AccueilPortailFAQPublications internesRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Harry Potter 2005 :: ~¤~ Pré-au-Lard ~¤~ :: Rues de Pré-au-Lard
Page 7 sur 8
Soirée dans la Cabane Hurlante
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8  Suivant
Ellana Lyan
Serpentard
Serpentard

Re: Soirée dans la Cabane Hurlante

Message par : Ellana Lyan, Mar 13 Mar 2018, 07:29


Bon me tapez pas j'ai pas tout suivis x) Si y a un sushi dites mwa que je change ^^

Tout allait
trop vite et je crois
que le sors à fait mouche

ma tête se bloque
error - bzzzz
je suis un insecte
le loup veut me manger

les yeux fermés
une faible protection
suffisante ?

pas d'impact
le Lombrère sauve sa belle
les sons résonnent
il essaie - du moins

je veux une nouvelle paire
de main
les plaquer sur mon ouïe
m'enfermer là haut

sur la lune
entre
deux cratères

loup ? loup y es-tu ?
le grognement bestial
m'entends-tu ?
prendrait il le temps
de mettre sa chemise ?

Une main
qui enserre
le bras

les mains s'écartent
regard échangé
elle est là, la petite fée

soulagement
tout va bien
elle est là

enfant rassurée
qui tente un sourire
elle est là

mais
étrange constat
c'est le visage paniqué
qui révèle la situation
désespérée

ON
VAS
TOUS
...
--...
----...


pas mourir quand même
si ?

Ses mains
couvrent mes yeux
lèvres qui tremblent
coeur qui tangue
le monde en déchéance
et

je danse
sur un fil de mort
un fil de perdition
l'infini qui s'ouvre
sur la décomposition

je suis enfant des glaces
prisonnières des étoiles
quand sous la lune trépasse
les derniers espoirs de mon âme

courir
oui
sur la pointe des pieds
il faut apprendre à s'envoller
tu te souviens ?
d'un autre été
d'un autre matin
quand la douceur
du vent
caressait nos rires
innocents

viens qu'on monte
jouer avec la lune
la faire rire jusqu'à explosion
elle éclatera en une gerbe d'étincelles
le loup rentrera
perdu sans sa belle
et nous tournerons
ensemble

comme
deux
hirondelles.

Chat arrive
va t-il nous sauver
maman ?
émotions violente
il faut partir
là - tout de suite
si vite

comète dorée
sauver les vies
ne pas se mettre
en danger
quand crocs et griffes
s'entrechoc
dans un silence fracassant

alors j'attrape
ta main de bleu
je te tire jolie fée
pour fuir la scène de crime
t'emporte vers l'intérieur
près du frère

par peur sans honte
de perdre la tête
et
sans métaphore

asile ! je demande asile !
Lombrère au-ausec-c-ourt !
ça tremble comme un bout de papier
si fragile dans la tempête
j'veux me blottir dans n'importe quels bras
qu'on me caresse le cheveux
criant que j'ai rêvé
oui que tout ça n'est rien
qu'un mauvais moment à passer.
Revenir en haut Aller en bas
Azaël Peverell
avatar
Serpentard
Serpentard
Spécialité(s) : - Permis de Transplanage
- Animagus : Chien-loup Tchécoslovaque


Re: Soirée dans la Cabane Hurlante

Message par : Azaël Peverell, Mar 13 Mar 2018, 17:16


Alors que t'aides Arty comme tu peux pour qu'il se bouge enfin les fesses et s'éloigne du loup, un puissant choc se fait ressentir dans ton dos. Il prend appui sur toi. Mais tu ne sais pas exactement pour quoi puisque tu te retrouves tête la première dans la boue. Tu relves rapidement la tête pour reprendre de l'air tout en laissant échapper un grognement de douleur. C'est qu'il pèse son poids l'animal, tu risques de sentir quelques courbatures pendant un moment après un truc pareil. Tu te relèves pour entendre Arty s'extasier devant ton acte de bravoure. Comme si t'avais prévu d'y rester... A dire vrai, tu te sens surtout un peu coupable de ne pas l'avoir gardé auprès de toi dès le début pour pouvoir le protéger du mieux possible.

Mais tu n'as pas le temps de lui répondre quoi que ce soit. Ton attention est aussitôt attirée par ce qu'il se passe sur le toit. Car tout le monde y est remonté, mais quelqu'un est apparu en plus. Un chat sauvage. Qui a répondu à ton appel et qui engage déjà le combat avec le loup. Tes yeux s'écarquillent tandis que ton coeur semble battre plus vite que jamais. A-t-elle réellement une chance de l'emporter face à la bête ? Sans la moindre morsure ? Car tout le monde sait comment se transmet la malédiction. Et tu refuses d'être à l'origine de la sienne. Elle ne t'a jamais abandonné. Elle a toujours cru en toi, et la voilà qui vole à votre secours uniquement parce que tu l'as appelé après tellement de mois de silence.

Tu dois faire quelque chose. Tu ne peux pas la laisser comme ça. Mais tu ne fais pas le poids face à une telle créature. Surtout quand il y a tant d'innocents à côté. Tant de victimes potentielles. Si tu n'accordes que peu d'importance à ta vie, tu n'en estimes pas moins celle des autres. Tu cries à Arty de se planquer. De se mettre à l'abri. Parce qu'il ne doit rien lui arriver, c'est le plus important. Et aussitôt, ta baguette rejoint ta main qui se lève vers le ciel pour te faire atterrir maladroitement sur le toit après un #Ascencio plus ou moins maîtrisé. Le combat est déjà en cours, violent, brutal, sauvage. Animal. Tu restes un instant pétrifié devant les deux forces de la nature qui s'affrontent sans répit. Tu désignes le trou dans la toiture aux autres, d'où la tête du blondinet gryffon apparaît.

- Faut pas rester là... Suivez-le. Grouillez-vous.

Ton regard apeuré passe de la scène aux anciens fêtards. Il faut vite que tout le monde sorte de là. Mais impossible de laisser 87 combattre seule. Tu lui dois trop, beaucoup trop. Tu as besoin d'elle. Tu auras toujours besoin d'elle. Parce qu'elle est la seule à accourir lorsque tu en as besoin. C'est à toi d'aller à son secours, pour une fois. Ne pas la laisser seule. Rester jusqu'au bout. Tu essaies de viser le loup pour lancer un #Rictusempra. Après tout... Faire des chatouilles à un loup, c'est un peu comme faire des grattouilles à un chien, pas vrai ? Peut être qu'il va adorer et arrêter de tous vous prendre pour son dîner...
Revenir en haut Aller en bas
Jacob G. Kenway
avatar
Serdaigle
Serdaigle
Spécialité(s) : Loup-Garou


Re: Soirée dans la Cabane Hurlante

Message par : Jacob G. Kenway, Sam 17 Mar 2018, 00:58



SOIREE DANS LA CABANE HURLANTE
feat. de jeunes naïfs




Croque la vie à pleine dents. La bête avait fait voltiger sa victime dans les airs, et celle-ci avait mordu la poussière profane. Profitant de ce moment où l’amant.e se trouvait humilié, le lycanthrope se rappela du besoin primaire de sa belle. Alors, il se retourna, se lécha les dents blanches d’une sensualité affamante, et courra vers les outre-passeurs de tombe. Beaucoup trop de choix, beaucoup trop de désirs de fierté et d’agitation. Le loup ne sait plus agir et se sent confus. Douce Reine de ma Nuit, guide moi dans ce que je dois faire.  

Alors il se jette sur la viande réfugiée, la viande qui se livre à lui allongé sur le toit. La gazelle qui guette le prédateur, est un repas béni de peur. Il y a une fissure dans le toit, un trou béant où son dû peut lui échapper. Il fonce sur les deux garçons. Il saisit son lapin albinos par la chemise et s’apprête à la jeter de l’autre côté. L’animal réveillé voulait assommer sa proie en lui brisant le crâne comme le voulait l’instinct, mais il ne l’avait pas encore dirigé dans la discussion qu’il voulu lorsque le chat se jeta sur lui. A moins de se rattraper, sa proie tomberait dans le trou de son terrier.

La douleur au flanc fut fulgurant. Il y eut un rugissement de douleur, puis de colère. Sa gueule parlait le langage du tonnerre et Zeus lui glissait les mots de la colère. Le sang se fait reliure sur ses poils de cendre. La blessure se découlant en formant un O d’outrance, le chat et son amant.e l’avait marqué d’une lettre écarlate. Le loup se remet sur ses pattes et plonge son regard métallique sur la face du monstre qui se tenait devant-lui. L’amant.e et sa soumise ne faisaient plus qu’un. Ça avait enfoncé sa tête à l’arrière de son crâne : le chat était devenu lion. Rugissement féroce.

Il n’y eut aucun échange. Jacob senti des pressions sur ses côtés. Réguliers et rapides, il le parcourait le long du ventre. Ce toucher qui ne ressemblait en rien à celui de sa belle, le frustra. Il tourna quelques secondes sur lui-même avant de voir la baguette qui était tendue vers-lui. Rira bien qui rira le dernier. Celui qui voulait son attention l’obtint. Motivé par la fin d’une faim, il couru vers le brun, le rattrapa et le plaqua au sol. Sans trop attendre il ouvrit sa mâchoire pour lui arracher la tête. Quels sont tes réflexes ?
Revenir en haut Aller en bas
Lizzie Bennet
avatar
Personnel de Poudlard
Personnel de Poudlard
Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Manumagie (Niveau 1)
Loup-garou


Re: Soirée dans la Cabane Hurlante

Message par : Lizzie Bennet, Lun 19 Mar 2018, 10:01


(c'est moche déso)

Au moins, le loup a mon attention. Entière. Il se retourne, meurtri et plein d’une ire des plus délicieuses. Donne moi ta colère et ta haine et ta rage, viens me repaître de toutes tes pulsions négatives. Je les absorbe par la gu*ule et le sang, comme des zébrures de douleur que le contact suffit à communiquer. Je les avale et en tire une force nouvelle ; la souffrance de l’autre est mon drain de vie.

Il rugit et s’apprête à bondir sur moi, mais il n’a plus la mienne. Quelque chose vacille. Le monde est ébranlé par un son d’une intensité saisissante.


L’appel au secours me fait tourner la tête. Je reconnais cette voix. Je ne l’avais vue jusque là, mais je ne pouvais me tromper à l’oreille. C’était l’Enfant que j’avais prise sous mon aile — aujourd’hui seule, apeurée, pour ne pas dire terroriser. Oh, j’voulais juste transplaner vers elle, la prendre dans mes bras, lui dire que tout va bien, ou plutôt tout ira. Que j’suis là. Je grogne à son intention, quoiqu’elle ne puisse probablement pas comprendre.

comment redevenir la personne que l'on a oublié avoir été ?

C’était, de toute évidence, un très mauvais moment pour être déconcentrée. Dans le même temps, Azaël s’en prenait au loup. Mauvaise idée, naïf enfant. Mauvaise idée vraiment. Qu’est-ce que t’as pas compris ? Tu m’appelles, je viens, tu te casses. C’était ça le deal. J’suis là pour toi. Pas l’inverse. Personne ne peut être là pour une morte. Allons, pourquoi t’exposes-tu ? J’voulais te hurler de dégager d’ici, de se placer à couvert, et à l’autre, à l’autre de ne pas toucher un cheveu de mon protégé.

peut-être n'ai-je jamais été une personne
sous mon enveloppe corporelle s'est toujours dissimulée la Bête

Il est trop tard, cependant. J’ai perdu ma voix humaine. Je ne peux communiquer qu’avec ma part animale, et celle-ci est de mauvais poil. Un feulement d’outre-tombe s’échappe de ma gorge alors que je prends mon élan pour séparer le prédateur et sa proie. Lui, tu ne l’auras pas. Tu ne l’auras jamais.

Je bondis et balance tout mon poids sur le lycanthrope, tentant de le faire rouler sur le côté. Qu’on chute, lui et moi, loin de ce toit-refuge. Ici, les enfants jouent à chat perché ; il n’a rien à faire dans leur asile. Nous n’y avons notre place ; nous sommes la progéniture de la nuit, et c’est à cette dernière qu’il nous faut retourner. Ecrasons-nous à terre, dans l'obscurité rampante, sale clebs. J’te réduirais en purée.

Les crocs claquent, menaçants - menacés ; terreur terrifiée par la perspective de la lutte.

à travers lui, je vais pouvoir mourir une nouvelle fois
et renaître plus près encore de ma part féline :
il est l'heure de sombrer
Revenir en haut Aller en bas
En ligne
Lïnwe Felagünd
avatar
AdministrationHarryPotter2005
Administration
HarryPotter2005
Année à Poudlard : Sixième année

Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Re: Soirée dans la Cabane Hurlante

Message par : Lïnwe Felagünd, Lun 19 Mar 2018, 23:33


Ça fait du bien de se sentir utile vivant
un regard sur le côté il tend une main en avant : pour
aider les autres à descendre, faut arrêter
de se planquer derrière les tuiles et la
cheminée ringarde là —
la seconde est armée de l'autre côté.

Puis viens sa sœur d'âme
qui tremble comme une feuille
d'automne le vent fragile
lui brise les tympans
les os et le sang s'accumulent
au cerveau
à en devenir
irrationnel.

Une pression sur son bras
un sourire qui tend à rassurer
un murmure pour lui dire
qu'on est là pour elle
juste pour elle
et que tout ira bien
pense à ces draps blancs
au parfum lavande.


Avant
d'être complè
-tement
happé
par la chose
la bête
cloué au c-
iel

AH il est devenu
jouet, pantin de bois
c'est si simple de perdre la vie
et pourtant il est encore là

assomé
même pas conscient
il a pris quelques briques sur la gueule
tombe dans un bruit sourd
sur le côté
la baguette
a roulé




















il rêve d'un lapin blanc.
Revenir en haut Aller en bas
En ligne
Élius Askin
avatar
Préfet(e)/Serpentard
Préfet(e)/Serpentard
Année à Poudlard : Sixième année

Spécialité(s) : Métamorphomage


Re: Soirée dans la Cabane Hurlante

Message par : Élius Askin, Mar 20 Mar 2018, 01:20






Confiez-nous le p'tit Alphonse,
Ce soir, on vous l'annonce,
Authentique sortie scolaire
Avec spectacle de plein air ♫

On l'ramène vivant, promis !
Un Gallion, c'presque gratuit,
On mouchera ses mucus,
Activité physique en bonus ♫
- - -
Oh non. L'enlève pas, ta fourrure, de sur moi. Ça laisse la porte ouverte au ciel, j'ai froid à nouveau maintenant. J'vais y tomber dedans. les étoiles_ expectorer un muet cri d'horreur boréale. Rien n'sort plus du trou tapissé de dents qui surmonte mon visage impudent. J'reste sans voix, catalyseur de scènes normalement interdite aux enfants.
- - -
Y'a des corps chiffonnés qui volent,
Balancés par le fils de la lune folle.
Des têtes qui rencontrent des briques,
Des baguettes tendues comme des tr*ques.
- - -
Y'a ceux, nostalgiques d'leur Maman, qui s'enfilent dans l'toit béant, s'réfugient dans l'ventre vétéran. Enfin, y'a ceux qui courent-partout-ah-non-c'est-juste-moi-ça ; console mon silence dans l'mouvement. Exister, par tous les moyens. Parce que perdre le son, c'est mourir un peu. Alors, faire chanter les tuiles tactiles puis, trébucher, dans un squelette endimanché.
Revenir en haut Aller en bas
Ellana Lyan
avatar
Serpentard
Serpentard
Spécialité(s) : Permis de Transplanage


Re: Soirée dans la Cabane Hurlante

Message par : Ellana Lyan, Dim 25 Mar 2018, 14:49


Enchaînement violent
je voulais me rouler en boulle
pleurer doucement
dans un coin bien noir
où personne ne pourait plus jamais
m'attraper

le loup et le chat danse
au clair de la lune
un duo endiablé
prête à se mordre pour gagner
battle étrange
qui fait partir les sens
en vrille

le vert conseil la fuite par la cabane hurlante
il y a Lombrère pour nous aider
lui balance des sorts comme il peut
tentant d'aider le chat
pour qui je croise les doigts

même si dans l'air
il y a quelque chose de pas clair
un coup de tonner
dans le désert
mes yeux se plissent
détaillant sa forme féline
je te connais...

Restée concentrée
plonger dans les yeux du frère
pour cesser de trembler
un sourire, il promet
que tout va bien aller

mais au moment où mes lèvres
tente de s'étirer
il décolle

cri déchirant
le chat à la rescousse
je serre le corps inerte
de l'enfant

le pensant sans doute mort
sans réaliser vraiment
non Lombrère, non !
le déni...

Je le tire dans l'antre qui doit protéger
ne sachant plus trop où se trouve ma fée
que se passe t-il ? on s'amusait bien !
pourquoi tout a t-il donc changé d'un coup
comme ça ?


cachée à l'abris, je berce
ce frère de cœur contre le mien
sanglotant doucement.

Revenir en haut Aller en bas
Azaël Peverell
avatar
Serpentard
Serpentard
Spécialité(s) : - Permis de Transplanage
- Animagus : Chien-loup Tchécoslovaque


Re: Soirée dans la Cabane Hurlante

Message par : Azaël Peverell, Jeu 29 Mar 2018, 19:26


Mauvaise idée. Très mauvaise idée. T'as tout de suite compris quand le loup s'est tourné vers toi. T'as essayé d'aider le chat... Mais tu ne fais qu'empirer les choses. Le loup se jette sur toi, te plaque contre les tuiles glacées. Son souffle chaud empeste. Sa bave coule sur ta joue. Sa gueule béante est prête à te déchiqueter la tête. Tu fermes les yeux, prêt à mourir sur un toi, durant une soirée où t'as passé la majorité de ton temps à dormir. C'est vraiment pitoyable. Mais le coup fatal tant attendu n'arrive pas. A la place, l'énorme poids sur la poitrine disparaît.

Les animaux luttent. Tombent. Laissent le toit en sûreté. Même si des gens ont disparus. Un Lïnwe assommé, que tu vois dans le trou du toit. Des gens apeurés. Et un Morveux complètement agité qui va finir par se déboîter un bras tout seul s'il continue à tant le bouger. Tu récupères ton souffle et tes esprits en te redressant doucement. Tu n'as pas la moindre égratignure. Mal au dos suite au choc, mais rien d'autre. Juste la sensation d'un poids énorme qui reste. Parce que la mort continue de planer, même si le chat a essayé de la faire s'écraser au sol.

Tu finis par te relever doucement, en essayant de vérifier que chaque membre est à sa place et pas plus douloureux qu'il ne devrait. T'es vraiment entier. T'es sans aucun doute soulagé. Un petit rire. Qui devient plus fort. Prend la confiance. Pour éclater totalement. T'es vivant. T'aurais jamais cru vouloir l'être autant. Ta baguette se pointe sur le Morveux pour le libérer du silence.

- Viens, faut qu'on réunisse tout le monde et qu'on s'barre tant qu'on peut.

Et tu disparais dans le trou du toit. Tu vois Lyan qui est auprès du blondinet. Alice probablement pas loin. Faudrait juste qu'Arty se grouille et que l'autre se réveille pour donner un ordre utile à son elfe. Comme de tous vous mettre à l'abri. Du coup, pas de pitié. Baguette brandie sur la figure du plus perché du groupe qui semble bien plus calme après sa chute dans les escaliers. Et #Aguamenti. Il devrait se réveiller et vite reprendre ses esprits.
Revenir en haut Aller en bas
Jacob G. Kenway
avatar
Serdaigle
Serdaigle
Spécialité(s) : Loup-Garou


Re: Soirée dans la Cabane Hurlante

Message par : Jacob G. Kenway, Ven 30 Mar 2018, 10:32



SOIREE DANS LA CABANE HURLANTE
feat. de jeunes naïfs




Dis-moi fille de la Lune, que souhaites-tu de plus ? Je suis à court. Je t’offre les pulsions de mon coeur, le chaud de mon pelage et la rage de ma passion. Je déchirerais à sang celui dont tu ne sauras me murmurer le nom.

Le voici en chute libre. Le loup entraîne le chat dans sa chute et tout ce qu’il demande c’est une pause. Un arrêt momentané, qu’il puisse penser avec son petit cerveau animal et ses petites réflexions d’homme maudit. Il demande à se rassasier, boire et manger. Mais tout lui semble hors d’atteinte : de quoi se satisfaire, de quoi se plaire mais surtout de quoi lui plaire. C’est donc une chute libre, chute libre métaphorique où les questions se posent, pausent et qu’il soulève du bout de ses lèvres. Mais aussi une chute libre physique où il claque des dents pour déchiqueter son rival et l’amant.e qui lui fait de l’ombre, pour se réchauffer les crocs et les peindre de rouge. Une chute libre physique qui étrangement pourrait mener à un parallèle détourné à Ovide, Pyrame, Thisbé.

A quel moment ai-je remis ma vie à Eros et Thanatos ?

Craquement d’os. Le loup tombe en bas de la maison, se prend tout le choc tandis que le lion lui tombe dessus. La bête en a perdu le souffle et pour la première fois depuis son existence de lycanthrope, il constate l’inexistence de Dame Lune. Il constate l’absence de son poids, même après être tombé sur elle il ne parvient à la sentir, la ressentir. Peut-être n’existe-t-elle pas ? Et si elle n’existe pas, peut être pourrait-il avoir un minimum de contrôle sur sa personne ? Mais personne ne peut savoir. Peut-être que ce qu’il a besoin de voir c’est qu’elle est tout simplement fragile, légère. Légèrement fragile. Fragilement forte. Il ne l’a pas senti dans la chute car elle est déjà au plus bas. Elle ne pèse rien car elle n’a plus que la peau sur les os. Nourris-toi pour elle. Fais l’effort.

Combien faut-il d’élèves pour neutraliser un loup-garou ?
Juste un lion.
Il n’y a rien de drôle dans une ironie tragique.
Revenir en haut Aller en bas
Lïnwe Felagünd
avatar
AdministrationHarryPotter2005
Administration
HarryPotter2005
Année à Poudlard : Sixième année

Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Re: Soirée dans la Cabane Hurlante

Message par : Lïnwe Felagünd, Lun 02 Avr 2018, 17:46


_ Un lapin albinos. Il faut sucer un citron au petit matin, le grand soleil se lève. Misère du monde. Le ciel se tourmente lamente tournoie parmi les nuages aux saules pleureurs. On y sent des gouttes acides tomber sur son front et ses joues endormies. Comme groggy par l'ivresse du fruit citronné. Parfum de candeur. De délice familier derrière ce masque de lavande. Un lilas écarlate se tourne sur le côté alors qu'une grenouille tachetée danse un ballet russe. — Cueillir cueillir la vie en cerise, il y a des noyaux durs tout autour. Une fenêtre sale. La lune est un citron aveugle que la garçon suce comme un ballon.

Une énorme tasse de café tournoie dans son cerveau ramolli. Un nid de cigognes s'agite sous ses cheveux qui prennent forme. Un vrai jardin aux courbes féminines. Alors qu'on le berce, dans le creux du bras, comme un enfant. Le bonheur après minuit.

Regard vapeur
yeux transatlantiques
qu'est-ce qui s'passe ?
il s'éveille.

Revenir en haut Aller en bas
En ligne
Lizzie Bennet
avatar
Personnel de Poudlard
Personnel de Poudlard
Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Manumagie (Niveau 1)
Loup-garou


Re: Soirée dans la Cabane Hurlante

Message par : Lizzie Bennet, Mar 03 Avr 2018, 16:48


Autour de nous, les cris fulminent. Il y a l’appel du Lombrère — on est d’accord que c’est un synonyme de ver de terre ? — le chant de l’eau, tout ça tout ça, mais c’est bien loin de nous. Car dans la symbiose de notre chute, il se passe quelque chose de beau. Quelque chose de vrai. Quelque chose de juste. Enfin, juste, sans doute pas. Mais il amortit le choc. Mon choc. Je suis pas physicienne, mais vu la hauteur et son poids, j’aurais tendance à parier sur une mort certaine si j’avais été en dessous. Et genre, j’suis en paix avec ça, à peu près.

Non. Azaël m’avait appelée à l’aide — il pouvait en avoir besoin à nouveau. J’ai pas le choix, faut survivre. Mais le remercier quand même, vu que je présume que je lui dois la vie. Dois-je dire il ou elle, d’ailleurs ? J’ai pas fait gaffe à son entre-jambe. D’ailleurs, est-ce que les loups-garous ont toujours le même genre que leur version humaine ? Ça se passe comment de ce côté ? S’ils sont pas cisgenre, leur version animale s’en rend compte et s’adapte ? Faudrait que j’me renseigne un peu plus.


Bref. J’essaie tant bien que mal de le clouer au sol, avant que la lutte reprenne, mais je sais n'être qu'une poupée de chiffon face à lui. Non, Lizzie, m*rde ! J’aurais pu-du mourir, oui. Pour légitimer ma survie, c’est simple : je dois être plus, je dois puiser dans la force des cheetas. Mon dos s’arrondit alors que je tente de rugir, sans toutefois en reconnaître le son. Cette langue n'est pas la mienne : elle est seulement empruntée. Peut-être a-t-il compris, cependant. Une autre interrogation demeure. Pour l'heure il n'a refermé sa gueule contre ma chair — est-ce une chose qu'il contrôle et s'interdit ? Une simple chance que m'accorde la vie ?

Vous savez, moi, j’suis perdue. Une part de mon instinct me hurle qu’il faut, sans retenue, lui faire expier sa violence. Le couvrir de morsures comme il a failli en faire de mes protégés du soir. J’imagine avec délectation l’ardente brûlure du prochain maléfice informulé. L’autre pourtant, moins rationnelle mais pas moins violente, préfère le courir d’une étreinte maladroite. Ma mâchoire claque, menaçante, vers ses oreilles, au cas où il oublie ma nature de prédatrice, cependant que mes mains s’immiscent dans la toison velue de son corps. Dans un élan de toxique tendresse.

Il faut vraiment que j’arrête de flirter avec la mort.
Revenir en haut Aller en bas
En ligne
Élius Askin
avatar
Préfet(e)/Serpentard
Préfet(e)/Serpentard
Année à Poudlard : Sixième année

Spécialité(s) : Métamorphomage


Re: Soirée dans la Cabane Hurlante

Message par : Élius Askin, Ven 13 Avr 2018, 12:31


Hop, la mini-réponse qui soulage Jiminy Cricket !




Jupe pailletée d'insouciance,
Menton maculé de morve,
J'agite oklm ma déviance
Sous la nuit bestiale et torve.



Ton rire éclate contre le fond du ciel ébranlé, éparpille sa semence pétillante dans les étoiles rassemblées. Retombe, étincelles sur mes épaules d'enfant. Puis le geyser explose soudain depuis ma gorge démuselée, déverse sa liberté retrouvée. À en foutre partout sur mon corps déjà souillé. BABABABAAAAAAAAAAAA ! couvrant le début de ta phrase déjà engloutie de quelques tuiles protectrices. Alors c'est tout ? On s'tire sans voir le final ?


Les bras ballants, la moue boudeuse
Yeux déviants vers la couveuse.



Au bord du trou, un ananas en pleine macération. Juteuse sangria en préparation.
Revenir en haut Aller en bas
Lïnwe Felagünd
avatar
AdministrationHarryPotter2005
Administration
HarryPotter2005
Année à Poudlard : Sixième année

Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Re: Soirée dans la Cabane Hurlante

Message par : Lïnwe Felagünd, Dim 29 Avr 2018, 19:24


RP Fuite —

Il y a comme un pu*ain de tourbillon.
Aucune flamme pourtant. Ni couleur ni chaleur
ni vapeur ni bonheur — des réverbérations
plein les oreilles on entend des cris des
hurlements et surtout le craquement des os
contre les tuiles
un bruit sourd
une avalanche
de poussière
les aveugle un instant
sur le parquet grinçant
d'une fête de mauvais goût

comme une nouvelle technologie
qui s'immisce dans leur cerveau
la peur des démons du soir
cauchemars.

Ils restent enlacés par empathie
sachant que l'un se substitue à l'autre
et que l'autre se substitue à l'un

ce sont des ions frôlant la mort
une abeille est passée par là au fond de la pièce
avant de sortir plus loin
et Grodoudou dans tout ça ?

il arrivait il arrivait au pas de course
un elfe sportif ! l'élan d'un sombral
et la vergogne de l'hippogriffe
l'air inquiet il tripote son Maître
tout affolé
un peu plus palo
que la moyenne
ils sortaient tous les trois d'ici
le Felagünd donnant la main à
sa sœur d'âme manifeste
ce soir
et puis ils sortirent dehors
en passant devant Azaël
qu'essayait de ramener le cinglé (Élius bsr)
un peu trop explicite au goût
du rouge - un deux trois
luneil !


La lune brille devant eux
porte de sortie

ils accostent la petite
Alice
perdue dans les feuillages

en comptant un à un les invités
il en manquait la moitié
- va chercher l'reste !

il avait l'impression de parler
d'autres trucs que d'humains
à sauver, sensation bizarre
il gerbe sur le côté

//

De l'autre côté
y'a Grodoudou qu'apparaît sur le toit
derrière la cheminée
il y a la jolie blonde
pétrifiée
le secret
pour s'en sortir dans la vie
c'est de prendre l'aide
la main qu'on lui tend.

//

- Monsieur ! Monsieur ! En voilà une, deux trois.
on aurait dit une chasse aux m'sieurs-dames
prometteuse ce soir
sur le chemin du retour
j'ai croisé ces deux-là je les ai pris avec moi...

en parlant du Peverell, du Wildsmith

et il avait raison
mille merci
susurrés à son oreille
mais il restait un détail

- et Élius ? Où est ce pu*ain de Askin ?
planant le doute s'installe
complètement défoncé
c'est le psychotrope qui gagne
échange de regards ahuris
y'a comme un truc qui cloche
m'enfin c'est le collectif qui compte
dans des circonstances pareilles
on fait en sorte de faire vivre
le plus de monde possible
quitte à semer
quelques âmes dégénérées en route
ou sacrifier des cœurs boudeurs
des esprits vapeurs
un haricot dans la tête celui-là (en parlant de Élius)
l'esprit d'équipe en somme
pour le plus grand bien.

Grodoudou
va le chercher et ramène-le au château !!!


ensuite
une histoire de mains :
Ellana à gauche
Aewera à droite
les autres les suivent
sur le côté
courir vers
la plus absurde
des issues.

Revenir en haut Aller en bas
En ligne
Alice Grant
avatar
Serdaigle
Serdaigle
Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Re: Soirée dans la Cabane Hurlante

Message par : Alice Grant, Mer 02 Mai 2018, 20:58


Tu ne veux pas rouvrir les yeux, avec le même espoir que se cacher le visage peut rendre invisible lors des parties de cache-cache. Technique du dôme. Si on ne voit pas le problème, il n'y a pas de problème. Alors on recouvre l'araignée du bol, le sans-abri de carton, le froid d'une couverture et tout va bien. Mais la peur se fraie un chemin dans ton ventre, tu n'es pas en capacité de comprendre, peut-être même que rien n'est vrai dans cette scène d'horreur. Tout s'accélère: ton souffle, la course de la panique dans ton esprit, la promenade de la Lune...

Jusqu'à-ce que tu oses soulever les paupières. Sur un chat héros qui te laisse espérer que vous n'êtes pas sans défense. L'enfant à protéger devient protecteur, et sa main t'entraîne, t'éloignes du combat. Tu reprends le contrôle en la laissant te mener vers l'intérieur: allez-vous être pris au piège comme les trois petits cochons? Il faut faire un feu dans la cheminée! Enfin, surtout... faut aider l'Cheshire. Tes neurones commencent enfin à s'activer, quand des briques chutent, le ciel vous tombe sur la tête, et puis tu ne sais plus.

Où ils sont? Et où t'es? Perdue, encore une fois, et il n'y a pas de panneau pour t'indiquer le chemin. Pourtant tu n'as pas été trop curieuse, tu n'as pas suivi le lapin blanc jusque dans le terrier, la reine a envoyé ses pics pour gâcher la fête et personne n'est à blâmer. Tu es de nouveau dehors, les étoiles, la nuit, le froid, la mort. Ce combat qui t'es si étranger et qui est pourtant tellement proche. Et puis on te retrouve, vous n'étiez pas perdus si loin. Vous faîtes une file parce que le courage des tendances suicidaires et que la fuite est un puits de sagesse. Tu prends la main d'Ellana et priant Merlin pour que tout le monde s'en sorte avec sa tête.
Revenir en haut Aller en bas
Élius Askin
avatar
Préfet(e)/Serpentard
Préfet(e)/Serpentard
Année à Poudlard : Sixième année

Spécialité(s) : Métamorphomage


Re: Soirée dans la Cabane Hurlante

Message par : Élius Askin, Sam 05 Mai 2018, 18:28


Vocabulaire sensible
L.A. du pauvre Grodoudou





Le sang sous mon nez ? J'peux expliquer.
La morve sur mon menton ? J'peux expliquer.
La pisse le long de mes mollets ? J'peux expliquer.
La bave dans mes oreilles ? J'peux expliquer.



L'horreur dans mes yeux ? J'peux pas. J'sais pas. Enfin si, mais non. Je sais plus. Y'a ce. Monstre là.
Qui s'approche. Va-t'en toi !
Petite ignominie négligée par la nature. Ewk !
Brrrrr - Frisson quand ses yeux globuleux se posent sur moi. Nan, casse-toi...!


L'était chouette cette soirée. Avant que Ça ne débarque sur le toit. Aaaaaaaaaah ! que je réplique en tenant mes joues étirées encadrant une bouche béante d'effroi tandis que je cours en rond sur le toit. Me touchera pas. Ce. Truc. Là. BABABABABAAAAAAAAAAAAAAA ! Casse-toi, casse-toi, casse-toi, casse-toooooooi ! Chasser un elfe comme on éloigne des mouches ? Inefficace. Terriblement - AAA - Iné - AAA - fi - AAA - cace - AAAH ! Touché.


Et voilà. L'coup d'la torpille humaine.
360° dans mon estomac
Terminer
La nuit
Dans une flaque d'ananas acide.




Fin du RP pour moi, merci tout le monde pour cette mémorable soirée !
Revenir en haut Aller en bas
Lïnwe Felagünd
avatar
AdministrationHarryPotter2005
Administration
HarryPotter2005
Année à Poudlard : Sixième année

Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Re: Soirée dans la Cabane Hurlante

Message par : Lïnwe Felagünd, Lun 21 Mai 2018, 15:19


LA.
Les pieds dans la boue. Une odeur de peur putride derrière eux. La mort qui tombe sur le bas-côté de la maison abandonnée comme le lierre qui prend possession des murs délavés depuis des années déjà. Les fines branches qui poussent, poussent le long de la fenêtre ouverte - c'est un endroit parfait pour rêver. Rêver d'un sol aux couleurs du ciel et au parquet cotonneux comme les nuages. Quelle était la solution, déjà ? Pouvait-on vraiment envisager de vivre dans l'instabilité réelle ? Là, accoudé sur le rebord, Lïnwe donnerait des milliers de gallions, n'importe quoi en fait, pour s'y trouver. Mais il se retrouvait dans les chemins sales qui mènent au Château. La route des calèches inhabitées, à attendre qu'un train vienne les chercher. Qu'ils ne reviennent plus jamais ; avec les autres. Tous ces visages défigurés par l'angoisse. Spectacle d'épouvantes, le jeu d'ombre était impressionnant. Saisissant.

Il avait cette impression, justement, de transporter les abysses avec lui, puant et collant à la peau. Des montagnes qu'il tirait depuis ses mains. Bras liés par la fuite. Pas même un arbre pourrait les détacher, ils étaient tous unis à cet instant. Unis par la même pensée. Il était parfois si compliqué d'oublier. D'oublier une heure, un jour, une année. Un sourire, une bouteille, un mot, des maux doux non-appréciés. Le bonheur comme le malheur. Souvenir d'une souffrance, l'impasse artificielle du cerveau. L'espoir qu'un jour, on puisse briser ses aiguilles mécaniques qui nous torturent l'esprit plus qu'on ne le croit.

Personne ne dit rien quand ils arrivent à proximité.
_ Un silence de mort.

Le mutisme des lieux leur ronge la peau
tout est calme et pourtant
ça leur paraît être un
nouveau cauchemar.

Les étudiants se séparent les uns après les autres
et malgré la douleur de sa chute, le Felagünd ne peut
que se remémorer trente mille fois encore les
événements de la soirée pendant la montée

comme s'il avait peur d'ouvrir enfin les yeux.

Il n'y a que sa petite amie à ses côtés maintenant.
Les dortoirs sont endormis et lui ne pense
qu'à se réveiller.

Les deux amants ne se perdent plus de la soirée. L'un contre l'autre, ils s'endorment dans son lit et peut-être lui le premier. Pas le temps de se déshabiller, la douleur y martèle son crâne. C'était comme un tranchant de guillotine. L'éternité à attendre le matin. Il n'a aucun mal à fermer les yeux, légèrement tremblants sous les draps. Quelque chose n'allait pas. Ce n'avait pu être vrai, n'est-ce pas ? Quelle était la solution, déjà ? pour y discerner le vrai du faux, la vision de l'illusion ? — Dernière chose dont il se rappelle : la perception floue du tournoiement de sa montre.

[...]

Le lendemain, il se réveillera
avec cet horrible mal de tête
la montre tombée de sa table de chevet

du sang collé dans les cheveux
et le regard horrifié
quand il apprendra qu'elle aussi
a rêvé de ça

devant ce rêve, leur rêve
commun qu'avait
pris des allures dangereusement intrinsèques.



Fin du RP.
Jake et Liz peuvent/vont peut-être poster !

Merci à vous tous, à l'intervention de Jake et Liz aussi c'était grave cool. :3
Cœur en papier sur vous.

Revenir en haut Aller en bas
En ligne
Contenu sponsorisé

Re: Soirée dans la Cabane Hurlante

Message par : Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas
Page 7 sur 8

 Soirée dans la Cabane Hurlante

Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8  Suivant

Permission de ce forum:Vous pouvez 
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Harry Potter 2005 :: ~¤~ Pré-au-Lard ~¤~ :: Rues de Pré-au-Lard-

L'univers d'Harry Potter est la propriété de la Warner Bros ainsi que de J.K Rowling.
Tous droits réservés sur ce site ©Copyright HarryPotter2005. Affichage optimisé sous Firefox.