AccueilPortailPublications internesRechercherS'enregistrerConnexion

Harry Potter 2005 :: ~¤~ Académie de Poudlard ~¤~ :: Le Parc
Page 54 sur 55
Au bord de la fontaine
Aller à la page : Précédent  1 ... 28 ... 53, 54, 55  Suivant
Alicia Steinfeld
Poufsouffle
Poufsouffle

Au bord de la fontaine - Page 54 Empty
Re: Au bord de la fontaine
Alicia Steinfeld, le  Lun 18 Déc 2017 - 0:26

Alicia observa un instant Elhiya, incertaine avant de soupirer. Pourquoi est-ce que c’était toujours comme ça avec elle? Elle avait besoin de détester les gens automatiquement dans le fond? Sans doute que c’était ça. La verte semblait avoir plus qu’un dédain envers Ali et pour Licia s’était tout simplement insupportable… Sans un mot de plus, elle serra plus fort son livre contre elle, le tenant vis-à-vis son cœur. Licia ne voulait pas nécessairement être amie avec Elhiya, mais elle aurait aimé que les choses soient tout simplement différentes… Car en ce moment, elle avait cet impression qu’elle était la seule à subir ça et c’était tout simplement désagréable. C’était au point au point où la Poufsouffle essayait en général d’éviter la Serpentard tout simplement pour qu’elle n’ait pas encore envie de la faire suer ou tout simplement pour qu’Elhiya finisse un jour par l’oublier. Aujourd’hui avait été l’exception à la règle.

Visiblement, Licia n’obtiendrais jamais de réponses valables, ni un quelconque changement d’émotions de la part Ellis… Tant pis ? Déterminée, elle fit un hochement de la tête à cette dernière, démontrant qu’elle comprenait. Elle ne voulait rien savoir d’elle, bien. Elle était tellement un moins que rien qu’elle préférait passer du temps avec n’importe qui d’autre qu’elle? D’accord. Si Alicia était simplement la dernière personne du monde qu’Elhiya voulait voir, côtoyer ou parler et bien Alicia allait tout simplement faire ce que cette dernière voudrait.

Découragée, elle tourna dos à la Serpentard, pas un mot de plus, pas un regard de plus et se dirigea vers la fontaine. Livre en main, elle décida de s’asseoir sur le bord de cette dernière, plongeant son regard dans son livre. Bien qu’elle le lût pour la quatrième ou cinquième fois environ, Alicia semblait prendre un plaisir à le lire. Elle en avait même oublié Elhiya, de toute façon, c’était bien ce qu’elle voulait non? Qu’elle ne lui adresse plus jamais la parole, ni un regard? Soit…

Bien déterminée à continuer sa journée comme elle avait commencé, Alicia était de nouveau dans son monde bien à elle.

[Fin RP Ali]


Dernière édition par Alicia Steinfeld le Lun 18 Déc 2017 - 14:39, édité 1 fois
Elhiya Ellis
Elhiya Ellis
Serpentard
Serpentard
Année à Poudlard : Diplômé(e)

Matière optionnelle : Médicomagie

Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Animagus (Furet)


Au bord de la fontaine - Page 54 Empty
Re: Au bord de la fontaine
Elhiya Ellis, le  Lun 18 Déc 2017 - 14:21

Aucun, mot, aucun geste, rien, le néant complet, signe de l’utilité de cette fille. Même pas besoin de voir des poneys du chaos à côté d’elle pour savoir que de toute façon, même sans une sortilège très étrange en train de me jouer des tours avec mes sens, cette fille ne me disait rien. Pourtant, elle partait sur une bonne base, elle était blonde aussi, ca pouvait être un bon point, mais en fait non.

Entre sa repartie inexistante, et ses questions inutiles, c’était à croire qu’elle n’était là que pour passer sans que personne ne la remarque. Chose qui m’arrangeait, sauf que j’avais toujours la nausée dès qu’elle restait dans mon champ de vision. C’était amusant quand même, il me suffisait de regarder à coté, pour que ce degout n’existe plus et qu’au contraire j’entrevoir la douceur de choconours sautillant de joie. Ho oui tiens, du chocolat, voila une autre perspective bien plus intéressante que cette nana.

C’était quoi son nom déjà en plus ? Ali quelque chose, pas vraiment retenu ce qu’elle avait mis dans son hibou. En plus, courageuse comme elle était, elle n’avait même pas dit où elle avait déniché mon nom. A la limite je m’en foutais, ça ne changeait pas vraiment ma vie. Par contre cette envie de rendre mon déjeuner….. C’était épuisant. Soit elle devait partir soit c’était moi. Et de toute évidence, elle ne trouvait rien de mieux que se poser sur la fontaine où j’avais élu domicile. Tant pis

Je laissais la rose de glace reprendre sa place, détourner les yeux de la blondasse et levait le nez vers les merveilles du parc. J’avais envie d’une boisson chaude et sucrée, peut-être irais-je chercher Jace pour le partager, avec plein de chantilly par-dessus, et des confettis de couleur. Ho oui, ce serait parfait. Sans un mot, je quittais les lieux pollués par la présence de l’autre poufsouffle, prenant soin de ne pas la regarder pour ne pas tester si un Evanesco fonctionnait sur un être humain et disparaissait dans les parcs, virevoltant entre les brins d’herbes gelé, cherchant les flocons timides afin de danser avec ..



[Départ d’Elhi-merci Alicia :kiss: ]

L'auteur de ce message est actuellement banni du forum - Voir le message
Vanille Fleury
Vanille Fleury
Serpentard
Serpentard
Année à Poudlard : Cinquième année

Matière optionnelle : Médicomagie

Spécialité(s) : Permis de Transplanage


Au bord de la fontaine - Page 54 Empty
Re: Au bord de la fontaine
Vanille Fleury, le  Dim 24 Déc 2017 - 17:31

Assise sur mon lit je me demandais comment j'avais pu en arriver là, les images de ma rencontre avec la jeune bleue à peine entrevue auparavant me reprenaient et me laissaient dans la même situation que quelques minutes plus tôt : l'incompréhension
pourquoi diable avait-il fallu que la jolie Serdaigle vienne se mêler de mon existence ? et non pas comme une ennemie potentielle que j'aurais pu écarter de mon chemin d'un coup de poignard la voilà au contraire qui m'entraine dans un paradis, dont elle possède la clef que j'avais perdue__ je me taisais, pourquoi ? les yeux fermés, ouverts, aveugles ses paroles résonnent dans ma tête comme une délicate tempête, pourquoi se retournement brutal de pensées quand je pensais encore pouvoir m’échapper ? c'est un soupir transformé en sourire, je veux voir cela comme une seconde chance et pourtant l'impression de perdre pied est si grande - qui es-tu ? - cheveux de feu qui ensorcellent, oserait-on te juger sans âme ? seule toi cette nuit sera étincelle et c'est à ta lumière que je viens m'éclairer.

Bref passage devant le miroir, les yeux clairs, le regard sombre qui entrevoit une lueur, j'avance, monte, la reconnait et la lumière de mon regard prend ses trais, aurais-je un instant pu penser que tu serais ma délivrance ? j'ai fuit, leurs bras, leurs mensonges, me suis plus d'une fois jurée de ne faire confiance à personne et pourtant te revoilà si proche au sens qui dépasse la physique, je suis perdue et mes respirations de plus en plus fortes - sourire - nos vêtement soulignent notre différence et pourtant dans l'obscurité la frontière parait si faible, presque invisible j'ai le sentiment de pouvoir tout déchirer, des faux principes, horribles clichés, il n'y a plus rien de cela n'est-ce pas ? j'aurais sans doute déjà pris la fuite, t'aurais dénoncé mais tu aurais fait de même un peu plus tôt pour ma lame, mon insigne jeté aux chiottes dans une carrière ratée le monde aurait bien pu s'arrêter de tourner, cette nuit je te vouais un culte, âme désemparée qui cherche quelqu'un à qui se raccrocher, tu serais ma déesse et ma sauveuse et moi la fragilité enfantine qui demande à être prise dans tes bras oui je croyais en toi.

Dehors le souffle du vent veut nous balayer en un millième de seconde j'ai l'impression de ne plus être que le vide transpercée de courants d'airs gelés, brusque envie de rentrer, l'instant d'après je me sens portée par la main de ma déesse et soudain j'en oublie le froid, je suis l'élue celle qui a été choisie pour être guidée à travers la tempête et les yeux brillant je la regarde avec admiration et dévotion, dis moi un mot et je te suivrais elle m'ouvre les yeux et le calme se fait au fond cette violence hivernale n'était peut-être que sortie de mon esprit je suis bien
au dessus il y a de vieilles amies, mon cœur est en joie et bat de plus en plus vite comme pour faire la fête - si bien - jolie dorées si inaccessibles que j'ai longtemps vue comme des alliées avant de les soupçonnée de traitrise, la gorge se noue d'émotion alors que mes yeux picotent doucement, en extase devant la beauté du ciel je me laisse porter dans cette infinie grâce qu'elles ont de briller, émotive au centuple d'une subjective normalité une seule certitude vient me fracasser : je n'ai plus peur.

Mon regard lui aussi se livre à un nouveau ballet, miroir de mon âme qui scintille, il reflète également le ciel pour une alchimie à trois, perdue dans cet océan galactique je me sens enfin vibrer d'émotion me rendant compte que je suis restée débout, instantanément je tombe à genoux contre le sol glacé qui pourtant ne parviens pas à me faire le moindre effet, trop heureuse je laisse la beauté du ciel me remplir et combler doucement le vide en moi telle une bénédiction céleste, la douceur de la nuit bien plus bleue que noire finalement descend jusqu'à mes lèvres et je m'abreuve de sa sérénité, je bois jusqu'à être saoule, ivre de cette atmosphère merveilleuse, vibrant d'adoration pour celle qui m'a permis après tout ce temps d'enfin me désaltérer - profondément heureuse c'est le bonheur qui trouve cette fois le chemin de mon cœur - grâce à elle.

Mon regard se désaimante, je la contemple elle mon cœur bat, je veux la remercier, lui dire à quel point je suis bouleversée, transportée, enchantée de ce qu'elle m'a fait redécouvrir mais je ne trouve pas de mot assez fort pour lui offrir la moindre des émotions qui me traversent en cette instant, sans un doute je lui prends les mains et pose mon regard dans le sien, tentant de traduire comme je peux toute les merveilles de mon bonheur à travers mes yeux, merci.
L'auteur de ce message est actuellement banni du forum - Voir le message
Vanille Fleury
Vanille Fleury
Serpentard
Serpentard
Année à Poudlard : Cinquième année

Matière optionnelle : Médicomagie

Spécialité(s) : Permis de Transplanage


Au bord de la fontaine - Page 54 Empty
Re: Au bord de la fontaine
Vanille Fleury, le  Dim 31 Déc 2017 - 10:13

Dans la beauté de l'instant je n'ai pas osé parler. Mais sur ses trais d'étoile je lis une douce déception bientôt changée en acceptation. J'ai peur. Et si ma réaction n'était pas celle qu'elle attendait ? Pourtant je sentais en elle en moi, le même battement de cœur qui à ensemble tambourinaient pour les jolies dorées au dessus de nos tête. C'était un semblant de Bonheur. L’éphémère qui s'offre comme des paillettes, de la poudre aux yeux mais bien celui à qui l'on pouvait offrir une majuscule, celui qui en un instant ensorcelle et transforme. Oui dans ce paradis nocturne j'étais on ne peut plus heureuse. Comblée par la présence rassurante de cet aigle, celle qui comprenait, je n'avais plus de doute là dessus : elle était mon alliée. Sa,s que je ne sache ni pourquoi, ni commun, un coup du destin avait du la pousser près de moi pour venir s'offrir grande sœur alors que j'en avais besoin.

Délicatement je retrouve le plaisir de croire, d'y croire. Elle lance un sortilège pour former des constellations dans le ciel. Je reste bouche bée, je ne savais même pas que ce sort existait... Alors que je les dévore des yeux elle se met à parler pour mon montrer sa constellation. Tout en élégance elle se dressait fièrement quatre points dans le ciel qui avaient du mal à me faire penser à l'animal évoqué. Détail peu important en somme. Il suffisait de le rêve, de l'imaginer. Ça lui allait bien...

Je suis verseau. Je m'en souvenais je l'avais demandé il n'y a pas longtemps pour l cour de divination auquel finalement d'ailleurs je n'avais pas été prise. Scrutant la carte je cherche une constellation portant ce nom mais ne trouve rien. Un peu déçue mon visage marque un instant la tristesse avant de rapidement retrouver une sorte d'entre deux. Ce n'est pas parce que je n'ai pas de constellation que c'est un mauvais moment. Voyons le positif : je suis bien ici. Le scrute un peu mieux le ciel et parviens à trouver l’Étoile. Sans appréhension à partager mon secret avec elle, je pointe la belle brillante du doigts. Elle c'est Olumire ma voix se tait. Lui dire que c'est également moi ne servirait pas à grand chose au final. Je reste silencieuse, souriant dans la nuit alors que mes pensées s'envolent vers mon frère. Lombrère...
L'auteur de ce message est actuellement banni du forum - Voir le message
Vanille Fleury
Vanille Fleury
Serpentard
Serpentard
Année à Poudlard : Cinquième année

Matière optionnelle : Médicomagie

Spécialité(s) : Permis de Transplanage


Au bord de la fontaine - Page 54 Empty
Re: Au bord de la fontaine
Vanille Fleury, le  Dim 7 Jan 2018 - 19:29

Bleu. Nuit. Vie. Infini. Je suis heureuse. Intensément comme plus depuis il semble si longtemps et pourtant ce ne sont pas les mains tendues qui ont manqué mais éphémère elles s’effacent, les promesse se perdent où se remplacent mais les démons eux n'arrêtent jamais. Cette nuit les étoiles sont au rendez-vous et pourtant certain soir il y a de lourds nuages, de grandes averses comme si le ciel chargé était lui même lassé d'offrir au monde sa splendide beauté alors il ne restait plus qu'à s'agenouiller pour prier une voute céleste dévisagée de revenir le lendemain plus belle et brillante que jamais. Peut-être était-ce par une de ses nuit que j'avais pris peur jusqu'à ne plus oser me battre contre le froid et le noir dans l'unique but d'observer avec délice mes douces et chaleureuses amies.

Moi aussi je connaissais une étoile, une vraie. Posée sur la saleté de cette planète elle avait fini par s'éteindre à présent et pourtant en elle résidait toujours une pointe de lumière comme un infime espoir tant que l'on continuait à croire en elle. et je m'y appliquait, de tout mes forces. la rousse au tempérament de feu à mes côtés prend la paroles te je bois ses mots en comprenant que le temps des aveux est arrivé. Dans une relation ce moment du récit est inévitable et il me semble avoir raconté mon histoire tellement de fois... Serais-je donc capable encore de recommencer mon récit une nouvelle fois ? Avouer mes craintes mes peurs et ce qui me bloque, m'empêche d'avancer. Quand les nuit je me retourne ente mes draps sans trouvé le sommeil, des cris perdus au fond des cachot étouffé dans l'oreiller. Quand les murs se referme sur moi que l'aube est aperçue telle une bénédiction. je voudrais pouvoir parler d'autre choses que leurs coups, leurs menaces et leurs mensonges. Mais tout semble toujours revenir à là.

Et pour se libérer. Il faut parler. Alors je parle... Mère et père n'étaient pas de merveilleux pédagogues et... Je cherche mes mots, plutôt compliqué d'exprimer ce qui me lie, me brise quand tout semble simple dans ma tête mais compliqué dans ma bouche. Je retente. Ils sont morts maintenant mais je sens... Comme s'il m'observaient et je... Tu vas me prendre pour une folle sans avoir tord. Je suis effrayée... Simple description de l'état actuel, sans parler de coups ou de ceintures, c'était simplement mieux. Je lève les yeux. J'avais peur de sortir, elles sont pourtant si belle... L'aigle semble en permanence avoir dans les yeux une sorte de détermination invincible. Je ne sais pas ce qu'elle souhaite mais j'espère sincèrement à tous prix pour elle qu'elle y parviendra.
L'auteur de ce message est actuellement banni du forum - Voir le message
Vanille Fleury
Vanille Fleury
Serpentard
Serpentard
Année à Poudlard : Cinquième année

Matière optionnelle : Médicomagie

Spécialité(s) : Permis de Transplanage


Au bord de la fontaine - Page 54 Empty
Re: Au bord de la fontaine
Vanille Fleury, le  Sam 13 Jan 2018 - 14:45

C'est tout le l'univers qui se brise à mes pieds quand sa flamme vacille. celle qui dans mes yeux et en moi venait de rallumer l'étincelle manquante. Celle qui avait fait cet étrange pas, le premier d'une longue série jusqu'à venir me prendre les doigts. Elle que je voyais guerrière enflammée prête à tout. une battante. un espoir. se dé com pose Chute vertigineuse, du sommet de la confiance, les certitudes s'ébranlent quand le cœur ne bat plus que d'interrogation, de désillusion. Que se passe t-il donc ? C'est une impression de sérénité qui se transforme d'un coup, un tsunami que mon regard aveugle n'avait pas vu arrivé et soudainement j'ai peur. Inébranlable aigle, de devient oisillon entre mes bras et je tremble un peu, ne sachant trop bien que faire alors que son masque se fissure pour dévoiler sa partie d'humanité bien trop faible, bien trop sombre. Au final, comme chaque personne sur cette terre, elle a le dos lacéré.

Les coups sont tout ce qu'il me semble avoir jamais connu de mon enfance, le reste passe dans un silence douloureux que je préfère à mon tour terre, mais les marques, elles, ont un écho, un cri. morceau de souffrance qui réside en nous comme une plaie à vif et sans m'en être rendue compote, je venais de poser mon couteau dans la chaire déchirée de la bleue.

Elle arrive, ouragan
entre mes bras d'enfant
et d'un réflexe je serre
contre moi, mon cœur, une dernier volonté
oui, je te tiens, c'est promis
non, jamais je ne te laisserais t'écraser


en bas, il y a cette marre de lave qu'il faut survoler, j'ai peur pour toi mais aussi pour nous, tu sais je bat de l'aile dans cette étrange situation, je lutte et au fond je sais que je préfère chuter avec toi que de te laisser seule te brûler. Alors dans un mouvement délicat par peur de réveiller d'autre maux en elle, je la berce, doucement, entre mes bras.

Elle a les yeux humides de sel, je n'ose le moindre mot. Comme si tout ce que je pouvais dire ce trouvais de toute façon être bien trop faible, alors muette, je la contemple dans la nuit qui masque de quelques peu ses trais. Étrange retournement de situation mais je ne suis pas dérangée, mon cœur rempli d'amour bat pour elle dans une mélodie infinie. Je ne sais combien de temps il me reste à vivre, mais je compte bien te donner durant ce temps tout l'amour que j'aurais pu t'offrir durant toute une vie. Car si ce qui t'as été donné te sera repris, je veux que ce soit en toi qu'il trouve un nouveau foyer, je veux qu'il y en ai assez pour nous deux. Que nos ailes, toujours plus haut puissent nous porter. Parles-moi. Une invitation. Je prends entre mes mains les siennes. Faire cesser les tremblements.
L'auteur de ce message est actuellement banni du forum - Voir le message
Vanille Fleury
Vanille Fleury
Serpentard
Serpentard
Année à Poudlard : Cinquième année

Matière optionnelle : Médicomagie

Spécialité(s) : Permis de Transplanage


Au bord de la fontaine - Page 54 Empty
Re: Au bord de la fontaine
Vanille Fleury, le  Dim 21 Jan 2018 - 13:46

C'est la douce peur qui circule à tout vitesse en moi. Celle de ne pas être assez forte, de manquer d'habitude pour l'aider, lui tenir la main et faire en sorte qu'aucunes de nous deux ne chute dans cet enfer dont elle a réussi à me sortir. Je ne sais que trop bien comment c'est en bas, je ne veux surtout pas devoir y retourner, tu sais ? Alors lâche comme courageuse, je la serre pour nous deux. Je ne me pardonnerais pas de la lâcher dans ce vide si impressionnant auquel j’échappe grâce aux ailes qu'elle a posées dans mon dos. L’atmosphère s'inverse alors que le rire de la lune retenti contre mes tympans m'assourdissant un instant. Je veux crier, hurler que je ne suis pas assez forte, que seule je n'y arriverais pas et que j'ai besoin d'aide mais aucun son ne sort de mes lèvres. Nous sommes seules. Mais qu'importe. Je serais là pour toi, toujours, c'est une promesse que tu me rends quand je regarde tes yeux. Je ne veux plus avoir peur.

Il faut parler, toujours
un peu trop pour comprendre
car seule la moitié des mots
révèle vraiment notre pensée

alors vas-y continue, offres moi des phrase à n'en plus finir
noies moi sous tes tournures pour qu'au fond de l'océan
je mette enfin la main sur ce trésor perdu que tu caches
alors seulement je pourrais te comprendre, véritablement

mais seule la moitié de tes mots ont un sens....

Et elle lâche, comme une bombe ses propos dans l'air nocturne, alors délicatement je tends les mains pour recueillir ce qu'elle ose m'offrir à moi, presque parfaite inconnue à qui elle a prit la peine de tendre la main dans un acte aussi insensé que nécessaire. Qui donc se serait retrouvé avec une lame dans le cœur sans son intervention ? Je n'avais pas envie de savoir ce que j'aurais pu faire. Allongée dans la pelouse, une main vient doucement caresser ses magnifiques cheveux de feu sans trop réfléchir. Les pères ne sont jamais vraiment comme ont les aurait désirés. Il faut... Je crois qu'il faut vivre avec... Et je me sentais tellement horrible d'avoir pu prononcer de tels mots.

Mais elle se redresse, comme l'espoir qu'elle est à mes yeux. Une battante, oui. J'avais pu le voir au premier coup d’œil. Ses mains retrouve les miennes et je serre doucement ses doigts comme pour marquer mon accord et ma confiance. Oui, c'est promis, je... c'était si dur de parvenir à ajouter quelque chose d'assez fort, une véritable promesse en quelques mots liée. Je voulais lui donner plus que ça sans trop savoir comment faire. On va être heureuse. Maintenant. Je veux voler à tes côtés le plus longtemps possible... Une douce certitude.
L'auteur de ce message est actuellement banni du forum - Voir le message
Vanille Fleury
Vanille Fleury
Serpentard
Serpentard
Année à Poudlard : Cinquième année

Matière optionnelle : Médicomagie

Spécialité(s) : Permis de Transplanage


Au bord de la fontaine - Page 54 Empty
Re: Au bord de la fontaine
Vanille Fleury, le  Dim 28 Jan 2018 - 19:57

Vous étiez deux enfant abandonnée de vos parents. Deux fillettes auxquelles ont avait tiré une balle dans le cœur sans se poser de question et à présent vous saignez abondamment de vos regards après que l'on ai percé votre amour. Comment donc grandir ? accorder sa confiance et fonder une famille dans des conditions pareilles. Se dire que l'on peut encore faire confiance à quelqu'un après que ceux qui vous ont donné la vie n'ai pas suffisamment voulu de vous pour rester à vos côté et vous prendre la main. Mon cœur battait de compréhension, irrégulier dans cette douleur qui circulait entre vous. Sensation délicatement horrible, la peur et l'horreur dans les yeux de ceux que l'on aime mais nous pouvions tenter un remplacer. Se battre pour trouver un nouveau chemin et luter pour nos propre valeurs.

Se relever enfin dans les ténèbres et être la lumière du monde qui peine à démarrer. Corps couché contre le sol comme pour ne plus faire qu'un avec la terre. Le froid humidifie légèrement mes vêtements et je ne prononce pas le moindre mot, trop heureuse dans cette déchirure que nous partagions. Étrange phénomène mais pour une fois je n'étais pas masochiste. je voulais simplement laisser mon cœur battre encore et encore pour la rejoindre toujours plus haut dans les merveilleuse jolies dorées brillant au dessus de nos yeux. Mes cheveux deviennent brin d'herbe et se mêlent aux siens. Mèches blondes, mèches rousses, entremêlement d'amitié et de douceur nocturne.

Funambule, il faut délicatement marcher vers de plus haut sommet, je laisse un sourire éclairé mon visage d'enfant alors que mes yeux se ferment. À ses côtés c'est bonheur et soulagement alors même que je pensais ne plus jamais connaître cette sensation. mais je suis là, heureuse, c'est un peu trop bien, le monde va un peu mieux. De ce tout je façonne un refrain. Une ritournelle que j'espère avoir le droit encore mille et une fois de chanter sans m'arrêter. Le voyage peut commencer...

Fin du RP, Merci ! ♥
Lizzie Cojocaru
Lizzie Cojocaru
Référent Maître de JeuPoufsouffle
Référent Maître de Jeu
Poufsouffle
En ligne
Année à Poudlard : Diplômé(e)

Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Manumagie (Niveau 1)
Loup-garou


Au bord de la fontaine - Page 54 Empty
Re: Au bord de la fontaine
Lizzie Cojocaru, le  Lun 5 Mar 2018 - 20:00

Pv Aewera / LA partagés

J’ai rendez-vous avec une fille. Enfin pas une fille, une femme, pas beaucoup plus jeune que moi en fait, donc j’peux carrément dire femme hein. Elle a le coeur trop collant. Trop insipide. Trop particulier. En même temps, je sais pas. J'ai besoin d'elle. Je le sens.

J’l’ai croisée dans la salle du personnel. Un endroit bizarre. Trop beuglant. Trop propre. Trop coloré. Trop sombre. Trop snob. Trop loufoque. Trop éparpillé. Et y avait elle au milieu. Tellement simple et complexe à la fois qu’en un sourire, n’importe qui hurle « je te choisis ! » Vraiment, en cours de sports magiques, elle devait être dans les premiers à se trouver une équipe. C’est pas possible autrement, avec son truc magnétique dans l’oeil là.

Elle est là, qui rayonne de son ennui, qui n’attend que d’être mêlée à mes plans incertains. Après tout, mon casier judiciaire est des moins laborieux ; il ne faudrait pas qu’un élève crève en vol. Vu les extrémités qu’il m’arrive d’envisager, il vaut mieux m’assurer de la sécurité de ce projet. Ou du moins, qu'en cas de souci, je puisse jurer cracher que j'avais testé l'idée avant. C’est pourquoi je lui ai demandé de me rejoindre, aujourd’hui.

Le principe est simple : c’est une adaptation irréaliste du Quodpot. Déformation professionnelle, que voulez-vous. Les balais volants sont prêts, et les chaudrons de même. J’suis bien sur dans ce parc. A l’air libre. C’est plus confortable que mon Antre. Trop circulaire. Trop grinçant. Trop étroit. Trop glissant. Trop droit. Trop froid. Trop rose. Trop primitif. Trop vaste. Trop oppressant. Trop bondé. Trop ancien. Trop lent. Trop vide. Trop strident.

Ici, on respire, pour de bon. On reprend, le coeur à vide. L’âme à neuf.
On va faire un Pollock avec nos intimités. T'es prête, directrice, à ne plus être un être de papier ? A vibrer, à hurler, par chaudrons interposés ?
Aewera Drabyssae
Aewera Drabyssae
Gryffondor
Gryffondor
Année à Poudlard : Diplômé(e)

Matière optionnelle : Médicomagie

Spécialité(s) : - Permis de transplanage


Au bord de la fontaine - Page 54 Empty
Re: Au bord de la fontaine
Aewera Drabyssae, le  Mar 6 Mar 2018 - 13:57

Une rencontre explosive
Pv Lizzie / LA partagés


Perdue dans ses pensées
Ailleurs
Dans son monde

Je rêvais d’ici et la bas, mon imaginaire m’emmenait dans des lieux fantastiques où la réalité n’a plus aucune importance, où j’ai la possibilitée d’être invincible.

Rêve d’enfant
Ennui
Regard au loin

Devant moi, il y avait elle, cette nouvelle prof, imposante, charismatique. La première fois que je l’ai vu, j’étais, comme aujourd’hui, ailleurs. Toujours dans un autre monde, il m’arrive d’oublier que j’appartiens à la réalité.

Œil
Étrangeté
Beauté

Je ne pu m’empêcher de la fixer quelques instants. Cet œil un peu fou, dérangeant mais plaisant me regardait. Elle n’avait qu’un seul œil, mais possédait ce genre de regard, celui qui transperce ton âme et qui regarde au fond de toi comme s’il lisait un livre ouvert. Cette femme était belle, presque hypnotisante.(Je n’étais pas sûre de réussir à rester concentrée sur ce qu’elle allait me faire faire)

Souriante
Joyeuse
Joueuse

Je lui adressais un sourire, avant de m’approcher d’elle et de poser un léger baiser sur sa joue. “Coucou". Joyeuse, j'observais ce qu’elle nous avais préparé, j’aurais peut être dû prévoir un casque pour ne pas risquer de me retrouver sans tête. Joueuse, je lui adressais un regard complice.

Parc
Vent
Balais

La liberté résonnait dans mon corps, indivisible, invisible, invincible. Cette étendue d’herbe verdoyante sous mes pieds dansait, suivant le chant du vent. Voyant un balais, je le pris, admirant les veines de bois qui le parcourent. Lui lançant, je lui adressais un petit sourire narquois “Réflexe".

Amusée,
J'écoute mon cœur,
Jouant avec le temps, jouant avec le vent.

La tête tournée vers le ciel.
Le regard pétillant.
Je m'exclame en riant “Allons y, j’ai toujours rêvé de me faire exploser la tête en jouant avec des balles explosives.”
Clin d'œil


Dernière édition par Aewera Drabyssae le Sam 11 Aoû 2018 - 11:30, édité 1 fois
Contenu sponsorisé

Au bord de la fontaine - Page 54 Empty
Re: Au bord de la fontaine
Contenu sponsorisé, le  

Page 54 sur 55

 Au bord de la fontaine

Aller à la page : Précédent  1 ... 28 ... 53, 54, 55  Suivant

Permission de ce forum:Vous pouvez 
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Harry Potter 2005 :: ~¤~ Académie de Poudlard ~¤~ :: Le Parc-

L'univers d'Harry Potter est la propriété de la Warner Bros ainsi que de J.K Rowling.
Tous droits réservés sur ce site ©Copyright HarryPotter2005.