AccueilPortailFAQPublications internesRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Harry Potter 2005 :: ~¤~ Londres ~¤~ :: Rues de Londres
Page 1 sur 2
Hyde Park
Aller à la page : 1, 2  Suivant
Maître de jeu
Maître de jeu
PNJ
Arbitre neutre
Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Hyde Park Empty
Hyde Park

Message par : Maître de jeu, Dim 12 Nov 2017, 01:02


Hyde Park s'étale sur deux kilomètres de long et un kilomètre de large, ce qui en fait l'un des plus grands parcs de Londres. Autant dire que vous aurez de quoi y faire de nombreuses promenades et autres activités ! Des bancs, des arbres, de la verdure, y a tout ce qu'il faut pour passer un bon moment dans ce parc. Un pique-nique ? Bonne idée ! Une fête d'anniversaire ? Allez, pourquoi pas ! Ce parc est le paradis des écureuils, alors n'hésitez pas à emporter des cacahuètes pour leur donner si vous passez par là. Il y a également plusieurs lacs où vous pourrez nourrir des canards et des oies. Sympa n'est-ce pas ?

En résumé, c'est un vaste espace tout particulièrement agréable, où les Londoniens viennent échapper à l'agitation de la ville.
Revenir en haut Aller en bas
Enzo M. Aiken
Enzo M. Aiken
Serpentard
Serpentard
Spécialité(s) : Permis de Transplanage


Hyde Park Empty
Re: Hyde Park

Message par : Enzo M. Aiken, Ven 17 Nov 2017, 14:05


i messed up with my childhood.Il y a bien des choses que je n'aime pas sur cette Terre, pour ne pas me faire original, mais ce que je déteste par-dessus tout, c'est de me laisser contrôler par diverses personnes ou divers états de faits... ou de faim. Je déteste manger, surtout devant tout ce monde qui ingurgite de la viande à longueur de journée devant mon nez. Non, je n'aime vraiment pas ça, ça me dégoute ! Peu importe que ça soit saignant, cuit ou à point, bleu ou allez savoir si c'est cru aussi. L'odeur du sang, voir de la viande fraîche ou dans une assiette, ça me débecte. Sur un refus catégorique d'avoir ouvert la bouche devant tout le monde, à midi. Me voilà assis, près du lac, dans le parc. Une simple pomme verte comme la pelouse et non rubis comme était le liquide qui s'écoule dans mes veines. D'ailleurs, l'idée de ne rien manger, me ronge de l'intérieur, crispe mon estomac. Pourtant, il faut que je reprenne des forces, que j'arrête de jouer avec la corde sensible de mon corps, car à cette allure, mon corps y passera.

Alors, une bouchée pour commencer, c'est déjà bien. Retirant au même moment mes chaussures, remontant le bas de mon pantalon de civil, je marche le long de la rive du lac d'Hyde Park, quelques pas tout au plus. Juste pour me changer les idées. Juste pour pouvoir faire fuir les moindres petites créatures qui se trouvent dans le coin. Ainsi, le fruit terminé, il apprend à voler, retrouver la surface de l'eau quelques mètres plus loin. De toute façon, c'est biodégradable, alors, on s'en fout. Puis, arrive le moment où l'envie de m'en griller une, me prend. Je sens mon estomac se tordre encore et je grimace. Même si ces barrettes nocives bourrées de toxine peuvent me couper facilement l'appétit, je regardais autour de moi, juste par précaution, vieille habitude de croire que mon "père" était toujours dans le coin à me surveiller.

C'est donc, sans surprise qu'une de ces choses atterrissait entre mes doigts frêles et à l'aide d'un briquet de moldu, j'en allume l'extrémité. Une tirade... Puis, deux... Et un soupire de satisfaction s'échappe de mes lèvres, tout comme la fumée salvatrice d'un plaisir soudain. Bordel. Ce que ça fait du bien ! Ainsi, m'empoisonnant au maximum, en inspirant la fumée comme un drogué en manque de ... sa drogue, je m'étire félinement avant de revenir m'assoir près de ma place, gardant les pieds dans l'eau tout en m'allongeant par terre. Quelle belle journée... Si elle n'avait pas été ... gâchée par la soudaine silhouette qui m'empêchait de profiter des dernières lueurs du soleil, en cette fin d'après-midi. .... Franchement, merci !
--------------------------------------------------------------------------------------------------------------
Désolé du retard pour notre rp (et la boulette de l'avoir posté à un endroit inaccessible pour toi aussi x'D). Je suis pas doué pour les introductions en la matière. J'espère que ça te conviendra.. Si besoin, mp-moi, ma belle. Bisous, coeur sur toi et bonne lecture.
© 2981 12289 0 & Azryel - RP PV with Kohane Werner  
Revenir en haut Aller en bas
Kohane W. Underlinden
Kohane W. Underlinden
AdministrationHarryPotter2005
Administration
HarryPotter2005
Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Occlumens


Hyde Park Empty
Re: Hyde Park

Message par : Kohane W. Underlinden, Dim 17 Déc 2017, 13:43





Léger soleil couchant. Qui éclaire le parvis où se posent mes pieds. Le bruit des pas sur le dallage. Et le soleil dans le dos. Qui semble faire un dernier au revoir à la ville. Moi, je ne le regarde pas. Mais je ressens toute sa présence, sa chaleur comme bulle de coton autour de moi. Le soir est en train de pointer le bout de son nez. Pirouette, galipette au monde en guise de salut. Je l'attends. Avant, j'en avais peur. Je ne voulais pas qu'il tombe et je fuyais, je courais dès que je voyais son ombre s'approcher. Maintenant, c'est différent. J'ai fini par m'y habituer, sans doute. Et même par l'apprécier -l'aimer. Ce voile qui fait valser les silhouettes et dissimule le monde.
A présent, je le traverse sans crainte.
Comme une vieille habituée des lieux, de ce royaume obscur.
Ombre parmi ombres.
S'affirmant alors que les derniers rayons de soleil disparaissent à l'horizon.
Mais pour l'heure, l'éclat rouge orangeâtre demeure, éclairant le chemin qui s'étale devant moi. Cette route anonyme tandis que je croise d'autres formes humaines toutes aussi anonyme. Nous avançons tous dans ce rythme infernal et semblable, celui dicté par la Machine qui nous oppresse et veut nous faire marcher à son rythme. Comme de parfaits petits soldats, bien obéissants et soumis.
Souvent, j'essaie de faire différemment. Plus rapide ou plus lentement, en mouvement lorsqu'elle me veut immobile, immobile lorsqu'elle me veut en mouvement. Toujours différemment.
Mais parfois aussi, je me lasse.
Epuisée de cette lutte quotidienne.
Alors, pour un temps de repos -sans pour autant abandonner- je baisse la tête et suis le flot informe qui se laisse dicter ses actes et ses pensées par la Machine. Forme de résignation qui n'est que feinte, en vérité.
Parce que je ne me résigne jamais totalement.
Ce n'est qu'un temps pour mieux repartir ensuite. Puis. Je sais que je n'ai pas le droit de laisser tomber. Abandonner la lutte. Parce que c'était un pacte. Avec moi-même. Avec Asclépius. Avec ce monde coulant dans l'immobilisme. La promesse de s'en sortir et renaître.

Mon ombre projetée sur le trottoir me paraît immense.
C'est dingue.
J'avance, elle avance avec moi.
Je tourne, elle tourne avec moi.
Et je finis par fouler non plus du bitume mais de l'herbe tendre. Mes pas m'ont menée jusque dans un parc. Un peu inconsciemment. Moi, je me contente de marcher. Je suis ce que me dit mon corps. Là où il veut me mener. Je marche. J'arrive. Je regarde. Toujours comme ça.
Ce soir ne fait pas exception.
Dans la lueur du projecteur solaire, j'avance à tout hasard. Un pas ici, un autre là, ça mène la danse. Et bientôt, je découvre une autre silhouette immobile. La fumée recrachée de son ombre. J'approche.
Dans les derniers rayons de soleil, il m'apparaît jeune. Je me demande quel âge il doit avoir.

-Bah alors, ça fume tout seul ici ? Tes parents ne vont pas s'inquiéter si tu rentres trop tard ?

Voix moralisatrice mais le cœur n'y est pas.
J'suis pas une moralisatrice dans l'âme. Je laisse ça à d'autres. A Rachel. D'autant que, moi non plus, j'suis pas vraiment dans les clous. Alors il serait hypocrite de faire comme si.
Sauf qu'au fond, le gamin, là, ne le sait pas.
Ca peut faire passer le temps.
Se mettre dans la peau d'une autre.

Revenir en haut Aller en bas
Amy Shields
Amy Shields
Poufsouffle
Poufsouffle
Spécialité(s) : Permis de transplanage
Animagus : Fennec


Hyde Park Empty
Re: Hyde Park

Message par : Amy Shields, Sam 10 Mar 2018, 22:45


Warning : Mon post parle d'un sujet très délicat, personnes sensibles s'abstenir
Rp avec Kath'


Dure soirée. La nuit était tombée plus vite que prévue. Il faisait maintenant totalement noir et toi t'étais pas bien. Tu errais comme une âme perdue dans son propre cauchemar, attendant que tout ça s'arrête pour pouvoir rejoindre le paradis et donc l'au delà. Ah l'au dela. Ca avait l'air bien non ? Amy ? N'est ce pas que l'au delà t'attires ? Oh oui. Et surtout en cette soirée non ? T'avais juste envie de lâcher prise maintenant. Pas demain, pas plus tard, maintenant. Tu pries pour que quelque chose te tombe dessus, t'écrase. Le simple bruit du train qui passait te donnait envie de te jeter sur les rails pour abandonner ce monde de fous. Sauf que non, tu restais là comme une conne. A subir, à te battre pour des idéaux inatteignables. Comment avais-tu fait pour en arriver là ? Les phases de déprime ça t'arrivait, mais là t'es carrément loin. Pourquoi dis ? Fallait remonter il y a quelques heures pour le savoir

Une envie subite de quitter le boulot. Ton infirmerie commençait à te rendre dingue. Seule envie : T'échapper de cette prison que représentait la pièce remplie de lits. T'as même pas demander la permission au boss, t'es partie comme ça, sans rien dire. Si un élève avait besoin de soin tu ne serais pas là. Aucune pensée altruiste ne t'effleure l'esprit, tu penses juste à fuir. Fuir cet endroit, fuir cette ambiance, les élèves et tout le reste. Fuir tout ça pour te réfugier quelque part. Quelque part où on ne te connaissait pas, où on ne risquait pas de t'embêter. Quelque part où il y avait de l'alcool à disposition pour oublier.

T'as juste transplané dans Londres puis t'as marché. Marché sans avoir de réelle destination. Un simple bar à un carrefour t'aurait suffit. Et ça t'a suffit. Le premier pub que tu rencontras, tu y entras sans même réfléchir ou vérifier le type de client. Tu t'es simplement assise et t'a commandé une boisson. Une fois. Deux fois. Puis t'a augmenté un peu la dose. Une troisième fois. Puis une quatrième. A partir de là t'étais bien. Même pas encore au bout de tes capacités. T'étais bien consciente de ce que tu faisais. N'empêche que tout cet alcool ingéré n'a pas eu l'effet escompté. Tu voulais un échappatoire, tu n'as eu droit qu'à une prison encore plus fermée que les quatre murs de ton infirmerie. Une prison de verre t'offrant pour seule vue ; tes échecs, tes douleurs, tes démons, tes craintes.. Comme une sorte de transe.

C'est alors que la jolie dame est arrivée. Toute de noire vêtue. Tu l'avais déjà vue plusieurs fois cette dame, avec son capuchon, son sourire carnassier et sa quasi transparence. Dame désespoir je présume. Une fois encore, elle te tendit les bras comme pour essayer de te consoler de tes chagrins. Et toi évidemment, t'étais affaiblie par l'alcool. T'avais enfin quelqu'un pour te consoler et te protéger de tes démons ; t'as couru dans ses bras. A partir de ce moment là tout était fini. Un voile noir s'abattit dans ta tête et tu perdis toutes notions positives pourtant très présente chez toi en général.

T'es vite sortie du pub. Pas envie de rester dans cet environnement. Tu voulais juste être seule pour réfléchir, pour être libre de tes actes. Tu te retrouvais donc là, à marcher sans but tel un fantôme dans les rues de Londres. Les idées noires envahissaient de plus en plus ta tête. La jolie dame t'enveloppait toujours. Si bien que certaines idées encore inconnues jusqu'ici s'imposèrent à toi comme étant logiques. Lorsque tu sorti de ta presque transe, tu te rendis compte que la ville autour de toi avait disparue pour laisser place à des arbres et de l'herbe. Un parc vide et calme. Pour ce que tu avais en tête, c'était ce qu'il te fallait.

Tes pieds foulèrent le sol jusqu'à derrière un arbre. Tu t'adossas et te laissas tomber sur le sol sans demander ton reste. Des larmes commençant à couler le long de ton visage. Il ne fallait pas qu'elle l'emporte. La dame en noir ne devait pas réussir à t'avoir. Fallait luter. De belles paroles qui se noyèrent pourtant dans le brouillard noir de sa tête. C'est ta main qui, sans recevoir d'ordres conscient, se dirigea vers ta poche pour saisir ta baguette. Un #Numen Arma murmuré dans le silence du parc pour que ta baguette devienne la dague demandée par ton cerveau. Tu regardas un de tes bras avec envie. Une envie de souffrir pour oublier ce qu'il te manquait. Une envie d'avoir mal pour consoler ta solitude alors que de grosses larmes coulent toujours sur tes joues roses. C'est la respiration haletante que la lame s'approcha peu à peu de sa cible.

Pas besoin de description pour définir l'acte. La lèvre inférieure fut écrasée par les dents pour ne pas gémir de douleur. Déjà, le rouge commençait à envahir ton bras. Une deuxième fois. Ca faisait mal. Trop mal. Mais en même temps c'était libérateur. Là, ça faisait oublier tous tes problèmes. Là, c'était bien plus utile que cet alcool qui n'était que le déclencheur de tout ça. Pas besoin de plus. Tu laisses reposer sur le sol ta main entre-ouverte, teintée du liquide vital et prise par la dague. Ta tête se pose contre l'arbre et se penche pour regarder le ciel. Il faisait froid d'un coup non ? T'y étais pas allé un peu fort là ? Trop tard t'façon. Au moins, elle était tranquille pour observer le ciel étoilé. Mais quel beau ciel pour un soir si médiocre.
Revenir en haut Aller en bas
En ligne
Kathleen Gold
Kathleen Gold
Personnel de Poudlard
Personnel de Poudlard
Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Hyde Park Empty
Re: Hyde Park

Message par : Kathleen Gold, Mer 11 Avr 2018, 18:04


RP avec Amy,
Warning: mention TS, automutilation



D'aucun dirait qu'errer la nuit dans ces couloirs de pavés étaient une activité de somnambule. De ceux qui cherchent à tromper la nuit en se fondant dedans. Tu as déjà vu plusieurs intoxiqués dans les rues d'à côté. Tu détournes la tête et continue ta route. Tu ne sais pas où tu vas, mais le vent frais apaise tes pensées qui brulent tes tympans. Une sorte de rougeur qui ne veut pas s'en aller, et marcher à pas lents semblent être la seule solution. Une nuit calme, pour une fois, alors qu'ils dorment dans leurs lits blanc et qu'une autre blonde prend soin d'eux.


Un peu de vide dans cet univers, un petit bout de rien, rien si ce n'est oublier de penser. Double pensée, savoir puis ne plus percevoir. Tu aimerais que ce soit aussi simple, mais rien ne l'était ici bas. Alors une petite escapade nocturne de temps à autre, à défaut de t'échapper des prisons de réflexion, les tours d'ivoire ne sont pas infranchissables.


Un parc se dessine, et tu te demandes si beaucoup d'addicts s'y sont rendus. Tu espères que leurs points acides sont bien restées dans leur sac, et qu'elles ne se retrouveront pas dans le bac à sable. Instinct maternel qui se réveille, obligation d'aller vérifier. Peut-être n'allais-tu rien trouver, mais cela valait la peine de tenter. Peut-être que tu t'imagines en l'un de ces héros que personne ne connait mais qui on accomplit une bonne action sans rien demander en retour. Tant d'abnégation venant de toi, on en serait presque touché.

Tu te diriges vers le toboggan, puis les aires de jeux. Tu vérifies bien chaque recoin, le temps à perdre n'est jamais précieux.
Mais une forme attire ton attention.

Tu as sûrement vu juste. Une perdue qui veut retomber en enfance, une Alice sans terrier. Tu avances pour essayer de voir si quelque chose peut être fait, mais tu en doutes. A part l'allonger et attendre que tout passe en rêves et autres fantasmes. Tu te demandes si les éléphants roses sont encore de la partie, si voler est toujours possible.

Mais alors que tu t'approches, une odeur de sang enfle tes narines, et tu baisses les yeux de haut en bas jusqu'à voir les plaies et autres blessures.

Des flashs d'une salle de bain blanche
De ciseaux rouillés et parfois si la chance souriait de lames de rasoir volées à ton père
Des pensées brouillons qui cognent et qui poussent derrière les yeux
Ils coulent même en lac, flic floc sous la douche, le carrelage sous tes pieds et ton dos
Phaser sur le vide
Et des lignes rouges pour imiter les fines blanches des comptoirs de bar
Un moment d'égarement et ne plus savoir où qui ou quoi
Jusqu'à être engourdie et s'endormir, en espérant que demain ne soit un jamais.

Des jumelles de celles que tu as déjà sur les bras
Cuisses
et Ventre,
Un retour en arrière et passages près des cuvettes pour se sentir à sa place,
Brûler vers l'extérieur, expression de la langue qui décrit si mal
L'abandon et la chute
Les genoux qui erraflent le sol glacé
Mais en même temps cette explosion dans l'arrière de la gorge
Et une série de chansons qui ressemblent étrangement à des litanies fleurissent au creux des lèvres torturées
Et des bras rougis.

Tu te rappelles de la Seine
De Paris
De la capitale voisine,
Et des passants
De l'odeur de cigarette
Et de l'attente des coups de huit heures
Pour se laisser glisser
Plonger
Et chanter ce que l'eau t'a donné
Neuf minutes en moyenne, aiguilles en flammes puis grand froid, voyage au tour du monde en quelques instants
Tu as lu
Renseigné sur les ponts
Les plus beaux,
Les plus hauts
Pour une métaphore qui n'aura plus de sens après la -

Reviens à la réalité

Tu n'es pas la seule à phaser.
Après cet égarement d'une minute ou une heure,
Tes pieds agissent enfin et tu t'agenouilles près d'elle.
Elle est peut-être jolie, mais tu ne vois que les flaques rouges,
Et tu ne sais pas quoi faire.
Les sortilèges n'ont jamais été ton fort, et tu n'es pas vraiment la carte Responsable
Tandis que la Faucheuse et Destin rient dans la pile.

''Pauvre''

Jeune fille ?
Egarée
Semblable ?

''Idiote''.

Tu la regardes et oses toucher son bras
Tant pis pour la décence, il faut bien qu'elle revienne.
On s'occupera des larmes plus tard.

Tu déchires ce qu'il y a sur toi
Un peu de soie et beaucoup de peluches
Et l'enroule comme tu peux là où tu penses qu'il faut les mettre.

''Si tu voulais réussir il fallait choisir un autre endroit.''
Revenir en haut Aller en bas
Peter McKinnon
Peter McKinnon
Serpentard
Serpentard
Spécialité(s) : Permis de Transplanage


Hyde Park Empty
Re: Hyde Park

Message par : Peter McKinnon, Mer 20 Juin 2018, 17:08


Post unique
Mission pour l'Ordre du Phénix
Peut venir réagir à l'affiche qui veut
Suite d'ici


Un transplanage plus loin, Peter était à présent à Hyde Park. Le caractéristique crac sonore se retrouvait perdu au milieu de l'inactivité de la nuit. Le devin était toujours sous sa cape d'invisibilité et, de toutes façons, il n'y avait pas un chat. L'ancien préfet ne perdit pas une minute. Il avisa un arbre et recommença son petit manège. Il colla l'une de ses affiches à l'aide du Sortilège de Fixation ! Et puis il murmura un :

- Repello Moldum !

Il prit ensuite un peu de recul pour contempler son oeuvre. Ce n'était pas du grand art, mais l'idée y était. Et puis il était en mission, il n'avait pas le temps de faire dans la finesse. Il prit cependant un instant pour se demander ce que les moldus allaient bien trouver à voir à la place de son affiche de propagande ... Surement un avis de disparition de bébé chien, ou quelque chose du genre. Il poussa un soupir. C'était fou ce que les moldus pouvaient être niais ! On arrivait à les duper en prononçant à peine deux mots ... Mais, laissant là ces considérations, le sorciers tourna le dos à son affiche, en quête de la suite des opérations.


Revenir en haut Aller en bas
Kohane W. Underlinden
Kohane W. Underlinden
AdministrationHarryPotter2005
Administration
HarryPotter2005
Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Occlumens


Hyde Park Empty
Re: Hyde Park

Message par : Kohane W. Underlinden, Ven 22 Juin 2018, 13:23


Post unique

C'est noir et c'est glauque. Les coins abandonnés de nuit, laissés aux ombres habituées.Et c'est pourtant là que je traîne. Que je guette. Ma prochaine proie. J'aime ces ombres dont on ne parle pas, tout le monde se fiche d'elles, elles sont invisible aux yeux de la plupart. Pas au miens. Ces jeunes qui aiment envoyer leurs bouteilles côtoyer les étoiles ou se dissimuler dans un recoin sombre pour profiter de chaque seconde sucrée passée ensemble. Ces jeunes que les parents ne suivent plus, qu'ils ont arrêté de suivre. Qu'ils rentrent en vie le lendemain, c'est tout ce qui compte.
Longues minutes d'attente, silence.
Et soudain, le voile se déchire, effort récompensé : un type, seul, arrive, baragouinant quelques mots que je ne saisis pas bien. Pas sûre qu'il m'ait remarquée. Il titube dans le parc, il a l'air assez énervé mais, surtout, perdu. Il est tard -ou tôt- et il paraît avoir passé une soirée de fou allez savoir où. Il crie à la lune quelques insanités et hurle que de toutes les façons, les gens, ils peuvent plus travailler et blabla
J'entre soudainement en action, sortant de ma cachette tapie dans l'obscurité d'un buisson. Courir, comme si je venais de loin et le percuter violemment. Il ne tient pas sur ses jambes et tombe et je lui tombe dessus et revêts le masque de l'hystérique qui ne contrôle plus ses gestes :

-Aaaaaah mais je suis désolée mais je suis désolée mais je suis

Et le type ne semble pas tellement réaliser ce qui lui arrive. Sans doute que l'alcool anesthésie ses sens. Il a l'air d'un insecte sur sa carapace à agiter les pattes pour se relever. Han. Il est aussi perdu que ce que j'essaie de donner l'impression d'être. Mes mouvements semblent confus, à tapoter ses joues comme pour s'assurer qu'il est vivant et que je ne l'ai pas tué en le reversant. En réalité, je cherche à agripper une mèche de ses cheveux emmêlés. Il recommence avec ses histoires de gens qui peuvent pas travailler et
clac
cheveux coupés
quelques mèches fines légèrement ondulées
il n'a rien senti, j'en suis sûre, trop occupé à parler de ses histoires de boulot.

-Hein hein vous êtes sûr j'vous ai pas tué hein

Patpater la tête inconnue, se relever sans même prendre le temps de l'aider, lui, à se redresser et filer. A toute allure. Il va peut-être rester un moment à faire l'étoile de mer sur le chemin. Le temps de décuver. Et il se rappellera jamais que quelqu'un lui a arraché une mèche de cheveu. Après tout, quel importance. Les Moldus accordent bien peu d'importance aux mèches tombées.
Je me recroqueville dans un coin à l'abri, plus loin. Vérifier que personne n'est là, glisser les cheveux dans chacune des deux fioles achetées un peu plus tôt. Beurk. Beurk. Et re-beurk. C'est vraiment pas ragoûtant. Mais bon. Quand il faut. Il faut.
Allez.
Inspiration.
Et gloups

Quelques secondes plus tard, je ne suis plus moi. Je suis ce type sans nom qui doit être en train d'agiter les bras et les jambes pour se relever. Alors que moi -moi en lui- je file sans plus attendre. Le temps est compté et la ville est vaste. Trouver les lieux stratégiques. Là où, forcément, il y aura des affiches. Les lieux sorciers, évidemment. Aucune raison de s'attarder dans le Londres Moldu.
Je reprends ma route, sachant pertinemment où aller. Chemin de Traverse, en premier lieu. Je connais le chemin. Je connais Londres comme ma poche.
Contourner un arbre, jeter un regard au loin. Là où la silhouette allongée du gars n'a pas bougée. Peut-être qu'il parle aux étoiles. J'sais pas.
Moi, en attendant, le transplane. Oubliant de vérifier s'il y a une affiche ou pas ici. Après tout, c'est un coin Moldu. Pourquoi y'aurait des affiches au risque que personne ne les voie ?
Revenir en haut Aller en bas
Enzo M. Aiken
Enzo M. Aiken
Serpentard
Serpentard
Spécialité(s) : Permis de Transplanage


Hyde Park Empty
Re: Hyde Park

Message par : Enzo M. Aiken, Ven 20 Juil 2018, 00:33


Au delà de nos belles étoiles

PV Kohane W. Underlinden
Ce besoin d’air après ces retrouvailles douteuses, chaleureuses, complexes et perturbantes, s’annonce comme un besoin vital. Ainsi, je lâche prise, le temps de mon temps libre. J’ai pris mon skate pour arriver dans Hyde Park, j’ai aussi pris le soin de ne pas venir les mains vide. Sachet de bonbons dans la main, une sucette à la pomme en bouche. Je glisse le long du chemin, je plane le long du sentier et je me sens juste « libre et léger comme l’air » que j’respire. Ça me permets de décompresser et je suis facilement aux anges quand il s’agit de me changer les idées. Aujourd’hui, je me suis mis un objectif en tête, un peu débile, je me l’accorde, mais au moins, j’aurais le mérite d’avoir réussi si j’arrive au bout de mes fins et si j’me trouve un compagnon de quête dans ma chasse au trésor, c’est encore mieux, n’est – ce pas ?

- « Chauuud devant ! …. Laissez – moi passer ! … Mais aaaatttenn---Aiie ...Gnnmmmpfh ! »

Pas le temps d’hausser le ton, de m’excuser qu’une personne me rentre dedans de plein fouet, j’atterris les fesses en l’air, au sol, la planche retombant sur ma tête en m’assommant de moitié, au passage. C’est malin, j’vais me gagné une belle bosse d’ici quelques minutes aussi, d’ailleurs. Je tousse et m’essuie le visage d’un revers de mains avant de constater que j’me suis égratigné les bras au niveau des coudes. J’sens qu’à cette allure, je vais investir dans des protections, sinon, je n’en sortirais pas indemne, un de ses quatre. Alors, lentement, je grogne tout en esquivant la moldue aussi maladroite que moi, préférant m’éloigner d’elle pour aller m’assoir sur l’une des places de libre de la balançoire, non loin de là.

- « Les Licornes n’ont qu’à bien se tenir, j’arriverais à en apercevoir une, un jour ! »

Dis – je à voix haute, mais surtout à moi – même. Cette envie de m’auto – motiver, je l’avoue, c’est risible sur le coup, quoi qu’un peu louche aussi. Pourtant, ça avait le don de me détendre rapidement et de chasser mes craintes, mes doutes et mes pensées troubles loin de moi aussi. Ainsi, je lève ma tête vers le ciel tout en posant mes mains sur les « chaines » tout en posant les pieds sur mon skate. Je rêvasse, la tête perdu dans les nuages, parmi les étoiles qui transpercent le ciel. On est en fin d’après-midi, je sais que d’ici quelques heures, il sera l’heure de souper, mais j’ai pas vraiment envie d’aller rejoindre mes camarades de chambre, voir de table. À part Elhiya que j’ai croisé dans les escaliers, l’autre soir, autant dire que les autres, je n’ai pas l’impression de les connaitre, du coup, je préfère nettement me tenir à l’écart. Ensuite, tout en secouant ma tête, je réalise que je ne suis pas seul, je tourne ma tête vers la jeune femme tout en me mettant à sourire légèrement, sans doute, d’un air gêné.


- « Oups, désolé… Je ne vous avais pas vu. Je vous rassures, je ne suis pas fou. J’me demandais juste si les Licornes existaient, je n’en ai jamais vu… Du moins, pas dans mes souvenirs. »

Lui avouais – je subitement. Pour une première approche, c’est pas trop mal, p’t’être que je viens de trouver ma partenaire de quête, qui sait ? Reste à voir si l’idée d’aller chercher des licornes la branche aussi.
Revenir en haut Aller en bas
Kohane W. Underlinden
Kohane W. Underlinden
AdministrationHarryPotter2005
Administration
HarryPotter2005
Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Occlumens


Hyde Park Empty
Re: Hyde Park

Message par : Kohane W. Underlinden, Jeu 26 Juil 2018, 20:00




Criii criii criii
Grincement des anneaux mal huilés.
Alors que la balançoire
balance
Criii criii criii
C’est très discret.
Infime, tout petit, pour oreille attentive.
Mais moi, j’écoute. J’entends. Le légère crissement
Crii criii criii
Qui devient ritournelle -rassurante.
Mes pieds touchent le sol ; je ne m’envole pas. Pas encore. Mes pieds raclent le sol. Rêveuse. J’impulse seulement un léger mouvement du bassin, permettant à la balançoire de ne pas rester statique.
Mais
Le grand saut n’est pas encore arrivé.

Je me sens fatiguée. Lasse. Les cernes creusent les yeux comme des sillons.
Elles font partie de moi, depuis les années. Années de cauchemars et de démons.
Mais ça faisait longtemps qu’elles ne s’étaient plus creusées ainsi, qu’elles ne s’étaient plus rappelées à moi de cette façon.
Pour une fois
Ce n’est pas à cause de démons intérieurs.
Mais de deux adorables petits monstres qui ne font pas leurs nuits. Je les aime beaucoup. Mais parfois, je me surprends à compter : combien de jours encore avant que Leo ne les récupère ? Je soustrais, à mesure que le temps file, au un mois convenu au départ.
Nous devions nous occuper de Tim et Enzo un mois. Au moins. Et parfois, je compte les jours. Tout en sachant qu’au moment où il nous faudra nous défaire d’eux, je serai triste. Fou comme on peut rapidement s’attacher.

Criii criii
Encore
Au rythme de la lassitude qui gagne
La fatigue et, pourtant, la non-envie de dormir, esprit plus lucide que jamais. Je pourrais aller jusqu’au bout du monde. Ou presque. Etrange contradiction. Entre la fatigue du corps due aux nuits courtes et irrégulières. Et l’énergie qui alimente sans cesse les veines. Pulse dans le sang.
Tout à coup, une voix inconnue et particulièrement forte me sort de mon apathie.
Le balancement tout doux, discret, continue.
Mais l’esprit a cessé de s’envoler ailleurs. Il est revenu. A l’instant présent.
Criii criii

Semblant remarquer soudainement ma présence, l’inconnu, qui m’a l’air bien jeune, s’empresse de me rassurer quant aux propos tenus tout à l’heure.
Un de mes sourcils s’arque, surpris, interrogateur.
Il parle de licornes. C’est cool, les licornes. Mais moi non plus, je n’en ai jamais vues. Des Sombrals, oui. Enfin, un. On a cru que c’était le Elkönig et on a eu peur, Pius et moi. Puis en fait, c’était un Sombral. Ah, y’a aussi eu celui qu’a ramené Eb’ de je-ne-sais-où et qu’il a offert à Pius en cadeau de mariage. Mais pas de licornes dans ma liste.
Continuant mon léger balancement au rythme des crissements discrets, je réponds, d’un ton doux et évasif :

-Elles n’aiment pas trop les hommes. Elles préfèrent les présences féminines.

Petit haussement d’épaules. Je ne sais pas pourquoi. Mais c’est ainsi. Les licornes se laissent plus facilement approcher par les femmes que par les hommes.
Un regard pour mon interlocuteur. L’air de dire : c’est dommage.

-Mais ça veut pas dire que t’aies aucune chance. Ca sera peut-être juste plus compliqué.

Sourire en coin.
Ca me paraît tout naturel, ça. Il parle de licornes, je lui réplique ce que j’en sais. Sorcier ou Moldu, m’en fous, je ne fais pas la différence. On est tous des êtres humains. On mérite de savoir.

Revenir en haut Aller en bas
Enzo M. Aiken
Enzo M. Aiken
Serpentard
Serpentard
Spécialité(s) : Permis de Transplanage


Hyde Park Empty
Re: Hyde Park

Message par : Enzo M. Aiken, Sam 28 Juil 2018, 17:07


Enzo M. Aiken - Alec Z. Dmitriev
16 ans - Pv Kohane W. Underlinden.

Et je vagabonde de nuage en nuage à la recherche de la moindre petite lueur de fantaisie. Mon esprit, quant à lui, se perd parmi les étoiles. J’ai cette envie irrépressible d’envoyer le monde se faire mettre à milles années lumières d’ici. Cette folle envie de me mettre debout et de tourner sur moi – même jusqu’à en perdre l’équilibre.

- « … Si c’est le cas, elles sont bien trop sélectives …  »

Et là, je laisse mon idée saugrenue prendre le large dans ma tête. Pendant ce temps, je ne peux pas m’empêcher de sentir mon cœur battre le rythme dans mon corps. La mélodie de mon cœur me démange et ayant le rythme dans la peau, à la moindre symphonie de mes pensées, je m’émerveille devant mes propres réflexions. Les remarques de l’Inconnue m’amuse, mais ne me chagrine pas pour autant. Pour preuve, je dépose mon skate au sol avant de poser mes pieds dessus tout en restant assis en m’agrippant aux cordages.

- « … Surtout que je ne leurs veux aucun mal, j’voudrais juste voir de mes propres yeux qu’elles existent, puisque je suis du genre qu’à ne croire que ce que je vois aussi…  »

Sur ce regard qui en dit long, chacun de notre côté, je finis par me mettre debout en m’étirant lentement. Ensuite, je finis par croiser mes bras devant mon torse tout en prenant légèrement appuie contre le support qui maintient la balançoire debout. Et d’un doux sourire, j’accompagne ma question d’un ton plus chaleureux qu’à mes débuts, plus enjoué aussi.

- « … … Mmh, tu pourrais m’accompagner, si le cœur t’en dit… Qui sait, on s’amusera peut – être, durant notre périple ? …  »

Une simple question comme une autre, posée là parmi les autres qui se baladent dans ma tête déjà bien secouée par mes récentes activités. Par moment, je me dis qu’il faut que j’décroche plus souvent. À commencer par ce soir, c’est déjà bien qu’une personne ose répondre à mes idées folles, mais de là à y participer, ça serait une première pour moi. Qui sait, ça ne pourrait que me faire davantage de bien, plutôt que de penser à mes problèmes d’amnésies, après tout.

Revenir en haut Aller en bas
Arty Wildsmith
Arty Wildsmith
Modération RPGPoufsouffle
Modération RPG
Poufsouffle
Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Loup-Garou


Hyde Park Empty
Re: Hyde Park

Message par : Arty Wildsmith, Mar 23 Oct 2018, 22:08


Date night
Avec Mônsieur Soixante-Sept


C’était devenu comme une vieille pas très vieille habitude, de veiller si tard, comme trimbalé par l’insigne qui n’était plus le sien – en principe. Il avait refusé catégoriquement de le rendre, un nostalgique souvenir ou quelque chose comme ça. Mais alors qu’il n’était plus de son devoir de surveiller, fourrer son nez où bon lui semblait, il ne pouvait s’empêcher d’errer dans les lieux moldus ou sorciers, comme un tour de garde qu’il se bornait à ne jamais terminer. Pourtant ces premiers jours aux Trois Balais s’étaient déroulés merveilleusement, accueilli par Kohane à cœur ouvert, un simple avertissement de ne pas faire cramer l’établissement, les autres étaient des gentils petits étudiants, il s’habituerait rapidement aux missions gérantes qui étaient maintenant les siennes. Il débarquait le matin avec le sourire et ne le quittait pas de la journée, seulement lorsqu’il fermait les portes de la célèbre enseigne. La douce routine du bar manquait peut-être de pétillements chers à l’hyperactivité caractéristique du gamin ainsi qu’à ce besoin éternel qu’il avait de ne surtout surtout pas tourner en rond. Bien longtemps aussi qu’il ne s’était pas mêlé à une bagarre qui ne le regardait absolument pas voire qu’il n’en avait pas provoqué une. Mêmes les bleus qui ornaient habituellement son corps pâle se faisaient de plus en plus rares, quant aux égratignures qui avertissaient habituellement ses interlocuteurs de la personnalité belliqueuse du gamin, elles s’effaçaient doucement.

Pour cela qu’il flânait dans le célèbre parc londonien, à l’affût du moindre mouvement suspect ou pas du tout, de l’adrénaline à renifler pour pimenter sa soirée. Il avait déposé des cracs dans l’immensité verdoyante comme un touriste avide d’être témoin d’un quelque chose de palpitant. Dans l’obscurité, les moldus se contentaient de tourner la tête avant de hausser les épaules, ils n’avaient rien vu d’étrange semblait-il. Le Louveteau savait le risque qu’il prenait, s’en moquait éperdument, il ne devait plus rien désormais au Ministère qui l’avait lâchement relâché pour un incendie involontaire. Décidément, ça devenait récurrent.
Après avoir épinglé sa nostalgie sur une branche surélevée d’un arbre de charmante compagnie - c’est qu’il fallait éviter les gardes qui patrouillaient afin de vider le parc avant sa fermeture tardive imminente - le Wildsmith avait élu coin à lui le rebord de cette fontaine qui commençait à s’endormir. Il repense à la bien pauvre soirée venant de s’écouler. A peine un Quoi ? Kestu veux ? à un moldu imbécile, il n’avait pas eu la force de ponctuer son altercation d’un poing bien placé. Ridicule. Comme si ses belles années de malicieux provocant s’envolaient tout doucement. Il n’avait désormais que la compagnie des écureuils pas farouches pour le faire sourire. Peut-être qu’il avait fini par grandir.
Revenir en haut Aller en bas
En ligne
Mangemort 67
Mangemort 67
Chef des Mangemorts
Chef des Mangemorts
Spécialité(s) : Transplanage
Fourchelang


Hyde Park Empty
Re: Hyde Park

Message par : Mangemort 67, Mer 31 Oct 2018, 10:07


Depuis qu'Azaël avait lâché le nom de son ami, j'avais réfléchi à un moyen de l'aborder, l'approcher sans que cela ne se termine en duel. Mais Auror qu'il était, c'était assez évident que cela ne pouvait se finir autrement. Pourtant, je savais très bien qu'il suffisait de quelques mots bien placés pour que quiconque se détourne du Ministère. De manière définitive ou pas, cela m'importait peu tant que sur le court terme ils remplissaient leurs devoirs envers moi. Dans le pire des cas, ils quittaient le monde des vivants.

Mais pour Arty, c'était différent. Lié de près à mes plus proches serviteurs, cela semblait difficile de s'en débarrasser. Mais peut-être était-il temps pour lui de s'assurer que le Ministère était bien derrière lui et que la voie des Ombres pouvait lui être ouverte. Après tout, la famille Wildsmith mettait toujours un peu de temps avant de réaliser ses erreurs et revenir sur le droit chemin.

À veiller aussi tard, cela nous faisait un point commun. Cependant, je préférai les toits au parc. Pas le choix, donc de transplaner dans une des allées, entre les géants arbres qui ressemblaient à des monstres en cette nuit nuageuse. Baguette en main, masque sur le visage. On ne me voyait pas très bien dans cette pénombre.

- Mister Wildsmith, vous semblez bien mélancolique ce soir.

Avançant à sa rencontre, je garde quelques mètres entre nous. Je savais de quels tours il était capable même si celui auquel j'avais goûté n'était pas bien dangereux. Là, tout pouvait exploser d'un moment à l'autre selon son humeur. Les pyromanes et leur souci de la mesure.


Revenir en haut Aller en bas
Arty Wildsmith
Arty Wildsmith
Modération RPGPoufsouffle
Modération RPG
Poufsouffle
Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Loup-Garou


Hyde Park Empty
Re: Hyde Park

Message par : Arty Wildsmith, Mer 07 Nov 2018, 13:03


Les années l’avaient rendu ainsi, le flux sanguin adrenalitique continuel aussi, à se pavaner, sourire malicieusement, provoquer. Parce que c’est immédiatement ce que fait le gamin, processus rapide afin d’enfouir loin-profond la peur qui se tricotait à points serrés sous l’estomac. Ce n’était pas tous les soirs qu’on se retrouvait nez à masque avec le Seigneur des Ténèbres. Bien qu’il y a le traditionnel roulement d’yeux exaspéré, l’ennui de penser que mazette qu’avait il fait pour toujours plonger dans de telles situations ? Il en gonfle les joues avant que ses sourcils ne se froncent de perplexité, une brève pensée selon laquelle il avait déjà rencontré quelqu’un d’aussi grand. Mais la moue circonspecte est balayée par les mèches empressées, conscientes que le Louveteau ne devait pas tarder.
L’orgueil et la certitude qu’il ne pouvait rien lui arriver étaient en réalité un signe de maturité chez le Wildsmith qui avait mué, délaissé sa peau de chaton apeuré pour un épiderme de chair insolente. Une protection deux en un, avec comme atout d’horripiler les interlocuteurs. Alors sans attendre, les mots galopent sur la langue acérée d’arrogance pour cracher, qu’est-ce que ça peut t’foutre ? m*rde, qu'il pense, car ce n’est qu’après qu’il réfléchit. Tourne sa langue maudite dix huit fois et plisse le nez : grimace qui le fait réaliser son étourderie.

Tout de suite avaient aussi résonné les mots d’Azaël et d’Elly dans les oreilles bourdonnantes et confuses, confiés et chuchotés dans la nuit afin de, selon eux, le guider. Depuis, ça le turlupinait, il avait bien dû se rendre à l’évidence : ils avaient raison. Et il s’agissait là tout de même de celui à qui ils obéissaient, alors la mine figée il se lève, quitte l’assise de la fontaine pour se rendre compte que ses jambes tremblotaient, c’est qu’elles étaient conscientes, elles, de la dangerosité de la rencontre. Non mais j’veux dire, voilà, qu’est-ce que vous me voulez ? il déglutit légèrement, pour la forme, espérant vainement se rattraper, d’où la présence miraculeuse du vouvoiement. Il aurait pu tout aussi bien lui dire ne me mangez pas pardon pardon pardon, mais c’eût été avouer une idiote erreur et la mauvaise foi qui parcourait sa bouille d’enfant ne lui permettait pas. Les mains se joignent alors dans un triturement gêné, derrière le dos crispé par l’attente, anticipant comme il le pouvait le retour coriace du Ténébreux pour se préparer à l’éventualité d’une agression méritée.
Revenir en haut Aller en bas
En ligne
Mangemort 67
Mangemort 67
Chef des Mangemorts
Chef des Mangemorts
Spécialité(s) : Transplanage
Fourchelang


Hyde Park Empty
Re: Hyde Park

Message par : Mangemort 67, Ven 16 Nov 2018, 11:19


La réponse fuse et elle n'est pas sans rappeler celle d'un gamin insupportable que je connais.

Sont-ils donc fait de la même trempe ? Insolant et capricieux, défauts étouffant leur talent ? Il semblait bien.

Premier réflexe face à cette impertinence est de lever ma baguette en direction de son visage et ma langue prend position contre mes dents pour laisser sortir un léger: T-t-t-t qui exige du calme. Qui ne tarde pas à arriver.

- Voilà qui est mieux. Le respect vous permet toujours de rester en vie plus longtemps. Le temps de trouver une solution pour fuir. Provoquer les gens inutilement ne créera que des problèmes.

J'abaisse ma baguette en guise de bonne foi, pour l'instant du moins.

- Ce que je vous veux ? C'est bien vague comme question. Peut-être que c'est moi qui peux quelque chose pour vous ? Votre folie pyromane ne m'est pas inconnue, votre amour pour les flammes est venu danser jusqu'à mes oreilles. Quel bien étrange comportement pour un ancien Auror. Que s'est-il passé ? Avez-vous ouvert les yeux ?

Toujours immobile. J'attends. Une nouvelle âme prête à rejoindre les rangs. Une âme perdue, égarée ?

Revenir en haut Aller en bas
Arty Wildsmith
Arty Wildsmith
Modération RPGPoufsouffle
Modération RPG
Poufsouffle
Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Loup-Garou


Hyde Park Empty
Re: Hyde Park

Message par : Arty Wildsmith, Sam 17 Nov 2018, 11:54


Il tourne sa langue, l’emmêle, la mord, fort. Ça lui fait une drôle de tête, mais il n’a pas vraiment le choix. C’est que le gamin aurait bien des choses à répondre quant au respect, il veut lui dire, au Masqué Rouge, que c’est une valeur tellement rare sous ses boucles agitées qu’elle en devenait précieuse, que jamais il n’accorderait son respect comme distraction ou hypocrisie. Mais la baguette de l’autre est intimidante, et si son corps était recouvert de cicatrices, il tenait à garder sa bouille intacte – question de charme. Alors il fait bourdonner dans ses oreilles les recommandations d’Azaël. Etre sage, bien se comporter, ne pas donner de raisons d’être malmené. Et finalement, la seule réponse qu’il a à donner au Mangemort est un haussement d’épaules, il n’ose pas révéler que lui, les problèmes, il aimait ça. Ou alors c’est que ce principe Artyen était déjà connu de toutes et tous, supposément.
Il penche la tête légèrement, à l’écoute des paroles qui s’échappent de nouveau du Masque. Il en frissonne d’ailleurs, pas de peur, non, il est absolument ravi. Un mégalomane prend toujours beaucoup de plaisir à ce qu’on lui dise que sa réputation l’a précédé, qu’on avait entendu parler de lui. Ce sont ses rêves de grandeur qui pétillent à cet instant, lorsque le Seigneur des Ténèbres lui apprend que oui, son nom et ses actes ne lui étaient pas inconnus, c’est ce qu’il le fait bondir en arrière. L’Acrobate sautille sur le rebord de la fontaine, cette dernière serait la scène qui le verrait briller ce soir.  

Éclaircissement de gorge avant que les mains ne s’élèvent, figurantes d’un discours qu’il veut à la fois sérieux et convainquant. La pyromanie Mônsieur, pirouette salutaire de la tête, n’est pas preuve d’une appartenance à tel ou tel camp. J’aime brûler des choses, c’est tout. Son art n’est pas à prendre à la légère, c’était chose sérieuse qu’il se devait d’expliquer tout précisément. Par contre ! Elle peut être utilisée à bon escient – ou pas. Oui, vous avez bien vu, dans l'obscurité de la nuit, on peut distinguer le clin d'oeil de filou que le gamin lance, rempli de sous-entendus. Tu sais c’que j’aime le plus dans la pyromanie ? Et les explosions ? Ses pieds vagabondent sur la pierre froide, ne chipotent pas sur le mouvement qu’il veut donner à ses mots. Y’a pas de limites, j’fais c’que j’veux, j’suis libre. C’était là peut-être l’essence de la personnalité du Diablotin. La Liberté. Pour cela aussi que les mots du Corbeau avait trouvé nid douillet dans sa chevelure indisciplinée. Tu vois, moi. Arty dans toute sa splendeur, il ne s’arrête pas, il parle il gigote il parle il dansote il parle, se révèle. Il pense qu’il se trouve en face de la personne la plus à même à l’écouter, à le comprendre peut-être. Ou bien il est embrouillé, complètement, et confond le Seigneur des Ténèbres avec un conseiller, Ténébreux coach de vie. J’suis né-moldu. Il ne craint pas, assume son identité bâtarde pour les yeux intolérants des sangs-purs. Et avant de rencontrer la magie, j’ai toujours été un peu turbulent, explosif. Bien que cela n'avait pas du tout du tout évolué, mais passons. ET BOUM. Ses doigts miment l’explosion, la révélation. Quand j’ai eu ma baguette, j’ai su. Que c’était la magie qui grondait en moi, tu comprends ? Petite pause, regard jeté sur le Masqué Grand Dadais – c’est que même ainsi surélevé le Loupiot n’était pas forcément plus grand que son interlocuteur. Alors j’aime pas l’enfermer, ma magie. Parce que si j’l’enferme, j’suis pire – et c’est peu dire. C’était ça, sa conclusion, avant qu’il ne tique, c’était quoi ta question ?

Alors oui, pour une première rencontre, il omet de préciser son hyperactivité et son trouble explosif intermittent, même si en réalité, la première n’était pas si difficile à discerner, en le voyant ainsi perché.
Revenir en haut Aller en bas
En ligne
Contenu sponsorisé

Hyde Park Empty
Re: Hyde Park

Message par : Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas
Page 1 sur 2

 Hyde Park

Aller à la page : 1, 2  Suivant

Permission de ce forum:Vous pouvez 
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Harry Potter 2005 :: ~¤~ Londres ~¤~ :: Rues de Londres-

L'univers d'Harry Potter est la propriété de la Warner Bros ainsi que de J.K Rowling.
Tous droits réservés sur ce site ©Copyright HarryPotter2005.