend feu à cause du dragon miniature. Décidément, il faut noter que le feu est apparemment un élément récurrent dans la vie du Poufsouffle. Seulement après, il commence à s’inquiéter, juste un peu, parce qu’il se dit que si lui était en feu il se mettrait à courir en foufelle dans la salle de classe. Mais l’autre gère mieux la panique visiblement. Il transforme ses flammes en chatouille et s’avance. Malheur. Il allait tuer Arty, à tous les coups, il n’était pas prêt pour mourir, beaucoup trop jeune, trop de bêtises pas encore faites.
Il n’a pas le temps de réfléchir que l’autre lui fait un câlin, lui transférant des petites flammes chatouilleuses et lui susurre des mots doux à l’oreille. Pourtant il lui avait déjà dit qu’il avait quelqu’un, pourquoi il insiste ainsi ? Soudain, ils sont entourés d'un nuage de fumée.

Arty est prêt à crier et à chopper le bras de Zaza qui devait être là pas très loin, mais il n’eut pas le temps, coup de vent, ses mèches folles s’envolent sur sa tête, tout redevient à la normale, enfin presque. Il jette un œil à son voisin d’en face et enlève lui aussi son pull, brûlé vif. Adieu pull aux couleurs de Poufsouffle. Et non, ce n’est pas un signe, loin de là, vous interprétez tout aussi comme ça.
C’est là qu’il se fige. Plein de phrases fusent dans sa tête alors qu’il regarde les yeux écarquillés Miss Peverell, visiblement légèrement en colère, euphémisme.
Déjà il est important de souligner que non, ils ne se croyaient pas dans une jungle mais bien dans une école de magie, et après tout, c’était tout ce qu’ils étaient en train de faire, de la magie. Pourquoi les professeurs réagissaient-ils aussi mal quand leurs élèves faisaient preuve d’inventivité en matière de pratique de sortilèges ? Allez savoir. Il entend alors combien de points il vient de faire perdre à sa maison, il n’ose même pas jeter un œil à sa collègue préfète, là-bas dans la rangée d’en face, il essaie de garder de la contenance, un peu.

Mais l’exclusion c’est trop. Il pouvait se montrer tout à fait sage quand il le voulait, si les autres ne passaient pas leur temps à le provoquer et à lui vouloir du mal. C’était un bon gamin Arty quand même, et pas du tout responsable de tout ce qui venait de passer.
Vous riez, je le vois bien.
Alors il tape du pied, parce qu’il est comme ça, un gamin capricieux et parce qu’il ne comprend pas que pour une bêtise, il ait trois sanctions différentes, ce n’était pas logique dans sa tête. Il entend alors la voix de son pote, un peu loin mais quand même, ça l’arrête un temps dans son caprice. D’accord, il se calmerait, il obéirait à Azaël parce que c’était un peu comme ça que leur amitié fonctionnait. Cette bromance fonctionnait aussi souvent avec le Serpentard qui essaie en vain, de prendre le blâme pour Arty. Le regard du jeune Blaireau navigue entre son pote et la professeure. Mais ça le fait bouillonner davantage. On devrait défendre des valeurs comme celles-ci, le sacrifice humain, l’amitié, et au lieu de ça, non pas du tout, l’autre se tapait une heure de colle. Arty soupira, il était prêt à ranger ses affaires et à partir, tous ces gens sans valeur là.

C’est alors que la voix de Miss Peverell s’élève une nouvelle fois. Tolérante ? Arty hausse un sourcil, il écoute, ne bouge pas, il commence réellement à se calmer. Dorénavant ils avaient choix, partir ou aller au coin. Le gamin eut un mouvement de recul et leva ses paumes de main en l’air, complètement perdu. Il réfléchit, vite, ça bouillonne de nouveau, il n’avait pas spécialement envie de rester en histoire de la magie, il n’avait pas spécialement envie d’être une cible potentielle des regards et des coups derrière son dos alors qu’il serait au coin, tout à fait vulnérable, il ne le supporterait pas. Mais il y avait cette histoire de chapeau qu’il ne pouvait pas laisser passer. Alors il enjambe sa table, parce qu’il était un acrobate libre d’esprit et vous ne pourrez pas lui enlever ça, sans oublier de sourire à Zaza, parce qu'il l'aimait fort et que ça se voyait dans ses yeux. Puis il se dirige vers le bureau de la prof. Avant ça, il glisse à ses camarades de sa rangée, en chuchotant, le plus discrètement possible « Pour votre utopie, imaginez une communauté de sorciers sans manières de faire arriérées, c’est pas mal. » Et en plus il continuait de travailler, quel élève modèle !
Il était prêt à poser Odette sur le bureau, ça lui entortillait le cœur parce que bizarrement, il avait appris à l’utiliser maintenant, elle était en passe de devenir le prolongement de son bras. Il lève alors son visage adorable vers Miss Peverell.

- J’accepte votre proposition. Il est comment le chapeau ? Est-ce que j’peux en avoir un jaune ? J’pourrai le garder en souvenir ? Oui ?


Parce qu’il ne faut pas oublier qu’Arty est un apprenti comédien, il aimait ça, et les accessoires, les costumes, pour les comédiens, c’est juste génial.
Revenir en haut Aller en bas
Ulysse Daiklan
avatar
Préfet(e)/Gryffondor
Préfet(e)/Gryffondor
Année à Poudlard : Septième année

Spécialité(s) : Permis de Transplanage


Re: Cours N°6 : C'est un secret...

Message par : Ulysse Daiklan, Lun 25 Sep 2017 - 9:26


Je perds rapidement mon sourire quand j’aperçois le visage du professeur à travers la fumée qui se dissipe. L’air amusé que j’affichais –parce que clairement, c’était amusant- se transforme en un visage blême et un ravalage de salive assez compliqué à exécuter.

Etonnamment quand Miss Peverell nous demande si on a finis de jouer au plus con, je ne peux pas empêcher un regard vers Artémis avec un sourcil levé. C’est limite si je ne lâche pas un « j’ai gagné » mais bon, je vais pas empirer mon cas. La grimace d’ailleurs au vu des punitions. Soixantes-dix points et trois heures de colles plus une exclusion. Bon bah rangement d’affaires. C’est quand même pas ouf, même quand je tente de jouer mignon avec un petit lapin cute, j’me fais descendre. Décidément je suis un artiste incompris.

J’ai à peine le temps de mettre mes plumes dans mon sac que la voix du Serpentard s’élève, pour défendre son pote évidemment. Donc je suis foutu. En plus si j’ai bien compris c’est sa sœur… Ohlala la réponse. ‘’Tu la ferme et tu t’assois’’ mon dieu. Je suis obligé de tourner la tête vers le mur opposé pour ne pas exploser de rire. L’image que j’ai d’Azaël vient d’en prendre un sacré coup, même si sa sœur est terrifiante là. Je prends une grande inspiration, prêt à partir quand la voix de la dame raisonne à nouveau.

Au coin ou exclu. Dessiner ou ne rien faire. Élève normal ou masochiste. Ai-je déjà dit que j’étais anormal ? Bah je le suis. Surtout en voyant Arty accepter la proposition sans broncher je ne peux pas partir et faire genre le rebelle trop dark. Je vois le préfet parler à ses amis sur le cours mais pour ma part j’en avait déjà bien assez dit, à eux de se débrouiller avec Elhi maintenant. Je prends quand même deux secondes pour me pencher et dessiner rapidement un anneau d’ange au-dessus du Boursouf. Une fois fait, je quitte les blondes dans un regard plein d’amusement avant de me lever en poussant ma chaise.

N’empêche le Jaune gère super bien les réprimandes, tout ce qui l’intéresse c’est de savoir de quelle couleur sera son chapeau. Il est au courant qu’on peut changer la couleur des objets comme on veut ou pas ? Bref, je récupère simplement le chapeau qui va m’être associé, l’air tout à fait sérieux.

- Merci Professeur.

J’enfile le machin et fait un clin d’œil aux filles quand je passe devant elle. Je suis sûr j’ai l’air ridicule là-dedans. Un grand gaillard avec un chapeau lapin tout à fait ridicule. Je me place face au mur et croise les mains dans le dos, à la militaire. N’empêche.

Ça valait totalement le coup.
Revenir en haut Aller en bas
Galway Lynch
avatar
Serpentard
Serpentard
Année à Poudlard : Septième année

Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Re: Cours N°6 : C'est un secret...

Message par : Galway Lynch, Lun 25 Sep 2017 - 10:53


Quel carnage ! Artemis avait voulu distraire le camp d’en face pour les « aider », Galway n’était pas sûr de cette idée et allait l’en empêcher mais il ne put qu’observer, impuissant, la réaction en chaîne. Avion en papier. Poule. Jet d’eau. Mini-Dragon. Fumée. Exclusion. Ils étaient vraiment dans un cours d’histoire de la magie ? L’enseignante intervint rapidement et sèchement. Elle fit un compromis sur l’exclusion à la demande d’Azaël, inquiet pour son ami. Ils s’en sortaient plutôt bien, Serpentard n’avait pas perdu de points et ils restaient à 7, alors qu’ils auraient pu perdre trois membres de leur groupe de travail, ce qui aurait fortement mis à mal leur devoir.

Il fallait maintenant passer à autre chose. Pendant que la situation revenait à la normale du coté de Mered, de Lorelaï, et d’Azaël, il nota un plan lié à ce qu’il avait dit précédemment puis il essaya de relancer, comme l’avait fait Mered avant de se prendre un jet d’eau dans la figure, plus calmement cette fois.

-Bon essayons d’oublier tout ça. J’ai noté un plan sur ce bout de parchemin. C’est une ébauche, si quelqu’un a des modifications ou des ajouts à apporter qu’il ne se prive pas. Au fait, l’un d’entre vous possède une plume à papote ?

Il jeta un charme d’agrandissement sur son parchemin, puis le fit léviter au centre de la rangée.

Parchemin scénario utopique:
 

-Ça vous va ? Quelqu’un a d’autres idées pour ce qui reste à définir ? Des choses à ajouter ?
Revenir en haut Aller en bas
Kalén Bloom
avatar
Poufsouffle
Poufsouffle
Spécialité(s) : Permis de Transplanage


Re: Cours N°6 : C'est un secret...

Message par : Kalén Bloom, Lun 25 Sep 2017 - 11:27


Kalén écouta la jeune fille de Serdaigle réagir à son propos. Elle avait trouvé les mots justes pour illustrer son propos

"Oui tout à fait ! Lui fit-elle avec un sourire. Une utopie réaliste c'est cela que je voulais dire !

Le préfet de Serpentard prit la parole. Lui non plus ne semblait pas convaincu par la restriction de l'usage de baguette. Kalén était d'accord, cela 'avait rien d' utopique, mais les choses, selon elle, devaient rester réalistes. Et elle n'était pas convaincu que cette idéologie de la confiance soit adoptée par tous.

Alors qu'elle réfléchissait aux paroles qui venaient d'être prononcées, Arty, pris d'un soudain éclair de folie, envoya un avion en papier au groupe d'en face. Elle n'eut pas tellement le temps de se demander si cette action la faisait rire plus qu'elle ne l'agaçait, que déjà, le jeune homme qui avait lorgne son chocolat quelques temps plus tôt répondait à l'assaut du Préfet.
En quelques instants, l'échange dégénéra. Lapin, dragon, flamme, jet d'eau et même fumée, la classe semblait s'être transformée en zone d'experimentarion de sortilèges. Une bleue avait bien tenté, de manière fort peu adroite, de raisonner Arty mais c'était peine perdue.

Soudain la voix glaciale de leur professeure raisonna dans la classe, coupant court à l'amicale bataille qui continuait de faire rage. Elle fit disparaître la fumée et, bientôt, le calme revint...accompagné de la sentence.

Kalén ouvrit grand les yeux. Soixante-dix points en moins ?! Elle chercha en vain le regard de l'autre préfète de leur maison, peut être saura-t-elle raisonner Miss Peverell ? Mais elle ne semblait pas vouloir intervenir. En même temps, vu comment Azael s'était fait rembarrer alors qu'il essayait de défendre Arty, elle comprenait que la jaune et noir souhaite rester à sa place.

La petite, plus que par le retrait exubérant de points, était terriblement choquée par la manière de parler de leur professeure. Elle resta de marbre au "ferme-la", au "c*n" et autre mot fleuris, mais elle n'en pensait pas moins.
Qui était cette femme pour se permettre d'employer de tels mots à ses élèves ? Certes, l'attitude d'Arty et de l'autre rouge avait été plus qu'exasperante, mais un professeur devait avant tout faire preuve de respect envers ses élèves.

Et Miss Peverell n'avait pas été respectueuse en employant ces termes.

De plus, Kalén tiqua en constatant que toutes les maisons avaient perdu des points. Toute sauf Serpentard. Bien qu'elle approuva l'intervention d'Azael en faveur d'Arty, il était le seul à ne pas avoir perdu de point. Grinçant des dents, Kalén se reconcentra sur le prefet des verts qui avait mis en place un plan pour leur devoir.

Sans prêter attention à Ulysse et Arty qui allait au coin - il sera évidemment inutile de préciser que cette méthode fit s'herisser les poils de Kalén, tout comme le sourire légèrement sadique que Peverell affichait désormais -, elle lu rapidement le parchemin de Galway et sortit un journal de son sac.

C'était le "Thames" un journal moldu (https://www.harrypotter2005.net/t78479-the-thames-n1) qui présentait les dernières évolutions non magique.

"Les points que tu aborde sont intéressants, fit elle au préfet roux en ouvrant le journal. D'ailleurs, le Thames, qui nous montre les dernières innovations moldues, prouve qu'il sera tout à fait possible de combiner la magie et leurs technologies. Je pense notamment à cette article (elle posa son doigt sur le texte consacré à l'économie). Il parle de l'agriculture hors sol et montre que certains moldues sont prêts à accepter des changements et des évolutions. S'ils sont assez ouverts pour accepter la magie, alors on peut être certains que les progrès réalisés dans ce domaine n'en seraient que décuplés.

Elle continua quelques instants de parcourir l'article des yeux, puis son attention revint vers ses camarades, attendant leur réaction.
Revenir en haut Aller en bas
L'auteur de ce message est actuellement banni du forum - Voir le message
Amy Jackson
avatar
Poufsouffle
Poufsouffle
Spécialité(s) : Permis de Transplanage


Re: Cours N°6 : C'est un secret...

Message par : Amy Jackson, Lun 25 Sep 2017 - 20:38


Depuis le début du cours Amy s'était montrée plutôt silencieuse et ce pour une bonne raison, elle n'en menait pas large. Le sujet abordé l’intéressait mais elle n'y connaissait absolument rien. Enfin bon maintenant qu'il fallait travailler en groupe elle se devait de participer un minimum. Plusieurs idées intéressantes avaient déjà été soulevée quand la jeune fille prit la parole pour ajouter sa pierre à l'édifice.

-Peut-être qu'on pourrait faire d'une pierre deux coups. Imaginons que les sorciers décident de révéler leur existence aux moldus, parce que la population sorcière grandissant rapidement ils sont besoins de plus de place et se cacher devient de plus en plus contraignant. L'annonce pourrait être faîte officiellement et les chefs des deux gouvernements mettraient en place une "constitution" . La confiance ne serait peut-être pas là dès le début et l'établissement de lois serait un peu plus tardif mais il y aurait déjà une base sur le papier. Proposa-t-elle.

La jeune fille s'arrêta un instant pour respirer avant de reprendre.

-Si on part ensuite du postulat que les sorciers et les moldus forment un seul et même peuple, est-ce qu'il ne faudrait créer des nouveaux métiers ? Je ne sais pas moi ingénieur en sorcellerie, consultant en problèmes magiques ? Est-ce que les sorciers pourraient travailler dans les entreprises moldues et vice versa ?
Revenir en haut Aller en bas
Elhiya Ellis
avatar
Responsable RPGSerpentard
Responsable RPG
Serpentard
Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Animagus (Furet)


Re: Cours N°6 : C'est un secret...

Message par : Elhiya Ellis, Mar 26 Sep 2017 - 11:21


Bon alors, déjà que cette matière était relativement soporifique en temps normal. Se retrouver maintenant avec un Boursouf géant une auréole stupide sur le sommet du crane en train de mâchouiller un dragon qui limite était en train d'essayer de se barrer de la page lui donnait envie de dormir sur sa table en les regardant faire. L'autre blond dans son coin avec son bonnet d'âne sur la tête aurait au moins pu faire en sorte de se tenir au moins le temps du cours. Désormais elle s'ennuyait.

En face, ils avaient reprit la composition de leur devoir commun. Merveilleux, si la blonde voulait un tant soit peu voulu faire semblant d'être studieuse elle avait le choix .... Y'avait la môme de Gryffondor qui avait blêmi devant un scenario catastrophe qui n'entrait peut être pas dans la catégorie tout publique. Bon... en parlant de torture, de commerce d'humain, de vie sous terre, d’expérience, forcément ce n'était pas fait pour les mouflets. Mais c'était pas elle qui avait choisit le sujet du devoir. Après y'avait Olivia. Alors Olivia elle était blonde, c'était un bon point pour bien l'aimer. Elle était Rouge, pas de bol, tout le monde ne pouvait pas être parfait, mais surtout Olivia n'était pas au summum de la communication verbale en ce moment. Ensuite, y'avait la préfète des jaunes. Alors les Jaunes normalement ca avait tendance à être relativement expansifs -si elle se cantonnait à ceux qu'elle connaissait- mais là, bah raté... Après? Bah, c'était tout... Voilà elle s'ennuyait et jeta machinalement à coup d'oeil à Daemon qui, pour quelqu'un qui adorait ce cours, semblait un poil déconnecté de ce qui se passait. Haussement de sourcil étonné avant de reporter les yeux sur Ulysse, face à son mur.

Elle soupira, récupéra une feuille de couleur de son bloc de dessin qui ne quittait pas son sac, extirpa quelques feutres, esquissa rapidement une forme animale, rajouta quelque mots et tenta de donner partiellement vie au dessin avant de le plier. Pas sur que ça fonctionnait, mais comme Elhiya avait rien d'autre a faire de court, autant tenter. Faire des origamis, des boulettes ou des oiseau en papier n'était pas vraiment dans ses capacités sauf si elle voulait que son mot atterrisse sur la tête de Mathilde, du coup, d'un coup de baguette et d'un simple #Wingardium Leviosa, son bout de papier noir se retrouva sur le pied du blondinet.

Merveilleux, ca l'a occupée à tout casser 2minutes 40. Maintenant? Bah pas d'autre choix que dormir, manquerait plus qu'elle complète ce devoir commun sans les autres. Bras accoudé à son bureau, Elhiya posait sa tête dans ses mains en attendant, les yeux sur les deux dessins de la pirse de note en train de chamailler sans fin


Sur les pieds d'Ulysse:
 
Revenir en haut Aller en bas
Azaël Peverell
avatar
Serpentard
Serpentard
Spécialité(s) : - Permis de Transplanage
- Animagus : Chien-loup Tchécoslovaque


Re: Cours N°6 : C'est un secret...

Message par : Azaël Peverell, Mar 26 Sep 2017 - 12:33


T'aurais peut être mieux fait de te taire. Vu le regard qu'elle te balance, tu te doutes que ton intervention n'aura servi à rien. En plus, tu n'aimes pas le sourire qu'elle affiche maintenant. T'as plutôt envie de te tirer de là. Avec Arty. Ouais, voilà, la meilleure chose qui puisse arriver, c'est que tu te fasses virer aussi pour éviter tout autre accès de colère. Au final, tu te prends juste une heure de colle. Tu t'en tires pas si mal. Si on oublie sa dernière phrase. T'aimes pas sa façon de s'adresser à toi. De t'ordonner de rester à ta place sans rien dire. Et pourtant, il te suffit de croiser son regard pour comprendre que t'as pas intérêt à désobéir. Alors tu t'assois en poussant un soupir. Tu vas sans doute bouder jusqu'à la fin du cours maintenant.

Tu lances quand même un regard désolé à Arty. Parce qu'en fait, t'as pas si bien gérer que ça. Quoi que... Voilà que ta soeur propose une alternative. Tu grimaces légèrement. C'est quoi son problème à vouloir les humilier à ce point là ? A leur place, t'aurais pas hésité une seule seconde, tu te serais barré. Tu regardes ton pote enjamber la table, et esquisses un sourire en entendant son utopie du moment. Là-dessus, il n'a pas tort, ce serait cool une société sans manières arriérées. Tu le regardes aller poser sa baguette sur le bureau et tu lèves les yeux au ciel en l'entendant demander des précisions sur le chapeau. Il ne s'arrête donc jamais... Au final, c'est sans doute pas plus mal qu'il reste ici. Au moins, tu pourras le surveiller un minimum. Alors que s'il était sorti avec l'autre rouge et or, t'étais à peu près certain qu'ils auraient continué leur petite gueguerre dans les couloirs.

L'autre reste aussi et va au coin. Son problème. Le calme semble être revenu dans la salle de classe. Mais toi, t'as toujours un peu envie de bouder. Non mais c'est vrai, quoi, Alhena avait pas à te parler comme ça. Et ton groupe reprend le travail comme si de rien n'était. Ils se débrouilleront bien sans toi ce coup-ci. T'en as marre de faire des efforts pour rien à chaque fois. Si ça ne paie pas, t'aimes autant arrêter là. Mered se sent obligée d'en rajouter une couche. Tu la toises un instant. Elle reprend sur le travail. Elle a vraiment cru que t'allais laisser passer ça ? C'était pas le bon moment pour te prendre la tête. T'attends qu'elle finisse de parler de sa petite utopie débile.

- J'en pense que tu ferais mieux de fermer ta gueule. Avant d'aller vraiment trop loin. Parce que j'peux t'assurer que si je sors ma baguette, c'est pas un Aguamenti que tu vas te prendre dans la tronche, mais un Electrocorpus.
Revenir en haut Aller en bas
L'auteur de ce message est actuellement banni du forum - Voir le message
Lorelaï Peony
avatar
Modération GSerdaigle
Modération G
Serdaigle
Année à Poudlard : Septième année

Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Re: Cours N°6 : C'est un secret...

Message par : Lorelaï Peony, Mar 26 Sep 2017 - 18:07


Assise par terre, prête à se relevée, Lorelaï assista à une scène pour le moins surprenante. Ulysse, en feu, s'avança vers Arty et le prit dans ses bras, créant ainsi un duo enflammé qui se transforma aussitôt en fumée ce qui réveilla apparemment la prof.

En entendant l'enseignante commencer à donner des sanctions aux élèves, Lorelaï s'empressa de se rasseoir, essayant de se faire la plus petite possible. Ulysse et Arty furent exclus et firent perdre chacun septante points à leur maison. Mered, quant à elle, valu 5 points aux Serdaigles, ce qui étonna Lorelaï. Elle n'aimait pas particulièrement cette fille et se fichait bien de perdre des points mais elle ne comprenait pas les raisons obscures qui avaient induis cette décision.

Le vert, apparemment très proche du préfet jaune, prit la parole face à l'enseignante afin de défendre son ami. Stupide, mais passons. D'autant plus stupide, quand même, qu'il écopa d'une heure de colle. Ou pas si stupide? La prof sembla quand même revenir sur sa décision et proposa aux deux imbéciles de rester "au coin" s'il le désiraient. Punition humiliante s'il en est. D'ailleurs, le simple fait de "punir" des élèves était stupide mais la prof semblait vouloir se venger du désordre qu'ils avaient provoqué à son cours. Les méthodes éducatives de Poudlard pouvaient être si arriérées parfois, s'en était accablant.

En parlant d’arriérés, en allant se poser au coin, Arty décida finalement d'aider au travail de groupe en disant qu'il serait intéressant de penser une utopie "sans manières arriérée". Était-ce de l’autodérision? Parce que, de ce qu'avait vu Lorelaï de lui... il n'y avait rien de particulièrement "avancé" qui s'était manifesté. Ou peut-être faisait-il allusion à la punition?

Galway prit ensuite la parole. Autant Lorelaï ne comprenait pas comment Arty avait pu être désigné préfet, autant elle voyait les compétences du vert en la matière. Pas perturbé le mois du monde, le préfet repris le groupe en main et présenta même un plan de travail. Lorelaï n'en revenait pas de cette capacité d'adaptation. Elle regarda vaguement le fameux plan et hocha la tête en signe d'approbation. De toutes façons à quoi bon travailler? La petite jaune ajouta quelques mots et se fut ensuite Mered qui prit la parole.

Comme à son habitude, apparemment, elle insulta d'abord le meilleur ami d'Arty et poursuivit ensuite, comme si de rien n'était. Lorelaï, sentant la colère monter chez le vert, posa sa tête dans ses bras, sur le bureau. Elle allait encore se retrouver entre deux brutes.

La réponse ne se fit pas attendre, Azael menaça la bleue d'électrocution. A ces mots, Lorelaï sut qu'il n'y avait absolument plus aucune chance qu'elle prononce un mot de tout le cours. Elle n'était pas venue pour souffrir.
Revenir en haut Aller en bas
Daemon Stebbins
avatar
Préfet(e)/Gryffondor
Préfet(e)/Gryffondor
Année à Poudlard : Septième année

Spécialité(s) : Permis de Transplanage


Re: Cours N°6 : C'est un secret...

Message par : Daemon Stebbins, Mer 27 Sep 2017 - 8:40


Bon j'avais vu la situation dégénéré. Mered tentait de faire autorité. Cependant au final, c'était la prof qui avait stoppé le truc. Même à leur âge, certains garçons me désespérait. Cependant je n'étais pas là pour regarder des comportements de gamins bien pour étudier et aider le groupe.

Galway avait tout écrit. J'avais relus le parchemin qu'il avait agrandi. Tout cela me paraissait sur la bonne voie.

- Je crois que c'est pas mal. Reste plus qu'à définir les quelques points qui nous manque. L'idée de Mered est bien. Peut-être que ce n'est pas forcément nous qui aurions choisi de le lever. Qui sait avec le temps, les moldus pourraient développer une résistance à certains sorts. Comme le corps humain évolue avec le temps s'est envisageable. Non ?

J'observais aussi les autres et continua :

- J'aime aussi ce que propose Amy, l'augmentation la population magique pourrait être plausible.

J'ajoutais :

- Je ne suis pas certains que les moldus pourraient travailler directement sur la magie vu qu'ils en ont pas. Mais créer des sociétés mixtes est envisageable. A moins que l'on parvienne à mettre au point un objet qui leur permet de lancer quelques charmes comme s'ils étaient enregistrés. Vous voyez une sorte de mp3 magique. Ainsi il y aurait un peu plus d'égalité

J'essaie de faire abstraction de Azaël afin de rester concentrer sur le travail.

- Quelqu'un à d'autres vues sur ce point ?

Ainsi tentai-je de maintenir le débat ouvert alors que Galway continuait d'écrire.

Revenir en haut Aller en bas
Ulysse Daiklan
avatar
Préfet(e)/Gryffondor
Préfet(e)/Gryffondor
Année à Poudlard : Septième année

Spécialité(s) : Permis de Transplanage


Re: Cours N°6 : C'est un secret...

Message par : Ulysse Daiklan, Mer 27 Sep 2017 - 8:52


C’est beau.

Magnifique, artistique. Un art peu reconnu et pourtant si important. On imagine pas à quel point la pâte de l’artiste est profondément imprégnée dans son œuvre, c’est fou. Tellement fou que les sons qui emplissent la pièce me semble lointains, comme si mon cerveau n’y trouvait pas assez d’intérêt pour comprendre ce qu’il se dit. Il préfère se concentrer sur ce que mes yeux captent.  Le dégradé de couleur sur la surface presque lisse par endroit, rugueuse à d’autres. Les reliefs se dessinent et vous transportent à mille lieux d’i…. Ok c’est pénible . Très pénible .

J’aurais essayé hein. Je vous jure j’ai tenté. Ah et croyez pas, pour le coup des sons j’entends très bien ce qu’il se dit. Même si j’ai un peu de mal à distinguer les voix, au vu de l’endroit dont elles proviennent je devine que seul l’autre groupe a repris le travail.

Non mais sérieusement, pour une fois qu’on avait un exercice intéressant durant ce cours, il fallait que je me fasse punir. En plus cette position est tout sauf confortable. J’aurais dû demander si je pouvais m’assoir par terre tiens. Au final plus que le mur, le sol est très intéressant. J’entends la fille qui a hurlé sur Artémis parler de border le lit en chantant une berceuse. Autant l’idée me fait pas mal rire, autant je rigole beaucoup moins en réalisant que du coup j’ai la chanson en tête.

Je balance légèrement de gauche à droite entonnant « Frères Jacques, frères Jacques, dormez-vous ? Dormez-vous ? Sonnez les matines… » assez bas pour que la classe ne l’entendes pas. Enfin, si l’autre est venu se mettre dans le coin pas loin du miens il doit l’entendre, et peut-être ceux en bout de rangée, mais sinon les autres non. Je baisse la tête vers le sol toujours la chanson en tête pour essayer de penser à une autre.

Allé, une chanson bien quoi ! Y’a quoi comme chanson bien qui rentre dans la tête… Rha. NON. OH NON. J’y ai pensé. La pire. La chanson de Disney. Tatata ta ta tatata ta ta… Par Morgane laissez-moi mourir en paix. Encore une fois je baisse la tête mais pas par dépit. Juste par distraction d’un  petit chat qui semble bien s’amuser sur une feuille de dessin. Je fronce les sourcils, n’arrivant pas à distinguer ce qui  est écrit. Bon il faut user de ruse.

Je marche exprès sur mon lacet pour le défaire avant de me baisser pour le refaire. Niveau utilité on aura vu mieux mais au moins ça marche. Je lis attentivement ce que la blonde a marqué –Parce que clairement, je vois personne d’autre pouvant vouloir m’envoyer des petits dessins- et mon cerveau semble faire un 504 Bad Gateway.

Chou.. Chou ? Oulah elle a bu ? Mais pas compris quoi ? C’est moi qui comprends pas là. Par réflexe je tourne ma tête vers la gauche avec ma tête du "mais qu’est-ce qu’elle dit" avant de me souvenir que je peux pas me retourner. Dans un soupir je me relève, sans ramasser le papier ce serais trop flag.

Mes yeux retombent sur la pierre et j’ai envie d’y cogner mon front. La musique des poupées toujours en tête je me retiens de ne pas la chanter ou la siffler en plein milieu de la classe. J’entends Stebbins se réveiller et par réflexe je balance ma tête en arrière d’agacement. Si la punition n’était pas tellement terrible, au moins jusqu’à présent je n’avais pas besoin de subir sa voix. Là, l’enfer commence, Merlin, ce cours va être long. Et si pour moi c’est long, j’imagine même pas pour le préfet hyperactif. Ça va être horrible.

Pitié, que quelqu’un viennes nous sauver.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé

Re: Cours N°6 : C'est un secret...

Message par : Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas
Page 8 sur 11

 Cours N°6 : C'est un secret...

Aller à la page : Précédent  1, 2, 3 ... 7, 8, 9, 10, 11  Suivant

Permission de ce forum:Vous pouvez 
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Harry Potter 2005 :: ~¤~ Académie de Poudlard ~¤~ :: Cours :: Vol-

L'univers d'Harry Potter est la propriété de la Warner Bros ainsi que de J.K Rowling.
Tous droits réservés sur ce site ©Copyright HarryPotter2005. Affichage optimisé sous Firefox.