AccueilPortailFAQPublications internesRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Harry Potter 2005 :: ~¤~ Académie de Poudlard ~¤~ :: Cours :: Vol
Page 2 sur 3
Cours particuliers
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3  Suivant
Lizzie Bennet
Personnel de Poudlard
Personnel de Poudlard

Re: Cours particuliers

Message par : Lizzie Bennet, Jeu 17 Mai 2018, 18:15


Un peu dans le flou, j’essayais de me reconnecter avec la réalité. Nous étions donc dans un scénario d’entubage professionnel. Parce que bon, Baxter, Baxter… J’sais même pas qui c’est ce gars. Prof de potions tu dis ? Un petit nouveau qui envoie ses élèves voler chez moi ? Et comment il sait que j’ai une réserve dans le bureau ?

C’est pas comme si je sentais la bile de tatou quand même ! Ou peut-être que si. Cela fait bien longtemps que j’me suis habituée à ces odeurs ; peut-être que mes phéromones en sont devenus bien plus incommodants qu’à l’origine. Bigre ! Levant les yeux au ciel, je pétais un câble mi-théâtral, mi-désabusé. Ouais, débrouille-toi avec ça.

— Du coup, dans le cadre d’une retenue, on t’invite à un larcin, super. Va vraiment falloir songer à protéger la propriété intellectuelle, heureusement que ça fait un bout que je commercialise cette potion hein… Sinon, tu sais à quoi ça sert, le Compescit Liquide ?

J’oubliais un truc… De quoi elle avait parlé déjà ? Des trucs qui puaient ? Bon, au moins elle avait pas fait de commentaire sur l’odeur de mes aisselles, c’était un début, mais tout de même, ce point était à clarifier.

— Pour ce qui est de l’odeur… La cervelle de paresseux a des propriétés intéressantes en tant qu’engrais, mais je fais des recherches sur ses autres possibilités. Et même si ça a été récupéré sur un animal mort, tu ferais mieux d’en prendre soin. Ne t’arrête pas aux apparences premières des choses. Tu pourrais passer à côté de la vie elle-même.

L’air un peu impérieuse, j’attendis qu’elle ramasse sa bêtise. Ouais faut pas déc*nner, j'peux jouer les philosophes deux minutes mais j'compte quand même pas faire le ménage à sa place. Merlin, ces gens ne connaissent vraiment pas la juste valeur des choses. Quels incompétents.
Revenir en haut Aller en bas
En ligne
Isolde Hawkes
avatar
Gryffondor
Gryffondor
Année à Poudlard : Troisième année

Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Re: Cours particuliers

Message par : Isolde Hawkes, Lun 21 Mai 2018, 14:02


Le doigt toujours pointé en direction de la potion que Baxter lui avait prétendument demandé de récupérer, Isolde entendit la remarque circonspecte de la professeure de vol.
— Du coup, dans le cadre d'une retenue, on t'invite à un larcin, super. Oui, bon, ce n'était pas le meilleur mensonge du XXIIe siècle, pas la peine d'en rajouter. Va vraiment falloir songer à protéger la propriété intellectuelle, heureusement que ça fait un bout que je commercialise cette potion hein… Sinon, tu sais à quoi ça sert, le Compescit Liquide ?

La jeune lionne profita des deux dernières remarques pour se faire un peu oublier. Elle saisissait mal le concept de propriété intellectuelle, pour ne pas dire qu'elle ne comprenait pas du tout de quoi il s'agissait, mais elle fit semblant de maîtriser le sujet.
— Oh oui c'est important, hein, de la protéger. Ma mère me disait toujours ça avant de m'emmener à l'école. Ça passait yaourt. Vous vendez cette potion ? Mais vous avez le droit ? Je veux dire, l'inventeur est au courant quand même ? Isolde reporta son attention sur la fiole qu'elle avait désignée au pif. J'sais pas à quoi ça sert. 'Faut arrêter avec le latin, franchement !

C'est vrai, quoi ! La rouge et or avait parfois du mal avec sa propre langue maternelle, il était inutile d'en rajouter. Elle peinait en effet à retenir le nom des sortilèges et incantations – du moins, quand elle faisait l'effort d'essayer de se les rappeler.
— Pour ce qui est de l'odeur, reprit Bennet, la cervelle de paresseux a des propriétés intéressantes en tant qu'engrais, mais je fais des recherches sur ses autres possibilités. Et même si ç'a été récupéré sur un animal mort, tu ferais mieux d'en prendre soin. Ne t'arrête pas aux apparences premières des choses. Tu pourrais passer à côté de la vie elle-même.

Alors là, Isolde se trouvait complètement hors de la situation d'énonciation et ne saisissait plus rien. Une cervelle de paresseux ? Pas d'être humain ? Il valait mieux s'en réjouir, certes. De même, la femme n'avait visiblement pas tué l'animal avant d'en prélever l'organe. Mais c'étaient surtout les deux dernières phrases qui laissaient Isolde totalement perplexe. Bennet devait se douter que la deuxième année l'avait soupçonnée d'être une horrible sorcière. Mais comment avait-elle su ? Lisait-elle dans les pensées ? L'avait-elle observée depuis le début, prenant un malin plaisir à la surprendre puis à la laisser bredouiller des excuses en carton ? Était-elle en train de la menacer ? Isolde ne savait plus où se mettre – pas par terre, de toute évidence, puisqu'il y avait des éclats de verre un peu partout.

Bennet restait debout, immobile, comme si elle attendait quelque chose. Isolde la regarda avec un air interrogateur et plongea les mains dans la poche ventrale de son pull. Le bout de ses doigts rencontra le carnet qu'elle y avait glissé par inadvertance quelques instants auparavant. Une micro-expression de surprise contracta furtivement les traits de son visage. Pour le coup, elle n'avait pas fait exprès mais il était encore plus difficile de justifier cet acte involontaire de filouterie. Baxter ne s'intéressait sans doute pas au vol et il était improbable qu'il en eût tant demandé à la Gryffondor. La potion et le calepin, cela faisait un peu trop beaucoup.
Revenir en haut Aller en bas
Lizzie Bennet
avatar
Personnel de Poudlard
Personnel de Poudlard
Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Manumagie (Niveau 1)
Loup-garou


Re: Cours particuliers

Message par : Lizzie Bennet, Ven 25 Mai 2018, 21:18


L’élève n’en menait pas long et s’emmêlait à moitié dans ses interventions. Ou alors elle ne m’avait véritablement pas comprise ? Levant un sourcil, j’étudiais son visage, les muscles qui s’y contractaient, le rythme de sa respiration. Je voulais en savoir plus sur elle. Voir jusqu’où elle pouvait mentir sans se trahir.

Bizarrement, je croyais me reconnaître en elle. Vous savez, quand on est un menteur, on croit pouvoir identifier tous nos semblables. Et là est l'entourloupe : on en devient si arrogant qu’on passe, nous aussi, à côté de la vérité. Quelle vérité, d’ailleurs ? Qui sait. Il se pourrait bien que son histoire, aussi abracadabrante qu’elle puisse paraître, tienne la route.

— Qu’est-ce qu’elle fait, comme boulot, ta mère ? Si c’est pas indiscret, bien sûr.

Je me recule, prenant appuis sur le bureau, redressant une fesse pour être plus à l’aise. Les petits détails du quotidien qui font l’intégralité de la différence. Vous savez de quoi je parle. Prendre le temps de faire des bulles avec ses bras sous la douche. Replacer une chaussette qui glisse un peu sous la plante depuis une heure, conduisant la chaussure à frotter contre le talon. Des petits rien, qui mis bout à bout, donnent l’impression de grands changements.

Sa question est d’une naïveté qui me désarçonne.
— En fait, c’est moi, l’inventrice. Du coup ouais, j’suis au courant et d’accord avec sa commercialisation par mes soins.
Je lui souris avec douceur. J’aime beaucoup le vol, un esprit sain dans un corps sain etc etc, mais le domaine qui me passionne le plus reste celui de la recherche en potions, en fait.

Attendant qu’elle se livre un peu plus à moi, je me retins de livrer trop d’informations. Après tout, on ne sait jamais à qui on fait affaire. Les murs ont des oreilles, et les groupuscules des espions.
Revenir en haut Aller en bas
En ligne
Isolde Hawkes
avatar
Gryffondor
Gryffondor
Année à Poudlard : Troisième année

Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Re: Cours particuliers

Message par : Isolde Hawkes, Lun 28 Mai 2018, 14:21


Bennet demanda à l'intruse quelle était la profession de sa mère. Isolde leva un sourcil, circonspecte. Pourquoi lui demandait-on cela ? Qu'est-ce que ça pouvait bien lui faire ? La Gryffondor se rappela néanmoins que la professeure de vol était détentrice d'un savoir-faire qu'elle était venue quérir en pénétrant dans ce bureau par effraction ; il valait mieux tâcher de rentrer dans ses bonnes grâces en évitant de mentir à nouveau ou de se taire, ce qui eût été plus suspect encore.
— Ma mère est avocate. Et la vôtre ?

Isolde était une petite fille particulièrement franche. Elle pouvait paraître un tantinet abrupte mais son manque de tact ne témoignait pas d'une volonté de se montrer impolie. La rouge et or visait avant tout l'efficacité dans tout ce qu'elle entreprenait : les échanges interpersonnels, les tâches à réaliser… Elle suivait son instinct, se préoccupait peu des conséquences et fonçait jusqu'à obtenir satisfaction. C'était sans doute pour cela qu'elle était généralement peu appréciée des gens de son âge : on la trouvait distante, pas très drôle et manquant d'empathie. En réalité, elle était tout à fait capable d'être chaleureuse, pleine d'humour et compréhensive ; elle ne se montrait sous ce jour-là que lorsque les personnes en face d'elle méritaient de telles marques d'attention. Pour le reste, elle ne voyait pas pourquoi ménager les autres à coups de s'il vous plaît, si je puis me permettre, serait-il éventuellement possible de ou cela ne vous dérange pas si. L'efficacité avant tout, quitte à passer pour quelqu'un de désagréable, brusque ou dérangeant.

Isolde ne quitta pas la jeune femme des yeux tandis que celle-ci se calait tranquillement contre le bureau, comme si elle reprenait progressivement possession de son territoire – ce qu'elle pouvait faire en toute légitimité. Puis elles parlèrent de la substance que Baxter souhaitait prétendument récupérer, le Compescit Liquide. Bennet en était l'inventrice ; l'art des potions la passionnait davantage que celui de voler sur un balai. Isolde avait du mal à trouver une discipline plus intéressante que le vol. Elle n'était pas une cérébrale et tout ce qui nécessitait de la minutie et de la patience l'ennuyait assez rapidement. La lionçonne préférait l'activité physique, l'essoufflement, le résultat immédiat, la tension qui contractait ses muscles peu avant le début d'un combat ou d'un match. Elle adorait sentir cette boule d'énergie logée dans son ventre et n'attendant qu'une seule chose : être libérée.

La préadolescente était censée jouer les émissaires de Baxter. Il était donc nécessaire, pour le bien-fondé de son mensonge, de prétendre devoir le rejoindre. Or, Isolde commençait à trouver son interlocutrice tellement intrigante qu'elle en oublia sa fausse mission.
— Moi j'aime pas les potions, lâcha-t-elle en toute honnêteté. Le seul truc bien du monde sorcier, c'est le vol et le quidditch. Par contre, vous avez pas dit à quoi votre potion sert.
Revenir en haut Aller en bas
Lizzie Bennet
avatar
Personnel de Poudlard
Personnel de Poudlard
Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Manumagie (Niveau 1)
Loup-garou


Re: Cours particuliers

Message par : Lizzie Bennet, Mer 30 Mai 2018, 16:02


La jeune fille ne tortilla pas du c*l pour répondre ; son ton était presque abrupte. J’aimais bien ça, cette manière très directe d’aborder les choses. Même si bon, les avocats, j’en étais pas fana, sauf en énigme ou en guacamole.
— La mienne travaille pas, pour être franche.

A ce que je sache.

J’veux dire, quand on élève autant de gosses, c’est un peu compliqué de bosser. Mais depuis la mort de trois de mes soeurs, je sais pas trop si elle a essayé de s’insérer sur le marché du travail. J’imagine que ce serait logique, et pourtant… J’sais pas. Je l’y visualise pas trop, à moins qu’elle soit nounou. De toute façon, ça fait quoi, cinq, six ans maintenant qu’on s’est pas vues ? Elle sait même plus que j’existe, alors épier sa vie, j’arrive pas. J’préfère rester à l’écart, dans ma petite bulle.

— Ah, j’ai toujours vu ces disciplines comme complémentaires, mais j’imagine que les potions peuvent sembler plus fades et fastidieuses en comparaison, oui !

J’pourrais pas me priver de l’une sans que ça affecte mon niveau dans l’autre. C’est genre, l’équilibre que j’ai trouvé dans ma vie. Histoire de pas osciller sur le fil du funambule, il fallait un ancrage corporel, et une curiosité intellectuelle. Et bim, duo gagnant. En raccourci. Sur le fond, c’était un peu plus familial-professionnel que ça, mais bon. On aime ça, en RP, les raccourcis.

— T’as raison ! C’est une potion pour connaître le statut sanguin d’un foetus. J’essayais de faire un test pour avoir un indice de parenté ou quoi, mais d’une expérimentation à l’autre, c’est plutôt vers là que ça s’est orienté.
Ce n'était pas tout à fait exact. De base, y avait une commande un peu plus directe, de la part d'une sorcière que je connaissais sans connaître. Mais bon, elle avait bossé ici par le passé, et le monde est petit ; j'voudrais pas qu'on la pense trop anti-moldue ou quoi. Par les temps qui courent, c'est pas forcément des trucs à crier sur les toits. Mince alors, je protège ma coupine de maternité. Ashton nous a vraiment rapprochées.
Revenir en haut Aller en bas
En ligne
Isolde Hawkes
avatar
Gryffondor
Gryffondor
Année à Poudlard : Troisième année

Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Re: Cours particuliers

Message par : Isolde Hawkes, Ven 01 Juin 2018, 16:25


La mère de Bennet ne travaillait pas. Ayant grandi dans un monde où les parents exerçaient une activité professionnelle, même à mi-temps pour assurer l'éducation des enfants, Isolde envisageait mal qu'une personne pût être père ou mère au foyer. Mais peut-être que tout le monde n'avait pas de nounou pour s'occuper des rejetons jusqu'à ce qu'ils atteignent l'âge d'être scolarisés. La Gryffondor garda ses réflexions pour elle, s'abstenant de tout commentaire.

Au sujet du vol et des potions, l'enseignante était d'accord sur le fait que la seconde discipline pouvait avoir un aspect plus rebutant que la première mais elle les voyait cependant comme complémentaires. Isolde leva un sourcil, peu convaincue. Les activités intellectuelles représentaient pour elle une grande perte de temps ; s'imaginer assise sur un tabouret à étudier et à apprendre des formules par cœur était totalement inconcevable. Elle avait besoin de bouger, de faire des choses concrètes, de laisser tomber l'encre et le papier qui l'usaient à petit feu, l'une par son odeur acide et l'autre par le frottement qu'elle générait contre sa main lorsqu'elle prenait des notes. Récolter un bon gros bleu à l'issue d'une chute avait quelque chose d'héroïque ; avoir les mains tachées de bleu et la phalange de l'auriculaire polie n'avait au contraire rien de bien glorieux.
— Par contre, vous avez pas dit à quoi votre potion sert, avait rajouté la rouge et or.
— T'as raison ! lui répondit la voix enjouée de Mrs Bennet. C'est une potion pour connaître le statut sanguin d'un fœtus. J'essayais de faire un test pour avoir un indice de parenté ou quoi, mais d'une expérimentation à l'autre, c'est plutôt vers là que ça s'est orienté.

Le monde sorcier constituait une véritable énigme pour la petite sorcière qui ne comprenait pas certaines pratiques. Pourquoi passer par une potion pour connaître le statut sanguin d'un bébé ? Isolde ne saisissait pas du tout.
— Vous savez que chez nous les moldus, commença-t-elle en s'identifiant spontanément à la communauté non magique, on fait des prises de sang. Pis on a le statut : A, B, AB, C aussi je crois, et O. Un petit cours de biologie eût été le bienvenu, y compris à Poudlard, mais passons. Pis des tests adéhène pour connaître les parents. J'sais pas si on peut piquer le bébé à travers le ventre, par contre. 'Faut attendre la naissance. Mais pourquoi on voudrait connaître son groupe sanguin si tôt ? 'Y a vraiment des gens qui achètent votre potion ? Vous êtes trop bizarres.

Prunelles plantées dans celle de son interlocutrice. Isolde se retint d'ajouter qu'elle n'avait toujours pas non plus saisi l'intérêt d'avoir des animaux facteurs alors que les e-mails et les textos existaient et qu'ils étaient nettement moins odorants que les compagnons à plumes et autres machines à déféquer. L'une d'elles avait un jour épicé son jus de citrouille du matin en plus de renverser un paquet de céréales après s'être posée pour distribuer son colis à l'élève qui en était le destinataire. Vraiment trop bizarres, répéta-t-elle en son for intérieur.


Dernière édition par Isolde Hawkes le Dim 03 Juin 2018, 00:22, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Lizzie Bennet
avatar
Personnel de Poudlard
Personnel de Poudlard
Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Manumagie (Niveau 1)
Loup-garou


Re: Cours particuliers

Message par : Lizzie Bennet, Sam 02 Juin 2018, 17:17


La Gryffondor sembla surprise par ma révélation. En même temps, c’est logique, ce projet de potion était un peu pointu et déroutant, quand on y repensait. Si Heather n’en avait pas eu l’idée, je n’aurais jamais essayé. Mais bon, quand on s’entoure des bonnes personnes, on apprend, peu à peu. Qu’étaient les bonnes personnes, cependant ? La Serpentard aux curiosités infinies mais aux idées très arrêtées, ou la jeune sorcière qui me faisait parcourir le monde sanguin des moldus ?

C’était d’ailleurs tout nouveau, pour moi. J’veux dire, avec mon père et Jane, j’avais des petites bases en littérature et musique moldue, plutôt axées sur leurs goûts à eux — ce qui était terriblement réducteur, mais suffisant à mes yeux — mais alors pour le reste… Le seul outil de médecine moldue que j’avais vu, c’était les pansements de Max, quand les jumeaux s’étaient blessés avec son écureuil.

Elle enchaina avec ses questions, alors que j’avais pas fini de mettre mes idées en ordre pour l’interroger de son côté. J’rangeais donc ça dans un coin de ma tête, commençant par elle.
— Bah de base, j’voulais pas connaître le groupe sanguin, j’voulais identifier les parents. Mais j’arrivais pas, et au fil des expériences c’est arrivé là. Tu pourrais m’en dire plus sur les tests d’adéhène d’ailleurs ? Parce que ça a l’air de coller pas mal, même s’il faut attendre la fin de la grossesse.


Non mais parce que ça c'était carrément stylé. S'il y avait moyen de transformer ça en potion... J'allais devoir lire un peu de bouquins de médecine moldue. Oulala. Incroyable mais vrai. Jane serait fière, si elle nous entendait. Rurik, pas tellement. Après qu’elle ait clarifié ce point, je continuais d’une traite.
— J’ai pas grand monde qui l’achète, non. Déjà, les potions de grossesse, c’est un peu un secteur niche, alors pour trouver le statut sanguin, c’est carrément rare. Mais c’est arrivé deux fois, si mes souvenirs sont bons.
J'veux dire, deux fois en cinq ans, même si je suis pas la seule potioniste de Londres, c'est pas l'affaire du siècle, hein. Mais j'avais fait des potions autrement plus badass qui sortaient jamais du placard. Donc bon, comme on dit, le client est roi, c'est toujours ça de pris.

— Au fait… Tu as mentionné des prises de sang ? Comment ? Pour quoi faire ? Et les statuts ils changent le goût du sang ? Son odeur ?
Sa couleur ? Je m’arrête, de peur de l’effrayer. J’y connais juste rien de rien, mais ce sont des sujets sensibles, aujourd’hui. Ce pourrait être insultant ou quoi, donc bon. Apprends-moi ce monde que je ne connais pas. Dont je me méfie car il m'a tant pris. Sois le pont contre la mésentente et les préjugés.
Revenir en haut Aller en bas
En ligne
Isolde Hawkes
avatar
Gryffondor
Gryffondor
Année à Poudlard : Troisième année

Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Re: Cours particuliers

Message par : Isolde Hawkes, Mar 19 Juin 2018, 14:40


Bennet semblait sincèrement intéressée par ce que lui racontait la née-moldue, bien que les connaissances de celle-ci fussent très limitées. La potionneuse raconta que son projet initial d'identifier les parents l'avait conduite à approfondir ses recherches sur le groupe sanguin. Elle invita cependant la préadolescente à préciser ce qu'elle savait sur l'acide désoxyribonucléique. Isolde ne pouvait pas dire grand-chose de plus mais elle tenta de restituer tout ce que sa mère lui avait expliqué un soir, après que sa fille aînée lui avait demandé de quelle manière elle pouvait être certaine que son père était (malheureusement) bien son père.
— L'adéhène c'est un code qu'on a en nous. C'est une sorte d'échelle qui tourne et qui est unique. Mais les gens de la même famille ont des échelles qui se ressemblent. Elle se rappela soudain les nombreuses séries télévisées qu'elle avait regardées et dans lesquelles les experts étaient capables d'identifier un assassin grâce à un poil prélevé sur la scène de crime. J'crois qu'on n'a pas de l'adéhène que dans le sang, mais aussi dans la peau, les cheveux, la bave, partout partout.

À propos du Compescit Liquide, la jeune femme reconnut que peu de gens s'en procuraient. Elle parla de niche et Isolde ne comprit pas ce qu'une maison pour chien avait à voir avec la potion, mais elle se contenta d'acquiescer à ces propos alambiqués. On changea rapidement de sujet :
— Au fait… Tu as mentionné des prises de sang ? Comment ? Pour quoi faire ? Et les statuts ils changent le goût du sang ? Son odeur ?

Isolde afficha une moue mi-étonnée, mi-dégoûtée par les questions de sa curieuse interlocutrice. Comment pouvait-elle savoir si le sang des gens avait une saveur différente selon le groupe sanguin ? Bennet s'imaginait-elle que les moldus organisaient des dégustations et comparaient chaque année les meilleurs crus ? Voilà que la professeure lui sembla à nouveau suspecte. Isolde croisa les bras, signe de protection et de fermeture. Elle tâcha cependant de répondre aux interrogations de la sorcière un peu louche.
— Bah euh, on prend une aiguille, on la plante dans le bras… Elle désigna d'une main le creux du coude opposé et recroisa aussitôt les bras. On aspire un peu de sang pour remplir un p'tit tube. Pis après ils le regardent dans une grosse loupe. Ma mère elle en fait souvent parce qu'elle est ani… anéi… aminé… elle manque de fer. La prise de sang ça sert aussi à voir si on est en bonne santé. Vous faites pas ça, vous, les sorciers ? Et pour le goût et l'odeur je sais pas.

Mais pourquoi diantre les mondes moldu et magique communiquaient si peu entre eux ? Pourquoi la communauté sorcière s'entêtait-elle à évoluer de son côté, ignorant les avancées techniques et technologiques de son pendant non magique ? Isolde se souvint que toutes ces questions avaient fait l'objet d'un grand débat au cours de son tout premier cours d'histoire de la magie qui portait sur le Secret magique. Les élèves avaient conjointement pesé le pour et le contre d'un lever de ce secret. La conclusion avait été qu'il valait mieux garder le silence mais la Gryffondor restait encore sceptique quant au bien-fondé de cette décision. En dépit de sa méfiance envers Bennet qui venait de repointer le bout de son nez (la méfiance, pas Bennet), Isolde ne put s'empêcher de partager ses doutes avec son aînée, s'exprimant sans détour :
— Pourquoi les sorciers connaissent rien aux moldus ? Et pourquoi il faut garder le Secret magique ?

Isolde avait un tempérament plutôt solitaire mais elle reconnaissait certaines vertus à échanger avec les autres. Elle préférait aller à l'école plutôt que de rester enfermée chez elle, instruite par un professeur particulier. À choisir, elle aimait mieux se faire expliquer les choses par quelqu'un plutôt que de retourner un manuel dans tous les sens sans comprendre davantage. Par ailleurs, elle avait évolué dans un milieu sans tabous – la trahison de son père ne constituait pas un secret d'État et même si elle évitait de parler de lui, c'était davantage par colère que par répulsion d'aborder le sujet de la tromperie ou du divorce. Elle saisissait donc mal les raisons qui poussaient les individus à passer sous silence des questionnements délicats. On pouvait reprocher à la préadolescente d'être légèrement brute de décoffrage, mais à ses yeux, c'était mieux que de rester à l'écart ou de s'exprimer à mi-voix.


Dernière édition par Isolde Hawkes le Lun 16 Juil 2018, 21:15, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Lizzie Bennet
avatar
Personnel de Poudlard
Personnel de Poudlard
Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Manumagie (Niveau 1)
Loup-garou


Re: Cours particuliers

Message par : Lizzie Bennet, Jeu 21 Juin 2018, 22:26


La petite me racontait des histoires incroyables. On avait un code en forme d’échelle, qui circulait partout dans le corps, et avait des grosses ressemblances au sein d’une même famille. Le truc de dingue. Un potentiel immense. Est-ce que les médicomages ils savaient ça, même ? Vous voyez à quel point on en a besoin, de la communication avec les moldus ? Tout ce que l’on pourrait créer, ensemble…

Songeuse, j’écoute ce qu’elle a à raconter. Ces histoires d’aiguille là, c’était vachement intéressant. Je savais pas vraiment à quoi ça ressemblait, j’avais du mal à visualiser. Moi quand il me fallait du sang humain, je sortais un couteau et j’y allais façon bûcheron. Si j’étais d’humeur charmante, je me faisais passer pour un vampire. Bizarrement, les gens étaient toujours partants pour se faire sucer le sang.

— Non, toutes ces notions ne me sont pas familières, je crois pas qu’on les utilise en médicomagie… Après j’ai jamais été très douée dans les sortilèges de cette matière ; faut dire que la plupart des blessures et maladies se guérissent plutôt avec des potions, et c’est un peu ça, mon rayon ! Donc en fait, j’avoue que j’y connais rien à tes histoires animées.


Je pris un air sérieux et perplexe à la fois, sans en être consciente. Chose rare mais réelle : je réfléchissais.
— Ta maman n’a pas assez de fer dans l’estomac ? Du coup avec les aiguilles plantées ça compense… Je crois que je commence à saisir. C’est un peu comme des fourchettes, c’est ça ?


Elle enchaina ensuite avec une question un peu existentielle. Je devais faire gaffe à ce que je disais ; je ne savais pas quelles étaient ses intentions. Si l’Ordre du Phénix l’envoyait sonder les professeurs, on n’était jamais assez prudents, surtout que ces derniers temps ils montraient les dents ! Mais je ne comptais pas mentir non plus. Coupant la poire en deux, je démarrais de façon assez nuancée.

— Initialement, le Secret Magique visait à protéger les sorciers des persécutions moldues. Il avait son contexte et sa nécessité. Je ne suis sans doute pas la mieux placée pour juger de ce qu’il en est aujourd’hui, mais je trouve troublant qu’aujourd’hui encore, on fasse plus que se cacher des moldus. La méconnaissance de notre côté est sans doute tout aussi dangereuse… Et puis, on a coupé quasi trop de ponts avec eux, de sorte que nos communautés avancent sans bénéficier des progrès faits de part et d’autre.


Sans prendre le temps d’hésiter, je continuais sur ma lancée, ajustant mes manches pour être plus à l’aise vu que je parlais pas mal avec les mains, en fait.
— Je suppose qu’en santé, ils pourraient nous apprendre bien des choses et sauver des vies sorcières ; de la même manière, si le secret magique était aboli, on pourrait intervenir dans la lutte contre la déforestation et prolonger de quelques années la vie de cette planète qu’on est censés habiter ensemble. Je ne sais pas s’il serait raisonnable de l’abolir d’un coup d’un seul ; peut-être que le risque de guerre civile est trop grand… Mais dans l’idée, c’est dommage que y ait pas plus de communications entre les politiciens moldus et sorciers ; ils pourraient sans doute trouver des moyens pour inventer des histoires pour couvrir l’apparition de la technologie dans le monde magique, et de la magie dans le monde moldu.


Voilà. Un bilan correct, non ? Un avis réel et qui me ferait pas finir à Azkaban pour autant ? Que bon, c’est dingue comme c’est dangereux de parler et de penser ces dernières années.

Revenir en haut Aller en bas
En ligne
Invité
avatar
Invité

Re: Cours particuliers

Message par : Invité, Dim 01 Juil 2018, 00:45


Assis sur le sol de la volière Alexander jouait avec une boîte de nourriture pour hiboux et chouettes. Il attendait impatiemment que son messager revienne avec une réponse à la lettre qu'il avait adressé à ses parents la semaine précédente. Il sifflotait un air tiré d'un morceau de musique moldue qu'il appréciait fortement.

-" i'm on the highway to hell....i'm on the highway to hell...."

Un hululement se fit entendre et le jeune gryffondor le reconnut. Il se releva à temps pour éviter un vieux hibou à moitié déplumé qui tenait en son bec une lettre sur laquelle figurait une écriture qu'Alexander reconnut immédiatement comme étant celle de sa mère. Il la prit du bec du hibou et donna le miamibou à ce dernier pour le récompenser de sa dure tâche de messager entre l'Angleterre et la lointaine Californie. Après avoir ôté le cachet de cire rouge qui la refermait, il en entreprit la lecture.

" Mon cher fils,

je te remercie tout d'abord pour ta lettre qui a réjouit toute la maison. Ta soeur piaffait d'impatience et elle va t'envoyer prochainement un courrier et te demander de lui ramener quelque chose pour noël car nous avons tous hâte de te retrouver pour les fêtes de fin d'année, tu nous manques beaucoup.

Ton père s'inquiète de savoir si tu prends au sérieux tes cours de vol et de soins aux créatures magiques et demande si tu as passé les sélections pour intégrer l'équipe de quidditch de la maison Gryffondor. Je sais que tu ne partages pas du tout la passion que lui et Liam ont pour ce sport alors essaie au moins , si tu ne réussis pas ton père respectera peut être enfin cette différence de goûts en matière de sport. Tu sais que quelle que soit ta décision tu auras toujours mon soutien.

Ton chien s'est trouvé une petite amie et bientôt plusieurs chiots viendront agrandir la famille, mais tu lui manques évidemment à lui aussi. J'espère que tout va bien pour toi, que tes études se déroulent bien et que tu ne te perds pas trop dans cet immense labyrinthe qu' est Poudlard.

J'espère avoir prochainement d'autres nouvelles de ta part.

                                                                                         signé ta maman qui t'aime et qui est si fière de toi "


Quelques larmes montèrent aux yeux du jeune garçon mais il les chassa aussitôt avant de replier soigneusement la lettre et de la glisser dans sa poche. Il se tourna vers le hibou et s'adressa à lui.

-" merci Alastor, tu peux te reposer, je n'enverrai pas de réponse avant quelques jours !"

Le volatile le gratifia d'un hululement en guise de réponse et le Gryffondor redescendit les marches de la volière pour se diriger vers l' école. Il soupira parce qu'il n'avait aucunement l'intention de jouer au quidditch mais voler lui plaisait.Plusieurs minutes plus tard, il était dans le grand hall et avançait tout en réfléchissant. Qui pourrait le conseiller et l'aider ? Ses neurones tournaient à plein régime quand la réponse fusa dans son esprit. Pourquoi n'y avait il pas pensé plus tôt ? Il n'y avait qu'une seule personne à Poudlard qui pourrait l'aider, une personne qui était une joueuse de quidditch et qui enseignait justement le vol dans cette école. Mais où pouvait bien se trouver le bureau de ce professeur ? Les cours de vol étant dispensés en extérieur, où pouvait elle bien pouvoir se trouver ?

Il intercepta un élève qui se dirigeait vers la grande salle pour le questionner. Ce dernier lui indiqua l'étage, le couloir et la porte du bureau du professeur. Alexander le remercia chaudement et grimpa les marches du grand escalier deux à deux jusqu'à l'étage désigné. De là il reprit son souffle et s'engagea dans le couloir en face de lui et compta les portes qui s'y trouvaient jusqu'à ce qu'il trouve enfin la bonne.

Il prit une inspiration et frappa 3 coups brefs à la porte face à lui .
Revenir en haut Aller en bas
Lizzie Bennet
avatar
Personnel de Poudlard
Personnel de Poudlard
Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Manumagie (Niveau 1)
Loup-garou


Re: Cours particuliers

Message par : Lizzie Bennet, Mar 10 Juil 2018, 22:51


Alexander (désolée pour le retard, comme dit en pv, le rythme devrait devenir plus régulier à partir de maintenant :mm: )

La journée avait été riche en émotions ; mais la plupart était positive, alors j’étais dans un état de gratitude immense. Cela arrivait à peu près une fois toutes les 394 lunaisons, alors il valait mieux marquer l’évènement dans le calendrier histoire de pouvoir demander des faveurs à la prochaine occasion. Heureusement pour le garçon qui s’apprêtait à entrer, la journée n’était pas terminée, et c’est donc avec cette même bonne humeur que je l’accueillis quand il toqua, dandinant maladroitement sur les notes d’une musique qu’il ne connaissait pas.

— Oh, salut p'tit gars ! Je peux faire quelque chose pour toi ?

Je l’examine sommairement : p’tit blond aux yeux bleus, type du nord mais pas aussi nord que les écossais non plus, à moins qu’il soit roux en été. Petit, mais une tête à être têtu et tenir tête aux profs en cours. Ouais, j’arrive pas à lire grand chose de plus sur le coup. J’capte même pas sa maison. J’suis encore transportée par la musique et l’énergie et le soleil et la vie.

Quelque chose cependant, dans son regard, me calme un peu. Comme quand le chien sait que c’est pas le moment de jouer et qu’il arrête de battre la queue, vous savez. Il a pas peur, il sait juste que là, faut se calmer. C’est pas le moment. J’baisse la musique, donc, et me prépare mentalement à une écoute active de ce jeune tourmenté.
Revenir en haut Aller en bas
En ligne
Invité
avatar
Invité

Re: Cours particuliers

Message par : Invité, Sam 14 Juil 2018, 23:20


Quelque peu décontenancé par la façon dont la professeure l'accueille, il ouvre de grands yeux et semble avoir perdu la parole. Il faut dire qu'il n'a pas l'habitude que ses professeurs l'appellent " p'tit gars" et il ne sait pas trop comment réagir.

-" heuuuu....Bonjour Professeur Bennet....Désolé de venir ainsi, à l'improviste, vous déranger mais il y a un problème que j'ai et il semblerait que personne d'autre ne soit plus qualifié que vous pour m'aider à le résoudre....."

Semblant reprendre peu à peu confiance en lui une fois l'effet de surprise passé, il sortit la lettre envoyée par sa mère et la tendit au professeur.

-" c'est mon père....il est un ancien pro de quidditch et rêve secrètement que mon frère et moi-même marchions dans ses pas....Mon frère est aussi dingue que lui de ce sport, mais moi je ne l'aime pas vraiment....à vrai dire j'ai grandi entouré de moldus et je préfère leurs sports aux nôtres......mais j'aime voler par contre....Avant de partir de Los Angeles, j'ai fait mon baptême de l'air sur le dos d'un des hippogriffes que mon père élève et voler c'est vraiment trop cool ! Je me suis senti tellement libre pendant les quelques minutes que le vol a duré....."

Explique t'il à la jeune femme face à lui, espérant qu'elle ne le prenne pas pour un fou ou un idiot. Il se demande si elle ne va pas l'envoyer bouler pour être venu la déranger pour ça.

-" je sais que vos cours de vol sont complets, mais j'aimerais vraiment apprendre à voler sur un balai....vous me donneriez des cours particuliers ou juste quelques conseils afin de m'aider dans cette voie ? "

Finit il par lui demander, droit dans les yeux, intérieurement anxieux de la réponse qui va lui être donné.
Revenir en haut Aller en bas
Isolde Hawkes
avatar
Gryffondor
Gryffondor
Année à Poudlard : Troisième année

Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Re: Cours particuliers

Message par : Isolde Hawkes, Lun 16 Juil 2018, 22:02


Suite du RP avec Lizzie.

La potionneuse semblait écouter attentivement les explications pourtant approximatives de la deuxième année. Pour une fois, la préadolescente apportait un savoir à autrui. Sans en tirer un sentiment de supériorité pour autant, elle éprouva une certaine fierté à présenter à Bennet ce qu'on lui avait appris de l'ADN. Et ses connaissances n'étaient pas mises en doute, bien au contraire : la professeure de vol buvait les paroles de l'enfant comme elle pouvait absorber ses propres mixtures magiques. Quand Isolde lui demanda si le protocole de prise de sang était similaire chez les sorciers, Bennet répondit par la négative. Au pays des capes et autres chapeaux pointus, on se servait principalement de potions et de sortilèges pour soigner ou pour traiter tout ce qui se rapportait de près ou de loin à la médicomagie.
— Ta maman n'a pas assez de fer dans l'estomac ? Du coup avec les aiguilles plantées ça compense… Je crois que je commence à saisir. C'est un peu comme des fourchettes, c'est ça ?
— Haha, trop drôle ! s'esclaffa la née-moldue avant de se rendre compte que son interlocutrice était tout à fait sérieuse. Elle rit quand même un instant de plus, puis se ressaisit afin de ne pas se montrer offensante. Nan mais le fer c'est en très petites quantités, ça se voit pas à l'œil nu. Elle tenta d'expliquer le principe d'une seringue, non sans mal. C'était comme justifier une règle grammaticale de sa langue natale à un étranger : il y avait quelque chose de si évident qu'on peinait à l'expliquer. L'aiguille, c'est comme un minuscule tuyau. Comme c'est tout fin, on peut percer la peau sans que ça fasse trop mal. Ensuite on aspire avec… Comment s'appelait ce truc en plastique ? Ensuite on aspire. C'est une sorte de mini-paille, en fait. Dr. Hawkes toujours là pour parler des us et coutumes des moldus. Ma maman, elle prend des comprimés pour avoir plus de fer. Pour finir, elle se risqua à une autre forme d'analogie. Vous voyez les pastilles de chez Waddiwasi ? Elles ont chacune un effet. Ben pour les comprimés, les médicaments, tout ça, c'est la même chose ; sauf qu'en général, c'est pour guérir, pas pour donner la gerbe !

Lorsque fut abordé le thème du Secret magique, la conversation prit une tournure bien plus sérieuse. À l'origine, raconta Bennet, le Secret magique avait pour but de protéger les sorciers des moldus. Isolde acquiesça : c'est effectivement ce qu'elle avait compris durant le cours d'histoire.
— Je ne suis sans doute pas la mieux placée pour juger de ce qu'il en est aujourd'hui, ajouta la jeune femme, mais je trouve troublant qu'aujourd'hui encore, on fasse plus que se cacher des moldus. La méconnaissance de notre côté est sans doute tout aussi dangereuse… Et puis, on a coupé quasi trop de ponts avec eux, de sorte que nos communautés avancent sans bénéficier des progrès faits de part et d'autre.
— Bah oui c'est trop bête, commenta simplement Isolde.
— Je suppose qu'en santé, ils pourraient nous apprendre bien des choses et sauver des vies sorcières ; de la même manière, si le secret magique était aboli, on pourrait intervenir dans la lutte contre la déforestation et prolonger de quelques années la vie de cette planète qu'on est censés habiter ensemble. Je ne sais pas s'il serait raisonnable de l'abolir d'un coup d'un seul ; peut-être que le risque de guerre civile est trop grand… Mais dans l'idée, c'est dommage que 'y ait pas plus de communications entre les politiciens moldus et sorciers ; ils pourraient sans doute trouver des moyens pour inventer des histoires pour couvrir l'apparition de la technologie dans le monde magique, et de la magie dans le monde moldu.

La Gryffondor la laissa aller jusqu'au bout, suivant assez aisément son raisonnement. Bon, Isolde ne se sentait pas concernée par la destruction des forêts, mais elle comprenait que moldus et sorciers partageaient les mêmes espaces et que la planète leur sût gré de faire un peu plus attention à elle. En revanche, elle saisissait mal pourquoi une telle révélation pouvait entraîner une guerre civile, ainsi que le craignait Bennet qui suggérait alors de n'autoriser la transparence qu'au niveau des politiciens.
— Tout le monde devrait savoir. Ça ferait forcément un choc, mais bon, moi je vois ma famille, ça s'est très bien passé quand on a appris que j'étais une sorcière. Maman me pose plein de questions, c'est rigolo.

La naïveté d'une personne ayant grandi dans l'univers magique était finalement similaire à celle de Nora Hawkes. Isolde ne vivait pas non plus dans un monde où tout était rose, pailleté, avec des peluches et des gens gentils. Mais elle pensait sincèrement qu'il y avait davantage à gagner à partager un espace commun.
— Pis 'y a quand même de la magie dans les histoires qu'on raconte aux moldus. Des dragons, des sortilèges, des malédictions, des fantômes…
Revenir en haut Aller en bas
Lizzie Bennet
avatar
Personnel de Poudlard
Personnel de Poudlard
Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Manumagie (Niveau 1)
Loup-garou


Re: Cours particuliers

Message par : Lizzie Bennet, Ven 27 Juil 2018, 10:57


@ Alexander

L’enfant me regarde avec des yeux de merlan frit avant de se reprendre. Il a un problème. C’est dingue le nombre de problèmes qu’ils ont, ces adolescents. Et encore, il est tout pré-pubère celui-là. Mais ça veut pas dire que ses problèmes ne sont pas réels ; ma vie n’a sans doute jamais été aussi instable que lorsque j’étais élève à Poudlard, alors je lui prête une oreille attentive.

— Bien sûr. Approche.

Il me parle de son père, de son frère, de leur passion pour le Quidditch qu’il ne partage pas, il me raconte le monde moldu qu’il connait mieux que son voisin sorcier, et des rêves de la cité des anges, à dos d’hippogriffe. Au fil de ses mots, je me fais moins joueuse et un peu plus maternelle. Cela semble vraiment l’angoisser, cette histoire.

— Merci de t’être tourné vers moi. Il existe bien des sports, précisément parce que tous les goûts sont dans la nature… Mais le vol peut couvrir une dimension beaucoup plus large que le Quidditch, et je peux te guider sur cette voie, ne t’en fais pas !


Il semble assez stressé encore, alors j’essaie de le mettre en confiance avec une petite touche d’humour.
— Par contre, j’avoue ne rien connaître au vol à dos d’hippogriffe, ce sera peut-être à toi de me donner des cours un jour…


Il a le corps tout crispé, tout plein d’appréhension, et sans trop savoir pourquoi, il me rappelle Squirtle, mon fils. Plus jeune, mais également très timide, pour ne pas dire peureux.
— Bien sûr ! J’organise des cours particuliers sur demande ; il te suffit de t’inscrire sur les horaires qui t’arrangent le plus, en semaine. On peut commencer ça dès demain, si tu veux !


@ Isolde

La jeune fille semble bien amusée par ma réponse, et clarifie un peu les informations. Du fer qu’on ne peut pas voir à l’oeil nu ? Faut prendre quel type de loupe pour les voir alors ? Parce que quelque chose me laisse supposer qu’une loupe correctrice ne servirait pas à grand chose…

On aspire le sang avec une mini-paille, sérieux, après c’est nous les vampires, avouez que dit comme ça on a grave envie de siroter notre petit caprisun humain. Et chez eux, les bonbons de Waddiwasi servent à guérir.

Vraiment, ils ont une imagination débordante ces moldus ! Je loupe peut-être quelque chose, à ne pas m’être plus intéressée à leurs us et coutumes. Je bloque sur la médicomagie, cependant je pourrais peut-être tirer quelques leçons de la médecine moldue et l’incorporer à mes potions…

Quant au secret magique, elle a un avis assez définitif sur la question, pour son âge. Je souris à l’intérieur de mes joues, ravie de voir que petit à petit, les moeurs évoluent. Peut-être que le problème est là ; on a trop relié les idéaux des Mangemorts à ceux des sorciers de Sang-Pur. Alors que cette terminologie ne veut pas dire grand chose, et que personne ne sait jamais trop s’il est vraiment de sang pur…

La vérité, c’est que c’est avec les sang-mêlés et les nés-moldus que le dialogue doit s’écrire. Ils en savent bien plus, voient une dimension ludique dans ce partage d’informations, et permettraient d’avoir une conversation avec plus de recul.

— Je crains que tout le monde ne partage pas la curiosité de ta maman et toi, mais c’est très rafraichissant à entendre ! Peut-être qu’avec le temps, plus de familles ressembleront à la tienne. Je pense que le monde se porterait mieux ainsi.
Songeuse, je m'autorisais à rêver.

Elle ouvre une dimension intéressante ; celle de la magie des moldus, celle des contes pour enfant.
— Ils connaissent les dragons… J’avais oublié. Ah, c’est un secret difficile à garder en vérité, c’est sans doute au Moyen Âge qu’ils ont fait le plus de bruit. Tu penses que ça les fait rêver, cette magie des contes ? Que ça les fascine, ou qu'ils en ont peur ? Tu crois que c’est par le biais des histoires qu’ils pourraient apprendre à nous comprendre ? Et tu connais des fictions moldues qui aident à mieux comprendre leur monde ? J'ai des enfants tu sais, mais je ne sais pas trop comment les aider à connaître ce monde que je comprends déjà mal... Ou peut-être des références pour que je puisse en savoir plus sur leurs pratiques en médecine ? Ça m’intéresse beaucoup, ce que t’as expliqué tout à l’heure…
Revenir en haut Aller en bas
En ligne
Invité
avatar
Invité

Re: Cours particuliers

Message par : Invité, Ven 27 Juil 2018, 21:38


Alexander écoute le professeur Bennett discourir, rassemblant toutes les informations qu'elle lui envoie dans un coin de son cerveau afin de ne rien oublier de ce qu'elle dit. Elle a l'air différente des autres professeurs, un peu plus fantasque que la moyenne en tout cas. En tout cas elle est plutôt sympathique et puis elle essaye de le mettre à l'aise et peu à peu il se détend. Pas au point de lui taper sur l'épaule comme un vieux copain de maternelle, mais il est moins tendu qu'en arrivant.

-" ce serait un honneur de vous apprendre à voler sur un hippogryffe, mais c'est surtout le feeling que vous pourriez avoir avec cette créature qui sera déterminant, bien plus que mes conseils ou mes leçons...."

Lui répond il avec un clin d'oeil. Quand elle aborde le fait qu'elle donne des cours particuliers de vol sur balai, il est comme un fou, comme un gamin qu'on aurait enfermé dans un magasin de jouets ou de bonbons. Il lui attrape la main droite et la serre avant de la secouer vigoureusement, essayant de mimer son père quand celui ci serre la main de ses collègues pour leur dire bonjour ou les remercier.

-" Vraiment ? oh je veux m'inscrire tout de suite à ces cours de vol ! il me faut un parchemin et une plume que je signe tout de suite!"

Et voilà une mini tornade blonde qui virevolte autour du professeur afin de manifester avec cérémonie sa joie.

-" je vais apprendre à voler! je vais apprendre à voler !"

Revenir en haut Aller en bas
Lizzie Bennet
avatar
Personnel de Poudlard
Personnel de Poudlard
Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Manumagie (Niveau 1)
Loup-garou


Re: Cours particuliers

Message par : Lizzie Bennet, Lun 06 Aoû 2018, 15:46


Peu à peu, un semblant de douceur s’installe. La glace se brise au fil des mots, l’élastique tendu à l’extrême reprend un peu de souplesse. Alexander ne respire plus comme avant ; son souffle me paraît plus posé. Il blague, même, de façon assez sereine — ce qui n’est pas toujours évident à faire pour un enfant de son âge face à un enseignant. On est sur la bonne voie, je crois.

Je suis un peu surprise quand il me serre la main avec vigueur, et retiens un rire en lui rendant son geste amical. Ah, les codes sociaux, j’ai jamais compris comment ça fonctionnait, mais je crois qu’ici c’était bourré de bonnes intentions, alors je pouvais bien le lui rendre, vous croyez pas ?

Son enthousiasme est rafraichissant, et je lâche sa main pour virevolter derrière le bureau. En effet, je viens de me rappeler que la fiche d’inscription accrochée sur la porte concerne la semaine passée ; il faut que je les échange. Il n’est cependant pas le premier inscrit. Cette semaine là, certains noms sont déjà reportés, concernant des élèves réguliers qui viennent tous les 7 ou 14 jours, selon leurs besoins. Theya par exemple, il la connait peut-être… Les horaires de mes cours collectifs sont également grisés.


Je lui montre les horaires vacants, c’est-à-dire tous les matins de 8 à 10h, et tous les soirs de 16 à 19h, sauf le mercredi où plusieurs élèves se sont déjà inscrits.
— Je ne donne pas de cours le week-end, car je travaille ailleurs, mais en semaine les disponibilités ne manquent pas !

Revenir en haut Aller en bas
En ligne
Contenu sponsorisé

Re: Cours particuliers

Message par : Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas
Page 2 sur 3

 Cours particuliers

Aller à la page : Précédent  1, 2, 3  Suivant

Permission de ce forum:Vous pouvez 
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Harry Potter 2005 :: ~¤~ Académie de Poudlard ~¤~ :: Cours :: Vol-

L'univers d'Harry Potter est la propriété de la Warner Bros ainsi que de J.K Rowling.
Tous droits réservés sur ce site ©Copyright HarryPotter2005. Affichage optimisé sous Firefox.