AccueilPortailPublications internesRechercherS'enregistrerConnexion
-25%
Le deal à ne pas rater :
APPLE Écouteurs sans fil AirPods 2
135 € 179 €
Voir le deal

Harry Potter 2005 :: ~¤~ Londres ~¤~ :: Chemin de Traverse
Page 2 sur 4
Un commerce particulier
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4  Suivant
Arnaud Meula
Serdaigle
Serdaigle

Un commerce particulier - Page 2 Empty
Re: Un commerce particulier
Arnaud Meula, le  Sam 7 Avr - 0:37

Du retard? Moi? Comment ça? Jamais :mm:

La sauveuse était parfaitement pédagogue avec Arnaud, elle l'écouta et garda un sourire pour lui montrer son attention et pour ne pas le déconcentrer pendant ses explications. Elle dit alors comme une phrase qui fit chaud au cœur d'Arnaud, surtout venant de la chef des aurors. Elle posa ensuite une question très philosophique, mais intéressant pour avoir le point de vue d'Arnaud.

'Comment peut-on partir d'un principe d'égalité sachant que tout le monde n'a pas les mêmes moyens, ni le même passif?

C'était assez complexe, mais grâce à cette question il put réfléchir à sa cause et son envie de faire la justice.

Même si tout le monde n'a pas les moyens, je pense justement que ce n'est pas une bonne chose de rabaisser d'autres personnes ou leur enlever des droits et des accès. Comme retirer l'accès et l'usage de la magie à des née-moldus par exemple. Je sais également que certains n'ont pas le même passif et c'est parfois compliqué pour eux, mais en effet, je pense que pour partir sur une base d'égalité, il faut une équité parfaite, de bonnes mentalités et du partage.

Cela faisait un peu rêveur, le monde n'était pas parfait, aucun sorcier n'était parfait et irréprochable. Mais si chacun apportait un effort et une pierre à l'édifice, peut-être que ce monde parfait serait déjà à portée de main. C'était pour cette cause qu'Arnaud voulait se battre, une égalité ainsi qu'une équité parfaite dans le monde des sorciers. Malheureusement il ne fallait pas être trop rêveur. La femme qui était chef des aurors a dû voir beaucoup de choses dans sa vie et vivre pas mal d'expériences qui prouvent le contraire de son rêve.


Invité
Anonymous
Invité

Un commerce particulier - Page 2 Empty
Re: Un commerce particulier
Invité, le  Dim 8 Avr - 23:45

Une question pas évidente à laquelle le gamin s’attacha à répondre – pour ton plus grand bonheur. Tu préférais en effet les personnes qui aimaient la discussion, les échanges d’argumentation, plutôt que celles qui se fermaient instantanément dès lors que quelque chose qui ne leur convenait pas était dite. Ce n’était pas le cas du jeune garçon qui partit dans une explication qui te semblait complète malgré son jeune âge.

Preuve en était – s’il en fallait encore une – que l’âge n’empêchait pas de réfléchir correctement. Malgré tout, tu étais épuisée, lassée de répéter les mêmes choses – le gamin était utopiste, cela ne faisait aucun doute. Mais tu n’avais pas le cœur à briser ses espoirs aujourd’hui. Ce qu’il croyait juste devait l’être. Chaque âge suffit sa peine et l’apprentissage de la vie fait le reste, insidieusement.

« Je vais devoir te laisser, mais j’ai beaucoup apprécié cette rencontre ». C’était la vérité, même si le groupe de jeunes garçons t’avait donné quelques sueurs froides. Néanmoins, l’échange qui avait suivi en valait la peine. « Bonne journée ! » et tu t’éclipsais discrètement, non sans saluer le gamin une dernière fois.

- Départ d'Elly -

Esteban R. Lefebvre
Esteban R. Lefebvre
Serdaigle
Serdaigle
Année à Poudlard : Diplômé(e)

Matière optionnelle : Étude des moldus

Spécialité(s) : Métamorphomage


Un commerce particulier - Page 2 Empty
Re: Un commerce particulier
Esteban R. Lefebvre, le  Jeu 19 Avr - 19:13

Pv Élius
Italique : Pensées "des autres facettes" d''Esteban.
Silwen, Rory, Hywel

C'est bien. Tu ne ressemble plus à une brindille. - Soit un peu gentil Sil'... Esteban a des abdominaux maintenant. - C'était un compliment au cas où tu n'aurais pas pigé ! - Oui mais tu- - Hey ! 'Faites pas comme si je n'étais pas là ! Pas besoin de me complimenter, je sais que je suis magnifique ! - Esteban ! Je veux des bonbons !

Avec beaucoup de difficulté, Apollon-Des-Temps-Modernes décroche son regard de son reflet envoûtant. Plus d'un quart d'heure qu'il se contemple comme une oeuvre d'art devant cette vitrine. Cela a toujours le don de le rendre de bonne humeur ! Comme mues par une volonté propre, ses jambes le conduisent dans un commerce très... atypique. Une fois à l'intérieur, il se baisse précipitamment sous l'attaque d'une pomme de terre qui finit sa course aplatie sur un mur.

Bon d'accord. Prudemment, il se dirige vers le rayon sucreries et entame une dégustation bien méritée en enfournant les gourmandises dans sa bouche avide de sucres. Boarf. Il payera plus tard. Espérant que l'homme bizarre tiré à quatre épingles mais étonnamment débraillé ne le chasse pas à coups de pied aux fesses.

Quelques minutes plus tard, le jeune homme est assis -ou plutôt avachi- sur un banc qui n'a décidément pas sa place dans ce lieu. M'enfin. Pas grave.

Mouhahahaha ! Hihi c'est trop drôleuh ! - QUOI ?! Je ne vois pas ce qu'il y a de drôle dans le fait que ma femme soit infidèle ! Irrité au possible, l'homme avec qui Esteban a engagé la conversation comme s'ils étaient amis se lève puis se détourne d'un pas rageur. - Hey ! Noooon... 'Partez pas M'sieur ! C'est juste que je suis euphorique okay ? Vous voyez j'suis hyperactif et les bonbons me rendent tout chose héhé héhé hé ! L'homme considère la main halée qui tire sur son polo et pose ses yeux sur le tocard qui ne connait pas la définition du mot "tenue" : Vêtu d'un simple pantalon en lin, torse nu et chaussé de tropéziennes.

Guilleret, Esteban continue leur conversation comme s'il n'y avait eu aucune interruption. Il parle de tout, au milieu des Sorciers et Sorcières qui vont et viennent, des odeurs et senteurs variées, des paroles incongrues et surtout dans ce commerce trop... hum... Trop tout et pas assez. La question de son interlocuteur le fait écarquiller les yeux.

Avez-vous des enfants ? Quoiiiiiii ?! Euh... Oui ? Oui, oui ! - T'es tombé sur la tête ou quoi ? - J'ai deux filles. Elles sont grandes maintenant. Alors des filles ? Des garçons ? Les deux ? C'est un interrogatoire ma parole ! - Deux filles et euh deux garçons. Et d'autres qui sont au milieu. Regard consterné de l'homme suivi d'une moue perplexe d'Esteban. Lui non plus ne croit pas ce qu'il dit. Il essaie malgré tout de se rattraper : - Ah, d'ailleurs je suis venu avec l'un d'eux. Un garçon. Mon fils ! - Oh ? Et où est-il ? ... Mince. Merdouille. - Esteban tête de truffe ! Va te pendre maintenant ! Sinon je te tue ! - Non ! Ne l'écoute pas.

Le Français est vraiment dans la mouise là. Rire nerveux. Regard qui circule partout dans la salle, affolé. Soudain, les yeux vairons tombent sur un jeunot. Il s'empresse de le désigner auprès de l'homme. Surexcité. Vivement, il saute sur ses pieds, débute une course folle vers l'adolescent, le tire fermement derrière lui et le plante comme un piquet devant l'homme avec une fierté non contenue. - Le voilà ! L'est beau hein ?! Comme son papa !
Élius Askin
Élius Askin
DirectionSerpentard
Direction
Serpentard
Année à Poudlard : Diplômé(e)

Matière optionnelle : Divination

Spécialité(s) : Métamorphomage


Un commerce particulier - Page 2 Empty
Re: Un commerce particulier
Élius Askin, le  Lun 23 Avr - 23:24





Sur celle-ci au fond vert d'eau, une mésange couvant trois œufs d'or. En regardant bien, l'un d'eux, tremblant et traversé d'une fissure, est en train d'éclore. Du bout d'un index envieux, je suis la fine couture mentholée jusqu'au bas de la manche, y découvre une paire de gros boutons recouverts de tissu turquoise. Je veux ! suivi d'un gloussement que ma main ne tente même pas de retenir, occupée à rabattre mes boucles sombres en arrière. Future veste sur le bras, j'faufile mes Supra raisin-pistache jusqu'au prochain article qui m'attire : une énorme sucette aux spirales multicolores. Mes yeux ronds comme deux boursouflets reflètent la sucrerie déjà entre mes doigts. Babines béantes, et joues débordantes de salive, je m'apprête à la lécher lorsqu'elle s'éloigne soudainement - Hé !


Devant moi, un homme - que je ne reconnais pas tout de suite - m'attire, allonge sa foulée sur le sol, parfois en pierre, parfois en fourrure, de l'établissement. Enfin, il s'arrête juste en dessous d'un lustre composé d'une dizaine de sphères en verre dans lesquelles tournoient des pitiponks captifs et m'avance devant un autre inconnu. Une voix à l'accent français et à l'allocution inimitable reconnue et trois secondes suffisent à mon inné talent de comédien pour s'exprimer. Voici qu'un de mes anciens professeurs me fait passer pour son fils prodige. Petit blocage sur le torse nu de l'esthète avant que mon sourire ne s’agrandisse. L'impro, j'aime ça. Voir bafouiller le gars au polo, visiblement gêné, en face de nous, encore plus. Mes jambes écossaises se décontractent, l'une devant l'autre, annoncent le départ d'un nouvel acte. Petite léchouille sur le bonbon arc-en-ciel avant de finalement l'enfourner dans ma bouche pour poursuivre la scène :


— Ch'm'appelle Éliuch M'chieu ! et une poignée de main qui va s'essuyer dans mon t-shirt juste après. Puis je retire la friandise de mes lèvres brillantes en levant mon autre bras. Jersey traditionnel que je lance en rapprochant le vêtement de ma joue rosie par l'excitation du spectacle. Disposé à aller plus loin dans le jeu, je caresse ton épaule avec le tissu en pinçant ma bouche. C'est doux hein ? J'vais la prendre !
Esteban R. Lefebvre
Esteban R. Lefebvre
Serdaigle
Serdaigle
Année à Poudlard : Diplômé(e)

Matière optionnelle : Étude des moldus

Spécialité(s) : Métamorphomage


Un commerce particulier - Page 2 Empty
Re: Un commerce particulier
Esteban R. Lefebvre, le  Mar 24 Avr - 17:59

Vraiment, Esteban ne comprend pas. M'enfin, le gosse improvise bien, un peu trop même, donnant à la scène un soupçon d'ironie. Son sourcil arqué reste en place tandis qu'il affiche un air très concerné. Au milieu du spectacle, il ne peut que constater le changement d’attitude de l'homme. Mi-figue, mi-raison. Le regard bichrome louche sur le bonbon savoureux. Mais bien vite, le jeune homme se détourne. Résiste ! Les sucreries sont à consommer avec... modération.

Frissons d'horreur. Les poils sur son corps s'hérissent alors qu'une main entre en contact avec sa peau parfaite. Glups ! Il manque de s'étouffer avec sa propre salive et laisse son fils se plaire dans le jeu initié par lui. Parodie. - N'est-il pas adorable ? - Adorable, non. Sale, oui !

Que ? Voilà qu'il s'intéresse réellement à la personne kidnappée. Son identité laisse planer la nostalgie au dessus de son étonnement. Askin. C'est son nom. Un élève qu'il évitait comme la peste à Poudlard pendant le temps où il officiait encore comme professeur d'Etude des Moldus. Ce gosse a le don de le faire complexer ! Leur ressemblance est bien trop flagrante. Aussi, un être tel que lui -majestueux- ne peut s'abaisser à ressentir de tels sentiments négatifs d'infériorité !

Au fait, c'est quoi son nom déjà ? Pourquoi lui pose-t-il la question et darde sur lui un regard suspicieux ? Serait-ce un test ? Sourire sardonique mais indéniablement innocent tandis que le corps se tortille adorablement et qu'une main légère se pose sur la tête de son supposé fils. - Oulala ! Mémoire de poisson rouge. Il s'appelle... euh Éliuch ! - Je ne pense pas non... Si. Si. Retour sur le gosse. Yeux pétillants de malice. Soudain, les cheveux sont roses fluo, le corps s'anime puis tourne sur lui-même.
Élius Askin
Élius Askin
DirectionSerpentard
Direction
Serpentard
Année à Poudlard : Diplômé(e)

Matière optionnelle : Divination

Spécialité(s) : Métamorphomage


Un commerce particulier - Page 2 Empty
Re: Un commerce particulier
Élius Askin, le  Ven 27 Avr - 17:30





Les bandes de sucre jaunes et vertes s'enroulent à l'extrémité du bâton niché dans ma main. Parfums de printemps ; cidre et probablement snargalouf, ou autre chose de végétal. D'un bourgeon de langue gourmand, je sillonne la spirale en dégustant l'échange. Avisant la diction arénacée de mon nouveau géniteur, au rythme de quelques déglutitions sirupeuses, mes yeux rieurs passent de l'un à l'autre des protagonistes. Amusé par l'agacement du badaud, je ne peux que saluer sa réaction. Sale, peut être, mais toujours avec élégance M'sieur. Et une révérence silencieuse pendant que Papa semble figé sur la question du prénom. Plus loin, la toile tissée d'une femelle dirico suivie de sa portée attire un instant mon regard avant qu'un contact sur ma tête le ramène vers toi. Veste toujours sur le bras, impossible de retenir mon éclat de joie quand tes cheveux pirouettent jusqu'au rose. Un élan qui me fait remonter sur scène, avec la volonté de fermer son clapet à l'autre lourdaud. Sucette à nouveau en bouche, je reprends la réplique :


— Ch'il vous a dit Éliuch, ch'est qu'ch'est Éliuch M'chieu ! Et le bonbon qui s'engouffre tout droit dans le gosier de l’époumoné inconnu. Eurk - en retirant le bout de mes doigts précieux. Son visage rond n'en fini pas de fulminer tandis que le mien s'illumine d'un rire incontrôlable. Désormais libre de mes mouvement, je passe la veste avant d'entamer un défilé dans les allées de luminaires. Démarche souple, posture étirée, menton droit ; les heures de danse sont bien là. N'empêche, en y pensant, j'aurais aimé avoir un père métamorphomage. Déjà parce que ça à un goût de spectacle perpétuel. Ensuite, parce que ça m'aurait donné une chance d'en être un.
Esteban R. Lefebvre
Esteban R. Lefebvre
Serdaigle
Serdaigle
Année à Poudlard : Diplômé(e)

Matière optionnelle : Étude des moldus

Spécialité(s) : Métamorphomage


Un commerce particulier - Page 2 Empty
Re: Un commerce particulier
Esteban R. Lefebvre, le  Sam 5 Mai - 22:26

C'est la toupie. Tourne. Tourne. Toujours un peu plus vite et découvrir l’environnement hypnotique à vive allure. Enfin, se stabiliser, mais l'équilibre reste précaire. Bizarre... La terre tourne maintenant. Oups. Il vient d'écraser le pied de quelqu'un là. Pardon ! Sourire enfantin et visage candide dirigés vers la victime de sa maladresse. Le sourire se fige à mi-chemin de sa trajectoire habituelle quand Esteban remarque les traits de l'homme. Sûr que s'il pouvait tuer d'un simple regard il serait déjà mort !

Mais euh... Il n'a pas fait exprès ! À la limite de verser une quantité considérable de larmes, l'esthète se baisse en signe de pardon attendant la sentence irrévocable. Mais soudain, les yeux bichromes suspendent leur mouvement sur la bouche sucrée. Oh le bougre ! Comment a-t-il osé voler le bonbon de son fiston ?! Irrité et outré, sa main halée se lève dans l'optique de s'abattre ensuite brutalement sur la tête broussailleuse du voleur. C'est précisément à cet instant qu'il constate que son fils a disparu. Pouf. Envolé. Enfin, pas vraiment. Le petiot a débuté une sorte de... défilé ? Boarf il n'en sait rien. Mais toujours est-il qu'il le rejoint et lui dit qu'il a une classe d'enfer.

Un cri peu viril s’échappe de ses lèvres purpurines tandis qu'il voit l'homme s'approcher d'eux avec la même élégance qu'un panda obèse. Glups ! Il n'a pas l'air content ! Une pomme vient de manquer de lui fracasser le crane. Le malheureux vise bien en plus ! Il pousse le dénommé Eliuch et le jette en pâture alors qu'il s'écarte de la paluche qui veut s'emparer de ses cheveux sublimes - Sauve-moi ! Je suis trop jeune et parfait pour mourir ! Et sublime. Fort. Incroyable. Oh misère. Posture dramatique et mine affectée.
Élius Askin
Élius Askin
DirectionSerpentard
Direction
Serpentard
Année à Poudlard : Diplômé(e)

Matière optionnelle : Divination

Spécialité(s) : Métamorphomage


Un commerce particulier - Page 2 Empty
Re: Un commerce particulier
Élius Askin, le  Mar 8 Mai - 16:32





Un vrai plaisir de déambuler dans cette allée étincelante ! D'un côté, de minuscules terrariums renfermant des fées vivantes, survoltées par l'animation. De l'autre, des lucioles scintillants derrière un abat-jour sculpté dans du cristal. Et partout encore, d'autres sources lumineuses, vivantes ou ensorcelées, consentantes ou séquestrées. Au centre, j'allonge le pas, trace - dans la fourrure du sol - le sillon d'un mirifique passage, puis me retourne, emportant le parfum coquelicot d'un gâteau du rayon d'après. Bien sûr, que j'ai une classe d'enfer, et l'humilité fournie avec. Immanquablement, mes dents dévoilent un sourire de satisfaction, bouille de l'enfant qui attire l'attention. Soudain, un cri, puis un projectile s'écrase contre une étagère et renverse bruyamment une lampe. Joyeux bordel qui me fait rire jusqu'à ce que tu me pousses vers l'horrible face rouge et gonflée de l'agacé. Te sauver, je sais pas, mais m'amuser, sûrement ! Malicieusement, j'extirpe ma baguette et en pointe l'ébène vers l'homme - qui beugle déjà - en prononçant distinctement :


— Pecus Udis ! À peine percuté par le sort, il s'écroule à quatre pattes, toujours fulminant. Et savez-vous ce que devient un mouton en colère ? Tête en avant, l'idiot commence à nous charger. Olé ! Que j'exclame, mort de rire, en m'écartant de sa trajectoire au dernier moment. Dans un fracas assourdissant de verre brisé et de métal entrechoqué, la tête du bélier improvisé s'écrase contre l'une des étagères qui cède, recouvrant le corps inerte de son contenu et mes éclats retentissants. Attrapant ton poignet d'une main et, en chemin vers la sortie, deux sucettes géantes de l'autre, j'apostrophe sans gêne le commerçant :


— Euh, y'a un type qu'a pété un plomb là-bas m'sieur ! Menton dénonciateur tandis qu'il s'élance, horrifié, vers la scène du crime. Mon père a failli y perdre un bras ! Si, si, regardez. Et ta main soulevée en direction du vendeur qui ne nous regarde déjà plus. J'prends ça, pour le dédommagement ! Échange de trophée pour brandir désormais les deux confiseries avant de définitivement passer la porte de l'échoppe. Et la veste aussi. Mais il ne s'en rend pas compte, trop occupé, penché sur l'individu assommé. Devant la boutique, un wagon de train réaménagé avec des banquettes colorées fera un parfait point de chute à ce spectacle. M'affalant dans un sofa rose fushia, j'te tends l'un des bonbons en espérant poursuivre la distraction :


— Bon, on fait quoi, maintenant, pa-pa ?
Esteban R. Lefebvre
Esteban R. Lefebvre
Serdaigle
Serdaigle
Année à Poudlard : Diplômé(e)

Matière optionnelle : Étude des moldus

Spécialité(s) : Métamorphomage


Un commerce particulier - Page 2 Empty
Re: Un commerce particulier
Esteban R. Lefebvre, le  Jeu 10 Mai - 19:08

Pendant l'acte 3, l'esthète reste concentré sur ses ongles parfaitement manucurés. Fermeture des rideaux. Le petiot se redresse vainqueur et triomphant. À l'écart, Esteban scrute attentivement l'allure de l'homme percuté par la fougue de la jeunesse. Et bien, il semblerait que son imitation du taureau n'ait pas eu l'effet escompté. Il affiche un micro sourire machiavélique, mais qui se cache sous des faux airs innocent et presque compatissant.

Légère pression sur son poignet. Pas le temps d'interrompre l'ado' sur sa manœuvre trop tactile qu'il se sent déjà partir en avant. Doucement, il cale ses pas sur les siens, sans plus se poser de questions. La tête bouge en signe d'assentiment lors du récapitulatif de la précédente situation. Juste le temps de piocher quelques bonbons et le voilà à l'extérieur. Le Français prend le temps d'enfourner les sucreries dans sa bouche louchant du même coup sur les gourmandises en possession du garçon.

Comme un pantin, il suit le mouvement puis prend place sur un siège coloré à souhait. À présent, les yeux vairons portés sur la confiserie généreusement offerte brillent d'envie. Pas le temps de ne serait-ce que lécher une surface sucrée. Électrochoc. Il bondit et amène son regard éberlué sur le fautif. Damn. Esteban pourrait tuer pour lui avec une moue aussi adorable et surtout le nommer explicitement comme son paternel l'emplit d'une joie immense ! Sourire éblouissant. - Hé bien, fils, on va- Le corps se fige. Ses mains le démangent depuis trop longtemps ! Brusquement, il sort un miroir d'on ne sait où, le porte devant son visage parfait. Rougissement amoureux. Gloussements. Excitation. Oh oui, il est si beau ! Sa contemplation terminée, il retourne son attention sur son fiston pas du tout embarrassé.

Ne bouge pas. Observer, examiner puis scruter le visage candide afin d’enregistrer chaque détails. Un temps, où il continue à le fixer. Ensuite, considérer son allure, sa corpulence et sa dégaine de garçon impétueux, mais diable so sweet. Crac. En une fraction de secondes, ses traits ont changé et se confondent un peu avec ceux du garçon. Fière d'elle, sa Majesté se renfonce dans le sofa. Puis dit d'un ton impatient : - Je ne sais pas ce qu'on va faire, fils. Mais toi, dis-moi quelque chose de drôle ! Envie soudaine de rire. Rory est intenable.
Élius Askin
Élius Askin
DirectionSerpentard
Direction
Serpentard
Année à Poudlard : Diplômé(e)

Matière optionnelle : Divination

Spécialité(s) : Métamorphomage


Un commerce particulier - Page 2 Empty
Re: Un commerce particulier
Élius Askin, le  Dim 13 Mai - 23:30





Cette sucette n'est pas de la même forme que la première. Tout autour du bâton, deux rubans sucrés s'enlacent en une spirale colorée. L'un, jaune translucide, a le parfum de bergamote - ou du thé Earl Grey. L'autre, que je lape avec gourmandise, est à la violette. Une association approuvée par mes délicates papilles enlisées d'agrume fleuri. Affalé, j'observe tour à tour la confiserie qui fond à vue d’œil et ton distrayant numéro d'un Narcisse émoustillé. Rien de mieux qu'un spectacle et un bon canapé pour le goûter. Mais alors que quelques étincelles de rire se mêlent à tes gloussements, illuminant l'espace réduit du wagon aménagé, tu m'intimes de rester immobile. Intrigué, j'oublie le bonbon et ne bronche pas quand tes iris bicolores arpentent mes traits. Le coin d'une bouche amusée ne peut résister à s’élever, légèrement tremblotant devant le silence imposé. Tu poursuis ta curieuse observation, ce qui me laisse le loisir de morceler également ton visage. Tout à fait ravissant d'ailleurs. Perdu dans tes mèches roses, je cligne soudain des yeux, hébété pendant une seconde avant d'applaudir vivement !


— Owiii ! et la mine de chaton émerveillé qui va avec. C'est que le tour de métamorphomagie est réussi, j'ai presque l'impression d'être en face de moi. À l'intérieur, un grondement cherche à se déployer que je ne comprends pas. Comme si assister à la transformation avait réveillé un instinct enfoui. Tu parles, ton museau se meut, mais je n'entends pas. Ou n'écoute pas. Concentré sur l'impression que quelque chose vient de se déplacer dans mon corps, un changement imperceptible, une implosion sourde. Hein ? Drôle ? Attends, là, il faut que j'essaye un truc d'abord. Convaincu que l'appel était réel, je m'entête. Plisse les paupières, n'arrive pas à rassembler mes pensées. Les doigts serrés sur le bâtonnet de la confiserie, je contracte les muscles de ma face déterminée. Grimace pas vraiment jolie j'imagine, surtout accompagnée d'une apnée rougissant mon minois pincé. Encore trente interminables secondes, y croire et ne rien lâcher. Puis, mon regard incertain harponne le tien et je murmure un essoufflé :


— Tadaaa ! les bras écartés, bien qu'ils retombent immédiatement. Je comprends à ton air railleur, ou peut être diverti, je ne sais pas trop, en tout cas, je le ressens, que j'ai échoué. Rien de rien. En effet, l'adolescent qui se trouve sous tes pupilles n'a pas changé d'un cil. Déçu, et parce que j'y avais vraiment cru cette fois, que la perception venait d'mes entrailles et pas d'un quelconque fantasme d'enfant de cabaret, j'me lève. Je... et mes prunelles, gênées par la désillusion, s'échappent à l'extérieur du salon improvisé. Suivi de mes jambes et toute ma posture plus si élancée, d'façon, tu sais où me trouver ! Vite, disparaitre dans la foule grouillante d'un chemin de traverse fréquenté. Même la sucette ne trouve plus grâce à mon palais et rejoint les pavés. Troublé, j'avance sans réfléchir, essaye de saisir les dernières bribes d'un sentiment qui semblait si vrai, d'une aspiration déjà disparue.




Fin du RP pour moi, merci Steb !
Esteban R. Lefebvre
Esteban R. Lefebvre
Serdaigle
Serdaigle
Année à Poudlard : Diplômé(e)

Matière optionnelle : Étude des moldus

Spécialité(s) : Métamorphomage


Un commerce particulier - Page 2 Empty
Re: Un commerce particulier
Esteban R. Lefebvre, le  Mar 29 Mai - 23:36

Esteban n'a absolument rien suivi. Pour ne pas changer tiens ! Il a complètement raté la performance -peu concluante ?- du comédien en herbe. Perdu dans son monde, où il est le roi, adulé et vénéré. Bien sûr, il sait qu'il y a une limite à ne pas franchir. Celle de l'absurde intolérable et impardonnable à travers la volonté d'être l'égal des Dieux ou de Merlin. Enfin, peu importe. Bercé par une enveloppe tendre de bonheur et plongé dans une dimension irréelle, il est surpris quand l'objet de sa distraction disparaît tout à coup. Le voilà qui gambade comme un petit lapin. Loin de lui...

La douleur étreint peu à peu mon cœur... Mais, déployer ses ailes est une étape indispensable je le sais pourtant. Alors, va mon brave petit retrouver l'étreinte familière du château mystérieux ! N'aie crainte je te retrouverai ! Oh Morgane, puisses-tu apaiser mon cœur en émoi. Hélas, Elius n'est qu'une illusion ! Celle de la chance que je n'aurais sans doute jamais... Le visage de sa Majesté est marqué par une intense émotion de souffrance mêlée à un soupçon de plaisir. Le corps légèrement penché en arrière, l'Apollon-Des-Temps-Modernes se retient férocement de verser une larme. Pourquoi est-ce que ce moment passer avec le Serpentard fait naître en lui l'espoir de voir un jour le rôle de père qu'il a précédemment joué se concrétiser ?

Un sourire timide fleurit sur ses lèvres purpurines. Ses intentions sont claires : il va le revoir afin que ses espérances ne s’éteignent pas. Soudain, le Français se tourne vers son public qui s'avère être deux femmes impressionnées -peut-être- par son improvisation. Révérence. Sourire complice agrémenté d'un clin d’œil puis sauter du train coloré pour atterrir au sol comme un chat. Enfin, marcher d'un pas guilleret la tête dans les nuages, attisant par ailleurs la curiosité des passants intrigués par la tenue inhabituelle. Mais à travers le mirage, percevoir les murmures réprobateurs, jaloux, suspicieux et parfois haineux. Regard fier. Prestance d'un être majestueux. Voix chantante : - Oui enviez-moi. Vous nourrissez mon ego surdimensionné ! Hum, hum, le peuple amuse son roi ~


Merci à toi ^^
Fin du RP
Elhiya Ellis
Elhiya Ellis
Serpentard
Serpentard
Année à Poudlard : Diplômé(e)

Matière optionnelle : Médicomagie

Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Animagus (Furet)


Un commerce particulier - Page 2 Empty
Re: Un commerce particulier
Elhiya Ellis, le  Mar 3 Juil - 11:08

PV Aysha

Rendez-vous d’après-midi de week end au chemin de Traverse. J’aurai pu proposer pré-au-lard pour plus de facilité mais mon affection pour Londres me rattrapait à chaque jour de repos. Alors c’était en terres connues que j’avais demandé à Aysha de me rejoindre dans un café coté sorcier. Généralement peu rempli car peu renommé, nous aurions autant la tranquillité de discuter tranquillement et même nous effondrer en larmoiements si on apprenait que quelque chose était arrivé à Luna.

Lors de mon dernier jour de travail chez Waddi, j’avais pris soin de monter à l’appartement, de vérifier que ses affaires y étaient toujours, de cherche un nouvel indice quelconque. Mais les recherches infructueuses n’avaient fait que nourrir l’angoisse d’un possible problème grave qu’elle nous avait caché pendant longtemps. Elle m’avait fait part de cette famille fraichement découverte, sans vraiment vouloir m’en parler plus. Son état de stress, peu commun m’avait frappé ce jour-ci, d’autant plus que nous passions des vacances agréables.

Malgré le débat que je devais avoir avec la représentante des Bleus, j’espérai qu’elle ait quelques éléments de plus concernant ma meilleure amie. Après tout, c’était sa petite-amie, Luna se confiait peut-être plus facilement sur certains points dont elle connaissait déjà mon avis. Je ne pouvais pas lui en vouloir pour ce genre de chose mais ne pouvais m’empêcher de m’inquiéter quand même. Avoir des facilités avec la magie ne faisait pas tout, on l’avait bien vu avec le morempli, et en Australie… Je craignais qu’elle se soit fourrée dans quelque chose qui la dépassait malgré elle et en sache plus comment s’en sortir.

C’était donc un peu nerveuse que j’attendais devant la porte du petit café Londonnien, vérifiant l’heure assez régulièrement. Si j’avais réfléchi un peu, j’aurai proposé d’amener Aysha en transplanant, mais ça m’aurait fait repousser mon passage à la boutique de mon père à ce soir, ce qui ne m’arrangeait pas. Vérifier l’état de la potion avant les changements de lune restait ma responsabilité et je ne pouvais m’en dédouaner en expliquant que je passais l’après-midi avec une amie. Du coup, obliger de faire les choses dans l’ordre et d’attendre l’arrivée de la jolie méditerranéenne
Aysha Brayd
Aysha Brayd
Préfet(e)/Serdaigle
Préfet(e)/Serdaigle
Année à Poudlard : Septième année

Matière optionnelle : Médicomagie

Spécialité(s) : Permis de Transplanage


Un commerce particulier - Page 2 Empty
Re: Un commerce particulier
Aysha Brayd, le  Mar 3 Juil - 12:04

Aysha était préoccupée et avait la tête ailleurs. Depuis quelques jours, voire même semaines, qu'elle n'avait pas de nouvelles de Luna, elle avait fait son possible pour écarter toute inquiétude et se persuader que la jeune femme était simplement partie prendre une pause. Néanmoins, le tracas était resté bien prudent, grondant là au fond de ses entrailles, et menaçant à tout moment de la submerger. La jeune femme n'était pas dans une période d'apaisement, et cette disparition ne faisait qu'empirer la situation. Elle était si fébrile, à longueur de journée, qu'elle devenait presque incapable de dessiner tant ses mains tremblaient. Chaque nouveau souci, qui s'ajoutait à la pile déjà présente, aggravait son anxiété. Aussi, lorsqu'elle avait reçu la lettre d'Elhiya, elle avait été plutôt contente de pouvoir discuter avec quelqu'un qui partageait son inquiétude, au moins sur un point. Aysha ne pourrait sans doute pas parler à la jeune femme de tout ce qui la tracassait - elle ne connaissait pas ses convictions par exemple - mais elle pourrait au moins se soulager de l'un des poids, et c'était déjà beaucoup.

Elhiya lui avait donné rendez-vous dans un café du Chemin de Traverse. La préfète avait décidé d'emprunter les transports en commun moldus, comme souvent. Certes, elle avait son permis de transplanage, mais elle aimait aussi prendre le temps. Arrivée dans la cour du Chaudron Baveur, elle tapota les briques, suivie de près par d'autres sorciers, et pénétra sur le Chemin de Traverse déjà bondé de monde. Il était 14h, il faisait beau, il ne fallait pas moins en attendre de la communauté de sorciers qui appréciait tout particulièrement ce lieu en plein coeur de Londres. Aysha se fraya un chemin parmi les passants et aperçut bientôt le café dans lequel elles avaient rendez-vous. Elhiya ne s'était pas installée, et attendait devant la porte. La préfète eut l'impression que la verte était nerveuse, mais elle n'en était pas sûre. Elle s'approcha avec un sourire. Malgré les circonstances, elle était contente de pouvoir retrouver la jeune femme. Elle ne cessait de la croiser dans le château de Poudlard mais elles avaient rarement l'occasion de discuter.

- Coucou ! s'exclama-t-elle en arrivant à la hauteur d'Elhiya.

La bleue jeta un coup d'oeil circulaire et repéra une table libre sur la terrasse du café. Préférant l'extérieur à l'intérieur, elle désigna l'endroit de la main avec un regard interrogateur, puis se dirigea vers la table. Tirant sa chaise, elle se tourna vers Elhiya.

- Comment ça va, à part... Luna ?

Aysha espérait que la verte aurait des informations à lui fournir sur sa petite amie, car elle, de son côté, n'en avait aucune. La dernière fois qu'elle l'avait vue avait été lors d'une sortie dans les magasins qu'elles avaient faite toutes deux, durant laquelle elles s'étaient acheté un robe. Depuis, elle lui avait envoyé plusieurs lettres qui étaient demeurées sans réponses et Luna avait manifestement quitté la capitale. Sans donner aucune nouvelle, et sans prévenir.
Elhiya Ellis
Elhiya Ellis
Serpentard
Serpentard
Année à Poudlard : Diplômé(e)

Matière optionnelle : Médicomagie

Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Animagus (Furet)


Un commerce particulier - Page 2 Empty
Re: Un commerce particulier
Elhiya Ellis, le  Mar 3 Juil - 21:38

Pile à l'heure et sans les yeux gonflés, bouffis et rougis par le chagrin. Je craignais qu'elle avait passé des jours et des jours contrite dans l'angoisse d'une bien-aimée en danger. Une possibilité que je mettais enfin de côté face à cet habituel entrain qu'elle affichait. Voilà qui me semblait bien plus simple pour aborder le sujet "irlandaise disparue". L'accueillant d'un sourire chaleureux, j'avais acquiescé pour rester en terrasse. Par ce temps, le soleil filtrait agréablement sur les paravents donnant des airs de vacances à la fourmilière Londonnienne. Un peu de légèreté ne pouvait que faire du bien.

Assise face à Aysha, j'appellais le serveur pendant qu'elle s'enquerait de mon état. Douceur à l'etat brute, je ne pouvais m'empecher de lui offrir un doux sourire en acquiessant de la tête. Il s'était passé pas mal de chose depuis notre dernière soirée ensemble, Daemon faisait partie de ma vie et n'était pas encore devenue cette présence inutile et ridicule qui me forcait à être ce que je n'étais pas. Un simple détail que je chassais de mon esprit en regardant mon poignet droit et quelques preuve de premice de renouveau. Seul ombre au tableau, l'espoir voulait que Luna appartienne à cette nouvelle esquiqse de vie.

- Et bien, a part Luna, ca va en fait. Assez calmement même, j'ai eu l'occasion de dessiner plusieurs fois de nuit. Toujours très apaisant je trouve. Tu continues de ton côté? Ou tu te jetes à corps perdu dans l'enseignement?

La taquinerie du cours de métamorphose n'était pas méchante surtout qu'elle s'etait bien débrouillée, Lival ne pouvait pas lui reprocher de ne pas avoir réussi à tenir Elius en classe, pas grand monde arrivait à imposer sa volonté au petit serpentard. Personne même de mémoire.. D'un sourire espiègle, je m'interrompais pour commander un cappuccino et laissait ma comparse faire de même avant de reprendre.

-Mais malgré tout, je suis inquiète... les gribouillis ne chassent pas toutes les pensées éternellement..

Quelques heures tout au plus, puis le manque, la réalité, la peine, le desir d'oubli refaisaient surface. C'était plus de peinture qu'il était necessaire dans ces cas. Et je me demandais comment Aysha vivait ce genre de situation ou la pire des possibilité n'était à exclure.

-Et toi? Tu tiens le coup? Ton postes de préfète, les gradins qui prennent feu et... Luna....?

Qui s'était volatilisée.. ma phrase en suspent refusait de se terminer. Le dire rendait son absence encore plus vivante, comme si après l'avoir dit il ne pouvait y avoir de retour en arrière. Ça, je ne le supporterai pas, pas une seconde fois.
Aysha Brayd
Aysha Brayd
Préfet(e)/Serdaigle
Préfet(e)/Serdaigle
Année à Poudlard : Septième année

Matière optionnelle : Médicomagie

Spécialité(s) : Permis de Transplanage


Un commerce particulier - Page 2 Empty
Re: Un commerce particulier
Aysha Brayd, le  Mer 25 Juil - 19:54

Toutes deux installées, Elhiya appela le serveur avant de répondre aux interrogations d'Aysha. Puis elle se tourna vers elle. Elle mentionna ses séances de dessin nocturnes, qui firent renaître en la bleue le doux souvenir de leur rencontre, de cette soirée qui resterait mémorable, puis elle lui rappela, non sans subtilité, le dernier évènement notable en date, à savoir le désastreux cours de métamorphose dans lequel Aysha avait eu à tenir un cours en l'absence de son professeur. Elle esquissa un sourire amusé. Puis l'inquiétude refit surface. Comme elle, à chaque instant, sans prévenir, le visage de Luna apparaissait dans son esprit, accompagné de cette angoisse qui lui tordait l'estomac. La perte la hantait déjà, le visage de sa petite amie se mêlait à celui de son père et lui faisait dire que le sort s'acharnait. Comment pouvait-on disparaître ainsi ? Elle avait eu l'occasion de la voir une dernière fois, et de réaliser à quel point elle tenait à elle... puis elle n'avait plus donné de nouvelles. La silhouette de Kalèn guettait, derrière, énième disparue dans la petite vie de la bleue qui craignait désormais de voir son monde s'effondrer tout à coup. Parfois, dans un instant d'euphorie, elle s'imaginait que Luna allait refaire surface, tout sourire, venir la rejoindre à Ollivanders. Mais cette apparition avait soudain des airs fantomatiques, et le visage de Luna semblait fade, blanc et vide. Et il n'y avait plus rien.

- J'ai continué moi aussi. Mais comme tu le soulignes... Il s'est passé beaucoup de choses dernièrement. L'incendie, Luna, et ce n'est pas tout... Le climat n'est jamais très serein.

Bien sûr, Elhiya vivait tout cela, comme elle. Elle ne pouvait passer à côté des ombres noires, des masques, des Aurors et des Phénix, des bouleversements, des doutes, des questions. Elle avait participé comme elle à la journée de sensibilisation des Aurors, et avait d'ailleurs eu une réaction surprenante. Personne ne pouvait passer à côté de tout cela. L'amas d'angoisse pesait sur les épaules de la bleue, une montagne de questions, et Luna... et Luna.

- Enfin, ce n'est facile pour personne. Tu as... des éléments, à propos de Luna ?

Aysha posait cette question sans grand espoir. Elhiya devait être aussi démunie qu'elle. Luna n'avait laissé aucun signe de vie, et laissait ses proches là, dans cet état d'inquiétude, dans ce contexte difficile. Parfois, la colère s'emparait de la bleue, et elle trouvait sa petite amie d'un égoïsme phénoménale. Mais bientôt le manque prenait le dessus.

Où es-tu, Luna ? Où es-tu ?
Elhiya Ellis
Elhiya Ellis
Serpentard
Serpentard
Année à Poudlard : Diplômé(e)

Matière optionnelle : Médicomagie

Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Animagus (Furet)


Un commerce particulier - Page 2 Empty
Re: Un commerce particulier
Elhiya Ellis, le  Jeu 26 Juil - 17:00


Pas de réponse réale. Juste des globalités. Après tout, nous n’étions pas vraiment plus proches que ça. Nous nous côtoyions en cours, mais n’avaient pas réellement pris le temps de se dévoiler l’une à l’autre. Car c’était plus simple ? Car c’était mieux ainsi ? Car pour Luna, c’était ce qui me semblait bien pus correcte, qu’elle n’ait pas l’impression que je m’immisçais dans sa vie. Et finalement, j’aurai peut-être dû faire plus, flirter avec la limite de la liberté et de la surprotection. Peut-être…. Dur de savoir gérer ce genre de pensées contradictoire, je n’avais jamais sù trop faire, c’était pour ça que ca collait depuis si longtemps avec l’irlandaise. Elle était rationnelle, me servait de barrière, de repère, et quelque part de rappel de réalité. Mais maintenant ? S’il fallait penser comme elle, mais sans elle, ce devenait plus problématique. Plus de garde-fou, juste … Moi.

Pas le choix très certainement, j’avais juste l’impression d’avancer en roue libre, même là, avec Aysha. J’entendais ses doutes, ses peurs qui essayaient de ne pas trop prendre le dessus, mais je n’avais pas grand-chose en main pour la rassurer. Pourtant j’aurai voulu lui mentir, lui dire que tout irai bien, un jour, plus tard, qu’il ne fallait pas s’inquiéter.. Mais non.. « Le climat… » Les mots répétés doucement résonnait comme un vieux psaume psalmodié. Comme s’il pouvait changer si chacun en venait à le rabâcher. Comme si c’était une simple formule à qui on cherchait un contre sort.. Ridicule en soit… Tout comme la disparition de Luna. On aura beau refaire le puzzle dans notre tête, on manquait d’éléments.. Alors… autant être direct.

– Moui… elle a repris contact avec des membres de famille oubliés, ou caché. Avec son père qui est crackmol, je suppose que ça avait dû faire une rupture dans la famille… Elle a très certainement du vouloir retourner en Irlande. Elle était très stressée à cette découverte, comme si ça faisait ressortir des choses qu’elle préférait ignorer… climat non serein comme tu dirais je suppose ?

Mais version oncle et tante qui avait bien pris soin de se cacher dans un coin du pays pour ne plus avoir contact avec leur nièce. Et puis là fallait pas compter sur des pseudos sauveurs, dans le cadre privé, y’en avait pas. Et puis, de toute facon…

– Au moins elle sera moins en danger qu’ici avec des Aurors incompétents. Quitte à devoir avoir des problèmes autant que ce soit en les affrontant qu’en espérant l’aide de personnes qui ne sentent concernées que par leur salaire à la fin du mois… Ils nous ont bien prouvé l’autre fois, à la réunion, qu’ils n’avaient aucun intérêt à défendre les gens. Vu que pour eux les victimes sont les fautives…. Mais ne t’en fais pas, je suis sure qu’elle va bien, elle est forte, elle sait s’entourer

Elle sait survivre … J’aurai voulu pouvoir lui débiter ce genre de foutaise en la regardant droit dans les yeux. Mais Luna était plus du genre à faire à sa guise, à estimer pouvoir gérer, seule. Elle ne prenait conscience du danger qu’après… Aussi, j’étais ravie de voir nos commandes arriver. D’un soupire je portais ma tasse à mes lèvres, prenais une gorgée et souriait faiblement à le méditerranéenne.

- Ne t’en fais pas. Elle va bien, j’en suis persuadée. Et puis je vois mal la situation être pire. Je ne la sais pas impliquée politiquement, donc à mon avis, on peut exclure ce côté, si c’est vraiment ce qui t’inquiète…

Il ne me semblait pas. Mais j’étais bien placée pour savoir que les aspirations de liberté, n’avait pas forcement à voir avec une prise de conscience politique. Ce pouvait être juste un éveil à ce qui nous entourait. A l’injustice, à l’obligation de devoir côtoyer l’hypocrisie ambiante. Alors, peut etre que si….

– Tu crois qu’elle se serait lancé dans ce genre de chose ?

Le doute s’installait.. Je ne voulais pas ca pour Luna…
Contenu sponsorisé

Un commerce particulier - Page 2 Empty
Re: Un commerce particulier
Contenu sponsorisé, le  

Page 2 sur 4

 Un commerce particulier

Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4  Suivant

Permission de ce forum:Vous pouvez 
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Harry Potter 2005 :: ~¤~ Londres ~¤~ :: Chemin de Traverse-

L'univers d'Harry Potter est la propriété de la Warner Bros ainsi que de J.K Rowling.
Tous droits réservés sur ce site ©Copyright HarryPotter2005.