AccueilPortailFAQPublications internesRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Harry Potter 2005 :: ~¤~ Pré-au-Lard ~¤~ :: Forêt Interdite
Page 30 sur 30
Mauvaises pensées
Aller à la page : Précédent  1 ... 16 ... 28, 29, 30
Lïnwe Felagünd
AdministrationHarryPotter2005
Administration
HarryPotter2005

Re: Mauvaises pensées

Message par : Lïnwe Felagünd, Mer 3 Jan - 14:47


Il s'enfonçait. S'enfonçait de plus en plus comme un trou dans le ciel. Un trou noir, intersidéral. Introuvable. Inépuisable. Le néant. Le sacré néant que cet enfer ! C'est comme marcher dans un rêve. Toujours marcher, à l'envers. Étrangement et continuer encore et encore. Aller de l'avant en reculant. C'est comme un faune dans un prélude à l'après-midi. C'est comme une ombre qui te suit, toujours et encore car inséparable de ta chair. Qui te suit comme la peste. Des ombres tout autour. Les silhouettes des arbres malsains qui approuvent la scène. L'ombre d'une — Forêt.

C'est une promesse qui est susurrée à son oreille
comme un doux mensonge d'une vérité absolue.

C'est un engagement comme un serment
qu'on aurait fait jusqu'à la mort.

C'est une motivation pour faire parler
retrouver sa jambe, il suffit de parler.

Il fallait descendre plus bas, toujours plus bas. Plus profondément. Comme quand on tombe dans un trou, le cimetière : la tombe. Creuser plus profond pour mieux s'endormir, le soir. C'est fouiller le psychisme d'un enfant mort. C'est visiter chaque couche d'un rêve. L'inception inévitable. Alors il murmurait « le pied... le pied... » car plus bas que la jambe : se trouve le pied. Il répétait le mot, tout bas, comme la peur de dire une connerie, une tromperie, une trahison — un mensonge. Il répétait le mot, tout bas, comme avant de mourir. Quand la peur t'assaille et que tu ne veux pas y prendre part. Il répétait le mot, tout bas, comme quelque chose qu'il ne voulait pas avouer. Une folie.

- Notre truc, à nous, c'est de la voir s'éteindre comme on a vu s'éteindre la lumière dans mes yeux et mon cœur. C'est ressentir ce qu'on a ressenti, le mal qu'on nous a fait. C'et l'extérioriser, involontairement. C'est reproduire la même chose, sans le vouloir. C'est une évidence. Comme le nous qui est redit, directement inspiré par les mots de l'Ombre. Ou comment ne plus s'apercevoir de sa propre schizophrénie.

Revenir en haut Aller en bas
Mangemort 91
avatar
Mangemort à la retraite
Mangemort
à la retraite
Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Re: Mauvaises pensées

Message par : Mangemort 91, Jeu 4 Jan - 2:21


Nous aurions du percevoir la perdition de l'enfant face aux douleurs de l'affrontement. Les idées peu claires qui avaient fini par se développer sous ce crane a peine formé que nous pourrions encore tordre dans le sens adapté, vers des idées et des causes nobles. Dernier échappatoire avant la chute, en espérant qu'elles le sauveraient tout autant qu'elles avaient pu nous aider nous. Alors il nous fallut quelques secondes pour comprendre ce qui signifiait dans son esprit tordu la demande du plus bas. Et alors se désoler face a la réponse que l'enfant chérit comme un sauvetage. Nous ne le blesserions pas pour une erreur bien que la douleur dans notre bas-ventre réveillait en nous les bassesses de la vengeance.

- Notre truc, à nous, c'est de la voir s'éteindre comme on a vu s'éteindre la lumière dans mes yeux et mon cœur.

Et nous hochions inlassablement la vie, car la perte du guide était une étape de la vie par laquelle tous passaient.  Mais nous tenions a l'idee forte qu'un destin ça se plie, ça se tord, ça se rompt si il faut, mais on en ressort plus fort avec des raisons de lutter. De bonnes raisons. L'instant n’était pas a songer a l'avenir comme s'en contente les affables pour se complaire en l'absence de futur perceptible, mais de penser a maintenant et aux choix qui incombaient aux épaules frêles du gamin. Alors plonger encore et suffoquer ou l’opposée sinon nous pouvons te donner des raisons de t'accrocher. T'ouvrir des portes que tu ne suspectes pas enfant-brume. a un moment il faut choisir, mais si tu n'as pas la volonté Nous te laissera sur le bas-cote. Accord au singulier, car Je ne saurait abandonner. Plus maintenant. 
Revenir en haut Aller en bas
Lïnwe Felagünd
avatar
AdministrationHarryPotter2005
Administration
HarryPotter2005
Année à Poudlard : Sixième année

Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Re: Mauvaises pensées

Message par : Lïnwe Felagünd, Jeu 4 Jan - 23:50


Les sapins tout autour se redressent comme paralysés ou déçus de l'instant. Une scène proposée qui va à l'encontre des codes donnés, des moules pré-établis qu'on ne cesse d'aduler comme de la chair à canon. Bourrer le crâne d'idéaux traditionnels édifiés sur des pensées non-naturelles. Des pensées qu'on a crues bonnes. Qui s'avèrent fausses et ignobles. L'odeur du pin dans les airs, qui annoncent la fin de l'opéra. C'est un fait. Comme un volcan qui crache sa ganache de feu dans la terre brûlée. Crème renversée.

C'est un fait.
L'Ombre est bien là
pour le relever
l'aider
le noyer
et le relever
puis l'aider à nouveau
sans jamais perdre
pieds. Elle est là
pour lui.
Juste pour
lui.

Elle tente une dernière provocation alors qu'il n'y a plus aucun retour en arrière à faire. Il n'y a plus de quoi réfléchir, plus de quoi se retourner ni marcher. Il faut juste se relever et courir, sans ces jambes flétries par le moindre soucis de la vie. Il faut... il faut aller de l'avant. Cela ne veut pas dire abandonner son passé, son existence, ses traces et fossiles ondoyants dans la nuit. Mais cela signifie se servir du passé comme lien commun, chaîne cadenassée pour tous ces maux, corde épaisse à laquelle se raccrocher en cas de chute, comme une solidité alimentaire — bracelet apportant fortune. Survivance.

Survivance qui, jusqu'à présent, n'a cessé d'être grâce à sa seule volonté de faire du mal et de la retrouver Elle. C'est sa propre maladie qui le soigne. Et qui le fera avancer. Folie d'un être impur. Il a besoin de se laver et de retrouver son lit. C'est tout ce dont il a besoin ce soir. Il n'y a pas de bas-côté dans un fossé. Et lui creuse sa propre tombe, pour mieux apprécier.

- Et mes jambes ?

Revenir en haut Aller en bas
Mangemort 91
avatar
Mangemort à la retraite
Mangemort
à la retraite
Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Re: Mauvaises pensées

Message par : Mangemort 91, Mer 31 Jan - 0:16


Si l'autre s'était montré, nous l'aurais-tu seulement dit ? Père dans un sens et fils de substitution car incapacité à élever l'autre. Fils. Et la perdition de nous dans le vous pour comprendre et appréhender, nous te trouvions seul à terre sans idées pour te venir en aide et te porter, il fallait que cela vienne de toi et de personne d'autre. Et nous avions ce dilemme de te laisser là pour laisser l'autre venir, parce que nous voulions être la violence et la force quand lui serait l'attendrissement, mais cela n'aurait pas été te rendre service. Et il y avait ce cynisme que nous ne te connaissions pas.

Alors la barrière fut rapidement posée, sans traitement de faveur pour l'enfant plus si prodige, enfant-brume des nuits opalines que le temps avait su gommer. L'autre nous saurait gérer, nous ne devions pas lui ressembler dans l'instant. Il aurait été trop facile de céder aux besoins de l'enfant, et la sensation d'aiguilles de glace entre les jambes nous rappelait à l'ordre. Nous nous lancions de nouveau un #epiksey, car un sortilège de bisou magique à cette extrémité-ci nous semblait bien adapté.

Si il n'y a plus de bas-côtés dans un fossé, Reste pas dedans. Quant à tes jambes elles attendront. Il y avait plus urgent, plus mystérieux sur quoi se pencher, alors nous nous penchions sur toi et attrapions tes cheveux. Observions le visage comme nous aimions le faire, en dessinant les contours avec les doigts, perçant finement la joue de notre ongles, un moyen de plus pour dire que nous étions passer, pour que la marque soit vue et chérie, et qu'il n'y ait pas permission de douter du souvenir.

Et te tenant toujours par les cheveux nous nous jetions dans le néant.
CRAC. 


Suite ici
Revenir en haut Aller en bas
Mangemort 08
avatar
Mangemort
Mangemort
Spécialité(s) : Fourchelang
Loup-garou
Occlumens


Re: Mauvaises pensées

Message par : Mangemort 08, Dim 25 Fév - 1:07





Regrets, Jour 15


Rp unique. 8/8

~

... Je marchais dans la forêt interdite. La veille, je venais de tuer, à nouveau, pour oublier ce manque insoutenable qui se faisait poison dans mes veines. Pourtant, j'avais passé une nuit plutôt tranquille. Du moins, je n'avais pas sombré dans un litre d'alcool éphémère à me lamenter sur mon sort.

Non, j'avais pleuré oui. Mais pas pour ce que j'étais en train de devenir, mais pour ce que j'avais fait. Et en ce matin froid, j'avais envie de discuter, de discuter avec moi-même à un endroit bien précis.

L'aube se levait tout juste, brouillée par un brouillard épais sur Poudlard. J'avais profité de ce matin pour sortir de l'école alors que les élèves dormaient encore sous des couettes chaudes dans leur dortoir. J'avais gagné la froideur du dehors, prenant directement la direction de la forêt interdite.

Une idée bien précise en tête, comme si j'avais besoin de me faire pardonner, ou de discuter avec une présence que pourtant je savais, qu'elle n'y serait pas. Quelques oiseaux matinaux se faisaient orateur de la journée qui se levait, et j'avançais dans l'épaisseur de verdure rapidement.

Je prenais la direction de l'enclos des sombrals, où le mien demeurait toujours paisiblement (bien que mon narrateur ne va pas le voir souvent, du coup là il va être content !). Quand je trouvais les animaux, j'allais voir mon cher ami ailé, qui sembla me reconnaître directement puisqu'il s'avança vers moi.

Je lui délivrais quelques caresses affectueuses, déposais un baiser sous son œil gauche, lui délivrant quelques mots en lui demandant s'il allait bien, sachant pertinemment qu'il ne pouvait pas me répondre. De tout ceux résidant dans l'enclos, il faisait partie des plus vieux, mais je n'oubliais pas les fois où il m'avait accompagné.

Et ce jour précisément, qui courrait dans mes pensées. Le premier jour, où Elly et moi nous étions rencontrés près de cet endroit. Ce jour où j'avais vécu dans son sourire pour la première fois, où j'avais voyagé dans la beauté de ses yeux, où cette première étincelle était née, avant qu'elle ne se fasse lumière de ma vie entière.

Je laissais mon ami ailé, et allait près d'un chêne massif non loin. Là, je me laissais tomber contre lui, les yeux fixant le vague qui se dessinait face à moi. Prenant ma tête dans mes deux mains, je me laissais aller, à murmurer des « Pardon » et des « Excuse-moi ! » dans le vent comme s'il pouvait lui emporter.

Des larmes coulaient sur mes jours, c'était récurrent ces temps-ci, mais je sentais cette pointe au fond de ma poitrine qui me lacérait. Même sans nouvelle d'elle, je ne pouvais m'empêcher de regretter.

De regretter de m'être réfugié dans l'alcool, dans la violence, dans la folie, dans le meurtre. Même si le manque d'elle était insoutenable, elle restait ce que j'avais eu de plus beau dans ma vie. Et je me maudissais d'être tombé si bas, me disant que si elle revenait vers moi, elle n'aimerait certainement pas ce que j'avais fait.

Mes mains tremblantes vont se perdre dans la terre qu'elles embrassent, je reste livré à mes émotions, à cette douleur violente qui noue ma gorge comme un étau. Parce que je savais, je savais que malgré tous mes sentiments pour elle restaient inchangés. Et que je me devais d'être fort dans cette épreuve que j'avais moi-même créé.

Je revoyais ses gestes, quand elle était monté derrière moi. Je réentendais sa voix, devant le surprise du sombral qui s'était dessiné sous ses doigts. Je revoyais ses yeux ébènes, dans lesquels je m'étais déjà égaré. Je revoyais son sourire, qui avait posé les premières briques de notre monde enchanté. Et je restais là, silencieux, à la penser, à l'aimer dans mes douces pensées, le cœur lourd de regrets.

~

7/8
Revenir en haut Aller en bas
Hillarius Ludwig
avatar
Serdaigle
Serdaigle
Année à Poudlard : Troisième année

Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Re: Mauvaises pensées

Message par : Hillarius Ludwig, Jeu 8 Mar - 1:21


La Forêt Où Tout est Permis


RP avec Max Valdrak

Nuit totale. 3h du matin et les dortoirs de la tour de Serdaigle baignaient dans un profond silence. Les faibles braises de la cheminée au sein de la salle commune éclairaient à peine la pièce. Au milieu de ces pales lueurs, une petite silhouette s'avançait doucement. Elle semblait presque flotter sur les dalles de pierre, enveloppée dans un pyjama blanc à fines rayures mauves. Les petits boutons jaunes pâle de sa chemise laisser miroiter quelques éclats.

À l'intérieur de ces vêtements, un petit garçon aux cheveux bouclés semblait se laisser guider par sa main, tendue au dessus de ses yeux comme une boussole. Ses paupières étaient fermées sur ses grands yeux clairs. Hillarius ouvrit la porte et sortit de la salle commune.


Il traversa les couloirs. Il descendit dangereusement les escaliers mouvants et passa devant les tableaux endormis. Ses petits pieds en chaussette pouvaient sentir comme le sol était froid.

Hillarius s'évadait dans ses songes, au fin fond d'un manoir aux reflets immenses. Tout était grand et déformé. En passant devant un miroir à la courbe bombée, il se vit énorme dans sa robe d'ecolier, comme un melon prêt à éclater. Il lâcha un rire. Perçant et bref

L'écho de son rire résonnait dans les couloirs du château. Certains tableaux sursautèrent dans leur réveil, d'autres levèrent lentement des yeux lourds de fatigue.

Le miroir éclata alors, brisé par le rire puéril du bambin. En mille morceaux ce beau miroir se répandit par terre. En haussant les épaules, Hillarius décida de continuer la visite de son palais quand soudain...

...il trébucha tout d'un coup sur les dernières marches. Rattrapant son équilibre par je ne sais quel miracle, le petit garçon...

...pris appui sur la rampe d'un grand escalier en verre, qu'il se retrouvait tout d'un coup en train de descendre. Il avait été transporté à cet endroit en un instant. Il était sûrement encore dans son palais. En arrivant devant une porte scintillante, immense, incrusté d'éclats tranchants et transparents, il sentit un souffle glacial balayer son visage.

Un des tableaux vit en bas des escalier une petite figure d'élève se tenir devant la grande porte. Soucieux de voir un si jeune élève sortir si tard, le vieux bonhomme peint au chapeau de soie allait se lever de son fauteuil pour intervenir mais sitôt cette résolution prise, en un claquement de doigt, il s'assoupit de fatigue et on pouvait l'entendre ronfler de nouveau.

Hillarius s'engouffra dans le vent frais d'hiver.

***
En prenant la descente du parc Hillarius frissonnait, la main toujours tendue, les lèvres légèrement bleues de froid. On discernait alors quelques hauts et sombres arbres bien connus de tous. Le garçon s'avança encore jusqu'à en bas.

Devant lui l'immense jardin de son royaume s'étalait à des lieux et des lieux. Qu'il en était fier Une petite balade en cette belle après-midi ensoleillée. L'idéal ! De grands pourtours de roses et de lilas. D'immenses chênes, clairs et brillants, phares de ces lieux. Des jonquilles en bordures du chemin dessinaient des arabesques en se perdant au loin, serpentant entre les arbres. Hillarius voulait les suivre. Et il sentait... Mmm.. Cette odeur. Au loin, au cœur de la forêt. Oui c'est ça ! Une fleur de muguet. Il pouvait clairement la voir, dans la clairière au loin, encore inaccessible. Cachée entre les buis et les nids de niffleurs. Plus pour longtemps

Résolu, l'aiglon s'avança vers l'orée obscure de la forêt interdite... Aveuglé par ses fantaisies
Revenir en haut Aller en bas
Max Valdrak
avatar
Maitre de JeuSerdaigle
Maitre de Jeu
Serdaigle
Spécialité(s) : Animagus : Écureuil roux


Re: Mauvaises pensées

Message par : Max Valdrak, Ven 9 Mar - 23:03


Insomniaque et Somnambule
Avec Hillarius Ludwig


Je fuyais. Courir à en perdre haleine. Des pensées. A en perdre la tête. Elles se mêlaient. Jouant avec moi. Mon esprit s'embrouillait de lui même. Je ne voyais plus où j'allais. Depuis bien longtemps, le chemin était couvert par le brouillard. Des nuages au dessus cachant le soleil. Je marchais à l'aveugle. Sans savoir ce qui m'attendait. Sans savoir de quoi demain sera fait. Je mettais un pied devant l'autre. Sans même savoir si le pas suivant sera le dernier. Si je n'allais pas bientôt exploser.

Et si j'explosais maintenant? Et si je hurlais cette peine qui m'enchainait? Peine que je pensais avoir oubliée mais qui me retenait toujours. Cauchemars revenant. De plus en plus. De la date fatidique l'on se rapprochait. Cette période mauvaise pour les rêves. Se cachant attendant des jours meilleurs comme appelés ailleurs. Les démons reprenant leur place de roi dans la nuit. Le sommeil m’agrippant. Ces montres me tirant. Retenant les tyrans malgré moi dans ces songes des plus agités.

Alors je fuyais. Je fuyais le sommeil et le marchant de sable. Je fuyais Morphée et sa douce mélodie. Je bougeais dans cette forêt pour ne pas m'endormir. J'avais peur. Une peur qui me prenait de plus en plus. Tandis que ma résistance à l'appel de l'oreille se faisait de moins en moins. Mais je continuais de lutter. Toujours levée. Je cherchais à garder mon esprit occupé. Ne pas le laisser s'évader. Ne pas se diriger vers l'antre des souvenirs.

Quand soudain sur mon chemin. Un élève. Dans son pyjama vêtu il marchait d'un pas résolu. Les bras tendus comme voulant attraper quelque chose. Il me fonçait dessus comme s'il ne m'avait pas vu. Je l'évitais. Remarquant en l'approchant de plus près, ses yeux clos. Je ne savais comment réagir face à ce petit être qui marchait paisiblement dans ses rêves. J'allais pour le réveiller quand tout à coup un souvenir me revint. Ou plutôt une question. Fallait-il vraiment réveiller un somnambule?

Je ne savais quoi penser quoi répondre à moi même. J'entrepris alors de le guider comme je le pouvais. Arriverais-je à le ramener aux dortoirs sans encombre? Dans la forêt, je pouvais sentir une présence. Elle ne dormait qu'à moitié. Et quelques craquements ne m'annonçaient rien de bon.
Revenir en haut Aller en bas
Hillarius Ludwig
avatar
Serdaigle
Serdaigle
Année à Poudlard : Troisième année

Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Re: Mauvaises pensées

Message par : Hillarius Ludwig, Dim 11 Mar - 14:07


A moi le Jardin ! Mon Jardin ! Mes pas se faisaient plus pressés encore.

Pris dans mon euphorie je remarquai seulement à présent que tout à coup, à mes côtés était apparue une silhouette bleutée. Elle scintillait d'une aura vibrante en passant à côté de moi. Elle semblait flotter au dessus de mes parterres de fleurs comme un esprit. Que faisait-elle dans mon jardin? J'allais la laisser me dépasser, l'ignorant, toujours attiré par l'odeur du muguet quand celle ci en se retournant dans mon dos posa sur mon épaule une main froide.  Je me tournai également et dévisageai la figure floue face à moi.

Des traits durs. Deux yeux sombres. De longs cheveux bouclés châtain encadrant un visage à l'expression vide. neutre. Une machoire sévère. Et de grandes lèvres rouges.

"Hillarius."

Je me tournai légèrement vers cette silhouette. Peu à peu, un visage se posait nettement sur une forme toujours vibrante d'un bleu glacé.

"Maman?"

Non...

"Viens.. On rentre à la maison."

Non...

En me guidant elle semblait vouloir me dévier de ma trajectoire, avec tout la douceur simulée qu'elle pouvait

"Non, non ! Laisse-moi ! Laisse moi !"


Hillarius n'en faisait qu'à sa tête. Voulant absolument s'enfoncer dans le sombre bois, contourner cet obstacle repoussant, il tentait inconsciemment d'échapper aux mains tremblantes de Max. En gesticulant, et murmurant des choses incompréhensible, il laissa finalement échapper : "Je te déteste, Maman !" aussi clair et distinct que s'il était éveillé.

"Tu nous as abandonné ! Tu ne nous aime pas ! Et à cause de toi Papa est tout le temps triste !

Il s'arrêta un instant.

Je voulais que toutes ces piques lui fassent mal, je voulais venger le bonheur de mon père.

"Dis-le à Ballio que tu nous aime pas ! Lui, il veut pas me croire. Mais je sais que c'est vrai. Je veux pas retourner avec toi ! Va-t-en, et laisse nous tranquille, vas-t-en !"

Tout à coup, alors que je venais de cracher ces mots, quelque chose venait de s'allumer au fond du jardin. Et une autre voix l’appelait. Une voix inconnue. Une voix d'homme.

Qui ressemblait à celle de son père.

Un écho

"Mon doux Mirage... Hillarius... *hillarius..* Viens... N'aie pas pe.. *peu... * ..ur. Je suis là."

Ma mère, sentait que quelque chose n'allait pas pour elle.

"Hillarius, viens, rentrons. Il se fait tard."

Qu'est ce que tu racontes, toi? il fait grand soleil. Le temps est radieux. Et cette voix...

"Hill.. Laa.. Rius"

D'un coup je me décidai. Il fallait prendre son envol. M'écouter. Je vais faire ce qui me plaît dans MON PALAIS. MON MONDE.


Hillarius fit un geste brusque pour s'enfuir, et continuer sa course, toujours bras tendus. Les sourcils froncés, le visage fermé, mais un petit sourire en coin qui ne s'évanouissait jamais. La forêt lui tendait ses bras malfaisants... et personne ne se mettrait en travers de sa route
Revenir en haut Aller en bas
Max Valdrak
avatar
Maitre de JeuSerdaigle
Maitre de Jeu
Serdaigle
Spécialité(s) : Animagus : Écureuil roux


Re: Mauvaises pensées

Message par : Max Valdrak, Mer 11 Avr - 23:22


avec Hillarus et son LA


Il bougeait toujours. Avançait. M'ignorant totalement. Je ne pouvais pas faire grand chose. Je surveillais les environs. Guettais les mouvements de la forêt. Je la savais dangereuse. L'infirmerie le savait autant que moi au fut du nombre de fois où je leur rendais visite. Parfois je cherchais un peu. D'autres le hasard. Une rencontre avec une bête ayant un peu faim, voyant un petit mammifère à porté de crocs ou de griffes.

Il marmonnait des choses. Des choses incompréhensible. Parlant dans sa barbe imaginaire. Drôle d'enfant, un peu imprudent. Mais je voulais attendre le plus longtemps possible avant de le réveiller. Pas le faire paniquer. Mais il paniqua de lui même. Parlant à sa mère dans ses rêves. Pincement à mon petit cœur. Sujet maternelle sensible. Trop sensible. Combien de temps je l'avais cherché sans la trouver?

Il s'échappait. Je le rattrapais rapidement. Sortant de mes pensées. Ravalant ces dernières pour me concentrer pour la protection du petit aiglon. Mains sur ses épaules. Je le guidais doucement vers la sortie. Le laissant murmurer. Prête à le ramener s'il décidait de s'échapper. Devenant son ombre, son ange gardien le temps d'une nuit. Réfléchissant à une possible punition. Mais était ce vraiment de sa faute s'il était un somnambule surveillé par une insomniaque?
Revenir en haut Aller en bas
Eliott Jenkins
avatar
Ministère de la Magie
Ministère de la Magie
Spécialité(s) : Permis de Transplanage


Re: Mauvaises pensées

Message par : Eliott Jenkins, Mer 8 Aoû - 17:05


AVEC ALEC Z. DMITRIEV
contenu sensible

Les aléas vagabondes qui emmenaient Eliott là où elles souhaitaient, ne lui laissant plus aucune emprise sur lui-même. Une âme délaissée, meurtrie par des personnes qu'il ne connaissait même pas. Elles s'étaient levées pour le juger sans même prendre le temps de lui poser les bonnes questions et avaient décidé de faire de lui tout ce qu'elles désiraient. Ce n'était pas un esclave, uniquement une marionnette. Une personne dont on pouvait faire tout. Il avait été assassiné psychologiquement par des mages noirs et pourtant, il gardait tout de même un certain espoir pour eux. C'était le seul moyen de venger sa mère. Il le savait et ce, malgré tout ce qu'ils avaient pu faire et tout ce qu'ils pourront faire. C'était à cause d'eux qu'il était devenu ce qu'il était. Il était impossible de reculer en arrière. Heureusement, puisque si c'était le cas, il n'aurait pas fait que reculer. Il aurait couru.

Courir pour l'éternité
Vers un petit point blanc qui lui semble être la liberté
Pour enfin se sentir proche de la vie

S'enfonçant dans ce qu'il pouvait désigner comme un endroit glauque, macabre, de plus interdit aux étudiants, ce qu'il n'était plus depuis quelques semaines d'ailleurs, il avait envie d'entendre crier de douleur, de mort. Il avait envie d'entendre les cris hurlant à l'aide. Hurlant à un esprit pacifique. Mais qu'est-ce qu'elles pouvaient s'imaginer ces personnes-là ? Tout ce qu'elles pouvaient attirer, c'est bien une créature à la recherche de chair fraîche ou encore un autre humain encore plus détraqué qu'Eliott. Ce soir-là, il n'était plus lui-même. Il était devenu une autre personne. Une personne encore plus insensée qu'avant. Pourtant, jamais l'idée d'assassiner ne lui avait traversé l'esprit avant ce soir-là. Ne le considérez pas comme un sanguinaire mais plutôt comme un mortel qui désirait retrouver son innocence. Qui désirait retrouver l'innocence de sa mère, avant d'avoir été torturée.
Revenir en haut Aller en bas
Alec Z. Dmitriev
avatar
Serpentard
Serpentard
Année à Poudlard : Septième année

Spécialité(s) : Permis de Transplanage


Re: Mauvaises pensées

Message par : Alec Z. Dmitriev, Ven 10 Aoû - 18:07


FICHE PAR SWAN & Azryel ( Pv Elliot J. /!\ Contenue Sensible / Enzo - 17 Ans ).
We're all monster...
Can you change me, can you help me wake me up ?...
Lâcher prise.
Il faut que je lâche prise.
Je dois lâcher prise.


Alors, caché par mon voile enchanté, je me faufile en dehors de l’école avec l’objet de mon crime parfait, qui gît au fond de mon sac, dont le fond semble interminable. Un sort d’extension qui s’avère bien utile quand on cherche à trimbaler le peu que je possède avec moi, me direz-vous.

Plus de règles.
Plus de respects.
Plus de « Fauteuil » aussi.


Parlons – en de ce fauteuil (Hrpg; Maugrey L'fauteuil pour ceux/celles qui savent) aussi. Il est bien trop confortable, bien trop beau pour que je le laisse à mes confrères, mes camarades de chambres et de maisons. De plus, j’avais besoin de marquer le coup, de voir les choses en grand. Ainsi, c’est pas étonnant si je me balade à l’extérieur de l’école dans la plus grande des discrétions. Et quelques pas plus loin, je me rends dans cette forêt noire, interdite aux élèves, avant de retirer la capuche qui voile ma tête. Je sors ma baguette pour produire un faible #Lumos, simplement pour pouvoir regarder où je mets les pieds, par mesure de sécurité. Quelques pas plus loin, une silhouette attire mon attention et je me retrouve forcé de devoir éteindre cette « lueur » d’un second sort, #Nox, avant que je ne me décide de me cacher sous ma cape d’invisibilité. Silencieusement, je me rapproches en prenant le soin de ne pas faire de bruit. Je n’ai pas trop envie d’être découvert. C’est, donc, pas étonnant de ma part, si je me camoufle derrière un arbre, par pur réflexe aussi, j’imagine. Soudainement, je sors de ma cachette tout en me dévoilant à l’Inconnu au bataillon.

- « … Pardon de te déranger… Mais pourquoi tu te caches ici… toi ?  »

Ensuite, je me mords conscienceusement l’intérieure de la joue, trouvant l’individu étrange avant qu’il ne me rappelle une personne. On dirait moi… Le moi d’aujourd’hui. Ce moi qui souhaiterait juste gueuler à la Lune que j’en ai simplement marre. Pourtant, ma baguette reste dans ma main, mais je ne le menace pas non plus. Je me montre juste curieux, curieux de savoir pourquoi il se cache ici, à moins qu’il soit comme moi, prêt à faire d’autres bêtises aussi.


Revenir en haut Aller en bas
En ligne
Eliott Jenkins
avatar
Ministère de la Magie
Ministère de la Magie
Spécialité(s) : Permis de Transplanage


Re: Mauvaises pensées

Message par : Eliott Jenkins, Mer 29 Aoû - 23:19


CONTENU SENSIBLE

De chemins à chemins, Eliott se perdait dans cette forêt. Il la connaissait néanmoins suffisamment pour savoir comment en sortir, ayant passé quelques heures dedans, à la recherche d'une âme aussi rebelle qu'était la sienne durant son enfance. Il n'avait pu trouver quelqu'un probablement parce que rares étaient les étudiants de Poudlard qui désirait s'y rendre - encore moins de nuit, moment où il venait le plus souvent. Pour fuir ce qu'il pensait être le stress de sa vie mais non, ce qu'il fuyait réellement c'était le poids des responsabilités. Il en avait toujours eu une crainte bleue. Devoir réaliser quelque chose en un laps de temps défini, ce n'était pas pour lui. Il fut très rapidement déstabilisé par un autre sorcier qui lui demanda pourquoi il se cachait ici. Il ne put à peine voir sa silhouette. Attrapant sa baguette et lançant un #Lumos, il pouvait enfin mettre un visage sur celui qui venait l'embêter à cette heure. Il n'était pas d'humeur à discuter. Peut-être que devant lui venait d'apparaître la personne qu'il recherchait dans ces bois ? Celle qui allait le supplier pour ne pas mourir dans d'atroces conditions ? Mais, en était-il capable de cela ? Était-il capable de tuer un pauvre innocent ?

- J'me cache pas. J'suis pas une tap*tte moi. J'recherche quelqu'un.

Simple, clair et efficace. S'il ne comprenait pas qu'il fallait qu'il trace sa route, c'est qu'il avait un sérieux problème. Mais, pris d'un sentiment de culpabilité suite à la façon dont laquelle il s'était adressé à l'homme en face de lui qui n'avait rien demandé et qui ne semblait pas menaçant, il décida de faire quelques pas vers lui pour lui tendre sa main, de manière à lui dire bonsoir mais également à lui présenter ses excuses.

- J'suis désolé, c'est pas moi de parler comme ça. J'suis désolé. T'es juste venu t'exprimer au mauvais moment. Qu'est-ce que tu fous ici ?

Fallait bien entamer la discussion après s'être excusé, de manière à ce que son interlocuteur se rende compte que le serpent ne lui voulait aucun mal.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé

Re: Mauvaises pensées

Message par : Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas
Page 30 sur 30

 Mauvaises pensées

Aller à la page : Précédent  1 ... 16 ... 28, 29, 30

Permission de ce forum:Vous pouvez 
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Harry Potter 2005 :: ~¤~ Pré-au-Lard ~¤~ :: Forêt Interdite-

L'univers d'Harry Potter est la propriété de la Warner Bros ainsi que de J.K Rowling.
Tous droits réservés sur ce site ©Copyright HarryPotter2005. Affichage optimisé sous Firefox.