AccueilPortailFAQPublications internesRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Harry Potter 2005 :: ~¤~ Académie de Poudlard ~¤~ :: Cours :: Etude des Moldus
Page 2 sur 3
Cours n°6-EDM : Changer de perspective
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3  Suivant
Mary Drake
Préfet(e)/Serdaigle
Préfet(e)/Serdaigle

Re: Cours n°6-EDM : Changer de perspective

Message par : Mary Drake, Lun 2 Oct 2017 - 14:28


Rimani

Ombre qui défile sans trop savoir où elle y trouve la force
Je ne voulais pas lui ressembler et pourtant c'est bel et bien ce qui m'est arrivé
Fixant le sol, sac sur le dos, je tremble de peur, j'ai du mal à faire un seul pas
Les joues baignées de larmes, les images hantent
Je vois des silhouette à chaque tournant
Une lame entre les dents
Tous prêts à m'empaler
Sur le premier mur qui se présente
Et je continue sur cette allure décadente
À trembler au moindre mouvement
La plaie est belle et bien là
Quelque part, sur mon ventre
Partout dans ma tête
Une démone, un monstre
J'ai toujours la force d'avancer
Je sais pas où je vais la trouver
Il faut bien pourtant, sinon je vais tomber
J'ai toujours promis à la petite Stella de ne pas oublier
Compte bien tenir cette promesse
Même si j'en souffre à en cr~ver

À mi-chemin je fais une pause, histoire de vérifier. On sait jamais, les oublis c'est fréquent en ce moment. De quoi ne pas puer, de quoi dodoter, de quoi ne pas grelotter. C'est bon je pense que j'ai tout ce qu'il faut, on y croit, au pire heu bah tant pis, je volerai à quelqu'un ce qui me manque voilà. J'avance, la meilleure façon de marcher c'est bien de mettre un pied devant l'autre, je sais plus qui a dis ça mais il devait avoir raison. Je crois que de toute façon si je rampais bah je marcherais pas donc je peux pas dire que c'est plus logique de faire ça. Puis se racler la peau contre le sol ce n'est pas très rapide comme entreprise la réponse semble donc être évidente. J'avale ma salive en tentant de cesser lentement les tremblements, allez quoi c'est pas compliqué. Pourtant j'y arrive pas, c'est trop récent. Peter pan n'est pas là pour me voler mon reflet sombre, ni pour tenter de me ramener au pays imaginaire. J'accepterai même qu'il me coupe la tête, au moins ce sera terminé pour de bon comme ça.

Soubresauts, arrivée devant la classe dans la classe je sais pas où me mettre je me cache je fuis je tombe mes yeux caressent la surface
Il n'y a pas de monstres pas encore hormis les humains mais ça ils y peuvent rien
Je remarque d'un côté la gamine qui s'ennuie, pas ce dont j'ai besoin maintenant jamais même
Beaucoup de têtes inconnues aussi ça me fait peur peut-être devrai-je fuir
Esteban est là aussi, tentative de politesse : sourire
Puis lui je le vois avec son petit pyjama fin je crois après comme il veut si c'est un habit de tous les jours
bref j'en ai un aussi je l'ai pris pour dormir
Y'a un monsieur tout mignon en guise de professeur
Arty l'est en dragon, sourire qui vient illuminer un peu le visage sombre malgré les joues mouillées
Ptet que ça va lui faire plaisir si je disparais pour revenir en phénix
C'est de ça dont j'ai besoin en fait, de renaître de mes cendres
Retour dans le couloir, rien à faire si quelqu'un d'autre me voit changer
Juste pas là y'a trop de monde et quatre murs ; sentiment d'oppression
Puis je reviens et fonds sur lui tentant vainement de contenir des larmes
Hoquet un, hoquet deux, trois quatre cinq
ça y est ça recommence je fonds à nouveau
Sans demander son avis je compresse sa main super fort t'façon il est gentil comme tout il dira rien fin je crois pas
Non loin y'a un Navet
- Salut
Vite dit vite fait
Puis poser ma tête sur l'épaule d'Arty j'ai peur de le gêner mais j'en ai besoin sinon je vais m'effondrer
- Coucou...
Voix brisée yeux partant dans le néant, le vide des plus sombres pensées
La tornade s'abat je fais en sorte de ne plus parler
Sourire sarcastique de nervosité ça va si mal que j'en rigole
Au bord de la folie je commence à délirer
Couleurs revenues car à ses côtés mais pas vraiment une bonne idée
Je ferme mes yeux très fort histoire de ne pas me mettre à crier
Tout va bien Mary faut pas être effrayée
Foutaises
Ce sont justes les obligations qui m'empêchent de fuguer
Sortir par une fichue fenêtre et quitter cette école de malheur
Poudlard t'es vraiment pas une boule de bonheur
Revenir en haut Aller en bas
En ligne
Théo Osborne
avatar
Serdaigle
Serdaigle
Année à Poudlard : Quatrième année

Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Re: Cours n°6-EDM : Changer de perspective

Message par : Théo Osborne, Lun 2 Oct 2017 - 15:44


Maman déteste quand je prépare un sac ou une valise dans le cadre d'un voyage. Elle dit que j'oublie toujours tout ce qui aurait été logique d'emporter, moi je dis toujours que je ne prends que l'essentiel, le reste, s'il le faut vraiment, je le trouverais en route. C'est dans cet esprit-là que je bouclais mes préparatifs à l'excursion d'un weekend prévu pour le cours d'Étude des Moldus. Mon sac à dos n'était pas bien plein, juste le strict nécessaire : herbiers, grimoires, vêtements. Je n'avais rien besoin de plus, enfin je ne crois pas !
J'emporte le tout avec moi dans les escaliers et commence la descente de la tour où se trouve ma salle commune. Pendant que les marches défilent moi j'enchaîne les questions sans réponses.

Qu'est-ce qu'on allait faire ? Qu'est-ce qu'il peut bien avoir à étudier sur les Moldus ? En quoi leur monde à eux était-il si différent qu'il faille en faire le sujet d'un cours à lui tout seul ? Est-ce qu'on allait le repérer tout de suite, que je n'y connaissais rien à part ce que j'en avais lu dans les livres ?
Voilà ce qui arrivait quand on naît dans une famille de Sorciers dans une ville majoritairement sorcière ! J'ai bien quelques souvenirs de petite enfance. Des souvenirs d'une cour d'école et d'un ami, en particulier. Mais c'était assez flou et je ne me rappelle plus grand-chose à part des détails qui, aux yeux des autres, paraîtront sans doute comme sans intérêt.
Quand je me suis inscrit à ce cours, j'espérais un peu que ça me permettrait de retrouver quelques souvenirs, de me rappeler ce qui s'était passé, pourquoi tout s'était arrêté et pourquoi on n'en avait plus jamais reparlé dans ma famille.

Arrivé dans le couloir où se situe la classe d'EDM, le groupe formé par ceux qui étaient arrivés plus tôt était difficile à manquer. Il y avait dans le tas des têtes que je connais d'autres cours. Potion ou Soins, si je ne me souviens pas de tous les noms, je me rappelle de leurs amis animaux ! Les deux félins qui s'étaient battu, le hibou grand duc, le boursoufflet, ...
Sans trop m'attarder sur les visages de tout le monde mais lance quand même un timide « Bonjour » avant de me poser un peu à l'arrière du groupe.

Ce n'est pas que je ne sois pas à l'aise quand il y a du monde mais il y avait des jours où j'aimais assez être entouré et d'autres non. Je préfère être avec une ou deux personne, vraiment, plutôt que dilué dans un groupe où au final l'attention de tout le monde est éparpillée. Le calme et la connexion plutôt que le bruit et le bavardage.
Instinctivement je porte ma main à mes runes. Comme je ne savais pas si on allait beaucoup marcher, durant cette excursion, j'avais opté pour une méthode de transport différent de d'habitude. Au lieu d'être dans une de mes poches de pantalon, j'avais rassemblé les petits ronds de bois dans un petit sac en tissu irisé blanc attaché à un cordon autour de mon cou. C'était suffisamment discret sous mon t-shirt large et ma veste.

Sourire rêveur. En les touchant à travers la membrane de tissu, je me dis que ce système me plaît assez, au final. De cette façon elles ne quittent jamais le contact de ma peau et ça me rassure.
Revenir en haut Aller en bas
En ligne
Élius Askin
avatar
Serpentard
Serpentard
Année à Poudlard : Première année

Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Re: Cours n°6-EDM : Changer de perspective

Message par : Élius Askin, Lun 2 Oct 2017 - 23:34






Au fond du dortoir des garçons, je saisis le boa couvert de plumes argentées qui serpente dans la lumière cuprifère si spécifique à une fin de journée filtrée par le lac. Le claquement du rabat en cuir cognac de ma besace rassasiée trouve écho à l'intérieur de mon cœur d'enfant excité. Certaines distractions me manquent cruellement à Poudlard et la promesse de cette sortie est plutôt évidente. Armé de mon bagage, je m'emmitoufle dans ma pelisse courte en laine cendrée et l'espoir de pouvoir malmener quelques moldus ce week-end. La cape dansant au rythme de mes pas arrive à mi-cuisses et laisse dépasser quelques centimètres de jupe plissée gris cobalt. Les deux ou trois jours - et Elhiya - qui m'attendent sont aussi satisfaisants que le contact velouté entre les fines chaussettes en mohair émeraude qui s'arrêtent à mes genoux et la fourrure qui couvre l'intérieur de mes bottines noires. Aujourd'hui mes mèches sont maintenues à l'écart de mon front par une casquette portée à l'envers. Maman adore quand je revêts de cette façon la coiffe verte ornée du blason de Durmstrang envoyée par mon oncle au printemps dernier.


Dans la salle commune des Serpentards, je rassure la sorcière-qui-n'est-pas-baby-sitter-mais-qui-fait-bien-semblant en exhibant mon sac avant de la suivre dans les couloirs jusqu'au point de rendez-vous. Cinq élèves sont déjà sur place, et je bloque sur celui qui est en combinaison jaune. Sourcils froncés et main agrippée à la bandoulière en cuir, j'écoute Elhiya dire bonjour... Au professeur. M'approchant de quelques pas, j'aperçois des mèches de cheveux jaunes qui dépassent de son adorable bonnet mais surtout l'iris de ses yeux, de la même couleur que son pyjama. Inutile de plisser d'avantage le front, les quelques murmures entendus devant le panneau d'affichage ne font que se confirmer : me voici émerveillé de rencontrer à nouveau un Métamorphomage ! Le visage rayonnant, je me présente à l'enseignant au masque d'adolescent :


— Bonjour, je m’appelle Élius et j'ai 11 ans et demi. - pinçant les côtés de ma jupe pour l'étirer à la façon d'une révérence - Très heureux de ne pas être en uniforme également ! Mon sourire s’agrandit lorsque je tourne la tête vers les autres excursionnistes. Saluant Galway sur le passage, je me rapproche instantanément d'Arty pour le serrer dans mes bras quelques secondes pendant que ces mots s'échappent de mon expiration :


— Hoooo, Arty ! Trop content que tu sois là ! Puis je m'éloigne tout aussi subitement en gardant sur moi un peu de son parfum caractéristique de mandarine au chocolat. Avoir un jouet si divertissant pour partir en expédition m'arrache un petit rire d'enchantement cristallin. À côté, Azaël est adossé au mur et je lui dis en réajustant ma casquette ainsi que le reste de ma tenue :


— Pas de livre aujourd'hui ! Pas d'uniforme, et pas de livre ! Un soupir de soulagement appuie ma réplique alors que je pivote vers la Serpentard juste avant que n'arrive une brune plutôt entreprenante. Auréolée d'une tresse foncée, la jeune fille - visiblement de son âge - laisse transparaître une intrigante perdition qui s'évapore sans que je ne puisse l'interpréter. La douce étreinte d'un Gryffondor à Elhiya interrompt ce moment suspendu et mon observation :


— Salut, au fait, je m’appelle Élius. Sourire de convenance en direction des deux étrangers tandis que d'autres visages plus ou moins connus continuent d'apparaitre. Lentement je laisse glisser mon sac et ma mâchoire, happé par la vision d'Ulysse en sous-vêtement. Étirant mon cou au dessus des épaules du groupe d'élèves, je profite du court spectacle avant qu'un tissu rouge et cotonneux ne vienne m'en priver. Réalisant qu'il s'agit d'un déguisement de dragon, je ricane doucement en enjambant mon bagage pour le ramener vers moi. Un mouvement à ma gauche attire mon attention : Azaël - suivi par Arty - semble connaître quelques coutumes moldues plutôt inquiétantes. Déconcerté par son avertissement, mon effort pour rassembler mes pensées est littéralement anéanti par son corps d'athlète désormais dévêtu à seulement quelques enjambées. Vulnérable à la beauté sans distinction, le cabaret m'offre depuis mon enfance la volupté des femmes - à en être presque déjà lassé - mais plus rarement le paysage sculptural masculin. Ma paralysie devant la musculature du Serpentard se dissipe à mesure que le vêtement recouvre son anatomie... Aïe - jusqu’alors masse floue - au premier plan surgit mon poupon, lui aussi en train de se changer. Et là, je ne sais plus... Chaleur, jambes qui vacillent, obstacle, rencontre avec la dalle : je me retrouve assis, là, devant Arty qui s'habille. Heureusement, il fini par enfiler son costume de dragon jaune avant que ça ne chatouille un peu plus fort. D'un geste j'enlève ma cape pour laisser s'envoler la fournaise puis repositionne ma jupe un peu plus convenablement. Toujours au sol, j'extirpe de ma besace un t-shirt trop grand avec un écusson de la croix de St-Georges cousu dessus et bégaye en regardant Arty :


— Ha. Heu, moi-moi j'ai un pyjama de chevalier. Et j'ai chaud. En plus maintenant ça sent la mandarine au chocolat partout.
Revenir en haut Aller en bas
Elhiya Ellis
avatar
Modération RPGSerpentard
Modération RPG
Serpentard
Année à Poudlard : Septième année

Spécialité(s) : Permis de Transplanage


Re: Cours n°6-EDM : Changer de perspective

Message par : Elhiya Ellis, Mar 3 Oct 2017 - 3:00


Un effleurement léger sur sa main l’avait sortie de sa réflexion sur le pyjamas de leur enseignant. Un simple regard avait suffi à la faire sourire. Sa douce brune avait signalé sa présence en toute discrétion, lui arrachant un sourit affectueux. Elle lui avait collé un baiser sur la joue, se moquant bien de l’éventuel assistance, et l’accueillait d’un sourire des plus chaleureux. Sa présence lors de cette escapade scolaire ne pouvait être qu’un bonus agréable. Surtout qu’avec les années, les gamines avaient grandi, tout autant que les lueurs ternies dans les opales de sa précieuse amie. Son sourire se fana doucement devant un nouveau regard éteint. Rien n’avait changé depuis ce jour sur un banc de Pré-au-lard, des ombres vrillaient toujours l’anglaise sous l’observation impuissante de la blondinette.

Lui rendant la caresse du bout des doigts, Elhiya s’était voulu rassurante, présente, attentive. Le temps qu’il leur restait pour ces attentions s’égrenait à une rapidité folle. Bientôt il serait plus qu’un souvenir, emportant avec lui leurs rires dans leur dortoir, les nuit devant les étoiles, les comptes de nuages et les chasses d’écureuil. Bientôt...

En un soupir discret, ses yeux s’étaient posé sur une Jaune inconnue qui les avait rejoints, se perdant en quelques pensées prisonnières depuis le début d’année, leur offrant un peu de mou à leurs chaines cliquetantes, les laissant l’envahir désagréablement. Si son arrivée dans le Château s’était faite à reculons, son départ prenait les mêmes allures ridicules… Caprices risibles enfantins... Une main glissée sur son ventre, un léger sursaut de surprise avant de laisser place à un léger sourire amusé et un baiser volé. D’un simple courant d’air ses nouvelles pensées avaient été balayées. Dodelinant juste de la tête la blonde s’était contenté de souffler un « same » avant de remarquer l’arrivée d’une Bleue qui faisait la tête dès qu’elle croisait son regard (Lorelaï).

Cette aiglonne était franchement bizarre. Quoi que vu que l’autre Rouge & Or lui parlait, ceci devait expliquer cela. D’ailleurs, cet idiot était déjà en train de se changer pour enfiler un pyjamas dragon. Léger pouffement de rire sur les motifs. Quand il lui en avait vaguement parlé, la blondinette avait supposé que c’était une allusion moqueuse aux nounours qu’elle arborait régulièrement. Mais non. D’un regard moqueur, la blonde avait aperçu de couple Azarty faire de même. La bêtise était tout de même sans fin chez certains… haussant les épaules, complétement désintéressée, Elhiya avait entreprit de faire un minimum de présentation entre Eurydice et son brun avant que la jeune fille ne lui adresse un regard des plus circonspect quand Élius, les joues rouges, la fièvre montante s’écroula au sol.

*Gniii, il me fait quoi le moufflet là. Autant claquer un câlin à Arty ok, je peux comprendre autant là….*

Se détachant de l’étreinte de son lionceau, elle s’était instinctivement penchée sur le gosse, récupérant d’une main la cape dont il se débarrassait et collait le revers de sa main sur son front. Chassez le naturel, il revient au galop, tant pis pour le manteau de vipère. De toute évidence rien de grave vu qu’il extirpait son pyjama pour se joindre aux âneries des autres. Bon, lui avait une excuse, du haut de ses 11 ans. D’un sourire en coin, la blondinette avait soupiré doucement et tapoté le haut de ses cheveux.


« Ca va aller ? Change toi si tu veux, au moins ça t’éviteras de crever de chaud pour rien… »
Revenir en haut Aller en bas
Liskuvo Kalsi
avatar
Poufsouffle
Poufsouffle
Année à Poudlard : Septième année

Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Re: Cours n°6-EDM : Changer de perspective

Message par : Liskuvo Kalsi, Mar 3 Oct 2017 - 6:56


Entrée dans la salle de classe, Flori dans la main, j'arrive plus à venir en premier. Non en fait je crois que j'ai jamais réussi, parler avant le cours m'intéresse pas assez pour venir trop tôt, un moment je crois que j'arrivais au tout début, mais c'était surtout parce que ça veut dire terminer sa nuit parfois, alors c'est une solution plus que valable. Je jette un oeil à toute la troupe présente dans un signe de main pour saluer l'ensemble.

Comme d'hab toujours le même vert qui est là à chaque fois, il aime pas venir en cours, il saoule tout le monde, mais il continue de venir quoi qu'il arrive. Son nouveau pote qui aime les briques de la gare est là aussi, ils sont toujours ensemble en ce moment, c'est mignon.
D'autres regards, vers Eurydice, l'amie des plante, j'hausse les épaules, possible qu'elle aimerait bien discuter un peu avec ma rose. Je lui proposerai peut-être un jour, si j'ai pas la flemme.

Drake présente, je vais pas l'approcher  elle, pas envie que monsieur Lefèbvre nous enlève des points parce qu'on dit pas des trucs très gentils, fin si j'irais si ça se trouve, mais plus tard, pas en attendant quand il faut discuter avec la plèbe. Les autres euh....toujours Galway, puis les têtes de cour, pas envie de retenir leur nom alors j'ignore et vais dans un coin tout seul, sac rempli à fond, fleur dans la main. Si ça se trouve j'ai l'air bizarre, je laisse échapper un sourire, tant pis c'est rigolo.

J'essaye d'écouter un peu les discussions sans pour autant m'en mêler, les agissements des têtes de cours ça m'intéresse pas des masses. Ils discutent de tout et de rien, parlent de pyjama chevalier ou je ne sais pas trop quoi. Je suis pas sûr qu'on crève de chaud partout non plus. En fait je crois même que j'ai oublié où on va, si on nous l'a dit en tout cas, mais je vais certainement pas aller leur demander si ils savent, ça m'avancerait à pas grand chose, le prof va le rappeler bien vite, pas besoin de faire du zèle en prenant de l'avance, ce qui compte c'est d'étudier les rigolos moldus.

Ce serait cool d'étudier les moldus comme on étudie les animaux magiques, on les cherche dans la forêt puis après on les enferme dans des cages puis on les dessine, j'suis sûr que ça pourrait être un cour hyper intéressant, faudrait proposer à Blanchet et Lefèbvre de faire cours ensemble, je crois qu'ils sont français tous les deux aussi, ils s'entendraient pas si mal.

Je jette un œil à Flori, laissant de côté les têtes de cours, fallait la prendre, au cas où, je veux bien la laisser pendant une heure de cours, mais pas pendant une sortie entière, je suis pas fou non plus, en plus je lui ai amené des fioles dans mon sac, elle va peut-être se faire des copines fioles, ce serait sympa. En plus depuis que je l'ai perdu pendant un moment j'ose plus trop la laisser en public, j'ai eu de la chance une fois, c'était quelqu'un de bien qui l'avait, la prochaine fois c'est l'autre Serpentard qui va tomber dessus et là c'est mort pour elle.
Revenir en haut Aller en bas
Azaël Peverell
avatar
Serpentard
Serpentard
Année à Poudlard : Septième année

Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Re: Cours n°6-EDM : Changer de perspective

Message par : Azaël Peverell, Mar 3 Oct 2017 - 11:21


Arty a bien mis son pyjama. Enfin, pas bien, bien, puisqu'il est à l'envers, mais au moins il l'a enfilé. Il a fait un effort, tu peux difficilement lui en demander plus. D'autant plus qu'Elius s'est retrouvé par terre d'un coup, comme ça. Si c'est le corps d'Arty qui lui fait cet effet là, il est vraiment pas net le gosse. Et l'autre blonde qui accourt tout de suite vers lui pour prendre sa température. Tu lèves les yeux au ciel. Et puis, d'autres gens arrivent. Genre la carotte qui sort avec Arty que tu salues d'un signe de tête. C'est fou ce que t'es poli quand tu veux. Tu comprends pas bien pourquoi elle s'accroche à ton pote comme ça, mais en voyant sa tête, tu comprends que c'est pas la grande joie. Tu lances un regard désolé à ton pote. Parce qu'il va devoir gérer ça, un peu.

Le gamin psychopathe fouille enfin dans son sac pour en sortir un t shirt trop grand. Pyjama chevalier, tu parles. T'esquisses un léger sourire. Ce vêtement fera l'affaire. Même s'il s'adressait à Arty, tu hoches légèrement la tête, comme pour approuver.

- Ça devrait faire l'affaire. Enfin, j'espère pour toi. Tu devrais le mettre maintenant, peut être que plus tard tu n'auras pas le temps.

Tu vois un mec de Serdaigle débarquer, ainsi qu'un poufsouffle qui ressemble vachement à un Pingouin. Mais si, regardez le de plus près, vous verrez bien que je ne mens pas. Il se met à l'écart. T'as l'impression qu'il se met toujours à l'écart. Enfin, tu t'en fous un peu, le type n'est pas très intéressant. Même une séance de torture et buter des acromentules en sa compagnie ça vous a pas rapproché. Des fois, y'a vraiment aucune affinité avec les gens. Mais tu ne le détestes pas. T'as rien contre lui. Même, t'es hyper sympa, pour montrer que tu l'as quand même vu, tu lui fait un signe de tête. Genre on s'connaît, mais j'ai pas envie de te parler, par contre j'peux bien te dire bonjour.

Retour sur le gamin. Tu reconnais sa casquette. Sauf que, vu son âge, t'es à peu près certain qu'il n'a jamais collé un pied à Durmstrang. D'un geste vif, tu saisis la visière pour récupérer la casquette et observer l'écusson. C'est bien celui de ta dernière école. Tu élargis l'attache avant de la porter à ton tour, visière vers l'arrière également, avec un sourire moqueur vers le gosse.

- Tu sais, c'est pas bien de faire semblant de connaître certains endroits quand ce n'est pas le cas.


Dernière édition par Azaël Peverell le Mer 4 Oct 2017 - 4:39, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Dragomir Orton
avatar
Poufsouffle
Poufsouffle
Année à Poudlard : Septième année

Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Re: Cours n°6-EDM : Changer de perspective

Message par : Dragomir Orton, Mar 3 Oct 2017 - 12:09


LA de Mary



Magnifique journée.
D'une humeur étonnamment joyeuse, Dragomir jubilait. Pour la première fois depuis bien longtemps. sa jambe lui faisait de moins en moins mal. Il lui fallait toujours de l'aide pour s’habiller mais il pouvait a présent se déplacer quelques instants sans sa canne. Glenn Miller et son "in the mood" tournaient sur le vieux gramophone du vestiaire en ce vendredi soir. Dragomir boutonnait son manteau en se balançant avec précaution au rythme du saxophone. Il laçait ses chaussures avec sa baguette lorsque "Les oignons" de Sydney Bechett commencèrent. Le français pris sa canne sur le lit en sifflotant, agita sa baguette, souleva magiquement sa valise et éteignit à regret le gramophone sur un solo de trompette.

Dragomir monta les escalier avec précaution. Comme à chaque fois cela lui pris bien plus de temps qu'autrefois. Cinq bonnes minutes pour faire vingts marches! mais le français ne se démoralisait plus à ce sujet. Voilà maintenant plusieurs jours qu'il avait retrouvé le sourire. Grace à beaucoup de monde en réalité. Son presque frère, l'infirmière, sa patronne et son seron'tor. La nouvelle de la sortie scolaire avec ses deux meilleurs amis l'avait comblé de joie. Il appréhendait néanmoins un randonnée hypothétique.

Arrivant devant la salle, il avisa leur professeur vers lequel il boita.

Belle soirée à vous monsieur! Une fois de plus je ne peut que vanter votre garde robe! Il regarda autour de lui et baissa la voix. je voulais vous demander si nous devions beaucoup marcher. Dans ce cas il vaudrait mieux que je reste ici.

Soulagé par sa réponse le garçon se dirigea vers son Arty. La place était déjà occupée. Mary était clouée à son épaule comme Prométhée au Caucase (le narrateur est dans une phase lyrique). Elle n'avait pas l'air très bien d'ailleurs. Dragomir s'approcha d'eux en souriant, fit un baisemain à Mary qui se redressa surprise avant de sourire enfin. le français se tourna vers Arty à qui il colla deux bises.
-Comment ça vas tout les deux?
Il se tourna ensuite vers le verdâtre qu'il salua d'un signe de tête. Le Serpentard semblait toujours aussi hermétique. Le garçon remarqua alors une silhouette. Une perle rare dans un écrin blond. Dragomir s'avança vers Elhiya avec un immense sourire.
-Salut! Comment vas tu depuis la dernière fois?

D'un petit coup de baguette sa valise se posa à coté de lui. Elle l'avait suivi en voletant depuis les vestiaires. Il avait fait des progrès!
Une autre silhouette se dessina devant ses yeux. Son Seron'tor était là... avec une rose à la main! le garçon s'excusa auprès de la bonde et claudiqua vers Liskuvo, les yeux fixés vers la rose blanche.
-Tu l'à retrouvée c'est génial! Elle est magnifique!
Revenir en haut Aller en bas
Ellana Lyan
avatar
Préfet(e)/Serpentard
Préfet(e)/Serpentard
Année à Poudlard : Septième année

Spécialité(s) : Permis de Transplanage


Re: Cours n°6-EDM : Changer de perspective

Message par : Ellana Lyan, Mar 3 Oct 2017 - 12:43


Il faudrait encore savoir qui je suis, cesser de me perdre dans mes propre mensonge et lentement émerger du songe
reprendre la décadence machinale du monde qui tourne, des minutes qui filent et parvenir à trouver sa place au cœur d'un univers qui fait peur, quand on ne sait plus qui se cache vraiment derrière le masque posé par l’acheté, par facilité
l'envie de se perdre encore un peu plus, de ne plus être moi même juste une heure, une poignée de seconde volée à son identité
c'était pour ça peut-être que j'avais été d'accord, que je me réjouis sans doute encore, changer de perspective, nous étions dans le thème, étonnement, si parfaitement...

il fallait faire son sac, déposer quelques affaires qui puissent être utile et j'avais tous prévu en double, ne sais-t'on jamais ?
certains me croirais anxieuse, d'autre penseraient que je prépare un mauvais coup mais ce n'est pour moi que l'aboutissement d'un projet que j’espère pouvoir réaliser

les pieds qui avancent, regard fixé au sol
il faut que je continue, non pas que je recule
encore un peu plus loin
même si la peur tord le ventre un peu plus à chaque mètre

entrée dans la salle de classe tous semble plus facile, je ne vois plus rien, ne regarde aucun visage
seul un éclat blanc attire mes yeux, ma tête se tourne et un léger sourire flotte sur mes lèvres alors que je la rejoins
bonjour ma belle elle ne me répond pas mais j'ai l'habitude, elle doit préférer quand nous sommes seules
mon regard ce tourne alors vers Kalsi à qui j'adresse un sourire radieux, contente de la voir finalement, ça fait du bien...
mais il n'est pas seul, un autre garçon de sa maison que je connais un peu se trouve à ses côtés les yeux lui aussi posé sur la merveilleuse fleur oh tu trouves aussi ?

il manque peut-être une formule de politesse, stupidité
on ne salue donc pas que les inconnus ? doute
je viens claquer un bisou sur la joue de blaireau blessé
avant de revenir à Flori c'est bien que tu l'ai apportée !
ça va mettre un peu plus de lumière
- sourire -

un peu plus de beauté dans ce monde si sale.
Revenir en haut Aller en bas
En ligne
Élius Askin
avatar
Serpentard
Serpentard
Année à Poudlard : Première année

Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Re: Cours n°6-EDM : Changer de perspective

Message par : Élius Askin, Mer 4 Oct 2017 - 9:23






Saisi par la fraîcheur de la dalle contre mes fesses, je m'accroupis rapidement après que la douce Elhiya m'ait maternisé encore une fois. À onze ans, cette main anodine sur mon front et son tapotement affectif me ramènent à des préoccupations d'enfant. La tonalité contrastante de la voix d'Azaël accompagne mon redressement, et mon regard passe du T-shirt à son visage moqueur. Me déguiser n'a jamais été un problème, mais je me questionne sur les moldus cannibales. Un peu méfiant, je laisse mes yeux parcourir l'assemblée à la cherche d'un élève qui pourra me renseigner. Le pantin-trop-chou désormais accaparé - par l'étreinte d'une fille à l'allure fascinante de spectre courbé - je pivote sans trop réfléchir vers notre dévoué préfet impur. Casquette coincée entre les genoux, j'entreprends de me défaire de mon pull pour passer le T-shirt au dessus d'un marcel blanc tout en le questionnant :


— Hé Galway ! Salut ! Heu, dis moi... - petit sourire angélique - Vu que t'es un san.. Enfin, tu vois ce que je veux dire quoi. En moldu, tu t'y connais, je crois ? À peine la phrase prononcée, je regrette de m'être aventuré dans cette conversation à l'issue hasardeuse. Mais le roux est juste là, devant moi, et sa tête de sang-de-bourbe assumée m'arrache une légère grimace de répugnance lorsque j'ajoute en repositionnant ma casquette à l'envers :


— Est-ce qu'ils mangent les enfants ? - mes prunelles transpercent les siennes - Quand ils ne sont pas en pyjama ? À haute voix, ces propos me paraissent soudain insensés ; les moldus sont beaucoup trop sentimentaux pour faire ça. Brusquement quelqu'un s'empare de ma casquette et je pivote pour tomber sur Azaël en train de se l'approprier calmement.


— Hééééé ! - je me plante face à lui et tends une main, l'autre recoiffant mes cheveux aplatis - Rends moi ça ! Mais l'adolescent répond avec l'habituelle impertinence détachée que je commence à apprécier. Les bras croisés dans le dos je rétorque fièrement :


— Mon oncle me l'a envoyée quand il a su que j'avais reçu ma lettre pour Poudlard. Il m'a promis que ça ferait son petit effet chez les Serpentards, et apparemment il avait raison. - clin d’œil espiègle avant de poursuivre un peu plus fort - Tu sais, Galway n'a pas de pyjama, parce qu'il sait que personne ne voudrait le manger. Sur ces mots je hausse les épaules en regardant le préfet avec une moue malicieuse.
Revenir en haut Aller en bas
Artemis O'Toole
avatar
Préfet(e)/Poufsouffle
Préfet(e)/Poufsouffle
Année à Poudlard : Sixième année

Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Re: Cours n°6-EDM : Changer de perspective

Message par : Artemis O'Toole, Jeu 5 Oct 2017 - 11:41


LA de Mary

Tant pis pour le pyjama, il verra ça plus tard, plus loin quand ils ne seraient plus à Poudlard. Parce qu’il n’a pas le temps de réaliser qu’il allait devoir l’enfiler de nouveau qu’une présence se fait sentir tout proche de lui. On s’empare de sa main, une tête se pose. Il tourne les yeux, un peu surpris mais non pas dérangé. Peut-être que finalement il sait très bien qui c'est. Ça lui entortille le cœur doucement, il serre sa main en retour. Il le sent tout de suite, qu’elle n’est pas son assiette, que ça fourmille de ténèbres là pas loin, alors il essaie tout de même de sourire un peu. Parce que maintenant tout se tourne vers elle, il a à peine remarqué la chute du petit, et ses paroles envolées à propos d’un pyjama chevalier. Le pyjama n’est pas mal, Arty l’aime beaucoup en réalité, difficile de réprimer un mouvement pour le lui piquer. Il entend Aza répondre au petit Serpentard, le chevalier, c’était jouer la sécurité, il irait très bien.
Arty se détache, sans hausser les épaules parce qu’il ne peut pas.

Pourtant mouvement tout de même, puisque Dragomir venait d’arriver. Il fait un baise-main à Mary, Arty tique devant la classe de son pote, quand même, c’était vraiment pas donné à tout le monde de se comporter ainsi ; puis il lui fait la bise. Le Poufsouffle murmure dans un sourire « Très bien. » Sûrement trop laconique, mais tandis que Mary s’était redressée et Mimir déjà envolé loin avec d’autres, il lâche ses doigts et serre son visage entre ses mains. Il voit bien, il faudrait avoir les yeux brouillés et remplis de vinaigre pour ne pas voir. Et parce qu’il sent qu’il doit dire les mots qui donnent du courage, qui illuminent dans le brouillard avant que ce soit trop tard. « Parce que ça va, hein ? » Il le faudra bien de toute façon, le reste n’était que cauchemar alors autant tout dissiper tout de suite, faire du vent avec les mains pour que le jus d’obscurité s’en aille, au moins pour maintenant. C’est parce qu’il la regarde qu’il ne verra pas tout de suite que la responsable n’était pas très loin. Il le remarquerait plus tard, peut-être. Pour le moment, tout ce qu’il voit après l’avoir embrassée brièvement, parce que quand même, c’était l’école, c’est son pyjama phénix. Il se souvient lui aussi avoir hésité un peu longtemps.

Il sourit. « Toi aussi t’as mis ton pyjama, le phénix en jette quand même ! » Souhaiter parler d’autre chose, il lui offrait toute la lumière dont il était capable là, ou du moins il essayait, parce que c’était pas si facile finalement. Rien que sa présence l’apaise, le calme, toujours comme ça. Aussi il espère, que cet épisode pourra guérir, un jour. Pourtant il sait, se doute, pense que ça continue à se briser tout doucement à l’intérieur de Mary et qu’il ne pouvait rien faire. Qu’il n’avait rien pu faire en fait.
Mais l’éclat de la voix d’Élius le réveille et il se décroche délicatement du regard de la Serdaigle, tout restant tout près d’elle, continuer le partage de la même bulle. Il est question d’une casquette, celle du petit. Alors il regarde son pote arborant le fameux chapeau. Un mouvement de tête plus tard, un superbe lancer et Arty rattrape le fameux couvre-chef qu’Aza venait de piquer. Il observe la casquette entre ses doigts, sous toutes les coutures.

- Elle est moche ta casquette. Tu peux pas être un chevalier avec une casquette, ça le fait pas.
Odette fait son apparition. Un #Multicorfors plus tard vers le couvre-chef, parce qu'il apprend bien ses leçons et ce dernier arbore une magnifique couleur orange éblouissante. Ça lui irait parfaitement bien, avec son pyjama dragon jaune. D’un geste théâtral il pose la casquette sur sa tête, un peu grande du coup, parce qu’Aza a une grosse tête, mais il a la classe quand même. Par contre un dragon à casquette, ça c’est awesome. Il se retourne vers Mary, regard interrogatif. On aime bien ? Il n’avait pas l’habitude de porter des trucs sur sa tête, mais là, cette casquette, il se dit immédiatement, telle une épiphanie, qu’il avait totalement une tête à chapeau. Ce serait dommage de l’empêcher d’être davantage adorable.
Revenir en haut Aller en bas
En ligne
Galway Lynch
avatar
Préfet(e)/Serpentard
Préfet(e)/Serpentard
Année à Poudlard : Cinquième année

Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Re: Cours n°6-EDM : Changer de perspective

Message par : Galway Lynch, Dim 8 Oct 2017 - 18:13


Les élèves arrivèrent, seuls ou en groupe. Galway s’aperçut rapidement que tout les ingrédients du cocktail explosif d’Histoire de la magie étaient là. Après Azaël arrivèrent son grand copain Artemis, puis Ulysse et enfin Elhiya. Il ne manquait plus que l’impulsive Mered en vérité. Elhiya était également accompagnée d’un jeune élève qu’il fallait surveiller comme le lait sur le feu si on voulait éviter les troubles du cours d’enchantement.

Évidement qu’Ulysse avait une part de responsabilité dans ce qui s’était passé, mais Galway avait pu noté dans ses quelques interactions qu’il avait eu avec Élius un certain goût pour la provocation, mais il avait du mal à déterminer quelle part était due à la naïveté liée à son jeune âge et quelle part était volontaire. En attendant il ne serait pas seul pour surveiller tout ce monde, puisqu’Ellana faisait également partie du voyage. Il y avait également Eurydice, une élève de septième année tout comme Elhiya.

Mais les ennuis commençaient déjà. Le duo infernal s’était choisi une cible et il s’agissait d’Élius. Ils décidèrent dans un premier temps de lui raconter d’énormes mensonges sur les moldus destinés à lui faire peur, cela fit sourire Galway. Les sorciers avaient-ils une telle méconnaissance des moldus pour que l’on puisse faire croire ça à un collégien ? Son expérience avait déjà débuté, ce pourquoi il était venu.

Après une intervention d’Elhiya, le jeune serpent se tourna vers Galway. La réplique qu’il lui sortit était dans l’exacte lignée de l’opinion que Galway se faisait de lui. Il ne savait pas s’il devait réagir à l’insulte, comme Mered, Artemis ou d’autres nés-moldus le feraient, ou s’il devait lui expliquer que non, les moldus n’étaient pas des mangeurs d’enfants, qu’ils n’étaient pas primitifs et que ceux qui les prenaient pour des êtres au sang inférieur pourraient être surpris face à certaines de leurs technologies.

Mais il n’en eut pas le temps. Azaël s’était saisi de la casquette d’Élius, qui était apparemment à l’effigie d’une école à mauvaise réputation dont Galway avait entendu parler. Artemis décida de la rendre plus colorée mais ce fut la nouvelle provocation d’Élius qui fit réagir Galway. Il s’occuperait de la casquette plus tard.

-Élius, les moldus ne mangent pas les enfants, ce sont des êtres humains comme nous et j’espère que tu pourra comprendre à travers ce cours qu’ils ne sont pas si primitifs. Par contre j’aimerai comprendre. Dans le cas où ce serai vrai, tu as l’air de penser que tu serai plus appétissant que moi. Tu peux m’expliquer ce qui se cache derrière cette logique ?
Revenir en haut Aller en bas
Élius Askin
avatar
Serpentard
Serpentard
Année à Poudlard : Première année

Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Re: Cours n°6-EDM : Changer de perspective

Message par : Élius Askin, Lun 9 Oct 2017 - 5:14


L.A. d'Arty & Mary





Pour la deuxième fois depuis la Russie, la casquette s'envole du froid - d'Azaël - jusqu'à mon territoire de fantaisie : Arty. D'humeur provocatrice, la marionnette exécute son tour sous mes applaudissement d'enfant. Ainsi, il s'est enfin décidé à jouer ; la question du Serpentard pourrait attendre ! Sans attendre, je tends mes bras, mains jointes en bélier, pour passer entre le Poufsouffle et la troublante dépressive. Derrière eux, je croise la douce Elhiya - gratifiée d'un sourire malicieux - et surtout mon sac ; coulisse de cabaret miniature, empli de trésors rassurants. Connaissez-vous un seul enfant qui emporterait son pyjama de chevalier sans prendre l'épée ? Anémié de théâtre depuis la rentrée, je cache également un autre accessoire dans mon dos. Des projecteurs illuminent le centre de mes yeux quand je reviens face aux deux dépareillés. Main droite camouflée, la gauche est fermement munie d'une petite arme en bois décoré. Jusqu'alors parfaitement sérieux, ma commissure tremble quand mon regard s'agrippe à celui du divertissant préfet. Levant fièrement l'épée, je force une expression de défi avant de déclarer :


— Donc, vous voulez vous battre ? Après une enjambée, j'applique l'extrémité de l'épée contre l'extérieur de son pied droit avant d'ajouter :


— Monsieur, le ... Ma voix traîne, comme l'objet en bois qui remonte le long de son mollet, suivi par mes pupilles dilatées. À la naissance de son genoux, je m'arrête pour replonger quelques secondes dans ses iris décolorées. Amusé, il m'est désormais presque impossible de retenir le sourire qui veut lézarder mon visage quand je reprends ma tirade :


— Monsieur, le ... La boucle de l'étiquette du pyjama enfilé à l'envers emprisonne la lame factice mais, sans perdre d'assurance, je tire un peu sur le tissu pour la dégager :


— Monsieur, le Dragon ? C'est ça ? À l’ascension de mon sourcil faussement dubitatif se joint celle du morceau de bois effleurant maintenant sa main, son poignet, puis son avant-bras. Je retiens ma bouche en la pinçant de l'intérieur quand j’atteins son coude puis lentement, son épaule. Enfin, dans le prolongement de mon bras, posé sur la lame, le menton du poupon. Mes lèvres se libèrent de leur emprise quand je soulève légèrement sa tête en proclamant :


— Qu'il en soit ainsi ! Brusquement, je recule d'un pas et ramène l'épée contre ma cuisse en précisant à voix plus basse :


— Nous avons deux jours, et votre heure sera la mienne. Mais attention ! Deux conditions : - je plisse les paupières - Pas de magie - pointant la casquette du doigt - Et le gagnant remporte non seulement la couronne... Serré dans ma main droite jaillit un diadème que je m'empresse de déposer délicatement sur les cheveux sombres de la sorcière cadavérique en chuchotant vers Arty :


— ...Mais aussi la princesse ! Ravi de ma riposte je contemple la promesse d'un amusant week-end en libérant mon rire comme on fend un miroir. Finalement, encore couvert de quelques éclats d'hilarité, je pivote vers Galway avec une expression tout à fait espiègle pour lui répondre :


— Ho mais Galway, parce que tu es bien trop terrifiant, ils n'oseraient pas... Il paraît que tu caches un fouet dans ton sac pour nous réprimander pendant le voyage ! Pendant que j'enfonce encore un peu plus mes yeux perçants dans les siens, les dernières paroles de l'élève reviennent à moi. Je suis presque sûr que certains sorciers dans mon entourage se délectent des chairs de ces infectes arriérés... Autant manger de l'elfe de maison...  
Revenir en haut Aller en bas
Azaël Peverell
avatar
Serpentard
Serpentard
Année à Poudlard : Septième année

Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Re: Cours n°6-EDM : Changer de perspective

Message par : Azaël Peverell, Lun 9 Oct 2017 - 5:30


L'estropié tarde pas à débarquer. Il te salue d'un signe de tête, et tu n'y réponds que par un haussement de sourcil provocateur. C'est pas parce qu'Arty l'aime bien que tu vas te forcer à être poli avec. Il est bien trop coincé à ton goût. Bien trop dans les bonnes manières. Comme si ça pouvait réellement apporter quoi que ce soit dans la vie. Tu retiens un soupir. Avec tout ça, t'as même pas capté ce que le gosse a demandé à ton préfet. Dommage, sinon t'aurais lancé un regard à ce dernier pour qu'il ne colle pas toute ta blague en l'air d'une simple phrase.

Le gosse te dit que la casquette est un cadeau de son oncle. Tu t'en tapes royalement. Tout ce que tu vois, c'est qu'il a la casquette d'un établissement dans lequel il n'a jamais mis un pied. C'est un peu de la vantardise ça. Toi, tu le connais bien l'institut Durmstrang. T'y as passé quatre ans. Et tu as l'impression d'avoir bien plus appris là bas qu'ici. Tu dois cependant reconnaître à Poudlard un certain laxisme qui te permet de violer les règlements lorsque bon te semble. On va dire que c'est le seul point positif à ce château. Tu ne tardes pas à envoyer la casquette du gosse à Arty, tel un frisbee. Qu'il s'amuse avec ça, c'est sans doute un peu plus amusant que sa copine qui semble au bout de sa vie.

Tu le regardes la transformer en casquette orange avec un air légèrement blasé. C'est que le vert, c'est vachement plus stylé quand même. Un dragon à casquette... Tu esquisses un sourire. Si ton pote connaissait Durmstrang, t'as comme un doute qu'il porterait une casquette affublée de son blason. Bref, le gamin se sent obligé de faire tout un numéro avec son épée en bois à Arty. T'observes la scène, toujours aussi blasé. Tu dois bien admettre que ce gamin est culotté. Il t'amuse même légèrement. Malheureusement, le préfet rouquin semble se réveiller à sa pique et lui avoue que les moldus ne mangent pas les enfants. Petit soupir de ta part.

- Galway ne risque rien parce qu'il est roux surtout. C'et un coup à se rendre malade s'ils essayaient de le bouffer. Peut être même qu'ils perdraient leurs âmes...

Tu trouves ça vachement plus crédible que l'histoire de fouet du gamin. Non mais, c'est vrai quoi, à quel moment il a pu se dire que le préfet pourrait essayer de faire preuve d'autorité ? Ce n'est pas tellement son genre d'après ce que tu as vu.
Revenir en haut Aller en bas
Violet O'Toole
avatar
Serdaigle
Serdaigle
Année à Poudlard : Septième année

Spécialité(s) : Permis de Transplanage


Re: Cours n°6-EDM : Changer de perspective

Message par : Violet O'Toole, Mer 11 Oct 2017 - 3:34


S’il y a bien quelque chose qu’on n’étudiait pas à Durmstrang, c’était les moldus. Ou du moins, pas comme à Poudlard, c'est-à-dire d’un point de vu objectif, bienveillant et ouvert, enfin, j’imagine –j’espère-… Par habituation, mon corps avait déclenché les warnings depuis ce matin quand mon esprit lui avait soufflé à l’oreille que c’était aujourd’hui que ça avait lieu. Mon premier cours d’étude des moldus depuis mon retour en Ecosse. Mécanisme de défense plutôt compréhensible étant donné les horreurs vues et entendues ces cinq dernières années à ce sujet.

J’étais en boucle sur ce thème depuis le lever ; où est-ce qu’on va ? Pourquoi ? Comment va être Mr Lefebvre ? Tout ça dans ma tête, évidemment. Pas envie de devoir justifier mes appréhensions auprès d’autres élèves. Même Ulysse, même Mered… le soir arrivé, j’avais vu filer au compte goutte mes camarades Bleus alors que je faisais ma valise sans beaucoup d’enthousiasme, répétant à mon amie rousse quoi donner à quelle heure et en quelle quantité à Noctua et Khowly, l’appelant « Tata » lorsque je m’adressais à ces deux derniers avec un air exagérément gaga qui laissait la rouquine pas franchement copine avec les animaux dubitative et me faisait gentiment jubiler.

Je fourrais dans mon sac à rallonge des affaires de toilettes, de quoi me changer, une tenue pour dormir, mon dernier carnet d’observations entamé, et un paquet de chocogrenouilles. Ca me faisais plaisir, et je savais que ça ferais également plaisir à mon Rouge et Or… Il était la seule perspective qui me plaisait dans ce court séjour !

J’avais enfilé un jean, chaussé mes baskets et mis un gilet long en laine vert par-dessus un débardeur, mon écharpe sur mon sac en bandoulière. Je me rendais compte juste avant de sortir en ayant réitéré mes conseils à Mered, que c’était le même haut que je portais lorsque Ulysse et moi nous étions rencontré. L’idée m’arrachait un sourire agréablement nostalgique et quelque chose me chatouilla le nombril.

J’avais conscience que je n’étais pas en avance, mais ma réticence m’avait fait ignorer l’heure, plus ou moins consciemment… Je finissais par arriver sur le lieux de rendez-vous, perdue dans mes suppositions quand au programme, je finissais par lever le nez à tout juste quelques mètres et mes yeux s’écarquillaient devant cet attroupement en… pyjamas… ?! J’avais eu quelques secondes d’hésitation, cherchant du regard Ulysse. Je tombais sur sa tignasse savamment décoiffée –je n’avais toujours pas percé le mystère de son coiffé-décoiffé si sexy-, et, redescendant, mon regard voyait quelque chose que mon cerveau refusait d’analyser ; une grenouillère rouge en forme de…dragon… ? Mes doigts se posaient sur mon sourire amusé pour réfréner mon envie de rire. Il avait des collègues ; Jaune et Vert. Le prof n’était pas en reste avec son superbe accoutrement. Et le sale gosse de Serpentard avait enfilé ses habits de nuit aussi visiblement. A moins que ce soient ses vêtements habituels, après tout…

Je lançais un tout petit « Hey.. ! » à la cantonade –plutôt restreinte étant donné la non-portée de ma voix-, et un « Bonjour ! » à notre professeur. Je m’approchais doucement de Ulysse et plantais doucement mes index de chaque côté de ses côtes : « Fais attention à toi, Smaug, je connais ta faille… » et ma main gauche remonte le long de son torse pour se poser à hauteur de son cœur. Je ris et alors qu’il se retourne je lui dépose un rapide baiser souriant sur les lèvres. Rougissant légèrement, j’adresse un sourire et un coucou de la main à Lorelaï. Je la reconnais, et je crois connaitre son prénom, mais j’ai beaucoup trop peur de l’écorcher ou qu’elle ne me reconnaisse pas pour faire un quelconque pas vers elle. Je prends la parole, les regardants tours à tour, non désireuse que ma camarade Bleue se sente exclue de la conversation : « C’est une soirée pyjama… ? », je désigne Laurel et Hardy –visiblement aux prises avec l’orvet- du menton avec un sourire en coin ; « Vous savez où on va ? », mon sourire a disparu et je sens une inquiétude latente ramper pour reprendre sa place dans ma tête.
Revenir en haut Aller en bas
Galway Lynch
avatar
Préfet(e)/Serpentard
Préfet(e)/Serpentard
Année à Poudlard : Cinquième année

Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Re: Cours n°6-EDM : Changer de perspective

Message par : Galway Lynch, Jeu 12 Oct 2017 - 8:11


Le gamin lui répondit et Galway était presque sûr qu’il se moquait de lui. Il pouvait faire le fier à propos de la pureté de son sang, mais ce n’était pas ce qui coulait dans ses veines qui l’aidait à assumer ses opinions apparemment. Azaël qui semblait s’être lassé de taquiner un gosse de 11 ans en remit une couche, à propos de la couleur de ses cheveux cette fois-ci, Galway avait une réplique toute prête à lui sortir, il en avait vraiment marre de subir des moqueries sur la couleur de ses cheveux depuis l’âge de 6 ans.

-Vous vous croyez sans doute infiniment drôles tous les deux hein ? Les roux n’ont pas d’âme c’est ça ? Est-ce que tu sais seulement d’où vient ce clicher Azaël ? Ça vient du Moyen-âge, quand les moldus accusaient les roux de… sorcellerie. Je savais pas que c’était ton genre de reprendre les clichés moldus sur les sorciers ?
Revenir en haut Aller en bas
Katylise McAdams
avatar
Gryffondor
Gryffondor
Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Re: Cours n°6-EDM : Changer de perspective

Message par : Katylise McAdams, Jeu 12 Oct 2017 - 15:55


Katylise était tranquillement en train de marcher dans les couloirs de Poudlard quand elle aperçut un mot sur le panneau d'affichage. Il fallait ramener des affaires de toilettes pour le cour d'études des moldus. Le cour commençait à 17 heures. La jeune fille se dépêcha et alla jusqu'à son dortoir. Elle prit sa plus belle trousse et mit dedans toutes les affaires nécessaires. Des affaires pour se laver, des vêtements propres, un pyjama, un stylo, des feuilles, un miroir et quelques petites gourmandises. Elle vérifia qu'elle avait sa baguette, se regarda dans le miroir pour voir si elle n'avait rien oublié. Elle était habillé avec une jupe et des chaussures à talons. Après avoir remis son collier à l'endroit, la jeune Gryffondor parti et arriva au lieu où se trouvait le cour d'étude des moldus. A sa grande surprise, beaucoup de personnes étaient déjà là. Toutes les personnes avaient leur trousses de toilettes avec eux, et certains était en pyjama. La jeune fille rigola discrètement, puis reconnu certaines personnes. Elle s'avança vers le groupe d'élève et ne sachant pas leur sujet de discussion elle demanda

-Bonjour. De quoi vous parlez? Vous savez ce qu'on va faire en cour aujourd'hui?
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé

Re: Cours n°6-EDM : Changer de perspective

Message par : Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas
Page 2 sur 3

 Cours n°6-EDM : Changer de perspective

Aller à la page : Précédent  1, 2, 3  Suivant

Permission de ce forum:Vous pouvez 
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Harry Potter 2005 :: ~¤~ Académie de Poudlard ~¤~ :: Cours :: Etude des Moldus-

L'univers d'Harry Potter est la propriété de la Warner Bros ainsi que de J.K Rowling.
Tous droits réservés sur ce site ©Copyright HarryPotter2005. Affichage optimisé sous Firefox.