AccueilPortailFAQPublications internesRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Harry Potter 2005 :: ~¤~ Pré-au-Lard ~¤~ :: Rues de Pré-au-Lard
Page 1 sur 1
[Habitation] Azarty's Base
Peter McKinnon
avatar
Responsable RPGSerpentard
Responsable RPG
Serpentard
Spécialité(s) : Permis de Transplanage


[Habitation] Azarty's Base

Message par : Peter McKinnon, Jeu 22 Mar 2018 - 9:08


_________________________________


Voici l'habitation (Cabane) d'Arty Wildsmith & Azaël Peverell.

Ils peuvent poster dès à présent.


_________________________________
Revenir en haut Aller en bas
Arty Wildsmith
avatar
Modération RPGPoufsouffle
Modération RPG
Poufsouffle
Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Loup-Garou


Re: [Habitation] Azarty's Base

Message par : Arty Wildsmith, Jeu 24 Mai 2018 - 21:54


Azarty's Base

La Cabane

Est-ce que vous avez déjà vu une maison aussi cool que celle-ci ? Certainement pas. La cabane d’Azarty se situe dans la forêt de Pré-Au-Lard, cachée, elle ressemble à un merveilleux bateau. Un vrai, un grand bateau, spacieux. Même si un bateau dans les arbres ça peut paraître étrange, c’est juste merveilleux. Personne n’a la même maison qu’eux, impossible, parce qu’elle est unique cette cabane. A l'écart du reste du village, leur rigolote demeure leur permet la tranquillité, mais aussi sûrement d'éloigner les éventuelles représailles. Aussi parce que les deux garçons sont de sérieux pirates, et un pirate sans bateau, c'est juste curieux. Une sorte de terrain de jeux formé de bois, avec un pont, un mât, et tout le tralala. C’est une maison suspendue qui n'attend que de fameuses aventures.  

Rez-de-Chaussée

Qui eût cru qu'Azarty ait autant de goût ? Franchement, c'est un peu surprenant. Pourtant, c'est ce qui va frapper dans cette très vaste pièce de vie : la classe, le style, le chic, oui, soyez pas jaloux. C'est qu'ils ont fait des efforts pour la décoration. Quitte à avoir une propriété, autant qu'elle soit bien habillée. Question de principe. L'espace gigantesque de la pièce pourrait faire écarquiller les yeux, c'est que la cabane est agrandie magiquement. C’est mignon, chaleureux, cosy. Intérieur fait de bois qui abrite des canapés moelleux, une salle à manger pour les dîners sérieux, et une cuisine. Rien de bien étonnant, mais tout de même, le bois rajoute de l’authenticité et de la chaleur. Comme un véritable chalet en montagne dans lequel on a envie de faire des raclettes party, ça réchauffe le cœur aussi, forcément. Avec des lampes partout parce qu’il ne faut aucun recoin sombre – ça peut faire peur. Oh et puis oui, une petite-grande porte fenêtre qui donne sur l’extérieur, le pont du bateau, une merveilleuse terrasse.

Salle de Bains

Bon, là, franchement, je sais pas quoi dire. C'est une salle de bains, qui permet de se laver, de se détendre. Plutôt minimaliste d'ailleurs, les deux garçons ne se sont pas encombrés. Les murs sont toujours composés de bois - c'est qu'il y a une ligne de conduite - bien qu’on note la présence de quelques éléments de pierre, parce qu'on a choisi cette photo là. Spacieuse et décorée avec goût, pour ne pas changer, enfin, du moins dans une ambiance zen, et qui donne visiblement une formidable vue sur la forêt de Pré-Au-Lard. Il ne manque que les bougies pour accueillir des bains romantiques. Mieux encore, peut-être qu'ils pourraient parsemer les rebords de la baignoire de quelques jouets canards et autres bateaux afin de s'amuser pendant l'heure du bain. Grands enfants qu'ils sont.  

Chambre d'amis

Une chambre d'amis. Bon, ça n'a rien de bien exceptionnel si ce n'est qu'elle est là pour les éventuels squatteurs qui voudraient passer du bon temps dans la cabane. Mais surtout, cette chambre composée certainement de plusieurs lits permet à Azarty de dormir ensemble s'ils le veulent, vous savez, les soirs d'orage ou encore quand l'un fait un cauchemar, c'est plus simple. Je pense aussi que cette chambre pourrait servir de salle de jeux, éventuellement, si Arty se ramène un jour avec des jeux d'arcades moldus, ils trouveraient une fabuleuse place juste ici. Il y a tout ce qu'il faut, de l'espace, des couettes et des oreillers, c'est que ça reste une chambre.

Chambre d'Azaël

Est-ce qu'elle n'est pas un peu trop luxueuse cette chambre ? Sûrement que si, mais on voit tous les efforts qu'Aza a fait pour avoir une chambre qui respire la chaleur et le goût. Une véritable chambre d'adulte qui respire la maturité, aussi surprenant que cela puisse paraître. Puis, franchement, vous avez vu la taille de ce lit ? On pourrait mettre dix-huit Azarty là-dedans. Enfin, restez souples, Arty n'a sûrement aucunement le droit de ne mettre ne serait-ce qu'un millimètre d'orteil dans cette chambre. Accès interdit, allez savoir, il y a peut-être même une pancarte sur la porte.

Chambre d'Arty

Arty avait cruellement besoin de cet espace petit, cosy, restreint, tout chaud qui lui procure un éternel sentiment de sécurité. C'est pourquoi il construit une cabane à l'intérieur de la cabane, avec des couvertures, des draps, des plaids, pour se cacher et accrocher des guirlandes de lampions. Ca brille, c'est chaleureux, ça réchauffe le coeur au moins autant que les raclettes-party. On y trouve aussi des ribambelles d'oreillers pour rendre le tout beaucoup plus confortable. C'est son âme d'enfant. Et si vous on pouvait juste agrandir le zoom pour s'intéresser aux alenturs, on découvrirait sûrement des tas de bandes-dessinées de super-héros moldus, des jouets, des livres de sortilèges qu'il ne lira absolument jamais, le tout en bordel, comme dans sa tête.

La Terrasse

On va dire qu'il y a tout ce qu'il faut sur cette terrasse : de l'espace pour les soirées arrosées, un large jacuzzi pour se détendre avec une dure journée de travail - qu'ils n'ont pas, évidemment. Les bulles, ça fait du bien au cerveau, et à la peau.
Beaucoup de végétation : c'est qu'il faut créer des possibilités de cachettes en cas de cache-cache, évidemment. Je prends la liberté de dire qu'il y a certainement des cibles, un peu partout, pour s'entraîner à lancer des sortilèges badass et faire semblant d'être un incroyable sorcier, une sorte d'espace d'entraînement.
Puis forcément, des fauteuils et autres chaises longues pour profiter du merveilleux soleil de plomb écossais, si, si, j'vous jure.

Super-archi-protections !

Cette cabane est absolument très bien parfaitement incroyablement protégée. C'est ça, quand vous êtes famous, faut prendre ses précautions. Nous avons donc : l'anticatimini, le maléfice antitransplanage, le repousse-moldu, le repousse-maléfice, l e charme du Cridurut, le Fianto Duri (pour lesquels nous avons du prendre sûrement le LA d'un troisième sorcier, allez, disons Kohane), le sortilège d'impassibilité (c'est qu'il faut de la discrétion pour préparer des fameux coups).
Codage by Artemis Lhow
Revenir en haut Aller en bas
Arty Wildsmith
avatar
Modération RPGPoufsouffle
Modération RPG
Poufsouffle
Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Loup-Garou


Re: [Habitation] Azarty's Base

Message par : Arty Wildsmith, Mar 31 Juil 2018 - 10:01


Graou, the first
Avec Aza & Elly


LA mutuel échangé, partagé, reçu, donné pour toute la durée du RP



Ils avaient dîné. Enfin, Arty pas vraiment, pas tellement. Son estomac avait été comme particulièrement gelé par la fièvre qui venait d’atteindre son paroxysme. Il n’avait pas dit un mot non plus, se contentant de fixer le vide devant lui, peut-être qu’il pourrait trouver une cachette dans sa tête où passer la nuit et ne pas se rendre compte de ce qu’il allait vivre. Et puis ce temps qui passait monstrueusement lentement et qui le vidait de toute once d’énergie, son visage fantomesque ne cessait de scruter le reflet de la lune par la fenêtre de la Cabane. C’est dommage, il aimait bien la Lune, avant, ou n’y avait pas vraiment prêté attention. Dorénavant, elle avait revêtu ce sourire féroce et ne cessait de lui tirer la langue pour se moquer de lui. Impatiente, elle se jouait du gamin en lui faisant siffler les oreilles, en lui collant une horrible et accablante barre derrière le front qui l’obligeait à fermer les paupières.
Finalement, ils avaient quitté la Cabane. Arty marchait capuche rivée sur ses boucles tristounettes, se frottant les yeux pour tenter d’éloigner une fatigue maladive cramponnante. D’un pas lourd à écrabouiller les insectes inquiets et naïfs qui se baladaient, il donne des coups dans le vide, tentant de se venger sur des pauvres cailloux ou brins d’herbe qui n’avaient rien demandé à personne.

Quelques minutes pour s’enfoncer dans la forêt de Pré-Au-Lard, puisque c’était là le décor choisi pour cette première transformation. Ne plus distinguer les dernières lueurs du village pittoresque, ni les tours du vieux château, juste le noir, le froid de la nuit, éviter même les halos lunaires, rien, juste des arbres rapprochés collés les uns aux autres, à s’étouffer.
Il s’assoit par terre, ou plutôt, accorde une pause à ses jambes flageolantes n’ayant plus la force de le porter. Il frictionne doucement ses tempes qu’il croit traversées de clous maudits, fiévreux. Nerveusement, il emmêle ses doigts. Est-ce qu’j’dois faire un p’tit discours ? Comme une cérémonie ? Sans lever les iris, il joue amèrement avec l’herbe qui l’entourait. Ses mèches folles sifflent, inquiète, elles aussi redoutaient cette nuit qu’elles avaient tant imaginée depuis quelques semaines. Arty savait, ou se doutait, ou prévoyait d’expérimenter une douleur comme il n’en avait jamais connue. Avait lu que son corps craquerait, se déchirerait, lentement, membre par membre, pour endosser l’ossature du loup. L’idée le fait toujours autant frissonner. Il n’avait pas pu s’entraîner à encaisser une souffrance si colossalement insoutenable. Il ne sait pas non plus quel loup il serait, s’il resterait un peu du Arty qu’il était, ou s’il ne serait que violence sanguinaire incontrôlable. Sûrement, d’ailleurs, le connaissant.  

Il lève légèrement les yeux sur les deux autres. Il ignore comment les remercier, d’avoir été là, et encore maintenant. Il veut les prendre dans ses bras et y rester, ne pas les lâcher. Mais faiblement, il ne parvient à murmurer qu’un Aza tu devrais pas rester là, j’vais t’manger. Il lui sourit, tente de le rassurer d’un regard, d’un mais oui ça va bien se passer qui serait totalement hypocrite mais tout de même. Ses rétines se tournent aussi vers Elly, le faisant déglutir. La pauvre, elle n’avait rien demandé de tout ça. Pensait-elle lorsqu’elle l’avait pris sous son aile qu’elle se retrouverait dans un tel endroit avec un futur loup-garou ? Certainement pas. Il veut lui dire qu’il est désolé d’avoir été si stupide, mais ça reste coincé là, dans une gorge resserrée. Alors il se contente de baisser les yeux, d’essuyer du revers de la main tremblante les larmes qui avaient commencé à perler. J’veux pas mourir. Parce qu’il y avait peut-être aussi cette possibilité là, quelque part, l’idée selon laquelle il ne survivrait pas cette transformation.
Finalement il s’allonge, bras en croix, essaie de distinguer la Lune à travers les feuillages, cette mauvaise qui ne ne se lassait pas de le narguer. De toute façon, il n’avait pas d’autre choix que de l’accueillir.
Revenir en haut Aller en bas
Azaël Peverell
avatar
Serpentard
Serpentard
Spécialité(s) : - Permis de Transplanage
- Animagus : Chien-loup Tchécoslovaque


Re: [Habitation] Azarty's Base

Message par : Azaël Peverell, Sam 4 Aoû 2018 - 14:48


C'est pas la meilleure soirée de l'année. T'as connu mieux. La pleine lune, la première depuis la morsure d'Arty. Et cette boule au creux de ton ventre qui refuse de te foutre la paix. Tu fais comme si de rien n'était pour pas l'angoisser davantage, mais t'en mènes pas large. Avoir un loup-garou en meilleur copain, c'est pas une nouvelle très réjouissante. T'es content qu'Elly soit là. Elle pourra sans doute gérer tout ça bien mieux que toi. Toi, tout ce que tu peux faire, c'est montrer à Arty que tu seras toujours présent pour lui, quoi qu'il arrive. Pas moyen que tu le laisses tomber, même si une malédiction le transforme en bête assoiffée de sang une fois par mois.

Tu le suis dans la forêt, mains dans les poches, yeux rivés droit devant toi, comme si t'étais sûr de toi. Alors qu'au fond, tu meurs de trouille. Pas de crever à cause de ton pote, non. Juste qu'il se blesse, ou qu'il ne parvienne pas à se contrôler suffisamment et fasse un truc qu'il regrettera amèrement par la suite. Il a l'air beaucoup trop faible en plus. Tu vois mal comment il pourrait survivre à un brisage de tous les os de son corps alors qu'il peine à tenir debout. Tu secoues la tête de gauche à droite avec un sourire que tu veux moqueur.

- Nan, pas de discours, pour une fois que t'es pas en état de l'ouvrir, laisse nous profiter.

Tu veux détendre l'atmosphère. Montrer que rien ne changera quoi qu'il arrive. Mais même toi ça t'amuse pas vraiment. Et le voilà qui dit qu'il veut pas te manger. Ta gorge se serre légèrement. C'est un risque que t'es prêt à prendre. Il dit qu'il veut pas mourir non plus. Là, tu le rejoins. Pas moyen qu'il y reste. Il est plus fort que ça. T'es p'tet bien censé le rassurer dans une situation pareille. Sauf que tu ne sais pas trop ce que t'es supposé dire. Tu finis par simplement lâcher quelques mots.

- T'inquiète, personne va mourir ce soir, ok ?

T'essaies de te convaincre tout autant que lui. Les risques sont bels et bien présents, tu serais totalement inconscient de les ignorer. Mais il est hors de question de faire marche arrière. Tu resteras avec lui jusqu'au bout, quoi qu'il arrive. Regard vers Elly. T'as envie qu'elle lui dise, elle aussi, que tout va bien se passer. Après tout, c'est la seule adulte responsable ici, c'est à elle de rassurer les enfants apeurés dans la lumière de la lune.
Revenir en haut Aller en bas
En ligne
Elly Wildsmith
avatar
Poufsouffle
Poufsouffle
Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Animagus (Renard de Magellan)
Legilimens


Re: [Habitation] Azarty's Base

Message par : Elly Wildsmith, Dim 5 Aoû 2018 - 19:12


LA Arty

Les soirées d’attente de la pleine lune avaient été longues, à veiller. A se préparer pour le soir où la lune viendrait baigner la ville de son halo plein et entier. Jusqu’à ce soir, dans la Cabane. Soirée de pleine lune, ils en étaient certains. Un diner normal dans la cabane des deux jeunes adultes, où ils n’avaient quasiment pas échangés un mot. Etait-ce le stress de cette première transformation ? Etait-ce l’angoisse qui les gouvernait ? Qui les tenaillait ? Elly n’en savait rien, mais elle non plus, elle n’osait pas parler. Elle savait qu’au creux de ses entrailles, elle avait cette peur profonde qu’Arty meurt, que la transformation soit trop douloureuse. Elle se refusait à cela.

Et puis, ils s’étaient mis en route. Arty devant, capuche fixée sur ses yeux. Et il ne regardait pas derrière lui les deux silhouettes qui le suivaient. Elly pressentait dans ses pas, cette fatigue visible sous ses yeux. La brune était inquiète, profondément inquiète. C’était une douleur incommensurable, elle n’était pas certaine qu’Arty puisse s’en sortir. Et, n’en serait-il pas totalement changé après sa première transformation ? Elly soupira alors qu’elle suivait les deux gamins – qui n’en étaient plus vraiment.

Finalement, Arty s’assoit sur l’herbe. Il a l’air encore plus exténué que lorsqu’ils sont partis de la Cabane. Il demande s’il doit faire une cérémonie, ou un discours, ou quelque chose de ce gout-là. Elly n’a pas le temps de répondre puisque son entraîneur lui dit que ce n’est pas la peine. Il a raison, alors la jeune femme se contente d’hocher la tête. Arty murmure quelque chose que l’ancienne auror n’entend pas, puis il sourit à Azaël, avant de dire à la volée qu’il ne voulait pas mourir. Azaël se montre rassurant. Indiquant que personne n’allait mourir ce soir. Elly hoche à nouveau la tête, tente un sourire « Azaël a raison, pour une fois ! Personne ne va mourir ce soir ».

La jeune femme se rapproche de son frère, elle le prend dans ses bras, le secoue un peu. Plonge ses yeux bruns dans les siens. « Tu ne vas pas mourir, on est là pour toi, ok ? ». Un regard vers Azaël avant de lui dire « Trouve toi un abri, roule toi dans la boue, je sais pas mais fais quelque chose … ». En gros, s’il restait là il serait la prochaine victime du nouveau loup-garou. C’était pas forcément ce qu’elle souhaitait. « Arty ? », un énième câlin, profite gamin, c’était pas quelque chose de facile pour la jeune femme. « Je vais me transformer, je resterais pas loin de toi, en tant qu’animagus ». Mais suffisamment cachée pour ne pas prendre de risque non plus.
Revenir en haut Aller en bas
En ligne
Arty Wildsmith
avatar
Modération RPGPoufsouffle
Modération RPG
Poufsouffle
Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Loup-Garou


Re: [Habitation] Azarty's Base

Message par : Arty Wildsmith, Mar 7 Aoû 2018 - 12:02


Moui. Parce qu’il n’est pas plus convaincu qu’eux, bien qu’il voit qu’ils essaient tant bien que mal de sourire, de détendre l’ambiance sombre et inquiétante qui se tissait autour de leurs trois silhouettes. Mais ça ne fonctionne pas réellement. C’était le noir complet devant les yeux d’Arty qui tentaient de voir les prochaines heures, rien, d’anticiper, il ne sait pas. Mais il accueille les câlins chaleureusement, ça lui manquait, comme l’ultime preuve qu’il n’était pas tout seul. Que malgré ses frasques et bêtises ils étaient toujours là pour lui, à en risquer leurs vies. C’est égoïste de sa part, d’ailleurs, il devrait leur dire de s’en aller, que ça n’en valait pas la peine, qu’il ne voulait pas les blesser, pourtant, il veut sentir Aza & Elly juste là, près de lui. Il hoche la tête alors que sa sœur s’extrait de leur enlaçade, d’accord, merci. Il imprime les mots réconfortants derrière son front fiévreux perlant de sueur froide. Il ne mourrait pas. Ils étaient là. Personne ne mourrait tout court. Se les répéter, encore et encore et encore. Essayer de faire passer le message au loup qui le contrôlerait d’ici peu, lui laisser un petit mot dans les neurones lupins. Peut-être qu’il s’en souviendrait, sait-on jamais. Et tandis qu’il observe Elly prendre sa forme renardesque – ou presque, le gamin enlève ses baskets, les dépose non loin de lui, j’veux pas les abîmer qu’il dit. Logique. J’les aime bien. Comme si c’était l’élément extrêmement important, le détail à sauver, à épargner de cette affreuse nuit.

Ses yeux accompagnent la forme d’animagus-Elly se glisser dans un buisson. C’est injuste tout de même, lui ne serait pas aussi mignon une fois transformé. Il soupire, même son cœur en avant assez d’attendre, c’était trop long, il n’ose plus lever les rétines vers la Lune, pour qu’elle se moque de nouveau de lui, non merci. Puis comme s’il voulait cacher les larmes qui apparaissaient aux coins de ses yeux, il les frotte, une nouvelle fois, ça démange, un truc dans l’œil. Non mais p’tet que c’était pas un loup-garou qui m’a mordu, juste un gros écureuil. Avec des crocs, oui, tout à fait. Et le fait qu’il ait été malade durant des semaines ? Il secoue ses boucles nerveuses, il ne leurrait personne, même pas lui-même. Il continue de se gratter les yeux, rha, quelque chose clochait. Il s’agite, voici que ses doigts commencent à picoter désagréablement, il devrait peut-être, mais il ne contrôle rien, se gratte avec affairement. Il ne comprend pas, ne saisit pas que c’était là les signes avant coureurs, comme si son humaine peau brûlait au contact de la Lune – fourbe - qui se faufilait.
Soudainement, ses pupilles troublées sont appelées, aimantées vers le ciel découvert. Reflet de Dame Lune comme un violent coup de fouet dans le regard – dilatement de pupilles. Brutalement, son dos se cambre dans un craquement assourdissant, lui arrachant un premier hurlement de douleur, AAAAAH qui venait de là, des tripes épouvantées, il est projeté au sol. Vivement, il se retourne, essaie de ramper pour échapper à l’intérieur qui le déchire, à bout de souffle, déjà, alors que de nouveau ça claque. A quatre pattes, c’est sa colonne qui éclate et se courbe, obligeant le gamin à enfoncer ses mains tremblantes dans le sol terreux, avant que ses yeux n’accrochent ses doigts. Plus là. Il tape le sol en criant tandis que ses ongles maintenant griffus meurtrissent l’herbe qui n’avaient rien demandé. Sous l’explosante poitrine et la mâchoire démantibulée il crie de nouveau, ou plutôt, cette fois, rugit. AZA DÉGAAAAAGE ! Râle beaucoup trop guttural pour être normal.

Parce qu’après il n’en souviendrait plus, de son meilleur copain, là, près de lui. Ses mains progressivement pattes se saisissent alors de ses tempes incendiées, il roule sur lui-même, c’est que la bête veut se déchaîner, sortir. Grondement de douleur continu tandis qu’il sent sa nouvelle dentition percer ses gencives, même ses mèches rebelles veulent décamper, abandonner, impossible tellement la sueur angoissée les a rendues plus lourdes.
Finalement, il change d’avis. Il veut mourir.
Revenir en haut Aller en bas
Azaël Peverell
avatar
Serpentard
Serpentard
Spécialité(s) : - Permis de Transplanage
- Animagus : Chien-loup Tchécoslovaque


Re: [Habitation] Azarty's Base

Message par : Azaël Peverell, Mar 7 Aoû 2018 - 20:28


Les voilà qui se font un câlin. Tu recules un peu. P'tet bien que t'es de trop ? Enfin non, tu peux pas ne pas être là cette nuit. C'est impossible. Il a besoin de vous deux. Suffit de voir dans quel état il est. T'espères vivement qu'il va réussir à gérer tout ça. Parce qu'il n'a pas le droit d'y rester. Alors qu'ils se séparent, Elly te dit d'aller te planquer. Tu hoches légèrement la tête. C'est vrai que t'as plutôt intérêt à te mettre en sécurité si tu veux pas que ton meilleur pote tente de te bouffer. Tu regardes autour de toi pour repérer un arbre un peu plus loin. Les premières branches sont assez basses pour que tu puisses les atteindre d'un saut. Elles ont l'air plutôt robustes. Tu n'auras qu'à te hisser un peu plus haut. Arty ne devrait pas pouvoir t'y atteindre à quatre pattes.

Ton pote retire ses baskets, comme si elles étaient les choses les plus précieuses qu'il possédait. Tu sens ton coeur se serrer légèrement. Il ne mérite pas une telle malédiction. Puis Elly se transforme en renard et trouve refuge dans un buisson non loin. Tu avales difficilement ta salive. Arty se met à parler d'écureuil. Il a les larmes aux yeux. T'aimes pas le voir comme ça. Surtout sachant que tu ne peux rien y faire. Tu récupères ses baskets, les nouent ensemble par un lacet et les passes de chaque côté de ton cou. Elles vont grimper à l'arbre avec toi, au moins, t'es sûr qu'elles vont pas se faire déchiqueter par leur propriétaire. Tu t'apprêtes à t'éloigner, mais t'as à peine le temps d'ouvrir la bouche pour prévenir ton pote que tu le vois qui commence à se soumettre à sa malédiction.

Tu restes un instant pétrifié. Son dos craque. Plusieurs fois. Ton coeur bat plus fort à chaque os qui se brise chez lui. Ses hurlements de douleur te prennent aux tripes. Tu commences à t'approcher, par réflexe, pour essayer de l'aider. A deux, vous pouvez forcément trouver quelque chose pour soulager sa douleur. Mais son corps change déjà. Et son hurlement ne te laisse plus le choix. Après un dernier regard vers lui, tu t'élances le plus rapidement possible vers l'arbre repéré plus tôt. Les baskets d'Arty tapent sur ton torse violemment au rythme de ta course, mais tu n'y prêtes pas attention. Devant tes yeux, tu vois et revois encore l'ancien Poufsouffle se cambrer dans des craquements sinistres.

T'es totalement impuissant face à ça. Tu ne peux rien faire. Même pas rester réellement à ses côtés, comme Elly. Non, tu ne peux que le regarder souffrir le martyr avant de se transformer en une bête féroce assoiffée de sang. D'un bond, tu attrapes la branche la plus basse de l'arbre et t'y hisses à la force de tes bras. T'as toujours aimé grimper aux arbres. Surtout quand t'étais un peu plus jeune. Plus tu montais haut, et plus tu t'éloignais du monde et des gens qui y vivent. T'aimais bien prendre de la hauteur. Là, c'est un peu différent. Tu donnerais tout ce que t'as pour rester au sol, pour pouvoir être à ses côtés. Pourtant, tu continues à grimper. T'essaies de trouver une branche qui te permet de garder un oeil sur ton pote. T'écartes légèrement les feuilles, et t'observes. Parce que tu ne peux rien faire de plus.
Revenir en haut Aller en bas
En ligne
Elly Wildsmith
avatar
Poufsouffle
Poufsouffle
Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Animagus (Renard de Magellan)
Legilimens


Re: [Habitation] Azarty's Base

Message par : Elly Wildsmith, Ven 10 Aoû 2018 - 19:22


Il ne les croit pas, ça se voit comme le nez au milieu de la figure. Quoique sa sœur dise, quoique son meilleur ami lui raconte, le gamin pense mourir. Encore. Une seconde fois. La première fois lors de la perte de son nom, et maintenant, face à cette nouvelle condition.Y’a du déni dans les propos, et Elly s’en veut de ne pouvoir faire plus qu’être là pour lui. Elle se tapit dans un buisson à proximité, regardant le halo de la lune qui se dessine sur le visage maladif d’Arty. Et puis, l’animal en elle le ressent, le pressent, le perçoit. Le changement débute.

Un coup d’œil à Azaël, toujours présent sur les lieux et l’inquiétude grandit, dévorante. Et si lui aussi finissait pas être mordu, la jeune femme s’en voudrait à vie, ça ne faisait aucun doute. Les bruits absolument horribles qui parvenaient aux oreilles du renard lui confirmèrent que la transformation avait bien commencés. En premier plan, y’avait la silhouette du gamin qui se transforme, qui s’agrandit dans une souffrance infernale. Et cet éclatement de la colonne vertébrale qui projette le gamin au sol. La renarde en alerte ne bouge pas, les muscles pourtant tendus par cette envie que de courir à ses côtés, de le calmer, de l’aider. Mais elle savait que cela n’y changerait rien. Et en second plan, alors que la transformation s’enchaine, y’a Azaël qui se rapproche.

Et les sens de l’animal se mettent en branle : il doit partir, c’est vital, ou il laisserait sa propre vie. Mais Arty trouve le moyen d’hurler une dernière mise en garde et Azaël en profite pour prendre ses jambes à son cou et monter à un arbre – aussi vite qu’il soit possible de le faire. Et l’attention de l’animagus est à nouveau accaparée par Arty, dont la douleur doit se répandre à travers tous les pores de sa peau, au travers chacun de ses muscles. Elle entend les bruits qui fendent la nuit, les cries qui heurtent l’astre lunaire. Et elle tressaille, une question sur les lèvres : survivra-t-il à cette nuit de pleine lune ?
Revenir en haut Aller en bas
En ligne
Arty Wildsmith
avatar
Modération RPGPoufsouffle
Modération RPG
Poufsouffle
Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Loup-Garou


Re: [Habitation] Azarty's Base

Message par : Arty Wildsmith, Ven 10 Aoû 2018 - 23:51


Pas de happy place possible, pas même le temps qu’un neurone ne s’échappe pour ne serait-ce qu’espérer penser à autre chose. L’entièreté du corps est focalisée, radicalement happée par la douleur. Chaque articulation – certaines dont il ignorait même l’existence - chaque muscle, chaque os glapit, tente de se faire entendre, d’arrêter le cauchemar, se met à gesticuler, se transformer. Comme si le fait que le corps s’entortille sur lui-même – réflexes propres à la nociception – pouvait mettre fin au grondement bestial intérieur. Ça n’allait plus tarder maintenant. Le gamin a beau se cacher le visage dans ses pattes, son museau s’allonge, brisant son nez de Fripon pour devenir intégralement gueule monstrueuse. Obligé de se mettre de nouveau à quatre pattes il suffoque, n’arrive pas à reprendre de l’air dans ses poumons qui semblent avoir changé de place – pas de beaucoup. Les yeux clos, serrés, fermés – ne surtout plus être spectateurs de cette terrible représentation – ne voient pas que sur sa peau imberbe apparaît un pelage densément touffu, noir qui le temps d’une seconde, le chatouille à se l’arracher avec les dents.
Mais bientôt, la créature s’allonge dans un dernier gémissement, immobile & épuisée, oreilles écrabouillées par la souffrance infernale endurée. Juste un court instant, Arty aspire à rester là, toute la nuit, croit que c’est possible. Avant que l’ultime coup de fouet de la Lune, mécontente de voir son maudit si figé, n'envoie le gamin ailleurs, au fin fond de lui-même.

Alors c’est déboussolée que la Bête se relève brutalement. Ivre des informations sensorielles qui viennent percuter son cerveau de chasseresse, ses tympans frétillent, ses narines remuent, ses rétines gambillent à travers les arbres tandis que le cœur s’emballe. Impossible de se calmer. Elle bondit alors en rugissant, les muscles tendus, une odeur particulièrement appétissante qu’il fallait suivre, trouver, dévorer. Tourner autour de l’arbre, trouver l’origine de cette émanation qui la rendait complètement folle. Comprendre qu’elle n’était pas tout à fait seule. Ignorer qu’elle devrait peut-être juste lever le museau, battre la terre terrifiée, qui cède sous les griffes acérées. Le gosier sec complètement frénétique s’agite, la démange, il faudrait rapidement assouvir son désir de fer. Mais ce n’était pas tout, le poil hérissé la prévient de la présence cachée, tapie dans le buisson. Détournant la gueule elle s’avance, avec précaution, pas de loup, l’échine courbée, prête à bondir sur ce qui se trouvait là, dissimulé. Être prudente, parce qu’on ne sait jamais. Rester menaçante, évidemment, retrousser les babines à chaque pas qui la rapproche de la cachette, gronder.
Un bruit, crissement d’une brindille lui retourne les oreilles, brusquement, la Bête s’élance d’une ardeur monstrueuse – attention détournée. Elle ne pense pas se tromper, un petit animal avait sorti le bout de son nez, ça rebondit sur les feuilles délaissées, lui enivre le museau. Sa mâchoire claque, savoure déjà le futur instant où ses crocs déchiquèteraient tandis que ses pattes l’emmènent à travers la forêt à une vitesse vertigineuse.

En quelques secondes la créature aperçoit le fébrile pompon épouvanté qui tente de se frayer un chemin dans la nuit. Vite rattrapée, la proie aux cris aigus est saisie en plein vol, elle n’aura pas le temps de regagner le terrier. Les crocs lui brisent la nuque, la Bête ne savoure pas l’instant de la chasse – pas encore – se contente de hurler de satisfaction. Comme s’il s’agissait là d’un exploit formidable. Avant de faire écouler le sang chaud dans la gueule enragée, avide.
Revenir en haut Aller en bas
Azaël Peverell
avatar
Serpentard
Serpentard
Spécialité(s) : - Permis de Transplanage
- Animagus : Chien-loup Tchécoslovaque


Re: [Habitation] Azarty's Base

Message par : Azaël Peverell, Mar 14 Aoû 2018 - 13:36


A peine grimpé à l'arbre qu'Arty termine totalement sa transformation. Et pour le coup, c'est pas pour rien qu'on dit que les loups-garous sont des bêtes assoiffées de sang. Même du haut de ton perchoir tu peux te rendre compte que cet animal ne renvoie rien d'autre qu'une aura démesurément meurtrière. Ce n'est pas la première fois que tu te retrouves face à une telle bête. Mais c'est la première fois qu'elle se trouve être ton pote maudit soumis aux affres de la lune. Elle se croit sans doute maligne à pouvoir métamorphoser les gens ainsi. Peut être même qu'elle trouve ça drôle. Dire que tu l'appréciais autrefois... les étoiles sont des amies bien moins fourbes.

Un choc se fait sentir. Le tronc de le renvoie en légères et lointaines vibrations. C'est Arty qui fourrage au pied de l'arbre. Il doit sentir ton odeur et le sang qui pulse dans tes artères à toute vitesse. Tu retiens ton souffle, ne voyant entre les branchages qu'un bout de sa fourrure, sans pouvoir distinguer réellement dans quel sens il se situe. Tu ne crains rien, t'es monté bien trop haut pour qu'il puisse t'atteindre. Et les loups ne grimpent pas aux arbres. C'est du moins ce que tu ne cesses de te répéter tandis qu'une sueur froide perle sur ton front et te parcourt l'échine.

Tu sais que c'est Arty, juste en bas. Mais pourtant, cette bête ne ressemble en rien à ton copain. Il te croquerait sans se poser la moindre question s'il le pouvait. Et soudain, il se barre, à toute allure. Tu peux entendre ses pattes fouler le sol. Tu ne sais pas où il est parti, ni ce qu'il a décidé de courser, mais une boule d'angoisse fait pression dans ton ventre. Tu descends rapidement de l'arbre, et chuchotes, le plus fort possible, en espérant qu'Arty soit suffisamment loin pour ne pas t'entendre :

- Elly, tout va bien ?

Parce que s'il s'est barré si vite, c'est qu'i a dû se trouver une proie. Et t'espères vivement qu'elle ne ressemble pas à un renard...
Revenir en haut Aller en bas
En ligne
Elly Wildsmith
avatar
Poufsouffle
Poufsouffle
Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Animagus (Renard de Magellan)
Legilimens


Re: [Habitation] Azarty's Base

Message par : Elly Wildsmith, Mer 15 Aoû 2018 - 17:18


C'pourri, sorry

La transformation se finit, l’animal, supposé être le petit frère semble totalement déboussolé. L’animagus le voit, au halo de la lune, alors qu’elle est tapie au plus près du sol. Elle voit l’œil hagard de l’animal, ses narines qui s’ouvrent en grand, pour inspirer l’air, respirer les futures proies qui passeraient sous ses crocs, sous ses pattes puissantes et acérées. Et puis l’inquiétude, qui subitement grandit. Le renard est agile, rapide, il ne lui faudrait pas longtemps pour fuir sous cette forme-là, mais tout de même. Qu’en était-il du sorcier qui s’amusait à jouer au chimpanzé à grimper dans les arbres ? L’ancienne auror, subitement, eut une crise de conscience.

Pourtant, l’échine courbée ne rassure pas la jeune femme, il sent l’odeur du sang humain, de cette proie si proche. Il tourne autour de l’arbre, gratte à celui-ci et finalement se dégage, attirer par une autre odeur, sans doute plus proche, plus atteignable. Et la brune comprend que c’est d’elle qu’il s’agit, alors le flanc à terre, elle recule du mieux qu’elle peut, pour sortir un peu du giron de la Bête nouvellement crée. Le souffle court, l’image du loup déchirant sa proie s’imposant peu à peu dans l’esprit de la sorcière, elle recule, jusqu’à être coincée. Impossible d’aller plus loin.

Et comme un coup du sort, comme une chance soudainement née, un autre animal s’extirpe des fourrés et s’apprête à se jeter dans la gueule du loup. Et la Bête s’élance à sa poursuite dans un bruit de mâchoire totalement déroutant, ça claque en tous sens. L’animal ainsi pris au piège n’y échappera pas, mais après tout, c’était elle ou lui, alors elle préférait rester en vie. Elle entend, au loin, les pas de la Bête qui foule le sol, elle bloque sur cette mélodie étrangement inquiétante. Et sursaute quand elle entend Azaël, étrangement trop proche d’elle, lui demandait si tout va bien.

Alors elle se redresse sur ses pattes, s’extirpe sans difficulté du fourré où elle s’était tapie, plonge ses prunelles dans celles inquiètes du meilleur ami de son frère, et d’un pas rapide, se met à trottiner en direction de la Cabane. Fallait qu’il aille se réfugier la bas. C’était prendre trop de risque pour lui, et de toute façon, la Bête tracerait son odeur. Elle, elle attendrait bien sagement en bas, elle veillerait dans les fourrés, au loin, histoire de ne pas être le petit déjeuner de son frère.
Revenir en haut Aller en bas
En ligne
Contenu sponsorisé

Re: [Habitation] Azarty's Base

Message par : Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas
Page 1 sur 1

 [Habitation] Azarty's Base


Permission de ce forum:Vous pouvez 
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Harry Potter 2005 :: ~¤~ Pré-au-Lard ~¤~ :: Rues de Pré-au-Lard-

L'univers d'Harry Potter est la propriété de la Warner Bros ainsi que de J.K Rowling.
Tous droits réservés sur ce site ©Copyright HarryPotter2005. Affichage optimisé sous Firefox.