AccueilPortailFAQPublications internesRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Harry Potter 2005 :: ~¤~ Pré-au-Lard ~¤~ :: Rues de Pré-au-Lard
Page 5 sur 5
La route des carrosses
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5
Evan
Personnel de Poudlard
Personnel de Poudlard

Re: La route des carrosses

Message par : Evan, Mar 27 Nov 2018, 11:44







LA partagé

Le problème avec l'abus d'alcool, c'est que souvent ce qui apparaît comme une bonne idée se transforme en mauvaise idée. Je me voyais bien courir tel un marathonien moldu prêt à soulever la couronne de la victoire une fois la ligne d'arrivée franchie en héros avec les bras levés au ciel en guise de victoire ! La foule en délire tout autour qui m'acclamaerait en me jetant tous un tas de cadeaux, fleurs, bouteilles de whisky et autres sous-vêtements féminin de la horde de femmes en adorations de mon exploit retentissant !

Mais... Non, je m'étais simplement viandé comme une grosse m*rde dans le bas côté, jurant qu'un z'arbre m'avait encore une fois fait un croche pied, et la tanguitude de mon cerveau avait fait que tout mon corps avait basculé sans que je puisse rien faire pour essayer de reprendre les commandes. Et là, j'étais à peu près comme un animal écrasé sur la route, étalé sans bouger la tronche dans l'herbe comme si j'avais perdu toute faculté de me redresser de moi-même, laissant des petits sons de dépit sortir de ma bouche. Badassitude - 18000000.

Alors quand la blonde me rattrape et se fout ouvertement de ma gueule, me touchant la joue en se marrant, les seuls sons qui sortirent de ma bouche furent à peu près « Arrrgh euh shuie qhual floija sdhh ... ». Et j'écoutais, impuissant, ses questions et ses moqueries qui me donnaient une réelle envie de la tarter une bonne fois pour toute. Et quand elle arracha des brins d'herbe pour les faire tomber sur moi, je fulminais intérieurement. C'était trop.

Alors, dans un effort surhumain, les mains appuyées contre le sol pour me relever, je basculais sur le côté pour me retrouver sur le dos, soufflant un bon coup et virant l'herbe qu'elle m'avais jeté sur la gueule d'un geste rageur.

« Je vais te transformer en boudin moi tu vas voir si j'boude ! Attends... »

Je m'asseyais, bouillant littéralement intérieurement d'une envie de vengeance aussi froide qu'implacable, aussi enfantine que justifiée. Elle m'avait assez ridiculisé comme cela, fallait pas qu'elle se croit tout permis, surtout que pour un prétendu mage noir, j'en prenais pour mon grade et son insolence ne devait pas gagner.

« Si elle est bonne hein... »

Regard lançant des éclairs, le geste suit la pensée, je lui attrape le poignet pour l'attirer à moi, la faisant basculer au sol tout en me mettant à genoux, arrachant de ma main libre une poignée d'herbe que je lui balançais au visage, en arrachant d'autre dans la foulée que je lui jetais dessus tout en hurlant « Tiens goûte là voir si elle est bonne l'herbe !!!! » en plaquant quelques brins sur sa bouche avant de me relever précipitamment et de m'éloigner d'elle toujours le pas claudiquant.

« Alors tu m'diras hein ! Je t'en offrirais un méga bouquet si tu aimes ça !! Pis j'ai gagné Chouquette na ! Les z'abres c'était là ! » dis-je en ciblant ceux où j'étais alors qu'en fait j'en avais juste aucune idée. « Quand t'auras fini de brouter Jacqueline on rentre au château ? J'ai pas que ça à faire de m'amuser moi hein ! Mon temps est précieux... ». Ultime note de provocation laissée pour elle, le souffle complètement coupé par un point de côté sévère. Je pourrais pas courir davantage, par contre j'étais pas certain de pas gerber...
Revenir en haut Aller en bas
Elhiya Ellis
avatar
Responsable RPGSerpentard
Responsable RPG
Serpentard
Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Animagus (Furet)


Re: La route des carrosses

Message par : Elhiya Ellis, Mar 27 Nov 2018, 18:31



Talk to rainbows


Suite de
Elhiya a 17ans

LA partagé sous la contrainte désormais Ange

T’avais gardé un sourire un peu trop lumineux sur toute la situation pendant qu’il maugréait. Etre mauvais perdant c’était moche, vraiment, tellement que tu pouffais à l’entendre rager. Ca jouait comme un gosse et quand ça perdait ca venait altF4 sauvagement sans se soucier si le logiciel ne partirait pas en critical error par la suite. En même temps, s’il était de sang pur, il ne risquait pas de connaitre les aléas possibles de ce genre de comportement… toi non plus d’ailleurs sinon, tu aurais bien pris soin de te relever et de le laisser s’énerver tout seul dans son coin sachant que tu lui tapais sur les nerfs depuis le début de votre échange… depuis trop de temps tout simplement… Par étonnant qu’il te menaçait de finir en boudin à quoi, les larmes aux yeux tu ne trouvais rien de mieux que de demander « Aux oignons ou au pommes ? ». Techniquement le premier est meilleur, mais pour toi, enfin lui, c’était forcément aux pommes, pas besoin d’explication supplémentaire sur le produit trop sain pour être mis de coté.

En attendant, niveau sainteté, vu que t’étais loin d’être un petit ange de douceur et compassion avec lui, rien d’étonnant à ce qu’il te fusillait du regard, même si niveau crédibilité c’était un peu trop tard, t’avais un peu outre passé pas mal de limite sur le cheval de bataille d’Insolence un peu trop libre depuis ce dernier verre de vodka qui n’aurait jamais dû couler entre tes veines. A la perte d’équilibre soudaine, les mirettes se redressaient avant de basculer au sol. Nan, mais non, la nature, les arbre, l’herbe c’était pas ton truc, la campagne te donnait quasi de l’urticaire, et si t’acceptais d’aller chez la grand-mère Becker c’était bien car y’avait de quoi finir dans une botte de foin ou de faire voler des fringues au fin fond d’une chambre. A l’association d’idées saugrenues, et justifiant surtout que tu te laissais faire sans piper mot, tu te retrouvais non plus poulette, ni même chouquette mais biquette d’uldaman. En même temps d’une Elhiya à une autre, il n’y avait que des cornes et des sabots en différence et… le régime alimentaire… d’un « Humgnumgn » et petit crachement de brun de végétation, tu toussais retroussant le nez de dégout pendant que l’Autre se prônait vainqueur. Mauvaise foi en puissance, ce n’était pas une médaille pour la course qu’il devrait récolter, mais celle du manque de savoir vire. Ou quelque chose du genre… Tu n’étais pas bien sure de ce qui collait le mieux..

Toussant de nouveau, les sourcils froncés tu gonflais les joues et soupirais forcement avant de te relever.

« Nope ! les fleurs s’juste bon a faire du combustible pour l’feu. S’vous qui avez un souci avec les arbres !  Et Spas moi qui m’casse la gueule toutes les deux s’condes pour fusionner avec la nature ! »

T’avais roulé des yeux, te rappelant que si t’avais déjà vidé l’intégralité de ton estomac, fallait pas non plus trop secouer l’équilibre qui n’était pas bien stable. Frottant tes mains, tu reprenais la route à pas mesuré et surtout attentif jusqu’à passer son niveau et hausser un sourcil avec dédain.

«  Précieux vous dites ? Ouai ca s’voit en vous barrant même pas direction château ! V’nez au lieu de rager pour qu’dalle »

Mains dans les poches de shorts, t’avais juste indiqué d’un signe de tête la suite du trajet à prendre, te moquant bien de son soudai ralentissement et des performances de toutes évidence piètre en athlétisme de ton enseignant.

Fin du rp - Merci :kiss:
Revenir en haut Aller en bas
Evan
avatar
Personnel de Poudlard
Personnel de Poudlard
Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Fourchelang
Occlumens
Loup-garou


Re: La route des carrosses

Message par : Evan, Sam 29 Déc 2018, 21:25





Il faut se méfier de l'eau qui dort...
with Gabriel Michaels


L'hiver pâle, glacial, résonnait déjà de son aura sur Poudlard et ses alentours. Point de neige présente, mais les températures négatives s'occupaient de laisser une empreinte frissonnante à quiconque osait s'aventurer dehors. Un temps à rester enfermé bien au chaud dans sa salle commune ça ! Vestige de souvenir avec l'actuelle Directrice de Poudlard, dans l'écrin d'une nuit plus que savoureuse.

Esquisse de sourire sur mon visage brumeux, à m'aventurer dans la froideur du dehors vers le petit village de Pré-au-Lard. J'avais passé une nuit de m*rde, une insomnie qui m'avait laissé tranquille depuis plusieurs jours mais qui était revenue me poignarder violemment. Me rappelant toutes ces blessures encore bien présentes dans ma tête, laissées par le sillage ébène qui s'était enfui au seuil du Désespoir.

Presque tout partait en vrille, y compris cette puta*in de Cause qui n'en était plus une, devenue simplement un prétexte à sacrifices pour aucune évolution de la société. Avoir tant embrasser ce monde pour se rendre compte qu'il n'était un étron fumant, et qu'aucun visage embrassé dans son berceau ni aucune mort donnée ne rendaient au tout une saveur un tant soit peu agréable.

Non, c'était fade. Tristement fade. Et en cette matinée j'avais juste envie de me vider la tête, de hurler librement au bord d'une falaise, de tuer un inconnu de sang froid pour pouvoir me sortir toute cette torture mentale qui continuait de me suivre. J'avais déjà trop payé, et même aux portes de la Mort on me réclamait encore un autre dû.

Je n'avais déjà plus d'âme, que pouvais-je donner de plus que les limites de ma Folie, que l'appel de ma Démence, que le reflet de ses ombres apprises par cœur et que je laissais éclater dans des marres de sang et d'organes ? Rien. Aujourd'hui, je n'avais plus rien. Quand bien même les reflets d'or apportaient quelques étincelles de sourires, elles n'étaient pas suffisantes pour palier à l'immensité de mon monde déchu.

Loin en contrebas se dressaient quelques fumées sorties des chaumières du village, certainement encore englouti dans quelques vapeurs de sommeil par endroit. Sans savoir où j'allais, où j'irai, j'errai sur la longue route serpentant jusqu'au cœur bouillant. L'envie de laisser la Bête sortir, l'envie de tuer ou mourir.
Revenir en haut Aller en bas
Gabriel Michaels
avatar
Poufsouffle (DC)
Poufsouffle (DC)
Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Re: La route des carrosses

Message par : Gabriel Michaels, Dim 30 Déc 2018, 12:38


Le matin n’était pas mon fort. Il faisait froid, le soleil était timide, je passais mon temps à bailler, ou à éternuer, y’avait une chance sur deux pour que je glisse sur une flaque givrée… Bref, pas du tout ce que je préférais, mais j’avais pas vraiment le choix pour envoyer du courrier à ma tutrice. Alors vous me direz qu’il y’a les hiboux, sauf qu’à l’orphelinat, ils ont du mal avec les hiboux, la dernière fois Abigail s’était faite mordre, du coup, je devais passer à la poste magique pour demander s’il était possible d’utiliser autre chose, genre… un facteur quoi. Le type qui se gèle sur vélo ou dans sa voiture pour mettre mon courrier dans une boite aux lettres et non dans l’assiette de soupe en plein milieu du repas. Ca devait être possible quand même, ils faisaient comme les autres sinon ? Ils prenaient tous des cours de domptage de hiboux ? Quoi que… ce serait pas mal comme idée de forcer tout le monde à la fauconnerie… Pas dit par contre que l’état irlandais accepte de financer ce genre de cours pour des mômes qui en avait que faire. L’avenir du dressage de rapace n’existait que chez les sorciers à mon avis… Ca aussi je demanderai à la Poste magique tiens !

Pour le coup, emmitouflé dans mon écharpe, les mains dans les poches de cape de sorcier, le nez qui dépassait à peine, je prenais bien soin de ne pas passer par la foret interdite cette fois ci. J’avais pas de sac à dos, mais j’avais pas Rikka dans les parages non plus, alors autant économiser ma seconde chevilles et me cailler un peu plus, je gagnerai du temps sur le retour, logiquement. D’un bâillement supplémentaire, je regardais le petit nuage de fumée s’échapper de ma bouche me faisant frissonner par la même occasion, si j’avais été réveillé j’aurai pris soin de regarder le sort pour réchauffer ma cape… Mais non… le matin c’était pas vraiment pour moi comme déjà dit plus haut. Du coup, même si j’avais envie de trainer –plus car le sport ne m’avait jamais inspiré- le pas se hâtait un peu résonnant sur le chemin de la route des carrosses. Nom étrange, y’avait même pas de carrosses à part à la rentrée scolaire, où alors j’avais loupé l’affichage des horaires et n’arrivait jamais à la bonne heure…. Ça aussi je demanderai…

J’aurai du faire une liste de mes questions d’ailleurs, en arrivant je suis sûr que j’aurai totalement oublié… Niveau organisation y’avait quand même des choses à revoir, c’était un peu comme ce que Lizzie m’avait donné, ca ressemblait à un piquant d’oursin, et après recherches me permettait de mettre de la magie dans un objet. Un joli cadeau, mais je ne savais pas quoi en faire, peut etre qu’enchanter le papier à lettre poru qu’il aille tout seul dans la boite aux lettres était possible. Ça aussi je demanderai, mais à Lizzie, c’est elle qui m’avait donné mon épine d’oursin…

La réflexion continuant sur quoi coudre avec mon aiguille magique le village commençait enfin à se découper à l’horizon, de quoi réveiller l’enthousiasme : après la poste, j’irai me prendre un truc chaud ! Programme validé directement !
Revenir en haut Aller en bas
Evan
avatar
Personnel de Poudlard
Personnel de Poudlard
Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Fourchelang
Occlumens
Loup-garou


Re: La route des carrosses

Message par : Evan, Mar 08 Jan 2019, 17:37







Les voix de la Déraison poussent l'homme à affronter ses propres démons. A les entendre chuchoter au milieu des meurtrissures de l'âme, à devoir les confronter dans les lueurs des nuits les plus ternes, où les lampadaires existants grésillent d'une peur qui dérègle le palpitant empli de sueurs froides. Elles laissent sur les murs de l'existence des traces d'ongles qui arrachent les souvenirs, et dévorent le Présent et ces nombreuses images renvoyées au gré des jours s'enchainant à des sourires de circonstance.

J'errai le long des bois où les arbres me murmuraient quelques soupirs tenaces, se mélangeant parfaitement aux pensées qui flottaient dans les brumes de ma tête. Toutes ces questions épinglés avec mon sang, ou, plutôt, avec le sang des personnes à qui j'avais tenu. Etais-je seulement un artisan de la Mort ? Destiné à faire souffrir ou voir souffrir ceux qui avaient le malheur de croiser mon chemin ? Ou y avait-il une logique qui m'échappait désespérément sur l'horloge de mon monde, justifiant toutes ces cicatrices visibles comme invisibles ?

J'en doutais
Un peu
Beaucoup
Je doutais de tout

Je quittais le chemin pour me perdre au milieu des pins et autres arbres majestueux qui avaient délaissé une bonne partie de leur feuillage pour afficher l'élégance triste de leurs corps dénudés. Mes pieds jonchaient des feuilles mortes, une terre noirâtre humide, des branchages qui se craquelaient sous mes pas me rappelant des moments de nostalgie lycanthrope. Quelques mousses supportaient encore les perles d'une rosée matinale à qui la fraicheur persistante permettait une longévité accrue.

Les mains parfois sur la tête, à essayer de m'arracher ces pensées qui surgissaient depuis des ombres fantôme, une silhouette sur la route, dissimulée en partie par ma vision étriquée, attira mon attention. Un élève de l'école ? Vraisemblablement. Un sourire mesquin pris place sur mon visage un instant, décidant d'aller voir la personne qui osait tant s'aventurer de bon matin sur une route glaciale, me disant qu'elle me permettrait peut-être d'expier mes démons d'une façon ou d'une autre.

Me faufilant pour retourner sur la route, une envie obscure derrière la tête, je découvrais rapidement un minois emmitouflé chaudement derrière une écharpe. Si le premier coup d’œil ne me permit pas de l'identifier, en m'arrêtant juste devant lui, je pus me souvenir de l'élève rencontré à mon dernier cours de Métamorphose, celui qui avait semblé assez, réservé. Il ferait un bon sujet d'amusement à n'en pas douter.

« Tiens ! Mister... Michaels ! Je vois que le temps glacial ne vous arrête pas... Qu'allez-vous donc faire à  Pré-auLard en cette matinée ? Ne seriez-vous pas plutôt enclin à... Quelques petits exercices pour tester votre niveau en matière de sortilèges ? »

J'avais naturellement pointé ma baguette vers lui en même temps que j'avais formulé mes mots, le défiant avec un regard sombre pour qu'il comprenne que ce n'était pas une question de ma part, mais bien un besoin que de me défouler avec lui, et qu'il valait mieux pas qu'il refuse cette offrande si généreusement proposée. Mais après tout, les Poufsouffle n'étaient pas réputés pour leur intelligence, alors peut-être ne comprendrait-il pas l'obligation de ma requête.
Revenir en haut Aller en bas
Gabriel Michaels
avatar
Poufsouffle (DC)
Poufsouffle (DC)
Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Re: La route des carrosses

Message par : Gabriel Michaels, Mer 09 Jan 2019, 15:05


L’esprit sur l’image d’une montagne de chantilly saupoudrée de cacao bien noir, la question de savoir s’il y’avait encore des étoiles en sucre de disponible à cette période de l’année occupait le reste des pensées, ou du moins de l’eveil. A cette heure-ci, pas beaucoup de faculté à la réflexion, ou discernement, ou même quelconque reflexe si ce n’était celui de m’enfoncer le nez dans l’écharpe moelleuse. Il faisait froid, seule vérité pour le moment, et le village était trop loin. Avec tout ce qu’on avait a disposition comme magie, il n’y avait toujours pas de téléporteur de nos cheminées de salles communes à pré-au-lard… Un coup d’Azénor très certainement, elle me dirait encore que c’était question de sécurité comme l’histoire du jambon interdit en pleine nuit, ou du vinaigre décoratif, car… car je ne savais plus trop pourquoi, trop tôt pour me rappeler les pourquoi du comment Poufsouffle ne possédait pas de toboggan de secours pour s’extirper en cas de besoin. Car oui, poster une lettre était d’une urgence nécessaire ! Comment je faisais moi après pour refaire mes stocks de sucettes si je ne pouvais envoyer ma lettre mensuelle à ma tutrice pour dire que j’étais sage.

Perdu désormais sur les autres moyens possibles de relier le château à ce village, une voix sortie de nul par me fit sursauter, et pousser un petit cri de surprise. Niveau virilité, j’avais abandonné de la jouer mec calme, posé qui ne se faisait surprendre par que dalle, de toute facon, avec Rikka, et mes chutes à cause du sac à dos Accromentule c’était trop tard. Alors le cœur tambourinant, la main dessus, le souffle qui peinait à se remettre, je regardais totalement dubitatif l’arrivée d’un enseignant sorti de nulle part… Enfin pas littéralement, des bois surement… Il était peut-être parti se chercher un sac d’exploration poilu là-dedans lui aussi.

– Ah bonjour…

Moindre des politesses malgré le sourire un peu confus, et la main droite partie dans l’arrière de mes cheveux en cherchant à remettre en place ce qu’il racontait. Surprendre les gens comme ça ne permettait pas vraiment une écoute des plus attentif, et encore moins en pointant une baguette dessus. L’étirement des lèvres jusqu’à devenir un sourire en coin poursuivait néanmoins d’un haussement d’épaule et les mains fourrées à nouveaux dans les poches.

– Naaan, désolé, les cours particuliers…. C’est pas trop mon truc j’crois. Les têtes à têtes, devoir s’appliquer sur des sorts qui servent à rien… Je passe mon tour volontiers ! J’veux pas vous véxer hein, mais c’était juste la Poste qui m’attendait en fait. Après si effectivement y’a un sort pour faire qu’une lettre aille se poster toute seule dans une boite aux lettres moldues là, je dirai pas non. Mais sinon… essayez peut-être du côté des serdaigles non ? Enfin..

Je cherchais vaguement, de droite, de gauche, et bien sur la populace de Poudlard n’était pas là, elle dormait sagement, alors des piafs de bleus et bronze y’en avait pas. Ptite moue désolée.

– Ah ouai non, y’a personne d’autre. Mais dans l’bois, j’suis sure que vous trouverez plein de possible volontaire pour se prendre des sortilèges !

Ah ouai, non c’était pas ça qu’il avait dit… des exercices… les bestioles là-dedans n’avaient pas d ebaguette… Et encore heureux ma parole ! Mais du coup ma solution tombait à l’eau là
Revenir en haut Aller en bas
Evan
avatar
Personnel de Poudlard
Personnel de Poudlard
Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Fourchelang
Occlumens
Loup-garou


Re: La route des carrosses

Message par : Evan, Lun 14 Jan 2019, 17:07







LA partagés

Jeu d'échec se posant doucement, sans toutefois, que la valse des pions s'ordonne réellement, comme si, flottait en suspend, un libre arbitre de décisions lui appartenant. Que je pouvais forcer évidemment. Mais, je n'imaginais pas, l'avorton de Poufsouffle devant moi refuser ma gentille invitation. S'il n'était certainement pas con, je n'oubliais pas que sous ces couleurs criardes se cachaient quelques imbéciles, et peut-être qu'il en faisait joyeusement partie et que son cadavre servirait bientôt de compost pour la forêt...

Je m'étais heurté à un fébrile bonjour qui témoignait d'un enthousiasme certain comme si je lui avais annoncé que j'étais là pour lui offrir un coloscopie gratos avec un tuyau de la taille d'un biberon... Je l'avais regardé avec son air semi niais, semi écervelé, faire presque comme si ma présence était aussi cruciale pour lui qu'un furoncle, me débiter qu'il n'était pas intéressé le moins du monde par ma proposition. Je lâchais un sifflement de langue entre mes dents, j'aurais dû lui dire directement, que me dire Non n'était pas une des réponses possibles pour lui.

« Un sort pour qu'une lettre se poste toute seule... »

Je lui offrais un regard consterné, à la limite du dépité, il croyait vraiment que j'en avais quelque chose à foutre là de sortilèges aussi inutiles que ça ? Il voulait pas que je lui fasse des avions en papier non plus ? Des origamis ? Un duel de Shifumi peut-être ? Je suivais son regard idiot qui regardait tout autour comme s'il pensait vraiment trouver un Serdaigle dans le coin, avant de me délivrer une dernière phrase qui m'arracha un grand sourire en coin. Débile, il avait juste l'air débile, il y avait vraiment des élèves qui ne pouvaient qu'être indignes à une maison de la prestance de Serpentard, et là j'en tenais un d'une sacrée espèce en face de moi.

« Des sort qui ne servent à rien ? Oh non Mister Michaels ! Justement, je ne parle pas là de vulgaires sortilèges qu'un piètre professeur en Défenses Contre les Forces du Mal pourrait vous enseigner... J'ai des cordes bien plus affûtées à mon arc en ce qui me concerne et je vous assure... Que vous trouverez cela fascinant ! Et... Comme vous le dites, il n'y a personne d'autre ! Pas un stupide Serdaigle dans le coin ! Juste un Poufsouffle héroïque ! Et je ne suis pas de ceux qui croient au hasard Mister Michaels... Notre rencontre ce matin est un signe... Je vous invite donc... A me suivre, ça ne sera pas long je vous le promets, vous pourrez vite aller à Pré-au-Lard poster votre lettre ensuite... Et... Il serait mal vu que de refuser une telle... Opportunité... »

Sourire  sur le visage invitant joyeusement l'élève dans la forêt, bien en face de lui, pour lui montrer qu'aucun refus n'était possible, je faisais les premiers pas entre les arbres de la forêt interdite, veillant à ce que le mouflet me suive. Juste quelques centaines de mètres seraient parfait, là où je pourrais me défouler librement et maitriser ses cris pour qu'il ne brise pas le silence reposant de la sylve.

Fin du RP ici
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé

Re: La route des carrosses

Message par : Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas
Page 5 sur 5

 La route des carrosses

Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5

Permission de ce forum:Vous pouvez 
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Harry Potter 2005 :: ~¤~ Pré-au-Lard ~¤~ :: Rues de Pré-au-Lard-

L'univers d'Harry Potter est la propriété de la Warner Bros ainsi que de J.K Rowling.
Tous droits réservés sur ce site ©Copyright HarryPotter2005. Affichage optimisé sous Firefox.