AccueilPortailFAQPublications internesRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Harry Potter 2005 :: ~¤~ Londres ~¤~ :: Chemin de Traverse :: L'Occamy Doré
Page 1 sur 1
La Scène
Morgan Delaube
avatar
Poufsouffle
Poufsouffle
Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Loup-Garou


La Scène

Message par : Morgan Delaube, Mer 7 Mar - 20:36



Élément important de l'Occamy Doré, c'est ce qui donne tout son cachet au Cabaret. De la scène, on peut tout voir. De n'importe où, on peut voir la Scène. La lumière y est toujours adéquat, quoi que l'on fasse. Les voix portent et les instruments n'ont pas de mal à se faire entendre. Cependant, pour l'esthétique, il arrive qu'on trouve un micro avec un pied. Des trappes secrètes invisibles y sont présentes.
Un escalier se trouve sur la droite, permettant d'y accéder facilement.


 
Toute personne ayant passé une audition peut y poster selon son gré. Les autres sont priés de demander une audition ou l'autorisation exceptionnelle du propriétaire pour faire un passage sur scène.
 
Liste des Personnes ayant passée une audition:
 
Revenir en haut Aller en bas
En ligne
Morgan Delaube
avatar
Poufsouffle
Poufsouffle
Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Loup-Garou


Re: La Scène

Message par : Morgan Delaube, Lun 28 Mai - 0:29


Il était rare que Morgan monte sur scène. Mais cela arrivait de temps en temps, lorsque les artistes qu'il payait pour assurer le show lui en faisait la demande. Il aimait bien pousser la chansonnette de temps en temps. Non pas qu'il soit un grand chanteur, mais à force de s'entraîner et d'avoir des conseils, il se débrouillait bien. Ce soir là, le présentateur du spectacle invita le propriétaire à monter sur scène. Pas forcément pris au dépourvu, il était encore en tablier et tenue de cuisine. Heureusement, un coup de baguette rapide permit au Blaireau de se parer d'une meilleure tenue. Il rejoignit la scène sous les quelques applaudissements encourageants des spectateurs présents.

Un micro se trouvait déjà là, côté cour. Derrière, un piano et son pianiste, et une demoiselle blonde qui jouait de l'accordéon. Lorsque l'ancien Jaune et Noir prit place, un danseur et une danseuse prirent place. La luminosité diminua. Une faible douche lumineuse resta sur les musiciens et le chanteur d'un soir, tandis que le reste de la lumière alla pour les deux danseurs.

L'accordéoniste démarra. La boule au fond de la gorge, Morgan eut un moment d'hésitation. Et si'l n'y arrivait pas ? S'il ne faisait que se ridiculiser ? Après tout lui il engageait les artistes, est-ce que ça faisait de lui un de ces gens-là ? De toute façon il était trop tard pour faire marche arrière. Le piano débuta. Morgan prit une profonde inspira.

Il n'avait pas choisit la chanson par hasard. C'était une chanson que sa mère aimait bien lui chanter pour qu'il s'endorme. Elle avait une histoire cette chanson. Elle n'était pas que paroles en l'air. C'était un vrai texte avec une intention, mais aussi une douceur extrême. Le sorcier pensa alors, ne pouvant l'exprimer à voix haute : "Je dédie cette chanson à tous mes frères et sœurs d'arme." Pour lui, cette chanson s'adaptait très bien au contexte actuel. Alors le voilà qui commença à chanter :

Quand nous chanterons le temps des cerises,
Et gai rossignol, et merle moqueur
Seront tous en fête !
Les belles auront la folie en tête
Et les amoureux du soleil au cœur !
Quand nous chanterons le temps des cerises
Sifflera bien mieux le merle moqueur !


Pour sûr que tout le monde sera en fête à ce moment-là. Le Blaireau y veillerait. Espérant toujours être de ce monde à ce moment-là.

Mais il est bien court, le temps des cerises
Où l'on s'en va deux cueillir en rêvant
Des pendants d'oreilles...


Malheureusement, par expérience, on sait que la paix n'est pas durable. L'équilibre veut qu'il y ait toujours quelqu'un en désaccord, et que cela tourne mal.

Cerises d'amour aux robes pareilles,
Tombant sous la feuille en gouttes de sang...


Le sang coulait trop. Beaucoup trop. Il était temps que ça cesse. Il est temps d'arrêter ces mages noirs aux scrupules aussi présents que la retenue d'un chien affamé face à une saucisse.

Mais il est bien court, le temps des cerises,
Pendants de corail qu'on cueille en rêvant !
Quand vous en serez au temps des cerises,
Si vous avez peur des chagrins d'amour,
Evitez les belles !

Moi qui ne crains pas les peines cruelles
Je ne vivrai pas sans souffrir un jour...


Oh pour sûr qu'il avait souffert. Sa tête, son torse, son dos... La plupart de son corps était un témoignage permanent des douleurs qu'il avait subit ou qu'il subirait encore et à jamais.

Quand vous en serez au temps des cerises
Vous aurez aussi des chagrins d'amour !
J'aimerai toujours le temps des cerises,

C'est de ce temps-là que je garde au cœur
Une plaie ouverte !


Ses pensées voguèrent tout de suite à la rencontre du visage de son frère. Son Noa Delaube qui avait péri alors que le benjamin Delaube pensait être en plein temps des cerises. Sa mort avait été un cruel retour à la réalité.

Et dame Fortune, en m'étant offerte
Ne saurait jamais calmer ma douleur...


Cette fiole dans la poche de Morgan lui rappelait que plus rien ne pouvait calmer sa douleur. Que malgré les apparences, il était au bord du précipice et que chaque goutte du liquide n'avait que l'effet d'une légère brise pour le faire reculer.

J'aimerai toujours le temps des cerises
Et le souvenir que je garde au cœur !


L'accordéon reprit tandis que le propriétaire quittait la scène pour se rendre en coulisse. Les danseurs finirent leur chorégraphie alors que le Blaireau se dirigeait aux toilettes. Il s'enferma dans une cabine et sortit la fiole. Respirant à perdre haleine, sa main tremblante peina à retirer le bouchon. Il voulu éclater le récipient de verre contre le mur mais cela ne servirait à rien à part gaspiller. Sa main droite, par réflexe, attrapa alors sa baguette et il lança un sort qui éjecta le bouchon au loin. Il but d'une traite. Le philtre calmant, potion qu'il consommait peut-être un peu trop, agit rapidement. Sa respiration reprit une allure normale. Il jeta la fiole qui se brisa. Tant pis, un elfe nettoierait ça plus tard. Se relevant, il sortit des toilettes et se dirigea dans la salle, sous le regard interloqué de plusieurs personnes.

Il quitta son cabaret, prenant néanmoins le soin de refermer les portes derrière lui. Son personnel ferait le nécessaire pour assurer le service et la sécurité. Lui, il avait d'autre chose à faire. Concentrant son esprit, il tourna sur lui-même et disparut dans un bruit de transplanage, laissant là le calme plat du Chemin de Traverse.
 
Suite ici
Revenir en haut Aller en bas
En ligne
Page 1 sur 1

 La Scène


Permission de ce forum:Vous pouvez 
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Harry Potter 2005 :: ~¤~ Londres ~¤~ :: Chemin de Traverse :: L'Occamy Doré-

L'univers d'Harry Potter est la propriété de la Warner Bros ainsi que de J.K Rowling.
Tous droits réservés sur ce site ©Copyright HarryPotter2005. Affichage optimisé sous Firefox.