AccueilPortailRechercherS'enregistrerConnexion
-20%
Le deal à ne pas rater :
Remise de 20% sur la barre de son Sony HT-SD35 2.1
199.99 € 249.99 €
Voir le deal

Harry Potter 2005 :: ~¤~ Académie de Poudlard ~¤~ :: Les couloirs
Page 1 sur 3
Salle de classe de la Tour d'Astronomie
Aller à la page : 1, 2, 3  Suivant
Louis Varik
Louis Varik
Serpentard
Serpentard
Année à Poudlard : Aucune année renseignée

Matière optionnelle : Pas encore disponible

Spécialité(s) : - Permis de Transplanage


Salle de classe de la Tour d'Astronomie Empty
Salle de classe de la Tour d'Astronomie
Louis Varik, le  Jeu 1 Fév - 9:27


Lueurs sous la pluie

Josephine Campbell & Louis Varik



LA mutuel accordé pendant toute la durée du RP




Deux semaines s'étaient écoulées depuis les événements du vestiaire de Quidditch, Louis n'avait pas eu l'occasion de vraiment revoir Jo, la faute à un emploi du temps des plus chargés. A ce moment, il ne savait toujours pas si sa prise d'initiative allait à nouveau réveiller le courroux de la Gryffondor ou si au contraire, comme lui, elle s'était laissée emporter par le flux d'émotions qui pouvait bercer ce genre d'événement. Ils avaient néanmoins eu l'occasion d'échanger quelques regards complices lors des repas dans la grande salle ou au détour d'un couloir. Ceux-ci réconfortaient Louis quant à la réaction de Jo, elle ne paraissait pas en colère et avait même tendance à rougir lorsqu'elle le voyait.
Mais le problème était là, ils ne s'étaient pas vus et la belle brune commençait sérieusement à manquer à Louis. Il savait qu'il lui avait promis de se revoir, c'est pourquoi il avait décidé que ce soir, ils se retrouveraient. Ou? ça serait une surprise. Lui adorait cet endroit, il s'y réfugiait régulièrement lorsque l'envie de solitude devenait trop insistante.


Ce matin là donc, avant de prendre son petit déjeuner, Louis avait prit la peine de se lever aux aurores. Il avait rejoint la volière et s'était empressé d'attacher à la patte d'un hibou de l'école, une lettre écrite la veille.
Il avait ensuite rejoint la grande salle, celle-ci était bondée à cette heure, d'habitude, le jeune homme préférait y venir plus tôt, lorsqu'il pouvait manger tranquillement sans le brouhaha habituel des autres pensionnaires du château. Il traversa la pièce et alla rejoindre la table des Serpentard. Il leva la tête en direction du plafond magique, le temps était plus que maussade, une tempête envoyait des trombes d'eau en direction des élèves sans jamais les toucher, le vent semblait pouvoir arracher les arbres et il fallait bien la lumière vacillante des chandelles flottantes pour amener un peu de clarté en cette matinée.
Pour la plupart, ce temps était déprimant. Pour Louis c'était le contraire, cette journée allait sans doute être parfaite. Il adorait la pluie, son bruit lorsqu'elle s'abattait sur les vitres du château, l'odeur que le sol dégageait après une averse, la brume laissée sur son passage... Puis elle accompagnait son envie de revoir Joséphine, ce qui rendait la journée encore plus spéciale.
Le jeune homme s'était donc assis à sa table, prenant bien soin d'avoir la vue dégagée vers celle des Lions. Quelques instants par après, un nuage de hiboux avait pénétré dans la grande salle, distribuant le courrier journalier aux élèves concernés. Une lettre était tombée sur l’assiette de Jo, Louis l'avait vue l’ouvrir et sourire à la lecture de celle-ci.


A l'attention de Joséphine Campbell:
 


A 22H ce soir là, Louis entendit frapper à la porte, d'un mouvement de baguette magique il ouvrit cette dernière, dans l'embrasure de la porte se tenait Jo, elle était ponctuelle et à sa simple vue, le jeune garçon ne peut s'empêcher d'esquisser un sourire. Mais contrairement à lui, elle ne pouvait le voir, la pièce était plongée dans l'obscurité et rien d'autre ne filtrait qu'une légère lueur émanant de l'extérieur. La tempête de ce matin bâtait son plein, à nouveau la pluie venait s'écraser sur les fenêtres de la tour. Louis ne savait pas si c'était le vacarme extérieur qui couvrait ses pas, mais lorsqu'il déposa un doux baiser dans la nuque de la belle brune, celle-ci sursauta, sans doute surprise de n'avoir rien entendu et rien vu venir.


- Incendio!


Quelques petites flammes jaillirent de la baguette de Louis et vinrent se déposer sur les chandelles éparpillées dans la pièce.
Au sol se trouvait une lourde et moelleuse couverture, à côté de celle-ci était disposé un assortiment des gâteaux préférés de Jo, et quelques bouteilles de Bierraubeurre.


- Bonsoir...


Josephine Campbell
Josephine Campbell
Gryffondor
Gryffondor
Année à Poudlard : Aucune année renseignée

Matière optionnelle : Pas encore disponible

Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Salle de classe de la Tour d'Astronomie Empty
Re: Salle de classe de la Tour d'Astronomie
Josephine Campbell, le  Jeu 1 Fév - 13:54

LA de Aria pour ce post




C'était un matin comme les autres. Au début en tout cas. Jo s'était levée à la dernière minute, comme d'habitude et s'était mis en pilote automatique pour tout ce qui suivi. Remercier le réveil, Râler contre le réveil, douche très chaude bouillante, habillage, coiffage, cacher la misère en attachant ses cheveux. Elle avait suivi le mouvement et s'était dirigée tranquillement vers la Grande Salle.
Jo s'était posée à la table des Gryffondors, pas encore tout à fait réveillée, le coude sur la table, le menton dans la main. En fait, s'il n'y avait pas Aria à ses côtés qui parlait, la jeune fille se serait surement rendormi la tête dans son assiette. Elle avait un bon sommeil pourtant, mais c'était peut-être le temps qui faisait ça. Jo prit nonchalamment un toast nature et se mit à manger les bords. Elle voulait garder le milieu pour la fin c'était le meilleur ! Elle allait enfin ouvrir la bouche pour répondre à sa jeune camarade face d’elle qui attendait patiemment qu’elle finisse de marcher lorsqu'une enveloppe tomba dans son assiette.

"A l'attention de Joséphine Campbell"


*Qu'est-ce que t'as fait encore ?!!*

Rien! Elle n'avait pas fait de bêtise pour une fois! A moins que... Non non là, elle ne voyait pas.
Si ça avait été ses parents, elle aurait reconnu l'écriture. Et mis à part eux... personne ne lui envoyait jamais de hibou. Sans plus attendre elle ouvrit l'enveloppe et même si le petit mot n'était pas signé, elle sut tout de suite de qui il venait. "Jolie et gentille"... ça ne pouvait être que Louis !



Il était 21h30. Elle devait sortir en douce de la salle commune sans se faire prendre par son préfet de cousin. Petit coup d'œil sur les canapés, pas de trace de lui. C’était une occasion de rêve pour se faire la male, il était peut-être déjà sorti faire sa ronde … ou aller draguer de la minette !

Ce n'était pas la première fois qu'elle faisait le mur, mais jamais encore ce n'était arrivé pour se rendre à un rendez-vous en tête à tête. Ah si, il y avait eu Ellana une fois, mais là, pas besoin de faire un dessin, ce n'était pas du tout pareil.
Elle n'était pas très ponctuelle habituellement. Mais cette surprise, elle l'avait attendu. Louis, lui avait demandé d'être patiente, et elle l'avait été pour une fois. Là elle allait enfin pouvoir profiter de sa présence sans être dans la même salle que les centaines d'élèves que comptait l'école ou entre deux cours, vite fait au détour d'un couloir. Ils allaient pouvoir passer du temps ensemble tranquillement... Elle avait dû prendre sur elle, pour ne pas aller lui demander quand est ce qu’il avait prévu sa surprise. Deux semaines ça avait été beaucoup trop long. Elle commençait même à devenir de plus en plus irritable.

*C’est peut-être pour ça que tu es tout le temps fatiguée en ce moment aussi ?*


Peut-être ! Mais peu importe ! Là elle était en train de gravir les marches de la tour d’astronomie. Elle avait troqué son uniforme scolaire pour des vêtements moldu, jean noir, pull blanc, très classique.

*T’aurais pu mettre une robe !*

Elle n’en avait pas, pas à Poudlard en tout cas. Sa mère s’évertuait à lui en acheter mais elle ne les mettait jamais, alors elles restaient chez ses parents. Elle n’avait jamais trop aimé ça et n’y avait jamais prêté un grand intérêt, peut-être parce que jusque-là, elle n’avait jamais eu l’intention de plaire à quelqu’un. Là, un peu plus tôt, alors qu’elle cherchait quoi mettre, elle avait presque regretté de ne pas en avoir glissé une dans sa valise. Bon et bien tant pis, il la verrait à l’état naturel. Elle avait quand même fait un effort sur ses cheveux qu’elle avait relevé.

Elle frappa à la porte puis sans attendre de réponse ouvrit. Elle pénétra dans la pièce qui était dans l’obscurité la plus complète. Malgré son âge, elle avait toujours peur du noir, peut-être même que c’était pire qu’avant. Alors avec le bruit qu’il y avait dehors et le fait qu’elle ne s’attendait pas à le voir venir par derrière, elle sursauta lorsqu’elle sentit un effleurement dans sa nuque.
Il y eu un « incendio » puis la pièce fut éclairée par des dizaines de bougies éparpillée un peu partout dans la pièce. Elle ne put s’empêcher de sourire en voyant ce qui avait été préparé, la frayeur venait de disparaitre ! Il y avait cette couverture qui ne demandait rien d’autre qu’on se couche dessus et une boite de macarons (ndlr : oui ce sont des macarons !) et de la Bierraubeurre, histoire de ne pas mourir déshydratés.

- Bonsoir…

Elle se retourna et au premier croisement de regard ne put plus se retenir une seconde de plus. Elle avait eu beau se faire la leçon quelque minutes avant, elle s’était promis de ne pas être trop expansive, mais c’était plus fort qu’elle. Il lui avait manqué, aussi fou que cela pouvait être, compte tenu du fait qu’ils se connaissaient que depuis très peu de temps.
Elle avait passé ses bras autour de sa taille et le serait fort contre elle et avait caché son visage contre sa poitrine. Elle en profitait pour s’imprégner de son odeur. Elle avait eu peur de l’oublier ces dernières semaines.

- Tu m’as fait peur !

*Ah oui… c’était ça que tu voulais dire ?*


Puis elle leva la tête et tenta un regard timide vers lui faisant la moue.

- Et tu m’as manqué aussi.

*Oui c’est surtout ça !*

- C’était long d’attendre !

Elle avait gémis ces derniers mots, sous entendant un « ne recommence pas ça ! ». Puis, se rendant soudainement compte de l’aveu qu’elle venait de faire, elle sa cacha de nouveau le visage contre lui, pour éviter qu’il ne voit ses joues changer de couleur.


Dernière édition par Josephine Campbell le Jeu 1 Fév - 20:36, édité 2 fois
Louis Varik
Louis Varik
Serpentard
Serpentard
Année à Poudlard : Aucune année renseignée

Matière optionnelle : Pas encore disponible

Spécialité(s) : - Permis de Transplanage


Salle de classe de la Tour d'Astronomie Empty
Re: Salle de classe de la Tour d'Astronomie
Louis Varik, le  Jeu 1 Fév - 17:44


Lueurs sous la pluie

Josephine Campbell & Louis Varik



LA mutuel accordé pendant toute la durée du RP





- Tu m’as fait peur! Et tu m’as manqué aussi, c’était long d’attendre !

Jo venait de dire cela d'une petite voix qui ne lui ressemblait pas, elle qui était en général si farouche dans ses propos faisait tout à coup figure de petite fille timide.
Elle avait toujours le visage caché dans le torse du jeune garçon, ce dernier en profita pour resserrer doucement son étreinte autour de la belle brune. Il approcha son visage de celui de Jo et inhala la douce odeur émanant de ses cheveux. Il chuchota :

- Mademoiselle, qu'avez-vous fait de Miss Campbell?

Il souriait de la voir blottie de la sorte. Même si elle paraissait chétive à ses côtés, il savait que Jo était bien plus forte qu'elle ne le laissait paraître.

Relâchant doucement son étreinte, Louis recula d'un pas pour observer la jeune fille.

- Gentille je ne sais pas encore, mais jolie c'est fait!

Les lueurs des chandelles présentes dans la pièce faisaient danser les ombres sur le visage de Jo, ses cheveux tirés la rendaient encore plus jolie qu'à son habitude.
Louis resta comme ça quelques secondes à l'observer, seule la pluie battante contre les fenêtres de la classe venait perturber ce moment.
Puis il se rapprocha de Jo, à nouveau il lui prit les mains et les porta à ses lèvres pour y déposer un doux baiser.

- Je suis content que tu sois là. Moi aussi tu m'as manqué! Alors, comment tu trouves la "surprise"?

D'accord, ça n'était pas grand chose, mais il avait fait en fonction de ce qu'il connaissait de la jeune fille. Il passa la main dans ses cheveux, l'air un peu gêné puis ajouta :

- Ce n'est pas grand chose désolé, tu devais t'attendre à mieux, mais... Je ne connais pas encore parfaitement tes goûts alors....

A nouveau, son regard se plongea dans les yeux de la belle brune, il voulait à ce moment la serrer contre lui, ne rien dire, profiter de ce moment d'apaisement, du bruit les entourant et de la belle lueur reflétée contre eux. Puis son attention fut à nouveau portée sur le cou dénudé de Jo, l'envie d'y glisser ses lèvres, sentir sa peau sous la sienne, les fragrances de son parfum,...

*Stop! Ne pense plus à tout ça!*

Il dut secouer sa tignasse hirsute pour chasser certaines idées de son esprit, il ne voulait pas précipiter les choses et surtout vexer Joséphine. Il se frotta le menton nerveusement :

- Hum,... voilà. Tu... euh!? Tu veux boire quelque chose?



Josephine Campbell
Josephine Campbell
Gryffondor
Gryffondor
Année à Poudlard : Aucune année renseignée

Matière optionnelle : Pas encore disponible

Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Salle de classe de la Tour d'Astronomie Empty
Re: Salle de classe de la Tour d'Astronomie
Josephine Campbell, le  Jeu 1 Fév - 21:14

- Mademoiselle, qu'avez-vous fait de Miss Campbell?

*On se le demande...*

Elle ne répondit rien, parce qu'elle non plus ne se reconnaissait pas. Là, elle était collée contre lui et profitait de ce moment. Toutes les autres questions... Elle verrait plus tard.

Louis se recula un peu, histoire de pouvoir la voir dans son ensemble. Elle avait un peu honte, parce que ce n'était peut-être pas ce à quoi il s'était attendu. S'il pensait trouver une jeune fille coquette et soignée et bien, il s'était trompé de personne. Ce n'était pas du tout son genre. Peut-être que lorsqu'elle aurait mûri et serait rentrée dans l'âge adulte oui, mais pour le moment... Non. En tout cas, elle espérait ne pas le décevoir.

- Gentille je ne sais pas encore, mais jolie c'est fait!


Qu'est-ce qu'elle pouvait répondre à ça ? Mise à part qu'elle l'avait bien cherché. Mais peu importait là tout de suite, le compliment remportait tout le reste. Même si elle avait eu de la neige sous la main, elle ne lui en aurait pas envoyé dans la figure... Elle se contenta de sourire, en baissant la tête, gênée.

Lorsqu'il lui prit les mains et les porta à ses lèvres, elle ressentie encore cette drôle de sensation dans le bas-ventre. Ce truc qu'elle n'arrivait pas à définir. Elle se demanda alors si ça lui ferait toujours cela à chaque fois qu'elle rentrerait en contact avec lui, car c'était vraiment déstabilisant.

- Je suis content que tu sois là. Moi aussi tu m'as manqué! Alors, comment tu trouves la "surprise"? Ce n'est pas grand chose désolé, tu devais t'attendre à mieux, mais... Je ne connais pas encore parfaitement tes goûts alors...

Il le refaisait encore. Ne pas la lâcher du regard. Qu'est-ce qu'il essayait de lui dire ? Qu'il avait envie de la serrer contre lui, ne rien dire, profiter de ce moment d'apaisement, du bruit les entourant et de la belle lueur reflétée contre eux ? C'était ça ? Parce que, en ce qui la concernait, c'était tout à fait ça.

Puis elle vit le regard descendre lentement plus bas vers son cou et là Louis qui cachait difficilement son trouble.

- Hum,... voilà. Tu... euh!? Tu veux boire quelque chose ?


Elle ne chercha pas à le mettre plus mal à l'aise qu'il ne l'était, mais elle avait très bien compris ce qui venait de se passer.

- Oui, je veux bien s'il te plaît.


Puis elle s'avança vers la couverture et se mit assise dessus. C'était aussi doux que ça en avait l'air. Si seulement elle en avait une comme ça sur son lit... Puis elle leva la tête vers lui et prit un air taquin.

- Oui, je m'attendais à mieux. Pour qui est-ce que tu me prends?! On m'a toujours habitué aux endroits chics, au champagne et au caviar.

Elle se mit à rire. D'autant plus que ce qu'elle venait de dire était vrai. Mais ça, elle ne lui dirait pas. Pas maintenant en tout cas. Elle avait dit cela sur le ton de la plaisanterie, ça passerait comme crème. Elle faisait tout pour sortir de ce milieu de la haute société et ressembler à une fille tout à fait banale. Elle n'avait jamais trouvé sa place dans ce milieu et préférait les choses simples.
La ce que venait de faire Louis, était un véritable enchantement à ses yeux. Jamais personne n'avait fait cela pour elle. C'était une grande première. Ça n'avait peut-être pas l'air d'être grand chose aux yeux du jeune homme, mais cela valait mille fois plus qu'une suite dans un palace d'une grande capitale pour Jo.

*En plus dans les palaces, il n'y a pas de Louis*


- Je plaisante... Ne t'inquiète pas, je trouve ça... Juste parfait !


Puis elle lui fit signe de s'asseoir près d'elle en tapotant de la main la place juste à coté d'elle.

- Tu vas pouvoir me parler de toi. Je ne te libérerais que lorsque tu m'auras tout dit sur toi. Tu m'as parlé de ta sœur la dernière fois. Elle s'appelle comment? Et tes parents ?


*Tu parles, il t'envoie valdinguer en bougeant seulement le petit doigt !*
Louis Varik
Louis Varik
Serpentard
Serpentard
Année à Poudlard : Aucune année renseignée

Matière optionnelle : Pas encore disponible

Spécialité(s) : - Permis de Transplanage


Salle de classe de la Tour d'Astronomie Empty
Re: Salle de classe de la Tour d'Astronomie
Louis Varik, le  Ven 2 Fév - 10:32


Lueurs sous la pluie



LA mutuel accordé pendant toute la durée du RP



- Tu vas pouvoir me parler de toi. Je ne te libérerais que lorsque tu m'auras tout dit sur toi. Tu m'as parlé de ta sœur la dernière fois. Elle s'appelle comment? Et tes parents ?

Jo venait de s’asseoir sur la couverture, à nouveau, Louis la trouva superbe, assise au milieu de la pièce, la lueur des flammes dansant sur son visage qui venait de s'éclaircir dans un large sourire.
Elle lui fit signe de la rejoindre, Louis ne se fit pas prier pour s'exécuter et tenta tant bien que mal de venir s’asseoir à même le sol. Elle voulait en savoir un peu plus sur lui, et il lui offrit une belle démonstration de sa souplesse légendaire, similaire à celle d'une porte en chêne brut. Le jeune homme regarda Jo d'un air amusé,

- Oui bon ça va, je te vois déjà arriver avec ton sourire narquois...

Enfin en place, Louis prit deux bouteilles de Bierraubeurre, les ouvrit et servit deux grand verres avant de tendre le sien à la belle brune à ses côtés.

- Donc les questions et toi êtes grandes copines c'est ça? Tu n'en démords pas hein?

Elle le savait sans doute, mais Louis détestait parler de lui, de sa famille et de tout ce qui le concernait de près ou de loin. Mais manifestement, Jo n'en avait pas grand chose à faire et elle le martelait de questions à son propos depuis leur première rencontre.
Le jeune garçon prit un lampée de sa Bierraubeurre, soupira longuement et après une légère moue, repris, résigné de devoir parler de lui,

- Donc...! On va faire un truc. A chacune de tes questions répondues, j'ai droit à un baiser d'accord? Tu m'en a posé deux. Alors oui, j'ai une petite sœur, elle est ici à Poudlard, elle a trois ans de moins que moi et s'appelle Héllia. Comme je te l'ai déjà dit, c'est ma petite protégée et quiconque lui ferait du mal aurait à faire à moi. Mais pour ça, elle te ressemble un peu, elle est forte et courageuse, elle se débrouille bien toute seule.
Ma maman travaille à l'hôpital Ste-Mangouste, elle est guérisseuse et c'est elle qui nous a élevé après la mort de mon père. Lui était inventeur en mécanismes de sécurité magiques. C'est pour cette raison qu'il fut une cible privilégiée pour certains mages noirs.


A cet instant, son regard devint plus sombre, il espérait que Jo ne l'aie pas remarquer, qu'il fut caché par la trop faible lumière.

- Mais ça, je n'ai pas envie d'en parler...

Il se passa quelques secondes durant lesquelles Louis fut à nouveau plongé dans ses pensées. Seul le vacarme de la pluie battante venait perturbé cet instant. Au moment ou il s'en rendit compte, le jeune homme parut un peu gêné d'avoir laissé le Gryffondor seule face à son absence de réaction. Il bascula le visage en arrière, but une gorgée de sa boisson et repris :

- Bref, tu me dois deux bisous...





Dernière édition par Louis Varik le Sam 3 Fév - 13:10, édité 1 fois
Josephine Campbell
Josephine Campbell
Gryffondor
Gryffondor
Année à Poudlard : Aucune année renseignée

Matière optionnelle : Pas encore disponible

Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Salle de classe de la Tour d'Astronomie Empty
Re: Salle de classe de la Tour d'Astronomie
Josephine Campbell, le  Ven 2 Fév - 20:53

Jo prit un moment pour enlever ses ballerines. Elle avait envie de se sentir complètement à l’aise sans souiller cette couverture aussi douce que les poils de son chat, Lucifer. Lorsque ce dernier lui faisait des coups de Trafalgar, elle se l’imaginait en descente de lit et se demandait quelle sensation cela pourrait lui faire de poser ses pieds nus dessus. Là, elle pouvait s’en faire une petite idée… Mais pas d’inquiétude pour son chat, jamais elle ne pourrait lui faire du mal. C’était une teigne assez fourbe, mais elle l’adorait malgré tout.

D’ailleurs, la bête n’aimait pas les étrangers, elle se demandait qu’elle serait sa réaction si un jour elle rencontrerait Louis. Jo se laissa aller à regarder le jeune homme s’asseoir à ses côtés. Lequel des deux serait le plus fort, le chat ou le viking comme le surnommait déjà Daemon. Surement le viking, avec un corps pareil, elle ne voyait pas qui pourrait avoir le dessus sur lui de toute façon.

- Oui bon ça va, je te vois déjà arriver avec ton sourire narquois…


Non ! Il n’avait pas réussi à voir dans son esprit le combat entre Lucifer et lui tout de même ? Et le moment où elle se l’était imaginée torse nu levant les bras en guise de victoire non plus ?!! Non quand même pas !

- Donc les questions et toi êtes grandes copines, c’est ça ? Tu n’en démords pas hein ?


Elle prit son verre et bu une gorgée. En fait il venait de voir juste. Avant que Peter ne lui fasse la remarque, elle n’avait jamais fait attention au fait qu’elle pose sans cesse des questions. Elle s’était dit qu’il en rajoutait et disait cela juste pour l’énerver ... Comme d'habitude ! Mais peut être que finalement... Il n'avait pas tout à fait tors !

Ce n'était pas de sa faute... Elle avait envie de savoir... Tout le temps ! Alors elle posait des questions. Elle avait tellement envie d'en savoir plus sur Louis, et il était si pu loquace quand il s'agissait de lui... Bref ce n'était pas entièrement de sa faute, il n'avait qu'à pas être aussi avare de paroles !

- Donc...! On va faire un truc. A chacune de tes questions répondues, j'ai droit à un baiser d'accord? Tu m'en a posé deux.

*Oui non mais attends là ! T'imposes les règles et je n'ai pas le temps de dire quoi que ce soit ? Non mais je rêve. Cours toujours pour les baisers...*

- Alors oui, j'ai une petite sœur, elle est ici à Poudlard, elle a trois ans de moins que moi et s'appelle Héllia. Comme je te l'ai déjà dit, c'est ma petite protégée et quiconque lui ferait du mal aurait à faire à moi. Mais pour ça, elle te ressemble un peu, elle est forte et courageuse, elle se débrouille bien toute seule.

Une fille bien sûrement. Et est ce qu'elle le faisait tourner en bourrique, comme toute petite sœur qui se respectait ?

- Ma maman travaille à l'hôpital Ste-Mangouste, elle est guérisseuse et c'est elle qui nous a élevé après la mort de mon père. Lui était inventeur en mécanismes de sécurité magiques. C'est pour cette raison qu'il fut une cible privilégiée pour certains mages noirs. Mais ça, je n'ai pas envie d'en parler...

Le malaise...

*T'as le chic avec tes questions pourries toi !*


Jo s'en voulait, elle n'aurait jamais dû aborder ce sujet-là. Il avait beau essayé de le cacher, elle avait bien remarqué qu'il avait changé de ton et d'humeur. Il avait les yeux dans le vague et semblait perdu dans ses pensées. Pas besoin de sortir de Poudlard pour savoir qu'elle en était la cause. La mort de son père... Si seulement elle avait pu tenir sa langue et parler de la pluie et du beau temps!!

Jo regardait Louis, il n'avait plus les traits aussi détendus qu'avant. Il y avait une certaine mélancolie qui se dégageait de lui. Non... De la tristesse. Elle sentit son coeur se serrer. Ça faisait mal de le voir ainsi.

- Bref, tu me dois deux bisous...

À peine eu t il terminé sa phrase que Jo s'approcha de lui sur les genoux. Elle prit son visage entre ses mains et lui embrassa le front. C'était le premier bisou. Elle voulait faire disparaître cette souffrance qu'elle pouvait voir dans son regard, et elle ne savait pas quoi faire d'autre mise à part ça. Parler ? Qu'est-ce qu'elle pouvait bien lui dire... Il n'y avait rien à dire... Alors qu'un baiser...

Elle colla son front au sien, se mordit nerveusement la lèvre avant de trouver les siennes. La dernière fois, elle n'avait pas eu le temps de réagir, il n'avait donc pas pu se rendre compte à quel point elle avait apprécié l'instant et au combien elle aurait voulu que ça ne se termine pas aussi vite. Si ce baiser pouvait, l'espace d'un instant, atténuer la douleur qu'elle venait de réveiller. Ses mains avaient glissé doucement vers sa nuque, puis vers ses cheveux... Il fallait qu'elle arrête... Maintenant !

*Ben je serais toi, j'arrêterai de lui poser des questions, ça va partir en suçacide tout ça...*

Elle se détacha un peu de lui et le fixa un instant avant de murmurer.

- Je suis désolée, je n'aurais pas dû insister. Excuse moi.

Une mèche de cheveux de Louis lui tombait négligemment sur le visage. Si en plus elle le décoiffait... Elle la fit basculer en arrière, pour ne plus qu'elle le gène. Il fallait qu'elle arrête de le regarder. Sinon elle allait reprendre là où elle s'était arrêtée.

Elle se pencha pour prendre un macaron et mordit dedans. Parfum noix de coco.

- Hum... Orgasmique !

Puis elle se rassit juste en face de Louis.

- T'en veux ?

Elle lui tendit innocemment la moitié restante.
Louis Varik
Louis Varik
Serpentard
Serpentard
Année à Poudlard : Aucune année renseignée

Matière optionnelle : Pas encore disponible

Spécialité(s) : - Permis de Transplanage


Salle de classe de la Tour d'Astronomie Empty
Re: Salle de classe de la Tour d'Astronomie
Louis Varik, le  Sam 3 Fév - 13:08


Lueurs sous la pluie



LA mutuel accordé pendant toute la durée du RP




- Je suis désolée, je n'aurais pas dû insister. Excuse moi.

Jo semblait vraiment navrée d'avoir abordé le sujet, il est vrai que le jeune garçon y était toujours assez sensible, mais à l'heure actuelle, il n'était pas question de se laisser aller dans ce genre de discussion. Il était ici, dans la tour d'astronomie pour profiter du moment en sa compagnie. Elle, souhaitait sans doute également changer de sujet de conversation car elle venait de se ruer sur les macarons à sa disposition.

- Hum... Orgasmique ! Tu en veux?

Louis regarda le jeune fille amusé. Concernant la nourriture, il l'avait cernée dès leur première rencontre et apparemment, ce soir, il ne s'était pas trompé.

- Non merci, tout ce qui se trouve ici est pour toi. Tu sais bien, le sucre et moi... Et ne t'inquiète pas, aucun souci pour ta précédente question.

Il repris une gorgée de sa Bierraubeurre, ferma les yeux et respira calmement. Il avait l'habitude d'être dans cette salle rarement occupée, il l'a considérait comme son refuge quand l'envie de silence le prenait, quand son esprit vagabondait à la recherche de calme et de sérénité. C'est la première fois qu'il montait ici avec quelqu’un, en général seul un livre l'accompagnait.
A nouveau il s'évada, emmené par le martèlement de la pluie.
Lorsqu'il ouvrit les yeux, il vit la jolie brune achever son macaron en le regardant. Les jeux de lumière sur son visage accentuaient son charme envoûtant. Encore une fois, son regard plongea sur son cou dénudé. Était-ce l'effet de sa boisson?

*Non, pas avec une seule... C'est juste que... Oh et puis zut!*

Louis se redressa, se mit à genoux et fit face à la Gryffondor en face de lui. Il lui attrapa les deux poignets, et de la façon la plus douce dont il était capable, bascula la jeune fille en arrière. Il se retrouva au dessus d'elle, couché sur l'épaisse couverture. Fixant Joséphine, sans relâcher ses mains, il entreprit sa lente descente le long de son visage. Un baiser sur le front pour commencer, respirant les effluves de ses longs cheveux bruns. Puis sous ses lèvres il découvrit l'entièreté du visage de la belle brune, passant du bout de son nez à ses lèvres. Il s'attarda quelques instants sur ces dernières, mordillant tendrement celles-ci avant de continuer la découverte du corps de la jeune fille. Vint alors ce qu'il cherchait, se laissant glisser le long de son menton, Louis plongea vers le cou de Jo. Là était rassemblé toute la douceur et toutes les fragrances qui l'attiraient chez elle. Il y déposa quelques doux baisers, mordillant de temps à autre le fine peau qui glissait sous la sienne...

Il lâcha enfin les poignets de sa "victime", se redressa puis à nouveau fixa celle qui se trouvait sous lui.

- Désolé, mais... C'est ta faute...!



Josephine Campbell
Josephine Campbell
Gryffondor
Gryffondor
Année à Poudlard : Aucune année renseignée

Matière optionnelle : Pas encore disponible

Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Salle de classe de la Tour d'Astronomie Empty
Re: Salle de classe de la Tour d'Astronomie
Josephine Campbell, le  Dim 4 Fév - 9:26

Il n'allait pas manger un seul macaron ? Alors elle allait devoir tout avaler toute seule ? Elle allait se transformer en meringue à force d'ingérer autant de sucre ! Ou en marshmallow, parce que son corps allait bientôt ressembler à quelque chose dans le genre à force. Tout blanc et tout mou.

Elle laissa ses yeux se promener sur Louis alors qu'elle mangeait petit bout par petit bout son macaron.

*Pff ce qu'il est beau...*

Pas que ! Mais sa conscience avait tout de même raison. C'était assez contradictoire, mais d'extérieur il semblait assez dur et froid, sûrement à cause de sa carrure imposante, son visage fermé et ses yeux perçants. Mais à l'intérieur, il était tout doux, gentil et attentionné.

*Et il est patient !*


Oui patient aussi. Parce qu'elle le savait qu'elle n'était pas un cadeau. Elle était bornée, impulsive et farouche. Et il n'avait pas l'air de prendre la fuite pour autant. Et puis elle se posait aussi énormément de questions. Il lui avait manqué pendant ces deux semaines. Elle avait trouvé le temps très long. Elle n'avait pas pu se retenir de le prendre dans ses bras à son arrivée dans cette pièce et avait ressenti mille choses en l'embrassant, et pourtant, elle n'osait pas encore se lâcher.

Il était perdu dans ses pensées et elle le regardait le regard dans le vague, tout en se demandant si elle arriverait vraiment à faire marche arrière si elle se lançait à corps perdu dans cette relation. Ou alors est ce que c'était déjà trop tard ?

Louis tourna la tête dans sa direction, il semblait être revenu parmi eux. Même ça, ça ne la dérangeait pas. Elle qui avait horreur du silence ... Elle s'était déjà habituée à ceux de Louis et à ses moments d'égarement et elle n'y trouvait rien à redire. Au contraire, elle les aimait ces moments. Quand ils venaient de lui, ils avaient quelque chose d'apaisant et de rassurant.

Qu'est-ce qu'il était en train de se passer ? Est ce qu'elle pourrait faire marche arrière ?

Il ne l'avait pas lâché des yeux et elle avait vu son regard dévié doucement, comme tout à l'heure. Et cette fois-ci, alors qu'elle venait de finir son macaron, elle comprit qu'il n'allait pas se contenter de ça. Elle aurait pu mettre le halte-là et lui demander d'arrêter, mais elle se laissa prendre au piège. Il l'avait allongé sur le dos et s'était mis au-dessus d'elle et elle s'était laissée faire. Il gardait ses mains prisonnières, craignant peut être une mutinerie de sa part. Si elle n'était pas envoûtée à ce point, c'est peut-être ce qu'elle aurait fait, mais elle avait envie de le sentir près d'elle encore. Ses baisers... Ils avaient un pouvoir sur elle. Un quelque chose qui lui faisait perdre pied.

Puis doucement, il glissa vers son cou, l'endroit qu'il avait tant convoité. Elle ne savait pas pourquoi, mais cet endroit-là était particulier. Quand il l'effleurait de ses lèvres, elle se sentait fondre et partir. Son esprit s'envolait ailleurs. Où, elle ne savait pas, mais c'était un endroit où il n'y avait que Louis et elle et plus rien d'autre autour.

Il jouait avec sa peau et avec ses sens alternant baisers et petites attaques à coup de dents et elle n'arrivait toujours pas à se débattre ou à dire quelque chose. Seul, un soupire réussi à sortir de sa bouche et il était clair que ça n'avait rien d'in signe sous-entendant qu'elle avait envie qu'il arrête.

Puis il se redressa abandonnant ses poignets et son cou. Elle se sentit revenir peu à peu sur cette couverture, au milieu de cette pièce éclairée par quelques bougies. Et elle était troublée et sentait ses yeux chauffer. Elle ignorait si c'était parce qu'il avait interrompu un moment qu'elle n'avait pas envie qui se termine ou si c'était parce qu'elle venait de se rendre compte qu'il pouvait déjà faire ce qu'il voulait d'elle.

- Désolé, mais... C'est ta faute ...!

Sa petite phrase provocatrice tombait à pic. ça lui donnait une occasion de s'échapper sans qu'il s'aperçoive qu'elle était totalement bouleversée. Et il fallait surtout qu'elle se calme parce que ses yeux n'allaient sûrement pas tarder à évacuer le trop-plein de larmes.
Elle fronça les sourcils et posa ses mains sur le visage du jeune homme de façon à ce qu'il ne puisse plus la voir et le força à tourner la tête sur le côté.

- T'es un goujat, on te l'a déjà dit ?

Puis elle en profita pour se remettre assise et prétexta une soudaine envie de macaron pour lui tourner le dos quelques secondes. Elle faisait semblant de prendre son temps de choisir, mais en fait elle fermait les yeux et tentait de calmer les pulsations de son cœur. Elle devait prendre sur elle et tenter de reprendre le dessus. Elle prit la première pâtisserie qui venait et se mit à boire la moitié de son verre de bieraubeurre.

Et je te colle un sourire sur le visage qui veut dire que tout va bien dans le meilleur des mondes et c'est reparti !

- Tu viens de perdre ton droit à un bisou par question.

Elle n'avait pas dit cela que pour l'embêter, mais elle devait essayer de poser des limites... Qu'elle n'était pas certaine de respecter, mais bon...

*Allez dit quelque chose avant de le supplier de recommencer ! Vite !*


- Tu as déjà eu des petites copines avant ?

Pourquoi elle avait demandé ça... Elle ne savait pas vraiment si elle voulait connaître la réponse. Mais il avait l'air de savoir ce qu'il faisait alors que elle hésitait tout le temps et ne pouvait s'empêcher de trembler légèrement à chaque fois qu'elle le touchait.
Louis Varik
Louis Varik
Serpentard
Serpentard
Année à Poudlard : Aucune année renseignée

Matière optionnelle : Pas encore disponible

Spécialité(s) : - Permis de Transplanage


Salle de classe de la Tour d'Astronomie Empty
Re: Salle de classe de la Tour d'Astronomie
Louis Varik, le  Lun 5 Fév - 12:36


Lueurs sous la pluie



LA mutuel accordé pendant toute la durée du RP



- T'es un goujat, on te l'a déjà dit ?

* Hum, non, à priori c'est la première fois, mais... Elle n'avait pas l'air de détester, si? *

- Tu viens de perdre ton droit à un bisou par question. Tu as déjà eu des petites copines avant ?

Jo venait de poser cette question comme si l'instant la gênait, est-ce qu'elle souhaitait vraiment une réponse à cette question? Était-ce vraiment ce qui lui trottait dans la tête à ce moment?
Louis, prit son temps pour répondre, il savait que ce genre de demande pouvait être à double tranchant, qu'en fonction de la personne présente en face de lui, aucune des réponses ne pouvait satisfaire.
Il se rassit en tailleur, résigné par la fin du moment complice partagé un peu plus tôt. Il aurait préféré continuer, la voir lui sauter au cou et à nouveau profiter de chacun des centimètre de son corps, mais elle en avait décidé autrement et s'il ne voulait pas lui manquer de respect, il devait se soumettre à ses attentes et envies.
Le jeune garçon amena son verre à ses lèvres, un sourire au lèvre il répondit :

- Depuis quand tu décides des règles? Ça fait une question supplémentaire, ça fera à nouveau un bisou. Tes règles seront celles imposées lorsque tu seras en charge de l'organisation de notre prochaine rencontre...

* Bon, voilà, comme ça au moins, je m'assure presque de la revoir bientôt. *

- Sinon, pour répondre à ta question, je n'ai pas encore eu de véritables copines, l'une au l'autre aventure oui, plus artificielles qu'autre chose mais rien de sérieux.

Il but une nouvelle gorgée pour achever son verre de Bierreaubeurre, regarda la belle brune assise en face de lui, et ajouta, l'air mutin :

- Mais peut-être que c'est moi qui ne correspondait pas, qui suis trop compliqué, trop taciturne pour être avec quelqu'un, peut-être que je lasse les filles qui me côtoient? Je ne sais pas, je ne collectionne pas les conquêtes...


Louis se redressa, mais cette fois ce n'était pas pour fondre sur Jo comme il l'avait fait auparavant. Même s'il le souhaitait plus que tout à ce moment, il ne souhaitait pas trop bousculer l'attitude plus réservée qu'elle avait adopté. Il se remit debout, s'éloigna de la jeune fille et se pencha vers la fenêtre, regardant le vent s'engouffrer dans les arbres du parc, la lac martelé par des milliers de gouttes à sa surface, le tout dans un mélange aussi mélancolique que poétique.
Peut-être ne voulait-il pas avoir de réponses à sa question, mais il ne put s'empêcher de la poser :

- Et toi? Tu sembles bien plus extravertie que moi, je suppose que notre relation naissante est choses commune pour toi?

Tournant toujours le dos à la belle brune, il s'étira avant de se replonger dans ses pensées. C'était plus fort que lui, à peine posait-il une question qu'une multitudes d'autres demandes lui venaient à l'esprit. Le temps de faire le tri dans sa tête, il paraissait absent, rêveur et impassible. Son regard se perdit vers le parc de l'école.

* Et si c'était moi le souci? Et si mes habitudes et mon comportement étaient simplement incompatible avec une relation sérieuse? Oui..; peut-être, surement... Mais alors, ça impliquerait aussi que je perde Jo...? *



Josephine Campbell
Josephine Campbell
Gryffondor
Gryffondor
Année à Poudlard : Aucune année renseignée

Matière optionnelle : Pas encore disponible

Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Salle de classe de la Tour d'Astronomie Empty
Re: Salle de classe de la Tour d'Astronomie
Josephine Campbell, le  Lun 5 Fév - 16:12

Louis ne répondit pas tout de suite à sa question. Elle ne savait pas vraiment si c'était de bon ou mauvais augure. En même temps, s'il avait déjà eu des petites copines avant, où était le problème ? Elle ne pouvait pas lui demander de n'avoir rien vécu avant elle franchement. Et puis, il fallait se rendre à l'évidence, elle ne pouvait pas être la première à attirer son attention. Il était tellement... Lui.

Enfin, en tout cas, elle avait réussi sa diversion, il ne cherchait plus à lui sauter dessus et elle n'était plus sur le point de craquer. Enfin moins qu'avant... Elle essayait de s'en convaincre en tout cas. S'il connaissait ses attentes et ses envies, là en ce moment, il remettrait peut-être même une petite séance de "tu es ma prisonnière et je vais te manger".

- Depuis quand tu décides des règles ?

Elle avait envie de lui répondre "depuis toujours" juste pour l'embêter et jouer à merveille son rôle de petite insubordonnée, mais elle n'était pas certaine que ce type de comportement soit très adapté lorsqu'on essayait de calmer des hormones en plein ébullition alors elle ne dit rien.

-Ça fait une question supplémentaire, ça fera à nouveau un bisou. Tes règles seront celles imposées lorsque tu seras en charge de l'organisation de notre prochaine rencontre...

"Dictateur!" Il arrivait à lire ça là dans ses pensées ? Et un peu qu'elle allait organiser leur prochaine rencontre ! Comme ça, elle pourrait faire tout ce qu'elle voudrait. Elle avait déjà sa petite idée en tête d'ailleurs...

*Ah non pas ça ! Là, c'est sure que ca va finir en eau de boudin !*

- Sinon, pour répondre à ta question, je n'ai pas encore eu de véritables copines, l'une au l'autre aventure oui, plus artificielles qu'autre chose, mais rien de sérieux.

C'était totalement stupide de se sentir soulagée ? Et d'espérer être la première ?

- Mais peut-être que c'est moi qui ne correspondait pas, qui suis trop compliqué, trop taciturne pour être avec quelqu'un, peut-être que je lasse les filles qui me côtoient ? Je ne sais pas, je ne collectionne pas les conquêtes...

Que lui ait un problème ? Franchement, elle en doutait.

Louis se mit debout et alla regarder le déluge qu'il y avait dehors par la fenêtre. Il lui tournait le dos, elle ne put s'empêcher de penser qu'elle n'aimait pas cette distance qu'il venait de mettre entre eux. Tout à l'heure, alors qu'il l'embrassait, c'était beaucoup trop près, mais maintenant, il était beaucoup trop loin d'elle.

*Faut savoir ce que tu veux !*


Agacée par sa conscience, elle mordit dans le macaron qu'elle avait choisi un peu plus tôt. Framboise.

- Et toi ? Tu sembles bien plus extravertie que moi, je suppose que notre relation naissante est choses commune pour toi ?

*J'ai le droit de rire maintenant où j'attends encore un peu?!*

Elle se demandait d'où il pouvait sortir un truc pareil. Alors oui, elle était un peu expansive... Beaucoup, mais sur une échelle de un à dix, si on devait lui donner un niveau sur ce thème-là, Jo se rapprocherait plus du néant. Le vide intersidéral. Le trou noir. La première fois qu'on l'avait embrassé, c'était une fille qui l'avait fait et c'était Ellana... Et la première fois qu'elle avait embrassé un garçon, c'était il y a deux semaines dans des vestiaires. Les flirts, les amourettes, tout ça n'avait jamais fait partie de sa vie jusque-là et elle n'y avait même jamais porté un grand interet.

Personne n'avait réussi à lui faire passer le cap... Jusqu'à ce qu'un certain jeune homme vienne sur son lieu de travail et l'invite à boire un verre.

Est ce qu'elle devait lui dire tout ça? Peut-être pas tout... Mais pas de si loin en tout cas...
Elle se leva et s'approcha de Louis lentement.

*Pourquoi tu ne remets pas tes chaussures ? C'est froid la pierre par terre !*

- Peut-être que les filles que tu as rencontrées jusque-là étaient incapables de se rendre compte de la chance qu'elles avaient de te connaître. Tu ne t'es jamais dit que le problème pouvait venir d'elles ? Pour le peu qu'il m'a été donné de voir pour le moment, je ne trouve rien à y redire... J'aime ta façon d'être...

Elle s'était arrêtée à quelques mètres de lui et il lui tournait toujours le dos.

- Quant à moi, contrairement à ce que tu pourrais penser, je n'ai jamais rien connu de tel. Je n'en ressentais pas le besoin. J'avais mes amis et ma petite vie me suffisait comme elle était... Tu... as changé tout ça... Maintenant, je pense à toi tout le temps et ça... Ça me fait peur...

Elle avait dit tout ça la tête baissée, car au cas où il aurait décidé de se tourner vers elle et de plonger ses yeux dans les siens, elle aurait perdu le fil.

*C'est de la trahison de dire que tu crèves d'envie de l'embrasser là ?*

Jo eut un petit rire nerveux.

- Maintenant qu'on a répondu à une question chacun, ça se passe comment ? On s'embrasse chacun notre tour ou bien...


*Oui, ou bien...*
Louis Varik
Louis Varik
Serpentard
Serpentard
Année à Poudlard : Aucune année renseignée

Matière optionnelle : Pas encore disponible

Spécialité(s) : - Permis de Transplanage


Salle de classe de la Tour d'Astronomie Empty
Re: Salle de classe de la Tour d'Astronomie
Louis Varik, le  Lun 5 Fév - 17:19


Lueurs sous la pluie



LA mutuel accordé pendant toute la durée du RP



Jo venait de se livrer, c'était la première fois qu'elle le faisait vraiment. C'était aussi la première fois qu'elle lui exprimait clairement le fond de sa pensée, ses craintes et ses peurs.
Elle venait de balayer d'un revers de main ses dernières idées, peut-être était-ce les autres filles qui ne voyaient pas la réalité, c'est vrai. Mais ça il en doutait sérieusement, Louis était parfaitement conscient de l'image qu'il renvoyait, de la crainte de certains, de son arrogant maintient. Il n'en avait cure, l'avis des autres ne le préoccupait pas le moins du monde. Peut-être aussi était-ce ce détachement qui agaçait? Quoi qu'il en soit, il ne changerait pas dans le but de bénéficier de meilleurs retours de la part de personnes pour lesquelles il ne manifestait pas le moindre intérêt.
Quant à Jo, disait-elle la vérité ou était-ce seulement pour éviter le sujet de ses éventuelles précédentes conquêtes? Non, Louis lui faisait confiance, elle avait toujours parlé pour le moment avec une profonde sincérité et il ne voyait pas pourquoi elle lui cacherait ce genre d'information.

* Si elle avait sa petite vie qui lui convenait, pourquoi ne pas continuer à vivre de la sorte? Pourquoi s'encombrer de quelqu'un d'aussi compliqué que moi? Est-ce bien pour elle de me côtoyer? *

Le jeune garçon observait toujours avec attention la parade pluviale se déroulant sous ses yeux. Quelle douce mélancolie que de se retrouver à l'abris des éléments, pouvoir observer les ombres du parc se mouvoir sous les bourrasques.
S'il avait été seul, il se serait sans doute allongé sur l'épaisse couverture jonchant le sol de pierre, fermé les yeux avant de s'échapper vers les paysages oniriques de son esprit.

Mais Joséphine était derrière lui, et ce qu'elle venait de dire le sortit de sa torpeur.

- Maintenant qu'on a répondu à une question chacun, ça se passe comment ? On s'embrasse chacun notre tour ou bien...

L'image de la jeune gille reprit le pouvoir dans sa tête, elle recouvrait tout ce qui existait auparavant, toutes ses idées, ses pensées, ses rêves furent balayés par la vision de leur étreinte quelques minutes auparavant. Même s'il souhaitait ardemment recommencer, sentir la peau de la belle brune sur la sienne, ses mains découvrant son corps, il ne voulait pas brusquer l’instant présent, rompre ce qui était en cours de construction. Il ne savait pas si elle souhaitait la même chose et lui forcer la main n'était pas dans ses plans.

* Tu l'as déjà fait tout à l'heure, je dois te rappeler que tu lui as sauté dessus sans lui laisser le choix? *

D'une simple œillade derrière lui, toujours appuyé sur le rebord de la fenêtre le jeune garçon répondit enfin :

- Jusqu'à preuve du contraire, tu n'avais pas mis de règles, si? Il me semble que c'était la mienne, et donc TU me dois un bisou...

Puis, repensant à ce qu'elle avait dit auparavant, il ajouta un sourire taquin au coin des lèvres :

- Tu as peur de ce qui se passe? Impose tes propres règles, ça fait moins peur quand tu as un fil conducteur, essaye,
il est impossible de dire si ça plait ou pas lorsqu'on a pas essayé. Tant que c'est fait de manière extraordinaire, un essais est toujours concluant...





Josephine Campbell
Josephine Campbell
Gryffondor
Gryffondor
Année à Poudlard : Aucune année renseignée

Matière optionnelle : Pas encore disponible

Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Salle de classe de la Tour d'Astronomie Empty
Re: Salle de classe de la Tour d'Astronomie
Josephine Campbell, le  Lun 5 Fév - 22:00

Il ne se retournait pas et regardait toujours par la fenêtre. Il avait l'air d'apprécier le spectacle dehors. Et elle, elle était là en train de l'admirer lui. Elle approcha encore d'un pas. Elle était à un mètre de lui maintenant tout au plus. Elle se demandait ce qu'il y avait de différent chez lui. Pourquoi tout ce chamboulement était en train d'arriver à cause de lui ? De toute façon, il allait bien falloir s'y faire. Elle avait un milliard de questions et aucune réponse. La seule chose qu'elle savait là, c'était qu'elle aurait bien aimé regarder ce qu'il se passait dehors à ses côtés. Ne rien dire, juste être avec lui.

Elle ce n'était pas la pluie qu'elle appréciait le plus, mais l'orage. L'orage qui gronde après une journée de chaleur écrasante. L'orage qui peut menacer pendant des heures et qui soudainement décide de se déchaîner alors que plus personne n'y croit. Le vent chaud qui fait danser les arbres, les éclairs qui illuminent le ciel. On était en plein hiver là, et pourtant elle aurait bien aimé entendre le tonnerre. Il se marierait bien avec la pluie de Louis là non ?

*Retourne toi Louis, retourne toi. Maintenant qu'est ce qu'on fait ?*

- Jusqu'à preuve du contraire, tu n'avais pas mis de règles, si ? Il me semble que c'était la mienne, et donc TU me dois un bisou...


Oui un bisou... Mais, Jo se demandait si elle arriverait à ne se contenter que de ça. Elle avait beau essayer de se calmer, fermer les yeux, se distraire avec des pâtisseries, rien n'y faisait. Il s'était éloigné d'elle, et elle ne le supportait tellement pas qu'elle s'était immédiatement rapproché. Elle devait bien se rendre à l'évidence. Elle ne gérait plus rien, il avait pris le contrôle de son esprit et elle s'entêtai de croire qu'elle pouvait encore résister.

- Tu as peur de ce qui se passe ? Impose tes propres règles.


*Ben il ne venait pas de dire qu'il avait le monopole des règles ce soir ? Ou alors c'était peut-être juste le monopole des bisous...*


-ça fait moins peur quand tu as un fil conducteur, essaye, il est impossible de dire si ça plaît ou pas lorsqu'on a pas essayé. Tant que c'est fait de manière extraordinaire, un essai est toujours concluant...

De manière extraordinaire ? Qu'est-ce qu'il voulait dire par là ?
Toujours était-il qu'elle se répétait ses mots dans sa tête. Pesant le pour et le contre. Se lancer. Ou reculer.
Puis un éclair éclaira soudainement la pièce. Puis elle entendit le grondement sourd du tonnerre au loin. C'était un signe ça ? Ou juste le hasard ?

De toute façon, c'était trop tard. Elle avait déjà attrapé la main de Louis, pour l'obliger à se tourner vers elle. Elle sentait son cœur battre à cent à l'heure. Ce qu'elle s'apprêtait à faire, c'était bien au-delà de tout ce qu'elle s'était imaginé de faire ce soir. Elle saisi le visage de Louis dans ses mains se mit sur la pointe des pieds puis l'embrassa. Au cours du baiser, ses mains descendirent lentement sur son cou et ses épaules. Puis sans cesser de l'embrasser, elle donna une petite impulsion sur ses pieds et passa ses jambes autour de la taille de Louis.

*Comme ça sans prévenir ?*


Oui sans prévenir. Mais là elle avait décidé d'écouter ses envies sans se poser de question alors conscience ou pas, elle ne l'entendait plus désormais.

Pour une fois, elle était plus grande que lui et elle avait bien l'intention d'en profiter. Elle allait pouvoir mener la danse à présent. Imposer ses règles (ndlr : ouais, ce n'est pas sa soirée et elle fait pas ce qu'elle veut... Mais Jo elle s'en fiche d'abord !), c'était bien ça qu'il venait de lui dire de faire non ? Elle avait besoin de lui montrer tout ce qu'il avait créé chez elle et tout le bazar qu'il avait mis.
Elle l'embrassait comme si sa vie en dépendait et y mettait autant de passion que possible. Elle ne pensait plus à rien d'autre qu'à lui. Lui et ses lèvres qu'elle se mettait à torturer tout comme il l'avait fait un peu plus tôt.

Après un petit moment de douce vengeance, Jo resserra son étreinte autour de ses épaules et de sa taille. Elle sentait les larmes remonter doucement. Elles n'étaient jamais parties, elles avaient juste attendu patiemment leur entrée en scène. Quelque chose allait exploser en elle, elle en était certaine. Jamais encore, elle n'avait ressenti autant de choses à la fois. C'était fort, enivrant à un point qu'elle ne savait pas si elle allait y survivre. Elle avait besoin de le sentir près d'elle, vraiment très près, de passer ses doigts dans ses cheveux, de l'embrasser juste en dessous de l'oreille, sur le coin de la bouche.

Elle sentit une larme perler, au coin de son œil puis tel une traîtresse glisser le long de sa joue afin de montrer son existence que Jo aurait voulu garder secrète. Elle cacha alors son visage dans le cou de Louis et y étouffa un soupire. Puis elle releva la tête et reprit possession de ses lèvres une dernière fois, plus calmement cette fois avant de reculer son visage du sien.

- Je suis désolée, mais... c'est ta faute...


Retour à l'envoyeur.

- Je t'ai écouté et j'ai essayé. Et je crois que maintenant... je n'arriverais plus à m'arrêter.
Louis Varik
Louis Varik
Serpentard
Serpentard
Année à Poudlard : Aucune année renseignée

Matière optionnelle : Pas encore disponible

Spécialité(s) : - Permis de Transplanage


Salle de classe de la Tour d'Astronomie Empty
Re: Salle de classe de la Tour d'Astronomie
Louis Varik, le  Mar 6 Fév - 11:47


Lueurs sous la pluie



LA mutuel accordé pendant toute la durée du RP



Une main sur son bras, légère rotation vers Joséphine, de douces lèvres qui viennent effleurer les siennes. C'était l'entrée en matière de Jo quand Louis lui avait simplement signalé qu'il fallait parfois essayer de nouvelles choses. Et autant le dire, c'était radical mais loin de déplaire au jeune garçon.
Un éclair venait de traverser la pièce et avait semblé servir de déclic pour la Gryffondor. Louis se satisfaisait de la situation, sentir à nouveau le contact avec la belle brune lui remettait tous les sens en émoi, il appréciait les mains de la jeune fille dans ses cheveux, ses baisers langoureux l'envoyaient littéralement dans un autre monde.
A sa surprise, d'une légère impulsion, elle se retrouva à sa hauteur, ses jambes autour de sa taille, continuant son inlassable baiser. Il ressentit l'étreinte de la jolie brune se resserrer, et son visage plongea dans son cou. S'ensuivit un long soupire puis enfin quelques mots :

- Je suis désolée, mais... c'est ta faute...

* Bon ok, celle-là je ne l'aie pas volée. *

- Je t'ai écouté et j'ai essayé. Et je crois que maintenant... je n'arriverais plus à m'arrêter.

Un large sourire s'étira sur le visage de jeune homme, il avait la fille qui hantait ses nuits et monopolisait ses pensées accrochée à son cou et tout ce qu'elle trouvait à lui dire c'était qu'elle croyait ne plus savoir arrêter, ce qui le rendait fou d'elle.

- Si tu arrêtes ça, je ne veux plus te voir...!

Puis, soulevant à nouveau la belle brune, il lui rendit son long baiser. Elle était toute légère et ça ne lui posait pas le moindre souci de se retrouver dans cette situation.
Emmené par les pulsions naissantes suite à cette prise d’initiative inopinée, ses mains se mirent à découvrir un peu plus le corps de Jo, passant sous le pull de celle-ci il profita pleinement de la sensation qu'offrait la douceur de sa peau sous ses mains.
Tout en mordillant la lèvre inférieure de la jeune fille, ses caresses s’accélérèrent, passant par intermittences de son dos à ses cuisses. Louis se dirigea à nouveau vers l’endroit où était disposée la couverture, y déposa Joséphine, et se dressant devant elle, la regarda allongée devant lui, il voulait à ce moment s'imprégner d'elle au maximum, garder en tête cet instant magique afin de na pas en oublier le moindre fragment.
Il se redirigea ensuite vers son visage, le couvrant de doux baisers, emmagasinant toutes les informations sensorielles qu'il était possible de conserver, mémorisant toutes les formes de son faciès. Il redescendit vers son cou, inspira profondément, inhalant toutes les fragrances de la jeune fille.
Puis ses mains glissèrent vers ses hanches, suivant le chemin de ses courbes, avant de remonter vers son ventre. Il passa sa main sous le vêtement de la belle brune, profitant du toucher chaleureux que celui-ci procurait. Un frisson parcouru son corps, tous ses sens étaient maintenant en effervescence, il en voulait plus, toujours plus, beaucoup plus. Il remonta, lui mordilla le lobe de son oreille droite et lui chuchota, de manière presque inaudible :

- Tu me rends dingue, quel sortilège m'as-tu lancé?



Josephine Campbell
Josephine Campbell
Gryffondor
Gryffondor
Année à Poudlard : Aucune année renseignée

Matière optionnelle : Pas encore disponible

Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Salle de classe de la Tour d'Astronomie Empty
Re: Salle de classe de la Tour d'Astronomie
Josephine Campbell, le  Mar 6 Fév - 20:05

Elle ne savait pas pourquoi elle avait chaud comme ça. C’était ce pull qu’elle portait ou bien les caresses de Louis de plus en plus pressantes qui en était la cause ? Ou alors peut être que c’était tout simplement ce qu’il venait d’enclencher. Ses mains se baladaient sur son corps. Il avait trouvé le moyen de les glisser sous ses vêtements et elle n’arrivait pas à lui dire d’arrêter. Bien au contraire, elle l’encourageait à continuer en approfondissant son baiser tellement la sensation était agréable. Elle était plongée dans l’inconnu et ne savait pas ce qui l’attendait, personne ne l’avait jamais touchée de cette façon, et pourtant elle n’avait pas peur. Elle ne savait pas vraiment qu’elle en était la cause. Peut-être que c’était lui, ses caresses, son odeur. Son contact la rassurait quelque part, et balayait toutes les craintes qu’elle pouvait avoir. Elle savait qu’elle pouvait lui faire confiance et qu’elle serait incapable de lutter contre le tsunami d’émotions qu’il provoquait en elle.

Alors qu’elle était toujours accrochée à lui, de la même façon que pouvait l’être un koala à un arbre, Louis fit quelque pas dans la pièce et l’allongea sur la couverture. Il la regarda un moment. Assez de temps pour qu’elle sente ses joues rougir. Elle se demandait à quoi il pouvait penser la tout de suite. Son regard était si intimidant. Avant qu’elle ne puisse lui demander, il se pencha sur elle et lui embrassa le visage de mille baisers. Elle ne put s’empêcher de sourire à ce geste tout ce qu’il y avait de plus tendre.

Puis il descendit vers son cou et elle le sentit inspirer profondément. Elle ignorait si c’était parce qu’elle était à fleur de peau mais ce souffle d’air faillit lui déclencher un éclat de rire, des frissons lui parcourraient tout le corps, elle ressentait tout à mille pour cent. Mais c’était sans compter sur les mains de Louis, qui suivaient les lignes de son corps et qui avaient retrouvé le chemin qui menait jusqu’à sa peau. Les siennes étaient restées sage jusque-là, se contentant de rester sur son dos, ses épaules, sas bras et dans ses cheveux.

*J’ai le droit d’intervenir ?*


Un sourire vient à naitre sur ses lèvres en guise de « va te faire voir ».

- Tu me rends dingue, quel sortilège m’as-tu lancé ?


Qu’est-ce qu’elle pouvait dire de lui ? Il lui avait mis quoi dans son verre le soir où ils s’étaient rencontrés ? Pourquoi il pouvait faire ce qu’il voulait d’elle ? Si ça continuait ainsi elle allait…

*Et là maintenant, je peux dire quelque chose ?*

Jo l’obligea à relever la tête pour pouvoir le regarder dans les yeux. Elle caressa sa joue de sa main gauche et posa sa main droite sur le flanc du jeune homme. D’un mouvement de bassin, elle lui intima l’ordre de rouler sur le dos de façon à ce qu’elle se retrouve au-dessus, à califourchon sur lui.

- C’est toi. Tu m’as droguée.

Jo pouvait passer ses doigts sur le torse du jeune homme à sa guise. Elle suivait ses courbes pour les apprendre par cœur. Puis lentement elle revint sur son cou et son visage. Elle se pencha sur lui l’embrassa sur les lèvres. Elle dut faire un effort surhumain pour ne pas faire durer ce moment encore et encore.

- Peut-être qu’on devrait …

*Prendre une douche froide !*

- Prendre le temps de respirer un peu…

*Il t’as même  fait oublier de respirer ?! Et ben !*

Elle ne savait pas comment lui faire comprendre qu’elle n’avait pas envie que ça s’arrête mais que d’un autre coté si elle n’y mettait pas un terme tout de suite, elle ne répondrait plus de rien. Et elle ne voulait pas faire ça là, dans cette salle de classe. Pas si vite. Elle prit une de ses mains dans les siennes et la porta à sa bouche pour l'embrasser.

- J'ai le droit de poser autant de question que je le souhaite maintenant ?


Son etreinte lui manquait deja... Bon sang, qu'est ce qu'il lui avait fait ?

Avec un petit sourire provocateur elle l'embrassa sur sa barbe juste au niveau du menton puis s'allongea sur lui. Sa chaleur, son odeur... elle ne voulait pas s'en défaire...
Louis Varik
Louis Varik
Serpentard
Serpentard
Année à Poudlard : Aucune année renseignée

Matière optionnelle : Pas encore disponible

Spécialité(s) : - Permis de Transplanage


Salle de classe de la Tour d'Astronomie Empty
Re: Salle de classe de la Tour d'Astronomie
Louis Varik, le  Mer 7 Fév - 11:50


Lueurs sous la pluie



LA mutuel accordé pendant toute la durée du RP



Jo se tenait à califourchon sur Louis, de cette manière, il pouvait voir toute la douceur de ses traits, l'envie de la prendre contre lui, de la serrer sans la relâcher devenait de plus en plus insistante.
Les doigts de la jeune filles parcouraient le torse massif de Louis, elle semblait pensive et mais ses joues rougies trahissaient leurs ébats quelques instants plus tôt.
Un nouveau baiser, l'une ou l'autre caresse perdue puis un air un peu plus sérieux sur son visage.

Peut-être qu’on devrait …


*Euh... Maintenant tu es sure? C'est que... J'en ai vraiment envie!*

- Prendre le temps de respirer un peu…

*Ah... Oui, ça aussi! Ou pas...*

- J'ai le droit de poser autant de question que je le souhaite maintenant ?

Le jeune garçon le savait, même si Jo restait assise sur lui de la sorte, la soirée commençait tout doucement à se conclure.
Il ne voulait pas la laisser partir, pas maintenant! Il accepterait même quelques questions si ça lui permettait de passer une heure en plus en compagnie de la jolie brune.
Celle-ci lui déposa un nouveau baiser au niveau du menton avant de s'allonger sur son torse. Là, à cet instant rien ne pouvait être plus apaisant.

- Tu peux poser autant de questions que tu le souhaites. Après je suppose que tu devras rejoindre ta salle commune et ton lit.

Même s'il était en général avare en paroles et n'aimait pas trop parler de lui, il ne se voyait pas lui refuser ce moment de partage. Louis s'imaginait leur séparation, la voir redescendre l'escalier alors que lui déciderait sans doute de passer la nuit dans cette salle vide. Il l'avait déjà fait à plusieurs reprises et les autres élèves partageant son dortoir dans les cachots avaient l'habitude de ne pas le voir rentrer pour la nuit.
A l'extérieur, la tempête se calmait tout doucement, la pluie s'abattait toujours sur les fenêtres, mais l’intensité était amoindrie. Il ne put s'empêcher de faire le rapprochement avec leurs actions de la soirée. Au plus fort des bourrasques, lorsque le tonnerre grondait et que les éclairs illuminaient le ciel, ils s'étaient entrelacés avec fougue, embrassés langoureusement. Maintenant, l'heure était au calme, tout s'était posé, eux aussi. Il sentait la lente respiration de Jo sur son torse et se demandait même si elle ne s'était pas assoupie?

*Ça serait une bonne chose, elle pourrait passer la nuit ici à mes côtés. Même si je pense ne pas trouver le sommeil ce soir.*


Contenu sponsorisé

Salle de classe de la Tour d'Astronomie Empty
Re: Salle de classe de la Tour d'Astronomie
Contenu sponsorisé, le  

Page 1 sur 3

 Salle de classe de la Tour d'Astronomie

Aller à la page : 1, 2, 3  Suivant

Permission de ce forum:Vous pouvez 
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Harry Potter 2005 :: ~¤~ Académie de Poudlard ~¤~ :: Les couloirs-

L'univers d'Harry Potter est la propriété de la Warner Bros ainsi que de J.K Rowling.
Tous droits réservés sur ce site ©Copyright Bureau RPG.