AccueilPortailPublications internesRechercherS'enregistrerConnexion

Harry Potter 2005 :: ~¤~ Pré-au-Lard ~¤~ :: Rues de Pré-au-Lard
Page 3 sur 3
Ruelles passantes
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3
Theya Alomora
ModérationPoufsouffle
Modération
Poufsouffle
En ligne

Ruelles passantes - Page 3 Empty
Re: Ruelles passantes
Theya Alomora, le  Dim 7 Oct 2018 - 21:46




LA d'Arty

Les joues rougissantes, le sang te montait dans le crâne jusqu'à t'en donner le tournis. Des répliques cinglantes s'échangeaient et tes émotions tourbillonnaient, se percutaient, les synapses reliant neurones étaient en plein échauffement, que dis-je, ébullition. Si l'on pouvait appelait l’électricité comme tel, et là c'était trop, tu sentais tes glandes lacrymales, réagir, remplir tes yeux de l'eau que tu avais accumulé, pendant ces jours où tu n'avais pas craqué. Où tu étais simplement resté forte pour Loredana, pour Jace, pour tous les autres sauf toi. Et tu sentais l'humidité parcourir tes joues enflammés, comme une pommade apaisante, tu regardais le garçon de tes yeux emplis de rage, et ton contrôle n'était plus.

Tu avançais d'un pas, vers lui, tu ne savais ce que tu faisais, mais en tout cas tes gestes étaient déterminés. Ils t'avaient poussé à bout. Le manque de respect était un de tes principes, le jeu des émotions d'autrui... Non ça ne passerait pas. Et *clac*. Ta main heurté sa joue d'irrespectueux, de provocateur à ses dernières heures. Tes larmes se faisaient plus intenses, c'en était trop, trop pour toi. Un geste que tu n'avais jamais fais en vers personne, mais le vase débordait. Les excuses ? Aucunes pour lui. Jamais. Sa chouette ? Elle n'avait rien demandé à personne, c'était lui, propriétaire irresponsable qui n'avait même pas tenu compte que sa chouette s'était accrochée à tes cheveux. Tant pis pour lui s'il avait eu peur. Mais là c'était trop tu te reculais, du même pas que tu avais fait précédemment et tu le jaugeais, comme une pauvre moins que rien qu'il était :

- La prochaine fois respecte un peu les autres, et apporte plus d'attention à ta chouette.

Tu serais bien partie, mais t'attendais sa réaction comme une débile, le dos tourné, prête à enchaîner tes pas pour retourner au château.

Artemis Wildsmith
Artemis Wildsmith
ModérationPoufsouffle
Modération
Poufsouffle
Année à Poudlard : Diplômé(e)

Matière optionnelle : Étude des moldus

Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Loup-Garou


Ruelles passantes - Page 3 Empty
Re: Ruelles passantes
Artemis Wildsmith, le  Mar 23 Oct 2018 - 12:43

LA de Theya


Bon alors, l’idée selon laquelle elle & lui deviennent copains un jour s’effilochait tout doucement, surtout lorsque la main de la jeune fille se rapprocha dangereusement de la joue découverte du gamin. Au ralenti. Après tout, il l’avait poussée à bout, pour rire, pour voir, parce que ça l’amuse et le divertit, il n’en attendait pas moins d’elle. Malgré tout, cela reste douloureux, un peu, se faire gifler par une demoiselle avec une coupe de cheveux hasardeuse dans les rues de Pré-Au-Lard, surtout lorsque l’insigne autoritaire trône sur la poitrine, surtout lorsqu’on s’appelle Wildsmith, tout simplement. Elle lui parle alors de respect, des autres, il s’en moque, les mots moralisateurs n’ébouriffent même pas les boucles folles qui se remettent rapidement de l’attaque qu’elles venaient de subir, même la chouette avait sursauté devant ce mouvement de la tête qui bascule sous la gifle. Quant à Kevin, la brune avait tort. Certes c’était une chouette volée, mais personne n’en voulait, abandonné.e de tous et reclu.e dans la saleté de la volière de Poudlard, il avait été le seul à lea prendre sous son aile. Alors oui, le Louveteau avait envie d’étouffer la demoiselle de ses paroles mensongères et d’enrouler sa langue jusqu’à ce qu’elle meurt.
Pourtant, ce n’est pas de la colère qui s’échappe des lèvres entrouvertes du gamin alors qu’il frotte l’endroit de l’impact – ça brûle légèrement. Au contraire, il rit nerveusement dans une moustache qu’il n’a pas, tandis qu’elle ose lui tourner le dos. Toujours ce mouvement qui lui fait craquoter la nuque et que l’enfant capricieux ne supporte pas, à lui faire grincer des dents.

Immédiatement, Odette valse alors dans les doigts du jeune Auror tandis qu’il se redresse tout à fait, ne lâche pas du regard le dos qu’il avait pris pour cible. Simple murmure parfaitement dirigé articule un #Everte Statum venant frapper directement la jeune fille, qui s’effondre sur les pavés de la ruelle. Quelques sorciers passants sourcillent, interrogent la situation du regard, il les chasse d’une main agacée, leur intimant silencieusement de se mêler de leurs affaires. Le gamin gambille-sautille gaiement et réduit la distance qui le sépare de la Chutée, efficace traqueur, il lorgne sa proie vulnérable, affalée. Il s’accroupit  à ses côtés, passe une main satisfaite dans ses mèches arrogantes, faisant bondir de nouveau la chouette de son présentoir, geste lui permettant de gamberger une réplique cinglante, enfoncer davantage la demoiselle, il ouvre même la bouche, lui faire ravaler ses bonnes mœurs. Puis, non, sa bouille réfléchit encore une miette de seconde, en fait, j’ai rien à t’dire. Une légère tape condescendante vient alors frapper le haut du crâne de la jeune fille, c’est qu’il ne prend même pas la peine d’en faire plus, avant de se remettre tout grand sur ses pattes. Cette petite avait clairement besoin qu’on la fasse tomber de son piédestal composé valeurs bien trop bien pensantes, il l’avait fait, ou du moins, avait suffisamment ébauché le travail. Ainsi ennuyé, l’irrépressible envie de passer à autre chose lui chatouille les genoux, l’obligeant à s’enfoncer dans la foule de robes, capes et chapeaux pointus.


Départ d'Arty, merci !
Matilda Grayling
Matilda Grayling
Serdaigle
Serdaigle
Année à Poudlard : Aucune année renseignée

Matière optionnelle : Pas encore disponible

Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Ruelles passantes - Page 3 Empty
RP à déplacé
Matilda Grayling, le  Jeu 22 Nov 2018 - 18:47

RP avec Max Karter
LA de Max

C'était la deuxième fois que Matilda se rendait à Pré-au-Lard. La première fois, elle s'était sentit mal à l'idée de découvrir le village toute seule, et avait chercher une guide, en la personne de Theya. Mais cette dernière n'avait pas pu s'empêcher de prendre sous son aile une autre petite fille, insupportable, avant de les laisser en plan. Matilda était toujours déçue lorsqu'elle trouvait le courage de sortir de sa solitude, cette fois-ci n'avait pas fait exception. Aujourd'hui elle ne reproduirait pas la même erreur. Elle aurait le temps de flâner dans les rues et dans les magasin, sans devoir se forcer à discuter et à trouver des compromis quant aux endroits à visiter pour que tout le monde y trouve son compte.

Bref, la petite Serdaigle s'était rendue seule au village côtoyant Poudlard par un beau samedi, quoiqu'un peu froid, du milieu de l'automne. Pour une fois qu'il ne pleuvait pas, il fallait en profiter. Le chemin menant à Pré-au-Lard avait été boueux, et les pavés annonçant l'entrée dans la civilisation étaient encore humide de la dernière averse, mais le ciel était bleu, et le vent pas trop fort.
La fillette marchait à pas lents dans les rues du village, se renfermant dans sa bulle avec pour seule compagnie la musique douce qu'elle avait dans la tête et le son régulier de ses pas sur les pavés. Les vitrines s'enchaînaient, les restaurants et bars aussi. Elle avait acheté des bonbons chez Honeydukes, admiré les chaussures chez Gaichiffon, et observé les oiseaux qui s’agglutinaient aux terrasses presque vides des restaurants et bars. C'était agréable.
Son sachet de Fondants du Chaudron était presque vide lorsqu'elle se rendit finalement compte que la persistance de la musique qu'elle avait en tête venait du fait qu'il s'agissait d'un son extérieur. Elle entrepris alors de rechercher sa source, de toute façon elle n'avait que ça à faire. Le vent distordait et faisait se répercuter les sons contre les murs, rendant difficile de trouver l'endroit d'où ils venaient, la mélodie qu'ils composaient, et même l'instrument qui les jouaient. Elle finirait bien par trouver.
Max Karter
Max Karter
Gryffondor (DC)
Gryffondor (DC)
Année à Poudlard : Aucune année renseignée

Matière optionnelle : Pas encore disponible

Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Ruelles passantes - Page 3 Empty
Re: Ruelles passantes
Max Karter, le  Mer 19 Déc 2018 - 20:35

Tu as donné rendez vous au miroir au village près de son travail. Malheureusement, il n'a pas pu se libérer. Un accident. Tu comprends sans comprendre. Tu t'inquiètes cependant la lettre t'a dit de ne pas t'en faire. Tu t'en veux. Entre la rencontre avec votre mère puis l'accident, tu aimerais faire quelque chose pour elle. Rien. Elle préfère démêler les choses par elle même. Tu la comprends même si elle te perd parfois. D'allure vous êtes peut-être semblables mais dans vos réactions vous différez. Tu as hâte de la revoir pour en apprendre un peu plus.

En attendant tu parcoures le coin sorcier. Puis à un moment, une mélodie te vient en tête. Tu l'entends comme fredonnée. Tu ne sais pas si tu la rêves ou non. Mais ton jukebox intérieur s'allume. Impossible de l’arrêter. Elle tourne encore et encore. Tu as maintenant envie de sortir la guitare. De danser sur les cordes.

Tu n'arrives pas à te retenir longtemps. Tu n'arrives pas à contenir tes pensées. Tu n'arrives pas à arrêter la chanson. Elle prend l'espace. Elle t'englobe et tu finis par la chanter. Jusqu'à trouver un petit banc pour te poser. Instrument de sortie. Tu grattes. Tu ne fais plus attention au monde. Tu es dans un bulle de notes. Dont tu ne sortiras pas avant d'avoir finis cette partition si tu n’enchaînes pas sur une autre.
Matilda Grayling
Matilda Grayling
Serdaigle
Serdaigle
Année à Poudlard : Aucune année renseignée

Matière optionnelle : Pas encore disponible

Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Ruelles passantes - Page 3 Empty
Re: Ruelles passantes
Matilda Grayling, le  Lun 14 Jan 2019 - 16:01

*La la la la la*
La mélodie se faisait entendre plus distinctement. C'était un instrument à cordes pincées.
"Ah !" tonna soudain la fillette. Il semblait qu'un petit attroupement indiquait le lieu de la source du son. Des sorciers emmitouflés dans leurs manteaux s'arrêtaient devant le point musical, d'autres le quittaient. Cela n'était pas surprenant, les concerts gratuits attiraient toujours du monde. Voilà, on y étais. Matilda se faufila entre les passants pour apercevoir la source de la musique. L'instrument était donc une guitare, alimentée par les doigts expérimentés d'une musicienne. Non d'un musicien ? Difficile à déterminer.

Voilà, elle avait trouvé la source de la musique, elle allait pouvoir continuer ses emplettes le cœur léger. Elle s'apprêta à partir, puis se ravisa. D'où venait ce réflexe ? De ses parents évidemment, qui ne s'arrêtaient jamais lorsqu'un artiste de rue se produisait. Ils avaient des courses à faire, des lieux à voir, un emploi du temps très chargé, et pas de temps à perdre, même lorsque l'objet de la sortie était une simple balade. Or aujourd'hui ils n'étaient pas là, Matilda allait où elle voulait, et elle n'avait pas à s'imposer ce sentiment de frustration de n'avoir entendu une musique agréable que le temps de passer devant. Elle resta donc sur place, les pieds ancrés dans le sol, à savouré sa liberté inattendue en ouvrant chacun de ses sens.
Tout d'abord le touché. Brrr... Froid... Le temps ne se réchaufferait-il jamais ? Matilda croisa les bras pour se réchauffer légèrement. Ce n'était pas une bonne sensation, mieux-valait tenter de l'ignorer.
La vue. Mais franchement, vraiment, était-ce un homme ou une femme qui jouait ? Visage et doigts trop fins pour être ceux d'un homme. Carrure trop large pour être celle d'une femme. Vêtements et coiffures trop unisexes pour déterminer le genre. Tant pis, si cette personne se mettait à chanter, peut-être sa voix permettrait-elle de résoudre ce mystère. Mystère qui, finalement, n'était pas si important que ça. L'artiste n'était rien qu'un artiste, rien ne semblait exister autour de sa musique. Une de ses mains tricotait puis balayait au milieu de la guitare, produisant le son, l'autre appuyait les cordes sur le manche, le tout avec expertise. Ou bien instinct ? Comment parvenait-elles à se coordonner l'une et l'autre, et à reproduire ce que le/la musicien(ne) avait en tête, et comment ce(tte) dernier(ère) pouvait retenir ce qu'il fallait jouer et à quel moment pour obtenir un son satisfaisant ? La fillette avait déjà eut une guitare entre les mains lorsqu'elle était plus jeune. L'instrument était alors beaucoup trop grand pour elle, elle ne parvenait pas à écarter les doigts assez loin pour effectuer deux notes différentes, et le balai effectué par l'autre main lui faisait mal aux doigts et ne produisait aucun son correct. Cette expérience ne lui avait donné aucune envie de faire de la musique.
Enfin.
L'ouïe maintenant. Que c'était joli ! Une mélodie très douce sortait de l'instrument, douce sans être mélancoliques, les sons s'enchaînant de manière logique et satisfaisante, avec quelques surprises dans les notes choisies ne rendant la musique que plus belle. Matilda en oubliait presque le froid. Non quand même pas. Mais ses muscles semblaient s'être légèrement détendus, notamment la boule au ventre qu'elle avait constamment, et qu'elle finissait par ne ressentir que lorsqu'elle se relâchait. Elle se rendait compte pour la première fois des propriétés apaisantes que la musique avait sur elle. Intéressant. Elle se laissa ainsi portée, profitant d'un instant ou il n'y avait pas besoin de faire semblant, pas besoin de se forcer à faire quoique ce soit, pas besoin d'exister. Juste écouter.
Contenu sponsorisé

Ruelles passantes - Page 3 Empty
Re: Ruelles passantes
Contenu sponsorisé, le  

Page 3 sur 3

 Ruelles passantes

Aller à la page : Précédent  1, 2, 3

Permission de ce forum:Vous pouvez 
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Harry Potter 2005 :: ~¤~ Pré-au-Lard ~¤~ :: Rues de Pré-au-Lard-

L'univers d'Harry Potter est la propriété de la Warner Bros ainsi que de J.K Rowling.
Tous droits réservés sur ce site ©Copyright HarryPotter2005.