AccueilPortailFAQPublications internesRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Harry Potter 2005 :: ~¤~ Académie de Poudlard ~¤~ :: Cours :: Divination
Page 1 sur 1
Bureau du Professeur de Divination
Peter McKinnon
avatar
Responsable RPGSerpentard
Responsable RPG
Serpentard
Spécialité(s) : Permis de Transplanage


Bureau du Professeur de Divination

Message par : Peter McKinnon, Mar 19 Déc 2017, 20:55


Bureau du Professeur de Divination




Petit espace chaleureux, le bureau du Professeur de Divination est ouvert aux étudiants qui en éprouveraient le besoin. Sur le bureau, plumes en tous genre côtoient des encriers de toutes sortes (et aux encres de différentes couleurs). Un scrutoscope est posé dans un angle du bureau à coté d'une boule de cristal. Derrière le fauteuil professoral en chêne, se trouve une glace à l'ennemi. Près de la porte, un guéridon soutient un plateau chargé d'un service à thé et d'une bouteille de xérès. Des papiers et des livres en tous genre occupent le plus clair de l'espace. Peter est souvent ici, lorsqu'il ne donne pas cours ou n'est pas en train de dormir dans ses appartements. Sa porte vous est toujours ouverte à condition de frapper et d'attendre sa permission pour vous asseoir. Lors de votre arrivée ou de votre départ du bureau, il n'est pas improbable que Peter vous propose un fortune cookie, dont tout un bol se trouve sur une étagère proche de la porte.
Revenir en haut Aller en bas
En ligne
Shae L. Keats
avatar
Gryffondor
Gryffondor
Spécialité(s) : - Métamorphomage
- Permis de Transplanage


Re: Bureau du Professeur de Divination

Message par : Shae L. Keats, Ven 29 Déc 2017, 20:19


Pv Peter McKinnon

J'ai entendu parler d'une âme nouvelle
une âme perdue qui connait pas l'effet des murs
de pierres.
et je sens l'urgence jusque dans mes tripes de l'avertir contre l'effet néfaste des couloirs vides
les nuits d'hiver.

Je ne sais pas qui elle est, D’où elle vient, ni même quel est son nom. On a du me le dire, dans une autre vie. Mais j'ai pas les pensées claires. J'ai recommence, je les ai de moins en moins souvent. La flasques dans le fond de la poche, pendant les heures de travail en toute discrétion. J'perds un peu plus pieds tous les jours
et l'heure de retrouver le canapé
des déboires passés
arrive avec.

J'veux connaitre les nouvelles têtes, savoir. Alors j'suis pas tout a fait sobre, mais ça va encore. Les élèves se font a Shae et ça fait du bien d’être enfin moi. Corps confortable, sans effacer l'ancien. Reste les marques que je veux pas perdre, elles sont la pour rappeler.  Je suis juste plus libre, le corps n'est pas le problème. Il ne l'est plus.
Je croyais seulement.

j'ai les mains qui glissent le long des murs.
des pierres froides
jusqu'au bureau
ou j'entre sans frapper.

La pièce est vide
alors je touche a tout
j'ouvre les portes,
les placards
j'ouvre
les trouvailles
je veux connaitre
savoir.
si j'avais seulement su que c’était toi.      
Revenir en haut Aller en bas
Peter McKinnon
avatar
Responsable RPGSerpentard
Responsable RPG
Serpentard
Spécialité(s) : Permis de Transplanage


Re: Bureau du Professeur de Divination

Message par : Peter McKinnon, Lun 01 Jan 2018, 19:00


Il y avait un certain nombre de choses et de personnes que Peter s'était attendu à retrouver lorsqu'il aurait fait son retour à Poudlard. Et, effectivement, il avait redécouvert un grand nombre de meubles, de pièces et de gens. Pourtant, il y avait quelqu'un qu'il n'avait pas prévu de revoir. Chose idiote, cette personne était concierge de l'établissement. Y revenir signifiait la revoir. Ce manque de prévision ne lui ressemblait pas. Ce qui allait arriver allait-il lui ressembler ? Peter déambulait dans les couloirs en direction de son bureau, avant d'aller prendre un thé ou quelque chose de plus fort en prévision du lendemain. Sur les vitres une pluie battante venait s'écraser. Il faisait vraiment un temps de chien !

Arrivé à son bureau, le professeur eut la surprise de voir qu'il avait de la visite. Qui aurait eu idée de venir le saluer ? A cette heure là ? Et qui pouvait prétendre entrer comme cela, sans autorisation, sans frapper ? Cela ne lui ressembla pas, mais Peter, arrivé à la porte ne dit rien. Tout au plus referma-t-il l'accès à son bureau silencieusement. Il ne s'était pas attendu à la voir. Il ne prononçait même pas son nom, qui avait changé. Cela faisait longtemps qu'il l'avait affublé de son propre nom à lui :

- Toi.

Révélant sa présence tout autant que l'appellation qu'il lui avait choisie après une nuit pas si lointaine, pas si proche, il s'approcha sans réellement savoir quoi faire. Peter avait décidé de remplacer tout éventuel nom par ce pronom personnel, qui indiquait si bien qu'il ne la définissait qu'à travers leur relation. Il n'avait jamais versé dans ce genre de relation avant et il savait qu'il n'y aurait pas d'après. Ils allaient pouvoir faire ce qu'il fallait à présent, prolonger indéfiniment la nuit ou bien de faire se lever à nouveau le soleil. Le sorcier se rapprocha encore de la concierge et, pour une fois, ce fut lui qui plaça ses mains sur son visage.

- Oui, c'est bien toi.
Revenir en haut Aller en bas
En ligne
Shae L. Keats
avatar
Gryffondor
Gryffondor
Spécialité(s) : - Métamorphomage
- Permis de Transplanage


Re: Bureau du Professeur de Divination

Message par : Shae L. Keats, Lun 01 Jan 2018, 20:54


Il fait pas froid ici, y a du feu dans l’âtre. Ça crépite, ça donne un peu de vie a la pièce, un truc en plus, un peu de chaleur. J'ai les doigts qui touchent a tout, qui parcourent les etageres pas encore poussiéreuse, parce que la pièce essaie encore de faire bonne impression, parce qu'elle a pas su encore comment s'adapter a son nouveau propriétaire, mais ça viendra, oui ça viendra. Ça vient toujours, le charme du neuf ne reste jamais longtemps, les gens se lassent des murs, des pièces des autres, c'pour ça que je reste jamais longtemps au final. J'ai peur que les gens se lassent, qu'ils oublient, qu'ils me délaissent, alors j'pars avant pour m’épargner la peine, j'supporte plus la peine.
Et pourtant j'aimerais.

M'attacher, avoir des repères stables, j'en avais avant, j'en avais tellement, je m'accroche trop aux gens et sans méfiance
alors la distance vient inconsciemment
après un an ou deux
c'est plus pareil et le gout est fade
et la solitude grandit et ravage tout sur son passage.
J'sais pas qui est le nouveau mais j'veux que les murs froids l’épargne.
Que les babioles touchantes qui colorent les murs restent telles qu'elle
non-brisees par la folie des nuits noires et solitaires.

Et c'est ta voix.
Celle que je pensais ne plus jamais entendre
qui me tire de la.

Toi.

J'tourne et je plante mes yeux dans les tiens, c'est comme un courant electrique qui me fige sur place.
Quand je suis parti.e le matin
comme un.e sauvage
comme si je voulais pas que tu m'attrapes
j'ai espéré au fond
que tu me suives.
que tu me retrouves.
Y a avait quelque chose cette nuit la
que je veux sentir encore et encore.
Y avait de la vie dans nos corps, dans ma tête. De la vie et de l'air. Des couleurs et de la pluie.
Tu sens la pluie.
Et je ne bouge pas.
Je savais
que tu me trouverais. Je l'ai toujours su je crois. Et maintenant ou on va qu'est-ce qu'on fait. Je partirai pas, j'aurais trop peur que tu disparaisses. Même maintenant.
j'ai la phobie de te voir t’évaporer.
Alors je bouge pas, j'ai trop peur de rêver. de réaliser que t'es pas vraiment la.
J'crois que j'arriverai pas a fuir une deuxième fois.

J'sais pas si tu l'as senti, si t'as compris que c'etait moi. Mais ce sont tes mains sur ma joue qui m'ancre dans le réel.  Dans une scène inversée. Ton contact doux et brutal a la fois alors que les émotions dans mon ventre sont contradictoires, sans que je sache si j'me sens bien ou si j'ai peur. J'crois que je chavire. Ça fait toujours mal quand la circulation revient
pourquoi serait-ce différent avec la vie ?

Je-

Les mots se coincent. Y a ce brutal, cette vie qui suintent par tous les pores, ce que je cherche depuis des lustres, y a tout ça et bien plus encore. Y a l'absence de ce put'in de de vide qui me bouffait de toute part. Et j'pourrais chialer tellement c'est con et agréable de se sentir entier parce qu;on a été reveillee. C'est ça en fait Peter, j'm'y attendais plus, j'pensais que ça n'arriverait plus
mais
tu m'as fait respirer.

Et j’étais pas sur.e, j'en doutais un peu. J'voulais peut-être pas y croire. L'orgueil de l'hemme qui se prend pour un piaf /insaisissable comme les courants marins mais au fond
j'savais que tu m'retrouverais
Revenir en haut Aller en bas
Peter McKinnon
avatar
Responsable RPGSerpentard
Responsable RPG
Serpentard
Spécialité(s) : Permis de Transplanage


Re: Bureau du Professeur de Divination

Message par : Peter McKinnon, Jeu 04 Jan 2018, 15:41


Cela avait toujours été particulier avec Leo, et cela ne l'était pas moins avec Shaer. D'abord, cela avait été bizarre parce que c'était physique, purement physique. Un jour, il était apparu changé à Peter et celui-ci n'avait pas pu en décrocher les yeux. L'androgyne avait fait tomber par terre l'ancien préfet par sa beauté. Il n'avait jamais rencontré quelqu'un comme cela avant. Et pour cela, physiquement, il n'avait pas changé. Il y avait cette peau lisse à laquelle on pouvait pourtant se raccrocher. Puis, cette douceur qui pouvait nous maitriser. Cette froideur qui pouvait nous réchauffer. Et cette air sombre qui pouvait nous éclairer. Leo avait tout emporté sur son passage. Et Peter n'avait pas hésité à faire monter cet être si pur dans sa chambre. Il était saoul, c'était vrai mais ce n'était pas la raison pour laquelle il s'était affiché avec un homme, malgré tout ce que l'on aurait pu en dire. Il avait eu la certitude, ce soir-là, que le monde était jaloux.

Peter n'était pas dupe, il savait que la fine carapace de la concierge, elle était bien moins solide que cela. Peut-être même que si l'on fendait cette fine couche qui la séparait du monde, tout elle se répandrait sur le sol dans une grande flaque dans laquelle tout le monde pourrait sauter. Le sorcier reprit ses mains pour lui. Il avait sur le visage ce petit sourire qu'on les gens qui, dans leur malheur, viennent d'apprendre quelque chose d'heureux.

- j'savais que tu m'retrouverais

Le sourire du sorcier s'agrandit encore. Il avait envie de demander si c'était vrai, comment elle avait bien pu en être sure, ... Il avait mille questions mais c'était peut-être à lui d'apporter des réponses. Il l'admettait volontier, il ne savait pas où tout cela allait le mener, ni elle, ni eux. Mais c'était l'heure des retrouvailles, alors il n'y avait pas de place pour ce genre de considérations.

- Peut-être est-ce toi, qui m'a retrouvé ...
Revenir en haut Aller en bas
En ligne
Arty Wildsmith
avatar
Modération RPGPoufsouffle
Modération RPG
Poufsouffle
Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Loup-Garou


Re: Bureau du Professeur de Divination

Message par : Arty Wildsmith, Mer 31 Jan 2018, 17:19


Autorisation de Peter pour poster


Time to put some things on fire
Avec Aza et Peter



Ils l’avaient décidé, le avant, les autres coups, de la gnognotte. Celui-ci serait épique. De toute façon, ils avaient peut-être fait leur temps, ou alors personne ne saurait jamais que c’était eux. Parce qu’il ne s’agissait pas d’ennui aujourd’hui, une façon d’occuper leur journée fade, sans couleurs et sans explosions. Il y avait comme un but précis, celui de foutre un bordel monstrueux jamais connu. C’est pourquoi sur le chemin, ils s’étaient montrés étonnamment calmes. Pas question de se faire remarquer avant d’avoir accompli quoi que ce soit, non pas que tous les yeux de l’autorité Poudlarienne étaient braqués sur eux, mais ils s’imaginaient que si. De toute façon, même les autres élèves semblaient s’éloigner quand ils les voyaient arriver, comme une sorte d’aura qui se diffusait et qui ne présageait rien de bon. Surtout pendant l’heure du repas. Les retardataires se ruaient vers la Grande Salle tandis qu’Azarty voguait vers d’autres horizons, revêtu d’un air effrayamment déterminé.

Depuis son exclusion, le Blaireautin avait d’autres choses en tête, et prétendre être un élève modèle – comme il l’avait toujours fait jusque-là, bien évidemment – n’était plus sa priorité. Plus question de prendre des pincettes, désormais, avec Aza, ils verraient les choses en grand. C’était le seul moyen pour marquer les esprits. La dernière fois, avec les tableaux, c’était bien gentil, mais personne ne l’avait remarqué, dire qu’Arty n’avait pas ressenti un pincement au cœur devant l’indifférence de Poudlard face à leur sublime autodafé serait mentir. Mais ce soir, plus personne ne pourrait les ignorer. C’était la célébrité à jamais. A cette idée, la poitrine du gamin se gonfle, épaules redressées, l’engouement s’empare de lui. Il a hâte. Des tas de scénarios pétillent dans sa tête, aucun de triste ou de funeste, simplement de la joie et de l’enthousiasme. Effectivement, bousiller le bureau du professeur de divination était forcément quelque chose d’heureux. « Tu penses qu’ils seront en colère contre nous ? » Comme s’il y avait vraiment un « ils » qui existait dans cette école et qui prêterait attention à leurs méfaits. Il ricane, se pense intouchable, normal, durant ces longues années, Poudlard lui avait conforté cette idée. Puis bon, les sentiments des autres l’intéressaient que trop peu. Toujours ne se préoccuper que de soi-même, le reste, de la pacotille. Surtout maintenant qu’il n’avait plus de parents.

Il secoue ses mèches avant de virevolter devant la porte du fameux et désiré bureau. Ses yeux gambillent à la recherche d’une gens intrusive dans le couloir. Il avait l’habitude d’être un espion parfait qui se lance dans des missions dangereusement téméraires. Même pas peur. « La voie est libre ! » Grande inspiration, Odette sort de sa poche pour aller rencontrer la serrure. Mais juste une courte pause, son autre main s’agite, actrice du plan qu’il allait annoncer : « dernière mise au point. On entre, on met la pièce dans un état mémorablement explosif et on s’en va. On signe ? On signe pas ? » Avant qu’un dernier sourire plein de malice ne prenne place sur ses lèvres. La brillante question de l’immortalité. Essentielle pour des adolescents en manque constant d’attention.
Revenir en haut Aller en bas
Azaël Peverell
avatar
Serpentard
Serpentard
Spécialité(s) : - Permis de Transplanage
- Animagus : Chien-loup Tchécoslovaque


Re: Bureau du Professeur de Divination

Message par : Azaël Peverell, Mer 31 Jan 2018, 22:50


Arty est tout content. Parce que tu lui as donné le feu vert qu'il attendait depuis très longtemps. Cette fois-ci, nul besoin de se retenir, vous pouvez tout donner. Parce que t'es bien décidé à faire payer à McKinnon son affront lors de son dernier cours. Ton pote est pas vraiment au courant de tout ça. Il sait simplement que c'est une vengeance personnelle à tes yeux parce que tu ne peux pas saquer le prof de divination. Enfin, c'est même au-delà de ça. Tu le hais. Le voir à l'état de cadavre te réjouirait très probablement. Mais t'as pas l'intention de finir à Azkaban. Alors tu t'es rabattu sur quelque chose d'un peu moins violent. Mais qui te permettra de te défouler tout autant. Et de faire comprendre à McKinnon qu'il n'aurait jamais dû te parler de la sorte.

Ta rancoeur envers lui est absolue. Mais quitte à foutre un bordel monstre dont tout le monde se souviendra durant quelques temps, tu t'es dit qu'inclure Arty ne serait pas une mauvaise idée. Déjà, tu évites ainsi un caprice sur le fait que tu as foutu le feu et fait exploser des trucs sans lui alors que c'est sa plus grande passion. Et en plus, faire les conneries à deux, c'est quand même bien plus amusant. Tu vas pouvoir laisser éclater ta colère tout en étant heureux. Et ça, ça n'a pas de prix. Vous avez donc tout planifié. Ouais, vous vous apprêtez à faire un véritable crime avec préméditation. C'est la classe un peu.

Tu ne réponds même pas à la question de ton pote concernant la colère potentielle des membres du personnel de Poudlard. Parce qu'il n'y a rien à répondre, c'est un peu évident. Mais très clairement, tu t'en fous royalement. Ta soeur n'est plus là, tu n'as donc aucune raison de te retenir. Surtout pas pour un motif aussi futile que la colère de gens dont tu te moques de ce qu'ils peuvent penser de toi. Après tout, ta réputation de bra*leur bon à rien et je m'en foutiste n'est plus à faire, alors à quoi bon essayer de les en dissuader ? Bien au contraire. Tu vas leur donner raison. Et avec le sourire en plus de ça. Tu te doutes bien que ça risque d'être votre dernier coup. Et t'entraînes clairement Arty dans ta chute. Mais l'un comme l'autre, vous savez pertinemment que Poudlard ne vous apporte rien, si ce n'est un gigantesque terrain de jeu et de provocations.

Vous voilà donc devant le bureau de McKinnon. T'as juste envie de rentrer. Mais Arty se sent obligé de faire du zèle. Tu te retiens de lever les yeux au ciel. Qu'est ce que vous vous en fichez, de signer ou non ?

- Peu importe. Fais ce que tu veux. Aujourd'hui, on se lâche.

Et tu n'attends pas qu'il assimile l'idée pour le pousser gentiment et ouvrir la porte avec ta propre baguette. Pas de temps à perdre. Tu le laisses rentrer à ta suite, tu jettes à peine un regard à l'endroit. Tu refermes directement la porte derrière vous. Pas moyen qu'on vienne vous déranger. Un petit #Collaporta plus tard, tu te décides enfin à observer ton environnement. Baguette en main, tu étires un large sourire en te tournant vers Arty.

- Si y'a des trucs qui t'intéressent, tu peux les prendre. On détruit tout après.

Et tu commences déjà à fouiller les lieux, en commençant par les tiroirs du bureau dont tu fais sauter les serrures à coup de #Portaberto. Pas l'temps d'niaiser.
Revenir en haut Aller en bas
Arty Wildsmith
avatar
Modération RPGPoufsouffle
Modération RPG
Poufsouffle
Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Loup-Garou


Re: Bureau du Professeur de Divination

Message par : Arty Wildsmith, Jeu 01 Fév 2018, 23:33


Évidemment qu’il était juste là, sur les épaules du Blaireautin, prêt à accueillir tous les biens du professeur de divination qui serait ravi de ne pas avoir à passer par la case vide grenier. Je parlais de Bélésaire, parce que c’est-à-dire que sa décoration devait dater du 18e siècle moldu, à vomir. C’est la première chose que se dit Arty en pénétrant dans l’antre. D’ailleurs, il fallait qu’ils parlent des rideaux « C’est trop moche ici, j’comprends ton choix ! » Plus ou moins quoi, il avait bien compris que le courant n’était pas passé entre McKinnon et Aza mais en réalité il s’en fichait complètement, comme s’il avait besoin d’une quelconque excuse pour foutre le dawa. Il continue donc d’observer les alentours, haussant les épaules, à la recherche d’objets qui pourraient alimenter le sac de cuir qu’il portait. Le problème c’est que le Serpentard lui avait dit de se servir, mais il fallait bien l’avouer, il n’y avait pas grand-chose d’intéressant. Il regarde son pote fouiller les tiroirs du bureau avant que son regard ne soit attiré par un petit objet de verre sur le coin du meuble. « Regarde, un machintoscope ! » quelque chose comme ça, il n’était pas très loin, sûr et certain. Il s’en saisit avant de faire glisser Bélésaire vers l’avant, dinner time. Et de un. Petit tournicoti sur le côté pour découvrir des cookies leur ouvrant leurs petits bras, tout coincés qu’ils étaient dans une jarre - ou presque - à côté de la porte. Un sautillement plus tard il en fourre un dans sa bouche. « T’en veux ? » Bien sûr avait-il dû répondre, presque, éventuellement, ou pas du tout. Toujours est-il qu’Arty lui en balance un.

Mais il était grand temps de passer aux choses sérieuses. Odette qui était restée frustramment calme jusqu’ici s’élance vers la boule de cristal qui trônait sur le bureau, rien à faire là. Le gamin lance un simple mais efficace #Bombarda pour la faire voler en éclats. Prenez garde à vous baisser pour éviter les morceaux de verre, enfin, de cristal. Ses yeux gambadent pour faire le tour de la pièce, aucune limite ce soir, il devait en profiter, comme un adieu au temps de l’enthousiasme adolescent. Parce qu'une boule éclatée c’était bien joli mais largement pas suffisant. Alors c’est une Odette ne faisant plus dans la demi-mesure qui dessine des arabesques au-dessus de la tête du Jaune & Noir et balance des #Diffindo sur les grimoires endormis. Ce sont des couvertures de cuir et des feuilles qui s’étalent délicatement sur le chaud tapis recouvrant le sol. On commençait à y voir bordéliquement plus clair, Arty se sentait mieux, plus à sa place, comme s’il appartenait désormais réellement à cet endroit. Puis bon, l’important était de s’entraîner un petit peu. Plus d’hésitation donc, vers une armoire qu’il faut à tout prix renverser, la baguette trésaille sous la formule délicate d’un #Seismus. C’est qu’il s’inventait météorologue Poudlarien désormais. Le sol de la pièce se met à trembler, pas tellement parce qu’il n’avait jamais lancé un tel sortilège, mais suffisamment pour secouer les différents meubles et renverser fauteuil et armoire. Il explose de joie.

Secoué par les secousses magiques, sa voix atteint tout de même l’autre « Tu trouves des choses intéressantes ? » Il ne savait pas à quel point le petit séisme qu’il avait lancé réveillerait les sorciers en train de dîner. Dans le doute, ils ne devraient peut-être pas trop tarder, puis ils ne pouvaient pas y mettre le feu en restant sur place, la témérité d’accord, l’inconscience, pas trop. Il se met tout de même à danser, un peu, tandis que le remuement terrestre s’évanouit. Taper des pieds et tout envoyer valdinguer, comme se libérer d’un trop plein qui débordait là quelque part à l’intérieur, qui brûlait de plus en plus profondément. Il en avait assez, d’être là, ici, dans cette école maudite. Comme accompagné par une musique rythmée, Odette se lâche, peut-être qu’un #Eolo Procella maxima s’en échappe histoire de remuer une dernière fois le tout, parfaire le séisme d’une brève tempête. En réalité, l’action qu’ils menaient avait quelque chose de thérapeutique sur l’Hyperactif. Il avait trop gardé en lui ces derniers temps, il s’impatientait de la future et promise destruction. Comme une sorte de remise à zéro, de naissance par la désintégration magique.
Revenir en haut Aller en bas
Azaël Peverell
avatar
Serpentard
Serpentard
Spécialité(s) : - Permis de Transplanage
- Animagus : Chien-loup Tchécoslovaque


Re: Bureau du Professeur de Divination

Message par : Azaël Peverell, Dim 04 Fév 2018, 21:25


Pendant que tu fouilles les tiroirs en grommelant légèrement chaque fois que tu te rends compte qu tu n'y trouves rien d'intéressant, Arty semble s'amuser comme un petit fou. Il a déjà volé le Scrutoscope de McKinnon, et il mange même ses gâteaux. Tu refuses d'un signe de tête lorsqu'il t'en propose un. Même pas en rêve tu manges un truc qui appartient à ce mec-là. Il est vraiment pas net, il aurait été capable d'y coller des trucs étranges pour droguer les élèves qui viennent lui demander conseil. Comment ça, t'es de mauvaise foi ? Ce mec te revient pas, t'as bien le droit d'en penser ce que tu veux. En plus, les hypothèses scabreuses, ça a toujours un succès fou.

Mise à part ça, il a déjà lancé son sort préféré pour faire exploser une boule de cristal. C'est légèrement décevant, tu t'attendais à plus venant de lui. Mais c'était avant qu'il ne commence à réellement se déchaîner. Un genre de mise en bouche quoi. Parce que là, le etit blaireau se lâche totalement. Les grimoires sont lacérés, éventrés par ses sortilèges. Le sol tremble à en faire tomber les meubles. Tu lui adresses un léger sourire. C'est que c'est bien de le voir aussi heureux. C'est comme si tu venais de lui offrir son cadeau de Noël en avance. Cependant, tu finis par abandonner totalement le bureau. Rien de bien là dedans. Tout le monde s'en contre carre des prédictions de McKinnon et de ses prédécesseurs incompétents.

- Rien du tout.

Et c'est le signal pour enfin passer aux choses sérieuses. La bourrasque d'Arty met la pièce un peu plus encore sans dessus dessous. Mais pas question de le laisser tout faire tout seul. Toi aussi, t'as besoin de te défouler. Un #Finestra plus tard, les fenêtres explosent dans un bruit infernal de bris de verre. Après le séisme d'Arty, nul besoin d'être discrets. Il suffit simplement de profiter. Alors Tu exploses également le bureau, d'un #Bombarda parfaitement maîtrisé et extrêmement bruyant également. Sourire satisfait. Il est grand temps de passer au grand final. Tu lances plusieurs #Ashtum Draconis. Au sol, sur les murs, sur les débris de meubles et les restes de grimoires. Il faut que tout parte en fumée.

- Recule un peu. On reste près de la porte en foutant le feu et on s'barre une fois qu'on est bien sûrs qu'il pourra rien récupérer.

Tu rouvres la serrure d'un #Alohomora. Pour garder la porte de sortie ouverte avant que les fumées et les flammes ne vous bloquent dans la pièce. Ce serait bien dommage. Et avec un sourire et un regard entendu, vous finissez tous deux par pointer vos baguettes sur la pièce devant vous. Arty à gauche, toi à droite. Et c'est alors un déferlement d'#Incendio qui embrase la pièce recouverte de substance inflammable. La chaleur monte aussitôt. Tout s'enflamme parfaitement, comme prévu. Et ça gagne rapidement. Ton sourire s'élargit encore. Petite tape sur l'épaule d'Arty pour lui faire comprendre qu'il est temps pour vous de partir. Mais avant, tu lâches quelques mots.

- Cette fois-ci, on entre dans l'histoire du château.
Revenir en haut Aller en bas
Peter McKinnon
avatar
Responsable RPGSerpentard
Responsable RPG
Serpentard
Spécialité(s) : Permis de Transplanage


Re: Bureau du Professeur de Divination

Message par : Peter McKinnon, Lun 05 Fév 2018, 16:38


Arty & Azaël

*** TW : Violence ***


Très honnêtement, Peter n'avait pas à se plaindre de son horaire de cours. Il ne savait pas qui était exactement en charge de les organiser d'ailleurs, ces horaires, en tous cas cette personne lui avait plutôt fait plaisir. En effet, le professeur de Divination disposait d'un horaire tout ce qu'il y avait de plus aéré. Et il avait même le temps de se caser une petite sieste par-ci par-là. Tout revigoré par cette pause bien méritée, le sorcier allait donc vers son bureau où il allait probablement s'adonner un petit exercice de prédiction.

D'un air bonhomme, le voilà donc qui était occupé à déambuler dans les couloirs du Château qui séparaient son bureau de ses appartements. C'était qu'être professeur cela donnait quelques avantages niveau espace occupé. Bien que la saison ne fut pas des plus chaude, de doux rayons de soleil filtraient à travers quelques vitraux et venaient éclairer le léger sourire de bambin du devin. C'était décidément une belle journée. Il se prit même à siffler et à balancer sa baguette magique entre les longs doigts fins de sa main droite. C'était un peu le goût du bonheur.

Mais le professeur du vite déchanter. Arrivé dans le couloir de son bureau, il ne put s'empêcher d'entendre distinctement des bruits évoquant la destruction. Des verres brisés ou volant en éclat, du bois qui craquait. Plissant les yeux, le sorcier se rapprocha à mesure que montait en lui la certitude que tout cela émanait bien de son bureau. Poussant légèrement la porte de celui-ci, jusque là fermée, le spectacle qu'il découvrit était au-delà de tout ce qu'il avait bien pu imaginer ou redouter. Des flammes s'élevaient de toute part et étaient en train de tout ravager sur leur passage. Tout son espace de paix et de travail était en train d'être réduit à néant. Et au milieu de cela il trouvait les coupables. D'un coté, le sale petit morveux qu'il n'avait jamais pu encadré et de l'autre une ancienne victime des Mangemorts qui ne semblait pourtant pas vouloir faire profil bas.

- Cette fois-ci, on entre dans l'histoire du château.

*Cette fois-ci tu vas surtout crever !*

- Fustigeaflamma !

Phaesporia s'était arrêtée de tourner dans la main du professeur. Désormais, il la serrait comme jamais, le poing droit crispé par la rage. Sans rien dire, le voilà qui attaquait par derrière et balançait son fouet enflammé en direction du cou de l'étudiant vert et argent. Il allait le tuer, il le savait. Il allait les tuer tous les deux et puis il allait laisser leur cadavres brûler sur la scène de crime. Il n'avait jamais été le plus grand duelliste du siècle, mais il savait qu'il allait arrivé à les maitriser tous les deux. Il avait avec lui sa rage et des sortilèges dont ces deux pauvres âmes séchées n'avaient même pas idée.
Revenir en haut Aller en bas
En ligne
Arty Wildsmith
avatar
Modération RPGPoufsouffle
Modération RPG
Poufsouffle
Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Loup-Garou


Re: Bureau du Professeur de Divination

Message par : Arty Wildsmith, Mar 06 Fév 2018, 00:24


C’est comme s’ils sombraient, continuellement, c’était de pire en pire. Et pas de corde, pas moyen de remonter, ils se noyaient carrément dans les méandres de la bêtise et désormais, de la violence ou du crime. Ni plus ni moins, et même si c’est exactement ce qu’il se dit alors qu’il voit le bureau éclater en plusieurs petits morceaux, il s’en fiche. Il obéit, recule de quelques pas, près de la porte de sortie, la sécurité, légèrement derrière Aza parce qu’il lui faut toujours un bouclier entre lui et la vie réelle. Puis il se perd dans la contemplation des flammes qui commençaient à s’élever devant eux, sourire satisfait, élargi. Les mots du Serpentard lui percutent l’oreille, il hoche la tête. Évidemment qu’ils entraient dans l’histoire du château, tandis que le bureau de McKinnon partait littéralement en fumée, disparu de la surface Poudlarienne, à jamais oublié. Quoi qu’il fût figurant non négligeable de l’histoire d’Azarty, on lui prêtera au moins ça.
Il allait donc se retourner, partir tranquillement en sautillant, épousant l’odeur crépitante de fumée qu’ils venaient de créer, fabuleux. Mais au lieu de ça. Il hurle.

Ça se passe beaucoup trop vite. Déjà la grosse tête de McKinnon devant eux, il ne s’y attendait absolument pas, surpris, il en lâcherait presque Odette. Mais le regard qu’il saisit, en un demi quart de seconde envers Aza le fait frissonner. Il allait l’assassiner sur place. Alors forcément, au ralenti, c’est à peu près ainsi que ça se déroule. Tandis que le fouet se déroule, il veut se jeter sur le Vert & Argent, sa bouche s’ouvrant pour crier un célèbre « Nooooon ! » mais pas le temps. Azaël est plus grand, plus fort, plus rapide, plus tout ce que vous voulez, c’est qu’il met directement son corps devant celui du Poufsouffle qui le percute, totalement perturbé, afin de le protéger comme il le pouvait. Il entend le déchirement de voix de son ami sous l’effet du sortilège enflammé. La bouche d’Arty se crispe de rage. Un professeur venait de lui faire ça, avait osé attaquer volontairement un élève. A son tour : « mais vous êtes complètement fou ! » Dixit celui qui vient de foutre avec son pote le feu à son bureau. Oui, notez la profondeur de crédibilité chez cet enfant. Vous pouvez pas faire ça ! C’est interdit ! » Azy, enfonce toi davantage Arty parce que tu sais si bien défendre ta cause, brillant le gamin, on peut applaudir ?

Ses yeux s’arrêtent sur le bras enflammé d’Aza, voir s’il allait bien, s’il n’allait pas mourir et qu’il n’avait pas besoin d’une aide urgente. Visiblement non, il y avait peut-être un sortilège coincé dans une partie cachée de son cerveau, mais ce n’était pas le moment, plus tard, oui. Pour l’instant c’est une Odette blessée dans les profondeurs qui s’élève devant McKinnon. Le Blaireautin ne réfléchit plus, il en a oublié qu’il est devant une figure enseignante de Poudlard. Après tout, c’était son pote qui venait d’être touché. Celui-là même qui était prêt à assassiner une autre élève, une ennemie, rien que pour lui. Il ne pouvait pas laisser passer ça. La loyauté des Poufsouffles, on va dire ça comme ça. Rien à fiche, « espèce de. De. » on ne saura jamais. Le sort part #Stupéfix ! Pourquoi celui-ci ? Parce qu’il se dit que s’il réussit ils pourraient éventuellement passer sur le corps du professeur pour se faire facilement la malle. Question de pratique.

Et pendant ce temps-là, ça continuait de cramer, juste derrière eux.
Revenir en haut Aller en bas
Azaël Peverell
avatar
Serpentard
Serpentard
Spécialité(s) : - Permis de Transplanage
- Animagus : Chien-loup Tchécoslovaque


Re: Bureau du Professeur de Divination

Message par : Azaël Peverell, Mar 06 Fév 2018, 16:56


LA Peter


Pas vraiment le temps de profiter de votre oeuvre magnifique. Parce que la porte s'ouvre derrière vous, et un sort est formulé dans la foulée. Tu te retournes directement pour te retrouver nez à nez avec McKinnon. Qui a l'air totalement hors de lui. Hors de contrôle. Le fouet enflammé se dirige droit sur toi. Ta gorge. Et Arty veut te protéger. Mais tu le repousses directement, en te protégeant comme tu le peux de ton bras. La langue de feu s'entoure, embrase à moitié ton uniforme avant de te mordre la chair dans un cercle presque parfait. Tu hurles. La douleur est atroce. T'as l'impression que les tissus de ton bras son en train de fondre, et l'arme de flamme ne te lâche pas.

Mais tu finis par t'en débarrasser, tombant au sol dans le même temps à cause de la douleur insupportable causée par le fouet de feu. Tu te rends compte bien trop tard que l'arme t'a lâché uniquement grâce à Arty. En attaquant le professeur à son tour, il l'a forcé à rendre sa forme originale à sa baguette pour se défendre. Et si le sort de ton pote n'atteint pas sa cible, tu lui en restes reconnaissant. Sans lui, t'es pas réellement sûr que l'arme de McKinnon se serait défaite si facilement. Et ta blessure serait sans doute bien pire. Quoi qu'elle est déjà très impressionnante.

Si les flammes se sont éteintes, ton uniformes déchiré laisse apparaître une immense cicatrice boursouflée et sanglante autour de ton avant bras. Un liquide suinte de la plaie, et tu as tout simplement l'impression que la douleur cuisante ne partira jamais. Mais pas le temps de t'y attarder. Parce qu'à présent, la baguette de McKinnon est pointée sur Arty. Le professeur veut sans doute lui faire payer son attaque. Mais pas moyen que les choses se passent comme ça. Tu te relèves tant bien que mal pour te placer devant ton pote. Une main enserre ton bras blessé, et t'es bien incapable de cacher la douleur que tu éprouves à cet instant. Mais ta colère est également palpable.

- Si vous touchez à Arty, j'balance tout. Et bye bye le poste de Professeur.

Tu plantes ton regard dans le sien. Tu ne saurais être plus sérieux. Mais les flammes dans votre dos gagnent de plus en plus de terrain. L'atmosphère devient brûlante. Il est grand temps de partir de là avant de finir carbonisés à votre tour. Ou asphyxiés dans les fumées. Mais tu attends malgré tout la réponse de McKinnon. Tu veux être sûr que ton pote ne risque rien.
Revenir en haut Aller en bas
Peter McKinnon
avatar
Responsable RPGSerpentard
Responsable RPG
Serpentard
Spécialité(s) : Permis de Transplanage


Re: Bureau du Professeur de Divination

Message par : Peter McKinnon, Mar 13 Fév 2018, 18:05


Arty & Azaël
LA des deux pour les sortir et finir le RP


A l'évidence, l'une des choses à laquelle les deux compères ne s'étaient pas préparés étaient d'être dérangés, et par le maitre des lieux qui plus est ! Certes, l'attaque de Peter sur celui qui était très certainement son pire ennemi avait du tourner court, ne serait-ce que parce que l'élève de Serpentard s'était retourné suffisamment tôt que pour épargner la lacération enflammée de son cou, mais les deux gamins n'en menaient pas large. Bien que l'on pouvait reconnaitre chez eux une certaine forme de bravoure. Etait-ce un bal costumé ou bien le blaireau se prenait-il vraiment pour un Gryffondor à s'interposer comme cela. Peter en aurait bien pouffé de rire s'il n'avait pas été autant avancé dans une forme de haine qu'il n'avait encore jamais éprouvée. C'était que ce gamin n'était même pas capable d'envoyer un éclair de stupéfixion en visant correctement. D'un mouvement de l'épaule gauche, Peter laissa le sort aller s'écraser contre la porte de son bureau.

Et derrière les deux élèves, les flammes gagnaient de plus en plus de terrain. Le professeur, qui faisait face à ces deux vermines et à leur résultat avait le visage de plus en plus violacé par la chaleur et la colère. Mais, malgré ce spectacle désolant, un autre, tout aussi horripilant que le numéro de bravoure du jaune et noir, venait s'offrir à l'ancien préfet. Voilà que le vert et argent se relevait pour lui aussi prendre le parti de son petit camarade. C'en était à vomir. D'autant plus que leurs arguments sur la légalité d'une telle action étaient vraiment déplacé, compte tenu de l'incendie qui faisait rage derrière eux.

- Je vois ! Vous vous croyez vraiment tout permis ! Bande de petits ...

Mais Peter ne termina pas sa phrase, à les voir tous deux luter pour leur survie mutuelle, une idée avait germée dans son esprit tordu. D'autant qu'il allait falloir, effectivement, qu'il se prémunisse pour ne pas que l'on posa de questions sur le bras de ce cancrelats, qui restait malgré tout un élève de l'Ecole ... Alors, il avait commencé à informuler un Ango Nubes ! Assoiffé de vengeance et de colère, le voilà qui manipulait une fumée qui se mit à étrangler les deux morveux à tour de rôle avant de les laisser asphyxiés sur le sol.

Conscient qu'il avait puisé dans ses réserves pour avoir réussi ces derniers sortilèges particulièrement puissants, Peter du trainer les deux corps des élèves inconscients dans le couloir avant de refermer la porte sur un incendie qu'il enverrait les elfes de l'Ecole circoncire. Il leur balança à chacun une belle volée d'eau à l'aide d'un Aguamenti ! Avant de s'appuyer contre un mur du couloir, essoufflé. Il espérait que ce râle physique, conséquence des derniers efforts qu'il avait fourni, suffirait à démontrer qu'il avait lui aussi été victime des vapeurs toxiques de leur foutu incendie.

- Bande de crétins ...

Après avoir vérifié qu'ils revenaient bien à eux et pouvaient se débrouiller seuls, à tout le moins qu'il étaient en état de brailler pour obtenir de l'aide, le professeur s'en alla avec peine, il avait un Directeur à aller prévenir ...


Fin du RP !
Revenir en haut Aller en bas
En ligne
Shae L. Keats
avatar
Gryffondor
Gryffondor
Spécialité(s) : - Métamorphomage
- Permis de Transplanage


Re: Bureau du Professeur de Divination

Message par : Shae L. Keats, Mer 14 Fév 2018, 02:40


Reprise rp avec Peter



Le contact comme une allumette que l'épiderme lance dans une flaque d'essence sous la pluie. La morsure de l'eau, l'odeur de pétrole et la chaleur du feu. C'est brutal, ça me détrempe, ça me paralyse tant c'est brutal. J'voulais vibrer, j'voulais des coups, me sentir vivant.e. J4ai jamais cru aux défibrilateurs, la vie comme un coup d'jus, comme quand les doigts morts touchent une portière de voiture. Ça fait mal, ça fait une grande impulsion physique. On peut réveiller un corps, le ramener à la vie,
mais la personne dedans elle ne revient jamais vraiment.
je croyais.


J'ai jamais cru aux défibrillateurs.
Ce mythe de ramener les gens à la vie d'un coup de jus, comme quand les doigts touchent la porte d'une voiture. Ou comme quand j'pissais sur les clôtures électriques. Ça faisait mal, ça faisait une grande impulsion physique.on peut réveille run corps, le ramener à la "vie". Mais la personne dedans, une fois qu'on la tuée elle revient jamais vraiment.
Enfin j'croyais.  

j'ai dessiné les tâches d'huile, de gasoline sur ma peau, avec mes cellules/pastels. J'ai tout dessiné, t'as plus qu'à l’enflammer. Je ne fuirais pas, pas cette fois. J'ai envie de ta présence, du goût de ta peau, de l'odeur de tes cheveux, encore et encore, c'est comme une addiction, apprendre à respirer. Ressentir, j'ai du mal à me retenir.
les mains se retirent.

Peut-être est-ce toi, qui m'a retrouvé ...

No, tu te trompes, moi j'fais rien de magique, j'me sabote. J'fais des mots de papier, des orgasmes de papiers où mon âme se brise avant de me glisser comme un avion en papier emporté par le vent entre les doigts encore endormis de l'autre. J'ai toujours fui, mais pour toi je pourrais rester. Si tu demandais, encore un peu. J'en ai l'envie
c'est une étrange sensation
le respect.
mes os ont cessé de se briser.

Alors j'te regarde, parce que tu me sur-estime, moi je suis pas de ces personnes qui se courent après, qui se retrouvent. J'fais pas tout ça, moi j'cours loin des choses bien qui m'arrivent. J'ai peur de réussir, d'accomplir. J'pars loin de tout ce qui m'aiderait.
j'ai jamais su trouver comment respirer

Et puis je peux plus. C'est plus possible, j'en ai trop besoin, je veux sentir encore ça, c'est pas tant toi, j'te connais pas, mais y a un endroit safe autour de toi, un truc où je peux oublié de faire attention, arrêter d'avoir peur d'un regard un peu insistant, des bruits de pas de l'autre côté de la porte. J'veux pas que t'ai l'impression que je t'utilise
mais j'pourrais pleurer tant je renais
de sentir le cœur battre
la respiration s'accélérer.
j'trouve une raison d'exister
comprendre qu'on puisse aimer la vie.

Alors trois pas et je t'attrape. Je peux pas faire autrement, j'me jette contre toi et je te serre, entre mes bras. J'fais pas ça, je sais pas depuis combien de temps j'ai pas demandé un réel câlin. J'couche à droite à gauche, je gratte une accolade pour avoir un contact.
Mais j'ai besoin d'exister une minute pour quelqu'un.

j'sens rapidement ton odeur
and then
fire meet gasoline
.     
Revenir en haut Aller en bas
Peter McKinnon
avatar
Responsable RPGSerpentard
Responsable RPG
Serpentard
Spécialité(s) : Permis de Transplanage


Re: Bureau du Professeur de Divination

Message par : Peter McKinnon, Sam 03 Mar 2018, 12:49


L'étude de la Divination avait apporté beaucoup de choses à Peter. Parmi celles-ci, il y avait la conscience d'une infinité de mondes. Et, parfois, ceux-ci entraient en contact, se croisaient, leurs réalités pouvaient se déchirer. Et, parfois, certaines personnes pouvaient représenter, à elles seules, des mondes entiers. Il fallait croire que les réalités du nouveau professeur et de la concierge de Poudlard étaient en train de se déchirer l'une l'autre. Pour le devin, il était clair qu'il y aurait un avant et un après Poudlard, il n'avait juste pas prévu que la recomposition de son univers se ferait également en fonction de Shae.

Celle-ci s'était d'ailleurs jetée sur lui. La voilà qui s'agrippait à lui. Craignait-elle de s'envoler ? Ou bien était-ce de son envol à lui dont elle avait peur ? Passant une main à l'arrière du chemisier de la sorcière, Peter caressa ce corps marqué par les orages de la vie pour l'apaiser. La scène se figeait soudainement, comme toujours avec elle. Plaçant sa tête sur la sienne, le sorcier profita d'être, un instant, le seul à pouvoir profiter de ce petit être si parfait au creux de lui.

- Bien sur que si tu sais comment faire ...

Nombre d'entre vous suivent surement les aventures de Peter depuis ses quinze ans. Aussi, si vous faites partie de cette petite troupe qui s'intéresse aux travers et aux aspirations de ce petit bonhommes qui fit tout dans sa vie pour monter les échelons un par un et collectionner les jolies, vous pourriez vous demander ce que le professeur de Divination pouvait bien trouver à cet être si torturé. La vérité, c'était, qu'à cet instant comme par le passé, c'était le physique de ce petit lion aux courbes si pures qui l'inspiraient. Il y a un philosophe grec, Platon, qui raconta, il y a un petit temps déjà, l'histoire des androgynes. A l'origine, tous les être étaient hommes et femmes et avaient quatre bras et quatre jambes. Sauf que les dieux les séparèrent pour faire les hommes et les femmes. D'après Platon, l'objectif de la vie c'est donc de trouver sa moitié avec laquelle se réconcilier. Qu'est-ce qui pouvait bien arriver à Peter face à un être à la complétude si affirmée dans un seul corps, si ce n'était soudain éprouver un désir et une admiration si forte pour des êtes uniques et, pourtant, tant décriés par la société ?

Peter n'aimait pas Shae, parce que l'on ne peut pas aimer les êtres célestes qui nous surplombent. On peut juste les aider à retrouver leurs ailes.
Revenir en haut Aller en bas
En ligne
Contenu sponsorisé

Re: Bureau du Professeur de Divination

Message par : Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas
Page 1 sur 1

 Bureau du Professeur de Divination


Permission de ce forum:Vous pouvez 
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Harry Potter 2005 :: ~¤~ Académie de Poudlard ~¤~ :: Cours :: Divination-

L'univers d'Harry Potter est la propriété de la Warner Bros ainsi que de J.K Rowling.
Tous droits réservés sur ce site ©Copyright HarryPotter2005. Affichage optimisé sous Firefox.