AccueilPortailFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Harry Potter 2005 :: ~¤~ Pré-au-Lard ~¤~ :: Forêt Interdite
Page 24 sur 26
Mauvaises pensées
Aller à la page : Précédent  1 ... 13 ... 23, 24, 25, 26  Suivant
Keira Sanders
Modération RPGSerpentard
Modération RPG
Serpentard

Re: Mauvaises pensées

Message par : Keira Sanders, Sam 6 Aoû 2016 - 15:28


Les oreilles de la brune furent heurtées par le manque de poésie qui sortait de la bouche de l'autre fille. Ce n'était pas délicat, pas joli. Tonalités agressives et pauvres. Sa mère lui avait toujours dit de ne pas causer comme ça. Il devait toujours sortir des mots élégants et choisis avec soin de la bouche d'une lady, pas des palabres comme celles-ci. Keira haussa les épaules après coup. Elle y était habituée, à Poudlard. Tous les gosses d'ici n'avaient pas été élevés dans sa famille. Tout le monde n'avait pas eu l'obligation de parler correctement, au point de sonner robotisée à six ou sept ans à peine.

Que faisait-elle là, déjà ? C'était une question pertinente - elle ne savait pas vraiment. Les ballades nocturnes, c'était son truc, mais elle ne se les permettait pas souvent. Horreur d'enfreindre le règlement, tout ça, vous voyez. Parce que oui, quand on a été élevée comme elle l'a été, on se plie aux règles et on se pose pas de questions. On suit le mouvement, on se fond dans les gentils - peu importe si vous avez une nature assez contradictoire et leadership comme la brune. Vous apprenez à faire avec.

Eléna, c'était le prénom de Miss Parapluies. Un prénom finalement assez courant, puisque la professeure de botanique portait le même. D'ailleurs, Keira était toujours gênée à l'idée de tutoyer cette dernière, loin des regards indiscrets ; c'était contraire à ce qu'elle avait toujours appris. Le respect, tout ça... Bref. Fallait pas qu'elle commence à divaguer dans ses pensées, même si songer à la blonde à l'allure féroce n'était pas négatif en soi. « Moi, c'est Keira. Je ne sais pas pourquoi je suis sortie. Envie de m'aérer l'esprit, j'imagine. Je n'avais pas vu qu'il pleuvait. »

Un craquement, deux craquements, un buisson qui remue droit devant. La Sanders se stoppa net, sens aiguisés. Elle était sur ses gardes. Quiconque surgirait un peu trop vite allait se prendre pire qu'une simple entrave, cette fois. Elle hésita à rallumer sa lumière pour y voir clair, mais non : tout ce que ça ferait, c'est attirer l'attention et les ennuis. Puis soudain, une petite silhouette bizarre, à la forme inconnue au bataillon des connaissances de la sorcière. Une petite silhouette qui ne semblait pas être seule. « Fichtre ! »
Revenir en haut Aller en bas
Aiko Wilkerson
avatar
Gryffondor
Gryffondor
Spécialité(s) : Permis de Transplanage


Re: Mauvaises pensées

Message par : Aiko Wilkerson, Mar 9 Aoû 2016 - 17:29


Keira. C'était un beau prénom. Original, assez rare, plutôt agréable à l'écoute. Ça changeait des prénoms classiques que l'on entendait partout. Mais Keira ne savait pas pourquoi elle était sortie. Keira n'avait pas vu qu'il pleuvait. Keira voulait s'aérer l'esprit. Un peu comme moi j'imagine, sauf qu'à l'inverse, j'avais vu la pluie s'écouler des nuages. La discussion était assez monotone. Rien d'étonnant de la part de deux inconnues. Je levais la tête, les nuages ne semblaient pas rétrécir, ils étaient gros, gris et gorgés d'eau. Etudier la météorologie devait être quelque chose de plutôt cool.

Keira s'arrêta net. Bah alors ? Un problème ? Un cailloux dans le pied ou des cheveux dans la bouche ? Les buissons bougeaient, le vent soufflait, mais quelques branches semblaient craquer. Je voyais la main de Keira remuer, elle cherchait sa baguette ? Elle n'était pas rassurée. Je sortais la mienne. Mon beau bois de chêne rouge. Une ombre passait devant nous comme un éclair. La bête avait une queue et se tenait sur deux pattes, puis repassait à quatre pattes. Putaain. Sur quoi est-ce qu'on était encore tombé ? Une feuille d'arbre tombait. Le calme absolu. Tu la sentais cette angoisse, croissante lentement, aussi silencieuse qu'un escargot. Bam. Une branche d'arbre tombait avec la bête. Trop lourd pour le centenaire la bébête ?

- Qu'est-ce que c'est que ce truc encore ?

Verte. Une bestiole verte. Pattes palmées, cornes, un sourire béa et des dents pointues, bien aiguisées et tranchantes. La bête sautait comme une grenouille. L'agilité d'un singe et l'apparence d'un mutant. Au nom de quoi j'étais née pour tomber sur ce genre de bestiole punaise ? La créature avait un gros pustule sur le front, en plein milieu de la tronche. Un rouge qui clignotait de plus en plus vite. Encore un animal farfelu. Jamais tranquille dans cette forêt. Le crapaud cria. Tout à coup, ses potes se ramenèrent en sautant d'arbre en arbre.

- Bon.. tu veux les griller ou tu préfères rentrer au château le plus vite possible ?

Si elle pouvait me cramer les cheveux, elle pouvait cramer ces bestioles. Je souriais baguette en main.
Revenir en haut Aller en bas
Keira Sanders
avatar
Modération RPGSerpentard
Modération RPG
Serpentard
Spécialité(s) : Métamorphomage


Re: Mauvaises pensées

Message par : Keira Sanders, Jeu 11 Aoû 2016 - 18:13


Alors que la silhouette accompagnée se posa juste devant les filles, Keira remarqua qu'elle n'était pas si petite que ça, la bestiole. C'était beaucoup plus gros que son ombre avait laissé présager, bien qu'elle ne soit pas non plus immense. La brune était confuse devant une telle créature. Singe ou crapaud, on ne savait pas. Un mélange pas subtil du tout des deux. Avec une pustule au milieu du front, aussi. Bien rouge, et Merlin savait que le rouge jurait avec sa couleur verte tâchetée. Pas de chance, le coco. Keira se fit la réflexion que si elle avait un pustule aussi gros au milieu du front, elle aussi attaquerait les jolies filles qui traînaient dans les parages. Ça ne devait pas être facile tous les jours.

Son sourire lui donnait un air démoniaque. Un peu comme le sourire du Joker ; ce genre de sourire très large, qui suivait une courbe malsaine. La verte et argent préférait quand il ne montrait pas les dents. Elles avaient l'air si tranchantes qu'elles pourraient trancher une jugulaire sans aucun effort. Se faire mordre par ce truc moche était la dernière chose qu'elle voulait. Et puis, ses dents accouplées à son sourire de Joker lui donnaient un air de Cheshire. Oui, voilà. C'était ça.

« C'est un Crainge du Cheshire. Ou Sinpaud. Comme tu préfères, » répondit-elle avec dérision. Elle aimait donner des noms farfelus à tout ce qui bougeait, tout ce qui l'entourait. En attendant de savoir comment se prénommait vraiment la bêbête, elle s’appellerait ainsi. Sinpaud du Chesire. Ça avait l'air sympa, voire un peu classe dit comme ça, mais la situation ne l'était pas du tout.

« J'sais pas... », répondit-elle à Eléna en reculant d'un pas devant le clignotement des pustules. Le petit sourire et la baguette sortie de l'autre sorcière laissait deviner qu'elle penchait plus pour la première option. Et puis de toute façon, elles étaient encerclées. « Tu crois que ça a quel goût, un Sinpaud grillé ? »

Sachant qu'à l'instant où elles lanceraient la première attaque, tout le groupe entrerait en furie, Keira brandit sa baguette et lança droit sur le Sinpaud devant elle un #Incendio. Pas très efficace, en fait. Le truc n'avait pas de poils. Pas de fourrure. Rien. Comment voulait-elle qu'il prenne feu alors qu'il n'était pas combustible ? Réflexe pour se protéger avant que le truc ne lui fonce dessus, la petite Sanders traça dans l'air un rapide trait vertical pour lancer un beau #Protego. Il sera utile comme il pourra. Sort de base. On verra bien, hein ? En attendant, fallait trouver une meilleure idée que le feu. En attendant, c'était avec un petit #Oppugno que la sorcière dirigeait des feuilles mortes en plein dans la tête du Sinpaud. Pas très tranchant, les feuilles mortes, mais elle n'avait pas mieux.
Revenir en haut Aller en bas
Aiko Wilkerson
avatar
Gryffondor
Gryffondor
Spécialité(s) : Permis de Transplanage


Re: Mauvaises pensées

Message par : Aiko Wilkerson, Mer 24 Aoû 2016 - 20:33


Un Crainge du Cheshire ou un Sinpaud. L'originalité transpirait des paroles de Keira. Un petit sourire se formait, j'aimais beaucoup ces noms. Une petite préférence pour le deuxième. La brune n'avait pas rangé sa baguette ce qui signifiait qu'elle avait l'intention d'utiliser ses dons de pyromane pour se battre. Great. Les pustules frontales de ces créatures étaient encore plus ignobles lorsqu'elles clignotaient. Quelque chose de bien sale. Balayant la situation du regard, j'essayais à la fois de me concentrer sur les bébêtes qui nous encerclaient et sur Keira qui me questionnait à propos du goût d'un Sinpaud grillé. Ça devait sûrement se manger, mais à cuisiner c'était une autre histoire.

Puis tout à coup, prise d'un spasme, d'une profonde confiance ou d'une l'envie de combattre, la verte lança l'attaque. Un incendio pour ouvrir le bal. C'est sûr que comme ça, ça n'allait pas être utile. Elle nous protégea à l'aide d'un des sorts les plus utilisés : protego, pendant que deux des bestioles nous sautaient dessus. Puis elle essaya d'aveugler les Sinpaud, enfin d'après moi, avec les feuilles mortes à l'aide d'un oppugno. Les animaux reculaient, titubant. Je profitais de l'occasion pour agir. Je levais ma baguette et lançais l'Aguamenti le plus puissant que je pouvais afin d'arroser tous les Sinpauds le plus vite possible. Puis tout de suite après je lançais un ElectrocorpusMaxima sur les créatures mouillées et humides. L'électricité parcourait leurs corps tandis que je laissais la belle brune y rajouter sa touche personnelle.
Revenir en haut Aller en bas
Keira Sanders
avatar
Modération RPGSerpentard
Modération RPG
Serpentard
Spécialité(s) : Métamorphomage


Re: Mauvaises pensées

Message par : Keira Sanders, Jeu 25 Aoû 2016 - 14:12


Plutôt intelligente, douée avec la stratégie des éléments, la demoiselle - c'était autre chose que Keira, qui elle, n'était bonne qu'à savoir lancer des sortilèges ailleurs que sur le terrain. Elle savait les utiliser, mais quand il s'agissait d'élaborer une stratégie efficace et rapide, ce n'était pas à elle qu'il fallait s’adresser. Sûrement pour ça qu'elle n'avait pas été bien loin durant la coupe de duel. Elle était plutôt bourrin et lançait tout sur le tas. En tout cas, le sort d'Elena avait l'air d'assommer pas mal d'entre eux, hormis quelques uns qui étaient plus résistants ou peut-être tout simplement plus secs, elle ne savait pas.

Elle tentait de réfléchir alors qu'un Sinpaud approchait dangereusement ce qui semblait être sa main, pensant ne pas pouvoir compter sur la blonde qui devait être aux prises avec d'autres résistants, mais comme ses neurones étaient rouillées en cette nuit pluvieuse, elle eut le temps de sentir un truc désagréable sur son bras. La créature devait avoir des griffes, ou n'importe quoi, mais la brune s'était retrouvée avec une entaille, bien que superficielle, au niveau du poignet.

Un petit #Episkey pour la route parce qu'elle aimait les sorts de soins, ils étaient juste tellement utiles et satisfaisant à regarder. Ce sang qui se résorbe tout seul pour guérir la plaie, c'était vraiment beau la magie - mais la verte et argentée était encore une fois en train de se laisser divertir au lieu de bouger. Alors tant pis, elle allait adopter la méthode sauvageonne comme toujours, juste histoire d'assommer celui-là une bonne fois pour toute pendant qu'Elena devait très bien s'en sortir de son côté. D'un habile #Aguamenti elle l'arrosa de plein fouet pour que la bestiole soit plus trempée encore que tous ses copains, et miracle, aurait-elle eu une bonne idée ? Elle se surprit elle-même à envoyer un #Glacio très bien réalisé, qui emprisonna le Sinpaud dans son p'tit filet d'eau.  « Il n'y en a plus ?, » demanda-t-elle avant de se tourner pour voir si Eléna n'était pas en train de manger la boue au sol.
Revenir en haut Aller en bas
Aiko Wilkerson
avatar
Gryffondor
Gryffondor
Spécialité(s) : Permis de Transplanage


Re: Mauvaises pensées

Message par : Aiko Wilkerson, Sam 3 Sep 2016 - 17:17


Un combat avec les éléments, une logistique et un peu de chance. Un bon paquet de bestioles était grillé, à terre. J'étais plutôt satisfaite de ce que j'avais fait, mais il ne fallait pas se reposer sur ses acquis, ne jamais baisser sa garde, et rester attentif au moindre mouvement étranger. Autrement dit, les règles premières d'un combat. Je reculais, baguette en avant prête à contre-attaquer pendant que les singes se relevaient, certain plus facilement que d'autre. Décidément ils étaient coriaces. Leurs pustules rouges en plein milieu de leur front clignotait très très vite, trop vite. Deux fous me sautèrent dessus et d'un #Stupéfix, je les renvoyais à l'autre bout du sentier. Utile de maîtriser ces sorts.

De son côté, Keira semblait se débrouiller, bien que sa manche fut déchirée, sûrement ouverte par une blessure. Une griffe de ces bestioles et vous étiez mal. Elles étaient tellement longues et acérées qu'elles auraient pu s'enfoncer jusqu'au muscle. Je ne tenais pas vraiment à me vider de mon sang avant de rentrer au château, alors j'évitais de rentrer en contact avec ces espèces de sinpauds. Jouant avec les éléments, ma camarade balança de l'eau sur les bébêtes avant de les glacer. Wow. Mourir de froid était une bonne façon de mourir. Ils restèrent bloqué dans les filets de glaces, prisonnier de leurs mouvements. Un calme inhabituel s'écroula. C'était presque flippant. Apparemment plus personne. Je rejoignais Keira. J'entendis une branche se craquer et une seconde plus tard un autre singe chelou déboula, la pustule plus clignotante que jamais.

- Stupéfix... putaaain !

Dans les airs, le sort lui cogna dans le ventre, aussi rudement qu'un coup de poing. Il s'assomma contre un arbre et ce fut un réel silence, plaisant à l'oreille.

- Je crois que c'est bon.
Revenir en haut Aller en bas
Keira Sanders
avatar
Modération RPGSerpentard
Modération RPG
Serpentard
Spécialité(s) : Métamorphomage


Re: Mauvaises pensées

Message par : Keira Sanders, Mer 14 Sep 2016 - 14:26


Après une petite lutte de son côté et une démonstration de ses bons réflexes, Eléna en avait finit avec les crapauds-singes-trucs-bizarres et la forêt semblait avoir brutalement retrouvé son calme. On entendait les gouttes de pluie s'échouer sur les feuilles et ruisseler le long des troncs de nouveau. C'était un peu troublant, c'était comme si toute la forêt était morte assommée d'un coup. Passer du calme à la tempête, et inversement.

La brune regarda son poignet. Un peu de sang perlait à la surface, mais c'était trois fois rien. Elle en avait vu d'autres, et avait appris à s'endurcir. Contrairement à ce à quoi on pouvait s'attendre d'une petite fille de bourgeois, elle ne se mettait pas à pleurer et faire un scandale pour moins qu'une égratignure. Malgré tout, elle n'était pas bien solide non plus ; elle aimait juste jouer à paraître plus dure qu'elle ne l'était, tout comme elle se la jouait plus agressive que le bon vouloir qui remplissait son cœur. En somme, c'était une gamine perdue, qui reniait à moitié toute l'éducation qu'elle avait reçue. Et lorsqu'on était perdue comme ça, il y avait deux issues. Soit on finissait par bien s'en sortir, soit on se laissait couler et emporter par une quelconque noirceur. Comme lorsqu'on joue les rebelles : on finissait par se dire stop, j'en ai assez fait, ou on devenait un criminel.

L'avenir seulement pourra dire ce qu'il adviendra de la petite brune. Ce qui était certain en revanche, c'est qu'elle voulait dormir, et ce dans un futur très proche. Elle regrettait sa sortie nocturne, même si elle s'était trouvée de la compagnie. « Je crois qu'on devrait retourner au château », annonça-t-elle d'un ton qui relevait plus de l'affirmation que de la supposition. « En tout cas, moi, je n'ai aucune envie de m'enfoncer encore. En tout cas bougeons, on est peut-être repérées, avec toute cette agitation. »
Revenir en haut Aller en bas
Aiko Wilkerson
avatar
Gryffondor
Gryffondor
Spécialité(s) : Permis de Transplanage


Re: Mauvaises pensées

Message par : Aiko Wilkerson, Dim 2 Oct 2016 - 14:04


Une goutte rouge tomba sur l'une des feuilles mortes. Une deuxième, une troisième. Je levais mon bras, observais ma main. Une entaille dans la paume, longue et diagonale. Le sang coulait naturellement, doucement. De la gravité, attiré par le sol, le liquide coulait sur mon poignet puis sur mon avant bras avant de se bloquer à la plissure de mon coude pour finalement atterrir par terre. L'odeur me chatouillait les narines. En bouche, le sang est métallique, mais ce n'est pas pour déplaire. Dire que d'après les légendes, des êtes s'en nourrissant auraient vécus en grande bretagne.. De mon pouce, je recouvrais la plaie avant d'appuyer un peu plus. Compressé, le sang sortait, mais ce n'était plus amusant alors je me soignais d'un coup de baguette avant de ma relever et de me tourner vers l'asiatique qui semblait en forme. S'en était fini des singes et des crapauds, des lumières clignotantes et des attaques furtives. Ils étaient ko, presque mort étalés par terre. L'homme avait été plus fort que l'animal ce coup-ci. La pyromane, celle qui sortait sans raison sous la pluie proposa de retourner au château et acquiesçant je la suivais sans me retourner vers les profondeurs de la forêt, impatiente de retourner dans mon lit, pour l'une des dernières fois, car bientôt je quitterai la tour de gryffondor.

[FIN du RP]
Revenir en haut Aller en bas
James Vasilievich
avatar
Serdaigle
Serdaigle
Spécialité(s) : Permis de transplanage


Re: Mauvaises pensées

Message par : James Vasilievich, Dim 6 Nov 2016 - 12:32


RP en compagnie de Kohane Werner - Et si nous reprenions où nous en étions restés la dernière fois?


L'Enfer ne pouvait être pire que ça... L'insomnie, les cauchemars, les addictions, la perte de contrôle, la souffrance, les idées noires... Et ce profond sentiment de rejet et d'incompréhension...

Une légère bruine tombait silencieusement entre les arbres de la Forêt Interdite. L'atmosphère était fraiche. Tout semblait si paisible. Seul le jeune homme se trouvant là au milieu de cette nature hostile ne pouvait trouver la paix. Le monde lui semblait entrer complètement en contraste avec son être. Un profond sentiment de mélancolie s'était installé en lui. Lui qui se sentait si perdu, si misérable... Cet étudiant aurait donné tout ce qu'il possédait pour connaître un instant de sérénité. Si le Démon existait, le jeune Serdaigle aurait marchandé avec lui pour vivre l'esprit apaisé. James donnerait sa vie contre un temps de quiétude absolue.

Le jeune homme ferma les yeux et essaya de ressentir la brise contre son visage. Se laisser porter par elle... Se laisser aller... Abandonner la guerre avec le penseur qui se trouvait en lui. Abandonner ce conflit. Laisser gagner son esprit. Tout cela était vain. Jamais ses pensées ne se tairaient. Elles ne lui laisseraient jamais de repos. Et son corps commençait à en souffrir considérablement.

Reprenant le contrôle de son corps et de son esprit un court moment, James chercha un endroit calme où il pourrait se griller une cigarette tranquillement sans qu'un intru ne vienne le déranger. Ses yeux se posèrent sur une branche à quelques mètres de haut. Yep! C'était parfait! Personne n'aurait idée de venir le faire chier là-haut.

D'un mouvement rapide et sûr, Jim' prit de l'élan, sauta et s'accrocha à une branche pour commencer son ascension. L'exercice physique et ce petit challenge lui permettraient de se concentrer sur autres choses que sur ses démons. Une fois arrivé en haut, le jeune étudiant accrocha son sac en bandoulière à une branche près de lui et se cala contre le tronc. D'une main, James sortit son paquet de cigarette et son briquet. D'un geste sûr, il coinça la clope entre ses lèvres, l'alluma et inspira profondément. Il ne lui manquait que la musique. Mais, ça, le Serdaigle pouvait commander à son esprit de la jouer pour lui. Se concentrant sur un air qu'il venait d'apprendre, James se laissa doucement bercer...
[/color]
Revenir en haut Aller en bas
Kohane Werner
avatar
Modération GGryffondor
Modération G
Gryffondor
Spécialité(s) : Permis de Transplanage


Re: Mauvaises pensées

Message par : Kohane Werner, Lun 7 Nov 2016 - 11:45





Qu'est-ce que je fous encore là ?
Qu'est-ce que je fous encore en Grande-Bretagne ?
Peut-être que j'aurai dû...
J'aurais dû acquiescer, quand Maman m'a dit de finir ma scolarité là où elle a commencé -en Allemagne.
Fuir, fuir ce monde pourri. Fuir les ombres et les cris. Les crocs et les griffes.
Voler, loin de tout ça.
Tirer un trait sur cet affreux passé.
Sauter le gouffre et rejoindre la prairie verdoyante de l'autre côté. Avec l'idyllique petite chaumière. Le ciel bleu et le soleil radieux. Un décor pastoral.

Mais non, je suis encore là.
Toujours là.
A Poudlard. Sous les nuages gris, au coeur de la brise et du climat frais.
Je suis là, à déambuler, tituber. Ressasser. Ce qui s'est passé.
Tout, depuis le début. Depuis des mois.
Les malheurs qui pleuvent comme les gouttes glacées sur l'île de Bretagne.
Comment ça se fait, que tout soit ainsi ? Que je me ramasse chaque petite mauvaise graine qui traîne ? Que chaque monstre soit sur mes talons, son ombre collée à la mienne ?



Mes pieds foulent l'herbe du parc tandis que mes bras, repliés sous ma poitrine, forment comme une barrière invisible.
Une barrière contre les autres.
Une barrière bien vaine.
Parce que tous les murs que je me suis efforcée de bâtir, toutes ces murailles que je voulais impénétrables, qui devaient faire obstacle à la violence et la folie du monde, tout ceci s'est effondré. Ecroulé. Il y a quelques jours. A Londres.
Au moment où j'ai pris la décision de me défendre face à cette femme ou ce monstre, au moment précis où j'ai lancé mon premier sort contre elle, tout s'est écroulé.
Le sang, les cris, les coups de l'extérieur ont déferlé. Non pas pour me tomber dessus. Mais pour s'insinuer en moi.
Et me faire devenir aussi folle qu'eux.
Etre fou parmi les fous, c'est être sain. C'est se fondre dans la masse. Pour survivre.
Alors j'ai décidé. Je me suis fondue dans la masse.
Parce que je veux éviter le souffle glacial de la Mort. Sa lame tranchante sur ma gorge.



Je ne regarde plus où je vais. Qu'importe.
Seules sont ces sensations. La peur face au monstre, la rage et la haine, aussi. La flamme, dans les entrailles. Celle qui pousse à agir. Réagir.
Seuls sont les souvenirs.
Qui entourent, enveloppent mon esprit.
Le plongent dans cette infernale spirale. Spirale noire des noires pensées.
L'envie de hurler. Pleurer. Crier la rage de tout, la rage du monde.

Soudain, la sensation change sous le pied.
Ce n'est plus de l'herbe. Ce sont des feuilles.
Mes pas m'ont menée jusqu'à la lisière de la forêt.
Je lève les yeux, observe les premiers arbres quelques secondes.
Puis me retourne. Des élèves, ça et là. Des élèves en groupe, des élèves tous seuls. Ils rentrent, ils sortent. Dans l'air frais du parc. Se baladent, errent, rigolent, discutent.
Ils me donnent la nausée, avec leurs sourires insouciants.
J'ai envie des les frapper. Faire disparaître ces lèvres qui s'étirent. Eteindre leur bonheur. L'enterrer six pieds sous terre.
Le coeur est plein de colère contre ces gens qui ne savent rien, qui ne voient rien.
Alors que tout me tombe dessus.
Fortement, très fortement, je crispe mes poing, ferme les paupières.
Contenir cette rage. Elle ne doit pas sortir. Ce serait injuste. Ils n'ont rien demandé, ceux-là. Ce n'est pas leur faute. Et tu n'es pas du genre à t'en prendre aux gens sans raison valable.
Alors calme-toi. Ca va.



Lorsque je rouvre les yeux, ma décision est prise.
Se couler parmi les arbres, là où je serai tranquille. Là où personne ne viendra m'embêter. Là où je n'aurai pas de sourires à vouloir assassiner. Déchirer. Déchiqueter. Dépecer.
Je frissonne tandis que je reprends ma marche.
Je me fais peur. Ces pensées... ces mots... comment puis-je y songer ? Où suis-je en train de plonger, maintenant ? Pourquoi cette colère sourde contre des innocents ?
Une partie de moi me rassure en me disant que ce ne sont là que des mots. Seulement des mots.
Mais... et si...?

Mes pensées sont brutalement interrompues par cette odeur.
De fumée.
J'ai rarement croisé des personnes fumant dans l'école. Ou alors c'est que je ne fréquente pas des fumeurs.
La dernière personne à avoir sorti une clope devant moi était le directeur -ou la directrice ?- de Serdaigle. Une nuit. Dans un couloir. Sombre. Plein d'ombres effrayantes.
Je m'arrête. Me demande d'où ça vient.
Mes yeux scrutent le chemin qui paraît s'ouvrir devant moi.
Il n'y a rien.
Alors je fais un pas de plus, lève la tête.
Il est là. Perché. Un visage familier.

Il me faut encore quelques secondes pour me rappeler.
Ca fait longtemps.
Ca fait un moment.
Je le croyais disparu, embarqué dans le flot de la vie, avec tous les autres.
Mais non, il est là. Sur une branche. Une cigarette à la main.
Je ne sais pas s'il m'a vue. S'il m'a aperçue. Reconnue. Je sais juste qu'il est là.
Je ne souris pas ; mes lèvres sont incapables de bouger. Mais je suis heureuse -soulagée- de voir un visage familier. Un visage sympathique. En lequel je veux croire, encore un peu.



Sans plus attendre, je saisis la première branche à ma portée pour entreprendre l'escalade le long du tronc.
Pas un mot.
Pas un avertissement j'arrive.
Juste grimper, jusqu'à arriver à sa hauteur.
Le regarder. Il n'y a toujours pas de sourire. Mais une lueur dans le regard. Une étoile, peut-être. Qui vaut bien un sourire sur les lèvres.

-Salut, James. Ca fait longtemps, dis donc.

Un ton posé. Une voix en apparence neutre. Mais où pointe, tout au fond, une sorte de lueur. La lueur provoquée par des retrouvailles.
Je m'installe sur sa branche. En face de lui.
Et le regarde. Avec cette étoile brillante dans les yeux.

Revenir en haut Aller en bas
James Vasilievich
avatar
Serdaigle
Serdaigle
Spécialité(s) : Permis de transplanage


Re: Mauvaises pensées

Message par : James Vasilievich, Sam 12 Nov 2016 - 19:13


Inspirant profondément pour la troisième fois consécutive, James sentit son corps se détendre petit-à-petit. Ou était-ce un effet de son imagination... Ses yeux se posèrent sur la cigarette. Fasciné par la vision du papier se consumant doucement, Jim' ressentait profondément le sentiment de mélancolie qui l'animait en ce jour. Jim' aurait pu écrire une lettre d'amour en l'honneur de ces petits cylindres. Après tout, peut-être que sa vie se résumait à ça... A la représentation d'une clope allumée en train de se consumer. Cependant, qui en était le consommateur? Lui? Consommait-il vraiment sa propre vie? Non. Ce n'était pas lui.

-Salut, James. Ca fait longtemps, dis donc.

Une ombre passa dans le regard du jeune étudiant perché sur son arbre. C'était lui. Tout était de sa faute. Tout.

Plongé dans ses pensées, James ne réagit pas aux mots de la jeune demoiselle venant de le rejoindre. Cela lui arrivait bien souvent.

Sa mâchoire se contracta et la haine enivra son être. Il le détestait autant qu'il se détestait lui-même. La souffrance n'était plus physique. Elle était désormais ancrée en lui au quotidien, dans son esprit, dans ses veines. Il avait tout détruit. Ses rêves, ses espoirs en l'humanité, sa capacité à s'ouvrir aux autres, sa volonté de guérir et son potentiel à se faire des amis.


* Je n'y arrive plus... J'y arriverais jamais. C'est impossible. Il faut que je trouve un moyen pour évacuer. N'importe quoi qui puisse évacuer cette douleur mentale, ces idées... *

Au fil des jours, James s'était mis à la recherche d'une solution. Le piano n'était pas suffisant. Certes, le jeune homme pouvait exprimer ses sentiments par les harmonies musicales, mais ce n'était pas assez. Le Philtre de Paix lui était d'une grande aide. Il en était devenu addict'. Chaque soir, Jimmy s'offrait le réconfort des bras de Morphée grâce à cette petit merveille. Toutefois, la journée durant, c'était un autre combat. L'étudiant devait lutter pour ne rien révéler, pour que personne ne s'aperçoive de sa décadence existentielle...

- Je sais ce qu'il me reste à faire... murmura-t-il tout en revenant à la réalité.

C'est à cet instant que James réalisa la présence de Kohane. Une jeune demoiselle qu'il avait fréquenté par le passé. Assise face à lui. Comment avait-il pu ne pas la remarquer? L'avantage avec son esprit, c'est qu'il n'oubliait jamais un nom ou un visage. Toutefois, il pouvait ne plus être connecté au monde extérieur. Combien de fois James s'était-il retrouvé dans cette position? Il aurait souhaité prétendre l'avoir entendu et aperçu, mais c'était mort pour ce coup. Kohane n'était pas stupide. Elle avait dû remarquer que le Serdaigle n'était pas dans son état normal... ou plutôt si justement il l'était bel et bien...

- Oh... Que... Qu'est-ce que tu fais là? lui demanda-t-il surpris.

Par ailleurs, James était surpris de ne pas ressentir de peur. Son corps n'avait même pas sursauté sous la surprise de voir Kohane face à lui, sortie de nulle part. Non, au contraire, tout était calme, apaisé, comme lorsqu'on vient de prendre une décision importante et qu'on est sûr de soi. La sérénité du soldat prenant une décision cruciale qui changera à jamais le reste de sa misérable vie.
Revenir en haut Aller en bas
Kohane Werner
avatar
Modération GGryffondor
Modération G
Gryffondor
Spécialité(s) : Permis de Transplanage


Re: Mauvaises pensées

Message par : Kohane Werner, Ven 9 Déc 2016 - 20:00





Il ne m'a pas entendue.
Perdu. Loin. Si loin. Inatteignable. Voguant sur des mers amères auxquelles je n'ai pas accès. Ni moi. Ni personne, d'ailleurs.
Il est là-bas, perdu.
Et ne m'a pas remarquée.
Etrangement, cela ne me dérange pas.
Assise sur ma branche, face à lui. Observer un homme qui ne nous voit pas. Le détailler. Chaque trait.
Et les idées tourbillonnantes sous les sourcils. La pelote de laine. Qui, au lieu de se défaire, s'emmêle plus encore.
Noire pelote. Lui aussi, est dans le gris. A voir son propre être avalé petit à petit par les Ténèbres. A se sentir plonger, step by step.

Doucement, je resserre mes bras autour de ma poitrine. Comme si j'avais froid.
J'ai froid. Dedans moi.
C'est glacé. Comme toujours. Le monde a gelé mon intérieur. Lui et sa folie meurtrière ont su anesthésier le bonheur, givrer le sourire. Tout a disparu.
Plus que la souffrance.
Et la rage. Celle qui me faire vivre, désormais. Celle entre les bras de qui j'ai décidé de m'abandonner. Ne plus lutter. Cesser.
Car c'est cette rage qui m'a sauvée. De sa main meurtrière, sa folie destructrice. Elle, dont le visage ne reflétait que la démence -un visage dont je ne parviens même pas à me souvenir vraiment. C'est cette rage, qui m'a donné le courage... lever la tête, brandir sa baguette. Rester droite et fière. Coûte. Que. Coûte.
Une rage qui a su balancer l'essence. Craquer l'allumette.
Que s'embrase le Noir ! Que s'illuminent les Ténèbres !
Feu. Juste du feu. Qui m'a sauvée.

Alors pourquoi. Pourquoi j'ai froid ?
Pourquoi tout est de nouveau glacé ?
Mes yeux tombent sur la cigarette sur laquelle James tire. Mécaniquement. Machinalement. Automatiquement.
La cigarette... qui pourrait bien incendier la Forêt.
La cigarette... et son bout incandescent. La petite flamme qui disparaîtra, une fois le mégot éteint.
Je comprends.
La feu, ça s'entretient.
Pour pas avoir froid, suffit de l'alimenter. Le nourrir. Brindille après brindille. Jusqu'à ce qu'il puisse avaler les bûches, des troncs. Une forêt. Un monde.
Il faut être patient et ne pas se décourager.
Ne pas abandonner.
L'entretenir. Jour après jour. Heure après heure.
Le voir grandir. Le voir prendre de l'ampleur. Jusqu'à tout incendier.



Je sens ma mâchoire se serrer. Se contracter.
Ce monde regrettera. De m'avoir blessée.
Ceux qui m'ont défiée finiront par ployer... devant moi... ou le feu. Ils regretteront... de s'être trouvés sur mon chemin... d'avoir alimenté ma haine. Ma folie.

Fo

lie.

Lié. Lier

Folle à lier.

Suis-je vraiment folle ?

Je ne crois pas.
C'est ce monde, qui me le fait croire.
Ou qui me pousse à l'être. Me pousse à être ce que je ne veux pas. Ce dont j'ai peur. Ce qui m'effraie. Me dégoûte.
Pourtant, pour survivre dans un monde fou, faut se fondre dans la masse. Etre fou. Parmi les fous. Pour croire qu'on est sain.
Alors pour l'heure, je n'ai pas le choix.
Il faut que je me plie à la loi du plus fort.
Mais bientôt... un jour...

Fais de ce monde la scène de ton monde intérieur, m'a dit Kane.
Bientôt, ce sera au monde de se plier à mon idéal.
Non plus moi.
Le jour où je l'incendierai de ce feu que je saurai entretenir... le jour où je parviendrai à détruire la folie qui le ronge pour pouvoir rebâtir. En plus beau.
Jusque là, faut attendre. Prendre son mal en patience.
- Je sais ce qu'il me reste à faire...

Je sursaute.
Cette voix n'est pas la mienne. Et cette affirmation ne sort pas de ma bouche. Même si j'y pense. Très fort.
Moi aussi, je suis partie. Un instant. Sur la mer de  mes songes.
Voguer, voguer sur les vagues. Se laisser porter par le fil des pensées.
Et mon fleuve a su converger vers le sien.
Puisque nous avons eu la même conclusion. Je sais ce qu'il me reste à faire.



A cet instant, comme si nos deux esprits s'entrechoquaient, les yeux regardent l'autre. Il découvre ma présence, je redécouvre la sienne.
Je redécouvrir sa pelote de laine noire sous ses sourcils et son air soucieux. Ténébreux.
Parti loin, il revient à présent. Et me vit -enfin.
Deux êtres sur une branche. Face à face. Qui se connaissent sans trop se connaître. Et se regardent. Sortant des vagues sans fin de la Pensée.

La surprise, profonde, sincère, succède à la perdition première.
- Oh... Que... Qu'est-ce que tu fais là?
Je reste muette quelques secondes.
Je ne sais pas. Ne sais plus. Pourquoi. Je suis là.
J'ai marché, c'est tout. Ca m'arrive. Marcher. Sans but. Sans savoir. Marcher parce que ça empêche de penser. Marcher parce que ça atténue la souffrance. Et que je n'ai rien d'autre à faire que ça.
Alors j'ai avancé.
Je l'ai vu.
J'ai grimpé.
La Forêt Interdite, lieu calme et désert par excellence. Ou presque.
Peuplée de créatures. Pas d'humains.
Ca fait du bien. Pas d'humains.

Je me contente de hausser légèrement les épaules.
-Comme toi, je pense. J'évite le monde. J'évite les autres. Je tente de me cacher de leur folie.
"Même si mon mur érigé contre cette même folie s'est effondré, il y a quelques jours, je pense avec amertume. Au moment même où j'ai pris la décision de me défendre..."
Je tente -me force- de faire un sourire.
Ca fait mal. Le coeur ne veut pas. Il pleure. S'enfonce. Dans le noir. Pas de place pour un sourire.
Alors doucement, je pointe l'index vers le front de James.
Le lui tapote. Comme pour y faire entrer une chose. Une idée.
-Ca turbine, là-dedans.
Pause.
Continuer de tapoter. Gentiment.
-Et c'est sombre. Une sombre pelote de pensées ténébreuses.

Revenir en haut Aller en bas
Mangemort 67
avatar
Chef des Mangemorts
Chef des Mangemorts
Spécialité(s) : Transplanage
Fourchelang


Re: Mauvaises pensées

Message par : Mangemort 67, Sam 21 Jan 2017 - 11:05


PV : Rencontre avec Sergeï Kholov, accompagné de 39


Les choses prenaient une autre tournure à présent. suite à ma lettre. Avions des Aurors qui travaillaient pour nous, des élèves, des Directeurs, des commerçants, mais là... C'était au Directeur de Poudlard que j'avais écrit. Pourquoi lui ? Homme aimant le pouvoir selon certaines informations, il se pouvait que certains "services" soient rendus mutuellement. Je m'avançais peut-être trop. Ne connaissant pas l'animal, il m'était difficile d'émettre un jugement fiable. C'était d'ailleurs pour cette raison que je n'étais pas venu seul. Il valait mieux prendre quelques précausions. Matricule trois-neuf se cacherait dans les fourrés le temps de l'entrevue. Il avait reçu l'ordre de ne pas sortir, sous aucun prétexte. Uniquement si le Monsieur Académie magique décidait de s'en prendre à moi. Sinon, il devait fusionner avec la nuit, les ombres ou les buissons, qu'importe. Il devait rester invisible.

S'il était là c'était sûrement pour rattraper le coup de la fuite des ponts. Il l'avait dit lui-même, le combat ce n'était pas son fort mais il avait eu envie de m'accompagner. Avais-je été trop autoritaire et il pensait ne pas avoir le choix ? Dans cet esprit tordu, il était difficile d'en tirer quelque chose de cohérent.

C'était un peu avant l'heure du rendez-vous, minuit si jamais deux nuits après ma lettre, que j'enfilai mon masque et ma longue cape noire. Accompagné de mon duo du soir, nous étions tous les deux à Hollow pour transplaner en même temps. Être sur place suffisamment à l'avance pour préparer la cachette mais trop pour ne pas mourir d'ennuis.

En place, nous attendions en silence. Viendra-t-il ? Rien n'était certain. J'avais prévu de revenir toutes les nuits de la semaine espérant que cette rencontre se fasse. J'étais à la lisière de la forêt, comme une grande masse sombre immobile. J'avais ma baguette à la main, uniquement pas précaution. Il valait mieux se prépare au pire.

J'étais impatient de le voir débarquer, de le voir arriver pour que tout débute. Avec ce genre de personnes, il fallait être certain de mots utilisés. Chaque détail comptait.
Revenir en haut Aller en bas
Mangemort 39
avatar
Mangemort
Mangemort
Spécialité(s) : Métamorphomage
Permis de Transplanage
Manumage (niveau 2)


Re: Mauvaises pensées

Message par : Mangemort 39, Sam 21 Jan 2017 - 18:28


Vous aviez une mission d’importance, ce soir. Une mission sur laquelle vous comptiez, vous, pour vous remettre dans les bonnes grâces du seigneur des Ténèbres. La leçon qu’il vous avait donnée vous avait suffit. Suffit pour que vous vous disiez « plus jamais ». Plus jamais vous ne vous souhaitiez vous faire gronder de la sorte. Comme un pitoyable enfant. Vous, alors que du haut de vos trente-neuf ans ou approchant, vous étiez le plus vieux de la bande.

Alors, lorsque matricule Six-Sept avait déclaré pour quoi il partait ce soir là, vous vous étiez empressé de vous porter volontaire. Une couverture. Vous vous cachiez dans les fourrés. Et surtout, surtout, vous souhaitiez connaître les opinions de Sergeï Kholov. Vous, qui aviez suivi les moindres de ses faits et gestes pour le compte des mangemorts, avant de vous-même avoir le droit à votre matricule. Vous, qui aviez utilisé votre elfe pour le filer quasiment vingt-quatre heures sur vingt-quatre. Et vous qui continuiez à avoir peur de lui. Vous vous méfiiez du bonhomme, mais vous souhaitiez tirer parti de la situation.

Alors, avec le Seigneur des Ténèbres, vous transplaniez. Et vous prépariez votre cachette. Tout ne fut pas de tout repos, car vous pensiez d’abord, comme d’habitude, vous reposer sur votre don de métamorphomagie. Après tout, vous en connaissiez des personnages bien feuillus, capables de se fondre dans le décor. Vous, qui aviez été élevé comme un moldu, aviez aussi eu droit aux téléfilms du siècle dernier. Alors, pendant un temps, vous aviez choisir de ressembler à Grand-Mère Feuillage.

Les rides vous prîtes, mais les feuilles beaucoup moins. Et si votre visage était aussi chiffonné que l’écorce d’un arbre, l’essai n’était pas très concluant. Alors vous tentiez les cheveux feuillus. Vous vous imaginiez Mystherbe, cette mystérieuse créature moldue issue des herbes sauvages. Rien. Certes, votre pilosité augmenta, mais quoi que vous fassiez, vous ne pouviez changer votre nature. Humain vous étiez, humain vous resteriez.

Dommage vous pensiez. Vous, qui aviez tant rêvé de faire l’école buissonnière, ne l’aviez sans doute pas assez fait pour pouvoir vous transformer en buisson. Alors vous vous contentiez de vous lancer sur vous-même un Kaleidem Continuate, aidé de votre grand patron Six-Sept. Deux baguettes valaient mieux qu’une en toute circonstance… mais surtout maintenant. Et en considérant que le sortilège d’invisibilité n’était pas votre fort, puisque vous n’en aviez généralement pas besoin, vous préfériez vous faire aider.

Peut-être était-ce cela, être un bon mangemort, non lâche, tel que 67 vous imaginait. Il vous fallait reconnaître vos erreurs. Et être prêt à intervenir à tout moment. Tant qu’on ne vous voyait pas, tout allait bien…

Enfin prêt, vous vous amusiez à faire quelques pichenettes sur les oreilles de 67, mais vous vous arrêtiez bien vite devant son regard. Kholov pouvait arriver à tout moment, il vous fallait prendre votre place. Collé au tronc d’arbre juste à côté de 67, vous ne bougiez plus d’un pouce. L’attente pouvait commencer.
Revenir en haut Aller en bas
Sergeï Kholov
avatar
Serpentard
Serpentard
Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Re: Mauvaises pensées

Message par : Sergeï Kholov, Dim 22 Jan 2017 - 23:04


Il y a deux jours de cela Sergeï avait reçu une missive plus qu'intrigante venant d'un mystérieux correspondant lui donnant rendez-vous à la lisière de la forêt interdite. Apparemment, il ne pouvait se déplacer par lui-même, malgré le fait que ses disciples (?) se trouvaient à Poudlard. Normalement, le Russe ne répondait pas à de telles demandes, s'il devait voir quelqu'un, c'était à ladite personne de se déplacer et non pas à lui. Il n'était pas n'importe qui après tout et le parchemin pouvait très bien passer pour la demande d'un fanatique venant d'une quelconque secte.

Cependant, quelques propos avaient tout de même attiré son attention. Le fait que la missive s'enflamme après la lecture joua aussi dans le fait de le décider à se rendre à ce petit rendez-vous. S'il avait été ministre de la magie, Sergeï aurait surement été dans l'obligation de faire le chemin avec une garde rapprochée. Les faibles n'étaient pas capables de se protéger seuls. C'est pour cela que Petrus ne sortait jamais seul. Il ne gagnerait surement pas un combat face à un bébé armé de son bavoir. De toute manière, le Russe tenait à son intimité et il ne supportait pas d'avoir une autre personne venant s'immiscer dedans sans une autorisation expresse. Au vu de ses responsabilités et de ses plans futurs, il ne pouvait de toute manière faire confiance en personne. C'était le meilleur moyen pour se prendre un sortilège dans le dos quand on s'y entendait le moins. Sergeï ne faisait donc confiance en personne, ni aux elfes, ni aux sorciers, même pas aux membres de son personnel. Il avait déjà dû prendre des mesures envers eux, en virant les plus têtus comme West ou en se passant des inactifs. Tout récemment, il avait trouvé un nouveau garde-chasse et il espérait qu'il tiendrait plus longtemps que la dernière.

Nouant une écharpe autour de son cou, le directeur de Poudlard vérifia sa tenue devant la glace. Comme toujours, tout était parfait. Rangeant sa baguette à portée de main, il quitta son bureau. Il allait se rendre seul au rendez-vous, car il n'avait besoin de personne pour assurer sa protection. Il allait ainsi savoir si tout ceci n'était qu'un vaste canular ou quelque chose dont il pourrait tirer profit. Après tout, si on lui demandait de venir c'est qu'on avait besoin de lui et Sergeï n'était pas du genre à rendre gentiment un service. Tout se payait tôt ou tard, d'une manière ou d'une autre.

Il y avait deux chemins pour se rendre au point de rendez-vous. Le premier par la voie civile, l'autre en empruntant la forêt interdite. Histoire de montrer qu'il était sur son territoire, le Russe décida de prendre le chemin le plus périlleux. Marchant, marchant et marchant, le directeur s'arrêta quelques mètres avant d'arriver à destination et lança un Hominum Revelio. Le périmètre couvert n'allait pas être énorme, mais pour Sergeï on était jamais trop prudent. Il ne comptait pas tomber tête la première dans une embuscade. Il devait déjà savoir le nombre potentiel d'ennemis et voir ses possibilités de fuite. N'étant plus dans le champ de protection de Poudlard, le directeur n'aurait pas de mal à transplaner en cas de besoin.

Deux secousses électriques le traversèrent alors. Deux ennemis donc. Du gâteau pour le Russe qui maitrisait parfaitement le maniement de sa baguette magique. Il informula tout de même un protego et quitta la forêt sans une seule égratignure et sans que son uniforme ne soit froissé. Un sorcier se trouvait devant lui, de dos, Sergeï ne pouvait voir son visage. Tournant la tête, il chercha la deuxième personne, mais ne vit rien. Ainsi, il avait affaire à un faible ayant besoin de protection. Parfait.

Le directeur de Poudlard gardait une longueur d'avance par rapport à son adverse. Gardant les bras le long du corps, baguette en main, mais non pas menaçant, il se racla la gorge pour signaler sa présence.
Revenir en haut Aller en bas
Mangemort 67
avatar
Chef des Mangemorts
Chef des Mangemorts
Spécialité(s) : Transplanage
Fourchelang


Re: Mauvaises pensées

Message par : Mangemort 67, Lun 23 Jan 2017 - 15:59


Le temps s'était ralenti ou quoi ? Je me devais d'attendre, en silence, dans la nuit, dans le froid. C'était pénible. Sans être certain que mon invité du soir vienne à ma rencontre. Je ne l'avais jamais rencontré, vu oui, mais jamais discuté. En revanche, sa réputation, c'était difficile de passer à côté. Des élèves, des professeurs, ... Tous avaient quelque chose à dire sur lui. Cette nuit, j'allais me faire ma propre opinion, je l'espérais, car rien n'était encore certain que le Directeur de Poudlard vienne à ma rencontre. S'il ne le faisait pas, je partirai sans rien dire à 39. Certes, sa mission était de m'aider s'il y avait un soucis. Partir sans rien lui dire me permettrait de m'assurer qu'il garde bel et bien un œil sur moi.

Immobile pour ne pas attirer l'attention, immobile comme une statue masquée qui attend son heure. L'heure de dévoiler son jeu. Dans un silence, j'attends. Lorsque... Soudain, j'entends. Des bruits de pas venant de derrière moi. Matricule trois-neuf qui avait de la peine à tenir en place ? Déjà ? Sauf que... Le petit raclement de gorge me fit comprendre que ce n'était pas le Mangemort caché mais une personne d'autre, mon invité ?

Doucement, pour faire comprendre que je ne me retournais pas pour attaquer, je découvris face à moi le Directeur de l'Académie de sorcellerie. J'étais certain que c'était lui. Du moins, son physique, s'il y avait un subterfuge, c'était une autre histoire. Partons du principe que c'était le bon. Nous verrons bien la suite de la rencontre.

- Bonsoir Monsieur Kholov. Je suis ravi de voir que vous êtes venu. À mon masque, vous devinez ce que je suis, n'est-ce pas ? Le Seigneur des Ténèbres... Comment vous portez-vous en cette nuit ? Avez-vous hésité à venir me rencontrer ?

Des choses banales pour commencer. Les choses sérieuses viendraient ensuite. Il fallait prendre la température avant d'aborder l'objet de cette entrevue.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé

Re: Mauvaises pensées

Message par : Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas
Page 24 sur 26

 Mauvaises pensées

Aller à la page : Précédent  1 ... 13 ... 23, 24, 25, 26  Suivant

Permission de ce forum:Vous pouvez 
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Harry Potter 2005 :: ~¤~ Pré-au-Lard ~¤~ :: Forêt Interdite-

L'univers d'Harry Potter est la propriété de la Warner Bros ainsi que de J.K Rowling.
Tous droits réservés sur ce site ©Copyright HarryPotter2005. Affichage optimisé sous Firefox.