AccueilPortailFAQPublications internesRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Harry Potter 2005 :: ~¤~ Pré-au-Lard ~¤~ :: Rues de Pré-au-Lard
Page 1 sur 3
La route des carrosses
Aller à la page : 1, 2, 3  Suivant
Maître de jeu
avatar
PNJ
Arbitre neutre
Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


La route des carrosses

Message par : Maître de jeu, Dim 12 Nov 2017 - 1:05


Il s'agit d'un petit chemin en terre, c'est par cette route que les élèves arrivent à Poudlard et en repartent, utilisant des carrosses tirés par des sombrals. Elle commence à la gare de Pré-au-Lard, avec une vue sur le lac de Poudlard, puis elle contourne le parc en longeant les remparts du château. Après avoir parcouru quelques kilomètres, vous tomberez sur un embranchement. L'un des deux chemins mène vers la rue principale du village de Pré-au-Lard, alors que la route des carrosses, elle, continue à longer les remparts du château, pour finir devant les portes du domaine de Poudlard où se dressent fièrement les sangliers ailés. Les plus aventuriers d'entres vous ne s'arrêteront pas devant ces portes, et poursuivront sur le chemin de terre qui s'engouffre, un peu plus loin, dans la grande forêt où règnent des créatures dangereuses et mystérieuses.
Revenir en haut Aller en bas
Elly Wildsmith
avatar
Poufsouffle
Poufsouffle
Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Animagus (Renard de Magellan)
Legilimens


Re: La route des carrosses

Message par : Elly Wildsmith, Mer 3 Jan 2018 - 22:48


Ebauche d'un crépuscule
Artemis O'Toole - Kalén Bloom

LA d'Arty et Kal accordés - elles ont le mien pour la durée du RP

La petite gare de Pré-au-Lard, bien sympathique au demeurant, offrait un certain point de vue sur le lac de Poudlard et tu te ravissais toujours de cela. De ce long chemin tortueux il était possible de rejoindre Poudlard, encore fallait-il avoir le courage de marcher pour de nombreux kilomètres. Toi, tu rejoignais sereinement Poudlard, pour y retrouver une collègue, ta recrue, Kalén. Au-delà des liens professionnels qui vous unissez, vous aviez construit bien en amont une relation solide, basée sur une confiance mutuelle mais surtout, sur des événements qui vous liaient intiment. Tu chassais cette pensée de ton esprit, avant de retrouver les ruelles habituelles de Pré-au-Lard, et tu cherchais dans la mélasse environnante, la silhouette de Kalén.

Quelques pas dans le village, ta cape frottant le long de tes bottes et enfin, tu la reconnais, ou plutôt, tu l’aperçois. Comme prévu lorsque vous vous voyiez hors du bureau, aucune de vous n’aviez vos insignes. Vous n’étiez que deux amies sorcières qui venaient se rencontrer le plus simplement du monde. Ni plus, ni moins. Enfin, peut-être un peu plus à dire vrai, mais ça ne pouvait pas se lire sur vos visages. Vous n’aviez pas marqué « Auror » sur vos fronts après tout. Tu t’avances donc vers elle et pose ta main sur son épaule, elle se retourne (slow-motion, comme dans les films) et son visage apparemment dur se transforme – comme le tien. Deux sourires de deux amies alors que, tranquillement, vous continuiez votre marche, côte à côte, parlant de tout, de rien, et probablement un peu du Ministère. Après tout, vous y travailliez il était légitime que vos sujets de conversation dérivent parfois sur celui-ci.

Et puis, comme perdu dans l’atmosphère pesante de la fin d’après-midi, tu le reconnus, assis sur un banc, à contempler … tu ne sais pas trop quoi. Le gamin trublion, trouble-fête, parfois casse-pied. Rien d’égalable à Azaël qui semblait être doué pour se crée des ennuis. Mais lui, ce gamin, il avait quelque chose qui te fascinait. Cette petite étincelle dans le regard, cette petite certitude dans sa voix. Tu te rappelais de ta première rencontre avec lui, où dans l’Allée des Embrumes il avait d’abord eu peur de toi, et où la fougue de sa jeunesse l’avait réveillé, annihilant toute sa peur et son angoisse. Tu avais trouvé, sur l’instant, la situation cocasse et n’avait pas vraiment compris son changement de comportement soudain. Puis tu l’avais vu dans le cours d’Evan. Il était l’exemple même du marmot qui pensait tout savoir, et qui croyait probablement à tout. Arrivait-il à s’émerveiller du monde de demain ? De ce monde dans lequel il allait grandir, évoluer, murir ? Perdrait-il cette volonté, cette fougue ? Cette envie qu’il avait étaler à tes yeux ?

Un sourire ornait tes lèvres alors que tu l’avais désigné d’un simple mouvement à Kalén. Furtives, vous vous étiez rapprochés, et dans un sourire, tu avais fait les présentations. Simple au demeurant « Kalén, auror, Artemis, élève ». C’était simple. Et puis, dans un sourire pour ta collègue tu avais murmuré « Oui, comme Lhow » avant d’esclaffer de rire et de te retourner vers le jeune homme « Alors Artemis, toujours à faire quelques frayeurs à vos professeurs ? ».

Revenir en haut Aller en bas
En ligne
Arty Wildsmith
avatar
Modération RPGPoufsouffle
Modération RPG
Poufsouffle
Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Loup-Garou


Re: La route des carrosses

Message par : Arty Wildsmith, Mer 3 Jan 2018 - 23:54


Les deux ont mon LA pour toute la durée du RP.


Il avait toujours cru aux failles temporelles. C’est-à-dire que quelque part dans son cerveau d’enfant il était persuadé que certaines choses n’étaient pas explicables par la rationalité, ni par la magie, mais tout simplement par la science-fiction. On sous-estime un peu, le pouvoir de ce genre littéraire faisant des hypothèses scientifiques et technologiques sur le futur, mais quand même. Comment expliquer le visage de Kalén grandi qui prenait place juste au-dessus du Blaireautin ? Ou alors, autre explication tout à fait plausible : il était carrément défoncé ce jour-là. Et toutes les fois où il avait vu sa camarade Blairelle d’ailleurs. Mais Arty n’était pas du genre à s’attarder sur ce genre de détails insignifiants. Après tout, Kalén avait vieilli, grand bien lui fasse. Il pouvait dorénavant se concentrer sur ce qui importait vraiment.
Il avait devant lui deux jeunes femmes qu’il connaissait, l’une étant la cheffe des aurors, l’autre… une ancienne camarade, de ce qu’il savait pour le moment. Alors d’un bond, le Poufsouffle se met accroupi sur le banc, pour s’élever légèrement.

Après qu'Elly se soit esclaffée pour il ne sait trop quelle raison, elle devait être sous son charme – très certainement, après tout, il ne voyait pas d’autres probabilités : « Vous v’nez m’arrêter ? J’vous promets j’ai rien fait de mal ! » Pour une fois. C’est vrai que dernièrement, il n’avait pas été un enfant de chœur. Au contraire, il s’épanouissait dans les bêtises, toutes plus imposantes les unes que les autres. Il donnait une importance grandiose à toujours se surpasser, aller plus loin, progresser dans la connerie. Et il faut avouer que cela demandait un certain génie pas vraiment accessible à tout le monde. Les derniers cours auxquels il avait assisté – quand il s’y rendait – s’étaient d’ailleurs transformés en capharnaüms bordéliques, mais ce, rarement de sa faute. Parce qu’il est de mauvaise foi, c’est ainsi. Oui, la plupart des situations rocambolesques dans lesquelles il s’était retrouvé étaient avant tout une histoire de rencontres. Mauvaises, la plupart du temps. Arty dans tout ça n’était qu’une victime collatérale, assurément. Alors face au questionnement sur l’équipe enseignante de Poudlard : « J’fais pas de frayeurs, je les divertis, c’pas pareil. » Tout l'arrogance Artymesque se trouvait là. C’est vrai qu’ils étaient tout de même réputés pour ne pas avoir beaucoup d’humour. Ils étaient tout simplement ennuyeux. C’était d’ailleurs là le sentiment principal du Poufsouffle en classe : il s’ennuyait. Il avait besoin de rire aux éclats, de partager la joie et le divertissement.

Pourtant, ce n’était peut-être pas le moment de parler de sa scolarité exemplaire. Ses yeux interrogateurs passent d’un visage à l’autre, l'expression ponctuée d’un haussement de sourcil inquisiteur. « Vous surveillez quoi ? Vous êtes en mission top secrète ? J’peux savoir ? » Enfant gourmand de curiosité. Alors effectivement, il ne voyait absolument pas le problème dans son questionnement. Si les deux jeunes femmes étaient en mission secrète, elles n’allaient pas lui dire quoi que ce soit. Mais sur un malentendu, il allait peut-être pouvoir être au courant d’une action des Aurors épique et furtive. Tout favorisé qu’il était. En plus, elles étaient habillées en civil, alors forcément, il s’agissait sûrement d’une mission d’infiltration.
C’est que les espions, Arty adorait ça.
Revenir en haut Aller en bas
En ligne
Elly Wildsmith
avatar
Poufsouffle
Poufsouffle
Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Animagus (Renard de Magellan)
Legilimens


Re: La route des carrosses

Message par : Elly Wildsmith, Sam 6 Jan 2018 - 18:50


Ton regard s’épanche un instant sur ta collègue, dont le regard demeure modifié, comme transcendé par quelque chose – peut-être était-ce par la présence du jeune homme ? Tu l’ignorais, et la laissais à ses divagations pour te concentre sur le jeune garçon, qui répondait à ta question avec son habituel ton désinvolte. Accroupi sur son banc, on aurait presque dit qu’il voulait faire la grenouille, prêt à sauter sur la moindre victime qui passerait près de lui. Ou son futur animal de compagnie. Tu sais pas trop.

Tu t’apprêtes à répondre à sa question que Kalén attire ton attention quasi immédiatement. Encore un slow-motion. T’as la bouche entrouverte, le souffle prêt à sortir, mais non. Ta mâchoire se referme immédiatement et tes yeux, eux, ne cachent pas leur surprise. Tu vois ta collègue qui s’élance à travers la foule, alors tu clignes les yeux. Elle n’est pas en train de lever les bras là ? Malaise. Un peu. Tu ne sais pas ce qu’elle a vu, ni quelle mouche la piqué mais toujours est-il qu’elle vous a planté là. En attendant, ton attention se reporte sur le jeune homme que tu détailles avec un regard perçant, et ta voix, blanche, lance un « C’est toi que l’on vient surveiller ».

Le regard ahuris que te lance le jeune homme ne laisse que peu de place au doute, et c’est ce moment-là que tu choisis pour éclater d’un rire cristallin. Il avait le chic, le gamin, pour poser des questions sur vos activités. Ce n’était pas la première fois que ça lui prenait. Visiblement, il vous voyait comme des espions high level et cela te faisait sourire. Il n’avait pas tort, dans le fond. Il vous arrivait parfois de recueillir à des techniques dignes des plus grands films d’espionnages moldus. Mais là vous n’étiez que deux collègues venus faire un petit tour, histoire de vous assurer que tout allait bien. Alors tu lui réponds « Pour aujourd’hui non. Nous vérifions juste que tout se passe dans le meilleur des mondes à Pré-au-lard ». Un regard plein de sous-entendu pour lui « Rassure moi, Artemis, tu n’as pas prévu de faire un quelconque divertissement pour les sorciers du coin ? ». Un sourire narquois, mais pas de celui qui se moque, plutôt de celui qui taquine. Sereinement.
Revenir en haut Aller en bas
En ligne
Arty Wildsmith
avatar
Modération RPGPoufsouffle
Modération RPG
Poufsouffle
Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Loup-Garou


Re: La route des carrosses

Message par : Arty Wildsmith, Sam 6 Jan 2018 - 22:55


En plus d’avoir grandi, Kalén était devenue quelque peu… étrange. Voilà qu’elle s’était mise à courir pour aller on ne sait où, abandonnant Elly & Arty a une conversation de retrouvailles qui s’annonçait palpitante. Le gamin observa son ancienne camarade s’éloigner avec un air suspect sur le visage. C’est vrai qu’elle n’avait pas vraiment l’air dans son assiette, mais qu’est-ce qu’il en savait lui. Peut-être avait-elle vu quelque chose qui avait retenu son attention dans la foule et qu’elle était partie en chasse. C’est ça, l’imagination débordante.
C’est la cheffe des Aurors qui ramena l’attention du Blaireautin sur le banc. Sa remarque. C’était lui qui était pris en filature. Durant un court instant, il y croit, absolument. Il avait fait trop de bêtises à Poudlard, la police magique était venue le chercher, fini le temps de l’amusement, il était tout cuit. Alors que pour une fois, ce soir, il n’avait rien fait du tout.

Soudainement les bribes de rire d’Elly soulagent Arty, c’était une plaisanterie, bien mauvaise, mais tout de même. Le gamin ne lui servirait pas son fameux lever d’yeux au ciel qui marquerait son exaspération. A la place de quoi, il sourit légèrement, c’est qu’il était plutôt sage ce soir, en fait. Rare chose dont la belle blonde devrait profiter. Enfin, sage, tout est relatif avec Arty, mais du moins pour le moment il restait à sa place tranquillement. Aucun geste brusque ni d’éclats de voix pour attirer l’attention, non, simple adolescent remuant ses pensées, posté sur un banc avec comme seul spectateur un ciel qui s'ennuyait sûrement tout autant. Il n’a pas le temps de lui répondre que ce n’était pas lui qu’il fallait surveiller. Car lui se contentait de s’amuser, chercher à dissiper l’ennui dans sa vie fade d’un élève banal. Ou presque. Alors qu’il y avait, ici, dehors, des sorciers à ne jamais lâcher des yeux tant leur cruauté pouvait tout faire basculer. Mais voilà, parce qu’elle lui annonce qu’elles n’étaient pas dans une quelconque mission secrète, et qu’en plus elle l’appelle par son prénom en entier. La sensation désormais bien trop connue qui fait frissonner sa colonne vertébrale. Il ne le répétera jamais suffisamment « C’est ma mère qui m’appelle Artemis. Sinon c’est Arty. » Aucune agressivité pourtant dans sa voix, il a l'habitude maintenant, de cette fameuse phrase.

Puis pour ce qui est de proposer un divertissement aux sorciers du village pittoresque – quand bien même ils en avaient grandement besoin tellement ils étaient boring : « Non, c’est pas du tout mon genre », réplique ponctuée d’un bref clin d’œil en direction de la jeune femme. Toute l’ironie du Poufsouffle se trouvait ici. Mais il se dit ensuite qu’il ne devrait peut-être pas plaisanter ainsi avec une Auror, alors calmement, il reprend « Non. Au pire, j’ai quelques feux d’artifice dans mon sac, rien de méchant. » Son amour des feux d’artifice, pour toujours bien sûr. Mais ce soir ce n’était pas prévu. Surtout, on pouvait applaudir son honnêteté, ce n'était pas souvent non plus. Il secoue légèrement ses mèches folles sur son front, les replacer le plus n’importe comment possible, garder néanmoins son air désinvolte si précieux : « Ça vous arrive vraiment ? de faire des missions ? des trucs ? D’ailleurs, comment se portent les Aurors en ce moment ? » On voit qu’il a une réelle considération pour le métier d’Auror le garçon, ça se sent à son timbre enfantin et à sa question naïve. Mais c’est qu’il avait besoin de savoir, en fait, après tous les événements de ces derniers mois, où étaient les justiciers magiques, qui ils étaient en réalité et où est-ce qu’ils œuvraient pour la communauté des sorciers. Notamment après cette terrible attaque des zombies enflammés dans Londres dont il restait encore des déchirures sur sa peau d'adolescent.
Revenir en haut Aller en bas
En ligne
Elly Wildsmith
avatar
Poufsouffle
Poufsouffle
Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Animagus (Renard de Magellan)
Legilimens


Re: La route des carrosses

Message par : Elly Wildsmith, Dim 7 Jan 2018 - 13:05


Arty. Le jeune sorcier voulait être appelé Arty, plutôt qu’Artemis. Tu hausses les épaules, s’il n’y a que ça pour lui faire plaisir alors tu t’y plierais. Après tout, nul n’était obligé d’aimer son prénom – peut-être était-ce son cas à lui également ? Il te répond ensuite que non, ce n’est pas son genre que de faire des esclandres en plein Pré-au-Lard, suivi d’un clin d’œil qui te laisse une moue rieuse sur le visage. Il avait ce don, le petit, que de tirer des rires au plus terrible des sorciers – Lival en dehors de ça, bien sur. Lui, il aurait plutôt tenté de lui extirper sa connerie du nez. Mais bon, il ne le fera pas hein. Enfin, tu veilles sur le gamin, un peu, quand même.

Et puis la conversation glisse doucement sur le Bureau des Aurors, Artemis semble intéressé à vos missions du quotidien. Assise sur le rebord du banc, tu croises tes jambes, ton regard scrutant la foule comme pour y apercevoir la silhouette de Kalén, mais pour l’instant tu ne vois rien. Alors ton regard retourne sur le jeune sorcier, et tu te décides d’être honnête, parce qu’après tout, lui aussi vit dans le même monde que toi, que vous, et il ne doit pas ignorer les choses. Tu en es certaine. « Je pense que tu n’ignores pas les derniers événements au cœur de Londres ». Une pause alors que tes yeux se ferment, comme pour se rappeler de cette succession d’évènements. « Tout le bureau était mobilisé, malheureusement ça n’a pas évité les victimes, les blessés. Nous ne sommes pas assez nombreux, peu de personne embrase cette carrière car elle est réputée difficile ». Nouvelle pose, nouveau regard sur la foule « Nous traquons sans relâche les coupables de ces exactions ».

Ton regard se promène, tu passes tes mains sur ton visage, comme fatiguée, exténuée par tout ce travail. « On fait beaucoup de chose, et je pense que tu te doutes que je ne peux pas tout te dire, mais les missions d’espionnage, de filature, les duels de sorciers … tout cela, c’est notre quotidien ». Et c’était la vérité. Les interrogatoires faisaient aussi partie du lot, mais cela te semblait moins intéressant à dire tant cela te paraissait logique. Finalement, toi aussi, tu as des questions « Et toi Arty, tu vois l’avenir comment ? »

HRP : le sous forum "Pré-au-Lard" est désormais sous la surveillance d'un Auror
Revenir en haut Aller en bas
En ligne
Arty Wildsmith
avatar
Modération RPGPoufsouffle
Modération RPG
Poufsouffle
Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Loup-Garou


Re: La route des carrosses

Message par : Arty Wildsmith, Dim 7 Jan 2018 - 14:24


Il hoche la tête négativement, parce qu’effectivement il sait tout ce qu’il s’est passé à Londres ce soir-là. Malgré tout, il n’y pense pas avec effroi, il n’avait pas été traumatisé par le débarquement des inferi. Au contraire, tout de suite il s’était jeté corps et âme dans le combat et n’avait jamais senti autant d’adrénaline. Alors oui, évidemment, il avait pris peur, quelques secondes envolées alors que les dents des zombies lui avaient lacéré la peau. Mais le gamin se portait plutôt bien. A vrai dire, le courage et la volonté s'étaient révélés à lui durant ces heures de combat acharné. Comme si vraiment, il avait eu un but : défendre ceux qui ne le pouvaient pas. Protéger Londres, les sorciers, les moldus de la terreur mangemoresque. C’est comme ça, parfois, il avait des éclairs de lucidité le Blaireautin, on ne sait pas trop pourquoi, ni comment, mais il n’était pas toujours l’élève hyperactif qui avait ce besoin incontrôlable de s’amuser. En même temps, courir après les méchants, ça faisait une belle occupation.

Alors il laisse les paroles d’Elly lui recouvrir la tête, puis les oreilles et finalement le cerveau. Elle savait trouver les mots pour allumer le feu de la résolution chez lui. Se battre contre des vilains pas beaux, partir à l’aventure, se retrouver dans des missions abracadabrantesques, c’est ça dont il avait besoin en réalité, pour assouvir cette démangeaison qu’il avait depuis toujours au fond de lui, ce besoin nécessaire de remuer, de gigoter. Et s’il pouvait le faire pour dissiper l’horreur des ténèbres, pourquoi pas, c’était même mieux. Forcément, ces brillantes images lui passent devant les yeux, c’était un peu ce que lui avait offert l’Ordre quand il avait rencontré l’une d’entre eux, qu’il avait été recruté pour les aider. Mais il avait besoin de plus d’agissement, d’être réellement au cœur du mouvement. Ainsi oui, les aurors commèrent à briller à l’intérieur de lui.
Il secoua légèrement la tête lorsque la cheffe de la police magique lui posa une question sur l’avenir. Arty passe alors sa main sur son visage, éclaircir ses idées, il n’y avait jamais vraiment pensé.

Mais il se lance quand même, les idées commenceraient bien à jaillir « Franchement, après Londres, j’ai l’impression que tout se détériore, que ça brûle de l’intérieur, que ça s’effondre vous voyez. Mais c’est parce que j’ai le chaos de ce soir-là dans la tête. Il fait une pause s’étire, cherche ses mots. Alors forcément l’avenir… j’aimerais quelque chose de plus paisible. Je sais c’que vous allez me dire, que c’est trop beau, que j’suis trop naïf. Peut-être, mais ça change rien. J’veux agir pour ça, pour cette tranquillité et cette sécurité à la fois pour les moldus et les sorciers. Et pas qu’on se fasse bouffer par les ténèbres, que des élèves se fassent comme ça, parce que c’est rigolo, torturer par les masqués, ou kidnapper, ou forcer à torturer. » La conversation avait viré sur une tangente beaucoup plus dramatique, forcément, puisqu’il revoit maintenant sa fameuse soirée avec la masquée, celle-là même qui l’avait ravagé et forcé à jouer contre la vie de moldus innocents. Il n’était pas seulement ce gamin insouciant, en fait. Malgré tout, il se risque un sourire vers la jeune femme. Il n’était pas abattu pour autant, loin de là, il restait révolté. C’est d’ailleurs guidé par ce sentiment qu’il se met maintenant debout sur le banc, brillant orateur en plein discours, ses mains dansent pour illustrer ses paroles. « Du coup, ça peut plus durer ! Faut que j’combatte là, moi aussi j’veux des duels, de l’action, j’veux les écrabouiller ! Ils ne me font pas peur ! Enfin si, mais c’est pas grave. »

Oui bon, calme toi quand même Arty, assis-toi va, reste souple. Tu vas finir par faire peur à tout le monde avec ton grand enthousiasme là. Mais non, il n’obéit pas le petit. Il reste debout, les poings sur les hanches, il ne lui manque plus que la cape qui volète au vent pour en faire un parfait justicier. Il baisse alors la tête vers l’Auror. « Alors, comment on fait pour être un chasseur de mages noirs ? » Et rien que l’appellation lui fait chavirer le cœur.
Revenir en haut Aller en bas
En ligne
Elly Wildsmith
avatar
Poufsouffle
Poufsouffle
Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Animagus (Renard de Magellan)
Legilimens


Re: La route des carrosses

Message par : Elly Wildsmith, Dim 7 Jan 2018 - 15:43


Un vague secouage de tête, comme s’il refusait d’imaginer un quelconque avenir. Tu l’écoutes, pourtant, qui te dis qu’il a la sensation que tout brûle de l’intérieur, que tout s’effondre, et tu hoches la tête parce que tu comprends cette sensation. Tu la vis, tu la subis, tu contemple parfois les dégâts, sans réellement comprendre. Une latence dans ses propos alors qu’il s’étire, comme un chat qu’on aurait sortis de son panier, tu avais l’impression que lui aussi sortait de sa zone de confort. Tu hoches la tête négativement quand il te dit que tu vas le trouver naïf. Non, tu ne le trouves pas naïf, ni crédule, tu trouves que c’est un jeune homme plein de bonne volonté, qui a foi en la communauté sorcière, quand bien même celle-ci peut l’avoir déçu. Néanmoins son discours te touche, te rappelle un peu celui que tu avais il y a quelques années déjà.

Alors tu lui réponds par un simple sourire, parce que tu n’as rien de mieux à dire, tu comprends l’envie de mouvement, d’engagement, son besoin d’assurance pour la communauté sorcière. Tu le regarde se mettre debout avec un sourire éclatant, et les gens alentours semblent trouver étrange son comportement mais le regard que tu leur lances les dissuade de toutes remarques désobligeantes à l’égard du jeune homme. « Toi aussi, Arty, tu peux prendre part à nos combats ». La voix est douce, fluette. Tranquille. Loin de la démesure du jeune homme – sans doute était-ce l’âge, ou les multiples combats fait jusqu’ici, qui te donnaient ce recul.

Finalement, il te lance un regard, une question « Alors, comment on fait pour être un chasseur de mages noirs ? » et là, ton sourire se fait plus franc. Si on t’avait dit que le petit trublion serait intéressait pour embrasser ce genre de carrière, tu n’y aurais pas cru. Mais après tout, pourquoi pas ? La soif de justice qu’il avait, cette envie de mouvement, d’être quelqu’un pour les autres, voilà ce qui le motivait. « Déjà, et c’est peut-être ce qui sera le plus difficile, il te faut obtenir un résultat optimal à tes ASPICS ». Une pause, en fait, c’était le principal inconvénient vu la nature du jeune sorcier. Pour le reste, il avait, pour toi, les tripes nécessaires. De l’entraînement, un passage par l’école des Aurors et cela devrait suffire. « Un peu d’entraînement ne te ferais pas de mal, tu sais, je pense que tu as les compétences qu’il nous faut, mais il faut que tu t’accroches, que tu t’entraînes pour ne pas être surpris par la puissance des mages pourchassés, car, je pense que tu t’en es rendu compte, eux ne nous laissent que peu de chance de survie »

L’école des Aurors, c’était un peu la difficulté supplémentaire, un regard pour lui, et le couvant comme une mère pourrait couver son enfant, tu ajoutes « L’école n’est pas évidente, ils sont nombreux à tenter, mais peu à réussir. Si c’est la voie que tu choisis, alors je t’y aiderais, nous t’y aiderons ». Un regard à nouveau pour la foule où la silhouette de Kalén avait disparue quelques minutes plutôt, et où elle ne réapparaissait visiblement pas.
Revenir en haut Aller en bas
En ligne
Arty Wildsmith
avatar
Modération RPGPoufsouffle
Modération RPG
Poufsouffle
Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Loup-Garou


Re: La route des carrosses

Message par : Arty Wildsmith, Dim 7 Jan 2018 - 23:01


Lui aussi. C’est tout ce qu’il retient en réalité. Les principaux mots qui s’impriment d’argent sur l’avant de sa boîte crânienne. Cette mince et infime possibilité d’un jour être capable de véritablement faire quelque chose, de remuer la terreur et la percer de sa propre lumière. C’est tout ce qu’il lui fallait en réalité, il s’y accrochera complètement à partir d’aujourd’hui. Alors il écoute attentivement les conseils d’Elly. Certes il tique, parce que bon, il n’avait pas vraiment prévu d’avoir ses ASPICs, encore moins avec un Optimal. Il ne comprend pas tout de suite que ça implique de sa part de travailler un petit peu plus que d’habitude. Le pire c’est qu’il sait qu’il en est entièrement capable, il n’est pas bête, et même plutôt doué quand il le veut vraiment, c’est juste que jusqu’ici il ne voyait pas l’intérêt de réussir, de se démener pour de bons résultats, faire comme les autres, c’était juste boring. Maintenant, ça changeait tout. Ses yeux roulent dans ses orbites, il réfléchit pour voir s’il n’était pas trop tard pour se mettre au travail, puis finalement hausse les épaules, certainement que non. S’il le voulait vraiment.

La deuxième partie de la réalisation par contre, il l’aimait beaucoup. S’entraîner. Arty ne demandait que ça, de s’exercer véritablement au duel pour pouvoir gérer la peur, l’adrénaline qui parcourrait son corps le moment venu, pour ne plus se faire écrabouiller aussi comme il l’avait été par cette masquée. Ne plus jamais il se sentir si vulnérable, comme une victime, une poupée de chiffon qu’elle avait littéralement traînée par terre. L’Auror avait donc entièrement raison, il allait devoir sérieusement s’entraîner à combattre, les réflexes, la vitesse, l’intelligence de la défense contre les forces du mal, il fallait qu’il apprenne tout ça. Quand bien même Benbow lui sortait par les yeux, il détestait ce mec, mais il ferait un effort, peut-être, éventuellement, un jour.
Il hoche exagérément la tête, lui faire comprendre qu’il saisit scrupuleusement, consciencieusement chacune de ses paroles, qu’il ne prend pas cette idée à la légère, qu’il est prêt à faire tous les sacrifices qu’il faudrait. Tant qu’il continuerait à s’amuser quand même un peu, il était complètement déterminé.

Finalement l’école des Aurors, rien que le nom avait une classe légendaire. Ça crépite dans sa poitrine, il a déjà envie d’y être, de les éblouir tous parce qu’il sait maintenant qu’il est fait pour ça. Aucun doute, il allait tous les écraser par sa magie grandiose. Enfin, il s’emballe quoi, tout simplement. Il se voit déjà avec l’insigne sur la poitrine. Déjà qu’li ne porte pas celui de préfet, mais bon, là ce serait carrément autre chose. Il serait un chasseur de mages noirs. Il ne cesse de sourire à cette idée, cette image dorée de lui. Tellement que ses zygomatiques lui font mal. Puis, avec un enthousiasme débordant qui ne faiblit pas, il lance à la jeune femme : « A partir de maintenant, madame Elly, c’est la voie que je choisis. Promis, je ferai de mon mieux, tout ce que vous avez dit là, les ASPICs – à ce moment présent il y croit vraiment le petit, aucun doute dans sa tête d’adolescent ambitieux, mais sa narratrice sait que ce sera particulièrement laborieux – et l’entraînement. J’vais devenir magicalement puissant pour pulvériser les ténèbres, vous verrez ! Il saute alors du banc pour retrouver la terre ferme. Il ne fallait pas perdre une seconde avant de se mettre au travail, le temps était compté s’il voulait vraiment faire ses preuves, bientôt. Mais avant cela, il dépose un bref baiser sur la joue de l’Auror. « Merci beaucoup ! Et puis surtout, j'vous promets de vous obéir, toujours. Après tout, elle venait de lui donner un but dans sa vie, et c’était un peu tout ce qui manquait au Poufsouffle. C'était la première fois qu'il faisait une telle promesse, et venant d'Artemis O'Toole c'était un engagement qui valait de l'or, vraiment. Elly serait la seule personne qui pourrait éventuellement le contrôler, et cette déclaration était à marquer au fer rouge dans l'histoire de la magie. On se tient au courant ! Oh, et vous direz au revoir à Kalén de ma part ! » Parce qu’il est vrai qu’elle était toujours portée disparue celle-ci.

D’un pas sautillant il reprend alors le chemin vers la célèbre école de sorcellerie non sans avoir adressé un dernier salut de la main avec un sourire charmant.
Sur le retour, Arty s’empare d’Odette, sa fameuse baguette magique, et il lui parle. Lui dit qu’ils étaient désormais promis à grand avenir d’Auror, qu’il faudrait juste qu’ils y mettent du leur un petit peu. Mais que les Mangemorts n’avaient qu’à bien se tenir, parce qu’un jour, ils seraient tout à fait prêts et formeraient le duo magique le plus épique de la police magique.


Départ d'Arty, merci beaucoup les filles amour
Revenir en haut Aller en bas
En ligne
Elly Wildsmith
avatar
Poufsouffle
Poufsouffle
Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Animagus (Renard de Magellan)
Legilimens


Re: La route des carrosses

Message par : Elly Wildsmith, Jeu 11 Jan 2018 - 20:07


Y’a une foutue étincelle qui s’allume dans le regard du garçon. Cette étincelle inarretable, inaltérable, cette envie, cette fougue. Sans le savoir, t’as réveillé un truc dans l’instinct du jeune sorcier. Comme s’il avait juste besoin qu’on gratte un peu à la surface pour l’aider à se découvrir. Comme pour un vieux bijou qui aurait perdu de sa splendeur. Et il a suffi d’un simple coup de chiffon pour que le trésor sorte de sa boite. D’un coup, y’a une compréhension entre vous deux. Comme si vous étiez connectés, même si t’ignore un peu dans quoi tu t’engages avec le jeune sorcier – après tout il avait des tendances à la surprise qui étaient un peu extrême. Mais tu l’aimais bien quand même.

Et puis, il s’emballe, tu le sens, tu l’entends dans sa voix, y’a eu comme un déclic, un truc qui lui a dit « Ça, c’est pour toi ». Tu retiens un sourire quand tu l’entends qui t’annonce qu’il sera le prochain à pulvériser les ténèbres mais au fond de toi, tu sais, que quoiqu’il fasse ou quoiqu’il choisisse, tu seras là pour l’aider. Une petite promesse qui traîne dans tes pensées, qui t’en rappelle une autre faite au binôme du jeune garçon. Décidément, le duo était surprenant.

Tu le regarde qui saute du banc, tu le laisses te faire un bisou sur la joue – enfin, ce n’est pas vraiment que tu le laisses faire, mais c’est que tu n’as pas le choix. Il a de l’entrain, il te surprend par ses propos que tu accueilles néanmoins avec un sourire. Et tu hoches la tête alors que tu écoutes sa promesse. Une esquisse de sourire sur le visage, tu ne doutais pas de la détermination du jeune homme, et tu étais prête à parier qu’il en surprendrait plus d’un. Un signe de main pour lui dire au revoir, suivi d’un « A bientôt Arty ! » enjoué. Comme si tu étais certaine de le revoir bientôt alors que tu n’en savais rien.

Finalement, tu observes la silhouette du jeune homme qui s’éloigne vers le château, et tu reprends ta fouille méthodique de la foule, espérant y retrouver Kalén qui avait disparue depuis votre arrivée sur place. Avait-elle reconnu quelqu’un ?

Revenir en haut Aller en bas
En ligne
Kalén Bloom
avatar
Poufsouffle
Poufsouffle
Spécialité(s) : Permis de Transplanage


Re: La route des carrosses

Message par : Kalén Bloom, Ven 12 Jan 2018 - 19:35


Le vent s'était mis à souffler brutalement. Alors que Kalén retrouvait Elly dans la foule de Pré-au-Lard et qu'elles s'apprêtaient à rejoindre Arty.

Il était soudainement apparu, alors qu'il n'y avait pas de danger. Pour la première fois, son esprit avait émergé sans raison, prenant à nouveau les commandes de son corps. Elle ne se souvenait que de son emprise, que de la puissance avec laquelle il l'avait relégué aux fins fonds de sa tête.

Elle s'était vue partir soudainement dans la foule de sorciers, quittant Elly sans une explication, la laissant avec un air perplexe sur le visage.
Et puis plus rien. Un immense vide, comme si on l'avait assommé.



Pré-au-Lard. C'était une chance inespérée que de pouvoir enfin visiter le village sorcier, sans dépendre du corps et du bon vouloir d'un autre. Mes yeux fous se promènent partout, passant d'élève en élève, de magasin en magasin. Une bourrasque, et il n'en faut pas plus pour réveiller mon allégresse.
Mon cri de joie retentit, grave comme cette fois dans la ruelle. Les regards se tournent vers moi, mais peu importe, c'était la réputation de Kalén que j'entachais, pas la mienne.

Quelques pas de danse, un entrechat, un petit bond en l'air, et me voilà devant Honeydukes, à regarder d'un œil envieux le paquet de patacitrouilles de deux petites Serdaigle. C'est trop tentant, et le régime soupe verte, yaourt nature de Kalén commence à me taper sur le système. Invisible, je me glisse derrière elles, passe ma main sous le paquet, un petit coup sec et hop ! le sac bondit et atterrit dans mon autre main tendue.

"Merci les filles !" fis-je en leur adressant un petit clin d’œil.

Le physique de ma sœur combiné avec le timbre de ma voix les surprenant sans doute, elle me regarde les yeux ronds sans réagir. Sans demander mon reste, je bondis hors du magasin, avec le même enthousiasme que précédemment, et me retrouve une fois encore, dans la rue bondée du village.

Bien, il est temps à présent de retrouver cette... Elly, de qui ma sœur semble s'être amourachée. Ah, la voilà, un peu plus loin ! Je me souviens du garçon qui est accroupi à côté d'elle - drôle de position d'ailleurs. Il est cher à Kalén.
Mais le voilà qui part déjà, le pimpant pinçon ! Alors ça, c'était du rapide où je ne m'y connai...

Pfiooou ! Je ne souvenais pas qu'Elly était si...
Un regard hésitant vers elle, un pensée pour Kalén, puis... Non, pour une fois que je sortais de ma prison, c'était idiot de ne pas en profiter.
Je m'approche à pas de loup et lui lançais le plus torride de mes regards, posant sur elle mes yeux devenus noirs sous l'effet de mon contrôle. Ma voix grave s’élève.

"Elly...? Regarde ce que je ramène..."

Joignant le geste à la parole, je sors de mon dos le sachet de patacitrouilles et lui en propose.

"Une petite faim ? Dis-moi, je n'avais jamais remarqué à quel point tu étais resplendissante ! Peut-être cette nouvelle robe, qui te vas si bien, ou bien ce... oh, ces origines vélanes, me trompe-je ?"

Étirant les lèvres charnues en un sourire des plus charmants, je farfouille dans le paquet de bonbons en quête d'une friandise à croquer.
Revenir en haut Aller en bas
Elly Wildsmith
avatar
Poufsouffle
Poufsouffle
Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Animagus (Renard de Magellan)
Legilimens


Re: La route des carrosses

Message par : Elly Wildsmith, Dim 14 Jan 2018 - 22:25


Un temps passe, combien, tu ne sais pas exactement … mais il te semble que tu restes perdus un long moment les yeux dans le vague, à chercher la silhouette de Kalén, à la reconnaitre dans la foule. Toujours assise sur le dossier du banc, tu la vois qui se ramène – enfin – un sachet à la main. Tu t’apprêtes à lui faire remarquer son attitude étrange et son départ anticipé qui ne lui a pas permis de participer à la conversation avec Artemis mais tu te tais. Tu restes là, à l’observer, son regard t’inquiétant un peu, en fait.

Et puis, viennent ses propos, totalement … déplacé ? Elle te dit qu’elle te trouve resplendissante, te parle de cette robe de sorcier que tu as déjà depuis un long moment. Elle évoque rapidement tes origines vélanes. Et désormais, tu la fusille du regard. S’il était vrai que la jeune femme en connaissait davantage sur toi, de par votre proximité mais également par votre passé commun, tu ne la connaissais pas si expansive et encore moins à dévoiler ce genre d’information en plein Pré-au-Lard. Tu soupires, alors que tu te remets sur tes jambes et que tu sautes à terre.

- Kalén, je ne sais pas ce qu’il t’arrive mais va falloir que tu redescendes sur terre. Ca ne te fera pas de mal. Et devant ses yeux noirs, tu saisis ta baguette sous ta cape, prête à la moindre éventualité. Peut-être, après tout, que quelqu’un avait pris l’apparence de ta jeune collègue. Auquel cas il fallait être prête à la moindre éventualité.
Revenir en haut Aller en bas
En ligne
Kalén Bloom
avatar
Poufsouffle
Poufsouffle
Spécialité(s) : Permis de Transplanage


Re: La route des carrosses

Message par : Kalén Bloom, Lun 15 Jan 2018 - 23:21


Oh, malédictions ! Elle me prend pour ma sœur... Bon en même temps elle a de bonnes raisons. C'est pas que je lui ressemble mais presque, on nous l'a souvent répété quand on était gamins.

Mais je suis plus beau. C'est dommage qu'elle ne puisse pas voir d'elle-même la finesse de mes traits, la blancheur de mes dents - que je continue d'ailleurs de lui exposer par le biais de sourires tous plus charmeurs les uns que les autres -, la noirceur de mes yeux, la douceur de mes cheveux...
Sept ans enfermé dans le corps de ma sœur, ça commençait à faire beaucoup ! J'avais besoin de sortir moi...

Enfin bref, je devais trouver quelque chose à lui répondre. Ma première proie depuis mon exil intérieur, c'était quitte ou double : soit elle succombait à mon charme malheureusement masqué par le si banal physique de ma sœur, soi elle s'énervait, auquel cas Kalén pourrait ressurgir d'un seconde à l'autre. Eh oui, si j'émerge lorsqu'elle est en danger, elle ressurgit lorsqu'elle "sent" que je mets en péril sa petite vie. C'est dommage ça d'ailleurs...

Il faudrait donc la jouer fine.

"Redescendre sur Terre, chère Elly, alors qu'il y a mille et une autre contrées à explorer, fis-je en lui prenant la main et en l'entrainant avec moi. Regarde ce monde qui nous entoure ! Tous ces pays à découvrir, toi et moi, main dans la main, en quelques transplanages ! N'est-ce pas magnifique...?"

Nouveau sourire charmeur en glissant au passage une patacitrouille entre mes dents exhibées. Jouons sur la fibre de l'aventure. Je ne connais pas bien les Aurors, mais s'ils sont tous comme ma soeur, alors ils doivent aimer périls et dangers, rencontres surprenantes et histoires à raconter !
Revenir en haut Aller en bas
Elly Wildsmith
avatar
Poufsouffle
Poufsouffle
Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Animagus (Renard de Magellan)
Legilimens


Re: La route des carrosses

Message par : Elly Wildsmith, Dim 21 Jan 2018 - 23:16


LA de Kalén

Elle te prend la main, t’entraîne, t’emmène, tu ne sais pas trop où. Tes yeux cillent, tu cherches à comprendre ce qu’il arrive à ta recrue, à ton amie. Elle semble dans un état second, un état étrange où n’existe pas la retenue qui lui était habituelle. Les propos te secouent de part en part alors qu’autour les gens semblent se demander ce qui vous arrive. Tu clignes à nouveau des yeux, avant de reprendre pied à la réalité.

Tu arraches ta main de ses doigts, la fusille du regard. Elle a une chance monstrueuse qu’Evan ne soit pas sur place, mais ta colère, elle, gronde à tes tempes. Et ta main met peu de temps à atterrir sur la joue de ta collègue. La faire revenir sur terre, il n’y a que ça, tu ne vois que ça. Le bruit sourd de la gifle qui tombe sur sa joue, sur sa peau fine, et intérieurement tu regrettes quasi aussitôt ton geste : mais pourquoi avait-elle eu un tel comportement ?! Il allait falloir qu’elle s’explique.

« Il t’arrive quoi Bloom ? ». Le ton est dur, froid, distant, cassant. Tu n’es plus l’amie, non, tu es la supérieure hierarchique qui demande des comptes. Jamais tu n’avais pris cette distance avec l’un des tiens, avec ceux qui composaient ton équipe. Et il fallait que ça arrive, sur elle ! C’était impossible, alors tu attends, main sur la hanche, qu’elle s’exprime enfin.
Revenir en haut Aller en bas
En ligne
Kalén Bloom
avatar
Poufsouffle
Poufsouffle
Spécialité(s) : Permis de Transplanage


Re: La route des carrosses

Message par : Kalén Bloom, Mar 20 Fév 2018 - 22:22


Sa main s'arrache à mes doigts épris, et je la sens partir. Coriace la lionne, elle sera dur à conquérir ! Mais je ne perds pas espoir. Enfin, jusqu'à ce que je sente ses doigts aussi glacés que son visage se plaquer sur sa joue.
La gifle me fait l'effet d'un seau d'eau gelée lancé en plein visage. C'est impossible, personne ne rejette le beau Owl ! Et encore moins ainsi !
Les yeux écarquillés, je la regarde, reprenant peu à peu mes esprits. Mais à mesure que je redescends sur terre, je me sens également partir. Elly a trouvé le moyen de me renvoyer d'où je viens, et, j'ai beau lutter, je ne parviens pas à repousser l'esprit de Kalén.
Alors que je sombre à nouveau dans les tréfonds de sa tête, je jure intérieurement. Une si belle occasion gâchée ainsi !

*

Curieux ce regard que lui adresse Elly... Une mine durcie, une main sur la hanche, et ses jolis yeux qui lui lancent des éclairs. Arty aurait-il été décevant ? C'est curieux... elle ne se souvient même pas de l'entrevu qu'ils sont censés avoir eu à l'instant. Peut-être n'était-il tout simplement pas encore arrivé ? Oui, ça devait être cela.

Alors qu'elle s'apprête à lui demander avec humour la raison de son mécontentement, la voix tranchante de sa cheffe l'interrompt.

« Il t’arrive quoi Bloom ? »

Bloom ? C'était bien la premi... non en fait, c'était pas la première fois qu'elle l'appelait ainsi, mais cela arrivait tout de même très rarement. Elle devait avoir une bonne raison pour l'interpeler ainsi.

"Euh... ben je sais pas... J'allais te demander la même chose en fait, je me demandais si c'était à cause du retard d'Arty ?"

Les yeux emplis d'incompréhension de Kalén ne trompaient pas. Elle était sincère dans ses mots.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé

Re: La route des carrosses

Message par : Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas
Page 1 sur 3

 La route des carrosses

Aller à la page : 1, 2, 3  Suivant

Permission de ce forum:Vous pouvez 
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Harry Potter 2005 :: ~¤~ Pré-au-Lard ~¤~ :: Rues de Pré-au-Lard-

L'univers d'Harry Potter est la propriété de la Warner Bros ainsi que de J.K Rowling.
Tous droits réservés sur ce site ©Copyright HarryPotter2005. Affichage optimisé sous Firefox.