AccueilPortailFAQPublications internesRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Harry Potter 2005 :: ~¤~ Académie de Poudlard ~¤~ :: Cours :: Vol
Page 2 sur 6
Cours N°7 : Mystère...
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6  Suivant
Anna Schomann
Serdaigle
Serdaigle

Re: Cours N°7 : Mystère...

Message par : Anna Schomann, Lun 13 Nov 2017, 20:40


L'horreur de devoir se taper à nouveau la matière la moins mouvementée de toutes et ce à la toute fin de la journée. Fatigante et longue journée avec seul le mauvais temps pour remonter le moral. Encore une stupide convention que d'appeler "mauvais" une chose différente. J'avais profité de ma pause juste avant ma classe pour aller faire un tour du côté de l’extérieur et ainsi profiter de deux choses qui me faisait aimer les petits moments simples. Une cigarette sous la tonnelle martelée de gouttes de pluie. Le son incroyablement agréable à mes tympans et qui avait pour remède de faire s'envoler toute l'anxiété... Pourquoi appeler cela "mauvais".
Je rentrais dans la salle de cours dans les derniers apparemment et découvrais à mon grand regret deux visages que je ne voulais pas trop croiser. Le premier était le squelette de la soirée d'Halloween (Ulysse) qui avait eu l’indécence de voler mes lèvres et ensuite le vert (Azaël) dont la réputation ne faisait que de se noircir cours après cours, connerie après connerie. Son partenaire (Artémis) du cours de Métamorphose était là aussi, mais pour une raison assez obscure, sa tête me revenait mieux.

En parlant d'obscurité, la salle tout entière avait été plongé dans une ambiance tamisée assez agréable. L'idée de piquer une sieste effleura mon esprit, mais ce n'était pas très Serdaigle de se laisser corrompre par de telles inepties. Je fonçais non loin des gens de ma maison et posais mon sac sur lequel les restes de la pluie se laissaient apprécier. Quelques gouttes s'échappaient et ruisselaient sur mon bureau, mais sans aller gêner l'espace personnel de ma voisine (Aria).
Une fois bien assise, je regardais ma professeur pour lui offrir un sourire en guise de salutation. Cette femme était à chaque fois plus impressionnante, plus grande et il était chaque fois plus dur pour moi de détourner les yeux d'une telle création de la nature, mais c'était ce que j'avais fait. J'avais détourné le regard pour le placer sur le vert et argent à l'autre bout de l'arc de cercle. J'étais calme, j'étais attentive et parfaitement sereine, mais un seul faux pas susceptible de m’agacer et l'élément perturbateur se verrait bien reçu.

« Bonsoir, Aria c'est ça et Mered je crois ? »

Ma voisine, je n'avais eu que très peu d'occasion de lui parler et bien que son nom m'avait été donné par mon emploi de stagiaire, c'était une personne que je ne connaissais que très peu. De la même manière, la belle rousse (Mered), je l’avais croisée quelques fois dans notre salle commune et même si son charme n'égalait pas celui de Miss Peverell, j'avais déjà remarqué les deux émeraudes qu'elle avait reçus. La plus rare des combinaisons que ces yeux et ces cheveux, mais n'était-ce pas de là qu'elle prenait toute sa valeur. Mon regard était resté bloqué sur ma camarade bleue pendant quelques secondes, peut-être trop.

Place:
 
Revenir en haut Aller en bas
Azaël Peverell
avatar
Serpentard
Serpentard
Spécialité(s) : - Permis de Transplanage
- Animagus : Chien-loup Tchécoslovaque


Re: Cours N°7 : Mystère...

Message par : Azaël Peverell, Lun 13 Nov 2017, 21:49


T'es vraiment, vraiment de mauvaise humeur. Rien ne va. Rien du tout. Tu te contentes de fixer ta soeur avec un regard assassin. Comme si ça pouvait changer quelque chose. Tu demandes pourtant pas la lune. Juste qu'elle reconnaisse quand même que t'as été hyper sage la dernière fois, et qu'elle le dise. Qu'elle te le fasse savoir, et qu'elle t'encourage dans cette voie. Mais au lieu de ça, t'as juste l'impression d'avoir servi à rien. Alors que sans toi, Arty aurait probablement foutu le feu à toute la salle de classe. Faudrait quand même que quelqu'un le remarque un jour.

Mais de la reconnaissance, c'est visiblement trop demander. Alors faut faire comprendre. Que ça pourrait être pire, bien pire. Que tu pourrais tout laisser dégénérer. Ou mieux encore, participer. Donner de toi-même. Elle va voir. Elle va comprendre. Et peut être qu'ainsi, elle ne t'ignorera pas. Tu ne feras que décevoir une personne supplémentaire. Ou la décevoir un peu plus encore plutôt. C'est pas bien grave, t'es plus à ça près. Tu veux juste une réaction, n'importe laquelle. Et Arty qui veut savoir pourquoi tu boudes. Qui veut probablement te tirer de tes pensées du moment. Tu lui lances un regard noir, à lui aussi. C'est pas le moment. T'es pas d'humeur.

- J'boude pas. Et j'veux pas voir.

Voix glaciale. Tu t'adresses pas à lui comme ça d'habitude. Mais faut dire qu'il cherche aussi. Les cicatrices, c'est pas quelque chose qu'on exhibe. Toi, les tiennes, tu les gardes bien cachées. Elles sont profondément ancrées en toi, et pourtant, tu les détestes toujours autant. un rappel du passé. Des erreurs commises et des injustices reçues. De la douleur, de la souffrance. Du souffle de la mort. Rien d'amusant à cela. Rien qui mérite qu'on s'attarde dessus non plus. Simplement une volonté d'oublier alors même que c'est impossible. Arty ne s'en rend pas compte. Il a frôlé la mort et préfère s'en vanter. T'aimes pas ça. Il devrait se protéger.

Le défilé des élèves commence. Plusieurs que tu connais. Certains que tu apprécies. Et pourtant, aucun n'a le droit à un mot. T'es totalement renfermé. Prêt à exploser. Le morveux cherche Arty. Dit qu'il sent la trans'. Tu te contentes de l'assassiner du regard lui aussi. Pour qu'il comprenne qu'il ferait mieux de la fermer et de s'éloigner. Ce qu'il fait. Peut être sans cause à effet. Peu importe. T'es trop sur les nerfs pour t'y attarder. Ton poing s'ouvre et se referme machinalement. C'est vraiment pas un bon jour.
Revenir en haut Aller en bas
Arty Wildsmith
avatar
Modération RPGPoufsouffle
Modération RPG
Poufsouffle
Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Loup-Garou


Re: Cours N°7 : Mystère...

Message par : Arty Wildsmith, Lun 13 Nov 2017, 23:36


Réponse d’Azaël tranchante qui fait évaporer le sourire d’Arty, soudainement. Et il osait prétendre qu’il n’était pas en train de bouder ? Il lui parlait comme à une vieille chaussette, pis encore, le coquebert. Le Blaireautin cligne des yeux, plusieurs fois, il ne comprend pas. L’humeur catastrophique de son pote le rend soudainement maussade. Il a peur en fait, vus les regards que lance le Serpentard, il ne fait pas bon d’être à ses côtés.  Il ne se sent pas hyper à l’aise, commence à se tortiller légèrement. En plus d’être carrément vexé par le refus de l’autre d’observer sa cicatrice, dommage elle envoyait du lourd. Vraiment, on voyait les marques des dents pourries du zombie, à encadrer, à prendre en photo. Azaël ne savait pas ce qu’il ratait. Alors Arty s’apprête à soupirer mais voici qu’une tête et qu’un corps particulièrement connus se faufilent à ses côtés.

Génial. Franchement, il n’aurait pas pu rêver mieux pour passer une heure d’histoire de la magie exceptionnelle. Un Azaël qui tire la tronche comme jamais et un Zack carrément déprimé. Mais qu’avait-il fait au bon dieu bon sang ? Il l’entend murmurer des trucs incompréhensibles et finit par hausser les épaules. Il ne savait ce qu’il devait faire là, essayer de chercher Aza, réconforter Zack. Bouarf. On savait vers quoi il allait se tourner, c’était toujours la même histoire. Malgré tout, il se permet un petit pat pat sur la chevelure de Zack, il ne savait pas quel était l’effet escompté, du moins pas tout à fait mais c’était tout ce qu’il pouvait faire. C’est là qu’il entraperçoit Ulysse faire son entrée, petit coucou de la main, lui dire que oui, il l’avait bien remarqué, difficile de faire autrement. Tout comme il ne pût ignorer l’arrivée de Dragomir. Ça c’était l’événement du cours, bien loin de toute cette morosité ambiante qui allait finir par le manger tout cru. Arty morose. La loose. Il s’exclame en se jetant d’un élan enflammé dans les bras de son camarade jaune. Il lui parle alors d’Ulysse. C’est qu’il n’est pas bête le Mimir, il a toujours les idées bien en place, très concentré. La classe quoi. Et il y va, épousant carrément sa mission, pour aller s’asseoir près du Gryffondor.

Il retourne à sa place, plus gai que lorsqu’il l’avait quittée deux secondes auparavant. Puis ça débarque d’un coup. Tellement qu’il en attrape un vif et foudroyant mal de crâne. Askin. Bordel il peut pas le voir. Il virevolte près de la scène, le bougre. Le Poufsouffle ne peut réprimer un haussement de sourcil alors qu’Élius s’adresse à son voisin de gauche. Il pense comprendre le sous-entendu, mais comment savait-il. Anyway. Le mioche se faufile alors. Ça le fait frissonner. C’est qu’il était complètement taré, fallait faire quelque chose. Allusion à son magnifique déguisement de cette soirée, et à son odeur. Le corps d’Arty s’affale sous l’insulte, exaspéré. Balancer de tels mensonges, ce n’était pas humain, c’était quoi son problème ? Parce que c’était faut, il sentait bon, aucun doute là-dessus. Qu’est-ce que le gamin avait contre lui ? Franchement, qu’est-ce qu’il lui avait fait ? Rien du tout. Il était innocent, et pour une fois, c’était tout à fait absolument très vrai. Il n’avait rien à se reprocher. Déjà parti le mioche, envolé. Mais il n’allait pas s’énerver, pas tout de suite, il le laisserait parler. Ne pas lui faire plaisir à ce point. Il était petit, avait besoin de s’amuser, à la limite, il pourrait comprendre. C’était ça les gosses, ce besoin d’attention constant. Admettons. Mais ça lui demande tout de même une force inouïe, une énergie qui lui fait trembler le bout des doigts parce qu’il a juste envie de lui faire manger le rebord de sa table. L’insolent. A ce niveau-là, c’était juste de la jalousie assumée. D’ailleurs, c’était vraiment peut-être ça. Il se balance en arrière sur sa chaise, interpellant le jeune Serpentard de la voix la plus enjouée qu’il pût trouver à cet instant : « Sois pas jaloux, fallait arriver plus tôt si tu voulais t’mettre là !» Arty centre du monde, il y croyait.

Mais ça l’a mis d’aplomb, cette altercation, d’un coup. Il fallait qu’il mette l’énergie ravalée quelque part. Vers sa droite par exemple, ça ferait un bon vecteur de fureur pailletée non utilisée. A ses risques et périls, peur envolée, mais l’autre n’allait rien lui faire. « Allez détends-toi là un peu Aza ! Bouzi bouzi bouzi ! » Onomatopée qui accompagne la main du Blaireautin rencontrant les cheveux d’Azaël, les ébouriffer, un peu comme ça, pure provocation amusante. Peut-être même qu’il pourrait lui transférer un peu de joyeuseté. Pour rire, pourquoi pas.
Revenir en haut Aller en bas
Ulysse Daiklan
avatar
Préfet(e)/Gryffondor
Préfet(e)/Gryffondor
Année à Poudlard : Septième année

Spécialité(s) : Permis de Transplanage


Re: Cours N°7 : Mystère...

Message par : Ulysse Daiklan, Mar 14 Nov 2017, 00:21


Ce début de cours est long. Cette journée est longue. Cette semaine est longue, comme cette année. Respirer c’est long. Tout est long, et ennuyeux. Je me penche vers mon sac et récupère la petite boite argenté que j’ai acheté. Un chuchoteur donc. Avec la pénombre et la taille de ce truc, c’est sûr et certain que la prof ne me verra pas. Et en plus ça ne dérangera personne, parfait. Je me retrouve interrompus par un baiser sur ma joue. Un sourire, Aria juste devant moi. Une demande, simple.

- Ca va, et toi ? Ah c’est gentil mais je crois que Mered a plus de chance de me tuer que de m’accueillir à bras ouvert. Merci quand même.

Un sourire poli mais sincère avant de retourner jouer avec mon objet récemment acquis. Je le fais tourner dans mes doigts, doucement. Une porte qui s’ouvre, je vois en face de moi Arty sauter de sa chaise et enlacer le nouvel arrivant. Je comprends pas tout, je me reconcentre sur ma boite. J’évite de penser à la douleur de la plaie laissé par le mort vivant l’autre soir. Peu de temps passe, une chaise se tire.

-Salut! Content de voir que tu t'en est tiré.


Je me tourne vers l’origine de la voix. Il s'agit du jaune qui était plutôt mal lors de l’attaque des inferi, Dragomir je crois. A coté moi, c’est du pipi de chat. C’est fou qu’ils l’aient laissé sortir si vite ! M’enfin je suppose qu’il est costaux. Un sourire, franchement content de voir qu’il peut suivre les cours. Je m'apprête à lui répondre quand le nain vert viens me renifler et me demander si j'ai changé de parfum. Même pas le temps d'esquisser un mouvement qu'il est repartit. Je secoue la tête comme si tout était normal.

- Hey. Pareil pour toi ! Alors, t’as des grosses cicatrices badass et tout ?

Oui, chacun ses préocupation. J’me vois mal lui dire « HEY TU SOUFFRE OU PAS?!? » alors autant parler du coté cool de la chose. Des gens rentrent sans que je n’y fasse attention. Sauf une, avec sa chevelure blonde cendrée, qui rentre, regarde et va s’assoir. Pas un bonjour rien. Ma mâchoire se serre. J’ai faim. Mes gribouillages sur ma feuille sentent la fleur d’oranger. Je me demande si ça goute comme ça sent. Peu importe, je me retourne de nouveau vers le jaune.

- Prêt à affronter un nouveau cours ? Qui sait peut-être qu’un jour ce sera nos noms dans les manuels.

Une blague, parce que clairement, ça n’arriverait jamais. Jamais jamais. Ou alors les historiens seraient devenu marteau, pour moi en tout cas. Lui je sais pas. Une autre fille rentre dans la salle et le papier se déchire sous mes doigts. La serveuse. Celle que j’ai agressé. Mon dessin doucement déchiqueté sur ma table, avant qu’elle ne s’asseye près d’Aria. Dessin en mille morceau. Se concentrer. Je regarde ma boite métallique et la montre à mon voisin. Je fais un clin d’œil et l’ouvre. Je pense fortement à Arty en chuchotant mon message plein de sens.

- Ceci est un test, tu peux me le renvoyer si ça marche s’teu plais ?

Je referme la boite et me penche vers le sol pour y lâcher l’objet. Je regarde l’objet frôler le sol plein de stresse. Sans même m’en rendre compte un des morceaux de fleur d’oranger viens jusqu’à ma bouche et je le mâche sans même réaliser. Le petit cœur remonte jusqu’à l’épaule d’Artémis pour lui donner le message. Yes ! Manque plus qu’à être sûr qu’il l’ai entendu.

Attendez, qu’est-ce que je suis en train de manger moi là ?


Dernière édition par Ulysse Daiklan le Mar 14 Nov 2017, 22:17, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
En ligne
Dragomir Orton
avatar
Poufsouffle
Poufsouffle
Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Re: Cours N°7 : Mystère...

Message par : Dragomir Orton, Mar 14 Nov 2017, 14:12


Parfait, il allait bien. Ulysse avait bonne mine et lui demandait déjà s'il avait de cicatrices. Le français lui sourit, trop épuisé pour rire.

-Non j'en ai pas de nouvelles. Enfin si une petite ligne rouge sur le torse mais ta copine à été super efficace! Elle s'appelle comment?

Les gens arrivaient encore. Dragomir regarda autour de lui, pas grand monde. Parfait. Il s'approcha d'Ulysse et lui murmura à l'oreille.

-Avec Arty on à vu à Londres que tu était prêt à tout pour combattre les ténèbres et aider ton prochain. Si tu vas par hasard à la tête de sanglier à la prochaine sortie à Pré au Lard aux alentours de seize heure, tu pourrais te diriger vers les tables du fond et par la plus grande des coïncidence nous trouver là. On discutera de choses et d'autres... mais évite que cela se sache.

Dragomir repris sa position normal et dit d'un air enjoué.

-Et du coup depuis combien de temps vous sortez ensembles?
Revenir en haut Aller en bas
Jade Wilder
avatar
Préfet(e)/Poufsouffle
Préfet(e)/Poufsouffle
Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Re: Cours N°7 : Mystère...

Message par : Jade Wilder, Mar 14 Nov 2017, 15:43


De la pluie. Encore et toujours de la pluie. Il n'arrêtait pas de pleuvoir ces derniers temps, du côté de Poudlard. C'était insupportable pour quelqu'un comme Jade. Elle qui avait été élevée sous un soleil radieux accompagné de journées passées en extérieur, là elle n'avait aucunement le choix. Enfermée dans son dortoir, la blondinette révisait, écrivait, mais ne pouvait aller dehors. D'accord, elle avait des tendances plutôt casanières mais il y a des limites à tout. Là, elle atteignait ses limites.

Les journées se suivaient et se ressemblaient. Elle se levait sous un ciel sombre, le soleil n'ayant pas encore pointé le bout de son nez. Elle allait prendre son petit-déjeuner et la journée débutait. Des cours, des cours et encore des cours, avec quelques pauses entre chacun. Pauses qui ne pouvaient se faire qu'à l'abri, à moins de vouloir attraper un bon vieux rhume. Et puis venait le soir, le dîner et le moment d'aller se coucher. Honnêtement, l'Italienne détestait la routine hivernale, ces habitudes où toutes les journées se ressemblent en permanence, où tu as juste à attendre le retour du beau temps... Pour ne rien arranger, elle était fatiguée. Pourtant, pas malade, elle avait fait attention jusque là, mais un temps pareil lui donnait tout simplement envie de dormir. Malgré ça, elle ne pouvait s'autoriser à sécher des cours, ce n'était pas son genre et elle avait encore du retard à rattraper.

Le dernier cours de la journée était celui d'Histoire de la Magie. Rien qu'en pensant à sa dernière note, Jade avait la nausée. Elle était tombée bien bas, quelle horreur. Il faut dire que les circonstances ne l'avaient pas aidée mais si cela continuait, sa moyenne allait chuter et c'était hors de question ! Il fallait qu'elle se rattrape, qu'elle travaille encore plus dur pour y arriver.

Déterminée, Jade vérifiait ses affaires dans le couloir menant à la fameuse salle de classe. Pour être honnête, elle ne savait pas trop comment ça allait se passer. Les élèves présents joueraient pour beaucoup dans l'histoire. Pourtant, elle n'était pas croyante, mais pour le coup ça valait la peine de prier. Elle avait besoin de calme pour réussir. Légère expiration, plus question de trainer, il était temps qu'elle rentre en classe. Positionnant son sac sur son épaule, la blondinette se dirigea vers la fameuse porte et en poussa doucement le battant. Il y avait déjà pas mal de monde, elle était dans les derniers. Tant mieux, au moins tout le monde avait commencé à discuter, peut-être que ça lui éviterait des discussions. Ouais, elle n'était pas très sociable. M'enfin, tout dépend d'avec qui il faudrait être sociable.

La salle était disposée différemment tiens. Pour quelle raison, elle l'ignorait encore, mais c'était plus sympa. Moins... classique. Plus ouvert à l'échange. Ah et plus simple pour trouver une place libre également, ce que la jeune fille ne tarda pas à faire ! Par chance, il restait une place vers la gauche et par double chance, elle connaissait l'un des élèves qui se trouvait à côté. Sans plus tarder, elle alla poser son sac sur la table en mode "C'est désormais ma place, pas touche ou je mords". Néanmoins, elle esquissa un sourire à son nouveau voisin de table: Dragomir.

- Salut !

Elle avait essayé le ton enjoué. Après tout, elle n'avait absolument rien à lui reprocher, à lui. On pouvait même dire qu'elle l'appréciait, oui oui. Au moins, elle pourrait normalement se concentrer correctement durant le cours. D'ailleurs, l'Italienne ne tarda pas à lever les yeux vers Miss Peverell.

- Bonjour Professeure.

Et sur ces paroles, elle s'assied sur sa chaise, sortant ses affaires. Elle était préoccupée, cela se voyait par ces quelques rides d'expression sur son visage. Tendue, peut-être. Jade se souvenait parfaitement de son premier cours d'Histoire de la Magie, Miss Peverell s'était montrée compréhensive et accueillante malgré les difficultés de l'adolescente. Alors, la blondinette espérait que sa chute notable ne serait pas mal vue. Oui, elle flippait. Ça pouvait paraitre ridicule, mais elle DEVAIT être excellente. A tout prix.

Place:
 
Revenir en haut Aller en bas
En ligne
L'auteur de ce message est actuellement banni du forum - Voir le message
Aria Morrison
avatar
Gryffondor
Gryffondor
Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Re: Cours N°7 : Mystère...

Message par : Aria Morrison, Mar 14 Nov 2017, 16:32


Mered m'explique qu'elle se sent fatiguée. Il est vrai que faire un cours à cet heure-ci et en plus, avec le temps qu'il fait dehors, on aurait plutôt envie de dormir qu'autre chose. Je lui chuchotte :  

- Bah c'est vrai que je serais fin restée près de la cheminée en train de lire un livre, mais bon – je hausse les épaules - c'est comme ça, on n'a pas le choix.

Je tourne la tête pour regarder autour de moi : la salle s’était rapidement remplie mais il restait de la place à côté de moi. Je sors mes affaires de mon sac histoire d’être prête dès que le cours commencerait. D’ailleurs, sur quoi allait porter le cours d’aujourd’hui ? C’est tout de même étrange de ne pas allumer les lumières de la salle. Est-ce qu’il y aurait un lien avec la leçon de ce jour ou est-ce que la professeure voulait simplement faire des économies d'électricité comme pour les moldus ?

Une Serdaigle (Anna) s'installe à côté de moi en nous saluant par nos prénoms, Mered et moi. Je la regarde perplexe me demandant comment elle me connait ? Est-ce que j'ai déjà eu un cours avec elle ? Je sais que je l'ai déjà croisé et vu plusieurs fois mais je ne me souviens pas de son prénom. L'interviention de Mered me fait comprendre qu'elle la connait. Elle s'appelle Anna. Je réponds à mon tour :  

- Oui, moi, c'est bien Aria.  

Je continue de regarder la Serdaigle. Sa voix me dit quelque chose, j'ai l'impression de l'avoir entendue parler récemment mais impossible de retrouver à quel moment ? A moins que ce soit à la soirée d'Halloween ? Il y avait beaucoup de monde et en plus, certains était énormément maquillé donc impossible de les reconnaître. Le mieux est de l'interroger :

- J'ai l'impression de t'avoir vu récemment...  

Je ne finis pas ma phrase. Le tonnerre gronde brusquement, ce qui me fait sursauter. Je n'aime pas l'orage.
Revenir en haut Aller en bas
Alec Z. Dmitriev
avatar
Serpentard
Serpentard
Année à Poudlard : Septième année

Spécialité(s) : Permis de Transplanage


Re: Cours N°7 : Mystère...

Message par : Alec Z. Dmitriev, Mar 14 Nov 2017, 17:45


FICHE PAR SWAN -  bazzart & Azryel - L.A. d'Élius accordée pour toute la durée du cours ~.
you can't believe in me
'cause my sunshine's trying to destroy my mind, i'm not very sorry....
Cette 4ième entrée à Poudlard avec ses dortoirs séparés et classés par année. La répartition identique, faisant de notre seconde maison, une habitation commune. Un point de plus, semblable à nos codes génétiques. Le sourire insolant sur ses lèvres, fait naître le mien, en silence. Il me tape sur le système, ce gamin et son attitude prouvent simplement qu'il n'y a pas plus ingrat qu'un enfant en quête de figure parentale. J'en étais l'exemple même, sauf que ce qui me différenciait de lui, c'était que j'étais plus vieux et plus psychopathe que lui, dans mes gestes, paroles et autres aussi. Dissidence d'un esprit malade, qui risque de s'accroître jusqu'à créer des offenses envers les spectateurs de cette salle, je mettais ma raison de côté. Rangeant ma bonne conscience au fin-fonds de mes sombres pensées. Un écart de plus, qui se creuse et menace de finir le fossé, si rien n'est fait pour nous arrêter. Bien sûr, ce n'est pas aussi subtil et l'ignorer, c'était même trop facile. Alors, peu importe le nombre d'élèves dans cette salle de cours, peu importe le regard de la prof' qui nous surveille -ounon-, je me fiche pas mal dû quand-dira-t-on. Après avoir pris la "première photo" d'une longue série de preuves dans mes affaires, provenant de mon sac, je pousse ma chaise, me lève et me rend près de ce bambin de 13 ans. Tirant sur sa chaise au point de le faire basculer vers l'arrière, mon regard froid, glacial et intransigeant le foudroie quasi sur place, comme la foudre qui s'abat sur le sol en plein orage d'été.

- « Tu ne me crois toujours pas, p't'être qu'avec ça, ça marchera. Et un conseil, si t'emmerdes encore Arty avec tes sous-entendu puériles ou si tu me cherches encore, c'est pas Azaël ou qui sais-je qui te tombera dessus, mais moi, c'est clair, "Cousin" ?! »

Et vlan, la chaise récupère sa place d'avant. La photo percute le banc et d'un pas décidé, je regagne ma place sans même me soucier du regard des autres. Récupérant ainsi ma chaise, je tape la surface de mon banc avec mes doigts d'un geste nerveux. Mordillant, ensuite ma lèvre inférieure. Paroles crues ou menaces à en causer des ravages. S'il est vrai que l'esprit ne vient au poisson que lorsqu'il est pris au piège dans mon filet. Je préfère mettre les points sur les " i " plutôt que de laisser une situation qui me dérange, prendre son cours, en l'ignorant de toutes pièces. Fin stratège, mare emplie de requins sanguinaires, je ne suis que dans une arène où rodent des créatures carnassières. Nid où grouillent plusieurs langues de vipères... Je suis dans mon droit de vouloir les faire taire, surtout quand ça me touche personnellement ou que ça touche à mon entourage. C'est normal, non ? Je pourrais choisir de ne pas m'impliquer, de juste laisser couler, faire comme si je n'avais rien remarqué. Pourtant, je l'ai fais. Non pas par bonté, ni dans un élan d'amabilité ou d'amitié, mais parce que dans ce monde, apporter de l'aide peut endetter une personne aidée, de devoir rendre service à son tour, en la forçant à devoir faire preuve d'un peu de loyauté. Détail non négligeable lorsqu'il s'agissait d'un ami, comme Arty dont j'affectionnais avec assez d'intérêt, son agréable et distrayante compagnie.  Ainsi, finalement, je reporte mon attention autour de moi, me fichant pas mal du remue-ménage que je viens de faire. Ce gamin allait apprendre à assumer les conséquences de son insolence. Il serait p't'être temps que quelqu'un se décide à lui montrer ce qu'est le "respect", même si je ne suis pas le mieux placé, pour lui montrer l'exemple.


Revenir en haut Aller en bas
Azaël Peverell
avatar
Serpentard
Serpentard
Spécialité(s) : - Permis de Transplanage
- Animagus : Chien-loup Tchécoslovaque


Re: Cours N°7 : Mystère...

Message par : Azaël Peverell, Mar 14 Nov 2017, 18:48


Arty a l'air un peu vexé. Mais tu ne t'y attardes pas. T'es pas d'humeur pour gérer un de ses caprices de toute façon. Et il semble le comprendre vu qu'il se barre pour aller voir d'autres gens dont tu te fous royalement. T'es toujours focalisé sur ta soeur, au bureau. En train de réfléchir au meilleur moyen de lui faire payer son affront. Enfin ses non-encouragements plutôt. Ce qui revient exactement au même de ton point de vue. Temps passe. Des bruits pas loin. Zack remet le morveux à sa place un peu violemment. Tu ne tournes même pas la tête pour voir. Tu t'en tapes. Le morveux s'en remettra. Et au pire, il l'a un peu mérité.

Plus tu fixes Alhena, plus tu sens la colère monter en toi. Tu vas exploser. Bientôt, la pression sera trop grande, tu ne pourras plus supporter. Le moindre élément perturbateur risque de tout déclencher. Et c'est justement Arty qui appuie sur le bouton. Ou plutôt qui t'ébouriffe les cheveux. Contact physique non voulu. Non prévenu. Et surtout, au pire des moments. Habituellement, une claque derrière la tête et un regard noir auraient suffit. Mais là, tu n'es plus vraiment toi. Juste un concentré de colère sourde. Tu te lèves d'un coup, et chopes Arty par le col violemment, pour le forcer à en faire de même. Le forcer à décoller de sa chaise. Ton poing libre est déjà armé tandis que tu tiens ton pote face à toi. Ta voix gronde, détachée, froide.

- Ne me touche pas !

Mais il s'arrête à quelques centimètres de son visage. Lorsque tu te rends compte que ce que tu était en train de faire. Que tu as failli frapper Arty alors même que t'es prêt à faire la misère à tous ceux qui oseraient lui faire du mal. Ton coeur cogne à toute allure. La colère est toujours belle et bien là. Mais t'as gardé une étincelle de lucidité. Ton bras retombe le long de ton corps. Tu le relâches en le poussant légèrement sur sa chaise. Pour qu'il comprenne que tu ne rigoles pas. Qu'il ne doit jamais recommencer. Et qu'il ne doit surtout pas continuer à te prendre la tête durant ce cours s'il tenait à sa vie.

Et tu attrapes ta table. La décale plus loin sur le côté. Pour ne plus être proche de lui. Ne pas risquer de lui faire du mal alors même que seule Alhena est à l'origine de ta colère. Et qu'elle est la seule à devoir en faire les frais. Tu récupères ta chaise pour t'asseoir. Et tu reprends la où tu en étais avant qu'Arty ne vienne t'interrompre. Tes poings se serrent et se desserrent toujours. Impatients. T'as besoin de te défouler.


Dernière édition par Azaël Peverell le Mar 14 Nov 2017, 22:48, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Alhena Peverell
avatar
AdministrationHarryPotter2005
Administration
HarryPotter2005
Spécialité(s) : Permis de Transplanage


Re: Cours N°7 : Mystère...

Message par : Alhena Peverell, Mar 14 Nov 2017, 19:10


Plongée dans tes pensées, tu relèves soudainement la tête en entendant du bruit. Tes émeraudes se braquent sur ton frère qui ne dit pas un mot. Tu ne te focalises pas sur ça, parce que justement c'est ton frère et que parfois, il est bizarre. Tu hausses alors les sourcils et replonges dans ta lecture. Un soupire qui s'efface et du monde qui arrive petit à petit.

Sans réellement te rendre compte des choses, tu réponds mécaniquement aux bonjours des élèves. Cela devient une habitude du quotidien, et en vrai, ça commence à te peser sur le moral. Il y a des têtes, que tu ne supportes plus de voir. Les élèves insupportables, qui font n'importe quoi juste pour le fun. Tu as envie de leur faire ravaler leur idiotie et qu'ils s'étouffent avec. Sérieusement, dehors, le monde n'était en rien joyeux. Et ça personne ne le prenait visiblement en compte dans les salles de classe.

Tu fais craquer tes doigts, un bruit attire ton attention et tu regardes ton frère. Un sourcil levé, tu l'observes prendre son pote par le col. Mais il se stop subitement, d'une certaine manière ça te rassure et de l'autre, tu l'aurais bien foutu toi-même ce poing dans la tronche du Poufsouffle. Tu parles d'un préfet...

Ton frère s'éloigne alors de son pote et tu t'enfonces dans ton siège. Tu le regardes et fais claquer tes doigts sur la table. Tu t'adresses à lui, sans réellement prêter attention aux autres élèves. Je préfère quand tu es sage Azaël, comme la dernière fois par exemple. Cela me rend fière dans ces cas-là. Donc contrôle ta colère, je sais que tu en es totalement capable. Tu ne veux pas blesser ceux qui t'aiment quand même... Un sourire s'étire sur tes lèvres, tu avais beau ne pas aimer ce foutu poufsouffle, il fallait que tu lui rappelles les bonnes choses de la vie au gamin, pour qu'il cesse de faire la tronche à ses potes.
Tu le préfères heureux.

Revenir en haut Aller en bas
Donovan Draconile
avatar
Poufsouffle
Poufsouffle
Année à Poudlard : Septième année

Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Re: Cours N°7 : Mystère...

Message par : Donovan Draconile, Mer 15 Nov 2017, 08:55


C'est un moment comme un autre, l'un de ces moments que l'on connait tous, les moments où l'on se dit "Allez, c'est juste cinq minutes" mais en fait, cela dure quinze minutes. Du coup on a peur d'être en retard et on se presse, on échange notre chaussure gauche avec la droite. Mais au final on se presse tellement que l'on arrive pile à l'heure.

C'est exactement ce qui s'était passé pour Donovan. Il avait passé "cinq minutes" à penser à ce qu'il aurait fait si.... ce qu'il aurait dit, ce qui se serait passé. Enfin, il avait passé "cinq minutes" à ne rien faire. Il s'était rendu compte qu'il avait perdu bien trop de temps. Il accéléra ses pas, traversa les foules, rasa les mur, évita les pots de fleurs, les fantômes ainsi que toutes les autres sortes d'obstacles.

Plus il avançait, plus il avait l'impression que la pluie tombait de plus en plus.  Vers la fin de son trajet il marchait aussi vite que la pluie tambourinait contre les vitres. Donovan adorait le temps orageux. Il aimait l'orage, un bruit puissant tandis qu'un éclair est une lumière aveuglante mais surtout meurtrière.

Donovan arriva enfin dans le couloir de la salle de cours. les derniers mètres avant l'arrivée, il voyait la porte d'ici, entrouverte, elle ne demandait qu'à être ouverte et passée.

Il s'arrêta, haletant devant la porte. Il reprit son souffle, poussa la porte et entra. La salle était assez sombre, une bougie sur un bureau mais ce n'était pas l'information qui frappa Donovan dès qu'il entra. La salle était bondée de monde, à vue d'oeil, il n'y avait pas une seule place le libre. . Ce n'était pas possible, il devait avoir une chaise. Les tables et chaises étaient placées en arc de cercle en face du bureau Il regarda les élèves présents certaines têtes lui semblaient familières sans pour autant avoir de nom. Il les observait toujours quand il la vit, magnifique, lumineuse, rayonnante, charmante, libre. Il vit, une chaise libre, la dernière, il ne pouvait pas s'asseoir ailleurs. Mais il continua de regarder la salle pour y voir la prof.

"Bonjour Professeur." Dit-il avec un sourire qui se voulait d'excuse pour l'arrivée pile poil.

Il se dirigea donc vers sa place, sorti son livre d'Histoire de la Magie, qu'il posa sur la table.C'est au moment de reposer son sac à terre, qu'il remarqua qu'il avait échangé ses chaussures de sens. Donovan ne l'avait pas remarqué car la course pour arriver à l'heure et l'adrénaline qu'avait entrainé cette course lui avait empêché de penser à cela. Mais maintenant qu'il était assis, calmement, ses pieds étaient serrés dans ces chaussures. Alors pendant qu'il avait encore le temps, il délassa les chaussure et les desserra pour être plus à l'aise. Puis il leva les yeux vers le bureau sans vraiment le regarder.

Il se demanda pourquoi faisait-il si sombre, il se demanda s'ils allaient observer les étoiles. Il adorait les étoiles et même l'espace en général. Mais bon il avait confiance dans ce cours pour que ça soit intéressant. Il appréciait l'histoire, ce jeune pouffy, cela le passionnait de voir comment les "gens d'avant" vivaient et il aimait les comparer avec les vies de maintenant.


HRPG:
 
Revenir en haut Aller en bas
Ethan Turner
avatar
Modération RPGSerdaigle
Modération RPG
Serdaigle
Année à Poudlard : Septième année

Spécialité(s) : Permis de Transplanage


Re: Cours N°7 : Mystère...

Message par : Ethan Turner, Mer 15 Nov 2017, 11:06


Un gars de Gryffondor qui entre à ma suite, il est plus vieux que moi c'est certain, et il en fait un sourire en guise de salutation? Je lui rends, c'est qu'il a l'air sympa le mec, même avec son air renfrogné. Puis c'est le tour d'un mec de Poufsoufle, qui va étreindre le préfet de sa maison; tiens donc, celui-là a plus que le Serpentard comme ami. Oh non, pitié, faites qu'ils ne forment pas un trio encore plus débile, faites qu'ils ne forment pas un trio encore plus débile, faites qu'ils ne forment pas un trio encore plus débile. Ouff, il s'en va rejoindre l'autre de Gryffondor, au moins, le potentiel d'idiotie m'as-tu vue restait assez bas... ... Pensée qui fût tout de suite réduite à néant lorsque le gamin de Serpentard débarqua. Toujours à essayer de se faire remarquer celui-là, il se promène même à travers toute la classe pour narguer qui ça lui chante, il est pas bien lui. Remarque, jeune comme il a l'air, entouré de personnes plus vieilles et forcément bien plus doués, c'était compréhensible qu'il cherche à se démarquer comme il pouvait, mais du coup c'etait un boulet un peu. Le vert a un échange mauvais avec le préfet des jaunes, il y a même un mec de sa propre maison qui semble le remettre à sa place, qui se trouvait à être nul part ailleurs que...juste à côté d'Ethan -soupir- Et puis c'est quoi ça? Il fait des beaux yeux au bleu et bronze? Non, sûrement pas, enfin...ça devait être sa façon de quémander encore un peu plus d'attention, petit sourire incertain du bleu à son égard.

Ce fut le tour de deux autres jeunes d'entrer en classe, dont un qui semblait ami avec le gamin de Serpentard! Une autre amitié Gryffondor-Serpentard, celle-ci accueillie plus qu'à bras ouverts! Avec un peu de chance, il allait tempérer le comportement exubérant de son pote... Bah quoi? C'est beau de rêver, tant que ce n'est pas celui de Serpentard qui amène le jeune Gryffondor dans ses délires...

Mais qui voilà qui entre? C'est Lolly! Les yeux du bleu s'illuminèrent quelque peu : enfin quelqu'un qu'il connaissait un peu. Cette illumination ne fut par contre que de courte durée, lorsqu'il vit qu'elle était d'une humeur semblable à la sienne et au temps qu'il faisait à l'extérieur du château. Elle vint s'asseoir près de lui, par choix? Dur à dire, comme il n'y avait plus beaucoup de places libres, mais ce fut suffisant pour redonner un peu d'énergie à Ethan, qu'il comptait bien utiliser pour tenter de changer l'humeur maussade de sa camarade; avec de la chance, ce dernier cours de la journée ne serait pas si terrible.

-Hey, salut Lorelaï.
Dit-il en se tournant vers sa consœur de maison. Semblerait qu'on ait quelque cours ensemble cette année, il eut un sourire franc, qui signifiait que cette perspective ne lui déplaisait pas dutout.

Il parlait instinctivement d'un ton bas, sans vraiment chuchoter, comme si l'ambiance résultant du manque de lumière dans la pièce ne se prêtait pas à avoir des conversations à haute voix. C'était peut-être le but recherché par l'enseignante en fait? Ethan paru chercher un sujet de conversation pendant quelques secondes, l'air rêveur, ou était-ce qu'il avait de la difficulté à formuler ce qu'il voulait dire? Il finit néanmoins par enchaîner sur un sujet qu'il voulait être loin du temps gris qui régnait aussi bien à l'extérieur du château qu'à l'intérieur des étudiants.

-Ça va te paraître étrange comme question mais, je me demandais, quand j'étudiais l'animagie : toi, si tu pouvais être un animal, lequel tu choisirais? Et Pourquoi?


Ça le démangeait depuis qu'il était devenue aussi obsédé par l'animagie, qu'est-ce que les gens voyaient dans leurs animaux favoris? Et comment ils le voyait lui? En quel animal? Il imaginait sans cesse les autres dans leur forme animal, pour Lorelaï il s'agissait d'un papillon selon lui. Si Karver aurait été là, il l'aurait sûrement imaginé en blaireau, ou peut-être en raton laveur... Vivement que le cours commence, histoire de ramener le bleu sur terre.
Revenir en haut Aller en bas
Ulysse Daiklan
avatar
Préfet(e)/Gryffondor
Préfet(e)/Gryffondor
Année à Poudlard : Septième année

Spécialité(s) : Permis de Transplanage


Re: Cours N°7 : Mystère...

Message par : Ulysse Daiklan, Mer 15 Nov 2017, 12:05


Je repose mes bouts de papiers en réalisant ce que je fais. Heureusement personne n’a remarqué, comme quoi je peux avoir de la chance. Le jaune recommence à me rappeler la soirée que je tente d’oublier.

- Non pas de nouvelles. Enfin si, une petite ligne rouge sur le corps mais ta copine a été super efficace. Elle s’appelle comment ?

Je mets quelques secondes à comprendre de qui il parle. En même temps y’avais qu’une seule fille que je connais avec nous ce soir-là. Je lâche un soupire, donnant l’information. Peut-être un peu fort.

- Lorelaï.

Une moue sur mon visage, je lance un accio sur on chuchoteur pour qu’il revienne à moi. Le jeune jaune se penche et me murmure quelque chose qui ressemble à un rendez-vous. Un rendez-vous secret ? T’façon je suppose que si y’a Arty et lui, je risque pas une embuscade. En plus la tête de sanglier, parfait. J’acquiesce à sa question et il ne tarde pas à changer de sujet.

- Et du coup depuis combien de temps vous sortez ensemble ?

Je me fige, yeux écarquillés. Heureusement que je ne buvais rien je lui aurais tout craché dessus. Un enchainement improbables de choses se produisent d’un coup. Aria, Mered et la serveuse se mettent à parler. La dernière fois que je l’ai vu c’était à la soirée d’halloween… je crois ? Oui, ça doit être ça. Pendant que les filles sont en train de parler, Jade la préfète Pouffsoufle entre à son tour. Froncement de sourcil à la réminiscence de plusieurs souvenirs… ou cauchemars ? Je ne sais plus. Je sens de nouveau mon poignet cassé, la peur qui tire mes entrailles et le bruit de mon crâne percutant les parois de métal.

Pas le temps de réfléchir que Zackary doit visiblement se croire tout permit et viens agresser le troll des montagnes. Ma main s’accroche au bord de ma table. Ne pas réagir. De nouveau quelque chose dérape. Azaël proche de frapper Arty me fais plus bloquer qu’autre chose. Une scène que je n’aurais jamais pensé voir. Ne pas réagir. Ne pas défouler ma haine sur les premières personnes venues. Le professeur semble tenter de calmer son frère. Je fronce les sourcils en la regardant, pour une raison inconnue. Quelque part l’apaisement qu’elle fait sur lui me détend légèrement. Je suppose que si l’autre va écouter quelqu’un s’est sa famille. Parce que la famille, c’est sacré. Je me retourne vers Dragomir avec un sourire.

- Nous ne sommes pas ensemble, loin de là.

Je ne peux m’empêcher de tourner la tête vers la bleue et de voir le mec à côté duquel elle s’est assise lui parler. Clairement pas. Je remarque finalement quelqu’un de plus assis. Le criard. Le criard ? Ca viens d’où ça encore ? Pourquoi j’ai l’impression de connaitre sa voix alors que je lui ai jamais parlé ? Même sentiment pour Jade. Mais elle, elle est plus près. Je me penche vers elle et tente de la regarder dans les yeux. Je me souviens d’un peu trop de choses de ce rêve. Comme si ça n’en avait pas été un, mais ça j’ai qu’un moyen de vérifier.

- Train, oiseau, détraqueur, ministère, petite fille, ascenseur.

Non, ça veut rien dire. Enfin, en tout cas si c’était vraiment un rêve. Ce dont je suis absolument persuadé. N’est-ce pas ? Par tous les dieux.

J’ai envie d’une raclette.


Dernière édition par Ulysse Daiklan le Mer 15 Nov 2017, 21:46, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
En ligne
Arty Wildsmith
avatar
Modération RPGPoufsouffle
Modération RPG
Poufsouffle
Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Loup-Garou


Re: Cours N°7 : Mystère...

Message par : Arty Wildsmith, Mer 15 Nov 2017, 18:35


What the f*ck is that ? Il sursaute, un bond venu de nulle part. Il entend une voix à son oreille qui tressaille de surprise. Ça venait d’où exactement, mèches folles qui s’envolent. Un regard sur le côté il remarque un tout petit objet métalisé aérien. Joli. C’est cute. Il l’aime bien. L’oreille se repose. Il n’avait pas reconnu tout de suite, la voix du Gryffondor. Le cœur suspendu, il fallait qu’il le renvoie, qu’il fasse quelque chose. Mais pas le temps. Son esprit glisse ailleurs. Vers son col d’ailleurs puisqu’il se retrouve saisi. Une nouvelle fois, sourcils qui se font la malle. What the ? Il réalise à peine qu’Aza l’a relevé pour lui foutre sur la gueule. Arty se fige. Une petite pensée pour le cœur s’envolant, à peine s’il sait s’il s’est éclipsé de la bagarre.
Une bagarre ?
Mais qu’est-ce qu’il avait le Serpentard ? Arty ne se rendait même pas compte que son voisin de droite venait de se lever pour aller s’embrouiller avec le Serpenteau. Trop obnubilé par la voix tonitruante et froide de son pote. Le Poufsouffle a l’impression que tout s’écroule, là, soudainement. Belle démonstration de force, franchement, on peut applaudir. Bravo, Aza est terrifiant. Le cœur du Blaireautin en tremble, ça brûle, ça se gèle.

Un peu trop violemment à son goût il est reposé sur sa chaise. C'était pas passé loin. Bouche entrouverte les yeux se posent sur ses mains apeurées, pas à l’aise du tout. Être malmené, il en avait l’habitude, mais pas par celui en qui il avait le plus confiance, jamais. Il ferme les yeux pour n’en ouvrir qu’un. Azaël s’est éloigné. Ça le pique de colère, il pouvait changer de place aussi s’il voulait, aller ailleurs, ouste. Ça va, s’il ne voulait pas être à côté de lui. Complètement tourmenté. Humilié peut-être, quelle image ils renvoyaient. Il y avait là une faille, les gens allaient s’y engouffrer. La dernière fois, son pote avait pris la défense du mioche et aujourd’hui il voulait lui casser la gueule. Cette blague. En fait, il en avait juste marre. Ras-le bol. La casquette. D’un autre côté, encore une fois, sûrement qu’il l’avait bien cherché. Il le savait, le contact, tout ça. Mais là. Pas comme ça.
Mazette. Voilà t’y pas que l’autre s’en mêle.

L’autre, la professeure.
Rétines de nouveau rivées sur les doigts, il ne voit que sa voix. C’est étrange, elle parle à son frère doucement, presque comme à un enfant. Ça aurait peut-être le mérite de calmer Zaza, c’était possible. Alors que lui vexé, voulait emmener Bélésaire très loin, quitter cette salle maudite, il pourrait prétexter. Madame. J’ai l’estomac qui se tord. J’veux sortir. Il ne comprend pas pourquoi ça n’a pas déjà explosé, sûrement parce qu’il est davantage touché, ravagé, tellement que ça s’est ankylosé, à l’intérieur. Alors il gonfle ses joues, grand, les remplir d’air pour le laisser s’enfuir progressivement. Décompresser après ce qu’il venait de se passer. Il aurait dû continuer à faire le mignon, de force reprendre la table de l’autre pour la rapprocher. Lui dire, allez on est copains, on oublie. C’est pas toi c’est moi. Le cliché.
Niet. C’est qu’il était rancunier.
Alors il décide de s’affaler sur sa table, attendre caché dans ses bras, un moment de pause avant qu’il ne redevienne affable. Si tant est que ça allait arriver. Sûrement pas.
Revenir en haut Aller en bas
Élius Askin
avatar
Préfet(e)/Serpentard
Préfet(e)/Serpentard
Année à Poudlard : Sixième année

Spécialité(s) : Métamorphomage


Re: Cours N°7 : Mystère...

Message par : Élius Askin, Jeu 16 Nov 2017, 04:10






Posey, menton en main, j'entonne un refrain : mes pupilles éparpillent quelques notes sur ton doux minois de lilas quand - Whaaat ? Encore toi l'jaune_et_ta_ré_par_tie_de_mô_me... Bref, OSEF t'v'là Zeph' - mon poto presk barjot comme moi (_ _'fin _ _ j'crois). La carte glisse, regard complice _ ton enjoué de l'avorton excité :


— Owé ! Tin, c'est relou, pourquoi il est pas là ? Tu crois qu' - KRRRR ! - Woow ! - La chaise se fait plaiz, ___recule, se b.a.s.c.u.l.e. un peu - et là : TES YEUX. de serpent venimeux, mots complément vermineux, dans ta bouche ça grouille, tu m'touches_ ça sent l'embrouille. Un éclair plus tard, retour_à_la_case_départ. Une table, des stylos, et là - P*TIN - C't'impitoyable photo ! Occulter le reste, tomber sur la vision cauchemardesque. Besoin de déglutir. Zephir vers moi j't'attire, le front en rase-motte//chuchote :


— Vazy là, ...déjà en première année c'mec m'demande mon nom en Russe.. Maintenant y'a quelques semaines, il me coince dans un couloir en m'disant qu'on est cousins. Et aujourd'hui il me balance cette photo ...qui doit dater au moins d'avant ma naissance ! Tu vois, à droite c'est ma mère, à gauche mon oncle, et je connais pas la femme au milieu. P*t*in.. Tu crois que c'est vrai ? Tin Zeph, pourquoi cet enf**ré a une photo d'ma mère ? J'te jure ça commence à me chauffer son histoire là. Tempes bourdonnantes, j'range l'image - crampe montante//estampe entêtante - soudaine envie d'passer en mode braconnage.


La photo que Zack jette sur le bureau d'Élius :
 

Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé

Re: Cours N°7 : Mystère...

Message par : Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas
Page 2 sur 6

 Cours N°7 : Mystère...

Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6  Suivant

Permission de ce forum:Vous pouvez 
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Harry Potter 2005 :: ~¤~ Académie de Poudlard ~¤~ :: Cours :: Vol-

L'univers d'Harry Potter est la propriété de la Warner Bros ainsi que de J.K Rowling.
Tous droits réservés sur ce site ©Copyright HarryPotter2005. Affichage optimisé sous Firefox.