AccueilPortailFAQPublications internesRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Harry Potter 2005 :: ~¤~ Londres ~¤~ :: Chemin de Traverse :: L'Occamy Doré
Page 2 sur 3
Salle des plaisirs d'Anthéa Sadler
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3  Suivant
Élius Askin
Préfet(e)/Serpentard
Préfet(e)/Serpentard

Re: Salle des plaisirs d'Anthéa Sadler

Message par : Élius Askin, Lun 11 Juin - 18:24


L.A. volé à Elhiya, Milo, Alexeï




Le pinceau glisse sur tes joues de porcelaine, camoufle cette peine qui ne saurait être cajolée. Lentement, les semaines s'écoulent depuis ce jour de marée haute où tes mots m'ont engloutis de vérité. - Si tu as mal c'est que tu as aimé - Alors je joue comme un gamin, à la poupée, pour contrer cette incessante vague d'écume obstruant mes poumons, à m'en filer la nausée. Les diversions s'avèrent efficaces sur le moment. L'idée est la même que depuis toujours ; ne jamais laisser de place à l'ennui. Ce qui change désormais, c'est le vide à combler ; une cavité anémiée des ardeurs passées.


Enfant de spectacle, je n'ai jamais renoncé à porter une jolie tenue, surtout quand l'occasion de parader se présente. Aujourd'hui, un pantalon de soie et un t-shirt crocheté laissent entrevoir mon corps tissé de danse. Deux paupières fardées de noir papillonnent sur les plis de ta robe bleue, tandis que j'attrape ta main pour t'entraîner dans la pièce décorée en ton honneur. Trop n'existe pas, crois-moi, le bonheur se trouve dans l’abus. Celui des autres par exemples. Ou d'un autre, plus précisément. La musique étire mon sourire que la vision d'un blond rend soudain carnassier. T'as raison - pour les chaussures - on va s'amuser. Mouvement de recul, parce qu'il faut pas abuser, c'est peut être un jour de fête, mais sympathiser avec des moldus, non merci.


Mon nez froncé s'enfuit un instant sur la pommette d'une verte aux oreilles félines que mes bras entourent fugacement ; morceau de tendresse irrésistiblement sucré. Ce moment que choisi la voix fluette du poupon pour attirer mon attention. Hey Piou ! Un vrai gentleman miniature, si on oublie que tu es aussi fragile que du papier. De l'index, je désigne le bout du buffet prévu pour la dépose des cadeaux avant de laisser mes doigts courir dans les boucles de l'oisillon. Un signe de main à son camarade de maison, jolie cravate. Dommage que ton minois ne s'intéresse jamais plus que ça à moi. Même sentence pour la préfète qui semble encore plus rigide que d'habitude. Entre temps, un autre sorcier dont il me semble reconnaître les attitudes désuètes fait son apparition suivi du... Chef des aurors, bah voyons. Est-ce qu'Arty va débarquer lui aussi ?


Déglutition un peu sèche, mais soif vite étanchée dans le regard aigue-marine du jouet élu pour la journée. Salut Dragoslav... Appuyé par une bouche en cœur et ma main contre la glissière de ta veste. T'as faim ? Deux crocs s’agrippent à ma lèvre envieuse pendant que je me rapproche, pendu à ton oreille. J'suis affamé. Demi-tour contrôlé sans attendre ta réponse, et dans un gloussement je me dirige vers Robin, et surtout le plateau qu'elle tend. Seulement le verre convoité s'éloigne à mesure que j'essaye de l'attraper. Azy là. Va falloir trouver une autre source de ravitaillement.


Dernière édition par Élius Askin le Ven 29 Juin - 16:10, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
En ligne
Ethan Turner
avatar
Modération RPGSerdaigle
Modération RPG
Serdaigle
Année à Poudlard : Septième année

Spécialité(s) : Permis de Transplanage


Re: Salle des plaisirs d'Anthéa Sadler

Message par : Ethan Turner, Mar 12 Juin - 15:39


Une personne semblait avoir remarqué ton arrivée, la demoiselle à la baguette curative; le contraire t'aurait certainement surpris, quoique tu aies partagé un duel amical avec la préfète de poufsouffle, et tu t'étais légèrement attendu à recevoir un sourire de sa part, même si le contraire ne te décevait pas réellement. C'était Alexei qui était arrivé ensuite, un bouquet de fleurs blanches en main, cadeau risqué pour une fille de fleuriste, à moins de vraiment bien connaître la demoiselle en question. Par contre, de ce que tu connaissais d'Alexeï, c'était précisément le genre de personne à prendre volontiers ce type de paris risqués.

Ça n'avait été qu'une question de secondes avant que l'attraction principale de la soirée ne se pointe le bout du nez, accompagnée de diverses personnes que tu ne connais pas pour la plupart. Il y avait bien'Élius, le tombeur de Serpentard, qui avait tôt fait de faire le tour des gens et de les saluer à sa façon, allant même jusqu'à te complimenter sur ta tenue, alors qu'en fait un peu tout le monde semblait habillé de façon plus chic que toi... ah c'était peut-être pour ça en fait, il était lui-même vêtu d'un style bien différent des complets qui se faisaient de plus en plus nombreux dans la pièce. Tu avais adressé un sourire amusé à l'endroit du charmeur avant de le remercier et d'apprécier un peu plus la tenue qu'il portait lui-même, alors qu'il prenait déjà la direction d'une compagnie différente.

Le bijoutier des halles venait d'arrivée, tu avais eu du mal à le replacer, tellement il était maintenant vêtue d'une abondante élégance qui lui seyait parfaitement. Son entrée tardive avait été accompagnée par celle d'une autre personne que tu ne connaissais pas, un autre amateur des complets noirs. Ce dernier arrivant n'avait pas l'air d'un étudiant par contre, un grand frère peut-être, mais tu savais bien que la fêtée n'en avait aucun, alors un cousin sûrement. Dans tout les cas, il ne se présentait pas aux autres, et ne saluait personne. En fait, à peine arrivé, il allait déjà se chercher à boire; au diable les politesses.

D'ailleurs, parlant de politesses, il était plus que temps que tu sautes dans le petit train qui se formait pour aller donner la bise à l'aigle du jour, qui était... d'une beauté que tu avais du mal à saisir tellement ça te surprenait. Jamais tu n'avais regardé la jeune femme avec autant d'admirations dans les yeux, son styliste s'était vraiment surpassé, à moins qu'elle se soit fait aussi merveilleuse de par ses propres talents, aspect d'elle que tu ne connaissais pas encore. Tu avais donc attendu que la jeune femme soit libre pour toi, avant de t'avancer à ton tour à distance de conversation, un sourire des plus généreux se dessinant de plus en plus visiblement sur ton visage alors que tu te rapprochais.

-Joyeux anniversaire Lolly, tu est vraiment magnifique, et j'espère que tu trouvera que ta soirée l'est également.

Puis, t'avait hésité quelques secondes pour lui faire une accolade ou non, mais comme tu étais en compagnie de tellement de monde, tu avais décidé qu'un moment moins solennel serait peut-être plus opportun, lorsque la soirée serait bien débuté, par exemple. Tu t'étais alors retourné vers les adultes qui l'accompagnait, pour les saluer également :

-Bonjour à vous; Monsieur, Madame, ravi de faire votre connaissance.

Tu te souvenais que son père était un moldu, et espérait fortement qu'il n'en était pas à sa première fête magique, ou plus simplement qu'il n'était pas du genre à prendre peur devant quelques manifestations magiques.

Tout le monde semblait décidé à aller chercher quelque chose à boire, ou prendre les commandes des autres, toi tu avais plutôt décidé de faire comme celui qui manquait visiblement de politesses, en allant te servir tout seul au buffet des boissons. Passant à côté du petit Milo, tu lui avais glissé un "si jamais tu manques de bras pour toutes tes commandes, tu n'auras qu'à me faire signe" avant de te diriger plus près du buffet, te ravisant à la dernière seconde, attendant plutôt que la fêtée ait son verre en main avant de prendre toi-même un rafraichissement.
Revenir en haut Aller en bas
En ligne
Alexeï Dragoslav
avatar
Poufsouffle
Poufsouffle
Année à Poudlard : Septième année

Spécialité(s) : - Permis de Transplanage


Re: Salle des plaisirs d'Anthéa Sadler

Message par : Alexeï Dragoslav, Mar 12 Juin - 20:09


T'avais à peine eu le temps de parler que la jeune femme qui était le centre de la discussion venait de franchir les portes de l'établissement. Elle était comme majestueuse dans sa robe. Un paon qui fait le beau, un oiseau qui chantonne au lever du soleil. Bien que vous vous connaissez que depuis peu, t'étais bien content d'être ici. Surtout qu'Askin était là lui aussi. Forcément, c'est un des piliers de LEGIT, le contraire aurait été plus qu'étonnant. Un sourire se dessinait allégrement sur ton visage quand il s'était approché de toi et que sa main avait frôler la tirette de ta veste. A quelques millimètre près il aurait pu t’électriser en allant un peu plus loin, mais heureusement pour toi, il s'était retenu.

Pour l'heure.

Et le voilà déjà qui s'enfuyait un peu plus loin, vers Robin. Le plaisir aura été de courte durée. Tu en profitais pour aller poser le bouquet près des autres cadeaux, avant de changer de direction. Le sourire qui bordait tes lèvres pouvait légèrement passer inaperçu, mais c'est armé de ce changement sur ton faciès que tu t'étais rapproché de Lorelaï et des personnes qui l'accompagnaient pour lui présenter tes vœux.

- Bonjour Messieurs Dames, bonjour Lorelaï. Ta robe est magnifique ! J'espère que tu passera un super anniversaire.

Voyant derrière toi que les gens faisaient la queue, tu ne t'éternisais pas, laissant son tour à chacun. Vous auriez le loisir de discuter ensemble un peu plus tard dans la soirée. Un peu plus loin tu voyais Élius chasser un verre. Ce dernier lui échappant au fur et à mesure qu'il s'en approchait. Laissant échapper un gloussement enfantin, tu te rapprochais de la scène et attrapait la boisson au vol, approchant tes lèvres de celle-ci narguant le Serpentard qui n'avait pas réussi à s'en procurer une. Tu plantais tes prunelles azurs dans les siennes, et lançait avec un ton se voulant de défi.

- Bah alors, si même Robin te refuse une boisson, tu va être un peu limité ce soir non ? D'ailleurs, salut toi, je ne t'avais pas vue !

Tu te tournais de sorte à être clairement face au jeune homme.

- Tu veux p'tet goûter ? J'le dirais à personne.

Tu lui tendais le verre, espérant qu'une fois qu'il avait été happé par un adulte, il ne s'échapperait pas des mains d'un mineur.
Revenir en haut Aller en bas
En ligne
Élius Askin
avatar
Préfet(e)/Serpentard
Préfet(e)/Serpentard
Année à Poudlard : Sixième année

Spécialité(s) : Métamorphomage


Re: Salle des plaisirs d'Anthéa Sadler

Message par : Élius Askin, Ven 15 Juin - 2:11






Dans la salle décorée, les sphères couleurs de craies continuent d'effleurer le plafond, au rythme joyeux des retrouvailles entre un saxophone et une batterie. Musique de fête, pour un jour qui sonne particulier. Sans faire retomber ma main suspendue, j'expire un sourire devant l'évidence que Morgan a ensorcelé les cocktails alcoolisées. Deux grains de café posés malicieusement sur mon minois sont bientôt cachés, par un bras dépossédant sans difficulté le plateau, lui. Mes pupilles remontent, depuis le cuir de ta manche, jusqu'à tes yeux espiègles, avant de retomber contre tes lèvres amusées. Un mui et deux sourcils arqués déforment mon visage, en une parfaite bouille de déception, immédiatement renversée lorsque tu t'approches. Service tout inclus ici.


Mais la force qui repousse ma paume ne diminue pas. D'un haussement d'épaules, je murmure qu'un Russe ne reste jamais longtemps sans vodka - en raccrochant mes iris claires aux tiennes, puis ajoute que - tu le sais d'façon, avec un nom pareil. Dragoslav, ça s'invente pas. Et mon oncle s'appelle Alekseï comme toi. Pinçant ma bouche de deux doigts esseulés par la boisson, je glisse quand même un œil en direction de la porte avant de susurrer que c'est tant mieux si tu sais garder un secret, j'ai un endroit à te montrer. D'abord, me tourner vers l'ensemble des invités pour élargir deux bras du côté des tables bordant le mur et clamer :


— Servez-vous ! Soulevés par les percussions, mes talons entament quelques claquements sur le sol - tiens, l'est où le musicien ?


Dernière édition par Élius Askin le Ven 29 Juin - 16:11, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
En ligne
Lorelaï Peony
avatar
Modération GSerdaigle
Modération G
Serdaigle
Année à Poudlard : Septième année

Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Re: Salle des plaisirs d'Anthéa Sadler

Message par : Lorelaï Peony, Sam 23 Juin - 13:25


HRP : désolée d'avoir bloqué le RP, la semaine a été chargée, mais je suis là !


LA de l'elfe de maison.
LA d'Ethan.

Après les présentations, les compliments qui se déversaient sur Lorelaï. La bleue lança un grand sourire à Élius, elle était toute pimpante. Notant dans sa tête qu'elle devrait peut-être prendre des cours de style et de maquillage auprès du serpentin, elle cherchait en même temps des yeux un invité qui se faisait attendre.
Mais elle ne dut pas attendre très longtemps. Il était là, l'amoureux des pierres précieuses. Pour une fois, Lorelaï regretta de porter un nom de fleur et maudit ses parents de ne pas l'avoir appelé selon un minéral, comme Jade. Elle en avait de la chance elle. Il y avait aussi Ambre qui aurait pu faire l'affaire ou encore Ruby... Il lui fit à son tour un compliment, ce à quoi elle répondit avec un énorme sourire, penchant la tête sur le côté comme à son habitude.
- Tu n'es pas mal non plus.

Elle ne mentait même pas. Le jeune homme arborait un magnifique costume, pas particulièrement sobre, mais magnifique quand même. De toutes façons les sorciers n'étaient pas connu pour leur sens de la sobriété. Il salua le père de la jeune femme ainsi que sa grand-mère. La bleue était séduite par la manière dont il s'adressait à sa famille. Il ferait un si bon gendre. Granny était déjà sous son charme aussi, elle le voyait à la manière dont elle lui adressa un sourire avec un clin d'oeil que seule Lorelaï reconnue. Rougissant jusqu'aux oreilles, la bleue se dirigea vers le buffet. L'elfe avait apparemment entendu les commandes de chacun et s'occupait de servir tout le monde, ce qui laissa Lorelaï avec pour seule commande la sienne. Elle prit une coupe pleine d'un liquide bleu clair pétillant et la porta à ses lèvres. Un gout piquant s’agita dans sa bouche, il lui semblait qu'il s'agissait de myrtille, mais elle pouvait se tromper. Retournant vers ses parents, elle tendit son verre à sa grand-mère.
- Tiens, tu devrais goûter, c'est pas mal.

La vieille dame s’exécuta et hocha la tête « délicieux » dit-elle, tandis que Lorelaï faisait un câlin à son père. Il lui avait manqué ses dernières semaines.
- Vous vous amusez bien ? Vous me dites hein si vous avez besoin de quoi que ce soit ou si quelqu'un vous embête ou si vous comprenez pas quelque chose...

la jeune femme ne savait pas comment ses parents réagirait dans le monde magique. Ils y étaient bien passés quelques fois ensembles pour lui acheter du matériel d'école, mais c'était encore autre chose d'être à une cérémonie pleine de sorciers dans un établissement sorcier avec de la nourriture sorcière. C'est pourquoi, quand sa grand-mère prit la parole, la bleue resta figée quelques secondes, la tête toujours dans les bras de son père. « Oh, c'est pas la première fois qu'on est à une fête magique tu sais ! » avait-elle dit tout naturelement. Que quoi comment ?

Mais la bleue n'eut pas le temps de répondre qu'une main agrippa son bras et l'emporta un peu plus loin pour lui parler. C'était Ethan.
- Heu... oui, ça va Ethan ? Tu t'amuses bien ?
Revenir en haut Aller en bas
Lïnwe Felagünd
avatar
AdministrationHarryPotter2005
Administration
HarryPotter2005
Année à Poudlard : Cinquième année

Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Re: Salle des plaisirs d'Anthéa Sadler

Message par : Lïnwe Felagünd, Jeu 28 Juin - 15:32


Deux trois soleils bleus
une pastèque et des montres molles : l'esquisse
d'un dessin onirique qui émerveille
un joli panier garni de rêves aux idées fruitées
l'exotisme touche malheureusement a sa fin, il y a toujours
une fin aux bonnes choses
c'est ce qui rend la vie si triste ou si agréable
paradoxe du chant qui se trouve
dans ce rêve qu'on rêve, un magnétophone sur le côté
le bruit blancs des conversations parasites
les pieds qui grouillent au parquet
senteur de cire au passage -

ou ce chant qui provient du réel
la semi-somnolence est curieuse, intéressante
et ambiguë quand le rêve est sur le point
d'être désamorcé par le réveil.

[...]

Les yeux s'entrouvrent un moment, le temps de digérer l'aveuglante lumière du jour et la brillance des assiettes, des fourchettes et des cuillères et l'éclat du soleil contre les verres. La richesse du lieu lui donne un mal de crâne instantané. Le regard embrouillé tente de discerner les invités derrière les feuillages. Il y avait déjà pas mal de monde, dont environ quatre-vint pour-cents des gens qu'il ne connaissait pas d'ailleurs. Vive la mondanité. La sociabilité est un trait de caractère qu'il tente de mettre de côté, volontairement ou involontairement. Il y a quelque chose de malsain, derrière - et quitte à jouer l'hypocrite, autant snober la société comme il se doit. Au passage, Lorelaï Peony était ravissante.

Et puis là-bas, au loin, une figure familière : son elfe qui fait le service. Il est gentil, adorable, tout ce que vous voulez. Et il est ici en partie pour ça, mais les gens ne se privent pas de sa docilité. Lïnwe leur avait confié Grodoudou pour quelques minutes ou heures (le temps est incorrigible et inconnu lorsqu'on dort), mais c'était pas pour servir d'esclave aux invités. Il détestait ça, qu'on se serve d'eux pour faire le sale boulot. C'est pas comme si il avait bossé toute la journée en plus. Le pire, c'est qu'il y avait bien des serveurs dans la salle, non ? Bande d'ingrats, vous mourrez tous dans les insalubres pavés de la société, de la boue entre les dents et à pardonner le ciel pour ce que vous avez fait.

Réajustement de cravate
le smoking, mise à part un mauvais pli
est sobre mais élégant.

Une main robotique dans les cheveux
pour les remettre en arrière
et se lever prudemment avant de reprendre un verre.

Un ancien Poufsouffle (Dragomir) lui accorde un signe de la main, qu'il répond en miroir. De ses souvenirs, il était plutôt branché politique et bijoux, très bon dans ce dernier domaine d'ailleurs, pour y faire son métier. D'un geste fugace, il prit un verre cul-sec d'une main - de l'autre il augmenta l'intensité sonore du bigband, histoire de faire bouger le peuple ; avant de rejoindre son elfe et l'assistant dans le service, un sourire compatissant sur son visage.

Vous avez mon LA pour dire que Lïnwe vous sert quelque chose !

Revenir en haut Aller en bas
Marjorie Lunas
avatar
Préfet(e)/Poufsouffle
Préfet(e)/Poufsouffle
Année à Poudlard : Cinquième année

Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Re: Salle des plaisirs d'Anthéa Sadler

Message par : Marjorie Lunas, Mar 3 Juil - 3:18


Autorisation de Lolly pour poster !
/!\ Mots pas très beaux


- Bordel elle est où cette robe ! Ca disparait pas comme ça !


Je cours partout, je suis à la bourre, grave à la bourre. Et ça me saoule. J'ai fait une petite sieste, le genre de petite sieste où on se réveille la tronche enfarinée et la trace de l'oreiller imprimée sur les joues. S'en suit un coup de stress terrible à courir partout, cherchant mes affaires dans les 4 coins de la chambre, et là c'était ma robe que je cherchais, une robe blanche qui m'arrive aux genoux, col rond et évasée sous la taille. Je finis par mettre la main dessus après avoir retourné mon placard au moins 3 fois. J'enfile mes fringues à toute vitesse, je crois que même dans un spectacle d'illusionniste moldu les nanas derrière leur tissu noir n'arrivent pas à faire mieux.
Petit coup de mascara, chaussure en dentelle et je file dehors, cadeau sous le bras. Petit coup de baguette dans la rue, mais toujours pas de magicobus, je sais pas où il est passé ce machin, jamais là quand on en a besoin. Alors ce sera transport moldu, réputé pour sa rapidité et sa ponctualité sans faille. Ou pas. Faut pas être pressé hein… C'est pas comme si j'étais méga en retard à l'anniversaire d'une de mes amies, bah naaaan !

Je m'impatiente, tape du pied, regarde par la fenêtre les rues défiler, compte les arrêts, allez allez, chauffeur si t'es champion… Je mets un temps fou, vraiment fou à rejoindre ce foutu chaudron baveur. Alors quand je vois enfin le passage menant au chemin de traverse, j'ai déjà un poids qui se libère, plus qu'à rejoindre l'Occamy Doré. Je cours pas, parce qu'en robe c'est pas pratique du tout. Mais je marche vite hein ! Et j'arrive enfin à destination, jusqu'à la fameuse salle de l'établissement où se déroule l'évènement. Je fais une entrée discrète, autant que possible, c'est que j'assume pas vraiment mon retard. Petit coup d'œil sur la décoration et je dois avouer que c'est vraiment joli, tout doux, tout Lolly. Sourire qui s'affiche sur mon visage, j'ose pas déranger, petit signe de tête envers les personnes que je connais, je reste bloquée à quelques mètres à peine de l'entrée. J'attend. Gênée.
Revenir en haut Aller en bas
Alexeï Dragoslav
avatar
Poufsouffle
Poufsouffle
Année à Poudlard : Septième année

Spécialité(s) : - Permis de Transplanage


Re: Salle des plaisirs d'Anthéa Sadler

Message par : Alexeï Dragoslav, Ven 13 Juil - 10:36


Allez là, abandonnez pas cet anniv wsh

Comme une hirondelle cherchant à vaincre vents et marées, le môme ne pouvait s'approcher du verre que tu lui tendais, perpétuellement repoussé par une force mettant un point d'honneur à écarter tout comportement non prévu au protocole. Haussement d'épaules, tant pis pour lui, le verre restait dans tes mains pour t'abreuver encore un temps. Référence à ton nom, Askin marque un point. Si tu es un réel fan de vodka, peu importe celle qu'on te proposait, aucune ne rivalisait avec celle de tes parents. L'attrait de la gratuité, du risque de se faire attraper en en volant peut-être.

Guérisseuse de tous les maux, ton stock de petite eau avait d'ailleurs bien diminué, une excuse pour te faire retourner dans ta Suède natale dans les temps à venir pour effectuer un réassort digne de ce nom.

Malheureusement, ce n'était pas au programme immédiatement. Tu devais faire la fête avec des gens que tu ne connaissais presque pas pour fêter l'anniversaire d'une demoiselle que tu connaissais à peine. Si c'était pas magnifique tout ça. Une confirmation, une proposition et un air de défi dans la voix tu renchéris.  Y'a quoi derrière cette porte, un truc à chercher pour Lorelaï ?  

Du rhum ? Des femmes ? De la bière ? Qu'importe. Le son de la musique commençait à te donner mal au crâne et tu ne dirais pas non pour une petite pause. Le verre à moitié plein, tu te permets de le vider d'une traite te rendant disponible pour Élius.
Revenir en haut Aller en bas
En ligne
Ethan Turner
avatar
Modération RPGSerdaigle
Modération RPG
Serdaigle
Année à Poudlard : Septième année

Spécialité(s) : Permis de Transplanage


Re: Salle des plaisirs d'Anthéa Sadler

Message par : Ethan Turner, Mar 17 Juil - 12:39


De la musique, des invités et des rafraichissements. Pour l'instant la fête se résumais à la fêtée qui recevait des compliments de part et d'autres de ses invités, et d'une distribution des boissons par les gens qui cherchaient à se rendre utile, à ceux qui s'ennuyaient ou ne savaient quoi faire. Tu étais plutôt de ce deuxième groupe, qui s'attendais à voir quelque chose à manger, un discours de la fêtée, des bougies à souffler, et des cadeaux à donner. Pour cette dernière partie, il y avait aucun soucis, les cadeaux dormaient bien à l'abris, enfin, le tiens l'étais. Cette vision était peut-être errronée, puisqu'en fait, tu n'étais généralement pas celui qu'on invitait dans ce genre de soirées, probablement parce qu'avant la cinquième, ton nombre d'amis se comptait sur les doigts d'une main, et il restait plein de doigts libres.

Par, inviter ses parents à une fêtes d'amis, même toi tu trouvais cela un peu étrange, enfin, c'était deux mondes qui se croisaient, et visiblement ce choc mettais beaucoup de gens mal à l'aise, particulièrement alors que la principale interessée restait sous l'escorte de sa famille. La surveillance parentale empêchait cette liberté d'expression qu'on pouvait avoir entre amis, et le fais que tu ne connaissait qu'une partie de la liste des invités ne t'aidais aucunement en ce sens.

Plus le temps avançais, et plus tu devenais incertain de l'organisation de cette soirée, ignorant si quelque chose était à l'ordre du jour, ou s'il s'agissait réellement là de tout ce qu'il y avait à voir; tu aurais pourtant juré, en mettant le pied dans cet établissement, qu'il s'agissait là du palace des divertissements feutrés et conviviaux. Sentant que la situation devenait pressante, et cherchant à faire comprendre à ta camarade que les invités étaient là pour elle, et non pour le bar de l'établissement – quoi que cette pensée devenait soudainement alléchante -, Ethan s'étais saisi du bras de la bleu et bronze, s'assurant de le faire avec le plus de galenterie possible, et l'avais ainsi prise à part pour discuter avec elle.

Avant même qu'il n'ait le temps d'ouvrir la bouche, déjà une quesiton était posée des lèvres de la demoiselle, une qui touchait précisément le sujet qu'Ethan souhaitait abordé.

-Désolé, je ne me sens pas très à l'aise de discuter comme ça avec ta famille à proximité, je devais te prendre à part. Tu sais, on est tous là pour toi, pour te fêter, avec toi. J'ai moi même un cadeau que j'aimerais beaucoup te donner. Je sais qu'on garde bien souvent ça pour la fin mais, ça ferait déjà un sujet de conversation, tu ne pense pas? Enfin, pense-y, la musique est bien, et la décoration aussi, mais ça serait bien de t'avoir pour nous, aussi.

Le ton utilisé avait été compréhensif malgré tout, et c'est d'un sourire que tu terminais ta phrase. Ayant rendu depuis un bon moment sa main à la jeune femme, Lolly était, bien sûr, libre de retourner à ses occupations. Toi, tu avais fait valoir ton point, un peu trop maladroitement, probablement, prouvant une fois de plus que les interractions de groupe, ce n'était pas ta tasse de thé.
Revenir en haut Aller en bas
En ligne
Lorelaï Peony
avatar
Modération GSerdaigle
Modération G
Serdaigle
Année à Poudlard : Septième année

Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Re: Salle des plaisirs d'Anthéa Sadler

Message par : Lorelaï Peony, Mar 17 Juil - 14:04


LA Ethan
LA Marjo


Ahurie.
Comme sonnée par ce qu'elle venait d'entendre, Lorelaï eu du mal à se concentrer sur les mots d'Ethan.
- Heu oui, les cadeaux bien sûr.

Elle regarda autour d'elle mais ne vit pas le Serpentin aux alentours.
- Mais c'est que c'est pas moi qui organise le tout, je sais pas ce que Élius a prévu.

Le son de la musique augmenta alors soudain, et la blonde regarda en direction du petit orchestre. Lïnwe s'était réveillé de sa sieste et avait apparemment décidé de réveiller tout le monde avec lui.
- Bah tu sais quoi ?! On va danser en attendant Élius, dit-elle en prenant son camarade par la main pour l'attirer vers la piste, mais avant même de faire un pas dans cette direction, Lorelaï tourna la tête et remarqua une petite jaune qui attendait timidement à l'entrée.
- Marjoooooo ! cria-t-elle. Tu es venuuue !

Elle lâcha dans son enthousiasme la main du bleu à qui elle fit un sourire - Je reviens - et se dirigea vers Marjorie.
- Marjorie, viens ! C'est l'heure de danser ! Regarde comme ils sont tous mous, on n'attendait plus que toi !

Entraînant la brune sur la piste, pas très loin de là où elle avait voulu inviter Ethan, elle commença à se déhancher, espérant intérieurement que d'autres la suivraient ou que les membres de LEGIT sortiraient un tour de leur chapeau pour animer la fête, même si elle s'amusait très bien.

...

De l'autre côté de la salle, Monsieur Peony lançait un regard noir à sa mère.
- T'es sérieuse ? T'étais obligée de lui dire ?

Il regardait sa fille danser sur la piste.
- Heureusement qu'elle a pas eu l'air de comprendre...
- Dommage tu veux dire, répliqua la grand-mère. Il est temps qu'elle sache ta fille. Tu vas lui cacher combien de temps ?
Revenir en haut Aller en bas
Élius Askin
avatar
Préfet(e)/Serpentard
Préfet(e)/Serpentard
Année à Poudlard : Sixième année

Spécialité(s) : Métamorphomage


Re: Salle des plaisirs d'Anthéa Sadler

Message par : Élius Askin, Ven 20 Juil - 1:48


L.A. Signature + ouverture RP + Lorelaï




À la lame incisive de nos adolescences cède l'orgueil du passé. Aucune minute n'a plus de valeur que celle, gorgée de musique, s'écoulant sous nos pieds. Devant moi, un plateau traverse la pièce, porté par une mécanique blême. Tu as quitté ton asile de lierre, enfant au sourire camisolé.


Well ♫


D'une main, je chasse les ailes trop proches d'une mésange - de qui vient cette foutue déco ? - tandis que l'autre fourre un mini sandwich au creux de ma joue gonflée. Sur tes iris - deux lagons éclaboussés d'un lascif soleil, je postillonne l'idée qu'tu devrais poser cha et t'amuser, avant de détourner mon intérêt vers la marguerite fraîchement arrivée.


It's one for the money ♫


Depuis tes jambes en porcelaine enracinées de dentelle, jusqu'à tes yeux soulignés, mon regard enfantin gambade sur ton corps de poupée. Un baiser n'essuiera pas la poudre que la timidité - ou la course effrénée - a déposé au sommet de tes pommettes ; c'est même le contraire, que mes lèvres étirées constatent en quittant ta joue empourprée. Viens, rentre et laisse l'ambiance t'emporter. Moi, je suis déjà ailleurs, à nouveau pendu au cuir d'un autre blaireau.


Two for the show ♫


Une ignorance n'ayant d'égale que la témérité qui l'accompagne et tes iris agenouillées vers mon museau comblé, quoi demander de mieux ? T'éloignant quelques secondes des premiers babillages d'une fête encore hésitante - sur la pointe des pieds - je rapproche une effronterie toute naturelle de ton oreille assidue. Tu penses quoi d'la famille moldue de Lorelaï ? Sans te laisser répondre, je fais tomber mes talons sur le sol en ricanant. Après tout, il est possible qu'il n'y ait pas de mauvaise réponse, seulement un usage différent. Ou pas.


Three to get ready ♫


Mais du bourgeon de ma langue, tu entreverra à peine la glissade contre ma bouche mutine car je me retourne et file droit sur la Reine du jour. Saisissant un verre de je-sais-pas-quoi au passage, j'interromps le ballet en réclamant l'attention, et tant pis s'il faut piétiner une jolie chaise pour ça. Du haut de mon perchoir je déclare qu'en bon Tamada - comprenez Maître de Cérémonie en Russie - j'porte un toast pour Lorelaï ! La coupe bien levée, j'explique que chacun peut dire un mot, ponctué d'une pirouette malignes de pupilles. Moi, chère Libellule, te déclare officiellement la plus douce rêveuse de - PAF ! Et un ballon explose au dessus de ma tête, libérant une envolée de confettis dans l'air désormais arrosé de mon rire fluet. À votre tour...


Now go, cat, go ! ♫
Revenir en haut Aller en bas
En ligne
Lïnwe Felagünd
avatar
AdministrationHarryPotter2005
Administration
HarryPotter2005
Année à Poudlard : Cinquième année

Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Re: Salle des plaisirs d'Anthéa Sadler

Message par : Lïnwe Felagünd, Ven 20 Juil - 14:19


L'esprit latent comme un feu de cheminée en briques, rouges comme le soleil en sang ou ce cocktail grenadine. Verser, verser le liquide dans les futurs gosiers - c'est anticiper les rêveurs à dormir. Les gestes sont pris et repris entre son elfe et lui, et puis entendre l'arrivée d'une retardataire (Marjorie) qui attend près de la porte. Elle ne sait pas trop où se mettre, tu lances un regard avant de retourner à tes affaires de service. Un autre regard et encore un troisième avant de se décider à aller la voir, suivre les pas du russkov là.
Quelques                     pas en sa direction, s'animer devant elle
comme un pantin d'illusions : Bonjour, bienvenue à l'anniversaire de Miss Peony.
C'est par ici.
lui proposer un verre sucré
le sourire faussement charmeur sur les lèvres roses.

Lui ouvrir un bras devant, comme une porte invisible pour lui indiquer que le banquet a déjà commencé
Les invités sont debout, entre un verre et une bouchée - bientôt le gâteau qu'il a hâte d'apporter mais l'heure est
aux honneurs. Un toast pour Lorelaï. Lever son verre, sobrement, après le numéro
du clown — À Lorelaï.
avant de plonger dans la salle d'à côté
pour se servir, en douce, un peu de gin apprivoisé.

Revenir en haut Aller en bas
Lyra Peverell
avatar
Serdaigle (DC)
Serdaigle (DC)
Année à Poudlard : Première année

Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Re: Salle des plaisirs d'Anthéa Sadler

Message par : Lyra Peverell, Jeu 26 Juil - 20:48


Déso, j'reprends à partir d'ici, comme ça je suis là,
mais j'ai pas trop lu avant...

Il y a sûrement des gens qui t'ont dit bonjour, ou peut être pas, enfin il y en a au moins un, et c'est le Serpentard qui faisait équipe avec moi lorsque les Aurors sont venus à Poudlard. Je crois qu'il est gentil alors je lui adresse mon plus grand sourire avant de me mettre au travail pour essayer de servir des gens. On me propose de l'aide que j'accepte. D'un autre côté, les verres s'éloignent de moi pour certains, alors je peux pas tous les servir. Bref, il se passe plein de choses, moi, je mange, je bois, et je regarde les gens sans oser aller vers eux. Pourtant, je suis pas timide, mais je ne connais vraiment personne correctement à part Lorelaï, alors je n'ai pas envie de m'imposer.

Je ne suis pas le seul à ne pas trop vouloir me fondre dans la masse. Mais je fais bonne figure quand même, j'envoie des sourires et de la bonne humeur aux gens. Je suis là pour m'amuser. Et puis, voilà que c'est l'heure de porter un toast à Lorelaï. Je ne peux pas rester silencieux cette fois-ci. On peut dire un mot pour elle, et c'est sa journée, alors je lui dois bien ça. C'est Elius qui commence, et pouf, un ballon explose ses confettis alors qu'il a à peine fini. J'éclate d'un rire joyeux en voyant la scène. C'est que la fête va commencer ! Je lève alors mon verre à mon tour.

- Moi, moi ! J'ai des trucs à dire à Lorelaï !

Oups, j'y ai peut être mis un peu trop d'enthousiasme ? Non... Après tout, on est là pour s'amuser et passer un bon moment, et j'ai que des bonnes choses à dire sur elle, je peux donc me lancer sans trop hésiter... Je crois...

- Et ben, déjà, j'espère que tu vas bien t'amuser avec nous et que ta journée sera parfaite, tout comme toi, parce que tu le mérites fort fort tellement t'es gentille. Même que c'est grâce à toi que j'ai pas eu trop peur de la magie en arrivant à Poudlard, alors merci !

Je préfère m'arrêter là. Parce que j'ai déjà les joues qui ont viré au rouge et que 'ai un peu envie de me cacher. J'aime bien les gens, mais pas parler devant tout le monde. Heureusement que c'est pour Lorelaï, je lui dois bien ça ! Et puis, je finis par me cacher en engloutissant la fin de mon verre d'un coup et en m'approchant du buffet en me demandant ce que je vais bien pouvoir goûter à présent.
Revenir en haut Aller en bas
Lïnwe Felagünd
avatar
AdministrationHarryPotter2005
Administration
HarryPotter2005
Année à Poudlard : Cinquième année

Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Re: Salle des plaisirs d'Anthéa Sadler

Message par : Lïnwe Felagünd, Lun 30 Juil - 19:23


Les yeux brûlent comme un feu de joie, lorsque, pendant les célébrations délicatement toastées, le sang-mêlé s'offre un verre de gin bien mérité. Non, mais, c'est qu'il avait de ses planques de gafiolle... là, sous la table. Entre un pied et le mur - assez bien caché dans la pénombre adéquate. Ne laisser qu'un filet de vision, par l'entrebâillement de la porte. Assez pour y espionner les invités. Les surveiller, y'en avait toujours des plus louches que d'autres (allez savoir lesquels...). Dernière vérification avant d'ouvrir la bouteille, c'était un petit qui parlait. Il avait l'air niais à souhait. La parfaite tête-à-claque pour Lïnwe. L'enfant à martyriser. M'enfin, pas aujourd'hui : il allait se contrôler.

Il but deux ou trois bouchons avant de déposer le gin au sol - deux grains de poussière mise en cage. S'essuyer le front et s'essayer jongleur. L'avait pas un talent certain pour le cirque, mais il savait au moins faire léviter un gâteau et son plateau. Et ça, c'était un sacré gâteau d'anniversaire ! La couleur menthe à l'eau, voire cyan, c'était pas trop son truc. Mais y'avait au moins de la couleur - les gâteaux en sucre blancs, c'est beaucoup trop commun... Une certaine délicatesse florale, aussi. Comme si un paysagiste était passé par là, histoire de surplomber la vision. Tout était comestible, sauf les rubans aux couleurs pastels qui flottaient tout autour, parmi les libellules du même caractère que le bouquet (c'est à dire en sucre, pour ceux qui ne suivent pas).

S'il avait bien compris, les libellules : c'était pour son patronus. Les rubans et les fleurs, un truc de fille. Et le cyan qui pique les yeux, une Serdaigle qui se voulait extravertie ? C'est même pas elle qu'avait choisi le dessert. — Une histoire de goût, d'esthétique - même si le sucre sur du sucre dans du sucre, c'était vraiment pas son trip. Pour l'occasion, il aurait bien fait flotter des boursouflets ou inséré une poignée de kiwicots dans les parts déjà prédécoupées par ses talents mathématiques... mais bon, il se contentait d'être sobre. Il s'avouait vaincu par la responsabilité qu'il encaissait.

Il passe une main à travers l'interstice de la porte, histoire de couper le son net, les lumières (bien qu'il était trop faible pour contrôler celle du jour), les bougies positionnées sur le dessus feront le reste, et annoncer la couleur aux invités - afin d'être à peu près tous coordonnés... paranoïa d'un chef d'orchestre.

Et puis marcher, le regard en haleine, les bras devants - faisant léviter le gâteau jusqu'à l'heureuse du moment. Au nom de l'association L.E.G.I.T., je te souhaite un très joyeux anniversaire, Lorelaï ! c'est qu'on le verrait presque sourire. Face à ce charme mondain.

Revenir en haut Aller en bas
Lorelaï Peony
avatar
Modération GSerdaigle
Modération G
Serdaigle
Année à Poudlard : Septième année

Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Re: Salle des plaisirs d'Anthéa Sadler

Message par : Lorelaï Peony, Jeu 2 Aoû - 16:24


LA Marjo - LA Milo - LA Arte - LA Elhi - LA Élius - LA Crystal - LA Jace - LA Dragomir

Yiha !

Tournoyer, dandiner, sur la pointe des pieds, d'une hanche à l'autre, agiter les mains, une main dans celle de la jaunette, la faire passer dessous, croiser, se croiser, sourire de son sourire, les cheveux qui volent, les talons qui s'agitent. Se dépenser sous les confettis, entre deux hirondelles. D'autres entre dans la danse. Lorelaï aperçoit du coin de l’œil le mystérieux Artemis de l'Occamy, Madame Ertz et Jace aussi, ainsi que quelques pas plus loin la jolie Elhiya qu'elle aime tant voir danser. Le Serpentin lui aussi se donne à fond... Et bientôt Madame et Monsieur Peony s'avancent aussi pour se mêler aux sorciers. Sur la piste, plus aucune différence. La blonde observe ses parents du coin de l’œil. Sont pas nets. Et leur danse n'est pas nette. Mais pas le temps de reprendre son souffle et de s'interroger sur leurs agissements que le vert paillettes monte sur une chaise et lance une nouvelle activité : un mot pour décrire la Lolly.
Les réponses s'enchaînent et la bleue va câliner son Milo tout chou quand il lui dit comme elle l'a aidée à s'intégrer à Poudlard. Dragomir eut quelques mots qui dépassaient de loin la gentillesse et vinrent se déposer en plein dans le cœur de la belle, transperçant sa poitrine et la rendant rouge rubis l'espace d'un long instant.
Puis vient le tour de Grany qui semblait avoir remarqué le jeu des deux employés. Un sourire aux lèvres, elle leva son verre. On n'aurait pu être plus fière de ce que tu es à 18 ans ma Lolly. Et de tout le potentiel dont tu fais preuve pour la suite. Un hochement de tête de Monsieur Peony plus tard, on enfile les bulles.

Les discussions reprennent. Hésitations. Discuter avec les deux cachottiers ou se diriger vers... lui.
Pas le temps de choisir qu'un nouvel événement fait son apparition !

La musique s'arrête. Les feux s'éteignent. D'autres s'allument. Et la musique se relance. Différente.

Lorelaï saute, haut. Heureusement qu'elle tient sur ses talons. Ouiii ! Le gâteau ! Qui flotte. Vers elle ! Tapant dans ses mains, elle se joint à la musique pour se souhaiter un bon anniversaire, tête à gauche, tête à droite. Merciiii ! Un vœux. Fermer les yeux. Se mordre la lèvre. Plus d'accident. Protégez-les. Retenir l'émotion. Souffler les bougies. Sauter dans les bras se son père. Merci.


Dernière édition par Lorelaï Peony le Jeu 2 Aoû - 22:07, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas
Dragomir Orton
avatar
Poufsouffle
Poufsouffle
Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Re: Salle des plaisirs d'Anthéa Sadler

Message par : Dragomir Orton, Jeu 2 Aoû - 21:47


LA de Lolly

Décidément ce costume avait beau être élégant il était totalement inconfortable. La transpiration collait le dos du garçon alors qu'il s'entretenait avec les parents de sa chère amie.

Loll... Euh Lorelaï m'as beaucoup parlé de vous! Fleuriste est l'un des métiers que je souhaitait pratiquer étant petit. Je suis aujourd'hui une sorte de fleuriste des pierres. Un sourire éclaira son visage. Mais ce qu'il y a de beau dans les fleurs et que les pierres ne possèdent pas c'est cette dimension éphémère. Aucune beauté ne surpasse celle qui ne dure pas.
Ce soir il fallait oublier les titre, les norme, les règles, les noms à rallonge et les blasons. Dragomir souhaitait plaire et ce sans tous cet apparats de fanfreluche que les Orton portaient comme des armures.

Soudain

Du monde partout. Une foule excitée et dansante. Dansante... Dragomir n'avait plus dansé depuis...
Les parents eux aussi partaient danser. D'un coup le garçon se retrouva seul. Il rumina sa mélancolie un instant puis Elius porta un toast et demanda un mot pour définir Lolly. Prenant une coupe je français entonna

-Joyeux anniversaire à la plus talentueuse vendeuse du monde! Grâce à la plus resplendissante des pierres précieuses, mes journées sont tentées d'un jolie rose pale.

Après le gâteau, le français entendit une mélodie chère à son cœur. La valse des fleurs de Tchaïkovski. Dragomir s'avança jusqu'à Lorelaï et se pencha en révérence avec un sourire.

Je n'ai pas dansé depuis très longtemps mais c'est sur cet air que j'ai appris.  Je veut bien réapprendre avec toi si tu le permet.

Au deuxième mouvement le duo commença sa valse. Dragomir boitait de tel sorte que le deuxième mouvement du pied était fusionné au troisième. Heureusement, il parvint à compenser légèrement ce problème en agrandissant les cercles de rondes. Finalement il pouvait encore danser! La sensation grisante d'un couple valsant au milieu des autres lui avait tellement manqué. Le français dévorait sans le vouloir sa cavalière des yeux, ce moment était à eux, à eux seuls. Personne ne pouvait venir le gâcher. Même Vipère et Douleur semblaient contempler la scène en silence, sans avoir envie de déclencher de nouvelles crises.

Lorsque la valse pris fin, le garçon attira sa cavalière dans un coin tranquille.

-J'ai euh... J'ai un petit cadeau pour toi, je pensait te l'offrir à la fin de la soirée mais la fin de cette valse est le moment idéal je trouve.

D'une main tremblante, le garçon sortit l'étui de sa manche et l'ouvrit pour dévoiler une rivière d'améthyste.

-J'ai sélectionné les pierre au Brésil et j'ai utilisé de l'or inca pour les jointures. Je travaille dessus depuis cinq mois. Je voulait qu'elle soit parfaite, discrète, magnifique, un peu comme toi...

Le rose monta aux joues du garçon. Une petite angoisse l’étreignit, et si elle ne lui plaisait pas, après le travail de toute ces nuits, de tout ces moments qu'il avait su trouver pour confectionner cette rivière?  

Il en ferait une autre, tout simplement, rien ne l’arrêterait pour l'élue de son cœur.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé

Re: Salle des plaisirs d'Anthéa Sadler

Message par : Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas
Page 2 sur 3

 Salle des plaisirs d'Anthéa Sadler

Aller à la page : Précédent  1, 2, 3  Suivant

Permission de ce forum:Vous pouvez 
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Harry Potter 2005 :: ~¤~ Londres ~¤~ :: Chemin de Traverse :: L'Occamy Doré-

L'univers d'Harry Potter est la propriété de la Warner Bros ainsi que de J.K Rowling.
Tous droits réservés sur ce site ©Copyright HarryPotter2005. Affichage optimisé sous Firefox.