AccueilPortailFAQPublications internesRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Harry Potter 2005 :: ~¤~ Londres ~¤~ :: Rues de Londres
Page 3 sur 4
Square de Londres
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4  Suivant
Ethan Turner
Modération RPGSerdaigle
Modération RPG
Serdaigle

Re: Square de Londres

Message par : Ethan Turner, Mar 8 Mai - 15:01


Pv Elhiya
LA Mutuel


Un effleurement, une rencontre des lèvres, brève, perdue presque instantanément, Ethan s'était abreuvé à son désir, il avait tenté d'étancher une soif qui ne faisait que grandir alors qu'il déposait ses lèvres sur sa source. Une seconde volant plus que sa valeur au temps de l'univers, un instant appréciable et apprécié, premier relâchement de l'aigle quittant le nid, appelé par son instinct, celui de nourrir ses désirs avant que ceux-ci n'aspirent à un futur impossible. Ce contact ne suffisait pourtant qu'a calmé la plus impuissante demande du jeune homme, qui voulait se replonger dans les yeux de la blonde, une vision inespéré, là où le chercheur ne cherchait plus, là où l'anxiété avait créé un voile au passé, là où la liqueur de vie avait brouillé une contemplation d'un profond abysse de l'âme.

Mais elle détournait le regard, rompant un lien plus important qu'elle ne se doutait, tournoyant l'esprit et les entrailles du brun, s'était-il mal pris? Devait-il rester celui qui subit pour toute une vie, sans jamais initier, sans jamais profiter? Et pourtant ce n'était pas cet appel de l'autre qui le bouleversait davantage, il avait trouvé quelque chose dans la paire de saphirs de la demoiselle, une lueur, sombre lumière vacillant entre les ténèbres et la vie. Il semblait avoir aperçu une autre personne, une personne avec qui il voulait se lier, avec qui il voulait converser, partager. L'émeraude semblait indécise, bataillant sur le champ de guerre des émotions et des indécisions, pour finalement créer un rapprochement, à la fois perturbant et excitant.  

Une main sur sa nuque, empoignant sa crinière, et Ethan se retrouvait attiré en direction de la chevelure dorée de la danseuse en herbe, saluant une nouvelle fois ses prunelles de son propre regard, avant de laisser un rideau noir s'abattre sur le monde qui l'entourait, au même moment ou leurs lèvres se touchait à nouveau, s'offrant le rappel d'évènements ses déroulant quelques mois auparavant. Cette caresse qui commença comme une réconciliation tendre et satinée glissa lentement vers un baiser humide et empli d'une passion qu'il s'expliquait mal, mais qu'il ne combattait désormais plus. L'aigle avait bel et bien prisson envol, le bleu pouvait le sentir, là, dans son ventre, à voler dans tous les sens alors que les doigts féminins de l'émeraude se refermaient un peu plus sur ses cheveux. Les réflexions d'ordinaire afluantes dans l'esprit du jeune homme se faisaient désirer, alors qu'il leur avait ordonné une prise de vacances bien méritées, jugeant que celles-ci ne lui avaient dernièrement apporté que chagrin et désarrois. Ethan avait plus que jamais besoin de vivre, et là, en cet instant, vivre signifiait se perdre avec la demoiselle, s'enfuir loin de tout, autant de corps que d'esprit, ne serait-ce que l'espace d'un instant; puisse-t-ilsembler durer une éternité, ce doux congé d'une réalité bien trop désenchanté.

Plusieurs grains du sablier de la vie s'étaient écoulélorsque la blondinette cessa ses caresses langoureuses, pour se redresser et commencer à promener un doigt baladeur sur le torse partiellement exposé du jeune homme, un geste qu'il lui aurait bien rendu, là, maintenant, s'ils n'auraient pas été exposés au regard de plusieurs clients. Commentaire de la blonde sur un ton de question, dure d'être sage qu'elle disait, faisant se retourner l'aigle volant au creux des entrailles du bleu, ses plumes battantes des vents ses transformants en tornades d'émotions et de désirs, envahissant toujours un peu plus le bon sens du bleu, sur le point de complètement céder à la tentation. Un petit regard fit envoyer en direction de la vendeuse qui avait plutôt servi le jeune homme, celle-ci semblait presque un poil jalouse d'Elhi, comment ça se faisait? Ethan aurait difficilement pu moins se soucier de la demoiselle qui l'avait servis, mais l'intérêt qu'elle semblait lui porter, qui était pourtant inexistant à estentré dans la boutique, éveillait la curiosité du jeune homme. Le brun n'eut pas le temps de remettre en question ses vêtements habituels que la voix d'Elhi atteignait de nouveau ses oreilles, y glissant une invitation particulièrement coquine, jetant de l'huile sur les feux du désir brûlant du jeune homme, et stemmant une graine dans son esprit qui ne prit qu'un instant à germer.

La blondinette disparue alors de l'autre côté du rideau, précisément là où elle venait d'inviter le bleu et bronze à venir admirer plus activement son changement de tenue, laissant le brun dans un état indescriptible. Il avait chaud, alors qu'une seule envie parcourait son esprit : rejoindre la demoiselle, pour continuer un peu plus à l'abri des regards ce qu'ils avaient entamé devant les salles d'essayages. Le bleu s'approcha du tissu voilant ce qui devait être une vision magnifique, et regarda autour de lui, s'assurant que personne ne lui prêtait attention. La vendeuse, la vendeuse avait son regard fixé sur lui telle une tigresse prête à bondir sur sa proie. Même si le brun appréciait l'attention de la gent féminine, celle-ci tombait particulièrement mal, puisque la dénommé Jocelyn allait forcément comprendre son petit manège si elle le voyait disparaître à son tour, dans le même cabinet que la blonde. Le jeune homme décida de feinter l'attente interminable de l'émeraude qui l'accompagnait, jetant régulièrement un coup d'oeil discret en direction de celle qui s'occupait de la boutique jusqu'à ce que... Miracle! Une cliente venait l'occuper en lui demandant conseille, la faisant perdre sa proie du regard, et laissant juste le temps au bleu pour se faufiler de l'autre côté de la porte d'étoffe le séparant de sa proie à lui.

La demoiselle était là, surprise, mais affichant tout de même l'esquisse d'un sourire en coin, délicieuse coquetterie. Le jeune homme eut à peine le temps de voir qu'elle en était à l'étape de nouer son corset qu'il se jetaitsur elle. Il n'en pouvait plus d'attendre, alors que son corps ne réclamait qu'une chose : elle, ses cheveux d'un soleil radieux, ses yeux d'un bleu mystérieux, et ses lèvres... lèvres sur lesquelles le jeune homme déposa les siennes avant qu'elles ne puissent s'ouvrir et dire un quelconque mot. Les mains du bleu vinrent visiter les hanches de la serpentine sucrerie, faisant pression sur son corps, le poussant lentement jusqu'à ce que celui-ci se heurte à un mur, coinçant la jeune femme dans une position des plus sensuelles. Les baisers d'Ethan s'intensifient, plus langoureux, plus empreints de cette soif de vivre pleinement, au même rythme que ses mains s'aventuraient, l'une en hauteur, passant dans la nuque de la jeune femme, l'autre derrière son dos, approchant le bas de leur corps toujours un peu plus.

Réalisant, après quelques instants, à quel point il venait d'agresser la jeune femme, Ethan recula presque imperceptiblement son visage, quittant simplement le confort des lèvres humides qui l'avaient si bien accueillis, prenant un instant pour souffler lentement et retrouver le plein contrôle de ses pensées. D'une voix douce et cachant une pointe de mélancolie, il dévoila ses couleurs à la jeune femme :

-J'veux pas rendre ça compliqué, j'veux juste m'évader avec toi, et que tu me montre à vivre.
Revenir en haut Aller en bas
Elhiya Ellis
avatar
Responsable RPGSerpentard
Responsable RPG
Serpentard
Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Animagus (Furet)


Re: Square de Londres

Message par : Elhiya Ellis, Mar 8 Mai - 23:05



Car je veux collectionner des moments de bonheur



Pv Ethan
LA Mutuel
En venant de
ici
[right]



De quoi l’accompagner, c’était vite dit, le brun portait un assemblage soigneusement choisi par ses propres soins, elle ne devait pas tergiverser trop longtemps pour trouver de quoi matcher avec. Cette frêle étoffe de mousseline noire était charmante, féérique, mais dépareillait trop. Le regard parcourant la pile de vêtements gisant sur les ceintres de sa cabine d’essayage, un d’entre eux lui sauta soudainement aux yeux. Du satin bleu nuit ornée d’une légère dentelle découvrant ses jambes devant, tombant en fausse traine en arrière, accompagné d’un haut style bustier au petite épaulettes de la même couleur, agrémentée d’arabesque de velours noirs. Des détails de lanière de cuirs, une petite poche, un rappel au gilet de veston de la tenue masculine, juste parfaite !

Le frôlement d’ailes de papillons ébènes le long de ses chevilles termina dans un coin de la petite pièce caché du lourd rideau de velours prune, sans se demander ce que l’oisillon faisait derrière. Il devait être en proie à l’hésitation, comme toujours, au doute, aux règles de bienséances et à quelques mélancolique souvenir de sa blondasse de Poufsouffle. Rien qui ne pouvait l’inquiéter de sa tenue légère pendant qu’elle ajustait la jupe correctement sur sa taille. Quelques bruits derrière elle avait attiré son attention, une autre cliente semblait être proche de la zone des cabines, rien d’important… Elle passait au haut, tachant de fermer le laçage dans son dos dans une prouesse acrobatique, les deux mains en arrière, les yeux en train de tenter de voir quelque chose dans le miroir, les lanières de cuir partiellement resserrée. Une attention toute particulière à ne pas déséquilibrer le nouage qui faisant oublier que le brun attendait déjà depuis quelques longues minutes.

Mouvement de rideau,
Sourire en coin figé,
Sous l’amusement et la surprise,
Un sourcil haussé et
Les mains lâchèrent leurs prises
Dans un tourbillon de chaleur
Eblouissant …

♫♫

Aucun mot n’avait pu sortir de sa bouche, agrippée soudainement par l’envol d’un oiseau quittant le nid pour la première fois, dépourvu de la trace récurrente de ses trop sages manières. Une fraction de seconde avait suffi pour se retrouver contre un mur de plâtre, sans possibilité de bouger, de fuir, de jouer au chat et à la souris. La main glissant contre le morceau de satin l’attirait à lui, offrant au palpitant un nouveau chant brisé de quelques battements perdus, c’était comme…. Comme ces autres fois.. Avec un autre... La chaleur sur ses joues, au creux de ses reins, au sein de ses entrailles, c’était pareil… Une supplication de perdition accroché à ses lèvres, à sa nuque, la serrant au centre de ce brasier trop reconnaissable pour appartenir à la moindre Conscience volontaire. Ce n’était que gourmandise réclamée suite à trop de taquineries qui avaient dû le pousser à bout, contre elle, s’emparant de quelques-unes de ses pensées sulfureuses. Il avait le gout de déjà vu, le goût du délit, le gout de la trahison, le gout de la douleur du manque d’affection éternel, le gout de la peur de l’abandon, un gout qui n’était pas le sien….  Le gout d’une perle d’argent glissant le long de sa joue une nouvelle fois….

Ce n’était pas sa faute à lui, il n’avait rien fait de mal, il devait souffler, respirer à son tour, sentir son cœur vibrer pour autre chose que pour la souffrance infligée par des êtres égoïstes qui ne voyaient pas, entendaient pas le cri de leur larmes discrètes…Il n’y était pour rien, elle avait juste été négligeant, pariant sur sa timidité habituelle, alors que c’était bien de promesse d’insouciance qu’elle lui avait offert en quittant la cage doré dans laquelle ils étaient toujours enfermés… Elle comprenait que trop bien, se nourrissait de la chaleur de son être contre le sien, perdant ses mains dans sa chevelure une nouvelle fois, s’oubliant une seconde de trop, le regrettant bien trop vite. Il n’était pas lui, elle devait arrêter, lui dire qu’il ne fallait pas, que s’était sa faute, qu’elle ne pouvait pas, qu’elle ne voulait pas lui faire mal à lui aussi, qu’elle ne devait pas….

Mais le souffle devenu trop cours jouait de ses faiblesses, voulant le conserver un peu plus, juste une seconde supplémentaire, juste une dernière pour parer son esprit de remords et son corps d’envie, juste car ce conflit était ingérable… car choisir ravivait quelques plaies qu’elle essayait de cautériser de ses baisers, de son souffle chaud caressant subitement ses lèvres. Il avait mis court à l’échange, sans un mot, juste avec les paroles de sa respiration trop rapide, des pigments carmins de ses paumettes, comme s’il regrettait à son tour, comme s’il allait lui dire qu’il avait fait une bétise…. La danse des opales entre ses yeux d’océan sans fin au mouvement de ses lèvres s’interrompit à ses paroles. Une pointe au cœur, une vrille d’estomac supplémentaire, une brève apnée avait mis tous ses sens en veille.

Les rôles s’inversaient la joueuse se retrouvait ses cartes arrachées des mains, le jeu, avait perdu ses règles normalement si simples…. Elle ne savait pas que faire de cette nouvelle donne… elle avait trop peur de vouloir découvrir chacune de ces nouvelles cartes, de les poser sur la table avec délice, de ne savoir s’arrêter à temps… de se dévoiler par l’effeuillage de son être… d’y prendre gout, de faire taire les remords par simple vengeance, par simple envie d’oublier encore juste une fois, d’être une étoile filante en chute libre dont la fin n’avait aucune importance…. Le tarmac une nouvelle fois, d’autres bras une nouvelle fois… Piétiner ce que son cœur chérissait, le faire mentir, juste une fois de plus….

- Je.. je peux pas…. sauf… »

Ses deux mains tenaient son haut pour éviter qu’il ne tombe et offre une vision qu’il connaissait déjà. L’attention des prochains mots à fuir la barrière de ses lèvres était requise, impossible de lui permettre de vagabonder dans un décolleté et se méprendre sur ses attentions.

« Sauf si tu comprends qu’il faut rien attendre de moi… j’veux pas te faire croire ce qui n’existe pas…. » Elle avait planté les yeux dans les siens, ne s’éloignant pas d’un seul centimètre. « Tu comprends ? »

♫♫♫
La main droite partie rendre visite à ce qui battait sous l’étoffe de sa chemise, un très léger sourire malicieux ourla ses lèvres qu’elle humidifiait d’un coup de langue rapide. Un dodelinement de tête avant de laisser les fossettes de ses joues se dessiner et le ton se faire plus pétillant.

« Après si tu veux jouer, on est là pour ça non ? » Un nouveau clin d’œil avant de baiser les yeux sur son ensemble « J’suppose que tu valides ?  Donc, tu peux sortir de là »

D’un pouffement elle le poussait vers le rideau de séparation.
Revenir en haut Aller en bas
Ethan Turner
avatar
Modération RPGSerdaigle
Modération RPG
Serdaigle
Année à Poudlard : Septième année

Spécialité(s) : Permis de Transplanage


Re: Square de Londres

Message par : Ethan Turner, Mer 9 Mai - 9:17


Pv Elhiya
L.A. Mutuel

L'oiseau bat des ailes, il s'envole, puis se pose doucement, il regarde le vent, son plus fidèle compagnon, celui dont il ne ses soucis que trop peu, celui qui lui montra la voie de la vie, et qui a chaque étape aura attendu, observant un oisillon échoué ses premiers vols, pour grandir dans son coeur sans jamais retenter la chute libre, jusqu'à aujourd'hui. Il s'était posé, là devant elle, la contemplant, attendant une réponse, qui était déjà à demi formulée sur le visage de la blonde. Retour des inquiétudes, de l'anxiété habituelle, l'atterrissage était plus abrupte qu'initialement prévu, le brun pensant pouvoir s'envoler, cette fois-ci accompagné, mais il était finalement cloué au sol, par ces quelques paroles dont le poids agissait telle une cage à rendre fou celui qui a goûté à la liberté. Elle ne pouvait pas... une porte s'ouvrait sur son âme de par cette révélation, et se refermait tout aussi vite, ne laissant qu'un filet de lumière noire en sortir, bref aperçu de ce qu'elle pouvait cacher au jeune homme, de sa vie emplie de soucis, des questions qui l'habitaient, et ses peurs et faiblesses. L'indice était inexistant, laissant au bleu le soin de s'imaginer myriades de cicatrices garnissant le palpitant d'une jeune femme qui semblait affronter la vie le sourire aux lèvres, coûte que coùte. Sa sentence se termina pourtant sur un mais, une lueur d'espoir à laquelle il faisait bon se raccrocher, alors que l'incompréhension luisait dans l'esprit du pirate d'un jour, voire deux.

Et la suite arriva, lentement, se laissant désirer, telle la clé d'une énigme qu'on ne révèle qu'au méritant, à celui qui sait écouter, attendre, et respecter. La jeune femme ne voulait pas qu'Ethan attende quoi que ce soit d'elle, elle ne voulait pas lui faire croire que quelque chose existait là où il n'y était pas... Et pourtant, c'est tout ce qu'avaitjamais fait le bleu, n'attendant rien de cette jeune femme depuis sa rencontre dans une bibliothèque moins silencieuse qu'elle n'aurait dû. À chacune de leur rencontre, une surprise, tantôt gênante, tantôt plaisante, mais jamais n'avait-il pris une seule seconde pour acquis, ou pensé que le prochain moment viendrait dans l'instant, qu'il soit le lendemain ou dans un avenir lointain. Pourtant, la blonde avait été présente, l'autre jour, ou aujourd'hui encore, elle allait vers lui sans qu'il ne demande jamais rien, et de par cette phrase le brun avait voulu lui faire comprendre que, lui aussi, irait vers elle, que maintenant il jouerait pleinement, qu'il appréciait son jeu hors de tout doute maintenant, que ce dernier le pousse à l'embarras ou dans plutôt dans ses bras, il voulait vivre et la connaître, la découvrir, regarder au-delà des yeux clos et des lèvres ouvertes, là où la profondeur de l'univers trouvait son égal dans les fonds marins de la jeune femme, qui cachait en son fond une lueur du ciel, il en était convaincu.  

Son estomac se nouait, ses papillons s'envolaient, L'aigle ne comprenait pas, il était tétanisé intérieurement, alors que le ciel était au bout de ses lèvres, suffisait-il de trouver les lettres, de les assembler pour répondre à sa demande, et pourtant rien ne se mettait en marche dans son esprit. Un mot de travers et elle allait forcément penser qu'il était en amour, qu'il faisait venait de lui déclarer une quelconque envie de passer la vie à ses côtés, alors qu'il voulait y mordre, aujourd'hui, sans penser au passé, sans se soucier du futur, ou des tracas qui pouvaient les attendre à leur retour. Le bleu réfléchit à ses sentiments, tentant de les coucher dans une phrase qui leur rendait justice, et plus son esprit questionnait le reste de son être, moins tout cela n'avait de sens, il décida alors de répondre ce qui lui passait par la tête, là tout de suite, à défaut d'être songé, ce serait des plus franc.

-Je n'ai jamais attendu rien de toi, et pourtant tu n'arrête pas de me surprendre.

Puis la jeune femme revint sur leur jeu, rappelant au brun qu'ils étaient là pour jouer. Dure carapace d'un monde cruel, elle se trouvait là, dans le jeu qu'Ethan appréciait tant, et qui pourtant avait un double tranchant. Plus ils jouaient, et plus la douceur laissée par une forte douleur devenait hors d'atteinte, celle-là même qu'il avait entraperçu dans les profondeurs des prunelles de la demoiselle, éveillant un sentiment dépourvu de nom en lui, à moins que....

Et un nouveau clin d'oeil suivi d'une question à la réponse évidente, et d'une durée pour l'aider à entamer un voyage vers une destination si près mais pourtant si dure à atteindre. Partir revenait à abandonner la lueur d'une étoile qu'il avait aperçu dans les yeux de la blonde, mais ça revenait également à respecter la jeune femme, lui donner de l'espace, se sacrifier, faire taire l'étrange émotion l'habitant, depuis plusieurs instants, pour elle, pour son sourire.

Ethan accrocha un sourire malicieux sur son visage, douce grimace trahissant volontairement ses envies secondes, masquant tant bien que mal les premières, et il répliqua à la question de la blonde avant de disparaître de l'autre côté de l'étoffe les séparant du reste du monde.

-Oui... c'est plus qu'espérer, je t'attends dehors alors.

Puis il disparu, offrant à la demoiselle un clin d'oeil en guise d'aurevoir, retrouvant une pièce baignée d'un air beaucoup plus frais que celui de la minuscule cabine. L'esprit du bleu courait à toute vitesse dans toutes les directions, cherchant où aller, dans une obscurité qui lui était étrangère, alors que son palpitant tambourinait avec la force d'un lion au creux des oreilles du brun. Il n'en avait plus rien à faire des clients qui le regardait, ou même de la vendeuse, qui semblait étrangement mécontente de le voir ressortir de derrière les rideaux; tant pis pour elle.

Le brun fila vers sa propre cabine pour retrouver des apparats réguliers, quittant un peu à contrecoeur ses nouveaux habits, mais appréciant bien rapidement pleinement la bouffer d'air fraiche lui caressant la peau, l'aidant à retrouver un semblant de confort émotionnel et un calme apparent. Le brun profita de cet état de presque nudité pendant quelques minutes, avant de remettre ce avec quoi il avait franchi le seuil de la porte un peu plus tôt, vêtements dont l'allure semblait maintenant horriblement plate, dépourvus de toute forme de chic; Ethan devrait renouveler sa garde-robe, et vite.

Sortant rejoindre la jeune femme qui l'attendait, Ethan lui lança un sourire amusé, comme coupable de ce qui aurait pu se passer quelques instants plus tôt dans cette petite pièce d'essayage, toujours qu'à un mouvement de bras, une note trop forte, de se faire découvrir. Les deux étudiants passèrent au comptoir pour payer leurs achats, la blonde se débrouillant bien mieux que le bleu lorsque le temps fut venu de donner le montant demandé par une Jocelyne qui semblait perdre patience face à Ethan, quoiqu'elle n'ait guère été plus commode avec l'émeraude, qui ne l'avait pourtant pas fait attendre. Mais quelle mouche l'avait piqué celle-là? Autant lui donner un tas de papiers de "20" et lui laisser le soin de redonner au jeune homme une montagne de pièces qui ressemblaient déjà plus à l'argent qu'ils utilisaient du monde sorcier, dommage que ce n'étaient que les pièces qui ne valaienttrois fois rien, sinon le comptage aurait déjà été un peu plus inné.

Leurs articles pliés et rangés dans des sacs arborant le logos de l'endroit, le duo quitta la boutique, Elhi informant le bleu et bronze qu'il ne leur restait maintenant plus que les accessoires à acheter, et qu'il leur restait encore un bon moment avant l'ouverture du Bal en Noire. Ethan, lui, faisait de son mieux pour occulter de son esprit le phénomène spatial auquel il venait d'assister, quelques minutes plus tôt, soit l'apparition d'un puits sans fin, un univers de ténèbres et d'étoiles, cachés au creux des portes de saphirs scintillants.
Revenir en haut Aller en bas
Elhiya Ellis
avatar
Responsable RPGSerpentard
Responsable RPG
Serpentard
Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Animagus (Furet)


Re: Square de Londres

Message par : Elhiya Ellis, Mer 9 Mai - 12:34



Car je veux collectionner des moments de bonheur



Pv Ethan
LA Mutuel
En venant de
ici
les

♫♫

Le silence, le manque de bruit assourdissant lui faisait dire qu’elle avait trop parlé, ou pas assez, quelque chose allait pas, voila qu’il …. Réfléchissait ? Normal pour un Serdaigle non ? Oui, surement ? Enfin, là, elle ne lui demandait pas une dissertation, juste un oui, un non, un va te faire cuire un œuf, un truc quoi… Pas l’immensité de l’ocean se déversant sur elle e lui disant « bah t’as voulu te noyer gamine, maintenant tu peux et pas le droit de prendre un bouée, s’ta faute ! ». Puis enfin, après une attente qui semblait bien trop longue, menaçant dangereusement la perte de son haut pas encore noué, une vague au gout de sel de mer lui rafraichi la tête. C’était une réponse étrange, une qui laissait trop d’ouverture pour ce genre de jeu, trop alors que les règles avaient toujours étaient énoncées clairement. Un léger froncement de sourcil, elle avait hésité à lui dire qu’il ne devait pas se laisser surprendre, sinon, il perdrait la partie un jour ou l’autre, il ne fallait pas… elle ne saurait pas le gérer, déjà qu’elle ne savait pas se gérer elle-même, gamine désespérément en proie à cette peur viscérale de l’abandon… Alors, ce clin d’œil était nécessaire, remettre correctement les choses en place, ce n’était et ne sera qu’un jeu, une possibilité de souffler, de s’oublier un instant rien de plus.

Et désormais que les termes du contrat étaient compris, validés et adoptés, sa présence derrière ce rideau n’était plus requise, à moins qu’il ne voulait rajouter une mise sur la partie en cours ? Une promesse de fin de soirée ? Un sourire malicieux ? Ho… charmante esquisse d’inconscience enfin revêtu par sa frimousse d’ordinaire trop sage. Comment ne pas accéder à sa requête au final ? Même s’il se loupe, s’il glisse et rate une marche en voulant jouer un peu trop. C’était… touchant ? Mignon ? Nan, appétissant, une friandise encore dans son emballage, avec les recommandations en arrière qui disait qu’il ne fallait grignoter si elle ne voulait pas se faire houspiller. En attendant, le papier doré sous ses doigts avec des nuances de couleurs qui attiraient encore l’œil, et l’envie déjà un peu trop avivée. « Voilà, parfait attend dehors, et change de vêtements ! ». Précision au cas où il désirait soudainement tester sa capacité à le repousser en pleine ruelle, ou dans un coin isolé. Quoi que… la tentation avait toujours ce gout trop attirant pour savoir ce qu’elle ferait…

Mais en attendant, liberté recouverte, la blondinette repassait son jeans, son t-shirt et son sweat à capuche, laissant les petites oreilles de chats visibles sur la tête. Contraste avec sa précédente tenue qu’elle ne manqua pas de prendre en même temps que son sac. Un sourire amusé au brun qui faisait le pied de grue avant de partir en caisse tenir compagnie à la vendeuse irritée. Par quoi ? Impossible à savoir et parfaitement inintéressant, posant quelques billets sur le comptoir, Elhiya regardait à son tour l’aiglon essayer de régler sa note. De toute évidence, il n’avait pas trop l’habitude et agaçait encore plus la responsable des ventes. Pouffant discrètement, la blondinette, attendit de sortir dehors pour se pencher au niveau de son comparse, se moquant un peu. « Rappelle moi tes origines déjà ? Tu n’es pas de sang-mélé ? T’as déjà oublié qu’il suffit de laisser des billets et attendre la monnaie que de tenter une conversion ?  Réflexe d’aigle ? ». Petit ricanement avant de le tirer par la main pour l’entrer rapidement à la prochaine boutique.

Ils avaient perdu du temps dans cette première, fautes aux essayages, mais il devait en rester bien suffisamment pour les 3 enseignes restantes. Déjà, les accessoires des chez black Widow, ils avaient pas mal de vêtements eux aussi, mais c’était pour les barettes, colliers et autres bijoux que la serpentarde les appréciait. Et vu ce qu’Ethan avait validé comme ensemble, il valait mieux ne pas négliger cet arrêt. Le lâchant une fois devant le petit paravent de l’établissement, elle dodelina de la tête en le regardant fixement. « Hum… laisse-moi voir un truc avant. » La main tendue vers la tignasse ébène, les doigts s’étaient glissés dedans pour leur donner une coupe moins sage, plus brouillonne, laissant quelques mèches tomber sur ses prunelles claires. A demi-satisfaite, une moue enfantine ourla ses lèvres rosées. « Manque un truc, j’sais pas…. J’verrai à la maison, en attend, vient, on les plus là pour toi que pour moi ». Sans attendre, elle était partie devant les vitrines pour demander à une vendeuse de lui sortir plusieurs articles. D’un coup de menton elle avait désigné Ethan, rictus espiègle en décrivant ce qu’elle cherchait.

La demoiselle en charge des boutiques leur exposa de quoi parfaire le nouveau Ethan. Elhiya ne le laissa pas choisir pour ce coup-ci, elle désigna du doigt ce qu’elle voulait, récupéra la main du brun, lui fit essayer, bracelets, chevalières, couvres-doigts avant d’effectuer de mettre certains articles de cotés et d’autre directement dans la main de l’employée. Son attention glissa sur des sautoirs ? Ce ne devait pas être le nom pour des garçons, mais qu’importait, elle acquiesçait d’un signe de tête aux commentaires de la vendeuse et passa en caisse. Si Ethan avait voulu rétorquer qui que ce soit, elle ne lui en avait pas laissé le temps.

Lui tendant son petit sachet, elle sortit de la boutique en souriant. « V’la, je sais ça te plait pas forcément, mais en même temps t’as plus ta tenue pour te rendre compte.》 Un clin d'oeil glissé avant de regarder sa montre puis, indiquer une boutique un peu plus loin.  "Ça te dérange si on passe voir un truc pour moi? Promis j'serai pas longue, au pire.. y a des cabines la bas aussi" Tentative de rester sérieuse complètement échouée par un léger rire qui lui echappait. Au moins, peut être qu elle aura reussi a lui faire piquer un far en pleine rue cette fois ci
Revenir en haut Aller en bas
Ethan Turner
avatar
Modération RPGSerdaigle
Modération RPG
Serdaigle
Année à Poudlard : Septième année

Spécialité(s) : Permis de Transplanage


Re: Square de Londres

Message par : Ethan Turner, Jeu 10 Mai - 13:42


Pv Elhiya
L.A. Mutuel

𝄞
La jeune femme aux cheveux d'ors s'était moqué du bleu lors de leur passage à la caisse enregistreuse, quelque chose sur ses origines et son incapacité à payer adéquatement la vendeuse, sujet que le jeune homme préféra taire avant d'avoir terminé sa transaction, après tout, ils étaient entourés de moldus, et c'était déjà assez gênant ainsi. Une fois hors de la boutique, il crut important d'expliquer son comportement, réflexe d'aigle qui ne veux pas être considéré comme un peu trop indigne à sa maison.

-Et oui, j'suis de sang-mêlée, mais mes deux parents sont bien sorciers, c'est que mon grand-père qui est moldu, du coup j'utilise jamais cette monaie moi. Et toi? T'est pas de sang pure?

Puis les deux adolescents arrivèrent devant une nouvelle enseigne, celle arborant les couleurs du Black Swan, autre boutique gothique où ils allaient supposément chercher les accessoires pour compléter leur ensemble, même si en fait, Ethan avait plutôt peur que de rajouter quoi que ce soit à son habillement allait forcément le ruiner, n'était-il pas parfait dans l'état actuel des choses? Mais la blonde semblait en douter, alors petit tours de boutique pour lui faire plaisir, et lui faire un peu confiance aussi, puisqu'au final c'était bien elle qui avait trouvé les vêtements du jeune homme, alors elle savait peut-être plus que lui ce qui lui allait bien. Après tout, qui de mieux placer qu'une fille pour savoir ce qui embellissait un étudiant tel que lui?

Mais avant leur entrée, l'émeraude aux yeux de saphir leur fit faire une courte pause, sentant le besoin de passer sa main dans la chevelure du brun afin d'avoir une nouvelle perspective de celui-ci, une qui devait forcément plus tirer sur la rébellion, ce dont Ethan faisait un bien piètre porte-drapeau, jusqu'à aujourd'hui... ou plutôt jusqu'à cette nuit-là... La suite vint sans attendre, alors que la blondinette demandait à la pauvre vendeuse de leur fournir bijoux après bijoux, enchaînant à un rythme vertigineux les breloques en tous genres, cherchant forcément quelque chose de bien particulier pour ne jamais s'arrêter plus de quelques secondes pour apprécier et imaginer le résultat final.


-Ça ne serait pas plus simple si je me changeais pour tester les accessoires?

Oui, il semblait que le jeune homme cherchait désormais une excuse pour revêtir ses nouveaux habits, premiers d'une longue série qui revitaliserait forcément l'image du jeune homme après de la gent féminine, mais surtout auprès de lui, de sa propre estime et de son sens de la découverte, de l'aventure. La demoiselle n'y porta aucune attention, continuant plutôt de lui demander d'essayer tel collier, ou telle bague, jugement tantôt d'un hochement de tête approbatif, tantôt d'une moue incertaine. Au final, leur passage dans cette deuxième boutique avait été nettement plus rapide et productif que le premier, et bienmoins plaisant également, le brun se sentant un peu tiré ici et là, comme une poupée de chiffon qu'on sertissait à sa guise. Passage un peu plus rapide à la caisse, jugement des yeux azur de la jeune femme oblige, les adolescents sortaient finalement de l'endroit, toujours un peu moins d'argent en poche.

Une nouvelle remarque sur les bijoux achetés avant de passer à autre chose, suivie d'une mention des cabines du prochain établissement, rappel coquin et presque subtil de leur passage flamboyant et trop court dans celles du Dark Side, quelques instants plus tôt. Une chaleur envahit les pommettes de l'aigle, qui ne put s'empêcher un sourire coupable, alors qu'il regardait malicieusement la serpentine demoiselle. Un point pour Elhi, ça devait bien remonter le pointage à quelque chose comme... 1 – 0. Bah quoi? Réitérer les règles du jeu c'était de recommencer une nouvelle partie, non? Et de toute façon, le jeune homme aux cheveux ténébreux aurait commencé cette partie en accusant un retard beaucoup trop important pour avoir le désir de jouer lui aussi, autant effacer l'ardoise et tout remettre à 0, enfin sauf pour elle, qui venait forcément de marquer un point, mais il se vengerait bien....

-Tu cherche de quoi ajouter à ta robe? J'aurais plus été porter à en enlever moi, tu vois.

Le jeune homme pouffa de rire, alors qu'il rougissait de plus belle, ses lèvres affichant le sourire de celui qui est aussi fier que gêné de ce qu'il vient de dire. Puis, sans attendre la réaction de la demoiselle, Ethan fit les premiers pas pour entrer dans cette nouvelle boutique, plus par souci de cacher la teinte carmine que son visage venait de prendre à la blondinette que par réel presse, ils étaient passés à travers cette deuxième boutique si rapidement que forcément ils devaient avoir une avance monstrueuse sur leur horaire, quoi que le jeune homme n'était pas vraiment au courant de cette dernière.

L'endroit, dans lequel le pirate au repos pénétrait était particulièrement impressionnant, il s'agissait d'une boutique somme toute relativement petite, mais dont la sélection de robes était complètement ahurissante, les racs de vêtements s'empilant les uns par-dessus les autres jusqu'au plafond, où les petites employées étaient forcées d'utiliser des baguettes de métal pour décrocher les tenues à essayer. Ethan figea l'espace d'une seconde à la vue de toutes ces tenues, laissant le temps à la jeune femme de le rejoindre, celle-ci plus qu'enjoué pour toutes ces possibilités s'offrants à elle, mais le bleu n'avait pas oublié son traitement lors de leur précédente quête d'accessoires, et il s'était bien décidé à le lui faire payer. Parcourant l'endroit des yeux, avant des posers sur la silhouette de celle qui était déjà en train de séparer les morceaux intéressants des autres, l'aigle finit par faire connaître ses intentions, prenant une robe qui avait attiré son oeil, et la tendant à Elhiya.

-Essaye plutôt ça. Paroles suivies d'un clin d'oeil amusé. Si elle ne comprenais pas tout de suite que le temps de la vengeance avait sonné, cela ne tarderait pas.

Avant que la jeune femme ne puisse décliner son offre, le bleu enchaîna d'une nouvelle robe, la déposant simplement dans les bras de la blonde, lui offrant maintenant un sourire espiègle qui parlait tout autant qu'un clin d'oeil. Nouvelle robe tendue à la jeune femme avant que celle-ci ne se rendre aux cabines d'essayage, non sans renouveler la gêne du Serdaigle par une nouvelle taquinerie concernant sa présence à ses côtés lors de l'essai de ces nouvelles robes. Reproduire la scène du Dark Side fut tentante, et le temps passé à attendre que la jeune femme ressorte de son cabinet n'aida aucunement l'aigle à rester sage. Seule une pensée le poussait à ne pas pénétrer le rideau de tissu pour aller goûter à ce fruit si délicieux qu'était la blonde : elle l'avait repoussé la dernière fois qu'il avait tenté quelque chose, et c'était suffisant pour miner sa confiance en soi, celle qui se cachait derrière les étoffes, derrière le rôle d'un certain pirate, le vrai. Bien qu'ils semblassent en être venu à une tentante donc chaque parti avait accepté les termes, le bleu ne pouvait se résigner à faire le prochain pas, pas maintenant, pas si tôt, pas sans apercevoir un signe quelconque, une réplique cachant un réel désir physique, et non celles qui ne semblaient avoir pour but que de le faire rougir.

La première robe fut un échec pour les deux partis, alors que la deuxième laissa le jeune homme perplexe. La troisième était fraichement à croquer, mais il manquait toujours quelque chose, et la jeune femme commençait à s'impatienter légèrement de ces essayages qui ne semblaient mener nulle part. Étais-ce sa faute à lui s'il désirait mettre la jeune femme à son plus grand avantage? Il lui tendit une dernière robe, beaucoup plus simple cette fois, misant sur la beauté naturelle de la demoiselle et non sur celle de l'étoffe et... bingo! C'est une elhi resplendissante qui apparut devant les yeux azur de l'étudiant. Elle semblait flotter, comme une blanche plume sous le vent d'une chaude brise d'été, en plein coeur d'un champ d'orge dorée sous les rayons d'un soleil ardent. Une vision calme, rassurante, apaisante; le brun ne pouvait qu'approuver la tenue qui eut sur lui le même effet qu'un bain chaud en pleins hivers. Nouvelle célérité de l'âme, moment également apprécié de la blondinette, qui visiblement appréciait le choix final d'Ethan.

-Ça te va vraiment comme un gant, le code verstimentaire de l'école devrait vraiment être plus permissif en fin de compte, quoi que...

Phrase non complétée, le brun avait plutôt une teinte sanguine dans l'instant. Peut-être était-elle séduisante dans d'aussi simples apparats, mais la tenue scolaire obligatoire avait quelque chose de... spécial chez les demoiselles qui savaient l'utiliser à leur avantage, et c'était bien évidemment le cas de la jeune femme, quelque chose qui avait été déjà prouvé dans le passé, dans une certaine auberge, où la musique était particulièrement bonne... Nouvel afflux de souvenir, forçant le bleu à revenir sur terre, avant de s'envoler sur des courants bien trop gênants pour le nouveau sérieux de la scène.

Passage obligé à la caisse, le vêtement bien moins coûteux que tout le reste alla rejoindre les précédents achats, ce qui les laissait avec... Rien? Il ne leur restait plus rien à acheter là, non? Le soleil était à mi-chemin vers l'horizon, leur laissant encore quelques heures de clarté avant la tombée de la nuit tant attendue.

-Et maintenant, t'as d'autres achats à faire toi?
Revenir en haut Aller en bas
Elhiya Ellis
avatar
Responsable RPGSerpentard
Responsable RPG
Serpentard
Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Animagus (Furet)


Re: Square de Londres

Message par : Elhiya Ellis, Ven 11 Mai - 11:54



Car je veux collectionner des moments de bonheur



Pv Ethan
LA Mutuel
En venant de
ici



La remarque sur les origines de sang, n’avait eu que pour effet de dessiner un rictus moqueur sur les lèvre de la blondinette avant d’hausser vivement les sourcil de manière équivoque et se pencher au niveau du brun en chuchottant. « Et depuis quand je fais ce qu’on attend de moi ? pareil pour mes parents » Le clin d’œil avait été instantanée, colorant de couleurs pétillantes la suite des achats. Avec un poussin qui commençait à s’éveiller, la soirée ne pouvait être que prometteuse, même s’il râlait un peu car elle ne lui laissait que peu prendre les rênes de la fin de journée. Même sa proposition de se changer lui avait été refusée, trop de risques, enfin de perte de temps surtout, bientôt les boutiques fermeraient et il leur fallait encore aller chez Elhiya, se perdre en explications, présentations au prés de ses parents. Alors autant grappiller un peu de temps là où c’était possible. Surtout que la gamine voulait faire un détour.

Changement de boutique accepté dans un rougissement cachant un éclat de rire timide que la blondinette observait, amusée. Voilà qui était mieux, il ébrouait ses plumes le petit, ça changeait, la surprise était des plus agréables, insoupçonnée également. Il se dotait d’un soudain empressement, filant directement dans la boutique montrée. L’évocation de cabine d’essayage semblait avoir un effet assez efficace sur lui, Elhiya pouffa doucement avant de lui emboiter le pas et fouiller vers quelques fruits et rubans délicats.

Les doigts parcourrait les multiples choix sur la baguette de ferraille, accrochant parfois l’œil quand un robe rouge et noir lui fut coller sous le nez. Un haussement de sourcil et des mirettes toutes rondes s’étaient fixées sur le garçon sous l’étonnement. Voilà qu’il se mettait à lui proposer des vêtements, comme elle avait fait juste avant, marrant. Pas le temps de lui dire qu’elle avait de sacré doute sur ses gouts vestimentaires qu’une nouvelle robe, facon petit marin atterrit dans ses bras. « T’es sérieux ? ». De toute évidence, vu le sourire espiègle oui. Il se vengeait et voulait jouer à la poupée tant que les boutiques étaient ouvertes. La gamine roula des yeux dans un air faussement véxée tout en prenant la dernière robe qu’il lui tendait. « Ok, ok, j’y vais dévalise pas les rayons ». Etrange situation, la seule personne qui l’envoyait en cabine pour faire des essais, jusqu’à présent était Lucy, elle lui donnait toujours des trucs trop girly et ridicule, à coup sur elle se serait bien entendu avec l’aiglon, même si elle l’aurait surement mis mal a l’aise aussi souvent qu’elle. Pouffant de plus belle, Elhiya disparu derrière le rideau pour passer les robes dans l’ordre.

Premier choix. Vraiment catastrophique, elle ressortait, les bras croisés, la moue boudeuse sur les joues en faisant non de la tête. Ethan suivait. Seconde tentative, c’était pire que tout. La mine déconfite, Elhiya secouait la tête de dépits. « Franchement…. » Dernier essai offert au jeune homme. Déjà mieux, mais trop long sur les jambes, trop de volume, bref y’avait de l’idée, mais pas la bonne. Mains sur les hanches, le sourcil réprobateur, Elhiya soupirait, provoquant l’arrivée d’une autre robe dans ses mains –ou du moins devant-. D’un geste agacée, elle l’avait pris, et était parti la passer dans regarder avant de l’avoir sur le dos. C’était frais et lumineux, dans ce qu’elle cherchait pour cette été, manquait un bandeau rouge dans les cheveux ou des barrettes cerises et c’était parfait. « Alors ? » Les commissures de lèvres relevées un peu trop fièrement pour lui faire croire qu’elle détestait. Un clin d’œil à sa remarque qui parait les joues du commentateur de rouge arrachant un rire moqueur à la blondinette. « Ne néglige pas la jupette et la cravate, j’croyais que tu l’aimais bien ». Il était possible qu’il rougisse plus en abordant la soirée arrosée de l’autre fois ? L’idée effleuré son esprit en un défi qu’elle ne pouvait refuser tout en repartant se changer.

Passage en caisse, avec les fruits rouges gorgés de soleil et de gourmandises ; un nouveau sac, un portemonnaie quasiment vide forçant un passage en banque de change pour pouvoir payer l’entrée de la soirée prévue.  Appart ca, la blondinette en voyait pas ce qui pouvait manquer. Pour les chaussures elle avait ce qu’il fallait nul besoin de nouvelle bottines. Elle dodelina de la tête esquissant une moue de réflexion avant de regarder le brun.

« Nan, j’crois que c’est bon, reste à prendre le métro pour rentrer. Transplaner à cette heure-ci dans la rue pavillonnaire de mes parents c’est pas super niveau discrétion… T’viens c’est pas loin »


-------------------------
Suite ici
-------------------------


Une nouvelle page


Pv Mered
LA accordé à cette dernière.
LA de cette dernière

Ce n’était pas un rendez-vous comme les autres, c’était de ceux disparus depuis la longue, trop longue absence d’Eurydice dans sa vie, de ceux où les mirettes s’émerveillaient de tout, de rien à la moindre occasion, de ceux, où elle n’était pas qu’une simple intruse aux connaissances manquantes dans un monde qu’elle ne connaissait pas assez. Les barrettes colorées avaient pris place dans les cheveux, les lunettes glissées dans le sac à dos, et le « paiement » de son guide soigneusement rangé dans une petite boite de carton, si contrepartie il devait y avoir nécessairement. La blonde avait plutôt pris plaisir à faire ses cupcakes à la fraise commandant des fin morceaux de chocolat blanc qui souriait. Elle en avait laissé un à Ethan sans réelle raison, et un à Alexei pour qu’il ne vienne pas réclamer une commande qu’elle n’aurait pas le temps de faire. Niveau obligation elle avait connu pire.

Enfilant un large pull bleu marine à énorme poids blanc sur une jupette de dentelle Elhiya fini par mettre ses bottines à la va vite en voyant l’heure et se contenta d’attraper un la première veste en jean qu’elle voyait juste au cas où l’ait se rafraichissait. A trainer dans son dortoir elle allait finir par louper Mered à la sortie de son travail. La rouquine avait bien dit 15h, sans préciser ce qu’elle faisait après, et comme l’envoi de hibou n’avait pas paru utile à la blonde elle comptait se pointer devant porte du chaudron en tendant son petit paquet de cupcake en criant « surprise ». Ça sonnait bien dans sa tête et se retrouvait à hâter le pas pour quitter et transplaner en temps et en heure sur Londres. Destination choisie: un square non loin du Chaudron

Un peu essoufflée, un dernier claquement sur les pavés de la ruelle, les prunelles cherchaient la tignasse de feu par une des petites vitres avant de la voir sortir rapidement de l’établissement.

« Hey Mered ! »

Large sourire malgré les joues rouges de la marche rapide forcée entre son point d’arrivée et la devanture de l’enseigne. Petit emballage de carton rapidement tendue à la demoiselle avant d’incliner la tête sur le côté malicieusement.

« Fraise ! Et bouffe pas tout d’un coup, admire au moins le décor avant de les tuer sauvagement ! » Clin d’œil amusé avant de regarder les boutiques du coin, le nez vers les petits panneaux nominatifs. « Je vosi pas de bibliothèque, du coup j’te suis. Ça a été la journée ? »
Politesse et convenance classique même pas feinte pour une fois.
Revenir en haut Aller en bas
L'auteur de ce message est actuellement banni du forum - Voir le message
Elhiya Ellis
avatar
Responsable RPGSerpentard
Responsable RPG
Serpentard
Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Animagus (Furet)


Re: Square de Londres

Message par : Elhiya Ellis, Dim 20 Mai - 21:55



Une nouvelle page


Pv Mered
LA mutuel


Petite œuvre sucrée extirpée de son carton, les mirettes collées aux lèvres de la flamboyante serveuse attendaient une quelconque réaction. Un sourire, un hochement de tête, quelque chose qui validait la décoration choisie, et le papier soigneusement sélectionné. Non, en fait ça n’était pas d’une critique art que la blonde s’attendait mais plus à une décapitation dans les règles de l’art de la mini fraise de chocolat coloré. La sentence ne tarda pas, l’ivoire blanche plantée dans la crème épaisse marmonnait rapidement quelques mots étouffés par la gourmandise. Un simplement pouffement guise de soulagement, et un léger pétillement d’opales emplies de fiertés d’avoir pu satisfaire un palais exigeant de tueuse de lapi-nours. « Pfff mon attitude est toujours Ex-em-plaire moi mademoiselle ! » fuite hors des joues gonflées d’une vexerie sur-jouée pendant que la rouquine agrippait le bras de la blonde pour faire office de guide.

C’était quelle était pressée, ou enjouée, dans les deux cas, le tourbillon de feu qui avait soudainement pris possession de l’air ambiant été agréable. Pas le temps de répondre à la dernière taquinerie balancée, que des escaliers sombres se découpaient un peu plus loin. Adieu les rues magiques, adieu le parc juste à côté, boujour la grissaille et le stress du métro. Une chance qu’Elhiya avait dompté les lieux depuis quelques temps, et avait fini par trouvé le moyen de locomotion relativement amusant. Bon, quelques années plus tot, Mered aurait eu droit à un charmant spectacle ridicule d’une classique sang-pur face à la machine automatique qui mangeait les titres de transports. Mais depuis, Lucy et Eury avaient eu le temps de lui montrer qu’il n’y avait rien à craindre, que ce soit pour son ticket que le bloc d’acier lui recrachait au visage, ou pour le tourniquet qui ne voulait pas lui manger ses vêtements.

Un coup d’œil débordant d’une nouvelle fierté, Elhiya traversait l’engin de ferraille sans aucun souci et attendait l’aiglonne de l’autre côté. Un haussement de sourcil et un sourire taquin, la blondinette ne pouvait s’empêcher de se faire mousser. « Alors ? surprise hein ? j’ai droit à mon verre avec toi du coup ? ». L’offre n’était pas tombée dans l’oreille d’une sourde malgré tout. Et puis, le menton relevé, pleine d’une nouvelle prestance ridicule, la gamine attendait presque des cris d’émerveillement de la part de sa comparse. Même chose après avoir pris place dans le wagon sans regarder les lieux avec des yeux tous ronds. Pas de crainte, pas de terreur quelconque, juste les mèches blondes qui virevoltaient de gauche à droite pour scruter les moldus qui entraient et sortaient lors des arrêts. Chose de toute évidence étonnante pour Mered qui glissait son interrogation au creux de son oreille.

D’un pouffement, Elhiya lui adressait un large sourire lumineux, prenant soin de chuchoter pour que le premier mot qui sortait de sa bouche ne leur attire pas des regards suspicieux.

– Magicobus sans hésiter. Je déteste, et toi ? Quoi que ça semblait aller l’autre fois au cours de Benbow..  Même pour moi, surement car j’étais concentrée sur le défi que m’avait jeté ‘Lysse, mais sinon, je manque de vomir à chaque fois. Je déteste. Le réseau de cheminée pareil. C’est là qu’il te faudrait une tenue d’infirmière. Prochain coup si tu veux.

Un clin d’œil malicieux pour appuyer la proposition, bien que depuis, la demoiselle prenait soin de ne jamais manger avant un transport magique. Elle avait déjà manqué de souiller souliers et robe bien trop de fois pour se faire de nouveau avoir.

- On va jusqu’où du coup ? J’avoue qu’à part le quartier de chez mes parents, ceux où Eury’ m’a amenée, je n’ai jamais vraiment trop fait la touriste dans les coins sans pub, et sans parc
Revenir en haut Aller en bas
L'auteur de ce message est actuellement banni du forum - Voir le message
Elhiya Ellis
avatar
Responsable RPGSerpentard
Responsable RPG
Serpentard
Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Animagus (Furet)


Re: Square de Londres

Message par : Elhiya Ellis, Mer 23 Mai - 15:22



Une nouvelle page


Pv Mered
LA mutuel

Transplaner meilleur transport ever ? Pas sûr. Elhiya, la moue dubitative essayait de peser le pour et le contre des moyens de voyage sorciers. Tous, sans exception lui avait donné la nausée, que ce soit la poudre de cheminette et ses atterrissages chaotiques, le magicobus et son manque cruel de douceur, ou le transplanage, phobie de son estomac. Quant au balais, autant ne même pas y penser, ce genre de chose était une aberration totale pour la blondinette. Perdue dans sa réflexion, un simple sourire en coin amusé faisait écho au demi-aveu de la rouquine, et une tentative de ranger les modes de transport du pire au plus acceptable s’était dessinés dans son esprit. Au top du plus affreux, le bus, elle en était persuadée et hochait affirmativement d’un signe de tête toute seule. Puis venait le balai, à moins qu’il ne fût à égalité avec le bus. Pas bien certaine, tachant, tant bien que mal de rassembler ses souvenirs, un cri de surprise étouffé dans sa gorge suivit la soudaine course contre les portes automatiques que Mered intimait.

Une jambe presque laissée en pâture au wagon abandonné, Elhiya pouffa de rire en reprenant ses esprit. « Et bah, moi qui te pensais organisée, c’est vraiment la désillusion totale » Large sourire goguenard en regard le plafond de ciment et carrelage que la rouquine montrait du doigt. La bibliothèque ne devait pas être souterraine, ca paraissait logique, et il suffisait juste de passer les portails de sécurité pour respirer l’air pollué de Londres et pouvoir déambuler entre des rayonnages. Plus simple à dire qu’à faire de toute évidence. La né-moldue –si la mémoire de la blonde était bonne- se battait avec son ticket de métro, arrachant un esclaffement peut compatissant à Elhiya « Un coup de main ? ». Mais a force de persévérance, Mered enfila enfin son bout de cartoon dans la machine, recouvrant ainsi liberté de mouvement et suite de perte de crédibilité.

Un pouffement pour l’une, un concours de grimace vexée pour l’autre, les deux demoiselles purent enfin s’extirper de la buche de métro pour profiter quelques secondes du soleil encore doux et des cris de quelques enfants du square juste à coté. Les mirettes observatrices cherchaient à savoir si les lieux étaient connus d’une parcelle d’enfance oubliée, mais rien ne lui revenait. Jamais ses pieds n’avaient foulé cette rue. Dommage car le quartier semblait assez agréable. Des doigts agrippant sa main interrompaient le repérage, et la tentative d’offuscation mourru devant le passage d’une voiture qui circulait à même pas un mètre d’elle.

Par reflexe, sa prise s’était resserrée, les opales avaient fixées le véhicule avant de regarder dans le vide, et la respiration, coupée, s’alignait sur un battement de cœur perdu. La salive avalée avec difficulté ne permettait à aucun mot de s’échapper, et si les pas avait suivi le guide, l’esprit s’était enfermé dans un crissement de pneus entouré de cris et de choc sourd. La mâchoire serrée, la blondinette usa de plusieurs longues secondes pour se ressaisir, le sang glacé dans les veines, et papillonna des yeux un instant  en entrant dans la bibliothèque. La différence de lumière, avait au moins cet effet assez déroutant de fournir paillons devant les yeux et obligation de revenir sur terre.

Mered avait ouvert le chemin entre des allées pour se piquer devant un petit écran rectangulaire. Pourtant, chercher directement dans les allées aurait très certainement été plus rapide. Décontenancé, plusieurs battement de cils circonspect après, Elhiya scrutait la rouquine faire sans vraiment trop comprendre.

« En mots-clés ? En index tu veux dire ? ou en catégorie plutôt non ? Y’a pas de petits panneaux ici pour se guider ?

Le nez levé cherchait vers le plafond des indications de bois avec des logiques dans une organisation. Mais sans succès, soit elles n’étaient  pas en l’air, soit il fallait se débrouiller obligatoirement avec ce que Mered tripottait du bout des doigts.

– Voui médecine, premier secours, et soin d’urgence. Si y’a ca.

Totalement septique, Elhiya regardait faire, s’attendant presque a voir un chemin lumineux se tracer sur le sol pour lui indiquer la voie à prendre.

–Ca fait quoi ton truc ? ca va nous trouver les livres tout seul ? comme un Accio ?

Luna avait déjà fait référence, une fois à un système de recherche moldu, mais la blonde l’avait dévisagée sans vraiment comprendre comment ça fonctionnait. C’était un bout de magie qui appartenait aux moldus et sur lequel elle ne s’était jamais penchée jusqu’à présent. Les opales sur l’écran, la tête inclinée, la curiosité au bout des doigts, Elhiya appuya sur un petit encadré lumineux écrit « accueil » faisant disparaitre l’image sur laquelle Mered était.

– Ho ? Ca disparait si j’appuis là-dessus ?

Emerveillement de gosse, le sourire amusé avait pris la place à l’impression de ne pas être là où il fallait, et l’index tapotait un peu partout l’écran jusqu’à ce qu’il devienne tout noir avec le message « Error » écrit en rouge. Ricanement naturel, Elhiya se mis à rire de plus belle en voyant la tête de la rouquine de toute évidence prête à lui aboyer dessus.

–C’est bon, c’est bon, je ne touche plus, j’te laisse faire
Revenir en haut Aller en bas
L'auteur de ce message est actuellement banni du forum - Voir le message
Elhiya Ellis
avatar
Responsable RPGSerpentard
Responsable RPG
Serpentard
Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Animagus (Furet)


Re: Square de Londres

Message par : Elhiya Ellis, Mar 29 Mai - 17:02






Une nouvelle page


Pv Mered
LA mutuel

Une main sur la bouche pour imposer le silence, des sourcils froncés et un grognement. L’envie de lui mordre la mimine qui faisait barrière ou de tirer le bout de la langue pour lui faire retirer sa paume de main de dessus ses lèvres en pleine démangeaison. Mais, il fallait, de toute évidence, se faire discrète, bien plus que sur les bibliothèques sorcières. Juste trop frustrant. Moue boudeuse, bras croisés, la blondinette relevait le nez, outré, prenant des airs de princesse éphémères, sachant bien que de toute façon, elle ne pourrait plus aller tapoter sur tous les écrans lumineux sans enclencher une sécurité quelconque qui finirait bien par mettre le feu au bâtiment. De toute évidence, utiliser un simple fléchage de bois ou de papier était trop compliqué pour les moldus. Mauvais point pour eux pour la peine ! Elle aurait bien ralé à haute voix, mais la rouquine, devenue hôtesse des rayons, l’agrippait pour l’entrainer vers des ouvrages « Gnagnagnagna, j’parlerai si j’veux d’abord, et j’irai tripoter ces machins bizarre si je veux ! » Caprice de gamine mourant rapidement devant un étalage traitant de médecine. Au moins, les arrêtes de bouquin avaient droit à tes titres eux au moins.

Les mirettes inclinées, les parcourraient, agrippant quelques ouvrages, reposant ceux trop compliqués bien que très interessants. Elhiya ne voulait pas apprendre toute la médecine moldues mais les bases. Leurs remèdes à base de plantes, leurs propres onguents, les réflexe primaires à avoir en cas de soucis, des astuces qu’eux seuls connaissaient car ne possédaient pas de magie. Pour se faire une idée assez large, elle récupérait un ouvrage de première année de médecine, destinée aux étudiants, abandonnait l’approche de la médecine chinoise, mais récupérait un ouvrage sur les vertus de la médecine dite douce, juste pour comparer avec les connaissances sorcières. Un peu en retrait, un petit livre attirait son attention, un guide de survie en pleine nature, il n’était pas à sa place mais pourvoir avoir un certains intérêt. Puis pour terminer, un  ouvrage sur les premiers soins, les gestes et attitudes à avoir. Ravie de ses découvertes, un regard à Mered pour signaler qu’elle devrait avoir de quoi faire, elle la suivait vers une drôle de machine.

Un peu comme le lecteur de carte de métro, mais en différent. Cherchant comment faire entrer ses livres dans la petite fente, la blondinette resta un moment dubitative. Sans magie ses bouquins ne pourraient jamais passer dans la minuscule rainure visible. Quelque chose n’était pas logique. Enfin.. pour elle, car pour Mered, liite en train de s’esclaffer, le système appelé « borne d’emprunt » semblait un jeu d’enfant. Lui confiance ses petites trésor, Elhiya, vexée, retroussait le nez « Car tamponner une carte en carton c’est surfait c’est ca ? » Question purement rhétorique, car les opales étaient déjà en train d’observer les gestes de la rouquine, intriguées. En fait, ce n’était pas le petit espace en bas qu’il fallait viser, mais la lumière rouge qui faisait crier les livres et la carte en plastique de Mered. Etrange système, auquel elle ne pouvait rien dire  à part ouvrir son sac à dos pour récupérer sa lecture du soir. « Merci ». Départ des lieu, un merci machinal à la porte qui s’ouvrait toute seule et retour à la rue bruyante de Londres.

Le parc, non loin diffusait toujours les hurlements des gamins, agrémentant l’humeur boudeuse de la blonde d’envie de leur balancer des bloclang. Le regard rejoignait les cris joyeux, rencontrant quelques arbres touffu, avec malgré tout l’envie de s’y poser avec une glace, ou une boisson quelconque à siroter. Le bout de ses doigts fourmillaient d’envie de feuilletter les ouvrages fraichement récupérer, mais la curiosité s’éveilla aux propos de la rousse. Un sourire en coin circonspect, Elhiya tournait tête et attention vers la jeune femme, se demandant à quoi elle faisait référence.

– De personnel genre ta boutique de lingerie préférée ? Ou de personnel, genre que tu chéris précieusement dans un coin de ton être ?

Surprenante proposition, même si celle-ci concernait une boutique de prédilection, les deux jeunes femmes n’avaient jamais réellement fait entrer l’autre dans son monde, pas complétement. Il y avait  eu, certes, des échanges sur des pointes de caractères, des habitudes ou affections en dehors du château. Mais rien de vraiment personnel. N’importe qui, capable de outre passer le caractère suffisant et hautain de la blonde, pouvait savoir qu’elle s’intéressait à la médicomagiee, qu’elle aimait les sucreries, et qu’elle savait être taquine. Par contre rares étaient ceux qui connaissaient son amour pour des détails infimes, comme la danse du vent dans un brin d’herbe, ou sa faiblesse, étouffante qui se manifestait quand elle se laissait atteindre par autrui. Alors, quand il fallait parler de partager des choses personnelles, Elhiya, plus que quiconque, en connaissait les nuances. Les prunelles scrutant la demoiselle à l’offrande étrange, elle poursuivait avant tout, pour e pas laisser  de questionnement en supent

-En fait tu veux me montrer un truc que je ne connais pas du tout, c’est ça ? Juste car ta te fais rire de voir les lacunes que j’ai ici !  C’est pas sympa ! Mais je ferai pareil à mon avis. Et puis cette bibliothèque, c’était super. Enfin, ils avaient ce que je voulais, du coup moi ça me va. Merci, sans toi j'aurai été paumée ! Par contre le matériel est étrange. Pourquoi avoir un truc comme une télé pour chercher des livres. Ca n’a pas de sens, il suffit de faire un marquage plus lisible. Puis t’as fait quoi aux livres avec la lueur rouge ? C’est un tampon invisible ?  Comme ça on voit pas tous les noms des personnes qui ont pris ? Comment tu te rappelles de la date à laquelle il faut les ramener du coup ? Sans le petit carton  dedans, je risque d’oublier….. Enfin… j’te suis, tu veux me montrer quoi ?

Un tas de questions, et encore, elle s’était refreinée car des gens passaient à côté d’elle.
Revenir en haut Aller en bas
L'auteur de ce message est actuellement banni du forum - Voir le message
Elhiya Ellis
avatar
Responsable RPGSerpentard
Responsable RPG
Serpentard
Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Animagus (Furet)


Re: Square de Londres

Message par : Elhiya Ellis, Ven 1 Juin - 21:39



Une nouvelle page


Pv Mered
LA mutuel


Oula. Changement de ton, changement de mirettes, changement de situation, mais toujours le même lieu. Mauvais endroit pour hausser la voix, mauvais moment pour la raillerie capable de changer l'humeur vers quelque chose de plus léger. Elle avait regardé, bouche entre-ouverte, la rouquine déverser un flot de paroles colériques, ne cachant que très mal déception et frustration. De toute évidence l'ancienne Serdaigle avait viré sans procédure de l'humour et l'amusement au sérieux sans que la blonde ne saisise l'essence même du nouveau souffle.

Comment aurait-elle pu en même temps? Peu prompte aux confidences, la gamine se contentait d'instants superficiels avec tous les autruis qui n'étaient pas Lui. Juste car c'était plus simple, moins dangereux, moins douloureux. A aucun moment elle n'avait pensé avoir pu permettre à Mered d'enjamber la barrière du copinage pour lui laisser mettre un pied sur la chasse gardée du jardin de l'amitié. En fait, elle n'y avait jamais pensé, jamais reflechi, se contentant de se laisser porter par l'instant, comme à son accoutumé. C'était peut être la son tort au final... avec elle, avec d'autres...

Un soupir aussi lourd qu'attristé s'echappait, l'écrasant de tout son poids de la réalité. Blesser Mered n'était pas au programme, surtout que la rousse, pleine de vie, était au final agréable et amusante. Enfin... digne de dépasser la ligne de l'inconsistance. Mais c'était une aptitude qui prenait du temps chez la blonde, toujours frileuse de voir ceux à qui elle acceptait de faire confiance, disparaitre du jour au lendemain... comme Alek, comme Matt, comme Eury, comme Aria, comme .... Lucy..

-Mered attends!

Les mots s'envolaient avec quelques pétales de pommiers, fuyant loin, comme la jeune femme disparaissant sur l'autre trottoir, le nez vers le bitume. Pointe d'hésitation, y aller ou la laisser se ressaisir..  complexe dilemmequi se reglerait si facilement si elle avait été un des garçons avec qui elle traînait.. mais elle ne leur ressemblait en rien, possédait un passif différent inconnu à Elhiya. Alors ce ne serait que instinctif, comme avec l'autre Poufsouffle, car souvent, c'était juste la meilleure chose à  faire : se laisser atteindre et agir en conséquence.

Les boots claquaient sur le sol, se hatant avant de la perdre de vue la demoiselle en fuite  . Un passage piéton sur la route, l'éternel retournement d'estomac, les mirettes et l'ouïe au qui vive avant de se permettre de traverser. De longues seconde de tétanie lui faisant perdre de vue son guide touristique, forcément. .. Une recherche active, bien qu'agacée, par dessus les arbustes du parc environnant jusqu'à la repérer, assise et seule. Les émeraudes perdues, l'inquiétante Mered de Poudlard au caractère de feu semblait bien loin soudainement. Comme si les mots de Peter, prononcés des mois plus tôt prenaient sens : le château était une bulle où il était facile de vivre. Le monde des grands ne possédait plus le doux coccon de la salle commune, ou la parfaite cachette de la salle sur demande. Une fois "grand" il ne restait que soi-même pour faire face à ses propres chimères, plus trop d exutoire disponibles à toute heure du jour ou de la nuit, plus de quoi tromper les pensées dérangeantes d'un simple caprice... ne restait que ce qu'on avait pris le temps de construire, a supposé que ça ne s'etait pas écroulé...

Le paquet de mouchoirs en papier extirpé du sac à  dos, la main de la blonde se tendait vers l'âme en peine, lui offrant un doux sourire avant de s'asseoir à côté.

-Désolée, je n'avais pas saisi. Je sais..  je mets toujours du temps à comprendre ce genre de chose... c'est souvent trop tard d'ailleurs quand je réalise.. tu.. veux en parler? En marchant peut être?

Et maintenant? Attendre... car il n y avait rien d'autre que l'instinct conseillait, juste laisser du temps à la rousse, la laisser faire ce que son  coeur lui disait..
Revenir en haut Aller en bas
L'auteur de ce message est actuellement banni du forum - Voir le message
Elhiya Ellis
avatar
Responsable RPGSerpentard
Responsable RPG
Serpentard
Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Animagus (Furet)


Re: Square de Londres

Message par : Elhiya Ellis, Lun 4 Juin - 11:40



Une nouvelle page


Pv Mered
LA mutuel

Le mouchoir récupéré et usé bruyamment fournissait un semblant de prise de conscience de la rouquine, ou du moins la capacité à parler plus calmement. Trop vu la situation passée. Le sourire en coin maladroit, les mirettes sur la rousse glissant sur la porte non loin, Elhiya offrait une oreille attentive, essayant de comprendre quel mal rongeait la demoiselle. Sans n’avoir jamais vraiment été doué dans ce genre de chose, la blondinette fixait la deventure, ajustant les pièces de puzzle à mesure qu’on les lui fournissait.

Une maison, un ancien foyer quitté pour une raison cachée. En temps normal, il n’y aurait rien eu d’affolant à entendre évoquer avec nostalgie un déménagement, les souvenirs de l’enfance étant souvent les plus précieux, ils étaient chéris et conservé avec le plus grand soin par la majorité des vivant. Mais il y’avait un raté dans les informations divulguées.

– Emprisonné ?

Breve tentative de rassembler ses esprits, se rappeler que Mered était une née-moldu, qu’il y’avait tout un tas de raison pour qu’un moldu parte en prison si la blonde se fiait aux peu de films qu’elle avait eu l’occasion de voir. Le deal de pastilles de bonheur, le vol, le meurtre, la violence sur autrui, les menaces de morts, un mauvais système juridique… tant de sujets indiscrets où la curiosité n’avait pas sa place. Les confessions avaient besoin de temps, même si elles soulageaient, ce n’étaient pas d’interrogation ou d’empressement qu’elles avaient besoin.

–Mered… on peut aller ailleurs si tu veux. Ne t’inflige pas ce genre de souvenirs s’ils sont toujours douloureux. Personne ne t’en voudra de fermer les yeux et faire semblant jusqu’à ce que tu le supportes… Quoi que ce fut… En tout cas, pas moi...

Le regard s’était fait plus doux, le sourire, mélancolique teinté d’une pointe de souffrance au rappel de ses propres solutions pour occulter ce qui faisait trop mal. Pas les meilleures, pas les pires non plus, mais les seules qui fonctionnaient quand les mots ne voulaient se former. Parfois, c’était salvateur de ne pas faire face à ses propres démons, parfois, il fallait les partager et les confier à une personne qui arrivait de temps à autre à faire oublier ce qu’il était, de par sa présence, son aura, son sourire ou son toucher. Comme avec Lui. Alors, Consicence pointait le bout de son nez, rappelant que les autres aussi pouvaient avoir besoin de parler, d’évacuer, forçant à réaliser, que parfois ce pouvait être vers elle qu’on se tournait même si à chaque fois la raison lui était complétement inconnue.

–.. et puis… tu es revenue, c’est bon signe il me semble..

Revenir sur les lieux de peine et souffrance, revenir sur ce qu’il fallait oublier, c’était toujours une preuve d’acceptation et de désir d’avancer sans plus se faire polluer par les pensées trop ternies.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé

Re: Square de Londres

Message par : Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas
Page 3 sur 4

 Square de Londres

Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4  Suivant

Permission de ce forum:Vous pouvez 
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Harry Potter 2005 :: ~¤~ Londres ~¤~ :: Rues de Londres-

L'univers d'Harry Potter est la propriété de la Warner Bros ainsi que de J.K Rowling.
Tous droits réservés sur ce site ©Copyright HarryPotter2005. Affichage optimisé sous Firefox.