AccueilPortailFAQPublications internesRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Harry Potter 2005 :: ~¤~ Londres ~¤~ :: Chemin de Traverse
Page 1 sur 3
Un commerce particulier
Aller à la page : 1, 2, 3  Suivant
Maître de jeu
avatar
PNJ
Arbitre neutre
Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Un commerce particulier

Message par : Maître de jeu, Dim 12 Nov 2017 - 1:04


Trop calme. Trop crasseux. Trop large. Trop carré. Trop chaleureux. Trop farfelu. Trop exotique. Trop assourdissant. Trop moderne. Trop exigu. Trop symétrique. Trop cher. Trop dynamique. Trop dur. Trop beuglant. Trop propre. Trop coloré. Trop sombre. Trop snob. Trop loufoque. Trop éparpillé. Trop circulaire. Trop grinçant. Trop étroit. Trop glissant. Trop droit. Trop froid. Trop rose. Trop primitif. Trop vaste. Trop oppressant. Trop bondé. Trop ancien. Trop lent. Trop vide. Trop strident. Trop collant. Trop insipide. Trop particulier.

Ce commerce avait quelque chose. Quelque chose de trop, qui vous dérangeait sitôt que vous y mettiez les pieds. Ou peut-être était-ce son staff, trop professionnel, trop avare, trop bavard, trop lent, trop familier, trop — Trop. C’était quelque chose qui, en même temps, le définissait. Quelque chose qui lui donnait son caractère. Peut-être même quelque chose qui ne vous empêcherait pas de revenir.
Revenir en haut Aller en bas
Mungo Gunn
avatar
Gryffondor
Gryffondor
Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Re: Un commerce particulier

Message par : Mungo Gunn, Dim 26 Nov 2017 - 3:19


RP avec Antho
______________


Y'a les planches qui craquent en dessous d'ses pieds. Mungo, il se demande pas si les planches peuvent se taire, il aime bien faire grincer par terre. Y'a quelque chose de sinistre qui accompagne sa démarche. C'est comme ça qu'un macchabée doit ramper. Avec les pattes qui geignent au niveau des articulations. Désarticulation. Dans le rayon des fruits, Mungo s'attarde sur une poire, il la regarde de travers, la tête tournée, le corps pas dans la même direction.
— J'peux vous aider ?
Y'a une femme qui le toise, Mungo il lève un sourcil.
— Nan, j'regarde, ça va...
— Ok, j'suis à la caisse. Si vous avez besoin de quelqu'chose, faut venir me voir.
— Hm.
L'endroit, il a une odeur de pourriture fruitée. C'est pas ce qui traîne sur les étalages qu'est pas frais, on dirait que ça vient d'au-dessus, du plafond. Mungo lève les yeux, le nez retroussé parce que ça sent pas bon. Un de ses ongles saigne, il l'a trop rongé. Du coin de l'œil, il croit voir arriver quelqu'un, quand il se retourne, y'a plus personne. Le labyrinthe, il se creuse, il a l'impression. Il sait pas trop pourquoi il a décidé de venir voir c'qui s'y vendait. Il enfonce les griffes de ses pattes mécaniques dans une orange. Les épluchures, il les fourre dans sa poche. Le jus, ça lui colle aux doigts. Mungo, il aime pas quand ça colle, il se dépêche de manger.
— Faudra payer ça, monsieur.
Mungo, il hausse les épaules. La boutique, elle est perdue dans un coin du Chemin de Traverse, c'est pas en volant une orange qu'il va finir en prison.
— C'pas monsieur, c'est Mr. Orange, madame.


Dernière édition par Mungo Gunn le Ven 1 Déc 2017 - 3:12, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas
Anthony Adams
avatar
DirectionPoufsouffle
Direction
Poufsouffle
Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Animagus : Husky
Manumagie (Niveau 1)


Re: Un commerce particulier

Message par : Anthony Adams, Dim 26 Nov 2017 - 12:52


Et ouais. Même les sorciers avaient besoin de faire les courses. Pas moyen de faire apparaitre le moindre petit hamburger ou même la moindre petite pomme. Les lois de Gamp qui leur interdisait. Du coup, logique, ils devaient se rendre dans un magasin où tout ça se vendait. Pas besoin d'aller dans un magasin sorcier pour ça. Les supermarchés moldus suffisaient amplement. Bref, il devait remplir son frigo. Anthony, c'était son nom, au cas où vous aviez pas vu, avait donc pris un caddy et avait entrepris ce long et pénible périple de faire les courses dans un magasin. Il y avait de tout dans ce genre d'endroit. Il y avait un magasin d'alimentaire et une galerie marchande. Le principe d'une galerie marchande était simple : Vous faire dépenser un maximum de sous en peu de temps. Vous faire cracher tout votre salaire durement gagné en moins de 2 heures. Un vrai défi. Ici une promotion, là une vente privée, là-bas un déstockage. Que des prix soi-disant alléchant pour le dernier sac à la mode, les dernières baskets ou même le dernier objet électronique qui vous permettait de faire le café tout en appelant votre arrière grande tante se trouvant sur Mars.

Bref, Anthony ne s'intéressait pas à ce genre de rayon. Il avait essayé un jour, d'acheter un ordi. Le machin avait finit par exploser dans ses mains à cause de la magie l'habitant. La magie et la technologie ne faisait pas bon ménage. Il l'avait découvert à ses dépens. Pourtant c'était 'achement cool ce genre de truc. On pouvait plonger dans un monde totalement virtuel, incarner un personnage qui vivait de grandes aventures. On pouvait réaliser des trucs qu'on ne ferait jamais dans la vraie vie. Les moldus avaient cette chance de faire de l'imaginaire quelque chose de presque réel. M'enfin, apparemment, c'était un plaisir interdit aux sorciers. Dommage.

Bref, il était au rayon fruits et légumes perdus dans ses rêves de jeu vidéal et de monde imaginaire palpable, dans un supermarché situé au chemin de Traverse. Un truc bien sorcier du coup. Comme ça, pas de tentation. Niveau fruits, c'était loin d'être la bonne saison. En été, on avait tout un tas de fruits trop cool, bien sucrés et avec du gout. En hiver, c'était loin d'être ça. Plus pale, moins juteux, moins joyeux. Comme la saison finalement. L'hiver, même s'il y avait de la neige, de la bonne humeur avec Noël. Antho trouvait toujours cette saison mélancolique. Les bruits qui sont étouffés par la neige, la neige qui dégringolait des toits, le temps maussade... Tout ça.

Bref, pourquoi avoir parlé d'un super marché moldu alors qu'il était dans un super marché sorcier ? Parce qu'il trouvait ce super marché sorcier... Glauque. Bizarre. Trop... Trop. Un truc. Pas assez peut-être. Autre chose. Oui voilà. C'est ça. Il y en avait trop. Puis c'était absent. Ça. Voilà. Vous voyez pas ? Tant pis. Anthony était donc au rayon fruits et légumes. Drôle d'odeur. Pour ça qu'il allait jamais dans ce magasin. Il préférait les magasins sorciers, c'était toujours bien soignés avec des normes d'hygiènes bien plus strictes. Il vit un type. Qu'il n'avait pas vu depuis un moment. A sa manière de parler, aucun doute, c'était lui. Anthony s'approcha donc de la voix.

- Salut Monsieur Orange, j'suis Monsieur Pomme, ça va ?

Oui, ça faisait plusieurs années qu'ils ne s'étaient pas vus. Mais, ce type, c'était... Vous verrez...
Revenir en haut Aller en bas
Mungo Gunn
avatar
Gryffondor
Gryffondor
Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Re: Un commerce particulier

Message par : Mungo Gunn, Dim 26 Nov 2017 - 21:48


L'orange collée sur ses doigts, elle y reste comme un pansement trop longtemps. Il mange le fruit en croquant dedans, y'a du jus de pulpe qui se case en dessous d'ses ongles, ça pique, parce qu'il les ronge, ça pique ça brûle, il siffle stridemment. Ses griffes de chien sale, il les plonge entre les épluchures et la chair, pelure en résidus. Y'a l'odeur de l'agrume qui pousse sur son nez. Y'a quelqu'un qui lui parle, il se retourne en essuyant avec sa manche la bave d'orange qui lui coule sul' menton. Y'a un gros sourire qui s'écrase dans sa face.
— Pomme de reinette ou pomme d'api ?
Il termine vite de manger son orange et essuie ses mains sur ses cuisses. Il donne trois grandes tapes dans le dos d'l'autre qu'il a pas vu depuis la fin d'l'école.
— Toi aussi tu viens voler des oranges ? Ou tu fais tes courses comme tout le monde ?
Le monde, il fait ses courses en choisissant les meilleures boîtes de pizza congelée qui puisse exister. Pendant c'temps-là, la chaire de poule, elle s'éclate sur les bras parce que les frigos, ils s'amusent à rendre tout trop froid. La caissière, elle leur jette un regard pas amusé du tout, mais elle se fiche de savoir combien d'orange Mungo va manger, elle en a marre de bosser, elle observe avec ses regards en coin. Mungo, il fouille dans l'étalage de fruits et lance une clémentine à Anthony.
— Attrape !
Il en prend trois dans ses mains et hésite à les lancer dans les airs.
— Dis, tu sais jongler, toi ?
Revenir en haut Aller en bas
Anthony Adams
avatar
DirectionPoufsouffle
Direction
Poufsouffle
Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Animagus : Husky
Manumagie (Niveau 1)


Re: Un commerce particulier

Message par : Anthony Adams, Mer 29 Nov 2017 - 2:02


Ce type c'était Mungo. Toujours le même. Un peu zarb. Il était en train tranquillement de bouffer une orange qu'il venait de piquer sur l'étale des fruits. Bien sûr sans payer. Et sans prendre la peine de ne pas foutre du jus partout. Il en avait partout. Aussi, quand il tapa le dos d'Anthony, ce dernier se douta qu'il avait une belle marque de jus d'orange dans le dos. De la taille d'une main, avec option trace de doigt. Magnifique. Heureusement qu'il avait finit sa journée de taff, sinon il aurait été bon pour aller se changer.

- Pomme de reinette ou pomme d'api ?

Et c'est donc là qu'eut lieu la fameuse accolade bien salissante à la mode Mungo.

- Toi aussi tu viens voler des oranges ? Ou tu fais tes courses comme tout le monde ?

Aaaah, ce moment où "Comme tout le monde" était presque une insulte dans la bouche, crade, de Gunn. D'ailleurs, avec l'âge, il avait ptet changer de nom. Non ? Ça aurait été Antho, il n'aurait pas gardé un tel prénom. "Mungo". Le pauvre sérieux. Ses parents devaient vraiment pas l'aime pour lui donner un tel prénom. Ou alors en mode "OOoouuuh, il est moche ! Mettons-lui un prénom moche !" Et voilà. Mungo est né. Hum. Nan sérieusement, heureusement qu'à Poudlard les parents rivalisaient "d'originalité" dans les prénoms de leurs gosses. M'enfin.

- Je viens faire deux-trois courses. Le minimum, j'aime pas trop trainer dans le coin. Et toi, qu'est-ce que tu fo*s à voler ?

Mungo avait le regard perdu en direction des caisses. Le proprio d'Olly regarda aussi dans cette direction et vit qu'une caissière les regardait avec un drôle d'air. En même temps Mungo n'avait pas fier allure. Anthony aperçut un mouvement venant de Mungo. Le temps de se tourner et la seule chose qu'il vit fut une boule orange foncer sur lui. Heureusement, les réflexes de Quidditch le sauvèrent et il put rattraper facilement la boule. Qui était en fait une mandarine. Du coup, celle-ci s'écrasa légèrement dans ses mains, faisant couler un peu de jus entre ses doigts. Le jus de mandarine avait cette capacité à... Repérer les micros plaies et vous piquer à mooooort pour vous signaler, qu'effectivement, vous aviez une plaie. Bref, il avait souvent des plaies à la main à cause de son métier. Du coup, ça piquait. Beaucoup. Il balança la mandarine prêt du visage de Mungo et sortit sa baguette pour se lancer un Recurvite sur les mains, histoire d'avoir les mains propres. Du coup, il s'était lancé un Recurvite par main. 'fin, vous avez compris le délire.

- Dis, tu sais jongler, toi ?

Anthony n'eut pas le temps de protester, que déjà Mungo était parti sur autre chose. Il avait trois clémentines dans les mains et semblait hésiter à jongler avec. L'attrapeur se saisit de trois pommes. Moins de risque de les écraser et répondit à Mungo

- Fiuw, ça fait longtemps que j'ai pas tenté !

Et il tenta. Il lança la première pomme, puis la deuxième, et avant que la première n'atteigne sa main, il balança la troisième. Et ainsi de suite. Pendant quelques instants, ça marcha. Il jonglait ! Et... Puis d'un coup. Il y eu un problème, il s'était désynchronisé. La deuxième atterrit avant la première. Catastrophe. Il balança la deuxième au loin pour essayer de récupérer en même temps la première, et finalement, la troisième tomba à ses pieds. La première elle, atterrit sur la tête d'une des caissières. Tandis qu'il avait réussit à sauver la deuxième in-extremis. Malheureusement la troisième, qui était tombée à terre, était sous les pieds d'Anthony. Et celui-ci fit un pas. Sur la pomme. Du coup. Une pomme étant ronde. Elle roula. Et lui aussi. Il roula. Par terre. Et il lâcha la pomme qu'il avait sauvé. Celle-ci atterrit sur une autre vendeuse qui trainait dans le coin, alors qu'Anthony se retrouva, sur le c*l. Oups. Fail.
Revenir en haut Aller en bas
Mungo Gunn
avatar
Gryffondor
Gryffondor
Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Re: Un commerce particulier

Message par : Mungo Gunn, Dim 17 Déc 2017 - 1:28


Anthony, il a l'air choqué de voir Mungo manger son orange en plein milieu du rayon. I' devrait pas dire que Mungo vole, parce que Mungo, i' va payer juste après, avant d'sortir du magasin. I' dit qu'i' vole juste pour faire peur.
— C'que j'fous ? J'donne l'impression à c'te charmante caissière que j'vole alors que j'vais payer.
I' hausse les épaules très haut, elles craquent un peu à l'intérieur. La clémentine que Mungo lui lance pour jongler, Antho la renvoie assez vite dans sa face. Mungo, il se baisse juste à temps : le fruit orange va s'éclater plus loin, aux pieds d'une cliente. Mungo lui fait un signe genre pour s'excuser face à sa tête pas aimable.
— C'était pas moi, c'était lui ! Il pointe Anthony du doigt.
Mais c'est pu l'temps de s'excuser, c'est l'heure de jongler. Mungo, il regarde c'que l'autre est capable de faire. Ça commence bien, pis ça finit en pétage de gueule à cause d'la pomme qu'a trouvé intelligent d'tomber par terre. Mungo i'est pris d'un fou rire qui s'arrête plus. I'est plié en deux à beugler d'rire comme un veau. Y'a que ça qui résonne dans l'magasin. Ça pis les « tsss » pas approbateur du tout de la caissière qui les aime pas tant qu'ça. Mungo, i'en a marre qu'elle la ramène, son rire se calme pis il va aider Antho à se relever.
— T'es vraiment pas très doué, t'aurais pu avoir genre une commotion ou ch'sais pas quoi. J'aurais été obligé d'te transporter dans mes bras jusqu'à l'hôpital.
Quand l'autre est debout, Mungo retourne devant les clémentines et prend les trois qu'il avait laissées là.
— Ok, à moi. I'en lance une dans les airs, deux, trois, elles tournent et retombent dans ses mains une à la fois, il en passe une en dessous d'son genou, il finit par les relancer dans le panier à clémentines avec grâce. Il s'applaudit lui-même et fait une courbette devant Anthony. I'a pas le temps d'prendre la parole, y'a un raclement de gorge qui vient l'interrompre. I se retourne et se retrouve nez à nez avec la caissière. I se retourne de l'autre côté, empoigne Anthony par le coude et le fait courir jusque dans un autre rayon pour semer le monstre.
— Ok, chuis sûr c'te bonne femme nous veut du mal, faut faire gaffe. Pis il se rend compte d'un truc.
— Fuck, on a oublié ton caddie !
Revenir en haut Aller en bas
Anthony Adams
avatar
DirectionPoufsouffle
Direction
Poufsouffle
Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Animagus : Husky
Manumagie (Niveau 1)


Re: Un commerce particulier

Message par : Anthony Adams, Ven 22 Déc 2017 - 18:00


L'orange qu'il avait renvoyé vers Mungo s'écrasa au pied de quelqu'un. Celui-ci ne se gêna pas pour dénoncer aisément son pote. Sympa la solidarité ! La solidarité, elle était pas super présente aussi quand Antho s'était cassé la g*eule. M'enfin, au bout de quelques secondes, il finit quand même par l'aider pour le relever. M'enfin c'était vite fait quoi. Disons qu'il lui avait tendu la main. Mais il aurait pu ne rien faire, ça aurait été pareil. M'enfin. Anthony était à nouveau debout.

- T'es vraiment pas très doué, t'aurais pu avoir genre une commotion ou ch'sais pas quoi. J'aurais été obligé d'te transporter dans mes bras jusqu'à l'hôpital.

Le propriétaire d'Olly ria. Il avait fait des chutes bien pires dans son sport, c'était pas une petite chute sur une pomme qui allait lui faire du mal. Il s'épousseta rapidement avant de répondre à Mungo.

- Parce que tu ferais mieux toi ?

Et finalement, il fit mieux. Ok, Antho était obligé d'admettre sa défaite. Sur ce coup, Mungo était plus doué que lui. Boarf, il pouvait bien concéder quelques trucs après tout. Il pouvait pas tout faire. Sinon ça serait pénible . Imaginez, qu'il sache tout faire. Qu'il n'ait plus rien à apprendre. Déprimant. Bref. Anthony regarda Mungo s'en sortir pas trop mal avec ses clémentines. Finalement, il finit son show en s'auto-applaudissant sous le regard amusé de l'attrapeur qui ne daigna pas l'applaudir. Après tout, il n'en avait que trois ! Pas de quoi en faire un plat. Héhéhé. Finalement, ils furent interrompus par une caissière qui était finalement venu les voir sans doute pour leur dire d'arrêter. Anthony faillit dire à la femme qu'il n'y avait absolument aucun souci et qu'ils allaient tout payer, mais il n'en eut pas le temps, puisque Mungo l'attira dans les rayons. L'ex Pouffy n'opposa pas grande résistance et se laissa trimballer dans les rayons, tous plus glauques et malaisants les uns des autres. Finalement, ils se retrouvèrent au rayon des couches culottes et autre accessoire pour bébés.

- Ok, chuis sûr c'te bonne femme nous veut du mal, faut faire gaffe. Fuck, on a oublié ton caddie !

Anthony haussa des épaules et sortit sa baguette pour lancer un simple accio. Par miracle le caddie évita tout le monde et tous les rayonnages. Il récupéra donc son caddie dans le plus grand des calmes.

- Tu sais, c'est normal qu'elle nous aime pas trop. On fout un peu la m*rde dans son magasin là. On paye et on sort ? J'aime vraiment pas ce lieu.

Il joignit le geste à la parole puisqu'il se rendit directement en caisse en signalant qu'il devait payer ce que Mungo avait bouffé. Il était gentil pour cette fois, mais il allait pas le faire à chaque fois. Faut pas déconner. Le jeune homme était donc à présent dehors, avec ses courses dans un sac de course tout ce qu'il y a de plus classique. Bref, il pouvait presque passer pour un type banal. Si oubliait Mungo qui lui collait au basque. Là c'était compliqué de dire que Mungo était un type banal quand même.

- Bon sinon, tu deviens quoi depuis le temps ?

Ils allaient peut-être bouger ailleurs que devant le commerce. Mais bon, en attendant de se décider, c'était une solution acceptable. Puis c'est toujours sympa de savoir ce que deviens ses anciens potes. Surtout quand on pouvait leur envoyer sa réussite à la g*eule avouons-le. C'était plaisant.

[RP abandonné, vous pouvez poster]
Revenir en haut Aller en bas
Artemis Lhow
avatar
Auror
Auror
Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Legilimens


Re: Un commerce particulier

Message par : Artemis Lhow, Mer 7 Fév 2018 - 23:29



Tour de Garde - Février


Message unique, sauf en cas de réponse.
Ouvert à tous ...


L'avantage des petites boutiques coincées entre les grosses échoppes, c'est que tout le monde passe devant sans même lui jeter un regard. Chacun à bien posé le regard une fois ou deux sur son enseigne et chacun connait le nom du magasin ... mais personne ne saurait dire si les produits sont de qualité ou si le patron est sympathique, car tout le monde s'en fou. Le monde est enfermé dans un cercle perpétuel d'habitudes et de fréquentations bien dessinées. Personne ne s’intéresse à ce qui sort de l'ordinaire, du quotidien, des habitudes.


Autrement formulé, c'est l'endroit idéal pour organiser des rencontres entre sorciers peu fréquentables, mais c'est aussi l'endroit idéal pour se terrer et observer ce qui se passe dans la rue. Les vitrines chargées et colorées piquent mes pauvres yeux et les couinement incessant des dizaines d'objets étranges qui m'entourent me tapent sérieusement sur les nerfs, mais je devrais m'y habituer. Le vendeur est plutôt sympathique ... quand il ouvre la bouche en tout cas. Enfin moi, ça m'arrange ! Manquerait plus qu'il vienne me taper la causette et je rentre ce soir avec une migraine !


A compter de la date de publication de ce message et jusqu'à la fin du mois en cours, le forum « Chemin de Traverse » est sous surveillance. Pour plus d'informations, consulter le sujet « Sécurité des Lieux Magiques »

Revenir en haut Aller en bas
Arnaud Meula
avatar
Ministère de la Magie
Ministère de la Magie
Spécialité(s) : Permis de Transplanage


Re: Un commerce particulier

Message par : Arnaud Meula, Lun 5 Mar 2018 - 16:34


La justice n'a pas de prix
RP avec Elly Wildsmith


Le chemin de traverse… plutôt un endroit agité ces temps-ci, les gens sont pressés, pas beaucoup de visage joyeux. Pourtant, quand Arnaud allait faire ses courses d’écoles, il était heureux et affichait clairement un sourire malgré sa timidité. Il était dans un commerce sans grande renommée, pas très chic, pas très… agréable en fait. À force de se perdre dans ses pensées, il en oubliait ce qu’il faisait ici. Ah oui ! Une petite liste de course qu’il avait dans sa main gauche lui rappela ce dont il avait besoin. Pas vraiment commun d’ailleurs, un p’tit sorcier qui fait ses p’tites courses dans un magasin de… mauvais goût.

‘Punaise, mais que ce magasin est pénible et horrible’ à mesure d’avancer cela n’avait rien d’intéressant pour Arnaud. Il n’avait toujours pas trouvé ce qu’il désirait et les vendeurs n’étaient pas d’une grande aide.

Quand soudain il vit une jeune sorcière à l’entrée du magasin la porte ouverte, dans un air assez maussade. La petite avait l’air d’avoir quelques soucis avec des sorciers plus vieux qu’elle. Arnaud fit donc semblant de ne pas être intéressé par cette histoire, il était suffisamment timide et ne voulait pas attirer l’attention pour si peu. Après tout ! Ce n’était pas son histoire, mais au fond de lui il sentait sa petite conscience lui dire ‘Qu’attends-tu pour agir ?’

« -Alors ? Tu n’as pas honte de fréquenter le chemin de traverse alors que tu n’es qu’une simple fille de moldus, tu devrais avoir honte de toi et de tes parents.» sorti l’un des garçons, probablement le plus âgé de la bande, la petite se sentie de plus en plus oppressé et des larmes commencèrent à couler.

Avec une petite sœur qu’il espérait protéger plus que tout au monde, Arnaud fut très vexé par cette remarque, malgré sa timidité il se devait d’agir ! C’était beaucoup trop méchant et dur pour la petite, il n’avait aucun droit de faire régner la justice et l’ordre, mais il senti un air courageux monter en lui, le plus grand des courages, celui de passer outre sa peur. Il se retourna donc et tout en s’approchant des garçons lança :

« -Vous n’avez donc aucune honte vous ?! J’imagine que vous êtes des sang-purs, je le suis également et le vrai sens de la pureté est d’accepter tout le monde, que ce soit les différences ou les difficultés des autres. Je ne vous permettrai jamais d’insulter qui que ce soit ainsi et surtout une fille plus jeune que vous ! » Il respira le temps d’une maigre réflexion dans sa tête.

«  -Vous n’avez donc aucun courage, à 4garçons contre une fille plus jeune que vous. Venez plutôt essayer de m’insulter moi. »

Il senti pousser des ailes dans son dos, ce n’était pas très sage et réfléchis comme décision, mais il adora la sensation d’intervenir ainsi et de dire ces mots. Était-ce peut-être un désir secret caché au fond de lui ? Ce qui serait en rapport avec son sens de la justice. Mettre ses idéologies de côté pour faire régner la justice et la loi.

« -Qu’est-ce que tu as le traitre à son sang ? Tu veux te battre avec nous ? Tu n’as aucune chance et ta morale tu peux te la mettre où je pense. »


Serait-ce donc ce qu’on appelle "se bruler les ailes en plein vol ?" cette sensation de perdre toutes crédibilités et d’avoir un sentiment de colère qui monte en soi.

‘Comment a-t ‘il osé insulter ma famille et moi-même ainsi ?! Je ne dois pas céder à la colère, je suis un Serdaigle, je ne vais quand même pas céder et commettre un acte irréfléchi !’ pensa très fort le jeune "héros".
Revenir en haut Aller en bas
Elly Wildsmith
avatar
Poufsouffle
Poufsouffle
Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Animagus (Renard de Magellan)
Legilimens


Re: Un commerce particulier

Message par : Elly Wildsmith, Lun 5 Mar 2018 - 18:00


Une simple balade sur le Chemin de Traverse. L’occasion d’y croiser quelques connaissances mais surtout d’y faire quelques emplettes. Tu aurais pu laisser cette tâche à Valor, l’elfe de la maison, mais tu avais décidée de sortir. Seule. Evitant le regard plein de culpabilité d’Evan. Parfois, dans les vitrines, tu cherchais cette tête blonde qui te renvoyait vers les souvenirs douloureux. Mais tu ne trouvais que ton reflet, brune comme avant, brune et cernée, abîmée par les duels et les combats. Abîmée par les souvenirs douloureux qui avait fait leurs retours, torturée par cette idée, qu’il avait choisie d’effacer ce que vous étiez, plutôt que de … discuter ?

Un soupir alors que tes pas t’amenait à une boutique à l’air étrange. Tu ne savais pas trop ce que tu allais y trouver, mais y’avait un petit quelque chose qui t’intriguait dans cet échoppe. Et qu’elle ne fut pas ta surprise en y retrouvant quelques amis, ou plutôt quelques collègues, habituellement croisés au Ministère, mais là, face à toi. Comme quoi même lorsque l’on veut fuir le Ministère, c’est lui qui vous rattrape. Tu fais bonne figure, sourit, hoche la tête quand on te dit « Oh cette nouvelle couleur te va à ravir ! ». Si seulement les gens pouvaient savoir, ce que signifiait ce changement, cette perte d’identité que tu voulais reconquérir. Ardemment.

Tu es occupée à écouter ta collègue geindre de ses conditions de boulot, de cette beuglante reçue par une sorcière mécontente, et ton esprit décroche, petit à petit. Non pas car c’était inintéressant. Non, juste que, là, à côté, semblait se dérouler une bien étrange scène. Une enfant – tu ne savais pas trop quel âge mais tu n’aurais pas dit plus de 8 ans en tout cas. Entouré d’un groupe d’enfant, plus âgés qu’elle, semblant s’en prendre à elle. Enfin, tu n’entendais rien, juste que les regards de l’enfant étaient sans équivoques, elle était apeurée. Et seule.

Tu gardais un regard sur la scène, alors que tes collègues prenaient congés. Tu te rapprochais donc du groupe qui s’était formé, ou plutôt qui s’était fermé sur l’enfant. En te rapprochant, pourtant, tu entends « Traître à ton sang » qui t’enflamme aussitôt. D’une part parce que tu n’avais jamais été partisane d’une suprématie des sang-purs, mais qu’en plus, cela faisait écho à ta propre vie. Au-delà de ça, tu ne tolérais pas cette vision de « moindre » mesure. Alors tu te rapproches, saisi un garçon par l’épaule « Oserais-tu dire que les capacités d’une née moldue ou d’une sang mêlée ne valent pas celle d’un sang-pour ? ». De ta vision du groupe, tu avais compris qu’un des garçons défendait l’enfant contre les autres. En voilà un qui n’avait pas peur. Le gamin saisit par l’épaule te répond d’un ton cinglant, qui agrandit le sourire narquois que tu portes sur le visage « Vous pouvez rien m’faire t’façon ».

Tes yeux roulent, se lèvent au ciel – ou plutôt au plafond de la boutique et un simple soupir se charge de ta réponse. N’avoir pas froid aux yeux, ne pas savoir faire preuve de courage, de jugeote, cela t’agaçait. Tes mains cherchaient dans la veste de ta cape, la carte du Ministère, que tu lui fiche sous le nez « T’en es certain ? ». Le sigle Auror brillait-il assez ou cela allait-il le faire partir plus loin encore ? Le gamin semble perdu, alors que l’un de ses potes souhaite le rassurer « Elle ne peut rien faire ». Au contraire gamin, au contraire. Tu te contentes de murmurer « Si vos parents vous avez bien élevés, vous ne seriez pas dans l’ignorance ! ». On ne gâche pas le sang sorcier. Tu te contentes de regarder la petite fille lui demandant « Tu vas bien ? » avant de reporter ton regard sur le jeune garçon qui semblait prendre sa défense « Et toi ? »

Revenir en haut Aller en bas
En ligne
Arnaud Meula
avatar
Ministère de la Magie
Ministère de la Magie
Spécialité(s) : Permis de Transplanage


Re: Un commerce particulier

Message par : Arnaud Meula, Lun 5 Mar 2018 - 19:36


« -Traître à ton sang » ce bout de phrase se répéta indéfiniment dans la tête d’Arnaud.

Pendant qu’il était encore à penser à tout cela et essayer de se calmer il aperçut alors une femme (adulte, surement une dizaine d’année de plus que lui) s’approchant de la scène. Elle semblait ne pas être dans une bonne humeur, ‘peut-être avions nous été trop bruyants ?’ pensa-t-il de suite.

« - Oserais-tu dire que les capacités d’une née moldue ou d’une sang mêlée ne valent pas celle d’un sang-pour ? »

Wow, ce fut la première phrase aussi fracassante qu’entendit Arnaud à propos des née moldue et sang-mêlée. Quelqu’un du même avis que lui ? Impossible, ce serait beaucoup trop beau.

« Vous pouvez rien m’faire t’façon »  Décidément, il ne manquait vraiment pas d’assurance le gamin. N’importe qui à sa place n’aurait jamais bronché, mais lui il décide de jouer la carte de la provocation. Drôle de choix.

De suite, la femme soupira comme agacée, elle sorti alors une plaque qu’elle colla au nez du rebelle et dit : « -T’en est certain ? »

Compliqué de décrire la plaque de si loin mais Arnaud comprit et il afficha une expression assez originale. Un peu comme un enfant découvrant son idole pour la première fois.

' - Une super-héros? Mais non… ça n’existe pas les héros, enfin… là c’est une aurore, en chair et en os devant moi qui fait la morale à des gamins qui embêtaient une jeune fille sans défense. C'est un modèle! '

Beaucoup de pensées envahissaient l’esprit d’Arnaud, c’était assez compliqué de tout trier à une telle vitesse. Une aurore ? Un modèle d’exemple pour lui ? Qu’allait ’il arriver à Arnaud ? Peut-être que la femme allait le prendre pour un de ses voyous ?

Il revint vite à ses esprits quand la femme le regarda :

« - Et toi ? »

« -Oui oui, je vous remercie, je vais très bien, j’étais en train de faire mes courses quand j’ai vu cette bande d’ignorants embêter cette petite fille. L’idée de la défendre m’est de suite venue et nous voici ici. » Il sorti cette phrase assez normalement, que se passait ’il ? D’habitude si timide et qui plus est devant une figure de la justice, il arrive à parler normalement et garder son calme. La confiance prenait petit à petit le pas sur Arnaud.

Cependant, il ne fallait pas oublier quelque chose d’important !

« -Je vous remercie par ailleurs d’être venue, je ne pensais pas être capable de défendre cette fille assez longtemps tout seul, ses garçons ont l’air un peu énervé envers moi, car je refuse de soutenir leurs idioties alors que je suis sang-pur également, je déteste ce genre d’attitude. »


Il en avait peut-être trop dit… mais au moins il avait été franc ! Quant aux garçons, ils semblaient assez effrayés et essayaient de se rassurer eux-mêmes. Peut-être comprirent ’ils la leçon? Non, impossible, ce genre de personne ne change jamais.
Revenir en haut Aller en bas
Elly Wildsmith
avatar
Poufsouffle
Poufsouffle
Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Animagus (Renard de Magellan)
Legilimens


Re: Un commerce particulier

Message par : Elly Wildsmith, Sam 10 Mar 2018 - 0:31


Voir ainsi le petit groupe formé te faisait penser à tes années d’études à Beauxbâtons, où l’éducation était plus … comment dire ? Difficile, non, pas vraiment. Mais chacun avait à cœur des valeurs qui, visiblement, semblait échapper à quelques étudiants de Poudlard. C’est sur cette réflexion de ton esprit que tu écoutais la réponse du jeune garçon. Il avait du cran, ce n’était pas rien de se mettre entre un groupe d’individu et une victime. C’était un peu David contre Goliath et choisir le camp qui est supposé s’en tirer moins bien. Pari risqué, notamment pour lui, il ne savait pas, après tout qui était les jeunes garçons ou ce qu’ils auraient été prêts à lui faire si tu n’étais pas intervenus.

L’enfant répond après le jeune homme, avant que tu n’es eu le temps de dire la moindre chose. Et ses parents arrivent, complétement catastrophés qu’elle se soit ainsi perdue au sein du Chemin. Cela te fait sourire alors que tu les rassure. Tout va bien, pas de souci … Les phrases habituelles, même si tu te targuerais bien d’un « Je serais vous, je ferais quand même vachement plus attention à mon enfant ». Mais tu te contentes de sourire. Alors que l’enfant s’éloigne tout en faisant un signe de la main à ton attention, et à celle de son mini-sauveur.

Finalement, tu te retournes vers lui, le regarde. Le jauge peut-être un peu. Avant de dire, tranquillement « Tu sais, peu d’élève aurait pris le parti de cette enfant ». C’était la vérité, la triste vérité. « Tu aurais pu être blessé à ton tour, comment aurais-tu fait alors ? » Question intéressante, mais la réponse promettait de l’être plus encore. Et puis, les autres gamins, eux, en avaient profités pour filer, la tête bien basse.

Revenir en haut Aller en bas
En ligne
Arnaud Meula
avatar
Ministère de la Magie
Ministère de la Magie
Spécialité(s) : Permis de Transplanage


Re: Un commerce particulier

Message par : Arnaud Meula, Jeu 15 Mar 2018 - 1:04


A peine Arnaud finit que l’enfant répondit également à la dame, ses parents arrivaient ensuite et ils repartirent avec (Quelle drôle d’idée de laisser son enfant seul ainsi aussi ! Jamais les parents d’Arnaud ne se seraient permis une telle chose). L’enfant fit un petit signe de la main en direction d’Arnaud et de sa sauveuse. C’était mignon à cet âge-là, il ne restait plus qu’à espérer que les parents avaient compris la leçon de surveiller un peu plus l’enfant la prochaine fois !

L’auror qui était comme un super-héros pour Arnaud se retourna et dit :

« Tu sais, peu d’élève aurait pris le parti de cette enfant. Tu aurais pu être blessé à ton tour, comment aurais-tu fait alors ? »

« -Et bien, pour être franc, au début j’essayais d’ignorer le problème, mais je ne pouvais pas supporter la scène plus longtemps, et quand ils ont commencé à insulter la petite sur ses origines de sang, cela m’a mis dans une grande colère. » Ajouta Arnaud avant de continuer encore un peu intimidé.

« -Si les garçons voulaient en découdre, je pense que je ne me serai pas laissé faire, même s’ils étaient nombreux, mais malgré cela, je ne veux en aucun cas franchir la loi en utilisant la magie en dehors de mon école. Je suis très droit vis-à-vis de la loi et de l’égalité entre chacun, je ne supporte pas la discrimination entre les différents sangs sorciers. Étant moi-même un sang-pur. »


Pendant qu’il racontait ceci, les autres gamins en profitèrent pour filer discrètement, la tête basse et ils ne risquaient pas de recommencer de sitôt ! Enfin Arnaud l’espérait vraiment au fond de lui.

Cependant, en racontant tout cela, il ne peut s’empêcher de réfléchir à quelque chose. Il a beau être jeune, il ne se contrôle pas et n’est pas très mature. De plus, il commençait à devenir assez émotif et proche d’amis de sa maison à Poudlard. Son avenir allait surement être compromit à cause de tout cela. Peut-être que cette rencontre était finalement le destin ? Peut-être que la sauveuse d’Arnaud allait lui apprendre quelque chose qui l’aiderait dans sa vie quotidienne ?

Peu à peu, les émotions retombèrent et Arnaud reprit une respiration assez calme.
Revenir en haut Aller en bas
Elly Wildsmith
avatar
Poufsouffle
Poufsouffle
Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Animagus (Renard de Magellan)
Legilimens


Re: Un commerce particulier

Message par : Elly Wildsmith, Dim 18 Mar 2018 - 14:48


Tu sens dans la voix du gamin qu’il n’était pas des plus sereins face au groupe de gamin. Comment lui en vouloir ? Après tout, il faisait face à un groupe de sorcier à peine plus âgés que lui, et visiblement destiné à en découdre quant aux origines de l’enfant. Tu ne le coupais pas dans ses explications, tu le laissais se départir de ce fardeau qui semblait lui emprisonner les épaules. Il te dit être sang-pur et tu souris. Tu ne comprenais pas l’intérêt des castes sorcières : en quoi un sang-pur était-il plus performant qu’un né-moldu ? Parfois, la soif d’apprentissage des seconds les faisait se dépasser. Contrairement aux sangs-purs qui avaient tendance à se reposer sur les lauriers d’une famille à la lignée pure et pour laquelle tout était un dû.

Tu laisses échapper un sifflement entre tes dents, alors que tu arbores un sourire comme pour rassurer le jeune homme avant de lui dire « Tu sais, je trouve ça très courageux de ta part de t’être imposé ainsi, en dépit du fait que tu sois sang-pur ou non ». Il aurait pu choisir de se mettre dans le groupe d’agresseur et il n’en avait rien fait.

Les regards autour de vous semblaient plus étranges, comme si c’était bizarre de voir une auror et un élève en pleine discussion philosophique sur la discrimination par le sang. « Concernant l’égalité, je dirais que ce n’est pas trop le souci, mais plutôt l’équité. Comment peut-on partir d’un principe d’égalité sachant que tout le monde n’a pas les mêmes moyens ? N’a pas le même passif ? ». C’était peut-être un peu compliqué à comprendre comme raisonnement, et peut-être que le jeune garçon était un peu trop jeune pour comprendre. Alors tu restais là, attendant sa réaction.
Revenir en haut Aller en bas
En ligne
Arnaud Meula
avatar
Ministère de la Magie
Ministère de la Magie
Spécialité(s) : Permis de Transplanage


Re: Un commerce particulier

Message par : Arnaud Meula, Sam 7 Avr 2018 - 0:37


Du retard? Moi? Comment ça? Jamais :mm:

La sauveuse était parfaitement pédagogue avec Arnaud, elle l'écouta et garda un sourire pour lui montrer son attention et pour ne pas le déconcentrer pendant ses explications. Elle dit alors comme une phrase qui fit chaud au cœur d'Arnaud, surtout venant de la chef des aurors. Elle posa ensuite une question très philosophique, mais intéressant pour avoir le point de vue d'Arnaud.

'Comment peut-on partir d'un principe d'égalité sachant que tout le monde n'a pas les mêmes moyens, ni le même passif?

C'était assez complexe, mais grâce à cette question il put réfléchir à sa cause et son envie de faire la justice.

Même si tout le monde n'a pas les moyens, je pense justement que ce n'est pas une bonne chose de rabaisser d'autres personnes ou leur enlever des droits et des accès. Comme retirer l'accès et l'usage de la magie à des née-moldus par exemple. Je sais également que certains n'ont pas le même passif et c'est parfois compliqué pour eux, mais en effet, je pense que pour partir sur une base d'égalité, il faut une équité parfaite, de bonnes mentalités et du partage.

Cela faisait un peu rêveur, le monde n'était pas parfait, aucun sorcier n'était parfait et irréprochable. Mais si chacun apportait un effort et une pierre à l'édifice, peut-être que ce monde parfait serait déjà à portée de main. C'était pour cette cause qu'Arnaud voulait se battre, une égalité ainsi qu'une équité parfaite dans le monde des sorciers. Malheureusement il ne fallait pas être trop rêveur. La femme qui était chef des aurors a dû voir beaucoup de choses dans sa vie et vivre pas mal d'expériences qui prouvent le contraire de son rêve.


Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé

Re: Un commerce particulier

Message par : Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas
Page 1 sur 3

 Un commerce particulier

Aller à la page : 1, 2, 3  Suivant

Permission de ce forum:Vous pouvez 
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Harry Potter 2005 :: ~¤~ Londres ~¤~ :: Chemin de Traverse-

L'univers d'Harry Potter est la propriété de la Warner Bros ainsi que de J.K Rowling.
Tous droits réservés sur ce site ©Copyright HarryPotter2005. Affichage optimisé sous Firefox.