AccueilPortailFAQPublications internesRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Harry Potter 2005 :: ~¤~ Académie de Poudlard ~¤~ :: Cours :: Défense contre les Forces du Mal
Page 8 sur 11
Cours N°5 : Méli-mélo de sortilèges
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3 ... 7, 8, 9, 10, 11  Suivant
Ellana Lyan
Serpentard
Serpentard

Re: Cours N°5 : Méli-mélo de sortilèges

Message par : Ellana Lyan, Sam 25 Nov - 9:13


Fini de faire la petite maligne et la fierté s'estompe déjà peu à peu tant dis que je marche pour récupérer ma lame qui ne tardera sans doute pas à se transformer à nouveau en dame noire avant de retrouver son aspect de fiole, à moins qu'elle ne retourne directement à sa forme initiale peu d'importance arracher du bout des doigts l'arme puis venir la poser dans la bassine, elle retrouvera bien sa forme toute seule comme une grande, il a de toute façon déjà bien assez été prouvé qu'il ne vaut mieux pas me confier d'objet coupants... enfant sage dirigée vers l'atelier suivant, numéro 2, lecture rapide des consignes, même exercice qu'a pratiqué la bleu à laquelle sans doute manque un partie du cerveau en feu ? - haussement d'épaule - bois de bois toujours entre mes doigts je prends un petit soldat de métal que je pose avant de me concentrer sur lui

__un regard brûlant picotement entre les doigts, je laisse tout mon être se concentrer sur la petite figurine qui semble me narguer #terasectum devenu soudain ardent, d'un rouge de braise métal en fusion un sourire étire déjà mon visage mais la déconcentration est fatale, le sortilège s'arrête, déconcerté je recommence #terasectum ! incandescence, soldat en fusion - la figurine se consume à moitié avant de s'éteindre - soupire - disons que ce n'est pas vraiment mon truc "le feu" - concentration - et recommencer, encore et encore jusqu'à la réussite, puisque l'échec n'est de toute façon pas permis #terasectum ! l'autre moitié de la statuette fond, déjà plus vite, nouvelle prise, deuxième soldat #terasectum ! les trois quarts s'embrasse, je ne lâche pas, concentrant toute mon énergie et ma puissance magique dans le petit objet, 3 millimètres, 2, 1... réussite ! Et la fatigue d'un pourtant si futile exercices retombe sur les épaules mais un sourire satisfait éclair mon visage, je n'essayerais pas en amplifiant...
Revenir en haut Aller en bas
Kalén Bloom
avatar
Poufsouffle
Poufsouffle
Spécialité(s) : Permis de Transplanage


Re: Cours N°5 : Méli-mélo de sortilèges

Message par : Kalén Bloom, Sam 25 Nov - 17:22


Kalén avait été envoyée dans la zone 1 en compagnie d'Arty, d'Azaël et d'autres élèves qu'elle ne connaissait pas. Jetant un oeil aux notes explicatives, elle repéra les différents atelier et se dirigea instinctivement vers le premier. Autant les faire dans l'ordre, elle ne prendrait pas le risque de se perdre.

Notice a écrit:
Atelier 1 : piertotum locomotor
Mots explicatif : animez les objets présent dans la bassine. Commencez par un petit (les soldats sont très bien pour débuter), puis augmentez la difficulté en prenant des objets de plus grandes tailles. Si vous excellez dans cette exercice, essayez d'animer une plante du parc.

Bon, elle allait commencer avec les soldats, ça ne devait pas être très compliqué. Pointant sa baguette vers l'un d'eux, elle se concentra, ferma les yeux et imagina le petit personnage en train de bouger. Relevant ses paupières, elle brandit sa baguette et s'exclama :

"Piertotum Locomotor !"

Rien ne se produisit. Ah si ! Il avait bougé une jambe là, non ? Ah ben non peut-être pas en fait... Refoulant un grognement de mécontentement, la blairelle ferma à nouveau les yeux et se concentra cette fois-ci plus longtemps. Elle visualisa le soldat bouger légèrement d'abord, puis s'animer, mouvant ses bras, puis ses jambes. Il se déplaçait à présent, marchant d'un pas militaire sur le bord de la bassine.
L'image était claire dans son esprit. Elle ouvrit les yeux et lança résolument le sort. Victoire ! Le soldat s'était en effet animé et marchait de la même façon qu'elle l'avait imaginé. Un grand sourire éclaira son visage et elle mit fin au sort après l'avoir observé bouger quelques instants.
Il était temps de passer à plus gros. Elle avisa une petite plante en pot, quelque chose comme un pied d'éléphant, et se concentra à nouveau sur le sortilège, essayant de retrouver la même clarté d'image que pour le soldat. Le sortilège jaillit une fois de plus de sa baguette, touchant de plein fouet le végétal. Celui-ci s'anima légèrement, et sortit l'une de ses racines du pot. Mais les autres restèrent fermement enterrées et la plante ne bougea pas.

Il lui fallut recommencer le sortilège trois ou quatre fois avant de réussir à faire sortir intégralement la plante de son pot. Étouffant un soupir de soulagement, elle mit fin à l'enchantement et s'essuya le front, épuisée par ses efforts. Elle n'était pas sûre que les sorts de modification de l'environnement soient son point fort. Elle, préférait la manipulation mentale. Laissant de côté l'animation de plus grosses plantes, la jeune femme s'intéressa à l'atelier suivant, histoire de varier les plaisirs.

Notice a écrit:
Atelier 2 : terasectum
Mots explicatif : faites fondre les objets métalliques présent dans la bassine. Augmentez la difficulté en agrandissant les objets si besoin (Amplificatum).

La note explication était claire. Sans tergiverser trop longtemps, Kalén examina les objets et choisit une petite bague grossièrement forgée, chose somme toute plutôt simple à faire fondre. Un petit sourire tordit ses lèvres : elle connaissait ce sortilège pour l'avoir déjà pratiqué, comme beaucoup d'autres enchantements employant l'élément du feu. La baguette levée, elle imagina l'anneau aux prises avec un cratère en fusion, brûlant dans le feu du Mordor. Elle se focalisa sur le métal en train de brûler, leva sa baguette et lança :

"Terasectum !"

Comme prévu, l'anneau se mit à fondre, prenant une couleur orangée puis rouge, laissant derrière lui une petite tâche de métal en fusion.
Il s'agissait maintenant de s'attaquer à plus gros, ce qui, cette fois, ne serait pas chose aisée. Elle n'avait travaillé que sur de petits objets jusqu'à présent, et elle n'était pas certaine d'y arriver avec quelque chose de plus volumineux.
Elle prit cette fois une petite boite en fer et lança un Amplificatum dessus, afin d'augmenter sa taille. Le récipient doubla de volume et la jeune fille put bientôt lancer son sortilège. Sa baguette se mit à chauffer, comme l'annonce d'une gerbe de feu conséquente... Mais une simple étincelle s'échappa du peuplier, éclat de feu ridicule devant le sort qu'elle avait lancé quelques instants plus tôt.
Rougissant légèrement devant un tel échec, Kalén se reprit et visualisa la boite dégoulinant, fondant sous l'emprise de la chaleur. Cette fois-ci était la bonne. Elle brandit la baguette et articula le sortilège qui, cette fois, s'écrasa violemment sur la boîte. Cette-dernière ne mit pas longtemps à changer d'aspect. Il ne resta bientôt plus qu'une flaque de métal fondu à sa place. Petit sourire satisfait. Bien. Atelier suivant.

Kalén examina la fiche décrivant l'atelier numéro trois. Elle passa plusieurs minutes à lire et relire la consigne, mais quelque chose ne passait pas. Elle mit cela sur le compte de la fatigue du aux sorts précédemment lancés, et passa directement à l'atelier numéro quatre, quitte à revenir sur trois plus tard.
Cette fois-ci, les choses étaient claires. Moins réjouissantes que pour l'atelier précédent mais au moins, elle comprenait la consigne.

Notice a écrit:
Atelier 4 : aguamenti/glacio/Circumglacie
Mots explicatif : remplissez un des récipients d'eau. Gelez l'eau. Faites en ressortir des mini pics de glace.

Bien. La glace, ce n'était pas son fort, mais elle se devait d'essayer. D'abord, prendre les choses d'en l'ordre. L'Aguamenti ne serait pas bien compliqué. En effet, elle n'eut pas besoin de s'y prendre à deux fois pour remplir d'eau le récipient qui se trouvait devant elle. Maintenant, elle se devait de geler le liquide.
Rassemblant toute sa concentration, la jeune fille pointa sa baguette sur la surface et lança un "Glacio !" articulé. Rien ne se produisit. Raah, de toute façon elle savait bien qu'elle n'était pas doué avec la glace. Elle répéta son sortilège plusieurs fois, s'énervant un peu plus à chaque nouvel essai qui se terminait en échec.

Kalén s'arrêta, ferma ses paupières, et tâcha de se calmer en respirant un grand coup. Rester calme. Voilà. Elle rouvrit les yeux et fit le vide en elle. Du froid. De la neige, de la glace. Des glaçons. Un lac gelé. Elle imagina l'eau durcir, se colorer en blanc, sentit le récipient devenir froid, ses mains se glacer à son contact.

"Glacio !" fit-elle fermement.

L'eau de son récipient commença à geler, lentement. Mais le changement d'état ne dura pas longtemps et, bientôt, le liquide retrouva sa forme initiale. Bon au moins avait-elle essayé. Avec ça, il n'était même pas envisageable de créer des pics de glace. Reposant son récipient, elle se concentra une nouvelle et dernière fois sur le liquide afin de tenter à nouveau de le geler. Après ça, elle passerait à l'atelier suivant.
Revenir en haut Aller en bas
Aria Morrison
avatar
Gryffondor
Gryffondor
Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Re: Cours N°5 : Méli-mélo de sortilèges

Message par : Aria Morrison, Sam 25 Nov - 18:30


LA de Ian

Monsieur Benbow s’approche de nous et donne quelques conseils à Mered. J’en profite pour les écouter parce que je suis persuadée qu’ils vont également me servir. Alors que le professeur s’éloigne, la Serdaigne retente alors son sortilège. Un autre livre semblable au sien apparut alors. J’ouvre grand mes yeux, elle avait réussi ! Elle les ramasse tous les deux et me fais un tour de passe passe en les mélangeant. Elle m’interroge ensuite pour savoir lequel de ces livres était le vrai. Euh… Je les observe mais ne vois vraiment aucune différence. J’essaie alors de me remémorer tous les mouvements qu’elle venait de faire pour essayer de retrouver l’original. Hésitante, je lui indique celui qu’elle tenait dans sa main droite. Mais Mered étant futée, elle m’indique que ma réponse était fausse puisque les deux livres sont réels. Je lève les yeux au ciel en étant persuadée qu’elle-même ne savait plus lequel était le vrai. Pour seule réponse, je lui tire la langue même si je pense qu’elle ne l’a pas vu puisqu’elle était déjà partie déposer les deux livres sur la pelouse. Après une autre taquinerie de sa part, c’était maintenant à moi de faire mes preuves. Juste avant, je remarque qu’Elhiya s’entraîne également sur le même sort que nous sauf que son objet à elle, c’était une bouteille.

Je retourne de nouveau la tête en direction des livres. Je ne sais toujours pas lequel de ces deux livres est vrai. Je m’interroge alors : si je lance le sort sur la copie, est-ce que l’effet sera le même ? Je m’apprête à poser la question à Mered lorsque je m’aperçois que la copie disparait. Bon je ne connaîtrais pas la réponse, mais au moins, il ne reste maintenant que l’original. Lorsque je me sens prête, je prononce alors #Illusionis. Une copie du livre apparait à ses côtés, de la même taille. Toute contente, je m’approche et constate alors qu’il manque des éléments. La couverture était seulement d'une couleur unie et il n'y avait aucune lettre ni aucune image.  Ce n’était pas vraiment ça… Je regarde Mered en faisant une petite moue. Elle m’encourage alors à retenter :

- C’est un bon début Aria ! Allez, essaie de nouveau mais en tente d’appliquer les conseils du prof. Tu te souviens, il a dit qu’il fallait imaginer du vide à l’endroit où tu veux qu’apparaisse l’objet. Ensuite, tu remplis ce vide par l’image mentale que tu t’es faite de l’objet. Tu comprends ?

J’acquiesce par un signe de tête en lui répondant : « oui… mais si c’est plus facile à dire qu’à faire… mais ok je vais tenter de nouveau ». Je ferme les yeux un instant en imaginant le livre. Je le visualise mentalement avec sa couverture et ses différentes lettres qui composent le titre ainsi que le nom de l’auteur. Une fois sa représentation en tête, j’ouvre les yeux et regarde l’endroit dans lequel je souhaite qu’il apparaisse et prononce #Illusionis. Un nouveau livre apparait à côté de l’original. Je m’approche et constate avec joie que j’avais réussie ! C'était une réplique parfaite du livre de Mered et il était maintenant impossible de savoir lequel était vrai.

Après que Mered m’ait félicité, je l’incite à poursuivre l’entrainement en lui disant : « Tu veux tenter sur toi ? »
Revenir en haut Aller en bas
Jade Wilder
avatar
Préfet(e)/Poufsouffle
Préfet(e)/Poufsouffle
Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Re: Cours N°5 : Méli-mélo de sortilèges

Message par : Jade Wilder, Sam 25 Nov - 20:17


Durant de longues secondes, Jade hésita. Devait-elle essayer de lancer le sortilège de désillusion sur son propre corps ? Elle n'en était pas sûre. Si l'envie d'aller toujours plus loin était forte, elle connaissait ses limites. A cet instant, son instinct lui disait qu'elle n'en était pas capable. Pas encore. Il faudrait qu'elle s'exerce à nouveau sur d'autres objets, de plus en plus gros, mais sur elle, ça lui semblait encore trop ambitieux. La note était claire, il fallait exceller avec ce sortilège avant de le tenter sur soi. Alors, presque à contrecoeur, l'adolescente abandonna l'idée. Ou plutôt, elle la mit de côté en attendant, faute de mieux. Néanmoins, lui restait un dernier essai à faire. Après avoir redonné forme visible à la bassine, l'Italienne prononça un sortilège dont elle avait l'habitude.

- Amplificatum.

Jusque là, rien de bien difficile. C'était un des sorts qu'elle avait su apprendre et réussir depuis quelques temps déjà. Comme prévu, la bassine prit du volume, suffisamment pour considérer qu'elle s'attaquait à quelque chose de plus ambitieux. Y arriverait-elle ? Confiance.

- Kaléidem !

Un ton sûr et sans failles vient toujours à payer, non ? Eh bien cette fois, ce fut le cas puisque la bassine, même plus grande, disparut en quelques secondes. Ce n'était pas parfait, Jade le voyait, certains contours furtifs se montraient ça et là, néanmoins elle avait plutôt bien réussit. Et jusqu'à nouvel ordre, elle en resterait là. Elle avait perdu suffisamment de temps en réflexions diverses, il fallait passer à un autre atelier puisqu'elle tenait à en faire un maximum, relever chaque défi. Sa confiance n'en serait que plus forte. A nouveau, la jeune fille vint à se demander sur quoi elle pourrait bien travailler ensuite et la réponse ne tarda pas. Le quatrième atelier la tentait bien. Effacer ses traces, quoi de mieux pour échapper à un potentiel dangers ? Ce sortilège était simple et avait des consonances qu'elle connaissait, voilà qui la poussait à positiver, si ce n'est pas beau ça !

Inspirant donc, avec tout le calme dont elle pouvait être capable malgré son stress, la blondinette fit glisser quelques instants le sable entre ses doigts fins, comme une enfant voulant fabriquer son château. Sans même s'en rendre compte, un petit sourire était apparut sur le visage enfantin de l'adulte qu'elle était sensée devenir. Un simple détail, qui ramène à d'énormes souvenirs.

Fermant les yeux, Jade finit par se relever et poser la bassine à terre, y apposant une trace de pas bien nette. Peut-être était-ce trop ambitieux, peut-être pas, étrangement l'Italienne avait le sentiment qu'elle était capable d'y arriver. Sans cacher aucunement cet accent qui la caractérisait, elle prononça la formule voulue, baguette tournée vers le sable marqué.

- Oblitesco.

Prunelles figées vers la trace de pas, laissée volontairement, masquée tout autant. Elle avait réussit, en un seul essai ? Que se passait-il pour qu'elle puisse constater une telle réussite ? Presque bouche bée, la jeune fille finit par humidifier ses lèvres et cacher son incompréhension. Elle n'allait tout de même pas se plaindre, pour une fois ! Mais serait-ce aussi simple sur un vrai support ? Il était temps de le savoir.

Suivant les instructions avec attention, Jade tourna sa baguette vers la terre, déjà bien trop humide, conséquence de ce temps désastreux. En un instant, elle fut aussi imbibée qu'après une averse de pluie, laissant une flaque d'eau semblable à celles dans lesquelles on aime sauter, enfant. Et pour cette fois-ci, ça ne paraitrait même pas bizarre puisque c'était une consigne donnée. C'est non sans un grand sourire que l'adolescente vint poser le pied dans le petit volume d'eau, enfonçant ensuite son pied dans la terre, suffisamment du moins, pour y laisser une marque. C'était autre chose qu'un sable friable et facile à combler, il fallait qu'elle se concentre au maximum. Elle voulait réussir, au moins essayer, s'acharner, puisque cela fonctionnerait toujours mieux que de se lamenter. Alors, tentant de s'enfermer à nouveau dans une bulle de confiance, Jade passa à la suite de l'exercice.

- Oblitesco.

La suivre à la trace serait-elle chose aisée ? Pas sûr, puisqu'on ne voyait plus grand chose. Du moins, pas à travers l'eau colorée de terre, cachant à peu près la misère. Néanmoins, après analyse plus poussée, la préfète dû se rendre à l'évidence, c'était loin d'être parfait. Un peu d'attention et sa trace serait vite retrouvée. Il fallait qu'elle retente à nouveau, mais pas tout de suite. En effet, enchainer les sortilèges la fatiguait un peu plus à chaque fois et elle avait besoin d'une pause. Juste quelques secondes, le combat contre ses propres failles était bien loin de se terminer.
Revenir en haut Aller en bas
En ligne
L'auteur de ce message est actuellement banni du forum - Voir le message
Aria Morrison
avatar
Gryffondor
Gryffondor
Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Re: Cours N°5 : Méli-mélo de sortilèges

Message par : Aria Morrison, Dim 26 Nov - 13:11


J’observe Mered qui se concentre. Elle s’apprête à jeter le sort pour se dédoubler. Je me demande alors si elle allait réussir ou non du premier coup. Il faut dire que reproduire une réplique parfaite d’un livre n’est pas la même chose que de le faire sur soi-même.

Après qu’elle ait prononcé la formule, j’aperçois le dédoublement de Mered. La vraie Serdaigle s’approche de moi et on constate ensemble son échec. Le clone qu’elle avait réussi à faire ne lui ressemblait pas du tout. Ses cheveux étaient blonds, il lui manquait un nez sur son visage et son uniforme n’était pas de la même couleur que le sien. Déçue, elle me dit : « Décidément, ce sort ne m’aime pas Aria. Tu veux essayer sur toi ? J’vais me poser quelques instants avant de refaire l’exercice. »

Je ne suis pas sûre de faire mieux mais je devais tenter moi aussi. Je déclare donc à Mered :

- Oui, je vais essayer mais franchement, je ne pense pas faire mieux que toi. Ce sortilège a l’air plus compliqué.

Je recule d’un pas et me concentre. Il fallait que je me visualise totalement. Je ferme les yeux et m’imagine face à un miroir. Je me représente mentalement chaque partie de mon corps. Lorsque je me sens prête, je pointe ma baguette sur moi et prononce #Illusionis.

J’ouvre les yeux et constate qu’il y avait bien une personne de la même taille que moi qui était à mes côtés. Si de dos, on pourrait bien croire que c’est moi grâce à ses cheveux bruns semblables aux miens et à l’uniforme de la même couleur, de face, il y avait clairement un problème. Tout le visage de mon clone était comme flou. Les yeux, le nez ou la bouche n’était pas du tout net. Les mains n’avaient pas été dédoublées non plus correctement… enfin… les mains oui mais pas les doigts puisque mon clone n’avait pas de doigts. C’était un vrai échec. Ma copie faisait peur à voir. J’espère qu’elle allait vite disparaitre pour le coup.

Faisant une grimace, je regarde Mered, déçue :

- Bon bah… j’ai clairement raté… Si tu veux retenter, vas-y…
Revenir en haut Aller en bas
L'auteur de ce message est actuellement banni du forum - Voir le message
Yoomi Arcaniss
avatar
Poufsouffle
Poufsouffle
Année à Poudlard : Septième année

Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Re: Cours N°5 : Méli-mélo de sortilèges

Message par : Yoomi Arcaniss, Dim 26 Nov - 22:32


Après un échec et une semi-réussite, Yoomi ferma les yeux. Elle devait se concentrer, avec un peu plus d'effort elle allait réussir. Elle le savait. Alors, la brune imagina la forêt interdite qui était face à elle se brouiller de plus en plus jusqu'à devenir complètement recouvert par la brume. Voilà ce qu'elle devait faire. Déterminée, la Poufsouffle rouvrit les yeux, portant son attention sur la forêt face à elle. A nous deux, maudite forêt ! D'un nouveau geste, la sorcière jeta un #Promptus Nebulae. Ce dernier était beaucoup plus réussi que ces deux précédents. En effet, un premier nuage commença à se former avant de prendre plus d'ampleur. Affichant un sourire plein de fierté, elle avait à présent réussi un des quatre ateliers.

Se tournant à nouveau vers l'intérieur de la zone 2, Yoomi chercha un nouvel exercice qu'elle pouvait faire sans déranger personne. Le premier atelier semblait le meilleur puisque personne ne s'y trouvait. S'approchant alors de celui-ci, l'Anglaise saisit la feuille d'explication. Ok, je vais peut-être pas aller jusqu'à tenter sur moi ... mais testons ! pensa-t-elle. Dans la bassine, l'objet qui semblait le plus pratique était un livre. Le prenant alors d'une main, elle le pointa avec sa baguette. Elle ne devait surtout pas rater sa cible, manquerait plus qu'elle fasse disparaître sa propre main. Se rendant compte que c'était peut-être dangereux, la Poufsouffle posa alors le bouquin sur le sol. Just in case, murmura-t-elle. Sa baguette en main, elle lança alors le sort #Kaleidem.

Premier test, réussi. Contente, l'élève lança un #Finite incantatem. Raté. En effet, c'était un peu difficile de viser correctement un objet disparu. De nouveau, elle relança son sort qui cette fois-ci, avait réussi. Saisissant à nouveau le livre, elle le déposa dans la bassine avant de prendre un nouvel objet. Cette fois-ci, un vase. Plus grand, plus lourd, plus imposant. De ce fait, plus difficile. Un nouveau #Kaleidem lancé, une nouvelle disparition réalisée. Continuant encore sur une série d'objets malgré quelques ratés, Yoomi semblait maîtriser de mieux en mieux le sort. Devrait-elle tester sur elle-même ?

Pesant les pour et contre, Yoomi prit son courage à deux mains et commença à pointer sa baguette vers elle-même. Prenant une grande inspiration, fermant les yeux, elle se lança le sortilège. #Kaleidem. Au bout de quelques secondes, l'Anglaise rouvrit les yeux afin de voir le résultat. Hmm ? La Poufsouffle avait jeté un coup d'oeil à son bras, se rendant compte que seule une partie de son corps avait disparu. Oula ... C'était étrange. Très étrange. Se lançant le sort d'annulation, elle réfléchit sur sa manière de faire. Qu'est-ce qui avait pu clocher dans son sort ?
Revenir en haut Aller en bas
Jade Wilder
avatar
Préfet(e)/Poufsouffle
Préfet(e)/Poufsouffle
Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Re: Cours N°5 : Méli-mélo de sortilèges

Message par : Jade Wilder, Mar 28 Nov - 5:45


Quelques secondes de répit, qu'elle n'aurait pas dans une vraie situation de combat. Il y avait bon nombre de choses à revoir dans sa tactique, mais nul doute que si elle n'était pas en cours, elle ne se serait pas permis un tel écart. Peut-être qu'elle réfléchissait trop au final. Quoi qu'il en soit, sa mini-pause lui permettait de jeter un oeil sur l'entrainement des autres élèves. Ils s'en sortaient bien pour la plupart, il y avait des échecs aussi, d'un côté c'était rassurant. Sans doute pas pour eux, mais pour elle oui. Se comparer aux autres était une très mauvaise habitude, mais elle n'avait que cette donnée sur laquelle se baser.

Petite inspiration et l'Italienne se tourna à nouveau vers la petite flaque d'eau, jusqu'alors laissée à l'abandon. La trace avait déjà bien disparu, il n'y eut pas un seul instant d'hésitation avant qu'elle ne plonge à nouveau sa chaussure pour laisser une marque bien nette. Réussir sur une demi-mesure ne lui plaisait pas.

Voilà, là, elle pouvait s'y remettre correctement. Jade était déterminée à bien faire les choses et prit un peu de temps pour se concentrer. C'était sans nul doute son plus gros défaut, cet esprit qui part, s'échappe bien loin des objectifs premiers, la laissant sans moyens une fois le sortilège lancé. Sa déconcentration l'avait pénalisée bien des fois, hors de question qu'elle continue sur cette mauvaise pente. Sa baguette pointée vers la flaque, l'adolescente prononça le sortilège haut et fort.

- Oblitesco !

Pas de mouvement en surface, mais cette fois la constatation ne fut pas longue à faire. Les particules boueuses avaient eu le temps de se dissiper, laissant visible bien que trouble la terre humide. Graveleuse et irrégulière, mais pas de part ses traces. Il n'y avait plus rien, du moins rien de vraiment identifiable comme une trace humaine. Sourire presque fier, ce n'était peut-être qu'une petite victoire pour bien des gens, mais pour elle c'était bien plus que ça. Chaque sort réussit était un pas de plus vers la progression tant recherchée, chaque réussite lui donnait un peu plus de confiance et la propulsait vers le haut. La preuve, c'est avec détermination qu'elle changea d'atelier, prête à en découdre avec les sortilèges qui lui semblaient pourtant plus compliqués. Comme quoi, les pensées positives, c'est une sacrée bonne chose.

Là pour le coup, elle s'attaquait à un gros morceau. Le deuxième atelier, sur lequel elle allait pouvoir s'entrainer sur le sortilège Illusionis. Créer un double, quel qu'il soit, lui paraissait tout simplement fou. C'était défier toutes les lois qu'elle avait pu connaitre dans son enfance, bien avant que la magie débarque dans sa vie. Il allait falloir s'y faire pourtant, c'était bien réel et elle en était capable. Du moins, elle espérait vraiment en être capable.

Puisqu'il fallait commencer petit, Jade reprit son livre de contes, utilisé un peu plus tôt. Celui-ci serait à nouveau son cobaye après avoir subit la disparation, il serait finalement dédoublé. C'était un peu ironique non ? Bref, la question n'était pas là. Posant le livre sur le premier support venu, la jeune fille le pointa de sa baguette en prononçant clairement un #Illusionis déterminé, qui porta immédiatement ses fruits. Bientôt, le petit ouvrage se montrait sous deux jours différents et pourtant similaires. Peut-être pas à la perfection, mais l'illusion était bien là, elle n'allait pas s'amuser à vérifier chaque lettre pour être sûre d'elle. Non, il fallait passer à l'étape du dessus et à nouveau, les bassines lui seraient bien utiles ! Sûre d'elle, pour une fois, la blondinette ne tarda pas à exécuter le sort.

- Illusionis.

Trop de confiance serait-elle aussi néfaste que trop peu ? A croire que oui, puisque la bassine resta telle qu'elle, sans se reproduire, sans changer, sans même aucune trace de quoi que ce soit. Fronçant les sourcils, Jade mordit l'intérieur de sa joue. Pas de panique, elle avait peut-être mal prononcé ou pas fait le bon geste ou... il y avait plein de possibilités pour qu'elle ait fait un tel bide. S'empêchant de se flageller mentalement, Jade retenta l'exercice sans pour autant parvenir à quoi que ce soit. Elle avait beau essayer, une fois, deux, rien n'y faisait. D'accord on peut l'avouer, elle était plutôt déçue. Pourtant, elle était dans un bon contexte juste avant, la confiance l'aidait, généralement. Peut-être qu'elle se prenait trop la tête.

Positivant du mieux qu'elle le pouvait, Jade décida de passer cet exercice. Du moins, pour l'instant. Le temps qu'elle retrouve son calme et un peu de confiance. Un autre atelier l'attendait après tout, peut-être qu'elle s'en sortirait mieux avec le dernier ? Il s'agissait de créer un brouillard, ce qu'elle n'avait jamais tenté. Elle n'en avait pas trouvé l'utilité jusqu'alors, mais nul doute qu'en situation de combat, cela pouvait s'avérer essentiel. Quoi de plus perturbant qu'un environnement dans lequel on ne parvient pas à se repérer ?

Pour le coup, elle visualisait très bien la possible situation dans laquelle elle pourrait avoir besoin de ce sortilège. Peut-être que ce soir là, elle aurait pu aider, si elle avait pensé à ça. Laissons le passé au passé, désormais elle ne pouvait plus y faire grand chose. Il était temps de s'entrainer pour que plus jamais, ce genre de situation ne se produise sans qu'elle n'ait les bons réflexes. Un coup d'oeil vers la forêt interdite. Le temps humide produisait déjà à lui seul un petit brouillard dispersé, formant comme de petits volutes de fumée aux environs des arbres. C'était assez joli à regarder en vérité. M'enfin, elle n'était pas là pour ça, hors de question de l'oublier. Fermant les yeux l'espace de quelques secondes, l'Italienne imagina la situation idéale. Une fuite, un besoin de cachette pour éviter, gagner un peu de temps ou se soigner. Une nécessité absolue, comme si sa vie, à cet instant, en dépendait. Le cours n'existait pas, elle était en dangers.

- Promptus Nebulae.

Mots chuchotés, comme si la discrétion était de mise, comme si sa vie en dépendait. S'imaginer se cacher entre les hautes herbes ou les buissons pour échapper à un éventuel assaillant et lentement, rouvrir les yeux. Son coeur battait si fort qu'elle mit plusieurs secondes avant de réaliser que ça avait fonctionné. Ce n'était pas un brouillard incroyablement épais non plus, mais suffisant pour brouiller les pistes et embrouiller les sens. En soi, ce n'était pas parfait, mais elle était satisfaite. Et à l'instant, peut-être avait-elle trouvé SA technique pour réussir et s'imprégner de la magie dont elle était capable. Pour en être sûre, il n'y avait qu'un moyen possible: réessayer encore.
Revenir en haut Aller en bas
En ligne
Aria Morrison
avatar
Gryffondor
Gryffondor
Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Re: Cours N°5 : Méli-mélo de sortilèges

Message par : Aria Morrison, Mar 28 Nov - 14:22


N’étant pas du genre à baisser les bras aussi rapidement, Mered retente de nouveau après mon échec. Je m’écarte pour lui laisser champ libre et attends qu’elle prononce la formule. Un nouveau clone apparait à ses côtés et je pouffe de rire en voyant le résultat. La copie n’avait pas de cheveux…

Lorsque la vraie Mered se tourne vers moi, je reprends aussitôt mon sérieux pour ne pas qu’elle s’énerve. Elle m’indique alors vouloir essayer sur moi. C’était possible ça ? En faisant un signe de tête pour marquer mon accord, je me dis qu’après tout, il ne pourrait rien se passer de mal, juste un clone raté.

Tandis que je ferme les yeux en attendant qu’elle me jette le sort, elle me conseille de ne pas bouger. Immédiatement après, elle lance son sortilège. Lorsque j’ouvre de nouveau mes yeux, je découvre à mes côtés, une copie parfaite de moi-même. C’était bizarre de se voir en personne, ça me mettait un peu mal à l’aise. Mered pouvait être fière d’elle, elle avait réussi. Mais ce qui l’embêtait, c’était de ne pas y arriver sur elle. C’est vrai que c’était étrange.

- Tu devrais peut-être en parler au prof ? Il te dirait peut-être ce qui cloche ?

Il faudrait que je m’exerce de nouveau pour voir si j’arrive à faire mieux et sinon, le prof pourrait aussi me conseiller. Je rajoute :

- Attends, je vais retenter avant !

Je me place face à ma copie, c’était pratique du coup pour se visualiser. Je me concentre en m’inspectant et en parcourant du regard chaque partie de mon corps. Je m’attarde aussi sur le visage. Je ferme les yeux, je me visualisais maintenant. Lorsque je me sens prête, je pointe la baguette sur moi et prononce #Illusionis et ouvre les yeux.

Un nouveau clone de moi venait d’apparaitre. Ce n’était pas une copie exacte de moi, on voyait clairement qu’il manquait un doigt dans la main droite ou encore qu’il y avait un bras plus grand que l’autre mais sinon, on voyait bien les yeux, le nez et la bouche de ma copie. Dans mon échec, j’étais quand même satisfaite d’avoir réussi à m’améliorer. Le résultat était meilleur. Je regarde Mered en souriant en lui disant : « C’est mieux comme même ! Tu trouves pas ? » Après qu’elle m’ait donné son avis, j’ajoute : « Par contre, je vais faire une petite pause donc si t’as envie de retenter, vas-y »
Revenir en haut Aller en bas
Lorelaï Peony
avatar
Modération GSerdaigle
Modération G
Serdaigle
Année à Poudlard : Septième année

Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Re: Cours N°5 : Méli-mélo de sortilèges

Message par : Lorelaï Peony, Mar 28 Nov - 15:41


Lorelaï rêvassait, elle se reposait de ses efforts intenses en regardant les fleurs sauvages se plier sous la brise automnale. Elle s'amusait à les désigner par leur nom scientifique. Symphyotrichum novae-angliae, Helenium autumnale,... Son père lui manquait... Elle ne lui avait pas écrit depuis longtemps. Elle planifia un détour par la volière avant de retourner au dortoir après le cours.

Allez, pause terminée ! Lorelaï se releva et agrippa sa baguette. Il était temps d'en finir avec le travail de la terre. Elle avait maîtrisé le premier sort, pourquoi n'y arriverait-elle pas avec le second ?

Elle savait maintenant quelle sensation rechercher dans son ventre et comment lui faire parcourir son corps en la transformant. Simplement, ne plus penser à de la gelée, mais plutôt à de la mousse, à un sol boueux, comme dans ses dessins animés d'enfance.

Pense à Scooby-Doo Lorelaï, pense à Scooby-Doo !

Une image de chien stupide qui quémande des biscuits apparue alors dans son esprit, ce qui eut le malheur de la faire rire, envoyant son sort ricocher sur un rocher. Lorelaï attendit, les yeux écarquillés, de voir ce qui allait advenir du rocher, mais, merci Merlin, il ne se passa rien. Elle pouvait poursuivre son entrainement.

Elle prit la pose, pensa aux sables mouvants - surtout pas au chien qui parle - et lança le sort d'une voix ferme, vers le sol.
Une énergie lourde et consistante lui monte dans le ventre et parcouru son bras, tandis qu'elle la lui ajoutait mentalement de la flexibilité, de la malléabilité, de l'instabilité. Le sol à ses pieds changea alors, petit à petit, de texture et de forme pour finir par ressembler à ce qu'elle voyait dans ses dessins animés les samedis matin, à la télé.

Une grande inspiration, enfin réussi. Terminé. La suite maintenant.

Elle se retourna et regarda les autres ateliers présents dans sa zone. Que ce cours était long ! Si au moins Monsieur Benbow avait prévu des snacks durant l'exercice, une petite tasse de thé, quelque chose pour se requinquer ! Mais non... En même temps, à le regarder, Lorelaï sourit, il ne devait pas souvent ressentir de la fatigue... Avec autant de muscles et d'allure, il oubliait certainement que le commun des mortels était faible !

Bon, Lorelaï, pour lui, pour le remercier de t'avoir sauver la vie, reprend toi et termine ces exercices !

Il en restait encore pas mal, des exercices, mais les plus fatigants étaient passés. Il fallait se ressaisir, il fallait se lancer !

Première étape, se diriger vers l'activité eau et glace. Ce serait facile, elle venait de s’entraîner avec la terre, et l'eau était un élément qu'elle maîtrisait mieux, qui lui ressemblait plus.

« Be water My friend » disait un grand sage moldu qu'elle admirait particulièrement. Pour vous, sorciers, son nom est inconnu, à quoi bon s'intéresser à un homme qui dévoua sa vie entière à la maîtrise de son corps et de son esprit ? A quoi bon retenir le nom d'un homme qui inspira des générations et des générations par sa rigueur et sa force mentale ?
Lorelaï, elle, était fascinée par lui. Elle l'admirait, comme un modèle qu'elle n'atteindrait jamais, mais qui était là, qui montrait la voie, qui prouvait que c'était possible.

Bruce Lee était une figure fraternelle pour elle, comme pour des milliers d'autres jeunes qui avaient grandit parmi les moldus. Il enseignait le contact avec le corps, le dépassement de soi, le travail pour le travail. Et ces mots, « Be water My friend » résonnaient dans le cœur de la jeune fille. Etre tel l'eau. Etre fort, solide, mais souple, flexible, pouvoir changer, s'adapter à chaque contenant, à chaque situation, sans perdre sa nature.

Elle sourit en repensant à ses films. A cet instant, elle était Le Petit Dragon. Elle fit semblant d'attacher un ruban autour de son front et pointa sa baguette vers le sceau vide en pensant « Waaa  ! »
Un Aguamenti plus tard, elle était prête à jouer.

Première étape, transformer l'eau en glace. Facile. Le froid, elle connaissait, elle aimait. Le froid, c'est la vie.
- Glacio, dit-elle en soufflant du bout des lèvres de l'air qu'elle se représentait froid, gelé, glacé.

L'eau se durcit alors instantanément, passant d'une parfaite transparence à une opacité blanche. Fière d'elle, Lorelaï remua les sourcils. Il était temps d'y faire apparaître quelques pics pour pouvoir ensuite aller jouer avec les objets à animer. Ça c'était la vraie récompense pour tous ces efforts fournis !
Elle visualisa des tas des petits picots qui formaient une ronde dans le sceau et laissa pousser en elle la sensation d'être emportée, surélevée, pointue.
- Circumglacie !

Poc, poc, poc, poc, des petites pointes apparurent dans la glace et s’élevèrent à quelques centimètres au-dessus du rebord du récipient jusqu'à ce que Lorelaï arrête le sort. Triomphante, elle serra le poing autour de sa baguette et plia le bras dans un mouvement de victoire. Et dans une démarche amusée, elle se dirigea vers l'exercice suivant.

Y a rien à dire, elle était au taquet. Rien ne pouvait l'arrêter !

Direction donc vers les objets à transformer.
Un tour sur elle-même, petits pas de soldats vers le coin en question. Lorelaï fit fi des autres étudiants qui s'entraînaient, elle voulait en finir avec ce cours et rentrer manger une part de tarte à la noix de pécan.

Elle prit un jouet en plastique représentant, a priori, une banane, s'installa dans l'herbe à l'écart et le posa devant elle. Bon, bon, bon, ça ne devrait pas être trop compliqué. Elle pointa sa baguette sur le fruit, et... et quoi ? Il manquait quelque chose. Elle soupira en fermant les yeux. Franchement, elle se fatiguait elle-même. La jeune femme se releva et retourna vers les objets, en sortit une peluche rose en forme d'ours et retourna vers sa banane. Comment transformer un objet en un autre avec un seul objet ? Je vous le demande !

Assise par terre, donc, elle prit une grande inspiration. Pas question que ça dure deux heures, elle savait métamorphoser des objets. Elle savait le faire. Oui, elle pouvait le faire. Facilement, comme avec l'eau et la glace. Mais... elle avait faim aussi... Et elle était fatiguée. Elle avait besoin de sucre. Du sucre pour la requinquer. Lui redonner un coup de boost ! Non, non Lorelaï. Il faut impressionner Monsieur Benbow, vas-y, aller.
- Asservo Meto, dit-elle... tout en pensant à une banane... La banane ça allait bien avec la noix de pécan... et le caramel... Une tarte noix de pécan, banane, caramel, fallait qu'elle note ça dans un coin de sa tête pour sa future pâtisserie. Bon, ce n'était pas du citron, mais ce serait exceptionnel comme goût. Elle venait vraiment d'avoir une idée de génie !

Une idée de génie qui ressemblait à un monstre si on regardait la tête que faisait le nounours sur lequel elle avait encore sa baguette pointée. Sa peau toute pelucheuse était devenue plastique et jaune, une noix de pécan à la place du nez et du caramel qui dégoulinait de ses yeux. Vision d'horreur. Vision d'horreur peut-être, mais odeur fabuleuse. Une odeur de caramel chaud, mélangée à celle de la banane, se dégageait de la créature, de manière à ce que le ventre de la jeune femme se mit à crier famine. Elle regarda autour d'elle, espérant que personne, et surtout pas Monsieur Benbow, n'ait vu sa création.

La bleue se releva, encore une fois, et alla chercher deux autres objets, plus simples qui se ressemblaient plus aussi. Une fourchette et une cuillère. Décidément, le thème de la nourriture était toujours présent, mais ça ne l'empêcherait pas de se concentrer cette fois.
Lorelaï s'installa sur l'herbe et posa les deux couverts en face d'elle. Elle pointa sa baguette sur la cuillère, tout en visualisant la fourchette. En quelques secondes, c'étaient deux fourchettes qui se retrouvaient devant elle. Moins pratique pour manger, certes, mais là n'était pas la question. Elle avait bien réussi son sort. Elle était ravie !

Dernière étape, transformer l'objet en arme potentielle. Une fourchette est déjà une arme potentielle. Un regard vers le nounours au caramel qui semble reprendre sa forme initiale... Une arme ? Pas un couteau, trop classique... Une règle en métal ce serait bien. Parfait pour le self-défense. On peut toujours la porter sur soi comme si de rien n'était (oui oui, je me promène avec une règle en métal de quarante centimètres de long dans mon manteau, kesta ? T'as jamais eu cours de math' ?) mais ce serait difficile à défendre devant Monsieur Benbow s'il venait l'interroger. Néanmoins, l'idée de l'objet en métal était bonne, étant donné que c'était la matière dont été faite la fourchette, et même la cuillère. Mais pas une règle... Plutôt, un coup-de-poing américain. Un sourire malicieux se dessina sur la visage de bleue. Elle avait toujours rêvé d'avoir un coup-de-poing américain, ce que son père avait refusé de lui offrir, car c'était sois-disant interdit en Angleterre. Lol.

Elle pointa sa baguette sur la fourchette et visualisa une forme plus arrondie, avec des creux juste à la bonne taille pour ses petits doigts fins, qui l'aiderait à démonter la gueule au premier malvenu. Pour parfaire l'objet, comme elle était perfectionniste, elle imagina qu'il reflétait la lumière dans un halo holographique, histoire de rester quand même féminine.

Une fois l'objet transformé, elle le posa directement entre ses doigts. La plus belle bague qu'elle n'avait jamais porté.
Revenir en haut Aller en bas
En ligne
Elhiya Ellis
avatar
Modération RPGSerpentard
Modération RPG
Serpentard
Spécialité(s) : Permis de Transplanage


Re: Cours N°5 : Méli-mélo de sortilèges

Message par : Elhiya Ellis, Mar 28 Nov - 16:10


Son prénom prononcé derrière elle l’interpella et l’extirpa de sa réflexion sur ses clones de bouteilles d’eau. Jace s’afférait sur son nuage occultant, même constatation que pour elle : le premier essai nécessitait de recommencer. D’un sourire amusé, elle ne put s’empecher de le faire remarquer

« Ouai si tu veux cacher les pâquerettes »

Pas très sympa de le taquiner sur le résultat de son sortilège, d’autant plus qu’elle avait du s’y reprendre à 3 fois pour obtenir quelque chose de concluant, mais à ce lot de petits échecs, autant en rire tant que ce n’était pas préjudiciable. D’un dernier regard malicieux au Vert & Argent, Elhiya était partie s’occuper de l’atelier N°1 à son tour. Camouflage d’objet, du plus petit au plus grand, puis sur soit même si ca fonctionnait. en tout cas l'idée était interessante, c'était quand même plus pratique que devoir faire un nuage super visible aux yeux de tous.

Première cible la bassine dès qu’elle fut à nouveau libre. # Kaleidem sur l’objet qui disparaissait sans souci, en même temps ce n’était pas vraiment grand comme truc. # Finite incantatem pour la faire réapparaitre et petit sourire satisfait commençant à prendre place sur le bord de ses lèvres. Mais y'avait franchement pas de quoi quand même...

Changer d’objet, prendre quelque chose de plus grand : son propre sac sacrifié. taille moyenne avec pas mal de bazar dedans. # Kaleidem prononcé une seconde fois, ça semblait prendre un peu plus de temps, comme si le camouflage hésitait un peu, ou manquait de motivation, genre le sac voulait pas... Puis finalement plus de sac. Pas trop mal même si ça avait pris son temps pour disparaitre. . Fin du sortilège  rapide, pour ne pas perdre ses affaires.

Désormais trouver quelque chose de plus grand : soi-même ? Pas très sure de vouloir essayer, mais autant tenter, dans le pire des cas le prof était là si ça quelque chose se passait mal non ? et puis il pouvait arriver quoi? faire disparaitre son bras et plus le retrouver?
Revenir en haut Aller en bas
Azaël Peverell
avatar
Serpentard
Serpentard
Spécialité(s) : - Permis de Transplanage
- Animagus : Chien-loup Tchécoslovaque


Re: Cours N°5 : Méli-mélo de sortilèges

Message par : Azaël Peverell, Mar 28 Nov - 16:23


Le cours continue. Vraiment trop de théorie. En plus, Benbow continue de vous conseiller la fuite. C'est limite vexant. Mais tu dois bien avouer qu'il a raison. T'es bien placé pour savoir à quel point il est difficile de se défendre contre des sorciers bien plus expérimentés que toi. Alors ça semble être la meilleure solution. Même si tu continues de penser qu'il faut s'assurer auparavant que l'adversaire est bien plus fort que nous. Histoire de ne pas fuir pour rien. T'aimes pas trop la lâcheté que demande la fuite. T'as l'impression d'être trop faible pour te défendre toi-même. Mais peut être que si tu parviens à rester en vie grâce à la fuite, on peut considérer que tu as réussi à te protéger, après tout.

Et enfin, la partie pratique peut commencer. Tu n'attendais que ça depuis le début. Tu jettes un oeil à Arty. S'il a besoin d'un coup de main, tu pourras toujours lui expliquer deux-trois trucs, lui donner des conseils. Mais tu ne vas pas faire la nounou pour rien. Alors s'il a besoin, il n'a qu'à venir te voir. En attendant, tu décides de commencer par les sorts que tu maîtrises déjà parfaitement pour les avoir déjà lancés plusieurs fois avec succès. Histoire de t'échauffer un peu. Une espèce de mise en jambe quoi. Tu vas donc dans ta zone, en faisant signe à Arty de te suivre, histoire qu'il ne reste pas planté là comme un clampin. Et tu vas directement sur le deuxième atelier.

Tu t'es entraîné sur ce sort il y a deux ans, dans ce même cours. Mais tu ne l'as pas réutilisé depuis. En revanche, vu le temps passé la dernière fois, t'es bien certain de ne pas avoir oublié la façon de procéder. Tu te concentres sur la bassine et ses petits objets métalliques. Et plutôt que de les voir chacun individuellement, tu les imagines déjà fondus, mixés, fusionnés dans une mare de métal en fusion. Le #Terasectum s'échappe de tes lèvres. Et bientôt ta vision devient réalité. Comme quoi, la magie, ça ne s'oublie pas. Sourire emprunt de fierté. Tu aimes réussir ce que tu entreprends. Même si c'était couru d'avance. Tu te sens même obligé d'augmenter la difficulté. Après tout, en deux ans, ta puissance magique a évolué, pas vrai ?

Nouvelle bassine, nouveau objets, toujours aussi métallisés. Un #Amplificatum plus tard, ils ont tous doublé de masse. Tu vas devoir lancer un sort deux fois plus puissant pour les fondre. Et l'idée te plaît. Concentration. Tu fais abstraction de ce qu'il se passe autour de toi, de tous ces gens qui communiquent, qui parlent, qui font du bruit. Tu ne vois plus que cette bassine remplie d'objets à fusionner. Le sort part. Et les trois-quarts de la bassine fond. Mais malheureusement, certains objets sont toujours bels et bien là, quoi que rougeoyant. Alors tu relances le sort, un peu déçu. Histoire que le reste suive. Mais pas moyen de rester sur cette moitié d'échec. T'aimes pas ça. En plus, tu sais que t'es capable de bien plus.

Un pas en arrière, tu prends plusieurs inspiration. Tu fais craquer ta nuque. Tu ne partiras pas de cet atelier avant de t'être prouvé que tu es meilleur. Que tu as gagné en puissance. Nouvel agrandissement des objets. Petit mouvement de poignet, baguette serrée dans la main. Concentration. Et #Terasectum. D'une voix profonde, sourde. Qui claque comme un ordre. Une volonté inébranlable. Et la réussite se profile. Tous les objets ont fondu. Il ne reste qu'un épais magma métallique. Une bonne chose de faite. Tu passes donc à la suite. Encore quelque chose que tu maîtrises. Mais tu veux absolument passer par tous les ateliers. Et puis, c'est amusant d'essayer de rendre ces sorts connus encore plus efficaces.

Atelier numéro quatre donc. Nouvelle bassine. Vide, cette fois. Tu vises. #Aguamenti. Sans surprise aucune, le jet d'eau atterrit dans la bassine. En même temps, c'est un des premiers sorts que t'as su lancer, faudrait être un sacré boulet pour foirer ça. T'enchaînes avec un #Glacio. L'eau devient blanche, solide, gelée. Une belle glace bien dure. Jusque là, rien de bien compliqué, n'importe qui peut y arriver. T'as même lancé ces deux sorts en plein mouvement lors de ta course de kart avec Arty, faudrait vraiment que tu sois fiévreux pour rater ça à l'arrêt. Et c'est maintenant que les choses sérieuses commencent. Tu fixes la surface de la glace avec un sourire. Et tu lances le #Circumglacie. Et voilà les pics de glace qui s'élèvent, dangereux, acérés, translucides, et magnifiques. Faut bien avouer que ça marche mieux sur une belle glace comme celle-ci que sur la boue glacée que tu avais utilisé lors du dernier cours de Benbow sur Temperence. Mais c'était tout aussi réussi ce jour là alors même que les conditions étaient exécrables. T'as pas besoin de rester ici plus longtemps. C'est vraiment maîtrisé, et tu le savais. Tu voulais juste t'en assurer.

Alors tu t'éloignes. T'as pas vraiment besoin de pause, mais tu observes Arty, histoire de connaître un peu son niveau, savoir où il en est. Avant de repartir de ton côté. T'as décidé de garder les derniers sorts connus pour la fin. Histoire de te reposer tranquillement après la difficulté passée. Il est donc temps pour toi de passer au premier atelier. Tu n'as jamais utilisé ce sort. Tu n'en as jamais compris réellement l'utilité. Mais il ne faut jamais se fier à sa première impression. Et puis, maîtriser un sortilège supplémentaire ne peut pas te faire de mal. Tu pointes donc ta baguette sur un petit soldat de plomb, tout ce qu'il y a de plus ordinaire, et lances le sortilège #Piertotum Locomotor. Il bouge un peu, tu le fais marcher environ deux secondes, et le voilà qui s'arrête totalement, redevenant immobile. Froncement de sourcil. T'as pourtant choisi un des objets les plus petits, ça devrait fonctionner !

Tu observes le petit soldat de plomb sous tous les angles, histoire de t'imprégner pleinement de sa structure profonde. Tu le fixes avec attention. Et tu lances à nouveau le sort. Le voilà qui s'anime à nouveau. Tu le fais marcher, lever les bras. Et ça fonctionne. Il répond au moindre de tes caprices. Un petit saut, une roulade. Facile ! Il faut maintenant voir ce que ça donne avec plus gros. Et c'est cette fois un nounours que tu choisis. Il fait environ cinquante centimètres de haut. L'exercice risque de sacrément se compliquer. #Piertotum Locomotor. La peluche se lève. Et retombe aussitôt, totalement inanimée. La poisse. Tu te concentres davantage, et tu recommences. Voilà qui fonctionne un peu mieux. Il s'active pendant quelques secondes, mais un bruit attire ton attention. Et il a suffit que tu détournes le regard pour perdre tout contrôle sur la peluche.

Cette histoire commence à t'énerver légèrement. Mais comme l'a dit Benbow, énervement et magie ne font pas bon ménage. Alors tu prends sur toi. Et te voilà qui lances le sort une nouvelle fois, avec plus de conviction. Tu dois réussir. Le nounours se lève, fait plusieurs pas, esquisse même un petit cercle sur lui même en mode pas de danse, hoche la tête. Bref, tu contrôles chacune des parties de son corps. Au bout d'environ vingt secondes, tu relâches tout. Ce sera suffisant. Parce que ce sort est crevant. T'as fini par comprendre à peu près sa maîtrise, mais tu ne vois toujours pas sa réelle utilité en combat. Alors tu préfères passer à autre chose plutôt que de perdre ton temps ici. Ce ne sera pas le sort que tu maîtrises le mieux, et tant pis.

Tu passes donc au troisième atelier. T'attrapes une boussole, ainsi qu'un crayon. Et tu lances un #Asservo Meto sur le crayon. Qui devient subitement rond, métallique, et se met à pointer vers le nord. Sourire. Facile ce sortilège, d'autant plus lorsque tu visualises aussi parfaitement l'objet final. Cela risque de se compliquer si tu n'as que ton imagination pour gérer la transformation. Tu gardes la boussole, te débarrasse de l'autre. Et relances le sort en imaginant un couteau. Tout simple, de cuisine, pointu, sans fioriture. Mais si la boussole prend effectivement la forme voulu, tu te retrouves avec un couteau qui n'est absolument pas coupant. La lame est totalement inutile. Légère grimace de déception. Tu relances le sort. en pensant davantage à l'aspect coupant de l'objet. Mais voisi que cette fois il perd son manche, ne gardant que la lame aiguisée. La poisse.

Tu te concentres un peu plus. Tu visualises parfaitement le couteau. Sa forme, son aspect général, et ses propriétés. Tout ce qui fait qu'un couteau est considéré comme un couteau en fait. Et tu retentes l'expérience. #Asservo Meto. Cette fois-ci, c'est la bonne. Te voilà en possession d'un couteau aiguisé, quoi que tout simple. Il reste pointu, tranchant, et blessant. Parfait. Tu reprends donc l'exercice. Avec un caillou cette fois-ci. Tu visualises à présent une lance. Tu veux un grand manche, pour avoir une bonne portée. Et une pointe meurtrière et aiguisée. Tu veux cette arme car elle peut être lancée, tout aussi bien qu'utilisée en main. Le sort est lancé. Le caillou s'allonge. Mais la pointe reste le caillou de base. Alors tu recommences, jusqu'à être satisfait du résultat.

Encore et encore. Tu veux réussir la transformation parfaite du premier coup. Car en situation réelle, tu ne pourras pas lancer le sort trois fois de suite pour obtenir ce que tu veux. Alors il n'y a pas d'autre solution que de s'entraîner. Tu commences à être un peu fatigué à force d'utiliser tellement la magie. Faut dire que répéter encore et encore les mêmes sorts, ce n'est pas non plus le truc le plus passionnant du monde. Mais tu le fais avec toute la volonté dont tu es capable. Et enfin, au bout de quinze bonnes minutes sur ce sort, tu parviens à obtenir des armes correctes dès la première formulation. T'es pas peur fier de toi sur ce coup-là. T'as bien mérité une petite pause sur le dernier atelier qu'il te reste.

Tu regardes le sol, et lances un #Gelata. Rien de bien difficile pour toi. C'est juste un mélange entre le Molliare et le Terra Soluenta et tu maîtrises les deux parfaitement. Notamment en duel d'ailleurs. Tu aimes t'amuser avec les substances, les textures. C'est parfait pour déstabiliser l'adversaire. Tu tapotes le sol du bout du pied. La gelée bouge légèrement, et tu parviens à décoller ton pied plutôt facilement étant donné que tu ne l'as pas enfoncé dedans. Un #Finite Incantatem plus tard, voilà ton oeuvre qui disparaît. Place à ton sortilège préféré de début de duel. Tu pointes ta baguette au sol, avec un sourire, rien qu'à penser à ce que tu vas faire. Et le #Terra Soluenta part. Aussitôt, les sables mouvants apparaissent, juste devant toi. Tu y balances quelques cailloux de simple mouvements de baguette et les regardes disparaître. C'est parfait. Mais vu le nombre de fois où tu as utilisé ce sortilège, tu n'en doutais pas une seule seconde.

Tu te diriges alors vers Arty, sans te presser, mains à nouveau dans les poches. Cette partie pratique t'as rendu ta bonne humeur. Tu lui lances un léger sourire.

- Alors, tu t'en sors ?
Revenir en haut Aller en bas
Ellana Lyan
avatar
Serpentard
Serpentard
Spécialité(s) : Permis de Transplanage


Re: Cours N°5 : Méli-mélo de sortilèges

Message par : Ellana Lyan, Mar 28 Nov - 16:58


Dernier atelier, enfin plutôt avant dernier en réalité car il faut prendre en compte que j'ai passé le véritable dernier et puis ce faux dernier en vérité premier puisque nommé atelier 1 fait que toute ma tête est embrouillée de mot qui ne veulent plus rien dire, du moins je ne crois plus, les pensées toutes abîmées à force d'être répétée sont alors compactée et réduite à deux simples mots : au suivant __ démarche mécanique vers l'atelier suivant, les gestes de retrouve habituel face à l'expérience des précédents atelier je regarde le petit papier qui m'indique les consignes à suivre -
une pensée pour notre professeur qui a du mettre un temps fous tout préparer mais n'est t'il pas payé pour ça ? peut être puis au fond à t'il/ à t'on vraiment le choix ? - soupire -
et s'emmêlent les secondes de la routine perdue gestes répété, la main qui plonge dans la bassine, petit personnage que je fixe un instant hésitante avant de pointer ma baguette vers lui piertotum locomotor murmure un peu trop faible rien ne se passe, reprise en main, concentration et imaginer le petit être se mouvoir voir ses jambes se déplacer ses bras s'animer déesse créatrice j'ai l'impression d'inventer la vie quand mon regard brûlant s'accompagne du formule prononcée distinctement dans sa direction piertotum locomotor ! immédiatement le petit soldat se met à marcher, en avançant au pas, tournant en rond devant mes yeux - sourire satisfait - je repose le petit personnage qui continue son trajet dans la bassine aant de tourner le regard en arrière.

Revenir en haut Aller en bas
Arty Wildsmith
avatar
Modération RPGPoufsouffle
Modération RPG
Poufsouffle
Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Loup-Garou


Re: Cours N°5 : Méli-mélo de sortilèges

Message par : Arty Wildsmith, Mar 28 Nov - 18:34


Debout, Arty debout ! Enfin, réveille-toi, c’est clairement pas le moment de t’endormir. Surtout pour la partie la plus rigolote du cours, faire mumuse avec des sortilèges inconnus et fort pratiques. Surtout qu’il y avait un temps imparti. Alors. Let’s go. Il suit le Serpentard, direction son petit cercle, puis il laisse Aza vaquer à ses formules pour se concentrer lui aussi sur les exercices. Comme quoi, tout arrive. Sautillant il se rend sur le premier atelier. Il était question de petits objets à rendre vivant. Et il y en avait, là, des petits soldats. Pas étonnant qu’il se soit dirigé vers cette bassine en premier, son côté enfant. Il aurait limite envie de dire qu’il n’y avait pas besoin d’un sortilège pour rendre vivant un jouet, juste le prendre dans ses doigts et d’inventer une brillante histoire. Mais ce n’était pas le moment. Odette entre ses doigts, il tente d’imaginer la vie du petit soldat, sa démarche militaire et sa peur d’aller au combat. #Piertotum Locomotor.
C’est pas tellement une réussite, on a l’impression que le jouet s’étire une demi-seconde avant de reprendre sa posture initiale. Pas tellement enclin à commencer sa journée. Alors il réitère sa demande, serrant davantage sa baguette. Une nouvelle fois. Puis un mince sourire allonge ses lèvres. Le voici le petit bonhomme, avancer, une, deux, une, deux, garder le rythme, attention au lever de genoux, c’est important. Il ne s’écrie pas, pas de youpi tralala. Juste de la nostalgie. Ça faisait longtemps qu’il n’avait pas joué. Un coup d’œil vers les autres objets posés dans le récipient, puis non. On va s’arrêter là. Pas tenter le diable surtout, une petite victoire, c’était déjà pas si mal. Le sortilège s’estompe déjà. Il s’en contenterait donc largement. C’est-à-dire qu’il avait aussi cette euphorie, ne pas perdre de temps et essayer tous les exercices, pour s’amuser. Il n’allait pas non plus faire bouger tout ce qui se trouvait là, d’autres choses à faire.

Petit moment déplacement en sautillant. Maintenant, faire fondre des objets métalliques. C’était un peu en lien avec le pouvoir de Magneto des X-Men. Ça avait toujours été un personnage qui l’avait passionné, mais bon, ici il n’y avait pas trop de rapport. Alors concentre toi Arty, les bandes dessinées ce sera pour plus tard. Un regard vers la note, possibilité d’agrandir les objets. Non mais ces gens ont de ces idées. Il se contenterait largement des petits accessoires, comme quoi, il y avait un certain pattern dans son comportement. Faire l’exercice oui, mais fallait pas pousser non plus. Trop peur de rater sûrement, peut-être. Alors il tente d’entrer dans la peau de Magneto, il sait que ça ne peut que l’aider. Faire craquer les vertèbres cervicales de la nuque, un maximum de concentration. Et Odette elle aussi fixée. Faire fondre le métal. Il pouvait le faire. #Terasectum. Voix concentrée, il se donne un air certain, presque sûr de lui. Ça lui va bien. Mais ce n’est pas fameux. Quoi que, il se penche légèrement. Le nez de la statuette semble avoir fondu, enfin, chauffé un petit peu. Il soupire. Il n’avait pas la classe de Magneto, visiblement. Il retente le coup. Ah oui. Effectivement, plus de nez désormais. Mais il n’allait pas faire ça à chaque fois, si ? Après le nez quoi, les oreilles, les yeux, la tête, un bras, deuxième bras ? Non, vraiment, il n’avait pas le temps. Pas très courageux le petit. Son esprit ne peut surtout pas se concentrer autant de temps, hyperactivité oblige. Alors il bouge, il a fait fondre le nez de sa figurine métallisée. C’est déjà pas mal. Quoi que, alors qu’il allait partir, il fallait qu’il tente une petite expérience. Quand même. Un nouveau #Terasectum s’échappe d’Odette, sous le coup de l’envie et l’impatience la tête fond toute seule. Arty y met les doigts, juste pour voir.

- Oups là, c’est chaud chaud chaud.

Petit cri alors qu’il secoue la main légèrement brûlée de métal. Quelle idée, franchement, il n’était pas là pour ça. Il frotte contre son pantalon le bout des doigts ayant légèrement fusionné avec un bout de métal fondu. L’idiot. Non, cette matière bouillante n’était décidément pas faite pour lui. Alors on passe à autre chose. Pas de regard vers les autres, c’est qu’il est quand même tout entier dévoué à sa tâche, pour une fois, on ne va pas s’en plaindre.
Après le chaud, le froid. Il se rend sur le quatrième atelier, qui ma foi, n’avait pas l’air bien difficile. Odette savait remplir une bassine d’eau, pas compliqué. La première étape se déroule à merveille, simple #Aguamenti. C’est que désormais ça fait blup blup pour se remplir allégrement. Bravo Arty, bien joué. Il dodeline de la tête, pas peu fier de lui. En même temps, ce n’était pas un sortilège de première année ça ?

Un peu de dignité, quand même. L’étape suivante, glacer l’eau. Le Blaireautin s’imagine en train d’être le géant constructeur d’une nouvelle patinoire. C’est cool la patinoire et le patin à glace, il kiffe ça. Un sport extrême, pour lui. Alors Odette continue son sérieux travail et vise la bassine au contenu liquide, clair. #Glacio. Allez, vas-y. Transforme toi en gelée ma petite. Qu’on puisse s’imaginer avec des mini patins, faire des figures et se laisser glisser sur toi. Un petit effort.
Franchement, ça aurait pu être pire. Le sortilège part du bord de la bassine, plutôt correctement, bien qu’il s’arrête au centre du petit lac. Arty hausse les épaules. C’est que l’exercice commence à être long, il est resté trop longtemps attentif. Alors il retente le coup, compléter la surface geler, la développer. #Glacio ! Tada. Comme quoi, en deux fois, ça finit toujours par fonctionner correctement. Désormais, le point d’orgue. Des piques de glace. C’était facile ça, il l’avait clairement en tête, ça aurait pu être un terrain de combat de Pokemons. Et les pokemons, il connaît bien. Alors il se lance sans hésiter. #Circumglacie. Ploc, ploc, ploc. C’est que ça sort. Alors effectivement, comme d’habitude c’est une demi-victoire. Parce que ses pics sont rikikis et ressemblent plus à des épines de sapin gelées. Mais saluons l’effort, applaudissements polis.

Il secoue la tête. Il lui reste deux ateliers. Il voit les autres s’affairer, essayer, c’est qu’ils sont particulièrement motivés. Toujours en fait. Jamais aucune baisse de moral. Lui regarde encore les sortilèges qui lui restent à essayer. Il fatigue. Il n’a plus envie de jouer. Un petit regard à droite, à gauche, il pouvait se permettre d’en skipper un. Ça ne se verrait même pas. Sourire fripon il se dirige vers le cinquième atelier. Là où le sol est supposé changer de forme. Bien plus amusant que de faire fusionner des objets. Il lit le mot. Ne pas piéger les camarades. Moue boudeuse. Décidément, ce professeur était assurément plutôt rabat-joie. Mais bon, ne pas détruire les efforts jusqu’ici effectués.
Azaël se dirige vers lui, il a l’air d’avoir terminé. Arty hoche la tête, lève la main. Petit signe de l’index. Mine de dire, attends une minute, j’ai pas tout à fait terminé là. Il souffle, expirer tranquillement, se concentrer. Il n’avait pas envie de passer par l’étape Gelata. Boring. Il voulait en finir rapidement. Puis le sable mouvant, c’était tellement plus funky. Alors c’est parti. Il pointe sa fameuse baguette vers le sol, non loin mais sans viser personne, un peu de sérieux. #Terra Soluenta. Rien qui ne se passe. Le Poufsouffle fronce les sourcils. C’était pas normal, il était hyper motivé, imaginait correctement le sortilège. Non. Ça aurait dû fonctionner. Il lève Odette devant ses yeux. « Pourquoi tu veux pas, t’es cassée ? T’es malade ? Allez làààààààà ! » Il la secoue alors en criant. Plus de patience. #Terra Soluenta. Plusieurs fois. Odette perturbée, secouée de haut en bas. Il n’en pouvait plus le petit, il fallait qu’il gigote, à son grand dam. S’il avait su. C’est là qu’à ses pieds. Ça remue. Le sol, devenu sable.

« Oh mon dieu non. C’est maintenant qu’tu t’mets à fonctionner ? T’es sérieuse ? Écarquillement des rétines. Il n’en revient pas, comme dans un dessin animé, le personnage avant de tomber dans le vide, ridicule. Il laisse quand même échapper un C’est vraiment mouvant là ? Son pied se fait manger, d’un coup. Bloup. Petite étincelle de panique dans son regard clair. Le voici enfoui dans le sable vivant. Aaah ! » Non mais quelle idée vraiment, de faire de telles choses dans un cours dans une école de magie avec des sorciers apprentis. Carrément dangereux. Le gamin s’enfonce, petit à petit, remue des jambes, des bras, tente de s’échapper. C’est que ça fonctionnait vraiment ce sortilège en plus, ce n’était pas une blague ! Le bon côté des choses c’est qu’il avait plutôt bien réussi l’exercice du coup, et ce sans piéger aucun de ses camarades. Juste lui même, enseveli dans le sable qui commençait à le gratter, tout partout, s’incruster dans les méandres de ses vêtements. Il a l’impression d’étouffer, palpitations du muscle pompeur. Dans un cri étranglé. « Au secours là ! » Pas moyen d’atteindre Odette, asphyxiée par les grains.
Ah oui, parce que vous pensiez qu’il allait vous laisser tranquilles ? Naïfs.
Revenir en haut Aller en bas
En ligne
Kalén Bloom
avatar
Poufsouffle
Poufsouffle
Spécialité(s) : Permis de Transplanage


Re: Cours N°5 : Méli-mélo de sortilèges

Message par : Kalén Bloom, Mar 28 Nov - 20:29


Il était temps de passer à l'atelier suivant. Elle avait bien tenté de faire sortir quelques pics de glaces, mais sans grand succès : ils ressemblaient plus à des poils de brosse à dent qu'à des armes meurtrières.


Notice a écrit:
Atelier 5 : Gelata / Terra Soluenta
Mots explicatif : modifier la structure du sol à l'aide d'un des sortilèges cités. Une fois le Gelata maîtrisé, passez seulement au second sort. Faites disparaître l'effet de vos sorts à l'aide du finite incantatem. Ne piégez pas vos camarades !!


Modifier la structure du sol ?? Bon, elle espérait juste que la dalle sous ses pieds ne faisait pas un mètre d'épaisseur, auquel cas il lui serait difficile de transformer quoi que ce soit.
Kalén fixa la pierre en dessous d'elle, abaissa sa baguette et se concentra. Longtemps.
Il était probable que son premier essai ne soit pas concluant. Mais bon. Le deuxième le serait sûrement. Rouvrant les yeux, la jeune fille rassembla ses forces dans la main qui tenait sa baguette et :

"Gelata !"

Ah... non. Rien du tout. Quelle surprise, songea-t-elle ironiquement. C'était pas comme si elle devait s'y reprendre à deux fois - au moins - pour chaque sortilège lancé dans ce cours !
Bon, à nouveau, rassembler sa concentration. Réfléchir et...

Mais ! C'était quoi ça ? Kalén venait de sentir son pied droit glisser sur le sol. Elle leva la jambe et examina sa chaussure. Une moue de dégout vont tordre son visage : une substance gluante et visqueuse dégoulinait de sa semelle, tombant dans la flaque d'où elle provenait. Son précédent sortilège avait fonctionné... un peu. Un tout petit peu. Disons qu'il avait agi sur trente centimètres carré du sol et sur une épaisseur de... quelques millimètres. Un finite plus tard et la tache avait disparu. Pitoyable vraiment. Bref, où en était-elle ? Ah oui ! D'ailleurs, cette petite mésaventure venait de lui rappeler qu'elle devrait faire attention à la zone à transformer, à bien la délimiter dans son esprit.
Sa concentration revenue, elle tenta de délimiter un espace carré vierge de toute civilisation dans le sol et d'y projeter son sortilège.

"Gelata !"

Cette fois, la zone entière changea de consistance, mais toujours sur quelques millimètres d'épaisseur, peut-être un tout petit peu plus lors de son premier essai. Allez, encore un tout petit effort. Il lui fallait quelque chose... Ah oui, ce plat immonde qui trônait devant son assiette au petit déjeuner. De la Jelly. Kalén frissonna de dégout rien qu'en repensant à la seule fois de sa vie où elle en avait mangé. Plus jamais, ah ça non. Mais c'était une bonne piste. Fixant son carré délimité - à présent redevenu pierre à l'aide du contre-sort - elle le vit prendre la forme de cette substance qui la répugnait tant, flottante, molle, lisse et visqueuse et relança, pour la troisième fois, le sortilège.

"Gelata !"

Oui ! Cette fois-ci était la bonne ! Le sol changea immédiatement de texture, respectant toujours la zone délimitée dans son esprit. Bon, elle ne savait pas si le sort avait atteint la pierre en profondeur, mais elle pouvait clairement voir qu'il avait agi sur, au moins les dix premiers centimètres.
Toute sourire, elle mit fin à l'enchantement et enchaîna directement avec l'autre sort. Il était du même ordre et avait la même difficulté, aussi ne lui demanda-t-il pas trop de se remettre en condition.
Brandissant à nouveau sa baguette, visualisant toujours le carré délimité, elle le vit prendre la forme d'un sable-mouvant, tournant en spiral sur lui-même.

"Terra Soluenta !'

Rien. Moui, ce n'était peut-être pas la bonne image... Rassemblant une nouvelle fois ses esprits, elle visualisa, cette fois, une sorte de marécage meurtrier, duquel personne ne serait capable de sortir, pas même le cheval d'un jeune indien courageux ARTAAAX !. L'image était bien présente, tout comme la larme qui coulait sur sa joue, au souvenir du fier destrier perdu.

"Terra Soluenta !" lâcha-t-elle, peut-être plus fort qu'elle aurait voulu.

Ce fut instantané. Le sol se changea en un marécage sombre et sordide au fond peu rassurant. Attrapant un objet insignifiant dans la bassine, Kalén le jeta dans le marécage, et constata avec satisfaction qu'il disparaissait, s'enfonçant dans le sable humide qui le composait. Un autre finite lui permit de passer à autre chose. Le dernier atelier, celui qu'elle avait sauté tout à l'heure.


Notice a écrit:
Atelier 3 : asservo meto
Mots explicatif : prenez deux objets différents dans la bassine, obligez l'un à prendre la forme de l'autre, puis modifiez ce dernier en un autre objet, capable de blesser un adversaire potentiel. Soyez imaginatif. Si vous excellez dans cette exercice, attaquez-vous a des éléments naturels se trouvant autour de vous (cailloux, buisson, voire arbre si votre puissance vous le permet).


Bon apparemment ça ne serait pas gagné, d'autant qu'elle commençait à fatiguer sérieusement... Kalén saisit une pièce d'échec version sorcier ainsi qu'une carte de chocogrenouille et pointa sa baguette sur la carte. Le sortilège était plutôt simple à réaliser. Mais l'air sévère de Minerva McGonagall qui l'observait de la carte ne la mettait pas à l'aise. Faisant abstraction de ses yeux de hibou furieux, Kalén visualisa le cavalier dans sa tête et lança son sort.

"Asservo Meto !"

Parfait ! Elle avait réussi du premier coup. Bon, en même temps, le sort n'était vraiment pas d'une grande difficulté. Le visage outrée de l'ancienne directrice adjointe de Poudlard prit un air guerrier, et bientôt, toute la carte avait pris l'apparence du cavalier noir de l'échiquier.
Bien, maintenant, il fallait le changer en un objet dangereux... Plusieurs idées lui vinrent à l'esprit, un couteau d'abord, puis une lance, une machette, une hallebarde une masse, une masse d'arme, un... Oh wowowow ! Stop ! C'était pas non plus l'exposition de la galerie martiale médiévale ! Quelque chose capable de blesser son adversaire... Un souvenir douloureux lui revint alors en tête, sous la forme d'une lettre, reçue lors de sa quatrième année. Quoi de mieux que les mots pour affaiblir l'autre ? Sa mère avait eu les bons en tout cas... Et qu'est-ce qui servait à tracer les mots ?

"Asservo Meto..." fit-elle la voix enrouée.

Peut-être était-ce à cause des souvenirs qui avaient ressurgi et qui gênaient sa concentration, mais la plume qu'elle avait voulu faire apparaître n'avait pas de mine. Elle tenta une nouvelle fois le sortilège, tâchant de rester présente dans ce qu'elle faisait et relança le sort.
La plume était entière cette fois-ci. D'une couleur morne, beige, mais entière. Elle ne savait pas vraiment si la métaphore plairait à son professeur. Mais au moins c'était quelque chose qui pouvait blesser.
Epuisée et à présent un peu mélancolique, elle décida de s'arrêter là. De toute manière, le temps imparti était presque achevé.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé

Re: Cours N°5 : Méli-mélo de sortilèges

Message par : Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas
Page 8 sur 11

 Cours N°5 : Méli-mélo de sortilèges

Aller à la page : Précédent  1, 2, 3 ... 7, 8, 9, 10, 11  Suivant

Permission de ce forum:Vous pouvez 
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Harry Potter 2005 :: ~¤~ Académie de Poudlard ~¤~ :: Cours :: Défense contre les Forces du Mal-

L'univers d'Harry Potter est la propriété de la Warner Bros ainsi que de J.K Rowling.
Tous droits réservés sur ce site ©Copyright HarryPotter2005. Affichage optimisé sous Firefox.